Iori Yagami
Messages postés : 72
Inscrit.e le : 27/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Sam 27 Jan - 23:20
par Iori Yagami
Iori Yagami
Yagami (Anciennement Andersen)
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Iori (Anciennement Lars)
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
35 piges
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬

▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬

▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Père finlandais - Mère Asiatique (sans plus de précision)
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Pédiatre
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
Date Fucking Masamune. Principalement de Sengoku Basara
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
I finally found myself ▲ Iori Yagami  3813954746 - Kao
▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬
I finally found myself ▲ Iori Yagami  231803046
It's a beautiful lie. It's a perfect denial.
Such a beautiful lie to believe in. So beautiful, beautiful lie makes me! ♪
©️30SecondsToMars
Yeah. I Know. I'm gorgeous.


Les stéréotypes sont légions en ce monde et la Scandinavie n'échappe pas à cette règle incontournable de la pensée humaine lorsqu'il en vient au physique. Grand. Chevelure principalement blonde. Des traits rudes sur le visage. Pommettes hautes. Menton pointu. Mâchoire carrée. Peau pâle. Un corps trapu pour messieurs. Un corps élancé pour mesdames.

Et puis il y a Iori. Celui qui défie à lui seul presque tous les clichés en naissant sur le territoire Finlandais ! Ce n'est pas pour autant qu'il déplaît. Sa différence le fait surgir de la foule et le sublime un peu plus. Deux traits se vérifient cependant chez l'individu : sa taille et sa peau. Son corps est assez élancé pour lui permettre de passer la barre des un mètre quatre-vingt-dix. Loin des géants des mythes et légendes de plus de deux mètres mais assez pour dépasser la population d'une tête. Sa peau est semblable à la neige se déversant très souvent sur le territoire. D'un blanc immaculé. D'une pureté sans nom. D'une douceur extrême.

On le remarque très souvent par sa chevelure qui le contraste avec la majorité de la population finlandaise. Une belle chevelure brunâtre mi-longue oscillant parfois vers le corbeau. Douce, fine et lisse descendant le long de son visage pour s'arrêter jusqu'à son cou. Les traits de son visage semblent avoir été gravés dans le même moule que son corps. Simples. Fins. Gracieux. Deux iris étincelants de la couleur de l'océan, d'un bleu azur sublime son petit minois. Loin des clichés d'hommes rustres du nord. Idéal pour lui qui passait si souvent sous le feu de l'objectif des paparazzis. Signe de prestance. D'élégance. Enfin. Ça c'était avant qu'il ne rejoigne l'archipel Nippon. L'accident de voiture et le cataclysme n'ont aucunement épargné son physique. La région de son œil droit affiche quelques marques de brûlures ainsi qu'un iris légèrement décolorés. Ne supportant peu la vue de cette « laideur », Iori préfère appliquer un cache-oeil sur celui-ci.

Son ossature et sa musculature sont tous deux assez bien dessinés et sculptés depuis son adolescence, depuis qu'on lui a permis de s'adonner à des activités physiques rigoureuses et intensives. Iori semble entretenir depuis toujours une alimentation saine et un rythme sportif régulier pour garder ce corps sculpté et aguicheur qui semble attirer l'attention. Il n'aura aucune honte à utiliser cette donnée à son avantage, l'utilisant si possible pour faire tourner la tête. Il est très à l'aise avec son corps, se baladant souvent torse nu au sein même de son petit foyer. Quelques stigmates de ses accidents subsistent sur le torse et le dos de l'homme en plusieurs cicatrices distinctes.

Question vestimentaire, Iori a toujours connu depuis sa plus tendre enfance les grandes marques et les styles bien chic. On peut définir par défaut que le costume trois pièces noir est son plus grand ami de toujours et qu'il a toujours conservé ce style élégant et raffiné tendant parfois vers le Casual chic. Pourtant, l'homme a goûté à son arrivée à des styles beaucoup plus décontractés et beaucoup plus « simple » d'apparence en cherchant à être « désirable » aux yeux des autres. Disons que ses choix sont souvent impactés par plusieurs éléments, dont la nature de la sortie par exemple, plus qu'un simple feeling en fixant sa garde-robe.
What i'm made of


Il n'est pas à douter que l'individu soit de quelqu'un d'intelligent. La simple vue de son parcours scolaire -des plus exemplaires qui soit d'ailleurs - suffit simplement à lui accrocher cette caractéristique à son être sans avoir un œil sur son test de QI. Cela découle d'une certaine rigueur qu'il s'est imposé à lui-même ainsi que de sa partie consciencieuse vis-à-vis de son domaine professionnel et de tout ce qu'il entreprend. Faire les choses à moitié, cela ne fait point partie de sa ligne de conduite. Il est malin. Bien assez pour utiliser ce don que la nature lui a fait à son avantage à tort ou à raison.

Lorsqu'il était sous les feux des projecteurs, Lars semblait des plus charmeurs avec les invités. D'autant plus lorsqu'il s'agissait de la gent féminine. Un beau sourire. Des petites attentions. Des mots doux et chaleureux. Des compliments exagérés. Un regard sulfureux. Il comprit au fil des années en posant son regard sur ce milieu de la façon dont le monde fonctionnait. Argent. Pouvoir. Flatterie. Il usa de la dernière source de pouvoir pour s'amuser lors de ces soirées extravagantes bien chiante que son père organisait bien trop souvent à son goût. Dire ce qu'ils voulaient tous entendre pour que sa famille soit bien vue. Pour qu'on aime se pavaner à ses côtés. Lars semblait n'être qu'un bon manipulateur, hypocrite et menteur en fin de compte. Un être capable de se fondre dans la masse, d'afficher la moindre émotion dans son comportement comme sur son visage au moindre besoin.

Les soirées se finissaient bien souvent en after pour la jeunesse, que ce soit dans des soirées privées ou boites bien trop luxueuses pour le "petit peuple". Lars devenait un bon vivant dans ces moments là. De ceux qui se laissent guider par leurs envies momentanées. À boire et festoyer jusqu'au petit matin. Le regard de Lars se faisait plus enjôleurs, ses paroles plus aguicheuses, ses gestes plus persuasifs. Tentation. Ivresse. Luxure. Décadence d'un jeune homme simplement broyé par les "ordres".



Iori est un homme des plus mystérieux qui soit lorsqu'on essaye d'en connaître un peu plus de sa vie. Il préfère tout simplement entretenir une part d'ombre vis-à-vis de son passé avant son arrivée au Japon. Il noie littéralement le poisson en se référant souvent à la vie fictive qu'il s'est inventé sous sa nouvelle identité. Totalement incapable d'évoquer ce passé qui le torture tant encore aujourd'hui. Peureux que toutes ses relations changent de comportement lorsqu'ils comprendront celui qu'il est réellement. Seul quelques élus sont au courant de quelques brides de cette part d'ombre. Il préfère garder cela pour lui. Cette peine et cette souffrance qui le rongent depuis tant d'années. Sujet sensible comme la mort de sa femme. Il en était tombé sous son charme au fur et à mesure du temps passé ensemble. Elle était devenue une pièce maîtresse sur laquelle il se reposait souvent. Trop souvent. Elle était devenue son monde. Il ne peut s'empêcher désormais d'être émotif à chaque pensée d'elle. D'avoir cette sensation de manque ancrée au plus profond de son corps. Sa présence, ses répliques, son attitude, sa voix. Un vide immense sied au sein de son cœur brisé en milles morceaux. L'oublier semble une tâche insurmontable. Il se sent très instable sentimentalement. Heureux d'avoir vécu ces beaux moments. Triste d'avoir perdu ce bonheur si précieux à ses yeux.

Et comment ne pas parler de ce qui est important sans mentionner la prunelle de ses yeux. Son petit rayon de soleil. Être père est certainement la plus belle chose qui soit arrivée dans la vie jusqu'à cet instant. Aucun lien de sang entre eux mais un lien affectif très fort. Décuplé depuis leur perte d'un être cher. Il voue un amour démesuré à sa petite fille jusqu'à être qualifié de « papa-gâteau », complètement gaga de sa progéniture. Lui donner de l'attention, voir ce sourire sur ses lèvres et cet air guilleret sur son visage, l'entendre rigoler. Son vœu le plus cher est de voir perpétuer ces scènes de bonheur pendant de longues années à venir. Fier d'être parent. Fier d'être celui de cette petite frimousse.

Le faux Japonais est protecteur avec les gens qu'il aime et affectionne. Peut-être trop parfois. C'est quelqu'un sur qui on peut compter à toute heure de la journée pour n'importe quel problème qui soit (Tant que cela ne met pas en danger sa famille et qu'on n'abuse pas de cette forme de gentillesse.) Un bon ami qui peut écouter, conseiller, rassurer avec le calme qui le caractérise bien souvent dans ce genre de situation. S'amuser lors de sortie simple, en petit comité ou groupe, est une option qu'il affectionne particulièrement même si désormais son rôle de père entre en conflit avec sa vie de célibataire. Pop-corn&télé dans un canapé bien au chaud est aussi agréable après tout non ? Sous ses faux airs d'homme simple et tranquille, il peut s'avérer être un grand amuseur, farceur et surtout un bon emmerdeur en privé. Comme s'il rattrapait l'enfance qu'il n'a jamais eue...ou plutôt d'animer son quotidien trop calibré.

