Kaoru Alvord
Messages postés : 33
Inscrit.e le : 28/12/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
posté
le Ven 29 Déc - 13:05
par Kaoru Alvord
Kaoru Kagayaki
Kagayaki
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Kaoru
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
23 ans
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Masculin
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
opportuniste
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
japonais
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
étudiant en architecture
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Toma de Amnesia
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬

▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Hnm… Ché compliqué
"Vivre avec la simplicité d'un raciste et la grande gueule d'une féministe." comment ça se dit pas ?...
TITRE 1 - PHYSIQUE
Et d'un regard, le champ fut rempli des fleurs les plus colorées, composition florale quasi-naturelle aux teintes rouges, jaunes et onyx, restes non comestibles de kit-kat, de twix et de mars.  Ainsi se présentait sa chambre au plus souvent jusqu'à ce qu'il ne butte sur les emballages ou que son colocataire ne soupçonne la présence de fourmis dans l'appartement. Kaoru avait appris à se forcer à nettoyer un peu derrière lui. Mais en dépit de touts ses efforts, il avait avec le temps renoncé à ramener des filles à l'appartement. Si Azuma était d'une parfaite discrétion et enfilait sans soucis des chaussures pour aller passer le temps au fast-food du coin, les miettes persistant dans le lit avaient souvent vite fait de changer un peu l'état d'esprit des jeunes femmes qui venaient s'y essayer. D'avantage une mauvaise habitude qu'un réel soucis d'hygiène, il lavait ses draps régulièrement et prenait toujours une douche après s'être réveillé. Mais contrairement au commun des mortels, les petites billes de sucre, de céréales ou de chocolat ne le gênaient pas plus que cela au moment de dormir.

Il ne fallait donc pas se fier à ce lit mais plutôt au temps qu'il dédiait à se préparer. N'étant pas un grand amateur de mode, il trouvait tout de même un grand plaisir à se mettre en avant. On ne louchait pas sur un clochard. Et même s'il aurait tout simplement pu s'inspirer d'un magazine pour enfin trouver une copine, les vieilles habitudes avaient la vie dure une fois encore. Car quitte à s'être teint les cheveux en blond, il y avait des années de cela déjà, autant aller jusqu'au bout ! Il n'y avait que dans les revues k-pop qu'il aurait pu trouver modèle adéquat et... sans façon. Ces fameuses habitudes, il les devaient aux filles qu'il avait un peu trop côtoyées. A une époque, il n'y avait que le piercing et les essayages aux pauses pour voir celui qui lui irait le mieux pour la photo. Puis avec les semaines, les filles avaient trouvé un malin plaisir à peindre ses ongles, essayant le vernis sur ses doigts plutôt que sur les leurs. Il fallait bien évidemment les limer. Il parvient par miracle à ne jamais adopter la longueur de celles prétendant n'avoir aucune arme sous la main en exposant plusieurs parfois jusqu'à plusieurs centimètres d'un objet coupant. Le piercing à l'oreille et les différents vernis étaient restés, devenus une réelle occupation lorsque ses mains n'étaient pas occupées. Chacun de ses doigts parfois touché d'une couleur différente à en faire pâlir un arc-en-ciel.

Pas de maquillage et ce fut une réelle victoire. Si le principe séduisait aussi bien évidemment les filles de ses différentes classes et qu'il n'avait pas été épargné, il ne se maquillait pas pour son propre plaisir. S'attacher les cheveux n'était pas si anodin. Très souvent il se contentait d'un serre-tête plus esthétique qu'autre chose. Mais lorsqu'il avait besoin de voir où il écrivait ou mettait les pieds, il s'en servait enfin à juste titre, se donnant l'air d'une écolière. Dès lors le reste de la toile aurait été plutôt facile à dépeindre. Des habits simple et pratiques à porter de manière générale, crachant leur couleur sur les passants, des lentilles colorées pour rester dans le thème et des chaussettes comme chaussures dépareillées. Enfin, au moins les lentilles n'étaient pas qu'esthétiques, cela lui évitait de sortir ses lunettes en cours.

De là, nulle raison de crier au scandale ou au travestissement car dans ce juste équilibre Kaoru avait trouvé moyen de ne pas en sortir efféminé. Peut-être même malheureusement plus proche d'une star du K-pop qu'il n'aurait voulu le reconnaître. Mais difficile de ressembler à une femme dès lors que l'on avait un visage un minimum taillé ainsi qu'un mètre quatre-vingt dans les pattes. Il avait aussi ses quelques marques de virilité, quelques cicatrices un brin dissimulées. Une coupure sur le flanc droit de ses bêtises d'enfant, une brûlure sur la nuque issue d'un jeu à boire et un impact encore bien visible au milieu du torse. S'il venait à y avoir plus, ce serait certainement le fait d'une drague infructueuse.
TITRE 2 - CARACTERE
Kaoru est plutôt de nature joyeuse. Il est presque tout le temps de bonne humeur et le diffuse assez facilement autour de lui. En effet à ses yeux, il suffit parfois de prétendre quelque chose pour finir par y croire et se laisser gagner. Typiquement, il sera celui qui sourira à un enterrement en soulignant que le défunt n’aurait pas apprécié la couleur du cercueil et aurait préféré être enterré habillé en batman. Son crédo serait donc rire de tout à tous prix au risque de s’en prendre plein la gueule et c’est arrivé plus d’une fois.

