Corvus Akiyama
Messages postés : 39
Inscrit.e le : 07/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Inari-san. ❤
Autre: Corvus vous méprise en #993300 •
posté
le Ven 7 Juin - 14:17
par Corvus Akiyama
Corvus Aoki
Here's a lullaby to close your eyes
Informations générales
Nom :Aoki. Aoki et rien d'autre, Aoki et sa véracité. Engelmann est allé se couper les ailes.
Prénom.s :Corvus, Frantz. L'un de père, l'autre de l'aïeul.
Âge :24 petites années, les yeux ouverts le 8 Avril 2087.
Genre :Masculin. Peu fluctuant. Use de ses traits fins lorsque cela l'arrange.
Origines : Allemand, au tout début. Japonais, désormais, fier et prêt à le revendiquer.
Activité :Tout jeune interne en psychiatrie, s'occupe de la librairie de sa grand-mère durant son temps libre. Poupin bourreau de travail. Le gendre idéal.
Sexualité :Trop occupé à s'aimer pour s'intéresser à autrui. Les coups de reins servent à étayer quelques manipulations classiques.
Avatar :Goro Akechi - Shin megami tensei : Persona 5
Réglement : -
Chemin:poisson: ♥
Autre :Ca a bien changé par ici mais c'est toujours aussi beau ma foi. Sitting under the blue tree.  2078551763 (Jesaispasdutoutdansquoijem'embarquepleasebegentlewithme)
Histoire


2087.

Acte I – Scène I.

Le décor est sobre, dépouillé, luxueux dans sa pudeur. Une chambre d'hôpital, un lit. Les deux acteurs principaux sont présents, l'une est une femme d'une trentaine d'année, l'autre un salary man à peine plus âgé qu'elle. Elle, vient d'accoucher. Lui, vient d'apprendre la nouvelle.
Un petit garçon de trois kilos huit dort dans les bras de la jeune mère. Elle n'adresse pas un mot à son mari, elle n'a d'yeux que pour le petit.
Elle, Hilda Traüen, épouse Engelmann. Lui, Friedrich Engelmann, épris de Traüen. La clinique privée berlinoise a accueilli le couple en urgence pour la naissance prématurée de leur premier enfant. L'accouchement est un succès, mais aucun des deux ne semblent totalement épanoui par leur nouvelle vie de parent.

Hilda lève le nez du nourrisson et observe par la fenêtre. Friedrich se contente de fixer la porte. Ils attendent.
Ils le savent, que la désillusion va arriver, tonitruante et implacable. Ils le savent, car Hilda a tout avoué, car Hilda n'a pu tenir le poids de la plaie plus longtemps. Le coup de canif dans le contrat de mariage l'a faite saigner abondamment.
Elle sait.
Elle sait que Sekihiro ne sait rien.
Elle sait qu'il ne sait pas que son enfant est dans ses bras, et que c'est un autre qui l'élèvera à sa place.

Elle attend, pourtant. Et quand elle voit enfin arriver les autorités de l'Incontestable à peine une heure après la venue au monde de son fils, c'est d'un élan presque chaleureux qu'elle le leur remet. En dépit de l'avis de son pays contre ce système, elle, elle est persuadée que l'amour transcende tout, le vrai, le pur amour. La puce les liera un peu plus. Elle, son enfant et son amant.

Et Friedrich les voit emporter le petit au loin. La déception se lie dans ses traits marqués.
Il sait.
Il sait que les sentiments d'Hilda se sont fanés à son égard quand elle a commencé à fréquenter ce trader japonais.
Il sait que leur union matrimoniale était vouée à péricliter un jour où l'autre. Il sait aussi que le divorce est encore trop délicat pour être prononcé, la famille et la pression jouant le rôle d'importantes raisons.
Il sait qu'aujourd'hui, la liberté des trois protagonistes est mise à rude épreuve.

Plus personne ne volera librement.

Et loin de tout ça, Corvus, entre les mains des chirurgiens, pleure pour la toute dernière fois.
2096.

Acte I – Scène IX.

Sous ses doigts, ça s'agite. Bribes de vie qui s'essoufflent en silence. Les insectes n'ont pas de cris. Tout du moins, l'enfant est trop grand, trop gros, trop puissant pour les entendre. Ils n'existent donc pas.
Ses instincts sont cloisonnés.

Le décor est plus vert, plus riche. Le jardin de la propriété Engelmann regorge de fleurs, de buissons, d'arbres où grimper, de bosquets à fleurir, de jardiniers pour les entretenir.
L'on y voit souvent le gamin y courir pour y tomber, s'y écorcher les genoux parfois, mais se relever pour continuer de jouer.

