Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Dim 8 Sep - 9:03
par Ollie Alta


La première fois était prête. Il savait comment réagir. Il savait qui appeler, quoi dire à qui, ce qu'il allait mettre dans sa valise. Il avait imaginé la chose des millions de fois, mais s'était tout de même senti envahir par une excitation à la fois enivrante et gênante. Bien normal quand on ignorait à qui l'on était marié.
C'était ça, la première fois.
Juste la première fois.

« Ollie... ? » l'avait appelé sa mère depuis le salon.
Le dénommé Ollie avait reconnu l'embarras de sa maman adorée dans le timbre de voix. Elle se faisait du souci principalement pour son fils, même quand aucune raison il n'y avait. Mais ce matin, il sentait l'échine se hérisser sur le fin poil de sa nuque. Quelque chose n'allait pas.
Michiyo craignait. Pourtant, elle fit de son mieux pour cacher sa peine lorsque son fils quitta « sa » chambre pour la rejoindre.
Sur la table l'attendait une enveloppe.
Une enveloppe rose. Avec un goût de déjà-vu.
Amer, comme goût.

Il était d'abord resté debout, les bras ballants, en observant cette missive. Comme s'il venait s'asseoir en face d'une personne qu'il ne voulait pas revoir (genre son ex-mari), il vint ensuite prendre place sur le canapé, à côté de sa mère. En face d'eux, Tōma fixait la lettre, pensif. Il régnait un silence de mort dans le salon. Comme si l'on recevait un testament, plutôt qu'une « bonne nouvelle ».
La lettre avait été envoyée ici, mais elle ne pouvait pas être à l'adresse de Michiyo ou Tōma, puisqu'ils étaient mariés entre eux.
Elle ne pouvait être destinée qu'à Ollie.
Voilà, il arrête de penser.

« Tu veux que je l'ouvre... ? » proposa Tōma dans toute sa gentillesse de beau-père un peu dépassé par les évènements.
Ollie secoua la tête en regardant de nouveau l'enveloppe. Non, il allait s'armer de courage, au moins une fois dans sa vie, et l'ouvrir lui-même. Dans une minute... ou deux... voire même trois... Putain de merde. Et même putain... juste... putain.

Pas encore, quoi.

Il va ouvrir la lettre, et quoi ? Il va trouver le nom de son nouveau mari j'enfoutre fugueur égocentrique ? Merde, quoi... Ollie ne voulait pas revivre ce cauchemar. C'était peu, pour une telle appellation, mais pour Ollie, c'était surtout le début d'un été pourri. Il était tombé très malade à en frôler la mort à cause ce connard. D'un type qui ne méritait même pas de recevoir sa lettre. Quand bien même l'Incontestable aurait jugé qu'il s'agissait-là d'une étape à franchir avant de trouver l'âme soeur, il se demande bien en quoi elle a été bénéfique pour un égoïste pareil.
Et si c'était lui ? Si c'était à nouveau son nom ? Non, là, il paranoïait ; ça n'aurait servi à rien de les divorcer si c'était pour les remettre ensemble.
Non, le nom scellé dans cette enveloppe était différent. Peut-être même féminin, qui sait. Une femme. Une jolie femme qui sera toujours plus gentil que le fucking Akihiko.
Une femme, un homme, peu importe, tant que la personne ne lui ressemble pas...

Le truc bien avec Ollie, c'est qu'il avait une capacité à aimer fort pratique, parfois si grande qu'elle pouvait donc le faire courir à sa perte... il ne le sait que trop bien.
Ollie saisit d'une main las mais lente la lettre. Sa mère et son beau-père fixaient sans rien dire. Il l'ouvrit. Encore une fois, il vit toujours son nom, sur le papier. Mais le prénom l'interpella.

« Hirojiro Alta ». Bien. Ce sera donc encore un homme.
Non, ça... aurait pu être autre chose, pour changer.
Mais pourquoi pas.

C'était quand même un petit pas de plus vers le profil précédent. Mais bon, restons zen.
Michiyo attendait une réaction de son fils, comme ce dernier pouvait le lire dans ses yeux. Il ne trouva en fait pas grand-chose à dire hormis le nom inscrit noir sur blanc. Et son cheminement de pensées se répéta alors chez eux.

Qu'aurait-il pu faire, si ce n'est faire comme la dernière fois ? Ollie n'avait plus rien à déménager hormis ses affaires personnelles, puisqu'il vivait chez ses parents depuis l'hôpital (et un ami qui a bien accepté de l'héberger juste après le divorce)... C'était un peu misérable, comme situation. Mais au moins, cette lettre l'en tirait. « Au moins ».
Peut-être une fois de plus dans un studio très modeste, voire même insuffisant. C'était déjà difficile d'avoir un peu d'espace vital la dernière fois, alors si jamais la touche des deux salaires était basse... Son nouveau conjoint avait-il néanmoins un salaire ?
Quel âge avait-il, quelle dégaine avait-il ? Tout ça, il allait le savoir là-bas.

C'est du moins ce qu'il pensait, jusqu'à ce que la nuit tombe.
S'il y avait bien une attente pire que celle d'un mari fuyard, c'était celle d'attendre une première fois le nouvel époux. Pour être sûr de ne pas commettre d'écart malgré ses craintes, Ollie s'était hâté de faire sa valise pour déménager le matin-même (surtout qu'en plus, il avait bien moins à embarquer, cette fois). Inconscient de la situation du fameux Hirojiro, il ne l'attendait pas plus tard qu'à la tombée de la nuit.
Sauf que lorsque celle-ci arriva et fut même dépassée par un angoissant « 23h », il paniqua.
Il appela sa mère pour se rassurer. Elle le rassura. Il raccrocha.

Peut-être avait-il un emploi du temps chargé au point de ne pouvoir débarquer que de nuit ? Il ne savait rien du nouveau, autant lui laisser de la marge.
Ollie s'était alors endormi dans un appartement qui sentait le neuf. Ouais, cette fois, il avait de nouveau un appartement. Au moins, ce nouveau mariage apportait déjà un peu de lumière. Il aimait le mariage (haha) parfait entre les deux styles qui semblaient se liaient chacun aux deux partenaires, et la cuisine toute équipée l'inspirait à faire un peu plus d'effort pour lui qu'avec le truc minuscule à l'estudiantine qu'il avait seulement pour « faire plaisir à Akihiko ». Erk.
Il y avait même deux chambres. Évidemment, l'Incontestable n'allait pas les laisser dormir séparément, mais qui sait, en cas de situation de crise...

C'était bien beau, tout ça, mais le mari ne venait toujours pas.
Deux jours, trois jours... la fin de la semaine s'achevait bientôt.
Ollie angoissait à s'en ronger les ongles. Enfin, non, pas vraiment ; puisqu'il avait cette manie de se triturer les mains au moindre sentiment désagréable, il avait plutôt tendance à arracher par fine pelure les dits ongles (mais il devait à tout prix arrêter avant de se faire mal). Ses petits ongles simples et parfaits, coins de sa belle image adorable pour laquelle il travaillait durement.
Mais rien à faire, le stress prenait le dessus. Avec la putain de chance que j'ai... ce gars va juste pas venir du tout... et j'vais aller en taule. Même si c'était pas la taule en soi.
Mais s'il y avait bien une chose à laquelle Ollie pensait toujours échapper, c'était bien le centre de redressement.
Lui, fidèle et croyant envers l'Incontestable comme il était ? En redressement ? C'était à en devenir dingue.

Ollie ne pouvait toutefois rien faire hormis attendre.
Le saviez-vous ? Une semaine à craindre la peine de mort sans pouvoir y changer quoi que ce soit, c'est long. Très long. Et après sa première déception, il avait de quoi flipper.
Assis à la table du salon avec un verre d'eau fraîche (dont les glaçons ont fondu) entre les mains (il l'avait oublié alors qu'il l'avait sous les yeux), il attendait encore. La télé était allumée, mais le son était si bas qu'il en était imperceptible. Ollie avait fait de son mieux pour prendre ses aises dans l'appartement, sans succès sur son stress. En même temps...

On était le dernier jour.
Si demain matin, il n'avait pas son nouveau promis à ses côtés, c'était foutu.
Foutu, putain.


