Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 velvet wedding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suisen Ogawa

Invité

MessageSujet: velvet wedding   Jeu 25 Mai - 16:06

fiche personnage:
 

velvet wedding
dos droit cheveux parfaitement coiffés
il y'a dans cet individu toutes les nuances de l'insipidité un manque de charisme un manque de folie un manque de on ne sait trop quoi dans son sourire
fade
petite
pas de poitrine maquillée de telle manière à ce que ça paraisse naturel maquillée pour essayer d'être belle
mais il y'a toujours eu un problème majeur dans son existence
elle se trouve si laide si peu de tout et tellement tant de rien car à côté des blondes pulpeuses (saviez-vous que suisen signifie narcisse)
elle n'a rien
suisen jolie suisen est de ceux qui bénissent l'incontestable d'exister car ils sont persuadés oui persuadés qu'autrement personne
ne serait jamais tombé amoureux d'eux
car il y'a de ces gens vilains de ces gens aigres (dont elle fait partie) qui ne brillent pas qui s'éteignent
et il y'a vous
il y'a vous qui est peut-être comme elle
((il y'a vous qui est peut-être son parfait opposé))
vous avec qui elle est censée partager sa vie
vous qui serez peut-être sa parfaite femme
ou encore son horrible monstrueux mari
dans tous les cas, il n'est jamais question de flamme
suisen ne croit pas aux mariages parfaits ne croit pas qu'on peut tomber raide dingue d'une personne qu'on ne connaît pas
d'une personne
qu'on n'a même pas choisi
mais elle n'a pas le choix
elle fait régner la justice
pas de ces polémistes qui crient que tout ceci est un horrible capharnaüm pour l'amour
et si vous sa future moitié vous veniez à être un être venu des enfers
elle s'adaptera
(c'est la faute au karma)
elle vous crachera dessus elle vous fera des putains de sourires d'hypocrites
et si vous veniez à être quelqu'un de bien et bien
elle fera sûrement la même chose tout compte fait
car elle est une professionnelle dans la vase de l'hypocrisie
car elle s'y entraîne depuis toute petite que maintenant ça n'a plus de secrets
les roses rouges dans sa main le prouvent bien
qui offre des fleurs signifiant la passion à un parfait inconnu
elle s'est arrêtée au bout de la rue où se trouve l'habitation pour se garder la surprise avec vous ((il fait beau les oiseaux chantent elle profite du soleil à l'ombre d'un bâtiment))
pour vous cracher son dédain si votre emploi est moins bien que le sien et vous pousse à habiter dans un taudis à ses yeux
((vous savez greffière ça gagne assez bien pour son âge))
ou pour pousser des faux petits rires d'excitation si vous vous retrouvez tous deux devant un palace
se remet un peu de rouge à lèvres nacré et patiente
remettant correctement son col de chemiser de femme
tirant sur sa jupe pour cacher ses genoux comparables à ceux d'une adolescente
BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
Billy Bird

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Ven 26 Mai - 22:58

fiche du personnage:
 

Danser pour elle, c'est toute sa vie.
Sur scène, on l'appelle Billy Bird. Mais dans la vraie vie c'est Marion Bari.
Origines : des quatre coins du monde. Couleur de peau : métisse.
Billy se raconte en mouvement, se délivre aux regards, s'exprime par le corps. Mais ce qu'elle aime le plus dans la danse, par dessus tout, c'est d'être vue, admirée, enviée. L'espace de quelques secondes, elle devient la cible du monde, des regards, la musique s'articule autour d'elle et le moindre de ces gestes vibrent d'une émotion primaire.
Billy est sauvage, animale, à l'image de ces racines qu'elle arbore fièrement se parant de bijoux aux aspirations africaines, mixant cela avec la mode nippone qu'elle ne connait que trop bien depuis son adolescence.
Lundi elle est féline et féminine. Mardi racaille, sweat-baggy, tu traces ou chiales, mercredi diva, jeudi pyjama. Vendredi coloration, samedi, geekette avec passion. Dimanche alors, c'est la famille qui passe d'abord.

La famille.
Voilà que Billy se ronge les ongles. Elle bouffe avec dégout les restes de vernis rouges comme un reptile ferait sa mue. La voilà mariée pour de bon, pour de vrai.
Fini les amours spontanées, qui commencent forts et se ternissent avec le temps. Même si elle aimait ça, elle aimait ça la frivolité, le contact des corps suintant puissant et fort, foutus les paillettes d'un soir au régal de chacun. C'est la mort du spontané, la mort du vivant, la danse de l'amour qu'elle ne connaitra plus qu'avec Elle. Elle, c'est cette autre, qu'elle rejoint alors, faisant claquer les talons sur le macadam. Et pourtant, prospère en elle cet espoir volage, ce rêve d'enfant d'imaginer une moitié, sa moitié, parfaite pour elle et pour aucune autre. Un rêve de famille, dont déjà se fane la possibilité de procréer un jour. Mais qui sait, adopter ?

Pas même rencontrer, voilà qu'elle se dessine une vie avec cette femme, dont le prénom doux éveille ses sens.  

La voilà sur le seuil d'un immeuble futuriste, sur la sonnette, il y a un nom, pas le sien. L'impression d'entrer en terre inconnue est encore plus frappante. Mais elle a le badge, un accès direct au septième ciel, à moins que cela ne soit la métaphore d'une longue descente en enfer. Billy frappe, Billy ouvre. Une annonce, une entrée. Ces cils maquillées pour l'occasion se lève et la découvre.