Iori à la rancune très tenace lorsqu'on s'attaque à sa famille de cœur. Il n'hésitera aucunement à être acerbe et vous faire savoir que vous n'êtes plus dans ses bonnes grâces, qu'il faudra vous racheter si vous désirez de nouveau sa confiance et son attention. Il déteste par-dessus tout les hommes qui se prennent supérieurs aux femmes et les parents irresponsables qui ne prennent aucunement soin de leurs gosses « volontairement ». Inconcevable. Impardonnable. Ils ne méritent que sa haine, son venin et pourquoi pas une bonne leçon.

C'est un grand amoureux de nature, d'espaces verts et de terres sauvages, de paysages magnifiques à en couper le souffle, de patrimoines régionaux et nationaux. Il aime les grandes ballades en plein air, le jogging à l'air pur et le camping à l'état sauvage, seul ou en petite troupe autour d'un bon feu de camp accompagné d'une gratte et de quelques guimauves à brûler. Il a toujours eu ce besoin d'évasion ancré au sein de son être. Il rêve de recommencer à faire des road-trips de plusieurs jours à travers certaines contrées en bonne compagnie. Voyager. Visiter. S'émerveiller. S'épanouir. Se faire des souvenirs. Des photos. Des vidéos. Au fil de ses aventures, l'homme s'est développé une espèce de passion – ou plutôt d'addiction ? – pour la photographie en tout genre. Paysage. Portrait. Événement. Tous souvenirs importants sont sauvegardés quelque part dans une carte mémoire ou sur papier. Sa mignonne petite fille reste son sujet favori où des dizaines d'images d'elle trônent désormais dans leur habitation. Ayant pris des cours de solfège depuis tout petit, la musique tient une place importante dans la vie du pédiatre. Il aime de temps à autre s'adonner au piano pour quelques mélodies classiques comme contemporaines tout autant que la guitare pour se détendre. Lorsqu'il est confiné au calme chez lui, il aime se poser confortablement dans le canapé pour se délecter à la découverte d'un bouquin quelconque accompagné d'une boisson chaude. À contrario, l'homme aime les belles courbes métalliques, les grosses cylindrées et toutes activités qui procurent des sensations.

Fairytales are sh*t


Automne 2109 - Quelque part dans Tokyo.

Un homme s'éveille en ce frileux jour d'automne. Il fixe le plafond pendant de longues minutes allongé dans son lit, songeant à milles et une chose avant de finalement avoir le courage d'en sortir, prêt à affronter la dure journée qui l'attend. Et comme chaque matinée, il est réglé comme une montre suisse. Les mêmes pas, les mêmes actions, les mêmes gestes. Une routine très bien rodée qu'il apprécie avec bonheur. Même l'autre petite forme de vie semble être mis au pas avec douceur malgré sa fougue et son excitation. Tous deux partagent un faible moment de complicité, un sourire aux lèvres sur les deux visages et quelques rires. Tout ou presque est calculé dans les moindres détails pour perdre le moins de temps et d'énergie possibles pour ne garder que le positif. Un coup d'œil vers l'horloge, les deux êtres s'activent un peu plus, finissant leur préparation pour affronter l'extérieur. Les deux êtres empruntent le même trajet habituel pendant un long moment. La jeune fille gambade gaiement à quelques centimètres de l'homme, raconte l'incroyable journée qui semble l'attendre tout en s'émerveillant du décor qui change en cette saison. Un rire commun s'échappe et en peu de temps, les voilà devant l'école la plus proche du quartier. Les mains de l'adulte remettent en place les vêtements de l'enfant.

« Je ne pourrais pas venir tout à l'heure donc quelqu'un d'autre viendra te chercher jusqu'à ce que je finisse mes consultations. Je viendrai te récupérer le plus vite possible. D'accord chérie ? »

Un petit air boudeur s'installe sur le visage de l'enfant. Contrariée qu'il soit trop pris par son travail. La main de l'homme caresse doucement sa chevelure et son crâne avant qu'il ne la tire vers lui. Une étreinte des plus douces et aimantes qui soit, agrémenté d'un faible baiser sur son front.

« Ne me fais pas cette tête là. Tu sais bien que je n'ai pas le choix et que je dois me rendre au travail. Papa a beaucoup de travail en ce moment.....» La gamine ne cède guerre. Elle croise les bras en faisant la moue. «... Et si je te disais....Que je me rattrape ce weekend?! On ira faire un tour à la salle d'arcade que t'aimes tant et on ira voir les animaux aussi au Zoo! Juste toi et moi. On pourra même inviter une de tes amies aussi et qu'elle dorme à la maison. Pyjama party!»

Une simple promesse émane de ses lèvres. Et pourtant, son visage semble s'illuminer en une fraction de secondes. Joie. Impatience. Euphorie. Elle gigote sur place en continuant de lancer les mêmes mots. « Tu me promets hein ? ». Il hoche la tête avec sérénité, venant prendre l'auriculaire de la fillette à l'aide du sien.

« Comme ceci, ma promesse est des plus réelles. Je n'oublierais pas. Allez. Va maintenant et sois sage en classe, petit démon! Mais avant, donnes moi un gros câlin et un gros bisou! »

Dernières affections avant qu'elle ne court en direction de l'établissement, rejoignant ses camarades de classes dans son uniforme des plus mignons qui soit. Il l'observe attentivement le sourire aux lèvres avant de reprendre sa marche énergique pour rejoindre la rame de métro le plus proche. Direction le centre-ville de cette mégalopole japonaise. Et quinze minutes plus tard, il se tient fermement devant la porte d'un établissement. La pancarte en dorure sur le côté évoque le bâtiment d'un pédiatre.

« Excusez moi... Vous êtesMonsieur Iori Yagami ? »

Sa main reste ancrée sur la poignée de la porte. Pendant quelques secondes, son esprit examine avec insistance cette voix et toute la particularité de celle-ci. Son japonais semble des plus approximatif qui soit. Hésitation. Cafouillages sur certains termes. Il y a ce petit plus dans sa prononciation aussi... un accent....étranger...Américain ? Non....plutôt Européen. Totalement inconnu au bataillon en tout cas.

« Ou plutôt je devrais dire.....Lars Andersen? »

L'impossible vient de se produire. L'inattendu qui casse complètement la perfection de sa matinée. La force de ses doigts s'intensifie sur la poignée alors que son visage faisant face à la porte démontre la stupéfaction. Comme si ce nom était tabou depuis bien trop longtemps désormais. Une brève inspiration et son corps se retourne vers l'individu. Son bras se tend vers la droite, tapotant de l'index la plaque de bois figurant sur le mur d'un air des plus impassible qui soit.

« Au cas où vous serez myope, il n'y aucun individu de ce genre. Je ne sais pas qui vous cherchez où si vous avez décidé de pourrir ma journée. Mais il n'y a rien ici pour vous ! Alors, si vous m'excusez, j'ai autre chose à faire de ma journée que perdre mon temps. »

Sec. Froid. Cassant. Tout en contradiction avec l'air enjoué qu'il arborait plusieurs minutes auparavant. La porte s'entrouvre, infiltrant l'intérieur du bâtiment sans attendre un instant de plus. Fuir cet individu. Ce nom. Ces souvenirs douloureux.

« Les preuves sont là. Tous deux études en médecine. Même spécialisation en pédiatrie. Vous avez exactement le même âge que celui-ci! Sans ajouter que la description physique colle parfaitement au votre malgré les quelques changements des dernières années je présume?! Le passé de Iori Yagami n'est que trop parfait. De plus, personne ne semble connaître le nom de Iori Yagami avant sa disparition. Étrange coïncidence non? Surtout qu'il a étudié à l'étranger notamment au Japon. Il est inutile de jouer le jeu de l'innocence plus longtemps. Je sais qui vous êtes réellement ! Lars Andersen! Je dois peut-être vous parler de votre ancienne fiancée? Enfin ça dépend de laquelle vous voulez qu'on discute!»

Ses pas ont cessé de tabasser le sol avec lourdeur et fureur. Son corps tremble l'espace d'un instant à l'entente de toutes ses informations. Il ne sait pas comment cela arrive à cet instant de sa vie. Comment cela peut-il se dérouler après autant de temps ? Après avoir travaillé si dur à disparaître ! À chasser ce passé qui le tourmente ! A-t-il commis une erreur ? Non. Il n'a fait que retarder l'inévitable pendant plusieurs années. Au fond, il savait que les ténèbres de sa vie resurgirait un jour ou l'autre. Il déglutit, la gorge bien noué par cet imprévu des plus gênants.

