Partagez
★
avatar
Messages postés : 410
Inscrit.e le : 25/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Aiichirô Yori ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 9 Fév - 21:10
★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Ven 3 Mar - 22:34

Re : Douleur
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com

23 mars 2106 — 7h44

Bonjour Eyelet,

Je vous prie de m’excuser pour cette réponse légèrement tardive, je n’ai malheureusement pas eu le temps de vous répondre avant aujourd’hui. Et sachez ensuite que je suis heureux de pouvoir poursuivre cette discussion avec vous, je pense que nous avons bien des choses (peu réjouissantes, je vous l’accorde) à partager. Je suis actuellement en études en langue japonaise et des signes, j’ai effectivement une bonne maîtrise du japonais, cependant pardonnez-moi si quelques tournures de phrase semblent maladroites ou un peu incompréhensibles.

Ce que vous avez vécu est bouleversant. La perte d’une personne aimée, c’est violent, brutal, comme un coup de vent. J’ai parfois entendu que la vie n’était qu’un voyage progressif vers la mort, que nous aurions beau faire, elle viendra quand même nous cueillir et c’est vrai. Mais la mort est cruelle. C’est juste une loterie. Elle ramasse des gens en bonne santé, sans histoires et sans prévenir. Parfois, je pense qu’elle se moque bien de nous, les simples mortels. Il paraît qu’il existe un attachement très fort chez les jumeaux, aussi je compatis à votre douleur et je vous transmets tout mon soutien dans cette épreuve.

Personnellement, même quatre longues années plus tard, je ne m’en remets pas. Je vis dans le souvenir. Dans le passé. Dans les regrets, la culpabilité, la douleur. J’en ai conscience et je ne fais rien pour changer ça. Je suis incapable de m’endormir si l’oreiller n’est pas imprégné de son odeur. Son rire me manque tellement. Tout me manque ! Nos discussions. Nos prises de tête. Ses blagues. Ses moqueries. C’est triste à dire, ridicule peut-être, parfois, je me parle à moi-même et j’invente ses répliques. Dans ma tête, j’entends encore sa voix. J’ai peur du jour où son image s’effritera définitivement. J’ai peur de l’avenir, sans elle  à mes côtés.

Il paraît que chacun traite son deuil différemment. Pour ma part, je suis loin de l’avoir terminé. Je ne suis plus dans le déni, cependant, je suis loin d’avoir accepté sa disparition. J'avais encore tant besoin d'elle... Vous me demandez comment je fais pour vivre... Je n’ai pas de réponse. Pendant un temps, je me suis bourré de somnifères, parce que je n’arrivais plus à fermer l’œil. Je me suis réfugié dans les médicaments, je ne vous conseille pas d’en faire de-même. C'est un puits sans fond. Les médocs donnent juste l'illusion que vous allez mieux. Paradis artificiel. Dès que les effets se dissipent, la douleur revient, plus forte que jamais.
 
Êtes-vous entourée dans cette épreuve ? Vous ne pouvez pas affronter un tel bouleversement seule.
Honnêtement, je ne pense pas que l’on puisse définitivement faire son deuil. Je n’y crois plus. La douleur s’apaisera, lorsqu’elle sera apprivoisée. Mais elle sera toujours en vous. Il faut apprendre à vivre avec, à la calmer, à ne pas la laisser se réveiller. Je me dis qu’il faut continuer à avancer, que ma femme n’aurait pas aimé me voir amorphe, mais c’est dur. Trop dur.

Vous n’avez pas l’impression que se lever le matin ne sert plus à rien, sans cette présence à vos côtés ? Les montagnes que je pouvais déplacer sont devenues immobiles, imposantes, aussi lourdes que du plomb. Je ne peux même plus bouger un caillou.

J’aimerais vous aider, Eyelet. Je me reconnais en vous, c’est comme si je croisais mon reflet dans le miroir. Je ferai ce que je peux pour vous aider, à la hauteur de mes maigres capacités. Personne ne devrait vivre des jours aussi gris que les vôtres. Personne ne mérite de perdre son fiancé et sa sœur jumelle. De plus, vous semblez être une personne si douce et agréable à vivre que cela me paraît encore plus injuste.

Parvenez-vous à entretenir des activités extérieures malgré votre deuil ? Je peux vous dire d’expérience qu’à partir du moment où vous restez chez vous, à dormir dans les souvenirs, c’est le début de la fin. Il faut essayer de... de continuer. C’est facile à dire, pas à faire.

Puis-je me permettre de vous demander votre âge ?

Et aussi, il me semble que vous êtes Japonaise. Votre exil à l’étranger est-il lié à votre deuil ? Je vous avoue que l’idée de m’enfuir loin, d’enterrer mes secrets et mes regrets m’a effleuré l’esprit.
En tout cas, je vous remercie de m’avoir recontacté. Nous nous comprenons dans notre douleur et je suis heureux de pouvoir exprimer ce que j’ai sur le cœur à quelqu’un. Je suis loin d’avoir remonté la pente. Je suis encore en bas. Essayons de faire un bout de chemin ensemble.

Avec toute mon affection,
Yasmina.
★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Sam 4 Mar - 23:24

Re : Douleur
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


24 mars 2106 — 15h27


Bonjour Eyelet,

Ah, les insomnies... Un autre des boulets que nous autres, les endeuillés traînons à nos pieds. J’espère – naïvement, peut-être – tout de même, que vous avez pu passer une bonne fin de nuit.

Je suis soulagé d’apprendre que mon expression écrite est correcte, néanmoins, si jamais quelque chose vous semble incompréhensible, n’hésitez pas à me le signaler, ça ne fera qu’approfondir ma maîtrise de la langue. Et si je peux vous rassurer, vous arriverez rapidement à utiliser l’anglais facilement. Il n’y a rien de plus efficace qu’une immersion dans un pays pour en apprendre la langue.  

Oh, j’ai souvent entendu parler de la politique au Japon. Il est vrai que le système mis en place peut amener à certaines divisions. Cela m’attriste sincèrement d’apprendre que vous vous êtes éloignées, de plus, vous avez dû avoir des regrets à sa mort : avec tous ces silences et ces absences entre vous. C’est horrible de perdre quelqu’un, en ayant le sentiment de ne pas avoir pu exprimer tout ce qu’on avait sur le cœur. « La sauver »... Dois-je comprendre qu’elle a volontairement mis fin à ses jours ? J’en suis profondément navré.
 
Je comprends vos peurs. Je les partage. Je me dis qu’il est sans doute temps que je m’éveille, mais je trouve une satisfaction malsaine à entretenir ma peine.

Et vous savez, Eyelet, malheureusement, un jour, vous ne vous souviendrez plus de l’inflexion de sa voix, la vraie, pas celle retransmise dans une vidéo. Jour après jour, j’oublie un peu plus les sonorités de celle de ma femme. Je sais que bientôt, ce ne sera plus qu’un souvenir. Puis, le souvenir lui-même s’effacera et alors, je ne saurai plus rien.
Je me vois déjà, à essayer de me remémorer le timbre de sa voix, ses tics de langage... Je serai là, désespéré, à taper sur les murs, en me traitant d'incapable et de bon à rien.
J'ai peur du jour ou tout deviendra réminiscence. Puis, néant.  

En tout cas, je pense que c’est une bonne idée de partir loin, lorsque la douleur devient trop envahissante, qu’elle est si omniprésente que l’on ne peut que vivre à travers elle. J’espère que ce départ vous permettra de trouver, ne serait-ce qu’une esquisse d’apaisement.

Vous ne parlez pas trop et vous êtes loin d’être égoïste, ne vous excusez pas. C’est normal, d’en avoir des choses sur le cœur. Vous pouvez écrire autant que vous voulez, tout ce que vous ressentez, si vous en éprouvez le besoin. Je ne suis pas doué dans beaucoup de choses, mais si je peux vous apporter un peu de réconfort, être un soutien, un confident, alors j’en serai honoré.  