- Tu es... Terne, jeune, japonaise, pourquoi tu me regardes comme ça ? ... Suisen ?


Bienvenue dans le vrai monde Marion.
Revenir en haut Aller en bas
Suisen Ogawa

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Sam 27 Mai - 2:43

their velvet wedding
marion & suisen
c'est des regards qui s'accrochent
des ethnies qui s'entrechoquent
l'ombre de ses cils se délassent lentement sur ses pommettes un peu relevées
elle esquisserait presque une moue de dédain
oh oui elle sait apprécier les beautés comme vous oh oui elle sait sourire en voyant des peaux brûlées par le soleil
mais seulement
sur les photos les peintures
en tant qu'oeuvre d'art
pas en tant que personne ou de femme
mais seulement
de temps en temps juste comme ça dans la rue et encore c'est un peu dur pour elle de ne pas rouler des yeux
et là et là
c'est tout un univers qui s'écroule c'est des lèvres qui se pincent et elle n'arrive pas à se résoudre que ça va devenir votre putain de réalité à vous deux
il n'y'a pas de place pour les couleurs
dans son monde fait de noir et de blanc
il n'y'a pas de place pour les gens comme vous marion non elle va pouvoir s'apitoyer sur son sort auprès de sa famille
suisen la jolie et triste suisen à côté de vous était prête à faire des efforts à apprendre à vous embrasser
mais elle ne pensait pas que
que vous seriez comme ça
que vos différences dépassent l'entendement
((bien que tout ça est superficiel))
qu'elle est stupide dans son traditionalisme la suisen
qu'est-ce qu'elle est butée et répugnée
alors elle essaye d'esquisser une risette peu convaincue là où ses traits n'expriment rien il y'a son regard ses billes d'encre qui fuient un peu
et il vient cette question que vous posez
elle rit (ricane presque)
c'est un peu jaune comme rire ouais
(voyez vous commencez déjà à avoir une influence sur elle elle s'exprime en couleur)
jaune c'est plutôt joli
jaune c'est la couleur du ciel d'un poussin
poussin c'est
poussin elle aurait pu vous nommer comme ça juste pour rire avec un petit sourire en coin
elle aurait pu vous appeler comme ça si vous n'étiez pas vous
mais elle se contente de dire de parler de sa voix de personne qui fait semblant d'avoir trop vécu
qui pourrais-je être d'autre ?
c'est vrai ça c'est vraiment stupide comme question marion
mais encore une fois elle se tait
fait taire cette voix dissidente au fond de son petit crâne de petite insolente qui menace à chaque instant de révéler ses pensées concernant votre personne
enchantée
((je suppose))
ça sonne faux
mais c'est général tout sonne faux chez suisen
elle s'approche de vous se mesure et chope vos prunelles des siennes ses ballerines sonnent sur le joli parquet
et vous, votre nom ?
car elle n'a pas regardé le nom sur la lettre
car elle préférait se garder la surprise
bonne ou mauvaise
il est de tradition chez moi qu'on ne regarde pas la personne avec qui on est marié.
ses doigts s'emmêlent dans ses propres cheveux et retombent dans leur carré morose
je peux te parler un peu plus familièrement non ? enfin- de laisser de côté les manières ça serait bizarre de
ouais ça serait bizarre suisen
ça serait bizarre de commencer avec des formalités comme ça
son sourire serait presque teinté de tristesse à cet instant
alors qu'on va finir notre vie ensemble.
elle retient sur ses lippes de poupée le
"malheureusement"
absolument déplacé
et puis ces derniers mots la font frémir d'horreur mais aussi de soulagement
imaginez marion
imaginez marion que vous auriez été un homme
ça donnerait un enfant métis
((quelle horreur))
aux yeux des individus comme votre épouse
qui relèvent bien plus aux monstres que vous


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Billy Bird

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Sam 27 Mai - 13:58

"Je suis le vent, je suis le sel,
Je suis la colère de la terre et la douceur des forêts,
Je suis l’écorce qui danse,
Je suis le ciel qui joue,
L’embrun immobile,
La falaise heureuse,
Regarde-moi dans les yeux,
Je suis le mouvement perpétuel,
Je suis l’arrogance du torrent
Regarde-toi dans les yeux,
Je suis ton reflet,
Je suis ton double
Je te rappelle à ta source,
Je te mets face à toi-même
Met-toi en mouvement
Et sens à nouveau,
L’ondée qui te traverse,
La rage amoureuse de vivre,
Chaque matin du monde,
Constellation fulgurante."

Billie Bird


Marion n'aime pas son regard.
Cette moue sur son visage qu'elle n'a que trop souvent croisé, au delà de la gêne, au delà de la peur, une touche de mépris que suggère le racisme. Marion se braque, touchée en plein cœur par son rire sarcastique, Suisen lui parle avec cette condescendance propre aux japonais se croyant pure de souche. Ceux là n'ont de pure que leur japonais à l'accent impeccable. Marion retient sa colère, car elle n'est sûre de rien, une impression faussée peut être, par le ressentiment du mariage.

Tout va bien. Respire. Tout va bien. Respire. Je sais que tu fais de ton mieux. Se dit-elle tandis que celle qui devait être son âme sœur la salue, sans la toucher, sans un regard, sans plus que des mots vides posées d'un ton monocorde, fantomatique. Suisen est froide et austère comme une mare gelée oubliée au fond d'une grotte.
Cette femme semble être de celles qui regardent leur vie passer comme on regarderait la pluie tomber un jour de novembre.

