Ophélia D. Natsume
Messages postés : 146
Inscrit.e le : 03/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Matteo Natsume - Ma gueule d'ange ♥
Autre: Thanks Natsume-bro pour le kit over sexy. Love.
Reine De La Nuit ♕
posté
le Mar 3 Juil - 12:07
par Ophélia D. Natsume
Ophélia D. O'Donnell
"Aimes moi, en secret entre l'ombre et le coeur."

Généralités
Nom ;; O'Donnell
Prénoms ;; Ophélia Delilah
Âge ;; Née le 21 Avril 2084 - 26 ans
Genre ;; Féminin
Origines ;; Irlandaise par son père et Ukrainienne par sa mère
Activité ;; Danseuse de charme - Strip Teaseuse mais pas catin !
Sexualité ;; Hétérosexuelle - Mais apprécie de temps en temps quelques caresses féminines
Avatar ;;  Mitsuru Kirijo | Personna 3 & 4
Règlement ;;
Chemin ;; Un petit DC sur ce joli forum, j'ai envie de tester un personnage foncièrement différent du premier ! Un petit flocon de neige tout doux : 3
Commentaire ;; Toujours aussi agréable de jouer ici !
Where is love ? - Histoire



Broken Familly

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Byu3
Dady ~ I hate you
Cormac O'Donnell
Héritier du puissant clan Irlandais O'Donnell originaire de la région de Dublin, il se retrouva à 34 ans à la tête du grand empire pharmaceutique qu'avait créé son grand père des années au par avant. Empire riche et désormais corrompu, Cormac n'a pas échappé à la règle et dirige son entreprise - l'usine pharmaceutique  O'Donnell Corp Corspe - avec une main de fer comme le demande les traditions ancestrales. C'est peut être le manque d'amour et de tendresse évident dont fut victime Cormac qui le rendit aussi froid , distant et même dédaigneux vis à vis de sa famille. Tout était écrit, prévu d'avance, il n'a été que le jouet de ses origines . Frustré , peut être, ne savant aucunement ce qu'aurait pu être l'affection, la fierté d'être le père de deux enfants. Il n'a fait que vivre loin de tous, vivre dans son travail et le mépris, le mépris d'une fille légitime un peu trop bête à son goût et qui héritera de son empire à contre cœur. Puis vint la honte d'une fille qui n'aurait jamais du exister. Il ne lui a jamais dit, mais au fond de lui il aime profondément Ophélia, certainement par ce  qu'elle représente ce désir avide de liberté, de changement qu'il n'a su satisfaire. Cependant ce n'est pas le cas au sujet de sa première fille Nora qui se vautre dans leur richesse, bête et méchante, pensant que tout lui est dû et qui, il en est persuadé finira par causer la perte de leur entreprise familiale. Triste vie, triste destin dont il ne sût aller à contre courant. Froid, distant, dur, peut être aurait-il dû montrer un peu plus d'amour pour en recevoir à son tour ? Il est une figure terrible pour Ophélia, à la fois son père dont elle aurait tant aimé recevoir de l'amour, le rendre fier, l'aimer à corps perdu et à la fois cet homme sévère, terrible, lui rappelant constamment qu'elle n'a rien à faire dans leur famille. A tel point qu'elle décida de fuir, de le provoquer afin de peut être un jour recevoir une marque d'affection de sa part, un regard, un mot de son père.

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] J2pv
Mummy - I'm sorry I don't love you
Elisabeth O'Donnell née Devonshire
Victime elle aussi du poids de la noblesse, de son rang et surtout de la décadence progressive d'une famille, elle fut mariée à cet homme froid et distant afin de sauver la fortune familiale. Richesse, titre, bienveillance de l'empire, ils n'ont que ces mots-là à la bouche.
Le temps détruisit petit à petit ses illusions de jeune fille, de femme qu'elle noya dans la débauche et l'alcool comme la grande majorité des gens de son rang, l'argent est fait pour être dépenser et si on peut le faire de manière outrageuse tant mieux. La seule chose qui lui procurait un minimum de bonheur, lorsqu'elle redevenait une femme responsable et que la tristesse n'avait pas envahi son cœur, est sa fille chérie : Nora. Cependant, malgré le peu de tendresse et d'amour qu'elle tentait tant bien que mal de transmettre à sa fille, elle ne fut ni ce que l'on aurait pu appeler une bonne mère ou une marâtre pour Nora. Quant à Ophélia ce fut une relation conflictuelle dès son enfance, rappelant sans cesse à la petite fille qu'elle n'avait rien à faire dans leur manoir. Reflétant l'adultère de son époux dont elle ne reçut que très peu d'amour, Elisabeth a toujours haït la petite fille, mettant en avant Nora, rabaissant Ophélia qui s'avérait avoir toutes les qualités que son idiote de fille n'avait pas : beauté et charme ne faisant qu'accentuer leur haine. Ophélia ne comprit pas ce rejet durant toute son enfance jusqu'à ce jour où, lors d'une dispute habituelle entre le couple O’Donnell, elle apprit ses origines... Le jour où sa vie prit un tout autre sens.

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 3uw6
Magdalena Andropov - Where are you ?
La mère biologique de d'Ophélia, elle avait fuit la misère de la campagne Ukrainienne en espérant trouver autre chose, le bonheur, la liberté, la réussite. Encore quelqu'un dont les rêves furent étouffés cruellement. Le seul moyen qu'elle eut trouvé pour gagner sa vie fut d'être danseuse de charme dans un club privé à Dublin, quel meilleur métier pour une femme aux formes aussi généreuses que Magdalena ? Après tout, la beauté et le charme était son seul moyen d'arriver à quelque chose dans la vie. Elle était magnifique, son corps parfait, ce visage cristallin, Ophélia ressemble vraiment beaucoup à cette femme qu'elle n'a jamais connu.
Tout n'étais pas rose, mais elle s'était habituée à cette vie de femme de la nuit. Jusqu'au jour où elle croisa Cormac O'Donell, un homme puissant et riche qui versa une somme généreuse afin d'accéder à la chambre de la belle. Ce n'était pas coutume du club mais tout à un prix, dit-on. Au début il n'était qu'un client comme un autre mais durant une longue période il vint souvent la visiter, lui murmurer des rêves aux creux des oreilles afin d'obtenir toute sa docilité, toute sa grâce rien que pour lui... Avait-elle été idiote d'y avoir cru en un avenir meilleur ? Elle lui avait tout offert, son corps, son cœur, jusqu'à ce qu'il disparaisse, la laissant là avec ses rêves, ses désillusions et son ventre plein.

Ophélia le sait, elle est le fruit de la tristesse, de la solitude et du désespoir d'êtres n'ayant jamais trouvé leur véritable place dans ce monde. Lorsqu'elle apprit la vérité, la nymphe alla se planter devant le club de strip tease qui avait été l'origine de son existence. Mais encore lâche, elle n'osa pas y entrer et demander à voir Magdalena - si tant est qu'elle soit encore dans cet établissement -  ayant trop peur. Ne sachant quoi penser, quoi ressentir de l'abandon de cette mère qui semblait si démunie. Un regret, une blessure que la jeune femme porte en elle chaque jour.

