anipassion.com
Ageha Kawano
Messages postés : 13
Inscrit.e le : 03/05/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Ven 3 Mai - 23:32
par Ageha Kawano
Ageha Kawano
« Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. » - William Shakespeare
Informations générales
Nom :  Kawano
Prénom.s :  Ageha
Âge : 28 ans & 30 octobre 2082
Genre : Masculin
Origines : Japonais
Activité : Objet au service de ceux qui vivent, de ceux qui se meuvent autour de lui, de ceux qui ont envie d'avancer. Fournisseur d'émotion, de sensation. Passer maître dans l'art de feindre un sourire, une tristesse, un amour, une colère. Peintre de scène illusoire et d'amour diluvien. Comédien de théâtre.
Sexualité :  Son cœur atrophié lui dirait d'arrêter les frais. Son âme désenchantée lui crierait d'aimer. Son corps se contente de se livrer au bon vouloir de celui qui saura lui insuffler la joie l'espace d'un instant. Faire frissonner son être, faire battre son cœur à un rythme fou. Incendier sa vie comme on allume un feu de forêt, lui prouver qu'il existe.
Avatar : Tory C { OC - English Winternight }
Réglement : -
Chemin Je viens de l'intérieur babe
Autre : Ageha est une tentative, aussi bien de caractère que d'écriture. J’espère qu'il n'est pas dans l'abus ahah.  
You need to learn to hate life to the point where you want to get revenge on existence itself.
Acte I, scène 1.

Et le son monotone de ces deux cœurs qui battent. Capricieux. Désordonnés. Dans un branle-bas de combat. Tout deux campant sur leur position tel des rois en campagne guerrière. Ignorant émotions, règles et frontières. Quelle frontière, lorsque l'on partage si peu d'espace. Gris. Sale. Froid. Manquement à l'honneur. Manquement aux règles. Eiichiro et Kaname. Les deux promis du destin. Comme une farce à leur vie. À celle qu'ils avaient choisie de leur côté. L'amour ne naît pas au milieu d'une prison. Détenus contre leur gré. Obligés. Forcés à apprendre à s'aimer. Deux hommes aux avenirs bouleversés par les postulats d'une machine sans sentiment aucun. Ignorant leur volonté, leur espoir, leur décision propre. Un mois durant, des forçats à la recherche de sentiments. Creusant comme des damnés les recoins insondés de leur cœur. À eux, qui insensible aux charmes de leur pairs ont du voir en l'autre le partenaire d'une nuit, le partenaire d'une vie. Et c'est ainsi. L'arrivée céleste d'un petit corps entre les roseaux. C'est un cri qui résonne au fond d'un berceau. C'est le chant mélodieux de l'avenir qui lézarde les murs. Une douceur attendue. Un amour supplémentaire naissant d'une ancienne histoire de combat. Eiichiro, Kaname et Ageha. Deux cœurs pour n'en créer qu'un. Deux cœurs et l'assistance d'une vie. 

Acte I, scène 2.

Les jours, les mois, les années s'enchaînent à une vitesse outrageante. Font et se défont les liens des hommes. Naissent les amours parfois éphémères. Et durent ceux dont le cœur s'est cousu de fil rouge. S'agitent au gré du vent, les feuilles des arbres qui ont grandi avec lui. Alors, il court. Jeune enfant. Au centre des discussions des grands. Comme une note de musique danse sur les lignes d'une partition. Alors, ses tempes battent au rythme des découvertes de ce monde. De classe en classe, d'apprentissage en apprentissage. Son âme s'élève avec la grâce d'un cygne. Se développe et s'enveloppe d'une parure. Une parure d'or et de soie, qui le protège et qui l'enferme. Dans le huis clos de son esprit, s'interjecte sa joie de vivre et sa peur de l'autre. Derrière les pages d'un livre, il se cache et s'échappe du monde qui l'entoure. Des gens. Des bruits. Des sourires dont il se méfie. Et pourtant, il voulait vivre. Il voulait parler, danser. S'amuser. Jouer. Apprendre les tirades de grands dramaturges. De la folie simulée d'Hamlet à l'amour irraisonné de Phèdre.

Acte II, scène 1.

