Akino Mikolajczyk
Messages postés : 581
Inscrit.e le : 25/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Jazz Mikolajczyk ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mer 8 Fév - 23:04
par Akino Mikolajczyk

Akino Bashō


Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  4c8c

« Qui que tu sois, tu es remplaçable.»
~ Bernard Werber ~
Nom ;; Ishikawa de naissance. Bashō d’adoption
Prénoms ;; Akino, souvent surnommée Aki
Âge ;; Bientôt 24 ans. Née le 23 mai 2085
Genre ;; Féminin
Origines ;; Japonaise
Activité ;; Architecte d’intérieur. Chef d'équipe au sein de la section aménagement des habitations du TPAI. Gère l’aménagement des habitations des nouveaux couples mariés, en fonction des données sur ces derniers.
Sexualité ;; Hétérosexuelle
Avatar ;; OC de Chen Shu Fen
Règlement ;; Code validé, black.
Chemin ;; Reboot
Commentaire ;; Je me suis beaucoup investie dans ce personnage. J'espère qu'il vous plaira autant qu'à moi ♥

Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Fr4q

« Il faut apprendre à édifier une nouvelle vie sur les ruines d'un passé douloureux.»
~ Jules Sandeau ~
Je suis le miroir de ma sœur, au même titre qu’elle est le mien. Aussi loin que je me souvienne, nous avons toujours été complémentaires. Elle est calme, je suis bruyante. Elle est douce, je suis casse-cou. Elle est souriante, je suis boudeuse. Elle est tendre, je suis brusque. Nos parents l’aiment, ils me détestent. Ou du moins, c’est ce que je me suis mise à penser avec le temps. L’histoire que je vais raconter n’est pas le mienne, même si j’en fais partie. Non, celle que je vais raconter est l’histoire de ma jumelle, mon double, mon reflet, et pourtant mon opposé. Akino. Nous sommes nées le 23 mai 2085, à quatre heures du matin. Elle est venue au monde cinq minutes avant moi, et c’est probablement ce qui me prédestinait à toujours me trouver derrière elle. La seconde place a toujours été la mienne, depuis le jour où nous avons poussé notre premier cri.

La folie me fait perdre la tête. Ma vue est floue et son visage accapare tout mon champs de vision. J’ignore pourquoi je veux parler d’elle maintenant. Ce n’est pas dans mes habitudes, et je n’ai jamais voulu montrer à quel point je suis attachée à elle.  Le sentimentalisme ne fait pas parti de mon caractère. J’ai toujours montré à quel point je suis forte et dure. Alors pourquoi… ? Pourquoi les images de notre enfance me reviennent maintenant ? Je nous vois en train de courir dans le jardin après le chat du voisin qui vient de voler sa part de brioche sur la table du gouter. Moi en haut d’un arbre pour attraper un ballon, pendant qu’elle me regarde, inquiète, plus bas. Notre grand frère, Reiichi, en train de se moquer d’elle parce qu’elle avait eu peur d’une méduse en vacances, et moi qui tente de la défendre en jetant du sable sur notre ainé. Nous avons eu une enfance paisible, rien ne pourrait contredire cela. Ma mémoire est remplie de ce genre de souvenirs, mais également de moins joyeux.

Le premier souvenir triste qui me revient est la mort de notre père. Nous avions dix ans, Reiichi en avait quatorze. Je pense qu’il a été plus affecté que nous par ce décès soudain. C’est probablement pour cela qu’il est devenu milicien au service du Japon. Pour nous, Norisuke Ishikawa était trop souvent absent pour que nous soyons vraiment attristées de son départ. Même Katsue Tadashi, notre mère, n’a pas pleuré. Ils ont été mariés ensemble six ans avant notre naissance. L’un comme l’autre avait toujours été pour notre système dictatorial, aussi ont-ils pris ce mariage comme il est venu. Notre père était milicien, mais la plupart de ses missions consistait à partir à l’étranger pour s’occuper des couples rebelles. C’est lors de l’une d’entre elles qu’il a été tué, par un homme armé qui a fini par être exécuté à son tour. Notre mère, quant à elle, travaille, encore aujourd’hui, au service postal du TPAI. Leur mariage n’a pas été trop dur en soi. Le peu de fois où il était à la maison, notre père jouait parfaitement son rôle d’époux, et sa femme le lui rendait bien. A les voir on aurait pu penser qu’ils filaient le parfait amour. Mais je savais que ce n’était qu’une façade. Un rôle qu’ils jouaient tous les deux. Elle était beaucoup plus heureuse et naturelle lorsqu’il était absent. Au final, lorsque le paternel est mort, ça n’a pas changé grand-chose à notre vie, et celle-ci a repris son cours normal assez rapidement.

Nous avons grandi dans la campagne près de Tokyo, dans une petite maison entourée de verdure. Un étage, trois chambres, deux salles de bain et une grande pièce à vivre. Elle était toujours remplie des rires d’Akino et moi. Même si elle était plus calme que moi, notre proximité faisait que je parvenais toujours à l’entrainer dans des situations plus improbables les unes que les autres. Reiichi devait souvent venir nous chercher pour manger, en trainant des pieds face aux demandes de notre mère. Dès que nous avons eu l’âge, nous nous rendions à l’école en vélo. Il nous accompagnait pour plus de sécurité, et venait nous chercher le soir. Notre mère travaillait à la capitale. Elle partait tôt le matin, après avoir laissé le petit déjeuner et nos bentos sur la table, et rentrait juste à temps pour préparer le dîner. Nous avions un quotidien agréable et tranquille. Je vous l’ai dit, nous n’avons pas eu à nous plaindre. Du moins pas tout de suite.