Et ce n'est pas pour rien qu'il faut prétendre être heureux pour l'être. Kaoru a d'avantage d'idées noires qu'il ne le laisse paraître. Au-delà de ne jamais rendre les coups, il trouve toujours des excuses à ceux qui agissent le plus mal et ne se pose pas en victime. Il n'aborde jamais les sujets qui fâchent, quitte à glisser un mensonge ou deux. ou trois. Ou quatre.

Un autre dicton dit d’ailleurs « femme qui rit, femme dans son lit ». Il est là pour témoigner du fait que c’est absolument faux. A la limite, « femme qui rit devient meilleure amie » car il n’a jamais été aussi friendzoné qu’après des blagues à la con. Les filles cherchent en général un copain robuste et pas toujours très agréable et malheureusement, Kao ne correspond absolument pas à cette description, sortir avec une fille a donc toujours été un véritable champ de bataille, ce qui explique son nombre total de 2 conquêtes dont une qu’il n’a en réalité jamais tripoté en dessous des épaules. A côté, les coups d’un soirs sont potentiellement plus fréquents. Il n’a apparemment simplement pas le profil du « petit copain ». De toute façon, à son âge les filles qui cherchent une histoire un peu plus sérieuse se font rare et pas mal commencent à être mariées et de son côté il n’a plus la motivation de trouver l’amour pour se le voir arraché quelques mois plus tard par l’incontestable.

Il n’a pas choisi ses études par hasard, une des grandes passions de ce japonais sont les gares. Non pas les trains mais les rails et leur point de fuite sans fin. Une drôle de passion mais quelque chose qui l’apaise et le calme et qu’il vient parfois observer sur un banc à la gare la plus proche pendant ses weekend. Ses autres activités se partagent entre la guitare, ses amis, ses conneries et tout ce qui peut faire une vie. Dans son coeur il doit encore être un reste d’adolescent ne manquant pas une soirée, profitant d’être en âge de boire, acceptant les moindres plans foireux de dernière minute et surtout prêt à se jeter dans un fossé pour rejoindre un ami qui lui dirait de lui faire confiance.

Cette même confiance il a tendance à la confier trop facilement. Il est aussi beaucoup trop influençable et donc peut changer radicalement d’une semaine sur l’autre même si en général il reste sur cette note de « petit con gentil. Enfin, il n'en reste pas moins paralysé devant une arme à feu»
.

TITRE 3 - HISTOIRE
J’ai quelques jours à peine et je n’ai toujours pas quitté l’hôpital. Je suis né prématuré mais tout cela, je ne le sais pas encore, je sais simplement que je vois souvent maman et qu’aujourd’hui j’ai vu ma soeur pour la première fois. Papa était là pour ma naissance mais il a du partir travailler. Bientôt je quitterais l’hôpital vers un lieu inconnu mais maman sera toujours là.

J’ai quatre ans. Je parle déjà bien et parfois un peu trop vite pour papa qui me demande de ralentir avant de me rediriger vers maman. Il ne parle pas beaucoup mais il n’hésite pas à me prendre dans ses bras ou à me poser sur ses genoux pour lire son journal. Je n’y comprend pas grand chose mais j’aime le bruit que font les pages quand elles tournent. Maman tente encore de me faire manger des légumes je n’aime pas ça mais elle a trouvé quelque chose, un ingrédient secret qui doit me rendre fort alors après avoir senti qu’il était bien là je mange. Ma soeur Shira en a marre que je la suive partout et se moque de moi quand je ne peux pas atteindre la poignée de sa chambre. J’ai ramené des boîtes pour pouvoir escalader et je suis passé au travers. Maman m’a grondé mais je crois que papa a souri.

J’ai sept ans. Il n’y a pas si longtemps, je suis rentré en primaire mais déjà en maternelle, les dames avaient du mal à me canaliser. Je suis timide mais j’ai toujours les idées les plus absurdes pour tenter d’impressionner les autres et de m’intégrer. J’ai beaucoup de bleus sur les jambes et d’écorchure sur les bras, le bitume de la cours n’étant pas tendre avec moi. Maman travaille de nouveau et c’est papa qui vient me chercher après l’étude. Il espèrent que j’en aurais des meilleures notes mais ils ne savent pas que j’en profite pour faire des coloriages et des jeux en tous genre avec Nobuki. Il ne supporte pas que je gagne toujours à pierre feuille ciseaux mais il les fait toujours dans cet ordre là. Il n’a pas des meilleures notes que moi et déjà nos idées idiotes fusent.