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Dim 8 Sep - 11:27
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta duh, t'as intérêt à en valoir la peine mec« Ah ! Mais c'est génial ! »

« Oui, je sais. »

Oui maman, bien sûr que c'est génial.
Je fais même bouger les muscles qui me permettent de sourire pour lui montrer. Mais faut croire que ça suffit pas à la berner, vu qu'elle me demande pourquoi je tire la tronche. Pas le temps d'esquisser une réponse que ma vipère de sœur siffle, de l'autre côté de la table :

« Ça le dérange un peu parce que maintenant il aura besoin de plus que sa belle gueule pour avoir quelqu'un dans son lit. »

Le silence règne tellement qu'on entend presque le petit coup de coude que lui met son mari dans la seconde qui suit. Moi ça me fait sourire.

«Merci, c'est exactement ça Yuko-chan, je savais que toi au moins tu me comprendrais. »

Ironie, quand tu nous tiens.

Ayant fini de manger et l'ambiance repas de famille étant déjà gâchée, je prends congé, prétextant que je vais faire la vaisselle.
Chose dite, chose faite. Ce sera ça en moins pour ma mère. Et pendant que je lave mécaniquement plats, couverts et casseroles, je repense une nouvelle fois aux lettres que j'ai trouvées ce matin. Parce que y en avait plusieurs, économie de papier bonjour. Je repense au nom, aux noms que j'ai lus. Ollie Alta, c'est comme ça que tu t'appelles. J'étais déjà préparé, je savais que ça allait arriver un jour, j'en rigolais presque, mais je crois que ça me blesse un peu maintenant que j'y suis directement confronté. Ça fait d'autant plus mal parce qu'on avait prévu de se voir aujourd'hui, Ko-chan et moi. Et ça fait déjà trois jours que c'est officialisé, toute cette histoire. Si j'avais su, j'aurais regardé mon courrier demain, quitte à avoir encore plus de mal à organiser mon emploi du temps pour cette fin de semaine.


Les gens font comme ils peuvent, moi j'ai fait comme j'ai pu.
J'ai avancé et retardé les impératifs qui pouvaient l'être, annulé un qui était figé, de façon à laisser ce septième et dernier jour de délai libre. Je sais pas comment tu travailles, alors ce serait bête qu'on se rate et finissent en taule parce qu'on s'est pas embrassés. En parlant de ça, j'ai préféré ne pas voir Ko, pas tout de suite, histoire qu'on... ne dérape pas. Il a dit qu'il comprend, et je sais qu'il comprend.
Chic type.
T'as intérêt à en valoir la peine, Ollie-chéri.


Dernier jour.
J'ai fini mes cartons tard la veille, et appelé des déménageurs le matin même. La nouvelle adresse est vachement plus proche de là où je travaille en tant que seiyuu, ça au moins ça m'arrange je t'avoue. Je passe ensuite une bonne heure dans la salle de bain, histoire de sentir bon, arborer une belle tresse et raser mes joues pour avoir moins l'air d'un grizzli. T'auras tout le temps de me dire ce que tu préfères t'inquiète, on en a pour toute la vie apparemment.

J'arrive en fin (ou enfin) de matinée, avec juste un petit sac sur l'épaule. Une fois la porte refermée, je m'empresse de compter mes cartons dans l'entrée, et j'ai le plaisir de voir qu'ils sont tous là. Bien. Reste maintenant le déballage, qui peut bien attendre.
Mains dans le dos, torse légèrement penché vers l'avant, je marche tranquillement dans l'appartement en sifflotant. Non seulement ça me donne un style, mais en plus ça te signale ma présence si jamais t'es là.

Ah bah, en parlant du loup- je présume que le truc rose en dépression sur la table c'est toi, excuse-moi si je me trompe. Je me rapproche jusqu'à une distance acceptable - trois mètres à tout casser - et t'observe silencieusement pendant une, deux secondes.

« Ollie-kun je présummme ? »

Je te regarde me regarder avant de rigoler, tirant déjà une chaise pour m'asseoir.

« Bah alors ? T'en tires une de ces tronches quand même. C'est pas censé être le plus beau jour de ta vie ? Enfin, de notre vie. Puisque je suis Hiro. Juste Hiro d'ailleurs, c'est plus court. »

Clin d'œil.

« La taille ne compte pas pour moi. »

Sourire qui s'agrandit dangereusement. Ma joue vient se poser sur ma main, alors que mon coude fait de même avec la table. J'espère que tu réussis toujours à suivre Ollie. Surprends-moi. À part si t'es un de mes fans. Ces gens-là peuvent parfois être tellement gênant.
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Dim 8 Sep - 14:24
par Ollie Alta


L'ouverture de la porte le fit sursauter ; un petit mélange entre la surprise et la crainte. C'est curieux, mais pendant une seconde, il avait l'impression de revivre l'attente angoissante d'Akihiko lorsque celui-ci avait fugué. Bon, cette fois, c'est un autre gars, ça devrait être différent.
Y'aurait intérêt. Mais le départ est tellement naze, tellement pourri, que ça pouvait peut-être être encore pire. Ce qui serait horrible.

« Ollie-kun je présummme ? »

Cette voix avait un truc en plus comparé à son ex-mari : elle était plus vivante. Elle était là, déjà. Il fallait pas grand-chose pour avoir l'air plus vivant et présent que l'ex-enculé. Ollie tourna sur sa chaise et fixa le nouvel époux qui, là encore, n'avait rien à voir avec Akihiko.
Bon. On n'allait pas comparer les deux à chaque fois, non plus, hein ?
Sauf que si. Ça rassure Ollie, si jamais ce type-là s'avère plus agréable. Ça lui collerait une meilleure expérience du mariage, pour une fois. Son fil de pensée ne s'arrêta pas, il était même tellement à fond dedans qu'il en oublia de répondre ou de réagir autrement à cette arrivée qu'avec un clignement des deux yeux.

« Bah alors ? T'en tires une de ces tronches quand même. C'est pas censé être le plus beau jour de ta vie ? Enfin, de notre vie. Puisque je suis Hiro. Juste Hiro d'ailleurs, c'est plus court. »

Il ne parle toujours pas.
Hiro. D'accord. Ollie croyait avoir hoché la tête, mais en fait, il l'avait imaginé.

« La taille ne compte pas pour moi. »

Toujours pas.
En fait, sa réflexion l'avait si bien chopé qu'il ne capta pas non plus la grasse blague qu'il venait d'entendre. Peut-être qu'en fait, il n'écoutait pas.
C'est pas Akihiko.
Ce gars, au premier abord, n'a vraiment pas l'air d'être comme Akihiko. Et c'est tant mieux.
Toujours est-il que ça avait déjà mal commencé, il y a une semaine. Mais aura-t-il les couilles de le lui dire ? Il faudrait, et en même temps, ça ne lui paraissait pas simple. Ollie aurait pu passer la dite semaine à réfléchir à la même question de sa vie : mentir et être bon, ou être franc et prendre le risque d'être un sale type et rien qu'un sale type ?
Même au naturel, Ollie savait qu'il était plus que ça. C'est juste qu'avec le temps, il avait l'impression que ses véritables qualités faisaient également parties de son masque. Et que sans celui-ci, il n'était qu'un con.

Alors, il se leva, sans le quitter des yeux et avec une certaine lenteur.
Sa main était humide, mouillée de la condensation du verre plein d'eau fraîche sans glaçons.

- Bonsoir...

Et il ne savait pas quoi dire de plus, concrètement. Toutes ces années de préparation s'étaient envolées, intimidées par la première mauvaise expérience. S'il faisait une remarque sur l'absence, le dénommé Hiro aussi allait-il prendre la fuite et râler ?
Ollie déglutit. Impossible de ne pas stresser un minimum.

- Hiro... ok, très bien. Moi c'est... bah c'est... Ollie.

Putain, bravo. C'est vrai qu'il doit pas savoir lire et qu'il a pu ni connaître ton nom, ni se rendre à l'adresse. Duh. Il se sentait quelque peu fragile, comme incapable de s'accommoder à la situation, alors que c'est tout ce qu'il demande. Mais Hirojiro ne méritait pas (forcément) d'entrée de jeu une mauvaise impression, et encore moins des représailles qui ne lui sont même pas destinées. Bon, allez : je respire, et je parle. Il sait rien. J'ai pas besoin de faire comme s'il savait. Zen. Calme. Putain de chiotte. Alors, il inspira. Puis expira.
C'est bon. Non, c'est pas bon.
Ok, allez, go.