Un peu plus de deux ans après le décès de notre père, l’Incontestable a décidé qu’il était temps pour notre mère de se remarier. C’est à partir de ce moment que tout a changé. A partir de ce moment où ma relation avec Akino a commencé à changer. Tetsuki Bashō. Je l’ai haï dès que je l’ai vu. Il était à l’opposé de la nature calme et aimante de notre mère. Stricte et sévère, c’est ce qui le caractérise parfaitement. Il a débarqué dans notre vie avec son fils, So. Contrairement à son père, c’était un garçon agréable. Mais l’un comme l’autre avait une vision sur notre société qui me donnait envie de vomir. Il nous a adoptés immédiatement pour que nous portions son nom. Je ne voulais pas, je n’ai pas eu le choix. A l’opposé de son premier mariage, celui-ci a rendu ma mère vraiment heureuse. Je pense que je peux dire sans me tromper qu’elle est amoureuse de cet homme, et je suis certaine que c’est ce qui a été à l’origine de ma haine pour lui. Et c’était probablement réciproque. Il ne m’aimait pas, et je le lui rendais bien. En grandissant, les différences que je pouvais avoir avec Akino se sont renforcées. Elle a toujours eu un tempérament de rêveuse, alors voir notre mère vivre le grand amour avec cet homme à l’air renfrogné, lui a immédiatement mis en tête qu’elle vivrait la même chose. Elle s’est mise à rêver à son mariage aussi fortement que je rêvais de voir cette machine détruite. Et plus nous grandissions, moins ça s’améliorait. Dès le début, notre beau-père a compris que je ne lui rendrais pas la vie facile. Il s’est tout de suite mis à nous comparer avec ma sœur. Elle, la jeune fille parfaite, calme, studieuse et obéissante. Et moi, la malpolie qui répondait mal, cherchait la querelle à la moindre occasion, et critiquait ouvertement notre pays.

Suite à leur mariage, nous avons déménagé plus près de Tokyo, dans la maison que possède Testuki. Une grande maison répondant au Japon traditionnel. Je déteste cette maison, froide et impersonnelle. Nous avions chacun notre chambre, et ça a probablement contribué à me séparer d’Akino. Nous qui avions dormi dans la même pièce durant douze ans. De son côté, elle s’est énormément rapproché de notre demi-frère. Lors de nos années lycée, ils étaient très proches. Il a même réussi à la convaincre de faire du kendo avec lui, elle qui n’avait jamais été très sportive au collège. Leur proximité me rendait jalouse, et mon caractère fier et têtu ne faisait rien pour arranger les choses. Dès qu’Akino faisait un pas vers moi, j’en faisais deux pour m’éloigner. Et j’en souffrais. Je les observais de loin, jalousant So pour la relation qu’il entretenait avec ma jumelle. Mon double. Celle qui était censée être mon complément. Néanmoins, plus le temps passait, et plus je me rendais compte que nous étions différentes.

Un autre évènement majeur dans nos vies a été la naissance de notre petite sœur. Tami. Elle est née trois ans après le mariage de nos parents, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, c’était une enfant voulue. Lorsque nous avons appris la grossesse de notre mère, Akino et moi avions quinze ans, et l’on s’apprêtait à rentrer au lycée. Je me souviens avoir crié ce jour-là. Je ne comprenais pas pourquoi ils avaient fait ça. Pourquoi obliger un autre enfant à vivre ce que nous vivions. Je ne voulais pas de cette sœur. Je n’avais besoin que d’Akino. Mais elle… Elle, elle était heureuse. Heureuse de voir notre famille s’agrandir avec un enfant de l’amour. Reiichi s’en fichait, il allait quitter la maison familiale peu de temps après pour entrer à l’armée dans le but de devenir milicien. So… Disons que je n’ai jamais réussi à bien le cerner. Quand Tami est née, je ne me suis jamais sentie aussi seule de ma vie en les voyant tous s’extasier devant elle. Les disputes avec mes parents ont augmenté, et ma sœur tentait tant bien que mal de me convaincre de me calmer. Elle y parvenait, parfois, mais ce n’était pas toujours le cas, et je continuais de recevoir des gentillesses de mon beau-père. Combien de fois ai-je entendu que j’étais un déshonneur pour ma famille ? Et combien de fois me suis-je enfermée dans ma chambre pour pleurer. On dit que les jumeaux ont un lien particulier, peut-être est-ce pour cela qu’elle me rejoignait souvent pour me consoler. Malgré mon envie de la repousser, j’acceptais ses gestes d’affection et de tendresse. Ma jalousie envers elle ne parvenait pas à briser cet élan d’amour que j’éprouvais mais que je ne montrais pas.