J’ai neuf ans C’est notre troisième année en primaire et on a vraiment envie de marquer le coups. J’ai laissé derrière moi ma timidité pour mes deux meilleurs amis Nobuki et Azuma. Les filles n’ont plus de poux mais elles sont trop sages pour jouer avec nous. Le grand frère d’Azuma a acheté des feux d’artifice et on a envie de faire une véritable explosion dans la cour qui puisse être vue depuis l’espace. Maman me demande de ne plus leur parler mais il arrive encore parfois à papa de sourire quand il entend que l’on a économisé la sauce chocolat de nos déserts pendant un mois dans un pot caché dans un de nos casiers. Qui bien évidemment a fini par attirer tous les insectes de la région. Notre professeur nous a confisqué le sac de feux d’artifice, persuadé qu’il s’agit de faux. Sauf qu’Azuma a peur de la réaction de son grand frère quand il apprendra qu’il s’est fait confisqué tous ses feux d’artifice. Il faut les récupérer et pendant l’inter cours on va se cacher dans les toilettes pour ne pas qu’on nous retrouve le temps que les cours reprennent. Le principal n’a pas fermé son bureau alors on rentre et on ferme la porte. Azuma fait le guet pendant qu’on cherche les feux d’artifice que l’on finit par trouver dans le sac. Nobuki remarque une boîte d’allumette sur le bureau du proviseur et en craque une, le sourire aux lèvres. Il suggère de les allumer tout de suite mais c’est juste une blague et il la met à la poubelle. Celle-ci s’enflamme sous son regard perplexe. On a mis le feu au bureau du proviseur. Et au moment de se sauver d’ici, on en oublie le sac de feux d’artifice. On a peur de se faire engueuler aussi alors c’est l’alarme à incendie qui alerte tout le monde et qui fait évacuer autant que les feux d’artifice qui traversent les vitres du bureau du principal. Je commence à croire qu’on a peut-être vraiment fait une bêtise. Il faut deux semaines pour qu’Azuma se dénonce. Il stresse facilement et se sent encore plus rapidement coupable. D’ailleurs même s’il le nie, c’est en pleurs qu’il est allé se rendre. On fait comme si on ne savait pas. Le lendemain, je convainc Nobuki de venir avec moi pour qu’on se dénonce à notre tour. Sans nous, Azuma aura de gros problèmes et même s’il s’est dénoncé, il ne nous a pas caftés. Pourtant c’est pas lui qui a démarré le feu.

Je suis puni. Ma soeur m’appelle pyromane, maman m’a privé de télé et de jeux vidéo pour les deux années à venir même si je sais qu’elle cédera avant. Mais papa ne sourit pas. Je suis définitivement allé trop loin et je n’aime pas le voir comme ça alors régulièrement je lui fait un café même quand il n’en a pas envie. Au début il refuse puis avec le temps il le boit même sans en avoir envie pour me faire plaisir. Ma soeur dit que j’ai le droit à un traitement de faveur car à la fin de mes deux semaines d’exclusion, maman m’a déjà pardonné et m’a même un soir pris dans ses bras en me disant qu’elle est heureuse que je ne sois pas blessé et qu’elle me punie uniquement pour que je ne me mette plus en danger comme ça. Elle et papa ne se parlent plus beaucoup et le matin parfois je le trouve déjà debout comme s’il ne s’était jamais vraiment couché. Je m’inquiète alors de temps en temps encore je lui fais toujours un café.

J’ai onze ans. Je n’ai toujours pas de bonnes notes et ma mère a peur que je passe ma vie aux rattrapages. Parfois Shira me dit qu’au contraire ils feront tout pour me voir le moins possible après l’histoire de l’incendie. On regarde le soir après les cours une série ensemble dans le canapé en attendant que notre père rentre pour manger. Parfois on ne l’attend pas, le repas est prêt et notre mère nous dit de venir manger mais on lui laisse toujours une part dans le micro-onde qu’il puisse se réchauffer. Un soir, il est revenu plus tard que d’habitude. Maman m’avait envoyé au lit et Shira n’allait surement pas tarder pourtant il est venu directement dans ma chambre, entrouvrant la porte et me poussant doucement l’épaule. C’est une sensation étrange sur mon visage qui me réveille et qui me fait grimacer. Mais quand j’ouvre les yeux, je vois le chiot avant de voir mon père et mon regard s’illumine. je crie le nom de ma soeur pour qu’elle vienne voir et elle accourt aussitôt. Il prétend qu’un de ses collègues ne savait pas quoi en faire. Mais je sais qu’il cherche à me réconforter dans mon échec scolaire là où Shira est si parfaite. On l’appelle Hiro.