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Ucl0
Nora Dana O'Donnell - I know that I'm better than you
Sa grande sœur, sa très chère grande sœur... Nora ! Son ennemie, sa rivale, l'origine de son attitude hautaine, peste, de la flamme de défit dans son cœur. Nora son idiote de sœur, jalouse et vénale future héritière du clan, chouchoutée par sa mère, reniée par son père. Quelle famille triste et étrange, dénuée d'amour où tout le monde semble souffrir du même mal. Que dire sur Nora ? Mis à part qu'elle n'a jamais voulu tenir son rôle de grande sœur, n'ayant jamais protégé Ophélia, dénonçant les bêtises de la petite à Cormac espérant qu'elle aussi reçoive des coups de martinet mais en vain, Nora le savait : Ophélia était la fille que son père aurait voulu qu'elle soit. Pas très douée pour les leçons de danse ou de littérature et encore moins d'économie, moins gracieuse, moins belle que sa petite sœur arrivée un soir d'orage. Tout avait été réuni pour qu'elles se détestent. Ainsi les relations entre les deux sœurs furent difficiles, entre chamaillerie, bagarre, crises de jalousies, dédains et coup bas. Vous pouvez imaginer à quel point celle-ci fut heureuse d'apprendre le départ de la belle Ophélia loin de leur Irlande, loin de leur manoir familial qui à présent n'appartient qu'à elle. Une épine au pied enfin retiré, la voilà donc maintenant seule profitant aisément de la fortune de papa qu'elle déteste tout autant. Ophélia n’en a plus rien à faire d’elle et espère ne plus jamais avoir affaire à elle. Elle qui aurait pu être son seul soutien dans cette famille si laide.


" Maybe I can become a butterfly."

Il devait être dans les alentours de 23h lorsqu'une femme, enroulée dans une longue cape sombre, vînt frapper à la porte de la résidence O'Donnell, souffrante les mains crispées sur son ventre gonflé. Cela faisait neuf mois que Cormac - réveillé en sursaut par les domestiques affolés - n'avait pas contemplé ce visage aux traits si agréables. Ce visage atrocement tordu par la douleur des contractions annonçant la venue de cet enfant adultérin. Magdalena avait longuement réfléchit au sujet de la garde de l'enfant qu'elle allait mettre au monde, son enfant, ce petit être qui avait grandi dans son ventre. Elle ne l'avait pas désiré, elle n'avait rien demandé et surtout pas un enfant mais elle lui avait parlé au fil des mois en caressant la bosse que formait son ventre tendu. Elle avait appris à l'aimer, cet enfant était une partie d'elle-même. Elle aurait aimé le garder. Mais la vie n'est pas si facile et comment aurait-elle pu gérer son travail et l'éducation de cet enfant ? Une stripteaseuse, une prostituée comme mère ? Quelle enfance aurait-elle pu donner à cette vie innocente ? Et puis si elle avait pu rester au cabaret durant sa grossesse c'était uniquement grâce à son pouvoir, ce contrôle irrémédiable sur les hommes, elle était la meilleure gagneuse alors elle retournerait au travail une fois le soucis de l'enfant réglé. Alors qu'allait-elle en faire ? Il n'y avait qu'une solution espérer que ce menteur, ce grand homme d'affaire qui lui avait promis monts et merveilles assume sa faute, assume son inconscience. Le riche industriel Cormac O'Donnell offrirait la vie qu'elle n'avait jamais eu à son enfant. Celui qui l'avait engendré était un homme puissant, faisant parti de ce halo de lumière resplendissant au-dessus de cette ville croupissante. C'était une évidence, son bébé aurait une vie plus heureuse au sein de cette famille. Et lorsque les premières contractions se firent sentir elle se dirigea vers la demeure O'Donnell. Ainsi devait se passer les choses, elle n'avait pas le choix.

Elle venait de perdre les eaux lorsqu'on la fit enfin entrer et qu'on l'installa dans une chambre de bonnes : évidemment, cet enfant n'était pas légitime, elle devait accoucher dans le secret. La demeure s'était afféré, sous les ordres du maître de maison, autour de la jeune femme qui peinait à donner la vie. Mis à part les quelques domestiques permanents , Cormac et sa petite fille, il n'y avait personne dans la maison. Sa femme était certainement en train de se traîner dans le lit d'un autre ou en train de boire jusqu'à tout oublier mais cela il n'en avait cure : il n'y avait jamais eu d'amour entre eux, seulement le respect qu'imposait leur situation. Il n'appela pas de médecin, cette naissance ne devait pas se savoir, du moins officiellement l'enfant qui naîtrait serait le fruit d'Elisabeth et de l'héritier O'Donnell. Tous garderont le silence sous peine d'être puni - et être puni par Cormac n'avait jamais été quelque chose de recommandé, vraiment ...- .

Quelques heures après l'arrivée de la belle, en plus du vacarme bourdonnant au sein de la résidence, des cris s'élevèrent et un sourire de satisfaction se dessina sur le visage du jeune homme alors qu'il attendait patiemment.

" Papa ... C'est quoi ce bruit ?! "

Nora était sortie de sa chambre, réveillée par l'animation ambiante, se frottant ses grands yeux verts et allant chercher un brin d'affection auprès de son père qui ne le prit pas dans ses bras - comme toujours - . Elle se contenta de le suivre jusqu'à la chambre où le nouveau né avait vu le jour. Cormac n'adressa ni sourire, ni aucune parole de réconfort à Magdalena qui donnait le sein. Seulement un regard, à la fois froid, maladroit et compatissant. Étrange personnage sans coeur qui pourtant venait d'accepter cet enfant illégitime dans sa demeure.

" Nora, ceci est ta petite soeur. Ta soeur dont tu devras prendre soin. C'est tout, tu peux disposer maintenant. Tu la verra demain. "

Ni caresse sur la tête, ni bise, la petite fille fut simplement reconduit vers sa chambre par une domestique.
Cormac resta figé au chevet de la belle qui avait perturbé sa nuit, observant avec attention l'enfant ... Son enfant en train de téter. On lui avait annoncé une fille, encore une fille lui qui aurait aimé avoir un fils pour hériter de la grande industrie pharmaceutique O'Donnell. Tant pis, de toute façon cet enfant ne représenterai rien, mis à part une erreur, mis à part le symbole de sa vie ratée, vide et froide.

" Je ... Je suppose que vous voulez quelque chose ? Je n'ai rien d'autre à offrir que mon argent si vous ..." – Il était gêné, cette situation était bien embarrassante, des amantes, des concubines bien sûr qu’il en avait eu autant qu’il l’avait souhaité, mais jamais aucune d’entre elles n’étaient venues lui apporter un aussi lourd présent. Et puis avec Magda c'était différent... Peut être l'avait-il un peu aimé, juste un peu durant la période où il venait régulièrement la voir...

"Je m'en irai demain sans vous causez le moindre souci. Tout ce que je souhaite c'est que vous la gardiez et que vous lui offriez tout ce que votre argent a à lui offrir. Elle s'appelle Ophélia. "  – Magdalena eu un regard tendre envers cette petite partie d’elle-même, essayant d’imprégner dans sa mémoire chaque instant passé avec sa fille. Ce serait la seule fois qu’elle la tiendrai entre ses bras. -

" Très bien. - Il tourna des talons et avant de refermer la porte de la petite chambre il murmura presque tendrement - Ophélia, c'est un prénom digne d'une noble. Adieu. "

Et comme elle l'avait dit, Magdalena s'était enfuit au petit matin, laissant cette enfant dans la demeure bien froide. Elle aurait tellement aimé la garder au près d'elle et au final peut être qu'Ophélia aurait eu une vie plus heureuse au près de sa mère.

"Daddy, why don't you love me ?"

