Nao Nakamura
Messages postés : 38
Inscrit.e le : 09/02/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Loola Nakamura
Autre:
posté
le Dim 10 Fév - 1:35
par Nao Nakamura
Nao Nakamura
L'Incontestable n'oublie personne.
Informations générales
Nom : Nakamura
Prénom.s : Nao
Âge :  24 ans
Genre : Masculin
Origines :  Japonaise
Activité : Agent de nettoyage à mi-temps, étudiant en informatique
Sexualité : Sans préférence
Avatar :  Frey (Fisheye Placebo) - Yuumeiart.com
Réglement :
Chemin : Partenaire d'un ancien forum de rp où j'étais
Autre :  Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  2244379341  
Histoire - L'Incontestable n'oublie personne.
Je suis né en 2087. Et l'Incontestable n'y est pour rien.
Elle l'avait vu pour la première fois sur une place publique. Elle, la jeune fille de bonne famille, soignée, discrète et cultivée. Lui, le saltimbanque aux habits sales, usés et troués, chantant, dansant et jouant tour à tour du violon, de la guitare ou de l'harmonica. Elle aurait dû, comme les autres, tracer sa route et ignorer ce personnage bizarre, mais elle s'arrêta, hypnotisée par cette musique fascinante et ce drôle de type au comportement si extravagant et inhabituel. L'incontestable ne les aurait jamais réuni, ma mère en était certaine. Pourtant, il avait suffit d'un sourire, d'un regard. Ils s'étaient retrouvés comme coupés du monde, il ne jouait plus que pour elle, leurs regards attachés l'un à l'autre, comme si le temps s'était arrêté pour leur permettre de s'aimer. Voilà l'histoire de leur rencontre, tant de fois contée.
Je n'étais pas vraiment prévu. Ils avaient décidé de s'aimer, librement, jusqu'à l'arrivée de la lettre de l'Incontestable qui viendrait les séparer, et contre la désapprobation de la famille de ma mère. Lorsque la nouvelle de mon arrivée tomba, ils furent partagés entre joie et effroi. Jusqu'à ma naissance, et durant mes premières années, chaque passage à la boîte aux lettres était un tourment : et si l'enveloppe rose arrivait ? Mais elle n'arrivait pas et les années passant, ils commençaient à croire en leur chance. L'Incontestable les laissait libre.
Nous n'avions pas grand chose, ils vivaient de petits boulots, d'amour et de musique. Mon père n'aimait guère la technologie, elle gâchait selon lui tous les plaisirs de la vie. Quand mes camarades jouaient aux jeux vidéos, je jouais du violon, en dansant et en riant, courrait dans la nature et fabriquait des jouets de bouts de bois et de ficelle. Les gens nous regardaient bizarrement, mes camarades me raillaient parfois, les proches et voisins jasaient dans notre dos, mais nous n'en avions que faire. L'Incontestable nous laissait libre. De vivre. D'aimer.

Jusqu'à ce jour.... lorsque j'étais rentré, il n'y avait ni musique, ni rire. Ni chant, ni discussion joyeuse. Ils étaient assis à table, les mains de mon père serrant celles de ma mère. Des larmes coulaient sur le visage de cette femme que je n'avais jamais vu que rire. Les sourcils froncés de colère crispaient le visage de cet homme que je n'avais jamais connu que calme. Et cette enveloppe rose sur la table. Ils s'y étaient attendu au début de leur idylle et n'en avaient vécu que plus libres. Ils l'avaient crainte, jour après jour, à mon arrivée. Puis ils avaient cru en l'espoir d'être oubliés et libres de s'aimer à jamais. 12 ans, cela faisait 12 ans qu'ils s'aimaient. Cela faisait 10 ans, que nous formions une famille aussi inhabituelle qu'heureuse. L’Incontestable avait décidé de les laisser. Mais non, la lettre de l'Incontestable n'oublie personne, la lettre arrive toujours. Il n'y avait qu'une lettre. Il n'y avait donc pas d'espoir et nul besoin de l'ouvrir pour le savoir.
Dans l’embrasure de la porte de ma chambre, je les avais écoutés pleurer et discuter de quoi faire pendant toute la nuit. Elle, elle devait se marier. Si elle refusait, elle mourrait. Il n'y avait pas de choix. Elle pleurait. Il était en colère. il voulait détruire l'Incontestable et rien ne pouvait l'en dissuader. Ils n'avaient jamais rien dit de mal sur l'Incontestable, mais cette nuit-là, la réalité était tout autre. L'Incontestable venait briser tout ce qu'ils avaient construit, faisant s'écrouler tout leur monde si heureux, même si personne ne le comprenait.
Le lendemain, les valises furent préparées dans un silence de mort. Nous dire au revoir fut difficile. Mon père me demanda de bien prendre soin de ma mère et il lui promit qu'il trouverait une solution. Ce fut la dernière fois que je le vis. Il ne pouvait se voir avec ma mère sans courir de risque, leur amour ne pouvant être réduit à de l'amitié. Je n'avais que 10 ans, mais je comprenais mieux la situation que je ne l'aurais souhaité.