Je suis bien entouré. J’ai la chance d’être encore avec Nobuki et Azuma. On fait toujours des bêtises mais on fait en sorte de ne pas finir trop souvent en conseil de discipline. On a compris les blagues qu’il ne fallait pas faire, un bon exemple serait de ne pas jouer avec les jupes des filles. Enfin, ça ne nous as pas empêché de leur piquer leurs uniformes pour les imiter pour le festival. Avec sa timidité persistante, Azuma a d’ailleurs eu beaucoup de succès ! On a toujours du mal à intégrer des filles dans la bande, la dernière fois qu’on a essayé et qu’on a concocté un plan, elle est allée prévenir les professeurs avant qu’on ait pu le réaliser. J’ai du mal avec l’autorité. Quand on me colle pour une heure, ça finit pour quatre. Certains professeurs nous aiment bien étrangement. En général, les plus gentils me permettent d’avoir des notes moins médiocres et d’être plus intéressé par la matière.

J’ai quatorze ans J’ai dû déménager à Tokyo et je suis au collège. J’ai pris un an de retard donc j’en ai encore pour deux ans. Sans mes amis, les cours sont plus longs et je finis par faire mes conneries tout seul, je n’ai rien trouvé de mieux à faire. Les filles commencent à me plaire et je les vois régulièrement déclarer leurs sentiments à mes camarades de classe. J’ai même eu ma première confession. Miyako, une fille adorable de ma classe qui a trop peur d’approcher son coups de coeur et vient plutôt me demander de lui passer le message comme j’ai l’air assez proche de lui. Ça fait mal mais ça compte. Même si je suis plus vieux qu’eux d’un an, je n’en ai pas le physique et avec mon attitude, je ne suis visiblement pas assez mature pour les filles. Mais qui se préoccupe de la maturité au collège hein ? D’ici la fin de l’année, je décide de prendre le taureau par les cornes et de faire ma demande à une fille, Saï. Elle me dit non. Ou plutôt, « on verra quand tu auras fini ta croissance ». Non, je n’e suis pas bien grand à l’époque et je commence réellement à pousser un peu plus tard.

J’ai seize ans C’est enfin l’entrée au lycée pour moi et j’ai bien grandi. En début d’année Saï vient même à ma rencontre pour me dire que maintenant je suis assez grand et qu’elle accepte de sortir avec moi. Je ne réfléchis pas deux fois et j’accepte. Du collège au lycée, l’image que je renvoie aux autres a changé. Avant j’étais l’idiot qui avait de mauvaises notes et que certains parents demandaient de ne pas approcher. Mais maintenant, je suis le clown qui met la classe de bonne humeur et qui plaît à encore davantage de professeur même si certains restent de la vieille école. Ils veulent m’aider. Je suis mauvais en histoire, en maths et particulièrement en langue étrangère. Le reste.. disons que je m’en sors et mes professeurs se mettent à plusieurs pour tenter de me permettre de finir le lycée. Je suis élu délégué, mais seulement car en me donnant ce titre, mes camarades sont certains que je vais me taper l’affiche. Je construis la réputation de notre classe et même si je ne fais pas tout le temps ça bien, Ikue est là en tant que second pour m’aider dans les tâches administratives. L’année a pourtant commencé un peu n’importe comment avec un délégué incompétent ayant organisé un déjeuner aux chandelles en classe pour l’inter-cours laissant le professeur revenir sur un tapis de pétales de roses et un ensemble de nappes rouges et de bougies parfumées. Une raison de plus pour laquelle j’apprécie Ikue donc, elle ne bride pas trop ma créativité. Je commence à éviter les blagues trop dangereuses même si certaines valent le coups, je n’ai plus vraiment de réels complices comme j’en avais à l’époque pour me donner les ailes dont j’ai besoin pour aller plus loin.

J’ai dix-huit ans Saï m’a plaqué. On est restés ensemble pendant plus d’un an avant qu’elle ne me dise qu’on s’est bien amusé, mais que je ne suis pas son genre. Entre temps, je l’ai à peine touchée. Elle n’aime pas qu’on l’approche trop ou qu’on l’embrasse. Je l’ai donc embrassée un nombre record de six fois. En même temps, je ne lui en veut pas tellement, ce n’est pas de sa faute non plus après tout. Mes amis me disent que j’ai gardé un bout d’elle avec toutes les couleurs et bracelets que je porte, ça les fait sourire et je souris avec eux. Je ne pense pas que je l’aimais après tout. C’est ma dernière année au lycée et toute ma classe m’apprécie et je l’apprécie en retour. Ma réputation va jusqu’aux classes voisines et je ne manque pas de faire le pitre dans les couloirs dès que l’occasion se présente. J’ai envoyé les ballons de basket dans le filet de sauvetage collé au plafond quand il n’est pas utilisé. Ils les ont cherché pendant des heures. Oui, c’est encore de l’humour con mais j’ai pris l’habitude de me dénoncer dès que ça commence à chauffer. Toutes les filles sont casées et celles qui ne le voient pas me répondent qu’elles me voient d’avantage comme un petit frère. La question de la maturité n’a donc pas changé aux yeux des filles entre le collège et le lycée. C’est avec mon célibat que je finis donc. Mais pas seulement. 