Ainsi va la vie et c'est loin du bas monde, du bas peuple comme dirait Cormac, loin de Magdalena, qu'Ophélia grandit dans le grand manoir familial. Trop grand, trop froid, trop vide, trop étouffant pour une si petite fille. Elle aurait pu avoir une enfance comme n'importe quel enfant de son statut social, une éducation rigoureuse, les leçons le matin, les cours de musique l'après-midi, des parents stricts et aimants. Et la vérité s'en rapproche, petite fille elle suivait rigoureusement ces leçons qui devait la transformer en une femme de la haute société, un peu trop même et souvent à contre cœur. Elle a toujours détesté les leçons, le piano et le violon encore plus, devoir se tenir bien dès son plus jeune âge l'a toujours offusqué - une fois dans son enfance elle aurait aimé se rouler dans l'herbe et jouer avec la terre. - Et si elle s'est toujours pliée aux nombreuses règles c'était pour s'attirer les faveurs de daddy depuis le jour où elle comprit qu'il ne la prendrait jamais dans les bras, qu'il ne lui caresserait jamais les cheveux et qu'il ne lui offrirait rien d'autres que des objets inutiles, elle avait cru bon qu'être la fille parfaite lui aurait apporté un peu d'attention. En vain, jamais elle ne reçut le moindre signe d’intérêt de son père qu’elle admirait tant. Elle se souvient des nombreuses fois où cachée dans la bibliothèque elle observait son père travailler, s’imaginant un homme grand et fort aux nombreuses responsabilités. Son père qui aurait pu être son héros. Mais pourquoi refusait-il de la féliciter ? Même la regarder semblait lui être insupportable, et ça elle ne savait pas que c’était par ce que déjà enfant elle ressemblait à sa mère. Elle était le fruit de la honte, le fruit d’un amour fugace et interdit.

Au milieu de l’indifférence de son père, Ophélia dû se confronter à Elisabeth lui rappelant chaque jour qu’elle était laide, empotée, idiote et à sa sœur lui imposant son rôle d’aînée, affirmant avec orgueil qu’elle devait la respecter, elle qui serait la prochaine représentante du clan O’Donnell. Mais dès son plus jeune âge Ophélia refusa de se laisser faire, devenant un véritable enfant terrible lorsque Cormac s’absentait de la maison. De plus, elle comprit très tôt qu’elle était mignonne, qu’elle était la favorite des domestiques, des hommes en particulier, sachant se faire timide et attachante quand il le fallait. Au moins avait-elle la satisfaction de se savoir meilleure que sa grande sœur de 4 ans son aînée. Nora qui ne comprenait jamais rien à rien, qui la jalousais alors qu'Ophélia la battait à l'escrime où recevait les faveurs de son professeur de danse. Avait-elle au moins ça, le sentiment d'être capable de tout, de plaire à tous. Sauf aux membres les plus proches de sa famille ce qui créa dès le plus jeune âge une frustration intense. Elle était plus intelligente et si Cormac ne l’a jamais serré contre lui, il ne l’a jamais battu contrairement à Nora. Une victoire de plus sur son aînée. Pour Ophélia, chaque tentative d'approcher son père lui renvoyait cette idée : elle devait plaire, un jour cela finirait par porter ses fruits, mais comment ? Elle devait être parfaite.

Pour ce qui est d'Elisabeth, mummy , ce fut une évidence qu'elle n'était rien pour cette femme. Elle n'était jamais là, comme une ombre errant dans la résidence. Elle avait déjà du mal à s’occuper de sa fille légitime alors pourquoi devait-elle perdre son temps avec une enfant qui n'était pas la sienne ? Ce n'était qu'un individu de plus dans cette maison. Jusqu'à ses 6 ans Ophélia avait tenté de plaire à cette femme qui se devait être sa mère, encore une fois en vain. Elle avait fini par devenir une étrangère, oubliant les mots mesquins et les critiques. Ophélia comprit que sa mère n’était qu’une pauvre femme, elle sentait souvent un peu trop fort l'alcool et la cigarette et elle la réveillait en pleine nuit quand elle rentrait de ses soirées mondaines. Elle n'était rien pour mummy et mummy n'était rien pour elle. Chaque personne dans cette demeure était seule et leur pas résonnait dans les couloirs sans joie.

Ainsi se déroula sa vie jusqu’à son adolescence. Ne comprenant pas tout à fait pourquoi elle devait subir les brimades de sa mère et de sa sœur, elle continua à jouer les petites filles parfaites et se découvrit une véritable passion pour la danse. Au début si elle faisait tous les efforts du monde pour être plus gracieuse que Nora durant les cours de danse classique et beaucoup plus rapide pour les claquette Irlandaise – fierté nationale oblige – elle finit par en tirer un plaisir inexplicable. En dansant elle pouvait exprimer sa rage, sa colère, elle pouvait pleurer en silence, dire à quel point elle trouvait son manque d’amour injuste, à quel point elle détestait sa mère. Et rapidement elle se mit à rêver de devenir danseuse étoile. Ce serait sa vengeance, elle brillerait en société et sur scène, une étoile gracieuse, voilà ce qu’elle deviendrait. Ce rêve lui permit de supporter ce climat familial froid où ne régnait que compétition et rancune.

« Elle en faisait peut-être un peu trop, la fille aux yeux menthe à l’eau. Hollywood est dans sa tête, toute seule elle répète… »

Elle venait de fêter ses quinze ans et elle était d’une beauté sans pareille. Encore quelque chose qu’elle pouvait lancer au visage de Nora, plus petite, plus ronde, plus insignifiante malgré ses 19 ans. Si lors des banquets tous les regards étaient braqués sur Ophélia, déjà si belle, si fière, c’était autour de Nora que se bousculaient les prétendants. En effet qui ne voulait pas intégrer la riche et puissante famille O’Donnell ? Clan ancestrale Irlandais respecté de tous dans la région Dublinoise. Et pour cela il fallait épouser l’une de leur fille mais de préférence celle dont le nom serait en premier sur le testament et tant pis si ce n’était pas la plus jolie. D’un banquet à l’autre cela devint rapidement insupportable pour Ophélia de voir sa sœur se pavaner ainsi, se croyant enfin plus intéressante que sa maudite petite sœur. Une provocation en entraînant une autre, de plus qu'Elisabeth s'en donnait elle aussi à cœur joie pour lui dire que Nora allait bientôt se marier, Ophélia attendit le moment le plus opportun pour planter un couteau dans le dos de sa très chère grande sœur. Nora était aussi bête que méchante et elle ne put lui cacher bien longtemps sur qui elle avait jeté son dévolue, un certain Duc O’Berry. Et c’est lors du grand banquet estival que les O’Donnell organisaient chaque été qu’Ophélia se débrouilla pour attirer sa sœur au bord de la falaise du domaine. Elle avait envoyé une domestique lui donner un faux billet de son fameux prétendant. C’est ce jour-là que tout bascula, même si la vie n’était très joyeuse il y avait un certain équilibre dans cette indifférence et cette jalousie, et la vérité éclata peu de temps après. Peut-être que quelque part, elle l’avait mérité. Nora ne sorti plus de sa chambre pendant un mois lorsqu’elle surprit son O’Berry faire des déclarations d’amour enflammé la tête dans le décolleté déjà outrageux de sa fausse petite sœur. Elle ne sut jamais si Nora avait prémédité cette dispute ce soir-là entre Elisabeth et Cormac. Passant comme tous les soirs devant le bureau de son père, espérant l’entendre l’interpeller pour telle ou telle raison, Ophélia entendit les cris, le scandale d’une mère encore saoul.

« Ce n’est qu’une catin ! Une Pute ! Tout comme sa mère ! C’est ça que tu nous as ramené à la maison, la honte, un déchet, une salope ! Tu as vu ce qu’elle a fait à ta véritable fille ? Tout ce qu’elle sait faire c’est montrer son cul ! Mais ça tu n’en as rien à faire, tu n’en as rien à faire de ta propre famille. T’es juste bon à aller baiser dans les bars à pute et à les engrosser…»

Une gifle qui résonne, le silence. Cormac n’avait rien dit, comme toujours. Ophélia était restée silencieuse, ne comprenant pas encore tout le poids de ce secret, avait-elle bien entendu ? Ce fut comme un coup de marteau en pleine tête. Tout semblait tourner, tout semblait à la fois si clair que cela en devenait aveuglant. Mais elle devait en avoir le coeur net, elle devait comprendre pourquoi après tant d'année elle avait vécu dans le silence, subissant les sarcasmes, le rejet en espérant qu'un jour elle serait acceptée au moins auprès de son père.