« Pas un seul mot de plus. Dans mon bureau. »

Simple. Clair. Concis. Un ton qui démontre à quel point le sujet est sensible pour sa personne. Son regard scrute les environs assez vite. Comme d'habitude, il est bien le premier arrivé sur le lieu de travail avec une bonne avance. Assez confortable pour s'occuper de cette gêne sans qu'une oreille indiscrète ne vienne glaner des informations.

« Bien. Je suppose que vous êtes envoyés par eux? Ou plutôt par "lui" je devrais dire. J'espère que vous n'êtes pas assez bête pour être venu jusqu'ici et tenter de me ramener chez moi. Oh pardon. J'oubliais. Puce dans la tête. Membre de la population Japonaise désormais. Cela va être dur pour vous. » Il se délecte de jouer au con l'espace d'un moment, tapotant sa caboche de l'index avec frénésie. Juste pour démontrer par A + B qu'il n'y a désormais aucune chance qu'il remette les pieds là-bas. Et il serait bien fou qu'on vienne lui annoncer la venue de cet homme en terre étrangère avec ce système complètement loufoque. « Et si vous êtes envoyé pour me faire jouer les pantins envers cette famille, vous pouvez d'ors et déjà leur dire que c'est non. J'ai déjà assez subi par le passé. »

Sa veste finie sur la chaise de son bureau, observant toujours l'inconnu d'un coin de l'œil. Il semble bien calme et effacé. Comme si toute cette scène était prévue d'avance dans son scénario. Il prend place avec aisance dans l'une des chaises, examinant les lieux.

« Je connais votre père depuis bien longtemps. Bien avant votre venue au monde d'ailleurs. Et je ne fais que lui rendre une faveur que je lui dois depuis bien des années désormais. »
Il agrippe sa mallette, farfouillant à l'intérieur pour ressortir un dossier bien épais. « Il m'a demandé de vous remettre ceci dans un premier temps. »

Iori s'installe dans sa chaise de consultation, agrippant l'ensemble de papier pour jeter un coup d'œil aux premières pages.

« Il se fout de ma gueule n'est-ce pas ?! Il croit toujours que je vais suivre sa trace ?! »
Il repousse le tas de papier avec légère violence. Consternation. Frustration. Énervement. Toute cette haine entassée sous le poids des années refait surface « Dites lui qu'il peut aller se faire foutre si c'est le cas ! Il n'a qu'à céder cela à ses autres successeurs ! Je n'ai aucune intention de reprendre le flambeau de son "empire"! »

Un rictus sort de la bouche de l'étranger.

« Il m'a dit que vous réagiriez de façon négative. Alors il m'a dit de vous remettre ça par la suite. »

Il tend désormais une enveloppe sous scellé. Sa main l'arrache avec brutalité. Totalement énervé par le jeu que son géniteur semble lui avoir réservé par l'intermédiaire de ce pantin. Son regard est porté sur la lettre, lisant rapidement le contenu de celle-ci. Et son visage se décompose lentement au fur et à mesure de la lecture.

« Ce ne sont que des mots posés sur un papier pour m'intimider! Pour espérer que je cède! Il ne m'aura pas comme cela! Rien n'est vrai dans tout cela! Il n'est pas sérieux!... N'est-ce pas?...Est-il à ce point si désespéré pour en arriver à ce stade ?! Pour faire ce genre de manigance? Ce genre de chantage ?!»

« Il me semble que vous connaissez bien votre père pour savoir à quel point aucune de ses paroles ou écrits ne sont pas à prendre à la légère. Il a toujours été du genre à penser à l'avenir de sa société avant le reste des choses. Chaque action, chaque pensée va dans ce sens. Assurer la pérennité de son œuvre au présent comme à l'avenir. Vous étiez ce futur. Seul homme de la famille. Cependant, vous avez préféré fuir cette cage dorée qui vous était due. Vous n'auriez jamais manqué de quoique ce soit. Quel gâchis »
Son regard est désormais bien dur. Est-ce là aussi une directive de son géniteur ? Ses paroles ? Ce ton ? Tout est possible avec LUI. « Il n'a choisi que la meilleure solution à cet instant T. Investir à l'étranger. Et contrairement à vous, il semble que d'autres soient plus apte à suivre à la lettre ses recommandations et choix de vie. »

Un bruit sourd retentit à l'instant. La chaise tombe lourdement sur le sol. Ses mains claquent à plat sur le bureau d'une violence sans nom, déclenchant un bruit sourd dans la pièce. Son regard brûle d'une haine sans fin, son visage est tiraillé par la colère, désormais debout pour faire face à la menace.

« Connerie !! Ce choix n'est rien d'autre que de la pure vengeance ! Une vendetta envers ma personne parce que j'ai refusé la vie "idéale" qu'il m'avait tracé! Aucun de nous n'a demandé cet avenir. Ni moi, ni elles ! Nous ne sommes pas nés pour devenir des pantins à son image ! »

« .....Dois-je en conclure que vous laisserez votre "chair" à l'abandon en ces terres inconnues? Que vous agiriez en parfait inconnu? Que vous n'auriez point l'envie de la revoir? »

Il grince des dents désormais. Comment peut-on imposer ce genre de pression sur ses propres enfants ? Ne leur laisser aucun choix d'avenir ? Inconcevable. Impardonnable. Inacceptable. Toutefois, l'homme d'affaire savait depuis bien trop longtemps l'un des points sensibles de son fils.

« ... Je vais le faire..... Aucunement pour lui. Plutôt pour elle. Contrairement à lui, je n'agirais point comme un connard sans cœur avec mes sœurs. Alors je la soutiendrais du mieux que je pourrais dans sa tâche et dans sa vie. Dans ce qu'elle désire. »
L'homme semble ravi des mots arrivant à son oreille. Son attitude démontre une fierté d'avoir gagné ce qu'il était venu chercher. « Cependant.... Il est hors de question que j'arrête mon activité. Hors de question que je remette un pied dans l'une de ses compagnies. Je ne ferai que la soutenir et la conseiller du mieux que je pourrais. N'allez pas croire que mon amour fraternel pour elle me ferait devenir con au point de ramper la queue entre les jambes vers lui et d'oublier les raisons de ma disparition il y a quelques années » Ses mains se détachent du bureau, son corps se redresse avec lenteur tout en dégageant un air bien froid et impassible à son interlocuteur. « Et dites lui qu'au moindre moment de doutes, je me ferais un plaisir de lui expliquer les choix qui s'offrent à elle. Particulièrement celui d'oublier cette histoire de succession. Je ne supporterais jamais qu'il décide de nos vies comme il l'a toujours fait dans ses buts égoïstes de pouvoir et d'argent. »

Un autre éclat de rire suivi d'applaudissement. Le pédiatre l'observe quelque peu décomplexé par l'attitude de cet homme qui est vraiment des plus étranges qui soit. N'est-il pas sous son ordre? Ne devrait-il pas prendre parti pour "lui"?

« Quel dommage! J'aurais tellement apprécié vous voir à la tête de son empire avec cette fermeté et cet éclat dans son regard. Intransigeant. Ferme. Dur. ça lui ressemble tellement que cela en est troublant. » L'homme se redresse lentement. « Et bien. Je pense que nous n'avons plus rien à nous dire. Je vous laisse les documents. Vous en aurez probablement un jour. » Énième grincement de dents. Il joue avec lui, rallume les braises du passé. Manipulateur hors paire des mots. « Oh. J'oubliais. Je dois vous donner ceci. » Il sort une autre liasse de papier de sa mallette. Bien moins agencé et lourde que l'autre. « Aucune inquiètude à avoir. Cela ne vient pas de sa part mais de la mienne. Il y a bien des choses que votre père vous a cachés, à vous et vos soeurs. Je suppose que vous en savez plus qu'il ne le croit. Vous trouverez peut-être vos réponses là-dedans. À vrai dire.....même moi je n'étais pas au courant de certains faits. Il cache assez bien son jeu. » Le silence refait surface. Ses pas semblent se diriger vers la sortie, main sur la poignée. Il daigne un dernier regard derrière lui. « Votre père est souffrant. Nous ne sommes qu'une poignée à connaître son état de santé. Il veut que personne ne le sache. De peur de perdre en crédibilité. »

« Pourquoi me céder l'information alors ? »
lâche-t-il aussitôt en contrepartie. Désireux d'avoir sa sympathie? D’appâter le poisson et espérer avoir un pincement au cœur?

