Partagez
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Lun 19 Déc - 15:27

Uta Al-Najjr (né Kushū)

That sparkle in my eyes is just part of my discordance.
Holding on
I'm lost in a haze
Quand on te voit, Uta...

Quand on te voit, on pense à de la cire. De la cire creuse, meuble, malléable à volonté. Poupée de cire, poupée de son. Rien n'a jamais été construit pour durer. Toi, non plus. Oh non, surtout pas toi. Les variations de l'humeur constituent le lot commun de chacun. Mais tu n'es pas commun. Tu es hors de proportion. Tu dépasses les limitations. Es-tu meilleur, es-tu pire ? Classiquement, tu passes d'un pôle à l'autre, dépolarisation inconsciente, incessante, involontaire. Diminution, inversion. Fluctuation. En vrai, Uta, t'es un gentil, t'attires la sympathie. Tu n'aimes pas autrui, mais tu sais feindre, être poli. Et puis, t'as quelques amis. Tu leur souris. T'es un gentil. On t'imagine bien avoir été le genre de gamin qui sort les poubelles sans rechigner, qui aide les vieilles dames à traverser, qui porte toutes les courses dans l'escalier ou qui sort le chien des voisins d'à côté. Et tu l'es, à, quoi, 40% ? Les 60 restants, ils sont pour ton attitude désagréable, ta moquerie et ton cynisme. Ton racisme. Cruel, tu sais l'être. Te muer en serpent pour cracher ton venin, tu sais faire. T'es un gentil, Uta. Mais seulement en partie.

Quand on te voit, on pense à de la cire. De la cire froide, superficielle, inabordable. Tu es beau. Tu es grand, tu es mince. Tu as l'air de rien, tu as l'air de tout. Japonais : brun, yeux bridés, peau marmoréenne. Tes yeux sont sûrement ce qui plaît le plus. Qui te plaît. Qui leur plaît. Clairs, si clairs qu'on pourrait y voir le reflet du ciel. Si clairs qu'on pourrait y voir un nuage, un embrun. Si clairs, si clairs, qu'ils sont le miroir de ton âme, la fenêtre sur ton esprit. Si clairs... Et tu as le sourire parfait, l'allure parfaite. Tu étincelles et tu pétilles. Tu brilles, tu scintilles. Tu te déconstruis, es détruit. Tu plies.

Quand on te voit, Uta, on pense à de la cire.
Let's make
this moment worth the while
✗ Yesterday ;;
j'ai mal...[/url] Shin O. Isaksson
Terminés :
Octobre 2108 : Aide-moi, j'ai mal... Shin O. Isaksson
Abandonnés :
L'angoisse de pouvoir s'angoisser. Taka Shiroe
Fin 2097 : Black and white are all I see in my infancy Päpy Ländy
2108 : La tête dans les nuages à la recherche d'une vie cachée Shun O. Iwato

✗ Today ;;
U.A.:

IRL:
17.09.2106 : First sight... Yuuto M. Greyster
Mars 2108 : Tout ne tient qu'à un fil. Kyoya Matsuhara
Mars 2108 : A rarer shade of pain... Kohaku Edo
Fin 2108 : Une aiguille dans le cou Aiichirô C. Yori
Fin 2108 : And that's how I met your father Roxy Takano
Janvier 2109 : Correspondance épistolaire à la moderne : kushu.uta & BlackSad2099 BlackSad / Edern Lee Everett
Janvier 2109 : Truffe et Moule sont sur un bateau. Qui tombe à l'eau ? Amon-chéri

✗ Tomorrow ;;
• Ria K. Awashima rencontre à la fermeture de l'O.M.G. ; devient une cliente régulière ; petite protégée
• Makoto Nanase se revoient au détour d'une rue

Need you.
I want you in my life, by my side.


♦️ Relations lambdas ;; Relations de base, quelconques, communes, moyennes, ordinaires, usuelles... Ils t'ont rencontré, ici, là. Tu les as marqués, peut-être, pourquoi pas. Tu te souviens d'eux, parfois.

[3/×] Aventures ;; Tu es désirable, détestable. Ton corps est désirable. Ton esprit est détestable. Impossible à appréhender, à supporter, à aimer. Mais ton corps, oh oui, ton corps, il conquiert, il s'empare, se laisse envahir. Personnes séduites. Personnes à séduire.
Shun O. Iwato / Taka Shiroe / Kyoya M. Einsbrecher

[3/×] Amis ;; L'amitié ne s'apprend pas. Elle existe. L'affection réciproque, tu t'y connais moyen. Mais t'aimes bien.
BlackSad / Roxy Takano / Kaliska E. Callaghan

[2/×] Clients ;; Ils sont passés à la boutique. Ils sont entrés, tu les as abordés. Bonjour monsieur. Bonjour madame. Que puis-je pour vous ? Que cherchez-vous ? Des jouets pour pimenter votre vie intime ? Des produits cosmétiques érotique ou peut-être des compléments aphrodisiaques testés et approuvés ? Du prêt-à-porter sexy ? Nous avons un vaste choix de lingerie raffinée pour rehausser votre beauté et inspirer vos soirées. Comment, un ordre de l'Incontestable ? Ne vous inquiétez pas. Il en arrive tous les jours.
Rajaa Rehan / Roxy Takano / Levanter Colombe

[1/×] Correspondants ;; Toi, Uta, tu causes par internet ? Le Faux-Dieu, le Sous-Puissant, l'Allié du Berger ? Tu te corromps. Ou étais-tu déjà corrompu ? Sûrement. La technologie n'est autre que l'intégralité de ce Nouveau Monde. Tu as grandi avec elle, tu as grandi grâce à elle - rappelle-toi, ta naissance, tu ne la dois qu'aux progrès scientifiques et à la décision de l'Incontestable ; tu la dois à la technologie, bien malgré toi. Alors, Uta : avec qui discutes-tu ? qui t'intéresse ? qui t'ennuie ? qui, qui, qui ?
BlackSad

[2/×] Ennemis ;; Tu ne les aimes pas. Ils ne t'aiment pas. Tant pis, tant mieux, vous êtes quittes.
Edern Lee Everett / Isaiah S. Greyster

[12/×] Autres ;; Un collège, ton patron. Quelqu'un rencontré dans la rue, pourquoi pas ; rencontre houleuse, rencontre heureuse ? Un stalker - c'est que ça te ferait presque peur. Des collègues de ton père, des médecins, chirurgiens, infirmières en pagaille, qui datent de l'époque où tu allais encore le voir, où tu osais encore t'approcher de l'hôpital qui te fait si mal. Un psy, deux, trois - t'en as vu, t'en as connu ; aujourd'hui encore, t'en as bien besoin, même si tu fais le malin.
Époux : Amon Al-Najjr
Âme-sœur : So Bashō
Famille : Karl F. Ástþrúðurson
Amoureux : Yuuto M. Greyster (né Sasaki)
Protégés : Shin O. Isaksson / Ria K. Awashima
Médecins : Yuudai A. Ashirh / Kohaku Edo
Collègues : Juliette Cooper
Connaissances : Makoto Nanase / Aurélien D. Matsumoto / Akino Yori

♦️ Relations précises ;; Relations définies avec exactitude. Ils sont importants, ils ont un rôle à jouer. Et toi, dans tout ça ? Que penses-tu d'eux ?

« Âme-sœur platonique » Pris *^* ;;

« Petit lézard » Réservé ♥️ ;; Tu l'as acceptée facilement. Tu l'as laissée entrer dans ta vie sans même y réfléchir, sans même hésiter. Parce qu'elle t'a attiré. Non pas comme une femme, mais comme une adolescente trop vite grandie, peut-être une amie, oui, et surtout un petit bout de ta vie. Petit papillon de lumière qui a perdu ses ailes. Qu'elle ne s'inquiète pas. Tu vas lui en fabriquer de nouvelles.

« Aventure hétérosexuelle » Pris ~ ;;


So...
I'll take my face and bash it into a mirror.






Inside the fortress


Un genre de famille. Un substitut pour la vie.
« Don't walk away when my world is burning »


Länd Phil © Länd Phil.