Dans les mois qui suivirent le mariage, je me rendis chez mon père à plusieurs reprises le week-end. Cela ne fit qu'accentuer mon malaise. Il avait changé. Il ne chantait plus, ne souriait plus et les rares fois où il daignait prendre sa guitare, la complainte qui en sortait semblait pleurer avec lui. Chaque fois, il parlait davantage des groupements anti-incontestables. Parfois même me sortait-il des coupures de journaux, des notes, des impressions de textes trouvées sur le Net, persuadé qu'il avait là la preuve que l'Incontestable était faillible. Chaque fois, il semblait un peu plus sûr qu'il était possible de faire tomber l'Incontestable. Chaque fois, j'avais l'impression qu'il sombrait un peu plus dans une étrange folie. Chaque fois, je détournais la conversation et mentais à ma mère, quand, me voyant rentrer, elle ne pouvait s'empêcher de me demander comment il allait. Un jour, il m'annonça qu'il devait partir en voyage, vers l'un de ces pays qui n'approuvait pas l'Incontestable. Le Canada, ou bien l'Allemagne, ou l'un des pays du Moyen-Orient, je ne saurais le dire tant il m'en cita dans l'excitation. Après ce jour, je ne le revis plus. Pas une carte, pas une lettre... Du moins, s'il y en a eu, elles ne me furent jamais remises. Lors des événements de 2108, je me demandai évidemment s'il faisait peut-être parti des incontrôlables et hésitai longtemps à m'y rendre avant de, finalement, abandonner : si je l'avais miraculeusement retrouvé, que lui aurais-je dit pour ma mère... Ne m'avait-il pas demandé de bien prendre soin d'elle ? J'ignore encore aujourd'hui où il se trouve, ni même s'il est encore en vie.

Le mari que l'Incontestable avait choisi pour ma mère était en tout point parfait pour elle... Si elle l'avait rencontré 12 ans plus tôt. De bonne famille, propre sur lui, PDG d'un grand groupe et instruit, il aimait la musique, l'art et partageait avec elle non seulement une haute éducation, mais également bon nombre de centres d'intérêt. Les parents de ma mère en étaient parfaitement ravis. Probablement même aurait-elle put l'aimer, sans mon père.... Et surtout, sans moi.
C'était un homme dur et froid, mais plein de gentillesse à son égard. Il avait été marié. Ils avaient voulu des enfants, naturels, mais, après plusieurs fausses couches, ils avaient découvert qu'elle ne pourrait jamais en avoir. Ils avaient envisagé d'adopter, malgré ses réticences, mais elle était décédée avant que la procédure n'aboutisse. Et c'était là, que l'Incontestable les avait réunis, lui et ma mère.. Il l'aimait déjà, sans même la connaître, et voulait avoir des enfants avec elle. Des enfants... Mais pas moi. Pas un gamin de 10ans, preuve d'une ancienne vie de débauche. Il n'en voulait pas à ma mère, l'Incontestable l'avait choisie pour lui, elle était forcément parfaite. Mais moi, je n'aurais pas dû exister. Le premier regard qu'il posa sur moi ne m'avait laissé aucun doute sur cela. J'étais une tâche du passé qui salissait la perfection de son épouse. Et le temps n'arrangerait rien à cela.

Ma vie changea irrémédiablement ce jour-là. Les musiques et les rires qui avaient emplis mon enfance furent remplacés par le silence de cette maison lugubre. Les moments heureux avec mes parents furent remplacés par la solitude glaciale de ma chambre que je ne quittais peu. J'avais toujours été solitaire à l'école, mais ce fut pire encore dans la nouvelle que je dus intégrer. Je n'étais pas de ce monde et j'étais une tâche du passé dans la vie de ma mère et de son mari, qui firent naître bien des rumeurs et ragots chuchotés dans mon dos. Ce n'était pas nouveau, mais le bonheur de ma vie d'avant n'était plus là pour me les faire oublier. Mon violon me fut interdit, trop bruyant au dire du mari de ma mère. Celui, électrique, qu'elle m'offrit plus tard provoqua leur première dispute. Il ne supportait pas ma présence et me haïssait de, simplement, exister.
La vie se poursuivit pourtant. Ma mère se pliait à l'Incontestable. Elle semblait s'accommoder à cette nouvelle vie pour laquelle elle avait été éduquée, avec ce mari avec qui elle s'entendait bien, malgré le souvenir nostalgique de mon père. Ce n'était pas mon cas. J'avais appris a me faire silencieux, discret, à me faire oublier. A éviter cet homme qui ne supportait pas ma présence, tout comme ils évitaient de parler de moi ensemble.
Rapidement, ma mère tomba enceinte, une petite sœur naquit, princesse dans une maison dans laquelle je n'avais pas le droit d'exister. Je ne la détestais pas, je ne crois pas, mais je ne parvenais pas à l'aimer vraiment : elle accaparait ma mère, m'en éloignant d'autant plus que son père ne voulait pas nous voir ensemble, m'isolant davantage encore.
La vie se déroulait dans une inextricable routine, solitaire et sans joie.

