Partagez
avatar
Messages postés : 358
Inscrit.e le : 26/08/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Kojiro MIZUKI
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur http://ageofpoudlard.fr/Dim 28 Aoû - 10:56
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mer 23 Nov - 10:13

Bonjour et nouvelles
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com
Bonjour, Isara

Pardonnez-moi de ne pas vous avoir envoyer de mail plus tôt. Il m'a fallu du temps pour me décider à utiliser votre adresse et comme j'ai été marié dans l'intervalle, je n'ai pas eu beaucoup de temps à y consacrer avant aujourd'hui. J'espère que mon bouquet ne vous a pas gênée. Je vous l'ai envoyé sur un coup de tête car j'avais énormément apprécié notre rencontre et tenais à vous le faire savoir mieux que par mes mots maladroits, mais j'ai réalisé après coup que j'avais peut-être été présomptueux et peu délicat. J'ose espérer ne pas vous avoir causé d'ennuis et vous présente mes plus sincères excuses si cela a été le cas.

J'ai pensé à vous l'autre jour en parcourant la librairie de mon nouveau quartier. Elle est spécialisée en ouvrages de fantasy et de science-fiction et apercevoir vos œuvres sur les étagères m'a fait chaud au cœur. J'ai pris sans hésiter une carte de fidélité. Il y a beaucoup de livres qui, je pense, vous auraient plu et dont j'aurais aimé discuter avec vous. Je retournerai là-bas avec plaisir, mais je me demande depuis quels sont vos goûts en matière de lecture. Quels sont les livres qui vous ont le plus marqué ?

Pardonnez-moi d'écrire ce mail sans grand intérêt. Après les changements récents intervenus dans ma vie, je ressentais le besoin de parler de choses simples avec vous . Si cela vous ennuie, n'hésitez pas à me le faire savoir. Je comprendrai aisément qu'une femme aussi occupée n'ait pas de temps à me consacrer. En tous les cas, veuillez accepter mes meilleurs sentiments et prenez soin de vous en cette fin d'année qui approche.

T. Summer
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Ven 25 Nov - 10:49

RE: Bonjour et nouvelles
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com
Je suis soulagé d'apprendre que mon cadeau ne vous a pas causé de soucis et que vous l'ayez apprécié. Vous m'en voyez sincèrement ravi. Je vous remercie également pour mon mariage, même si ce dernier n'est pas de tout repos. Il nous faut du temps à tous les deux pour nous adapter à cette nouvelle situation...

La librairie s'appelle "Soleil vert". Je crois que c'est un hommage à un très vieux livre qui date des années 1970. Si vous aimez aussi la fantasy, vous y trouverez sans conteste votre bonheur mais je suis enchanté d'apprendre que vous appréciez les romans historiques. Moi-même je suis un fervent admirateur de Jane Austen et, bien qu'ils aient plus de deux cents ans, ses livres occupent la place d'honneur dans ma bibliothèque, surtout Orgueil et Préjugés et que lis et relis sans jamais me lasser. Connaissez-vous ? Aimez-vous ? Rien ne me ferait plus plaisir que d'en discuter si jamais c'est le cas, mais vous attisez ma curiosité en mentionnant de vos propres lectures. Je ne la connais pas encore assez pour vous dire ce que j'en pense, mais la littérature française est tout aussi passionnante que la britannique. De quelle princesse s'agit-il ? Je serais heureux d'avoir une bonne référence pour m'attaquer sérieusement aux ouvrages français.

À ce propos, je suis finalement venu à bout de votre dédicace. J'ai relu votre livre avec encore plus de plaisir qu'auparavant après cela et je vous en remercie chaleureusement. Mais il va falloir que je travaille d'arrache-pied encore quelques temps avant d'être capable de lire suffisamment bien le français pour accepter votre cadeau. Passez une excellente journée également.

