Partagez
Engel Einrich
Messages postés : 1
Inscrit.e le : 11/02/2019
posté
le Lun 11 Fév - 23:18
par Engel Einrich
Engel Einrich
"If hell was a place, i could draw a map for it"

Généralités
Nom ;; Einrich
Prénoms ;; Engel, qui veut dire "Ange" en germanique, cela fait un bon bout de temps que tu ne penses plus en être un
Âge ;; 34 ans, né en 2076 à Berlin le 1er novembre
Genre ;; Masculin
Origines ;; Allemande, mais tu es certains d'avoir des origines françaises également
Activité ;; Militaire du rang puis capitaine, avant de devenir secrétaire a l'ambassade allemande du Japon
Sexualité ;; Peu t'importe, ce n'est pas ça qui t'attire
Avatar ;; Lutz de Jormungand
Règlement ;;
Chemin ;; Grâce à  Aiichirô Taniguchi !
Commentaire ;; J'ai droit à des cookies ?
Histoire
L'histoire de votre personnage. 500 mots minimum. ATTENTION à bien y intégrer le contexte du forum ! ;)

I don't live, I just die every morning
À force de côtoyer les morts, t’as fini par oublier que t’étais en vie. À force de vivre en sursis, t’as fini par croire que t’étais condamné à mourir aussi rapidement. À force de donner la mort, t’as perdu de vue l’existence d’un être humain. T’es meurtri, dans ton cœur, ton âme, ton esprit. Y’a plus rien qui fonctionne correctement là-haut et tout part à vau-l'eau. Certains disent que t’as plus la lumière à tout les étages, ils n’ont pas tord, parce qu'un tremblement de terre à secouer la psychologie de ton cerveau et maintenant, le courant passe mal. T’es hanté par les fantômes du passé, ses spectres qui semblent te pointer du doigt et t’accuser de tout les malheurs qui leur sont arrivés et tu acquiesces, parce que tu les crois davantage que les réels vivants, qui sont pleins de mensonges et d’hypocrisies dans la trachée.

T’es direct, parce que tu ne vois pas l’intérêt de cacher tes pensées, ça t'as valut de nombreuses mises à pied et parfois des punitions bien sévères, mais tu t’en moques, la liberté de pensée et de t’exprimer, tu t’es battue pour elle, personne n’aura droit de te la prendre. On t’a déjà pris l’amour, l’amitié, la vengeance et la haine. Ne reste plus au fonds de ce petit être maltraité que tu es, que cette liberté illusoire, que tu cherches à garder, comme une flamme de chandelle sur le point de s’éteindre. T’as plus personne pour te bercer dans le noir, parce que la vie t’a tout prit et la mort te préserve de tout. Tes cauchemars, t’es tout seul pour les affronter chaque nuit et ce ne sont pas tes traitements qui t’aideront, un mirage chimique, qui fait plus de bien que de mal, mais c’est vicieux, t’en a besoin. Parce que t’as rien. Tu sais plus quoi faire de toi, ni de ta non-vie. Alors tu bois, tu manges, tu bosses et tu rentres chez toi, tu dors.

Tu ne sais pas quoi faire de ta non-mort, alors tu regardes la télé, tu tournes en rond, tu t’isoles et tu souffres. Mais tu ne te plains jamais. Ne rien dire, ne surtout rien dire. Les gens n’aiment pas quand tu te plains, de sales choses arrivent quand tu te plains. Tu ne veux pas rallonger ta longue liste de mort par ta faute, n’est-ce pas ? Parce qu’au final, c’est juste ça. Tu fermes plus les yeux, parce que tu vois leurs faces déformées, tes insomnies te chantent et te susurrent et quand t’es trop fatigué pour garder les paupières ouvertes, tu t’agites, tu te bats contre des forces invisibles et tu te réveilles en sursaut, comme toujours, pour reprendre ton semblant d’existence. Tu veux plus te regarder dans un miroir, alors tu fais le minimum, rasage et c’est tout. Parfois, t’es pris d’excès de rage. Tu ne sais pas contre qui, tu n’as jamais su, alors tu frappes tout ce qui te passe sous la main, le miroir, les verres, les chaises, la table, les murs. Quand t’es calmé, tu te maudis encore plus, d’avoir tout cassé.

Pourtant, au fond de toi, t’es pas un mauvais gars, t’es juste un paumé d’la life, comme dise les jeunes aujourd’hui. Tu sais plus quoi faire de toi, tu sais plus quoi faire de ta vie, alors tu tournes en rond et tu cherches des solutions. Autrefois, l’Incontestable t’avait trouvé une solution, au début, de force, puis, tu l’avais aimée celle-ci, ton cœur avait repris vie. Mais ça, c’était avant, parce que tu t’es plains et maintenant, cette solution, elle est morte. Comme le reste. Ton cœur est mort avec elle et tu trembles et tu pleures quand il n’y a personne dans ton lit le soir. Mais tu ne veux personne non plus. Personne qui souille cette place sans être l’être parfait. T’as plus rien, alors t’attends. L’Incontestable, il trouvera la solution lui, parce que tu te sais trop faible pour la trouver comme un grand.

L’ange est mort depuis longtemps en toi. Ça, les gens ne le voient pas, ils te voient surtout comme un handicapé. T’es un tueur, t’as du sang sur les mains, dans les yeux, sur tes lèvres et sur tes jambes. T’es un meurtrier, t’as étais un monstre aussi. Tu l’dis pas ça, t’en es pas fier. Mais au fond, tu ne renies pas cette partie de toi, parce que sans elle tu serais mort et maintenant, c’est elle qui te garde en vie, qui a l’instinct de survie. T’es toujours calme, t’es pas choqué de beaucoup de choses, en fait, la seule chose qui passe au travers de cette armure indestructible de placidité, ceux sont les déclencheurs de flashback. Les explosions et les sons d’armes à feu, si tu ne t'y attends pas. Mais tu fais avec, comme tout le monde. Alors tu porte tes fardeaux, tu te tais et tu avance. Car marche ou crève, ainsi va la vie.


