Maxwell K. Kazuma
Messages postés : 61
Inscrit.e le : 30/03/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Don Doudou Kazuma
Autre: ♦ avatar by: me ♦
posté
le Sam 30 Mar - 22:04
par Maxwell K. Kazuma
Maxwell Koharu Hosaka
"Je voudrais pas encore avoir l'air de te contredire, mais va te faire foutre."
Informations générales
Nom :Hosaka
Prénom.s :Maxwell Koharu
Âge :27
Genre :Féminin (transgenre)
Origines : Japonaises et Russes
Activité :Monteuse vidéo et photographe freelance, elle travaille beaucoup avec les créateurs indépendants (comme les Youtubeurs). Son propre pseudo ? Sad Max.
Sexualité :Bisexuelle, avec une préférence pour les femmes
Avatar :Dessiné par mes soins
Réglement : -
CheminJ'ai été poussé sur scène par un membre du fo
Autre :C'est sympa ici je pense que j'vais rester
Histoire
Année 2082 – Hanabi Hatori avait d’abord quitté le Japon pour un voyage dépaysant durant toute une année sabbatique, après un brun out. Jamais elle n’aurait imaginé que ce périple changerait autant sa vie.
Sa rencontre avec Viktor Andrei Sadovski lui fait prolonger son séjour en Russie lorsqu’elle en tombe follement amoureuse. Non pas qu’elle n’était pas consciente des nombreuses difficultés que cela allait représenter, mais elle était rebelle et bien insouciante à l’époque, Hanabi Hatori. Un peu comme la future Max.
En parlant de difficultés, leur union n’a pas été approuvée par la famille de Viktor. Aussi amoureux et insouciant que la jeune femme, il met de côté le danger de voir leur relation voler en éclat un jour à cause de l’Incontestable. Il est comme elle, Viktor, il s’en branle. A tel point que le bonheur qu’ils ressentent tous les deux lorsque Hanabi tombe enceinte leur fait quasiment oublier tout le reste.
Max voit donc le jour le 2 Octobre 2084 à Saint Petersburg sous le nom de Vitaly Viktor Hatori*.

*Dans la rédaction de cette histoire, Max (Vitaly) sera genrée au masculin jusqu’à ce qu’elle prenne conscience de sa transidentité, un peu avant son coming out à sa famille. En RP ou ailleurs, son ancienne identité ne doit pas être utilisée, sauf exception.

Année 2094 – Vitaly grandit avec ses deux parents. Sa mère est engagée comme cuisinière dans un grand restaurant, son père travaille dans une compagnie d’assurance. Malgré leur travail, ils s’investissent tous les deux dans l’éducation de leur fils ; c’est un garçon en soif d’aventures, très casse-cou, mais adorable, et en même temps différent de tous les autres, assez excentrique. Ils ne s’en font pas plus que cela ; il est normal que les enfants expérimentent avec eux-mêmes, afin de savoir ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’aiment pas, ce qu’ils sont et ne sont pas. Et le fait que Vitaly recréé un Hunger Games miniature dans le jardin avec des poupées et des ours en peluche fait partie de ces expérimentations. Non ?

Va expliquer ça à ton nouvel Incontesté, Hanabi. Eh oui, cette même année, alors que Vitaly est âgé de dix ans, sa mère est mariée par l’Incontestable. Rappelée par sa patrie à la démographie mourante, puis sauvée par un algorithme.
Hanabi et Viktor discutent. Se disputent. Cassent de la vaisselle. Vitaly ne comprend pas. Ses parents ont toujours été en accord l’un avec l’autre, pourquoi faut-il que cela change ? Pourquoi faut-il que Maman et lui partent en laissant Papa derrière eux ? Hors de question d’aller au Japon ! Vitaly ne connait personne là-bas…
Il ne le veut pas, il proteste vigoureusement contre l’idée, veut rester avec son père, mais sa mère lui répète qu’il ne le peut pas. Qu’il a un devoir envers ce pays qu’il n’a jamais visité. Le même devoir qu’elle. Alors, ses parents se séparent, et Hanabi entraine son enfant dans un avion pour Tokyo.