Päpy de substitut ;; Ton vieux. C'est le mot parfait, le mot qui définit son attrait. C'est ton vieux. Le tien. À toi. Un peu comme ton père, mais tu en as déjà un comme point de repère. Alors c'est plutôt comme un grand-père. Pilier de fer dans un écrin de vair. Ou cœur de chair derrière un rempart de pierre. Ton vieux, c'est celui qui t'a ramassé, une fois. Puis deux, puis trois. Puis tu as cessé de compter, et au final sa présence est devenue un deuxième chez toi. Il t'a épaulé, un peu contre son gré. Il t'a porté à bout de bras, sans s'en rendre vraiment compte, sans non plus pouvoir aller contre – c'est que tu ne le lui as pas vraiment laissé le choix. Ton vieux, tu lui dois beaucoup. La survie de ton esprit, surtout. À sa manière, un peu décalée, plutôt désaxée, sérieusement détraquée, c'est ton vieux, et quelque part, tu aimerais beaucoup pouvoir lui donner du päpy - mais tu as trop peur de lui en faire perdre sa barbe, ce serait dommage, tu aimes l'air de faux viking qu'elle lui donne. 




Ashley Park © Siobhan Chiffon.

Âme-sœur platonique ;; C'est comme ton meilleur ami, mais plus encore, bien plus. C'est ta lumière, ton petit bout de paradis dans ce monde insensé qui t'oublie. C'est celui qui te connaît mieux que quiconque, qui fait de toi une meilleure personne – en vérité, il ne fait pas de toi une meilleure personne, il fait mieux que ça, il t'inspire. C'est une éternelle question, ton éternelle question. Tu ne comprends pas, même maintenant, même des années plus tard - normalement, les gens ordinaires ne t'aiment pas, ont peur de toi, ils te fuient, t'étudient l'air de rien, murmurent dans ton dos. Pourtant lui, lui il ne te voit pas comme ça, lui il n'est pas comme ça. Il n'a pas peur de toi, pas peur de ta bipolarité. Il ne t'en veut pas, jamais. Tu ne comprends pas mais tu aimes ça. Tu l'aimes lui. Lui, celui qui a connu tous tes épisodes, toutes tes crises ; celui qui les a acceptées, t'a accepté, toi ; il a même fait de son mieux pour te guider, pour t'aider. Il t'a supporté, encouragé. T'a aimé, comme le seul ami que tu aie jamais eu, comme le frère que tu n'auras jamais, comme ton tout, le centre de ton monde. Il est ta famille de substitution, qui n'a rien de banale, mais qui est encore moins bancale. C'est ton meilleur ami, le tien. C'est celui pour qui tu voudrais pouvoir décrocher la lune, lui tisser un manteau d'étoiles pour l'en envelopper et l'y protéger. So, c'est celui qui croit en toi. C'est celui qui mérite ta déférente dévotion. Et quoi qu'il arrive, rien ne peut changer ça. C'est lui. Ton Lui. Que ferais-tu s'il n'était pas là ? C'est bien simple : tu ne serais pas toi.




L'amour ça s'apprend, l'amour ça se vit.
« Cause nothing ever felt like this »


Kanzaki Toru © Tokimeki Restaurant.

Ton ex premier amour ;; Tu l'as aimé. Un peu. Beaucoup. Passionnément. Follement. C'est le premier. Il n'y a nulle part où tu ne l'aurais pas suivi. Il n'y a rien que tu n'aurais pas fait pour un baiser de lui. Tu l'as aimé. Tu l'as aimé comme on aime sans lendemain, tu l'as aimé comme l'enfant qui découvre qu'il a faim. Il a d'abord été une histoire, de celles en lesquelles personne ne veut croire. Puis il a été l'Histoire, celle qui échappe à toute raison, ta Déraison. Tu l'as aimé ; comme tu as aimé le regarder travailler, s'escrimer, s'acharner à progresser ; comme tu as aimé caresser ses cheveux si doux, c'était fou ; comme tu as aimé voir ses yeux, ses grands yeux, se perdre dans les tiens, pour un rien. Il t'a attendri. Il t'a fasciné. Alors, oui, tu l'as aimé. Irremplaçable. Irréparable. Ce qu'il t'a volé, il ne te l'a pas rendu. Ce cœur, que tu te découvrais tout juste.
Vois, comme les temps changent. Dans le monde, dans ce monde, tout se brise, rien ne se conserve. L'amour n'est qu'une illusion indécise, une certitude imprécise. Tu es parti, l'as laissé. Tu l'as aimé. L'as abandonné.
Mais lui, lui, est-ce qu'il t'aimait seulement ?




Ils sont dans ta tête…
« This life is filled with hurt »


Garrett Hawke © Dragon Age 2.

Psychologue ;; Avec lui, ton père t'a volé un peu plus de liberté. Toi qui croyais fermement que la paix réside dans le silence, à lui, tu lui as dit doucement et clairement, fortement et amèrement ta vérité. Il t'a appris à être un peu plus toi-même. Mais au final, ce n'est que stérilité. Tu n'en es que plus désenchanté. Il a échoué, tu l'as laissé tombé – ou tu as échoué, il t'a laissé tomber, tu n'arrives pas à décider. Alors tu l'as mis de côté, tu as fait de ton mieux pour oublier. Pour ne plus y penser, à toutes ces chimères de naguère, ces rêves de tranquillité, ces espoirs vains de normalité.




Between both sides.



Famille
« When the floor is more familiar than the ceiling »



PNJ - Hua Kushū

Geisha © By Takenada

Mère ;; Dans ta noyade éternelle, c'est une bulle d'air improbable. C'est ta parenthèse, c'est ce qui la rend précieuse. Mais elle ne t'aimera jamais. Elle te regarde de loin, parfois, en espérant que tu ailles mieux, en se promettant de ne pas trop s'impliquer. Elle essaie de t'aimer, mais elle ne t'aimera jamais. Toi ? Toi, ce que tu aimes le plus chez elle, ce sont ses cheveux. Soyeux et noirs. Comme les tiens, alors qu'elle n'est pas vraiment ta mère. Tu aimes les regarder, les coiffer parfois, quand elle t'en laisse le loisir. C'est sa façon un peu à l'envers de te montrer qu'elle tient à toi, qu'elle veut passer du temps avec toi. Tu ne te souviens pas du moment où tu as cessé de l'aimer comme un enfant naïf, cette femme qui n'a jamais voulu de toi. Tu ne te souviens pas non plus du moment où tu as cessé de la détester, adolescent en fin de rébellion, enfant-presque-adulte appréhendant les travers du monde. Tu l'aimes un peu, tu l'aimes bien, mais pas trop tout de même. Elle ne sera jamais vraiment ta mère. Elle ne te comprend pas. Et c'est ce qui importe.




PNJ - Rivai Kushū

Kiyoshi Teppei © By aldaria

Père ;; Certaines personnes ne sont pas faites pour s'entendre. Aucune ambiguïté possible. Pas de possibilité. Deux êtres totalement dissemblables, qui se repoussent. Il n'y a pas besoin de plus. C'est comme ça avec ton père, cet insecte noir qui bourdonne autour de toi, au creux de ton oreille, cet insecte que tu veux écraser mais qui t'échappe toujours, cet insecte noir qui t'agace plus que les autres. Vous vous êtes détestés dès le départ. Non. C'est faux. Lui, il ne t'a jamais aimé, mais il t'a détesté une fois, et une fois seulement, le diagnostic posé, singulier syndrome de reniement. Il t'a détesté d'une haine qui échappe à toute raison, d'une haine aveugle et sourde. D'une haine dont, tu en es certain, il n'est même pas conscient. Parce que c'est ça, le pire. Sa haine, c'est son désintérêt. Tu es sa honte, son tabou. Son échec, à lui qui n'a jamais échoué, toujours triomphé. Malchance, nuisance. Les dés sont mal tombés. Il ne te veut pas. Et il ne t'aime pas. Et tu ne l'aimes pas. Tolérance zéro. Tu es trop hors norme, trop loin des bornes, trop, trop, trop. Mais tu n'y peux rien. Et c'est de sa faute, un peu, beaucoup, passionnément, si tu ne vas pas bien, si ton cerveau déraille, si ton cœur balance. C'est de ta faute. C'est de sa faute. Tu ne veux plus en porter le fardeau.



OC © Karl.