Je la déteste et je l’aime tout autant. Peut-être est-ce pour ça que je commence à regretter mon geste alors qu’elle se penche vers moi, en larmes, tenant mon poignet entre ses doigts fins. Je crois qu’elle hurle mon prénom, mais je ne parviens plus à entendre quoique ce soit. Je lis l’hésitation dans son regard. Doit-elle partir chercher de l’aide, ou rester avec moi ? Elle ne parvient pas à se décider, et cela double le flot de ses larmes. Mon regard est attiré par quelque chose derrière elle, sur le miroir de la salle de bain. Une photo. C’est une photo qui, je le sais, nous représente toutes les deux lors de l’obtention de notre diplôme du lycée. Un des rares jours où nous nous sommes rapprochées, heureuses d’avoir été jusque-là. Il y a So sur cette photo également, et Tami que j’ai appris à aimer avec le temps. Cette petite crevette de trois ans qui se trouve sur mes épaules. C’était un jour heureux, je m’en souviens encore, et je souris en y repensant. Pourquoi ma vie n’a-t-elle pas été aussi joyeuse que ce fameux jour ? Pourquoi me suis-je entêtée à vouloir contredire mes parents durant toutes ces années ? Etait-ce vraiment par conviction ou par pur esprit de contradiction ? Je n’arrive pas à le savoir. Et mes souvenirs continuent de ressurgir.

Moins d’un an après la naissance de Tami, nous avons de nouveau déménagé, cette fois-ci à Tokyo même, sans être complètement dans le centre. L’Incontestable a dû se dire que ce serait mieux pour nous, je ne sais pas, mais j’ai été heureuse de quitter cette maison que je haïssais. Et je l’ai été encore plus quand nous avons dû nous installer dans une maison plus moderne. Voir ce sale type aussi énervé et déçu était quelque chose qui me faisait sourire avec une joie non feinte. Nous avons donc changé de lycée, pour notre entrée en deuxième année. Puis une fois le secondaire terminé, Akino et moi sommes entrées à l’université. Je ne voulais pas, mais j’y ai été poussée par mes parents, et la simple idée d’aller m’installer en plein cœur de la capitale dans un appartement avec seulement ma sœur, m’a tout de suite séduite. Nous avions dix-huit ans, et nous allions devenir indépendantes. Evidemment, nos parents payaient tous nos frais, même si Aki avait reçu une bourse assez conséquente de sa fac. Elle a choisi des études de design, elle voulait être architecte d’intérieur. Quant à moi, et bien, je pense que j’ai pris la première filière qui m’a accepté.  Au final, je n’y serais restée qu’un an. Alors que ma sœur est toujours assidue en cours, je déteste y mettre les pieds. Et le peu de fois où je m’y rends c’est pour dormir sur la table pour me remettre de la soirée de la veille. De temps en temps, nous sortons ensemble, avec nos amis en commun ou respectifs. C’est dans ces moments-là que j’arrive à me rapprocher d’elle, lorsque l’on s’amuse et que l’on ne pense à rien d’autre qu’à l’instant présent. De temps en temps, So vient avec nous. Je me demande s’ils continueront d’y aller ensemble maintenant… Avec Jek aussi…

Jek. Pendant quelques temps, j’ai vraiment pensé être attirée par lui. Ce beau mec à l’allure de vilain garçon. Ce mec qui n’a d’yeux que pour ma sœur. Il est entré dans nos vies peu de temps après notre entrée à l’université. Akino m’a raconté leur première rencontre. Elle était allée s’installer au parc avec un livre et son appareil photo, comme elle le faisait assez souvent. Il s’est approché d’elle pour commencer à lui parler. Elle l’a rejeté, ça ne l’intéressait pas. Après tout, les relations amoureuses n’avaient pour elle que peu d’intérêt. A l’instar de notre demi-frère, elle était persuadée que son grand amour lui serait donné par l’Incontestable, et elle ne voyait pas l’intérêt de se faire souffrir avec d’autres relations. A l’inverse, je faisais mon maximum pour profiter de mon célibat. C’est pour cette raison, que lorsque Jek est arrivé, j’ai voulu me l’approprier. Quand Akino m’a raconté que cet homme s’était mis à venir la voir régulièrement à la fac pour lui proposer des sorties, ou tout simplement l’inviter à déjeuner pendant ses pauses, j’ai voulu voir qui il était. Et lorsque je l’ai vu, j’ai tout de suite su que je le voulais. Ou du moins c’est ce que je pensais, jusqu’au jour où, après avoir insisté pour qu’il sorte avec moi, il m’a envoyé dans la figure que je ne cherchais juste qu’à obtenir ce que ma sœur avait. Je me suis prise cette réflexion comme j’aurais pris une gifle. Il avait raison. Ma sœur qui avait toujours tout eu pour elle, l’intelligence, la douceur, l’amour de nos parents, ne devait pas avoir ce type pour elle. Je voulais le lui voler. Et pour moi, Jek était le genre de type à s’intéresser qu’au physique d’une femme. Donc s’il aimait Aki pour ça, il aurait dû être attiré par moi. Nous étions nos propres reflets après tout. Je ne me suis jamais autant trompée de ma vie, et j’ai fini par laisser tomber. Lui, non.