- Je m'appelle Marion Bari, c'est d'origine malienne. Mais rassures toi... J'ai vécu au Japon une partie de ma jeunesse.
Ajouta-t-elle non sans ironie.
- Ça te pose un problème ?

Cette fois par contre, le ton était braque, Marion la fixait fermement du regard, sourcils froncées traduisant une irritation notable, regarde-moi petite garce, regarde-moi et dis moi la vérité. Toute la vérité.

Le personnage de Billy reprend le dessus pour mieux masquer la peur et l'injustice qui gargouille dans ton ventre, la danseuse secoue sa tignasse crépue en arrière, se déchausse comme le ferait une enfant de bohème  et constate sans étonnement qu'elle dépasse sa compagne de deux têtes, elle fait le tour du salon, tâtonnant le mobilier présent sur son passage, la décoration est sans vie, à l'image de cette femme.

- Ce sont tes meubles ? Billy remarque néanmoins qu'au delà des ces gouts de catalogue de mobiliers design, sa compagne semble avoir les moyens pour s'offrir un tel luxe. C'est très laid. Conclut-elle tandis qu'elle soupèse l'un des coussins du canapé avant de se fondre dedans allongeant de toute sa longueur ses bras sur le dossier. Billy croise ses jambes interminables puis relève la tête vers Suisen, le regard provocateur :
- Et tu fais quoi dans la vie pour te payer tout ça ?

La métisse insiste sur le ça, balayant du regard la pièce avec le même dédain que celui ressenti précédemment.

hrp aussi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Suisen Ogawa

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Sam 27 Mai - 19:04

their velvet wedding
marion & suisen
les échanges sont mauvais les échanges sont rudes et ne coulent pas non on n'a pas envie les caresser ça sonne pas bien
rien ne sonne correctement des fausses notes des rimes ratées des diérèses imprononcées qui empêchent d'atteindre le nombre de vers recherché dans chacun des vers
de votre poème
on pourrait parler d'une mascarade d'une pièce de théâtre sans levée de rideaux ni scènes
ni entractes pour se mettre d'accord sur les quelques détails
ni répétitions
c'est une pièce complètement ratée ouais et ni vous ni elle ne pourra changer grand chose à part en partant sur une vaste improvisation
une valse d'hypocrisie
car vos regards en disent trop réciproquement elle lit la lueur sauvage dans votre regard qui est bien trop trop trop humaine pour être jouée
sauf au cinéma
sauf qu'encore une fois on n'est pas au cinéma et elle a dû mal à l'admettre ça que c'est à la vie à la mort
qu'il va falloir apprendre à se sourire ou à s'ignorer
((apprendre à s'aimer lui semble tout juste inconcevable))
marion marion ça sonne pas bien dans sa bouche elle en est persuadée
alors elle esquisse les six lettres les trois syllabes
dans un chuchotement mi-amer mi-curieux
marion.
et la question qui suit la fait tressauter elle se sent ouverte face à toi comme si tu pouvais tout lire comme comme si tu connaissais par cœur les gens qui ne vivent qu'à travers la sensation d'être meilleur qu'un autre
ses prunelles en amande se plissent davantage et elle change de position frissonne
non, aucun.
elle comprend qu'entre le lion et la gazelle
elle ne sera jamais le lion bien entendu
il y'a toujours un peu de dédain qui suinte de ses brilles sombres (c'est bien la seule chose que vous avez en commun et pourtant elles sont infimement différentes dans leur éclat
en attrapant les vôtres
elle a ce goût de l'inconnu sur les papilles un rien qui donnerait des papillons dans le ventre à certains mais plutôt la terrible envie de vomir pour elle
la fleur déjà fanée à force de se refléter dans l'eau miroitante observe le tournesol la fleur de soleil que vous êtes
votre progression dans l'appartement convenable
la pulpe de vos doigts sur les matières nouvelles et neuves lui donnent la chair de poule
comme si
comme si c'était son propre épiderme
vous vous appropriez les lieux et elle s'abaisse saisit avec cette indifférence palpable vos chaussures pour les ranger correctement près du petit meuble à l'entrée
dans un geste déjà programmé
robot de femme
se relève avec la grâce qu'on demande aux demoiselles pour plaire oh oui elle sait danser suisen
mais c'est pas comme vous non non ça ne le sera jamais
vous enchaînez les questions idiotes et elle se pourlèche les lèvres qui seront toujours aussi sèches (peut-être qu'elles n'ont pas connu assez de baisers) malgré les baumes et autres
ses doigts d’araignée tâtent les murs aussi s'approprient comme elle peut marque son territoire
et se retient pourtant une remarque heurtante
si tu poses une question pour tout ce que tu demandes sans prendre le temps de réfléchir avant on ne va pas aller loin tu sais.
un rien conciliante
avec
((l'animal))
avec vous plutôt
ce n'est pas fait pour être beau, c'est fait pour être convenable et utilisé. tu pourras rajouter tes
(tes conneries d'immigrée)
ton mobilier et décorer l'appartement avec, tant que ce n'est pas trop voyant.
tant que ça n'agresse pas l’œil tant que ça détonne pas trop car vous le faites bien assez à vous toute seule  à ses yeux jolie marion
je suis greffière, je travaille dans la justice. et toi, tu as un travail ? j'espère qu'il est convenable, déjà que mes parents vont frôler la crise cardiaque en te rencontrant...
roule des yeux rien qu'à cette pensée
ça sous-entendrait presque qu'elle est différente et que ça l'agace
p r e s q u e
mais il y'a
une pointe de fierté
une pointe de
((regarde tu ne seras jamais ce que je suis aux yeux de la société))
et elle sait pertinemment elle pense très fort
que vous seriez plus du genre d'être de l'autre côté du barreau
plus du genre à être une accusée qu'une voix de la justice


hrp le grand retour bientôt dans les bacs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Billy Bird