Mais l'adolescence n'aide pas la colère enfouie. Elle était toujours là. Silencieuse, mais bouillonnante et sournoise. Lorsque les cours sur l'Incontestable et les devoirs des époux commencèrent, elle ne s'agita que davantage, toujours contrainte à ne pas se montrer. Jusqu'au jour où elle déborda, à peine, un peu, juste quelque mots, mais à un moment inopportun, lors d'un repas aux convives importants. Une simple critique sur l’aberration d'un système stupide, qui joue avec les gens sans aucune considération pour ce qu'ils ressentent et sur la réalité de leur vie. La gifle qui tomba, aussi inattendue que brutale, me laissa à terre, abasourdi, et marqua un nouveau tournant dans ma vie.
La gifle et les mots jusqu'alors jamais prononcés qui sortirent de sa bouche, firent déborder la colère de ma mère. Elle s’interposa, lui interdisant de me toucher ne serait-ce qu'une fois de plus. Elle voulait des excuses. Il était en colère et ce qu'il dit, elle ne pouvait lui pardonner. Lorsque le moniteur s'alluma, que l'Incontestable ordonna, elle refusa. Ce n'était pas un ordre compliqué, elle les avait suivis, tant et tant de fois. Mais cette fois là, elle refusa. Elle refusa de le prendre dans ses bras, de l'embrasser et de lui dire combien elle l'aimait. Les convives médusés restaient silencieux, tandis que ma petite sœur pleurait.

Lorsque les invités furent partis, le mari de ma mère nous envoya, ma sœur et moi, dans nos chambres. Aucune contestation n'était recevable et je n'eus aucune peine à comprendre qu'un seul mot de ma part suffirait à envenimer encore les choses. Assis contre la porte de ma chambre, je les entendis crier un long moment. Puis, une porte claqua, et il se mit à hurler de plus belle et à frapper dans celle-ci avec rage. Ma mère s'était enfermée dans leur chambre, mettant fin à toute conversation. Après plusieurs minutes interminables, il finit par se calmer. Le silence qui s'en suivit fut plus intenable encore. Je restais assis derrière ma porte toute la nuit, tendu, à l'affût. Espérant quelques bruits, quelques chuchotements, qui auraient annoncé une réconciliation. Mais le premier bruit fut celui des forces de l'ordre forçant la porte d'entrée que personne n'avait daigné venir leur ouvrir. Ils invitèrent ma mère et son mari à obtempérer et obéir à  l'ordre de l'Incontestable. Mais devant l'immobilisme silencieux des deux époux, ils les arrêtèrent, leur laissant à peine le temps de nous embrasser une dernière fois. J'essayais de parler à ma mère, mais ni elle, ni les forces de l'ordre ne me laissèrent faire. Lui, ne m'offrit qu'un regard de haine pour tout au revoir.

Les jours passèrent sans qu'ils ne réapparaissent. La sœur de ma mère vint nous récupérer, m'emmenant plus forcée que volontaire. Je n'étais plus seulement une tâche du passé, j'étais la cause de la situation actuelle. Dans cette famille qui n'avait jamais accepté la relation de mes parents, j'étais une preuve de celle-ci, responsable de ce qui arrivait, et responsable de ce qui arriverait.

