Hiyori Matsui
Messages postés : 335
Inscrit.e le : 10/04/2017
posté
le Mer 18 Avr - 12:18
par Hiyori Matsui
Hiyori Setsuda
Ce monde est imparfait mais c'est pour ça qu'il est intéressant d'y vivre.

Généralités
Nom ;; Setsuda
Prénoms ;; Hiyori
Âge ;; Bientôt 31 ans, née le 15 juin 2079
Genre ;; Féminin
Origines ;;  Japonaise
Activité ;; Gérante d’une agence de sécurité/gardes du corps. Auparavant, elle réalisait elle-même quelques missions, aujourd’hui c’est plus compliqué.
Sexualité ;; Hétéroseuxelle
Avatar ;; Raine de l’artiste Heizui sur Deviantart
Règlement ;;
Chemin ;; Reboot
Commentaire ;; Elle me manquait ♥️
Histoire
Au bord de la rivière Shakuji, dans l’arrondissement de Nerima, se trouvent plusieurs immeubles alignés. L’un d’eux a la particularité d’avoir été peint dans une couleur orange un peu criarde, mais qui ne détonne finalement pas tant que ça avec le reste du voisinage. La porte d’entrée est sécurisée à l’aide d’un digicode et d’un interphone, et possède un sas où sont posées les boîtes aux lettres de tous les habitants de l’immeuble. C’est au quatrième étage qu’il faut monter pour rejoindre l’appartement qui nous intéresse. Sur le paillasson se trouve une barre de chargement indiquant que l’occupant des lieux va bientôt arriver. En poussant la porte et en entrant dans le logement, une étrange odeur nous assaille, mélange de lait pasteurisé et de vanille. Nous nous retrouvons dans un petit couloir où se trouve un meuble recouvert d’une pile de courrier, d’un vide-poche et d’un grand miroir. Un porte-manteau se trouve là également, perdu sous les divers vêtements d'extérieur et vestes en cuir. Un holster est visible, vide de son arme.

Quand elle était enfant, Hiyori rêvait de devenir vétérinaire, institutrice, éboueuse, vendeuse et même astronaute. Rien ne la prédisposait à se tourner vers la sécurité et la protection rapprochée. Certains diront que son adolescence quelque peu mouvementée l’ont inconsciemment poussée à se tourner vers les forces de l’ordre. C’est ainsi qu’à l’âge de vingt ans, après avoir repassé son diplôme de fin d’études, elle se décide à entrer à l’école de police. Elle est studieuse et semble être un bon élément aux yeux de ses professeurs. Néanmoins, au bout de quelques mois seulement, elle abandonne l’école sous prétexte que ce milieu trop stricte et juste ne lui convient pas. C’est vers une école privée formant à la sécurité qu’elle se tourne. A la fin de sa formation de deux mois, elle se fait embaucher par une agence. Quelques mois plus tard, elle obtient un permis de port d’arme et commence à aller passer ses nerfs au stand de tir. Quatre ans plus tard, ne se sentant plus à sa place dans l’entreprise qui l’emploie, elle commence à suivre une formation de gestion et finit par démissionner pour ouvrir sa propre société de sécurité.

La première porte à gauche mène à la cuisine. Celle-ci n’a pas été rangée. L’évier déborde de vaisselle, notamment d’une demi-douzaine de biberons sales, deux autres sèchent dans l’égouttoir à côté. Une casserole vide se trouve sur la plaque de cuisson, accueillant des restes de ramens. En quittant la pièce, on passe une autre porte, à gauche une autre mène à une première chambre. Celle-ci est plutôt grande et accueille deux berceaux, un de chaque côté de la pièce. Dans chacun dort un bambin. Les jumeaux semblent avoir six mois tout au plus. Le reste de la chambre disparaît sous les vêtements de bébés, propres ou non, et les jouets.