- Bah, euh... je me suis déjà installé, et... bah... fais comme chez toi ?

Oh bordeeeEEEEEEEEEEEEL, c'était quoi, ça ?! Il EST chez lui ! OH ! Il va p'têt le prendre pour une blague ? C'était drôle ? J'avais l'air drôle ?? Sa mère, merde, en plus j'ai pas du tout réfléchi avant de parler ! Il va voir que j'ai l'air con ! Putain, j'suis foutu, J'SUIS FOUTU. MA VIE EST DESTINEE A ÊTRE FOUTUE, NICKEL.

- Euuuh... meubla-t-il en glissant le regard sur le côté gauche du sol. Pourquoi pas, hein. Le droit est sûrement très joli aussi, mais bon, Hiro aura qu'à le regarder.

Coincé entre son appréhension paranoïaque et son image sucrée destinée à le guider vers un meilleur dénouement de situation que celui-ci, il restait à la fois impassible sur son stress intense et renfermé sur le chaleureux accueil qu'il s'était promit de lui offrir en guise de bonne foi.
Il avait qu'à pas mettre une semaine à débarquer, aussi.


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Dim 8 Sep - 16:18
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta umm... really nigga ?Ah, je vois. T'es plutôt du genre amorphe en fait ? Dis-moi que non, s'il-te-plaît, sinon je crois que je vais grave me faire chier durant les années à venir. Dude, je viens de me présenter, de te dire qui si t'as une petite bite c'est pas grave, et tu restes là à me regarder dans le blanc des yeux ! Allô ici la Terre. Je sais pas... insulte-moi au moins ?
Ah ! Tu te lèves, c'est un début.

Tu le vois, le coin de mes lèvres qui a vibré pendant une seconde ? Ça veut dire que mon sourire est passé d'intéressé à nerveux, parce que je me retiens de me foutre de ta gueule. Bonsoir. Juste bonsoir ? Oui mais encore ? Faire comme chez moi ? Pas besoin que tu me le dises chéri, mais c'est attentionné de ta part.

Au départ je pensais que ta lenteur et tout le schmilblick qui a suivi était une façon de me montrer que t'as pas envie d'être ici, mais maintenant que je te vois baisser les yeux comme ça... je me dis que c'est le stress du mariage qui te met en mode légume ? J'ose espérer.
J'ai pas vraiment peur maintenant que j'y pense. J'ai juste l'impression de plus avoir grand chose à perdre.

« Tu aimes les cerfs-volants, Ollie-kun ? »

Je te laisse deux secondes pour assimiler la question.

«Quelque chose me dit que t'en as un, de cerveau lent. »

Mon sourire s'agrandit. Je glousse même un peu devant ladite lenteur.

« Tu sais, le pire que je pourrais te faire je pense, ce serait te donner des fessées. T'as pas à avoir peur de moi ou je sais pas quoi, alors vient t'asseoir, qu'on fasse connaissance. »

Je me redresse et croise les jambes, tapotant sur la table pour appuyer ma demande.

« Et détends tes mains. Le sang circule moins bien dans tes doigts et ça fait stresser encore plus. »

S'il-te-plaît, merci.
J'attends donc que tu t'assoies avant de continuer sur ma lancée.

« Hirojiro pas-de-deuxième-prénom Aijo, trente-deux ans et sans enfant. Seiyuu et commentateur de jeux vidéo. Quand je dis commentateur, pense aux commentateurs sportifs. Je fais pareil, mais pour des compétitions de jeux vidéo. »

Ma gestuelle vient d'elle-même alors que je m'exprime, et mes mains finissent l'une dans l'autre. J'esquisse alors un mouvement du menton dans ta direction.

« Et toi ? Ça fait pas très japonais, Alta Ollie. C'est un diminutif ? Ça me fait penser à Oliver. »

J'aime bien, Oliver. Je trouve que ça te va bien.
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Dim 8 Sep - 17:02
par Ollie Alta


Le moment précis où Ollie comprit que le type assis-là n'avait absolument rien à voir avec Akihiko était...

« Tu aimes les cerfs-volants, Ollie-kun ? Quelque chose me dit que t'en as un, de cerveau lent. »

… là. Bon, c'était un peu vexant, après une minute de conversation, mais il était au moins fixé.
Un homme, certes, mais complètement différent. Pas la même carrure, le même visage. Une voix qu'il entend bien plus que l'ancienne, un humour douteux et beaucoup de parlote. Un humour. Des émotions. Une personnalité, bref... un homme qui vivait. Et pas qui vivait comme un voleur à la petite semaine, non. Hirojiro semblait foncer tête baissée dans ce contrat.
Il était peut-être encore un peu tôt pour le dire, mais Ollie aurait préféré mille fois épouser un type du genre pour la première fois. Maintenant, il manquerait plus que ses efforts prévus soient découragés à cause de la malheureuse expérience.
Alors que lui, ce gars, là, avait l'air d'en faire déjà autant ?
Ollie n'allait pas devenir celui qui n'en faisait aucun, c'était hors de question.

Ollie cligna des yeux à la demande de retrouver sa place, et le fit en entendant les doigts tapoter le bois de la table. Il l'entendait lui parler, même quand il ne disait rien. Il passait pour l'introverti qui ne voulait pas s'ouvrir pour le bien de leur union. Sans doute était-il dépassé par la situation alors que ce rôle, normalement, aurait dû lui revenir.

Après avoir entendu, il l'écouta se présenter. Rapide, mais pas non plus envoyé à la va vite. Tout était différent de la première fois, si bien qu'Ollie voulut enfin se réveiller de lui-même pour se concentrer. Et toujours, en parallèle, dans l'ignorance totale des formes à adopter en sa présence. Il était peut-être un peu tard pour jouer la carte de l'adorable mari, non ? Ça ferait pas un peu bizarre ?
En fait, Hiro était tellement rapide et sûrement « bon joueur » qu'Ollie ignorait s'il fallait vraiment user de tant de superficialité.
Ça lui ferait du bien, d'être complètement lui-même, mais en même temps, il préfère toujours faire semblant que d'être juste lui. À côté du stress à savoir comment se comporter, il voulait toujours véritablement être cet adorable Ollie qui vivait de sucre, pas d'épices mais de tas de bonnes choses.
Ça allait demander un petit rattrapage en vitesse, mais Ollie inspira doucement et calmement pour pouvoir enfin échanger convenablement.

- Trente-deux ans... murmura-t-il d'abord pour lui-même. Ça nous fait sept ans de différence... j'ai vingt-cinq ans.

Curieux. C'est pas dans les shojos, des fois, que le chiffre sept en différence d'âge revient ? Encore une fois, Ollie était le plus jeune.

« Et toi ? Ça fait pas très japonais, Alta Ollie. C'est un diminutif ? Ça me fait penser à Oliver. »

- Oui, non, enfin...

Cool, mon vieux. Respire. Arrête de te tripoter les doigts.
Tu es mignon.
Tu es mignon.


- C'est vraiment mon prénom, avoue-t-il en tentant un petit sourire amusé pour rebondir sur le « Oliver ». C'est Ollie « Kiko » Alta, en fait, ma mère est japonaise. Et mon père est anglais.

Comme par la magie d'un shojo (donc) tout naze, Ollie s'était mit à évoquer son père pour la première fois depuis longtemps. Non pas qu'il niait en avoir un : seulement qu'à savoir que ce dernier niait, lui en revanche, avoir un fils au Japon, il préférait ne pas en parler. De plus, le monsieur en question devenait un peu plus connu au fil du temps. Pas que le nom était familier dans le territoire nippon, de toutes façons.
Il tenta de se relaxer un peu plus en appuyant son dos sur la chaise.

- Je suis né à Chiba, en fait, mais j'ai vécu toute ma vie à Winchester et... hm, je suis venu à Tokyo avec ma mère à 17 ans.