« Tout simplement pour vous dire que le temps est probablement compté pour lui désormais. Un jour ou l'autre, il vous sera impossible de faire la paix avec vos démons intérieurs. Vous n'avez fait que fuir jusqu'à présent non ? Ne rêvez-vous pas de le confronter un jour plutôt ? De lui montrer jusqu'où vous êtes arrivés par vos propres moyens ? De lui dire toutes les choses que vous ressentez à son égard? » Il pouffe légèrement de rire en haussant les épaules « Pardonnez-moi. Je n'émets que des théories. Et mon rôle n'est pas de vous aiguiller sur les choix à faire. Je ne suis qu'un simple messager après tout. ». La porte s'ouvre sur la salle d'attente, quelques patients désormais siègent à l'intérieur. « Merci de m'avoir reçu en tout cas. Bonne journée Mr Yagami. J'espère sincèrement que vous ferez les bons choix. »

Un salut de tête et l'étranger disparut en un clin d'œil. Un instant de paix, de silence après cette conversation des plus bouleversante. Un bruit retentit. Sourd et audible. Des feuilles volent à travers le cabinet du pédiatre. De la colère. De la haine. De la peur. Un mélange d'émotion qu'il ne peut plus contenir en lui. Les dossiers valsent à travers la pièce, s'écrasant contre le mur dans un geste brusque et violent. Ses mains s'aplatissent sur le bois de son bureau avec fracas. Il fixe un point longuement, pensant à milles et une chose avant que son corps ne se redresse à l'entente d'un bruit au loin. La porte s'ouvre, dévoilant une jeune femme d'une dizaine d'année plus jeune que lui.

« Bonjour Mr Yagami.....Euh....Que s'est-il passé ici ? Un problème ? Un cambriolage ? Un client vous a agressé ?! »


Une main se glisse dans sa chevelure, soupirant fortement. Lassé et déjà éreinté de cette journée noire. Il pouffe de rire cependant à la remarque, affichant un air plus doux et agréable sur son visage.

« Réellement ? Ce sont vos suppositions ? Vous me ferez toujours rire. J'ai juste fait tomber ces dossiers importants. Ne prenez pas la peine de les ramasser. Je vais m'en occuper. Préparez-vous plutôt pour l'ouverture. La journée risque d'être longue... »


--


La nuit est finalement tombée bien vite ce jour-là. Iori s'est enfermé dans le bureau de sa résidence, scrutant longuement les tas de dossiers reçus récemment. Il met de côté rapidement ceux concernant la multinationale et tout ce qu'il l'entoure. Il n'a guère l'envie de plonger son esprit dans ceci pour l'instant. Il s'y mettrait probablement lorsqu'il sera en contact avec sa petite sœur en chair et en os. Sa soif de connaissance se porte plutôt sur le dossier concernant sa vie....Que contient-il comme informations ? Au fur et à mesure des pages, son esprit replonge dans ses souvenirs les plus lointains. Bon comme mauvais...

Iori Yagami n'est qu'un nom d'emprunt parmi tant d'autres que l'homme aurait pu arborer sur sa carte d'identité. Sa famille. Son histoire. Son vécu. Son passé. Rien n'est réel hormis les huit dernières années. Toute sa vie ne se résume qu'à une panoplie de mensonges finement élaborés dans l'intention de se fondre dans la masse japonaise sans aucun soucis. Une nouvelle identité défaite de ses attaches du passé, de cette existence qu'il renie de porter tout le long de sa vie. Andersen. Vous n'avez jamais entendu ce nom de votre vie ? Comment dire sans vous offenser.....Soit vous êtes un étranger....soit vous ne vous intéressez décidément point à l'économie en Europe ou l'électronique. Depuis des générations, cette famille ne cesse d'étendre leur part de marché dans le secteur de l'électronique. Téléphone. Télévision. Tablette. Ordinateur. Hologramme. Robotique. L'entreprise n'a fait qu'innover au cours des années pour se démarquer de la concurrence directe et de s'instaurer comme l'une des entreprises à la pointe de la technologie voire même l'une des références actuelles dans son domaine. Le marché est inondé de leur pièce ou gadget sans que la population y soit au courant forcément. Même dans les marques concurrentes.

Iori est né au sein de cette famille en tant que Lars Andersen. Père à la tête des opérations de ce groupe d'affaire. Mère avocate renommée travaillant au sein même de ce groupe. Une famille jouissant de sa renommée et de son succès, vivant non dans la demi-mesure mais dans l'excès le plus total. Gargantuesque palace. Villa de rêve pour les vacances. Chalet prestigieux à la montagne. Voiture de luxe. Rien n'est laissé au hasard pour montrer leur influence. Comment élever un enfant dans ses conditions dès lors ? D'aussi loin qu'il se souvient, l'enfant n'a jamais été le centre d'attention de ses géniteurs. Bien trop occupé à perpétuer l'avenir de leur carrière professionnelle, de bâtir un empire. Les moments d'affections et d'attentions n'étaient utilisés que pour alimenter la presse et faire bonne impression dans l'entourage. Toujours paraître comme une famille des plus idéales qui soit aux yeux du monde alors que les deux parents n'étaient même pas là s'occuper de leur unique enfant !

Je l'ai toujours su au fond de moi. Ma naissance n'avait que pour unique but de continuer la lignée de notre famille. Plus il y aurait d'enfants, plus il y aurait de chance de voir le travail de toute une vie se poursuivre pendant plusieurs générations en léguant tous les secrets et ficelles du métier.

Aucun geste doux. Aucune parole rassurante. Ils n'ont jamais agi en tant que parents après tout. Tout ce qui retournait de l'affectif a été laissé à ses nourrices tout simplement. Il ne s'en est jamais plaint ouvertement à vrai dire. L'éducation est probablement la chose la plus importante sur laquelle la famille a misé. Le bambin a intégré un petit établissement privé et huppé. Au bout de plusieurs mois, les parents furent convoqués dans le bureau du principal sans savoir le sujet qu'ils allaient aborder. La discussion tourna longuement autour de l'enfant, de son éducation, de sa relation, de ce qu'il faisait chez eux. Et puis on leur annonça la nouvelle : Iori semblait avoir des facultés plus développées que la moyenne à son âge. Ils ne comprirent guère sur l'instant que leur progéniture était une sorte de petit surdoué. Il leur avait toujours paru « normal » à leur yeux et n'avaient jamais fait attention à ses petites pertes d'intérêts ou sa soif de connaissance.

Ils n'ont donc point hésité un seul instant à débaucher la tutrice la plus compétente et qualifiée qui soit à coup de liasses de billets pour cultiver la connaissance de l'enfant à domicile. Chaque journée était minutieusement préparée, calculée à la minute près pour que sa journée d'apprentissage soit optimale. Cours de langue étrangère en bas âge, activité ludique, sortie éducative, apprentissage sur le terrain. Tous les moyens étaient bons pour développer ses facultés tout au long de sa croissance. On lui apprit aussi à développer son sens critique, à bien étudier le monde. Faire ses propres choix même si ses parents ne semblaient pas dans cette optique. Iori sembla lier son instinct maternel envers cette femme avec tout ce temps qu'ils partageaient ensemble.

Après tout... Elle avait tellement plus de conditions requises pour être reconnu à ce juste titre contrairement à d'autres...

Les jours, mois, années s'écoulèrent dans la famille Andersen sans qu'il n'y ait réellement de pépin à l'horizon. La famille continua de s'agrandir d'années en années pour le plus grand bonheur du petit garçon ! Devenir grand-frère lui sembla une étape des plus agréables qui soit même si leur relation était contenue la majeure partie de la journée, chacun vacant à leur apprentissage. L'enfant commença à recevoir des cours particuliers d'économie, de marketing, de gestion en plus de tout le cursus scolaire minimal. Toujours dans le même but d'en faire un probable parfait héritier. On le plaça aussi bien vite dans un établissement privé adapté à ses besoins. Son enfance fut confinée entre les murs de son palace, l'école et les sorties officielles en famille. Prisonnier de sa cage dorée, sa vie ne ressemblait guère aux contes de fées qu'il avait pu lire durant son temps libre.

L'adolescence pointa le bout de son nez à une vitesse fulgurante sans qu'un changement majeur n'intervienne dans sa vie. Et vous savez ce qui arrive à un adolescent lorsqu'on le prive de liberté et d'intimité ? Il explose tout simplement. Le garçon n'avait pas échappé à la règle de la crise avec toutes les conséquences et conneries que cela engendre. Tous les caprices de ses parents avaient été exécutés sans la moindre contradiction durant ses longues années, que ce soit au sein même de leur demeure ou des projets de vies. L'avait-il voulut cette école prestigieuse d'économie ? Aucunement ! Il semblait enchaîné, formaté, automatisé, robotisé. Impossible de s'exprimer, de s'évader, de rêver. L'instinct de rébellion commença à germer au sein de son être. Aucune volonté. Aucune obéissance. La moindre petite ouverture était utilisée pour chambouler les routines habituelles de vie. La pression était forte. Trop forte pour que son corps la contienne. Était-ce ce qu'il voulait de sa vie ? Que son futur soit tout tracé ? Lui demandait-on son avis?! Jamais! Une boule commença à se former au creux de son ventre, le rongeant jour après jour, physiquement comme mentalement. Cela ne pouvait plus durer. Il ne pouvait plus supporter tous ces sacrifices et ces espoirs. Et lorsqu'il fut le temps où on fit des remarques sur son comportement, l'ado laissa exploser tous ses sentiments confus d'un seul coup. Ses mots furent des plus limpides et compréhensible. Un appel à l'aide. Qu'on lui rende sa liberté. Qu'on lui laisse faire sa vie. Qu'on lui laisse décider de son futur! Qu'on le laisse respirer en paix! Ce fut l'unique fois où il se sentit réellement écouté par ses géniteurs. La conversation dura un long moment entre ces trois personnes, expliquant chacun son tour leur vision des choses jusqu'à ce qu'un semblant d'accord soit trouvé. Iori se souvient encore du pacte conclut avec ce diable.