Quand elle apprend qu’elle est enceinte, Hiyori n’a pas tout de suite envie d’y croire. Il lui est impensable d’avoir pu faire une erreur aussi bête. Pourtant, les faits sont bien là. La jeune femme doit, très vite, faire face à la réalité de sa situation. Elle ignore qui est le père de l’enfant. Cela pourrait très bien être son meilleur ami comme l’homme qu’elle a rencontré un soir il y a un mois au stand de tir. Elle n’en a aucune certitude, mais souhaite se persuader que le père est le cubain. Elle ne le lui parle pas de ses doutes, ne souhaitant pas lui faire avoir de faux espoirs. Elle apprend très vite qu’elle n’attend pas un, mais deux enfants. Sa grossesse se passe bien. Elle est bien entourée, que ce soit de ses pères, son frère ou même de son ami. Ils la chouchoutent et la gâtent, peut-être un peu trop parfois. Elle continue de travailler autant qu’elle le peut, mais ne part plus elle-même en mission, se contentant du travail de bureau. Tout se passe très bien, jusqu’au 12 octobre 2109.

En retournant dans le couloir, une autre porte mène à une salle de bain typiquement japonaise avec une baignoire et une douche se trouvant à côté. Une petite baignoire en plastique est posée contre le mur et plusieurs jouets pour enfants sont posés sur le bord du bac. Un meuble haut accueille les multiples serviettes de bain, produits de beauté et bijoux de la jeune femme. Deux attirent particulièrement l’œil. Le premier est un pendentif représentant un corbeau et le second une bague imitant les serres de l’oiseau. Elle y tient beaucoup.

La première fois qu’elle rencontre Alejandro, Hiyori l’envoie promener, ne souhaitant pas faire face à la pitié du jeune homme. C’est à l’hôpital, alors qu’elle y est depuis déjà trois jours, qu’il s’attache à elle et persiste à venir la voir plusieurs fois par semaine. Quand elle se rend compte qu’elle attend chacune de ses visites avec impatience, la jeune femme de dix-neuf ans comprend qu’elle ne le laissera plus partir. C’est une relation amicale qui s’installe entre eux, sincère et profonde. Deux meilleurs amis qui aiment passer du temps ensemble et partager les mêmes choses. Mais un accident les coupe dans leur élan. Alejandro refuse de voir son amie et il finit par quitter Tokyo. Hiyori lui en veut, énormément, et tente de vivre avec son absence comme elle peut, se plongeant dans son nouveau travail. Ce n’est qu’un an et demi plus tard qu’il revient enfin. Ils se disputent, se réconcilient et leur relation prend un nouveau tournant suite à une soirée un peu trop alcoolisée. D’amis ils passent à une relation plus intime sans pour autant se mettre en couple, jusqu’à ce que le jeune homme se retrouve marié pendant quelques mois. Par la suite, il reste à ses côtés tout le long de sa grossesse, sans qu’elle ne lui fasse jamais part de ses doutes sur sa possible paternité.

En quittant la salle de bain, l’avant-dernière porte du couloir mène à une seconde chambre, plus petite que la première, comprenant un lit double, une table de nuit et une armoire entrouverte. Le lit n’a pas été fait et la moitié de la couette traîne sur le sol, les volets ont été ouverts et laissent entrer la lumière chaude du soleil, laissant apercevoir les particules de poussière voler dans l’air. Sur un mur se trouve une petite étagère sur laquelle sont posés deux objets. Le premier est une boule à neige représentant les montagnes d’Ecosse et le second est une petite bague en plastique avec Iko le petit ours, un personnage de dessin animé assez connu.