Qu'est ce qu'il a dit être ? Seiyuu et commentateur de jeux ? N'étant pas très otaku lui-même, il est fort possible qu'il n'ait jamais entendu un anime ou un jeu-vidéo avec la voix de son nouvel époux. Il a dû en regarder durant la dernière année de lycée, mais après ça...


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Dim 8 Sep - 18:07
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta dommage, t'as une tête d'oliver« Trente-deux ans... »

Oui, trente-deux ans. Il faut que je te le répète en plus ? Mhm, visiblement non. Très bien, tu sais même compter jusqu'à sept ! Si c'est pas une bonne journée ça ?

« Ça nous portera peut-être chance. »

Sept c'est le chiffre universel, parait-il.

Je te sens presque te replier sur toi-même, te froisser comme une boulette de papier quand je relève ton prénom. Encore, je t'aurais connu avec une autre personnalité, ça m'aurait amusé.
Là je sens que ça m'use.
Heureusement tu continues de toi-même, et je hoche légèrement de la tête pour te montrer que j'écoute et que je comprends ce que tu dis. Même si Kiko c'est moche- ou du moins que ça te va genre pas du tout. Désolé hein. En tout cas certaines choses font sens maintenant. Je sais pas toi mais moi j'ai jamais vu de japonais avec des taches de rousseur - enfin si, mais des fausses. Et puis aussi...

« J'aime bien ton accent. »

L'information est délivrée alors qu'une de mes mèches est replacée.

« Hmm... moi j'ai un frère et une sœur- une vraie chipie. On est nés et on a vécu à Tokyo, mais elle est sur Kanagawa depuis son mariage. »

On l'appelle Yuko, mais elle est plus proche de Yukrotte qu'autre chose. Bref. Mes yeux qui étaient partis se perdre dans le décor se reposent finalement sur toi.

« Et tu travailles dans quoi, sinon ? Pas que je puisse pas me payer un appart' pareil, mais je pense qu'on aurait eu un studio ou un truc riquiqui si t'étais sans emploi. »

C'en est à croire que la question sur ton prénom a absorbé toutes tes capacités mentales. Triste vie. Moi je me gratte la joue en ayant la forte impression que ça repousse déjà là-dessous. J'essaie de t'imaginer avec une barbe complète mais c'est juste... pas possible ? Une petite moustache ou alors une barbiche, mais rien de plus franchement.

« Eeeet, bon, je sais que ça va faire méga malpoli, je me ramène comme une fleur le dernier jour et tout mais, j'ai faim. Y aurait pas un truc à manger ? »
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Dim 8 Sep - 18:56
par Ollie Alta


« Ça nous portera peut-être chance. »

Ça serait bien. Oui, hein ? Un mariage qui se déroule comme le plus parfait et carré des plans, exactement comme Ollie l'imaginait. Ça paraît un peu trop beau sur le moment, mais... ouais, ça serait cool.

« J'aime bien ton accent. »

Ollie leva les yeux qu'il avait petit à petit rabaissé sans vraiment s'en rendre compte. L'accent d'Ollie... fut une époque où il était un peu plus fort que ça. Pour le coup, ça jouait énormément sur sa « popularité » au lycée. Son physique aussi tranchait beaucoup entre les deux nationalités, si bien qu'on ne pourrait dire à qui il ressemble le plus.
Il avait la blancheur, les cheveux noirs et la forme du visage de sa mère. Tandis qu'il avait les tâches, les yeux et un peu le reste du corps de son père. Une équité quasi-parfaite, qui avait ainsi donné forme à ce jeune homme un peu fragile physiquement mais pas non plus faible comme une poupée de chiffon (mais poupée tout court, lui, il veut bien).

Qu'est-il censé dire, à ce moment-là : merci ?
Dans le doute, il ne dit rien. Ça lui permettra d'écouter la suite. Hiro semblait avoir une telle facilité à parler que les sujets s'enchaînaient et glissaient les uns sur les autres sans trop de mal. Quand bien même Ollie était capable de l'imiter en feignant les choses, il était surpris de constater que certaines personnes pouvaient faire ça naturellement. Après, il est commentateur, ça aide peut-être...

À la question du travail, Ollie s'était bel et bien retenu de le dire lui-même pour la simple raison que... encore une fois, c'était lui qui avait le job le moins envieux des deux. En même temps, c'était plus un taff alimentaire qu'autre chose. Ollie n'était pas passionné par le travail, quand bien même faire ça quotidiennement au milieu des fleurs l'avait inspiré à apprécier celles-ci (d'où la présence du balcon avec les plantes. Ce qui était toujours mieux qu'une serre fermée à la con).

- Roh, c'est pas... commence-t-il en jouant avec une goutte d'eau qui glissait le long du verre. C'est juste histoire de, mais je travaille chez un fleuriste... pour l'instant.

Pour l'instant quoi ? Il n'avait pas du tout prévu de changer. Ce n'était même pas lui qui avait donné son CV au patron ! Professionnellement, Ollie n'avait jamais prit les vraies initiatives.
Il venait de mentir pour sauver une autre image que celle de d'habitude. Super. Tripolarité, maintenant ?

« Eeeet, bon, je sais que ça va faire méga malpoli, je me ramène comme une fleur le dernier jour et tout mais, j'ai faim. Y aurait pas un truc à manger ? »

- Oui, j'ai déjà entamé ce qu'il y avait, mais le frigo est encore plein. Depuis le début de la sema- d'ailleurs, parlons-en !

Son timbre de voix s'était soudainement changé comme si Ollie venait de se réveiller une seconde fois. Il eut peur d'avoir haussé le ton pour rien, et laissa donc un temps pour s'assurer qu'il n'avait pas trop réagi au quart de tour.
Les secondes passées, il ajouta sur un ton plus calme et conciliant (en tout cas, il le veut ainsi).

- Tu... avais un empêchement, pour arriver aussi tard... ?


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Dim 8 Sep - 22:14
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta désolé hein, on a pas tous le temps de jouer à touche-touche avec son fleuristeY a un truc de satisfaisant dans la façon dont tu lèves les yeux vers moi après mon compliment. Comme tout à l'heure tu ne dis rien, mais là au moins j'ai l'impression que ça s'agite un minimum dans ta caboche. J'aime juste avoir de l'effet, bon ou mauvais.

Par contre dès qu'il faut parler de ton boulot, là, rien ne va plus. Tous les tics du langage caractéristiques de l'embarras et de la honte défilent à la queue leu-leu sous mes yeux. Enfin, devant mes oreilles. Bref, je comprends juste pas, fleuriste c'est pas si mal, si ? Encore, tu m'aurais dit équarrisseur j'aurais pu comprendre.

« Mhm, d'accord, que je finis par lâcher l'air peu convaincu. »

Viennent ensuite mes excuses dissimulées et, vu ta réponse, je suppose que tu ne comptes ni m'apporter à manger, ni me faire à manger. Dommage. Peut-être que si j'avais dis "nourris moi" ça aurait été plus évident ? En fait j'ai à peine le temps d'être déçu que tu me fais presque sursauter à hausser le ton d'un seul coup. Faut pas habituer les gens à t'entendre parler doucement et devoir te tirer les vers du nez pour ensuite augmenter le volume comme ça, non mais ! Ohlala. Bref. Je ne dis plus rien, et je vois que tu aimes faire durer le suspense, on a au moins ça en commun.

Quand tu lâches finalement la bombe, j'ai peur de comprendre et je sens mes sourcils se froncer. Tu me reproches d'arriver que maintenant ? J'ai quand même dit que je suis venu le dernier jour comme une fleur, je sais que ce sont pas des excuses propres, mais j'ai au moins reconnu la faute. Si faute il y a, à la base.

« J'avais la flemme, pour tout t'avouer. »

Le visage neutre, défroncé, je t'observe pendant quelques instants avant de t'offrir un sourire moins grand que les précédents.

« Ou peut-être que je regarde pas ma boîte aux lettres tous les jours, hein. Quand je l'ai ouverte on était déjà mariés depuis trois jours, sans compter le repas de famille et le plan cul prévus le jour même, les impératifs professionnels que j'ai décalés ou annulés ensuite pour avoir cette journée de libre, histoire qu'on puisse faire connaissance sans que j'ai à stresser derrière. »

Oof. Ça fait beaucoup d'un coup là, non ? Pardon, je crois que t'as remarqué mais j'aime m'entendre parler. Ou peut-être que j'avais juste pas envie d'être ici à la base. Je crois que je m'en rends compte que maintenant. Bref.