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Dim 28 Mai - 16:17


Est-ce que tous les mariages commencent ainsi ? Par une envie furieuse de détruire cette autre qui vous pourri déjà l'existence par le simple fait d'être ce qu'elle est ? Elle s'invite dans votre vie sans désir de changement, sans désir de vous. Marion s'interroge sur les critères de l'Incontestable pour lui avoir désigné un numéro pareille. Suisen est tout ce qu'elle déteste et même bien plus, tout son être la rejette avec force et violence. Mais le pire, c'est qu'elle lui rend la pareille. Certains contes racontent que l'amour et la haine sont compères et qu'il ne suffit que d'un pas pour traverser la frontière. Or dans l'instant, Marion ne voit en dessein qu'un environnement hostile et gorgé de préjugés. Et cette menteuse cynique n'en dit pas davantage, refusant d'admettre explicitement que la couleur café au lait la dérange.

- C'est sûr que toi, des questions, tu ne t'en poses pas beaucoup.

Billy est sèche et catégorique. Oh mais oui ma petite, ne t'inquiète pas pour ça, la décoration va bouger, tu veux jouer ? On va jouer. La métisse se laisse aller dans la caricature lâchant d'un ton détaché :

- Oh, comptes sur moi, je dois bien avoir cinq ou six teintures à accrocher, une sur chaque mur devrait faire l'affaire, sans parler des tambours et maracasses que je dois garder pour mes cousins et de la production de sacs en cuir de ma grand-mère, mais compréhensive comme tu es je suis sûre que tu n'y verras aucun inconvénient.

La greffière fit presque vriller Marion lorsqu'elle lui parla de sa famille. Ces paroles puaient la xénophobie et en cela, il était tout bonnement hors de question qu'elle rencontre sa belle-famille.

- Eh bien petite, tu crains que les tiens te rejette d'avoir refouler pendant tant d'années ton amour passionnel pour les peaux métissées ?

Elle se lève et s'ancre face elle. Ses yeux transperçant ses billes, Billy s'approche avec lenteur de son visage, glisse une mèche de ses cheveux noirs corbeaux derrière son oreille et lui susurre :

- ... Ne t'inquiètes pas, j'ai l'habitude des pucelles effarouchées comme toi, je n'en fais souvent qu'une bouchée.


Billy termine par une note salivaire, lapant du bout de sa langue l’épiderme laiteux de sa joue avant que sa proie ne puisse se retirer. Et alors tu ris, d'un rire hilare, nerveux et puissant, résidu de tes émotions trop longtemps muettes, de ce manque de vie dans l'air qui t'obstrue les pores.
Revenir en haut Aller en bas
Suisen Ogawa

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Dim 28 Mai - 20:58

their velvet wedding
marion & suisen


elle a dû mal à comprendre si c'est de l'ironie car
des questions elle s'en pose tout le temps
un cerveau sur pattes des neurones tout le temps en ébullition son volcan intérieur menace de péter à chaque instant dans une explosion d'interrogations
elle va devoir apprendre à noter sur son téléphone toutes les remarques qu'elle se retient de vous dire marion comme celle qui fuse malheureusement dans sa petite cervelle
((elle est bien élevée elle a reçu une v r a i e éducation contrairement à vous elle ne dit pas tout ce qui lui passe par la tête))
voilà ce qu'elle dirait si suisen n'était pas suisen
mais elle demeure cette petite chose répugnante et fade alors elle hoche la tête comme on céderait le tout à un gamin
elle s'occupe ses mains qui sont tremblantes qui sont agacées par votre comportement en checkant ses mails tandis que vous parlez
fait semblant d'en n'avoir rien à faire mais elle a ce quelque chose cet aura de trouble qui l'entoure
pour ne pas se mettre à hurler pour ne soupirer
elle se mordille la lèvre inférieure
((souris salope))
un rien commerciale dans son ton
bien entendu, que ça ne pose pas de soucis. on se répartira la décoration des pièces, ça me semble équitable.
rappelez-vous marion qu'elle travaille dans la justice et que dans la justice c'est l'impartialité
c'est constamment
remettre l'humanité en cause
((mais à ses yeux))
vous n'êtes pas réellement comme elle
vous êtes différente ah ça oui
relève les yeux à la question
voire même le menton
car plus que des décimètres qui vous séparent physiquement
c'est une galaxie qui vous distance mentalement
elle claque de la langue au surnom que vous lui donnez
petite
elle le sait déjà qu'elle l'est
amour passionnel est un rien exagéré je suppose.
son instinct lui hurle de reculer
mais elle a grandi dans ces lieux aseptisées à l'odeur inodore d'hôpital
où on oublie les besoins primaires
pour laisser place à la fierté
alors elle reste ancrée elle aussi affronte votre regard de félin
laisse vos doigts toucher ses cheveux
elle n'a pas vraiment le choix vous savez et vous non plus il va falloir s'habituer à ces contacts sans passion
a cette sale impression quand vous susurrez et hoquette au nom affreux que vous donnez aux filles de son genre
mais elle n'a à peine le temps d'agiter sa petite langue (de pute) dans sa bouche de princesse que vous étalez votre salive sur sa joue pâle
elle
reste interdite un instant sans écarquiller les yeux sans entrouvrir les lippes
non elle n'est pas américaine suisen elle n'exagère rien
elle a juste un temps de latence quand vous vous éloignez en riant
elle se détourne en grognant assez audiblement pour que vous l'entendiez essuie sa joue contre le tissu de son épaule
tu aurais pu au moins viser la bouche, ça nous aurait foutu la paix aujourd'hui concernant le baiser quotidien qu'on nous impose.
se recoiffe paisiblement comme pour chasser la poussière que vous auriez potentiellement poser sur son minois
je ne sais toujours pas ton métier ; soit tu as omis volontairement ce point soit tu as le don d'ignorer ce que je dis ce qui ne reste pas d'être fort amusant tous les jours.
s'approche du couloir
et suisen narcisse la belle fleur a ce quelque chose de posé qu'on ne pourrait pas lui reprocher qui la rend un peu plus artiste et un peu moins robot
elle a cette poésie dans les mots et des métaphores parfois assez justes
si tu ne veux te plier aux devoirs des mariés, moi je m'en fiche ; un oiseau est bien plus à l'aise dans une cage qu'un lion et il trouvera toujours un moyen de s'envoler alors que le félin reste attaché à la terre.
à ton bon vouloir marion.