I look like a wreck isn't it ?
Ils se croisent et s’étalent, tes muscles affinés par le travail. Ils dansent et se tendent, sous ta peau blanche et nacre. T’as jamais ressemblé à ses taureaux sur-vitaminés, aux muscles si saillants et gonflés qu’ils en sont presque handicapés. Toi, t’es sec et efficace, parce que c’est ainsi qu’on t’a toujours demandé d’être. T'as perdu ton éclat et ta prestance, pour la remplacer par une aura de quasi inexistence, elle te colle bien, cette facette, un homme parmi tant d’autre, une fourmi dans cette masse informe. Pourtant, tout les dépasse tous, c’est à croire que tu ne sais pas t’arrêter, avec ton un mètre quatre-vingt-quatre, tu ressembles à cette vigie, qui voit et sait tout, mais qui, en même temps, n’est pas foutue de voir de l’eau à la mer.

Pourtant, tes yeux transpercent, comme des épées traversant l’air, froid et dur, comme de l’acier, aux reflets argentés doux et tendre, qui tranche net avec ton visage de guerrier. T’es marqué à vie, sur ton corps, ton visage, sur cette arcade sourcilière, une cicatrice transcendante, légèrement gonflée par le temps, qui avait manquait de t’arracher le globe oculaire. Sur ton flanc droit, cette brûlure, une petite tâche presque disparue, jamais complètement, comme un mémo. Et puis bien sûr, ce bras gauche, cette chose, cet immondice qui semble t’arracher de ton organisation corporelle si parfaite à tes yeux. Cette prothèse bionique, qui part de ton coude et forme tout le reste de ton bras amputé, un membre entier partis en fumée, ou plutôt en morceaux. Parfois, la douleur revient comme un fantôme, pour te punir. Dans ses moments-là, tu pleures toutes les larmes de ton corps, tu sues et tu maudis le monde entier.

Y’a ta jambe droite aussi, estropié à vie, tu boites et t’es incapable de marcher bien longtemps, alors t’es obligé de prendre un fauteuil roulant, tu te sens honteux, tu te sens pathétique. Elle aussi, elle te fait mal, mais elle ne te dérange pas, cette douleur, parce qu’au final, tu te dis que tu la mérites. Et ton dos, cette colonne vertébrale qui ne tient plus rien, comme un tronc pourris de l’intérieur, brisée, frappée, jamais plus capable de soutenir ton dos, donc tu portes ta plaque et tes écrous, tu te tiens droit comme un I, coincé dans cette position. T’es droit et fier pourtant, de ta stance militaire, tu ne la quittes jamais, où bien est-ce elle qui ne te quitte plus ? Tu ne sais pas trop, au final, ce n’est pas important. Alors tu te tais, tu ne dis rien, parce que ça ne sert à rien. Surtout ne jamais rien dire. Ne jamais se plaindre T’es toujours alerte, jour et nuit, comme si tu redoutais une attaque ou une embuscade par un quelconque ennemi. Tu souris jamais, t’as jamais vraiment eut un bon humour de toute façon, ce n’est pas ta façon d’être. T’es sérieux toi, tu garde toujours ce visage inexpressif, sauf pour de rares cas de surprises ou de chocs, qui passent aussi vite qu’ils sont venus. Quand tu souris pourtant, un miracle, ce n’est jamais bon signe.

Tu ne sors jamais de l’ordinaire non plus avec tes habits et ton style, un gars ordinaire en somme, si tu n'arborais pas cette chaînette à laquelle sont attachées des plaques d’identifications de tes anciens camarades. Ceux qui te manquent aujourd’hui, qui ont étaient tes amis, ta famille. Et puis, t’as toujours l’air de ne pas savoir ce que tu fais ici, pourquoi tu tourne en rond comme un lion en cage. T’es jamais content, t’es toujours en colère, ça se voit, sur tes épaules carrées, tendues et larges, et pourtant si stressées. T’es une épave roulante, comme tu dis, un « mort qui marche ». T’as jamais su pourquoi tu t’es pas fait sauter la cervelle, mais maintenant, c’était trop tard. Alors tu portes tes fardeaux, tu te tais et tu avances. Car marche ou crève, ainsi va la vie.
Aiichirô Taniguchi
Messages postés : 212
Inscrit.e le : 30/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kimi, le jaune d’œuf.
Autre: Avatar : Seijuro Akashi
Jɇ suis Aϐsσlυ.
posté
le Mar 12 Fév - 0:38
par Aiichirô Taniguchi
Slt toua

Viens, un certain infirmier dont je ne citerais pas le nom, viendra te masser
Kaori Vanzine
Messages postés : 2657
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Mar 12 Fév - 0:45
par Kaori Vanzine
Bienvenue et bon courage pour ta fiche o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Thanks Kenken pour le kit ♥
Uta Al-Najjr
Messages postés : 529
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Amon Al-Najjr #Moule♥
Autre:
Try again. Fail better.
Try again. Fail better.
posté
le Sam 16 Fév - 18:29
par Uta Al-Najjr
Bienvenue parmi nous
Bon courage pour ta fiche, toussa toussa ~
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Black Chocolate. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite.

Nos partenaires