Quand elle était petite fille, Hiyori adorait regarder le dessin animé d’Iko le petit ourson. Alors quand son père lui offre la bague magique du héros, elle n’en est que plus heureuse. Elle prend très vite l’habitude de prononcer la formule magique «Tête dressée et truffe au vent ! » du petit ours, quand ses parents se disputent violemment devant elle. Sa mère, elle, lui montre sa boule à neige, offerte par son propre père quand elle était jeune. Il aimait l’Ecosse et ses paysages magnifiques, et lui avait donné envie de s’y rendre un jour à son tour. Elle lui raconte les histoires de voyage de son grand-père, le soir, avant de s’endormir. Hiyori aime écouter la voix de sa maman, elle l’apaise et l’enveloppe de douceur. Jusqu’au jour où, sous la colère et par un début de légitime défense, Fuyuko Itakachi tue son époux d’une demi-douzaine de coups de ciseaux devant les yeux de sa fille. Elle est jugée et incarcérée pour meurtre non-prémédité quelques temps après alors que la petite est placée en foyer par manque de proches à qui la confier. La jeune mère est retrouvée morte dans sa cellule quelques mois après le début de sa peine. Au même moment, la fillette est adoptée par le couple Shota et Kaito Setsuda, deux hommes ayant reçu l’ordre d’avoir un enfant.

Le reste de la chambre, en dehors du bazar, reste assez soft. Des tons beige et blanc, des coussins moelleux et un matelas qui donne envie de se blottir sous la couette. Dans l’armoire quelque peu en désordre aussi – mais qui ne l’a pas toujours été – se trouvent principalement des jeans sombres et des t-shirts. La jeune femme préfère être à l’aise pour le travail et ne met quasiment jamais de robes. Sur un côté néanmoins, on peut apercevoir ses anciens vêtements de grossesses en plus des quelques joggings qu’elle porte à la maison. Sur la porte intérieure de l’armoire se trouve plusieurs photos collées en un pêle-mêle fait main. L’une d’elle représente Hiyori, adolescente, avec deux jeunes filles du même âge.

Elle n’est pas une adolescente facile, loin de là. Dès son entrée au collège, la jeune fille est victime de brimades de la part de ses camarades qui s’amusent à la traiter de sorcière, sous prétexte que ses longs cheveux noirs et ses grands yeux bleu leur font peur. Elle ne comprend pas pourquoi ils s’acharnent sur elle sans raison valable, mais elle a honte de se laisser faire de la sorte. Les paroles d’enfants sont parfois cruelles. Elle n’ose plus rentrer chez elle à cause de ses vêtements déchirés et du feutre sur ses bras, de peur de se faire gronder. Petit à petit, elle commence à traîner dehors de plus en plus tard, elle reste sur un banc dans un parc, s’assoit sur les marches d’un escalier ou au bord de la rivière. C’est comme ça qu’elle rencontre ses deux seules véritables amies de l'époque. Toutes les deux font parties d’un groupe de jeunes plus âgés, une petite bande de voyous qui traîne dans le quartier et commet des petits larcins. Ils la prennent sous leur aile et lui apprennent à se défendre, à frapper quand on l’embête, à faire peur et à faire du mal. Elle n’écoute plus en cours, se défend contre les brimades et ses parents sont convoqués plusieurs fois à l’école. Elle se fait punir plusieurs fois, mais elle n’en a que faire. Elle se met à voler, fumer et boire. Hiyori ne rentre presque plus chez elle, préférant passer le plus clair de son temps avec ces gens qu’elle appelle « ses amis », et rentre dans un cercle vicieux dont elle ne parvient plus à sortir, et dont elle ne veut pas sortir. C’est lors de sa dernière année de lycée, peu de temps avant l’examen final, que la jeune fille est prise à partie par d’autres jeunes qui se mettent à la frapper en réponse à une querelle de voyous. Ça aurait pu s’arrêter là si Jinta, son frère, ne s’en était pas mêlé. Quand elle le voit arriver, Hiyori blêmit. Les autres le prennent pour son petit ami et s’en prennent à lui également, le passant à tabac sous ses yeux. Deux côtes cassées et des hématomes sur tout le corps lui valent deux semaines d’hôpital et sa sœur aînée s’en veut, culpabilisant à un point inimaginable. Son frère si pacifique s’est retrouvé au sein d’un conflit qui n’était pas le sien. Souhaitant le venger, elle fait l’erreur d’aller faire face à ceux qui lui ont fait ça. Néanmoins, ça tourne de nouveau mal, et cette fois, c’est elle qui se retrouve à l’hôpital, une jambe cassée et une entaille lui traversant le dos suite à un coup de couteau.

