Pavel K. Di Luca
Messages postés : 760
Inscrit.e le : 25/05/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
posté
le Jeu 13 Juin - 20:40
par Pavel K. Di Luca
Ulyanov Pavel K.
A-t-on le droit de donner la vie lorsqu'on sème la mort ?
Informations générales
Nom : Ulyanov.
Prénom.s : Pavel Konstantine.
Âge : 45 ans - 24.09.2065
Genre : Masculin, autant en apparence que dans la tête.
Origines : Pavel est issu de sa fière patrie russe. Il en est très attaché même s'il y a des mauvais souvenir. Si les circonstances avaient été différentes, il ne l'aurait sans doute pas quitté pour le Japon.
Activité : Ancien tueur à gages dans sa jeunesse, Pavel entra dans l’armée russe après quelque temps en prison. Maintenant en retraite après son déménagement au Japon, il offre ses services dans la sécurité en tant que chef de terrain. En parallèle, aimant particulièrement les fleurs, il passe son temps livre à aider la jolie fleuriste du coin.
Sexualité : Tout ce qu'il y a de plus hétérosexuel. Tester l'autre bord ne lui a jamais effleuré l'esprit, même s'il n'a rien contre les choix de chacun.
Avatar : Mads Mikkelsen
Réglement : -
Chemin Are you kidding me ? Don't forget, that you only have one heart. 3766924225
Autre : Un nouveau doudou cuty, vous verrez... même si ça se voit pas pour le moment Don't forget, that you only have one heart. 367806265.
Histoire - Citation
Thème musical :


I
ПРЕДЛОЖЕНИЕ
(La sentence)

Ce jour devait bien arriver. Ce n’était que pure naïveté de penser qu’on en échappait. Tu inspiras, nerveusement, alors qu’on te poussait en avant pour que tu passes la porte. Derrière la vitre pare-balles qui te protègeait d’eux autant qu’elle les protègeait de toi, tu observais en silence. Une pièce immense, au vieux bois sombre, lourd et compact. Les tribunes surplombaient le monde de toute leur hauteur, sur des bancs parfaitement alignés, dont la plupart étaient vides entre quelques curieux, dont certain se tenait étonament droit. Tout ici était fait pour imposer, pour faire comprendre que la loi était immuable. Tu étais au tribunal, et ce n’étais pas pour faire du tourisme. Le marteau frappa contre la table, installant le silence, annonçant les hostilités.
─ Monsieur Ulyanov, s’exclama le juge. Savez-vous pourquoi vous êtes ici, au tribunal de Moscou, en ce dix-neuf septembre deux milles quatre-vingt-huit ?
─ Je suppose que je ne suis pas ici parce que j’ai cueilli un rhododendron au voisin sans lui demander la permission, répondis-tu sous un ton sarcastique. Ou sinon, c’est pour fêter mon anniversaire, un peu en avance ? Il y a du monde, il ne fallait pas.
Tu cherchais un peu, car tu savais que tu es foutu. Tu n’avais rien à perdre. Tu avais certes un bon avocat, mais les preuves étaient trop nombreuses pour que tu en réchappes totalement. Et puis ce n’était pas ton truc de pleurnicher et de supplier. Ton avocat quant à lui, te lançait un regard affolé. Si tu ne pouvais plus te marrer, c’est la fin de tout.
─ Monsieur Ulyanov. Vous êtes accusé de plusieurs vols et de collaboration avec un gang organisé.
Tu restas interloqué face aux accusations. Tu t’attendais à tout, sauf à ça. Tu pensais vraiment qu’on t’avait arrêté pour ton job de tueur à gage et non pas des quelques vols que tu faisais gamin. Et juste de collaboration ? Non, tu étais vraiment activiste dans ce gang. C’était à n’y rien comprendre.

Tu étais né dans la capitale de Moscou, une belle ville, paraît-il. Car toi, tu n’en avais vu que les bidonvilles. Un lieu insalubre et pauvre où l’enfance n’existait pas. Le manque d’argent, de nourriture et les conditions difficiles de la Russie, avaient fait que tu dus rapidement apprendre à te débrouiller, à devenir adulte. C’est le genre d’endroit où l’instinct animal prédominait sur la raison, certains pouvaient se battre à mort pour une boîte de thon ou une couverture. Alors, gamin, tu avais appris rapidement à voler. Forcément, ça n’aidait pas à être un gentil garçon et à te faire de bonnes relations, bien au contraire. Mais tu ne voyais pas ce qu’il y avait de mal de voler son voisin, si c’était pour que ta babushka puisse s’acheter des médicaments pour ses problèmes pulmonaires ou soulager le travail de tes roditeli. Il n’en avait pas besoin le voisin de ce bracelet en argent. Mais voilà, le vol tout seul, ça ne rapportait pas, et puis nombreuses furent les fois où on t’attrapa et où tu rentras couvert de bleu. Non pour un vol, on ne t’emmènait pas au tribunal, la loi se faisait sur le tas, à coup-de-poing.
Alors forcément, quand tu fus assez grand, tu entras dans une bande organisée. C’était plus facile de voler à plusieurs, les gains étaient plus gros. Avec ta vue perçante, tu servais souvent d’éclaireur, une place confortable. Mais au fil du temps, le petit groupe devint un gang qui se rattacha à un autre. Les délits se faisaient de plus en plus gros et violents. Pour te défendre, ce n’était plus des poings qu’il fallait, mais des armes. Et en Russie, ce n’était pas difficile d’en trouver. Alors forcément, tu appris à les manier grâce aux instructions d'un membre du gang. Tu aimais particulièrement les armes à distance et plus précisément les snipers. Puis vint le jour où tu tuas pour la première fois.
Tu servais de guet à la base, la protection arrière, avec ta lunette et ton sniper. Une tête à prix sur laquelle vous vous étiez mis d’accord. Tu n’étais pas chaud, mais c’était un criminel reconnu et ça t’a aidé à obtempérer. Mais finalement, la cible réussit à fuir et à tuer un de tes compagnons, jusqu’à ce que tu lui tires une balle en pleine tête. Un coup de chance pour ta première fois. C’était si facile, si simple de retirer la vie à quelqu’un, et ça t’avait effrayé. La mort de ce mec avait fait du bien à beaucoup de monde, mais tu mis du temps à t’en remettre. Tu n’étais pas un sociopathe, tu étais qu'un gamin de dix-neuf ans. La seule différence, c’est qu’au lieu de paniquer et fuir, tu as tiré pour sauver tes potes. Mais tu t’étais dit que ce serait la première et la dernière fois. Tu t’étais dit. Car, une fois le chèque en main, tu te dis aussi que ça gagnait bien de shooter des inconnus, surtout quand ça te donnait assez pour payer une prothèse à ta petite sestra, Lydia et régler la majorité des problèmes d’argents de la famille. Alors posant le pour et le contre, car tuer n’était pas anodin, tu as continué à sniper les têtes mises à prix, quelqu'elle soit, en mettant un peu ta morale de côté et en t’inventant des mauvaises excuses. Un mauvais choix qui fait que trois ans après le commencement, te voilà devant le juge.

Évidemment, tout ça, tu l’avais raconté à ton avocat, qui s’en servait pour te défendre. Des témoins, des amis, des proches, tes voisins, étaient là pour soutenir ses paroles. Mais dans les faits, tes actes de vols devaient être punis, pour montrer l’exemple, et la partie adverse le faisait bien entendre. Mais tu n’écoutais pas vraiment ce qui se passait. Non, à la place, tu préfèrais poser tes yeux sur elle.
Akiyo Takase, une jeune japonaise que tu avais rencontrée trois ans plus tôt. Elle était belle, mais surtout son caractère enflammé t’avait tapé dans l’œil. Tu l’avais abordé, tentant d’être moins bourru qu’à l’habitude, mais c’était ce trait de caractère qu’elle apprécia chez toi. Ainsi, contre toute attente, vous aviez partagé une nuit, puis une autre, jusqu’à finalement aménager ensemble. Tu étais au courant des lois de son pays, mais tu t’en foutais. Tu ne souhaitais pas y penser et profiter de l’instant présent. Instant que tu avais complètement gâché au final. Tu t’en rendais compte maintenant. Tu avais peut-être un peu pressé sur la détente. Elle n’était pas au courant de tes actes, alors elle ne fut pas accusée pour collaboration. C’est tout ce qui comptait pour toi, elle ne méritait pas la prison.

Le Maître frappa pour annoncer la délibération et partit dans une salle annexe. En même temps, on te fit revenir dans la pièce des coupables pour attendre. Après de longues minutes, la porte s'ouvrit et les hommes à la stature droite entrèrent. On te demanda de te lever, et tu t'exécutas sous l'étonnement de la situation.
─ Monsieur Ulyanov, s’exclama le plus âgé d'entre eux. Je me présente : colonel Mayor Sokolov. Si je suis venu ici, c’est parce que vous nous intéressez.
─ … ah. Enchanté ? Mais, en quoi je vous intéresse ?
Tu essayas d’être poli malgré ton manque d’éducation. Tu eus vite compris que ce mec, c’était ta porte de sortie.
─ Voilà ce que je vous propose, continua-t-il sans même te répondre. Soit vous travaillez pour l'armée sans moufter et on allège votre peine, soit c'est perpet' en ressortant votre véritable chef d’accusation.
Maintenant, tu comprenais leur présence en ces lieux et le fait que tu ais été accusé que de vols. C’était pour mieux te faire chanter. Les recrutements de criminels pour en faire de la chair à canon, c'était connu ; même si ça ne restait que des on-dits.
Tu savais que ça ne servirait à rien de discuter, mais quelque chose te titillait dans cette histoire. Alors tu demandas quand même :
─ Donc j'ai le choix de croupir en prison ou de crever sur le front ? C'est tentant tout ça, mais j'y gagne quoi ?
Franchement, on dirait le jeu du : « tu préfères te téléporter à chaque fois que tu éternues ou avoir des tampax à la place des doigts ? »
─ Ne pas vous voir refuser une remise de peine.
Parfois, il faudrait vraiment que tu la fermes, Pavel.