Et comme un typhon, il est entré dans sa vie. Emportant timidité, peur et l'emprisonnement de son cœur. Il a ouvert les portes et les fenêtres. Craqué son cocon. Éclaté entre ses doigts les rémanentes pensées de son esprit peint de gris. Fait pleuvoir les sons, les couleurs, les rires enchanteurs. Ses mains ont pris les siennes et l'on fait entrer dans un monde différent. Hiroto. Son ami, son confident, son protecteur, son frère, son mentor, une partie de lui. Cette tempête hors de contrôle, c'était son âme sœur tout simplement. Une résonance de sentiments envers deux corps contraires. Hiroto, il brillait, il brillait comme le soleil en été. Ageha était cette lune, partageant les miettes de ciel que le soleil lui permet de garder. Arraché à sa solitude. Enlevé à cette bulle de savon qui ne demandait qu'à exploser.

Acte II, scène 2.

Transformer l'être fumé, dissimulé derrière les feuilles jaunies. Il est étincelant l'enfant. Les rayons de cette véhémente amitié ont brûlés sa peau, marqués son âme, dissipés les brouillards permanents de son cœur. Il rit et pleure au rythme sourd de la batterie qu'il martèle. Arrachant à ces peaux de plastique des sons similaires aux battements effrénés de son cœur. Et il existe auprès de lui, auprès des autres. Se forge. S'emmêle aux flots incessants de corps dissemblable. Les affres de l'école. Les affriolantes occupations d'un garçon. Festival de connaissance, rêverie adolescente, rebellions bruyantes et paroles au lyrisme exacerbé. Il se complaît dans cette attitude exubérante. Sortir de sa zone de confort. Vivre. Et tout ça, c'était grâce à lui. Hiroto, qui l'a découvert. Hiroto, qui lui a fait ouvrir les bras à l'inconnu. Hiroto, qui l'a poussé à se découvrir musicalement. Hiroto, qui l'a poussé à vivre la scène et scénariser sa vie.

Acte III, scène 1.

Mais le temps passe et passe. Les amitiés naissent et se remplacent. Et parfois sonnent les trompettes du destin, lui rappelant qu'il existe. Qu'il est derrière lui à chacun de ses pas. Ce destin qu'il a oublié, décidé d'ignorer. Comme l'appel dérangeant des divinités se penchant au-dessus de lui. Parce qu'il aurait peut-être dû le prendre. Cet appel du ciel. Le prévenant de la fragilité des liens. Des cordes élimées maintenant l'épée de Damoclès juchée sur sa tête. Immunisés qu'ils pensaient être. Croquant avec arrogance les perles de vie. Scintillantes. Scintillantes et limitées. Comme le temps qui leur restait. Les sources chaudes identiques à l'alcool qui brûle sa gorge. Les effluves l'embrument et l'embrouillent. Et il rit. Oh oui, il rit. Au nez et à la barbe de la fatalité. Car il prenait une année de plus et il vivait. Car il prenait une année de plus et l'allégresse continuait à embaumer son âme. Car il prenait une année de plus et Hiroto se tenait toujours à ses côtés. Bougies soufflées. Alcool consommé. Esprit enivré. Conscience négligée. Raison Dénigrée. Sa main lourde des liqueurs précieuses contre le volant de cuir. Un temps infime et pourtant d'une intense densité. Le bruit tonitruant d'un moteur. Retentissante déflagration. Flou. Sang. Lambeau. Et ce corps sur le pare-brise. Feu. Douleur. Verre. Et cette terrible perte.

Acte III, scène 2. 

Chambre sombre. Tintement de machine. Et ces violents relents de haine. Insinuant ses doigts sur sa chair. Violent coup de serres. Lacéré au plus profond. Répulsion. Aversion. Souffrance. Essoré, son cœur, vide, incapable d'éprouver. Et pourtant, on l'a dit chanceux. Survivant et responsable de ce terrible enfer. Méritant cette descente du Styx. Sur ce bateau défoncé qu'est son propre corps. Autour de lui, s'éparpillent les corps. Hiroto, l'autre voiture. Et ça tambourine dans son crâne à chaque atroce flash, à chaque souvenir incontrôlable. Il s'exile. Solitude forcée. S'enferme dans la cellule inondée de son esprit. Plus rien ne l'atteint. Plus rien ne l'anime. Il ne vit plus. Perdu sa moitié. Détruite. Envolée. À chaque jour, se dessinent sur sa couche les stigmates rougeâtres de son espoir mort. Se déversent les flots carmins de ses misérables émotions.

Acte III, scène 3. 

Déplorable silence. Service affligeant d'un sourire fantôme. Naissance de cette façade. Pourtant, dans sa tête, se bousculent toujours ces effroyables images. Feindre des sourires, des rires, des liens. Simuler la vie. Déguiser son affect. Et se noyer dans le travail. Devenir expert de la tromperie. Être celui qui inspire, qui fascine, qui illumine le visage d'un sourire. Mais la réalité diffère. Dans le fort de son cœur. La douleur. Encore et toujours. Oppressante. Écrasant entre ses griffes son battant amorphe. Et viens la corde enserrant son cou, physique, réelle. Mouvements désordonnés. Craquements réguliers. Ce lien indéfectible d'un géniteur à sa progéniture. Ce mal-être, condensé dans son fils, l'a t-il ressenti ? Cette intuition d'un père qui ne s'est fourvoyé. Le laps de temps trop court. Mais Ageha vivait. Acte désespéré d'une âme en perdition. Ne plus ressentir la douleur. Ni physique. Ni psychique. Mais Ageha vivra.

Acte IV, scène 1. 

Limier de ses propres démons. Les chasse. Les enlace. Amoureux de la douleur. De sa douleur. Il cherche à tout bout de champ l'homme qui fera brunir sa peau. Ouvrir les plaies dissimulées de son épiderme. Éclater ses lèvres fardées. Tordre ses membres et faire violacer ses poignets. Celui qui l'extirpera de sa torpeur à l'aide de lancinantes brûlures. Vivace impression de sentir, de ressentir de nouveau. Avec ça, il se sent vivant. Alors, dans les lieux aux esprits échauffés. Sa langue méprise. Attendant le craquement distinct des poings sur son visage ecchymosé. Pas de but fixé. Excepté celui de vivre. Puis découvre les forces vives de ceux qui exècrent un système qu'il a lui-même aimé. Engendré l'incroyable explosion des mots longtemps passé sous silence. Rébellion d'un peuple. Incontrôlable. Spectateur du soulèvement. Sa neutralité ne l'empêche pas de comprendre. Double déflagration. Sa neutralité ne le fait pas approuver pour autant. Geste trop violent. Trop extrême. Qui laisse le doute traîner derrière.

Acte IV, scène 2.

Nuage noir. Pluie torrentielle. Et voilà que la terre tremble. Dame nature impitoyable et la mer, son enfant, a pris les devant. Les flots quittent le nid douillet des océans pour déferler sur terre. On ne croit la violence de l'eau que lorsqu'on fait face à sa colère. Inondation. Destruction. Disparition. Les cris et les pleurs submergent l'air et les gens. La terreur et l'incompréhension les prennent aux tripes. Pour la première fois depuis des mois. Il a peur. Ageha. Effrayé des conséquences. Terrifié par l'avant et par l'après. Son esprit embrumé par la myriade de pensées qui le saisisse. Inquiétude temporaire. Saint et sauf ceux auxquels il tenait. Peu touché par le drame, ni même par les dysfonctions du système l'ayant suivi. Altruisme et empathie. Ses deux amies de toujours s'en sont mêlées. Positif. Pour eux. Pour lui. Décider d'aider son prochain. Porter volontaire pour soulager leur misère. Absorber leur désespoir. Leur chagrin. Pour apprendre d'eux. Apprendre à faire comme eux. Comme le Japon. Apprendre à reconstruire. Se reconstruire.