Ils ne ressortirent pas. Je l'avais su, sans l'accepter, lorsque ma mère m'avait serré dans ses bras pour la dernière fois. Elle m'avait demandé pardon, plusieurs fois, jusqu'à ce qu'ils ne l'emmènent de force. Je n'avais pas voulu comprendre. Elle, si docile jusque là, n'avait pas accepté qu'il me traite ainsi. Pendant presque 6 ans, elle avait tout accepté. Il y a presque 6 ans, elle avait tout abandonné. Ce qui la faisait rire, ce qui la faisait sourire, ce qui la faisait vivre. Elle s'était accommodée à cette vie, à cette vie où l'on attendait d'elle qu'elle soit une bonne femme, une femme souriante, avenante, polie et discrète, surtout discrète, une femme qui m'ettait en valeur son mari, une femme qui ne se plaignait pas, une femme qui devait se montrer forte et heureuse, parce qu'après tout, elle avait tout pour être heureuse. Elle s'était accommodée à cette vie, comme elle l'avait pu, persuadée qu'il n'y avait pas d'autre choix acceptable, que c'était ce qu'il y avait de mieux, pour elle, pour nous... pour moi. Mais ce soir là, ma révolte d'adolescent immature et les mots qu'il n'avait jamais prononcés devant elle, lui prouvèrent combien elle s'était trompé, à quel point tous ses sacrifices avaient été vains. A quel point, elle l'avait laissé nous éloigner, à quel point elle avait fermé les yeux et c'était convaincu que c'était le meilleur choix.
Elle avait rêvé de s'enfuir, avec mon père, elle avait imaginé des stratagèmes, sans savoir si cela pouvait fonctionner, mais le risque n'était rien, en comparaison à cette vie. Elle avait écrit, combien cette vie lui semblait terne et vide de sens. La naissance de ma demi-soeur ne lui avait pas apportée la joie qui aurait due l'accompagner, mais une fatigue permanente, une culpabilité profonde et ce sentiment douloureux d'être une mauvaise mère pour cette enfant qui n'avait rien demandé. Elle n'avait toutefois rien montré, ça ne se faisait pas, dans ce monde là. Tout cela, elle l'avait gardé pour elle et partagé uniquement dans ce petit carnet aussi dévasté qu'elle, que j'avais découvert lorsque nous avions vidé l'appartement après tout cela. Moi aussi, je le gardai pour moi.
IL les avait gardés pendant un mois. Un mois où elle refusa de se soumettre à LUI, comme à ce mari qu'elle n'avait jamais aimé. Voulait-elle simplement en finir avec toute cette souffrance ou juste prouver qu'elle seule avait le contrôle de sa vie ? Personne ne le saurait jamais. Avait-il tenté de s'excuser, de se faire pardonner ou l'avait-il poussé à bout en détruisant le peu qu'il restait, en la culpabilisant davantage, en voulant la voir se soumettre à nouveau et redevenir la bonne petite femme parfaite, discrète et obéissante qu'elle n'aurait pas due cesser d'être. Ça non plus, nous ne le saurions jamais.
IL les avait exécutés. Par ma faute, au moins en partie. Et si j'en doutais, on me le rappela, encore et encore, jusqu'à ce que je fus en âge de quitter cette famille à laquelle je n’appartiendrais jamais.

En 2109, je pris ce que je pensais être une décision aussi irréfléchie qu'immature : sécher les cours qui me coûtaient pourtant si cher, louper le travail avec une excuse aussi fausse que farfelue, pour aller camper une semaine sur la montagne d'Oyama. Pourquoi à ce moment-là ? La vie me paraissait alors vide de sens et j'étais parti sur un coup de tête, mes violons sous le bras, après avoir acheté des billets de train à un prix fracassé. Cette décision stupide me sauva sans nulle doute la vie. Le tremblement de terre, faisant tomber des arbres et débouler des rochers, me fila la peur de ma vie. Réfugié dans une grotte, je me blâmais pour cette décision irraisonnée, et pour toutes ces fautes du passé qui n'étaient pas les miennes, lorsque les typhons ravagèrent la forêt alentour. Mais lorsque les vagues frappèrent Tokyo, je jouais du violon, inconscient de ce qui se déroulait, simplement heureux d'être toujours en vie, faisant chanter ma joie au milieu de la nature dévastée, qui revivrait bientôt, comme si rien ne s'était passé et me promettant de faire comme elle.
La réalité me frappa dès mon retour. Tokyo avait été dévasté. Là où se trouvait auparavant la maison où je louais une chambre, il n'y avait plus que gravats. Il ne restait plus rien. Le café où je travaillais non loin de là, n'existait plus. Si je n'avais pas suivi cette envie aussi irrépressible que subite, mon nom serait venu allonger la longue liste des disparus.
Les vagues avaient ravagé la belle maison de ma famille maternelle, brisant les fenêtres, noyant les riches décorations, emportant des pans de murs entiers. Ma sœur était en vie, comme certainement la totalité de la famille maternelle, qui avait dû se mettre en sécurité par précaution dès la première annonce. Ce fut sans étonnement que j'appris que personne n'avait cherché à savoir si j'étais en vie. Cela peut sûrement paraître stupide, mais j'avais donné aux autorités non seulement le signalement de mon père, du moins du souvenir que j'en avais, mais également de ma mère. L'espoir fou que, peut-être, l'Incontestable ne soit pas si cruel que ce qu'on en pensait. Là encore, ce fut sans surprise qu'on m'indiqua qu'on n'avait nul trace d'eux, mais que toutes les victimes et blessés n'avaient pas encore été identifié, comme s'il restait encore un espoir.