Là-bas, ils rencontrent le nouveau mari et père. L’élu s’appelle Saito Hosaka. C’est un homme doux, compréhensif et patient. De la patience, il en a besoin ; il s’entend bien avec Hanabi qui, résignée, se plie aux lois de l’Incontestable, désormais pleinement consciente qu’elle n’a pas le choix, même si elle aime toujours Viktor. Vitaly est moins facile à convaincre. Durant la première année, Saito n’arrive pas à l’approcher. Pourtant, il en a l’envie, il fournit des efforts ; l’enfant voit assez mal sa présence au foyer… Cet homme n’est pas son père et ne le serait sans doute jamais. Pourquoi avaient-ils besoin de ce type ? Le fait que sa mère se soumette à la volonté d’une machine, assez pour quitter son père pour toujours, lui parait totalement insensé. Complètement fou.
Sans compter les conséquences directes que cela a sur lui ; Vitaly parle à peine japonais et a un accent Russe à couper au couteau. Son inscription à l’école rajoute encore des complications à sa vie d’enfant déraciné. Il passe des années bien difficiles, pendant lesquelles il en veut terriblement à sa mère.

Année 2097 – Vitaly a treize ans. Sa relation avec Saito s'est améliorée ; en fait, il est sympa cet homme. Plus attentionné encore que sa mère, en fait. Il n’est pas son père –il n’y a sur Terre qu’un seul homme que l’enfant appellera Papa- mais il comprend que Saito mérite une chance. Etant pianiste, il lui donne le goût de la musique ; Vitaly se met à apprendre le violon. Les choses auraient finalement pu être parfaites, mais plusieurs évènements s’en mêlent.
Hanabi tombe enceinte. Même si Vitaly aime beaucoup Saito, cette nouvelle le bouleverse. Quelles seront les conséquences de cette naissance ? Aura t-il toujours sa place après l’arrivée du bébé ?
Pour ne rien arranger, un malaise grandissant le taraude. Grandir, changer, tout cela lui fait peur et lui fait ressentir une détresse indescriptible. Tous les enfants sont pressés de devenir grands, pour « faire des trucs de grands », pour être pris au sérieux… Non pas que Vitaly ne veuille pas grandir. Ce n’est pas ça. Il se dit juste qu’il ne veut pas grandir comme ça. Mais comment alors ? Aucune idée.

Année 2100 – Vitaly a seize ans. Kai, son petit frère, en a trois. Un lien fraternel à la fois tendre et complice a fini par les unir ; l’adolescent se sent responsable, protecteur. C’est le grand frère parfait, mais… Ah. Justement. Voilà ce qui le dérange. Il le réalise au fur et à mesure, alors qu’il observe les garçons, et plus particulièrement les autres filles autour de lui. La prise de conscience s’étend presque sur une année, durant laquelle Vitaly se livre à une guerre intérieure qu’il n’est pas sûr de comprendre. Les autres ne le comprennent pas non plus. Le collège a été un cauchemar, le lycée est difficile. Il reçoit des insultes, des menaces… On ne se moque pas de lui parce qu’il est gay (ni à cause de son accent encore légèrement présent), on se moque de lui parce qu’il est féminin. C’est radicalement différent, mais Vitaly découvre que le traitement est sensiblement le même. On suppose –pire, on affirme- son orientation sexuelle en fonction de son apparence. Ce n’est pourtant ni une question d’orientation sexuelle, ni d’apparence. C’est plus compliqué que ça. Bordel, que c’est compliqué.

Au lycée, il a un ami proche qui ne l’a jamais lâché depuis la seconde, même la fois où, en deuxième année de lycée, Vitaly a craqué et couché avec la première fille qui s’est présentée juste pour faire taire un tant soit peu les rumeurs qui circulaient sur lui. Ça a aidé pendant un temps, mais pas assez à son goût. En plus, le moment n’était pas des plus agréables pour lui. Enfin, objectivement si, mais l’arrière-goût amer persiste, et ce à chaque fois qu’il y repense. Il oublie même bien vite le nom de la fille ; l’arrière-goût amer est tout ce qu’il reste.
Bref, cet ami, c’est la seule personne dans le lycée dont Vitaly supporte, aime, puis chérit la compagnie. Le contraste entre la bienveillance de cette relation et la violence, la froideur ou l’indifférence du reste de son environnement est quelque peu brutal, déconcertant. Mais sur le long terme, Vitaly est rassuré de savoir que son meilleur ami n’est jamais loin et toujours prêt à l’écouter.