La dernière pièce de l’appartement est également la plus grande. Un salon-salle à manger de plusieurs mètres carrés où toute la vie des habitants s’y fait sentir. La table pouvant accueillir au moins six personnes semble être le seul meuble encore bien rangé. Au milieu de la pièce, un parc pour bébé accueille plusieurs jouets divers. Un peu plus loin, contre le mur, un autel où brûle la fin d’un bâton d’encens. Deux cadres sont posés dessus, chacun d’un côté. Sur le premier, un homme approchant la soixantaine, les cheveux clairs et le visage paisible. Sur le second, un jeune homme d’à peine trente ans, le visage souriant et amical. Père et fils.

Huit jours après le tsunami qui a ravagé Tokyo, Hiyori est encore à l’hôpital, le portable à portée de main. Son père, Kaito, est de nouveau de sortie, à la recherche de son mari et de son fils. L’angoisse la ronge en plus de la douleur qui parcourt son corps. Où sont-ils ? Comment vont-ils ? Quand son téléphone vibre et qu’elle voit la photo de son père s’afficher, la jeune femme répond et ce qu’elle apprend la plonge dans une tristesse qu’elle n’avait encore jamais ressenti jusqu’à ce jour. Son père, Shota, a été retrouvé mort sous les décombres d’un immeuble. Cinq jours plus tard, c’est le corps de son petit frère, Jinta, qui est retrouvé. Ce dernier s’est noyé dans le métro alors que la vague traversait la ville. Deux pertes qui anéantissent Hiyori et son père. A cause de la forte influence dans les temples et les crématoriums, ils ne peuvent être incinérés tout de suite. Il faut attendre qu’Hiyori retrouve un minimum de forces pour quitter la ville et ramener Shota et Jinta dans la ville de naissance du premier, à l’est du pays.

Le reste de la pièce est composée d’un grand canapé d’angle et d’une table basse en bois. Entre les deux, la locataire des lieux s’est assoupie sur la seconde, enveloppée dans un grand plaid beige. Sa respiration est tranquille, apaisée. A côté d’elle, un baby-phone grésille doucement. Inconsciemment, elle resserre les pans du plaid autour d’elle. C’est son frère qui le lui a offert il y a déjà quelques années, lors d’un hiver où elle se plaignait du froid alors que le chauffage était en panne dans son ancien appartement.

Les Setsuda ont adopté Jinta deux ans après Hiyori. De trois ans son cadet, elle n’a pas tout de suite compris pourquoi ses nouveaux parents avaient besoin d’un autre enfant. Dans un premier temps, elle n’a pas voulu de lui et le mutisme, dont elle avait été prise au moment de sa propre adoption, est revenu pendant quelques jours, en signe de protestation à cette arrivée. Âgés de huit et cinq ans, les deux enfants ont dû apprendre à s’apprivoiser sous les yeux attentionnés de leurs deux papas. Ces derniers, d’abord inquiets qu’ils ne s’entendent pas, voient leurs craintes s’envoler le jour où ils rentrent de l’école couverts de boue parce qu’ils se sont battus avec d’autres camarades qui se moquaient du petit garçon. Hiyori a souhaité défendre son petit frère et la bagarre a eu lieu. A partir de ce jour, ils deviennent inséparables et en grandissant, la jeune fille voit en son frère le calme et la douceur qui s’échappent d’elle au fur et à mesure des années de collège et de lycée. Il est le seul à qui elle parvient à parler quand ça ne va vraiment pas et qui peut l’approcher sans qu’elle ne se braque. C’est sa propre culpabilité qui la fait s’éloigner de lui après ce fameux jour où il se retrouve à l’hôpital par sa faute, mais une longue discussion entre eux parvient à les rapprocher de nouveau. Sa mort est un réel choc pour elle qui a encore du mal à s’en remettre aujourd’hui.