« Écoute Lars. Faisons comme suit. Tu prends le temps de réfléchir à ton futur jusqu'à la fin de ce cursus. Je te laisse libre de choisir ensuite les études de ton choix lorsque tu sembleras avoir trouvé ta voie....Mais ! » l'intonation sur ce simple mot lui glaça le sang. « Mais si tu échoues la moindre matière ou que tes notes ne sont que moyennes, tu retournes à la case départ. Compris ? » Le père attendit un simple geste de sa progéniture alors qu'il l'observait avec ce regard dur, comme s'il testait sa motivation. « Oh et bien sûr. Tu restes un Andersen. Tu n'es pas exempté de tes devoirs envers la famille compris ? Si ta mère et moi avons besoin de toi, tu devras répondre présent. »

L'homme se pensait presque libre à cette époque et d'avoir sa vie ainsi que son futur en main en rendant quelques services à la famille. Le garçon se sentait enfin capable d'avoir une vie des plus normales une fois qu'il fut levé de toute cette préparation barbare ! Les cours préparatoires furent remplacés bien vite par des activités extra-scolaires diverses et variées. Soif de découverte et de choses qu'on lui avait toujours refusés. Il savait malheureusement que l'expérience serait potentiellement faussée de part son nom et la renommée. Il s'en fichait éperdument tant que cette sensation d'espoir et de bonheur restait ancrée dans son cœur.

Idiot ! Je n'étais qu'un sombre idiot d'avoir pensé cela ! Pourquoi je lui ai fait confiance ?! Pourquoi j'ai cru en leur soudaine bonté ?! Je me hais tout comme je le hais ! Comment ais-je pu faire une chose pareille?! Pactiser avec le diable ! ......Je désirais tellement cette sensation nouvelle de liberté....D'inconnu....de bonheur....Ces choses qui m'étaient presque interdites..... Se laisser porter par le courant de ses émotions à la place de son mental....

17 ans. Obtention de son diplôme d'économie en secondaire. L'heure du choix fatidique. Tout son avenir se jouait à partir de cette simple décision. Évidemment, son père essaya habillement tant bien que mal de le conseiller dans son choix, de le ramener dans un domaine proche de son empire.  Ce fut avec un regard des plus confiants qui soit qu'il plongea son regard bleuté dans le sien.

« Université d'Helsinki. J'ai déjà fait mes recherches. C'est l'une des meilleures universités de recherches en Europe ainsi que la meilleure dans notre pays. Les programmes sont aussi en relations avec d'autres grandes universités comme Oxford et Cambridge. Cela pourrait être intéressant d'ailleurs pour moi d'étudier à l'étranger. »
L'adolescent continue d'énumérer les avantages et inconvénients de ce choix en particulier. « Et j'ai décidé de faire médecine. Je ne sais pas encore quelle spécialisation cependant. Il y a tellement de sujets intéressants que je ne sais pas faire mon choix sans avoir baigné dans la matière et sur le terrain. » Il continua le débat en étant totalement confiant de son argumentation et de la matière. Dans son regard, on pouvait même lire une certaine pointe de dévotion et d'apaisement. Aucune lueur de doute à l'horizon. Aucun point faible exploitable. Il semblait bien impossible de le déloger de la route qu'il voulait se tracer malgré la difficulté de la chose. L'université n'était pas bien loin de la demeure familiale, une heure de route à peine. Cependant, le jeune homme avait ce besoin d'évasion, de tranquillité et de paix. De ne plus être surveillé comme un enfant à chaque fait et geste. Il mit effectivement sur la table la négociation un petit appartement universitaire des plus simples qui soit. Il pensait pouvoir souffler désormais qu'il avait son « chez lui » pour les semaines d'études.


Erreur. Grave erreur. Je le savais qu'il ne me lâcherait pas...qu'il continuerait à manigancer dans l'ombre.....qu'il préparerait un piège quelque part.....Pourtant....quelque part au fond de moi...J'espérais que ce soit le cas....Qu'il ait un peu d'estime et d'amour pour sa famille.....Qu'il ait simplement un peu d'humanité pour me laisser faire ma vie dans mon coin....J'ai préféré jouer l'aveugle et l'innocence même....Suis-je encore autant faible et vulnérable pour avoir céder à ses caprices ?.....

S'investir dans des études est une chose déjà compliquée en soit. Mais lorsqu'on doit gérer un statut et une notoriété en plus, cela devient rapidement un calvaire. Lars se vit contraindre une fois de plus à courber l'échine face aux exigences de ses géniteurs s'il voulait encore croire en son rêve. Son apparition était requise évidemment pour paraître comme la plus unie des familles lors des sorties familiales tout comme dans les grands événements de la société. Le rythme de sa présence requise augmenta au fil du temps tout comme son utilité. On lui demanda pour la première fois de s'intéresser à des hôtes bien précis, principalement les enfants de partenaires commerciaux, politiques&mafieux, petit comme grand. Comme s'il s'agissait d'un test de situation grandeur nature pour sa futur probable profession. Avoir le contact facile avec les gens et les gérer. Lars pouvait le faire et supporter cette situation même s'il détestait réellement ce genre de personnes. Extravagante. Imbu de leur réussite et statut.

.. S'il n'y avait eu que ça....De faire la décoration devant la presse...De jouer un rôle....C'est devenu totalement ingérable....Le chaos total... Plus. Toujours plus. Où allait-il donc s'arrêter ? Qu'était-il prêt à faire pour accomplir son but ? De me briser entièrement ?

Il était devenu un simple pantin répondant aux ordres de son père. Un outil à sa disposition. Il était pris au piège. Le simple refus lui coûterait probablement la fin de ses études. Devoir se lier d'amitié avec d'autres jeunes de la même stature, être charmant avec les jeunes demoiselles voir flirter avec quelques-unes. Il n'y a pas de mot pour décrire les choses infâmes qu'on lui faisait faire pour amasser des contrats ou être bien vu. Une partie de ses relations personnelles lui tourna le dos petit à petit, comme si une certaine barrière se dressait désormais entre lui et eux. Il comprit doucement qu'on lui fit payer l'insoumission face à son géniteur. L'homme avait clairement décidé de lui mettre des bâtons dans les roues au fil de ses années d'études dans l'espoir que Lars craque un jour ou l'autre au fil des années. Sa vie devint un véritable enfer tant sur le devant de la scène que chez lui finalement.


... Et puis elle est arrivée....Lorsque je commençais à faiblir...à céder face à ses manigances... cette lueur d'espoir... cette bouffée d'air tant espérée... Je ne veux pas revivre ça... cette période là de ma vie... C'est trop douloureux...

Iori fixe longuement les lignes de cette page. Un air mélancolique sur le visage. Sa dentition s'écrasant sur sa lèvre inférieure. Des larmes se nichant juste devant son regard, prêtes à se laisser tomber sur sa peau sans retenue. L'homme se sent meurtri qu'on lui fasse revivre tout cela. Le dos de sa main s'écrase contre son œil pour y chasser l'eau avant de finalement sauter la lecture de plusieurs années de sa vie pour éviter de souffrir inutilement.

Neuvième année de médecine. Troisième année de spécialisation dans la branche « pédiatrie ». La vie de Lars était toujours au même stade de galère. À se couper en quatre pour ses cours, son mémoire, les événements commerciaux et.... sa copine. Une année de relation sentimentale aux yeux des paparazzis et du monde entier alors qu'il n'existe aucune forme d'amour réelle dans ce couple. Comment le pouvait-il ? Elle était ce qu'il déteste plus que tout. Riche. Indécente. Provocante. Immature. Casse-couille. Une sale idée venue encore de son géniteur. Le paraître comme d'habitude. Il n'avait pas hésité à jeter son fils dans la fosse aux lions sans même savoir ce qu'il désirait. L'étudiant en médecine voyait de nouveau son avenir s'échapper devant ses yeux de plus en plus. Cadenassé dans sa cage dorée jusqu'au restant de sa vie. Lars ne supportait que très peu cette situation où sa patience était mise à rude épreuve. L'étudiant avait choisi comme solution de secours de continuer la majorité de ses études à l'étranger lors d'échange Erasmus et autre à travers le monde. Angleterre. U.S.A. Le Japon fut aussi sur sa liste d'aventure malgré leur politique migratoire extrême. Il voulait réellement s'imprégner de diverses expériences et de cultures. Malheureusement pour lui, cela ne le fit guère échapper à l'emprise de la famille Andersen ni à celle de sa moitié qui prenait un malin plaisir à le suivre n'importe où comme la belle peste qu'elle était. Quelques mois plus tard, leur fiançailles faisait les gros titres des journaux comme des sites de presses. Un avenir radieux leur était promis aux yeux de tous alors que l'enfer ne faisait que les attendre sagement.