Tu sentais que tu n'allais pas être bien rangé en arrière, en sécurité. Tu ne savais même pas l'âge de la retraite d'un soldat. Tu pensais quarante ans, en réalité, c'est quinze ans minimum et vu ton âge, ça tombait juste grosso merdo si on compte la peine raccourcie. Donc tu avais le choix entre quinze ans à éviter de te faire buter ou la prison à vie sans jamais espérer en sortir. Ton jeune âge te donna la confiance, alors tu finis par accepter le deal.
De retour dans la salle, le verdict de ta sentence tomba : quatre ans de prison ferme dont deux avec sursis et quatre millions de roubles russe. C'était de la peine allégée, tu sentais qu’ils avaient hâte de t’exploiter, et l'opposition était en rage. Mais aucune explication fut donnée sur la raison de cette sentence. Le juge avait été bien payé pour garder le silence.


II
ТЮРЬМЫ
(Prisons)

─ Je suis enceinte.
Ces mots traversèrent ton esprit comme une balle perdue. Les yeux rivés sur elle, tu déglutis au travers du combiné. Tu ne savais pas trop quoi répondre, tu ne savais pas comment réagir. D’un côté, tu étais heureux, de l’autre, désespéré d’être séparé d’elle par cette vitre de plexiglas.
─ Tu comptes le garder ?
─ Tu aimerais ?
Oui et non, ce n’était pas une bonne chose pour un enfant de grandir avec l’ombre d’un père en prison. Et puis il sera à moitié japonais. Vous vous étiez promis de ne jamais enfanter à cause de ça. Mais tu fus pris d'un sentiment assez étrange, tu ne réalisais pas très bien.
─ Je ne sais pas... peut-être, oui, dans de meilleurs conditions.
─ J'ai fait un déni de cinq mois, je ne peux plus avorter. Mais je voulais avoir ta réponse.
Un silence s’installa. Elle devrait te détester. Pourtant, elle ne dégageait aucune animosité. Elle t’aimait et c’est plus de la déception qui teintait son regard. Pour ce qu'il était de l'enfant, tu n'avais pas le choix. Enfin si : ne pas le reconnaître, mais étrangement, tu n'en avais pas envi. La question n'était donc pas si tu voulais le garder ou pas, mais si tu pouvais l'aider ou non, si tu acceptais l'enfant.
─ Je te file le numéro de mon compte, fait ce que tu en veux. J'en n’aurai plus besoin.
Si tu devais expliquer pourquoi tu fais ça, tu en serais incapable. A croire que tu eus un élan paternaliste pour un truc qui n’existe pas encore vraiment. Et puis, l'argent que tu gagnais, il était rarement pour toi et tu te sentais responsable de la situation.
─ Je préférerais que tu sois avec nous, Pavel.
Tu le savais, tu aimerais aussi, mais ce n’est pas possible.
─ ... J'en ai que pour deux ans, ça passera vite.
Elle acquiesça et partit.

Deux ans, c’est le temps que tu passas dans cette prison, à refaire jour après jour la même chose, dans une morne monotonie. Les seules distractions étaient la télé limitée à quelques heures, les bouquins et le sport. Tu entretenais ta forme, et au final, tu te demandais bien pourquoi. Mais à côté, tu faisais tous les efforts possibles pour aider, que ce soit à la cuisine, au ménage, aux travaux communs. Tu avais trouvé un job tranquille qui te permettait d’avoir un peu d’argent et te payer des petits plus comme des clopes : le jardinage. C’était assez reposant de faire pousser des fleurs et puis personne n’osait plus écraser tes plates-bandes depuis que tu avais refait le portrait de celui qui avait osé aplatir une tulipe. Tu étais un prisonnier plutôt calme et posant peu de problèmes, mais quand on t’emmerdait, tu savais répondre, aussi bien verbalement que physiquement. Bien sûr, il t'arrivait de te faire démonter par plus fort que toi. Tu n'étais pas un gentil, mais tu avais un côté trop tendre pour ce milieu. Tu appris vite qu'il ne fallait pas donner de seconde chance.
De temps en temps, Akiyo venait te rendre visite avec Orimi, votre fille. La première fois que tu la vis, tu regrettas amèrement d'être ici, tes lourdes conneries et de pas pouvoir la prendre dans tes bras. Elle était adorable avec ses yeux agates, et tu la voyais pousser de quelques centimètres à chaque visite. C'est sans aucun doute à cause d'elle que tu te montrais plus docile. Peut-être espérais-tu sortir rapidement de ce merdier. Mais il venait à peine de commencer.

Une fois sorti de prison, tu t'engageas dans l'armée russe, en donnant officiellement ton "consentement". Mais c'était de l'apparence pour cacher la magouille, et sans étonnement, tu finis dans un groupe qui semblait être fait de la même fibre que toi. Autant dire que les supérieurs ne laissaient rien passer et que vos droits étaient presque inexistants. Les jours de repos se faisant dans la base avec interdiction de sortir, tu te demandas vite quelle était la différence avec la prison. C’était presque le goulag et ses travaux forcés.
Au bout de quelques mois d'entraînements harassant, autant physiquement que moralement, on t'autorisa à appeler une personne en échange de ta bonne conduite. Une seule et unique personne pendant dix minutes. Tu hésitas longuement entre ta sœur Lydia ou Akiyo, et tu finis par choisir Akiyo pour la prévenir que tu t'étais engagé dans l'armée. Elle ne comprit pas ce choix et tu te devais de mentir pour lui donner des raisons : comme quoi tu ne peux vivre sans actions, qu'il n'y a que là pour exercer légalement tes capacités, etc. Bref, des conneries dans le fond et la japonaise n'était pas si dupe que ça, alors elle répondit un "Je comprends, je t'attends encore un peu, j'espère te revoir" et raccrocha.
Les appels, tu pus en faire d’autres, cela dépendait de ton comportement et tu n’avais le droit qu’à dix minutes par semaine maximum avec l’interdiction de parler de ce que tu faisais. C’était peu, mais suffisant pour garder contact avec les gens que tu aimais.


III
РЕБЕНОК
(L'enfant)

Les années dans l'armée furent loin d'être faciles, bien au contraire. Tu ne pensais pas que la guerre reflétait autant d'atrocité. C’était presque pire que dans les films, non, c’était pire. Tu aurais sans doute pu gérer autrefois, mais avoir une fille et la voir à chaque permission vidéoconférence que tu réussissais à obtenir, t'avait attendri.

Alors tu avais plus de mal à descendre des gens qui ne le méritaient pas. Avant, tu ne te posais pas de question, tu tuais quand on t’en donnait l’ordre. C’était ton rôle. Mais là, tu te demandais vraiment pourquoi tu faisais la guerre. Tu ne faisais qu'obéir à des ordres immoraux que tu ne comprends pas toujours, parce que les vrais soldats ne voulaient pas se salir les mains, et tu fermais les yeux devant les actes de certain autres soldats. Et autant le dire, parfois, ça te bouffait. Mais, tu devais obéir et survivre si tu voulais retrouver la liberté un jour.
Tu avais réussi à te trouver un rôle planqué : spécialiste en sniper. Même si tu faisais partie des premiers soldats envoyés sur les fronts, ta position plus en retrait qu'une infanterie te permettait de te sortir plus facilement du merdier. Mais, il ne fallait pas non plus rester inactif, d'autant plus que vous marchiez en binôme, vous surveillant mutuellement comme deux coréens du nord bossant ensembles.

Perché en haut d'un rocher, avec Ivan, ton binôme et Filipp, ton malinois que tu avais adopté à la base et servait d’éclaireur et de surveillance arrière, tu montais la garde du camps. C'était souvent pendant la nuit, quand les soldats se reposaient et que la vue était mauvaise, que des attaques se faisaient. Alors, tu surveillais souvent la nuit, à cause de ta bonne vue.
─ Pavel, s'exclama Ivan.
─ Hum ?
─ Il y a un gamin qui s'approche du camps au nord.
─ S'il vient pour de la bouffe, il va se faire jeter.
Posant ta bouteille d’eau, tu te plaças derrière ton fusil pour regarder à travers la jumelle. Il y avait un enfant, d’à peu près six, huit ans, qui hésitaient à s’avancer vers le camp. Ce qui attira ton attention, c'était l’étrange forme de son ventre.
─ Des explosifs !?
─ Faut que tu le descendes avant qu'il ne soit trop près, Pavel !
Habitude, automatisme, tu chargas ton fusil et règlas la trajectoire sous les instructions d’Ivan. Ton index se place sur la gâchette et… tu bloquas.
─ Qu’est-ce que tu fous ! Tire !
Ton cœur se serra, tu déglutis et tes mains se mirent à trembler d'angoisse.
─ J… je ne peux pas.
─ Qu’est-ce que tu nous fais ! Si tu ne le butes pas, il va y avoir des morts !
─ MAIS C’EST QU’UN GOSSE !!
Depuis tes dix-neuf ans, tu as tué des centaines de personnes. Des criminels, des soldats, des gens qui n'avaient rien demandé. Mais même si au début c'était tes choix, un mauvais choix que tu pensais être bon, dans l'armée, tu reléguais la responsabilité morale à tes supérieur, à ceux qui donnaient les ordres. Alors oui des gosses, tu en as tué sans état d'âme aparent, mais à chaque fois, ça t'horrifiait toujours un peu plus. Mais c’était toi ou eux, car tu n’étais pas un vrai soldat, tu avais toi aussi la corde au cou mais le fusil en main. Tu avais appris à mettre un masque d'impassibilité pour te protéger, pour ne pas céder moralement, mais au fond, la guerre, tu t'y habituas jamais. Et chaque jour, elle t'enlèvait un peu de raison jusqu'au point de non-retour. La faute qui risquait de ruiner onze ans d'efforts. Tu auras beau cacher toute la merde qui t'angoisse sous un tapis, un jour, tu trébucheras sur la bosse imposante qu'elle forme. Et ce jour a fini par arriver sans prévenir.
Ton esprit se bloqua et à la place de ce petit garçon, tu vis ta fille, Orimi, perdue et ne sachant pas ce qu’elle fout là avec une barre d’explosif autour de la taille. Pourtant elle a déjà treize ans, mais ton cerveau te fait voir ce qu'il veut. Tu la vis, dans ton imagination s'approcher du soldat en garde de l'entrée qui lui hurla de reculer. Tu la vis soudainement courir vers lui qui rata la première balle, alors que tu l’avais dans ta ligne de mire. Tu la vis entrer sur quelques mètres dans le camps au milieu de soldats en alerte. Et tu la vis exploser.