un soupir
je t'attendais pour poursuivre la visite de l'appartement. tu m'accompagnes ou tu élis domicile dans le salon ?



hache air pé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Billy Bird

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Lun 29 Mai - 13:16

Billy reprend son souffle.
Rire de désarroi ou d’hystérie, elle ne savait pas. Rire tout de même, ça soulage, il y a toujours une raison à toute chose, lui disait sa mère. Il fallait supposer que ce mariage avait un sens, bien qu'il lui échappait totalement. Tout du moins, Marion préféra se cacher derrière son personnage, pour ne pas flancher, mieux valait être clown que martyr devant l'avenir qui lui était réservé.

Même sa peau est sans saveur, pensa-t-elle. Sa réaction sans expression ou presque, l'agaça au plus haut point. Marion remballe son irritation, ne pas craquer, pas devant cette garce. Billy veut la secouer, la renverser, la faire frémir, n'importe quoi même le dégout, une expression sur ce visage insipide et terne. L'incarnation de l'ennui à elle seule.

- Au contraire ma chère, je me réserve ce plaisir pour plus tard.


Son rimmel s'incline sous le relâchement d'une paupière, un sourire narquois se dessine sur ses lèvres pulpeuses. Ce premier contact marque l'instant où  Marion décida en son fort intérieur de provoquer Suisen coute que coute, dans l'irrépressible espoir ou désespoir d'y faire naitre un émoi.
A ses dires, Billy haussa les épaules et releva un sourcil :

- La lionne mange l'oiseau. Quand bien même il saurait battre des ailes, il n'irait pas bien loin.


Elle nota tout du moins l'étonnante métaphore de cette fille sans saveur. Les devoirs des mariés. Cela lui hérissait le poil rien que d'y songer. Si la personne de Suisen ne lui inspirait que méfiance voir mépris, et son physique dénué d'attraits. La japonaise était d'une normalité affligeante. Elle était de ces femmes transparentes dont Billy ignorait jusqu'alors l'existence.

La métissée se dégagea de sa compagne fantôme et rejoignit son sac, elle y sortit une tablette qu'elle alluma et connecta à la chaine hifi. Faisant alors glisser ses doigts sur l'ecran, elle lança une playlist dont les premières notes commencèrent ainsi :


Dont les paroles déjà prédestinaient votre histoire :
" Bienvenue sur ma terre
C'est une honte
Nous avons construit un monde stupide
Occupé à combattre, plein de mensonges et déni

Mes fantômes ne sont pas partis
Ils dansent dans l'ombre
Et donnent l'âme noire de mon cœur
Faisant des mots, faisant des sons, faisant des chansons

Maintenant, tu peux sentir mon coeur tournoyer
Tu chamboules toute ma vie
Je veux écrire un nouveau commencement
Relâcher les fantômes
Laisser les rêves et les espoirs s'installer
Et donner à notre amour une autre chance
Devrions-nous simplement le laisser exister

Fais-moi l'amour
Mes fantômes ne sont pas partis
Ils donnent l'âme noire de mon cœur


Faisant des mots, faisant des sons, faisant des chansons

Maintenant, tu peux sentir mon coeur tournoyer
Tu chamboules toute ma vie
Je veux écrire un nouveau commencement
Relâcher les fantômes
Laisser les rêves et les espoirs s'installer
Et donner à notre amour une autre chance
Devrions-nous simplement le laisser exister

Nous ne sommes rien sans amour
Sans amour... nous ne sommes rien
Sans amour, sans amour"


Tombe alors son lourd manteau de peau claire sur le parquet, puis ses poignets se décomposèrent en gestes lents et envoutants, faisant s'entrechoquer les anneaux de bois sur ses poignets, son buste se mouva en une danse langoureuse et sensuelle au contact des notes. Son menton relevée, sa posture digne, Billy effectua quelques pas de danse sous le regard de Suisen.

- Sais-tu ce que c'est, d'être passionnée, Suisen ? As-tu déjà éprouvée le besoin viscéral de réaliser quelque chose pour pouvoir exister ?


Devant  ce visage de marbre, ses pas s'arrêtèrent, les traits de Marion affichèrent un air dépité. Plutôt parler à une morte. Se dit-elle. Elle coupa la musique, et poursuivit d'un ton rapide :
- Je suis danseuse. De tribal fusion. Mon nom de scène est Billy Bird. Et je donne des cours aussi, et justement, il me faut une salle de répétitions ici.