Il ne me restait plus qu'à reconstruire, à nouveau, ma vie. Mais j'étais vivant, rien d'autre n'importait vraiment.

Même l'Incontestable n'oublie personne. Jamais. Et je ne l'oublie pas non plus. Il n'est pas possible de lui résister, de lui désobéir. Il régente nos vies,et nous n'avons d'autres choix que de l'accepter. L'amour n'est qu'une folie que l'incontestable écrase s'il n'est pas de son fait.

Je m'appelle Nao, j'ai 24 ans. Je sais que l'Incontestable m'appellera... et que je n'aurais d'autre choix que de l'accepter.


Physique
De taille moyenne, Nao est mince, même un peu maigre. Il ne mange pas beaucoup, manquant parfois d'argent pour payer à la fois ses études, la chambre où il vit et remplir son frigo et ses promenades fréquentes ne permettent pas vraiment à la graisse de s'installer. Ses cheveux argentés en bataille, tout comme son regard émeraude profond lui viennent sûrement d'une manipulation génétique farfelue du côté maternelle, où l'argent n'a jamais manqué. Il ne prête guère attention à son apparence, n'en ayant de toute façon pas les moyens. Un jogging élimé, un t-shirt troué et un sweet à capuche usé par le temps, lui suffisent largement et lui apporte un confort qu'il apprécie particulièrement. Ses baskets ne sont pas dans un meilleur état, leurs semelles usées permettant à l'eau de s'infiltrer.
Le regard perdu dans le vague, il traverse les ruelles, les mains dans les poches, le casque sur les oreilles, indifférent au monde qui l'entoure. Il lui arrive parfois même de percuter des personnes venant face à lui, ou même, quelques fois, des poteaux, lorsqu'il emprunte ainsi des chemins qui lui sont inhabituels. Si vous le connaissez et le saluez, probablement lui faudra-t-il quelque instant pour vous remettre. Il lui arrive pourtant, généralement au parc, de laisser tomber son casque pour écouter le chant des oiseaux et la complainte du vent, de s'arrêter brusquement pour observer avec attention un arbre inhabituel, ou une construction pittoresque, de s'installer au soleil les yeux fermés pour mieux en apprécier la chaleur sur sa peau.
Si Nao est quelqu'un de gentil, il ne sourit que peu. Son attitude froide, distante, indifférente, lui permet de tenir les gens à distance et d'éviter de trop se lier. S'il se met à jouer de violon pour vous cependant... Oubliez, cela n'arrivera jamais !

Caractère
Nao partage ses journées entre son travail comme agent d'entretien, ses études en informatique et ses violons. Malgré son cursus, il n'a aucun attrait réel pour l'informatique, qu'il a choisi uniquement pour avoir un bon métier vous dira-t-il, se mentant à lui-même autant qu'à vous. N'appréciant guère les jeux vidéos, il préfère passer son temps à dessiner, jouer de la musique ou à se promener dans les parcs, voir, quand ses moyens le lui permettent, se rendre en pleine nature. Il préfère tout autant faire ses courses dans les rares épiceries aux personnels bien vivants qu'il peut trouver, plutôt que de commander en ligne, même si ses finances l'en remercieraient.

Atteindre Nao n'est pas chose aisée. Solitaire depuis son enfance, et plus encore depuis le mariage de sa mère, Nao ne sait et ne veut se lier aux autres. Souvent dans son monde, sa musique sur les oreilles, il vous croisera sans vous voir, vous saluera par simple automatisme et ne vous abordera que si la situation le nécessite. Paradoxalement, Nao n'est pas inabordable en soi : il échangera avec facilité, le temps d'un instant, d'une soirée... Il n'offrira pas plus que nécessaire, et n'étalera certainement pas sa vie, et encore moins son passé, aux autres. Créer des liens n'est pas sa priorité.... Ou plus exactement, il préfère l'éviter : l'Incontestable le fera pour lui, nul besoin de prendre le risque de lui permettre de lui voler quoique ce soit d'autre que sa liberté !
L'incontestable ? Il le déteste, mais n'en dira jamais rien. L'Incontestable lui a tout pris. Sa vie, son père, puis sa mère. S'il est convaincu que l'Incontestable n'est pas totalement irraisonné et ne marie pas des personnes totalement incompatibles, il l'est tout autant que l'Incontestable ne peut être bon, ni pour les gens, ni pour le monde. Cependant, il s'est persuadé que rien ne peut être fait et qu'il n'y a rien d'autres à faire que d'obéir lorsque le jour viendra.