Je prends une grande inspiration.

C'était plus agressif que ce que j'aurais voulu, mais le mal est fait.

« Dooonc oui, voilà, des petits empêchements. Mais je suis là au final, je pense que c'est le plus important. »

N'est-ce pas ? Alors le fait que tu me demandes pourquoi j'arrive "aussi tard", ça m'agace encore plus que cette lettre ne l'avait déjà fait. Il est même pas midi, j'aurais pu arriver encore plus tard tu sais ? Désolé de pas avoir un emploi du temps de fleuriste. Ou assistant fleuriste, même. Qu'est-ce que j'en sais ?

Dans les instants qui suivent mon fessier se décolle de la chaise, et je regarde vaguement dans plusieurs directions.

« Euhm, la cuisine est de quel côté ..? »
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Lun 9 Sep - 13:14
par Ollie Alta


Hiro n’avait pas l’air convaincu, évidemment.
Quand Ollie ne se trouvait pas convaincant lui-même, il ne l’était pas souvent pour les autres. Il y avait comme un petit silence sans rien après qu’il ait sorti son passable « d’accord ». Il attendait quelque chose ? Qu’Ollie aille lui faire la cuisine, peut-être ? Pas qu’il détestait cuisiner ou cuisiner pour quelqu’un, mais là tout de suite, l’envie n’était pas présente. Et il était hors de question qu’il endosse le rôle du mari au fourneau qui attend patiemment (enfin, avec angoisse) le retour du sien.

« J'avais la flemme, pour tout t'avouer. »

Ah ouais. Il aurait pu se trouver une excuse qui sentait le réchauffé, mais non, il a décidé d’être franc. La suite de son explication sentait mauvais la sincérité, mais en même temps, il préfère peut-être ça plutôt qu’un mytho détectable depuis tous les coins de rue. Ok, il avait sûrement des choses professionnelles comme personnelles à accomplir avant de se lever pleinement dans une nouvelle vie qu’est ce mariage, mais… un « plan cul », qu’il a dit ? C’était pas un gigolo, hein ?
Il allait tenir, ce mariage ? Il allait pas les envoyer au centre, hein ? Ou pire, hein ?
Ollie ne savait toujours pas sur quel pied danser, avec ce type. Au moins, il avait sorti un peu la tête de l’eau en remettant sur la table la carte de l’adorable Ollie (comme il le pouvait à ce stade).

Lorsque Hiro conclut, Ollie baissa légèrement les yeux sur la table.
Ouais, il était là, c’est ce qui importait. Mais cette boule au ventre, elle ne disparaissait toujours pas. Il y avait un peu de tout, dedans, donc vivement qu’elle s’en aille. Que disparaissent le stress, la crainte, l’incertitude et cette envie d’imposer ses règles comme un paranoïaque égoïste (le plus triste, c’est qu’il l’était quand même un peu, dans le fond).

« Euhm, la cuisine est de quel côté ..? »

Juste une main se leva pour pointer du doigt la direction exacte.

- Par-là.

Sans plus de commentaire, pour l’instant. Il laissa Hiro s’y aventurer sans lui.
Au final, peut-être qu’il était juste aussi j’enfoutre que l’ancien ; causant en plus, c’est tout. Ollie sentait qu’il devait toutefois se ressaisir avant de n’avoir l’air que d’un type qui se laisse marcher sur les pieds (et de le devenir vraiment).
Quelle horreur que d’être possiblement enchaîné à un autre gars qui ne saura pas être plus attentionné ou conciliant que l’ex-mari. Ex-mari. Ex-mari. Ollie a vraiment du mal avec ce terme. Il peine à croire qu’il fut un homme divorcé. Au final, ça n’était qu’un abus de langage pour dire qu’on avait loupé une étape du système. Techniquement, c’était bien un divorce, toute la paperasse en moins cependant…

Il se leva à son tour pour rejoindre Hirojiro. Allez.
Il s’arrêta à la limite de la cuisine, juste assez proche pour qu’il puisse l’entendre sans avoir  à hausser le ton.
- Dis.

Il n’y avait pas de quoi avoir peur, ni de quoi fouetter un chat. Après tout, c’était normal de demander ou exiger ce genre de choses...

- J’aimerais qu’on établisse quelques règles…

CROTTE. Sa voix s’était évanoui au milieu de la phrase.
Il se sentit bêtement rougir de honte. Quel abruti.
Porte tes couilles, Ollie : prouve-lui que t’en as !

- D-Des…

Ollie Kiko, Ollie sans-Kikouilles, ouais ! Putain ! Bouge-toi, dis-lui ! Tu sais parler, non ? C’est juste PARLER. C’est fou comme il peut autant hurler dans sa tête et pas en dehors en parallèle.

Des règles ! Je veux qu’on en mette !

Putain. Si avec ça, il me prend pas pour une p’tite crotte. Une p’tite crotte de lapin.



Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Lun 9 Sep - 15:09
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta si tu continues de me faire sursauter comme ça, j'aurais des cheveux blancs à 35 ansDans ta grande miséricorde tu daignes m'indiquer la direction de la cuisine, et je m'y engouffre rapidement après un petit "merci". Pour une raison qui me dépasse la pièce me fait sourire, juste un peu. Je viens m'appuyer contre un plan de travail, ouvre un tiroir au hasard et découvre une poêle rectangulaire qui illumine mon regard.
Ça y est, je sais ce que je veux manger.
J'ouvre ensuite le frigo et mes yeux se perdent en cherchant des œufs, avant que ta voix ne m'interrompe. Je me redresse en m'appuyant sur la porte de l'engin, attendant... je sais pas, une suite peut-être ? C'que tu peux être lent quand même.

Tu aimerais ..?
J'vais te dire ce que j'aimerais : que tu parles plus fort. C'est chiant, je t'ai déjà dit que je vais pas te bouffer et tu joues encore aux timides.

« Des règles ! Je veux qu’on en mette ! »

Je crois que si je me tenais pas à la porte du frigo, j'aurais eu un mouvement de recul. Juste milieu tu connais ? Pas besoin de t'exciter non plus. Je t'observe encore quelques instants, histoire d'être sûr que t'as fini - vu comme tu mets dix ans pour sortir une phrase - et alors que je m'apprête à répondre, c'est la sonnerie du réfrigérateur qui me coupe. Je ferme donc la porte pour que l'alarme la ferme elle aussi.

« Alta-san. »

Je pense que ça annonce déjà la couleur, non ?

« Je... »

Ma langue finit par claquer contre mon palais, avant que je ne soupire. Je sais même pas par où commencer, c'est grave ça.

« Je pense être assez grand pour qu'on ait pas à m'imposer des règles et savoir comment me comporter. On va vivre ensemble alors... s'il y a des choses en particulier que vous voudriez que je sache, ou bien qui vous déplaisent, je suis tout ouïe, mais si c'est pour m'imposer un couvre-feu ou je sais pas quoi c'est même pas la peine. »

Voilà, donc les règles absurdes dignes d'un dépendant affectif - je sais pas si c'est ce que t'avais en tête, mais -  tu vas les oublier très vite, chéri.

« Sinon, je comptais faire des tamagoyaki au bacon. Tu en veux ? Je peux te mettre du nori à la place, si tu ne manges pas de viande... ou du fromage, je sais pas. J'ai pas encore vu tout ce qu'on a. »
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Lun 9 Sep - 17:51
par Ollie Alta


« Alta-san. »

Ça y est, la voilà. L'erreur. Le point de non-retour, déjà.

« Je... Je pense être assez grand pour qu'on ait pas à m'imposer des règles et savoir comment me comporter. »

Bien sûr. C'était stupide de la part de l'Anglo-japonais de penser qu'il pouvait dire ça haut et fort comme s'il avait les pleins pouvoirs sur cette nouvelle vie. Son époux portait cette fois peut-être uniquement son nom, mais il ne tenait pas les rênes du couple pour autant. Hiro était plus âgé, en plus, alors les tourments sentimentaux, il y était peut-être bien moins sensible. Surtout qu'il avait l'air moins gêné qu'Ollie d'être ce qu'il était : bavard, franc... ce que le bonbon à jambes craignait parfois de faire.