Malgré ça cependant, il se renferme, il garde tout ça pour lui. Sa mère et son beau-père le voient changer, perdre le sourire, disparaître le soir pour se réfugier Dieu sait où. Un jour, Vitaly leur fait une frayeur en ne rentrant pas à la nuit tombée. Sa famille part à sa recherche, et le retrouve des heures plus tard, se cachant à l’étage d’un bâtiment désaffecté. Il porte des traces de lutte, mais il se mure dans le silence lorsqu’on lui demande ce qu’il s’est passé. Hanabi et Saito mettront des jours à savoir que Vitaly a été poursuivi et passé à tabac par des adolescents plus âgés. Avec cette révélation en vient une autre ; Vitaly se confie à sa mère et à son beau-père sur ce malaise niché en lui depuis des années, et leur fait son coming out transgenre. Elle est leur fille, non pas leur fils.

Année 2102 – Deux années tumultueuses se sont écoulées. A son départ du lycée, Max a coupé les ponts avec son meilleur ami, à la fois effrayée par la réaction qu’il aurait pu avoir et préoccupée par ce qui se passait dans sa famille.
Une barrière s’est créée entre Hanabi et sa fille. Elle a désormais honte d’elle et l’exclut systématiquement des réunions de famille. Elle n’arrive pas à accepter la transidentité de son enfant, pas plus que Max elle-même n’arrive à accepter ce qu’elle est. Elle aurait tant eu besoin de sa mère… Non seulement celle-ci lui refuse son aide et s’est mise à l’ignorer, mais il est hors de question pour elle de lui donner un autre prénom que Vitaly. A ses yeux, Max reste son fils, et Hanabi lui fait bien comprendre que rien ne changera.
Contrairement à ce qu'elle s'est autrefois promis, Max ne cherche pas non plus à contacter son père, Viktor. Lui, n'a jamais cherché à renouer avec elle, ni avec sa mère. Et cette dernière a toujours refusé de lui donner un moyen d'échanger avec lui. L'adolescente est désormais assez indépendante pour le trouver elle-même, ce moyen, mais ne trouve cependant pas le courage d'aborder son père. Elle craint sa réaction, à lui aussi.
En revanche, Saito, le compagnon de sa mère, fait d’étonnants efforts. Hormis devant sa mère, il l’appelle Maxwell –ou encore Koharu, le prénom japonais que Max a choisi avec Kai, son petit frère. Ce dernier avait semblé si fier d’aider sa sœur à choisir, même si ça n’avait pas du tout plu à leur mère.

Plus tard cette année, avec l’aide et l’accord parental de Saito, Max entame sa transition hormonale. Elle porte déjà les cheveux longs depuis plus de deux ans, et a l’impression de renaître lorsqu’enfin, ses papiers d’identité sont mis à jour. Elle ne souhaite pas d’opération, de quelque nature que ce soit, du moins pour l’instant, et cela lui convient très bien. Seulement, le malaise entre elle et sa mère persiste. Les virées nocturnes de Max persistent aussi, après son job à mi-temps qu’elle s’est trouvé dans un refuge pour animaux, ou durant le week-end, mais ce n’est pas une mauvaise chose. Elle y prend goût, elle aime faire revivre des lieux oubliés en les redécouvrant, braver les interdits qui les entourent, sous forme de grillages ou de panneaux eux-mêmes presque entièrement effacés. Cela inquiète Saito –et même Hanabi- mais rien ne l’arrête.

Année 2104 – Max fête ses vingt ans. Seule. Elle a déménagé dans un appartement pour ses études en Informatique, mais aussi pour s’éloigner de sa mère, qui a fini par devenir hostile à sa présence. « Tu vas donner de mauvaises idées à Kai. Reste loin de lui ! » Le plus dur est que Max aime profondément son petit frère. Le plus fourbe est qu’elle aime encore sa mère de tout son cœur. Mais elle n’a pas le choix. Saito est d’accord avec elle ; il lui promet qu’il continuera à la voir, et qu’il s’arrangera pour qu’elle puisse voir Kai.
C’est le début d’une vie différente, plus solitaire mais plus épanouie. Yumi, une petite chatte blanche que Max a sauvé des griffes d’un homme peu scrupuleux ayant noyé le reste de la portée, partage désormais sa vie et son appartement. La jeune femme ne revoit toujours pas son meilleur ami du lycée ; elle ignore même où il se trouve, s’il est encore à Tokyo… Mais elle ne cherche pas à le retrouver. S’éloigner de tout ceux qu’elle connait lui a fait du bien, et elle ne se sentait pas capable de replonger dans son passé maintenant que tout allait mieux. Peut-être un jour, peut-être jamais.