Jamais il n’a abandonné. Pendant presque six mois, il a tenté de séduire ma sœur. Et celle-ci l’ignorait. Du moins au début. En voyant la détermination qu’il y mettait, elle a fini par accepter un déjeuner par-ci par-là, les petits cadeaux qu’il lui ramenait, que ce soit une fleur, une boite de chocolats, ou des trucs un peu plus originaux. Il avait appris ses horaires, et venait la voir deux à trois  fois par semaine. L’entêtement d’Aki à le repousser s’essouffla petit à petit, au fil des mois. Cela mis du temps, mais jamais il ne baissa les bras, et j’observais de loin. Le voir était devenu une habitude dont elle ne parvenait plus à se passer. Elle me parlait de lui de plus en plus, et même si elle laissait sous-entendre qu’elle ne voulait pas de lui, je voyais qu’elle appréciait toutes les petites attentions qu’il avait à son égard. Au fur et à mesure que le temps passait, je voyais son visage s’animer de sentiments que je ne lui connaissais pas. A la fin des cours, elle courrait presque jusqu’à la grille de la fac pour pouvoir le rejoindre, mais gardait toujours une expression neutre quand elle arrivait à son niveau. Tout cela était devenu habituel, et je voyais bien qu’elle ne pouvait s’en passer. Jusqu’au jour où elle me fit part de son inquiétude. Cela faisait une semaine qu’il n’était pas venu la voir. A ce moment-là j’ai compris, tout comme elle, qu’elle s’était attachée à lui et à sa ténacité. Je me souviens de son visage qui s’était figé quand elle avait réalisé ça pendant qu’elle me parlait. Durant deux semaines, elle ne le vit pas, et cela s’est clairement ressenti sur sa bonne humeur. Lorsqu’il refit enfin surface, c’est avec un visage exprimant clairement son soulagement qu’elle l’accueillit. Je m’en souviens, j’étais là. Et je revois encore le grand sourire de Jek quand il a vu l’air soulagé de ma sœur. Peu de temps après, elle lui donnait sa chance pour un vrai rendez-vous. Elle n’a jamais voulu me dire ce qu’ils avaient faits ce soir-là, gardant jalousement cette soirée pour elle. Tout ce que je sais, c’est que c’est à partir de là qu’ils ont commencé à se voir encore plus régulièrement, et à devenir un couple. Encore une fois, ma sœur possédait quelque chose que je n’avais pas.

La suite n’a été qu’une succession de détresse pour moi. Akino et moi vivons ensemble, mais je ne la voyais plus. Elle s’est mise à passer tout son temps avec Jek et son meilleur ami, Benoit. Je l’ai déjà vu, nous avons déjà passé des soirées ensemble. Peut-être par dépit, j’en suis même venu à coucher avec lui, quelques fois. Que ce soit lui ou moi, on ne cherchait rien d’autre, donc ça nous convenait. Toutefois, la vie de ma sœur s’est mise à tourner entièrement autour d’eux. Ils sont tellement proches que certaines personnes se demandent parfois s’ils ne forment pas un couple à trois. Je me suis toujours sentie exclue du trio qu’ils forment. Je n’y ai jamais vraiment été la bienvenue. Je n’ai jamais réussi à m’y intégrer, alors je me suis mise à observer de loin, cette relation que je ne comprends pas, et que je jalouse. Je n’ai jamais connu d’amitié aussi forte que celle qu’ils me montraient. Jek et Aki vivaient un amour fusionnel et intense. Benoit et Aki s’aimaient comme un frère et une sœur, d’un amour sans ambigüité. Je les enviais. Toutefois, je ne saurais jamais comment cette relation s’est terminée, car je ne serais pas là pour le voir. Ma vie est devenue qu’un amas d’échec après ça. Les cinq mois qui ont suivi le début de la relation entre ma sœur et son copain n’ont été qu’une nouvelle façon pour moi de détruire ma vie. J’ai arrêté de mettre les pieds à la fac, j’ai  continué les nombreuses sorties dans les bars jusqu’à me réveiller dans les bras d’inconnus, j’ai essayé la drogue et l’alcool… Je voulais tout connaître, et tout oublier… Jusqu’à ce jour. Il y a six jours.

Le 14 avril 2104. Le jour où ma vie entière a basculé. Le jour où l’univers a décidé de m’achever. Le jour où cette putain de lettre rose est arrivée dans ma boîte aux lettres. C’était il y a six jours. Je ne l’ai dit à personne. A quoi bon ? Je me suis enfermée dans ma chambre et n’en suis plus sortie. Mes doigts sont restés crispés à ce papier qui m’annonçait que ma liberté prenait fin à partir de maintenant. Je ne me souviens plus ce que j’ai fait durant ces six jours. Le temps s’est arrêté pour moi, jusqu’à ce que je prenne cette décision. Je refuse de finir ma vie enchainée à un homme que je n’aimerais pas. Je refuse d’être, encore une fois, celle que l’on rejette. Quand j’ai enfin pris ma décision pour me trainer dans la salle de bain, c’était trop tard. Quand j’ai entendu la porte de l’appartement s’ouvrir et la voix de ma jumelle se faire entendre, m’appeler pour me rappeler que l’on devait aller voir ce film au cinéma dont nous avions tant parlé, et quand, enfin, j’ai vu son visage alors qu’elle entrait dans la salle de bain, j’ai compris que c’était la fin. Et j’en suis là. A me vider de  mon sang alors qu’elle pleure en serrant mon poignet entre ses doigts. Je crois qu’elle me supplie de ne pas mourir, j’ai de plus en plus de mal à suivre le mouvement de ses lèvres.