Et Corvus le regarde, bien souvent. De loin, toujours. Fausse timidité. Corvus n'aime pas jouer. Jouer, c'est pour les enfants. A neuf ans, on est déjà grand.
L'autre, c'est un fils d'une servante. Il se balade, salit les endroits où les maîtres passent, rit si fort que sa tête semble exploser. Il est laid, nauséabond. Il roule dans le boue comme un cochon.

Le garçon, ce jour-là, se prête à l'idée de se trouver un compagnon de jeu. Et rien de meilleure que l'autre qui lit en silence sur la nacelle, comme à son habitude les jours de soleil. Malgré la chaleur, les bras sont couverts, le pull est épais. Des couleurs ternes pour contraster des marques bleutées sur la peau de lait.

Corvus est au troisième chapitre de son roman préféré. Quand soudainement, le livre disparaît, le privant d'aventures pour s'évader. Le gueux est rieur, s'amuse à se moquer. Il court déjà, emparé de l'objet.
Corvus le regarde. Longuement.

La colère gronde et les pas se font pressés. Corvus court, à son tour. Corvus traque. Corvus hurle sans son d'un regard prédateur.

Et quand la main attire l'autre enfant contre lui, les doigts se rétractent pour s'arrondir de poings lourds. Un, deux, trois. Rend-le moi. Quatre, cinq, six, sept et huit. Tout de suite !!

Ça s'agite, sous ses doigts. Et les insectes n'ont plus de cris.
Ils s'étouffent d'un rouge qui dénote dans l'herbe d'été.

C'est Mère qui stoppera la chasse la première, agrippant son rejeton au-delà des pleurs et de la fuite de l'autre garçon.

« Corvus !! Arrête, arrête ça !! Mais qu'est-ce que tu fais ?!! »

Je n'aime pas les insectes, maman.
Quand ils bourdonnent trop fort, ils font trop de bruit dans mes oreilles.
Ils m'empêchent de lire.
Et j'ai mal à la tête...
2103.

Acte II – Scène XVI.

« Corvy, mon petit ange... »

Hildegarde, tes mots sonnent toujours funestes quand tu me parles comme ça. Je sais qu'en tant que Mère, ta position envers moi est peu objective, et relativement biaisée par notre sang commun. Je sais aussi que ta situation maritale est compliquée, et que Friedrich restera campé sur ses positions.

Mais s'il te plaît, pas de petit nom. Ça n'a jamais rien arrangé.

La coupable, c'est toi, et ça ne changera pas.

« Viens. On s'en va.  Il faut que nous partions. »

Ton ton est peu indiqué pour mon âge. J'ai seize ans depuis deux jours et tu te permets cette douceur mielleuse qu'on ne réserve qu'aux nouveaux-nés ? Allons, c'est ridicule, et je pense que tu t'en rends compte.
Parle-moi comme à l'adulte que je suis. Parle-moi comme cette femme qui a pris en main mon destin sans me le demander, depuis bien avant ma naissance.
Assume-le, veux-tu ?

C'est fatiguant, de te voir ainsi.

« Ton p-... Friedrich et moi, on se sépare. Ça ne va plus, entre nous. Ça arrive, parfois. Et on ne peut pas rester habiter ici. Ce n'est plus notre place, tu comprends ? »

Pourquoi, maman ?
Pourquoi utilises-tu le passé ?
Tu ne comprends pas que ça ne l'a jamais été ?
Je crois que tu t'es aveuglée trop longtemps, tu sais ? Tu as cru que les atours riches et vertueux de l'argent permettrait plus d'aisance à dissimuler la vérité. Mais tout le monde savait et personne n'a rien fait.
On a rien arrêté. Ni les coups de Friedrich, ni les regards condescendants. Ni les rumeurs sur ce que j'étais et que tu n'as jamais osé m'avouer.

Il a fallu que je l'entende au détour d'une conversation entre deux domestiques. Deux semaines avant tout ça.
Qu'est-ce que deux semaines face à seize ans de vices cachés ? Bien peu. C'est effrayant, quelque part.

Mais je ne t'en veux pas, Mère.
Vous n'êtes pas tous faits pour être braves.
Certains insectes ont peur de l’inexorable lumière de la vérité.

« Nous allons dans un pays très, très loin d'ici. Tu seras pleinement heureux, là-bas, tu verras. Une nouvelle vie nous y attend. »

Oui, le Japon. Amusant que tu aies choisi mes seize ans pour m'en parler. Tu avais si peur que cette lettre rose ait le courage dont tu as manqué ? J'aurais mille fois préféré lire ses mots qu'entendre tes paroles pleines de pathétisme éhonté.