En vous lisant, j’ai repensé à mon propre chez moi. Tout aussi désespérément vite que votre appartement. Lorsque je rentre, le soir, je suis seul. Tristement seul. Tous mes secrets sont enterrés dans les murs de cette maison trop grande pour un homme seul. Il y a des lustres que je n’ai plus allumé la télé. Le lit me paraît si grand, si vaste, maintenant qu’elle n’est plus là pour partager mes nuits. Parfois, je me perds dans les photos, je me rappelle de notre histoire, de notre rencontre... De tout. Puis, d’un coup, la colère m’envahit. La colère, après moi-même. C’est de ma faute, si tout cela est arrivé... Si j’avais été moins lâche, elle serait encore là ! Elle terminerait ses études !
...Tout le monde appréciait ma femme. On ne pouvait pas la haïr. C’était l’ange dans mon ciel obscurci par les problèmes. C’était une colombe : elle chantait et propageait la paix. Je l’aimais. Ce n’était pas ma femme, mais ma meilleure amie... Je m’étale un peu, désolé.

Oh... 21 ans... Si jeune et déjà malmenée par les aléas de la vie. J’ai encore plus de peine pour vous. Pour ma part, j’ai fêté mes 25 ans le 8 janvier, je suis un peu plus vieux. Il faut dire que mes études sont un peu chaotiques, j’ai changé de voie professionnelle suite au décès de ma femme. Lorsqu’elle est morte, j’ai décidé qu’il était temps de vivre pour ce qui m’intéressait vraiment, je ne voulais plus me soumettre à ce que les gens attendaient de moi. Je ne voulais plus que ma vie soit l’exact reflet de celle de mon père.
Concernant la langue des signes (LS), elle n’est en réalité pas universelle. Un peu comme il existe dans chaque pays des dialectes locaux, c’est la même chose avec la LS. Cependant, les structures syntaxiques et lexicales restent similaires, deux personnes maîtrisant une LS différente peuvent donc rapidement réussir à se comprendre. J’ai toujours aimé la beauté de cette langue, de plus, les métiers d’aide au handicap me passionnent. J’ai su assez jeune que je souhaitais travailler dans ce secteur. Ensuite, j’ai vu un reportage sur la LS à la télé, ça m’a décidé : c’était ce que je voulais faire. J’ai trouvé que les gestes avaient une infinie grâce et poésie.

Il n’y a pas grand-chose d’intéressant à apprendre de moi. Je vis au Liban, à Tyr, c’est une ville qui borde la Méditerranée. Je viens d’une famille attachée aux valeurs traditionnelles : mère effacée, père strict et autoritaire. J’ai toujours fait de mon mieux pour la hauteur, mais il n’a jamais été satisfait. Je suis tombé amoureux de la mauvaise personne durant ma scolarité, mes relations familiales se sont détériorées suite à ça. Les tensions se sont apaisées lorsque j’ai rencontré celle qui est devenue ma femme. Nous nous sommes mariés trop tôt, trop vite. Tout s’est passé trop tôt dans cette relation ! J’ai commis le pire crime possible sur cette planète, j’ai trahi la confiance de ma femme, et puis, elle est morte. Sans savoir quel genre d’homme je suis, tout au fond de moi.

Je pense que mon problème vient de là. Je n’arriverai jamais à faire mon deuil, parce que la culpabilité m’étouffe. Chaque respiration est un peu plus dure que la précédente. J’ai l’impression d’être un monstre. Je suis un monstre.

J’aimerais lui demander pardon.
Nous avions tant de choses à dire, avant de se quitter.

... Maintenant, c’est moi qui épilogue beaucoup trop. Parlez-moi de vous souvenirs heureux, avec votre fiancé et votre sœur jumelle, si vous en avez la force, loin de moi l'idée de vous brusquer. Et aussi, je serai curieux d’en apprendre plus sur la politique au Japon. Nous en parlons en cours, c’est relégué aux actualités, cependant, je pense que je pourrais en apprendre davantage avec vous.

En espérant de ne pas avoir été trop long, et avec toute mon affection,
Yasmina.

★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mar 14 Mar - 15:15

Re : Désolée.
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


1 avril 2106 — 19h01



Bonsoir Eyelet,

Je ne vous cache pas que j’ai souri lorsque j’ai vu que j’avais un mail non-lu de votre part, je commençais à me demander si vous n’étiez pas tombée malade ou si vous rencontriez des problèmes personnels. Je suis heureux de vous lire. Si je peux me permettre, dans quel domaine étudiez-vous ? Toujours est-il que je compatis, les charges de travail sont parfois assommantes et c’est difficile de concilier études, sommeil et loisirs. Avant de m’inscrire en école de langues, je faisais médecine et il faut bien dire que je passais plus le temps le nez dans les bouquins, qu’à en prendre pour moi.

Vous voyez, durant ces jours en votre absence, j’avais presque oublié à quel point nos échanges me faisaient du mal, et à quel point, j’en avais besoin, paradoxalement. Ma respiration se fait plus difficile, lorsque je vous lis. D’une opinion tout à fait personnelle, je pense que vous avez le bon choix, de l’accompagner et de ne pas la laisser seule dans ces derniers instants de vie. Mourir seul doit probablement être la chose la plus triste sur Terre. J’ai de la peine pour ces personnes âgées oubliées, qui passent des anniversaires seules sans personne avec qui souffler les bougies, et qui s’éteindront sans la présence des leurs à leur côté. Je ne sais pas si je peux vraiment parler de chance, mais votre sœur a eu la chance de pouvoir tenir votre main, profiter de votre présence, au-moins une dernière fois. J’aurais aimé être là, ce jour où ma femme est morte. Mais j’étais ailleurs et je regrette.

On pense toujours qu’on aurait pu sauver l’autre, en changeant quelque chose. Le deuil nous pousse à tout imaginer avec des « et si », la vérité, c’est que vous n’êtes pas coupable. Je sais qu’on aime se rejeter la faute, se donner le bâton et se frapper avec, mais ce n’est pas de votre faute. Je ne peux pas deviner ce qu’à pensé votre sœur ou même si elle pensait encore, avant de mourir, mais elle a dû être heureuse d’être à vos côtés. Parce que j’ai la certitude que vous êtes quelqu’un de bien et que c’est apaisant d’être à vos côtés. Je lis ce que vous me dites sur cet homme, votre fiancé, puisqu’il n’a presque pas eu le temps de votre mari, et ça ne fait qu’appuyer sur ce que je vous dis plus haut : les « peut-être » ne changeront rien. Les morts restent morts. Il n’y a rien de bon à essayer de recoller encore et toujours les morceaux. Il paraît que la culpabilité est une étape récurrente dans le cheminement du deuil. Vous comme moi la traversons, et même si en vue de ma situation, je n’ai pas trop le droit de vous donner des conseils sur la question, vous n’êtes pas coupable. Nous ne sommes pas coupables. Même si on le pense fort, très fort, trop fort, parce que ça nous semble plus facile d’accepter la vérité en se jetant la pierre.

J’aimerais vous rassurer, vous dire que vous n’oublierez rien, mais je mentirai. Il vous restera des vestiges, peut-être. Et il vous faudra les chérir, sinon, eux aussi disparaîtront. La vie n’attend personne et elle avancera, peu importe si vous, moi, sommes d’accord avec ça. C’est comique de ma part de penser ça puisque je ne suis pas foutu de sortir la tête de l’eau et que je patauge dans les souvenirs : mais justement, ces « souvenirs », il ne faut pas les laisser vous noyer, il ne faut pas vivre dedans, il faut juste savoir se remémorer de quelques bons moments que vous avez partagés et les garder là, près de vous.

Et oui, je le confirme : ma femme était quelqu’un de formidable. Vous mettez un peu de baume sur mes plaies, de tout mon cœur, j’espère qu’elle ne m’en veut pas, mais ça me semble impossible, j’ai agi comme le pire des cons, maintenant, je le paie, chaque jour. Tous ceux qui connaissaient ma femme disaient qu’elle ne peut nourrir de la rancune à mon encontre, j’aimerais y croire. Je suis un peu pessimiste et fataliste sur ce sujet… Ma femme ne méritait pas de mourir, personne ne mérite de mourir, elle encore plus que les autres. Elle a été fusillée. Le sadisme humain est sans limite. Il paraît qu’elle n’a pas souffert, je ne le crois pas. Pour moi, elle a souffert et elle a vu la vie couler hors de son corps, seule. Je n’ai pas été là pour elle ! Elle est morte sans moi, seule, sans connaître la putain de vérité à mon sujet… Oh, j’ai été si con, si vous saviez…

Il est vrai que tomber amoureux dans un pays où nous ne pouvons choisir la personne avec qui nous partagerons notre vie semble un peu paradoxal. Cependant, votre rencontre me fait sourire. C’est tout doux. Il faut croire qu’il a eu raison d’insister puisque vous avez partagé de beaux moments de vie, ensemble, et c’est si triste que votre histoire ait été écourtée. J’avoue, je suis peut-être un peu jaloux des circonstances de votre rencontre, celle d’entre ma femme et moi, est tout sauf romantique et due au hasard. C’était juste… une manigance de mon père qui… cherchait à me « soigner », parce que selon lui, j’étais en train de chavirer du mauvais bord. Si vous voyez ce que je veux dire… Sachez que je ne souhaite pas m’immiscer à vos souvenirs et qu’il est normal que vous souhaitiez garder des choses pour vous. De plus, je serai mal à l’aise que vous me racontiez ces détails auxquels même votre sœur n’a pas eu le droit.