Je ne peux raconter la suite car je ne la connais pas, je n’étais pas là pour la voir. Je ne sais pas à quel point ma mort va affecter ma sœur, ni comment son entourage sera là pour la soutenir durant ce passage douloureux de sa vie. J’ignore que So, mon demi-frère, pleurera avec autant de peine qu’elle. Que mon beau-père sera furieux du déshonneur que j’apporte une nouvelle fois à sa famille. Je ne saurais jamais combien de temps Akino va mettre à faire mon deuil, et que rester seule dans notre appartement lui sera dorénavant impossible. De ce fait, elle ira s’installer petit à petit chez Jek en mentant à nos parents sur ce sujet. Il l’aidera à surmonter sa peine. C’est quelque chose que je sais, même maintenant. Il a toujours été là pour elle, depuis le jour où il l’a vu pour la première fois. Je sais au moins qu’elle ne sera pas seule. Toutefois, j’ignore que cela ne durera pas. En effet, moins de deux ans après mon départ, Jek se fera tuer dans un accident de voiture, à cause d’un chauffard ivre perdant le contrôle de son véhicule sur une route gelée. Jamais je ne saurais à quel point cet évènement détruira ma sœur, que son meilleur ami coupera les ponts avec elle. La culpabilité la rongera à cause de ce dernier appel téléphonique qui, pour elle, aura été à l’origine de l’inattention de son copain. Le lendemain, elle trouvera la lettre rose annonçant son mariage avec Jek, ajoutant à sa douleur, mais renforçant ses convictions envers l’Incontestable. Si j’avais pu savoir tout ça à l’avance, je me dis que je n’aurais jamais fait ce que j’ai fait aujourd’hui. J’aurais tout fait pour être à ses côtes et la réconforter, mais c’est So qui aura ce rôle.

Ne supportant plus de vivre à Tokyo, elle décidera de prendre le premier avion pour Londres, décidant d’y finir ses études, le plus loin possible du sol nippon. Elle y passera trois ans. Se consacrant entièrement à ses études pour tenter d’oublier. Elle ne fera jamais son deuil. Elle sortira avec ses nouveaux amis, essayant de se changer les idées, mais elle n’y parviendra jamais. La solitude lui pèsera. Elle adoptera un chat pour essayer de la combler un minimum. So ira la voir de temps en temps, mais elle ne remettra plus les pieds au Japon. Pas tout de suite. Car dans le fond, elle saura qu’un jour elle y sera obligée. Elle fera le tour de l’Europe pour apprendre de nouvelles choses, de nouvelles langues, histoire d’occuper son esprit le plus possible. Trois ans après son départ, elle finira toutefois par revenir suite à un enchainement d’évènements. La fin de ses études principalement, et la blessure de So qui lui fera prendre un avion au plus vite.

Je regrette de ne pas pouvoir être là pour elle dans ces moments à venir. J’aurais aimé pouvoir mettre ma jalousie et ma rancœur de côté pour pouvoir l’aider. Elle, ma sœur. Ma jumelle. Mon double. Je me rends compte aujourd’hui que j’ai été égoïste et stupide d’agir ainsi. Pourquoi ne m’en suis-je pas rendue compte avant de me tailler les veines avec cette paire de ciseaux ? Pourquoi, alors que mon regard se plonge dans le sien, je me mets à repenser à tout ça ? Je n’ai jamais réussir à montrer mes sentiments à qui que ce soit, même pas à elle, et alors que mes dernières forces me quittent, je me demande pourquoi… Je ne cherchais que de l’amour et de l’attention… Je n’ai réussi qu’à montrer mon mauvais côté durant trop longtemps. Pourquoi avons-nous perdu cette complicité qui nous unissait ? Ses yeux, couleur miel, continuent de briller des larmes qu’elle laisse couler. Je parviens à lever la main qu’elle ne tient pas pour les essuyer de mon pouce, et je souris. Ce sera mon dernier geste pour elle, avant qu’un voile ne se pose une dernière fois sur mon propre regard, et que le silence se fasse autour de moi.

Juste… Le silence…

Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Ql53

« Je suis toujours moi-même, et mon cœur n'est point autre. »
~ Pierre Corneille ~
Quand on te voit pour la première fois, la première chose qui saute aux yeux est ton sourire. Car oui, tu souris tout le temps, du moins en public. Je ne t’ai jamais vu être autrement. Tu aimes croquer la vie à pleine dents, montrer à quel point tu es joyeuse. Tu as toujours pris les évènements comme ils venaient, acceptant les choses telles qu’elles sont. Néanmoins, tu sais aussi être calme, et c’est ce que j’ai  toujours aimé chez toi. Cette douceur qui émane de toi. Ce sourire tendre et délicat que tu me montrais, comme si tu me pardonnais la moindre de mes erreurs. Et c’est ce que tu faisais, tu me pardonnais, quoique je fasse. Car tu n’es pas rancunière, même si parfois, tu essaies de l’être, de faire semblant de bouder avant de vite te remettre à sourire, parce que tu ne sais pas en vouloir trop longtemps. Selon les circonstances évidemment. Car, tu as du caractère, personne ne dira le contraire. Est-ce parce que tu es petite ? Tu veux montrer que tu es là, et tu sais te faire entendre pour ça. De ce fait, ta taille est également quelque chose qui te complexe. Ton travail t’oblige à montrer que tu sais contrôler et diriger, tu es un peu perfectionniste dans ta vie professionnelle, et tu aimes que les choses soient à leur place. Même si ce dernier point se ressent également par ton côté maniaque dans ta vie privée, tu n’aimes pas diriger dans ton intimité. Tu aimes laisser faire les choses tranquillement. En effet, tu es une maniaque de l’ordre. Ton appartement est toujours rangé à la perfection, rien ne dépasse, ou alors très rarement quand tu n’as pas le temps de t’y mettre. Lorsque tu vas chez les gens, tu te retiens de ne pas te mettre à ranger. Après tout ce n’est pas chez toi, donc tu sais te tenir.