« Corvus, liebchen... »

Pas de petit nom.
Pas. De. Petit. Nom.
Je te l'ai déjà dis.
Ecoute-moi, mère !!
Et finalement, tais-toi donc.
Je ne veux plus t'entendre.
Tais-toi.
Tais-toi, ne continue pas.
Ça suffit.
Tais-toi !!

Taistoitaistoitaistoitaistoitaistoitaistoi-

« Nous allons retrouver ton vrai père, là-bas. Je te le promets. »

2105.

Acte II – Scène XVII.

« Côbasu, ramène-toi par ici. » Ichiko raille d'une voix égrainée par les affres du temps. Elle a cette accent du kansai qui martèle sa bouche édentée ça et là. « File-moi un coup de main avec ces cartons, tu veux ? Ça pèse un âne mort. »

Tu t’exécutes sans discuter, presque heureux de l'aider. Deux ans que la routine s'est installée, avec bien peu de pertes pour beaucoup de fracas. Tu te souviens encore de la réaction de ta mère quand ses recherches autour du fameux Sekihiro ont tourné au drame. Tu n'avais que cette identité pour te rappeler à tes racines. Des racines qui auraient dû rester sous terre.

Les pieds posés en sol japonais, la déception s'est accompagnée dans vos bagages. Sekihiro Aoki était bel et bien un habitant tokyoïte, comme il l'avait confié à Hilda. Il l'aurait attendu toute sa vie durant, si elle avait pu continuer.
Mais sa mère, Ichiko Aoki, s'est faite franche à l'arrivée de son petit-fils et de sa belle-fille de substitution : en rentrant d'Allemagne il y a seize ans, Sekihiro s'est fait fauché par un chauffard.

Corvus, tu n'avais pas cillé. Tu n'avais envie d'aucun père pour exister. Friedrich ne l'était pas. Sekihiro ne le sera pas. C'était simple, pour toi.

Pas pour Hilda.

Les semaines et les mois se sont enfilés comme des perles autour de ses beaux colliers. Elle les vendit pour des yens de survie. Pour du crack, aussi. Pour un appartement trop petit et pour des journées entières à se morfondre sur les erreurs de sa vie. Tu n'as rien voulu voir. Tu n'as rien voulu savoir. Ta mère était restée sur l'idée que le monde serait meilleur quand la liberté serait retrouvée. Mais cloîtrée et pucée désormais, dans toute sa folie, elle n'a jamais sû la saisir. Ichiko l'avait bien compris en la voyant débarquer aussi délurée : Hilda était folle avant d'être veuve.

Aussi, la vieille femme prit en main les situations les plus précaires : L'était de Hilda s'était dégradé, au point que seuls des cures de rémissions pouvaient encore représenter une forme d'espoir. Plus que mère sur le papier.

Et toi, tu gravitais dans tout ça. Ni Engelmann, ni Traüen ne représentaient plus rien pour toi. Aussi, tu acceptas la proposition d'adoption d'Ichiko. Une façon de te reconnaître officiellement. Une façon de faire vivre Sekihiro à nouveau, peut-être aussi. Tu as ses yeux, après tout.

Elle t'apprit la langue, régla tes frais de scolarité, te prêta le toit de son appartement quand le tien fût saisi pour manque de loyer. Elle redora ta vie et te donna ce respect propre à l'humain.

Et te voilà désormais, à trier les ouvrages de cette librairie ancienne. Une des dernières de Tokyo, à l'odeur caractéristiques des livres de papier. C'est ce parfum qui t'a frappé en premier. Il t'a rappelé un morceau d'enfance que tu avais oublié.

Tandis que tes bras frêle porte les cartons, la voix de ton aïeule s'élève comme la fumée de sa cigarette :

« T'entre quand à Todai, déjà ?
- A l'automne prochain, grand-mère.
- Pfou, tu vas filer à l'anglaise aussi vite que t'es arrivé ! Mais bon, fais des bonnes études p'tit loupiot, c'est important à c'qui paraît. »


Elle rit, avant de tousser. Tu te sens prêt à lui apporter un verre d'eau à tout moment. Mais c'est un voile de nostalgie qui couvre ses yeux gonflés.

« Tu lui ressembles d'plus en plus. A mon gamin à moi. C'tait un grand ambitieux aussi... »

Elle regard au-dehors, une façon de détourné son chemin de pensé douloureux. Tu l'as bien vu. Elle fait ça, grand-mère, quand elle a peur de sombrer.

« Y s'rait p'tèt fier. »

Peut-être. Ou pas. Tu te demandes à quoi ça sert d'y songer. Et tu te rappelles que pour beaucoup, les deuils appellent à la déraison. Refaire le monde à leur façon.