Mes cours... Mes responsabilités... Ses manigances.... Infâme... Pourquoi suis-je né au sein de cette famille ? Pourquoi m'a-t-il choisit moi à cette époque au lieu de mes sœurs ? Pour mon intelligence ? Ma clairvoyance ?.... Je ne comprendrais jamais ses actes.... Je ne comprendrais jamais cette manie de vouloir contrôler la vie des autres dans chaque moindres faits et gestes....

28 ans. Diplôme de pédiatre acquis avec mention très bien. Les conditions de son marché avec son père avaient été remplies jusqu'ici sans le moindre accro pendant son parcours scolaire, sans avoir négligé toutes ses demandes même les plus invraisemblables qui soit. Le temps était venu de faire désormais ce qu'il voulait de sa vie. Le pédiatre entra en service à l'hôpital d'Helsinki à la fin de l'été après quelques semaines de repos bien mérités. Il restait un Andersen malheureusement aux yeux de tous. Devait-il encore paraître au lieu d'être vrai ?  Devait-il continuer à jouer le fiancé parfait et vivre avec cette femme odieuse ? Après plusieurs mois, il ne put se résoudre à garder cela tout secret, à jouer la comédie. Le temps de la confrontation pure et dure était venu. Et l'accueil tout comme la réaction fut des plus démotivante qui soit.

Faux. J'avais tout faux Pourquoi tiendrait-il parole cette fois-ci ? J'ai été stupide de croire en lui... En tant que parent....En tant qu'être humain... Ce n'est qu'un monstre sans âme, sans limite...

Bien qu'il ait accompli son objectif, le cœur de Lars souffrait d'une trop grande douleur, profonde et pénible. Il n'était que malheureux dans sa vie, dans sa peau. Il le cria corps et âme à son père. « Je n'aurais jamais voulu naître dans cette famille ! ». Un poids qu'il gardait depuis trop longtemps ancré dans sa chair, dans son sang. Cette haine. Cette rancœur. Autant dire que la discussion ne fut pas des plus agréables qui soit. Il ressortit de la demeure encore plus démoralisé qu'auparavant. Déception totale.


Je n'aurais eu jamais de vie là-bas. Jamais avec son emprise et son nom. Il fallait que je le fasse! Ce choix horrible que j'ai pris! Ces gens que j'ai lâchement abandonné! Je n'avais pas d'autres solutions ! Désolé...Je suis désolé tout le monde......J'aurais tellement voulu faire autrement....

Automne 2104. La jeune femme qui partagea la vie de Lars depuis de nombreuses mois se retrouva bien seule dans leur résidence. Aucun son. Aucun bruit. Aucun changement. Tout sembla habituel pour la jeune femme. Les heures défilèrent lentement alors qu'elle vaqua à ses occupations sans voir son futur époux passer le pas de la porte. Elle s'était dit qu'il était probablement encore retenu sur son lieu de travail pour une urgence quelconque. Une confiance presque aveugle alors qu'ils se chamaillaient presque h24. Elle continua à attendre plus longuement avant que l'ennui ne s'invite dans son être. Elle ne put se retenir de l'appeler pour avoir des nouvelles, entendre sa voix. C'est son répondeur qui l'attendit en fin de compte. Elle insista plusieurs fois avant d'appeler directement son lieu de travail. Personne ne sembla l'avoir vu depuis un petit moment. La panique gagna rapidement la jeune femme en se rendant compte qu'elle n'avait que peu connaissance des habitudes de son fiancé en dehors de leur routine habituelle sous leur toit. Son dernier espoir fut les parents du jeune homme mais comme elle, ils n'avaient aucune connaissance de son emploi du temps ni de son emplacement. Aucun message. Aucune nouvelle. Ce soir là, Lars Andersen disparut complètement de leur vie sans le moindre mot, sans le moindre indice. Les moindres faits et gestes de cet homme semblent encore bien flou et sans presque aucune trace hormis son passage sur son lieu de travail...

Le souffle de Iori s'écrase lourdement sur les pages qu'ils contemplent désormais. Il n'aurait jamais cru que celle-ci contiennent autant d'informations ni ce genre de précision de sa vie passée. Les traits de son visage sont plus légers cependant et ses lèvres dévoilent un fin sourire d'apaisement voire victorieux. Le reste des informations semblent assez évasives par la suite. Le plan qu'il avait imaginé à cette époque de sa vie pour s'offrir sa liberté semblait avoir porté ses fruits pour retenir assez longtemps la découverte du pot-au-rose. Le seul facteur qu'il a oublié de prendre en compte fut la détermination de sa famille à le retrouver, qu'importe le prix, les efforts et le temps que cela mettrait. Une simple erreur qui le met désormais dans l'embarras. Tous ses efforts presque réduit à néant. Il secoue la tête à cette simple pensée. Il ne peut pas penser telle chose. Définitivement pas lorsqu'il pose son regard sur la prunelle de ses yeux. Cette petite fille d'à peine quelques années qui dort confortablement dans son petit lit. Les plus belles choses de sa vie sont arrivés ici, dans ce nouveau pays qui l'a accueillit les bras ouverts.


Lars Andersen cessa d'exister tout simplement lorsqu'il prit la fuite pour devenir au fur et à mesure Iori Yagami. Nouveaux papiers. Nouvelles identités. Nouvelle nationalité. Nouveaux logements. Se cacher. Se terrer. Disparaître de la surface du monde. Il est assez facile d'obtenir tout ça lorsqu'on y met le prix. L'un des pêchés originels de l'humanité. La quête d'une richesse sans fin. Il abusait de cette faiblesse avec autrui en usant de l'argent "sale" de son géniteur. L'homme savait lors de sa fuite que tout ceci n'arrêterait pas ses poursuivants de le ramener au sein même de sa famille par la force s'il le fallait. Les options devinrent bien plus limité d'un coup. Et il choisit la plus adéquate à sa situation : Le japon. Qui le trouverait de toute manière dans les milliers d'étrangers arrivant dans le pays du soleil-levant ? Sous une nouvelle identité ? Impossibilité de le ramener, greffé au territoire à cause de cette puce, troquant sa vie affective pour sa liberté et ses rêves. Iori réapprit à prendre goût à la vie et aux choses les plus simples qui soit. Il en a toujours rêvé de cette vie simple et banale. De se plonger corps et âme dans son boulot, d'avoir une réelle vie sociale et des divertissements. De quitter l'univers de riche pour n'être plus qu'un simple humain parmi tant d'autres.

Enfin presque. L'incontestable semblait l'avoir désigné gagnant au jackpot de la vie après à peine quelques mois de vie sur le territoire Nippon. Il se souvient bien encore de sa réaction lorsqu'il aperçu la première fois sa moitié dans leur nouvelle demeure. La couleur de sa chevelure inhabituelle. Sa taille. La fragrance de son parfum. L'accueil froid voir même glacial. Un caractère totalement opposé à celui de l'étranger. La cohabitation fut des plus difficiles au début entre les deux êtres jusqu'à ce que l'homme ne trouve un moyen pour passer outre cette barrière qu'elle mettait entre eux. C'est là qu'elle lui annonça la raison de son malaise. Elle attendait un enfant, d'un autre que lui. La nouvelle fut des plus dures à digérer à peine en quelques semaines de cohabitation. Et pourtant, il fit le premier pas, le premier geste, lança les premiers mots : « Garde-le ». Iori comprit depuis bien longtemps qu'une famille ne se résumait pas forcément à de simples liens de sang. C'était beaucoup plus que cela. L'arrivée de la petite Yukiko dans leur vie sembla être l'élément principal à la fondation de leur couple, de leur confiance mutuelle, à l'ouverture de l'un à l'autre. Au fur et à mesure du temps, les deux parents devinrent assez proche jusqu'à vivre une relation assez fusionnelle. L'incontestable semblait réellement lui avoir donné le bonheur dont il avait tellement rêvé pendant tant d'années désormais. Une vie paisible, un foyer à aimer et des amis à chérir. Tout pour faire le bonheur d'un homme.