Cousin ;; Il est ta question, il est ta déception. Tu ne comprends, tu ne le comprends pas. Il était un bout de ta famille, un peu comme un frère mais en plus lointain, et qu'est-ce que c'était bien. Il était un bout d'homme que tu admirais, un adolescent que tu idôlatrais. Il n'était qu'un cousin - mais ton seul cousin. Fils du frère de ta « mère », merci la houlette de l'Incontestable. Il n'était qu'un étranger. Origines lointaines, exotiques, qui ne t'en paraissaient que plus fascinantes. Pourtant aujourd'hui tu n'aimes pas les étrangers. Tu n'aimes plus les étrangers. Est-ce sa faute ? Un peu. Beaucoup. Il a d'abord été ton modèle, celui qui échappe à toute raison, esquisse de déraison, ton phare dans l'obscurité qui remue dans ta tête, celui qui aveugle autant qu'il éclaire. Il a été tout ça. Il a été ta famille, il est ta famille. Un morceau de ta vie - important, ce morceau, tu ne pourrais pas vraiment le décrire, tu n'as pas les mots qu'il faut. Puis il a fait quelque chose d'irréparable. Il est parti. Il a abandonné sa famille, t'a abandonné, toi. Et ce qu'il t'a volé, les quelques rares bribes d'affection que tu avais dans ta vie, il ne te l'a jamais rendu - et puis, tu n'en aurais pas voulu. Il est parti. S'est envolé. Au revoir, tout ça n'est plus que du passé. Tu lui en veux. Tu en veux à tous ces étrangers - tous des menteurs, tous des voleurs, ils ne seront jamais l'égal de vrais japonais ; parce que s'il avait été japonais, s'il avait été comme toi, vraiment comme toi, il ne serait pas parti, pas vrai ? il ne t'aurait pas laissé. Tu lui en tiens rigueur, ça oui. Tu étais un petit garçon inquiet, maladroit et sage, avec quelque chose de flou, d'imprécis dans la tête et dans les yeux, dans le cœur aussi. Il était ton rayon de lumière sans ombre par derrière, qui t'irradiait sans le vouloir avec une facilité désarmante. Tu étais. Il était. Vous étiez. Tu avais à peine 11 ans quand tu as décidé que tout ça, c'est galvaudé. Le revoir, tu n'y crois plus, tu n'es pas certain d'en avoir envie non plus. Et pourtant. Et pourtant, tu es juste occupé à guetter, le guetter, à vérifier s'il est encore en vie, s'il va bien, s'il reviendra un jour. Stupide espoir illusoire, illusion à effacer, à gommer - mais tu n'y arrives pas, stupide tu es.




Couple
« I'd be less angry if it was my decision »



Moule de mon ♥️ - Amon Al-Najjr

Shirin (OC) © By Smooshkin

Époux ;; C'est l'irréparable, cadeau de l'Incontestable. Incontestable incontesté, Berger qui sème au hasard la joie et les désastres, qui gouverne tout et ne répond de rien. Dieu-Décisionnaire qui a choisi. L'a choisi, lui. Vous êtes liés. Tu n'as rien demandé. Mais Il vous a condamnés, Désir-Dictatorial.

Amon. Amon qui sait danser et rire. Amon, ton doublon improbable, incontestable. Amon, comme une explosion. C'est un envahisseur, c'est un conquérant ; et l'aurore et le couchant. Il plante les ongles de sa présence dans la peau de ton absence. Il plante la graine de la discorde dans ton univers décloisonné. Il est le corps que tu peux tenir, celui que tu peux toucher, le seul que tu dois regarder. Enivrante silhouette embrumée qui s'agite autour toi, tourne, tourne, tourne et avance alors que toi, tu dérives, te laisses porter. Es-tu jaloux ? C'est un fait. C'est fait. Tu n'as jamais rien vu de tel, dans ton petit monde inconstant. Tranche de rêve à l'angle d'un couloir. Tu le regardes de dos, en espérant le voir se noyer, en te jurant de tout faire pour le gagner. Tu veux le posséder. Tu veux te libérer. Tu veux détruire ce que tu veux construire.

Autour de vous-deux ne poussent que des chardons.




Amis
« I'd be smiling if I wasn't so desperate »



BlackSad – (Edern Lee Everett)

Varric © Dragon Age.

Presque-Ami ou Ami-tout-court ? ;; Vous vous êtes rencontrés sur le net. Utah, c'est le nom sous lequel il te connaît – côté imagination, tu manques d'option. Lui, c'est BlackSad. Tu ne sais pas à quoi il ressemble. Mais ça ne t'importe pas, pour une fois. Parfois, tu t'attaches, tu ne sais pas trop pourquoi. Comme là. Connu d'abord via un tchat quelconque, un de ceux sur lequel tu t'abîmes sans trop savoir la raison, quelle déraison. Puis il y a eu les échanges par mails. Un, puis un autre. Et encore un autre. Il te fait rire, il te fait sourire. Il t'occupe l'esprit, t'éloigne un peu de la maladie. C'est ton ami, ou presque, ou plus, tu ne sais pas. Vous rencontrer ? Maintenant ? Pourquoi faire ? Pourquoi gâcher cette amitié virtuelle, cette réalité irréelle ? C'est bien comme ça. C'est bien.




Et maintenant… ?
« People are strange when you're a stranger. »


Totsuka Tatara © K Project.

Ancien ami ;; Tu l'as apprécié. Peut-être. Un peu. Tu l'as apprécié, parce que ça devait être fait. Tu l'as apprécié dès que tu l'as rencontré. Timide, nerveux, tu n'étais pas prêt, pas préparé. Mais Yuu t'a heurté, poussé. Encouragé. Et tu l'as rencontré, ce Nanase-san. Première impression ? Quelqu'un de sympathique, agréable. Pas trop envahissant, mais un pilier important. Pour ton premier amour, ton seul amour. Alors tu t'es mis à compter sur lui également. Vous êtes sortis, à trois. À quatre, avec sa fille. Un petit bout de paradis. Comme une vraie famille.

Et maintenant ?

Oui, et maintenant, Uta ? Maintenant, il doit te détester pas vrai ? Mais n'était-il pas impliqué ? N'était-il pas embarqué dans ce mensonge que Mickaël te servait ?



Frey © Fisheye Placebo.

Petit prince – protégé ;; On n'a jamais vu son pareil dans ton monde. C'est un envahisseur et, du bout des doigts, il a détruit ta paranoïa – un étranger ? tu n'en es même pas dérangé, même plus troublé. Tu l'as trouvé, dans la rue. Garçon, bébé. Enfant trop vite grandi. Tu t'es contenté de l'aider, comme tu pouvais. Il t'a marqué. Pourtant, il n'a rien fait pour ça, rien fait pour t'influencer. C'était juste un enfant traumatisé, fracassé. Martyr de la société. Et il t'a marqué. Tu aurais aimé l'éloigner de ce monde effrayant, le cacher des vices de ces gens dérangeants. Tu aurais aimé le protéger plus que ce que tu as fait, ce petit prince qui a gagné ton cœur sans même que tu t'en rendes compte, qui t'a marqué, oui.

Il t'a marqué, Uta.



Christina Aguilera [/size]

Qui est-ce ? ;; Elle est venue, un jour, au magasin. Elle est venue, elle a demandé pour des corsets. Du sur-mesure, prêt-à-porter de luxe pour une cliente pas comme les autres. Parce qu'elle connaît Shin, pas vrai Uta ? Elle connaît Shin. Depuis moins longtemps que toi, mais un peu pour la même raison que toi, oui oui. Tu n'oses peut-être pas te l'avouer, mais quelque part, au fond, tout au fond, tu lui en veux un peu de te voler ton petit secret. Et tu la remercies de t'aider à le protéger.



Harukawa Maki © New Danganronpa V3

Une petite protégée ;; La toute première fois, la toute première rencontre, s'est passé un jour de pluie. Tu faisais la fermeture. Elle venait acheter des produits qu'elle était trop jeune pour pouvoir normalement utiliser – normalement. Trop tard, horaires dépassés. Et la pluie qui tombait, tombait, tombait, comme un linceul d'eau sur vos deux carcasses éprouvées. Tu es rentré. Tu es allé chercher ton parapluie – rouge, rouge comme le sang, rouge comme ses yeux, drôle de coïncidence. Tu es venu l'abriter. Bonjour, bonsoir. Tu lui as souri. Je n'ai rien à t'offrir sinon ce sourire. Que de coups donnés, que de clous enfoncés, dans son corps et son esprit, tu les vois d'ici. Elle n'a pas de consistance, rencontre sans véritable conséquence. Elle est peu, elle est beaucoup. Elle a quelque chose de particulier, cette petite, cette enfant. Trop vite brisée, sûrement. Enfant abîmée, endommagée par la vie et ses aléas, par la brutalité de l'humanité – cruelle société toujours plus destituée. C'est une poupée, avec une clef dans le dos. C'est une marionnette enfilée, effilée. Peux-tu seulement l'aider ? Tu n'as qu'un sourire à lui donner. Un tasse de chocolat, ou de thé.