Hirojiro avait le droit de se plaindre d'une requête aussi brouillonne et réclamée avec tant de puérilité. Il avait le droit de lui parler comme ça, sur le coup, et ensuite de fuir à moitié. Il accepte de s'accorder avec lui sur certaines choses, c'est déjà ça. L'autre n'en aurait pas fait autant.
Non. Akihiko en avait rien à foutre, des règles et des inquiétudes d'Ollie.
Hiro n'avait pas à subir les conséquences du divorce. Les représailles, la frustration. Ça semblait être un type bien. C'était pas l'amour fou immédiat, mais là, c'était beaucoup mieux que la première fois.
Il était tombé sur un type insoumis, mais compréhensif.
Putain, c'est cool, non ?

Hirojiro le questionna sur le repas. Il ne répondit pas.
Il s'était contenté d'écouter sa réponse en restant debout, sous l'encadrement de la porte. Puis de baisser la tête quand il avait terminé, jusqu'à cette histoire de tamagoyaki. Mais là encore, il ne répondit pas. En fait, il secoua juste légèrement la tête pour signer un refus.

- Non, je... pas faim.

Pas faim à cause du moral. Et un peu des restes de la maladie qui s'en est allé. Ollie craignait de moins en moins de vomir ou d'avoir l'estomac retourné s'il mangeait trop riche, mais tout de même... De toutes façons, c'était pas la grande forme. Il lui fit dos, puis retourna dans le salon. Rejoindre cette table et son verre d'eau tiède.
Une semaine de stress, aussi bien dans l'attente que dans l'appréhension. Il s'était imaginé tout les types de maris : des gentils comme des méchants. Après ce qu'il avait vécu, il s'était torturé l'esprit comme cajolé l'imagination. Il rêvait de quelqu'un de tendre et doux, avec qui il aurait eu le coup de foudre. Un peu comme dans sa récente jeunesse. Un peu comme ça peut encore lui arriver, en fait, mais moins souvent.
Il l'avait, son gars : Hirojiro n'avait pas l'air horrible non plus. Ollie paranoïait trop, voilà tout. Il fallait qu'il se calme. Une semaine, ah, ça devait suffire, tiens.

Pour l'instant, il préférait rester un peu à l'écart, afin de rendre à Hiro cet espace vital qu'il s'était empressé de piétiner. Ollie avait eu le temps de se faire à son nouvel appartement, il pouvait bien laisser au nouveau d'en faire de même. De nouveau assis, Ollie se rappela que la télévision était allumée, mais muette. Il saisit la télécommande qui se trouvait à l'opposé de son verre (qu'il prit d'ailleurs de son autre main) et augmenta de quelques crans seulement le volume.
Enfin, il but sa saloperie d'eau tiède.



Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Lun 9 Sep - 19:21
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta i'm not mad at you or anything, just tiredT'es vraiment désespérant comme garçon tu sais ? À un moment t'es timide, à un autre tu t'écrases presque. Les seuls moments où tu prends la confiance c'est pour dire des trucs déplacés. Si au moins tu le faisais avec humour comme moi, ce serait gérable. Encore une fois tu me déçois à baisser les yeux, incapable de sortir une phrase complète avec sujet, verbe et complément. J'accepte néanmoins mieux cette capitulation, vu l'ineptie qui a précédé. J'espère juste que t'es pas parti pleurer parce que si c'est ça, moi j'me casse.

Je retourne donc à mes occupations, et rassemble tous les ingrédients qui m'intéressent avant de me laver les mains. Je bats les œufs à la baguette, ajoute sucre, sel, mirin et sauce soja puis verse une fine couche du mélange dans la poêle. L'instant cuisson commence et à partir d'ici tout est mécanique : enrouler, pousser, reverser, et encore enrouler. Les garnitures comme le bacon peuvent venir s'ajouter une à une, après chaque versement.

Le temps que ça refroidisse dans la natte de bambou, je serais bien venu te voir pour tuer le temps comme j'en ai le secret, mais après tout ça j'ai juste pas envie de me retrouver près de toi sans raison valable. Tu m'as déjà saoulé deux fois en un laps de temps très court, je savais même pas que c'était possible.

Verre de soda en main, omelette découpée en petites bouchées, je reviens dans le salon seulement pour te retrouver là, assis. Pendant un instant j'ai presque peur que tu m'aies attendu pour pouvoir débiter d'autres âneries, mais je me force finalement à m'installer.

« Itadakimasu, que je dis pour moi-même. »

Je dégaine ensuite mes baguettes, pensif, avant de me mettre à manger en faisant mine de regarder la télé. J'ai peut-être mis un peu trop de sauce soja, mhm.

« ... Ollie-kun ? »

Je prends deux bonnes gorgées de mon verre avant d'effectivement poser les yeux sur toi. Une fois le contact visuel établi, j'attends tout de même deux secondes avant de poser mes baguettes et tenter une ultime approche.

« Pour l'histoire de retard. Ou du moins, pour ce que tu m'as demandé tout à l'heure, sur le fait que j'arrive que maintenant. Je voulais que tu saches que je suis pas fâché ou quoi que ce soit. J'étais un peu sur la défensive et, comme t'as l'air du genre à t'inquiéter de tout et de rien, je préfère mettre ça au clair, histoire que tu culpabilises pas. »

Tu m'as surtout l'air d'un contrôle freak, oui. Idiot de contrôle freak ramollo mais pas méchant. Je juge sûrement un peu vite. Par contre rien ne change pour cette histoire d'instaurer des règles, mais je pense que tu es assez intelligent pour que je n'ai pas à enfoncer le clou.

« Disons que... c'était pas la meilleure semaine de ma vie, et ta question était la petite goutte d'eau qui a fait déborder l'océan. »

Oui, grosso modo. J'ai pas apprécié la façon dont elle était posée, mais quand j'y pense je vois mal comment t'aurais pu la poser autrement.

« Et j'espère que tu n'as pas oublié, mais on censés partager un repas par jour en plus de tout le schmilblick, donc... enfin, penses-y pour ce soir quoi. »

Ce faisant, je reprends mes baguettes pour terminer de manger, toujours à l'écoute - quoique avec pas grand espoir.
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Mar 10 Sep - 4:07
par Ollie Alta


Ollie, ça pouvait être un gars adorable pour certains, gentil et altruiste, tandis que d'autres
abrutis le savaient con et parfois méchant pour que dalle. Hypocrite et immature. Vulgaire pour trois fois rien et juste rancunier pour lui avoir volé une place dans le bus.
Il n'était encore jamais passé pour un faiblard auprès de quiconque. Peut-être un peu auprès de certains de ses vieux camarades de lycée après son déménagement, mais là y'a hors-jeu m'sieur l'arbitre, il ne connaissait pas bien le japonais !

Là, non, il n'avait aucune excuse. Il était juste parano et le montrait trop bien malgré lui. C'est pourquoi il fit de son mieux pour empêcher son œil de dériver lorsque Hiro vint s'installer pour manger. Ça sentait bon, faut dire. Mais non : Ollie n'avait vraiment pas faim.
Sans doute son corps en a besoin, mais là, maintenant, il ne se sentait pas d'avaler un truc.
C'était encore plus gênant de regarder la télé sans piper mot à un type qui fut obligé de se souhaiter bon appétit à lui tout seul. Foutue pour foutue, cette journée, un peu.

Lorsqu'il l'interpella avec un « kun » plutôt qu'un « san », il voulut bien déscotcher ses iris de l'écran et tourner la tête vers lui – mais pas trop quand même, c'était surtout histoire de l'avoir dans le champ de vision.
Encore cette fois, Hiro fut le plus bavard. Au mariage précédent, c'était l'inverse, Ollie devait
amener les sujets sur la table et tenter d'arracher des mots de son ex-conjoint. Là, il s'enfermait entre quatre murs de crainte – pas même de timidité – pour sûrement pas grand-chose, vu que ça semblait mettre mal à l'aise le Japonais pur souche. Mais Hirojiro n'était pas fâché.