Durant ses études, que l’aide financière de Saito et les bourses de l’Etat rendent possibles, elle s’ouvre davantage au monde, au contact de gens plus matures et bienveillants que ceux qu’elle avait autrefois fréquentés durant sa scolarité. Son caractère s’affirme, d’ailleurs. Enfin, déjà avant, Max n’était pas du genre à se laisser marcher dessus –d’où les nombreuses altercations ayant éclaté en bagarres- mais elle gère désormais mieux les conflits. Autrement que par la violence. Notamment en s’en détachant, tout simplement. En filtrant ce qui est bon et mauvais dans sa vie. Elle commence à avoir quelques aventures –souvent avec des femmes, parfois avec des hommes- mais jamais rien de sérieux. L’ombre de l’Incontestable plane au-dessus d’elle ; Max n’ose s’attacher à personne, craignant qu’il lui arrive la même chose que sa mère.

Année 2108 – Max a 24 ans. Ses études terminées, elle travaille à son compte en tant que photographe et monteuse vidéo, tout en gardant pendant plusieurs mois un petit boulot à mi-temps au refuge pour animaux. Cela lui permet de boucler ses fins de mois au début, jusqu’à ce qu’elle puisse finalement s’en passer. Elle fait même l’acquisition d’un drone afin de pouvoir réaliser des plans aériens. Par la suite, elle retournera cependant régulièrement au refuge en tant que bénévole.

Quelques jours seulement avant la fin de l’année, Max reçoit le SMS le plus inattendu de sa vie.

« Bonjour mon chéri. Comment vas-tu ? »

Le message vient de sa mère. Mais Max ne daigne pas répondre. Pourquoi le ferait-elle ? Dans l’espoir de renouer un lien positif ? L’idée semble inconcevable d’entrée de jeu ; Hanabi n’a toujours pas compris que son enfant ne répond désormais qu’à un nom, qu’à une identité : la bonne, la vraie. Alors Max jette son téléphone sur son lit et laisse passer quelques jours. Quelques semaines.

« J’aimerais qu’on parle… S’il te plait Vitaly réponds-moi. »

Non. Seulement quand t’auras compris. Peu importe le temps que ça prendra.

Année 2109 – Shukumei frappe le Japon. L’immeuble dans lequel Max habite n’est pas directement frappé par l’eau, mais le quartier subit tout de même de nombreux dégâts. Un évènement bouleversant va notamment mettre Max dans tous ses états ; sa chatte Yumi disparait dans la catastrophe. La jeune femme ne voit pas l’eau l’emporter ; elle sait juste que Yumi était dehors lorsque la vague est arrivée. Alors, tout en aidant comme elle le peut les secours qui s’activent, elle cherche en vain son animal, et restera sans nouvelles.
Dès que possible, Max prend également des nouvelles de sa famille ; les contacter prend un certain temps, mais lorsqu’elle retrouve Saito et Kai près des ruines noyées de leur ancienne maison, Max remarque que sa mère manque à l’appel. Les yeux rouges de Kai, le regard de Saito… Tout semble alors s’effondrer autour d’elle, pour la deuxième fois, lorsqu’elle comprend qu’elle ne reverra plus jamais sa mère.

Quelques mois plus tard – Max se relève difficilement, mais avec une aide inattendue. Dans les décombres d’une maison, elle a dégagé un jeune chien argenté. Un Pitbull. Blessé et transi par le froid, l’animal la suit avec un air perdu et presque suppliant, si bien que Max décide de le ramener chez elle pour le soigner, le réchauffer et le nourrir. Le chien s’avère d’une douceur déconcertante, malgré la mauvaise réputation de la race à laquelle il appartient. La jeune femme se renseigne sur ses propriétaires de ce nounours au cœur tendre à l’aide de la puce électronique, chez un vétérinaire ; comme elle l’avait craint, ses propriétaires sont décédés dans la catastrophe.
Ils sont donc deux paumés, deux blessés, deux pauvres âmes qui tentent de rassembler leurs morceaux épars comme ils le peuvent. Quoi de plus naturel que de se reconstruire ensemble ? Max a donc adopté ce chien, qu’elle a prénommé Gin, en référence à son pelage gris et luisant. Ils deviennent extrêmement proches et très complices, et la présence de Gin aide Max à surmonter les épreuves auxquelles elle a été confrontée durant la catastrophe. Même si elle n’oubliera jamais. Plus exactement, elle veille à ne pas oublier.

