Partagez
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Jeu 31 Jan - 19:14
par Kyle A. Inagawa
Akira Inagawa
Ou l'art d'être authentique en étant faux.
Informations générales
Nom : Inagawa. Une chance ou un boulet, j'avoue que je ne sais pas vraiment. Ça doit dépendre des circonstances. Parfois j'aime bien. Très souvent, j'aimerais m'appeler autrement.
Prénom.s : Kyle, Akira. Mais pour toi mon chou, ce sera Akira. C'est beau nan ? Comme vous l'aimez. Belle assonance en "a", ça fait poétique. Akira. Parce que tout le monde me connait comme ça. T'as pas besoin de vérifier ma carte d'identité, Akira, ça suffira. Oui je me répète.
Âge : Le quart de siècle approche, c'est un beau petit pour de chemin. Vingt-quatre jusqu'au treize novembre. Je suis né en deux mille quatre-vingt-six.
Genre : Je me désaperai pas pour faire plaisir à tes yeux, darling. Mais si tu veux vérifier en privé...
Origines : Alors, dans l'arbre généalogique, il y a une branche qui part un peu à l'ouest et qui arrive jusqu'à moi. Cette branche, c'est celle de ma mère, irlandaise. L'autre branche, c'est celle de mon père. Elle est pas très intéressante. Il était japonais.
Activité : Je suis consultant commercial, diplômé en commerce, spécialisé en économie et management. Et je suis bon si je puis dire. Mais j'ai aussi été plus ou moins encouragé à ma « famille », l'Inagawa-kai. On ne peut pas avoir le nom et ne pas en faire partie semblerait-il. Les responsabilités, c'est bien beau, mais je laisserais volontiers ma place à d'autres si me laissait le choix.
Sexualité : Hum. Je me fiche pas mal de tout ça. J'veux dire, hey ! J'm'attache pas. Alors un mec, une femme... Peu importe.
Avatar : Sombre inconnu
Réglement :
Chemin Version 2.0
Autre : Ça fait un moment que je pars sur une base de deux posts alors je suis désolée mais à force, plus vraiment aussi /mur. Certains l'ont aperçu celui-là, rien de trop différents même s'il y a quand même quelques nouveautés. Coucou Al' ❤️
Where did I come from ?
Franchement, je ne sais pas pourquoi je suis là. Je ne sais même pas pourquoi j’ai accepté d’écouter les bêtises d’Aisling et de venir ici. Elle est persuadée que ça ne peut que me faire du bien, que j’aurais peut-être une révélation qui ferait de moi un type un peu moins con, moins égoïste, moins… Moins beaucoup de choses en fait. Je crois qu’elle ne me supporte que parce qu’on est jumeaux. Quoiqu’il en soit, je suis là et rien ne change. Ça m’étonne pas tellement. Aux dernières nouvelles, je suis vivant. Je crois pas que parler aux morts ait un quelconque pouvoir libérateur. Au contraire, c’est assez glauque. Mais soit. Pour la paix que ma sœur me donnera ensuite, je peux bien me forcer. Imaginer que tu es là Yukino, et non que je suis en train de parler à de foutues cendres – qui ne sont même pas les tiennes d’ailleurs – en me demandant si elles feraient un bon terreau. Je vais faire comme si tu étais là et je vais commencer par le début de l’histoire. Celle où personne ne bouffe les pissenlits par la racine, celle où personne autour de moi ne tombe comme une pathétique mouche. Ça fait bien une belle histoire non ? Celles qui ne commencent pas toujours de façon idyllique mais qui finissent par des protagonistes qui vomissent des arcs-en-ciel de bonheur parce que tout est bien qui finit bien. Ces histoires là sont des rêves. Et j’ai vite appris que les rêves étaient faits pour être brisés. Certains plus vite que d’autres, et quand tu as de la chance, tu crèves avant qu’on ne te les fasse disparaître. Si je voulais être dramatique, je dirais que mon histoire est celle des rêves brisés. Mais je suis pas tellement dans le drama, plus dans le sarcasme. Alors je ne dirais pas que mon histoire c’est ça. Je dirais plutôt que c’est l’histoire du mec qui a décidé de vivre et plus de subir. Ou survivre peut-être. Ce monde est une arène de gladiateurs.

Que le meilleur gagne.


Arène privée, le grand empereur ordinateur observe à travers ses circuits grillés ces deux combattants qui font leur entrée. À l’intérieur, Dawn. Dawn Kyliann Boyle. Elle a vingt-et-un ans, pianiste virtuose qui a du succès. Intelligente et bête à la fois, trop naïve sans doute, aveuglée par un pays dont la beauté n’existe pas. Elle finit par quitter sa belle Irlande pour un Japon apparemment plus beau dont elle est tombée amoureuse. Je cherche la beauté. C’est peut-être tout le maquillage par-dessus la dictature, mais alors elle serait tombée amoureuse d’une beauté superficielle. Elle ne veut pas chercher Dawn. Elle croit que la puce est la solution. Elle veut la paire parfaite. Folie oui, on lui a dit. Mais elle n’a pas changé d’avis. Elle est la gaijin bien aimable, charmante, charmeuse. Elle a ce regard franc et pétillant, rempli de défi, rempli de vie. Cette chevelure rousse qui fait qu’on la voit partout où elle passe. Elle captive, elle attire. Charmante, charmeuse. Charmée. Elle est sensuelle Dawn, envoûtante, enjôleuse. Elle a ce quelque chose qui fait qu’elle passe pour exotique plutôt que pour étrangère. Ça fait plus beau. Ça la rend plus belle. C’est ça qui l’attire lui.

Deuxième combattant dans l’arène.


Lui, il est avant tout eux. On ne le connaît pas lui d’abord. Plutôt son géniteur. Le chef. Inagawa. Ceux-là. Lui, il est de ceux-là, il est ceux-là. Il est l’honneur, le respect. De la famille mais pas des règles. Rebelle. Ça me fait chier de le dire, mais ce trait de caractère me vient probablement de là. Lui, il est sauvage. Lui, il est indomptable. Animal sauvage qui n’a jamais connu de cage. Tatsuya Inagawa. Il est le premier, l’aîné. Il est jeune, il a la vie devant lui, l’influence de son nom entre les mains. Il l’aime cette influence. Elle lui donne l’impression d’avoir du pouvoir et il aime ça. Il ne se conforme pas, il fait ce qu’il lui plaît et il le fait quand il veut. Il ne se soumet qu’aux ordres de ses supérieurs dans la famille. Avocat, il connaît le droit sur le bout des doigts. Personne ne peut le tenir hormis l’ordinateur. Il n’a pas encore la trentaine, il est vif et il place ses pions intelligemment pour se faire une place au sein de la famille. C’est un électron libre. Il s’accroche quelque part mais change très vite d’atome. Le dernier en date s’appelait Dawn. Leur rencontre était peut-être écrite quelque part. Elle était peut-être inévitable. C’est ce que ma mère croyait en tout cas. Pour moi, ça n’était que des bêtises, mais je me suis contenté de le penser. Si elle charme, lui n’est pas en reste non plus. Il profite de sa jeunesse, chérit sa liberté.

Et puis il finit par la rencontrer.