Cette faute professionnelle coûta la vie à deux soldats et fit trois blessés. Mais on ne comptait pas ceux qui l’ont été psychologiquement. Comme toi.
─ Ulyanov !
La voix du polkovnik retentit dans la pièce, accompagné de son podpolkovnik. Tes yeux se levèrent, fatigués. Tu n’avais pas dormi de la nuit et ça se comprennait.
─ Onze ans de service dans l’armée sans aucune bavure. Et là, deux morts dans nos rangs ! Qu’est-ce qu’il s’est passé !?
─ Je n’ai pas réussi à tirer, dis-tu. Ce n’était qu’un enfant.
─ Pardon ? Depuis quand vous avez des états d'âme, Ulyanov. On vous demande de tirer à vue, vous tirez ! Vous êtes sous contrat, vous savez ce qui se passera si on vous juge inapte à continuer dans l’armée. C’est une faute grave que vous avez faite, Ulyanov.
Tu savais ce qu’il voulait dire par là : retour à la case prison jusqu'à la fin de tes jours.
─ ... Ca n'arrivera plus, polkovnik Solokov.
Le regard de Sokolov resta neutre et il te mit aux arrêts le temps de savoir quoi faire de toi.

Autant dire que la case psychiatrie, tu ne pus y échapper et il y avait de quoi faire. Tes dernières expériences dans l'armée avaient brisé la couche de fer qui recouvrait tous tes maux. Tu dormais mal, faisant régulièrement des cauchemars, sursautais quand on te parlait sans prévenir et tu étais sens cesse nerveux. Mais ce qui te rongeait le plus était la culpabilité. La culpabilité de ne pas avoir tiré et d’avoir peut-être ruiné toutes ces années à survivre pour retrouver Akiyo et Orimi, et pour bien faire, celle de tes actes passés. Les excuses que tu te faisais vis-à-vis des innocents sur lesquels tu as tiré, pour te donner bonne conscience, ne marchaient plus. Dans le déni pendant tant d'années, il t'a fallu une énorme gifle pour te réveiller, pour briser le barrage que ton inconscient c'était forgé. Et là, tu ne gèrais plus rien.
Le souci, c'est que la pression de la dette que tu as pour l'armée et les conséquences si on ne te jugeait pas apte à repartir sur le front, en rajouté une couche sur tes angoisses. Il fallait que tu te remisses et vite, mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Au début, tu fus mis à l'arrêt pendant six mois, pas plus, pour te laisser le « temps » de redevenir opérationnel. On te fit rentrer en Russie pour que tu suives une thérapie et le psychiatre t'autorisa à vivre le temps de ta rémission dans ta famille. La présence de proches et d'un endroit sécurisant aidait à soigner un traumatisme. Tu t'installas donc avec Akiyo et ta fille, pouvant enfin partager quelques moments avec elles, même si tu étais d'astreinte, ne pouvant sortir que pour aller voir le psychiatre.
Après maints efforts, tu réussis à redevenir stable. Du moins suffisamment pour réussir à reprendre les armes et redevenir apte d'écouter les ordres et obéir. Évidemment, les cauchemars, tu en avais toujours et tu avais encore du travail sur ta culpabilité, mais tu évitais moins la source de tes mots et paniquait plus sur le terrain, tu ne bloquais plus pour utiliser ton arme, et avec quelques médicaments, le reste passait. Tant pis si tu en devenais addict, ta santé mentale n’était pas la priorité de l’armée. Cependant, le psychiatre conseilla à tes supérieurs de ne pas te remettre au front, tu es opérationnel, mais il ne faut pas exagérer, tu pourrais replonger dans tes traumatismes si l’environnement était trop difficile et rester proche de ta famille était nécessaire.
Cela ne plus pas vraiment à ta hiérarchie, et tu sentis le vent glacé de la prison dans ton dos. Mais une bavure en onze ans de service, alors que d'autres en faisaient bien plus. Si on retirait ça, tu restais un bon élément et un très bon sniper. Ce serait dommage de te recaler si tu peux encore servir. Alors tu fus enrôlé dans l'armée intérieure, pour protéger le territoire russe.

On te rajouta également trois ans de service et une baisse sur le maigre salaire dont tu avais le droit pour tes besoins. Trois ans ça semble peu, mais dans l'armée, c'est énorme, surtout pour toi qui arrive à bout. Mais, d'un autre côté, tu avais la chance qu’on ne te renvoyât pas, de ne pas avoir de remarques depuis ton entrée dans l'armée. Tu t'étais montré assez docile et moins problématique que d'autres de tes collègues recrutés comme toi. Ce n'est peut-être pas ça, mais tu penses que ça a aidé à ce que tu ne prennes pas trop cher.
Ton rôle était toujours de protéger à distance. Mais au moins, tu n’étais pas le seul sniper pour assurer la responsabilité. En parallèle, tu avais encore le droit de loger chez Akiyo, mais l'astreinte était maintenue et tu ne pouvais sortir du domicile que pour les missions qu'on te donnait, sans quoi, ton bracelet faisait un bruit de fou et alertait l'armée pour t'arrêter et te remettre directement en prison. Cependant, tu pouvais être plus présent pour ta fille, qui, maintenant avant déjà quatorze ans. Tu comptais bien te rattraper. Ainsi qu’avec ton amante, Akiyo.


IV
РОЗОВЫЙ
(Rose)

Comme tous les matins, café à la main, tu sortais dehors – en faisant bien attention de ne pas dépasser les limites du jardin – chercher le courrier, que tu regardas d’un œil encore un peu morne. Tu n’étais pas très frais, tant que tu n’avais pas avalé ta dose de caféine et deux blinis nappés de miel. Même la froideur de l’hiver sibérien et les aboiements de ton malinois ne semblaient guère te stimuler. Tu revins donc t’asseoir à la cuisine, embrassant au passage le front de Viktor qui gazouillait sur sa chaise haute tout en massacrant un bout de pancake. Tu zyeutas ensuite les quelques lettres : des factures, des pubs,…
─ Tiens… c’est marrant, cette enveloppe est toute rose, dis-tu sous le ton de la surprise et une grosse pointe de naïveté.
Un bruit de vaisselle se brisa sur le sol, le mug n’avait pas pu atteindre le lave-vaisselle qu’Akiyo l’avait déjà lâché sous la surprise. Cela attira ton attention et tu pus voir le visage livide de ta « femme ».
─ … Lyubov' ?
─ Elle… elle est à mon nom ?
Tu regardas le destinataire, mais c’était écrit en kanji que tu ne savais que difficilement lire, tu reconnaissais cependant le nom d’Akiyo. Soudain, tu commencas à comprendre. Tout se passait tellement bien que tu avais totalement oublié ce « risque ».
─ C’est en kanji… c’est…
D’un geste, elle arracha la lettre de tes mains pour la regarder. Elle déglutit et finit par l’ouvrir et la lire. Au fur et à mesure que ces yeux descendaient les lignes, tu pus voir des larmes couler silencieusement le long de ses joues. Une fois qu’elle eut terminé, tu la pris doucement dans les bras pour tenter de la consoler. Tu l’aurais bien embrassé, mais tu te rappelles que cela la tuerait. Quelle horrible sensation de ne plus pouvoir aimer sa « femme » à cause d’une simple lettre.
─ Je ne pensais pas la recevoir un jour, sanglota-t-elle. Je suis heureuse ici, j’ai presque quarante ans, je ne comprends pas…
Tu étais peut-être l’homme le plus compatible du monde pour Akiyo, mais tu n’était pas japonais et ne possèdais pas la puce. Aucune machine ne pouvait donc calculer ta compatibilité avec elle. En réalité, c’était un miracle que votre couple eut  duré aussi longtemps malgré les aléas de la vie, de ta vie. Vous le saviez, vous vous étiez préparés, mais c’est difficile à avaler au moment de l’échéance.