Le ronronnement du frigo se fait légèrement entendre jusque dans le salon. Hiyori doit penser à appeler le réparateur quand elle pourra. C’est d’ailleurs ce qui est écrit sur l’agenda ouvert devant elle, parmi une multitude d’autres petites choses à faire. Ça va de la petite liste de courses à des petites choses ordinaires comme fermer la porte à clé ou activer le réveil avant de se coucher. A côté de l’agenda sont posées trois boites de médicaments différents.

Lorsque le séisme réveille Tokyo dans la nuit du 11 au 12 octobre 2109, Hiyori, elle, est réveillée par le plafond qui s’écroule sur son lit et à moitié sur elle. Elle reprend partiellement conscience alors que le brancard sur lequel elle est allongée roule à travers les couloirs de l’hôpital. Le sang s’écoule d’une importante entaille sur son crâne, la douleur est assourdissante à chaque respiration et sa main se crispe sur son ventre rond de sept mois. Ce sont ses voisins du dessus qui l’ont trouvée là avant d’appeler les secours en urgence. Le traumatisme est important et il faut tout faire pour la garder en vie, que ce soit pour elle ou ses enfants à naître. Ils parviennent à la maintenir consciente. Néanmoins, alors que la vague ravage les rues de Tokyo, l’accouchement est déclenché en urgence. Une hémorragie menace sa vie et celle de ses enfants. Une césarienne est effectuée et les nourrissons sont mis en couveuse. Ils survivent, tout comme leur mère, qui se retrouve avec deux côtes fêlées et une profonde blessure au crâne. Néanmoins, ce n’est que quelques semaines, voire mois, plus tard que des séquelles cognitives lui sont détectées, se manifestant principalement par des troubles de la mémoire immédiate. Elle est mise sous traitement à vie.

Le grésillement du baby-phone se fait plus fort et bientôt des babillements se font entendre alors que les jumeaux commencent à se réveiller. L’un d’eux se met bientôt à pleurer et Hiyori se réveille en sursaut sur la table, légèrement désorientée. Son regard balaye la pièce avant qu’elle ne réalise que la raison de son réveil n’est autre que ce petit engin de malheur qui l’appelle. Ses doigts se referment sur l’appareil dont elle baisse le volume. Épuisée, elle se passe les mains sur le visage avant de ramener ses cheveux en arrière. Un coup d’œil sur son portable lui indique qu’elle a réussi à grappiller une petite vingtaine de minutes de sommeil. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est toujours ça de pris. Devoir s’occuper de deux enfants de six mois en plus des nombreuses heures de boulot qu’elle doit faire pour maintenir sa propre société à flots n’est pas tous les jours facile. Mais la jeune femme tient bon, parce qu’elle n’a pas le choix et qu’elle doit avancer, que ce soit avec ce nouvel handicap ou ce deuil qu’elle doit encore parvenir à faire. Après avoir pris une grande inspiration, elle se lève et part s’occuper de Kiseki et Ame qui se sont lancés dans un nouveau concert de pleurs.