" Daddy... Je... Je...." - Pour la première fois elle semblait petite, craintive, sa voix tremblait refusant encore d'accepter la vérité.

" Tu es la fille d'une pute ! Tu n'as qu'à aller au One eye Jack dans les quartiers les plus pourri de Dublin pour savoir d'où tu viens, du trottoir ! " Une nouvelle gifle qui vient claquer encore plus violemment le visage d'Elisabeth à la fois rouge de rage et de satisfaction, enfin cette petite peste était remise à sa place.

" Ophélia... Tu... Tu devrais me dire merci pour t'avoir accepter, c'est de bon coeur que..."

" TU ES UN MONSTRE ! VOUS ETES TOUS DES MONSTRES ! Toutes ces années de souffrance dans votre famille de merde pour apprendre que quoi ? T'es juste un putain d'obsédé sexuel de merde même pas foutu de mettre une capote ?! Je... JE VAIS ME TIRER DE CET ENFER ! Toute votre vie est une sombre mascarade, à faire semblant d'être parfait, faire semblant d'être heureux dans votre monde d'hypocrites ! Je vous hais, je vous hais et enfin je n'ai plus honte de le penser !  "

Une autre gifle, Elisabeth sourit, Ophélia tombe sur le sol. Non elle ne pleurait pas devant cet homme si cruel. La main sur sa joue enflée elle se redresse et toise Cormac, ce sera la dernière fois qu'elle lui adresse la parole, ce sera la dernière fois qu'elle quémande son amour. Ce soir-là elle venait de comprendre et plus jamais elle ne se laisserait faire, elle était bien trop forte, bien trop belle pour continuer à subir les outrages de cette famille nécrosée. Elle venait du caniveau ? Très bien, elle y retournerait en emportant tout sur son passage. Et c'est sous le regard brillant de Nora qu'elle prit la fuite, s'enfermant à son tour un long moment dans sa chambre.

" My heart belongs to daddy..."

Depuis cette nuit là tout changea au manoir, fini la belle demoiselle charmante et agréable, Ophélia devint une véritable emmerdeuse, cherchant à provoquer le scandale et la honte sur sa famille. Elle commença à faire le mur, traînant ici et là, elle commença à fumer un peu d'herbe, à flirter avec des petites frappes dealant pour boire en cachette au bord  du Royal Canal de Dublin. Ce fut une période de découverte, d'air pur, quittant ce monde superficiel et pompeux,  elle commença à user de sa vie, profiter, librement, faire des conneries, respier. Parfois elle rentrait éméchée à la maison, la jupe un peu trop courte, le chemisier un peu trop ouvert, toisant son père qui la regardait avec ce même regard neutre, méprisant. Elle n'eut pas de véritable premier amour durant ces premiers pas en tant que jeune femme - ou presque - elle ne faisait qu'user sa vie, doucement, avec qui le souhaitait. Criant haut et fort qui elle était, la « cadette O’Donnell ». Qu’ils regardent tous, qu’ils parlent, de toute façon elle n’appartenait pas à cette famille. S’adonnant à toutes les conneries d’adolescence possible et imaginable, elle ne pouvait s’empêcher d’espérer au fond d’elle-même que cela provoquerait une réaction quelconque de son père mais en vain. Encore une fois, elle semblait n’être qu’un pauvre moustique que l’on balayait d’un revers de main et aucun des problèmes qu’elle s’acharnait à s’attirer semblait bousculer plus que ça son père.

C’est à 18 ans qu’elle décida de s’inscrire à des cours du soir de pole dance, dernier bastion pour provoquer son père. Après tout elle venait des bas-fonds de Dublin non ? Pourquoi ne pas y retourner ? Cette décision elle l’a prise après avoir retrouvé le fameux établissement où travaillait sa véritable mère. Mais Ophélia se sentait toujours plus forte qu’elle ne l’était et n’osa pas y entrer pour y réclamer sa génitrice. Peur d’être rejetée encore, peur de ne rien ressentir, peur du vide, peur encore et toujours… Mais ce qu’elle ressenti devant la devanture de l’établissement elle ne l’oubliera jamais. Pour une première fois dans sa vie elle se dit qu’elle avait trouvé d’où elle venait, où pouvait bien être sa place. Elle n’était pas si belle pour rien, elle portait le poids de son corps, de son enfance hypocrite et sans amour, alors elle serait payée pour apporter du plaisir aux autres, un semblant d’amour, une bride d’attention chaque soir en dansant. Le rêve de devenir danseuse étoile semblait bien loin à présent. C’était terminé, elle ne voulait plus dépendre de son père, elle voulait partir, à 18 ans elle pouvait enfin quitter cette maudite demeure, ce fichu pays où il n’y avait que des alcooliques et des moutons. Elle rêvait d’ailleurs, elle rêvait de la grande ville, elle voulait l’effervescence, elle voulait le monde au creux de sa main. Adieu Elisabeth, Adieu Nora, Adieu papa…

Préparant son coup en douce, elle réfléchit encore une longue année à comment tout faire valdinguer d’un revers de manche. Souhaitant trouver la solution la plus difficile à digérer pour son père sans cœur. Continuant à bourlinguer ici et là et à sculpter son corps de déesse autour d’une barre et en pratiquant régulièrement du sport, Ophélia mettait de l’argent de côté sur un compte dont son père ne connaissait pas l’existence. Ponctionnant petit à petit de l’argent de ses placements, elle remplissait sa cagnotte pour s’envoler. Où ça ? Après un long temps de réflexion et des recherches méticuleuse, elle prit connaissance de cette étrange loi au Japon dont l’Irlande bannissait la pratique. Un certain système définit par une puce implantée chez les autochtones les mariait, après un calcul savant votre âme sœur. Ô douce promesse d'un avenir heureux, ou pieux mensonge pour essayer de sauver une population qui ne baisait plus ? Ah ! Pourquoi pas ? Elle qui avait toujours eu la déception de ne pas être aimée par son père , alors qu'elle aurait été prête à mourir pour un minimum d'attention fût un temps, elle avait trop peur de tomber amoureuse. Une déception sentimentale aurait été difficile à surmonté, inconsciemment elle s'était toujours refusée le moindre élan de romantisme envers qui que ce soit. Alors pourquoi ne pas laisser une machine lui choisir son âme soeur ? Au moins ne serait-elle pas obligée de véritablement engager tous ses sentiments les plus profonds dans ce mariage. Lâche, oui, lâche de n'oser aimer, alors que comme tout le monde elle rêve d'un amour pur et intense.

Dans tous les cas pour son père, Irlandais pur souche bien ancré dans un traditionalisme froid, il verrait cette union comme sur sorte d'arrangement forcé et presque aléatoire. Sa fille mariée à un parfait inconnu, non noble, non instruit, un étranger ne connaissant rien à ses coutumes si chères à son coeur. N’était-ce pas parfait ? N’était-ce pas la façon la plus amusante et puéril d’emmerder son tendre père ? Sachant qu’il était illégal de déshériter totalement son enfant, elle partagerait un jour une petite partie de la fortune familial – au diable l’entreprise qu’elle laissait à Nora – avec un époux sorti de nulle part. C’était parfait, au pire si elle ne s’entendait pas avec la personne que lui choisirait le gouvernement Japonais elle lui ferait vivre un enfer, ce serait amusant et au moins aurait-elle le sentiment de diriger enfin sa vie. Elle aurait pris une décision, étrange, extrême mais qu’importe. C’est comme ça qu’elle partirait, en faisant peut être n’importe quoi, en partant à l’aventure quitte à être mariée à un parfait inconnu. Du temps, il lui en fallait encore un peu pour préparer son coup, mettre de l’argent de côté – ou du moins en piquer un maximum à son père pour commencer -, réfléchir à comment obtenir un permis de séjour, elle resterait peut-être une année, elle trouverait du travail puis elle entamerait la procédure pour recevoir cette fameuse puce. Bon et bien il était temps de partir non ? Elle avait trop attendu, elle s’était trop battue pour faire valoir son existence dans ce clan à la noix et dont ses cris résonnaient dans les couloirs froids et sombres.