Des solutions pour échapper à l’ordre de l’Incontestable, vous en aviez cherché dans le passé. Au cas où. Il n’y en avait pas, aucune, nada. Ça ne servait à rien de recommencer à chercher comment s'en échapper. À la place vous préparâtes le départ d’Akiyo. Que les choses soient bien faites, de profiter des derniers jours, des dernières étreintes innocentes.
Évidemment, tout ceci te mit en rage, tu aurais bien aimé tabasser n’importe qui passant sur ta route. Les responsables de ce merdier, ce mec qui te vole celle que tu aimes. Tu es en colère, mais tu le savais et tu as pris le risque. Alors la principale personne contre qui tu étais en colère, c’était toi.
Tu pris sur toi pour ne pas en rajouter, pour ne pas l’angoisser encore plus. Seul le paquet de cigarettes succomba à ta colère et les quelques bûches de ton jardin. Tu n’étais pas très démonstratif, mais cette séparation te déchirait. Et surtout, que faire d’Orimi ? Elle avait quinze ans, avait vécu toute sa vie ici, avait son école, ses amis. Elle connaissait un peu le japonais, mais son côté japonais était noyé sous la langue et les mœurs russes. Pour Akiyo, la question ne se posait même pas, elle devait rester en Russie, chez elle, en espérant qu’elle ait la même chance que sa mère : un mariage tardif. Pour ce qui était de Viktor – né il y avait peine un an après de trop proches retrouvailles – bien que cela déchirât la jeune mère, elle préféra te le laisser, ne sachant pas comment réagirait son nouveau mari face à l’enfant.

La jeune fille était au courant de cette drôle de machine. Ses parents avaient pris le temps de lui expliquer les risques qu’elle encourait. Et si ça n’avait pas été vous, ça aurait été l’école. Le cas du Japon était cité dans tout manuel de histoire-géographie, seule l’adhésion ou la répulsion au système variée d’un pays à l’autre. En Russie, c’était un point de vue positif, toi aussi tu trouvais ça pas mal, surtout si c’est mis dans un pays aussi grand que la Russie et où les rencontres sont aussi difficiles qu’au Japon. Mais quand on y est confronté, ce n’est pas vraiment la même chose.
Orimi eut du mal à l’accepter, elle était jeune et on la séparait de sa mère. Mais c’était mieux ainsi et rien ne l’empêchait de passer les vacances au Japon. Jusqu’à ce que son tour arrive.


V
ЯПОНИЯ
(Japon)

Après dix-neuf ans de service forcé dans l'armée, on te libéra enfin. Cependant, tu n'eus aucun autre droit. Pas de pension militaire donc, il ne fallait pas déconner non plus. Tu dus donc rapidement te trouver un nouveau travail et au début, tu passas quelques mois à aider le magasin de fleur de ton quartier. Mais ce n'était pas suffisant pour subvenir au besoin d'Orimi et toi, alors tu réussis à travailler dans la sécurité.

Tu étais donc libre de faire ce que tu voulais, mais voilà que c’est ta fille qui doit se barrer. Ce coup-là, tu ne t’y attendais pas. Pas si tôt. Et te voila a recommencer ce que tu avais fait avec ton ex, trois ans plus tôt.
La première chose que tu fis, ce fut de rassurer ta fille. Tout allait bien se passer, la machine était connue pour être fiable. Le garçon avec qui elle était mariée, devait être quelqu’un de bien… non la fille… la fille !? Oui, c’est sur ça que tu bloquas le plus. Homosexualité et Russie ça n’avait jamais été le grand ship. Tu n’avais rien contre, les gens font ce qu’ils veulent de leur cul, mais déjà, tu savais que ta fille n’est pas lesbienne – enfin, tu pensais et elle le pensait aussi – et puis tu avais peur pour elle si elle revenait au pays. Les cons, il y en avait partout et les Ulyanov n’aimaient pas trop se cacher. Mais les choses étaient faites et tout ce qu’il y a à faire, c’était que tout se passe pour le mieux.

Tu trouvas donc une université pour Orimi afin qu’elle puisse finir ses études, tu convins avec elle, et sa mère, de lui envoyer de l’argent de poche en plus des aides qu’elle avait de l’état et tu décidas de l’accompagner les deux premières semaines au Japon, au cas où. Oui, tu avais du mal à laisser partir ta gosse, même si elle avait maintenant vingt ans. Sérieusement, on ne les voyait pas grandir ces trucs. De plus, cela te permit de revoir Akiyo et de lui laisser Viktor, le temps de ton passage. Son mari était d’ailleurs fort sympathique, même si une boule amère te restait en travers de la gorge.
Autant dire que l’épouse d’Orimi était charmante, quoique timide. Elle était à la fois opposée et complémentaire à la demi-russe. Tu avais peur, mais au final, tu fus rassuré pour ta fille. Tout le monde fut rassuré, et tu pus repartir dans ton pays, le cœur lourd, mais soulagé.

Mais la belle idylle programmée s’écourta un an plus tard après de multiples aléas entre les deux femmes, jusqu’à l’éclatement. Ça ne s’était pas si bien passé que prévu, et la machine les avait divorcées. Orimi se retrouva sans rien du jour au lendemain. Elle alla donc loger temporairement chez sa mère, mais elle ne pouvait la garder, ayant refait sa famille et n’ayant pas les moyens. L’idée qu’elle revienne chez toi en Russie avait été énoncée, mais elle n’avait pas fini ses études et changer d’université en cours d’année c’était sacrifier cette dite année. Alors tu fis le nécessaire pour avoir un visa pendant deux ans avec Viktor et Filipp – un renouvellement, entre deux – et tu emménageas à Tokyo avec Orimi.

Ces deux ans se passèrent bien. Tu pris le temps d’améliorer ton japonais car nombreux étaient les nippons qui ne pipaient pas un mot d’anglais, et encore moins du russe. Mais le pays était beau, tu t’y plaisais même si tu avais du mal avec les mœurs. Tu n’étais pas dans le genre discret et ça ne plaisait pas toujours. Par contre, tu avais trouvé un travail dans la sécurité et ta gueule de scandinave aidait bien.
Mais au deuxième visa, on te refusa un troisième d’un an. Tu avais vécu deux ans au Japon sans te soucier de l’Incontestable, maintenant, tu devais choisir : partir ou y rester définitivement en acceptant les conditions.

Tu mis du temps pour y réfléchir, enfin le temps qu’il te restait sur le sol japonais. Tu aimais bien ce pays, tu t’étais fait une place et tu avais un travail. Bien sûr, tu préférais ton pays, mais il y a des souvenirs là-bas que tu aimerais ne pas retrouver. Laisser derrière toi en venant dans le pays du soleil levant. Et puis, il y avait ta fille ici, contrairement en Russie où plus rien ne t’attendait en dehors de ta Lydia qui avait fait sa vie de son côté. Et en pensant à Viktor, ce serait beaucoup mieux pour lui de grandir au Japon, s’habituer à ce pays, pour le jour où lui aussi recevrait sa lettre. Tu ne souhaitais pas qu’il vive les mêmes sentiments qu’Orimi.
Sans l’Incontestable, cela aurait fait longtemps que tu aurais demandé à rester. Mais l’idée de te marier du jour au lendemain à une inconnue, voire un inconnu, ne te réjouissait pas et te refroidissait quelque peu. C’était difficile. Mais en posant le pour et le contre, tu te dis que tu as plus à y gagner de rester. Au moins, tu restes proche de ta fille.

En voyant les conditions pour la naturalisation, tu stressas quelque peu à cause de ton casier. Tu avais fait des choses que tu regrettais dans le passé, tu les avais payés lourdement, tu aimerais que ça ne te retombe plus dessus et reste enfouit dans le passé sans que cela impacte ton présent. Heureusement, tu n'avais été accusé que pour vol, et tes années dans l'armée après ta peine avaient dû rassurer, car on accepta ton dossier. Renoncer à ta nationalité fut quand même le plus dur à accepter.
La procédure prit du temps. Des rendez-vous, des temps de réflexion sur une décision déjà prise. Tu avais l’impression d’avoir demandé un avortement. Évidemment, tu doutais toujours, c’était une grosse connerie, tu le savais au fond de toi. Mais quand ta décision est prise, elle changeait rarement. Alors au bout de trois mois, car tu es un cas un peu relou Pavel, tu devins japonais. Avec toute la merde que ça impliquait.

УДАЧИ !
Physique
Tu es un homme assez grand, atteignant l'un mètre quatre-vingt-douze sans grandes difficultés. Ta carrure militaire et tes épaules droites te rendent imposant malgré une ossature plutôt fine et longiligne. Au travers de tes vêtements, on devine une musculature entretenue et résistante au passage du temps. À quarante-cinq ans, tu restes endurant et tu es capable de tenir tête à des petites frappes contre lesquelles tu es souvent confronté. Quand elle n’est pas tuméfiée par la baston, ta peau est naturellement pâle, bronzant difficilement. Sur ton épaule jusqu’à l’omoplate, se trouve, tatoué, un aigle stylisé bicéphale. L’oiseau représente autant les blasons de ton pays que ta capacité à voir très loin. Parmi les japonais, plutôt petits et fins, tu te démarques par ton physique. Mais ce que l’on remarque le plus, ce sont les traits de ton visage.
Tu as la gueule du méchant russe dans les films. Traits coupés au couteau, pommette saillante, beaucoup trop à ton avis, et mâchoire carrée, ton visage est percé par deux yeux, ni ronds, ni ovales et légèrement bridés. Au centre, tes iris reflètent un marron agate aux reflets légèrement vert et ton regard rappelle celui d’une fouine. Entre les deux, ton nez droit surplombe une large bouche aux lèvres fines et expressives, se fendant parfois en un sourire autant inquiétant que charmeur. De ta bouche s'échappe une voix grave, tranchante ou douce au fort accent russe. Tu comprends le japonais, mais tu le parles terriblement mal, préférant parler anglais pour te faire comprendre. Ton faciès est entouré par des cheveux raides, courts, de couleur noisette à brun, parsemés de cheveux gris, que tu ramènes souvent en arrière.
Évidemment, avec un tel physique, il suffit que tu enfiles un costume trois pièces pour avoir des airs de mafieux. De ce fait, tu évites, privilégiant les tenus simples. Des jeans et pantalons unis accompagnés de t-shirts de diverses couleurs ou de chemises rarement blanches, recouverts d’un manteau droit noir ou crème. Parfois, c’est même en jogging que tu te vêties, car tu as franchement la flemme. Il t’arrive également de faire momentanément preuve d’excentrisme. Tu n’en as pas l’air, mais tu aimes bien t’habiller proprement et tu n’hésites pas à bien choisir tes vêtements tous les matins.
Caractère
Lorsqu’on ne te connaît pas, on te juge à ta gueule. Alors forcément, aux yeux des autres, tu n’es pas un mec sympa. Et tu en joues. Faut dire que ton travail dans la sécurité n’aide pas à redorer le blason et que tu as de base un caractère de merde. Tu es un sanguin, aimant le vif de l’action. Si on te pousse à bout, la droite part facilement et tu n’hésites pas à provoquer ton prochain juste pour lui en foutre une. Pourtant, tu n’es pas très colérique, mais tes colères sont violentes quand ta consommation de clope n’est pas suffisante pour la calmer.
Pourtant, tu sais te tenir quand il faut, pouvant faire preuve d’une très grande concentration face à une situation qui l’exige. Inébranlable, il est assez rare d’arriver à te faire flancher et cela te permet d’être prudent et réaliste, de trouver des solutions à tel ou tel problème qui te fait face. C’est ce qui te rend persévérant bien que plus réaliste qu’optimiste.