Dorian Pavus © Dragon Age

Quelque chose mais quoi ? ;; Il souffle le froid, il souffle le chaud. Il souffle un peu tout, il ne se décide pas, toi non plus tu n'y arrives pas. Sur le grand échiquier de ta vie, il y a beaucoup de pièces à part, beaucoup de pièce sans paterne prédéterminé, préconçu. Son côté exotique t'a séduit. Tout comme son homophobie. Es-tu masochiste, Uta ? Peut-être un peu, peut-être pas beaucoup. C'est une histoire de tactique. De statistique. Derrière ces allures d'hétérosexuel offusqué ne se cache presque à coup sûr qu'un homosexuel bien trop refoulé. Tu les as surpris, ces quelques regards sur toi, la première fois – entre deux œillades offusquées par ton métier, puisque pour lui tu fais la propagande du vice, ha ha ha. Il chauffe, il glace, il hésite et tergiverse. Il est sur le fil du rasoir et tu prends un malin plaisir à le titiller pour le faire glisser, l'engager à tomber. Joutes engagées. Il se raccroche un peu à toi, sûrement parce que ça ne fait pas longtemps qu'il est là, et qu'il connaît donc proportionnellement autant de personnes. Accords de paix accordés. Il n'est peut-être de passage dans ta vie que par à-coups. Peu importe. Il est amusant. Il t'amuse. Tu te souviens de chaque moment passé avec lui. Tu retiens chaque coup d'œil. Et tu entretiens votre relation engagée, déclarée, mélange offusqué de guerre et de paix.





Des histoires, un peu plus longues qu'un soir…
« XXX »


Shokudaikiri Matsutada © Touken Ranbu

Ex-amant ;; Rencontre autour d'un chat, voilà qui est nouveau dans ton quotidien, n'est-ce pas ? Une aventure au goût de première fois - parce qu'il y avait le chat, parce qu'il y avait tes angoisses, parce qu'il y avait un peu de tout, surtout, parce que quelque part, tu l'as bien apprécié, vraiment, même si ce n'était pas de l'amour. Tu as bien envie de le revoir. Et tu as un autre chat, maintenant ; un qui n'est pas vraiment à toi, merci l'Incontestable. Alors, pourquoi ne pas retourner là-bas ? pourquoi ne pas aller s'enquérir de sa santé ? de sa vie, de ses nouveautés ? ça te tente, oui, ça te tente vraiment.




Collègues.
« XXX »



PNJ - Tsunade Aikawa

Serious Business © By Kuvshinov-Ilya

Ta patronne – dirige le « O.M.G. » de Tokyo;; Elle te couve un peu, Uta. Faut dire que t'étais au fond du trou, quand tu t'es présenté, C.V. en main, à la recherche d'un emploi pour subvenir à tes lendemains. Tu lui as dit tout de suite. Pour ta bipolarité. Et elle l'a acceptée – elle a été tolérante, elle a accepté ta différence, dans sa grande clémence. On n'en fait plus, des comme ça. Tu ne la remercieras jamais assez. Tu ne sais pas ce que tu ferais, si elle devait s'en aller, vous quitter.




PNJ – Kazuhito Nori

Silbe © By littleulvar

Ton collègue – comptable ;; Il y a toujours eu une certaine alchimie entre vous deux. Dès le début, et ce jusque dans le lit. Enfin, dans l'arrière-boutique. Ce n'est pas bien, Uta, pas bien du tout, pas professionnel pour un sou… Et alors ? Ça ne s'est produit qu'une fois – bon, d'accord, deux. Ou peut-être bien trois. Mais c'est tout, tu promets.




PNJ - Anju Shirosaki

Side © By GUWEIZ

Ta collègue ;; Vous vous arrangez souvent entre vous. Elle veut finir plus tôt ? Pas de souci, tu t'occupes de la fermeture. Tu as besoin d'une paire de mains pour trier l'inventaire ? Elle arrive. C'est le genre de collègue avec lequel tu aimes bien travailler. Vraiment.




PNJ - Ana Shirosaki

Bara © By Kuvshinov-Ilya

Ta collègue ;; Ana, c'est une petite souris, toute douce, toute gentille. Elle fait partie de cette catégorie de plus en plus rare de personnes qui réfléchissent avant d'agir, avant de parler. Et rien que pour ça, elle te plaît. C'est un drôle de concentré de chasteté avec qui tu aimes bien échanger, le temps d'un café, autour d'un déjeuner.



Honey Lemon © Big Hero 6

Une collègue, une de plus;; Une nouvelle collègue. Une nouvelle pièce sur le plateau de la vie, sur l'échiquier de la boutique. Elle va t'accompagner, quelques temps, sûrement un long moment, qui sait vraiment ? En cours ~




PNJ – Bailey Haruko

White © By GUWEIZ

Ta collège ;; À mi-temps depuis son accouchement, tu ne la vois plus souvent. Mais ce n'est pas plus mal, au final. Tu sais être professionnel, mais avec elle, c'est personnel. Vous ne vous entendez pas. Si la glace prenait forme humaine, ce serait elle. De l'intérieur comme de l'extérieur, elle est de glace, une glace froide, rude, sèche. Désagréable. Qui plante ses épines partout, tout le temps, à tout moment. Surtout sur toi – elle ne t'aime pas. Elle te juge, te houspille avec mépris, à chaque fois que tu dérailles, quittes les rails. Heureusement, oui, qu'elle n'est finalement plus là tout le temps.




Beyond the borders.



Des histoires, un soir…
« XXX »


Rin Matsuoka © Free !

Ex-coup-d'un-soir ;; Rencontre autour d'un verre. Flirter, ça tu sais faire. Aimer son corps aussi, tu as faire. Lui aussi ; vous faîtes la paire, dans votre histoire éphémère construite à deux un soir de solitude amère.



Noorin Aso © Jeune pousse.

Aventure hétérosexuelle ;; Tu ne t'aimais pas. Tu n'aimais pas le fait d'aimer d'autres hommes. Tu n'aimais pas sortir des normes, déplaire à tes parents. Tu n'aimais ce que tu étais, qui tu étais. Tu n'aimais pas tout ça. Alors tu as essayé. Tu as cherché, vraiment. Tu y as mis beaucoup de bonne volonté, mais finalement tout ça n'était que contre gré. Il n'y a pas eu beaucoup. Une. Deux. Peut-être trois. Il n'y a qu'une qui a compté, une avec qui tu es allé au bout, une qui t'a fait te dégoûter. Une seule.





Clients
« XXX »



PNJ - Tsai Shen Wù

Fei Long © Viewfinder.

Client - propriétaire du « Aladdin's Cave »;; C'est cet homme, qui ne sourit pas, jamais. C'est cet homme, avec sa pipe à opium au coin des lèvres. C'est cet homme, glacial, qui en impose, t'en impose. C'est un chinois – un brin asiatique au moins. Ça se voit, ça s'entend. Traits de porcelaine dessinés à la plume, estampe asiatique. Accent typique. Tu ne l'aimes pas. Pas personnellement, en tout cas. Il te met mal à l'aise, malaise. Il met un prix sur tout, même sur une vie. Et ça, c'est dérangeant. Et ça, c'est effrayant. Professionnellement, il te rapporte de belles commissions, alors ça va. Souris, Uta. Allez, souris. Tu l'aimes pas ; il te fait même un peu peur. Mais c'est ton client. Ça reste ton client.




PNJ - Kujaku Takeya

Hibari Kyoya © Reborn.

Client - barman du « Aladdin's Cave »;; Tu es mitigé. C'est quelqu'un de froid – vraiment, si tu devais associer l'adjectif « froid » à quelqu'un, ce serait à lui. Pourtant, combien de fois l'as-tu vu agir gentiment, dans l'ombre, pour les prostituées ? Combien de fois s'est-il adressé à toi avec toute la politesse et la délicatesse des japonais, des vrais ? Tu es mitigé, c'est un fait. Mais c'est un bon contact. Tu aimes bien travailler avec lui. Il est clair, concis. Il ne fait pas de chichis.



Kassim © Magi the Labyrinth of Magic.