Physique
Un sourire brillant d'un éclat d'innocence. Brillant de joie. Brillant d'un futur sans nuage noir. Son visage s'éveille, se révèle. Enchanteur. Mais surtout menteur. Jouant des yeux d'autrui. Il sourit. De ses deux yeux d'un bleu azurin. Flagrant résultat d'un choix idiotique touchant à la génétique. L'un se camoufle derrière la couleur rouge-rubis d'une lentille. Fantastique image d'un visage à double façade. Deux petits points jouxtant l'une de ses pupilles. Deux grains de beauté effectuant une ligne. Et sur sa tête, ils dansent au vent. Indomptables. D'un blanc éclatant dénotant de ses origines. S'insinuant entre ses deux yeux, d'une mèche rebelle. Comme cassant. Découpant son visage en deux symétriques parties. Sur ses oreilles, se glisse le fer d'un bijou. Un anneau orné d'une croix. Qui au fil des jours s'amuse à changer de place. D'une féminine douceur. Les traits de son visage lui permettent de tromper, d'interpréter, de jouer sur deux tableaux physiques. Un jour femme et l'autre homme. Sur les planches, il joue tous les rôles.

Son corps simulacre de sa masculinité, se dessine frêle et filiforme. D'une simple ligne qui le suit de la gorge jusqu'au bout de ses ongles peint de noir. De son torse aux muscles moindrement dessinés, au bout de ses jambes fines. Sur toute sa grandeur, sur sa peau d'une pâleur qui semble faire ombre à la lune, s'esquisse un nombre incalculable de balafres, stigmates des noires pensées qui l'ont envahi pendant des années. La plus épouvantable de toutes s'amuse d'un côté de sa gorge, une couleur presque brune, elle prend la forme de l'arrondi d'une corde. Brûlure significative de son opiniâtre douleur. Il se laisse le soin parfois, de dissimuler cet affront à la vie par l'éblouissante magie du maquillage ou par le coton d'un foulard, d'un col roulé.

Ce corps, il l'habille de manière variée et variable. Jouant autant avec les genres qu'avec les couleurs. Un jour drapé de jaune, l'autre du plus simple des noirs. Simplicité. Excentricité. Le monde de la mode, il l'ignore autant qu'il le suit. Il se dresse comme il l'entend, d'un coup de main au travers du dressing ou de manière méthodique. Comme s'il se prépare à monter sur les planches. À jouer la comédie.

Caractère
Pile. 

C'est le soleil. L'éclat permanent d'un sourire. Le murmure cristallin d'un rire. Le visage fardé d'un rougissement de bonheur. La multiplicité des joies de ce monde qui le grise, l'enivre. C'est la vie qui s'échappe de ses doigts dans un bond vaillant, qui le pousse à la poursuivre sans réfléchir. C'est le chemin qui mène à la prairie verdoyante de sa bonté humaine. À sa façon d'aimer sincère, altruiste, sans détour. Sa façon d'aimer sans rien attendre en retour, sans rien espérer de plus qu'un sourire au fond des yeux. Sa manière de se soucier des autres plus que de lui-même. Cette manière maladroite. À force de cris et de pleurs. À force d'une violence involontaire et de la dureté de mots échangés. C'est sa recherche de contiguïté charnelle, de proximité des corps et des âmes. Sa volonté de sentir la soie délicate d'une peau, de ressentir la chancelante chaleur d'un souffle dans la beauté d'une chaste étreinte. C'est le tremblement de ses cordes vocales lorsqu'il exprime dans une douceur fallacieuse les chimères encombrant son univers. Et qu'il rit aux visages intrigués par ses récits fantasmagoriques, dénotant de ses plaisanteries. C'est sa façon de parler à l'inconnu comme il parle à l'ami. 

Face. 

C'est le bruyant silence. La sombre image d'une âme brisée. Vide. Décharnée. D'un cœur aux morceaux épars. Arrachés. Piétinés. Oubliés au milieu de bouteilles éclatées, d'aiguilles vides et de draps sales. C'est un soupir d'abandon, une désillusion constante, un espoir bien trop vite avorté. C'est cette sensibilité exacerbée, cette envie de pleurer, de hurler. Cette façon de sentir, de ressentir au centuple colère, haine, douleur, amour aussi. Oui l'amour aussi. C'est son manque de confiance en lui qui pourrit son existence. Qui lui fait croire que rien n'est bon pour lui. Que rien ne lui sera jamais destiné. Que personne ne l'aimera jamais. C'est ce rejet des sourires timides que l'on croise au détour d'un chemin, de ces hochements de tête entendu, de ces mains qui le frôlent ou de celles qui l'entourent. Le rejet des amitiés temporaires et de celles qui subsistent. Le rejet des baisers d'une sincérité qui l'effraye. Le rejet involontaire des affections, des liens, de ces attaches avec les autres. C'est sa terrible volonté d'en finir. Celle qui s'amuse à faire trembler ses doigts sur la détente d'une arme à feu, à faire hésiter son corps au bord d'une route fréquentée, qui fait danser une lame le long de ses poignets dans une inarrêtable envie d'y voir la vie en couler.