Je comprends ce que vous dites, au sujet des études. Les quantités de travail que nous devons fournir sont parfois astronomiques, mais, vous comme moi, ça nous permet de penser à autre chose qu’à notre douleur. C’est vrai que nous avons beaucoup de points de commun. Si j’avais su qu’internet permettait de rencontrer des gens comme vous, je pense que j’aurai été beaucoup moins réticent à me lancer dans ce genre d’aventures. Malheureusement, j’ai été élevé dans l’idée que les correspondances avec les inconnus et internet dans sa globalité, regorgent de propagandes et incitent les jeunes esprits à la « déviance »… Il faut dire que mon père considère tout et n’importe quoi comme « déviant ». Il paraît que selon lui, je suis un déviant… C’est sûrement vrai. C’est sale, d’être moi.

Au sujet du Japon… J’étais curieux de savoir comment se passaient vos mariages ? Est-ce que vous faites une célébration, avec votre famille ? Vous faites la fête après un mariage ? Vous avez des alliances ? Je suppose que tout le monde ne se conforme pas au système, comment cela se passe, pour les autres ? J’ai cru entendre parler de règles à respecter dans vos mariages, est-ce vrai ? Et si oui, est-ce que ces règles sont difficiles à suivre ?Il est possible de divorcer des mariages comme les vôtres ? Est-ce que l’ordinateur peut se tromper et marier deux personnes incompatibles ? C’est vrai que certains mineurs se retrouvent mariés ? Avez-vous un avis sur ce système ?
Pardonnez-moi pour cette avalanche de questions, mais j’en entends tellement parler par le biais des médias, sans savoir si tout ce qui est dit est vrai ou pas… Veuillez m’excuser si certaines questions paraissent déplacées ou impolies, je ne vous force pas à y répondre.

Cette semaine, je ne pourrai pas vous répondre, je me rends à Oman pour un anniversaire. Notre conversation va me manquer.

Je vous souhaite une bonne soirée (même si je ne suis pas certain que ce soit le soir en Angleterre, et même si vous lirez peut-être ce mail à un autre moment de la journée).

Avec mon affection,
Yasmina.
★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Ven 17 Mar - 23:07

Re : Désolée.
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


10 avril 2106 - 6h44

Bonjour Eyelet,

Comment allez-vous ? Au Liban, aujourd’hui, il fait très doux, chez nous aussi, les températures sont agréables. Nous profitions de ne pas encore être au-milieu du printemps ou en été, la chaleur devient rapidement insupportable…

Me voici donc de retour après une semaine épuisante, entouré de ma famille, plus particulièrement de mon père.  C’est toujours difficile pour moi de me retrouver avec les miens, surtout depuis que ma femme n’est plus là, je sens que mon père m’a à l’oeil, plus que jamais. Il est ce genre d’homme capable de vous mettre en garde d’un regard, il vous surveille, perpétuellement. C’est une personnalité assez étouffante, même s'il reste mon père et que je lui voue un drôle d’attachement. Tout ça pour dire que, je suis bien content de rentrer chez moi et de pouvoir retrouver nos échanges, tout comme vous plus tôt, ne pas vous lire et vous écrire m’a manqué.

Votre choix de métier est intriguant et original. Plus haut, vous me parlez de photos, je constate que vous aimez ce qui touche au visuel ? J’ai toujours respecté ces gens capables de retranscrire toute la beauté de l’instant dans une photo, ou de décorer un intérieur de façon à ce que les futurs habitants s’y sentent bien. Quand j’essaie de décorer une pièce, j’ai toujours l’impression qu’un élément n’est pas sa place, qu’il manque ce fameux « truc ».
D’ailleurs, je suis intrigué, pourquoi avez-vous choisi ce métier ? Et par rapport à la photographie, est-ce un élément de votre deuil qui vous empêche de retoucher à un appareil photo ? Excusez-moi si je me montre trop curieux…

Malheureusement, trop de personnes se retrouvent au mauvais endroit, au mauvais moment. Trop de personnes sont fauchées, trop tôt… Votre fiancé, ma femme… Et je vous avoue que moi aussi, cette hypocrisie du « votre femme repose un paix » me fait gentiment lever les yeux au ciel. Personne ne peut le savoir. Ni nous, ni ces gens. Personne ne le sait. En soit c’est une bonne chose, je ne sais pas pour vous, mais le savoir me ferait peur. Car il y a l’hypothèse que ma femme ne repose pas en paix, et si je l’apprends, ça me fendrait le coeur, je crois que je n’arriverai plus à me regarder dans une glace… Rien de tout cela ne serait arrivé, si j’avais une once d’intelligence !

Vous avez visé juste, Eyelet. Vos remarques me touchent, toutefois, je n’y adhère pas. Ce que je suis est sale et dégradant, c’est bien l’un des points sur lequel je suis d’accord avec mon paternel. Le plus triste, c’est que je ne puisse rien faire pour changer, je suis juste né ainsi et je dois faire avec, vivre dans le déshonneur le plus total. J’ai honte de ce que je suis, de mon comportement. J’ai parfois l’amère impression de m’être servi de ma femme comme un bouclier contre les insinuations et remarques de mon père. C’est un peu triste, d’autant se haïr. Dommage que les choses ne puissent pas en être autrement.

Il est vrai que tous les systèmes sont imparfaits. En tant qu’étranger, je ne vous cache pas que votre système est souvent critiqué par les médias locaux et nos sources d’information. Beaucoup pensent que les Japonais sont un peu fous. Nous en parlions encore la semaine dernière, avec ma famille. De ce que je lis, certains éléments que j’ai pu entendre sont déformés. Je vous avoue que je ne sais pas trop quoi en penser, j’ai cru comprendre que votre système avait été mis en place pour lutter contre le taux de natalité en baisse. En y réfléchissant bien, c’est triste d’en arriver à là… Je peux comprendre les opinions qui divergent à ce sujet.

… Je parle trop de moi aujourd’hui, quel égocentrisme ! Toutes mes excuses… Je tâcherai de faire plus attention la prochaine fois…

Je viens de relire l’intégralité de nos échanges. Nous ne nous parlons pas depuis si longtemps, néanmoins, nous avons déjà échangé beaucoup. Je ne me permets pas ce genre de familiarités d’habitude, mais je me demandais si nous ne pouvions pas nous tutoyer ?
Je vous souhaite une bonne journée.

Avec toute mon affection,
Yasmina.


★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Sam 18 Mar - 20:17

Re : Bon week-end.
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


13 avril 2106 - 10h00

Bonjour Eyelet,

Je suis d’accord avec toi, ce n’est pas facile, voire impossible « d’aller bien » tous les jours. Même le plus positif et optimiste d’entre nous a parfois des moments où la joie, les sentiments heureux retombent. C’est propre à l’humain, de ne pas tout le temps « aller bien ». Je ne sais pas à quel point cette fin de semaine a été « compliquée », néanmoins, j’espère que tout va bien de ton côté.

Effectivement oui, plus nous parlons plus les points communs s’accumulent : notre deuil, notre famille… J’ignore si je dois trouver cela incroyable ou flippant. Et tu sais, mon père aussi est méfiant envers les étrangers, plus généralement, ceux qu’il ne connaît pas, qui sortent du rang, ou qui dévient de ses petites cases bien carrées. Je suis désolé d’apprendre la mort de ton père, même si tu as plus vécu avec ton beau-père, cela ne doit pas être facile de perdre un parent. Je suis bien content que les miens soient en vie, même si ce n’est pas évident tous les jours de se comprendre, je n’imagine pas l’état émotionnel dans lequel je serai, le jour où j’apprendrai la mort de ma maman, ou de mon père.