Grand habitué - travaille au « Aladdin's Cave »;; C'est pour le travail que tu l'as rencontré. Au « Aladdin's Cave ». Tu l'as croisé. Puis c'est au travail que tu l'as rencontré. C'est devenu un client régulier. Ton client régulier. Tu l'aimes bien, tiens. Surprenant, quand on voit ses parures aux couleurs de l'orient. Mais oui, tu l'aimes bien. Et lui, apparemment, il aime bien ta boutique, et tes conseils. Quand il est là, il prend toute la place. Avec ses gestes, son ton, il attire l'attention, suscite la passion. Il sait séduire son public – et n'es-tu pas l'un de ses publics ? Allez. Avoue-le, Uta. Avoue-le, qu'il est beau. Avoue-le qu'il te plaît – attirance purement physique, émoi charnel, rien de tel. Avoue-le. Ne serait-ce qu'à toi-même. Mais non, tu te tais, tu le gardes secret, ce n'est pas la réalité. C'est un client. Un bon client. Ton client régulier, un habitué.



OC © Notesz.

Presque-Ami ;; C'est un client. Un régulier, un habitué. En cours ~




Ennemis
« In a world that’s breaking, where nothing is for keeps »


Varric © Dragon Age.

Client – Enfoiré d'étranger ;; Dès que tu l'as vu, tu as su. Qu'il n'est pas japonais. Pas un vrai. Pareil à tous ces envahisseurs, tous ces conquérants. Pareil à tous ces médisants. Ces voleurs d'unité. Au début, tu n'as rien dit, rien fait. Tu t'es contenté de le fixer, pendant qu'il visitait, qu'il examinait tous les jouets exposés. Sans arrêt. Sans te gêner. Et tu l'as accosté. Pas pour le conseiller, plutôt pour commencer à l'asticoter ce non-japonais. Ton excuse ? Tu n'étais pas dans un bon jour, pas vrai, Uta ? Phase, épisode, crise, que disent les médecins. Médisance, méfiance. Paranoïa. C'est un étranger. C'est un envahisseur. C'est le coucou qui détruit le nid, qui bouscule les conventions, les convenances. C'est le fautif. L'instigateur de tous les problèmes, de tes problèmes ; c'est l'ennemi. Tu as eu peur de lui. Tu l'as crains. Parce que tu es paranoïaque à tes heures, Uta. À tes jours, parfois. Et ce jour-là, c'était pas le bon, pas le bon du tout. Tu l'as instantanément détesté. Il t'a instantanément effrayé. D'une haine qui échappe à toute raison. D'une peur qui échappe à toute raison. Il a répliqué. Tu as renchéri. Il est finalement parti. Et il ne t'a rien acheté. Mauvaise journée, mauvaise rencontre. Si tu devais le recroiser, qu'est-ce que tu ferais ?




Aoba Seragaki © Dramatical Murder.

Ennemi ;; Tu ne l'aimes pas. Ah ça, non, tu ne l'aimes pas. En cours ~




Connaissances
« XXX »


Viktor Nikiforov © Yuri!!! on Ice

Ton fleuriste ;; Vous travaillez dans la même rue. Tu t'y connais en ikebana. Il aime les fleurs. De là peut-on partir sur le postulat que vous étiez dès le départ censé vous entendre. Et ça marche. Ça marche, entre vous deux. Entre achat quotidien de bouquet pour ta « mère », discussion arrangée pour des arrangements floraux, vous vous êtes trouvés. C'est une connaissance – un étranger, tu restes sur tes gardes malgré son attachement à l'ikebana, propre aux traditions japonaises. Tu aimes bien passer du temps en sa compagnie.




OC © Chen Shu Fen

La sœur de So ;; Tu ne la connais pas, pas vraiment. Elle est l'ombre sans dessin, le dessein de celle qui ne demande rien, qui ne veut rien. Tu l'ignores. Elle t'intrigue. Tantôt vous parlez, tantôt vous vous contentez de seulement vous saluer. C'est selon tes humeurs, selon l'heure. À tes yeux, elle n'existe qu'au travers de So, à travers la vie de ton meilleur ami, à travers les quelques fois où tu la croises parce que voilà, elle est de sa famille. Vague connaissance. Elle emporte avec son statut toute potentielle répugnance, élevée sur un piédestal elle est porteuse d'espérance. Pour So, chez qui elle vit, pour qui elle est bien là, bien présente. Pour toi, qui n'espère rien de plus qu'un moment à cuisiner sans rien à penser. Tu ne la connais pas. Elle ne te connaît pas. Tu n'attends pas grand chose. Elle est là. Tu es là. Vous êtes là. Tous les deux mais pas vraiment ensemble. Vous êtes là. Pour So.


[/i][/color]

Uta © Tokyo Ghoul

Ton pierceur ;; Tu ne le connais pas vraiment, mais il a entaillé ta chair, il a introduit du métal dans ta nuque, il t'a marqué, c'est fait. Depuis votre rendez-vous, tu arbores un nouvel éclat sur ta peau marmoréenne. Et dans ta poche, il y a un rendez-vous, pour autre chose, pour quelque chose qui te tient à cœur. Pour un tatouage ?Pour So.


[/i][/color]
avatar
Messages postés : 58
Inscrit.e le : 16/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Uta Al-Najjr, mon amour. ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mer 21 Déc - 16:06
Salut ma Trufinette d'amour <3
Tu f'rais une p'tite place pour ton époux d'amour ?

Genre pour dire que j'suis le plus beau, l'plus fort, l'plus parfait des z'hommes que t'as jamais rencontré ? 8) ♥
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mer 21 Déc - 18:33
Évidemment, ma Moule chérie préférée ♥️

Il y a une place qui t'attend, Ô bel Époux, plus beau parmi les plus beaux ! Je m'en vais la préparer pour accueillir ton royal séant ~
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Lun 2 Jan - 17:59
De l'Exaltation à la Dépression


LOIN DES NUAGES
Never wanted it to be so cold

2074:

→ Hua Kushū (née Ikeda) et Rivai Kushū reçoivent tous deux la lettre de l'Incontestable
→ Ils emménagent ensemble

2076:

→ L'un des gynécologues de la Maternité Nationale diagnostique Hua comme étant stérile, par absence d'ovulation

2079:

→ Le frère d'Hua, médecin japonais travaillant comme Ange de la Mort, est marié par l'Incontestable à une Islandaise. Entre également dans la famille le fils de celle-ci, Karl.

2081:

→ ordre de l'Incontestable : faire un enfant
→ choix de la mère porteuse fait par Hua ; grossesse surveillée par la Maternité Nationale, qui relaie les nouvelles au couple sans jamais présenter les trois intervenants entre eux

DROIT DANS LE SOLEIL
Wonder what's wrong with me

2082:

- Printemps
Avril
21/04 → naissance d'Uta à la Maternité Nationale de Tokyo ; il est tout de suite remis à ses parents (Hua et Rivai), et séparé de la mère porteuse
23/04 → Uta est ramené à la maison

2083:

→ Uta apprend à marcher. Il chute et s'ouvre le crâne – ce qui lui vaut aujourd'hui encore une petite cicatrice à la naissance du cuir chevelu, haut sur le front.
Anecdote:
   Il passe de la station debout, accroché au canapé, aux meubles avoisinants, à ses premiers pas hésitants, vacillants. Il s'avance vers les bras ouverts de sa « mère ». Il essaie de courir dans les jambes de son père.

2088:

→ Uta entre à l'école – sans être passé par la maternelle.
Premier épisode:
   Tu ne te souviens pas vraiment de ce qui s'est passé en chemin, ni même une fois arrivé là-bas. Mais tu te revois assis. Tu te revois dans une salle de classe, seul et abandonné par ta « mère ». Tu te revois, les yeux fixés sur la porte, convaincu de devoir t'y précipiter et t'enfuir. Tu revois aussi le maître, qui s'est tourné pour s'occuper d'un autre enfant – ou peut-être pour noter quelque chose au tableau, tu n'es pas tout à fait certain. C'était le moment ou jamais. Alors tu as bondi de ton siège et tu as couru. De toutes tes petites forces, tu as couru. Dans ta tête, les échos d'une voix te disant de courir, plus loin, plus vite. Mais le maître t'a rattrapé avant que tu n'aies pu atteindre la porte. Il t'a maintenu fermement contre lui pendant que tu gigotais, que tu te débattais. Et tu t'entends encore. Tu t'entends encore, criant que tu voulais rentrer à la maison.
Anecdotes:
Quand on lui demande de dessiner sa maison et sa famille, Uta dessine chaque membre séparément, et non pas des groupes de gens ensemble contrairement aux autres enfants. Parfois, il dessine un grand soleil jaune dont les rayons s'étalent sur la feuille, dérapent sur le bureau. Parfois, il s'empare du crayon le plus sombre qu'il trouve et trace des nuages noirs au-dessus de gouttes de pluie.
Son esprit s'égare facilement. Les apprentissages se brouillent dans sa mémoire.
Dans la cour de l'école, il lui est arrivé de se battre avec d'autres enfants. Il hurlait et frappait parfois gratuitement. À six ans, il était encore assez petit pour être maîtrisé facilement, fort heureusement.