Elle n’est pas contaminée par le virus des écrans, pour elle, c’est encore normal de sortir et de voir du monde. C’est encore normal de traîner dans les bars, pour se rappeler les pubs irlandais. Lui, il a passé sa journée devant un écran. Il veut se changer les idées. Il fait ça souvent. Il faut bien qu’il sorte pour rencontrer des gens. Alors il sort. Et ce soir-là, ils se trouvent. Il est une proie pour elle, elle est une cible pour lui. Il s’approche plein d’assurance, elle le regarde avec curiosité. Ils se jaugent un instant, avant qu’elle ne l’invite à s’asseoir. Et tout commence par un verre. Ils discutent, font vaguement connaissance. Ils se ressemblent au fond. Ils font une bonne paire. Des rires, des mains qui se touchent plus longtemps qu’elles ne le devraient, des verres qui se succèdent et des contacts plus appuyés. L’intérêt envers l’autre est partagé et ils sont bien décidés à l’explorer. Ils sont jeunes, ils veulent s’amuser. Ils font une bonne paire oui. Ils n’envisageaient pas que ce serait pour plus d’une nuit.

I’m only human after all
Don’t put the blame on me.


L’enveloppe rose. Elle est ravie, il est détruit. L’animal a soudainement été mis en cage. Il ne sait pas que c’est elle, ni elle que c’est lui. Ils se sont connus le temps d’une nuit alcoolisée, les souvenirs sont vagues, les noms depuis longtemps oubliés. Ce n’était pas important pour ce qu’ils avaient à faire. Alors la surprise est grande lorsqu’ils se retrouvent, non pas chez eux mais derrière les barreaux du centre de redressement. Lorsqu’ils se redécouvrent, lorsqu’ils se reconnaissent. Lorsqu’ils réalisent qu’ils pourront se supporter mais probablement pas s’aimer. Il est en colère. Il a l’impression qu’on lui a soudainement coupé les ailes. Comme toujours, il se rebelle. Pourquoi lui ? Pourquoi pas un autre ? Et elle, si heureuse, commence à déchanter. Ses rêves et illusions sont brisés. Elle se rend compte que le mariage ne sera peut-être pas l’idylle. Tatsuya – mon père – nous disait souvent à Ais et moi que ce jour avait été le pire de son existence. Je veux bien le croire. Ce sera le pire de la mienne aussi. Et ça me dégoûte un peu. De lui ressembler autant. Le grand-père le répète sans arrêt. Mais pour en revenir à mes parents, l’union n’est pas parfaite. Ils sortent à la limite de la semaine, avant qu’il ne soit trop tard. Une routine s’installe ensuite. Ils ne s’aiment pas, mais ne se détestent pas non plus. Ils ont des accords non dits. Cordialité. Ils se supportent. Tous les jours ne sont pas roses, mais ça va. Au moins, ils ont un bon terrain d’entente : la chambre. Là-dessus, pas de doute sur leur bonne compatibilité. Ça ne suffit pas à ma mère, beaucoup trop romantique, mais c’est déjà ça. Leur entente a duré quelques temps. Jusqu’à. Jusqu’à.

Vous devrez avoir un enfant.

Pour lui, c’est trop. La consigne est claire. Trop. Elle l’a rendu fou. Il veut résister. Il refuse de se plier à une volonté qui n’est pas la sienne. Alors il commence à tarder dans les rapports. Une fois, il rate la deadline. Ils passent à nouveau par la case prison. Il s’en fout, il résiste. Même si pour ça, il doit coucher avec sa femme sous le regard attentif de miliciens. Mais la fin du délai donné pour la conception de l’enfant approche. Quelqu’un doit intervenir. Et ce quelqu’un, ce sera son père à lui. Il ordonne, en tant que chef, pas en tant que père. Il ne laissera pas son fils se tuer bêtement, certainement pas. Tatsuya obéit. Il n’a plus le choix. Alors le treize novembre deux mille quatre-vingt-six, Aisling Akane Inagawa et moi, Kyle Akira Inagawa voyons le jour, après avoir été conçus des mois plus tôt lors d’un dernier passage en prison. Là, les choses sont devenues un peu plus compliquées. Et tu sais quoi ? C’était de notre faute à ma sœur et moi.

Don’t put the blame on me.


Le problème tu vois, au-delà de la grossesse ordonnée, c’est le fait qu’il n’y ait pas eu un seul mais deux enfants. Ma mère était ravie elle, mais mon père pas vraiment. Un seul, peut-être aurait-il pu gérer. Mais deux ? Et il ne comprenait pas que ça ne dérange pas ma mère. Alors ça a engendré des disputes. La bonne entente au lit ne suffisait plus à arrondir les bords d’un mariage bien trop bancal dès le départ. Et si au début, ni ma sœur ni moi ne pouvions saisir l’étendue et la profondeur du problème, la compréhension du fait que nous étions le problème est venue très vite. Beaucoup trop vite. L’ancien n’appréciait pas spécialement ma mère. Il aurait aimé une fille du pays pour son fils. À ses yeux, Dawn était une vulgaire étrangère et non une jeune femme exotique, comme tendait à le penser la majorité des gens qui la côtoyait. Elle n’avait pas la culture, ni du pays, et encore moins du clan Inagawa, le noyau et pas l’ensemble de la famille. Elle ne se faisait pas aux règles, aux traditions et le grand-père n’aimait pas ça. Dès le départ, les relations avec le reste de la famille étaient compliquées. Mais s’il ne voulait pas de ma mère, il n’avait rien contre ma sœur et moi, ses petits enfants, contrairement à mon père qui ne voulait de nous pour rien au monde. Alors je crois que c’est assez naturellement que j’ai développé un complexe d’Œdipe. Mon père n’aimait pas ma mère, alors qui pouvait l’aimer mieux que moi ? J’ai été la victime de service dès que j’ai commencé à aller à l’école. Bousculades, moqueries, cheveux tirés. Et ma réaction ? Je pleurais bien sûr. Je finissais toujours dans les jupes de ma mère, pour qu’elle me réconforte, pour qu’elle m’aime. Et moi, je l’aimais autant voire plus en retour. J’étais le p’tit chéri de sa maman, qui venait pleurer dans ses jupes dès que ça n’allait pas. Alors au fond, j’avais un intérêt à être embêté tous les jours. Ma mère ne pouvait pas faire autrement que s’intéresser à moi. Dès lors, mon père m’avait jugé comme étant faible. Le mec qui plus tard ne serait « qu’une foutue pédale sans la moindre virilité ». Ses prédictions n’étaient pas totalement fausses. Pas totalement. Mais il est vrai que je n’avais pas une once de force à l’époque. D’ailleurs, je n’avais absolument rien pour moi. Contrairement à ma sœur qui avait hérité du regard émeraude de ma mère, moi… C’était compliqué. Je n’ai pas eu la peau laiteuse, ni la chevelure de jais. Moi, je tapais plus dans le poil de carotte, Mérida. Roux quoi. Le visage parsemé de taches de rousseur. Bref, la totale. Les gens ont toujours eu du mal à croire en ma gémellité avec Aisling. Et ça n’avait rien d’étonnant. On a les mêmes yeux, et quelques traits en commun. C’est tout. Donc tu vois, moi je me pointe tout bien habillé à l’école – dès mes trois ans d’ailleurs, je ne remercierai jamais assez ma mère – et d’office, je me retrouve à l’écart à cause de mon apparente rousseur. Je fais tâche. Et non seulement je suis une tâche à l’école, mais je suis aussi une erreur à la maison. Combien de fois n’ai-je pas entendu ces mots ? Et combien de fois n’ai-je pas pleuré pour tous ces mots ?

I’m only human after all.