Pendant les vacances d’hiver, Ikue m’a invité à passer chez sa famille dans une petite ville beaucoup plus au nord du japon. Elle restait chez sa grand mère pour étudier à Tokyo en vue d’intégrer une bonne université mais alors que j’attendais sur un banc que mon train n’arrive, il n’est jamais passé. Mon regard a fini par se perdre sur le paysage. Il fait assez froid et je suis déjà en banlieue, il ne reste qu’un train à prendre. La gare est collée à un paysage qui ressemble plus à une foret lorsque je m'approche du quai, je peux voir les rails qui continuent et qui disparaissent dans les bois comme si le train allait devoir rapetisser pour se faufiler. Finalement je m’endors sur le banc et c’est une voix que je ne connais pas qui me réveille, me demandant d’abord si je suis encore vivant puis si je suis « Kaoru ». Je relève la tête et c’est ma rencontre avec Yuko, la soeur d’Ikue, de deux ans plus âgée qu’elle, d’un an plus âgé que moi. Le train n’était pas passé et pouvant conduire c’est Yuko qui a été envoyée pour me chercher. Elle aussi étudie à Tokyo et est revenue pour les vacances d’hiver, elle est à l’université.

J’ai vingt ans J’ai commencé à sortir avec Yuko peu de temps après mon entrée à l’université où je l’ai retrouvée en 3e année de psychologie. Personnellement je commençais en architecture. Oui, moi à l’université. Et c’est certainement la première fois de ma vie que j’ai de bonnes notes. Depuis cette soirée dans le froid, j’adore les gares et honnêtement, pouvoir en construire une serait génial. Pendant mon temps libre je tente d’en faire les plans, la façade et il m’arrive même fréquemment d’aller dans les gares que je trouve les plus belles pour admirer les points de fuite que j’aime tant. C’est une passion bizarre et même Yuko a du mal à la comprendre. Elle m’a offert une locomotive en peluche pour mon anniversaire. Elle m’a d’ailleurs frappé la tête avec en me disant d’apprécier le cadeau quand je lui ai dit qu’elle aurait du m’offrir des rails. On vit ensemble depuis six mois et on se fréquente depuis plus d’un an. J’aime quand elle me traite d’idiot et je peux sentir que c’est affectueux. Elle est la première a me donner une pochette de glace quand je me suis pris un coup d’un copain persuadé que je draguais sa copine. Elle me force à manger correctement et m’interdit chips et bonbons à l’appart, me demande de passer l’aspirateur dans le lit tous les soirs avant qu’elle n’aille se coucher. Elle trouve toujours le temps pour qu’on aille au cinema ou pour qu’on parte deux jours tous les deux dans un hôtel bas de gamme au fond du japon. Je crois qu’elle m’aime et moi je l’aime.

J’ai vingt-et-un ans Légalement je peux boire mais ce n’est pas cette interdiction qui m’a empêchée de le faire avant. Je sais que j’aurais du m’y attendre mais le temps a passé trop vite et maintenant je ne sais plus quoi faire. Yuko a fait ses valises, je l’aide pour son déménagement dans sa nouvelle maison, celle que lui a choisi l’incontestable. Je refuse de rencontrer son mari, je sais que je pourrais me jeter corps et âme dans la mêlée pour la reprendre. Mais je sais aussi que ça ne ramènera pas notre bonheur. Je la laisse partir, le coeur serré et même comme ça, elle continue de s’occuper de moi de temps en temps. J’ai fini par rencontrer son mari après plusieurs mois de silence. Je crois qu’elle l’aime bien, que bientôt elle l’aimera pour de bon et je ne suis pas en mesure de lui dire quoi que ce soit. Je ne pourrais même pas lui dire que je l’aime, que j’ai envie de la retrouver. Cela lui ferait du mal et cette fois, il est peut-être temps de grandir.

Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais envisagé les coups d’un soir, j’avais envie de romantisme quelque part et de durée et maintenant je me retrouvais avec ce parfum en travers de la gorge, celui de savoir que même si je trouvais quelqu’un, cette personne ou moi finirait marié dans la foulée. Je n’en ai plus envie. Et il y a bien parfois une fille qui me drague après une blague à la con. Je connais ces filles, je sais que celles-ci ne veulent rien de sérieux et ne général je n’accepte plus qu’à cette condition. J’ai découvert qu’Azuma était venu étudier à Tokyo finalement et il m’a accueilli dans son appartement où je paie une partie du loyer. Il s’occupe de moi un peu lui aussi. Pourtant je n’aime pas qu’on me ramasse à la petite cuillère.