Caractère
Ma sœur n’a pas toujours eu le caractère qu’elle a aujourd’hui. Lorsque nous étions enfants, elle était même plutôt joyeuse, à rire de tout et s’amuser d’un rien. Je me souviens d’elle comme une jeune fille souriante et agréable. C’est à partir du collège qu’elle a changé. Les brimades qu’elle a vécues, sans aucune réelle raison, l’ont abîmée. Mais je pense que ce n’était que la goutte d’eau qui a fait déborder un vase déjà bien trop rempli. Voir sa mère tuer son père est un traumatisme qui laisse forcément des traces. Je me souviens de ses nombreux cauchemars et de nos parents qui accourraient pour la réconforter. Il m’arrivait également de me glisser dans son lit pour la rassurer. Nous étions très proches mais cela ne l’a pas empêché de me cacher beaucoup de choses sur ses relations. Elle a appris à se défendre auprès de plus grands qu’elle, cela l’a renforcé mais l’a également rendue plutôt taciturne et il est assez rare de la voir sourire quand on ne la connait pas. Cachée derrière une carapace solide, il est dur de l’atteindre et elle s’attache rarement aux gens. Elle a tendance à garder un masque dur et impassible.

Mais elle n’est pas que cela. Hiyori a ce côté fleur bleue et sensible qu’elle préfère cacher aux autres. Dans l’intimité, quand elle parvient à se laisser aller, elle est douce et tendre. Alejandro pourra d’ailleurs confirmer ce fait. Sa relation avec ce dernier est très importante pour elle. Le jour où son meilleur ami – et plus – s’est retrouvé marié, elle a compris qu’elle avait plus de sentiments pour lui qu’elle ne le pensait au départ. Mais elle a toujours préféré les garder pour elle, pour ne pas le faire souffrir et pour se préserver d’une relation vouée à l’échec. En effet, elle sait que l’Incontestable s’en mêlera à un moment ou un autre, donc elle refuse de se lancer dans une relation amoureuse. Son avis sur le système est partagé. Elle a vu ses parents biologiques se déchirer mais nos parents adoptifs s’aimer plus que tout. Toutefois, comme elle se doute qu’elle se retrouvera mariée un jour ou l’autre, elle profite de la vie à fond. Très libérée, elle assume entièrement sa sexualité et elle ne compte plus les aventures d’un soir qu’elle a pu avoir, même si depuis le début de sa grossesse cela s’est largement calmé, et davantage depuis la naissance de ses enfants.

Depuis le séisme qui a failli lui couter la vie et qui lui a fait perdre une partie de ses fonctions cognitives. En effet, le traumatisme crânien important qu’elle a subi a déclenché de multiples troubles qui forment un handicap invisible. Lenteur mentale, troubles de l’attention et de la concentration, elle a également des difficultés à faire plusieurs choses à la fois et possède des troubles des fonctions exécutives, cela altère ses capacités de planifications, d’organisation, de raisonnement et de jugement). Mais le principal trouble auquel elle doit faire face est les troubles de la mémoire antérograde. Cela signifie qu’elle n’a rien oublié de sa vie, mais que sa capacité d’apprentissage des nouvelles informations est altérée. Il lui arrive d’oublier des petites choses comme fermer la porte à clé, éteindre les lumières ou la plaque électrique. Elle a donc pris l’habitude de noter sur un agenda toutes ces petites choses qu’elle ne doit pas oublier. Pour pallier tout cela, ma sœur a été mise sous traitement médical à vie, ce qui lui permet de vivre normalement la plupart du temps.

Mais Hiyori nie la réalité et son handicap. Depuis qu’il lui a été diagnostiqué, elle se sent frustrée et diminuée. Alors elle déteste qu’on lui en parle et préfère dire que tout va bien, qu’elle n’oublie rien. Elle cache son besoin de devoir tout noter pour ne pas paraître faible aux yeux des autres. Néanmoins, même si elle tente de faire comme si de rien n’était, son handicap trouve toujours un moyen pour se rappeler à elle, de quelque façon que ce soit. Cela n’a en rien arrangé son côté impulsif. Bien avant tout cela, Hiyori était déjà quelqu’un de colérique qui s’emportait à la moindre contrariété. Mais aujourd’hui, c’est encore pire. Si elle se rend compte qu’elle a oublié une chose importante, ou qu’on lui rappelle qu’elle n’est plus ce qu’elle était, elle s’emportera encore plus rapidement au point d’en pleurer de colère et de frustration. Même si elle a moins le temps qu’avant, elle essaye tout de même de se rendre régulièrement au stand de tir pour se défouler et passer sa colère. Si elle sent qu’elle n’a pas toutes ses capacités pour le faire, elle préférera s’enfermer dans la salle de bain pour prendre soin d’elle.