T. Summer
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Ven 25 Nov - 13:35

RE: Bonjour et nouvelles
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com
Vos espoirs me vont droit au cœur et je vous en remercie. Je vous avoue qu'ils n'y sont pas de trop, en plus des miens... Je compte bien entendu sur votre discrétion mais mon épouse est extrêmement craintive (ce que je comprends tout à fait) et je dois faire preuve de patience et de délicatesse depuis le début de cette union. Non que cela me dérange mais disons que ce n'est pas une situation toujours facile. Et puis, en tant qu'étranger ayant vécu plus de vingt ans là où l'Incontestable n'existe pas, je ne peux nier que tout ceci ne m'apparaît pas complètement naturel. Mais je ne veux pas vous causer du souci avec mes angoisses personnelles.

Ah, pardonnez-moi Madame*, mais vous vous adressez à un preux chevalier qui défendrait sa chère Jane contre vents et marées ! Je comprends tout à fait que l'on puisse trouver ses récits ennuyeux ou dépassés car le style peut sembler daté, il ne s'y passe pas grand-chose et il n'y ait en grande partie question que de choses futiles comme la réputation ou la recherche d'un mariage convenable. Mais je puis vous assurer que sitôt immergé dans l'univers, pour peu que l'on aime se plonger dans la psychologie des personnages ou la complexité de leurs liens, les cheminements de pensées ou la délicatesse des sentiments, si de surcroît l'on est sensible à l'humour et à l'ironie, alors on ne peut que se régaler avec les ouvrages de Jane Austen. À mes yeux, ils ne sont en rien démodés. Ils traitent de sujets terriblement actuels : la peur d'être rejeté, le désir de trouver l'amour, l'image de soi, l'envie de s'intégrer... autant de problèmes cruciaux que la société japonaise semble parfois bien en peine de résoudre. Mais j'ai également conscience de ne pas être objectif quand à cette auteure. Faites preuve d'indulgence envers ma passion. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ces livres ont sauvé la vie de l'adolescent que j'étais, coincé dans une ferme isolée de la campagne canadienne, sous l'égide d'un oncle qui considérait la lecture comme un passe-temps de femme et de mauviette, selon ses mots...

Quand au roman que vous lisez actuellement, j'en ai trouvé une édition numérique libre de droits pour en commencer la lecture. Les versions papiers étaient trop anciennes pour être prêtées. Même si j'avoue l'avoir d'abord jugé un peu sévèrement, après avoir vu Jane Austen gratifiée d'un "sans plus" de votre part, je me suis rapidement laissé porter par le récit qui, pour être en effet très romancé, n'en est pas moins prenant. L'intrigue est bien menée et les figures féminines captivantes, mais je vous avoue m'être aussitôt identifié à Denys, d'une façon qui m'a surpris moi-même. Croyez-le ou non, mais c'est parfois le rôle que j'ai l'impression de jouer dans mon mariage...

Je serai par ailleurs ravi de vous accompagner à la librairie. Je garde cette idée de sortie pour quand j'aurai eu le temps de me reposer un peu et espère vous trouver bien disposée d'ici là.
Amicalement,

T. Summer


*En français dans le texte
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 27 Nov - 9:56

RE: Bonjour et nouvelles
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com
Une fois de plus, merci beaucoup pour l'oreille attentive que vous me prêtez. Je n'hésiterai pas à me confier à vous si j'en ressens à nouveau le besoin. Et à l'inverse, n'ayez vous non plus aucune crainte à me parler de ce qui vous trouble ou vous inquiète. Même si je ne suis pas le mieux placé pour vous répondre, je me ferai toujours un plaisir de vous conseiller et vous soutenir autant que je le pourrai.

Surtout, n'ayez crainte de m'avoir vexé. Au contraire, j'ai simplement eu l'occasion de louer les mérites d'une auteure et d'une œuvre chère à mon cœur, ce qui est toujours une source de joie. Et si en plus je vous ai donné envie de le redécouvrir, je ne peux rien espérer de mieux si ce n'est que cette relecture vous plaira autant que possible. Et ne vous inquiétez pas pour mon enfance, elle n'a pas été malheureuse. Certes, j'ai eu pour père un oncle rude, étroit d'esprit et réactionnaire, mais aussi une mère attentive et une fratrie aussi nombreuse que soudée. Je m'estime donc plutôt chanceux, tout comme vous devez l'être avec votre père qui vous a lancée sur le chemin de la littérature. Ce doit être un homme admirable pour avoir élevé une fille aussi avenante et accomplie que vous.