Un soulagement que l'Anglo-japonais ne parvint toutefois pas à illustrer d'un mouvement du visage ou d'un soupir.

« Disons que... c'était pas la meilleure semaine de ma vie, et ta question était la petite goutte d'eau qui a fait déborder l'océan. »

Lui non plus n'avait pas passé une super semaine. Il avait végété dans ce nouvel appart' uniquement pour être sûr d'être là lorsque le nouveau mari passerait la porte (il n'avait pas encore reprit le travail à cause de l'arrêt maladie, et puis il avait insisté de toutes façons.
Sans doute qu'il allait reprendre le taff le lundi suivant).

Lorsqu'il remit ensuite le sujet du repas sur la table (ha ha), Ollie hocha toutefois la tête.

- D'accord.

Quand bien même il ferait une bêtise, il n'irait pas jusqu'à risquer leur vie avec une petite rébellion comme celle-ci (ça n'était même pas contre le système, en plus). Dîner ensemble ce soir. C'est noté. Et il aura sûrement trop faim d'ici-là pour se priver d'un autre repas.
La tête pas spécialement bien baissée mais les yeux tout de même sur le bois, il ajouta avec un ton moins fermé, mais tout de même peint d'une certaine culpabilité :

- D'accord... pardon.

Oof, ça t'aura arraché la bouche que d'en venir là, hein Ollie ?

- J'ai juste... c'est pas une excuse, mais... les mariages... comment expliquer ça. Il n'avait même pas envie d'en parler, en fait. J'en ai pas un bon souvenir.

C'était même un peu tôt pour lui d'en parler, mais pour expliquer son comportement, il allait bien devoir le faire.


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Mer 11 Sep - 12:55
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta spank spank spankD'accord, que tu dis.
T'aurais tout aussi bien pu m'envoyer un "Ok." par sms avec le point bien à la fin, je crois que ça aurait eu le même effet.
Tant pis. Moi j'ai fait ma part. Je devrais même pas me plaindre en fait, "d'accord" c'est déjà bien venant d'un légume. Mhm. Mhm. Mhm hm. Oui. Si ça s'trouve tu te retiens de chialer là. Ça pourrait être pire.

C'est que j'en deviens déjà irritable quand même, bientôt ce seront les cheveux blancs et l’infarctus. C'est terrible, ça.

« D'accord... pardon. »

Pardon ?
Pendant un instant je me suis interrogé sur ta santé mentale quand tu t'es répété mais... pardon ? Ah bah merci ! Je peux dire que c'est sincère ou alors très bien joué. Je m'arrête même de manger sur le coup, mais tes yeux ne se relèvent pas, ne reviennent pas vers moi. Ça me fait tirer une moue, avant que tu ne continues sur ta lancée - à ma plus grande surprise. Et de suite les choses font un peu plus sens.

« Ah. »

Oui, ah.
Les mariages. Un souvenir. C'est quelque chose de vécu, par toi mais aussi par tes proches je présume.

« ... Je vois. Je vois beaucoup mieux, maintenant. Je... Je sais qu'on se connaît à peine et que tu n'as pas à m'en parler, alors je te remercie de l'avoir quand même fait. Je comprends mieux maintenant. »

Oui, je comprends mieux le principe de fixer des règles pour éviter qu'on ne dérape, mais ce serait partir de l'idée que je suis capable de te faire revivre ce mauvais souvenir. Auquel cas, mettre des règles n'aidera pas sur le long terme. En plus c'est limite vexant.

« Après... mhm... enfin, je t'avoue que ce mariage me met pas de papillons dans le ventre, mais j'ai pas non plus comme objectif de me venger sur toi ou qui que ce soit. »

Mon sourire revient finalement au galop - il m'avait manqué.

« Comme je t'ai dit, le pire que je pourrais te faire c'est te mettre la fessée. Y a pas à avoir peur. »

Allez ris steuplaît.
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Ven 13 Sep - 2:30
par Ollie Alta


Il s'attendait à à peu près tout. Des reproches, des soupirs fatigués, voire un lever de yeux au plafond. Parce qu'Ollie n'aurait pas le droit de se plaindre (on lui a bien souvent fait le reproche, même si c'était lui qui avait raison). Il pensait que ce « ah » prévenait une suite désagréable à attendre, quelque chose qu'une personne plus virile que l'Anglo-japonais serait capable de lui dire en insistant sur la requête de ne pas chialer ou de faire sa mijaurée. Il n'eut rien de tout ça, juste un peu de compassion.
Ces remerciements évoqués étaient bien réels. Il les avait entendu, et il voulait bien y croire. Ollie le regarda parler, accueillant avec moins de craintes le reste des mots.

Au même titre que Hiro qui n'allait pas se défouler injustement sur Ollie, Ollie n'allait pas non plus se défouler injustement sur Hiro. Aucun des deux n'était responsable des éventuels mauvais souvenirs de l'un comme de l'autre, surtout qu'Ollie semblait être maintenant tombé sur quelqu'un de bien plus sympathique que le fucking Akihiko.
Hé, s'il en rajoute, peut-être qu'il va pleurer ?

Il pourrait, hein. Après tout, le soulagement est là. Rien que d'y penser, les larmes semblent vouloir monter toutes seules (mais c'est faux, ses yeux ne s'humidifient pas). Il se dit juste que... woah, les choses vont bien se passer ? L'ex-mari l'aurait engueulé, lui aurait certainement sondé à l'esprit que c'est pas de sa faute s'il s'est réduit à un tel état de merde, et Ollie n'en serait que plus malheureux. Il y avait un peu de diabolisation, là-dedans, mais l'Anglo-japonais n'a pas eu le temps de mieux connaître Akihiko pour prévoir autre de ses actions. Il savait juste que c'était un connard pire que lui, c'était suffisant.

« Comme je t'ai dit, le pire que je pourrais te faire c'est te mettre la fessée. Y a pas à avoir peur. »

Ces mots devenaient étrangement drôles lorsqu'ils étaient accompagnés d'un sourire. Un sourire stupide, sinon, ça ne fait pas le même effet. Ollie sentit son cœur s'alléger soudainement, car cette conclusion bidon eut un mérite : faire sourire Ollie à son tour. Enfin, pas un petit sourire tendre. Un sourire de soulagement, amusé, qui montre un peu les dents et qui laisse échappé du fond de la gorge une autre réaction qu'il n'a pas su retenir :

- Ha ha...

Avec ce léger rire et ce souffle du nez, une larme s'extirpa du coin de l'oeil d'Ollie pour rouler rapidement jusqu'en bas de sa joue. La vanne ridicule d'Hiro (qu'il aura répété, en plus) a fait éclaté cette ultime bulle de stress qui libéra alors Ollie. Il avait l'impression de récupérer sa respiration et d'en pleurer d'émotion.
Bon, ça n'était qu'une larme, mais l'idée était là. Il renifla une fois et se rendit compte de son laisser-aller soudain. Il passa alors la manche de son pull sur la même joue, espérant ne pas avoir l'air plus misérable qu'il y a un instant.

Ça va le faire.
Putain, ça va le faire.


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Dim 15 Sep - 9:44
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta mission complete, returning to baseHA ! Serait-ce un sourire que je vois sur ce - somme toute - joli minois ? Mhm ? Oh, c'est qu'il rit en plus le bougre. Voilà, mission accomplie. Fier de ma bonne action du jour, je m'enfile les deux derniers morceaux de tamagoyaki avant de vider mon verre.
Je relève ensuite les yeux et là mon cœur s'arrête presque. C'est une larme qui coule là ? Je m'arrête même de respirer, dans l'espoir que t'oublies ma présence peut-être. Ça me stresse trop pour que je sache vraiment. Le fait que tu te mettes à renifler n'aide pas vraiment non plus. Pourtant tu ne trembles pas, et t'essuies la seule goutte qui soit parvenue à sortir. Je t'observe pendant encore deux secondes avant de souffler tout en me calant au fond de ma chaise.

« Pffou... tu m'as fait peur, j'ai cru que t'allais vraiment pleurer pour de bon... »

J'ai toujours eu du mal avec les gens qui pleurent. Surtout quand je sais pas pourquoi ils pleurent. Ça me met graaave mal à l'aise et je deviens à peu près comme toi tout à l'heure : un légume qui bégaie. Peut-être pas à ce point, mais c'est dans cet esprit-là.