20 ans, c’est le jour de ses 20 ans qu’elle décida de décoller pour Tokyo et ce fut le plus beau jour de sa vie, enfin elle se sentait libre. Mais un remords vint toujours la tarauder le soir : Daddy n’était pas là quand elle est partie, en voyage d’affaire elle ne put lui dire droit dans les yeux à quel point elle le détestait et comment elle allait détruire la vie qu’elle avait fait semblant de construire jusqu’ici. Mais elle ne pouvait se résoudre à attendre un jour de plus, il fallait partir, alors elle laissa une lettre, lâche et expéditive. De toute façon lorsqu’il la lierait il n’y aurait, comme d’habitude, aucune expression dans son regard.

" Cher Cormac,  
Il m'est maintenant impossible de continuer à t'appeler Daddy, de toute façon qu'est ce que ça peut te faire ? Je serais brève car encore une fois tu as décidé d'être absent, sans le vouloir cette fois-ci, en ce jour important pour moi.
Je pars Cormac, je te laisse seul avec ta femme alcoolique et ta bécasse de fille. Tu sais que j'ai toujours été la meilleure, pour tout, et tout cela je l'avais fais pour toi. Mais au fond, je ne suis qu'une erreur de parcours n'est-ce pas ? La fille d'une fille de petite condition, la fille d'une prostituée. L'as-tu aimée ? As-tu déjà su ce que c'était d'aimer quelqu'un ? Moi, tout ce que je voulais c'était un sourire. Je voulais être ta fierté, ta fille chérie, mais au fond je ne suis qu'une putain. Comme ma mère, une putain.
Alors je m'en vais faire la putain Cormac. Je m'en vais à l'autre bout du monde, je m'en vais accepter une vie encore plus dingue que celle-ci. Je vais devenir Japonaise Cormac, je ne sais pas encore comment mais tu sais que je suis pleine de ressource.

Tu sais ce que ça veut dire, un jour je serais mariée, à un parfait idiot j'espère et je salirai encore plus ce clan O'Donnell que tu m'as appris à tant détester.  Ne t'inquiète pas pour moi, si j'ai faim je saurai comment gagner ma croute, tu te souviens à quel point je danse bien ?

Je pars Cormac, je suis enfin libre.

Celle qui aurait pu tout te donner,
Ophélia Delilah O'Donnell."

L’arrivée à Tokyo fut un électrochoc, la ville était grande, lumineuse, bruyante, le rêve à vrai dire. Elle était une femme libre à présent et le monde était à elle. La première année fut difficile, Ophélia eut beaucoup de mal à apprendre le Japonais, elle erra de chambre d’hôtel en chambre d’hôtel ou d’amants en amant, puisant dans ses économies, se faisant offrir des restaurants ici et là, jusqu’à trouver un établissement qui, à son goût, la paierai assez pour les services qu’elle était prête à proposer. C’est ainsi qu’elle trouva un travail de strip teaseuse dans un établissement plutôt chic de la ville, elle suivait les pas d’une mère inconnue, fantôme de son existence mais autant être pas trop mal payée non ? Elle refusait la misère et le temps de retomber sur ses pattes, elle savait profiter des clients généreux. Prostituée ? Non, elle ne se faisait pas ouvertement payer pour partager son lit, elle ne faisait que danser, ondulant son corps, s’offrant à corps perdu dans le charme et la séduction. Mais elle savait choisir les bons amants quand les fins de mois étaient difficiles. Et elle tenait à cette différence, elle dansait pour celui qui la paierait mais pas l'amour, non ça c'était à elle de le choisir - parfois pour des fins intéressées mais la frontière en le blanc et le noir est bien mince n'est ce pas ? -

Vint enfin le temps de prendre la nationalité Japonaise, décidant de terminer ses jours ici, loin de la pluvieuse Irlande qui avec grand plaisir ne lui manquait pour rien au monde. Elle avait construit une vie ici qui n’appartenait qu’à elle. Elle dansait, dormait où et avec qui elle voulait, sortait pour boire, fumer, sniffer parfois une petite trace pour se donner du courage lorsque le soir l’envie de danser n’était pas au rendez-vous. Voilà quel était sa vie maintenant, une existence à la fois si vivifiante et destructrice. Elle n’était qu’une fourmi dans cette immense Tokyo et cela lui plaisait. Ophélia réussit à trouver un équilibre, une vie "stable" pour elle, un appartement, un numéro spécial dans son club de strip tease rien qu'à elle, tout lui appartenait, adieu l'argent de papa, adieu la prison dorée, enfin elle se sentait en vie.

Cela fait maintenant 6 ans que l’incontestable semble l’avoir oublié de ses fichiers. Peut être que la belle Irlandaise ne correspond à personne qui sait ? Tant mieux pour elle, cela lui permet de continuer cette vie folle et libre même si parfois en s’endormant le soir elle espère toujours rencontrer celui qui arriverait à faire battre son cœur si vide, si froid. On n’échappe peut-être pas à la malédiction O’Donnell, même à l’autre bout du monde. Et même si elle appréhende ce mariage forcé, il est hors de question de perdre celle liberté qu’elle eut tant de mal à construire, son mari n’aura qu’à bien se tenir, Ophélia trépigne d’impatience à l’idée d’annoncer à son père qu’elle était mariée – à un loubard ce serait parfait - .

Gosse de riche, enfant terrible, femme solitaire, un papillon prêt à se brûler les ailes aux lumières de la grande Tokyo.

" Si je dois mourir, ce sera avec le sourire et par ce que je l'aurai choisis."




Give me wings - Caractère

Ophélia est capricieuse, Franche, Emportée, Créative, Autoritaire, Passionnée, Orgueilleuse, Taquine & Joueuse , Hypersensible, Maladroite sentimentalement, Affectueuse, Méfiante.

Notre belle nymphe est d’un tempérament bien trempé et difficile à cerner. Elle aime osciller entre plusieurs aspects de sa personnalité, montrer ci et ça à tel moment afin de charmer, de plaire, faire croire qu’elle est une belle jeune femme douce et bien éduquée alors qu’en elle sommeil une véritable peste, une amazone avide de sensation forte. Elle balance donc entre sa bonne éducation, pincée et hautaine et son rêve d’évasion, de rébellion, de tête brûlée prête à tout démolir sur son passage. Ainsi derrière son image de femme fatale distante et mystérieuse se cache une femme passionnée aux décisions radicales.