Le reste du temps, en société, tu as un air plutôt bourru et désintéressé. Tu es franc, n’hésitant pas à dire ce que tu penses même si c’est dur à entendre. L’hypocrisie nippone, tu n’as jamais réussi à l’assimiler. Mais au moins, on sait à quoi s’attendre avec toi, tu n’es pas le genre de personne à poignarder dans le dos. Tu es juste et à une certaine éthique morale. Alors oui, si péter le nez d’un sale gars pour lui remettre les idées en place est moral, tu le feras. Par contre, si tu sens que son comportement est plus complexe, tu prendras le temps de lui parler, faisant preuve d’une certaine bienveillance. Parfois, c’est même les deux. En réalité, tu es quelqu’un de plutôt sociable, voire serviable quand tu es dans tes bons jours.

Si on cherche à mieux te connaître, on peut découvrir un homme plutôt gentil et amusant. Tu peux avoir des paroles attentionnées et rassurantes et tu caches un côté plutôt tendre de ta personne. Mais aussi torturée. Ton passé te rattrape souvent dans tes pensées, tes choix, tes erreurs, tes actes que tu aimerais effacer de ta vie et de tes souvenir, mais qui resteront à jamais gravés dans ta tête. Tu as vu l’horreur de la guerre, les ordres immoraux, l’insécurité de la vie. Alors forcément, même si tu n’es pas possessif, tu peux avoir un comportement protecteur avec les gens que tu aimes. Comme avec ta fille avec qui tu es un père le plus exemplaire possible. Mais aussi, tes traumatismes mal soignées t'empêchent de dormir et t'angoissent de temps en temps, t'obligeant quand cela devient trop difficile, à prendre des médicaments. Bien sûr, tu suis un psychiatre, mais certaines séquelles restent lourdement encrés.
C’est pour cela que d’une certaine manière, même si tu n’apprécies pas toujours les conditions de l’Incontestable, tu te sens en sécurité au Japon – enfin sauf pour le climat, mais ça, on ne peut rien y faire.

Si on revient à des points plus solides, tu es quelqu’un de plutôt gourmand, ayant un faible pour les pâtisseries de toutes sortes. Étonnamment, tu ne bois pas, rompant avec le cliché du russe imbibé de vodka. Tu aimes bien t’habiller, harmonieusement, mais cela ne veut pas dire que tu payes cher tes habits, avec de l’imagination même un vêtement discount peut bien tomber. Tu aimes te balader dans Tokyo, t’y perdre, découvrir des choses insolites quand tu ne t’arrêtes pas dans un parc pour lire quelques chapitres de ton bouquin. Tu aimes aussi particulièrement les fleurs et il y en a souvent chez toi. Parfois, vu que tu ne peux pas t’en passer, il t’arrive d’aller à un stand de tir d’arme à feu, surtout pour te détendre car tu n’as pas de licence de port d’armes au Japon, et c’est bien normal.
Solveig Flores
Messages postés : 354
Inscrit.e le : 15/01/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Beloved la vache. ♥︎
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Jeu 13 Juin - 20:50
par Solveig Flores
Oh la la Mads Mikkelsen quel bon choix lbblblbl. ♥
Bon reboot ♥︎ j'ai hâte de lire tout ça Don't forget, that you only have one heart. 2432113367
Makoto Nanase
Messages postés : 4549
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Jeu 13 Juin - 21:48
par Makoto Nanase
Bon reboot Don't forget, that you only have one heart. 1362171446
Attention, le code du règlement n'est pas complet Don't forget, that you only have one heart. 2361740871

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Don't forget, that you only have one heart. 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Don't forget, that you only have one heart. 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Don't forget, that you only have one heart. Ld7d
Don't forget, that you only have one heart. BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Don't forget, that you only have one heart. Cn3Ckyx
Don't forget, that you only have one heart. 1EPYLUw
Don't forget, that you only have one heart. DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Don't forget, that you only have one heart. E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Don't forget, that you only have one heart. 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Don't forget, that you only have one heart. Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Don't forget, that you only have one heart. YqECw0j
Lou Di Luca
Messages postés : 164
Inscrit.e le : 16/12/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Pavelou♥
Autre: sucks to suck
DILF Hunter
posté
le Jeu 13 Juin - 21:53
par Lou Di Luca
"Don't forget that you have one heart" mouais, moi j'en vois deux déjà sur ton image des généralités Don't forget, that you only have one heart. 3766924225
Bon reboot tho' Don't forget, that you only have one heart. XUSolFK

edit: ohlôlô t'as mis le même code que moi Don't forget, that you only have one heart. 4209819182
Pavel K. Di Luca
Messages postés : 760
Inscrit.e le : 25/05/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
posté
le Jeu 13 Juin - 22:26
par Pavel K. Di Luca
Solveig - Oui, j'aime tellement cet acteur Don't forget, that you only have one heart. 1258839627. Et merci pour l'accueil ♥. T'es le number one Don't forget, that you only have one heart. 2837704232.

Makoto - ... Ah... fichtre ! Je relookerai. Merci :3.

Oz - Tu aimes mes lunettes hein ? Elles sont classes Don't forget, that you only have one heart. 1854274601 . Et c'est parce que je t'admire chéri, je copie tout comme toi Don't forget, that you only have one heart. 210053242.
Daiki Mikami
Messages postés : 540
Inscrit.e le : 09/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sexy Shôji ♥
Autre: ✚ Parle en : #ff9172

★
posté
le Jeu 13 Juin - 22:37
par Daiki Mikami
Yo~
Cet homme. Dis donc, c'est alléchant ces petites infos ! Il faut la suite !!! Don't forget, that you only have one heart. 1451543918 Bon, pas le choix, je vais devoir rôder dans le coin. Encore.
Bon courage pour la rédac' et pi surtout bon reboot à toi Don't forget, that you only have one heart. 2026231687
Pavel K. Di Luca
Messages postés : 760
Inscrit.e le : 25/05/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
posté
le Dim 16 Juin - 2:48
par Pavel K. Di Luca
FINI !!

J'ai les yeux trop défoncé pour relire une dernière fois (fait au fur et à mesure). Je le ferais demain matin si j'ai le temps.
Fait !

Concernant le Tsunami jamais cité, l'histoire de Pavel se termine sur sa naturalisation, soit avant le tsunami. J'avais la flemme, je savais pas trop où placer ça sans que ça fasse cheveux dans la soupe et j'ai déjà trois perso' impacté par cette vague. Donc on va dire que lui et sa fille habitaient assez loin de l'épicentre pour ne pas trop en être impacté, ils ont été choqué par le bilan décès aux infos et voilà. Akiyo habite pas Tokyo donc tout vas bien aussi de ce côté. Je pense lui avoir fait assez de crasse à celui là pour lui en rajouter x'D.

Voilà, zoubi ♥

Daiki - Merci ♥.
Inari Akiyama
Messages postés : 602
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Corvus ♥
Autre:
Old Man
Old Man
posté
le Dim 16 Juin - 12:09
par Inari Akiyama
BON REBOOT Don't forget, that you only have one heart. 1362171446
Je vais lire tout ça, hâte d'en découvrir plus sur ce nouveau perso' Don't forget, that you only have one heart. 2432113367
Louis Hanagami
Messages postés : 26
Inscrit.e le : 14/05/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Pas encore
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Dim 16 Juin - 13:06
par Louis Hanagami
Bon reboot Don't forget, that you only have one heart. 2432113367
Ca promet tout ça !
*sort le pop-corn pour aller le l'histoire*
Carmine S. H. Bellandi
Messages postés : 1738
Inscrit.e le : 24/01/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Seyfried Bellandi
Autre:
Buldozer diplomate
Buldozer diplomate
posté
le Dim 16 Juin - 19:31
par Carmine S. H. Bellandi
Bonjour bonjour, Jean-Michel commando de retour en service. Don't forget, that you only have one heart. 1353670443

Sûr que ça change radicalement de Karl là, gg ! Par contre vus les sujets choisis pour la backstory installe-toi confortablement parce que ça risque d'être un peu long. Don't forget, that you only have one heart. 128457956

Syntaxe & ortho :
Attention à la concordance des temps, tu fais beaucoup de sauts du présent au passé sans raison, ça casse un peu la fluidité de la lecture.
"Tu es au tribunal, et ce n’est pas pour faire du tourisme. Le marteau frappa"
"Tu t’étais dit. Car, une fois le chèque en main, tu te dis aussi que"
"Le garçon avec qui elle est mariée, devait être quelqu’un de bien"

Je te mets ici la plupart des fautes, j'ai pas tout relevé je te laisse faire le tour complet :
Ce n’était que pure naïveté de penser qu’on en échappe
au vieux bois sombre, lourd et compacts
Les tribunes surplombent le monde de toute sa hauteur, sur des bancs parfaitement alignés
Vous êtes accusée pour plusieurs homicides volontaires
tu dues
Tu essayes d’être polie
Une fois sortie de prison
ces retours à la case prison
Tu n’es pas très frais, temps que tu
que votre couple est duré
vous vous étiez préparé
Le cas du Japon était cité dans tout manuel de géographie, seule l’adhésion ou la répulsion au système variée d’un pays à l’autre > ça sera plutôt dans les manuels d'histoire que de géo
Mais c’était mieux ainsi et rien ne l’empêcher de passer les vacances
Jusqu’à ce que ce fût son tour.
L’idée qu’elle revienne chez toi en Russie avait été énoncé
tu aménageas à Tokyo
nombreux était les nippons
Tu avais fait des conneries dans le passé, tu les as payé > tuer des gens pour le fric j'appelle pas ça "des conneries" Don't forget, that you only have one heart. 3766924225
deux yeux, ni rond, ni ovale
une voix graves
des cheveux raides, court,
Des jeans et pantalons unis accompagnés de t-shirts de diverses couleurs ou de chemises rarement blanches, recouvert d’un manteau
Et tu y joues.
Si on te pousse à bout. La droite part facilement
Comme avec ta fille avec qui tu es un père le plus exemplaire que tu peux l’être. > syntaxe


Ensuite, la partie qui fâche, ce qu'il va falloir revoir ou adapter dans l'histoire. Don't forget, that you only have one heart. 2047885044 Rassure toi c'est long mais en vrai tu devrais pouvoir ajuster le tir (Don't forget, that you only have one heart. 2078551763) assez facilement. J'ai regroupé par thèmes plutôt que par ordre chronologique des évènements donc hésite pas si un truc est pas clair. Don't forget, that you only have one heart. 1728200632

Procès
- techniquement il n'y a pas de peine de mort en Russie
- "inspire nerveusement" puis "cynique / railleur / ultra à l'aise", du coup il est nerveux ou il est à l'aise ?

Métier
- il commence à 19 ans et à 23 c’est déjà un killer dans sa profession (sans mauvais jeu de mot Don't forget, that you only have one heart. 2432113367 ) ? > c’est trop peu de temps
- "Mais tu as une certaine éthique, ne ciblant que les criminels." Comment peut-il être sûr que ce sont des criminels ? Si ça dépend de comment est formulé le contrat, la personne à l’origine peut dire ce qu’elle veut. Si c’est juste qu’il choisit ces cibles par rapport à ses valeurs pourquoi pas mais ça risque de lui forger une réputation de gars chiant et peu flexible pour les jobs, à qui ne pas faire appel. Les gens qui ont besoin de tueurs à gage ont pas besoin d’un tueur avec des principes de gamin en fait.
- être deux pour tirer au sniper > non, pas la peine, un sniper n'a logiquement besoin que de son arme, de ses compétences et de sa patience. Dépendre d'un tiers pour calculer une trajectoire alors que c'est toi qui tiens l'arme et qui vise quelle est la logique ?
- malheureusement comme je te disais son "éthique" de taf est trop romancée pour être crédible, surtout concernant son passage dans l'armée
- "Et là, on te demandait de le faire, sans préparation." il est soldat, il a eu toute la préparation nécessaire, surtout si ça fait 11 ans qu'il est dans l'armée. S'il est encore là après 11 ans de terrain c'est que clairement il a appris à faire avec les atrocités de la guerre depuis longtemps, sinon il aurait été déclaré inapte
- " Ton acte avait été compréhensible, de nombreux soldats non préparés n’auraient pas pu tirer sur un enfant. " > nope, on est pas chez les bisounours, on est à l'armée et ce genre de comportement envoie généralement direct chez un psy et vers un renvoi en douceur
- il est quasi impossible à moins que ton perso soit un sociopathe qu'il n'ait aucune séquelle ou trauma après tout ce qu'il a vécu : grandir extrêmement pauvre, connaître la violence de la rue très jeune, commencer à tuer à 19 ans, entrer dans l'armée et être sur le terrain > quelles conséquences ? comment il le vit ? Quels traumas ressortent le plus dans tout ça et sous quelle forme ?

Gosse / copine
- Y a en général assez de temps pour réaliser qu'on est enceinte et prendre une décision, pourquoi ne l'annoncer à Pavel qu'une fois qu'elle ne peut plus avorter ? S'il avait dit "j'en veux pas" elle aurait fait comment ?
- "un des rares jobs qui permettaient aux japonais de vivre en dehors de leur pays" > non, les jap peuvent vivre pépères à l'étranger tant qu'ils ne sont pas mariés. Une fois maqués c'est là que c'est compliqué.

Prison
- "alléger ma peine" > le principe de la prison à perpète c'est qu'on ne peut pas avoir de sursis en un claquement de doigt. Pour la Russie, y'a d'ailleurs une législation précise (cf wikipédia) : "La période d’incompressibilité est de 25 ans, passée cette période le prisonnier est éligible pour la libération sous réserve les 3 années précédentes de ne pas avoir commis de sérieuse infraction et de ne pas avoir émis une autre demande qui fut rejetée. Le tribunal peut ordonner la remise en détention d’un condamné libéré et l’astreindre à de très sérieuses restrictions."
- mes calculs sont souvent foireux mais Pavel a 23 ans quand il est balancé en taule. En Russie. 23 ans pour se faire respecter comme un caïd en prison au milieu de criminels autrement moins "moraux" que lui c'est jeune.
- comme convenu, pour avoir servi le pays, on nettoya ton casier judiciaire > non, ou alors il faut que tu revoies toute la partie magouille avec l'armée de manière bien plus précise (cf ci dessous)

"Recrutement"
- les affaires en soumsoum se font justement en soumsoum : toute la partie avec le colonel et le dirlo de la prison est irréaliste ou à revoir
- ce serait limite plus crédible que l'armée le repère pendant le procès, fasse jouer des relations / corruptions pour influencer sur la condamnation et lui proposer un deal avant le rendu du jugement
- le type est un criminel condamné et l'armée lui propose un poste classique et lui parle de sa retraite et de ses jours de repos > c'est pas un entretien d'embauche hein Don't forget, that you only have one heart. 3766924225 Il va pas avoir un traitement de faveur ni même un traitement normal, au contraire. J'imagine plus un truc de l'ordre "on te sort de taule et en échange tu fais ce qu'on te dit et tu fermes bien ta gueule si tu veux pas qu'on t'y renvoie à perpèt comme prévu"
- "avait-elle appris ta libération sous condition" > s'il y a corruption / récupération de criminels en douce je doute que la hiérarchie laisse le tout venant être au courant, il est plus que probable que Pavel ait direct été envoyé au front sans "temps libre"

Guerre au Pakistan, plusieurs choses :
- La Russie n'a jamais été impliquée dans une guerre au Pakistan, historiquement parlant
- la guerre actuelle au Pakistan est une guerre d'idéologie avant tout, pas de ressources comme ça avait pu l'être pour l'Irak
- Une guerre ouverte entre les US et la Russie serait une très, très mauvaise nouvelle pour tout le monde et si ça devait arriver avant 2100 j'pense qu'on serait bien partis pour une WW3 avec option missiles nucléaires dans la face + les guerres d'ingérances sont de plus en plus mal vues et perçues par la communauté internationale.
Vu le contexte futuriste, je préfère qu'on ne s'avance pas trop précisément sur les conflits armés tout court et encore moins ceux pour des ressources naturelles parce que ça suppose tout un tas de prospection et de worldbuilding complexe pour pas grand chose vu le contexte d'origine du forum. Donc si on peut rester dans du simple et du vaguement accurate plutôt qu'un truc qu'il faut justifier je veux bien Don't forget, that you only have one heart. 128457956


Et on est bon. En somme, le milieu que tu as choisi demande un peu plus de rigueur et de réalisme pour qu'on puisse vraiment croire à l'histoire de Pavel mais une fois que tu auras rééquilibré tout ça ça devrait être bueno. Don't forget, that you only have one heart. 1728200632

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


So if you want to push, I'm a shove || If you want to spar we can do it no gloves || And if you're gonna run at me you better do it hard || 'Cause I fear no fall, no brawl, no scars
I'm two pounds shy of a bomb || I'm one shade short of alarm || I'm too past wrath that I'm calm || Got two last laughs in my palms

And all around the sirens play
Don't get in my way
◀◀    ❚❚  ▶▶



Yzma, spirit animal:
Pavel K. Di Luca
Messages postés : 760
Inscrit.e le : 25/05/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
posté
le Lun 17 Juin - 19:57
par Pavel K. Di Luca
Après 8-9h de corrections (dont la moitié cette nuit, je veux dodo, help !) et de hurlements à cause de forumactif qui plante et m’empêche de corriger dans le temps pour m'inscrire à l'évent… FINI ! Don't forget, that you only have one heart. 2829859912
Et merci de m'avoir modéré à temps pour que je puisse participé à l'évent, je pensais ne pas pouvoir et ce thème, je l'attendais depuis 3 ans depuis que me suis inscrit. L'Incontestable qui plante, je pensais jamais voir ça. Ca a été dur de rusher pendant ces trois jours, mais je regrette pas. Vous faites une membre heureuse, merci ♥. Je suis hyper motivée *^*.

Bon c’est du pavé, mais on ne s’inquiète pas, c’est juste des explications dans l’amour et la bienveillance ♥. Aucun râlage !  Don't forget, that you only have one heart. 2244379341
Edit : Non sérieux désolé pour le pavé, sur Word ça faisait moins gros Don't forget, that you only have one heart. 313954929.