Il y a un dossier bien caché dans l’un des disques durs de son ordinateur. Il s’intitule sobrement « 10-2109 », et renferme des clichés immortalisant le chaos et la dévastation laissés dans le sillage de Shukumei. Des photos, mais surtout de courtes vidéos aériennes filmées par le drone de Max, dans les jours qui ont suivi le désastre.
Depuis, chaque nuit du 11 au 12 Octobre, elle s’impose le visionnage de ces sombres souvenirs. Pour ne pas oublier. Aussi pour se punir d’avoir ignoré sa mère quelques mois avant la mort de celle-ci. Pour ne pas lui avoir accordé une seconde chance. Elle se sent atrocement coupable. Elle regrettera cela toute sa vie. Et chaque 11 Octobre au soir, elle s’endort tardivement, en sanglotant silencieusement contre Gin dans l’obscurité.


Physique
Petite, gracile et d’apparence frêle. Non je rigole. Max mesure 1 mètre 86 pour environ 75 kilogrammes. Dans une foule, elle dépasse bien des gens en terme de hauteur ; d’ailleurs, sa verticalité longiligne a tendance à impressionner, ce qui lui vaut une paix relative lorsqu’elle déambule dans les rues. Le long manteau beige qu’elle porte en hiver et qui la recouvre jusqu’aux chevilles la fait paraître encore plus grande –comme si elle avait besoin de ça, avec ses jambes interminables et sa largeur d’épaules. Malgré tout, sa silhouette reste svelte, filiforme, entretenue par cet étrange et dangereux hobby qu’est l’Urbex. Grimper, sauter, se faufiler, se hisser sur une plateforme à la force des bras sont des choses qui ne lui font pas peur.

Sa voix est aussi un élément qui attire l’attention. Elle est grave, assez profonde, un peu rauque aussi, même s’il n’y a rien de comparable aux voix les plus graves que vous entendrez dans votre vie non plus. Max aurait pu chercher à rééduquer ses cordes vocales (ou encore ne pas choisir un prénom mixte), comme le font beaucoup de femmes transgenres, mais elle a finalement décidé de ne pas se donner cette peine, considérant que son identité vocale fait partie d’elle, et surtout, que cela ne la dérangeait pas.

Etant métissée, elle possède beaucoup de traits de sa mère japonaise, dont une peau claire, une chevelure noire parcourue de reflets, ainsi que des yeux sombres et en amande. D’aucuns diront que son visage manque de finesse. Effectivement, ses traits paraissent plus bruts que ceux de la plupart des femmes, comme taillés au couteau, mais pas lissés par la suite. Ce sourire qui s’y fraie souvent un chemin leur correspond si bien. Un sourire qui transpire l’assurance, voire l’arrogance. Pour Max, le sourire est une arme de façade, un moyen de dire « tu t’imagines que tu m’impressionnes et je trouve ça mignon », avant d’être un moyen de communication pacifique avec autrui. Même si cela peut arriver. Cela adoucit d’ailleurs beaucoup ses traits, un sourire bienveillant.

Max porte aussi un certain nombre d’artifices ; un tatouage monochrome s’étend le long de son bras gauche, de l’épaule jusqu’au bas du coude. Il représente une ligne en pointillée le long de laquelle se répartissent quatre Lotus, sous formes des étapes de floraison. La plus épanouie se trouve en haut, vers son épaule. Son épaule droite est également couverte d’un tatouage, au style plus brut, toujours noir. Le motif se compose d’une mâchoire de requin grande ouverte vue de face, agrémentée de plusieurs éclaboussures et coulées d’encre.
Max a également des piercings aux oreilles, qui portent chacune deux anneaux simples au niveau du cartilage, sans oublier le tunnel d’environ 12 millimètres à son lobe gauche.

Malgré la pression que son entourage a pu lui mettre durant toute son adolescence, Max n’a que deux jupes kilts dans sa garde-robe et les met occasionnellement, préférant généralement ses jeans moulants. Elle déambule souvent en Doc Martens, et garde ses sweats, ses rangers et ses treillis pour ses expéditions urbaines –souvent nocturnes.
Caractère
Le simple fait que son passe-temps favoris consiste à explorer des lieux abandonnés –bien souvent en toute illégalité- devrait vous donner un indice sur son Alignement. Son premier axe est indéniablement Chaotique. Sa fâcheuse tendance à briser les règles n’est pas forcément toujours un défaut ; Max brise toutes les règles, même celles que personne ne remet en question, mais que personne n’est obligé de suivre non plus, celles qui étranglent la société sans que celle-ci ne s’en rende compte.
‘T’es pas censée faire ça.’
Elle hausse les épaules, tout en le faisant –peu importe ce qu’elle était en train de foutre lorsque vous l’avez interrompue. Juste pour montrer qu’elle peut le faire, ou tout simplement parce qu’elle en a envie et qu’elle s’en bat bien les glandes de ce que vous pouvez en penser. Max n’hésitera pas à vous dire tout ça, de manière plus ou moins châtiée. Elle en a, du répondant, et elle va s’en servir, que ce soit pour proférer une insulte bien placée ou pour faire ressortir son humour pimenté. Combattive, elle aime effectivement plaisanter, rire, prendre la vie du meilleur côté possible.