J'avoue que je ne serai pas contre l'idée de découvrir les autres livres de Mireille Calmel sous leur forme papier. Lire sur tablette, c'est pratique mais ce n'est tout de même pas la même chose. Qui plus est, si cela nous donne l'occasion de nous revoir, j'en serai vraiment enchanté. Figurez-vous qu'en faisant du tri dans ma bibliothèque l'autre jour, j'ai mis de côté des livres dont je pensais qu'ils pourraient vous intéresser. Je les amènerai avec moi si vous le souhaitez, mais dites-moi avant tout vos disponibilités. Je ne veux en aucun cas empiéter sur votre emploi du temps. En ce qui me concerne, je suis libre tous les week-ends à partir du samedi après-midi. Si cela vous convient, nous pourrions nous rendre à la librairie dont je vous ai parlé ? Vous la verriez ainsi de vos propres yeux.

Dans l'attente de votre réponse et dans l'espoir que vous acceptiez,
T. Summer
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 31 Aoû - 14:28

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

05/03/2109 6h13
Bonjour Isara

Pardonne-moi de ne pas avoir répondu plus tôt à ton premier mail. Lorsque je l'ai vu, je n'étais pas encore en état. Ne t'inquiète pas pour moi, je suis bien arrivé. Il est encore tôt, ici. Pour toi, il est certainement même encore le 3 mars. D'ici deux heures environ, le soleil se lèvera sur la baie de Bellington. Mon petit frère et son compagnon m'ont accueilli chez eux, je vais sans doute rester là pour la durée de mon séjour. Même si j'étais gêné à cette perspective, je sens bien que pour le moment c'est la meilleure solution.

Si j'ai attendu un peu avant de répondre à ton mail, c'est aussi parce que je voulais prendre le temps de rassembler mes idées pour le faire. Il y a tant de choses que je voudrais te dire... Je te demande pardon d'avoir été si froid avec toi lorsque je t'ai appelée. Si tu savais à quel point j'en ai honte à présent, surtout quand je repense à la manière dont tu as accepter de me laisser partir. Je mesure à quel point ça a du être dur, à quel point cela t'a fait souffrir. Parfois, je me dis que je me suis comporté comme un lâche et que j'aurais du, au moins, venir te dire en face les raisons de ce départ. Mais si je l'avais fait, je n'aurais pas eu la force de partir. J'aurais voulu rester auprès de toi tout en sachant que je n'en étais pas capable et au final, je ne serais parvenu qu'à te faire plus mal encore. Je suis vraiment désolé, Isara. Mais c'était la seule solution.

Jusqu'à présent, je n'ai jamais regretté d'être venu au Japon. Certes, j'ai eu ma part de peur et d'angoisses et je me suis souvent demandé si je n'avais pas fait le mauvais choix, mais ce pays m'a tant apporté, m'a permis de rencontré tant de personnes chères à mon cœur, toi la première, que je pense ne jamais parvenir un jour à regretter réellement ma décision. Mais je ne pouvais plus rester. J'espère que tu comprendra ces mots, même s'ils me semblent bien pauvres, bien loin de ce que je voudrais réellement exprimer. Je t'aime et je voudrais que tu n'en doutes jamais, mais la mort de Shay m'a mutilé. Vraiment. J'ai l'impression d'être un littoral balayé par un ouragan. Je n'arrive même pas encore à en parler tant je peine à mesurer l'ampleur du désastre. Je pensais que quitter le logement où nous avions vécu suffirait mais ça ne l'était pas. C'était le pays tout entier qui me la rappelait.

Pardon, tu dois sans doute trouver tout cela injuste et égoïste de ma part de t'imposer mes états d'âmes. Je suis sincèrement désolé que tu doives endurer ceci par ma faute. J'espère que tu voudras bien me pardonner et continuer de m'écrire. Aujourd'hui comme hier, tes mots sont un baume sur mon cœur. Et je serai toujours heureux de les lire, quels qu'ils soient. Nous avons toujours pu tout nous dire lors de nos correspondances passées. Rien ne me soulagerait plus que de savoir que c'est toujours le cas.