J’ai vingt-deux ans Je ne sais pas si je me suis remis parfaitement de la rupture avec Yuko. J’ai repris la guitare et je me consacre à mes études. Azuma n’arrête pas de me répéter que je devrais tout simplement arrêter de la voir mais elle est devenue ma meilleure amie et je ne veux pas la perdre une seconde fois. Un jour je croise l’inattendu. Cette fois c’est Nobuki qui apparaît à la gare. Je le reconnais immédiatement. Il a l’air en forme et ça fait plaisir à voir. Il a quelques tatouages mais je porte un manteau plus jaune qu’un canard alors on en peut qu’en rire. On finit par s’asseoir dans un fastfood où on discute du bon vieux temps, des feux d’artifice et de la sauce au chocolat. Il est sur Tokyo pour quelques jours et j’ai encore besoin de me changer les idées. Je lui parle d’Azuma, du fait qu’il est aussi sur Tokyo mais il n’a visiblement pas vraiment envie de le voir. Ca m’échappe un peu alors le soir même je dis à Azuma que je l’ai rencontré. Il me répond de ne pas le fréquenter, qu’il a assez mal tourné au lycée et qu’il est passé plusieurs fois au commissariat. J’ai du mal à y croire mais le voir me fait du bien puis on ne fait rien de mal alors je continue de le voir.

Au bout d’une semaine, il repart déjà le lendemain, pour le voir, je suis allé jusqu’à sécher quelques cours, après tout j’ai envie de profiter de lui tant qu’il est là. Et maintenant, il me parle d’une exposition qu’il aurait aimé voir mais qui s’était finie il y a quelques jours avant qu’il n’ait le temps d’aller au musée du coin. Et c’est avec l’envie de lui faire plaisir que je lui propose d’y aller quand même. Nous sommes partis, il fait nuit, le musée est fermé le temps que l’exposition soit renouvelée et je ne suis pas mauvais pour escalader l’arrière des bâtiments. Je grimpe, il me tend de quoi faire sauter la serrure de la fenêtre quand je me rend compte qu’elle est fermée de l’intérieur. Bon.. Ce n’est pas si dramatique, je le fais puis l’aide à monter, lui tendant la main. Il me rejoint au premier et commence alors notre visite. On reste silencieux, tâchant de faire taire nos rires. Je ne sais pas qu’il a quelque chose d’autre en tête quand arrivé dans une salle, il s’approche d’une des vitres qui n’a pas été enlevée, sortant un marteau de son manteau et éclatant la vitre. je sursaute, me retournant vers lui pour lui demander ce qu’il fout. Et comme si cela ne suffisait pas, une vigile arrive pointant son tazer sur nous. Je lève les mains mais il ne le fait pas, elle n’oser pas envoyer la charge et cette fois c’est sa tête que le coups de marteau percute. Je le dévisage alors qu’il commence à lui assener des coups de pieds dans son ventre après avoir dégagé le taser tombé à terre. Mon corps réagit alors que je lui hurle d’arrêter, me jetant sur lui pour le plaquer au sol, il me renverse à son tour, écrasant son poing dans ma figure. pour la première fois je répond, lui en rendant un dans les côtes. Bien assez vite d’autres agents de sécurité arrivent pour nous trouver tous les deux en train de nous battre et l’agent au sol inconsciente. La police ne tarde plus, on nous embarque.

Nobuki avait des problèmes d’argent et espérait piquer un truc dans le musée mais je ne savais pas et je l’avais aidé à entrer. La femme était enceinte et visiblement ne l’était plus après cela. C’était ma première véritable connerie. Les caméras ont démontré que je n’avais pas agressé la femme ou fracturé la vitre. Mais j’étais complice et j’étais rentré par effraction. Pour Nobuki, après plusieurs avertissements, c’est cette fois la prison et moi j’ai un bracelet électronique à la cheville et je dois pointer régulièrement au commissariat pour leur dire que je suis toujours là. Je vis encore chez Azuma. Je revois Nobuki une fois, j’ai enfin compris sa situation et je veux le confronter mais il me répond que mon père aurait du finir le boulot et qu’il s’en chargera une fois sorti.

J’ai douze ans Je rentre de cours et mon père est déjà là. Ca fait quelques jours que c’est le cas et je vois au regard de ma mère qu’il a honte de nous dire qu’il a perdu son emploi. C’est lui qui cuisine, ma mère a rallongé ses horaires rentre plus tard. je suis parti me coucher tôt. Hiro dort sur mon lit comme toujours. Je me réveille. Deux détonations me font sursauter, je me redresse, relève la tête sans comprendre puis après une exclamation c’est deux de plus. Cette fois je me lève de mon lit. Hiro a redressé les oreilles aussi avant de les baisser. J’entend des pas dans l’escalier, je n’ai même pas le réflexe de me cacher et c’est mon père qui ouvre la porte. Une nouvelle détonation, je tombe tétanisé par la douleur tant que par la peur. Je vois le canon et Hiro aboie, mord la cheville de mon père. Une nouvelle détonation. Hiro arrête et tombe à son tour. mon père me regarde, il voit que j’ai peur mais il ne lui reste qu’une balle et c’est vers sa tempe qu’il la dirige. Il est à terre et je ne réalise pas encore tout ce que je viens de perdre.