Son deuxième axe est à première vue discutable ; juchée sur ses échasses, elle surplombe tout le reste et scrute par-delà les autres têtes. Elle a l’air bien inaccessible tout là-haut, mais soyez simplement courtois et les premiers mots échangés pourraient vous être suffisants à remarquer son côté sociable. Ce dernier ne ressort qu’en face à face avec quelqu’un, ou en petit groupe, mais interagir avec une grande foule est une idée qui a tendance à faire rester Max en retrait. Cela ne la fait cependant pas hésiter à s’interposer dans une situation où quelqu’un se trouve en détresse, au mépris du danger si danger il y a. Elle s’alignerait donc en Chaotique Bon si nous étions dans un certain jeu de rôle Fantasy dont personne ne citera le nom.

Il va de soi que si la jeune femme est capable d’actes aussi téméraires pour une personne qu’elle ne connaît pas, elle irait jusqu’au bout du monde pour les personnes auxquelles elle tient sincèrement. Elle n’a jamais vraiment été amoureuse –probablement parce qu’elle ne s’en laisse pas le temps ou l’occasion- mais elle chérit ses amitiés, à sa façon, notamment en taquinant beaucoup les gens qu'elle apprécie. C'est l'une des manières de se rendre compte qu'elle tient à vous. Bref, elle profite d'avoir le choix de toutes ses fréquentations, en essayant de penser le moins possible au jour où elle sera forcée d’obéir à l’Incontestable. Ce jour lui fout les jetons, vraiment. Non pas qu'elle soit une Sainte Nitouche, le problème n'est pas là. Cependant, elle a beau savoir quelle est sa sexualité, Max ne peut tout simplement pas l’envisager avec sérénité dans une société qui stigmatise et marginalise les gens comme elle. Et surtout, elle trouve ce contrôle massif sur la vie intime des gens très malsain et toxique. Certainement pas la clef du bonheur selon elle. La jeune femme tient au contraire à sa liberté, et espère que celle-ci ne prendra pas fin avant des années. De préférence jamais, même si elle ne se fait pas d'illusion.

Max est quelqu’un d’authentique, qui sera naturellement tentée de dire la vérité et ment très rarement. Elle ne ment que lorsqu’elle le juge nécessaire, et généralement pour cacher des choses à propos d’elle-même ou de son vécu.
Une fois qu’elle considère quelqu’un au moins comme une connaissance, Max est plus ouverte à la conversation qu’elle n’y parait, et ne rechigne pas non plus à parler de sa transidentité, lorsque des questions surviennent. Toutes les questions ne sont pas bienvenues, bien sûr ; rester loin de la curiosité malsaine de certaines personnes lui est nécessaire afin de ne pas se faire une entorse oculaire à force de rouler des yeux devant leur stupidité et leur culot. Entre ceux qui la fétichisent et ceux qui trouvent ça normal de demander à quoi ressemble son entrejambe et comment elle fait pour… enfin bref. Pour ce qui est des autres, les questions respectueuses ou simplement maladroites, Max y répond comme à n’importe quelle autre interrogation, du moment qu’elle connait un tant soit peu la personne en face d’elle. Mais que ce soit pour ça pour autre chose, il est déconseillé d'abuser de sa patience ; Max aura vite fait de remballer n'importe qui abusant de quoi que ce soit chez elle -son temps, sa bonne volonté...