Prends soin de toi, ma noble dame, et pardonne à ton chevalier errant.
Avec tout mon amour,

Theodore.
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 3 Sep - 10:38

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

09/03/2109 21H35
Bonjour Isara,

Je suis soulagé que tu n'aies pas été blessée par le temps que je mets à te répondre. Ça risque d'être le cas encore plusieurs fois. Souvent, je n'ai juste pas envie de parler. J'ai la sensation que mes pensées deviennent trop grosses, qu'il n'y a plus de place pour les mots... Ça me fait me sentir coupable. Mes proches me disent qu'il n'y a pas de quoi mais malgré tout, j'ai la sensation de m'éloigner d'eux alors qu'ils font tout pour m'épauler, même comprendre à ma place mon besoin de silence. C'est éprouvant. J'ai l'impression que je ne suis plus capable de faire les choses bien. J'ai l'impression d'être cassé...

Mais il ne faut pas que je parle trop de tout ça, ça ne fait que rendre les choses plus difficile. Luke et Marco ont une chienne, une adorable kelpie qui s'appelle Season. Elle est affectueuse et, maintenant qu'elle s'est habituée à ma présence, je sors souvent la promener. Comme ils habitent au bord de la mer, au sud de Fair Heaven, il y a beaucoup de jolies balades à faire. C'est étrange pour moi de renouer avec les paysages canadiens après après passé presque neuf ans au Japon. J'ai l'impression que tout est plus grand, comme si on avait déplié l'espace. Parfois j'en ai le vertige... Tu te plairais, ici. Les coucher de soleil sur la baie sont splendides.

Pardon si je te laisse perplexe à parler de choses qui, semble-t-il, n'ont pas grand intérêt dans la situation où je me trouve. Mais ce sont les seules que j'arrive à dire. Le reste est encore sous clé, je ne parviens pas à l'atteindre. Et surtout, je ne crois pas que ce soit une bonne chose dans l'immédiat. Ne te méprends pas, Isara. Je sais que tu es sincère dans ton désir de me soutenir et j'en suis réellement touché. Mais même si savoir que je trouverai toujours en toi une oreille attentive et une épaule bienveillante rend ce que je traverse un peu plus supportable, je ne veux pas te demander plus que ce que tu peux, ou dois, endurer. Tu sais, tu me rappelles Elinor Dashwood de Raison et Sentiments. La scène où Lucy Steele la prend comme confidente et lui avoue ses fiançailles secrètes avec Edward Ferrars en lui demandant conseil alors qu'elle sait très bien qu'elle en est amoureuse. C'est une manœuvre très cruelle et la pauvre Elinor s'y laisse prendre parce qu'elle réprime trop ses sentiments, à force de raison. Elle en souffre jusqu'au dénouement du livre. Et je ne voudrais pour rien au monde te mettre dans une telle situation par trop de confidences. Même si j'estime ton soutien et celui de mes proches à sa juste valeur, c'est ma peine. C'est d'abord à moi de la porter.

Porte-toi bien à nouveau, my beloved Isara.
Theodore.
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Sam 9 Sep - 9:19

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

17/03/2109 22H34
Bonjour, Isara

Cette fois j’ai mis du temps à te répondre car il m’a fallu du temps pour encaisser ce que tu m’as dit dans ton dernier mail. Avec le recul, j’ai bien compris en quoi mes paroles avaient pu te blesser. Derrière leur maladresse, il n’y avait que le désir de te protéger, de t’éviter de trop prendre sur toi une souffrance qui n’est pas la tienne. Connaissant ta générosité, j’imagine que tu as du te sentir repoussée ou tenue à l’écart alors que ce n’était pas mon intention et j’en suis désolé. Mais ça ne justifie pas entièrement ce que tu as pu me dire. Comment peux-tu penser, même sous le coup de la colère, que tu n’es rien pour moi ? Je ne prendrais pas la peine de t’écrire, de te confier mes peines ou de m’inquiéter pour toi, d’avoir peur de te faire du mal sans le vouloir si c’était le cas. Je ne t’aurais jamais dit que je t’aimais si je ne le pensais pas, ne vivais pas ces mots chaque fois que je pense à toi. Tu m’as blessé avec cette accusation. Ne dis plus ce genre de choses, s’il te plaît. Je n’ai pas envie d’entendre ça en ce moment.