Alors pour commencer, je ne vais pas te citer tous les changements que j’ai pu faire, car il y en a beaucoup trop répartie au hasard dans le texte. C’est chiant mais va falloir tout relire Don't forget, that you only have one heart. 367806265. Mais bon, 6h de taff rien que pour retravailler l’histoire, sans compter la correction (2h), tu peux me faire l’honneur de relire mon dur labeur :doge : ♥.
Tout ce que je peux dire c’est que j’ai suivis tes correctifs du mieux possible et que ceux qui n’ont pas été fait, ils seront expliqués à la suite de ce message Don't forget, that you only have one heart. 4115966937.

Après une longue réflexion, j’ai décidé de garder la vie criminelle de Pavel qui est l’élément qui pose le plus de problème, en tentant de faire quelque chose de plus plausible. La raison est que ça explique le caractère sanguin et un peu mercenaire de Pavel, même s’il a un minimum de moral. S’il avait été que soldat, il aurait toute la pression de l’éducation militaire, là c’est un mec qu’on a foutu comme chair à canon au front avec plus ou moins d’entraînement avec la pression de la prison derrière. En gros il n’est pas éduqué pour obéir, mais il est tenu par les couilles jusqu’à la fin pour obéir et ça change tout. Je n’ai pas choisi la solution la plus simple mais je n’ai pas envi de changer le caractère, plus proche du mercenaire que du militaire, de mon personnage et ne pas trouver goût à le jouer comme j’aimerai.
La base de l’histoire de Pavel : c’est un mec qui a buté des gens pour (sur)vivre, qui un jour à une gosse et réalise à quelle point la vie peut être précieuse, qui se bat toute sa vie pour retrouver sa liberté et sa famille et finalement qui est prêt à sacrifier cette liberté durement retrouvé pour rester elle. Tu vires le côté criminel, tu niques tout Don't forget, that you only have one heart. 4158426957.

Oui, Pavel a une certaine morale, même si ses actes sont extrêmes. Il considère que si ce qu’il fait peut aider ceux qu’il aime, bah il le fait et c’est tout. Même si pour ça c’est voler son prochain, ou buter des tête mise à prix. Il se cherche des excuses, relègue la responsabilité, mais ce point permet de le rendre plus humain et non en faire un vaniteux qui tue que pour l’argent. J’ai déjà Raghnall pour ça Don't forget, that you only have one heart. 128457956.
En gros, Pavel n’est pas « mauvais » dans le fond, mais faut se remettre dans le contexte. Il sort des bidonvilles, avec des parents pauvres, une grand-mère malade et une petite sœur handicapée. Il vole pour qu’ils aient de quoi se nourrir puis là, il se rend compte qu’en butant des inconnus dont il se fout éperdument, bah, il gagne assez pour régler les problèmes de sa famille. Évidemment au début il a du mal, la première fois l’a horrifié, mais en posant le pour et le contre, il a fait un choix, un mauvais choix  Don't forget, that you only have one heart. 3379566275 .

Pour la femme enceinte, je dirais simplement : déni de grossesse, qui dans certain cas peut s’arrêter avant terme. Et il y a beaucoup de femme qui se rendent compte trop tard qu’elles sont enceintes. Sachant qu’ils voulaient éviter d’en avoir car ça poserait problème, c’est logique qu’elle s’en rendre compte trop tard, et donc que Pavel l’apprenne trop tard. Je n’ai pas dit depuis combien de temps elle était enceinte, c’est vrai, mais dépassé trois mois, en Russie (sans doute moins au Japon JM vu leur politique démographique, vous n’avez pas précisez), c’est mort pour l’avortement. Ensuite elle est japonaise avec la pression de l’enfant, donc même si elle pouvait avorter, son éducation et la pression de la société/famille ferait qu’elle l’aurait sans doute gardé. Elle n’est pas contre son pays et vit dans un pays qui a un regard positif sur l’Incontestable (cf. règlement).
Si elle demande si Pavel veut le garder, c’est parce qu’elle veut avoir une vraie réponse, sincère, comme s’il avait le choix et si dans un certain sens, elle pourra compter sur lui ou non. Elle est enceinte et son amant est un criminel, elle a besoin de se rassurer. S’il avait dit qu’il ne voulait pas le garder, elle serait partie et elle l’aurait gardé sans déclarer le père…. Ou se serait suicidé je ne sais pas… vu que ce n’est pas le cas, je n’ai pas réfléchi au « non »  Don't forget, that you only have one heart. 716243026 .

Pour les bouquin d'école parlant de l'Incontestable,, c’est les deux car ce n’est pas du passé mais un cas actuel.
Histoire si on parle de façon neutre de l’invention de l’Incontestable et sa mise en place, mais le phénomène de société actuel se met en géographie car il n’est pas fini. Si ces lois étaient finies, oui, là ce serait de l’Histoire.
Parler des conséquences de l’Incontestable sur la société nipponne actuelle, ses bienfaits et ses défauts, serait donc plus un sujet/cours de géographie que d’Histoire. C’est donc en parlant du côté sociétal actuel, et non de la conception passée, dans mon récit que j’ai placé le sujet de la machine dans les manuelles de géographie. La géographie, ce n’est pas juste mettre des capitales sur une carte, c’est aussi parler de tous les phénomènes actuels. J’ai mis les deux, mais je tenais à expliquer pourquoi si ça te gêne encore Don't forget, that you only have one heart. 4115966937.

Il va y avoir une partie un peu bancale, et j’en ai conscience : quand il revient en Russie après sa suspension et qu’on l’autorise à revivre avec sa famille tout en continuant à servir l’armée sur le territoire. Ça ressemble une faveur alors qu’il a fait une faute ; j’ai tenté de faire passer ça comme une exigence du psychiatre pour garder Pavel sain d’esprit et donc opérationnel tout en lui rallongeant sa peine et lui mettant des conditions pour rester logique. Mais surtout, j’aurai eu un mal fou à placer sa vie familiale autrement. Le deal finissant à 42 ans, c’était beaucoup trop tard pour construire un truc, surtout avec sa fille qui serait adulte et indépendante, et je n’ai pas envie de le vieillir plus que je l’ai fait, ça ne me tente pas de jouer un trop vieux personnage et vu que son temps militaire c’est minimum 15 ans, je ne vais pas en faire un tueur à gage à 15 ans… soyons sérieux !  Don't forget, that you only have one heart. 2047885044
Aussi, c’est déjà un miracle qu’Akiyo ne se soit pas maquée en onze ans (même si elle ne s’est pas empêchée d’avoir des histoires, sans doute, elle fait ce qu’elle veut) et soit restée amoureuse de Pavel (même si l’idylle était entretenue au téléphone et pendant ces rares permissions), alors 19 ans ? Faut rester réaliste…  Don't forget, that you only have one heart. 2741732466
Donc c’était soit tenter un truc plus ou moins plausible, soit virer toute la partie criminel, magouille, etc… et là on revient au point du début. Le cercle vicieux Don't forget, that you only have one heart. 1268503747 .
J’ai dû faire un choix, j’espère que ça ira… Don't forget, that you only have one heart. 128457956

De même, j’ai gardé le blanchissement du casier. Si je ne peux pas le faire, ça risque d’être compliqué d’avoir la nationalité japonaise avec une dizaine d’homicide à son actif et sans doute des vols à répétition Don't forget, that you only have one heart. 4158426957. Non mais j'aime me tirer des balles dans le pied  Don't forget, that you only have one heart. 1667362858 . Faut donc tout soit effacé et oublié dans un coin. Même s’il a fait ses preuves et est devenu un honnête citoyen, pas sur que ça suffise pour le Japon Don't forget, that you only have one heart. 517494357. J’ai donc tenté la logique avec la magouille du procès et restait cohérente vis-à-vis de ses faibles droits.

Bref ce sont les deux points complexe que je ne peux pas trop enlever/changer.

Niveau orthographe, j’ai pris du temps de tout corriger et de réaligner la conjugaison. Mais je ne suis pas une pro, alors je me doute que j’ai dû en laisser quelques-unes. J’ai toujours eu un mal fou à repérer mes propres fautes, quand ça sonne bien en lisant, je ne les vois pas. Don't forget, that you only have one heart. 4158426957

J’espère donc que ça ira. Bonne correction ♥.

Ah ! Et sinon pour pas te perdre, voici la chrono rapido Don't forget, that you only have one heart. 3766924225 :
19 ans - Mercenaire.
22 ans - Procès/Magouille/Bébé
24 ans - Sortie de prison (2 ans)
35 ans - Trauma, mis à l’arrêt, bosse sur le territoire et se bouffe 3 ans de plus en guise de punition.
Psychiatre qui le met au repos et autorisation de rejoindre sa famille. Il retrouve Akiyo qui ne s'est jamais posé avec quelqu'un d'autre. Il n'a pas le droit de sortir sauf pour aller travailler. Astreinte.
37 ans - Akiyo est mariée/Orimi 15 ans.
42 ans - Libéré/Orimi 20 ans (mariage)/Pavel découvre le Japon pour la première fois et apprend à aimer ce pays.
43 ans – Divorce d’Orimi/Pavel réussi à avoir un visa pour vivre un an au Japon, renouvelle/Shukumei, ils habitent assez loin pour ne pas vivre le tsunami, Akiyo habite au centre du Japon.
45 ans – Il ne peut plus renouveler le visa, il doit choisir de rester définitivement ou partir. Après de long mois de réflexion, il décide de prendre la nationalité japonaise.
Carmine S. H. Bellandi
Messages postés : 1738
Inscrit.e le : 24/01/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Seyfried Bellandi
Autre:
Buldozer diplomate
Buldozer diplomate
posté
le Mar 18 Juin - 19:57
par Carmine S. H. Bellandi
Bien l'bonsoir Don't forget, that you only have one heart. 1353670443

Eh mais dis donc, c'est bien mieux tout ça Don't forget, that you only have one heart. 1362171446

Je vais juste continuer d'être chiant sur le procès : si un type est mis en jugement à audience publique pour homicideS volontaireS (j'insiste sur le pluriel) et qu'il s'en sort avec seulement 2 ans, ça va pas le faire. La justice peut être corrompue et injuste aux yeux de la population mais là c'est un poil trop gros. Pour te donner un comparatif avec la France, ça reste 30 berges pour meurtre sans préméditation (grosso modo) et perpèt pour assassinat (le cas de Pavel). Perpèt > 2 ans c'est pas une réduction de peine crédible.

Par contre une solution qui résout ET ça ET le pb du casier judiciaire pour le Japon ET qui ajoute en magouilles et en chantage de l'armée envers Pavel, c'est s'il n'est pas condamné pour assassinat, tout simplement. J'te laisse y réfléchir, jdçjdr. Don't forget, that you only have one heart. 2078551763

Sinon ok pour l'annonce de la grossesse. Pour le duo géo ou histoire, ça fait quand même 60 berges que l'Incontestable est en place, son implantation et les raisons de son existence ont donc plus à faire dans un bouquin d'histoire que de géo. Par contre ses conséquences / résultats et son actualité, en effet, ça a sa place en géo.


Pour les fautes que j'ai chopées au vol :
tes actes d’homicide doivaient
C'était de la peine alléger
deux ans de prison ferme > Trois ans, c’est le temps que tu passas dans cette prison
tu pues en faire d’autres
t'avait attendris
tu te demandais vraiment pourquoi tu fais la guerre
que la vu était mauvaise
à cause de ta bonne vu
ça t'horrifier toujours un peu plus
tu ne pues y échapper
dans l'armée intérieur
ça ne te retombasse plus dessus et restasse enfouit dans le passé sans que ça impactasse ton présent. > -ât / j'étais plus sûr non plus de si on doit foutre du subjonctif présent ou passé (parce que le sub imparfait c'est quand même pesant à lire) mais je suis tombé sur ce fil de discussion qui devrait t'aiguiller : https://www.question-orthographe.fr/question/conditionnel-et-subjonctif/

Courage pour les dernières modifs, je pense que cette fois ce sera la bonne. Don't forget, that you only have one heart. 1361789270 (et attention de laisser le pseudo du modo dans le sous-titre de la fiche, c'est quoi cette erreur de débutant didon Don't forget, that you only have one heart. 3766924225 )

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


So if you want to push, I'm a shove || If you want to spar we can do it no gloves || And if you're gonna run at me you better do it hard || 'Cause I fear no fall, no brawl, no scars
I'm two pounds shy of a bomb || I'm one shade short of alarm || I'm too past wrath that I'm calm || Got two last laughs in my palms

And all around the sirens play
Don't get in my way
◀◀    ❚❚  ▶▶



Yzma, spirit animal:
Pavel K. Di Luca
Messages postés : 760
Inscrit.e le : 25/05/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
posté
le Ven 21 Juin - 16:01
par Pavel K. Di Luca
Corrigé ! Don't forget, that you only have one heart. 1362171446 Si t'as la flemme d'encore tout relire, ce qui est limite normal x'D, j'ai modifié au niveau des chefs d'accusation et une phrase de dialogue de colonel pendant le procès. J'espère n'avoir rien oublié.

Pour la conjugaison au subjonctif, j'étais un peu tiraillée sur ce qu'on devait écrire et ce qui sonnait mieux à mon oreille. D'ailleurs la plupart du temps, je privilégie ce qui sonne mieux à mon oreille, d'où les erreurs que tu as pu voir x'). L'imparfait ne sonne pas mal, mais ça fait langage hyper soutenu... et avec Pavel ça colle pas du tout en fait Don't forget, that you only have one heart. 3182035657. Bref, j'ai modifié pour que ce soit plus agréable à la lecture et cohérent. Je te liste les changements ci-dessous, que t'ai juste à faire une recherche si tu veux repasser derrière. En vrai j'ai surtout presque tout repassé au présent du subjonctif, car c'est plus fluide à la lecture et pas choquant (enfin pour moi. Après si c'est juste ou faux, j'en sais rien, ça a l'air de passé si j'ai bien compris. Tu me dis ce que tu en penses que j'assimile pour mes rp (et j'ai lu le lien, merci :3).
- pour que tu passes la porte.
- pour que tu en réchappes totalement.
- jusqu’à ce que tu lui tires une balle en pleine tête.
- Jusqu’à ce que son tour arrive. (ou arriva j'ai un doute...).
- Mais les choses étaient faites et tout ce qu’il y a à faire, c’était que tout se passe pour le mieux.
- tu bénis le ciel que ton casier soit redevenu vierge.
- Tu avais fait des choses que tu regrettais dans le passé, tu les avais payés lourdement, tu aimerais que ça ne te retombe plus dessus et reste enfouit dans le passé sans que cela impacte ton présent.

Et pour le pseudo, sérieusement, je ne savais pas, sorry Don't forget, that you only have one heart. 4158426957

J'ai rajouté un gosse car j'avais envie Don't forget, that you only have one heart. 3912395661, pour pas que tu cherches, voici les lignes rajoutées :
- Tu revins donc t’asseoir à la cuisine, embrassant au passage le front de Viktor qui gazouillait sur sa chaise haute tout en massacrant un bout de pancake. Tu zyeutas ensuite les quelques lettres : des factures, des pubs,…
- Pour ce qui était de Viktor – né il y avait peine un an après de trop proches retrouvailles – bien que cela déchirât la jeune mère, elle préféra te le laisser, ne sachant pas comment réagirait son nouveau mari face à l’enfant.
- De plus, cela te permit de revoir Akiyo et de lui laisser Viktor, le temps de ton passage. Son mari était d’ailleurs fort sympathique, même si une boule amère te restait en travers de la gorge.
- Et en pensant à Viktor, ce serait beaucoup mieux pour lui de grandir au Japon, s’habituer à ce pays, pour le jour où lui aussi recevrait sa lettre. Tu ne souhaitais pas qu’il vive les mêmes sentiments qu’Orimi. → En plus il me donne une autre raison à Pavel de rester au Japon Don't forget, that you only have one heart. 1667362858
Carmine S. H. Bellandi
Messages postés : 1738
Inscrit.e le : 24/01/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Seyfried Bellandi
Autre:
Buldozer diplomate
Buldozer diplomate
posté
le Dim 23 Juin - 11:39
par Carmine S. H. Bellandi
All good. Attention aux fautes en rp, ne pas lésiner sur les relectures. Don't forget, that you only have one heart. 1728200632

Pré-validation par Carmine
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


So if you want to push, I'm a shove || If you want to spar we can do it no gloves || And if you're gonna run at me you better do it hard || 'Cause I fear no fall, no brawl, no scars
I'm two pounds shy of a bomb || I'm one shade short of alarm || I'm too past wrath that I'm calm || Got two last laughs in my palms

And all around the sirens play
Don't get in my way
◀◀    ❚❚  ▶▶



Yzma, spirit animal:
Makoto Nanase
Messages postés : 4549
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Dim 23 Juin - 12:07
par Makoto Nanase
Don't forget, that you only have one heart. 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Don't forget, that you only have one heart. 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Don't forget, that you only have one heart. 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Don't forget, that you only have one heart. Ld7d
Don't forget, that you only have one heart. BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Don't forget, that you only have one heart. Cn3Ckyx
Don't forget, that you only have one heart. 1EPYLUw
Don't forget, that you only have one heart. DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Don't forget, that you only have one heart. E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Don't forget, that you only have one heart. 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Don't forget, that you only have one heart. Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Don't forget, that you only have one heart. YqECw0j
Pavel K. Di Luca
Messages postés : 760
Inscrit.e le : 25/05/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
♥ Le Saint Panda Ficus ♥
posté
le Dim 23 Juin - 13:24
par Pavel K. Di Luca
Merci Caliban pour ta patience et tes conseils Don't forget, that you only have one heart. 3216450106

Merci Makoto pour la validation exprès Don't forget, that you only have one heart. 2754869321
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierDon't forget, that you only have one heart. 50-50-2Earth WolfDon't forget, that you only have one heart. 50x50-56504f9 Don't forget, that you only have one heart. SvinDon't forget, that you only have one heart. 3zm1 Don't forget, that you only have one heart. Opol0Q6Don't forget, that you only have one heart. FHZzEDvDon't forget, that you only have one heart. 7Uxn8zPDon't forget, that you only have one heart. 494ZUS0Don't forget, that you only have one heart. 1553711497-50-50FTM 50x500Don't forget, that you only have one heart. B50x50Don't forget, that you only have one heart. 1553722908-no-50x50Don't forget, that you only have one heart. 59e4Don't forget, that you only have one heart. Logo_510Don't forget, that you only have one heart. 190412122437274038 Don't forget, that you only have one heart. RXqdRpDDon't forget, that you only have one heart. Logo5010Don't forget, that you only have one heart. VBL1j1M Don't forget, that you only have one heart. 1559228694-50x50Don't forget, that you only have one heart. Qlaa Don't forget, that you only have one heart. IcoSC5050 Don't forget, that you only have one heart. Bouton10 Don't forget, that you only have one heart. Bouton15 Don't forget, that you only have one heart. 1498954954-bouton-50 Don't forget, that you only have one heart. Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Don't forget, that you only have one heart. DezgDon't forget, that you only have one heart. 179wRemainsofhellDon't forget, that you only have one heart. LsuvxJW