En apparence elle n'est rien qu'une beauté sophistiquée, une fille à papa ayant eu une enfance comme son rang l'exige ; gâtée, " bien éduquée ", dont on a toujours exigé la bonne tenue, il est bien évident qu'elle possède les tares de cette éducation : capricieuse, fière, hautaine. Lors d'un premier contact avec la jolie jeune femme l'amalgame avec une « dame du monde » vous saute aux yeux par son comportement de jeune princesse insouciante du reste du monde - et sans réellement s'en rendre compte elle l'est quand même un peu - elle se tient droite et fière et impose ce sentiment d'être au-dessus de ces "petites gens", elle aime rire de façon distinguée mais un peu trop fort, être capricieuse et ne pas supporter la médiocrité, faire ces gestuelles ridicules de manière exagérée afin que tous comprennent qu'elle fait partie de ces gens qui dépensent leur argent à tort et à travers. Vous l'aurez compris, Ophélia est, lorsqu'elle le veut, tout à fait insupportable, doublée par un tempérament naturellement orgueilleux et taquin elle devient une véritable source d'agacement pour la plupart des gens. Ainsi elle aime enquiquiner, taquiner, lancer des petites piques, tester les limites mais sans réelle méchanceté de sa part, seulement cette envie de s'amuser un peu et de sortir de l'ordinaire d'une fille un peu trop riche. Ce comportement de petite peste lui permet aussi de filtrer les gens, car au fond d’elle-même elle n’est juste qu’une poupée de porcelaine brisée, enfermée dans une solitude profonde. Tout ce qu'elle désire c'est trouver des personnes qui la font rire, rêver, avec qui elle pourrait faire les quatre cent coup, et non intéressés par son statut et son argent. C'est pour cela qu'elle a fui loin de l'univers snob dans lequel elle a évolué il y a longtemps maintenant.

Mais les tares revenant toujours au galop on ne peut excuser son caractère de cochon par son enfance de petite fille riche et malheureuse. Par ce que malgré tout Ophélia est une femme très fière, elle aime avoir raison, elle aime montrer qu’elle est forte, libre et indépendante. Elle aime prendre les commandes, elle aime donner son avis - pas toujours très intéressant – elle aime se mêler de tout et faire savoir quand elle est satisfaite ou non ! Vous l’aurez compris la demoiselle n’a pas sa langue dans sa poche. Elle connait son pouvoir d’attraction sur les hommes et aime en user à sa guise, testant en permanence les limites de ses charmes, jusqu’où peut-elle plaire. Elle ne supporte pas qu'on la contrarie, qu'on ne porte pas l'attention qu'elle mérite et lorsqu'une personne lui résiste cela devient un véritable challenge pour elle de se faire obéir, respectée et admirée. Si la terre entière pouvait ramper à ses pieds le monde serait parfait ! Par ce que si elle veut quelque chose il est normal qu'elle l'obtienne ! Mais en fait cela l'amuse - dans une certaine mesure - et donne un peu plus d’intérêt pour la personne en question, qu'elle va adorer enquiquiner. Après tout on est toujours attiré par ce que l'on ne peut avoir non ? Il est aussi évident que si cette rébellion face à sa personnalité flamboyante va trop loin ou dure, à son goût, trop longtemps elle perdra patience. Et même si elle fait de son mieux pour rester une femme fière et digne, il suffit de pousser le bouchon jusqu'à ce qu'il explose pour qu'elle s'emporte et même qu'elle aille bouder un peu plus loin ou parfois – généralement quand elle a un coup dans le nez et ça arrive souvent, origine Irlandaise oblige ! – elle peut en arriver aux mains – ou au lancer de sèche-cheveux dans le visage ! - . Car même si elle se comporte en femme fatale sortie d'un palais de cristal, elle reste une jeune femme ayant l'emportement de la jeunesse et qui s'ennuie terriblement. Ainsi elle aime provoquer dans tous les sens du terme, jauger, tester, défier les femmes, séduire les hommes, jouer les pleureuses quand il le faut, une vraie manipulatrice refusant de dévoiler les secrets les plus intimes de son être.

Si elle agit ainsi c'est pour se protéger, elle se cache derrière ses caprices, ses manières et sa fierté par toujours bien placé pour masquer ses rêves et ses craintes. Un comportement basique ? Peut-être, se montrer fort pour cacher ses faiblesses ? Non pas totalement ! Derrière ce masque de caprice et de vanité ne se cache pas une femme douce et prude ! Même si à sa manière elle tente d'affirmer son rejet de ce monde étouffant, fatiguant, elle ne l'a jamais montré ouvertement. Peut-être n'est-elle pas assez courageuse pour assumer le regard des autres. Elle se considère comme une lâche, dans son esprit sa fuite au Japon, sa décision de devenir une femme de la nuit n'est rien d'autre qu'une médiocre provocation envers son père. Après tout elle est partie du jour au lendemain, sans en parler à personne, une lettre, simplement une lettre, aurait-elle dû aller affronter son père et lui annoncer son départ les yeux dans les yeux ? Oui certainement car ce souvenir la hante toujours, comme une épine dans le pied. Elle qui s'affirme si forte, si maline, elle n'a même pas été capable de dire Adieu à celui qui a été le fantôme de sa vie. Une faiblesse, une faiblesse qui la ronge et qui l'agace, peut être qu'un jour elle aurait le courage de rentrer et de tout dire, tout... Mais pas pour l’instant, parfois elle se dit qu'elle n'est qu'une grande mascarade, qu'elle joue un rôle qu'elle n'arrivera pas à tenir jusqu'aux bout.

Trop orgueilleuse pour avouer ses faiblesses, trop orgueilleuse pour regarder au fond d'elle-même, elle préfère continuer à faire semblant. Semblant d'être une femme fatale aimant se vautrer dans le plaisir, faire semblant de croire que ces regards sur elle sont sincère, ces billets chaque soir, ces claques sur ses fesses rebondies, voilà ce qu'est devenu sa vie. Tristesse d'une petite fille perdue qui se débat pour ne pas sombrer. En réalité le drame de sa vie a été d'être rejetée, d'être un enfant accident qui n'avait pas de place et qui en prenait trop. Comme tout le monde ce qu'elle désire le plus au monde c'est d'être aimé, aimé pour ce qu'elle est véritablement, aimée sans rien demander en retour. Mais pour l'instant elle se dit que cela lui est interdit.

Loin de sa famille, loin de son métier, loin de sa fierté, Ophélia peut être une femme douce, simple dans ces moments intimes où elle n'a pas l'impression que l'on pourrait utiliser ces instants de tendresse contre elle. Elle aurait aimé pouvoir être une femme plus simple qui pourrait rire de tout sans que personne ne puisse lui reprocher, faire des erreurs, être maladroite, se tromper. Assumer d'aimer telle et telle chose, comme la pâtisserie, de regarder telle et telle chose ou pouvoir penser ceci ou cela et de le dire ouvertement. - On notera qu'elle est d'une extrême franchise et ne prendra pas la peine de prendre des pincettes pour dire ce qu'elle pense. - Car lorsque le masque est tombé elle devient une personne ... plus ... "accessible" qui se permet d'être seulement elle même ! Dans ces cas-là elle reste et restera toujours une personne pleine d'orgueil aimant diriger et avoir les choses en main - ou l'impression - mais on pourra découvrir qu'elle aime les choses simples de la vie, contempler le jardin de la véranda, les falaises de sa douce Irlande, une tasse de thé et un gâteau à portée de main, la caresse d'une brise légère durant un été aride, un chat passant par ici ou simplement s'émerveiller devant la beauté de ses fleurs. Rien d'extravagant de grandiose, seulement elle comme elle l'entend.

On pourrait même la qualifier de gentille et attentionnée si elle ne masquait pas - encore une fois - les attentions qu'elle se permet d'offrir derrière quelques excuses orgueilleuses ou autres petites taquineries. Dans le fond Ophélia n'est pas une personne si odieuse que ça, elle est capable d'amour. Elle aime la justice, elle aime être chevaleresque de temps en temps, passionnée elle pourrait aller jusqu'au bout du monde pour quelqu'un ou pour quelque chose qu'elle aime. Elle n'a jamais eu de grand amour, elle n'a jamais eu l'occasion de ressentir ce genre de chose mais elle le sait que tous ces sentiments nobles sommeil en elle. Il suffit de trouver la bonne personne, le bon moment pour oser enfin abandonner son orgueil, ses peurs pour laisser s'exprimer ces sentiments brûlants. Elle rêve de vivre une longue aventure sans retour. Mais pour l'instant elle est maladroite pour exprimer cette tendresse qui dort en elle et qui à la fois pousse des cris, désespéré au fond de son cœur.

Elle aimerait être une personne ayant de la valeur pour les autres, de façon naturelle, sans apparats, sans son physique de rêve, son argent et son titre. Seulement par ce qu'elle est Ophélia. Mais elle s'est très vite résolue, persuadée que personne n'est capable de lui donner l'affection qu'elle recherche maladroitement.  C'est pour cela qu'elle met du temps pour faire pleinement confiance en quelqu'un et même s'y attacher, elle avait déjà peur d'être jugée mais en plus s'est ajouté la crainte de perdre quelqu'un qui lui est précieux, elle ne sait pas vraiment ce que c'est mais elle craint de ne jamais se remettre d'un chagrin d'amour. Elle préfère faire semblant, accumulant les amants que tomber amoureuse, trop sensible derrière son masque. Mais de toute façon si elle arrive à porter de l'affection pour quelqu'un elle doute qu'on puisse lui en apporter à sa juste valeur. Alors elle danse, elle offre son corps aux regards, c'est tout ce qu'elle sait véritablement faire, onduler, charmer, provoquer et voir ce que son corps peut provoquer comme fantasmes et plaisirs. Car elle aime se faire souffrir, passionnée, destructrice, en réalité elle est paumée et attend en secret d'elle même que quelqu'un vienne la sauver et lui dire qu'elle vaut peut-être mieux que d'être une danseuse de charme.


Mad Beauty - Physique


Il est évident qu'Ophélia, tout comme sa mère, est belle, très belle. Même magnifique, héritant de ces charmes de l'est que pouvait-elle faire d'autre que de s'adonner au monde de la nuit et des plaisirs ? Il aurait été égoïste de garder pour elle son corps aux courbes généreuses non ? Alors comme sa mère elle est devenue une créature sulfureuse, vendant la beauté de son corps, à la fois sa fierté et sa plus grande souffrance. Elle est belle, sensuelle, c'est un fait, mais elle aurait aimé être une beauté plus simple, elle n'a jamais voulu être un objet de désir constant soyez-en certains ! Mais il y a tellement de choses qu'elle aurait aimé changer. Et le soir où elle apprit ses origines, comme un sacrifice, comme une provocation, comme un acte absolu de résignation elle décida d'exploiter à fond ce "cadeau de la nature" ?

Relativement mince, Ophélia mesure près d'un mètre 75 pour une soixantaine de kilos - poids qu'elle surveille par ce que comme tout le monde ses hanches ne sont pas à l'abri de quelques kilos en trop ! - ce qui la dote de quelques formes féminines. Ces formes qu'elle a appris à onduler afin de rendre fous les clients du bar : des fesses fermes et rondes entraînées par des années de danse depuis son plus jeune âge et la pole dance, des cuisses peut être un peu généreuses mais musclées, un ventre plat qu'elle travail chaque jour - car elle le sait que son corps, son gagne-pain, doit être entretenu - et sa poitrine généreuse. Souple et ronde, qu'elle aime mettre en valeur par divers corsets obtenant ainsi un effet d'optique, les rendant plus gros qu'ils ne le sont. Mais chut ! Ceci fait partie de ses petits secrets de femme. En tout cas elle s'entretient et régulièrement elle aime suer à la salle de sport !

Sur ce corps que beaucoup trouvent appétissant est posé un visage fin, aux traits délicats comme les premières esquisses d'un croquis, au teint pâle qu'Ophélia apprécie - elle n'aime pas être bronzée -. Son visage harmonieux est doté d'une bouche pulpeuse qu'elle maquille d'un rouge à lèvre framboise, d'un petit nez mutin qui remonte légèrement en trompette, et de grand yeux rouge - bien entendu génétiquement modifié afin d'emmerder un peu plus son père à l'adolescence tout comme ses cheveux - qu'elle aime souligner avec un maquillage léger. Cependant elle possède un grand front, assez large qu'elle masque derrière ses longs cheveux pourpres, qui descendent jusqu'en bas de son dos, aux ondulations presque parfaites qu'elle accentue avec un petit coup de fer à anglaise tous les matins. Sans ces modifications corporelles elle aurait eu le type véritablement "slave", jusqu'à ses 16 ans elle était une belle blonde aux yeux bleus. Aujourd'hui elle apprécie tout particulièrement ce côté provoquant et flamboyant qu'ont ses yeux rouges et sa chevelure pourpre.

En effet, Ophélia est belle et elle le sait. Elle sait mettre en valeur ses formes, son visage, son allure de façon coquette et glamour. Peut-être en fait-elle un peu trop, mais cette apparence de femme fatale fait partie de son petit cinéma, son petit manège pour être aimée, admirée, adulée et obtenir tout ce qu'elle désire. C'est le seul moyen qu'elle eut trouvé pour exister, on lui a offert le don de plaire et elle a fini par penser qu'elle n'a été faite que dans cet unique but. Paradoxalement, sa beauté est aussi la source de ce qui la taraude le plus, son obsession d'être aimée pour ce qu'elle est. Étrange n'est-ce pas ? Ne devrait-elle pas rester plus simple, plus naturelle afin de réussir à satisfaire ce désir secret ? Malheureusement, elle s'est persuadé que le seul intérêt qu'elle puisse susciter n'est qu'à travers ce physique désirable. Elle n'est qu'une poupée, rien d'autre et cela quoi qu'elle puisse faire. Alors elle continue d'user de ses charmes, de ses manières qui plaisent tellement et qui, et elle ne s'en plaint pas, lui apporte autant d'avantages que de désagrément. C'est sa manière d'exister.

Si on détail rapidement sa garde-robe, Ophélia est élégante indéniablement, allant d'une longue robe à corset accompagnée de multiples perles et rubans, elle aime porter des choses un peu plus simples toujours aussi féminin mais moins encombrant comme des jupes un peu plus courtes et des chemisiers. Pour les chaussures et les sacs, ce n'est même pas la peine d'en parler elle en possède une multitude. Au niveau des coiffures elle aime s'essayer à tout : cheveux lâchés, en queue de cheval, remonté en chignon compliqué, avec des rubans et autres accessoires. Elle aime les relever avec son peigne en forme de papillon quand elle cuisine.

Quant à ses tenues de travail il est évidement qu’elle ne porte pas grand-chose sur elle, elle possède tout une panoplie de dessous plus affriolant les uns que les autres qu’elle ne porte que lorsqu’elle travail – au quotidien elle préfère porter des choses plus confortables - . Sa tenue de travail préféré est une sorte de combinaison en cuir accompagné d’un long manteau de fourrure avec pour accessoire un fleuret - souvenir de son enfance en Irlande où elle avait appris l'escrime avant d'abandonner par ce que cela l'ennuyait -  pour un numéro qu’elle a elle-même travaillé et imaginé, une sorte de parade érotique mettant en jeu une sorte de guerrière tout droit sorti d’un jeu vidéo par ce que satisfaire les fantasmes des otakus ça paie vachement bien !
Haven Thorne
Messages postés : 114
Inscrit.e le : 07/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Cho ♥
Autre: Merci Teare pour l'ava ♥
posté
le Mar 3 Juil - 12:14
par Haven Thorne
Hello bienvenue et bon courage pour ta fiche Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 976361059
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mar 3 Juil - 12:59
par Invité
Mon flocon ♥️

Bon courage pour finir ta fiche ! Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 3252016502
Kaori Vanzine
Messages postés : 2974
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Mar 3 Juil - 13:06
par Kaori Vanzine
I love you rien que pour le perso utilisé ♥️

Re-bienvenue et bon courage pour la fiche ! o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Elisabeth Matsuhara
Messages postés : 128
Inscrit.e le : 11/05/2018
posté
le Mar 3 Juil - 13:30
par Elisabeth Matsuhara
Re-Bienvenue et bon courage pour la validation !
Ophélia D. Natsume
Messages postés : 146
Inscrit.e le : 03/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Matteo Natsume - Ma gueule d'ange ♥
Autre: Thanks Natsume-bro pour le kit over sexy. Love.
Reine De La Nuit ♕
posté
le Mar 3 Juil - 13:44
par Ophélia D. Natsume
Merci beaucoup tous pour votre accueil ! ♥️
J'ai hâte de jouer avec Ophélia et j'espère que ma fiche vous plaira o/

* love love love *
Seyfried H. Bellandi
Messages postés : 548
Inscrit.e le : 09/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : BELLANDIVE (╯°□°)╯︵ ┻━┻
Autre:
Reine des Chagasses
Reine des Chagasses
posté
le Mar 3 Juil - 15:34
par Seyfried H. Bellandi
Re-hellcome Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 2078551763

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 181202111716271804

Kinkeabae, fournisseuse de kits swag since 2018

so nobody will ever forget your memorable skill, satoshit:

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 85277910
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mar 3 Juil - 15:38
par Invité
Welcome back et bonne validation ! Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1728200632
Jazz L. Mikolajczyk
Messages postés : 135
Inscrit.e le : 05/05/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : un lutin. ❤︎
Autre: avatar : callum joanne, apriorii
posté
le Mar 3 Juil - 16:42
par Jazz L. Mikolajczyk
Rebienvenue Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1984817200
Bon courage pour ta fiche Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 2078551763
Iori Yagami
Messages postés : 74
Inscrit.e le : 27/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Mar 3 Juil - 17:00
par Iori Yagami
* Soupire bruyamment avant de pousser sa femme en mettant sa main sur sa figure et notamment sa bouche pour qu'elle la ferme 8D * T'es fan de n'importe quel personnage....Qui plus est, tu aimes tout le monde....Alors arrête ton charabia =w=

Rebienvenue parmi nous sinon! J'vois que mademoiselle a du caractère et semble être une belle peste en soit. De quoi bien s'amuser sur ce forum en perspective. Bon courage pour la validation c:

Ps: Si tu cherches la confrontation, j'ai un blond en réserve qui n'attend que de sortir les crocs une fois de plus Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 719878181
Cho Thorne
Messages postés : 255
Inscrit.e le : 17/05/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Haven ♥
Autre:
— Icarus —
posté
le Mar 3 Juil - 17:13
par Cho Thorne
Re-bienvenue et bonne validation ! c:
Ophélia D. Natsume
Messages postés : 146
Inscrit.e le : 03/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Matteo Natsume - Ma gueule d'ange ♥
Autre: Thanks Natsume-bro pour le kit over sexy. Love.
Reine De La Nuit ♕
posté
le Mer 4 Juil - 1:10
par Ophélia D. Natsume
Merci encore une fois pour l'accueil o/

Iori -> Je me castagnerai avec plaisir à ton blond toute griffe dehors 8D

Et sinon un petit Up pour annoncer que j'ai fini ma fiche Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 2432113367
Elisabeth Matsuhara
Messages postés : 128
Inscrit.e le : 11/05/2018
posté
le Mer 4 Juil - 16:37
par Elisabeth Matsuhara
Si tu as terminé ta fiche, marque le sur ta description ♥️ Tu auras plus de chances que les admins le voient ~
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 768
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Dim 8 Juil - 0:07
par Satoshi Totsuzen
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥️

Introduction

Re-bienvenue mamzelle !

Histoire

de al tristesse → la
elle apprit al vérité → la
si tenté qu'elle soit encore dans cet établissement → si tant est que

dans les bars avec de mauvaises fréquentations, rentrant ivre morte à la maison → Si Ophélia a moins de 18 ans, aucun bar n'acceptera de lui servir de l'alcool. Elle ne pourra pas non plus en acheter. Je te c/c ce que j'ai pu trouver sur différents sites d'informations :
« La plupart des pubs lors des soirées, après 21h, demandent à vérifier vos cartes d’identité. Les ¾ d’entre eux refuseront l’accès aux personnes en dessous de 21 ans. »
« si vous avez moins de 18 ans, vous n’êtes pas censé boire d’alcool, n’espérez pas en acheter où que ce soit. Et cela fonctionne autant pour les bières que pour le panaché. »

15 ans est donc beaucoup trop jeune pour pouvoir finir ivre morte dans un bar.

les mariait de façon forcée et presque aléatoire – c’est à peu près ce qu’elle avait comprit – → attention, le système de l'Incontestable appuie bien sur le fait que ce sont des « âmes soeurs »/personnes hautement compatibles qui sont mariées. C'est la base de sa propagande : la promesse de vous trouver la personne parfaite et de créer un mariage le plus heureux possible.

Caractère

Validé !

Physique

Validé !
(Juste un petit mot pour te prévenir de faire attention à la couleur des cheveux sur les images qui pourraient être utilisées plus tard: la couleur n'est plus pourpre mais plutôt brune/roux)

Conclusion

Des petites fautes d'inattention qui traînent ici et là, mais rien de bien grave. Il y a juste le passage sur l'alcool et la propagande de l'Incontestable à changer, mais sinon c'est parfait :). Bon courage pour la correction (même si tu n'en as certainement pas besoin, haha) !


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥️

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Ophélia D. Natsume
Messages postés : 146
Inscrit.e le : 03/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Matteo Natsume - Ma gueule d'ange ♥
Autre: Thanks Natsume-bro pour le kit over sexy. Love.
Reine De La Nuit ♕
posté
le Dim 8 Juil - 2:21
par Ophélia D. Natsume
Tout d'abord, merci d'avoir eu le courage de lire ma fiche et de la corriger. :)
J'ai tout relu et corrigé les coquilles que j'ai pu repérer, j'ai ensuite modifié la partie sur les bars/alcool , en étoffant un peu -> Fréquentations d'adolescentes un peu louche, flirt avec des petits dealers, soirée improvisées au bord de l'eau, comportement de fille légère à la place de ses barathon x)

Et j'ai modifié la partie sur l'incontestable en indiquant qu'elle était sceptique mais plutôt charmée dans le fond à être mariée à sa soit disante "âme soeur" ; et que son père le prendrait par contre comme un mariage foireux nuisant à son héritage.

Voilà
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 768
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Mar 10 Juil - 11:28
par Satoshi Totsuzen
C'est parfait, merci pour la correction :)

Pré-validation par Satoshi Totsuzen
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Makoto Nanase
Messages postés : 4547
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mar 10 Juil - 20:07
par Makoto Nanase
Bienvenue !

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥️
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥️

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Ld7d
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Cn3Ckyx
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1EPYLUw
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 50-50-2Earth WolfOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 50x50-56504f9 Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] SvinOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 3zm1 Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Opol0Q6Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] FHZzEDvOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 7Uxn8zPOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 494ZUS0Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1553711497-50-50FTM 50x500Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] B50x50Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1553722908-no-50x50Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 59e4Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Logo_510Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 190412122437274038 Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] RXqdRpDOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Logo5010Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] VBL1j1M Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1559228694-50x50Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Qlaa Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] IcoSC5050 Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Bouton10 Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Bouton15 Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 1498954954-bouton-50 Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Ophélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] DezgOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] 179wRemainsofhellOphélia D. O'Donnell - Loveless Princess [ TERMINE ] LsuvxJW