Tu as dit que tu serais là pour moi, de toutes les façons dont j’ai besoin. La vérité, c’est que parfois, j’ai l’impression de n’avoir besoin de personne. Après ton dernier mail, je n’avais qu’une envie : prendre le bateau de mon frère et voguer vers le large, tout seul, jusqu’à disparaître moi aussi. Ça me paraissait une bonne solution, la seule pour arrêter de souffrir. Je ne l’ai pas fait, tu t’en doutes. Je ne suis même pas sorti de la maison. Mais j’étais terrifié en voyant que cette pensée ne me quittait jamais vraiment. Je perds pied, Isara. Il me semble que le monde réel s’éloigne, qu’il n’a plus prise sur moi et que rien ne me retient vraiment. Même mon corps se détache de moi. Si Luke ne me forçait pas à manger au moins une fois par jour, je n’avalerais rien parce que je n’ai pas faim. Quoi que je fasse, quoi que je tente, il n’y a que cette horrible tristesse qui finit par peser comme un bloc de pierre sur ma poitrine.

Parle-moi de toi, Isara. C’est pour ça que je suis revenu t’écrire aujourd’hui. Parle-moi de ce qu’il se passe à Tokyo, de ce que tu fais, de ton dernier livre. Parle-moi de tout ce qu’il y a autour de toi, parle-moi de n’importe quoi. C’est de ça dont j’ai besoin. Il faut que je me souvienne que je suis vivant avant de l’oublier pour de bon. Aide-moi à voir ce que je ne distingue plus, toutes les petites choses qui font le quotidien. Apprends-moi à les voir à nouveau.

Excuse-moi si je t’ai fait peur avec ce mail bien sombre. Mais je ne te l’aurais pas écrit si je n’avais pas désespérément besoin de toi.

Tendrement,
Theodore.
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Ven 22 Sep - 11:49

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

03/04/2109 7h09
Pardon, Isara

Vraiment, j’ai été idiot. Je n’aurais pas du te dire cela. Même si je n’ai que toi à qui je puisse dire toutes ces choses, j’aurais du savoir que cela te ferait du mal. Au lieu de cela, moi aussi je n’ai pu m’empêcher de t’imaginer verser tes larmes sur ce mail que je n’aurais jamais du envoyer, et moi aussi j’ai pleuré. Moi aussi je me suis senti désespéré à l’idée que mon absence te pèse à ce point, que tu ne parviennes plus à écrire ni à vivre normalement parce que je ne suis plus là.

Isara… je voudrais revenir. Crois-moi quand je te dis que je le voudrais sincèrement, plus que tout au monde. En lisant ton mail, j’étais à deux doigts de me décider sur un coup de tête et prendre le premier billet en partance pour le Japon, pour te retrouver et tenter d’apaiser ton chagrin. Je le désire réellement… mais crois-moi également lorsque je te dis que je n’en ai pas encore la force. Si je retourne à Tokyo maintenant, même si je pouvais te voir et te serrer dans mes bras comme j’en rêve chaque jour, je sais qu’elle serait là elle aussi. Shay est encore inscrite dans ma chair, dans mon sang, et la plaie béante qu’elle a laissée est encore tellement à vif qu’il m’a fallu presque dix minutes pour me décider à écrire son prénom dans ce mail. Elle n’était pas ce que tu es pour moi, mais je l’ai aimée elle aussi. Elle fera toujours partie de moi, je le sais. Un jour lointain, je pourrais peut-être évoquer son souvenir sans regrets ni tristesse et elle ne sera plus un poids me gardant enchaîné au passé mais une présence encourageante dans ma marche vers l’avenir. Mais ce jour n’est pas encore arrivé. Si je revenais vers toi maintenant, malgré tout l’amour que je peux te porter, son absence serait un vide entre nous que je sais ne pas pouvoir franchir pour le moment.