Quand à seulement trois ans, tu as déjà conscience d’être le vilain petit canard parce qu’on te le dit chaque jour, quand à seulement trois ans, tu as déjà conscience d’être un indésirable, que t’as jamais été voulu, quand tu sens sur toi le regard plein de dégoût d’une des seules personnes que tu veux impressionner, que son regard seul te tatoue la peau de mots. Boulet. Raté. Indésirable. Idiot. Imbécile. Faible. Bon à rien. Pédale. Ça, dès le plus jeune âge, je t’assure que ce n’est pas agréable. C’était mon quotidien. Les moqueries des gosses de mon âge passaient encore, j’avais ma douce et aimante mère pour me réconforter et me faire sentir comme si j’étais le roi du monde. Le plus dur, c’était vraiment mon père. Que je lui ressemble comme a l’air de le croire le vieux ou pas aujourd’hui ne change rien au fait que j’aie appris à le détester dès le départ. Et ce n’est pas que je le voulais. Au contraire. Pendant un moment, il a été mon modèle. Pas parce qu’il était exceptionnel non, mais juste parce qu’il était mon père. Je voulais qu’il me remarque, qu’il me considère. Qu’il reconnaisse mon existence. Je faisais tout – et j’ai toujours cette habitude – pour être le meilleur. Je donnais toujours mon maximum, pour espérer l’impressionner. Juste un peu. Un tout petit peu. Mais un père comme le mien t’oblige à te contenter de rien. Naïvement, bêtement même, je croyais qu’il m’aimerait. C’est ce que l’être humain recherche partout non, quand il veut que l’autre l’accepte ? L’amour. Foutue connerie. Mais je le cherchais chez mon père. Je voulais être aimé autant que moi j’étais capable d’aimer. Parce que je l’aimais tu sais ? C’était filial peut-être, mais un amour qui n’est pas réciproque, je connais. Alors j’ai forcé. Longtemps. Je ne voulais pas accepter le rejet. Le rejet. C’est un horrible sentiment tu sais ? J’ai l’impression qu’il me suit, me colle à la peau et ne me lâchera jamais. Je le refusais mais le rejet a fini s’installer en moi. Lorsque pour la première fois, Tatsuya Inagawa a levé la main sur moi. C’était pour une broutille, une bêtise sans importance. Mais il ne m’a pas raté. Ni les fois suivantes. Jamais en fait. Je crois qu’il en tirait un certain plaisir. Si je pouvais lui rendre, crois-moi, je n’hésiterai pas. Ma mère a essayé de me préserver. Un peu. Du rejet, des « corrections », comme le disait si bien mon père, quand elle l’a découvert. Découvert oui. Jouer un rôle, pour moi, ça a commencé là. Avec autant d’années d’expérience, c’est facile de nager dans la fausseté et d’avoir l’air vrai. Je ne voulais pas que ma mère sache, parce que lorsqu’elle voyait des bleus sur ma peau, elle n’était plus heureuse. Et pour mon moi de l’époque, ce n’était pas concevable puisque je devais la rendre heureuse. Alors je cachais. Je jouais la comédie. À trois, quatre piges seulement ? Oui. Certaines circonstances obligent à comprendre les choses tôt. Souvent beaucoup trop. Pour mon père, c’était l’éducation à la Inagawa. J’avais encore l’âge de pleurer pour rien et de chier dans ma couche – pas littéralement hein, je n’en portais plus, quand même – mais pour lui, fallait que je sois fort. Sinon, j’étais encore plus inutile. Aisling y a échappé à ce traitement. Un peu. Un peu, parce qu’il l’aimait un peu. Mais tu sais, même ça, au fond, tant que j’avais ma mère, ça allait. Tant qu’elle était là.

Ashes to ashes
Dust to dust.


Ma mère. Elle m’a couvé. Autant que possible. Elle était toujours là. Mais rien ne dure jamais. Rien ne dure vraiment. Quand j’avais cinq ans, et que je commençais à me faire bouffer de tous les côtés, elle était là. Elle était là pour m’aimer. Je courais toujours vers elle. Toujours. Je pouvais être naïf, innocent, pleurer comme je voulais, elle était là, pour me consoler, et je l’ai compris après, pour me protéger. Je pourrais chanter ses louanges longtemps, mais y a ce sentiment un peu pervers en moi qui au fond m’en rend incapable. L’amertume sans doute. On est très amis elle et moi. Pour en revenir au point, je l’aimais ma mère. Et dès le départ, j’étais persuadé que mon père ne la méritait pas. Pas parce que j’étais complexé et amoureux d’elle en bon p’tit gars que j’étais, mais parce que mon père m’en faisait voir de toutes les couleurs, et que je voulais ou non, mon regard sur les choses s’aiguisait, et je voyais bien qu’ils étaient trop différents tous les deux. Mais que peut-on attendre d’un vulgaire circuit électrique après tout ? Rien de fou. Un mariage comme celui de mes parents. Même si elle l’a cherché, ma mère aurait mérité tellement mieux. Tout ce qui me passionne – me passionnait – me vient d’elle. Pour prendre soin de ma sœur et moi, elle avait mis sa carrière en pause et était devenue professeur à la place. J’étais son premier élève et de loin le plus assidu. Logique, je pouvais passer encore plus de temps avec elle comme ça, plus qu’elle ne passait de temps avec ma sœur qui je crois m’en a un peu voulu pendant quelques temps. Et puis, j’aimais vraiment le piano. Cette sensation quand mes doigts couraient sur les touches noires et blanches, ces mélodies si belles qui me poussaient à aller plus loin, chercher plus compliqué pour faire plus impressionnant, et la façon dont tout mon être était en communion avec l’instrument. Le piano était devenu comme une extension de ma personne, et ça s’était fait très vite parce que j’avais commencé à jouer très tôt. Probablement même avant de savoir compter. Ma mère m’a transmis tout son savoir, et elle ne laissait passer aucune erreur. Quand je rentrais de l’école, je m’installais aussitôt au piano, et elle contrôlait tous mes gestes. Elle était sévère en tant que professeure mais ça ne me gênait pas parce que je gagnais le gros lot chaque fois que je la voyais sourire quand je terminais une partie compliquée – pour mon âge – d’un morceau. Les gamins de mon âge voulaient tous ressembler à leurs pères plus tard mais pas moi. Moi, je voulais être « comme Maman quand je serai grand ». Et je le répétais sans arrêt à qui voulait l’entendre, persuadé dans ma si grande candeur que ça ferait sourire comme ma mère souriait. Le jour où j’ai dit ça au vieux, j’ai compris que non. Mon grand père et ma mère ne s’entendaient pas du tout. Ce n’était un secret pour personne d’autre qu’Aisling et moi. Pour le vieux, en tant qu’héritier, je ne pouvais pas avoir de temps pour ces choses. Il trouvait qu’en plus, ça me féminisait, que j’allais finir gay et ça il ne le voulait pas. Pas qu’il soit totalement homophobe. Il tolère, tant que ce n’est pas son sang. C’est toujours plus simple quand c’est les autres. Bref, il ne voulait pas que je poursuive. Alors ma mère s’en prenait plein la gueule. Je ne le savais pas. Et j’étais trop jeune pour comprendre. La seule chose que je pouvais lui proposer, c’était d’aller jouer quand je voyais qu’elle ne souriait plus. J’étais éveillé quand j’avais cinq ans. Et attentif. Beaucoup trop attentif. C’est probablement pour ça que j’ai vite vu que quelque chose n’allait pas. Au-delà de tout ça, quelque chose n’allait pas, mais je ne savais pas quoi. J’ai compris plus tard.