Sans plus tarder Billy pressa la pas comme une enfant se ruant sur ses cadeaux de Noel. Elle ouvrit toutes les portes qu'elle trouva, jetant un rapide coup d'oeil au contenu avant de s'empresser sur la suivante. Quand soudain, son attention s'arrêta sur l'une des pièces :
- Là !

Commenta-t-elle. Elle pénétra les lieux invitant Suisen à la rejoindre. Elle ferma les yeux et se laissa porter pas son besoin compulsif de danser, remplissant l'espace vide de sa présence.
- Cette pièce sera ma salle de danse. Elle dessine du doigt miroirs et installations imaginaires. De ce côté nous pourrions installer les miroirs tandis que là, les basses, la sono... L'avantage d'avoir des gouts aussi standard en matière de décoration c'est que le couloir par lequel passeront mes élèves sera digne d'un cabinet de dentiste. Bon. Je serai intraitable quant à la présence de plantes vertes par contre. Rassure moi, tu sais t'occuper de plantes Suisen ?

Vous aviez au moins en commun votre humour tranchant et cynique, c'était un début.

et le plastique c'est fantastique.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Suisen Ogawa

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Mar 30 Mai - 21:52

their velvet wedding
marion & suisen
baiser n'est et ne sera jamais un plaisir
jolie suisen est si peu expérimentée
croire toutefois à la vierge effarouchée
serait une erreur elle a connu les désirs

elle a été une de ces adolescentes
aux bouche pulpeuse et douces pommettes rosies
les sens encore audacieux enhardis d'envie
d'arracher les myocardes de ses dents insolentes

marion tu réponds à sa fable cruellement
car la lionne arrache les ailes de l'oiseau
mais suisen ne croit plus aux contes pour enfants

les douces notes sonnent comme un cadeau
et tes pas de danse se montrent entraînants
et lui crient de te suivre dans ce crescendo

mais suisen n'est ni danseuse ni gentille alors elle ne dit rien alors ça serait te donner raison et aller dans ton sens et et elle refuse ça suisen elle a ce petit ego un peu trop présent
pour s'abaisser à ça elle t'observe cherche l'indifférence alors que le tempo lui ordonne presque de murmure les paroles de faire du yaourt juste pour suivre juste pour être là
et vivre
elle sait ce qu'est c'est la passion mais la passion ça fait mal mais la passion ça détruit alors elle l'a dévorée elle a sauté du train avec qu'elle la pousse à force d'en abuser
elle a déjà senti tout ça mais dans cette société on les écrase ces désirs égoïstes la preuve elle est là avec toi avec son carré droit et ses vêtements pas assez froissés
quand elle était plus jeune elle t'aurait peut-être souri
elle aurait décoiffer sa tignasse folle
mais suisen n'est plus jeune elle semble si vieille
archaïque et couverte de poussière
et
elle souffle
la seule chose qui me donne envie de continuer c'est le grain du papier sous mes doigts.
car les livres s'éteignent et qu'elle les aime ces trucs un peu trop lourds qui nous encombrent physiquement mais aussi dans notre tête avec leurs histoires
elle connaît pas tribal fusion elle sait pas que c'est un genre la petite sotte elle pense plus à un groupe
et ça la rend curieuse au fond
même si ça lui fait un peur
de ne pas connaître
alors elle préfère rejeter continuer de vivre dans cette haine aveugle
suisen te suit paisiblement prend son temps parcourt du regard tout ce qui vous appartient maintenant tout ce qui sera recouvert de cadres de catalogue pour elle et de charmants grigris pour toi
la regarde faire et combler l'espace se l'accaparer et le faire vibrer
le faire vivre
elle ne sait pas vraiment faire ça la japonaise
alors elle te jalouse doucement de cette prestance de cette manière sensuelle et séduisante de bouger
qu'elle a abandonné en même temps que ses sourires il y'a longtemps pour sa part
il y'a peut-être un sourire en coin qui naît une fossette qui se creuse en te voyant danser ainsi
attendrie dans son mépris
sûrement
sa tête bouge légèrement et la musique bat encore
elle fait de grands yeux à ta question
qui ne sait pas s'occuper de plantes vertes sérieusement ?
elle aime faire ça oui sentir la vie le frémissent des feuilles sous ses doigts
les nervures discrètes semblables à la peau d'un être de chair
elle demande impérieuse
pour cacher ses tendances curieuses
il est connu ton groupe là... tribal fusion ?
cherche rapidement une justification amère pour ne pas paraître trop sympathique après tout
elle ne te veut ni en tant qu'amie ni en tant que membre de sa famille
car ça pas intérêt à être la foire ici enfin- j'ai rien contre le fait que tu bosses en mettant la musique à fond, mais juste ramène pas tous tes cousins quoi.
((et dieu sait à quel point elles se reproduisent vite ces merdes))
tu as une préférence pour les plantes ? j'avoue que- j'ai un petit faible pour les banzaïs.
et pour une fois ce n'est pas un mensonge ça


go go gadget hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Billy Bird

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Ven 2 Juin - 10:32

Finalement sa promise à une passion, voilà qui l'étonne. Par grain du papier sous ses doigts, Marion ne sait pas si elle parle d'écriture, de dessin ou de lecture, mais pour l'heure, pas de curiosité bien venue, juste de l'indifférence à lui offrir. Au fond, cela la rassure un peu, d'imaginer son hôte moins inerte qu'elle n'en a l'air. Si quelque chose en ce monde l'a fait vibrer, ce n'est pas complètement une cause perdue. Autrement il n'y aurait vraiment aucune raison plausible de vous voir ensemble.