Marek S. Obayashi
Messages postés : 257
Inscrit.e le : 15/05/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Dim 10 Fév - 1:48
par Marek S. Obayashi
Bienvenue Nao !

Bon courage pour ta fiche :).
Hikoboshi Tanabata
Messages postés : 193
Inscrit.e le : 06/01/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: /

★
posté
le Dim 10 Fév - 2:21
par Hikoboshi Tanabata
Bienvenue !

Très intéressant ton personnage, j'espère que tu seras vite validé !
Akino Mikolajczyk
Messages postés : 581
Inscrit.e le : 25/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Jazz Mikolajczyk ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 10 Fév - 13:06
par Akino Mikolajczyk
Bienvenue Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3006946478

Frey... Le premier avatar de mon autre compte, Shin... Ça fait bizarre de le voir repris par quelqu'un d'autre Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  176812005

Bon courage pour ta validation ! :3

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Fondfonceakinosigna
Nao Nakamura
Messages postés : 38
Inscrit.e le : 09/02/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Loola Nakamura
Autre:
posté
le Dim 10 Fév - 16:47
par Nao Nakamura
Merci à tous les 3 ^^
Makoto Nanase
Messages postés : 4547
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mar 12 Fév - 11:44
par Makoto Nanase
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥️

Introduction
Encore bienvenue sur JM Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1362171446
Comme dit avec Aki, ça me fait trop bizarre de voir Frey Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3912395661 Prends en soin Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3912395661

Histoire
- Ils s'étaient retrouvé comme coupé du monde,
- Les sourcils froncés de colère crispait le visage
- Il l'avaient crainte,
- Elle, devait se marier => une virgule en trop
- mais elle était décédé
- lors dans un repas aux convives importants
- elle les avait suivi,
- Alors il les emmenèrent.
- Dans cette famille qui n'avaient jamais
- Il ne ressortirent pas.
- IL les avaient exécutés
- Les vagues avaient ravagées

✗ Je ne comprends pas vraiment pourquoi Nao n'a plus aucune nouvelle de son père Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  517494357 Même si ses parents ne peuvent/veulent plus se voir parce que ce serait trop risqué, y'a aucune raison pour que le fils ne voit plus son père du tout. Il peut aller chez lui les weekends, le contacter par téléphone, etc. Et du coup, quand sa mère meurt, il peut aller le voir Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  517494357
Le point sur le père me paraît trop bancal Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4115966937

✗ Attention, un couple a 12h pour répondre à un ordre. Donc la milice ne va pas débarquer aussi vite chez Nao pour embarquer sa mère et son beau-père Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  2361740871

✗ Nous sommes en 2111 (je viens de remarquer que ça avait pas été changé partout, my bad), du coup, Nao approcherait des 24 ans Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4115966937

Caractère
-  Atteindre Nao n'est pas chose aisé.

Validé ♥️

Physique
Validé ♥️

Conclusion
Une bonne fiche que voilà, ça fait plaisir ! Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4115966937 Bien écrite (en dehors de quelques fautes mais rien de bien méchant) et présentant un personnage attachant. J'aime beaucoup Nao et pour le coup il me fait vraiment penser à mon TC xD et je lui souhaite le meilleur Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3912395661 Il y a juste deux points à revoir dans l'histoire, mais je ne doute pas que tu y parviendras sans souci Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  2432113367


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥️

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Ld7d
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Cn3Ckyx
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1EPYLUw
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  YqECw0j
Nao Nakamura
Messages postés : 38
Inscrit.e le : 09/02/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Loola Nakamura
Autre:
posté
le Mar 12 Fév - 21:28
par Nao Nakamura
Merci !
et... merci à Akino d'avoir changé d'avatar xD (rien de plus frustrant que de trouver une image, de se la fixer en tête et que de s'apercevoir que "zut elle est prise" ^^)

J'ai corrigé les fautes (en espérant évidemment ne pas en avoir ajouter d'autres dans les nouveaux paragraphes Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  989377927 ) et l'âge de Nao.
(Pour la virgule en trop, c'était en fait volontaire. J'avais hésité un moment dessus (sachant bien qu'il s'agissait d'une liberté sur la langue francaise). J'ai corrigé malgré tout.)