Cancer.

I hoped you’d be coming back
I know you won’t come back


Un jour, elle a commencé à se plaindre de douleurs. Rien de très grave, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus donner ses cours. Alors ont commencé les allers et retours entre la maison et l’hôpital. Y a un truc que je trouve horrible. Je ne sais pas s'il y a quelque chose que je déteste autant que les hôpitaux. Probablement en fait, parce que je n’aime pas grand-chose. Mais mon aversion pour les hôpitaux atteint des sommets. L’odeur est immonde, les murs trop blancs, le personnel hypocrite. La première fois que ma mère s’est retrouvée à l’hôpital, c’était à la suite d’un malaise. Elle préparait notre goûter à Aisling et moi et soudainement, elle s’est écroulée. Nos cris ont alerté mon père qui pour une fois a su se mettre de côté pour s’occuper d’elle. À l’hôpital, mauvaise nouvelle. C’était une tumeur qui grossissait au niveau du cerveau. Elle était opérable mais il fallait faire vite. Alors ma mère a été prise en charge rapidement. Moi, je savais que quelque chose n'allait pas, alors je pleurais. J’avais cinq ans, qu’est-ce que je pouvais faire d’autre ? Je voulais juste ma mère. Avec Ais, nous étions assis sur ces chaises inconfortables de salle d’attente avec ordre de mon père de ne pas bouger. Alors on a attendu. Longtemps. Tellement que je n’ai plus eu de larmes à verser. Ou peut-être que c’était le regard que m’avait lancé mon père qui m’avait obligé à me calmer. L’attente a été longue. Très longue. Alors quand nous avons vu le chirurgien arriver, nous avons tous sauté de nos chaises. Je n’ai absolument rien compris à ce qu’il racontait. Je voulais juste ma mère. Je ne savais pas que c’était le début d’un long parcours. Après la première opération, elle était méconnaissable. Il avait fallu raser sa tête pour opérer, alors elle n’avait plus de cheveux sur la tête, un horrible bandage à la place. Et surtout, ses yeux ne s’ouvraient pas. Alors évidemment, j’ai paniqué. Aisling aussi, dès qu’elle a senti ma panique. Ce n’était pas un endroit pour des enfants, avait fait remarquer le médecin. Il avait raison. Mais moi je voulais bêtement camper là jusqu’à ce que ma mère puisse rentrer avec moi. C’est arrivé quelques semaines plus tard. La tumeur était a priori bénigne, mais les médecins avaient quand même noté la présence de cellules inquiétantes alors ma mère était sous traitement. C’était un langage que je ne pouvais pas comprendre. Je trouvais juste qu’elle avait de la chance d'avoir autant de bonbons à manger pendant les repas, et j’étais un tout petit peu en colère parce qu’elle était tout le temps trop fatiguée pour jouer du piano avec moi. Mais bon, je l’aimais quand même. Et puis quand elle prenait ses bonbons, ça avait l’air de lui faire du bien. Mais ça avait l’air seulement. L’année suivante, une autre tumeur est apparue. Et cette fois, elle n’était pas bénigne. Et je savais ce que ça voulait dire dans les grandes lignes, j’avais cherché sur Internet. Elle était malade, et c’était grave. Il a d’abord fallu stabiliser son état, trouver le traitement adapté. Ça a commencé par des comprimés encore, et puis les médecins ont réalisé que ce n’était pas suffisant, alors Maman a commencé à aller de plus en plus souvent à l’hôpital. Et pendant un moment, ça a commencé à aller. Je l’ai vue se tarir sous mes yeux, elle avait perdu son énergie, ses cheveux, ses sourcils, mais la flamme qui faisait pétiller son regard commençait à revenir. C’était bon signe. Jusqu’à la rechute peut après qu’Ais et moi ayons fêté notre septième anniversaire. Cette fois ce n’était plus une mais plusieurs tumeurs à plusieurs endroits dans son corps et beaucoup trop vite à mon goût, on a parlé de stade terminal. Ma mère ne pouvait même plus bouger tant elle était faible. Elle restait à l’hôpital. Aller la voir était un combat. Mon père disait ne pas avoir le temps, le reste de sa famille n’aimait pas ma mère alors c’était inutile, et la famille de ma mère était trop loin, même si parfois ses parents venaient, parce que quand même, leur fille était mourante. Mais d’une façon ou d’une autre, Ais et moi on se débrouillait pour la voir. J’aurais aimé garder de meilleurs souvenirs tu sais ? Est-ce que c’est normal que lorsque je pense à ma mère, les seules images qui me viennent, c’est elle en train de crever sur ce lit d’hôpital ? Que je ne voie plus que sa fin, et non tout ce qu’elle a été ? C’est comme si les deux ans où elle a été malade avaient effacé tous les autres souvenirs. Surtout quand celui qui est le plus frais dans ma mémoire est celui de son dernier jour. Je me souviens que je luttais. Je luttais pour elle. Pour qu’elle garde le sourire. Pour qu’elle continue de se battre. Chaque fois, je lui faisais promettre. Je lui faisais promettre qu’elle ne m’abandonnerait pas. Aujourd’hui, je ne fais pas de promesses. Jamais. C’est du vent. Juste de l’air qu’on brasse pour faire gonfler l’espoir. Espoir qui blesse quand on le crève comme un ballon. C’est une des choses que j’ai appris avec ma mère aussi. Le jour où elle est morte, je crois qu’elle savait. Dix-neuf décembre deux mille quatre-vingt-treize. Ma mère avait décidé d’abandonner. Quand on est entré dans la chambre, elle a essayé de m’adresser un sourire. C’était plus une grimace qu’autre chose. Il n’y avait plus aucune énergie dans son regard, elle s’était complètement tarie, fanée. J’avais peur Yuki. Tellement peur. Parce que c’était comme s’il n’y avait déjà plus de vie en elle. Alors je ne sais pas pourquoi j’ai été surpris quand elle a commencé à convulser alors qu’Aisling et mon père venaient de sortir. Je parlais avec elle, sous le regard attentif d’une infirmière et tout à coup, c’était la catastrophe. Je lui avais fait promettre encore tu sais ? Mais je ne savais pas que ce serait la dernière fois. Parce que quand mon père et ma sœur sont revenus, ma mère, elle n’était déjà plus.

Franchement, je ne vais pas passer par quatre chemins pour dire que j’ai mal vécu sa mort. Très mal. J’me suis senti trahi, abandonné. Exposé. J’avais la haine du haut de mes sept piges, l’apogée d’une colère en latence que je n’exprimais pas parce que je ne savais pas ce que c’était. Je me rappelle son enterrement comme si c’était hier. Le vieux a refusé qu’elle soit enterrée dans le cimetière familial. Personne ne savait s’il fallait l’incinérer ou pas comme elle n’était pas japonaise. Tout le monde se disputait pour des broutilles. Et quand il a finalement été décidé qu’on enterrerait ses cendres, la question du lieu est revenue sur la table. Des détails pour moi à l’époque, et ça n’est pas bien différent aujourd’hui. Dans tout ça, ma sœur était effondrée, et à part moi, personne ne s’en préoccupait vraiment. Le soir à la maison, c’était froid, mort. Bien pour rappeler que ma mère n’était plus là. J’ai dû mettre ma rancœur de côté pour consoler ma sœur parce qu’il n’y avait plus que moi pour le faire. Le jour où on a enterré les cendres de ma mère, j’ai scruté les visages, j’ai regardé le monde, vêtu de mon costume bien noir qui me faisait passer pour une citrouille avec mes cheveux trop roux. Et je voyais bien que personne n’était sincère. Je veux dire, tout le monde pleurait, mon père y compris. Pourquoi ? Il ne l’aimait pas. Il ne voyait ma mère que comme une partenaire sexuelle. Rien d’autre. Hypocrite. Et moi ? Moi je regardais les larmes de crocodile sans être capable d’en verser une seule qui serait la plus honnête de toutes.

