Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 20:45
par Chika Mazino


Chika Larsen

On dit que : « trop souvent la colère est favorable à ce qui l'enflamme. » Alors, l'Incontestable, tiens toi prêt à brûler avec moi.
Généralités

Nom ;; Larsen
Prénoms ;; Chika
Âge ;; 19 ans (et ouais, apparemment, j'vieillis aussi)
Genre ;; Tu veux que j'te montre ?
Origines ;; Japonaise et française
Activité ;; Serveuse à mes heures perdues au Raven's (enfin j'dirai plutôt patron puisque j'donne plus d'ordre au patron qu'j'en reçois mais c'pas écrit dans le contrat ça). A débuté un apprentissage de tatoueuse mais a dû cesser suite au départ de mon amie et employeur Daisy /o
Sexualité ;; Hétérosexuelle, quelle question ; je vais pas te proposer de montrer cette fois par contre (j'te sens assez pervers pour accepter)
Avatar ;; Avatar actuel dessiné par Yaishi mais inspiré de MissFreakyLuce sur DA
Règlement ;;
Chemin ;; Je fais partie d'la page d'accueil depuis le temps (enfin, quoi que, vous ne vous êtes pas gêné pour me foutre dehors à coup de recensement   The return of the little queen 2593426774  ) - Je crois que c'était d'un topsite.
Commentaire ;; Je suis de retour pour vous jouer de mauvais tour ! On ne se débarrasse pas de la mauvaise herbe si facilement et puis, je suis une Larsen, c'est increvable.
What happened in your life ?
Chika, c’est une fille très expressive et ouverte d’esprit. Tellement ouverte qu’un jour, à ses 17 ans, elle se mit à raconter sa vie à une souris décédée au fond d’une poubelle à sortie d’un bar. D’un geste presque doux, elle caressa la tête du cadavre à l’aide de son index tout en s’allongeant à côté du corps inerte, utilisant les déchets comme coussins et matelas.

« Larsen … C’est un drôle de nom tu ne trouves pas ? Tu pourrais m’répondre quand même … Non mais sérieusement, mon père, il a beau dire qu’il est français, ça r’ssemble plus à un nom américain qu’autre chose. M’enfin s’il dit qu’il est français, c’est qu’il l’est … A moins qu’il ait encore trop bu et qu’il ne s’en souvienne plus. Si t’as pigé,  j’ai pas le genre de famille ordinaire : deux parents et puis deux gosses. Nan, nan. Nous, on est huit ; six gosses et deux parents dont l’un est alcoolique et fan de musique et l’autre … elle tente en vain d’élever des mômes turbulents. Aucun des deux n’a eu un très grand succès, d’ailleurs. Cette grande fratrie est composée de quatre garçons et de deux filles dont je suis  la cadette. Puis t’sais, le stéréotype qui dit qu’la dernière, c’est la chouchoute, c’était vrai chez nous ! Au début… genre de ma naissance à mon enfance quoi.
Née en 2090, je fus tout de suite bien intégrée dans cette famille déjà bien nombreuse. En y repensant, ma mère a franchement bien réalisé sa mission de petite poule ; alors que le taux de natalité était de moins d’un enfant par femme en 2053 et, suite à la mise en place de l’Incontestable, ma mère a bien obéit aux nouvelles règles en se mariant et en se reproduisant. Oui, après cinq bambins, on parle de reproduction. Heureusement, j’ai été la dernière d’une looooongue liste parce que là, niveau caractère et comportement, c’était d’pire en pire. Y a peu près que le premier qui est « normal ». Et puis, ma mère semblait très satisfaite que son dernier soit une petite fille dont elle put choisir le prénom, les vêtements, la coiffure … Une vraie poupée dans cette baraque de mecs. Nous étions deux et demie d’filles dans la casa parce que ma sœur Dylan a toujours plus ressemblé à un mec qu’à une gonzesse. A cette époque, je représentai la dernière chance de ma daronne d’avoir enfin une petite fille.
Il fait dire que malgré l’intérêt qu’elle me portait, je ne me sentais pas plus aimée que ça. Un  père qui m’ignorait durant une bonne partie de mon enfance – jusqu’à mon adolescence très exactement, sous prétexte que je ressemblai trop à ma mère – des grands frères très individualistes, une grande sœur absente et une mère qui trouvait toujours mieux à faire que de s’occuper de nous.
Comme tu le devines, Mickey Mouse, j’ai grandi dans un chaos total permanent : des cris, des hurlements mais très peu de fous rires. En y repensant, je me demande également comment l’ainé a bien pu faire de longues études ? Ah oui, il s’est barré dès qu’il a pu à l’âge de 19 ans si mes souvenirs sont bons alors je devais en avoir quoi … 10. Un de moins.
Faut dire qu’à 10 ans, j’étais quelqu’un de très renfermée sur moi-même. Je n’avais personne à qui parler malgré le nombre impressionnant de colocataires. Désormais, l’ambiance familiale était plus calme mais ce n’était pas pour autant qu’elle était plus agréable. Ma grande sœur Dylan était déjà rarement à la maison à ce moment-là. Il m’arrivait de la croiser … de temps en temps. Quant à mes trois autres frères : deux étudiaient toujours dans leur chambre dans l’espoir de poursuivre des études supérieures loin d’ici et le dernier passait son temps dehors à trainer. J’étais la seule présente lorsque maman invitait des amis, encore trop jeune pour me sauver moi aussi. Papa, lui, était toujours dans la cave insonorisée où il avait fait installer un studio. J’avais essayé à maintes reprises de le rejoindre pour m’évader mais généralement je me faisais repousser alors après quelques tentatives ratées je retournai dans ma chambre. Je m’emmerdai clairement. Calme. Trop calme. Jamais personne ne s’intéressait à moi et les peu de fois où j’avais réussi à prendre mon courage à deux mains pour m’exprimer, on ne m’a pas écouté.
Plus les mois défilèrent, plus je commençai à avoir ma propre vision de la vie et des gens qui m’entouraient. Cette vision se traduisit à travers les dessins. Vers mes 11 ans, j’ai commencé à écrire et à dessiner tout ce que je ressentais, comme Papa et Dylan, je voulais exprimer ma haine. Pourquoi pouvait-elle s’entrainer pour la musique et pas moi ? Pourquoi ne puis-je sortir autant que les autres ? Maman essayait de me confiner dans un espace qui n’était pas le mien. Je ne voulais pas la décevoir elle aussi alors je restai à la maison pour lui faire plaisir. Je réussis à canaliser toute cette jalousie et cette haine jusqu’à mes 13 ans. Je m’étais réellement trouvée une passion pour le dessin qui me permettait de m’évader et d’exprimer ce dont je ne pouvais dire avec les mots.
A 13 ans, tout changea brutalement. Ma sœur se fit jeter dehors après que notre mère ait trouvé un pochon de drogue dans ses affaires. Ce n’était pas la première fois qu’elle exagérait mais je ne pouvais m’empêcher de l’admirer : elle en avait rien à foutre d’être ou de ne pas être celle que les autres voulaient qu’elle soit. Elle était simplement elle. Elle avait mal tournée mais ça tout le monde le savait. La mettre dehors ne l’a en rien aidé, du moins c’est ce que je pense. Je n’ai jamais eu de liens avec ma sœur mais notre séparation m’a servi d’électrochoc ; je devais arrêter d’être quelqu’un que je n’étais pas. Je devais apprendre à affirmer mon opinion, à dire ce que je pensai vraiment sans tourner autour du pot. »