J'ai modifié un peu l'histoire du père pour éclaircir un peu la disparition du père qui n'était effectivement pas bien clair (sauf dans ma tête ^^')
Spoiler:
Dans les mois qui suivirent le mariage, je me rendis chez mon père à plusieurs reprises le week-end. Cela ne fit qu'accentuer mon malaise. Il avait changé. Il ne chantait plus, ne souriait plus et les rares fois où il daignait prendre sa guitare, la complainte qui en sortait semblait pleurer avec lui. Chaque fois, il parlait davantage des groupements anti-incontestables. Parfois même me sortait-il des coupures de journaux, des notes, des impressions de textes trouvées sur le Net, persuadé qu'il avait là la preuve que l'Incontestable était faillible. Chaque fois, il semblait un peu plus sûr qu'il était possible de faire tomber l'Incontestable. Chaque fois, j'avais l'impression qu'il sombrait un peu plus dans une étrange folie. Chaque fois, je détournais la conversation et mentais à ma mère, quand, me voyant rentrer, elle ne pouvait s'empêcher de me demander comment il allait. Un jour, il m'annonça qu'il devait partir en voyage, vers l'un de ces pays qui n'approuvait pas l'Incontestable. Le Canada, ou bien l'Allemagne, ou l'un des pays du Moyen-Orient, je ne saurais le dire tant il m'en cita dans l'excitation. Après ce jour, je ne le revis plus. Pas une carte, pas une lettre... Du moins, s'il y en a eu, elles ne me furent jamais remises. Lors des événements de 2108, je me demandai évidemment s'il faisait peut-être parti des incontrôlables et hésitai longtemps à m'y rendre avant de, finalement, abandonner : si je l'avais miraculeusement retrouvé, que lui aurais-je dit pour ma mère... Ne m'avait-il pas demandé de bien prendre soin d'elle ? J'ignore encore aujourd'hui où il se trouve, ni même s'il est encore en vie.

J'ai modifié aussi l'arrestation, j'avais zappé ce détail évident ^^'
Spoiler:
Lorsque les invités furent partis, le mari de ma mère nous envoya, ma sœur et moi, dans nos chambres. Aucune contestation n'était recevable et je n'eus aucune peine à comprendre qu'un seul mot de ma part suffirait à envenimer encore les choses. Assis contre la porte de ma chambre, je les entendis crier un long moment. Puis, une porte claqua, et il se mit à hurler de plus belle et à frapper dans celle-ci avec rage. Ma mère s'était enfermée dans leur chambre, mettant fin à toute conversation. Après plusieurs minutes interminables, il finit par se calmer. Le silence qui s'en suivit fut plus intenable encore. Je restais assis derrière ma porte toute la nuit, tendu, à l'affût. Espérant quelques bruits, quelques chuchotements, qui auraient annoncé une réconciliation. Mais le premier bruit fut celui des forces de l'ordre forçant la porte d'entrée que personne n'avait daigné venir leur ouvrir. Ils invitèrent ma mère et son mari à obtempérer et obéir à  l'ordre de l'Incontestable. Mais devant l'immobilisme silencieux des deux époux, ils les arrêtèrent, leur laissant à peine le temps de nous embrasser une dernière fois. J'essayais de parler à ma mère, mais ni elle, ni les forces de l'ordre ne me laissèrent faire. Lui, ne m'offrit qu'un regard de haine pour tout au revoir.
Makoto Nanase
Messages postés : 4547
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mer 13 Fév - 10:36
par Makoto Nanase
Je suis d'accord oui Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4115966937 Mais Shin a grandi et changé, donc il lui fallait une nouvelle tête Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3912395661 Mais Frey restera à jamais dans mon coeur Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  367806265 Je suis Akino aussi hein /mur

Pour en revenir à ton histoire, ça me paraît plus clair pour le père Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4115966937

Par contre (j'aurai dû le relever avant désolé), je dois avouer que je trouve étrange que la mère, qui aime tant ses enfants, en vient à se laisser exécuter pour un ordre aussi simple Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  517494357 Les abandonner pour une chose aussi futile qu'une réconciliation, c'est un peu bizarre Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  517494357 Parce que, qu'elle refuse sur le moment y'a pas de souci, je peux comprendre, mais après, elle a un mois entier pour se calmer et accepter la réconciliation avec son mari. Qu'elle foute sa vie en l'air, et celle de ses enfants, aussi facilement me semble invraisemblable Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  517494357

Peut-être donner plus de précisions à ce sujet ? Ou ajouter une raison supplémentaire à ce choix ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Ld7d
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Cn3Ckyx
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1EPYLUw
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  YqECw0j
Nao Nakamura
Messages postés : 38
Inscrit.e le : 09/02/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Loola Nakamura
Autre:
posté
le Mer 13 Fév - 13:47
par Nao Nakamura
Oh j'avais pas compris que Akino c'était toi aussi *boulet* Merci à toi donc !