Je n’ai pas pleuré.

J’étais en colère et je le suis toujours. Si j’avais l’opportunité de voir ma mère, je commencerais par l’insulter dans toutes les langues que je maîtrise. Rien à foutre qu’elle soit ou non ma mère en fait, plus maintenant. Je suis sorti de mon complexe d’Œdipe depuis longtemps et il ne me reste plus que la rancœur. Et celle-là, elle ne disparaitra pas. Probablement pas. Jusqu’à présent, elle est toujours là. Sa mort m’a changé. J’avais tellement de rage en moi que je pouvais plus être ce petit garçon tout gentil, tout doux, qui se laisse marcher sur les pieds. Alors j’ai commencé à avoir quelques soucis à l’école. J’étais trop violent. Je manquais de respect. Je n’écoutais pas. C’était l’expression d’une douleur mais personne ne comprenait. Personne ne pouvait comprendre. Et laisse-moi te dire que quand tu souffres, personne ne comprend jamais. Ils disent comprendre, mais ils mentent. Personne ne comprend. Je devenais ingérable, j’en avais conscience et en un sens, ça me plaisait. Mon père essayait bien de me brider mais à force, j’étais immunisé contre ses coups. Le seul que j’écoutais un peu, c’était le vieux je crois. Et encore. C’était uniquement parce que mon père se plaignait. D’ailleurs, lui non plus n’était pas au meilleur de sa forme. Suivre mes frasques devenait difficile pour lui, disait-il. On a découvert plus tard qu’il avait des problèmes cardiaques. Il n’en avait jamais parlé. Parfois je me dis que ma mère avait peut-être raison. Elle croyait dur comme fer en ces histoires de destin et elle était certaine que le sien et celui de mon père étaient liés. J’ai jamais cru à ces histoires mais quelques mois après ma mère, c’était son mari qu’on enterrait. Crise cardiaque pendant son sommeil. Difficile à croire hein ? Et pourtant, lui aussi, du jour au lendemain, il n’était plus là. J’avais toujours cru le vieux insensible à tout tu sais ? D’ailleurs, il me répète sans cesse que c’est comme ça qu’il faut être, que si tu montres une faiblesse, c’est la mort assurée. Mais le jour où les cendres de mon père ont été mises dans l’urne, je l’ai vu perdre tous ses moyens. Moi ? J’aurais aimé pouvoir dire que sa mort était un soulagement. À mesure que je devenais plus incontrôlable, il devenait plus violent avec moi aussi. Alors j’aurais pu être soulagé. Mais je ne l’ai pas été. J’ai ressenti ce pincement au cœur, et je me suis senti très seul. Pourquoi ? Je veux dire, il n’a jamais été un père. Il ne m’a jamais aimé, et c’est très vite devenu réciproque. Alors je ne comprends pas pourquoi. Pourquoi j’ai ressenti ce manque ? J’ai posé la question autour de moi. Personne n’a su me répondre. D’un autre côté, personne n’a compris ma réaction non plus.

Je n’ai pas pleuré.

Ma sœur, elle, a versé toutes les larmes de son corps. Indésirable peut-être, mais mon père l’aimait bien au fond. J’imagine en tout cas. C’est pas comme si je pouvais vraiment vérifier. J’me dis que j’ai sûrement un truc qui fait que mon propre père n’a pas pu m’aimer. Au moins c’était réciproque. Même si ce n’était pas si simple que ça quand j’avais huit ans. Depuis j’ai appris à me détacher, mais je prenais vraiment beaucoup trop à cœur à l’époque. Je crois que c’est pour cette raison que personne n’a compris mon impassibilité. Parce que j’étais un gosse expressif, impulsif, trop plein d’émotions. Mais moi, je ne savais pas quoi choisir entre pleurer, hurler, péter un plomb ou faire tout en même temps. Alors c’était plus simple de ne rien choisir et de tout garder pour moi. Ça a commencé là je pense. Mes difficultés à parler de ce que je pense ou ressens. Ça vient de là. Ces décès m’ont introverti, et renfermé sur moi. Il n’y avait qu’Ais qui entrait, parce qu’elle était ma sœur jumelle et que la plupart du temps, elle savait ce que je pensais. La connexion. Aujourd’hui encore, je ne sais pas vraiment ce que je pense de tout ça. Enfin, un peu quand même. Je n’aurais rien à dire à mon père. Absolument rien. Ma mère en revanche, je lui vomirais mon amertume à la gueule. Je lui en ai voulu de ne pas s’être battue un peu plus, d’avoir abandonné, de m’avoir abandonné et d’être partie sans moi. Je lui en veux toujours, mais je ne sais pas si c’est pour les mêmes raisons.

We’re all living in a dream
But life ain’t what it seems.


Il y a une personne qui n’a jamais perdu le nord lorsqu’il s’agissait de ma sœur et moi : le vieux. Dans la famille, nous étions pointés du doigt. Après tout, nous n’étions que des orphelins, à moitié étrangers en plus. Alors le nom est entré en jeu. Et le nom a fait la différence. Il fait toujours la différence. Je n’étais pas juste Akira – personne ne m’appelait jamais « Kyle » à part ma mère, et Ais, j’avais l’air suffisamment étranger comme ça apparemment, et puis je ne permettais à personne d’autre de le faire – j’étais Akira Inagawa, et j’ai très vite compris que ce n’était pas rien. C’est comme ça que j’ai été mis au courant de l’implication de ma famille dans la pègre, chose dont ma mère voulait me protéger. J’étais un héritier, et on ne laisse pas un héritier orphelin. Alors c’est sous la tutelle du vieux que nous avons été placés ma sœur et moi. Il avait perdu un fils, mais il gagnait deux petits enfants dont un qu’il pouvait modeler à sa guise. Mais pour ma sœur et moi, ce n’était pas ça. Pas du tout. Alors on a sombré dans une espèce de mutisme, où on ne communiquait vraiment que l’un avec l’autre. On avait l’impression d’être seuls face au reste du monde, ce qui en un sens n’était pas tellement faux. On était vu comme les gosses trop chanceux, tombés dans la bonne famille et qui n’avaient qu’à lever un doigt pour avoir ce qu’ils voulaient. Je crois qu’ils projetaient sur nous ce dont ils rêvaient. Parce que c’était bien loin de se passer comme ça. Le vieux était dur. Et je ne crois pas qu’être sous sa tutelle était une chance. Oui, je suis soudainement devenu le petit roux étranger avec beaucoup d’influence, mais ça aurait été le cas, grand père ou pas. Ce n’était pas la chance, c’était le nom. J’étais devenu insupportable. Le vieux n’avait aucun intérêt à récupérer un gosse à problèmes. En revanche, laissé seul, ce gosse à problèmes pouvait lui poser des problèmes. C’est pour ça qu’il a pris notre garde à Ais et moi. Entre le rêve et la réalité, il n’y a pas de fossé. Non, c’est plutôt un ravin.