Tranche. 

C'est le flou qu'il laisse entre ses deux univers. Parce qu'il est flou. Aux yeux de tous. Flou. Un être vague. Ce sont les tristesses qu'il laisse échapper de son sourire. Les soupirs qui se glissent entre deux rires. Ce sont les yeux embués de larmes qui menacent de tomber alors que sa voix hurle au bonheur. C'est ce visage au sourire menteur. C'est son esprit, sans aucune direction, sans aucun sens. D'un noir de perdition. C'est un comédien en tout point. 

Benji N. Tarkovski
Messages postés : 235
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kinbae N. Tarkovski ♥
Autre: [color=#996666]
posté
le Sam 4 Mai - 8:32
par Benji N. Tarkovski
Ohlolo, j'aime bcp ce que je lis orz. Ageha est tlm intéressant jpp, c'est une super fiche.
Bienvenue ♥♥♥.
Cho Thorne
Messages postés : 255
Inscrit.e le : 17/05/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Haven ♥
Autre:
— Icarus —
posté
le Sam 4 Mai - 8:40
par Cho Thorne
Une fichette pleine de poésie ohlala
C'est franchement intéressant comme rendu
Re-bienvenue parmi nous du coup et bonne rédaction o/

Heart of glass  2233883397
Maze Jefferson
Messages postés : 189
Inscrit.e le : 16/04/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sexy langue de vipère Teare ♥
Autre: Merci Driss pour l'ava ♥

★
posté
le Sam 4 Mai - 11:23
par Maze Jefferson
Joli avatar, joli monsieur, très jolie fiche ! Heart of glass  1215503234
Bonne rédaction j'ai hâte de lire la suite .
Teare B. Jefferson
Messages postés : 467
Inscrit.e le : 21/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : fuck la police. ❤︎
Autre: ava : len-yan, deviantart
posté
le Sam 4 Mai - 11:29
par Teare B. Jefferson
Re bienvenue, il a l’air bien cool ton perso. ❤ Bonne fin de rédaction ! Heart of glass  1362171446
Ageha Kawano
Messages postés : 13
Inscrit.e le : 03/05/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Mar 7 Mai - 7:46
par Ageha Kawano
Merci à vous quatre pour vos messages. Vous êtes adorables. Heart of glass  3091855290
J’espère vraiment qu'Ageha vous plaît et qu'il continuera à vous plaire. ♥

J'en profite pour annoncer cette fiche comme terminée.
J'attend votre jugement ~ ♥
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Jeu 9 Mai - 16:19
par Invité
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Re bienvenue parmi nous ! Un si fin poète, je ne pouvais que m'intéresser à ton cas.
Un peu d'originalité sur JM que diable ! Et ça fait plaisir.  Heart of glass  901032552 T'es bien installé ? On y va !

Histoire

- L'amour ne pas au milieu d'une prison
- Détenu contre leur gré. Obligé. Forcé à apprendre à s'aimer.
- des forçats à la recherche de sentiment.
- qui insensible aux charmes de leur paire
- Craquer son cocon.
- Éclater entre ses doigts
- Une résonance de sentiment
- Arracher à sa solitude.
- Enlever à cette bulle de savon
- marquée son âme, dissipée les brouillards
- au battement effrénés de son cœur.
- l'épée de Damoclès juché sur sa tête.
- Scintillante. Scintillante et limitée.
- Les effluves l'embrument et l'embrouille.
- Raison Dénigré.
- Sa main lourde des liqueurs précieuse
- Se déversent les flots carmin
- l'a t-il ressentit ?
- Cette intuition d'un père qui ne s'est fourvoyée.
- Les chasses.
- à l'aide de lancinante brûlure.
- Rebellions d'un peuple.
- son enfant, à pris les devant.
- Les flots quittent le nid douillé des océans
- par la myriade de pensée
- par les mal fonctions
- Ses deux amies de toujours s'en sont mêlée.