Même si elle a bien davantage de limites que les relous cités plus haut, Max est aussi curieuse. Curieuse de son environnement, curieuse des gens, curieuse des animaux, des évènements… Ses différentes curiosités servent indéniablement sa passion pour la photographie. Elle adore d’ailleurs profiter de ses explorations urbaines pour remplir des cartes mémoires entières de clichés d’une qualité brute, facilement malléables. Max passe ensuite des heures, le soir, à les parcourir, les trier et les classer. Au fil des années, elle a même créé un dossier sur son ordinateur intitulé « INEXPLICABLES » ; en effet, certains éléments sur de rares clichés frisent le paranormal. Difficile de déterminer s’il s’agit de distorsions ou non, mais Max garde précieusement ces images, malgré les mises en gardes de ses proches. « Tu vas hanter ton ordi bordel ! Supprime-moi ça ! »
Haha, dans vos rêves oui. C’est tellement fascinant ! De quoi vous avez peur ? Des fantômes ? Ah. C’est vrai que pour quelqu’un qui parcourt les lieux à l’abandon, chargés d’Histoire, il est parfois difficile de ne pas y croire. Si, je vous jure. Demandez à Max, elle aura toujours une histoire à vous raconter…
Généré avec le formulaire
Marek S. Russel
Messages postés : 216
Inscrit.e le : 15/05/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Sam 30 Mar - 22:08
par Marek S. Russel
J'aime ♡. Et ton avatar Maxwell Koharu Hosaka 3998388675 quel talent !

Et mon Karl sera ravi de travailler avec toi au refuge Maxwell Koharu Hosaka 2432113367

Bienvenu ! Et bon courage pour ta validation Maxwell Koharu Hosaka 1362171446
Daiki Seki
Messages postés : 514
Inscrit.e le : 09/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre: ✚ Parle en : #ff9172

★
posté
le Sam 30 Mar - 23:01
par Daiki Seki
Maxwell Koharu Hosaka 3170309561

Oh you, you, you. Bienvenu Maxwell Koharu Hosaka 901032552 !!!! Comment ça fait plaiz de te voir débarquer sur JM ! Ce perso a trop la classe ! J'ai très très hâte de lire la suite de son histoire.

...Du coup hé, bon courage pour la fin de rédaction et la suite, j'vais guetter tout ça et te garder une place au chaud~ ♥️ Maxwell Koharu Hosaka 210053242
Maxwell K. Kazuma
Messages postés : 61
Inscrit.e le : 30/03/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Don Doudou Kazuma
Autre: ♦ avatar by: me ♦
posté
le Sam 30 Mar - 23:27
par Maxwell K. Kazuma
Marek : Merci bien ! =D Elle en serait sûrement ravie aussi~

Daiki ♥️ : Hahaha merciiiiii ! Ça me fait plaiz de débarquer aussi ! Et j'espère bien que tu me garderas une place oui Maxwell Koharu Hosaka 1984817200
Kaori Vanzine
Messages postés : 2874
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Dim 31 Mar - 1:05
par Kaori Vanzine
Bienvenue et bon courage pour ta fiche o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

En ce moment je suis au ralenti
Maxwell Koharu Hosaka Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Maxwell K. Kazuma
Messages postés : 61
Inscrit.e le : 30/03/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Don Doudou Kazuma
Autre: ♦ avatar by: me ♦
posté
le Dim 31 Mar - 11:32
par Maxwell K. Kazuma
Merci ^^
Bon, j'ai complété et je pense avoir terminé (il était tard quand j'ai écrit haha y a peut-être encore des coquilles sorry)
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 703
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Dim 31 Mar - 12:16
par Satoshi Totsuzen
"Dessiné par mes soins"
Maxwell Koharu Hosaka 4200135721 wtf, cette qualité ? Le dessin est perf de chez perf, good job !

Daaaamn, j'ai lu que la fiche d'identité mais ça annonce du lourd, faudra que je repasse lire tout ça Maxwell Koharu Hosaka 3998388675
Bienvenue :)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Maxwell Koharu Hosaka Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Maxwell K. Kazuma
Messages postés : 61
Inscrit.e le : 30/03/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Don Doudou Kazuma
Autre: ♦ avatar by: me ♦
posté
le Dim 31 Mar - 16:00
par Maxwell K. Kazuma
Maxwell Koharu Hosaka 1984817200 Merci beaucoup Sato !
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 703
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Dim 31 Mar - 17:30
par Satoshi Totsuzen
Encore moi. Tout est parfait pour la pré-validation, mais un petit détail me dérange un peu:

La jeune femme n’a donc d’autre choix que de repartir au Japon, s’en remettant cette fois à l’Incontestable pour assurer un avenir à sa famille. -> Tu sembles avoir bien compris le contexte dans la suite de l'histoire, mais je tenais quand même à bien appuyer sur un point: elle avait l'obligation de s'en remettre à l'Incontestable avant et pendant son année sabbatique. Sa relation avec Viktor n'avait aucune importance aux yeux de la machine et elle pouvait lui envoyer la lettre à tout moment.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Maxwell Koharu Hosaka Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Maxwell K. Kazuma
Messages postés : 61
Inscrit.e le : 30/03/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Don Doudou Kazuma
Autre: ♦ avatar by: me ♦
posté
le Dim 31 Mar - 18:54
par Maxwell K. Kazuma
J'ai bien compris ça oui, mais effectivement dans le texte ça porte à confusion, oups.
Du coup j'ai rajouté un passage juste avant la phrase en question, pour qu'on se rende compte que c'était purement et simplement de l'inconscience et de l'idéalisme suicidaire de la part d'Hanabi.
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 703
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Dim 31 Mar - 19:42
par Satoshi Totsuzen
Le genre de fiche qu'on aimerait avoir à corriger plus souvent Maxwell Koharu Hosaka 3998388675
Rien à redire, ta demoiselle est vraiment attachante: les 3 blocs se lisent hyper facilement, c'est souple, doux, fluide. T'as une bonne plume qui donne envie de voir ce que tu vas raconter d'autre. L'histoire est originale et bien menée, on y voit le développement de Max et ça fait vraiment plaisir de voir un personnage aussi bien travaillé. (Bonus pour l'humour "Et le fait que Vitaly recréé un Hunger Games miniature dans le jardin avec des poupées et des ours en peluche fait partie de ces expérimentations.", jerry ). J'ai beaucoup aimé la façon de présenter le caractère (Chaotic good FTW) ainsi que son boulot, à travers les différentes parties.
(Damn, j'en connais un qui aurait adoré te demander un lien Maxwell Koharu Hosaka 3912395661 )

Coup de coeur pour ta Maxwell, c'est que du bon.
(ET PUIS ON EN PARLE DE CE DESSIN STP ? Non, vraiment, c'good good good.)
J'vais stalker un peu tout ça quand y aura plus à se mettre sous la dent Maxwell Koharu Hosaka 1728200632.

Pré-validation par Satoshi Totsuzen
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Maxwell Koharu Hosaka Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Maxwell K. Kazuma
Messages postés : 61
Inscrit.e le : 30/03/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Don Doudou Kazuma
Autre: ♦ avatar by: me ♦
posté
le Dim 31 Mar - 20:40
par Maxwell K. Kazuma
Maxwell Koharu Hosaka 1984817200 Thaaannks ça fait très très plaisir !

(Bah, pourquoi il me demanderait pas de lien alors ? Maxwell Koharu Hosaka 1534650057 Il peut ! Même si j'sais pas qui c'est)

Haha le dessin ! J'me suis éclaté, même si j'ai toujours peur que mon style convienne pas aux forums qui autorisent les avatars graphiques. Content de voir que ça plait du coup Maxwell Koharu Hosaka 2881089858 J'vais faire d'autres dessins d'elle prochainement en plus
Makoto Nanase
Messages postés : 4328
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 31 Mar - 21:58
par Makoto Nanase
Maxwell Koharu Hosaka 1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥️
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥️

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Maxwell Koharu Hosaka 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Maxwell Koharu Hosaka 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Maxwell Koharu Hosaka Ld7d
Maxwell Koharu Hosaka BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Maxwell Koharu Hosaka Cn3Ckyx
Maxwell Koharu Hosaka 1EPYLUw
Maxwell Koharu Hosaka DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Maxwell Koharu Hosaka E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Maxwell Koharu Hosaka 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Maxwell Koharu Hosaka Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Maxwell Koharu Hosaka YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierMaxwell Koharu Hosaka 50-50-2Earth WolfMaxwell Koharu Hosaka 50x50-56504f9 Maxwell Koharu Hosaka SvinMaxwell Koharu Hosaka 3zm1 Maxwell Koharu Hosaka 5yh3Maxwell Koharu Hosaka Opol0Q6Maxwell Koharu Hosaka FHZzEDvMaxwell Koharu Hosaka 7Uxn8zPMaxwell Koharu Hosaka 494ZUS0Maxwell Koharu Hosaka 1553711497-50-50FTM 50x500Maxwell Koharu Hosaka B50x50Maxwell Koharu Hosaka 1553722908-no-50x50Maxwell Koharu Hosaka Tdj2Maxwell Koharu Hosaka Logo_510Maxwell Koharu Hosaka 190412122437274038 Maxwell Koharu Hosaka RXqdRpDMaxwell Koharu Hosaka Logo5010Maxwell Koharu Hosaka VBL1j1M Maxwell Koharu Hosaka 1559228694-50x50Maxwell Koharu Hosaka Qlaa Maxwell Koharu Hosaka IcoSC5050 Maxwell Koharu Hosaka Bouton10 Maxwell Koharu Hosaka Bouton15