Alors sois forte, mon Isara, encore un peu. Donne-moi encore le temps nécessaire pour panser mes blessures, laisse-moi me réparer suffisamment pour redevenir capable de maintenir ma peine à distance et pouvoir te retrouver. Ne te laisse pas atteindre par le désespoir qui me prend parfois. C’est mon fardeau, tu n’as pas à le porter, et seul ton sourire peut m’aider, moi, à le faire. Je reviendrai un jour, je te l’ai promis, je le promets à nouveau. Mais il faut que nous puissions attendre jusque là. Et je t’assure que, même si le chagrin ne m’a pas quitté, je me sens plus serein en t’écrivant ces lignes qui affermissent le peu de courage que je suis parvenu à reprendre ici, entouré par les miens dans mon pays natal. Je sais que cela est également à ta portée, toi ma noble dame que je sais si forte, toi qui m’as cité du Shakespeare pour m’avouer ton amour et accepter le mien alors que nous savions tous les deux ce qu’il nous en coûterait. Ces vers, je les relis parfois pour entendre ta voix et tu ne saurais imaginer le réconfort qu’ils sont pour moi alors. Tu vois ? Même séparés par un océan, tu restes capable de me guérir. Alors je t’en conjure : attends-moi. Attends que je te revienne. Toi aussi fais-le pour moi, si tu ne le peux pour toi.

Le soleil commence à se lever. Après ce mail, je vais sortir avec Season pour la promener un peu sur la plage. Je regarderai à nouveau l'océan, j'en écouterai les vagues dans la lumière matinale, je frissonnerai peut-être à cause du froid sur ma peau, mais je sais par avance que je me sentirai vivant car je penserai à toi.

Avec plus d’amour que je ne pourrais jamais l’écrire,
Theodore.
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 24 Sep - 10:25

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

17/04/2109 22h07
Bonjour, Isara

Ça va te paraître un peu stupide, mais j’aimais que tu m’appelles par mon nom complet. Il est vrai que ma famille et mes amis proches usent de mon diminutif mais dans ta bouche, mon prénom ne m’apparait pas solennel ni distant comme il me le semble habituellement. Il devient noble et chaleureux, il me remplit d‘émotion quand je t’entends le prononcer. Je ne me suis jamais senti plus proche de toi que le jour où tu as commencé à l’utiliser. Mais fais comme tu le sens, bien évidemment.

Ne doute pas de tes qualités, Isara. Même si ça peut te paraître une erreur, j’aime ta franchise. Je n’attends pas de toi que tu me caches ce qui t’angoisse ou te fait de la peine. Au contraire, partage-les avec moi toi aussi. Cela me fait me sentir utile, me rappelle que d’autres personnes continuent de vivre et de compter pour moi par-delà la douleur. Et en ce qui te concerne, tu n’as qu’à rester toi-même pour être celle dont j’ai besoin. J’ai toujours un pincement au cœur lorsque je t’entends te décrire comme mon amie car tu es tellement plus qu’une amie à mes yeux…

Le temps devient capricieux sur la côte, mais le spectacle des averses sur la plage et les îles de la baie est très beau. Sa mélancolie me fait un peu penser à toi, mais surtout prends-le comme un compliment. J’associerai toujours les orages à Shay mais je crois que ce séjour va faire de toi ma fée des pluies. C’est lorsqu’il pleut que tu me rends le plus souvent visite, que j’imagine parfois ta main sur mon épaule de façon tellement réaliste que j’en sens presque le poids. Le reste du temps, je suis trop occupé pour penser. Je ne t’en ai pas parlé jusqu’ici mais j’aide mon frère et son compagnon dans leur entreprise, comme je le peux. Ce sont des tâches simples comme ranger le matériel, faire le ménage, remplir les réservoirs… Des petits travaux physiques qui m’aident à reprendre un rythme et me font le plus grand bien, même si c’est encore un peu difficile. D’ailleurs, nous avons pris le bateau pour rendre visite aux jumeaux aujourd’hui. C’est de chez eux que je t’écris. Il s’agit de mon frère et de ma sœur nés juste avant Luke. Ils habitent tous les deux à Victoria, sur l’île de Vancouver. Ca m’a fait un bien fou de les voir. Je me rends compte à quel point ma famille me manque à mesure que j’en retrouve des membres, même si je sais bien que nous ne pourrons plus jamais être unis comme avant. Ann, ma sœur, a aussi une chienne issue de la même portée que Summer et qui a mis bas quatre petits chiots le mois dernier. Ils étaient adorables, je suis sûr que tu les aurais aimés. Excuse-moi de parler de choses futiles. Ça peut te sembler étrange mais je réalise à quel point j’ai envie de les partager avec toi.