Et puis arriva l'incident. L'inévitable drame qui détruit des rêves, qui emporta des vies. Les deux parents avaient laissés leur enfant avec la famille pour s'offrir un petit week-end en amoureux. Histoire de se retrouver, de s'apprécier un peu plus. Il était bien tard cette nuit et le temps fut des plus maussades qui soit, empêchant une bonne visibilité. Et soudain, un contact des plus brutal qui soit. Leur voiture fut emportée par le choc, s'adonnant à une dizaine de tonneaux des plus impressionnants qui soit pour finir sur le toit. Plus aucun mot. Plus aucun vrombissement. Plus aucun bruit. Le calme plat durant plusieurs secondes. Iori revint à lui bien assez vite, son corps le tiraillant de tous les côtés. Il s'en fichait éperdument. Il n'avait qu'un mot à sa bouche. Celui de son épouse. Malgré sa condition, il s'extirpa rapidement de la carcasse pour se précipiter au secours de sa femme comme tout bon médecin. Il comprit à cet instant pourquoi il n'aurait jamais pu se spécialiser en urgentiste ou chirurgien. Du sang sur ses mains. Sa voix continua à résonner fortement, essayant de la garder éveillée en attendant les secours, la suppliant de ne pas l'abandonner lui et leur petite fille. L'ambulance arriva rapidement sur les lieux pour prendre en charge les blessés. L'homme refusa d'abandonner sa femme malgré ses blessures. On leur prodigua les premiers soins jusqu'à les prendre en charge aux urgences. Le temps devint long. Trop long. Ce sentiment d'inutilité et désespoir resta ancré dans son être pendant qu'on s'occupait de ses blessures. Rien ne l'importa plus que d'avoir des nouvelles de sa moitié. Tout le personnel fut aux côtés du pédiatre pour le soutenir moralement et le tenir au courant du mieux qu'ils le pouvaient. Malheureusement, ce fut la mauvaise nouvelle qu'on vint lui annoncer après plusieurs heures d'attente. Son cœur se brisa à l'instant où les mots firent échos dans son cerveau. Veuf. Il était désormais veuf et son être emplit d'une tristesse des plus immenses...

Quelques gouttes d'eau salées s'échappent des orbites de l'homme à cette pensée bien douloureuse. Il ne pourra jamais l'oublier ni effacer cette partie de mélancolie qui l'habite désormais. La perte d'un être cher l'a totalement affecté. Difficulté de se reconstruire, de s'épanouir, de s'attacher à une autre femme. Sa petite fille est la seule chose qui ait maintenu son moral à flot. Son petit joyaux qu'il chérirait de tout son cœur. Seul le temps guérirait toutes ses douleurs et ses peines un jour ou l'autre probablement. En attendant, il choisit de vivre pleinement sa vie et d'embrasser chaque instant de bonheur comme il le peut...

--

11-12 Octobre 2109.Les éléments se sont déchaînes autour de l'archipel japonaise. Trois typhons pour le prix d'un. Toutes les sources possibles d'informations mettent en alerte la population de se préparer en conséquence pour les prochains jours. Rafales de vents, pluie torrentielle, inondation probable. À l'entente de ses nouvelles, Iori n'a pas voulu prendre le moindre risque. Annulation de ses consultations, de son devoir de pédiatre pour la journée à moins qu'une urgence inattendue ne survienne. Et encore. Arriverait-il à braver ce temps infernal, mettre sa vie en péril pour la vie d'autrui ? L'hésitation se lit aisément lorsqu'il porte son regard sur sa fille et sa petite sœur qui a désormais rejoint la contrée depuis peu. Protéger ceux qu'il aime ou des inconnus ? Un choix cornélien bien difficile. Toutes deux se collent contre le pédiatre, pétrifiées de peur face à la tempête qui sévit à l'extérieur. La terre se met désormais à trembler sous leur pied. La petite laisse échapper un cri dévoilant toute sa peur. Il les tient fermement contre sa personne, les protégeant de son corps du moindre élément pouvant leur tomber dessus. Il a du mal à y croire. Il pense se trouver dans un film apocalyptique dévoilant la fin de leur monde. Les éléments se déchaînent les uns après les autres. Le ciel, la terre et désormais la mer. L'eau déborde dans les rues de la ville, secouant le bâtiment tout entier. Les gens s'affolent tour à tour à l'extérieur comme à l'intérieur. Il peut entendre les pas s'agglutiner dans les cages d'escaliers. Il les rassure comme il peut, de faibles paroles, de simples caresses, un baiser sur la tempe. Les minutes semblent trop longues. Bien trop longues. L'homme s'extirpe finalement de leur abri de fortune pour s'approcher de la fenêtre qui a volé en éclat. Une main se porte à sa bouche lorsqu'il se rend compte de l'étendu des dégâts, de la violence des éléments. Un massacre. Une boucherie. Il bénit presque les dieux d'être resté chez lui, confiné du mieux qu'il pouvait avec ses proches. Des cris retentissent à travers la rue, à la recherche de ce qui peut être encore sauvé. Il fait demi tour vers la salle de bain, agrippe la trousse de secours et tout ce qui peut être utile avant de sortir à l'extérieur, confiant la protection de sa fille à sa benjamine. Il désire se rendre utile d'une manière ou d'une autre. Et quoi de plus utile qu'un médecin à l'heure actuelle?...

Les souvenirs de ce jour infernal sont encore bien trop présent dans son esprit comme dans ceux de beaucoup de japonais. Aucune perte à déplorer dans sa famille mais il en a vu trop. Beaucoup trop. Il espère du fin fond de son cœur que ce genre d'événement ne se reproduira plus et que sa vie regagnera un peu de sa tranquillité qu'il avait su saisir lorsqu'il arriva sur ces terres...
Olive Beigbeder
Messages postés : 259
Inscrit.e le : 12/04/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Le Litchi. :olé:
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
#JeSuisRouclette
#JeSuisRouclette
posté
le Sam 27 Jan - 23:27
par Olive Beigbeder
A beautiful lie et The kill dans une même fiche omg I finally found myself ▲ Iori Yagami  1353670443

Bon courage pour la suite hon !! I finally found myself ▲ Iori Yagami  231803046
Jessica Takahashi
Messages postés : 287
Inscrit.e le : 05/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Akirõ Takahashi ♥
Autre:
posté
le Sam 27 Jan - 23:27
par Jessica Takahashi
Welcome ♥️

Bon courage pour ta fiche !
Et sexy Masamume *-* ♥️
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Dim 28 Jan - 9:39
par Invité
Bienvenue ! I finally found myself ▲ Iori Yagami  3252016502
Bonne chance pour ta fiche ! :3

Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Dim 28 Jan - 13:54
par Invité
Heyah mister, bienvenue ! Puisque t'as pas encore fait ta fiche, je te souhaite une bonne rédac" et pis une bonne valid' en avance (c'est beau de rêver.)

En attendant, kiss kiss !
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Dim 28 Jan - 20:37
par Invité
Omg. Je bave sur ce vava.

Bienvenue !
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Dim 28 Jan - 21:15
par Invité
ARE YOU READY GUYS?
YEAAAH
I finally found myself ▲ Iori Yagami  1362171446
PUT YA GUNS ON
YEAAAAAH
I finally found myself ▲ Iori Yagami  1362171446
LET'S PAAAARTYYYY!!!
I finally found myself ▲ Iori Yagami  1984817200

ahem...pardon.

jetehaisd'avoirchoisicetava
♥️
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Dim 28 Jan - 21:33
par Invité
Mais je te connais toi I finally found myself ▲ Iori Yagami  460889352
Bienvenue Lars et bonne rédaction. T'as intérêt à nous surprendre, on en attend beaucoup de toi déjà I finally found myself ▲ Iori Yagami  2078551763
Chika Mazino
Messages postés : 159
Inscrit.e le : 22/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Akane Mazino
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Sam 3 Fév - 14:56
par Chika Mazino
MAIS ................. JE TE CONNAIS TOI :lolilol:
Vivement la rédaction de la fiche (ou du moins son postage au complet), ta validation et notre future rencontre inrp I finally found myself ▲ Iori Yagami  1353670443

& Rebienvenue d'ailleurs I finally found myself ▲ Iori Yagami  901032552

Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Dim 4 Fév - 12:51
par Invité
HOLA JEUNE TACOS DES BOIS ! I finally found myself ▲ Iori Yagami  2837704232
BIENVENUE !
Bon courage pour ta fiche I finally found myself ▲ Iori Yagami  2432113367 (#SexySexy)
Iori Yagami
Messages postés : 72
Inscrit.e le : 27/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Dim 4 Fév - 16:31
par Iori Yagami
Olive> On est fait pour s'entendre j'crois I finally found myself ▲ Iori Yagami  231803046 Merci! ♥️
Jess> Merci! Et effectivement. Sexy Date ** /pan/
Bracken> Merci pour l'encouragement I finally found myself ▲ Iori Yagami  2245374581
Iris> Fais attention de ne pas en mettre partout veux-tu? (Mais je te permets de baver quand même I finally found myself ▲ Iori Yagami  2245374581 )
Mizuki>
LEEEEEEEEEET'S PARTYYYYYYYY:
Moiaussijet'aime ♥
Aëvan> Meh! Me mets pas la pression toi! Enflure! I finally found myself ▲ Iori Yagami  4101062935 J'espère être à la hauteur de vos attentes et de vous fournir quelque chose de beau à lire I finally found myself ▲ Iori Yagami  3674552758
Chikita> Mais chut! ça devait être secret tout ça! I finally found myself ▲ Iori Yagami  3235891413 ça me fait chaud au coeur que tu l'attends autant. Merci I finally found myself ▲ Iori Yagami  3252016502
Nokomis> C'quoi ce surnom encore?! I finally found myself ▲ Iori Yagami  237288656 Merci vilaine! I finally found myself ▲ Iori Yagami  1359171

Petit up pour dire que l'histoire est postée, corrigée et édité comme il faut et que le physique aussi vient d'être fini. Il me reste le mental désormais I finally found myself ▲ Iori Yagami  3617929405
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Lun 5 Fév - 13:26
par Invité

Asami:
*bave* *yeux qui brillent* *coeur qui palpite*

moi: si je traduis, ça veut dire qu'elle est comme une adolescente qui vient de prendre la foudre dans la tronche, avec plein d'étoiles dans les yeux en voyant ton vava. J'admets que j'aime beaucoup le personnage. Du vava et de ta présentation.