Je reste à l’hôpital un moment. Une fois sorti, je n’ai pas de famille dans la région. Les services sociaux locaux sont débordés, je suis donc envoyé à Tokyo pour y être placé dans une famille d’accueil.
Honoka Nicolson
Messages postés : 1513
Inscrit.e le : 23/06/2014

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Zetsu Izumo
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Fast'action de Logan
Fast'action de Logan
posté
le Ven 29 Déc - 15:14
par Honoka Nicolson
Je confonds peut-être mais j'ai l'impression d'avoir déjà vu ce nom et ce vava °°
T'étais déjà là y a quelques temps ? °°

Sinon bienvenue et bon courage pour ta fiche =)
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Ven 29 Déc - 15:45
par Invité
Idem, j'ai un sentiment de déjà-vu La seconde vie d'un camionneur  2047885044
Kaoru Alvord
Messages postés : 33
Inscrit.e le : 28/12/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
posté
le Ven 29 Déc - 16:18
par Kaoru Alvord
Je vois à peine de quoi vous voulez parler ~ 
Marty Kusanagi
Messages postés : 1830
Inscrit.e le : 31/07/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : KUGO KUSANAGI! *Uesh*
Autre: 24 ans, maman d'un petit garçons de deux ans. 3 piercings et 2 tatoo
♥Blondie Pin Up♥
♥Blondie Pin Up♥
posté
le Ven 29 Déc - 16:18
par Marty Kusanagi
SALUT! C'était pas un DC de Leil .-.

#teamimpressiondéjàvu
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Sam 30 Déc - 7:13
par Invité
slt bo t
*clin d’œil magique*
it bienvenue à toi :))
La seconde vie d'un camionneur  3303333686 La seconde vie d'un camionneur  3303333686 La seconde vie d'un camionneur  3303333686
Kaoru Alvord
Messages postés : 33
Inscrit.e le : 28/12/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
posté
le Sam 30 Déc - 7:31
par Kaoru Alvord
B'jour °^°
Makoto Nanase
Messages postés : 4332
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Sam 30 Déc - 8:22
par Makoto Nanase
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥️

Introduction
Bienvenue sur le forum ! La seconde vie d'un camionneur  1362171446

Histoire
- elle est allé prévenir
- à encore d’avantage de professeur
- pendant plus d’un ans
- je sourit avec eux
- Mon regard a finit
- on s’approche du quais
- on peut voir les railles => à corriger à plusieurs endroits
- je me suis pris un coups
- Elle me force à manger correctement et m’interdis
- le corps serrer
- J’ai finit par rencontrer

✗ Au Japon, l'école primaire va de 6 à 11-12 ans. Donc à 9 ans, ça ne peut pas être sa dernière année de primaire :) Du coup, pareil, le collège commence à 12 ans et le lycée à 15 ans.

✗ Au Japon, le saut de classe n'existe pas. Shira n'a donc pas pu entrer au collège avec un an d'avance o/ De même pour le redoublement, il n'y en a pas, sauf en cas de bonnes raisons comme des absences répétées à cause d'une maladie par exemple. Si les notes ne sont pas suffisantes en fin d'année, l'élève doit plutôt enchaîner les cours de rattrapages pendant les vacances scolaires.

✗ Tu n'as pas précisé, mais juste pour info, le déménagement à Tokyo doit avoir eu lieu sur demande de l'Incontestable aux parents de Kaoru :)

✗ Est-ce que c'est normal que le "j'ai douze ans" soit à la fin de l'histoire ? :o
J'ai pas trop compris ce qu'il s'est passé. Est-ce que le père a tué toute la famille avant de se suicider ? Ce n'est pas très clair :)

Caractère
- mais les railles

Validé ♥️

Physique
- Il avait rencontré saï a la fin

Validé ♥️

Conclusion
Quelques points à revoir dans l'histoire, ainsi que quelques fautes. Je n'ai pas tout relevé, à toi de corriger les autres o/

Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3
Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥️