Ces derniers mots, elle les dit dans un sanglot à demi caché. Même face à cet être inanimé, elle avait du mal à montrer ses faiblesses. Elle était si défoncée et pourtant elle arriva à reprendre son récit là elle l’avait arrêté, prenant Mickey Mouse dans sa main pour déposer un baiser sur son front.

«  J’ai appris que lorsqu’on n’obéit pas aux règles, on se fait punir. J’ai été énormément punie Mickey.  J’ai commencé à suivre le chemin de Dylan. Je me suis mis à sortir de plus en plus à l’âge de 14 ans. Je rentrai déjà à pas d’heure, j’commençai à fréquenter des dealers d’héroïne, des voleurs, des jeunes et des plus âgées. J’étais à nouveau la cadette de la bande alors je devais faire mes preuves. J’ai alors commencé à voler comme eux, à m’battre. Apparemment, j’ai un bon coup du droit mais eux aussi. Je rentrai le matin, un coquard à l’œil, mes bras remplis d’ecchymoses, ma peau bleutée à cause du froid. Ma mère péta littéralement les plombs. Je pense que je venais de l’achever en écrasant ses derniers espoirs. Moi qui n’insultais jamais auparavant, je ne pouvais plus parler sans injurier. Enfin j’me sentais libre Mickeeeeey. Liiiiiiiiiiiibree. Ce n’est qu'à cette période de ma vie que mon père m’accepta enfin et me laissa entrer dans son univers. En contrepartie, je lui montrai le mien avec mes dessins, mes tatouages cachés, éparpillés sur le corps. Des fois, ils signifiaient quelque chose, des fois rien mais c’était certainement parce que je m’en souvenais plus à cause de l’exta.
Mon groupe de potes m’apprenait beaucoup … beaucoup de conneries. Ainsi, je me retrouve aujourd’hui avec une étoile en bas du dos mais ce n’est pas un simple tatouage mais une mutilation : un soir, alors qu’on ne savait pas quoi faire, on a fait chauffer à l’aide des briquets un moule pour faire des gâteaux et on se les ait foutu sur le corps. Résultat j’ai une étoile en bas du dos. Me demande pas pourquoi j’ai fait ça Mickey, j’en sais rien.
La seule chose à laquelle j’ai fait gaffe, ça été de ne jamais me faire prendre avec de la drogue sur moi. J’veux pas me faire jeter dehors ! Après tout, c’est tellement plus amusant de rentrer tous les soirs – ou pas, et de voir le visage de ma mère au bord du suicide.
Sinon, j’viens de postuler à deux salons ; celui d’une certaine Daisy et celui d’Aiichiro. J’espère que l’un d’eux va me prendre pour mon apprentissage ! Je m’intéresse aussi, en plus de mes activités nocturnes, à c’nouveau groupe là … Ah, les Anartist’ Brothers. Si tu pouvais lire Mickey, tu verrais leur site internet, il est dément. Y a des oufs là-dessus. Ces derniers temps, il m’arrive durant le rare temps libre qu’il me reste, d’aller à quelques concerts des Pharsalia mais c’pas pour voir ma sœur hein, c’pour le batteur.
Ah oui, j'allais oublier, je suis comme un poulpe en amour. Je n'y connais strictement rien mais j’ai l’temps, pas vrai Mickey, j’suis jeune, l'Incontestable va m'oublier encore quelque temps … J’ai que 17 ans. J’suis bien seule … J’crois que je préfère crever comme toi, ici, seule, à essayer de me débattre contre la vie, que finir en cage en perdant ma liberté et ma fierté. RIP Mickey. Mais tu n’es pas seul – tu as avec toi toutes les personnes que l’on considère comme nuisibles. »  


Enfuyant ton visage dans son pelage, son corps non encore raidi, tu te mis à pleurer avant de t’endormir, gardant le corps de l’animal contre toi pour les prochaines heures. Tu avais là-bas 17 ans et déjà les pieds ensanglantés d’avoir trop marché en dehors du sentier. Abimée, tu ne cessais de te blesser.

Depuis, deux ans se sont écoulées aux cours desquelles tu as énormément changé.