Tu restes songeur quand tu termines ta tâche. Ton sac sur l'épaule, tu t’apprêtes à t'en aller. L'heure tourne et Ichiko vient de le remarquer.

« Tu pars déjà ?
- Désolé. Je dois aller voir Maman. »


Les horaires de l'hôpital sont strictes et implacables. Tu aimes cette rigueur. Elle t'évite de t'éparpiller en superflu et sentimentalisme. D'autant qu'en dépit de ton choix d'études à venir, tu détestes rendre visite à Hilda.

Elle t'implore toujours et te demande où est la clef de cet enfer pour la libérer de prison. Tu es devenu son Cerbère au visage de poupon.

Ichiko maugrée, peu encline à l'idée également. Mais elle ne peut se soustraire au devoir du sang.

« Hmph. Gaffe en ch'min hein. Et rentre pas trop tard, c'est sukiyaki ce soir.
- A tout à l'heure, grand-mère. Promis, je ferais attention. »


Dans ce monde peuplé d'insectes, Ichiko obaa-san est un Machaon.

2109.

Acte III – Scène XXII.

De l'eau.
De l'eau, partout.
De l'eau, partout, jusque dans les poumons.
De l'eau, partout, jusque dans les poumons, jusque dans les veines.

Noir.
Il fait noir.
On hurle, partout, dans les recoins.
On entend les vrombissements d'une nature défiante, qui pense pouvoir éradiquer son espèce la plus prolifique. Je me demande si le monde est en train de sombrer partout ailleurs.

Je me demande si le cèdre azur de la librairie est encore intact. Ce panneau de bois, magnifique au soleil, qui emplit les yeux des passants et les fait s'arrêter.
Que l'eau ne l'abîme pas.
Elle peut prendre les insectes, mais pas la beauté.

Ça sent le sang, autour de moi. Certains ne parlent plus. D'autres sont réchappé, toussent et commencent à flancher. Une partie du métro s'est effondrée. Une partie de ces vies a fait de même, en un fragment de seconde.

Fascinant pouvoir que voilà.

J'y échapperai pour mieux m'en emparer. Elle ne m'abattra pas. Pas moi.

Je crois que j'ai une côte cassée. Le corps tente de me ralentir mais j'y reste sourd. La douleur a encore du mal à m'abattre. Une habitude de l'enfance, peut-être. Nous sommes amis depuis longtemps.

Hors des décombres, les failles s'emplissent de liquide. Il faut courir. Il faut sortir. Il faut survivre. Vite.

Ainsi quand une blonde attrape ma jambe en hurlant, la frustration est de mise. Ma course était calculée, et j'allais m'en tirer. Que fais-tu, femme ? Est-ce parce que ton bébé ne respire plus entre tes bras ?

« A-Aidez-moi !! Je vous en prie !! Mon enf- »

Non.
Ce n'est pas contre toi.
Mais moi, je dois vivre.
Je suis plus important, à cet instant.

Alors lâche-moi.
S'il te plaît.

D'un coup de pied dans sa mâchoire, j'ai scellé ma liberté. La sienne s'est vue arrachée d'un fouet de vague d'un mur brisé. Ma course s'est rappelée à moi, plus forte, plus grande, plus haletante.

J'ai transcendé mon humanité.

De Mère Nature je m'empare déjà des facultés.

Attends moi à l'abri de l'ombre de l'arbre bleu, grand-mère Ichiko adorée,
Je viens te sauver.


2111.

Acte III – Scène XXIV.

Le décor est planté, bien présent, ancré dans le cœur du garçon. Il lit, au comptoir de vente. Sa liseuse numérique fait tâche au-milieu des ouvrages mais il n'y a guère qu'ainsi que ses notes sont prises. L'université est à la pointe de la technologie et ses rapports d'hôpital. Ses yeux sont plus creusés par les cernes des gardes en psychiatrie. Cette voie lui sied parfaitement malgré sa rudesse. La psyché est un outil puissant autant le pouvoir politique. Même davantage, à son avis. Il n'y a qu'en comprenant la masse grouillante que l'on sait la décrypter pour l'utiliser.

Le soleil tape fort, aujourd'hui. Juin est bien présent. L'air conditionné n'est pas de trop et les bras de Corvus sont déjà légèrement rougis par les allées et venues à l'extérieur. Le temps tourne et les passants se pressent. Tokyo a retrouvé son palpitant malgré ses aléas et ses dysfonctionnement.