Malgré ta gaieté tranquille naturelle, tu possèdes en toi une peur de l’engagement depuis que tu l’as perdu. Il était ta raison de vivre, et le perdre t’a détruite. Je le sais. Vous étiez tellement fusionnels, que c’était quelque chose d’inévitable. La culpabilité que tu ressens suite à son décès ne s’est pas dissipée avec les années. Non, elle reste bien ancrée en toi. Tout comme cette nostalgie d’un passé perdu qui te colle à la peau. Ses souvenirs que tu aimes tant et que tu chéris plus que tout. Toutes ces photos que tu aimes regarder, seule chez toi, et sur lesquelles tu pleures en repensant à cette période de ta vie que tu as tant aimé. Cette passion pour la photo que tu t’es découverte à la fin du lycée t’a permis de garder une trace de tous ces bons moments. Depuis cet évènement tragique, tu es devenue plus réservée et craintive avec les gens qui tentent de se lier à toi. Au premier abord, tu restes gentille et agréable, comme tu l’es toujours, mais dès qu’ils cherchent à nouer des liens, à se rapprocher, tu as peur. Cette peur de s’engager dans des relations trop proches te poursuit, même si tu essaies, par moment, de l’oublier. Si quelqu’un essaie de forcer ta barrière relationnelle, tu as tendance à te braquer, à t’énerver et à fuir au plus vite. De ce fait, tu es très soupe au lait, un rien peut t’emporter si on te cherche trop longtemps. Mais tu sais retrouver ton calme tout aussi vite.

Ton caractère doux et gentil ne t’empêche pas d’avoir tes mauvais côtés. Je suis la première à pouvoir le confirmer. Tu es têtue, presque autant que moi. Ton caractère fort te rend également très tenace, tu sais ce que tu veux. Ton honnêteté et ta franchise t’ont parfois portés préjudice, mais tu préfères être ainsi que d’être hypocrite. Tu as toujours été à l’écoute des gens et de leur avis. C’est quelque chose que tu respectes et tu es ouverte à la discussion, même quand on te tient tête. Néanmoins, lors de ce genre de conversation, tu restes influençable, avant de te souvenir que ton propre avis n’est pas le même, mais un peu trop tard. Après chaque dispute, tu prends du recul et te remets en question, parfois un peu trop. Le seul sujet sur lequel il est difficile de te faire changer d’avis est la présence de l’Incontestable. Depuis notre adolescence, tu es persuadée qu’il est la solution, et qu’il sait ce qui est bon et juste. Tu as eu ta preuve quand tu as reçu ta lettre, même si elle est arrivée trop tard. Tu es également maladroite, et les petits accidents du quotidien tu connais bien. Le couteau qui dérape quand tu cuisines, le vase qui tombe quand tu fais ton ménage, ton petit orteil qui a tendance à souvent entrer en contact avec le coin de ce meuble...

La dernière chose que je pourrais dire sur toi, c’est que tu ne supportes pas la solitude. Ton arrivée en Angleterre te l’a bien montré, rester seule était insoutenable. C’est pour cela que tu as adopté un chat, pour avoir une présence constante à tes côtés. De plus, tu as peur de l’obscurité et de ce qu’elle renferme. Tu as pris l’habitude de dormir avec une veilleuse. Tu en as un peu honte, mais tu ne peux pas t’en passer, sinon tes nuits sont remplies de cauchemars. C’est quelque chose que tu as développé en grandissant, lorsque nous étions jeunes tu n’étais pas ainsi. Pour finir, notre famille est ce qui a de plus important pour toi, notamment notre demi-frère et notre sœur, pour qui tu ferais tout.

Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  7a0h

« L'apparence n'est rien ; c'est au fond du coeur qu'est la plaie. »
~ Euripide ~
Lorsque que nous étions petites, Akino et moi aimions jouer au jeu du miroir. Nous nous mettions face à face, le regard plongé l’un dans l’autre, et l’on s’amusait à bouger en même temps. Notre mère adorait regarder ce spectacle, et nous adorions le lui montrer. Aujourd’hui, je ne suis plus là pour le faire avec elle, mais j’aime à penser que si nous le faisions, cela rendrait le même effet que lorsque nous étions enfants.

Au lycée, les garçons nous courraient après. Il faut dire que nous avons gagné à la loterie de la génétique, et que nous n’avons pas à nous plaindre de notre physique. Personnellement, je m’en amusais, et j’en jouais. Toi, tu es toujours restée plutôt humble sur ce sujet. Ce serait hypocrite de ta part de dire que tu te trouves moche, tu sais très bien à quoi tu ressembles, mais tu n’en as jamais profité comme moi. Je dirais même que tu étais complexée, notamment sur ta taille. Il faut dire que nous ne sommes pas très grandes, tout juste 1m56. Ça m’était égal, mais toi, j’ignore pourquoi, tu as toujours été un peu susceptible là-dessus. De plus, tu n’as jamais été très épaisse non plus, quelques formes bien placées quand même, mais tu n’as jamais dépassé les cinquante kilos. En ce moment, tu dois en faire quarante-huit. Autant dire que tu es assez légère. Comme je le disais, malgré ta minceur, tu possèdes quelques formes, au niveau des hanches notamment, et un petit bourrelet sur le ventre que tu n’aimes pas. Ta poitrine est petite et haute, tu dois faire un bonnet B, comme moi. Mais ça te convient, tu peux même te permettre de ne pas mettre de soutien-gorge, ce que tu adores. Durant nos années lycée, tu as fait du kendo pendant trois ans avec notre demi-frère. A l’époque tu t’étais musclée un peu, et ça t’a également appris à te tenir droite, mais aujourd’hui un abonnement à la salle de sport est vite abandonné au bout de deux ou trois séances. Niveau muscle, on repassera donc. Tu as une force de moineau, mais lorsque tu t’énerves, une gifle bien dosée peut faire bien mal quand même. Malgré ce manque de sport, tu gardes la ligne, car tu as une hygiène de vie assez saine. Ton frigo est en général rempli de bonnes choses.

Ton visage est d’une forme légèrement triangulaire, encadré par une cascade de cheveux châtains, qui t’arrivent jusque dans le milieu du dos. Tu aimes tes cheveux, et tu t’es toujours amusée à te faire de nombreuses coiffures. Lissés, bouclés, attachés, tressés, tu changes de coiffure presque tous les jours. De temps en temps, tu les laisses librement détachés, ainsi, deux mèches un peu plus courtes se placent toujours sur le devant. Ton visage est doux, c’est à partir de là que notre ressemblance s’estompe. J’ai toujours eu une expression plus dure que toi, plus renfrognée. Mais toi, tu aimes sourire, tout le temps. Il est assez rare de te voir malheureuse, du moins en public. Chez toi, c’est une autre histoire. Tu n’aimes pas montrer que tu es triste. Légèrement bridés et en amandes, tes yeux couleur miel brillent toujours d’une certaine malice, surmontés de sourcils bien dessinés. De longs cils fins viennent caresser le haut de tes joues quand tu les fermes. Lorsqu’on t’observe à la dérobée, on peut apercevoir un air nostalgique sur ton visage, le regard un peu perdu au loin, lorsque tu te perds dans tes souvenirs d’une époque heureuse. Tu possèdes également un front haut et lisse. Un petit nez rond surplombe ta bouche aux lèvres légèrement pulpeuses, souriante et montrant tes dents blanches. Lorsque tu es au travail, tu portes des lunettes aux verres assez larges et à la monture épaisse.

La description que je vais faire maintenant ne concerne que toi. C’est à partir de là que nos ressemblances se terminent. En dehors de la couleur de notre peau blanche bien sûr, propre aux japonaises que nous sommes. Contrairement à moi, tu as toujours eu ce côté très féminin que j’ai beaucoup moins mis en avant au cours de ma vie. Premièrement, tu aimes te maquiller, mais légèrement, sans que ce ne soit vulgaire, histoire de mettre un peu de couleur sur ton visage. Mais il t’arrive également de ne pas te maquiller du tout, de rester naturelle. Deux heures par semaine, tu prends le temps de te pomponner, masques du visage, soins des cheveux… Tout y passe. Tu changes également de manucure au moins une fois par semaine. Tu adores ça, ça t’amuse de prendre ton temps à faire cette activité de patience et de minutie. Moi ça m’énervait. Chacun son truc. De ce fait, tu as des petites mains, aux doigts fins, avec des ongles assez longs pour les affiner encore un peu plus. Un parfum fruité se dégage de toi, tu adores les odeurs sucrées.

Côté vestimentaire, tu restes également très féminine. Il est très rare de te voir porter des pantalons. En général, tu es toujours en jupe, en robe, ou éventuellement en short, avec ou sans collants selon la saison. Laissant souvent apercevoir des jambes fines et épilées. Tu n’as jamais aimé garder tes poils, et encore plus depuis que tu as passé trois ans en Europe. Toutefois, malgré ça, tu aimes également te laisser aller quand tu es chez toi, à porter des vêtements confortables pour rester en mode « loque » sur ton canapé à regarder des séries avec un bon chocolat chaud. Ton armoire est remplie de vêtements d’intérieur agréables, comme des gilets tout doux, ou des pyjamas tous aussi mignons les uns que les autres. Niveau lingerie, tu aimes la dentelle autant que la simplicité. A mon grand regret, tu rentres dans le stéréotype des femmes et des chaussures, et possèdes plusieurs paires. Même si tu sais t’en débarrasser lorsqu’il devient évident que tu ne les porteras plus. Tu t’habilles assez sobrement, avec des petits hauts colorés et des gilets, laissant de temps en temps apercevoir un petit décolleté. Au niveau des bijoux, tu en portes selon tes envies. Toutefois, tu adores les bijoux fantaisies, et t’en amuses. Il y en a deux que tu portes quotidiennement sur toi. Le premier est un pendentif représentant une moitié de cœur avec une petite pierre incrustée, offerte par notre frère, So, le jour de nos 18 ans. Je portais la seconde partie, mais elle a été récupérée par ce dernier. La tienne est de couleur argent, la mienne est noire. Le second bijou est ce qui détonne le plus dans ta tenue. C’est un bracelet en cuir usé par le temps que tu ne quittes jamais, sauf pour prendre ta douche. Il t’a été offert par Jek, et tu y tiens comme à la prunelle de tes yeux. Pour finir, tu as les oreilles percées, et y porte tout le temps des boucles d’oreilles, qui changent en fonction de tes envies.

Lorsque tu parles, tu as une gestuelle assez posée, mais tu aimes bien bouger les mains pour illustrer tes propos. Tu t’exprimes avec aisance, et as tendance à un peu trop articuler ce que tu dis. C’est surtout dû à ton apprentissage des langues étrangères. Tu as gardé cette habitude à force de parler anglais et français, pour réussir à te faire comprendre. En effet, tu parles couramment la langue de Shakespeare, mais celle de Molière reste un peu moins maîtrisée pour toi. Le timbre de ta voix est clair et chaud, et certaines personnes disent même que tu as une voix douce et légèrement chantante. C’est agréable de t’écouter parler.


© A-Lice

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Fondfonceakinosigna
Beloved Flores
Messages postés : 502
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mer 8 Fév - 23:09
par Beloved Flores
MRAAAAAAWR !!! J'avais tellement hâte de voir enfin cette fiche officiellement débarquer >w<

Bienvenue, charmante demoiselle ! Tous les compliments que j'ai pu faire sur vous, vous les connaissez déjà. J'espère que vous serez validée rapidement, pour pouvoir suivre de près toutes vos aventures et, pourquoi pas ? Vous saluer irp ;)
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mer 8 Fév - 23:19
par Invité
Bienvenue Akiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ♥
Huhu, on avait tous hâte qu'elle arrive cette fameuse demoiselle ewe (ELLE EST ARRIVÉE PRÉMATURÉMENT MAIS BON D8 /mur)
Bonne validation ♥
Inari Akiyama
Messages postés : 601
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Corvus ♥
Autre:
Old Man
Old Man
posté
le Jeu 9 Fév - 0:09
par Inari Akiyama
Bon reboooooooot ♥️
Et bonne validation o7 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  1986680169
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Jeu 9 Fév - 0:09
par Invité
Bienvenue petite soeur Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  2146490309
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Jeu 9 Fév - 1:06
par Invité
Un Basho en cache peut-être un autre. Eh bah pour le coup ouais, et c'pas une mauvaise idée vu les deux zigotos que vous ramenez.
Coup de coeur pour ta petite Akino, t'as fait du super bon boulot ! C'est une super idée d'avoir présenté l'histoire comme tu l'as fait. Faudrait que je t'envoie carrément une liste de tout c'que j'aime dans ta fiche et sur ton perso, mais ça serait trop long et il est un peu trop tard pour ça au moment où j'écris Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  719878181 . En tout cas, personnellement, j'ai adoré lire ta fiche. Ta demoiselle est super attachante, et ça va super bien avec le perso illu que tu lui as trouvé. Alors voilà, franchement, j'aime. J'adore tout. Voilà. Impatient de pouvoir lire tes rps.

Bon reboot et bon courage pour la suite ~
(Et puis damn quoi... Bernard Werber ... qzubgiqbggiqb ♥)
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Jeu 9 Fév - 6:13
par Invité
Bon reboot ^^
J'aime beaucoup l'avat au passage ^^
Alejandro Torres
Messages postés : 201
Inscrit.e le : 02/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire
Autre:
♪Ţaste ℒike ℌeaven♫
posté
le Jeu 9 Fév - 7:34
par Alejandro Torres
Meh ! Cette disparition express de Hiyori pour une autre bouille ! Et en plus pour essayer une autre domination du monde ! T'as pas honte ?! T'essayes vraiment de prendre le contrôle ici Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  1534650057

Sinon rebienvenue parmi nous. Je lirais ton pavé quand j'aurais ce weekend ~
Akino Mikolajczyk
Messages postés : 581
Inscrit.e le : 25/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Jazz Mikolajczyk ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Jeu 9 Fév - 7:45
par Akino Mikolajczyk
Merci à tous, ça me fait super plaisir ! Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  3091855290

(Love grand frère ❤️)

Et merci Darius, lire ton commentaire au réveil a été très agréable ! Je suis contente que ma fiche t'ait plu ! N'hésite pas à m'envoyer cette liste par mp hein... xD

Alejandro, je ne vois absolument pas de quoi tu parles ❤️


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Fondfonceakinosigna
Black Chocolate
Messages postés : 9534
Inscrit.e le : 22/11/2013

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Fon'Dada ♕
Fon'Dada ♕
posté
le Jeu 9 Fév - 11:01
par Black Chocolate


Analyse de fiche par Black Chocolate
Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥
Introduction ::


Re-Bienvenue sur le forum ! :D
Depuis le temps que je l'attendais cette petite. ** ♥

Histoire ::


- Elle était beaucoup plus heureuse et naturelle lorsqu’il été absent.  

C'est une si belle histoire. ;_____;

Psychologique ::


- Je valide !

Physique ::


- Je valide !

Conclusion ::


Que dire à part que j'adore ta fiche et ton personnage ? Tu as vraiment eu le temps de la travailler et ça se sent, c'est un véritable plaisir de la lire ! ♥

Validation officielle !

Analyse : 1/3
Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥



Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :

• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Obg8
Un GRAND MERCI à Driss Y. Nanase pour ce superbe kit. ♥♥
Akino Mikolajczyk
Messages postés : 581
Inscrit.e le : 25/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Jazz Mikolajczyk ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Jeu 9 Fév - 11:06
par Akino Mikolajczyk
Merci Chaton ♥
(J'ai corrigé la petite faute sournoise D: )

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Fondfonceakinosigna
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  50-50-2Earth WolfAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  50x50-56504f9 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  SvinAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  3zm1 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Opol0Q6Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  FHZzEDvAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  7Uxn8zPAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  494ZUS0Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  1553711497-50-50FTM 50x500Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  B50x50Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  1553722908-no-50x50Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  59e4Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Logo_510Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  190412122437274038 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  RXqdRpDAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Logo5010Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  VBL1j1M Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  1559228694-50x50Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Qlaa Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  IcoSC5050 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Bouton10 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Bouton15 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  1498954954-bouton-50 Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Akino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  DezgAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  179wRemainsofhellAkino Bashō | « Tout amour est à la fois douceur et violence. »  LsuvxJW