Nous parlons beaucoup de nos pères… Qu’en-est-il de ta mère ? Tu es proche d’elle ? Quel genre de personne est-elle ? Personnellement, j’ai toujours aimé la mienne, c’est indéniable. Toutefois, je ne te cache pas que j’aurai aimé qu’elle prenne plus ma défense, et qu’elle joue un poids plus important dans mon éducation. Je me dis que… les choses auraient pu être autrement. Plus simples.

C’est une vocation admirable. Qu’apprenez-vous en études pour ce métier ? Je suis curieux d’en savoir plus. C’est vrai qu’une maison est comme un refuge. Même si je t’avoue que ce n’est plus l’impression que j’en ai. Chez mes parents, je ne me suis jamais senti tout à fait chez moi. Ou plus exactement, j’ai cessé de me sentir chez moi après une erreur de parcours. Lorsque je me suis marié, je me sentais bien, à ma place. Puis, ma femme est morte et je suis de nouveau perdu. Tu penses que je devrais déménager ? Que je me sentirai mieux dans un autre endroit ?

Oui, ce que tu dis est triste, mais beau aussi. Je ne peux que souhaiter et espérer pour toi qu’un jour, tu pourras de nouveau utiliser cet appareil photo, remettre de la vie dans ces clichés. Je t’encourage à entretenir cette passion pour la photographie, car c’est une passion, un métier, magnifique. S'il n’y avait que moi, je remercierais encore le photographe présent à mon mariage. J’ai été heureux, ce jour-ci. Je souris, sur les photos. J’aime m’y réfugier… Juste, un instant, me perdre dans les beaux yeux de ma femme, me souvenir de la douceur de ses boucles brunes entre mes doigts, de leur odeur, me rappeler la douceur de sa peau et la chaleur de sa voix… Tant que je peux encore m’en souvenir, je m’y accroche.

C’est peut-être triste ou horrible, de se haïr avec une telle force, mais c’est ainsi. J’ai grandi dans une famille puritaine, attachée aux valeurs classiques, au point de s’y enfermer. Il y a beaucoup de tabous pour mes parents : l’homosexualité, bien sûr, mais pas que. Je ne dirai pas qu’ils sont intolérants sur tous les points, loin de là, mais c’est dans cette ambiance que j’ai été éduqué. On m’a appris à cultiver le dégoût pour deux femmes, deux hommes qui s’aiment. Je t’avoue qu’après avoir compris que mon propre père me considérait comme un animal, et qu’il préférerait savoir son fils mort qu’homosexuel, je me suis mis à me détester. Et ce sera toujours ainsi. Je ne sais pas ce que fait mon cœur, s’il me trahit ou non, je lui prierai juste d’arrêter de s’exciter sur les mauvaises personnes. J’entends bien qu’au Japon, les choses sont un peu différentes, puisque c’est ce fameux Incontestable qui décide de votre mariage, chez moi, ce n’est pas pareil. Bien que, malheureusement, le Liban soit un pays s’ouvrant petit à petit aux droits des LGBT+, les mentalités restent ancrées dans le passé. La jeune génération grandit dans cette nouvelle ère, où les juges acquittent ceux ayant eu des relations « contraires aux lois de la nature », pour les gens comme mes parents, c’est différent. Ils ont davantage vécu dans le temps où les écarts étaient punis.

Enfin bon… Tes mots me touchent, dommage que je ne sois pas capable d’y adhérer. Je ne crois pas qu’un jour, je serai en mesure d’apprécier cet aspect de moi. Je voudrais plutôt m’en débarrasser… Il paraît que l’on ne change pas sa nature profonde…

Suis-je condamné à rester un animal tout le long de ma vie ?

… Tenir son enfant en laisse !?
C’est possible ?
Certains parents m’effraient, pas toi ?
Comment peut-on… Je n’arrive pas à concevoir cette idée ! J’ai horreur des enfants, certes, mais je ne pourrai jamais cautionner une connerie pareille ! Les gens ne réagissent pas face à un spectacle aussi ahurissant ?

Je te conseillerai plutôt de sortir, ça te fera du bien. Ne reste pas enfermée chez toi, essaie de voir du monde. Même si c’est plus facile à dire qu’à faire, j’en suis bien conscient. 



Merci, bon week-end à toi aussi.

Affectueusement,
Yasmina.

★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 19 Mar - 17:43

Oups.
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


17 avril 2106 — 22h12

Bonsoir Eyelet,

Ton mail s’était perdu dans ma boîte, je viens de le retrouver en voulant faire un peu de tri, d’où ces quelques jours de retard et l'objet du mail. Je tape cette réponse juste avant d’aller dormir, j’espère à mon tour que mes propos ne te paraîtront pas trop vides de sens, je n’ai pas les yeux en face des trous passé une certaine heure, j’ai tendance à me coucher tôt.
Déjà, permets-moi de te rassurer, ton mail n’était pas brouillon du tout.

Je suppose que ta gueule de bois s’est calmée depuis le temps ! Je n’ai jamais consommé de l’alcool, que ce soit un peu ou beaucoup, mais de ce que tu m’en dis, trop boire ne doit pas être très agréable.. Un marteau-piqueur, c’est très imagé comme comparaison. Vous avez regardé une série ? Tu te souviens du titre ? J’adore les séries, surtout quand elles sont un peu niaises, ou à l’eau de rose… C’est mon péché mignon, ne te moque pas de mes goûts douteux, il m’arrive parfois de regarder de bonnes choses, quand je suis en mesure de suivre une histoire avec un scénario ficelé et plus compliqué, c’est-à-dire pas souvent…

Oh, quel rôle joue la milice dans la société japonaise ? C’est la police, ou un autre métier ? J’en entends parfois parler à la télé, mais je t’avoue que je ne comprends pas bien ce qu’ils font.
Effectivement, ta mère mérite le respect. Ce que tu me racontes d’elle me pousse à l’admirer, d’une certaine façon. Je suis impressionné par ces hommes, et ces femmes, capables de tout pour leur enfant, ceux qui n’hésitent pas à assumer seul l’éducation et les finances d’un foyer. C’est vrai que tout le monde pense avoir sa part responsabilité dans le décès de quelqu’un. Avec du recul, c’est ridicule ! Lorsque que quelqu’un fait une chute mortelle, en tombant des escaliers ou en glissant et se cognant méchamment la tête, on ne va pas accuser celui ou celle qui a trop lustré le sol, ça n’a aucun sens. Nous nous sentons tous coupables lors du décès d’un de nos proches, malheureusement, à moins que l’acte de donner la mort ait été volontaire, nous n'y sommes pour rien, peu importe ce que nous pensons. Peut-être qu’à force de le dire et de l’écrire, cette phrase va finir par me rentrer dans le crâne.

Si tu reviens souvent sur ce sujet, c’est normal, c’est que tu as besoin d’en parler, alors parle-en si tu en ressens le besoin. Je ne pourrai jamais te reprocher d’y penser et d’avoir envie de partager ta peine, au contraire.

D’accord, effectivement, vous voyez plein de choses différentes. Je suppose qu’il y en a qui sont plus intéressantes que d’autre. Je t’avoue que j’aimerais bien savoir dessiner, moi aussi. Je suis admiratif de tous ces artistes, qui transmettent des émotions, juste avec un crayon et du papier. Pour moi, la perspective, les proportions, ce n’est que théorique, lorsque j’essaie de le mettre en pratique, c’est plutôt lamentable ! Tu dessines uniquement pour tes cours ou tu aimes bien en faire à côté, d’ailleurs ?

Ce qui est sûr, c’est que dans un futur lointain, il y aura un déménagement. Je ne peux pas rester là, au Liban, avec tous ces souvenirs… Je vais tenir jusqu’à la fin de mes études, ensuite, j’aviserai, je changerai de pays. Je ne suis pas encore bien fixé sur la destination, j’ai plusieurs idées dans le viseur. Mon diplôme me permettra de me tourner vers un pays anglophone ou japonais, bien que ma spécialisation soit axée sur la langue des signes typée japonaise…
C’est presque normal que tu n’arrives pas encore à faire ton deuil, tu sais. Perdre sa sœur ET son fiancé, ce doit être si difficile… Tu as besoin de temps.