Une dernière chose : tu te dis prisonnière des lois japonaises et que tu ne peux me rejoindre. Mais ces lois ne concernent que les couples mariés, non ? As-tu reçu ta lettre en mon absence ?

Tendrement,
Theodore.
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 24 Sep - 19:52

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

21/04/2109 22h07
Isara,

Ton dernier mail m’a touché plus que je ne saurais le dire. Je crois bien que c’est la première fois que tu m’exprimes tes sentiments avec autant de sincérité, que tu me parles de tes doutes et de tes craintes. J’ai pleuré en te lisant mais ne t’inquiète pas. J’ai eu mal, oui, mais… Ce n’était pas la douleur abyssale et écrasante que j’ai éprouvée pendant des jours et des jours après la mort de Shay. C’était la douleur vive des choses qui reviennent à la vie. Ça m’a fait du bien de la ressentir, même si j’en ai souffert et même si je m’en veux encore. En ce moment, c’est un sentiment que je ressens souvent. Tu vas trouver ça stupide… J’ai l’impression de m’en remettre trop vite. Les jours passent, son absence et mes souvenirs sont toujours cuisants mais je m’y habitue, petit à petit. Sans m’en rendre compte, j’arrive à sourire avec mes frères, et même à rire à leurs plaisanteries parfois. Mais lorsque ça m’arrive, je me sens aussitôt rempli de remords. Pourquoi suis-je aussi joyeux ? Si je n’arrive plus à pleurer autant, si je me remets déjà de sa mort, c’est que je ne l’aimais pas tant que ça. Est-ce que je ne devrais pas être bien plus triste ? Bien plus découragée ? Est-ce qu’elle souffrirait de voir que je me fais peu à peu à la vie sans elle ? J’ai l’impression de la trahir alors que je sais pertinemment que si elle le pouvait, elle me dirait d’aller de l’avant et d’être aussi heureux que possible. J’avoue que je ne sais plus où j’en suis quand j’y pense trop longtemps. Mais ne doute pas que ton mail m’ait fait plaisir, m’ait guéri comme tes paroles savent le faire.

Égoïstement, je suis soulagé que tu ne sois pas mariée. Je sais bien que, comme tu le dis, c'est inévitable. Mais le jour où tu seras la femme d'un autre me cause tellement de peine par avance que rien que d'y penser, j'ai du mal à respirer.

Le soleil… Cela m’a fait sourire, je te l’avoue. Je suis un bien piètre soleil en ce moment, et même en temps normal d’ailleurs. Je suis un peu trop bourru pour parvenir à briller en société. Il n’y a guère que toi et quelques autres personnes avec qui je parviens à être ouvert et chaleureux. Pour ma part, je me considère plutôt comme une sorte d’été pluvieux… ou alors, c’est peut-être simplement que je suis trop touché par tout ce que tu me dis pour l’accepter directement. Moi non plus je n’ai pas oublié, Isara. Le souvenir de ce jour où je t’ai tenue dans mes bras est l’un des premiers qui me soient revenus quand j’ai été capable de penser à autre chose qu’à la mort de Shay. Il m’a aidé à tenir, à me relever peu à peu. Je suis heureux d’apprendre qu’il est aussi précieux pour toi que pour moi. Je suis heureux d’apprendre que mon souvenir ne t’est pas un fardeau, que tu penses à moi. Tu as raison, c’est presque comme si j’étais à tes côtés. Et même si cette pensée me déchire encore entre des sentiments contraires, je ne parviens pas à totalement la regretter…

J’espère avoir de tes nouvelles bientôt.
Tendrement,

Ton Theodore.
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Ven 6 Oct - 10:45