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

La seconde vie d'un camionneur  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit La seconde vie d'un camionneur  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
La seconde vie d'un camionneur  Ld7d
La seconde vie d'un camionneur  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  Cn3Ckyx
La seconde vie d'un camionneur  1EPYLUw
La seconde vie d'un camionneur  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
La seconde vie d'un camionneur  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
La seconde vie d'un camionneur  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  YqECw0j
Kaoru Alvord
Messages postés : 33
Inscrit.e le : 28/12/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
posté
le Sam 30 Déc - 9:54
par Kaoru Alvord
Aïe.. Aïe, je reconnais que ça piquait bien les yeux pour certains trucs et je suis soulagé que tu ne les ais pas souligné, je pense que tu en serais mort.. J'ai donc corrigé ce que tu m'avais signalé et plus encore en relisant ma fiche une nouvelle fois.
•J'ai corrigé l'histoire du collège et du lycée et j'ai vérifié l'entrée en primaire et à l'université au cas-où par un hasard pur c'était bon.
• J'ai enlevé le saut de classe de sa soeur mais techniquement Kao a bel et bien manqué plusieurs mois de cours à l'âge de 12 ans donc je pense qu'on peut envisager l'année de retard.
• Pour le déménagement à Tokyo j'ai précisé tout à la fin, sans parents, c'est donc là que se trouve la famille où il a été placé.
• Pour le j'ai 12 ans je tentais un effet de style, le genre de plot twist qui donne envie de chercher des indices dans l'histoire que c'était arrivé. Enfin.. c'était peut-être un peu trop. J'ai tenté de clarifier la mort de la petite famille aussi, en espérant que ce soit suffisant.

Merci encore pour la correction La seconde vie d'un camionneur  2244379341 et n'hésites pas s'il y a autre chose !
Makoto Nanase
Messages postés : 4332
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Sam 30 Déc - 19:53
par Makoto Nanase
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥️

Histoire et caractère
Alors, my bad, mais j'ai réalisé après coup un point important. Le père de Kaoru a tué toute sa famille et a tenté de tuer son fils avant de se suicider devant lui. Or, il n'y a aucun impact sur son caractère. C'est censé être quelque chose qui traumatise ce genre d’événements et j'ai beau relire, je ne vois pas de séquelles sur lui (bon après, il est tard, donc j'ai peut-être pas fait attention hein... >< )


Conclusion


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 2/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥️

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

La seconde vie d'un camionneur  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit La seconde vie d'un camionneur  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
La seconde vie d'un camionneur  Ld7d
La seconde vie d'un camionneur  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  Cn3Ckyx
La seconde vie d'un camionneur  1EPYLUw
La seconde vie d'un camionneur  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
La seconde vie d'un camionneur  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
La seconde vie d'un camionneur  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  YqECw0j
Makoto Nanase
Messages postés : 4332
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 31 Déc - 13:52
par Makoto Nanase
C'est tout bon pour moi ! Amuse-toi bien o/

Pré-validation par Mako'
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

La seconde vie d'un camionneur  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit La seconde vie d'un camionneur  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
La seconde vie d'un camionneur  Ld7d
La seconde vie d'un camionneur  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  Cn3Ckyx
La seconde vie d'un camionneur  1EPYLUw
La seconde vie d'un camionneur  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
La seconde vie d'un camionneur  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
La seconde vie d'un camionneur  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
La seconde vie d'un camionneur  YqECw0j
Bacon L. Beigbeder
Messages postés : 1796
Inscrit.e le : 22/08/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Celle qui fait du couscous.
Autre: Connard pathétique IRL, passe ta route.
#JeSuisJeanne
#JeSuisJeanne
posté
le Lun 1 Jan - 9:43
par Bacon L. Beigbeder
Miaou. ♥️

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥️
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥️

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mer 3 Jan - 4:44
par Invité
Félicitations et bienvenue parmi nous La seconde vie d'un camionneur  2244379341
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mer 3 Jan - 5:52
par Invité
Hoyoh, félicitations pour ta valid' pis à la revoyure,

Kiss kiss !

P.S.: et rebienvenue aussi.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierLa seconde vie d'un camionneur  50-50-2Earth WolfLa seconde vie d'un camionneur  50x50-56504f9 La seconde vie d'un camionneur  SvinLa seconde vie d'un camionneur  3zm1 La seconde vie d'un camionneur  5yh3La seconde vie d'un camionneur  Opol0Q6La seconde vie d'un camionneur  FHZzEDvLa seconde vie d'un camionneur  7Uxn8zPLa seconde vie d'un camionneur  494ZUS0La seconde vie d'un camionneur  1553711497-50-50FTM 50x500La seconde vie d'un camionneur  B50x50La seconde vie d'un camionneur  1553722908-no-50x50La seconde vie d'un camionneur  Tdj2La seconde vie d'un camionneur  Logo_510La seconde vie d'un camionneur  190412122437274038 La seconde vie d'un camionneur  RXqdRpDLa seconde vie d'un camionneur  Logo5010La seconde vie d'un camionneur  VBL1j1M La seconde vie d'un camionneur  1559228694-50x50La seconde vie d'un camionneur  Qlaa La seconde vie d'un camionneur  IcoSC5050 La seconde vie d'un camionneur  Bouton10 La seconde vie d'un camionneur  Bouton15