Le tsunami a eu un effet impactant sur son caractère, c'est évident. Mais il lui a également enlevé deux personnes qu’elle aimait profondément. Hiyori ne parvient pas à faire le deuil de notre père ni le mien. Tous les jours, elle s’installe devant l’autel installé dans son salon pour prier pour nous. Ça me fait mal au cœur de la voir aussi triste à chaque fois. J’aimerais qu’elle puisse avancer sans regarder le passé, mais cela lui est encore douloureux. Elle prend régulièrement des nouvelles de notre autre père, qui doit faire face à une solitude dont il n’a plus l’habitude. Elle l’accueille souvent chez elle pour qu’il puisse avoir de la compagnie. Notre famille a toujours été importante pour elle, mais encore plus aujourd’hui. Son côté maternel s’est réveillé avec beaucoup de force et elle s’est révélée être une vraie maman lionne. Néanmoins, sa grossesse et les jumeaux l’ont également rendue plus vulnérable et elle est devenue plus prompte à accepter l’aide d’autrui, même si cela lui donne l’impression de ne pas être capable de se débrouiller seule. Sa fierté en prend souvent un coup.

Elle sait qu’un jour, elle devra prendre sur elle et rechercher le père de ses enfants.

Physique
Frôlant le mètre soixante-cinq, Hiyori est considérée comme grande au Japon. Depuis sa grossesse, elle a dû dire au revoir à sa silhouette fine pour adopter quelques rondeurs au niveau des hanches et du ventre. Elle tente de se remettre à l’activité physique pour se remuscler, mais c’est plus facile à dire qu’à faire lorsque l’on a un boulot à temps plein et deux enfants de moins d’un an. Sa poitrine reste ni trop petite ni trop imposante, ce qui lui convient très bien. Malheureusement pour elle, elle a dû assumer le fait de devoir garder quelques vergetures sur le ventre et les seins, comme toute maman qui se respecte – toutes les crèmes qu’elle peut y mettre n’y changent absolument rien.

D’apparence, elle semble un peu froide, mais surtout fatiguée. Son visage est tiré par les cernes dues au manque de sommeil évident. Ses traits restent fins et doux. Ses yeux d’un bleu outremer, légèrement en amande, observent ce qui l’entoure avec une intensité parfois déconcertante. Son nez est fin et rond, et surplombe une bouche aux lèvres pulpeuses et boudeuses. En effet, Hiyori ne sourit pas beaucoup, ce qui donne cette impression qu’elle est toujours en colère ou triste – ce qui est peut-être le cas dans le fond. En général, elle garde un air impassible qui rend difficile de savoir ce qu’elle pense. Ses longues mèches brunes encadrent son visage. Ses cheveux sont coupés en un joli dégradé et lui tombent jusque dans le milieu du dos. Elle préfère les garder détachés mais se sent obligée de les nouer en queue de cheval quand elle doit s’occuper de ses enfants qui adorent mettre les doigts dedans et tirer dessus (#vismaviedemaman).

Sa peau blanche typiquement japonaise est parsemée de quelques cicatrices dues à ses années passées dans les rues à se battre contre des voyous. Néanmoins, elle en possède trois plus importantes. La première se trouve dans son dos, partant de l’omoplate droite à son flanc gauche, résultat d’un coup de couteau reçu suite à un passage à tabac. La seconde est celle qu’elle a récoltée lors de sa césarienne sur le bas de son ventre et la dernière, cachée sous ses cheveux, n’est autre que le résultat du séisme qui a ébranlé le Japon avant le tsunami.