Oui, la plupart gardent le format numérique, le papier est pourtant plus authentique. Je me sens plus proche des souvenirs imprimés, j’ai le sentiment que les distances sont moindres.
C’est vrai que c’est beau, et douloureux. Je ne peux rien affirmer avec certitude, mais il me semble que tu es une personne très forte, et un jour, tu seras sûrement capable de ne plus pleurer. Peut-être que ton cœur se serrera encore, ou que tu souriras tristement, mais les larmes cesseront de couler.

Les parents jouent un rôle crucial sur la façon dont l’enfant s’appréhendera. Si tu es élevé dans l’idée que les inconnus sont dangereux, ou que l’homosexualité est mal, tu grandiras avec cette idée, jusqu’à ce que tu sois capable d’émettre ton propre raisonnement. A partir de ce moment, il y a deux choix : adhérer à ces idées répétées dans ton enfance, ou les rejeter. Bien sûr, c’est possible de changer plus tard. Certains passent une vie entière avant de se trouver, se retrouver. Peut-être que ce sera mon cas : lorsque je serai sur mon lit de mort, alors je me dirai que j’ai passé une vie à me détester, haïr tous ceux dans ma situation. Honnêtement, je pense que personne ne pourra m’ouvrir les yeux. Il y a déjà trop longtemps qu’ils ont été fermés, maintenant, ils sont collés, englués dans les reproches, les remarques. J’aurai beau les frotter, que rien ne changerai.

Je comprends tout à fait ce que tu as voulu dire, ne t’inquiète pas. Il ne fait aucun doute qu’il y a des animaux plus élevés que les humains. C’est assez paradoxal que je me traite d’animal, alors que je leur voue un grand respect.

Il existe beaucoup d’éducations différentes, des méthodes plus ou moins souples ou rigides. Je ne pourrai pas me permettre de remettre en cause la façon dont un parent décide d’élever son enfant. Toutefois, je te l’accorde, certains ont une drôle de manière d’éduquer un gosse. Heureusement, ce problème ne risque pas de m’arriver, jamais, au grand jamais, je ne deviendrai père, yeurk !

C’est à mon tour de te laisser et d’aller dire coucou à mon oreiller, en espérant que je parvienne à dormir.

À bientôt !

Affectueusement,
Yasmina.
★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 19 Mar - 22:17

Examen et Anniversaire.
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


22 mai 2106 — 7h02


Bonjour Eyelet,

Quoi de mieux que de te répondre, de bon matin, en buvant un thé de Ceylan ? Je me demande bien…

Je pense que tu réussiras sans problème. Tu as l’air de travailler très dur, de plus, ce métier te plaît énormément, aie confiance en ton potentiel. N’aie pas peur, c’est mauvais d’avoir trop peur, dans ce genre de circonstances. La peur pourrait plus te pénaliser et te retarder dans ton travail qu’autre chose. Essaie de ne pas paniquer et de continuer à avancer dans ce projet, tu verras que ça ira. Je penserai à toi, dans deux semaines, pas sûr que ça te porte chance, mais bon, c’est toujours ça de pris. Je crois en tes capacités, tu vas réussir ces examens !

Pour ma part, ça va, c’est passé.
Je vois plus ça comme une épreuve qu’un moment de retrouvailles, à vrai dire. Je suis heureux lorsque j’en ressors sans trop de cicatrices. C’était particulièrement tendu, ce week-end. J’ai été cuisiné par mon père. Il veut me convaincre de reprendre médecine et de lâcher mes études actuelles, mais, moi, ça ne me donne pas envie ! De plus, il continue de me mettre la pression, avec ses remarques lourdes de sous-entendu. J’ai l’impression de n’avoir aucun contrôle sur ma vie, que lorsque je suis à ses côtés, le mot « pédé » est gravé sur mon front. Depuis que ma femme n’est plus là, il est plus soupçonneux que jamais… Je suis dans une merde bien profonde. Et non, je n’ai pas de frère et de sœur. Ne t’inquiète pas, je ne l’avais jamais précisé explicitement, ne doutes pas de ta mémoire !

Oh, cela veut-il dire que tu vas passer ton anniversaire seule ?
Est-ce que tu vas essayer de voir du monde ? Ce serait triste de souffler ses bougies, en tête-à-tête avec la télé.
C’est vrai que parfois, un anniversaire n’est pas vraiment une fête. Ma femme disait qu’à son sens, un anniversaire, ce n’était qu’une année de plus, nous rapprochant d’une mort certaine. C’était un vrai rabat-joie lorsque j’essayais d’organiser une jolie surprise pour son anniversaire.

Je ne te cache pas que le premier anniversaire sans ceux qui font battre notre cœur à nos côtés est difficile, on se sent vide et dépossédé. Ce que je vais dire est un peu triste, mais tu sais, on s’y habitue, avec le temps.

Tu as déjà mentionné Benoît, mais nous n’avons jamais vraiment parlé de ce qu’il représentait à tes yeux. Qui est-ce donc ? Quelqu’un a qui tu tiens, visiblement.

Je t’envoie du courage pour toutes ces révisions ! Et je n'oublierai pas de t'envoyer un petit mail pour ton anniversaire.
Et si tu t’enterres, ne t’inquiètes pas que je viendrai te déterrer, non mais oh !

Bonne journée et à la prochaine !

Affectueusement,
Yasmina.

★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Lun 20 Mar - 19:25

Plus que quelques heures !
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com



22 mai 2106 — 19h54



Bonsoir Eyelet,

Plus que quelques heures avant ton anniversaire !

Tu sais, c’est important de prendre des petits moments pour soi, au-milieu de toutes ces révisions. Il faut savoir faire des pauses, même si elles ne sont pas forcément très longues. Tu n’es pas une machine, tu as bien le droit de souffler de temps en temps. Quant à ton beau-père, je comprends et je vois tout à fait ce que tu veux dire. Tu dois avoir tellement de pression sur les épaules… J’espère de tout cœur que tu réussiras ces examens, si tu as encore besoin de temps avant de rentrer au Japon, ce serait injuste qu’il te force à quitter l’Angleterre. Malheureusement, l’injustice est devenue de notre temps une notion bien subjective.

Tout d’abord, si un jour, tu souhaites « découvrir toutes les subtilités du thé » je serai ravi de te dire ce que j’en connais. Je ne sais même plus si je t’ai déjà dit que j’adorais le thé ? Bon, au-moins, maintenant, tu le sais, hein.
En tout cas, je suis ravi de savoir que je suis encore capable de faire rire quelqu’un, je ne suis pas une personne spécialement drôle. Si tu t’en souviens encore, je serai curieux de savoir ce que ton cerveau a imaginé !

Je pense que mon père passera les derniers jours de sa vie à me reprocher de ne plus faire médecine. Il ne comprend pas que tout le monde ne peut pas avoir son parcours. De ce que je me souviens des cours de médecine, c’était évident que ce n’était pas fait pour moi. Je me demande si un jour, il acceptera le métier que j’ai choisi. Il dit que ce choix n’est pas digne de mes compétences, je me demande bien quelles compétences ! Je n’ai jamais été spécialement mauvais en science ou en maths, mais de là à m’orienter vers médecine, il y a tout un monde !

Je vois… Tu viens donc d’une famille nombreuse. Tu as bien de la chance, d’avoir des frères et des soeurs sur qui compter, à qui te confier. Chez moi, la maison a toujours été vide et silencieuse, sauf les jours de fête, lorsque mes grands-parents et mes cousins venaient chez moi. Je pense que j’aurais aimé avoir un frère, ou une soeur. Mais d’un autre côté, n’en ayant jamais eu, ça ne me manque pas non plus.

Si tu vois quelqu’un pour ton anniversaire, je suis rassuré. J’espère qu’il y aura du gâteau avec la glace, hein (je rigole). Un bon film ? Tu me diras ce que vous avez regardé, peut-être que je l’ajouterai à ma liste des films à voir, dépend si c’est à la hauteur de mon cerveau de choux-fleur. Et pour te répondre, tu t’y habitueras oui, mais je ne peux pas te dire combien de temps ça te prendra. Il faut dire que ça change beaucoup d’une personne à l’autre. Tout ce que je peux te dire, c’est : attend, et vois.