Hilda coule ses journées ailleurs, dans une autre ville, entre autres cures et replongées. Ichiko fait une sieste à l'étage de la boutique, aménagé en petit studio à son égard par Corvus depuis les dégâts de Shukumei sur son ancien appartement. Elle tient bon, ses récents soixante-quinze ans ne l'épuisent pas mais elle demeure tout de même  âgée. Son petit-fils se charge de tenir le magasin pour elle. En bon enfant. En tendre garçon.

Jours paisibles, jours de paix. Deux têtes de jeunes filles viennent passer la porte par curiosité, glapissantes, simples. Deux jolies fourmis.
La routine et le temps feront toujours leur efficace office, tout comme le sourire charmeur du tenancier par intérim.

« Bonjour ! Bienvenue à la librairie Aoki, mesdemoiselles ! Puis-je vous aider ? »

Les feuilles tombent déjà du haut du cèdre.

L'été flambe toujours avant l'Automne.
Physique
Le port de tête est altier, la ligne est fine et svelte. Le corps se développe à la hauteur relativement commune du mètre soixante-dix, dans les normes du pays. La tige craque par endroits, quelques bleus qui viennent entacher une peau qui marque facilement. Fine, pâle, de la poudre neigeuse sur des membres qui s'étirent. L'épiderme est plus blanche depuis que le garçon est ici. Le climat, peut-être. Le travail, surtout. Le sommeil fuyant creuse un peu plus son visage rond, contourne ses yeux le matin d'impressions violacées.

Ses yeux, ils se détachent. Des billes noisettes aux reflets presque bordeaux selon l'angle ou l'ombrage qui les surplombe. Des écrous plantés dans sa tête et viscéralement ancrés dans ceux de ses vis-à-vis. Jamais détournés, mais toujours adoucis, amoindris et doux-heureux. Le regard est cette porte qui s'ouvre sur le cœur qu'il veut bien montrer à autrui. Le reste restera sous-clé, scellé derrière une cloison de fer.

Le reste du faciès est harmonieux. Nez fin, bouche discrète arquée de sourires chaleureux et d'une voix rassurante, un grain de beauté se cache également dans la pliure de son cou. Mais il demeure dissimulé à l'abri sous les mèches au carré qui flattent la base de sa nuque. D'un blond cendré tirant sur le châtain, la longueur se fait irrégulière par endroits mais reste une marque de coquetterie assumée. Le cheveu ondule légèrement, flotte sous sa démarche ferme par à-coups dans le vent.

Du reste, on retiendra ses tenues strictes, sa garde-robe n'étant que rarement brisée au-delà de ses uniformes et ses blouses. Quelques chandails, des pantalons classiques, des chaussures impeccables. A croire qu'il chercher à maturer avant l'heure, ignorant les bien-faits de son âge et souhaitant devenir bien plus vite adulte. Sans doute pour plus d'impression. Sans doute pour ne pas sombrer dans les déboires d'une jeunesse qu'il juge futile. Toujours est-il que son apparence reflète son sérieux, presque trop vintage selon certain. Corvus est à son époque ce que les souverains étaient à la leur : marginaux et novateurs selon leurs propres valeurs.
Caractère
Qu'ils sont idiots.
A grouiller comme des mille-pattes pris dans un étau de verre.
A se laisser piétiner sous les semelles des plus offrants, des plus terribles, des plus menaçants.
Qu'ils sont stupides à croire que le monde ne peut tourner que d'une seule manière.
A croire que la seule et unique rotation réside dans les écrits gravés.

Oui, ils sont ainsi. Vains et calmes, agités de doutes et de destruction programmée.

Tu n'es pas comme ça, toi.
Tu ne l'as jamais été. Petit garçon déjà, tes affabulations enivraient ceux qui avaient l'honneur de t'écouter. Ceux-ci ignoraient à quel point la flatterie était grande, de t'entendre fonder de tes mots précis l'Empire auquel tu t'étais toi-même promis.
Car tu n'es pas comme les autres, évidemment.
Aussi vrai que l'arbre est bleu, aussi fort que tu tiendras sur tes deux jambes, toi, toi, tu seras fait pour régner.

Tu as cette façon de refondre l'univers, à grand coup de cœur et de volonté. Ton indépendance te fait marcher sur les cadavres métaphoriques que tu sèmes à tout va. Vivre, c'est être celui qui réduit à néant les rêves. Tu le sais, tu le sens. C'est dans tes veines.

Alors tu demeures solitaire, distant, on te qualifie même de snob et de hautain. Ils ne comprennent juste pas. Quelque part, cela t'amuses. Tu les observes te juger comme un groupe d'enfants à la dérive. Parce que toi, tu connais les schémas de pensée des primaires. Ta voix leur est supérieure.

Tu as ce sourire facile qui plaît, qui s'acclimate aux autres et aux décisions que tu calcules en amont. Quelques cristallins que tu sais où placer dans les conversations. Le hasard, c'est cette denrée dont les perdants se délectent pour justifier les échecs. Tu n'es pas de ceux-là. Tu écrases le destin, tu détruis les aléas. Ton chemin est tien. Rien ne te l'enlèvera.

Monstres sociaux et chimères altruistes ne sont que des pions. Ton amour n'est vrai que lorsqu'il récompense tes actions. Les façades sont douces, prévenantes, tendres et chatoyantes. L'envers du masque permet plus de nuance, plus de noirceur. On te connaît chevaleresque quand tu pourfends de lances aiguisées tout ce qui passent à ta portée.
Ton verbe passe du mielleux au glacé, ta bouche s'arque de compliment tout autant de punition. Tu n'as ni pitié, ni compassion. Peu d'entre eux t'en ont laissé, tu ignores dans ce cas pourquoi tu devrais t'y résoudre. Simple application de ce que tu as connu durant ta maigre enfance, jeune prince.

Et malgré la rigueur d'une existence appliquée, il y a ces quelques traits faibles qui égrainent les atours de ton esprit poli. Ta manière de t'agripper aux douceur sucrées pâtissières comme à des divinités comestibles, ta capacité à t'endormir sur place, ta peur panique des espaces clos tout autant qu'une passion certaine pour les ouvrages fantastiques occultes. Entre autres points, il en est un que tu qualifierais d'unique, la seul parcelle d'amour filial sur laquelle tu flanches volontiers : elle, Ichiko. "Ichi", la seule, celle qui ne saura jamais te donner de seconde chance, car il n'a fallu qu'un pas pour te donner un nom. Un vrai. Ichiko Aoki, ta grand-mère paternelle, restera à jamais celle que tu défendra envers et contre tout.

Pour le reste, on te sait en outre cultivé, minutieux, perfectionniste dans les moindres détails d'une vie réglée à la lettre. Amoureux des prouesses technologiques, la seule part de surprise que tu espères est celle que la lettre de l'Incontestable te réserve. Ce hasard calculé que tu sauras, de toutes manières, inexorablement formidable. L'outil parfait pour te trouver partenaire à ta mesure, bien que tu saches qu'il ne fera qu'effleurer ta grandeur. Tu ne l'as pas toujours pensé, cela dit. C'est Ichiko qui a su te vanter ses mérites jusqu'à te convaincre du meilleur. Et tu ne fais que l'attendre, depuis tes seize ans.

Cette façon d'être, elle s'est construite avec tes émois. Avec tes ressentiments envers autrui, avec ta colère frustrante qui s’épanouit, jour après jour, envers ton sang. Coque en acier qui renferme les doutes et les stupeurs de l'enfant bafoué, armure sous laquelle se glisse une peau tannée. Parfois, tu pleures. Quand le silence demeure.

Mais il est bien là, bien ancré en toi, ce caractère carapace.
Tout ça pour cacher. Tout ça pour demeurer. Une emprise désespérée sur une existence déchirée.

Si le contrôle n'est pas tien, alors il ne sera pas.

Mais plus jamais rien ne t'atteindra.

Ta tour fragile est très haute, petite chose qui veut être Roi.

Et tu ne sais pas encore quand le château de cartes tombera.
Généré avec le formulaire
Ren Bashō
Messages postés : 222
Inscrit.e le : 05/08/2015

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Reiichi Basho ♦
Autre: LUV.
posté
le Ven 7 Juin - 14:57
par Ren Bashō
Hello Sitting under the blue tree.  2579413762

(Re ?) Bienvenu chez les fous gentillets. 8D
Bonne chance pour ta fiche.

Sitting under the blue tree.  2244379341 Sitting under the blue tree.  2244379341
Angelo Bennett
Messages postés : 202
Inscrit.e le : 25/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Mei Sugawara
Autre:
posté
le Ven 7 Juin - 15:02
par Angelo Bennett
'lut, welcome, pis bonne rédac' hein. (pour une fois que j'souhaite la bienvenue)
Lou Di Luca
Messages postés : 164
Inscrit.e le : 16/12/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Pavelou♥
Autre: sucks to suck
DILF Hunter
posté
le Ven 7 Juin - 15:26
par Lou Di Luca
Je pense savoir qui tu es mais en même temps je suis pas sûr ?

En tout cas bon retour parmi nous baby Sitting under the blue tree.  BKm54AD
Also Akechi ??? mhm hm Sitting under the blue tree.  1886222708
Akino Mikolajczyk
Messages postés : 581
Inscrit.e le : 25/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Jazz Mikolajczyk ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Ven 7 Juin - 16:55
par Akino Mikolajczyk
Gniiiiii Sitting under the blue tree.  1258839627
:poisson:

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Sitting under the blue tree.  Fondfonceakinosigna
Kaori Vanzine
Messages postés : 2977
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Ven 7 Juin - 16:58
par Kaori Vanzine
T'es grillé !! Sitting under the blue tree.  1362171446

Re-bienvenue et bon courage pour ta fiche ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Sitting under the blue tree.  Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Teare B. Jefferson
Messages postés : 467
Inscrit.e le : 21/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : fuck la police. ❤︎
Autre: ava : len-yan, deviantart
posté
le Ven 7 Juin - 18:16
par Teare B. Jefferson
♥♥ welcome back cutie
Maze Jefferson
Messages postés : 189
Inscrit.e le : 16/04/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sexy langue de vipère Teare ♥
Autre: Merci Driss pour l'ava ♥

★
posté
le Ven 7 Juin - 18:35
par Maze Jefferson
Re-bienvenue parmi nous Sitting under the blue tree.  1362171446
Pavel K. Di Luca
Messages postés : 761
Inscrit.e le : 25/05/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
posté
le Ven 7 Juin - 19:50
par Pavel K. Di Luca
POISSOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!!!!!!!!!

Alekseï Arizona
Messages postés : 306
Inscrit.e le : 06/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Lullaby ♥
Autre:
— L'Araignée —
posté
le Ven 7 Juin - 21:50
par Alekseï Arizona
Un poisson ♥
Re-bienvenue. ♥ ♥ ♥
Hâte de te lire Sitting under the blue tree.  1362171446
Corvus Akiyama
Messages postés : 39
Inscrit.e le : 07/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Inari-san. ❤
Autre: Corvus vous méprise en #993300 •
posté
le Ven 7 Juin - 23:42
par Corvus Akiyama
Mais c'est qu'il y va moult gensses ma foi Sitting under the blue tree.  2078551763 (voumavémankéwesh)

Ren > Merciiii à touaaa ! Et c'est bel et bien un retour huhu. Sitting under the blue tree.  2244379341

Angelo > Ah bah du coup j'me sens flatté et honoré ! Sitting under the blue tree.  1984817200 Merci à toi. ♥

Ozzy > Mais si tu sais qui je suis, allez, regarde dans ton coeur et tu connaîtras la vérité. Sitting under the blue tree.  2078551763
Un indice s'affiche en bas de votre écran : prénom façon marque de lessive ? Sitting under the blue tree.  3766924225

Et Akechi is bae, pancakes-boy needs moar love Sitting under the blue tree.  4115966937 (je me refais P5 en ce moment i'm so in love AAAAAAH)

Akinoutte > Vuicémoua. Sitting under the blue tree.  2078551763 <3

Kaorichoutte > Comme une dorade au feu de bois :sato: !
C'est bien bon de revenir ! ♥

Teare BB > Merci mon choupidou. ♥ ♥ ♥

Mazamour > Cimer Albert ! Sitting under the blue tree.  2432113367

Karlito > YESSSSSSSSSSSSSSS !
Sitting under the blue tree.  1984817200

Aleksouïlle > J'ai sauté hors de l'eau Sitting under the blue tree.  231803046
Merci toi <3 j'avance à petits pas mais j'avance un peuuuuu !

*retourne écrire un chouilla avant le dodo tiens*
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 768
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Ven 7 Juin - 23:44
par Satoshi Totsuzen
♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Sitting under the blue tree.  Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Corvus Akiyama
Messages postés : 39
Inscrit.e le : 07/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Inari-san. ❤
Autre: Corvus vous méprise en #993300 •
posté
le Ven 7 Juin - 23:54
par Corvus Akiyama
♥♥♥ !
Bacon L. Beigbeder
Messages postés : 1845
Inscrit.e le : 23/08/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Celle qui fait du couscous. (Aka la plus belle, la plus perf, la plus merveilleuse, la plus...)
Autre: Connard pathétique IRL, passe ta route.
#JeSuisJeanne
#JeSuisJeanne
posté
le Sam 8 Juin - 0:24
par Bacon L. Beigbeder
Bon retour à toi poisson =)
Corvus Akiyama
Messages postés : 39
Inscrit.e le : 07/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Inari-san. ❤
Autre: Corvus vous méprise en #993300 •
posté
le Sam 8 Juin - 15:35
par Corvus Akiyama
Merci Sitting under the blue tree.  2609568152 !
Teare B. Jefferson
Messages postés : 467
Inscrit.e le : 21/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : fuck la police. ❤︎
Autre: ava : len-yan, deviantart
posté
le Ven 14 Juin - 0:09
par Teare B. Jefferson
Dude mais tu écris tellement toujours aussi bien blblbl. Quel plaisir de retrouver ta plume vraiment ❤❤❤
Corvus est complètement imbuvable mais god je l’aime Sitting under the blue tree.  4158426957
Je te vole un lien et un rp c’est mort. ❤❤
Cho Thorne
Messages postés : 256
Inscrit.e le : 17/05/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Haven ♥
Autre:
— Icarus —
posté
le Sam 15 Juin - 17:28
par Cho Thorne
C'est tellement beau. J'aime toujours autant ton syle, c'est fou. Hâte de suivre ce Corvus **.
♥
Satoshi Totsuzen
Messages postés : 768
Inscrit.e le : 15/07/2014