Après avoir postulé dans les différents salons de tatouage, tu eus une réponse favorable de Daisy qui accepta ta candidature dans son salon de tatouage. Tu y fis la connaissance de diverses personnalités, les unes plus farfelues que les autres tels que Joshua, Tara, mais également des personnalités touchantes – dont notamment Marcus. Petite dealeuse de quartier, tu tentas de gérer tes deux activités sans que l’une ne croise l’autre. En parallèle, tu finis par rencontrer la personne qui sera ton premier amour ; Yoshino. Votre relation fut intense ; c’était la première fois que tu ouvris ton cœur à quelqu’un. Cette rencontre te permit d’ouvrir les yeux sur tes fréquentations et la manière dont tu étais arrivée là. Enfin décidée à quitter ce petit commerce illégal que tu avais commencé, tu ne pus réaliser tes résolutions. Pourquoi ? Ton moteur t’avait lâché en cours de route. Aussi vite que Yoshi entra dans ta vie, il en sortit après qu’il ait réceptionné la fameuse lettre cachetée. Tous ces sentiments, les uns plus forts que les autres, te donnèrent la nausée à te faire perdre la tête. A moins que ce fût l’augmentation de ta consommation de shit qui te fit perdre les neurones. Et comme toujours, ce furent toujours les mêmes « collègues » qui te proposèrent de t’aider. On n’parlait pas tatouages. Plus perdue qu’auparavant, tu te retournas vers ton seul véritable ami Marcus mais, par peur de le faire souffrir,  tu préféras garder ses sentiments. Refusant de blesser Marcus, de par son passé et pour son présent, tu te refermas sur toi-même. Et alors que tu n’as jamais exprimé ses sentiments, Marcus disparut sans même te dire où. Finalement, te voilà encore plus enfoncée dans l’épaisse forêt t’empêchant de rejoindre le droit chemin. Il faut dire que tu n’as même pas essayé de le retrouver.

Puis un jour, alors que ta dépression inconsciente t’appelait de plus en plus vers un monde ailleurs, tes pensées lugubres furent chassées à coup de fous rires avec Yaishi et Bunta, tes deux nouveaux clients les plus réguliers. Ces clients qui t’appelèrent après chaque concert pour passer des moments de détente ensemble et avant même que tu ne t’en rendes comptes, ils firent partis de ton quotidien. Avant, pendant et après les concerts, les soirs après le travail, les midis pendant la pause, les weekends… Il n’y avait plus d’heures pour se voir. Faut dire que toi et Yaishi, vous étiez devenus comme les doigts de la main, jamais l’un sans l’autre, à un tel point que même votre entourage se mit à se poser des questions sur votre relation. On ne parlait plus de clients depuis longtemps mais d’amis. Même vous, vous finîtes par perdre de vue les frontières de l’amitié un soir. Néanmoins, cet incident, considéré comme une erreur pour chacun de vous, n’entacha pas votre amitié et vous décidèrent de ne plus jamais en reparler. Du moins, c’est que vous pensiez.

Chika, tu as toujours aimé jouer avec le danger.

T’as 18 ans et tu continues de vivre comme avant, à la différence près que tu comptais pour une fois dans ta vie sur un vrai ami, un frère, un confident. Tu allais en avoir besoin pour surmonter la perte de ton emploi après avoir appris du jour au lendemain le départ de Daisy, te laissant là, sans prévenir, toi et tes rêves. Tu vécus son départ comme une réelle trahison mais tu n’eus pas le temps de trop y penser, l’Incontestable décida qu’il était temps de te marier à un homme ayant plus de 10 de plus que toi ; Benjamin Féinn. Autant dire que ton nouveau poste au chômage passa au second plan pour ne pas dire inexistant. Comble de l’ironie, c’était le meilleur ami de ton meilleur ami. C’était surement le fait d’être atrophié d’un membre qui les avait rapprochés. Tu ne voyais que ça. Tes réactions excessives étaient devenues ingérables, même pour un trentenaire. Totalement braquée à la moindre discussion, tu exprimas ta colère contre les meubles de votre appartement qui disparurent à travers une bais vitrée à peine quelques minutes après votre premier rencontre. Les hostilités étaient lancées. Pourtant, tu t’étonnes toi-même qu’après quelques jours, tu commenças à lui parler de la pluie et du beau temps. Vos discussions étaient courtes et concises. Il fallait dire qu’en plus d’être vieux, il était étranger et malheureusement pour lui, tu n’as jamais suivi tes cours d’anglais. En y repensant, c’était surement préférable qu’il ne comprenne pas tout (surtout lorsque tu l’insultais). Il faut préciser qu’en plus d’avoir la haine d’être enchainé à un inconnu, faisant taire à jamais tes sentiments, tu te retrouvas avec une association prénom-nom plus que ridicule ; Chika Féinn. Et le petit Benjamin l’avait bien compris. Alors que le jour fatidique du quatorzième jour s’approcha, vous décidâtes de vous changer les idées en vous rendant à l’anniversaire de votre seul point commun, en dehors du mariage, à savoir votre pote Yaishi. Non pas que tu stressais de devoir donner ton corps à un presque inconnu alors que seules deux personnes l’avaient vu jusqu’à lors mais cette obligation te mettait bien mal à l’aise. Finalement, la soirée ne se passa pas comme prévu et ton seul et unique ébat avec ton confident ressurgit sans que tu ne comprennes comment ni pourquoi. La suite reste assez floue, il y a eu une mise à l’eau, des cris, une soufflette, tu as servi de béquille pour Yai et tu es rentré avec ton mari du moment en taxi. Alors que vous tentâtes de rentrer dans votre logement, tu finis par faire un malaise. D’abord perçu comme un début de coma éthylique pour certains, il se releva avoir une tête, deux bras et deux jambes.

L’annonce de ta grossesse fut un vrai choc. Et n’ayant pas eu de relation depuis plus de trois mois, ton médecin te fit comprendre rapidement que l’avortement n’était plus envisageable. En deux semaines tu devais encaisser un mariage et désormais une grossesse qui aboutira à la vie d’un razmoket. Un enfant signifiait tant de contraintes, la première étant de l’assumer alors que tu n’arrivais déjà pas à t’assumer toi-même ; lui donner un toit sur la tête, lui donner à manger, l’habiller, qu’il vive dans des conditions correctes... et la seconde étant de te priver encore un peu plus de ta liberté, déjà que tu n’en jouissais quasiment plus avec le mariage. L’emprisonnement ayant toujours été ta plus grande crainte, tu pensas à un miracle lorsque l’Incontestable prononça ton divorce quelques jours plus tard mais ce fut certainement ton dernier point de repère qui s’effaça. Livrée à toi-même, tu refusas de retourner vivre dans cette famille qui te sembla si étrangère. Tu aurais pu essayer de voir avec Yaishi pour squatter son appartement le temps de retrouver un travail correct et stable mais la vie, et ta fierté, t’en empêchèrent. D’abord en colère, tu ne trouvas rien de mieux à faire, pour l’extérioriser, que de la diriger sur Yaishi. Toute cette rage contre le système mis en place, contre tes parents incompétents qui t’ont mis au monde, contre Daisy qui ne t’a pas permis de finir ta formation, contre toi-même d’être si faible et fragile, tu la dirigeas sur Yaishi. Tu étais mal et tu ne trouvas rien de mieux que de t'exprimer avec agressivité. Et avant même que tu ne t’en aperçoives, il avait disparu de ta vie.

A l’époque, tu n’avais aucune explication si ce n’est le fait de fuir pour se débiner. Chose que tu aurais aimé faire également, si tu avais pu extraire cet être vivant, que tu considérais encore comme une chose, de ton corps. Tu te dégoutas à un tel point que tu préféras t’auto détruire avant que quelqu’un d’autre s’en charge ; et cet autre, c’était l’Incontestable.

Recluse dans un vieil entrepôt désinfecté pendant des semaines avec des squats, tu passais le plus clair de ton temps défoncée et bourrée. Ton moyen de survivre ? Encore et toujours le deal. Tes fringues s’entassèrent dans la moisissure et la crasse. Tu dormais à même le sol sous des vieux tissus empilés. Et comme pour oublier, à défaut de pouvoir fuir dans un autre pays, tu fuis dans un autre univers à travers la fumette. Ce qui autrefois était un plaisir commença à devenir un besoin, un manque à combler. A moins que ce ne fût le manque d’amour qui tu essayas de combler.

Partie pour ne pas survivre, ton destin sembla scellé jusqu’à ce que ton  chemin croise celui d’un vieux barbu spécial. Etrangement, par sa compassion, il te rappela ton ancien meilleur ami mais c’était différent. Tous deux te redonnèrent, à leur façon, tu ne sais comment, l’espoir d’une vie meilleure. Peut-être était-ce parce qu’ils croyaient simplement en toi alors que tu avais déjà abandonné. A travers son regard conciliant, Hayate réussit à te canaliser et, en un sens, t’apprivoiser. D’un refus catégorique, tu te mis à hésiter puis, finalement, tu acceptas d’emménager au-dessus de l’appartement du propriétaire du Raven’s, bar étant devenu ton nouveau QG. C’était comme si, au bon moment, il avait exactement su ce dont tu avais besoin, te proposant également un travail. Avec Hayate à tes côtés, tu as pu trouver la force de finir ce que tu avais entrepris : lâcher le trafic. Vous étiez loin d’être des modèles d’une bonne hygiène de vie mais vous étiez vous-mêmes et c’était déjà beaucoup. Et comme un problème n’arrive jamais seul, en t’accueillant, il accepta ta poisse légendaire. Ceci pourrait expliquer l’accident de l’homme avec sa compagne et qui ôta la vie à plusieurs personnes. Thalie, ce n’était pas ta grande amie, mais tu la considérais ; après tout, elle t’avait accueillie aussi, en un sens. C’était plus de la pitié de sa part que de l’amitié mais tu ne pourras plus lui demander. Bien que l’ours eut beaucoup de mal à surmonter ce sentiment de culpabilité, le rendit aigri et dans un état second plusieurs jours, il s’estompa peu à peu jusqu’à disparaître avec l’arrivée dans sa vie, comme dans la tienne, de son fils de 4 piges. Votre vie. Daisuke, c’était comme un être irréel. Il débarqua de nulle part, sur cette plage, alors qu’Hayate venait de fumer et que toi, étrangement, tu essayais de la gérer. Rien que là, la scène semblait déjà surréaliste. Si tu devais retenir qu’un moment de cette soirée forte en émotions et en rebondissements, ça serait lorsque le petit garçon, muni de sa pelle et de sa salopette verte, vous rejoint au bord de la mer pour te proclamer sa maman. Ca et le moment où vous avez bouffé des frites. Ou encore lorsque Dai a volé un jouet. Finalement, tous les moments passés avec les Fukuda, peu importe la génération, fut des merveilleux moments qui te resteront toujours gravés ; du plus petit détail insignifiant aux grands évènements. Comme si tu avais trouvé ce qu’il te fallait, Dai’ a été un électrochoc ; en ce petit garçon innocent rempli d’amour prêt à donner mais surtout à recevoir, tu eus l’impression de te voir. C’est ainsi que tu compris que la chose que tu portais en toi était un être vivant qui allait devenir un enfant puis un adulte. Et ce futur enfant, tout comme toi, n’avait rien demandé pour naitre. Tu te refusas qu’il grandisse comme toi avec de la frustration et un manque croissant d’attention. Tu te refusas qu’il finisse mal sur le bas-côté d’un trottoir, à moitié mort après une soirée. C’est surement ce jour-là que tu développas ton instinct maternelle, jusqu’à lors insoupçonné, et que tu conserveras très longtemps tant avec Dai qu’avec ton enfant.

A bientôt 19 ans, et alors que tu semblais enfin avoir trouvé un équilibre qui semblait te satisfaire, l’Incontestable frappa une nouvelle fois pour foutre le bordel dans ta vie. Un second mariage avec un certain Matt Blake. Inconnu aux bataillons, tu n’allas pas le rejoindre la première semaine qui suivie la réception de la lettre, voulant profiter pleinement des derniers instants de répits. Une fois en cellule, derrière ton air arrogant, tu souffris réellement du manque de ce qui sembla être devenue une addiction. A peine 3 jours emprisonnée, tu finis par capituler mais est-ce dû au manque de quelque chose ou de quelqu’un ?

La vie continue, plus ou moins bien, jusqu’à ce que ton barman reçoive à son tour la fameuse lettre. Tu ne l’avoueras jamais, pas même à toi-même, même si dans le fond tu le sais, que cette lettre a réduit à néant toutes tes chances de voir un jour ton mariage dissout au profit d’un autre. Tu ne te l’avoueras pas car avouer signifierait que tu éprouves des sentiments que tu n’as plus le droit d’éprouver. Ce mariage, tu l’as mal vécu. Tu l’as intériorisé mais pas trop. Partager les seules personnes que tu considérais être ta famille, c’était comme renoncer à elles… les laisser partir… Et tu en es incapable. Jalouse. Possessive. Tu prendras la décision de t’éloigner du Raven’s lorsque Eurydyce est dans les parages. Lorsque tu voudras voir Dai’, Hayate te le déposera à la maison. Lorsque tu voudras voir Hayate, ça sera en dehors du bar. Cette intolérance n’est pas personnellement contre ‘Dyce, elle est contre la personne qui partage la vie avec les personnes avec qui tu aurais aimé vivre. Mais même ce constat, il est trop dur à accepter.

Le septième mois de grossesse débuta lorsque tes premières contractions se firent ressentir. C’est ainsi, avant le terme prévu, que tu accouchas d’une petite fille que tu appelleras Misaki. Ce prénom, tu ne l’avais pas vraiment choisi. C’était un peu ta manière à toi de payer une ancienne dette pour ce qui semblait désormais être le plus cadeau que tu n’aies jamais eu. Et, malgré les risques qu’encourent les grands prématurés, tu tentas de garder la tête haute. Du moins, jusqu’à ce qu’Yaishi revienne dans ta vie. Il sera le seul avec qui tu partageras ces moments de faiblesses, de peur, de joie… entre la vie et la mort. Entre l’espoir et le pessimisme. Entre l’amour et la tristesse. Inutile de préciser qu'à la seconde où tu laissas Yai' à nouveau entrer dans ta vos vies, tu lui pardonnas. Tu te sentis même coupable de lui avoir souhaité, dans un excès de colère, du mal, ne serait-ce que quelques secondes... Après, il n'avait pas essayé de te fuir comme tu l'avais supposé ; il était dans le coma suite à un accident pendant des mois...

Aujourd’hui, à 19 ans révolus, tu sais que Yaishi va à nouveau avoir un enfant. D’ailleurs, il a organisé une rencontre avec la future mère puisqu’elle porte le demi-frère de ta progéniture. Et puisque tu es devenue surprotectrice, tu préfères savoir à qui ton enfant aura à faire, parfois (mais pas trop). Après tout, Misaki est encore toute minuscule et sort à peine de l’hôpital.
Tu sais que tu dois commencer, pour le bien-être et le bon développement de Misaki, à mettre de côté ta rancœur pour le système et te plier à lui dans le sens où toi, Matt et Misaki vivez sous le même toit. Cette résolution implique de ta part de t’ouvrir davantage mais ce n’est pas une chose aisée car accepter une chose c’est renier une autre… Es-tu prête à renoncer au passé et au présent pour lui laisser une place dans l'avenir ?

Are you a little bit Crazy ?
« La jeunesse est une douleur en manque de compréhension.  »

Autoritaire :
Elle a un sens du commandement très direct. Elle est peu influençable, assez dominatrice et objective bien que son excessivité, due en partie à sa jeunesse, l’embrouille lors de ses décisions hâtives. Apaisée par le sentiment de tout contrôler, à l’inverse, lorsqu’elle est prise au dépourvue, ses réactions seront souvent démesurées. Son ton, souvent autoritaire et sec, cache la fille hésitante et peu sûre d’elle.

Energique et brutale :
Tout feu tout flamme lorsqu’elle peut exercer son activité préférée, le dessin, elle passe pour une passionnée au regard des autres. Son dynamisme et son besoin d'action font qu'elle ne sait pas rester inoccupée ou oisive. Elle possède un trop-plein d'énergie qui, s'il n'était pas canalisé, se transforme vite en agressivité et en brutalité… ce qui arrivait trop souvent dans sa jeunesse mais sa rencontre avec Daisuke lui a donné envie d’être un modèle raisonnable pour l’avenir.

Sensible et émotive :
Très explosive, son hyperémotivité la fait passer du rire aux larmes, de l'emballement le plus déraisonnable à de la colère la plus injustifiée en quelques secondes. Mais au fond, c'est une sentimentale, bien que les apparences tendent à prouver le contraire. Ses relations affectives sont complexes, faites d'un mélange de pouvoir, de possessivité, de jalousie et de tous les excès. Lorsque Chika aime une personne, son amour sera sincère et totalement irrationnel. Secrète, elle préfère enfouir ses sentiments et ne pas étaler au grand jour son affectivité et sa tendresse, de peur de blesser et d’être blessée. Ce dévouement se caractérise également dans les amitiés de Chika et c’est ce qui, pour ceux qui la supporte, la rend attachante. Assez secrète sur ses sentiments, Chika s'exprime finalement bien plus par les actes que par la parole. Son amitié est fidèle, mixte mais est notamment soumise à ses humeurs. Chika a un grand sens oppositionnel, elle aime dire non, discuter avec entêtement et est capable d'exploser lorsqu'il s'agit de régler ses comptes. Chika n’est pas imperméable aux échecs bien qu’elle évite de le laisser paraître, elle a une tendance au refoulement sentimental. Néanmoins, depuis la naissance Misaki, elle commence à comprendre qu'elle doit s'exprimer totalement et se livrer davantage.

Créative :
La lecture, l’écriture, le dessin, le chant, la musique sont tous des domaines qui inspirent Chika. Fille d’un père chanteur et issue d’une grande famille, elle comprit rapidement, et notamment à travers sa grande sœur Dylan, que parler ne suffisait pas pour se faire comprendre. Elle se lance facilement dans un projet mais une fois commencé, elle ne pourra s’arrêter que lorsque celui-ci sera terminé. Ainsi, elle s’est lancée dans le métier du tatouage pour transmettre ses émotions mais également et surtout transposer son imagination. L’art est le seul moyen qu’elle a trouvé pour canaliser son énergie débordante. Malheureusement, ce projet a été mis en stand-by depuis presque deux ans.

Naïve :
La naïveté peut être définie comme le fait d’être aveugle sur les intentions des autres, faire confiance à n'importe qui. Chika n’est pas comme ça, du moins, pas au sens strict. Consciente qu’elle se faisait manipuler, elle l’acceptait simplement pour se faire intégrer dans un groupe. Groupe qui, franchement, n’était pas très fréquentable mais peu lui importait, elle était jeune et cherchait juste à s’amuser. Prête à suivre n’importe quel individu qui passe, ce n’est pas pour autant qu’elle ne savait pas reconnaître le bien du mal … c’est juste qu’elle n’en avait rien à faire jusqu’à ce qu’elle réalise, au gré de ses rencontres, du genre de femme qu’elle voulait devenir et que la naïveté consentante n’en fait plus partie.

Ambitieuse :
Voire Rêveuse. Chika refusait de ne pas atteindre ses objectifs et faisait toujours tout pour que ses projets aboutissent. De nature impatiente, il fallait qu’elle ait tout, tout de suite, quitte à faire une crise pour l’obtenir. Pourtant, cette ambition s’est vue disparaître peu à peu face aux échecs. Elle est toujours présente mais cachée, de peur de faillir une nouvelle fois.

Franche :
Ennemie des mensonges, de la flatterie et de l'injustice, Chika aime lutter, affronter et se dépasser. Tout ce qui passe par son cerveau est relaté par sa bouche. Pas d’hypocrisie. Son avis est toujours tranché et n’hésitera pas à le faire partager.

Impatiente :
Impatiente à l'extrême, elle veut que tout aille vite, ce qui la rend irritable lorsqu'elle a l'impression de piétiner. Dans ces moments, il vaut mieux la laisser seule sous peine de se voir insulter de tous les noms. Impulsive, elle aurait risqué de faire des actes qu’elle aurait regretté par la suite.

Possessive :
Jalouse et possessive à l’extrême, son manque de confiance en elle la pousse à se sentir menacée. Anxieuse d’être oubliée, voire simplement remplacée ou abandonnée par les autres, elle se sent obligée de maintenir les êtres qu’elle aime près d’elle. Cette exclusivité se montre surtout avec sa fille et Daisuke bien que le pauvre Hayate n’est pas vraiment épargné non plus.

Excessive :
Chika ne connait pas de limites. Généreuse, elle possède un caractère entier et a horreur des demi-mesures. Pour elle, tout est blanc ou noir, le gris ne faisant pas partie de son arc-en-ciel.

Déterminée :
Chika a une très forte volonté bien qu’elle en soit inconsciente. Son activité est parfois assez « brutale », c’est une fonceuse qui agit avec rapidité et audace. Elle a des idées bien arrêtées sur les choses, les gens, sur ce qu'il faut faire ou non et comment. Une moralité, des croyances changeantes, au gré des situations et des moments de sa vie caractérisent Chika.

Contradictoire :
Chika a de nombreuses épines mais elle est facile à cerner : faite d'une seule pièce, naïve, franche, directe, elle a besoin de se mesurer aux autres, stimulée par la compétition et le désir d’être la meilleure. Il est très dur de s’opposer à une jeune femme aussi bornée qu’elle. Son avis sur son mari, bien qu'en apparence elle semble catégorique, n'est pas si tranché que ça ; parfois intéressée, elle se forcera à le repousser. Son manque de maturité et sa volonté de se battre contre l’injustice la mettent souvent dans des situations délicates. Elle tente néanmoins de combattre ses vieux démons en devenant plus raisonnable et plus responsable. Ayant encore des sentiments souvent contradictoires, son état n’a pas encore pu se stabiliser. Folie. Maturité. Passion. Pessimisme. Il existe chez elle un mystère qu'elle ne partage jamais complètement et qui la rend particulièrement fascinante.

I look like ...
Par quoi commencer ? Cette boule de nerfs change aussi vite de style que d’émotions.

Commençons par l’intemporel. Mademoiselle Larsen, du haut de son pauvre petit un mètre soixante, met depuis deux mois que des baskets – elle qui mettait toujours des chaussures à talons auparavant. Elles étaient si usées par le temps, les intempéries, les obstacles qu’il en restait rien d’autre qu’un trou à la place du talon. Elle était presque complexée de sa petite taille mais, face aux nombreux sacs pour Misaki, la poussette, le siège pour bébé, le cosy, elle dû se résoudre aux talons plats… En parlant de complexe, elle l’était également par sa minuscule poitrine, 80B mais ça, c’était avant la grossesse. Depuis, elle fait du 80C et ne s’en plaint pas … Pour résumer, la seule chose que Chika appréciait auparavant et qui lui pose problème aujourd’hui est son poids. Pesant cinquante kilos avant la grossesse, elle n’arrive pas à retrouver ce poids, les deux derniers kilos se voulant persistants.

Après avoir survolé l’aspect général, passons aux détails. De grands yeux noisette, des lèvres pulpeuses et un petit nez, voilà la description en quelques mots de son visage. Pour la jeune femme, les yeux représentent le reflet de l’âme … Ainsi, portant de l’importance au regard, elle prend soin de toujours les mettre en valeur mais, d’un teint très pâle, elle évitera de se maquiller à outrance pour ne pas ressembler à un zombi. D’ailleurs, elle n’a pas besoin de davantage d’artifices, son piercing au-dessus de la lèvre, au nez  et ses roses rouges tatoués dans le cou jusqu’à l’avant-bras suffisent pour qu’elle se fasse remarquer. Naturellement brune aux cheveux ondulés, elle se les colore régulièrement en rouge vif pour se démarquer. Et ce n’est pas la maternité qui aurait changé son côté extravagant.  

Désormais, c’est au tour des accessoires tels que les fringues. Alors là, c’est juste … indescriptible. Encore jeune et à la recherche de soi, de nouveauté, elle peut passer d’une robe insolite  à un simple jogging. Toutefois, elle veille désormais à ne plus paraître vulgaire, bien que sexy ne soit pas vulgaire. Elle s’autorise toujours à montrer ses atouts sans pour autant finir à trois heures du matin les habits à moitié troués là où ils ne sont pas censés l’être. Vous ne la verrez jamais sortir avec un tee-shirt à petits poids… Quand même ! Néanmoins, ces derniers temps, il semblerait qu’elle ait opté un style plus urbain : legging noir avec baskets, sweet large et épais. Autrefois parfumée à l’odeur de cannabis et de shit, l’odeur semble s’estomper peu à peu pour laisser place à un arôme sucré.

Avant de conclure, revenons sur un détail qui a cependant son importance : ses tatouages. La demoiselle n’a pas qu’un simple tatouage en forme de roses du cou jusqu’à l’avant bras, son corps en est rempli. Ayant marre de s’entrainer sur des pieds de porc durant sa formation, et voulant apprendre à percer sans infliger une douleur insupportable à ses futurs clients, la brunette ne trouva rien de mieux à faire que de s’entrainer sur son propre corps. Autant dire que les premiers furent … laborieux. Ainsi, elle possède environ une vingtaine de tatouages, passant de simples mots à des têtes de mort, des ailes d’ange sur la jambe, le poignet, les doigts, les cuisses … Ses derniers en dates étant le prénom de Daisuke et celui de sa fille avec sa date de naissance juste  au-dessus de sa poitrine.

Bacon L. Beigbeder
Messages postés : 1796
Inscrit.e le : 23/08/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Celle qui fait du couscous.
Autre: Connard pathétique IRL, passe ta route.
#JeSuisJeanne
#JeSuisJeanne
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 20:49
par Bacon L. Beigbeder
PUTAIN T'AURAIS PU TE RECO AVANT PÉTASSE !! LA PETITE MISAKI A PLEURÉ DANS LES BRAS DE SON PAPA !!!

Pas le bon code au passage !

(Ceci est un message d'amour.)
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 20:51
par Chika Mazino
MERDE vous m'obligez après tant d'années à relire ce REGLEMENT ?! J'trouve que pour la peine tu devrais m'offrir le code !

Et sinon, avec l'ancienneté, vous pourriez même me laisser la CB je trouve /pan/

(Parce que ouais, père indigne que tu es, même pas tu t'inquiètes de la mère de ta progéniture ! Avoue que tu voulais me laisser pour morte et ainsi récupérer la garde !) Tsss moi qui pensais qu'on était restés potes !
Bacon L. Beigbeder
Messages postés : 1796
Inscrit.e le : 23/08/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Celle qui fait du couscous.
Autre: Connard pathétique IRL, passe ta route.
#JeSuisJeanne
#JeSuisJeanne
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 20:52
par Bacon L. Beigbeder
J't'ai tellement guetté pétasse !!! En mode "Bordel, elle va pas se co. Bordel, elle va pas se co..."
TU M'AS MIS EN PLS !!!!
Kyo Hanagami
Messages postés : 504
Inscrit.e le : 16/11/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 21:13
par Kyo Hanagami
Bon retour The return of the little queen 251311841
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 21:19
par Chika Mazino
Tellement que t'as prévenu Hayate qui m'a prévenu ! MERCI QUOI CA PUE L'AMOUR ICI ET LA BIENVEILLANCE ! C'est fou comme j'me sens aimée ! The return of the little queen 901032552

NB : PLS c'est quand la victime respire encore, en l'occurrence, j'étais MORTE!

Merci Shin :D
Bacon L. Beigbeder
Messages postés : 1796
Inscrit.e le : 23/08/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Celle qui fait du couscous.
Autre: Connard pathétique IRL, passe ta route.
#JeSuisJeanne
#JeSuisJeanne
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 21:26
par Bacon L. Beigbeder
T'as qu'à venir plus souvent sur skype, pétasse ! P'tain quoi ! T'ES NULLE ! C'était pour moi le PLS, morue ! P'tain, me refait PLUS JAMAIS CA ! PLUS. JA. MAIS ! T_T

*Lui roule une pelle de l'enfer avant de pleurer dans un coin à cause du stress.*
Setsuka Yagami
Messages postés : 1241
Inscrit.e le : 11/01/2015

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
ʕ•̫•ʔ Hamster-chan ʕ•̫•ʔ
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 21:41
par Setsuka Yagami
Bon retour Chika 8D
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 22:27
par Invité
YOU LITTLE #&$@ !!!!!

Tu m'as fait peur ! T___T

Je veux un câlin pour la peine !
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 22:49
par Chika Mazino
D'où PETASSE ? Moi ?! Non mais j'rêve valide moi ma fiche de suite et j'te pardonne ton insolence ! Ca se dit modo, père responsable, pote et voilà. Voilà. VOILA même pas ça prévient lors d'un danger mortel !

MAIS QU'EST CE QUE TU VEUX QUE JE TE METTE EN PLS COUILLON SI JE SUIS PAS LA ?! NE ME CONFONDS PAS AVEC TES POULES D8

AUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU SECOURRRS AU VIOL BUCCAL !

* Lui lance des oignons dans les yeux *


Merci Setsuka

Suki c'était qu'un .... malentendu, tu m'as pris pour qui ? J'suis pas une lâcheuse ! /o Viens dans mes bras ça va aller ! *pat pat*
Inari Akiyama
Messages postés : 579
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Amon Al-Najjr ♥
Autre:
— Ultratechnique —
— Ultratechnique —
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 23:16
par Inari Akiyama
Bon retour ressuscitée de l'hécatombe 8D
Bacon L. Beigbeder
Messages postés : 1796
Inscrit.e le : 23/08/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Celle qui fait du couscous.
Autre: Connard pathétique IRL, passe ta route.
#JeSuisJeanne
#JeSuisJeanne
posté
le Dim 22 Jan 2017 - 23:19
par Bacon L. Beigbeder
JUSTEMENT PARCE QUE TU N’ÉTAIS PLUS LA !!! JE T'AIME MOI ET TU DISPARAIS DANS LA NATURE, J’ÉTAIS TERRIBLEMENT MAL MOI, P'TAIN !

(#FloodModo)
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 0:53
par Chika Mazino
PROUVE LE MOI - J'CROIS QUE CE QUE JE VOIS !

(Je vois ça mais valide moi au moins ce règlement p'tains tu suis même pas - je demande un autre modo pour valider ma fiche mouhahaha ! ♥)
Marty Kusanagi
Messages postés : 1830
Inscrit.e le : 31/07/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : KUGO KUSANAGI! *Uesh*
Autre: 24 ans, maman d'un petit garçons de deux ans. 3 piercings et 2 tatoo
♥Blondie Pin Up♥
♥Blondie Pin Up♥
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 1:25
par Marty Kusanagi
CHIKA T'ES DE RETOUR! ON EU DROIT À DU PLS AU RESCENCEMENT!

Et ton retour souligne aussi la fin des fantasmes du M&M dieu merci, amen et tout le tralala!

JE T'AIME! JE ME SUIS ENNUYER! C'ÉTAIT TELLEMENT VIDE SANS TOI! Q-Q
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 1:31
par Invité
Meuf.... t'as tellement mis tout le monde -bon je m'entends hein- en PLS.... genre même moi j'étais pas bien.
D'où t'es pas revenue à temps ? D:
Tu tu as osé laisser un recensement te foutre dehors à grand coup de pied au cul ?!
Franchement........ ;w;
Je suis contente que tu nous reviennes, miss !
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 1:38
par Invité
Re-bienviendu à la maison o/
Ren Bashō
Messages postés : 219
Inscrit.e le : 05/08/2015

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Reiichi Basho ♦
Autre: LUV.
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 9:47
par Ren Bashō
Elle est revenu ♡

BOUGES TON CUL ET VAS ESSUYER LES TABLES SALE MÉGÈRE ! T'AS PAS HONTE DE PRENDRE CONGER DE NOUS COMME ÇA ?! D8

Bref, je t'aime. Bonne fiche, que Dieu te préserve des PLS de la rédaction et puisses tu être re validée un jour ♡
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 704
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 10:45
par Satoshi Totsuzen
Bon retour Chika-chik The return of the little queen 719878181

Ça fait plaisir de te savoir à nouveau parmi nous !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


The return of the little queen Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 21:16
par Chika Mazino
Merci pour cet accueil mes amours ♥

MAIS TOI NETTOIES TES VERRES IL VA EN FALLOIR POUR FETER MON RETOUR !

Bordel j'ai tellement la haine de ne pas pouvoir venir sur la CB pour avoir des explications sur cette PLS ! VOUS AVEZ QUOI AVEC LA PLS ?!!!

Sinon je vais essayer de finir cette fiche ce soir *j'essaie* :D
Banpei Fujiyo
Messages postés : 441
Inscrit.e le : 08/05/2014
Exploseur de Mots
Exploseur de Mots
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 22:43
par Banpei Fujiyo
Je ne poste jamais pour les fiches d'habitude, mais y a deux exceptions : pour accueillir ma mère, ou pour accueillir l'amour de ma vie.
Et ma mère ne s'inscrit pas sur les forum.
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Lun 23 Jan 2017 - 22:50
par Chika Mazino
Merci papa Nath, ça m'touche torpinouch ♥
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mar 24 Jan 2017 - 6:25
par Invité
Comment avoir la fiche la plus floodée de toute l'histoire du RP XD
Bon retour Chika XD On se retrouve à la crèche!
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mer 25 Jan 2017 - 0:35
par Chika Mazino
C'est ça Kaede, tu l'as remarqué aussi ? The return of the little queen 872761514 Merci ♥️
PS : je dépose pas ma merveille à la crèche, ça va pas !

PS2 : je pense avoir terminé /o
Il doit encore y avoir pleins de fautes mais vu l'heure j'ai plus la foi de ma relire >.< Honte à moi ! Je le ferai demain si j'ai le courage xO
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mer 25 Jan 2017 - 15:23
par Invité
Tu sais que j'ai presque cru être libre pendant un instant très bref ? ♥
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mer 25 Jan 2017 - 18:20
par Chika Mazino
Croire ce n'est pas savoir The return of the little queen 3926283201 T'as cru pouvoir me lâcher comme une vieille chaussette puante ? Tu t'es trompé ! :D
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierThe return of the little queen 50-50-2Earth WolfThe return of the little queen 50x50-56504f9 The return of the little queen SvinThe return of the little queen 3zm1 The return of the little queen 5yh3The return of the little queen Opol0Q6The return of the little queen FHZzEDvThe return of the little queen 7Uxn8zPThe return of the little queen 494ZUS0The return of the little queen 1553711497-50-50FTM 50x500The return of the little queen B50x50The return of the little queen 1553722908-no-50x50The return of the little queen Tdj2The return of the little queen Logo_510The return of the little queen 190412122437274038 The return of the little queen RXqdRpDThe return of the little queen Logo5010The return of the little queen VBL1j1M The return of the little queen 1559228694-50x50The return of the little queen Qlaa The return of the little queen IcoSC5050 The return of the little queen Bouton10 The return of the little queen Bouton15