2090:

→ Uta rencontre So.

→ La situation à l'école se dégrade. Il est temporairement exclu à deux reprises – pour sa santé, sa propre sécurité, justifient les rapports du directeur.
Anecdote:
   Incontrôlable, Uta a soudain couru, a piqué un sprint jusqu'au mur de l'école, pour s'y jeter de toutes ses forces. Parce qu'il n'a peut-être que huit ans, mais il a très bien compris que la douleur physique surplombe parfois le supplice que lui impose son esprit semblable à un disque rayé. Alors il se projette contre les briques en hurlant, et la douleur de l'impact coupe au moins court à ses pensées.
→ L'école conseille – insiste vivement – auprès de ses parents pour qu'ils l'emmènent voir un médecin.
→ Leur généraliste les renvoie vers une pédopsychiatre de la Maternité Nationale – une référence, selon ses diplômes. Des mots comme « hystérique » et « difficile » sont donnés et écrits dans son dossier.
Souvenir:
   Tu te souviens que tu regardais furtivement ta « mère ». Tu espérais qu'elle te rassure, qu'elle te dise que tout allait bien se passer. Tu voulais l'entendre dire que personne n'allait te faire de mal. Mais elle se contentait de fixer le vide, en tenant fermement ta petite main dans la sienne – comme pour t'empêcher de t'enfuir.
→ La pédopsychiatre entame une thérapie avec Uta.
Anecdotes:
Elle lui donne des morceaux de plastique représentant des formes géométriques à assembler. Parfois, elle attend des dessins. Elle lui montre des cartes sur lesquelles figurent des images qu'il devait définir d'un mot. Il dut mettre dans l'ordre des cubes avec des nombres. Elle lui donna des poupées avec lesquelles jouer pour le voir simuler sa vie de tous les jours. Il a aussi eu droit à plusieurs séances d'ergothérapie. Autant de sessions variées qu'il a eu du mal à appréhender.
Cette première psychologue n'a jamais envisagé le diagnostic d'une éventuelle maladie. Au lieu de cela, elle dit dans son rapport que c'est un enfant qui a des problèmes de concentration, des troubles de l'attention ; qu'il a de la chance, que c'est un enfant privilégié avec des parents qui s'inquiètent ; qu'il possède tout ce qu'un petit garçon peut rêver d'avoir : des jouets, une jolie maison, des parents attentionnés. Il se souvient très bien de ces mots. On les lui a sans cesse répétés au cours des années qui ont suivi.

2091:

→ So devient plus qu'un simple voisin, plus qu'un simple ami. Il devient son Ami. Le seul, pour l'instant, le seul, pour longtemps. Le seul qu'il aime autant.

2092:

→ Premiers symptômes de son achluophobie : Uta a l'impression d'être au bord de l'asphyxie dans sa chambre – cette chambre où ses parents l'enferment dès qu'il fait une crise, où il est puni dans le noir le plus total dès qu'il fait une « bêtise » – et il commence à emporter ses couvertures sur le palier où il finit ses nuits en boule. La psychologue évoque un état de « régression ». La thérapie est arrêtée là par Rivai.
Anecdotes:
   Uta est retrouvé recroquevillé dans un coin, sous son bureau, le pouce dans la bouche et les yeux dans le vide, en train de se balancer d'avant en arrière. Il est ailleurs, totalement dans un autre monde. Pendant un long moment, il ne répond pas aux appels, aux stimulus. Et quand il finit par reprendre conscience de la réalité, il est confus, perdu.

2093:

- Hiver
Décembre
→ Disparition de Karl. Il en ressort un violent sentiment de trahison, à la limite du choc traumatique, pour Uta, puisqu'il perd un de ses rares repères. Après quoi, il en tire la conclusion hâtive mais qui lui paraît parfaitement sensée, que les étrangers, de toute façon, ne sont pas de vrais japonais, ne le seront jamais, qu'ils ne devraient pas venir souiller le Japon, puisqu'au final, ils sont incapables d'y rester, d'abandonner leurs racines pour s'adapter. Au final, les étrangers, ça a pas le même sens de la famille que les japonais pas vrai ? Au final, les étrangers, ils ne restent pas, ils s'en vont, alors pourquoi s'attacher ? Ils ne le méritent pas. Grosso modo.

Anecdotes 2082-2093:

Uta grandit avec, dans son entourage proche, son cousin Karl. Comme tout gosse, il est rapidement fasciné par son aîné, et s'y attache. Ce n'est pas qu'il l'idolâtre, c'est seulement que c'est naturellement devenu son modèle parce qu'il a grandi en ne connaissant que lui.
Uta c'est le genre de gamin qui était globalement calme et sage, à observer le reste du monde, à étudier ce qui l'entoure - hormis lors de ses épisodes de colère où il était incapable de retenir son impulsivité par exemple. C'était aussi le genre de gosse à faire des dessins, à écrire des poèmes, des esquisses de haïkus, à s'entraîner à la calligraphie, pour tout offrir à quelqu'un - son père n'en voulant pas, sa mère étant un peu distante, il en offre beaucoup à Karl.

UNE FOLIE PAS SI DOUCE
I want to stay in love with my sorrow

2094:

→ Le diagnostic de la bipolarité d'Uta est finalement posé.
→ Une thérapie avec un psychiatre et une psychologue est entamée. En parallèle, un traitement médicamenteux est mis en place.

2094-2096:

→ L'adolescence fait son œuvre. Son regard s'égare, découvre les courbes et les angles des corps masculins, s'attardent sur des mâchoires, l'éclat d'un regard. C'est l'époque des découvertes, des premières tentatives. Des approches, des flirts et des heurts.
→ Il rencontre Länd.
→ Uta peine à trouver sa place. Il ne se fait aucun ami et son traitement l'anti-socialise encore davantage.
Anecdotes:
   Les effets secondaires du traitement empoisonnent la vie d'Uta : il lui arrive parfois de baver ; il a des mouvements incontrôlés et incontrôlables du visage qui lui font mal jusqu'à ce qu'il en pleure, jusqu'à ce qu'il se croit possédé, sa mâchoire se décalant, se bloquant, s'agitant toute seule ; sa mémoire ne joue plus son rôle, écrasée qu'elle est par les médicaments.

2097:

- Printemps
Avril
→ En épisode dépressif, Uta cesse de s'alimenter.
Souvenir:
Tu as commencé une grève de la faim, pour ne plus vivre, pour diriger ta vie. Le choix de ta mort, tel était ton slogan. Et la grève de la faim ton nouvel ami. Tout pour ne plus avoir à subir ce monde cruel qui ne veut pas de toi.
Tes parents n'y ont pas cru. Tes parents se sont trompés. Mais toi, tu as tenu le coup. Ce n'était pas si terrible d'ailleurs. Tu as toujours eu un appétit de moineau pour commencer, et ce n'était pas la volonté qui te manquait. Tu ne trichais pas, ne mangeais pas en cachette. Quand tu avais trop faim, tu buvais un verre d'eau. À chaque repas, ton père te servait lui-même ton assiette. Comme si ça allait changer quoique ce soit. C'était amusant, quelqu'un d'aussi puissant et qui savait tant de choses... mais au final, comprenait si peu son propre fils. Mais tu ne voulais plus s'intéresser à lui. Tu ne voulais plus non plus t'intéresser à ta « mère », qui venait te voir le soir, avant de dormir, pour te border et t'embrasser. Dans ces moments-là, tu sautais de ton lit. Des fois, la tête te tournait et tu tombais. Alors, ton père disait que c'était en hôpital psychiatrique qu'il allait t'envoyer, avec les fous. Il ajoutait qu'il savait que tu mangeais en secret, qu'il n'était pas dupe – toi non plus, tu n'étais pas dupe, ton père disait ça pour se rassurer. Mais toi, tu ne t'inquiétais pas, ni pour toi-même ni pour ton géniteur.
Tu allais tenir.
La preuve, tu ne pouvais même plus aller aux toilettes : tu étais vraiment vide, et tu n'avais toujours pas envie de manger, même si ton ventre gargouillait, comme pour te le réclamer – alors qu'en vérité, tu savais que c'était simplement signe que ton système digestif fonctionnait inutilement. Pour empêcher ça, tu passais beaucoup de temps dans ta chambre, couché en chien de fusil sous ton lit. En te refermant ainsi sur son estomac, comme pour comprimer ce vide et le combler, ou bien l'oublier, tu avais moins envie de nourriture. Tu te contentais de ta salive qui devenait sucrée. Des fois, tu te retrouvais en train de mâcher son drap. Ce n'était pas tricher. Tu n'avalais rien. Mais ça faisait du bien d'avoir quelque chose dans la bouche et de pouvoir exercer la mécanique de mastication. Ta mâchoire était tellement crispée que ça faisait d'abord mal, puis ça passait.
Ça passait toujours.
Sauf la fatigue. La nourriture c'était de l'énergie, le carburant du corps. Tu n'en avais plus. Ta volonté, ça allait, rien n'avait changé, mais physiquement, c'était une toute autre histoire. Il ne fallait pas que tu restes couché. Il fallait que tu sortes, il fallait que tu bouges. Moins on mangeait et plus on se sentait lourd, plus les distances paraissaient longues. L'exercice était essentiel. Ça empêchait les muscles de se figer comme des blocs de glace. Dans le jardin, pour marcher, tu allais d'arbre en arbre, de buisson en buisson. Quand tu atteignais un point de repère, tu t'arrêtais pour respirer, regardais le suivant, et repartais. Tu te fixais un certain nombre de points de repère par promenade, et t'y tenais, même si le nombre diminuait de jour en jour. Tu peinais à trouver la force, et ta température qui chutait dangereusement n'aidait pas.