Je n’ai pas toujours détesté mon grand-père. Et même aujourd’hui, est-ce que je le déteste vraiment ? Peut-être. Je suis ingrat après tout, c’est dans ma nature. Néanmoins, la réticence est vite née. Il s’est très vite imposé, dans ma vie en particulier. Des études ont montré que jusqu’à l’âge de sept ans, la personnalité d’un enfant était très malléable. Passé cet âge, elle est presque totalement formée, et même si elle peut changer en grandissant, ce n’est rien de majeur. Donc théoriquement, j’avais déjà ma personnalité bien définie lorsque je suis passé entre les mains du vieux. Pourtant, il a réussi à me formater sans problème. Pour ça, je devrais être un peu reconnaissant quand même. Parce que si je n’avais pas changé, s’il ne m'avait pas changé, je me serais fait écraser au sein de la Famille. Je devrais, mais je ne le suis pas. Ça, c’est parce que je suis ingrat. Et parce que je lui reproche certaines choses aussi. J’ai peut-être été naïf, mais jamais je n’aurais imaginé être associé à la pègre quand j’étais petit. Aucun gosse ne rêve de devenir un criminel plus tard après tout. Moi, je voulais devenir pianiste, comme ma mère. Une sorte d’hommage. Je n’étais peut-être plus très studieux en cours, mais pour le piano, j’étais doué. Je me préparais à des concours pour intégrer de grands conservatoires où être un virtuose ne faisait pas la différence. Personne ne croyait vraiment en moi, à part une des sœurs de ma mère qui nous rendait régulièrement visite et qui était prof en conservatoire. C’était elle qui payait mes cours de piano après le décès de ma mère. Elle était certaine que j’y arriverai. Et j’y croyais, jusqu’au jour où le vieux a mis fin à tout ça. Pour lui, le piano c’était dérisoire, affaiblissant, fragilisant, et je devais être un garçon fort. Alors il a fait en sorte que tout s’arrête. Il m’a privé de mon souffle. Je n’étais pas si insensible pour rien tu sais ? Tu me le disais souvent mais je ne le faisais pas exprès. Y a juste beaucoup de choses en moi qui sont mortes. Et bien mortes d’ailleurs. J’éjecte les restes par la fumée de mes clopes. C’était malsain parce que le vieux est un as lorsqu’il s’agit de persuasion, et il a réussi à transformer mon amour pour l’instrument en aversion. Il appuyait là où ça faisait bien mal sans se préoccuper du fait que je n’étais qu’un gamin et que j’aurais sûrement des blocages pour le restant de mes jours. Imagine la réaction de ma tante quand elle a appris que son petit neveu si talentueux ne voulait plus poursuivre. Qu’un conservatoire serait une perte de temps, et qu’il ne voulait plus rien qui le rapproche de sa mère parce que celle-ci avait choisi de l’abandonner. Qu’est-ce qu’on est manipulable quand on est gosse. Très vite, les choses ont commencé à changer, et avant que je ne m’en rende compte, je devenais une toute autre personne. La métamorphose dans mon comportement n’était pas si visible quand j’avais dix ou onze ans. Mais après en revanche… J’avais parfaitement conscience de ce que j’étais devenu en grandissant. Daredevil. Toujours aussi impulsif, mais bien moins émotif. Un peu trop rebelle au goût du vieux. Il voulait un deuxième Tatsuya, mais à la place, c’est celui que je suis qu’il a formé. Et il a vite déchanté. Parce que moi, j’avais du mal avec les règles. Très vite, quand il disait blanc, moi je disais noir. Je faisais à peu près tout ce que je voulais. Parce que je savais que je pouvais. Et ça ne plaisait pas toujours à mon grand-père, mais c’était un peu sa faute, c’est lui qui m’avait rendu ainsi. Alors j’en profitais. L’année de mes quinze ans a été l’année charnière je pense. Avant, j’étais encore un peu entre le puéril et le plus mâture. Après, le puéril a été éjecté. Et je suis entré dans le cycle des premières fois. A quinze ans, je n’étais plus le petit nippon roux que tout le monde pouvait écraser. Comme ma mère, je développais cet air un peu exotique qui faisait qu’on m’approchait pour sociabiliser et non plus pour me harceler. J’ai compris très tôt que lorsqu’on suscite l’intérêt, avec un sourire et les bons mots, on pouvait avoir ce qu’on voulait. Alors j’avais facilement ce que je voulais. Et c’était bon tu sais ? Je n’avais rien à faire. Un exercice pas terminé ? Il y avait quelqu’un. Une clope parce que le vieux avait confisqué mes paquets ? Encore quelqu’un ? Besoin de me défouler ? Toujours quelqu’un. Et le mieux ? C’était les filles je crois. Avec elles, pas le moindre effort à fournir si ce n’était sourire. Bien sûr derrière, le vieux guettait. Il tenait à garder son contrôle sur moi. Le truc c’est qu’il l’avait perdu depuis longtemps. Alors ouais, il voulais m’éduquer. Il me faisait avaler ses règles, ses valeurs et celles de la pègre. Je ne retenais que ce qui m’intéressais. Alors il a dû se rendre à l’évidence : j’étais mon propre maître et il avait perdu le contrôle. Alors il m’a confié à quelqu’un d’autres dès qu’il en a eu l’occasion, et dès qu’il a jugé quelqu’un de capable pour la lourde tâche qu’était mon tutorat. C’est comme ça que je me suis retrouvé avec ce type collé au cul.

Alekseï.

You ain’t a kid no more
We’ll never be those kids again.