Courage pour le reste de ta fiche ;)

Iori Yagami
Messages postés : 72
Inscrit.e le : 27/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Lun 5 Fév - 19:33
par Iori Yagami
Oh! Je ne m'attendais pas à un tel commentaire comme ça d'un coup! I finally found myself ▲ Iori Yagami  2906255395 Tu viens de faire ma journée à toi toute seule! Je suis hyper mega content si l'histoire du personnage te plait! J'ai eu peur que ce soit indigérable I finally found myself ▲ Iori Yagami  176812005  Merci beaucoup en tout cas et j'espère que le caractère te plaira aussi! I finally found myself ▲ Iori Yagami  1240547269

Pour le corps administratif. J'pensais pouvoir finir la fiche dans les délais mais j'crois que je viens de me choper un putin de virus qui me met totalement à plat en plus d'avoir le cerveau en compote (Et je vais quand même travailler si j'suis en "état". J'suis timbré. Dites-le >.>). Du coup, est-ce qu'il serait possible d'avoir un délais supplémentaire? Jusqu'au Weekend par exemple? Merci beaucoup d'avance >w<
Makoto Nanase
Messages postés : 4328
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Lun 5 Fév - 19:38
par Makoto Nanase
Délai accordé o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

I finally found myself ▲ Iori Yagami  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit I finally found myself ▲ Iori Yagami  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Ld7d
I finally found myself ▲ Iori Yagami  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Cn3Ckyx
I finally found myself ▲ Iori Yagami  1EPYLUw
I finally found myself ▲ Iori Yagami  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  YqECw0j
Iori Yagami
Messages postés : 72
Inscrit.e le : 27/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Ven 9 Fév - 18:36
par Iori Yagami
Merci l'éternel stagiaire I finally found myself ▲ Iori Yagami  3766924225
Petit message pour vous dire que ma fiche est complètement désormais (après avoir galérer sous la maladie I finally found myself ▲ Iori Yagami  529991590 ). J'espère que la lecture n'est pas trop assommante, qu'elle vous plaira et que j'ai pas laissé de grosses coquilles d’incohérence et de fautes impardonnables. I finally found myself ▲ Iori Yagami  231803046
Kaori Vanzine
Messages postés : 2874
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Ven 9 Fév - 20:37
par Kaori Vanzine
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥️

Introduction
Re-bienvenue sur le forum !

Sache que j'te hais déjà avant même d'avoir faire l'analyse de ta fiche ♥️

Histoire

♠️ étrangé
♠️ qui vous chercher
♠️ vous avez décider
♠️ les ténèbres de sa vie resurgirai
♠️ son géniteur semble lui a réservé
♠️ que s'en est troublant.
♠️ qu'un nom d'emprunt parmi tant d'autre
♠️ de mensonges finement élaboré
♠️ sans vous offensez
♠️ Il ne s'en est jamais plain
♠️ Ils leur avaient toujours paru => Iori est plusieurs personnes en fait ? °°
♠️ Cours de langue étranger => langue étrangère
♠️ On lui appris
♠️ qu'ils avaient pu => Il ne lisait pas tout seul ?
♠️ écouter par ses géniteurs
♠️ avoir trouvé ta voix => voie
♠️ Comment ait-je => ai-je
♠️ même s'ils détestaient réellement ce genre de personnes
♠️ qu'on lui fit payé
♠️ qu'ils ne chamaillent
♠️ avant que l'ennuie
♠️ se rendit compte => se rendant compte qu'elle [...]
♠️ greffer au territoire à cause de cette puce
♠️ De se plonger corps et âme dans son bouton => C'est une expression ou c'est juste une faute de mot ?
♠️ Celle de son épouse.
♠️ pétrifier de peur => pétrifiées
♠️ chez lui confiner du mieux qu'il pouvait
♠️ Les souvenirs de ce jour infernal sont encore bien trop présentes

Caractère

♠️ cela ne fait point parti => partie
♠️ à tord ou à raison => Tort. "Tord" c'est le verbe tordre.
♠️ une pièce maîtresse sur lequel => laquelle
♠️ C'est quelqu'un sur lequel => "sur qui" ça passe mieux
♠️ de patrimoines régionales et nationales => régionaux et nationaux
♠️ tout ce qui procurer => Manque un mot ou juste trompé d'accord ?

Validé !

Physique

♠️ Celui qui défit => défie
♠️ Ce n'est pas pour autant qu'il déplaît pour autant. => Y a répétition, c'est normal ? x)
♠️ Doux, fin et lisse => C'est la chevelure qui l'est donc j'te laisse mettre au féminin
♠️ l'archipel Nippone
♠️ L'accident de voiture et le cataclysme n'a aucunement épargnés

Validé !

Conclusion
Quelques fautes, souvent d'inattention, je t'ai relevé celles qui me tapaient le plus dans l'oeil. Sinon j'aime toujours autant ta façon d'écrire. La preuve étant que les 8km de texte sont devenus tout petit. Je pensais la faire durant le week-end et voilà c'est déjà fait, j'me suis encore faite avoir I finally found myself ▲ Iori Yagami  1534650057 Et c'est quoi ce père indigne avec son fils ?! Il va devenir mon punching-ball I finally found myself ▲ Iori Yagami  1534650057 Bref j'te laisse quand même corriger ces petites fautes et ça devrait être bon !


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3
Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥️

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

En ce moment je suis au ralenti
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Iori Yagami
Messages postés : 72
Inscrit.e le : 27/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Ven 9 Fév - 21:32
par Iori Yagami
OH. MON. DIEU. J'AI HONTE. TELLEMENT HONTE DE MES FAUTES. I finally found myself ▲ Iori Yagami  501520050
Les corrections demandées ont été faites ainsi que d'autres coquilles éventuelles lors du survol.
Kaori Vanzine
Messages postés : 2874
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Ven 9 Fév - 22:08
par Kaori Vanzine
C'est bon pour moi !

Pré-validation par Kaori
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

En ce moment je suis au ralenti
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Makoto Nanase
Messages postés : 4328
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Ven 9 Fév - 23:37
par Makoto Nanase
I finally found myself ▲ Iori Yagami  1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥️
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥️

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

I finally found myself ▲ Iori Yagami  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit I finally found myself ▲ Iori Yagami  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Ld7d
I finally found myself ▲ Iori Yagami  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Cn3Ckyx
I finally found myself ▲ Iori Yagami  1EPYLUw
I finally found myself ▲ Iori Yagami  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
I finally found myself ▲ Iori Yagami  YqECw0j
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Jeu 22 Mar - 0:34
par Invité
OMG.... The guardians of the galaxy!!!
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierI finally found myself ▲ Iori Yagami  50-50-2Earth WolfI finally found myself ▲ Iori Yagami  50x50-56504f9 I finally found myself ▲ Iori Yagami  SvinI finally found myself ▲ Iori Yagami  3zm1 I finally found myself ▲ Iori Yagami  5yh3I finally found myself ▲ Iori Yagami  Opol0Q6I finally found myself ▲ Iori Yagami  FHZzEDvI finally found myself ▲ Iori Yagami  7Uxn8zPI finally found myself ▲ Iori Yagami  494ZUS0I finally found myself ▲ Iori Yagami  1553711497-50-50FTM 50x500I finally found myself ▲ Iori Yagami  B50x50I finally found myself ▲ Iori Yagami  1553722908-no-50x50I finally found myself ▲ Iori Yagami  Tdj2I finally found myself ▲ Iori Yagami  Logo_510I finally found myself ▲ Iori Yagami  190412122437274038 I finally found myself ▲ Iori Yagami  RXqdRpDI finally found myself ▲ Iori Yagami  Logo5010I finally found myself ▲ Iori Yagami  VBL1j1M I finally found myself ▲ Iori Yagami  1559228694-50x50I finally found myself ▲ Iori Yagami  Qlaa I finally found myself ▲ Iori Yagami  IcoSC5050 I finally found myself ▲ Iori Yagami  Bouton10 I finally found myself ▲ Iori Yagami  Bouton15