• Je n'ai... vraiment rien à ajouter sur ta fiche, à un détail près oui je chipote. L'accident de Ageha. Lorsqu'il a pris le volant, c'était son anniversaire mais quel âge avait-il ? Était-il majeur ou, pire encore, toujours mineur et donc dans l'illégalité à ce moment-là ?
Petit rappel : la majorité japonaise s'obtient à 20 ans. Mais sinon... je n'ai rien à redire. ♥

Caractère

- ils dansent au vent. Indomptable.
- De son torse aux muscles moindrement dessiné
- un nombre incalculable de balafre, stigmate des noires pensées
- La plus épouvantable de toute

Rien à redire. ♥  

Physique

- À force de cri et de pleur.
- et de la dureté de mot échangé.
- ou de celle qui l'entoure
- envie d'y voir la vie en couler.

Rien à redire. ♥  

Conclusion
Cette fiche est superbe. ♥ Vraiment. Avoir eu cette ingéniosité de relater l'histoire de Ageha de cette manière... J'en avais jamais lu des comme celle-ci ! Maintenant, le seul bémol que je suis obligée de souligner, ce sont les diverses fautes qui sautent au visage et qui polluent ton récit.

Mais rien de grave, je te rassure ! Juste à les corriger et ça sera okay pour moi.
Si tu as des questions sur les modifications, fais-moi signe ! Je ne mord pas toujours.  Heart of glass  872998743


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. :hearts:
Ageha Kawano
Messages postés : 13
Inscrit.e le : 03/05/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Jeu 9 Mai - 22:52
par Ageha Kawano
Déjà, merci d'avoir pris le temps de t'occuper de ma fiche. A voir les fautes, je me dis que beaucoup aurait pu être facilement évitées. Il faut que je sois plus scrupuleuse dans mes relectures. Alors désolé pour la perte de temps que ces fautes idiotes ont pu être. Heart of glass  1686609412
Et encore une fois, merci pour les gentils messages à propos de la forme, c'est vraiment agréable d'avoir un avis aussi positif dessus. Je suis rassurée de voir que le genre que j'ai utilisée ne rebute pas. ♥

• Pour ce qui est du point sur l'accident de Ageha. Je n'ai mis aucun marqueur temporel précis dans le récit. Donc je me suis dit que si je devait en mettre un à ce moment cela dénoterait avec le reste. Mais, Ageha était bien entendu majeur au moment des faits. L'accident aurait lieu deux ans avant la manifestations des Incontrôlables, donc Ageha fêtait à ce moment ces vingt-quatre ans. Cela dit, je compte par la suite relater les événements via une chronologie.

• J'ai une petite question vis-à-vis de cette correction " envie d'y voir la vie en couler." Elle me pose une colle. De mon point de vue, elle est correcte. C'est une faute d'accord ? De temps ? Un problème de sens ?
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Ven 10 Mai - 14:33
par Invité
viens enfin de piger le sens de la phrase qu'elle croyait faute
Oublie ! C'est moi. Abracadabra ! Heart of glass  3006946478

Pré-validation par Akirō
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.
Kaori Vanzine
Messages postés : 2974
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Ven 10 Mai - 16:45
par Kaori Vanzine
Heart of glass  1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Heart of glass  Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierHeart of glass  50-50-2Earth WolfHeart of glass  50x50-56504f9 Heart of glass  SvinHeart of glass  3zm1 Heart of glass  Opol0Q6Heart of glass  FHZzEDvHeart of glass  7Uxn8zPHeart of glass  494ZUS0Heart of glass  1553711497-50-50FTM 50x500Heart of glass  B50x50Heart of glass  1553722908-no-50x50Heart of glass  59e4Heart of glass  Logo_510Heart of glass  190412122437274038 Heart of glass  RXqdRpDHeart of glass  Logo5010Heart of glass  VBL1j1M Heart of glass  1559228694-50x50Heart of glass  Qlaa Heart of glass  IcoSC5050 Heart of glass  Bouton10 Heart of glass  Bouton15 Heart of glass  1498954954-bouton-50 Heart of glass  Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Heart of glass  DezgHeart of glass  179wRemainsofhellHeart of glass  LsuvxJW