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : /
Autre: Merci Jian pour l'avatar ♥

★
posté
le Sam 15 Juin - 18:02
par Satoshi Totsuzen
Damn, c'est toujours que du bon de te lire. Corvus est vachement intéressant, son caractère est vraiment original et bien développé. Tout s'avale rapidement, c'est fluide, les mots s'enchainent bien, chaque personnage a sa propre vie et ses petites manies. Un vrai plaisir pour les yeux, ton écriture est toujours aussi bonne ! Encore de la qualité, fiou. Hâte de voir les rps de ton petiot, il est plein de bonnes choses, tu donnes envies d'en lire un peu plus et de découvrir la route qu'il va prendre sur JM !

Bon retour, ça fait plaisir de te revoir. ♥

Pré-validation par Sato Totsuzen
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Sitting under the blue tree.  Sato-s10

avatars tournants (voir les noms en dessous). Signa par Chû, merci ♥️
Merci Chû, Keanu, Takashi, Mad et Bacon Beige-Betterave pour les avatars ♥
Corvus Akiyama
Messages postés : 39
Inscrit.e le : 07/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Inari-san. ❤
Autre: Corvus vous méprise en #993300 •
posté
le Sam 15 Juin - 23:40
par Corvus Akiyama
Teacup > Huhu merci bb tmtc Sitting under the blue tree.  4158426957 Sitting under the blue tree.  1984817200 ❤

Cho cacao > Aaaw merciiiii ! Sitting under the blue tree.  2244379341 Ça me fait super plaisir !!

Satotosh > Aldbflfblhjk mais que dire omg merci merci merci beaucoup pour ces beaux mots et la pré-valid', ça me fait vrombir le kokoro Sitting under the blue tree.  1984817200 bien heureux d'être de retour blblblbl !!
Seyfried H. Bellandi
Messages postés : 548
Inscrit.e le : 09/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : BELLANDIVE (╯°□°)╯︵ ┻━┻
Autre:
Reine des Chagasses
Reine des Chagasses
posté
le Dim 16 Juin - 0:08
par Seyfried H. Bellandi
Hellcome back Sitting under the blue tree.  2432113367 #mieuxvauttardquejamais

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Sitting under the blue tree.  181202111716271804

Kinkeabae, fournisseuse de kits swag since 2018

so nobody will ever forget your memorable skill, satoshit:

Sitting under the blue tree.  85277910
Kaori Vanzine
Messages postés : 2977
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Dim 16 Juin - 14:10
par Kaori Vanzine
Sitting under the blue tree.  1362171446


Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Sitting under the blue tree.  Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierSitting under the blue tree.  50-50-2Earth WolfSitting under the blue tree.  50x50-56504f9 Sitting under the blue tree.  SvinSitting under the blue tree.  3zm1 Sitting under the blue tree.  Opol0Q6Sitting under the blue tree.  FHZzEDvSitting under the blue tree.  7Uxn8zPSitting under the blue tree.  494ZUS0Sitting under the blue tree.  1553711497-50-50FTM 50x500Sitting under the blue tree.  B50x50Sitting under the blue tree.  1553722908-no-50x50Sitting under the blue tree.  59e4Sitting under the blue tree.  Logo_510Sitting under the blue tree.  190412122437274038 Sitting under the blue tree.  RXqdRpDSitting under the blue tree.  Logo5010Sitting under the blue tree.  VBL1j1M Sitting under the blue tree.  1559228694-50x50Sitting under the blue tree.  Qlaa Sitting under the blue tree.  IcoSC5050 Sitting under the blue tree.  Bouton10 Sitting under the blue tree.  Bouton15 Sitting under the blue tree.  1498954954-bouton-50 Sitting under the blue tree.  Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Sitting under the blue tree.  DezgSitting under the blue tree.  179wRemainsofhellSitting under the blue tree.  LsuvxJWSitting under the blue tree.  X7N7iNX