- Automne
Octobre
→ Uta tombe dans les escaliers. Il est conduit à l'hôpital.
Souvenir:
   Et puis tu es tombé dans l'escalier en voulant aller aux toilettes.Tu as dévalé tout un étage. Ton père n'était pas là, heureusement. Mais ta « mère » si. Elle a appelé les pompiers, effrayée par les bleus. Aucune fracture mais une ou deux côtes cassées, simulacre d'ostéoporose avancée. Ton bras était bleu, presque noir, comme ta cuisse et ta poitrine aussi. Tu avais mal partout, surtout quand tu respirais. Tu ne pouvais prendre qu'un tout petit peu d'air à la fois. Respirer te déchirait les poumons comme s'ils n'étaient en réalité qu'un fin papier d'emballage.

- Hiver
Novembre
→ L'hôpital le fait admettre en clinique psychiatrique.
Décembre
→ Son père l'en fait sortir contre l'avis des médecins.

2098-2100:

→ Uta est suivi par plusieurs psychologues. Notamment Yuudai A. Ashirh, mis en contact avec son père par le Dr. Morita.
→ Le jour de ses 18 ans, il cesse tout suivi, diminue progressivement ses traitements.

DES ÉTUDES POUR UNE VIE
I want to stay in love with my sorrow

2100-2101:

→ Uta suit des études de sociologie.
→ Crise euphorique qui dure plusieurs mois. Débordements et désinvoltures marqués. Tout va excessivement bien. Il se sent heureux. Il redouble de vitalité, il a la plus haute estime de soi-même. Il flirt, beaucoup. Il concrétise, tout autant. Il est pris d'une frénésie insatiable. Son assurance frôle le narcissisme mais lui vaut des notes exceptionnelles.

2101-2103:

→ A un accident de vélo. Triple fracture de la cheville, avec déplacement. Un mois et demi sans poser le pied par terre. Un mois et demi de rééducation. Et le temps de redescendre, la chute de l'euphorie, le retour à la réalité, à la prise de conscience de son inconscience.
→ Suite à ça, il recommence à prendre du Prozac et du Risperdal par alternance, en fonction des crises, pour les réguler mais non pas les stopper. Pour essayer de trouver un équilibre.
→ Il suit des études de commerce, et les réussit brillamment – non sans passer par des phases de déprime où il a l'intime conviction qu'il vaudrait mieux pour lui de mourir, qu'il ne sert à rien ni à personne.

2104:

- Hiver
Janvier
→ Uta est embauché par une boutique de vêtements japonais traditionnels.

2105:

- Printemps
Mai
→ Renvoyé de son précédent emploi, il trouve un travail à mi-temps dans un konbini.
→ Uta rencontre Taka Shiroe, à la sortie de l'hôpital, où il est allé remettre des vêtements propres à son père. Ils entament quelque chose, une drôle d'histoire émaillée d'angoisse, de dépendance affective, et surtout physique, un exutoire.

- Automne
Septembre
→ Uta est engagé dans un sex-shop, dans le quartier chaud de Kabukichô.
27/09 → Uta emménage avec So.

- Hiver
Décembre
→ Uta cesse définitivement de voir Taka.

UN REMÈDE : L'AMOUR
I want to stay in love with you

2106:

- Printemps
Avril
→ Uta commence à travailler dans une grande boutique de lingerie pour hommes et pour femmes.

- Été
Août
17/08 → Uta s'essaie au mannequinat ; il est repéré dans la rue par une démarcheuse, accepte de poser pour la première fois pour de la lingerie masculine ; ça lui plaît énormément
31/08 → Il est embauché par la L.M.E. ; il devient mannequin à temps partiel.

- Automne
Septembre
17/09 → Rencontre Yuuto M. Sasaki : ils se rencontrent pour une première session de mannequinat ; ils mangent ensemble et Uta finit par demander son numéro à Yuu, qui le lui donne.
Anecdotes:
   Ils se voient au travail. Se voient pour aller manger un coup. Instaurent une certaine habitude, une routine entre eux, rien qu'entre eux. Il y a du flirt, aussi. Du désir. Beaucoup de plaisir. Petit à petit, ils s'attachent l'un à l'autre. C'est inconscient, mais ils n'ont plus envie d'aller voir ailleurs.
→ Uta fait une crise de jalousie à Yuuto.
Anecdotes:
Élément perturbateur : Au cours d'une séance photo avec un autre mannequin, ce dernier se sentirait mal (quasi-malaise), et comme Yuu le connaît d'avant, alors qu'Uta ne l'a jamais rencontré, il serait "proche" de cet autre mannequin, plutôt dans le sens protecteur, mais l'autre pourrait genre poser sa tête sur son épaule, le toucher d'une façon qui plairait pas à Uta. Celui-ci deviendrait froid envers Yuu – incapable de gérer sa jalousie, chose qu'il n'a jamais connu dans ce genre de relation. Il le repousserait dans la journée vers cet autre mannequin. Et en privé, il refuserait tout contact. Se refermerait comme une huître. Déjà parce qu'il comprendrait pas pourquoi lui-même est comme ça, donc ça l'énerverait. Ensuite parce qu'il saurait pas l'exprimer. Et enfin parce qu'il aurait l'impression d'être inutile, de ne pas avoir sa place, que l'autre le surclasse, un truc comme ça. Et plus il le repoussera, plus Yuu reviendra vers lui (parce qu'il est toujours comme ça avec tout le monde, puis parce que c'est Uta, qu'il l'attire, et qu'il a pas envie de le laisser seul)... Puis quand il va lui parler de l'autre, ça va faire tilt, et il va lui demander s'il est jaloux de l'autre vis à vis de lui ? Uta essaierait sûrement de nier. Mais il finirait par se rendre compte que oui, il est jaloux. Et du coup, Uta serait très désarmé, et je pense qu'il demanderait à Yuu quoi faire, voire même pourquoi il est jaloux. Yuu rirait doucement avant de lui répondre clairement ce qu'il en pense, sans trop s'avancer toutefois. Qu'Uta a dû s'attacher à lui, et qu'il apprécie pas que Yuu soit "proche" d'autres gars, ou qu'il se laisse toucher par un autre... Et il répondrait que si l'inverse se passait, il apprécierait pas non plus actuellement.

2107:

→ accepte d'entamer une thérapie pour Yuuto.
→ Rencontre Makoto Nanase et sa fille, Hanae Nanase

- Hiver
Décembre
04/12 → Uta est renvoyé de son travail dans la boutique de lingerie homme/femme à cause d'une énième crise de paranoïa qui met à mal sa capacité de travail.