J’ai été introduit assez tôt au sein de la Famille. C’était logique, j’avais grandi dedans dès la mort de mes parents, je connaissais les règles par cœur même si je voulais pas y obéir. D’ailleurs je ne voulais pas être introduit non plus. Franchement, c’était pas mon but dans la vue de devenir criminel. Mais le vieux ne m’a pas laissé le choix. Pas du tout. Un jour il m’a ordonné de me lever, le soir, j’avais mon premier tatouage et me voilà yakuza. Ce n’était pas tellement inattendu. Je pense que le vieux attendait juste que je sois un peu plus âgé. J’aurais aimé y échapper, mais le nom ne me laissait pas d’autre choix. Alors ça s’est fait plutôt que je ne l’imaginais. Le problème ? J’étais encore jeune. Encore dans cette phase d’enfant rebelle qui voulait son indépendance. Alors quand j’ai appris que le vieux voulait que j’aie un mentor, j’ai vu rouge. Pas uniquement parce qu’il le voulait d’ailleurs. C’était aussi parce qu’il l’avait décidé et qu’il avait choisi la personne qui aurait cette charge sans rien me dire. Je déteste ne pas avoir le choix, et il le savait très bien. Alors quand il m’a parlé d’Alekseï comme étant une personne de confiance qui avait déjà bien fait ses preuves, je me suis fais une idée très claire sur lui. Probablement un grand-père ridé comme le mien, coincé du cul, qui voudrait m’apprendre les règles comme si je ne les connaissais pas. J’ai été surpris lorsqu’il m’a été présenté. Parce que ce n’était pas un vieux déjà. Et parce que quelque chose me disait que ça allait être moins pire que j’imaginais. Alors j’ai souri mon habituel sourire en coin. Celui que le vieux déteste tant parce qu’il sait que ça veut dire que j’ai quelque chose en tête. Je me souviens parfaitement de la tête de mon grand-père. Il avait l’air si satisfait de m’avoir enfin acculé qu’il n’a pas compris pourquoi moi je l’étais aussi. Bien sûr, sur le coup, ça m’a clairement ennuyé. Quand j’ai commencé à accomplir de petites tâches pour la famille, les gens parlaient, parce qu’il y a toujours des gens pour ouvrir leur gueule. Je passais pour le mec qui avait tout posé sur un plateau d’argent, parce qu’il portait le nom. Alors j’ai ma fierté tu le sais bien. Ouais, je voulais pas du clan, mais j’allais pas laisser une bande d’imbéciles rabaisser mon travail. Et pour moi, Alekseï comme mentor, c’était carrément l’opposé de ça. J’étais juste le p’tit protégé par un type qui devenait intouchable et j’aimais pas. Mais très vite j’ai revu mes calculs. Parce qu’au fond, qui pouvait m’emmerder ? Personne. Et ce pouvoir là, entre mes mains, c’était jouissif. Et puis en tant que personne, Alekseï ne m’était pas antipathique. Au-delà de mentor pour le clan, il a aussi été un peu prof quand j’ai décidé de redevenir sérieux en cours. Et puis il me couvait un peu, j’avais l’impression d’avoir un grand frère plus qu’autre. Je l’ai apprécié un peu plus quand j’ai réalisé qu’il encourageait ma rébellion. Si dans un monde alternatif, les relations avec le vieux devaient s’améliorer, ce ne serait certainement pas grâce à lui. Mais je l’aime bien. C’est le principal. Peut-être que j’aimais pas ce que je faisais, mais au moins les choses marchaient bien. Jusqu’à ce que je sorte du placard comme on dit. Je n’y avais jamais vraiment été caché en fait, mais puisqu’on a tendance à mettre des labels pour tout. C’est Aisling qui a su en premier. Je me fichais bien de l’avis des autres, mais le sien comptait. J’avais dit-huit ans, fraîchement entré à Tōdai. Avec ma sœur, on partageait ensemble cet appartement, et elle avait l’habitude de me voir aller et venir avec des gens différents chaque jour. Je profitais, j’étais plus sous le contrôle constant du vieux, et même s’il y avait toujours Alekseï qui tenait le rôle qu’on lui avait attribué, ça n’était jamais aussi insupportable qu’avec mon grand-père.

[...]
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Jeu 31 Jan - 19:15
par Kyle A. Inagawa
Akira Inagawa
Je ne reflète pas ce que je suis. Pourri.
This is me
Tu te regardes dans cette glace avec un sourire, appréciant le reflet de ta personne qu'elle te renvoie. Ce n'est pas que tu sois narcissique, pas vraiment. Mais ne doit-on pas être capable de reconnaître ses atouts lorsqu'on les a devant soi ? Tu ne vas pas te priver de te dire que tu es beau Kyle. Tu le sais, et c'est une évidence pour tous. Ça n'a pas toujours été le cas. Comme tu n'as pas toujours été aussi confiant. Aujourd'hui, tu te dis juste que le reste du monde était bien trop aveugle pour voir à l'époque. Ou que les taches de rousseurs qui parsemaient ton visage mais qu'on ne voit pratiquement plus aujourd'hui ne te mettaient pas nécessairement à ton avantage. Mais les choses ont changé. Beaucoup de choses ont changé. A commencer par toi. L'innocence et la candeur qui se lisaient autrefois sur ton visage ont bien vite été remplacé par un lot de sourires tous très bien calculés, qui ne dévoilent rien d'autre que tes dents bien alignées. Lire tes expressions pour savoir ce que tu penses ? Impossible. Dans ton milieu, il faut savoir être neutre dans ce genre de chose. Que ce soit au sein du clan, ou lorsque tu bosses avec des entreprises, ne rien traduire est une base. Et ça, tu as appris à bien le faire. Maître dans l'art ? Non. Mais presque.

Tu fixes les deux iris vert émeraude qui pétillent dans ce miroir. Cet éclat particulier, tu le tiens de ta mère. De même que leur couleur. Le regard joueur, malicieux. Tu sais t'en servir, pour convaincre, pour persuader, pour intimider. Le regard est parfois si important dans la communication. Et savoir s'en servir aide beaucoup. T'aide beaucoup. Parce que lorsqu'il suffit d'un regard pour te faire comprendre, les efforts que tu as à faire ensuite sont minimes. Tu ne qualifierais pas ton regard de chaleureux, ni froid. Il n'est rien en fait. Ou s'il est quelque chose, alors il serait un caméléon. Et il renverrait ce que la situation lui impose de renvoyer. Jamais de la douceur, jamais de la tristesse, ou si douceur il y a, c'est envers ta fille. Et ta sœur et son fils. Personne d'autre. Il y a eu d'autres personnes. Il n'y en aura plus. Parfois, tu recouvres tes yeux d'une paire de lunettes. Un atout de plus à ton charme.

Tu tires la langue un court instant, observant le bijou qui trône sur ta langue, ne sachant pas encore si tu vas le changer ou non. Optant pour le garder tel quel, tu changes en revanche les deux bijoux de ton oreille droite, remplaçant les deux petites boules qui ornaient le lobe et le cartilage par deux anneaux argentés. Après quoi, tu détaches ta chevelure mi longue pour y apporter ton attention. Tu en prends soin, peut-être plus qu'une fille. De façon générale, tu prends soin de toi, mais de tes cheveux, plus encore. Tu y nattes des tresses avant de les attacher. Cette chevelure de feu, rousse, que tu as fait tendre vers un rouge flamboyant. Ces cheveux que tu as tant détesté quand tu étais plus jeune. Aujourd'hui, elle est ta fierté, grâce à elle, tu te démarque. Il y a toujours ceux qui ont des préjugés, ceux qui ne voient en toi qu'une espèce de métis à moitié japonais. Mais il y a également ceux, et heureusement plus nombreux, qui savent reconnaître la beauté lorsqu'ils la voient. Raison pour laquelle tu ne négliges pas ton visage. Tes traits sont doux, fins, mais pas trop non plus. Tu n'es pas de ceux qui ont une mâchoire carrée ou un visage anguleux, et c'est probablement pour cela qu'on a tant remis ta masculinité en cause étant petit. Aujourd'hui, tes traits sont suffisamment virils pour qu'il n'y ait plus le moindre doute. Tout sur ton visage a son charme. Les fossettes qui se forment lorsqu'un large sourire vient étirer tes lèvres encore plus sans doute. Oh oui, tu as une belle gueule Kyle, et tu n'hésites pas à t'en servir.

C'est un atout. Majeur dira-t-on, parce que du reste, tu n'es pas spécialement imposant. Oh, tu es bien construit, c'est un fait. Tu ne passes spécialement tout ton temps à modeler ton corps, mais le sport que tu pratiques à suffit à te dessiner les muscles que tu possèdes. Tu es très loin d'être une baguette rigide ou une brindille qui plierait au moindre souffle de vent. Mais pour autant, tu n'es pas non plus bodybuildé. Tu as ce qu'il faut, ce qui plaît. Mais du haut de ton mètre soixante quinze, et avec tes soixante-dix kilos, tu ne dois pas ta capacité à savoir menacer ou intimider et t'imposer à ta carrure. Ce doit plus être lié à ta façon de communiquer, verbalement ou non, que tu as appris à maîtriser. Ceci dit, ta taille face à plus grand que toi n'a jamais été un problème lorsque tu te battais avec tous sans réfléchir. D'ailleurs, tu as gardé des marques de cette période, des cicatrices sur les bras, le torse, et les phalanges qui n'étaient jamais épargnées. Les autres ont fini par disparaître avec le temps.