Tandis qu'elle danse, elle sent se poser sur elle son regard, une caresse surement involontaire, d'autant que venant d'elle, Billy ne sait pas ce que cela sous-tend. Mais elle s'enorgueillit un peu, de ce talent qu'elle a et que cette autre n'a pas. La métisse la regarde l'expression moqueuse semblant lui répondre : "je ne te donnerai pas la garde de mon poisson rouge, alors des plantes ? Laisse-moi en douter".

Tu aurais presque pu rire de son innocente question contrastant avec cette froideur militaire dont Suisen faisait naturellement preuve, si elle n'avait pas osé ce cliché nègre. Volontaire et revendiqué par sa suprématie nippone, c'était la goutte de trop pour la belle Marion qui ne put retenir son geste.

Elle lui flanqua une gifle laissant sur sa peau laiteuse la trace rouge de ces doigts café au lait. Une rage sourde se lisait sur ses traits, Marion pinça le menton de sa compagne et releva sa tête pour enfoncer dans ses pupilles son regard assassin :

- Manque-moi encore une fois de respect et je te ferai vivre un enfer chaque jour de ta petite vie minable... Compris ?

Suisen devait sentir son souffle rauque à quelques centimètres de sa peau, intimidante prestance d'une lionne en chasse, Billy attendit un regard et un acquiescement de sa part pour la libérer enfin. Elle relâcha alors d'un geste suintant de mépris le menton de sa belle et venimeuse nippone et repartit tel un courant d'air dans l'entrée.

- La danse tribal fusion est une danse pauvre idiote. Un mélange de danses traditionnelles et contemporaines, flamenco, kathak, hip-hop, électro… Billy remet ces chaussures. Elle étouffe ici. … Bref, un beau mélange de cultures, tout ce que t’aimes non ?

Une fois chaussée, elle fit claquer ses talons sur le parquet s’assurant de ses appuis et agrippant son sac au vol et son manteau, ajoute :
- Des bonsaïs… Elle arque un sourcil mesquin. Comme c’est étonnant. Ne compte pas sur moi pour participer à tes séances de torture. Pas question de couper la moindre branche ou feuille des miennes par contre.

S’apprêtant à quitter l’appartement, sa cigarette aux lèvres, elle lui jeta au visage :
- Je vais faire un tour, découvrir le quartier, les commerces du coin. Tu restes planter là ou tu viens ?


le off du airpé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Suisen Ogawa

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Jeu 15 Juin - 21:40

their velvet wedding
marion & suisen

l'ignominie dégouline s'accroche à ma peau
tombe en gouttelette de déshonneur et d'honte
ploc ploc ploc
le réflexe presque naturel de venir étaler ma main là où tu as frappé-
le réflexe trop naturel oui pour que je puisse faire semblant que ça m'est inconnu
mais qui suis-je pour me plaindre de cette punition que j'ai mérité d'après certains
un petit rire amer entrecoupé par le sursaut de peur
j'en apprends de plus en plus sur toi durant les minutes qui passent- j'en apprends de plus en plus sur toi et je déteste profondément cette ignoble idée
rien est éphémère et je vais devoir m'y faire
saisie par le menton le regard levé de force je te défie silencieusement (à peine un instant) timide dans ma lueur et vide vide terriblement vide
c'est tellement plus simple tellement plus tout
de ne rien exprimer
la poitrine qui se lève et s'abaisse dans un rythme bordélique
j'opine doucement la gorge serrée
le voile de la soumission- peinte d'une fade voûte étoilée m'entraîne déjà dans une transe d'inconscience présente- les étoiles me forcent à rester éveillée dans cet enfer aux murs blancs
tu t'en vas et je te suis- car c'est la seule chose que je sais faire
suivre
respirer
pleurer quand c'est triste
rire quand c'est joyeux
sauter de la fenêtre si la majorité venait à le faire
((bravo suisen))
je stationne sans rien dire, ne répond pas à ta remarque pleine d'amertume
ça serait rentrer dans ton jeu hein
et toi aussi tu me critiques sur mes goûts et ça me blesse dans le coin de mon coeur peint de noir et de blanc (seulement un coin hein c'est rien du tout un coin enfin je crois)
pourquoi es-tu constamment sur la défensive ? je n'ai jamais dit que j'allais toucher tes plantes- du moins les couper.
lèvres pincées
quand tu me proposes ça avec ce naturel cette désinvolture j'ai un temps d'arrêt
toi
et
moi
dans la rue
côte à côte
((haut le coeur))
haut les mains
((vous êtes en état d'arrestation))
si c'est comme dans les livres c'est ce qu'on me dira si je refuse de cohabiter correctement avec toi
alors je prends sur moi mes épaules s'affaisse dans un lourd poids mon regard aussi doit trembler par l'agacement l'anxiété que
que le chocolat se mélange à la crème aux yeux de tous
la voix soufflée hésitante
tu es sûre de vouloir faire ça maintenant ? je veux dire on a tout le temps mais-je t'accompagne tout de même mh.
que le ciel soit un peu plus clément avec moi dès à présent
Revenir en haut Aller en bas
Billy Bird