C’est triste, ce que tu me racontes. Ce doit être étrange d’être si éloigné d’une personne dont nous étions proche. Et, s’il te tient comme responsable de la mort de ton fiancé, c’est également triste, mais aussi affligeant. Tu n’y es pour rien, et j’espère qu’un jour, vous arriverez à vous parler en face et alléger un peu vos sacs. Ce n’est jamais bon de tout garder pour ça, les reproches, ce n’est jamais agréable, mais il faut savoir en faire quand la coupe est pleine, afin de repartir du bon pied, sans chanceler.
Et, encore une fois, tu n’es pas responsable de la mort de Jek. Pardon, j’utilise son prénom pour la première fois, je ne sais pas si c’est très correct…

Je vais donc retourner à ma petite série bien niaise. Je ne comprends même pas qui est amoureux de qui et qui a trompé qui, mais bon, ça fait passer le temps, le soir, lorsqu’on est seul… J’ai l’air un peu pathétique, pas vrai ?
Il faudrait que je travaille mes cours, malheureusement, je n’ai plus d’énergie, mon père m’a vraiment mis par terre…

A bientôt,
Yasmina.
★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mar 21 Mar - 22:04

Absence
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


23 mai 2106 — 10h27

Bonjour Akino,

Avant de commencer à répondre à ce mail, comme tu peux le voir à la ligne juste au-dessus, je pense que tu as raison et que nous pouvons nous appeler par nos prénoms. Akino, c’est un joli prénom. Est-ce qu’il a une signification ? En tout cas, je m’appelle Driss. Et ça ne veut rien dire (du moins, il me semble) au-cas où tu te poses la question. Quant à mon pseudonyme, Yasmina donc, c’était le prénom de ma femme. Tu ne trouves pas que ça craint un peu ? Et toi, pourquoi avoir choisi ce pseudo ?

Oh, voilà un aspect négatif à avoir des frères et soeurs, il paraît, effectivement, que certains parents aiment comparer leur enfant. Je trouve ça un peu nul, ce genre de classement. Et les mots qu’il a tenu a la mort de ta soeur sont extrêmement durs, juste les lire, ça m’a fait mal au coeur. Je ne sais pas si je suis particulièrement sensible ou si j’ai raison, dans tous les cas : c’est violent. Tu sais, je pense que tu n’as rien à lui prouver du tout, tu as fait ce qui te semblait juste.

Effectivement, le scénario de cette série a l’air bateau, mais c’est tout ce dont j’ai besoin. Merci beaucoup pour le lien, j’irai voir ça un de ces quatre, je te dirai ce que j’en ai pensé.

Tu ne me déçois pas. C’est normal que tu ne sois sûre de rien, et que tu n’arrives pas à déculpabiliser, je ne vais pas te jeter la pierre pour si peu. Tu as besoin d’avancer à ton rythme, et si je peux t’y aider, j’en suis ravi, mais s’il ne te plaît, ne pense pas que tu puisses me décevoir à un quelconque moment, parce que ça n’arrivera pas. La seule personne que je déçois,  et qui me déçoit, c’est moi-même. Je t’encourage à renouer les liens avec Benoît, une bonne discussion vous apaisera, je pense.

Dans ma tête aussi, l’image est comique. Tu as une imagination amusante, prends-en soin.

Je vais encore être absent la semaine prochaine, mon grand-père est décédé et nous devons prendre la route avec ma famille pour rejoindre le village où il habitait. C’est bizarre, je ne suis même pas triste, tellement nos liens sont inexistants. Ou alors, c’est parce que j’ai donné toute ma tristesse à ma femme ? Est-ce que je suis un monstre, si je ne suis pas malheureux ?

Affectueusement,
Driss

PS : Tu ne pensais tout de même pas que j’allais oublier ton anniversaire ? C’est la première chose à laquelle j’ai pensé, mais j’ai trouvé ça marrant de laisser traîner jusqu’à la fin, pardon si mon humour te paraît étrange. Bref, je te souhaite un excellent anniversaire, et encore une fois, j’espère que tu ne le passeras pas seule. Nous ne nous connaissons pas depuis longtemps mais nos nombreux points communs nous ont rapproché. J’aimerais juste te remercier pour m’avoir envoyé ce premier mail, je suis heureux de pouvoir te connaître, Akino.

★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:38

Yo ;)
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

24 mars 18h06


Yo ma biche !

Dis, j'suis en train d'faire quelques heures supp' au taff mais j'me disais qu'on pourrait s'retrouver d'ici 1h30 pour aller manger un truc ensemble ?

★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:40

Yo ;)
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

24 mars 19h00

Aki ?
Alors ce resto' ?
★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:41

Yo ;)
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

24 mars 20h30


J'suis pas du genre croché sur mon tél mais là...
S'tu voulais pas tu pouvais me le dire hein...
J'm'inquiète un peu.

★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:43

J'flippe
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

24 mars 23h07


Heu Aki'...
Réponds-moi s'te plaît.

★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:44

J'flippe
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

25 mars 01h36


J'dors pas déjà à la base mais si en plus, tu m'réponds pas. Sérieusement ça commence à m'gonfler ton silence. Réponds.

★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:45

J'flippe
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

25 mars 02h10


T'sais quoi ? J'vais continuer de te harceler jusqu'à ce que tu réagisses.
★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:46

J'flippe
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

25 mars 04h23

Aki...c'est pas ton genre de pas répondre. Même quand t'es occupée...
★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:47

J'flippe
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

25 mars 06h00

J'viens de te retrouver. Et l'coup du silence, j'kiff pas. M'force pas à te dire que j'suis en train de réellement flipper.
★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:48

J'flippe
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

25 mars 08h30


J'suis tellement en train de tourner en rond que j'ai décidé d'aller ouvrir le shop. Aki m'dit que j'dois pas flipper. Que t'as des empêchements. J'espère qu'il a raison. En attendant j'vais taffer pour oublier.
★
avatar
Messages postés : 217
Inscrit.e le : 14/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Voir le profil de l'utilisateur Jeu 23 Mar - 21:52

J'flippe
De : beubeu.r@neomail.com- A : pink.eyelet@neomail.com

25 mars 09h20


Bordel de merde. J'espère que t'as une bonne excuse Aki'...
★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Sam 25 Mar - 18:04

Re : Absence
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


28 mai 2106 — 19h01


Bonjour Akino, ou plutôt bonsoir,

Je ne ferai pas d’interprétation sur ton prénom, ma drôle d’imagination serait capable d’en arriver à des conclusions étranges. J’aime vraiment les prénoms qui ont un sens derrière les lettres, ce sont les plus beaux. Tu as de la chance d’avoir un nom avec une signification, ce sont les plus authentiques, à mes yeux.
L’oeillet rose est une jolie fleur, effectivement. Je ne suis pas un original, je préfère les roses blanches, ou rouges. Même si je n’ai rien contre les tulipes et les tournesols.

Pour ma part, malgré tous les gens tristes, je n’ai pas lâché une larme. J’avais le coeur serré, mais je ne pleurais pas. Peut-être est-ce du au fait que, chez moi, nous avons une perception du deuil différente, les gens pleurent rarement en public. La mort n’est qu’un état de passage, ce n’est pas censé être quelque chose de malheureux. Bien sûr, ce n’est que de la théorie. Je n’ai pas su m’empêcher de pleurer à l’enterrement de Yasmina. Savoir que c’était ma femme, ma meilleure amie que l’on mettait en terre, c’était horrible…

Je suis désolé d’apprendre que tu n’aies pas passé une excellente journée d’anniversaire. Être loin des siens pour ce jour de fête ne doit pas être facile. Tu as du ressentir si fort l’absence de ton fiancé et de ta soeur… Je suis tout de même content d’apprendre que tu n’aies pas été seule. Et les choses grasses, de temps à autre, ne font de mal à personne, en plus, c’est bon les pizzas, et convivial, de surcroît.

J’espère aussi que nous pourrons nous rencontrer un jour. Peu importe l’endroit. Je serai enchanté de te voir, en vrai, au-delà des frontières imposées par un écran. Ah, je me demande comment je réagirai, si ça se faisait un jour ! Je ne suis pas du tout le même derrière un ordinateur, qu’en face. Je suis assez réservé et peu bavard, même si je m’améliore petit à petit. Je ne sais pas si je t’ai raconté que je m’étais enfermé dans le silence après le décès de Yasmina. J’ai du mal à communiquer avec les inconnus, et puis, la langue des signes ne m’aide pas à combattre ce handicap. Je ne suis plus certain de savoir comment s’ouvrir aux autres…

En fait, j’ai regardé le lien que tu m’avais envoyé la dernière fois. C’était plutôt sympa, même si le jeu de certains acteurs m’a laissé perplexe. Pourtant, je suis loin d’être difficile, en cinéma… Qu’en as-tu pensé, toi ?

Bon courage pour rattraper tout se retard, de tout coeur avec toi !
Je serai bientôt aussi un peu moins disponible, mes propres examens approchent. Chaque année validée me rapproche un peu plus de mon objectif, je suis vraiment impatient d’avoir mon diplôme et de pouvoir vivre de ce qui me fait vibrer, pas toi ?

Bonne fin de soirée !

Affectueusement
Driss


★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 2 Avr - 17:40

Je quitte le Liban
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


~ Ellipse ~
4 mars 2108 — 3h51

Salut Akino !
Comment vas-tu, mieux depuis la dernière fois, j’espère ? Tu as encore la crève ou c'est passé ? Tu t’en sors dans les études, sinon ? Tu es dans ta dernière année, c’est ça ? La charge de travail doit être encore plus importante…

Je suis désolé de t’envoyer ce mail aussi tard, tu le verras sûrement en te levant, mais j’avais besoin de te parler, enfin, de t’écrire… De toute façon, je n’ai pas sommeil, je suis trop hanté par toutes ces discussions avec mon père qui tournent en rond, et puis j’ai cette idée qui ne me quitte pas, qui se concrétise, il faut que je t’en parle. Je t’avais déjà raconté que je songeais à déménager, loin du Liban, loin de tous ces secrets qui me collent à la peau. Maintenant que j’ai le diplôme, je suis plus que décidé à partir. Et j’ai choisi le Japon. C’est un drôle de choix, c’est vrai, s’exiler dans un pays où je risque de me retrouver marié du jour au-lendemain… J’ai du mal à expliquer les raisons de mon choix, si ce n’est que je suis spécialisé en langue des signes japonaise… Je sais juste que c’est le pays qu’il me faut, et que je ne changerai pas d’avis là-dessus. J’ai peur d’aborder le sujet avec ma famille, je redoute les réactions et en même temps, je dois le faire…

Comment tu as géré, toi, lorsque tu es partie en Angleterre, pour l’annoncer à ton entourage ? Excuse-moi si tu m’en as déjà parlé, ma mémoire est trouble… L’heure tardive ne doit pas aider à me concentrer, tu me diras… J’ai peur que mes proches ne comprennent pas et me prennent juste davantage pour un cinglé, peut-être que je le suis après tout… C’est horrible, j’ai l’impression que je m’apprête à faire un coming-out, alors que c’est  « juste » un déménagement. J’ai 27 ans et je ne suis pas capable de me prendre en main et d’annoncer une décision à mes parents… Je me demande ce que sera le pire, entre la déception de ma mère ou la colère de mon père… J’ai une chance sur deux d’être renié, ça ne devrait pas me toucher, mon père n’a jamais été là pour moi, pourquoi je m’inquiète de ce qu’il pourrait penser ?

Les seules choses qui me rendent heureux en ce moment, c’est de te parler et d’avoir terminé ma spécialisation en langue des signes… Tu ne trouves pas ça misérable ? Je n’arrive même plus à être heureux d’être en vie, j’ai vraiment besoin de respirer un nouvel air… J’espère qu’il sera meilleur qu’au Liban. Même si le pays va manquer, je suis très attaché à mes racines, je suis fier d’être libanais…

D’ailleurs, toi, que comptes-tu faire lorsque tu auras ton diplôme ? Tu vas repartir au Japon afin de travailler, ou les cicatrices sont encore trop fraîches ?

Oh, je pose beaucoup de questions, pardon…
Je crois que je vais prendre à boire et essayer de dormir un peu, ça m’aidera à mettre un peu d’ordres dans mes idées.

Je t’embrasse, ma belle.
Driss.

★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mar 9 Mai - 14:37

Re : Je quitte le Liban
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


4 mars 2108 — 21:43

Hey Aki !

Tant mieux, je suis content d’apprendre que tu vas mieux, c’est vraiment chiant ces saloperies... devoir passer son temps  le nez dans un mouchoir, c’est une plaie. Et pour te répondre, non, je n’ai pas vraiment dormi, mais ce n’est pas très grave, je suis habitué aux insomnies.

Tes paroles me rassurent, à vrai dire je continue à avoir une très légère appréhension sur le Japon, je me demande si je ne vais pas détonner avec mes tatouages et mon teint halé… Puis, même si l’Incontestable peut me repousser, je suis persuadé que ça ne sera jamais pire qu’au Liban. Un changement de vie aussi drastique m’aidera probablement à avancer, que ce soit sur le chemin du deuil ou celui professionnel. Mon père ne cautionne toujours pas mes études, il pense que je vais exercer un sous-métier, toute façon pour lui, à part les études de droit ou de médecine, tout est pourri et indigne d’intérêt. Au-moins, au Japon, je pourrais exercer la profession qui ME plaît sans me taper son regard désapprobateur, ses remarques permanentes, son mépris ambulant. En tout cas, merci de m’encourager, vraiment. Ça me fait plaisir de vous parler à quelqu’un qui me comprend, et qui ne me traite pas de fou. C’est incroyable de voir comment tu m’es devenue importante au fil des années… Merci pour tout.

Tu sais, je pense que tu as bien fait de changer d’horizon. Parfois, on a besoin de se retrouver, la solitude peut parfois être bénéfique. Mais tu n’as jamais eu l’appréhension d’apprendre du jour au lendemain que tu étais mariée et que tu devais retourner au Japon ? Ça a du te faire bizarre de partir, avec ce poids sur la conscience… je n’arrive pas très bien à m’imaginer ce fait, désolé, mon cerveau d’étranger à encore du mal à comprendre toutes les nuances de votre système.

Honnêtement, si je m’en vais, je pense que mes parents m’oublieront. Nos contacts sont déjà rompus, comme dit le vieux dicton populaire « loin des yeux, loin du cœur ». Nous sommes des funambules, nous marchons sur un fil rongé par le temps, je sais très bien qu’il craquera un jour. Quand il saura que je m’en vais, mon père sera en colère. Il me dira que je suis un fils indigne, que je ne le mérite pas… Mais tu sais quoi, je sais très bien que j’ai été un mauvais fils, il me le répète à longueur de journée. Trop ci, pas assez ça. Il semblerait que c’est un crime de préférer la littérature à la science…
Et putain oui, j’espère que je ne suis pas encore une coquille vide. Je veux croire que j’ai encore des choses à vivre. Même si parfois, le simple fait de croire est difficile.

Tu as raison d’être fière de tes racines, de porter tes origines. Le Japon est un magnifique pays, je comprends que tu puisses l’aimer. Peu importe où je vivrais, où je finirais ma vie, je continuerai à aimer mon pays. Il reste dans mon cœur, même si je le quitte. Ce n’est pas lui que je fuis, c’est ma famille, si tant est qu’on puisse appeler ça une famille.

Bon courage pour ces quatre derniers mois !
Moi-même dans la dernière ligne droite, je ne savais pas si je devais exploser de joie ou flipper en pensant à après. Mais tu verras, tu seras fière d’avoir ce diplôme, d’être allée jusqu’au bout et surtout, d’avoir suivi un cursus qui te tenait à cœur.
Et crois-moi, oui, tu en es capable. Tu as la force, le courage nécessaire pour ça. Il y a beaucoup de gens qui s’estiment courageux, à mon sens, ces personnes ne connaissent pas la vraie signification de ce mot. Toi, tu l’es.