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

01/05/2109 14h02
Ma chère Isara,

Je sais bien que tu as raison, je le sais. Évidemment, si les rôles avaient été inversés, j'aurais souhaité qu'elle se remette de ma mort et retrouve le bonheur avec quelqu'un d'autre sans se soucier de trahir ma mémoire. C'est ce que je souhaiterais à toutes les personnes qui me sont chères si jamais il devait m'arriver quelque chose un jour (mais ne parlons pas trop de malheur). J'en ai bien conscience, mais ça ne me console pas plus que cela quand j'y songe. Le fait est que c'est elle qui est partie et moi qui suis là. Même si je suis moins triste qu'avant, je ne suis pas "guéri" pour autant. Son absence me pèse toujours, de manière différente. Je me surprends à rappeler son souvenir auprès de moi en me demandant ce qu'elle aurait pensé de telle ou telle chose que je vois, comment elle aurait réagi, ce qu'elle aurait aimé faire si elle se trouvait au Canada avec moi... C'est assez irrégulier. Elle surgit de façon inattendue à chaque fois, comme si ma mémoire refusait de faire son deuil pour le moment. Mais ne t'inquiète pas pour moi. Je t'assure que je vais bien, beaucoup mieux qu'il y a deux mois. Je retrouve même l'appétit depuis peu. Les mails échangés avec toi, le soutien de mes frères et même, tu vas rire, la présence joyeuses des petits chiens apaisent mes tourments. Je songe de plus en plus à adopter deux d'entre eux qui sont particulièrement affectueux avec moi et ma sœur m'y encourage fortement.

Ne t'angoisse pas à propos de ce qui n'est pas encore arrivé, Isara. Certaines personnes sont mariés à un âge avancé parfois et, même si je ne te souhaite évidemment pas de demeurer seule, nous avons certainement encore du temps devant nous. Moi aussi la lettre pourrait m'atteindre même ici mais je refuse cette possibilité pour le moment. J'ai beau savoir que ce n'est pas moi qui décide et que tout mes souhaits n'y changeront rien, je ne veux pas penser que l'Incontestable pourrait nous atteindre maintenant. Je veux croire qu'il nous serait possible, peut-être, de vivre quelque chose pendant le temps qui nous est imparti. Je ne veux pas que tu me sois enlevée, pas maintenant, pas alors que je n'ai même pas pu te retrouver encore. Souhaite-le avec moi, Isara. J'ai besoin de croire que je pourrai te serrer dans mes bras à mon retour sans craindre que nous soyons séparés par un mariage.

Je n'en avais pas l'intention. Honnêtement, je comptais passer au moins tout l'été au Canada, si ce n'est l'année entière. Mais je vais peut-être revenir au Japon plus tôt que je ne le pensais. Je ne sais pas si je t'ai parlé d'elle, mais ma sœur Mary s'est installée à Tokyo deux semaines avant la mort de Shay. Je ne m'entends pas bien avec elle, nos tempéraments s'opposent en bien des points et, pour parler objectivement, c'est une sacrée garce. Mais elle a été présente lorsque j'ai appris le décès de mon épouse et elle a pris soin de moi alors que j'en étais moi-même incapable. Nous avons beau ne pas nous entendre, je sais qu'elle ne me laissera jamais tomber dans les moments difficiles. Or, elle est actuellement enceinte de huit mois, toute seule dans un pays dont elle ne maîtrise ni la langue ni les codes. Même si je ne suis pas sûr d'avoir la force de revenir maintenant, je ne peux pas la laisser tomber non plus. Pour l'instant, ce n'est qu'un projet. Il faut que j'en parle avec mes frères au Canada, et avec elle ce qui va s'avérer autrement plus compliqué. Mais je tenais à t'en parler. Je serai peut-être plus vite près de toi que nous ne le pensions...

Dans l'attente de ta réponse,
Tendrement,

Ton Theodore.
★
avatar
Messages postés : 414
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Veuf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Sam 14 Oct - 23:10

Objet du mail
De : teasummer@neomail.com - A : Isa.K@neomail.com

13/05/2109 03h26
Isara,

Je ne m'étendrai pas non plus dans ce mail, je ne suis pas en état de le faire. Sache seulement ceci : je retourne au Japon. À la fin du mois sans doute, je ne peux pas encore te donner de date précise. J'ai pris cette décision pour de bon il y a une heure à peine... Mais je rentre. Je reviens vers toi. Attends-moi. Je t'en supplie.

Je t'aime.

Theodore.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Mairie :: Internet :: E-mails