Invité

MessageSujet: Re: velvet wedding   Sam 29 Juil - 17:31

Les regards l’enivrent habituellement. Mais pas cette fois. Pour une raison très simple, ce n'est pas Billy que l'on fixe avec curiosité, mais vous. Et ça fait toute la différence. La lionne suivie d'un pâle corbeau longeant les murs... Ridicule. Mais de toute manière, le dehors valait mieux que cet appartement maudit, dont la décoration laissait suggérer qu'il devait être aussi déconnecté du vivant que sa femme ne semblait l'être. Suisen n'était que contrôle, contrôle et absence. L'opposé exacte d'elle-même
.
Billy avance d'un pas certain, le menton relevé, les paupières chargées de noir sillonnant l'air, elle avait besoin d'air, mais d'un dehors silencieux, solitaire. Suisen l'avait suivi, mais le voulait-elle vraiment ? Billy aime provoquer et pour sûr, avec le duo que vous faisiez, voilà qu'elle se retrouvait être objet de provocation, mais c'était trop tôt, bien trop tôt. Il y avait un monde à avaler d'un coup, cette autre et son quotidien à accepter, un nouveau chez soi à concevoir, un nouveau rythme à prendre. Loin du mâle à la peau cuivrée au bras duquel elle s'était imaginée, la métisse se retrouvait affublée d'une nippone raciste à l'esprit aussi terne que son teint.

Marion veut crier, hurler sa colère, son injustice, son incompréhension surtout, pourquoi, mais enfin, pourquoi elle ?! Elle rejeta d'un geste de la main l'interrogation de Suisen, d'une part parce qu'elle l'agaçait, pour la première fois sa nippone lui posait une question intéressante dont elle se préoccupa en second temps, et d'autre part, les plantes n'étaient au final qu'un prétexte, on s'en foutait au fond, ça n'était pas ça le cœur du problème. Mais en avait-elle conscience ou était-elle idiote ? Après un silence, elle ouvrit finalement la bouche :

- La question serait plutôt "comment ne pas être sur la défensive" oui ! Non seulement je découvre que je suis mariée à mon opposée mais en plus tu sembles avoir un sacré problème avec ma couleur de peau, je me trompe peut-être ?!


Inutile de dire que tu peines à étouffer les émotions qui te submergent, et d'ailleurs à ce sujet tu ajoutes :
- OUI, je suis sur la défensive ! Car je dois t'accepter sans broncher, toi et tes bonzaïs et que je me sentirai un peu plus comprise si tu daignais avoir ne serait-ce QU'UNE RÉACTION devant cette putain de fatalité ! Je comprends pas. Je comprends pas comment tu peux rester insensible à ce qu'il nous arrive... Quand je vois nos gueules j'ai juste envie de crier MOTHER FUCKER MAIS IL A PÉTÉ UN CÂBLE L'INCONTESTABLE ?!

Elle lâche un cri rauque tandis que ses mains s'agitent dans tous les sens, tantôt s'arrachant les cheveux puis, interrogeant le ciel paumes vers ce dernier, pour finalement serrer les poings et continuant sa marche vers diverses directions.

Dans la tête de cet étranger assis à la terrasse d'un café en train d’épier les passants, il vous découvre : Marion de ses longues jambes élancées, Suisen de ses petits pas rapides et discrets, marchant d'un pas rapide sur le bitume. Et se dessine alors une métaphore dans son esprit, celle d'un damier d’échec, de couleurs parfaitement opposées et de cadence pourtant fidèle, comme si l'une n'aurait de raison d'être sans l'autre. Il ne s'est pas posé la question tant pour lui, l'évidence voulait que vous formiez un couple. Peu conventionnel, certes, mais un couple tout de même. Imaginatif, il s'interrogea sur la pièce du jeu qui vous représenterez le plus. Et en vint à la conclusion que la tour blanche conviendrait mieux à la petite nippone qui arborait une indifférence implacable et avançait en ligne droite. Elle lui paraissait être une experte en mode défensive et laisser aux autres le choix de l'offensive. A l'inverse, la métisse lui rappelait le fou noir, de part son pas imprévisible sur le bitume, et ses cheveux crépus encadrant son visage. Bien plus expressive que sa compagne, elle avait un rien de folie dans la pupille qui faisait fuir les passants. Deux pièces, dans deux directions qui pourraient bien ne jamais se croiser. Et pourtant si proche l'une de l'autre sur le plateau en début de partie. A cette vision, l'étranger régla sa consommation avec l'idée ferme de rentrer à son atelier griffonner en hâte les portraits de ses femmes pour une prochaine peinture. Mais avant cela il prit son courage à deux mains et alla à leur rencontre :

- Bonjour mesdames, je me permets de vous importuner car je suis artiste et je trouve que votre couple est aussi beau qu'atypique. Et j'aurai aimé savoir si je pouvais vous prendre en photo afin de garder une trace de votre passage pour en faire une peinture ?

Alors ça, tu ne l'avais pas vu venir. Arrêtée net dans ta course, l'inconnu vous offre un sourire doux et bienveillant qui désamorce aussitôt ton envie de l'envoyer paitre. Pendant quelques secondes, Marion ne sait comment réagir, et elle tourne son regard vers Suisen qui semble aussi abasourdie qu'elle par cette demande incongrue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: velvet wedding   

Revenir en haut Aller en bas
 
velvet wedding
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Velvet Sky Vs Maryse Vs Michelle
» Mélina vs Velvet Sky vs McCool vs Maryse vs Mickie James
» Maryse Vs Layla Vs Vickie Vs Velvet Vs Ashley
» Kelly Kelly & Eve Vs Maryse & Velvet Sky
» Divas Match : Lacey Vs Mickie Vs Michelle Vs Velvet Sky

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Just Married !  :: UNIVERS ALTERNATIFS :: Zone rp's ouverte aux invités :: Habitations-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: