Benji N. Tarkovski
Messages postés : 235
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kinbae N. Tarkovski ♥
Autre: [color=#996666]
posté
le Ven 13 Juil - 12:15
par Benji N. Tarkovski
Benji Tarkovski
"MATRANG - Медуза"

Généralités
Nom ;; Tarkovski
Prénoms ;; Benji
Âge ;;  25 ans
Genre ;; Masculin
Origines ;; Aïnous (russo-japonais)
Activité ;; Sans profession, gagne un peu d'argent ici et là en bossant pour des sites qui recensent les meilleurs prix. Parfois il essaie de vendre des petits objets sur etsy.
Sexualité ;; Choix de l'hétérosexualité, haine sans faille pour la bisexualité.
Avatar ;; Sirius Black // Harry Potter
Règlement ;;
Chemin ;; Je cherchais juste un film pour le soir. Vous saviez que quand on tape "Just Married", votre forum apparait avant la bande annonce ?
Commentaire ;; J'aime vraiment beaucoup le fromage. C'est indécent. Je vous invite aussi à redécouvrir la plus belle chanson française: ici
Histoire

Musique de fond || Watsky- Don't Be Nice
La vidéo tourne en boucle sur internet. Nouveau meme, 15 secondes déjà détournées en parodie. T'as du vomis qui te remonte en bouche rien qu'en y pensant, gorge brûlée. Colère qui te donne chaud, qui, quand, pourquoi. Malhonnêteté, haine, ou juste une envie de s'amuser sadique. Allez vous faire foutre. Les images tournent en boucle sur ton écran, tu t'fais du mal gamin. Toujours le même terrain, les même joueurs. La caméra qui zoome sur une casquette, le calme avant la tempête, un flot de vomis qui lui sort par la bouche, chute du Niagara acide et violente. Incapable de le garder en soit, il en asperge le sol et son maillot. La balle lui échappe des mains et glisse dans la flaque. Honte suprême. Le publique fait entendre son dégoût et son amusement.
Alors tu t'allonges sur le lit, regard posé sur un plafond qui te donne le tournis. Impression d'étouffer, souffle rapide et saccadé, panique. Tes mains grattent tes paupières, tâches de couleurs qui explosent sur tes rétines, kaléidoscope infini, poitrine qui se soulève de plus en plus vite, pensées qui tournent en rond, silence insupportable. Exercice de respiration, verre d'eau. Les mains tremblent, t'as besoin de sortir, de prendre l'air. Attrape la première chose qui te vient sous la main, sweat-shirt à l'effigie d'un groupe que t'aime bien. Ça ira, ça ira, faut juste respirer. Oui mais comment. C'est quoi respirer. T'en oublies le mécanisme.
Tu vas plus jamais pouvoir te repointer au bahut. C'est foutu. Tu veux pas. Jamais. Tout sauf ça. Ils disent que c'est qu'un mauvais moment à passer, que tout le monde aura tout oublié d'ici quelques jours, quelques semaines, peut-être un ou deux mois. Mais t'y crois pas. Conneries pour te rassurer que t''écoutes pas. Tu veux plus jamais toucher une batte de ta vie. Passe temps forcé par ton père, insistant sur tes réussites, te donnant peur de la défaite. T'aimais même pas ce sport à l'origine, mais il fallait rejoindre un club, et t'étais athlétique. Ca te déplaisait pas au début, mais la pression était de plus en plus forte, pas faire de fautes, marquer des points, tu comprenais pas toujours ce que tes camarades te disaient, mélangeant syllabes avec syllabes, mal à l'aise loin de ta langue natale. Alors t’essayait de trouver des excuses pour ne plus y aller, mais tu pouvais pas te défiler à chaque fois. C'est terminé maintenant, tu veux plus te forcer, t'en as marre de cette boule dans le ventre qui te donne des nausées et qui te coupe le souffle. De toute façon ton père accepte tes caprices sans vraiment rechigner, incapable de savoir ce qu'il est censé dire. C'est pas comme s'il s'intéressait vraiment à ta vie, t'es arrivé dans la sienne qu'il y a deux ans. A croire qu'il sait pas ce qu'un père est censé faire, alors il dit oui pour pas que tu l'emmerdes. Tu veux rester à la maison, passer la nuit sous la couette, disparaitre des mémoires. Personne a fait de longues études dans ta famille, c'est pas comme si tu leurs foutais la honte à vouloir t'enfermer dans ta chambre.
Les escaliers en métal de l'immeuble grincent un peu, tu les dévales à toute allure, capuche sur le crâne. T'as besoin de te retrouver en hauteur, de respirer de l'air, de t'éloigner un peu de tout ce monde.

Musique de fond || Kid Francescoli - "Moon"
C'est un peu ton endroit secret, ta cachette, ton point d'observation. De la-haut tu peux voir loin, des grattes ciels à perte de vue, des étoiles cachées derrière le voile de la pollution. De la-haut, personne attend rien de toi, tu peux prendre ton temps, réfléchir au calme, paix retrouvée. Parfois tu t'amuses à t'assoir sur le rebord du toit, et tu regards en bas, deux pieds dans le vide et le cul sur le béton. Une fois t'as craché sur les passants, petites fourmis à peine visibles. Comme ça, pour essayer, parce que t'avais envie. C'est que des japonais après tout. Tu fais pas partie de ces gens là. Ils te dégoutent, te rebutent. Mépris sur le visage, et dégout dans le coeur, quand on te prends pour l'un d'eux. Alors tu balances un mensonge, dégueule ton nom et les regarde de haut en bas. Même pas 18 ans et déjà un caractère de petit con. Dire que t'aurais pu avoir la majorité d'ici quelques mois, si t'étais resté au pays. Là où y a tes racines, tes envies, ton passé, ta famille.
C'est la mère Patrie, grande Russie. Belle, large, froide, couverte de glace qui te paralyse la poitrine. On y est jamais tranquille, toujours sur le qui-vive. Même en temps de paix, on se prépare à la guerre, rires sans joie, coeurs froids. Y a cette impression de calme et de vide, hors du temps, le reste du monde sur une autre planète. Pas de sentiment d'unité, vie insulaire, lieu d'exclusion et d'isolement. Y a rien à faire là-bas, Sakhalin, plus un bagne qu'un foyer. Impossible d'y pêcher sans permis. Peuple épuisé et braconnier, rien à faire, toujours tourner en rond, tu finis par connaitre la ville mieux que le fond de tes poches.
C'est la mère Patrie, grande Russie, la terre de tes ancêtres, qui t'a vu naitre. Là où t'as fait tes premiers pas, tes premiers mots, tes premiers amis, premiers rêves. Là où est restée ta mère, t'envoyant parfois des petits mots ou un colis de friandises. Cette mère qui te racontait contes sur contes, histoires de terres volées, de peuple rejeté, coincés dans des réserves, culture moquée. Cette mère qui avait laissé partir un ami pour le pays insulaire, avide d'une vie meilleur, voulant retrouver cette terre qu'avait quittés ses ancêtres. Puis il revenait, de temps en temps, voir sa famille, ses amis. Pas de lettre à l'horizon qu'il disait, la vie y est difficile mais c'était toujours mieux que sur leur île. Ta mère savait le recevoir quand il lui rendait visite. Beaucoup d'amour, chaleur corporel, il a suffit d'un oubli pour que tu lui germes sous le nombril. Il a fallu d'un oubli pour qu'il refuse de continuer à la voir, couper court à l'arbre généalogique. Mais il pouvait pas fuir toute sa vie ce con, peu à peu il reprenait des nouvelles, demandant une photo ou deux. "Les mêmes yeux" qu'il disait, en posant le regard sur ton visage. Tu le voyais jamais quand t'étais gamin, simple ombre qui rodait de temps en temps. Et puis ta mère a voulu te donner une chance de quitter le pays, de profiter d'une véritable éducation. Il fallait que. Toujours le devoir, l'obligation. "Pour t'aider quand tu seras plus grand" qu'elle disait. Alors t'a emménagé chez ton père à 15 ans. De toute façon, l'Incontestable pouvait te retrouver où que tu sois.

Musique de fond || Therapie TAXI - Anti Hit Sale
Tu peux pas t'empêcher de repenser à la Russie quand t'es là haut. Parfois tu te demandes si ta vie aurait été vraiment différente si t'étais resté là-bas. C'est pas comme si t'avais vraiment d'amis ici, barrière de la langue que tu forces en détournant le regard de tes cahiers de classe. C'est pas comme si t'avais vraiment de famille ici, juste un homme que tu appelles par le prénom, figure paternel qui te met mal à l'aise. C'est pas comme si t'avais vraiment d'avenir ici, notes en chute libre, bon à rien, pas d'envies ni de dons. Parfois tu t'amuses à taper sur des bouts de bois, ramenés par ton père, menuisier. T'es pas artiste dans l'âme, y a pas d'affinité avec le bricolage non plus. Tu fais des boites, butais, kamishibais, carrés de rêves où on peut faire glisser des histoires. Tu t'amuses aussi à te faire tes propres stress-balls, que tu malaxes entre tes doigts quand tu sens tes mains trop moites. Tout ça tu peux le faire chez toi, sans quitter les murs réconfortant d'un intérieur que tu connais.
T'as plus envie de sortir.
T'as juste envie de laisser passer le temps.
Doucement, sans faire de bruit.
En espérant qu'on oubliera ta présence.

Musique de fond || Lomepal - 70
Mais l'âge te ramène toujours à la réalité. 25 ans. Quart de vie, quart de siècle. Pas de diplôme en poche, t'as plus jamais remis les pieds au lycée, t'as jamais non plus vu les bancs d'une université. T'as fait des petits boulots, caissiers dans un kombini, emplois en ligne. Puis t'as réussis à vendre deux trois objets sculptés en ligne ici et là, tout en bossant pour un site random qui recense différents prix pour des produits dont tu te balances totalement. Tu gagnes pas grand chose, tes parents t'ont aidés en te versant de l'argent chaque mois. Tu leur fous la paix, ton père t'échange l'argent contre une vie sans embrouilles. On peut dire que tu vis au crochet de tes vieux, créchant dans un 19 mètres carrés miteux où tu passes le temps vissé devant un écran. C'est petit, mais propre, tu supportes pas les mauvaises odeurs qui te titillent les narines. T'as l'impression de sentir des vagues acides te remonter le long de gorge, alors tu ranges tout, gratte la saleté, désinfecte tout. Et puis parfois, la nuit, tu sors de chez toi, portable à la main. T'inspires de grandes lapées d'air, comme un naufragé qui essaie de reprendre son souffle après avoir passé de longues secondes sous l'eau. Tu veux pas te laisser submerger. Alors tu retournes là-haut, et tu y restes quelques heures. Prenant parfois une ou deux photos, que tu développeras ensuite, pour les coller sur tes murs. Toujours des paysages, des objets, que de l'inanimé, rien de vivant. T'as peur de ces choses là. Jamais proche des gens, toujours une distance entre vous. Tu te sens comme un étranger sur une terre qui ne t'appartiens plus. Si encore, elle ne t'a jamais appartenu. Détourne le regard, fixe le sol. 6 pieds sous terre, c'est là que tu veux finir. T'y arriveras bien un jour, peut-être demain. C'est ce que tu te dis parfois, pourtant tu gardes toujours au moins un pieds sur le sol. Tu voudrais qu'on te laisse crever, disparaître dans un souffle, te faire avaler tout cru. Mais un homme ça pleure pas, alors ravale ta crasse et essuie ton désespoir sur un T-shirt plein de sueur. Au fond, tu veux juste rentrer à la maison.
T'es loin de chez toi petit garçon. Pays incapable à quitter, corde au cou serrée par un père qui voulait fuir ses racines. Tu craches sur cet Incontestable qui t'a fait quitter ton continent.


Caractère
Musique de fond || CONTREFAÇON - HOREF - 4/4
Médiocrité collée à la peau, masque de belle vie et d'argent. Y a tes mensonges qui te collent à la peau comme des saletés de verrues. Collez collez, griffez lui les côtes, rongez lui la peau. Tâches d'encres sur le torse, pauv' tâche dans la tête. Toutes des salopes. Tous des connards. Que des putains à l'horizon pour toi. Benji sans amis, Benji avec ses soucis. T'es détaché de tout, flotte dans ta solitude et tes idées noirs, laisse les te ronger tes envies de vivre petit à petit. Avec toi pas de CONFESSION, COMPASSION, mais des CONTREFAÇONS, COMPARAISONS, tous des cons, tous des fions. T'aimes rien ni personne, tu laisses tout te couler dessus jusqu'à péter un câble et tout envoyer valdinguer. Crise de panique sur crise de panique, tu niques tout seul dans le noir pour pas avoir à toucher quelqu'un. De la saleté partout, tout laver tout ranger. Des microbes qui glissent sous ta peau, ta pire peur, ton envie de sauter. Mais jamais. Ton pieds reste dans le vide mais t'es trop con et indécis pour lâcher prise. Tout a de l'importance, chaque décision, chaque grain de riz que tu portes à tes lèvres. Et si tu tournes à droite, et si tu prends la gauche. Y a toutes ces possibilités qui te donnent le tournis, des « et si » que tu prends comme messie.
T'es l'ombre qui rampe dans les rues la nuit. Silence et tourments. Tour à tour tu mens, entourloupe, trahis à foison, manipulation, faux semblants, pas de famille aisée mais deux vieux parents. Pas bien grand comme entourage, besoin de calme pour mieux te perdre en toi-même, château de carte lourd et fragile. Tu fais de ton mieux pour comprendre, pour voir, espèce de crétin incapable de bien faire les choses, avec ton japonais cassé qui sent mauvais. Tu le sais, tu t'en rends compte, complais toi dans cette masturbation du complexe du martyr. Pas ta faute, jamais ta faute, tu réussis rien mais y a une bonne raison. Maman, papa, ton sang, ta langue. Putain de branleur qui fouille jamais dans son arbre généalogique, t'en as même perdu tes racines. Tu tournes le dos à ceux qui t'ont fait, à ce qui t'a construit. Aucune confiance en l'autre, tu crains la lettre mais t'es bloqué avec des sushis dans le gosier. Tu veux ta liberté, aller et venir, quitter ton quartier, ta ville. Disparaître en un souffle, à tout jamais. Y a jamais eu ton nom sur une place de parking, t'es qu'un étranger aux yeux bridés. Aimer quelqu'un c'est la vulnérabilité, montrer ses faiblesses, donner du pouvoir à l'autre sur toi. T'aimes pas ça mon con, qu'un gamin en camp ennemi, perdu, don't be nice. Gros malaise, quoi dire, quoi faire, que toucher, où te poser. Pas savoir. La mer à boire pour un puceau qui a choisit son camp. Les femmes, toujours les femmes, que les femmes. Biphobe jusqu'au bout des doigts usés, à la peau marquée. Choisissez votre camps, qu'il répète entre ses dents. Tu renies ce que t'étais, répétition d'une vision noir et blanche de la vie, tout mettre dans des cases. On te disait de prendre l'un ou l'autre, une identité peut pas être double, pas de démesuré. Alors c'est la simplicité, charme féminin. Qu'ils fassent la même chose. Refuse leur le bonheur d'une identité acceptée et affirmée. T'as pas le droit d'être toi même, qu'ils crèvent tous avec leur sourire sur le visage et leur amour qui tourne toujours. T'as la rancune facile, qu'ils subissent eux aussi.
T'en avais des nausées de la pression. L'envie de dégueuler pour sortir le mal. Mal-être, malaise, maladresse. Alors t'enfiles ton masque désabusé, sarcastique, juste très fatigué. Pas d'énergie, juste un air détaché. Astucieux petit curieux, capable de te débrouiller dans ta vie parsemée de secrets, ton imagination ne connait pas de limites dans tes excuses. Petit rêveur déchu, jongleur de danger et de calme.

Amour pour le karaoke • Photos de tout, n'importe quoi, partout • Ennui constant • Mauvais perdant « tg j'ai gagné » • « I always assume people don't like me, until proven otherwise. » • Amour infini pour les pigeons et les bourdons • Ambiance préférée : long trajet en avion en pleine nuit • Nuit poétique, regard levé vers les étoiles • Crois aux fantômes • Parle tout seul • Aucune patience avec les enfants • Héros préféré : nouveau Batman aka Damian Wayne • Faible pour les femmes plus âgées • Marche jamais sur les lignes des pavés • Lave ses cheveux tous les jours • Alcool bavard, triste et porteur de vérité • Crises de panique fréquentes • Collection de stress-ball • Grignote au lit • Ferme toujours la porte à clé quand il rentre • Goût préféré : thé matcha • Musique électro

Physique
Musique de fond || Until The Ribbon Breaks - Orca
Ben, tu sais jamais quoi faire de tes mains constamment froides, calleuses, blessées, sèches, outil malhabile qui tape sur du bois pour y façonner des butais et autres kamishibais. Bras ballants, longs, minces, qui pendent mollement le long de ton corps. Les veines gonflées de haine et de colère colorent ta peau de violet et de bleu. Serpents porteurs de vie, parfois visibles sur tes paupières, petites rides colorées. Peau pas assez pâle, cernes trop sombres. Noir et blanc, toujours, encore. Nuit dans tes cheveux courts qui te cachent les yeux, ivoire sur tes dents. T'as du poil qui te couvre la poitrine, protection naturelle pour ta cage thoracique et pour ton cœur. Rouge, bruyant, il pompe et pompe. Geyser de vie qui balance le liquide jusqu'à ton crâne, il irrigue tes narines et les font péter de couleur trop souvent à ton goût, tâches carmins sur tes lèvres et ton menton. Traits anguleux, yeux tristes, sourcils broussailleux que tu t'amusais à épiler pour désherber. Tu bronzes trop facilement, doré au soleil, palot à l'ombre. On te prends souvent pour un mec des îles du sud, proposition acceptée, origines effacées. Plus d'Aïnou dans ta bouche où il manque deux dents. La langue est morte depuis longtemps, dans ton cœur, dans ta mémoire. Juste des échos du passé qui te noircissent la poitrine, le cou et les épaules. Pas de russe, pas de japonais, que de vieilles branches tordus et sèches. Identité étouffée dans l'oeuf, t'as retrouvé ce que tu cherchais, affiché à jamais sur ta peau sous des signes qui sentent l'ancien. Une oreille percée, petit trou esthétique, y porter un bijou quand tu as besoin d'affirmer ta féminité. Ta rébellion, ton « merde ». Dos voûté quand tu t'assois tout seul dans ta chambre, regard fixé à l'horizon quand tu marches dans la rue. Pas croiser les regards, pupilles sombres, iris brunes, yeux bridés. Faux semblants sur faux semblants, toujours vendre des mensonges. Pudique, tout dans la retenue, tu vas jamais dans l'extravagant dans ta manière de t'habiller. Couleurs sombres, ne pas se faire remarquer. Se faufiler dans la masse. Démarche pas vraiment assurée, t'as l'air de tanguer un peu, pieds qui frappent le sol à chaque pas. On sent ta nervosité quand ton regard papillonne dans la pièce à la recherche d'une sortie. Tes muscles ont fondus comme neige au soleil. Il te reste des reliques ici et là, gonflant tes biceps ou affinant tes cuisses. Tu t'aimes pas dans le miroir, c'est sombre ce que t'y vois. Alors tu caches ta pilosité, rasoir délivreur qui te caresse la poitrine, tu couvres ta peau brune de pulls et de T-shirts. Certains trouvent ça viril, toi t'y vois de l'indécent. T'as les chevilles fragiles, les entorses t'empoisonnent la vie, te donnent cet air soucieux sur le visage.
Inari Akiyama
Messages postés : 601
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Corvus ♥
Autre:
Old Man
Old Man
posté
le Ven 13 Juil - 12:49
par Inari Akiyama
Bienvenue et bonne rédaction 1-800-273-8255 1986680169
J'aime bien le choix illu **
Benji N. Tarkovski
Messages postés : 235
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kinbae N. Tarkovski ♥
Autre: [color=#996666]
posté
le Ven 13 Juil - 13:22
par Benji N. Tarkovski
Merci. ♥️
Seyfried H. Bellandi
Messages postés : 548
Inscrit.e le : 09/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : BELLANDIVE (╯°□°)╯︵ ┻━┻
Autre:
Reine des Chagasses
Reine des Chagasses
posté
le Ven 13 Juil - 13:44
par Seyfried H. Bellandi
Sirius Black ça va tu pars bien dans la vie 1-800-273-8255 3766924225

Hellcome 1-800-273-8255 1362171446

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

1-800-273-8255 181202111716271804

Kinkeabae, fournisseuse de kits swag since 2018

so nobody will ever forget your memorable skill, satoshit:

1-800-273-8255 85277910
Mielikki Moss
Messages postés : 299
Inscrit.e le : 12/12/2015

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : The Big Bad wolf
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
A Spoon of Miel~
posté
le Ven 13 Juil - 14:01
par Mielikki Moss
Benji Tarkovski a écrit:Chemin ;; Je cherchais juste un film pour le soir. Vous saviez que quand on tape "Just Married", votre forum apparait avant la bande annonce ?]

Ouaip... Je cherchais le forum et je suis tombée sur le film... //porte//

HELLcome à toi! <3

Bonne écriture!
Ophélia D. Natsume
Messages postés : 146
Inscrit.e le : 03/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Matteo Natsume - Ma gueule d'ange ♥
Autre: Thanks Natsume-bro pour le kit over sexy. Love.
Reine De La Nuit ♕
posté
le Ven 13 Juil - 17:51
par Ophélia D. Natsume
Salut beau goss' ,
Bienvenue à toi !

A plus trésor 1-800-273-8255 2078551763
Teare B. Jefferson
Messages postés : 467
Inscrit.e le : 21/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : fuck la police. ❤︎
Autre: ava : len-yan, deviantart
posté
le Ven 13 Juil - 18:21
par Teare B. Jefferson
Bienvenue !
Bonne rédaction 1-800-273-8255 1984817200
Maze Jefferson
Messages postés : 189
Inscrit.e le : 16/04/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sexy langue de vipère Teare ♥
Autre: Merci Driss pour l'ava ♥

★
posté
le Ven 13 Juil - 19:10
par Maze Jefferson
Bienvenu, Sirius Benji !
J'ai hâte de lire ta fiche, bonne rédaction 1-800-273-8255 1362171446
Benji N. Tarkovski
Messages postés : 235
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kinbae N. Tarkovski ♥
Autre: [color=#996666]
posté
le Ven 13 Juil - 19:54
par Benji N. Tarkovski
Blblbl, merci bien. ♥️
Chû Senju
Messages postés : 407
Inscrit.e le : 04/04/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : ♡
Autre:
posté
le Dim 15 Juil - 13:11
par Chû Senju
Bienvenue ! Toi tu m'intrigues. Hâte d'en savoir plus sur ce petit Benji moi aussi ! Bonne rédaction et bon courage pour la suite 1-800-273-8255 814625494
Benji N. Tarkovski
Messages postés : 235
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kinbae N. Tarkovski ♥
Autre: [color=#996666]
posté
le Lun 16 Juil - 12:50
par Benji N. Tarkovski
Merci. *appuie sur la pédale d'accélération de rédaction*. Il y en aura un peu plus aujourd'hui. ♥️
Makoto Nanase
Messages postés : 4547
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Lun 23 Juil - 10:22
par Makoto Nanase
Délai dépassé. Ajout des trois jours supplémentaires !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

1-800-273-8255 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit 1-800-273-8255 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
1-800-273-8255 Ld7d
1-800-273-8255 BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
1-800-273-8255 Cn3Ckyx
1-800-273-8255 1EPYLUw
1-800-273-8255 DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
1-800-273-8255 E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
1-800-273-8255 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
1-800-273-8255 Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
1-800-273-8255 YqECw0j
Benji N. Tarkovski
Messages postés : 235
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kinbae N. Tarkovski ♥
Autre: [color=#996666]
posté
le Lun 23 Juil - 12:26
par Benji N. Tarkovski
Ouf, merci monsieur. J'allais demander trois jours en rab, c'est parfait. ♥️
Makoto Nanase
Messages postés : 4547
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Ven 27 Juil - 10:52
par Makoto Nanase
Bienvenue 1-800-273-8255 1362171446

Des petites fautes qui traînent ici et là, notamment des S oubliés sur certains verbes, donc attention à bien te relire 1-800-273-8255 4115966937
Sinon, je n'ai rien à dire ! Ta fiche s'est lue facilement, ton style est agréable et l'univers de Benji très intéressant !

Amuse-toi bien 1-800-273-8255 1984817200

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥️
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥️

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

1-800-273-8255 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit 1-800-273-8255 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
1-800-273-8255 Ld7d
1-800-273-8255 BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
1-800-273-8255 Cn3Ckyx
1-800-273-8255 1EPYLUw
1-800-273-8255 DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
1-800-273-8255 E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
1-800-273-8255 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
1-800-273-8255 Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
1-800-273-8255 YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-Chevalier1-800-273-8255 50-50-2Earth Wolf1-800-273-8255 50x50-56504f9 1-800-273-8255 Svin1-800-273-8255 3zm1 1-800-273-8255 Opol0Q61-800-273-8255 FHZzEDv1-800-273-8255 7Uxn8zP1-800-273-8255 494ZUS01-800-273-8255 1553711497-50-50FTM 50x5001-800-273-8255 B50x501-800-273-8255 1553722908-no-50x501-800-273-8255 59e41-800-273-8255 Logo_5101-800-273-8255 190412122437274038 1-800-273-8255 RXqdRpD1-800-273-8255 Logo50101-800-273-8255 VBL1j1M 1-800-273-8255 1559228694-50x501-800-273-8255 Qlaa 1-800-273-8255 IcoSC5050 1-800-273-8255 Bouton10 1-800-273-8255 Bouton15 1-800-273-8255 1498954954-bouton-50 1-800-273-8255 Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !1-800-273-8255 Dezg1-800-273-8255 179wRemainsofhell1-800-273-8255 LsuvxJW