LA FOLIE EN TÊTE
Anything is better than to be alone

2108:

- Hiver
Janvier
13/01 → Uta est engagé au O.M.G. (« Oh My God(e) ») ; il n'en touche pas un mot à Yuuto.
19/01 → Uta quitte définitivement le monde du mannequinat.
Février
19/02 → Uta disparaît de la vie de Yuuto ; il le quitte en emportant toutes ses affaires, en laissant tous les cadeaux qu'il a pu recevoir (sauf un), et en ne laissant qu'un petit mot bref d'adieu
→ Devient le médiateur officiel du O.M.G. avec son plus gros client, le « Aladdin's Cave ». Il porte les catalogues en personne à Takeya Kujaku, qui fait la relation avec le patron, pour, par la suite, passer commande.
→ Il recueille un chat errant, qu'il appelle Why - du nom du groupe de Yuuto. C'est un gros matou noir et blanc, placide, tranquille, qui se fait rapidement une place dans le cœur d'Uta.
→ Il visite le vétérinaire Kyoya Matsuhara pour Why.
Mars
REBELLION ! Manifestation des Incontrôlables ! Ça commence à planter ses graines dans l'esprit d'Uta.
→ Uta devient un client régulier du fleuriste Aurélien D. Matsumoto, à qui il achète des bouquets de fleurs pour sa « mère » ; ils parlent tous deux d'ikebana.

- Automne
Octobre
→ Uta trouve Shin O. Isaksson dans la rue, laissé pour mort par des voyous qui l'ont tabassé. Il le recueille – comme un chaton errant – et s'en occupe. Il réussit à le convaincre de rester une semaine.

- Hiver
Novembre
24/11 → So a un grave accident de ski.
Décembre
01/12 → So est finalement sorti de son coma artificiel.
15/12 → So fête son anniversaire à l'hôpital.
27/12 → So sort enfin de l'hôpital – il est en fauteuil roulant.

TOUT FINIT EN CHARNIER
Always find my place among the ashes

2109:

- Hiver
Janvier
→ Réception de la lettre
→ Rencontre son époux : Amon Al-Najjr
→ Uta échange des mails à teneur pro-Incontrôlable pour la première fois avec son ami du net, BlackSad

Date inconnue, à déterminer:

→ Uta entend parler, par le bouche à oreille, d'un certain Karl Ástþrúðurson, un nom qui lui met la puce à l'oreille. Ce qui peut se passer par exemple dans une conversation entre deux de ses clients, ou bien dans un bar, ou quand il se balade dans la rue, peu importe, ce qui te semblerait le plus plausible. Suite à quoi, il épluche tous les annuaires, papiers et numériques, pour retrouver ce Karl Ástþrúðurson. Il veut croire qu'il s'agit du même Karl, et en même temps il ne veut pas y croire. Ce qui engendrerait une rencontre. Sauf si Karl est absolument sur liste rouge, mais je me dis que depuis son mariage par exemple, sa maison doit être listée quelque part ? Le Japon conserve des annuaires numériques détaillés - c'est l'ère où plus rien n'est privé, où tout se sait, après tout...

Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mer 25 Jan - 18:07
M.A.J. ~
« And I just wanna say... »


09 janvier
M.A.J. : Ajout des liens du « Aladdin's Cave ».
M.A.J. : Ajout des PNJ-Collègues.
Bien sûr, si jamais quelqu'un est intéressé par travailler avec Uta, je m'arrangerai pour que la place désirée lui revienne :3 (renvoi qui se solde par l'arrivée d'un nouvel employé, changement de direction, stagiaire...). Juste pour vous dire que ce n'est pas fermé o7

24 janvier
Liens à détailler : Shun O. Iwato ; Aurélien D. Matsumoto ; Taka Shiroe ; Isaiah S. Greyster
Et à rajouter : Länd Phil ; Driss Y. Tazpinar ; Roxy Takano ; Kohaku Edo ; Yuudai A. Ashirh

02 Février
M.A.J. : Détails sur les liens avec -> Länd Phil ; Yuudai A. Ashirh ; Roxy Takano ; Aurélien D. Matsumoto
M.A.J. : TOUS LES RP's SONT ENFIN SPÉCIFIÉS o7

Toujours plus de liens 8D. Je vous nem. Et je vous attends volontiers.
♥ sur vous.
❝ LAPINS, POULPES & GALIPETTES ❞
avatar
Messages postés : 133
Inscrit.e le : 20/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Edwige ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 26 Jan - 12:14
JE VEUX ETRE TON AMANT /meurt

xD nan j'veux un lien, peu importe huhuhu ♥
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 26 Jan - 14:01
Owi sois mon amant ♥ *^*
Hrm. Je veux aussi 8D. Une idée ? (parce que mes neurones, c'est de la grosse mélasse là tout de suite aha)
❝ LAPINS, POULPES & GALIPETTES ❞
avatar
Messages postés : 133
Inscrit.e le : 20/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Edwige ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 26 Jan - 14:03
Ben la tout de suite je dois être au même niveau cérébrale que toi, donc éventuellement on en discute sur la cb ou en skype ? (j'ai un truc a faire avant x_x... )
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 26 Jan - 14:46
Ça marche ♥
Tu me MP quand tu seras dispo ? o7
❝ LAPINS, POULPES & GALIPETTES ❞
avatar
Messages postés : 133
Inscrit.e le : 20/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Edwige ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 26 Jan - 18:08
Oki, bah right now Honey ♥
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mar 28 Fév - 23:38
M.A.J. ~
« And I just wanna say... »


28 février
Ajout des liens : Karl F. Ástþrúðurson ; Ria K. Awashima ; Akino Yori (née Ishikawa, puis Bashō par adoption) ; Driss Y. Nanase (né Tazpinar).
Liens à ajouter et détailler : Kohaku Edo ; Isaiah S. Greyster ; Juliette Cooper (née Denarbonne) ; Aiichirô Yori ; Kyoya M. Einsbrecher.
Modifications de la chronologie


Toujours plus de liens 8D. Je vous nem. Et je vous attends volontiers.
♥ sur vous.
❝ LAPINS, POULPES & GALIPETTES ❞
avatar
Messages postés : 133
Inscrit.e le : 20/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Edwige ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mer 1 Mar - 0:12
Et Kyoya il est où D:
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mer 1 Mar - 0:39
J'ai failli l'oublier. Honte sur moi. ;w;
avatar
Messages postés : 271
Inscrit.e le : 21/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Blaireau pyromane (Jay) ❤︎
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Sam 25 Mar - 17:02
*roule sur le ventre et ronronne*
Un lien, un lien ! **
Avec Uta ou Alek, osef, un lien **
*ronronne encore*
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Sam 1 Avr - 12:14
M.A.J. ~
« And I just wanna say... »


1er avril
Ajout des liens : Aiichirô C. Yori ; Kyoya M. Einsbrecher.
Liens à ajouter et détailler : Kohaku Edo ; Isaiah S. Greyster ; Levanter Colombe ; Asling Akikazu.


Toujours plus de liens 8D. Je vous nem.
♥️ sur vous.
avatar
Messages postés : 77
Inscrit.e le : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 13 Avr - 2:45
Il paraît que tu voulais te complexifier un peu la vie
Truffe à sa M♥ule. —
— Truffe à sa M♥ule. —
avatar
Messages postés : 450
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 13 Avr - 9:09
Il paraît oui
Tu as une idée pour m'y aider ? Peut-être... donner les tendances des jouets érotiques et autres articles du magasin ?
avatar
Messages postés : 77
Inscrit.e le : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 13 Avr - 17:50
C'est une idée splendide ! #bernard&bianca2
Ça m'inspire bien, un rapport sur les tendances vis-à-vis d'articles érotiques, toussa~

À partir de ça, vers quel genre de relation voudrais-tu que l'on tende ?
Amicale ? Plus si affinités ? ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Ou quelque chose de plus toxique ? J'avais cru comprendre qu'Uta était un peu xénophobe sur les bords. Mais avec certains étrangers seulement. Ça doit dépendre des jours, de l'humeur ?
Ou bien au feeling ? Même si ça me fait un peu peur sur le coup.

Je t'avoue que je n'ai pas masse d'idées, là de suite. Ou peut-être trop, je ne sais pas. Ce doit être complexe le stress.

Au fait, j'ai un peu plagié ta mise en page pour les liens. J'ai pas fait exprès au début au moins, genre, j'avais juste braqué la petite barre, le
Code:
[hr]
en me disant "tiens, ça sera utile ça", et pis quand j'ai fini, je me suis dit "ah bah merde, j'ai copié sa fiche de lien. Tant pis, c'est joli comme ça"
Mais bon, je te le dis quand même parce que je me sens mal quand même xD
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum