/! Forumactif rencontre des problèmes de serveurs de base de données depuis hier soir, ce qui est la raison des nombreuses maintenances auxquelles nous faisons face. Si vous devez poster des rps, pensez à bien garder une copie sur word au cas où ! /!

Akira Kuchiki
Messages postés : 55
Inscrit.e le : 15/09/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Acanthe Kuchiki
Autre: Merci à Natsu, best bro 4ever, pour l'avatar.
Mâle lpha | Chef De Meute
posté
le Mar 25 Sep - 23:08
par Akira Kuchiki
Walk in silence. Don't walk away. See the danger, always danger. Endless talking, life rebuilding. Don't walk away.  



Akira Kuchiki | 1m98 - 110 kg | Né le 21 Juillet 2071 - 39 ans | Veuf depuis 7 ans | Chef de la division des moeurs de Tokyo - Discrict 4 Commissariat de Kabukicho | Héritier du respecté clan Kuchiki | Maître en Taihojutsu - Kendo |


Akira tu es né au coeur de l'été, dans un foyer heureux, digne de l'idéal que vend l'incontestable. Fils de l'héritier Kuchiki, dont les descendants sont d'une noblesse d'épée, famille riche et influente dans la grande capitale, Akira tu as vécu une enfance heureuse. Tu te souviens des hamanis, des lanternes et des feux d'artifices, petit prince parmi les roi. Et il semble que depuis toujours tu as été enclin à porter le poids des responsabilités, ton clan est à la fois ta fierté et ton fardeau.

Ton père Sakuya Kuchiki, ton héros, ton exemple, est chef de la troisième division de lutte contre le crime organisé, c'est lui qui t'as transmis ce sens si aigüe du devoir, de l'honneur, de la force et du courage. Il t'emmène au dojo pour la première fois à 5 ans, depuis ce jour, les arts martiaux n'ont plus jamais quitté ta vie. Tu te souviens, le plaisir d'aller entrainement, l'envie déjà de devenir maître de ton corps et de ton esprit, alors tu plongeas à corps perdu dans le kendo et le karaté.

A 7 ans deux officiers viennent frapper à votre porte et ta douce mère, Kaoru, fond en larme, toi tu ne dis rien, ton père vient d'être abattu de trois balles dans le thorax. Tu n'as pas pleuré quand tu es allé lui dire adieu à la morgue, tu as juste promis de faire en sorte que le monde soit meilleur, tu deviendrais policier à ton tour, tu seras grand, tu seras fort, Akira. Tu te souviens des larmes sur le si beau visage de ta mère. Toi tu n'as pas pleuré, toi déjà , tu devenais fort. Mais il t'as terriblement manqué, ton père, jamais plus tu ne le verrais quitter la maison arborant son bel uniforme.

Après la mort de ton père vous êtes partis vivre dans la grande résidence Kuchiki où ton grand-père Hirohito s'est occupé de toi. Tu seras son successeur direct, toi Akira qui est encore si jeune. Il a parfait ton éducation, ta rigueur, ta culture, tes entraînements, et tu te souviens encore des heures passées sous les cerisiers armé de ton boken, des leçons d'Hirohito et du magnifique jardin de la résidence. Une pierre sur ton chemin, mais tu étais toujours heureux, Akira.

La vie suit son court, garçon solitaire, garçon timide, trop grand déjà, venant d'une famille trop grande, tu es seul. Mais ce n'est pas grave, tu aimes le calme, tu aimes la solitude, tu es concentré, tu ne penses qu'à ton rêve, qu'à ton idéal. Tu es droit, tu vois loin Akira et, ne comprenant pas les autres de ton âge, tu restes focalisé sur tes objectifs. Garçon trop sérieux, garçon trop imposant, tu leur fait peur, on te craint, toi qui dans le fond n'est pas si terrible que tu en as l'air.

Et puis, une lumière aveuglante est venue bénir ta vie. Miyako, ton amour d'enfance, ton amour de toujours, vous avez grandit ensemble sans jamais douté qu'un jour vous serez uni. La longue traversée du guerrier solitaire fut illuminée par un ange. Celui qui accompagne ta vie, celui qui fait encore battre ton coeur depuis tout ce temps. Vous aviez 16 ans, vous étiez beaux, parfaits petits Japonais, disciplinés et doux. Et, toi qui a toujours été docile face aux lois, ayant toujours cru en l'union parfaite que pouvait vous offrir l'incontestable - tel qu'il l'avait fait pour Kaoru et Sakuya - tu ne pouvais douter qu'un jour tu serais son mari, il ne pouvait en être autrement.

Le temps du Son petit ange est parti à l'université de droit alors que toi Akira enfin tu t'approchais de ton but, tu as été admis avec brio à l'Académie de Police de Tokyo. Quel bonheur, tu allais enfin, après six mois de formation, entrer dans le vif du sujet, ce rêve qui avait porté ta vie depuis la mort de ton père. Tu avais 19 ans, tu étais un petit génie, tout t’avait réussi, rien n'aurait pu te faire douter. Tu étais encore si jeune, Akira, si grand, si beau, plein d'illusion, plein d'espoir, toi qui voulais aider les autres, toi qui avais l'étoffe pour réaliser ce que les plus faible ne pouvaient pas accomplir. Ouais, t'allais devenir un super coop, Aki.

Tu découvres le Taihojutsu et qui te lance avec passion à corps perdu dans cet art martial dédié aux forces de l'ordre qui combine tous les autres arts du combat Japonais. Au dojo de l'académie de police on murmure ton nom, on t'accuces, toi le grand Kuchiki dont la voie est toute tracé. Ce fut une évidence, ta réussite au sein de l’Académie de Police de Tokyo, Major de promo, tu as décidé de t’orienter vers les mœurs, ça semblait évident ça aussi. Par ce que tu avais promis à ta mère de ne pas suivre la même voie que ton père, de ne pas te tromper en t’engageant dans la voie de la vengeance. « Tu es bien trop beau, bien trop grand, utilise tes grandes mains pour protéger les plus faibles. » avait-elle murmuré, femme sage qui te berce toujours comme un enfant.

Tout était parfait, tout était lisse Akira, tu le sais non ? C’est peut-être pour cela que tu as été puni, par ce que tu étais trop sûr de toi, par ce que ta vie était devenue trop belle. Ouais, c’est peut-être ça, le karma t’a rattrapé. Vous aviez 20 ans lorsque vous aviez reçu ensemble vos jolies lettres roses dans votre petit studio de semi-étudiant. Quel amusement, vous alliez peut-être recevoir un meilleur logement maintenant qu’Akira était fonctionnaire de police non ? Ouais, il gagnait un peu sa vie en courant après les petits dealers, abattant ses grands poings sur les vendeurs de mort dans la rue. Vous étiez si beau, vous étiez si heureux, et la tradition oblige, si chère à ta famille, vous avez fêté cette union parfaite, cette union si évidente dans le grand jardin de la résidence Kuchiki. Elle est au centre de ta bibliothèque, la photo de votre mariage sous les cerisiers. C’est que tu l’aimes le printemps, te rappelant à quel point elle était belle dans son kimono blanc. C’était parfait, simplement parfait, limpide et simple. Tu avais déjà accompli beaucoup dans ta vie Akira.

Au poste encore une fois tu traînais une réputation qui t'emmerdais, Kuchiki, toujours Kuchiki avant d'être Akira. C'était ça ta malédiction, le poids de ta famille qui te poursuit, qui masque celui que tu es vraiment, mais tant pis, par ce que tous savent que tu es fort. Ton regard s’est endurcit avec le temps, tu n’es plus l’adolescent timide et pudique qui essaie de se cacher malgré sa grande taille. Non, là tu te tiens droit et fier, tu avances dans le bureau sans même regarder ceux qui ne t’intéressent pas, tu es Akira et t’es un bon flic.

Mais ce n’était pas grave, bientôt tu ne serais plus seul, bientôt t’aurais quelqu’un avec qui échanger quelques modiques mots – mais toujours sincère et juste – y’aurai quelqu’un d’autre que Miyako et ta famille dans ta vie. Ouais, t’avais 22 ans, t’as croisé sa route, ton bro, ton co-équipier avec qui casser du dealer. Ryôtarô Noguchi, ce grand con qui est devenu ton frère d'une autre mère. L’équipe de choc, les deux cons qui ne se séparerons plus. Et c'était bon, ouais, de ne plus être tout seul à poursuivre cet idéal, t'avais une épaule aussi solide que la tienne sur laquelle te reposer. Même si au début ça n'a pas été le grand amour mais entre homme y'a toujours un peu d’ego, y'a toujours ce moment où tu jauges l'autre, où t'apprends à lire dans les silences. Et chez Akira, y'en a beaucoup. Mais avec le temps, à force de glander pendants des heures dans la voiture de patrouille, on s’rapproche, on devient comme des frères, lentement, petit à petit. Ouais bro, si on avait su ce que la vie nous réservait, on aurait dû continuer à kiffer nos longues nuits blanches à boire du café et à s’empiffrer de beignets.

Les années passent et tu montes doucement en grade, ça fait 5 ans maintenant que tu as passé pour la première fois la porte du commissariat, t’en as fait du chemin. Fini les patrouilles ingrates et le tri de dossiers, t’as gagné en respect Akira, petit à petit ouais, à force de vider les rues de Tokyo de ses petites frappes, maintenant t’as envie d’autre chose, t’as envie d’évoluer, il était temps à présent de s’attaquer à de plus gros poissons. Après tout, tu as fait tes preuves et personne au bureau ne voudrait te défier en combat singulier, tu es devenu le super coop que t’as toujours rêvé d’être, mais ça ne te suffisais pas, non, ça ne te suffisais pas.

Tu avais bientôt 30 ans, il était temps de gravir encore un peu plus les échelons et attraper de plus gros poissons, nettoyer les rues consistait maintenant à faire tomber les grosses têtes. Tu étais beau, tu étais fort en brandissant cet idéal mais tu étais loin d'imaginer les conséquences de tes petites investigations. Au fur et à mesure tu as décortiqué chaque dossier, chaque cas, chaque enquête non résolue, tu es intelligent et rapidement tu as compris que quelque chose clochait, que dans la plupart des cas les affaires semblaient être oubliées. Parfois même il manquait des éléments dans les dossiers et dans la réserve certaines pièces à convictions avaient disparu. Ce n’était pas normal, alors tu as fait l’erreur d’en parler à tes supérieurs, outré, persuadé que quelque chose se tramait au sein même du bureau. Tu avais raison mais tu as fait l’erreur de faire confiance à tes supérieurs. Dans ton esprit si droit, tellement focalisé sur le respect de la loi tu n’as pas pensé à la corruption, pauvre idiot.

Tu n'as rien dis à Ryôtarô, là encore ce fut une erreur de te croire si fort, si grand, capable de protéger tous ceux que tu aimes à toi seul. Tes épaules sont larges Akira, mais peut-être que tes bras n'étaient pas encore assez fort. Tu as tout perdu, dans ta quête solitaire. Peut-être que tu as baissé ta garde quand tu as appris la bonne nouvelle ? Vous aviez 32 ans et vous alliez devenir parents. Oh ma tendre Miyako, chaque jour tu as su illuminer ma vie si sombre, si sérieuse, et maintenant tu allais m’offrir un enfant. Ta vie était comblée, complète, tu avais une femme, bientôt une fille qui se nommera Akiko par ce qu’elle devait naître au cœur de l’automne ta princesse, tout était parfait. Tu t’étais lancé dans une guerre silencieuse sans le savoir, t’avais mis ton nez là où il ne fallait pas mais tu étais persuadé de découvrir la vérité, de faire tomber les têtes afin de rétablir l’ordre au moins au bureau. Ça faisait deux longues années que tu amassais les preuves, que tu regroupais les éléments ensemble afin de prouver tes dires.

Tu n’oublieras jamais, guerrier solitaire, et chaque jour tu t’en veux, chaque jour depuis 7 ans maintenant, tu y repenses à cette nuit-là. Il pleuvait ce soir-là, il pleuvait comme le jour où tu as appris que Sakuya était mort en poursuivant son propre idéal. N’as-tu donc rien compris ? Où bien était-ce dans ta nature, dans ce monde les héros n’existent pas. Tu es rentré tard ce soir-là, beaucoup plus tard que d’habitude, tu étais resté pendants des heures dans les archives, t’avais trouvé, t’avais la clef de la réussite, bientôt tu allais pouvoir déposer avec fierté la vérité sur le bureau du grand chef. La division des mœurs n’avait qu’à bien se tenir, tu arrivais à grand pas. Tu étais heureux, tu étais fier Akira et tu es rentré à la maison, tu allais prendre Miyako et son gros ventre dans tes bras forts et lui murmurer qu’enfin tu touchais au but. La maison était silencieuse, plongée dans l’obscurité, tu ne savais pas que dans l’ombre quelqu’un t’attendais. Tu es rentré trop tard, trop confient, c’est que cet émissaire ne savait pas qu’il y avait ta jolie femme à la maison, non, personne ne savait mis à part la destinée. Tu t’es jeté sur ce petit corps sans vie, baignant dans une marre de sang, tu l’as serré si fort, si fort, ta merveille à qui on avait tranché la gorge. Cela datait de plusieurs heures, le sang avait commencé à coaguler. Et ton bébé ? Ton bébé avait-il réussi à s’accrocher à la vie ? Oublié dans une coquille sans âme ? Tu ne te souviens plus, tu ne sais même plus si tu as eu le temps de pleurer Akira, que déjà le coup se porta sur ton dos. Tranché de tout ton long avec ton propre sabre. Horreur, trahison, tu t’es effronté et on t’a laissé pour mort, baignant dans le sang de ta merveilleuse petite famille. Combien de temps ? Combien de temps ? Juste à temps il est arrivé, ton bro, le meilleur des meilleurs, ton alter-ego qui étais assez fort pour te porter sur son dos, toi qui avais presque été coupé en deux.

blablablabla l'histoire est longue même en summup XD

I'M WATCHING YOU. THE LAW IS THE LAW AND I AM THE LAW.
Ces petites choses qui font tout  - Akira il est un peu à l'ancienne, la vieille époque, il galère avec la technologie | Tape ses rapports sur une vielle machine à écrire Remmington | Ressemble à un flic sorti des vieux Polar Noir | Aime porter des chemises, des pantalons à pinces retenus par des bretelles | Aime le cognac, le whisky, le saké et les cigares de temps en temps | Grand sportif, l'entrainement c'est toute sa vie | Travail beaucoup | A un goût prononcé pour le café et les donuts surtout en patrouille | Fée du logis - Maniaque sur les bords , aime faire le repassage et la cuisine | Possède une Kawazaki Ninja & une Ford Mustang Gran Torino | Aime Ryôtarô & Reiko comme sa propre famille | Déteste la pluie | Aime l'été et le ciel qui s'illumine par les feux d'artifice | Aime aller au temple | Aime le printemps et s’entraîner sous les cerisiers en fleur | Préfère l'action aux paroles | Timide - N'est pas très à l'aise face à la gente féminine |


Akira est à la recherche -
De collègues de travail que ce soit dans sa division ou d'autres policiers qu'il aurait pu croiser durant une enquête, une réunion générale du district 4 ou autre événement impliquant la police |
Des gens qu'il aurait pu aider - Notamment lors de Shukumei |
Des ennemis - En vu de son métier et de son statut venez nombreux ! Dealer, Proxénète et autres trafiquants tenez vous à carreaux ! |
Un/Une fan - En vu de son histoire qui a retenti dans les oreilles de nombreux membres de la police, telle une légende le grand Kuchiki cherche éventuellement un stalker, peut-être élève en école de police ? Un peu trop fan de lui, instants amusant à la clef je vous le garanti ! |
Membre du clan Kuchiki - Ma foi, pourquoi pas un cousin, une cousine éloigné ? Futur chef de clan il se doit de connaître tout le monde, veiller sur la famille et son empire ! |
Autre - A savoir qu'il est tout sauf sociable, qu'il n'a pas l'air sympathique, qu'il est autoritaire et exigeant, mais derrière cet aspect de géant de glacese cache un grand coeur et un sens de la loyauté à tout épreuve.  
When people listen to you don't you know it means a lot, 'Cause you've got to work so hard for everything you've got. Can't rest on your laurels now, Not when you've got none. What you gonna do ? What you gonna do ? When it's over.
Akira Kuchiki
Messages postés : 55
Inscrit.e le : 15/09/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Acanthe Kuchiki
Autre: Merci à Natsu, best bro 4ever, pour l'avatar.
Mâle lpha | Chef De Meute
posté
le Mar 25 Sep - 23:09
par Akira Kuchiki

Kaoru Kuchiki - Okaasan'
Ta mère, ton honnorable, ta douce mère, Kaoru. Il est vrai que tu en parle peu de la première femme de ta vie, face à tous les événements que la vie t'a réservé elle semble comme une ombre, une légère brise discrète au milieu du chaos. Mais elle a pourtant été présente, ta mère, symbole de vertu et de sagesse. Elle vit toujours à la résidence Kuchiki, laissant les années couler sur elle paisiblement, n'ayant jamais été remariée après la mort de ton père il y a de cela bien longtemps maintenant. La machin aurait-elle dot su que nul autre homme que Sakuya aurait pu rendre Kaoru heureuse ? C'est peut-être pour cela que tu cultives l'espoir de ne jamais avoir à recommencer, à ton tour, avec une autre. Ta mère tu viens lui rendre visite régulièrement, ta pauvre mère que tu as fait pleuré il y a des années maintenant, en train de mourir à petit feu dans cette chambre d'hôpital. Mais avait-elle deviné que tu étais de la même nature que Sakuya ? Peut-être, car elle ne t'en a jamais tenu rigueur. Ta mère, ta précieuse, tu l'aimes aussi, autant qu'un fils dévoué peux aimer sa mère. Discrètement, tendrement, dans le respect immense de cette petite femme qui t'a bercé lorsque tu n'étais encore qu'un enfant, toi, le grand Akira.



Miyako Kuchiki - Soul mate - Décédée
Cela fait encore tellement mal, n'est ce pas, de prononcer son prénom, hein Akira ? Amour d'adolescence, femme d'une vie, vous avez presque grandit ensemble n'est ce pas ? Jamais tu ne pourras oublier ce matin calme où elle s'est penchée sur ton bureau, toi le lycéen bosseur et timide. Jamais tu n'oubliera son sourire, son petit carré noir, ses yeux rieurs. Heureusement que tu es venue à moi Miyako, car jamais je n'aurai oser t'approcher, toi qui étais si belle, si simple, si douce.



Junko Noguchi - Like a little Sis' - Décédée
Junko, c'était un sacré brin de femme, hein Akira ? Même toi, parfois, elle arrivait à te faire tourner en bourrique la belle. Tu ne l'as jamais dis, ça encore, mais tu adorais lorsqu'elle te parlait de Ryôtaro et encore plus lorsque ton frère passait des heures à te conter à quel point son épouse était merveilleuse. C'est bon, simplement, de voir ceux que tu aimes heureux. Une jolie petite troupe que vous formiez tous ensemble, vous avez connu l'un comme l'autre le bonheur d'un foyer heureux, d'une union incontestablement forte et unie. Et puis la vie suit son court et l'univers nous vole ce qui nous est précieux et la vague qui t'as emporté il y a un an a balayé en un instant une partie de ta vie Akira. Elle te rappelait Miyako, quand elle riait, quand elle parlait d'elle, elle te la rendait encore un peu vivante quelque fois. Elle te manque, la belle Junko et son brin de folie. Mais ne t'inquiètes pas, j'espère que tu le vois, je fais de mon mieux pour prendre soin de tes trésors. Je serai toujours là à leur côté, la vie a été trop dure, il est hors de question de les voir s’enfoncer dans la souffrance. Je les aimes et je les porte, autant que je le peux, sur mes larges épaules.



Reiko Noguchi - Like my own daughter
Petite, si petite Reiko, tu es devenue la fille que je n'ai jamais eu. Quelle étrange destin, tu te souviens de cette journée avec elle, lorsque son père est parti dans les décombres de leur maison. Elle  a pleuré dans tes bras durant des heures, tellement que tu ne savais pas quoi faire, toi le grand chef de division tu ne savais pas comment consoler une petite fille. Une petite fille que tu as vu grandir avec tant d'affection. Tu avais l'impression que le monde s'écroulait, que tu venais de mettre au monde le dernier enfant sur terre et que tu ne savais pas quoi faire. Alors tu n'as rien dis, tu t'es assis sur ta terrasse et tu l'as bercé sans rien dire, jusqu'à ce qu'elle ait faim, alors tu as mis ton tablier et tu lui as fait à manger et puis après vous avez joué durant des heures. En silence, parfois elle riait de toi et de ta maladresse. C'est peut-être à ce moment là que tu as commencé à devenir sa maman de substitution comme aime le dire cet idiot de Ryôtaro. L'univers est si cruel pour rentre malheureuse une aussi jolie petite fille. J'aurai aimé que tu grandisse avec une petite cousine, tu lui aurais appris le peu de chose que tu sais déjà, n'est ce pas, à ma petite Akiko ? Petite princesse, je t'aime comme un père, comme une mère, et tu auras toujours tes deux papas pour avancer dans cette vie qui ne t'a pas épargné. J'espère seulement que tu ne sera pas aussi tête brûlée que ta mère, sinon je vais me faire un sang d'encre.



Eien Gaho - Sauvée des eaux
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas
Akira Kuchiki
Messages postés : 55
Inscrit.e le : 15/09/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Acanthe Kuchiki
Autre: Merci à Natsu, best bro 4ever, pour l'avatar.
Mâle lpha | Chef De Meute
posté
le Mar 25 Sep - 23:09
par Akira Kuchiki

Hirohito Kuchiki - Ojiisan' ; Kuchiki familly's chief
Hirohito c'est le père de ton père, c'est celui qui t'as tout appris lorsque Sakuya est mort. Tu avais sept ans quand tu es venu avec ta douce mère vivre dans la grande résidence Kuchiki. Pas de mots tendre, pas de gestes d'affection, seulement la rigueur, le travail, l'honneur, le sens du devoir, tu as été forgé dans un acier trempé pur. Hirohito t'a tout appris et au court de ces longues années t'as transmit tout le savoir nécessaire pour un jour lui succéder avec panache. A 90 ans il ne lui reste plus longtemps à vivre, et bientôt ce sera à toi de porter le fardeau des Kuchiki sur tes larges épaules. Mais tu es prêt, il t'as tout appris. Entre vous il n'y a pas besoin de beaucoup de mot, tu sais lire en lui comme il lit en toi. Pour te féliciter de tout ce travail accompli il a simplement hoché la tête mais pour toi ça voulait dire beaucoup. Hirohito, le père de ton père et un peu le tient en quelque sorte.



Sakuya Kuchiki - Otoosan' - Décédé
Sakuya ce fut ton premier pillier sur cette terre. Ton père, ton héros, ton exemple, la vie te la pris trop vite mais tu te souviens de son visage comme si c'était hier. Son allure fier, son regard franc, son sourire bon, lui qui partait lutter contre le crime. Chef de la division de lutte contre le crime organisé c'est lui qui t'a insufflé le désir d'entrer dans la police. T'es son portrait craché Akira et ça, t'en es fier. Oui tu peux le dire, tu es digne de ton père, parti trop vite.



Ryôtarô Noguchi - Coéquier - Bromance for life
Ryôtarô, c'est le frère que tu n'as jamais eu Akira. Peut-on encore le considérer comme un ami ? Il y a des choses qui ne s'expliquent pas parfois. Si différent et si complémentaire, toi qui n'avais jamais eu véritablement d'ami tu l'as rencontré lui. Vous étiez jeunes, vous étiez beaux, dans vos silences, dans ses éclats de rire, engouffrant donuts sur donuts. Ryôtaro c'est le partenaire d'une vie, combien de temps déjà ? 15 ans que vous arpentez les rues sombres ensemble. Vous en avez eu des aventures n'est ce pas ? Grandit ensemble, vieilli ensemble, souffert ensemble. Tu ne lui as jamais dis, mais tu sais qu'il le sait, à quel point tu l'aimes. Ton petit frère, ton grand dadet, l'idiot qui t'arraches ces sourires qui te sont si rares. Ryotaro, les mots sont trop pauvres pour te dire à quel point je suis heureux d'avoir croisé ta route. Une main sur ton épaule, toujours à côté, quoi qu'il arrive. Et pourtant, il en est arrivé des choses...



Alaric Kazuhira - Chef de division de la criminelle | Respectable collègue
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



Kintaro Nakashima | I'm watching you | Morpion de Kabukicho
Nul ne peux échapper à la loi Monsieur Nakashima et la loi ici c'est moi. Lentement, tapis dans l'ombre tu guettes Akira, rien n'est pressé tu le sais, méthodique tu fera ce qu'il faut pour nettoyer tes rues. Et ce très cher héritier Nakashima n'a qu'à bien se tenir. Tu seras là, toujours, au moment opportun.



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas



prénom p. nom - nom du lien (pas trop long stp, jtm)
yolo yakoi ici tu mets si t'aimes la personne ou pas
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Mer 26 Sep - 8:41
par Invité
Bien le bonjour,

Petit message pour dire que je ńarrive pas à t’envoyer de MP du coup je ne peux point te répondre... ce qui est fort dommage ~
Siobhan P. Pearce
Messages postés : 301
Inscrit.e le : 08/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Yukimori Otsuka
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Jeu 11 Oct - 23:44
par Siobhan P. Pearce
EH! gros plein d'soupe!
Kaito Kadokawa
Messages postés : 60
Inscrit.e le : 21/11/2018
posté
le Sam 8 Déc - 20:58
par Kaito Kadokawa
Oh, un autre policier! Dis-voir, ça te dis un lien?
Hikoboshi Tanabata
Messages postés : 190
Inscrit.e le : 06/01/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: /

★
posté
le Jeu 10 Jan - 2:20
par Hikoboshi Tanabata
Hey, you there ! You know what I want, right ?  :olive2:
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Black Chocolate. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite.

Nos partenaires