Du côté de ses vêtements, Hiyori reste plutôt sobre. Elle privilégie les jeans et les t-shirts et ne porte que très rarement des jupes ou des robes. Elle possède également quelques vestes en cuir. Néanmoins, lorsqu’elle est chez elle, elle aime porter de simples joggings pour être à l’aise et elle a dû faire le deuil de ses jolies nuisettes qu’elle portait avant d’être mère. Pour finir, elle possède une plaque en métal autour du cou que ses pères lui ont offert lors de sa première année à l’école de police, et un bracelet représentant des feuilles entrelacées, cadeau de son petit frère pour ses vingt-cinq ans.
Teare B. Jefferson
Messages postés : 467
Inscrit.e le : 21/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : fuck la police. ❤︎
Autre: ava : len-yan, deviantart
posté
le Mer 18 Avr - 12:22
par Teare B. Jefferson
❤️
Beloved Flores
Messages postés : 502
Inscrit.e le : 30/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mer 18 Avr - 12:24
par Beloved Flores
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Kyaaaa10

Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1451543918 REBIENVENUE Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1451543918
Shôji Mikami
Messages postés : 196
Inscrit.e le : 06/04/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Daiki ♥
Autre:

★
posté
le Mer 18 Avr - 16:45
par Shôji Mikami
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 3766924225

REBIENVENUUUUUUE ♥️
*Yuu's so happy* ;w;
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mer 18 Avr - 16:52
par Invité
Bon reboot toiiiii ! Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 2432113367 ♥️
Alejandro Torres
Messages postés : 201
Inscrit.e le : 02/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire
Autre:
♪Ţaste ℒike ℌeaven♫
posté
le Mer 18 Avr - 17:00
par Alejandro Torres
Hey! Bats les pattes! C'mon petit corbeau à mwa! è.é
*se fraye un chemin à travers la foule et vient protéger la jeune femme*
A MWA!



Revienvenu parmi nous ♥️ Hâte de lire les modifications que t'as apporté à la demoiselle ♥️
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 768
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Mer 18 Avr - 20:39
par Satoshi Totsuzen
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1140568699

Bon retour Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 610295811

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Hiyori Matsui
Messages postés : 335
Inscrit.e le : 10/04/2017
posté
le Ven 20 Avr - 14:07
par Hiyori Matsui
Lev > ♥️

Beloved > Cette pomme me fait peur, vraiment Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 3766924225

Yuu > Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 3473897349

Ariel > Merci Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 2432113367

Alejandro >  Gniiiii !! ♥️ *câline très fort* Je t'avais dit qu'elle reviendrait Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 4115966937

Sato > Merci Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1353670443

Et j'ai terminé ma fiche Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 2432113367
Kaori Vanzine
Messages postés : 2974
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Ven 20 Avr - 15:43
par Kaori Vanzine
Bon reboot et voilà ton cadeau de bienvenue !


Pré-validation par Kaori
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Makoto Nanase
Messages postés : 4547
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Ven 20 Avr - 15:51
par Makoto Nanase
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 901032552

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥️
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥️

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Ld7d
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Cn3Ckyx
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1EPYLUw
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 50-50-2Earth WolfHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 50x50-56504f9 Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie SvinHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 3zm1 Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Opol0Q6Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie FHZzEDvHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 7Uxn8zPHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 494ZUS0Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1553711497-50-50FTM 50x500Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie B50x50Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1553722908-no-50x50Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 59e4Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Logo_510Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 190412122437274038 Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie RXqdRpDHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Logo5010Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie VBL1j1M Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1559228694-50x50Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Qlaa Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie IcoSC5050 Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Bouton10 Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Bouton15 Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 1498954954-bouton-50 Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Hiyori ♦ Le Miracle de la Pluie DezgHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie 179wRemainsofhellHiyori ♦ Le Miracle de la Pluie LsuvxJW