Si les plus évidentes n'avaient pas fini par disparaître, peut-être les aurais-tu recouvertes de tatouages ? Parce que de ce côté là, tu n'es pas en reste non plus. Tu as fait tes premiers tatouages dès que tu en as eu la possibilité, le premier étant ton tatouage de clan. Ce tigre rugissant qui s'enroule autour de toi, depuis le bas de ton dos, et qui vient ouvrir sa gueule sur ton torse. Même si au début, tu n'appréciais pas spécialement ce tatouage à cause de ce qu'il impliquait, tu as fini par t'y faire. Plus que ce qu'il signifie, tu préfères regarder à ce qu'il représente. Et le fauve te sied à merveille. Deux tatouages aux motifs tribaux viennent encore orner ton corps, l'un glissant le long de ta nuque, et l'autre épousant les courbes de ton bras gauche, enroulant fièrement les muscles dont il fait le tour. Enfin, un dernier tatouage trône sur ton aine gauche, parce que tu devais bien mettre tes abdominaux en valeur, ou attirer le regard vers des choses intéressantes…

Tu quittes ta salle de bain, et te diriges vers tes armoires. Aujourd'hui, tu es censé avoir une réunion importante avec un client, pour discuter stratégie et autres artifices du genre. La logique imposerait un costume. Tu les regardes un à un sans jamais t'arrêter dessus. Tu n'es pas de ceux qui tapent dans l'élégance à tout instant, bien à l'aise dans des costumes trop étroits, retenant leur souffle pour ne pas faire sauter les boutons de leur chemise. Oh bien sûr, tu sais être élégant, mais uniquement lorsque tu juges l'élégance être d'une extrême nécessité, ce qui est très rarement le cas. Le fait est que tu as horreur des costumes et tout ce qui peut ressembler à une cravate ou un nœud papillon. De façon générale, tu optes toujours pour des jeans, des sweats, des débardeurs, des vestes, et la seule raison pour laquelle tu ne démultiplies plus les cuirs, c'est parce que tu as réduit la fréquence de tes virades à moto pour une voiture à cause de ta fille encore petite. Les chaussures bien cirées ne sont pas tes amies, tu es bien plus à l'aise dans des chaussures confortables et passe-partout comme des baskets pour te déplacer rapidement. Parce que tu n'es pas exactement la définition du mec lent. Même si tout dans ta démarche traduit le félin, tu as tendance à aller plutôt vite, ce qui parfois frustre Tora et ses petites jambes… Si tout le monde autour de toi apprécie la rigueur et la tenue, tu es toujours celui qui se démarque Kyle, et pas seulement à cause de tes cheveux. Ne jamais rien faire comme les autres… Jamais.

Tu n'auras pas la prétention de dire que tu as les allures d'un dieu grec, mais tu ne t'empêcheras pas d'y penser. Tu es beau, et tu te sais beau Kyle. Y a-t-il un mal à cela ?
Caractère
CARACTERE - Votre caractère en 250 mots minimum.
Hikoboshi Tanabata
Messages postés : 178
Inscrit.e le : 06/01/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: /
posté
le Jeu 31 Jan - 19:20
par Hikoboshi Tanabata
PREUM’S.
RE-BIENVENUE BB ET BON REBOOT. ÇA SENT DÉJÀ BON ICI.
Marek S. Obayashi
Messages postés : 135
Inscrit.e le : 15/05/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Jeu 31 Jan - 19:33
par Marek S. Obayashi
KYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYLE !!!
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Jeu 31 Jan - 21:53
par Kyle A. Inagawa
Omg, quelqu'un qui me connaît mais que je ne reconnais pas ?
Qu'est-ce vous avez tous à changer de tête en mon absence hein ?
Marek S. Obayashi
Messages postés : 135
Inscrit.e le : 15/05/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Jeu 31 Jan - 23:03
par Marek S. Obayashi
Si je te dis "Karl", tu reconnais ? ... j'ai eu la flemme de changer de compte... et mes dc sont tous dans mon profil
Daiki Seki
Messages postés : 433
Inscrit.e le : 09/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : ┐(´д`)┌
Autre: ✚ Parle en : #ff9172

★
posté
le Jeu 31 Jan - 23:11
par Daiki Seki
Re-bienvenue ! Ohé bigre, ton perso me dit tellement un truc !!! J'ai dû le croiser l'année dernière ? En tout cas bon reboot du coup ! Amuse-toi bien par avance avec ce petit Kyle
Hyun Minh
Messages postés : 173
Inscrit.e le : 16/02/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Jeune vieux garçon :3
Autre:
posté
le Jeu 31 Jan - 23:35
par Hyun Minh
AKIRA
Yay, on l'attendait ce comeback darling
Bonne rédaction ♥️
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Ven 1 Fév - 18:17
par Kyle A. Inagawa
Marek > omg TU T'ES BIEN CACHÉ ! DANS MES BRAS ❤️
Daiki > uiui, il est pas resté longtemps mais il était là l'année dernière o/
Hyun > Thanks ❤️ Bah oui, fallait bien qu'il puisse au moins s'exprimer lui aussi !
Hikoboshi Tanabata
Messages postés : 178
Inscrit.e le : 06/01/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: /
posté
le Mar 5 Fév - 14:27
par Hikoboshi Tanabata
Le titre de ton physique m'a fait penser à ça :


De rien
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Mar 5 Fév - 14:32
par Kyle A. Inagawa

Je crois qu'elle est passée quand j'ai écrit le physique
Hikoboshi Tanabata
Messages postés : 178
Inscrit.e le : 06/01/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: /
posté
le Mar 5 Fév - 14:48
par Hikoboshi Tanabata
Omg tout est lié
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Ven 8 Fév - 2:42
par Kyle A. Inagawa
J'aimerais demander un délai siouplait
Je pensais avoir mon week-end mais non, je vais le passer à l'école donc pas moyen de finir pour le 10
Makoto Nanase
Messages postés : 3557
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Ven 8 Fév - 10:27
par Makoto Nanase
Délai ajouté ! o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Merci Lucci pour le kit 

Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"


Le plus beau compliment ♥️:




La famille ♥️:
Nanase's family:
Merci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Merci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Sam 16 Fév - 12:04
par Kyle A. Inagawa
Je peux demander une seconde extension pliiz ? J'ai bien avancé mais finalement, ca me prend un peu plus de temps que ce que j'imaginais, et j'en ai pas eu énormément cette semaine du temps (btw, c'est la fin de mon absence ). Peut-être que j'en aurais pas pour longtemps, mais dans le doute, je préfère demander un délai.
Makoto Nanase
Messages postés : 3557
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Sam 16 Fév - 15:21
par Makoto Nanase
Deuxième et dernier délai accordé o/ Ajout d'une nouvelle semaine

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Merci Lucci pour le kit 

Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"


Le plus beau compliment ♥️:




La famille ♥️:
Nanase's family:
Merci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Merci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Kyle A. Inagawa
Messages postés : 240
Inscrit.e le : 16/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Sam 16 Fév - 16:09
par Kyle A. Inagawa
Merci beaucoup
Je finis vite (et bien), promis
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Black Chocolate. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite.

Nos partenaires