Je sais que ces cicatrices sont longues à cicatriser, Aki. Elles se ferment tout doucement, même si elles ne s’effaceront jamais, sauf peut-être à force de temps, en y croyant fort. Je suis sans doute maso, mais je n’ai pas envie que mes cicatrices s’effacent. Je veux les garder près de mon cœur, ne pas oublier…

Je pense que je vais m’installer à Tokyo, même si c’est une très grande ville. J’essayerais juste de trouver un quartier tranquille, je n’ai jamais aimé l’agitation. Puis, j’aime les espaces verts, donc j’essaierai d’habiter pas trop loin d’un parc, ou quelque chose comme ça. J’espère partir le plus vite possible, si je réfléchis trop, je risque de changer d’avis. Si je peux finaliser mon départ pour mi-avril, je serai content ! Je parlerai de mon départ à mes parents uniquement lorsque tout sera en ordre, ils risqueraient d’interférer, de foutre la merde dans mes plans… Je deviens un peu vulgaire, pardon.

Je serai heureux de te rencontrer, même si je vais sûrement avoir besoin d’un petit temps d’adaptation pour passer du virtuel au réel…

Il est tard, je commence à raconter n'importe quoi... je crois que je vais aller me regarder une série sans prise de tête…

À très vite, Aki
Et merci pour tout.

Driss

★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Dim 21 Mai - 12:03

Re : Je quitte le Liban
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com


5 mars 2108 — 23:40

Bonsoir Aki !

Je suis content d’apprendre que tu profites de tes week-ends, que tu vois du monde. Quand je pense à toi, il y a quelques années, je me dis que tu as déjà bien avancé sur le chemin de ton deuil. J’en suis heureux.

Oh, je ne me souvenais même plus que tu avais un chat, je crois que j’ai déjà la mémoire défaillante, ça craint un peu à mon âge. Ça fait combien de temps que tu l'as ? J'aime bien son prénom, d'ailleurs.
Et oui, tu as carrément raison, les animaux en refuge me font tellement de peine. Quand j’ai acheté Dov au refuge il y a un an, il avait l’air si triste et malheureux. Dov étant un chat noir et un adulte de surcroît, personne ne voulait de lui, alors que c’est un amour. Aucun animal ne devrait se retrouver dans un refuge… En plus, les animaux apportent tellement dans une vie. Ils sont un remède incroyable face à la solitude ou la morosité.

Bon, tu me rassures alors, j’avais peur de détonner un peu dans la masse japonaise, haha.
Je ne suis jamais aller en France, même si ce n’est pas « très » loin du Liban… En tout cas, ce que tu m’en dis ne me donne pas envie de m’y rendre pour des vacances. Toujours est-il que je valide totalement ton état d’esprit. J’aimerais bien être comme toi, mais je n’y peux rien, personnellement je me sens obliger de juger les gens, par rapport à tu sais quoi. J’ai parfois la sensation de ne vivre que pour ça…  

J’ai l’impression que je foire toutes mes promesses, mais sache que je ferai mon possible pour ne pas merder avec toi, je tiens trop à toi pour faire le con et te perdre.

J’espère que tu ne recevras pas la lettre tant que tu ne seras pas prête à retourner au Japon. Et je comprends ce que tu veux dire, quand on a connu un être d’une valeur exceptionnelle, on estime que personne ne pourra le remplacer, être à sa hauteur. Et, même si tu ne pourras jamais retrouver un Jek, parce qu’il était unique, j’ose espérer que lorsque tu seras mariée, tout se passera bien pour toi. Ça me rendrait triste d’apprendre que tu es malheureuse. Enfin bref, tu as raison : les études d’abord ! Tu es bientôt au bout du tunnel, en plus !

Ce que tu dis n’est pas idiot. Ça fait très masochiste ce que je vais dire, mais la douleur est nécessaire, elle maintient en vie. Tant que je garde mes blessures, je sais que je suis vivant. Avoir mal, c’est se sentir en vie. Et wouah, je pars beaucoup trop loin, ces phrases ne sont pas à sortir de leur contexte…

Oh, merci beaucoup pour toutes tes suggestions, tu me mâches le boulot, j’irais voir tout ça quand j’aurai un peu plus de motivation et moins de fatigue, là il est tard, je vais bientôt me mettre au lit. Mais. je termine d’abord de te répondre !

Je vais me répéter, mais pas grave : merci pour l’aide, ça fait plaisir de savoir qu’on peut compter sur les gens. Et non, tu ne m’as jamais parlé de Levanter, enfin il ne me semble pas. Original, le prénom, soi-disant passant.

Tu sais, moi aussi je te considère comme une amie. Je ne regretterai jamais que tu sois entrée dans ma vie.

Prends soin de toi

Driss

★
avatar
Messages postés : 294
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Bichon.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Mer 12 Juil - 11:00

Re : Je quitte le Liban
De : yasmina.aimeur@neomail.com - A :  pink.eyelet@neomail.com



7 mars 2108 — 22:33



Coucou Akino,

Oui, j’ai passé un bon dimanche, merci. J’espère que le tien a été aussi.
C’est vrai que parfois, j’ai du mal à me dire que ça fait déjà presque deux ans qu’on se connaît. Ça me ferait tellement rire de relire tous nos mails. Enfin rire, ce n’est peut-être pas le bon mot, mais ce serait quand même à faire. Notre façon de parler a tant changé. Normal après tout, on a appris à se connaître et à se rapprocher. Je n’aurai jamais pensé que nous continuerions à parler aussi longtemps. Je pensais que ça n’allait durer que quelques mois, puis que ça s’essoufflerait et qu’on s’oublierait mutuellement… Et à la place, nous voila ici. La preuve que je dois vraiment arrêter de penser, j’imagine n’importe quoi…

Et oui, je crois que je m’en souviens pour Moon maintenant. En tout cas, Aeddan a eu une bonne idée.
C’est marrant de voir comme tous les amis que tu te fais à l’étranger migrent subitement vers le Japon. Tu n’as pas l’impression d’y être quelque chose, genre d’avoir un aura ou un drôle de super pouvoir ? (Ceci est une tentative d’humour. Je ne suis pas doué pour l’humour, oups.)

En tout cas, je suis content de voir que tu ne fuiras pas, je suis une vraie palourde en interactions sociales, j’ai honte de moi parfois… C’est le problème quand on s’isole et qu’on est aveugle au monde qui nous entoure. Je n’ai jamais été très doué en communication, après la mort de Yasmina, faut dire que je me suis vraiment renfermé dans mon coin, ça laisse des séquelles. Le mot est un peu fort, cependant, j’en trouve pas d’autre.

Je vois que tu as foi en l’Incontestable, c’est admirable de soutenir autant son pays et sa politique. Il est pourtant de bon ton de critiquer la politique de son pays, peu importe qu’elle soit réellement bonne ou mauvaise.

Et pour te répondre, je t’avoue que tu me poses une colle. Je dirai que le bonheur, c’est quelque chose d’abstrait, de difficile à saisir. Tout le monde veut être heureux, mais personne ne sait l’être. Il y a toujours quelque chose à côté, ou bien un élément qui vient te bloquer dans ta quête du bonheur. C’est tellement plus simple d’avoir mal que de se sentir bien. Je suis honoré d’avoir pu t’aider à progresser dans ton deuil et à continuer avancer, mais tu le dois surtout et avant tout à toi, à personne d’autre. Tu peux avoir toute l’aide du monde, si TOI, tu ne veux pas avancer, continuer malgré la perte d’un être cher, les meilleurs amis, les meilleurs psy, ils ne pourront rien pour toi. La décision de continuer à vivre doit venir du concerné. Donc n’oublie pas de t’auto-félicite aussi, tu verras ça fait du bien.

Et il est vraiment Japonais de naissance Levanter ? J’ai du mal à y croire avec un nom pareil. Mais bon, merci, ça me fait plaisir de savoir que je pourrais compter sur quelques personnes, si tu dis qu’il est adorable, je te crois, j’ai toute confiance en ton jugement.

Oui, l’amitié est une chose magnifique, je suis d’accord. C’est d’ailleurs pour ça que je suis heureux de te compter dans mes ami.es. Je me répète et ça fait très mielleux, mais tu m’es précieuse. Ne l’oublie pas. Si un jour, je peux t’aider dans quoi que ce soit, n’hésite pas, je te dois bien ça. Et même plus.

Sur ce, je vais aller dormir, je me couche un peu plus tôt en ce moment, je suis assez occupé en journée à m’organiser et faire le tri dans ma vie bordélique.

Passe une bonne soirée et à bientôt,
Driss
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Mairie :: Internet :: E-mails