J'ai modifié un paragraphe pour mieux préciser le pourquoi pour sa mère.
C'est intéressant les questions que tu poses, ça fait pousser plus loin des choses qui sont pas forcément totalement claires même pour moi et que je finis par développer réellement par la suite dans des rps au final ! Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  584308004
Spoiler:
Ils ne ressortirent pas. Je l'avais su, sans l'accepter, lorsque ma mère m'avait serré dans ses bras pour la dernière fois. Elle m'avait demandé pardon, plusieurs fois, jusqu'à ce qu'ils ne l'emmènent de force. Je n'avais pas voulu comprendre. Elle, si docile jusque là, n'avait pas accepté qu'il me traite ainsi. Pendant presque 6 ans, elle avait tout accepté. Il y a presque 6 ans, elle avait tout abandonné. Ce qui la faisait rire, ce qui la faisait sourire, ce qui la faisait vivre. Elle s'était accommodée à cette vie, à cette vie où l'on attendait d'elle qu'elle soit une bonne femme, une femme souriante, avenante, polie et discrète, surtout discrète, une femme qui m'était en valeur son mari, une femme qui ne se plaignait pas, une femme qui devait se montrer forte et heureuse, parce qu'après tout, elle avait tout pour être heureuse. Elle s'était accommodée à cette vie, comme elle l'avait pu, persuadée qu'il n'y avait pas d'autres choix acceptables, que c'était ce qu'il y avait de mieux, pour elle, pour nous... pour moi. Mais ce soir là, ma révolte d'adolescent immature et les mots qu'il n'avait jamais prononcés devant elle, lui prouvèrent combien elle s'était trompé, à quel point tous ses sacrifices avaient été vains. A quel point, elle l'avait laissé nous éloigner, à quel point elle avait fermé les yeux et c'était convaincu que c'était le meilleur choix.
Elle avait rêvé de s'enfuir, avec mon père, elle avait imaginé des stratagèmes, sans savoir si cela pouvait fonctionner, mais le risque n'était rien, en comparaison à cette vie. Elle avait écrit, combien cette vie lui semblait terne et vide de sens. La naissance de ma demi-soeur ne lui avait pas apportée la joie qui aurait due l'accompagner, mais une fatigue permanente, une culpabilité profonde et ce sentiment douloureux d'être une mauvaise mère pour cette enfant qui n'avait rien demandé. Elle n'avait toutefois rien montré, ça ne se faisait pas, dans ce monde là. Tout cela, elle l'avait gardé pour elle et partagé uniquement dans ce petit carnet aussi dévasté qu'elle, que j'avais découvert lorsque nous avions vidé l'appartement après tout cela. Moi aussi, je le gardai pour moi.
IL les avait gardés pendant un mois. Un mois où elle refusa de se soumettre à LUI, comme à ce mari qu'elle n'avait jamais aimé. Voulait-elle simplement en finir avec toute cette souffrance ou juste prouver qu'elle seule avait le contrôle de sa vie ? Personne ne le saurait jamais. Avait-il tenté de s'excuser, de se faire pardonner ou l'avait-il poussé à bout en détruisant le peu qu'il restait, en la culpabilisant davantage, en voulant la voir se soumettre à nouveau et redevenir la bonne petite femme parfaite, discrète et obéissante qu'elle n'aurait pas due cesser d'être. Ça non plus, nous ne le saurions jamais.
IL les avait exécutés. Par ma faute, au moins en partie. Et si j'en doutais, on me le rappela, encore et encore, jusqu'à ce que je fus en âge de quitter cette famille à laquelle je n’appartiendrais jamais.
Makoto Nanase
Messages postés : 4547
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Mer 13 Fév - 15:10
par Makoto Nanase
Haha, t'inquiète c'pas bien grave xD

Et oui, je trouve ça toujours important d'approfondir et de détailler Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4115966937 C'est ce qui rend un personnage intéressant et une histoire bien construite :p #lesdétailscestlavie

- une femme qui m'était en valeur
- pas d'autres choix acceptables, => tu peux mettre au singulier puisqu'il n'y en a pas Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4115966937

Et sinon, c'est tout bon pour moi ! Pauvre maman quand même Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  367806265

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥️
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥️

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Ld7d
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Cn3Ckyx
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1EPYLUw
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  YqECw0j
Nao Nakamura
Messages postés : 38
Inscrit.e le : 09/02/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Loola Nakamura
Autre:
posté
le Mer 13 Fév - 16:22
par Nao Nakamura
Merci ! \o/
Et oui.... pauvre maman...
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  50-50-2Earth WolfNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  50x50-56504f9 Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  SvinNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  3zm1 Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Opol0Q6Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  FHZzEDvNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  7Uxn8zPNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  494ZUS0Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1553711497-50-50FTM 50x500Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  B50x50Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1553722908-no-50x50Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  59e4Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Logo_510Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  190412122437274038 Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  RXqdRpDNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Logo5010Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  VBL1j1M Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1559228694-50x50Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Qlaa Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  IcoSC5050 Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Bouton10 Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Bouton15 Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  1498954954-bouton-50 Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Nao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  DezgNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  179wRemainsofhellNao Nakamura - L'Inconstestable n'oublie personne  LsuvxJW