« ... Niveau règles à instaurer, justement, je me disais - celui qui n'a pas fait à manger pourrait faire la vaisselle ? Sauf contre-temps bien sûr. Juste histoire que l'Incontestable pète pas un plomb. Ou un câble... ou un boulon. »

Je pense que, si t'as été un bon ex-marié ou que tu connais si bien un ex-marié, tu sais qu'on est censés tout se partager, même les trucs pas forcément agréables. Rêve toujours pour que je t'embrasse si t'as la grippe par contre.

Je débarrasse ensuite la table et m'en vais à la cuisine, affirmant que j'ai pas sali grand chose de toute façon. Et puis une fois arrivé à l'évier, je soupire longuement, bras croisés.
Je peux comprendre, certes, mais si toutes nos journées à venir sont comme ça je vais saturer très vite. Je suis bien content de déjà reprendre le boulot demain.

C'est en baillant que je reviens au salon.

« Il y a quelque chose que tu voudrais faire en particulier ? Moi je comptais déballer un peu mes cartons, ranger un peu et peut-être faire un peu la sieste, mais j'ai une console et quelques jeux si ça t'intéresse. À moins que tu veuilles faire la sieste avec moi... »

Je ricane.

« ... Mais je sais pas si ça compte comme une activité de couple pour la machine. »

Et puis y aurait des chances que je te fasse des avances pour voir comment tu réagis, peut-être plus. Je pense pas que ça soit une bonne idée, mais je sais que c'est ce qui va se passer, alors autant jouer à la console - ou à tout ce que tu veux d'autre mon cœur.
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Dim 15 Sep - 18:51
par Ollie Alta


Il se sentait rassuré à entendre Hirojiro accepter sans mal la larme surprise de l'Anglo-japonais. Ollie essuya une énième fois sa joue pour s'assurer qu'il n'en restait plus rien, puis hocha la tête avec une meilleure conviction. Il accepta le partage des tâches – qui était évident, de toutes façons. Ce n'est pas comme s'il connaissait les fondamentaux de l'Incontestable par cœur... Parfois même un peu trop. Il serait capable de lui ressortir le règlement sous le nez.
Enfin, ça le ferait un peu fuir quand même, non ? Bon.

Les premières craintes effacées (car il est évident qu'il y en aura d'autres), Ollie sentait qu'il pouvait se défaire de cette paranoïa et tenter de respirer avec son nouveau mari. Bien sûr, les moments de gêne et les silences allaient certainement être encore de mises, mais, hé... ce sera toujours mieux qu'avant, non ?

La preuve : Hiro lui demanda l'activité de la journée. Et sûrement pas que ça : comment il allait passer le temps ici, seul ou avec lui. Ce qu'il comptait faire maintenant. Puisque Hiro était désormais dans l'appartement, il l'ignorait totalement. Avec Akihiko, ça n'était pas bien compliqué, puisqu'ils vivaient tout les deux de leur côté... enfin « vivaient »... cohabitaient, plutôt. Car il fallait bien espérer que ce second mariage dure plus de quatre jours.
Au bout de la première semaine, Ollie pourra crier victoire.

« ... Mais je sais pas si ça compte comme une activité de couple pour la machine. »

Il s'était pincé les lèvres à la mention de la sieste à deux, mais suite à la réplique suivante, Ollie s'était empressé de répondre du tac-au-tac :

- Bien sûr !

L'ambiance aurait pu rester sympathique, chaleureuse, mais Ollie avait décidé d'y mettre un peu de malaise. Ça devrait tout de même passer un minimum : ce type fait des blagues salaces, non ? Et puis, il n'allait pas le laisser parler tout seul et lui, simplement répondre avec des « oui » et des « non ».

- Enfin... je ne suis pas vraiment fatigué, mais... on... 'fin... je sais pas... T-Tu veux que je t'aide à ranger tes affaires, d'abord ?

Ça pouvait aider, hein. Si jamais il avait besoin qu'on lui apporte quelque chose, ou... Bah. Ollie nourrissait cette image du couple qui s'entraide. Ça pouvait paraître bidon, mais pour lui, mieux valait vivre un peu de clichés et d'eau fraîche.


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Mar 17 Sep - 17:21
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta check me out babeOui, bien sûr.
J'écarquille un peu les yeux face à ton... enthousiasme ? Mais t'as pas autant haussé la voix que les autres fois donc je le vis beaucoup mieux.

« Mhm, d'accord, que je réponds une nouvelle fois, peu convaincu.
T'es pas obligé hein, c'était juste une idée au pif. »

Parce que tu me laisses perplexe là, mais en même temps, qui ne voudrait pas dormir avec moi ? C'en est à un point où tu hésites alors que tu n'es même pas fatigué, d'après tes dires. J'en serais presque flatté. Par contre pour ton aide concernant mes cartons, ça m'interpelle un peu.

« J'en serais ravi. »

Je crois que c'est même pas la troisième fois que tu me tutoies - la plupart de tes phrases c'était des "je" et des "on". Parfois elles n'avaient même pas de sujet. Triste vie.

« Les cartons avec le scotch vert ce sont mes fringues, donc tu peux laisser on les emmènera à la chambre en dernier... D'ailleurs, les déménageurs ne t'ont pas dérangé ce matin, mhm ? »

Peut-être que c'est "grâce" à eux que tu m'attendais à mon arrivée, t'as dû te dire "chouette il arrive !". Ce qui est un peu triste, désolé.
Moi je commence sans aucune race avec ce qu'il y a de plus léger : les quelques brosses à dents et savons neufs que j'avais, ainsi que mon sac de toilettes. Tu m'as proposé ton aide, je vais pas faire le gentleman non plus hein. Toi tu te penches pour récupérer celui qui contient tous les sodas que j'avais en réserve. Tout de suite c'est plus lourd.

« Quand tu veux ramasser un truc lourd tu devrais t'accroupir, comme ça tu soulèves en utilisant tes jambes et pas ton dos. Sinon dans quelques années je vais t'entendre geindre que t'as mal. »

Pas que je veuille pas t'entendre geindre mais... pas pour ton dos quoi. C'est pas sexy.

« Et puis ça fait travailler ton fessier, que je souffle sur un ton décalé. »

Cartons déplacés, pas entièrement déballés, j'en ai profité pour visiter l'endroit avant qu'on amène les derniers à la chambre. Je remplis un premier tiroir de vêtement mais me lasse très vite de l'exercice.

« Tu sais, si t'as pas sommeil... tu peux faire autre chose, je pense. Lire, jouer, mater un film. Ça fera un "accompagnement de sieste" ? »

Sinon tu peux me mater moi, c'est une solution.
En parlant de ça, je me désape sans complexes, ne me laissant qu'un boxer sur les fesses avant d'enfiler un débardeur. Je viens m'asseoir sans délicatesse sur le matelas, m'attelant à défaire la natte dans mes cheveux.

« T'as pas de côté préféré pour dormir hein ? »

Je demande au cas où. Y a de ces maniaques parfois.
:copyright: 2981 12289 0
Ollie Alta
Messages postés : 200
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hirojiro Alta.
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Mer 18 Sep - 5:09
par Ollie Alta


« J'en serais ravi. »

Cool, c’était au moins ça. Ollie avait de quoi se sentir gêné à passer subitement d’un type incertain, paranoïaque et timide à celui-ci : un peu plus excité, soudainement ouvert et sans doute un peu maladroit. Comme quoi la transition entre le faux et le vrai lui pouvait être brutale : Ollie n’était en aucun cas maladroit de nature… juste quand il paniquait. Ah, et il ne savait toujours pas comment se comporter réellement ; mais, quand même, le renouvellement de la question tombait comme un cheveu sur la soupe, non ?

« Reste toi comme tu es en ce moment » lui soufflerait la voix d’un auteur omnipotent. Sauf qu’il était trop tard : à partir du moment où Ollie se rendait compte qu’il n’avait pas encore choisi, c’était foutu, il ne pensait plus qu’à ça. Bon, puisque ça avait l’air de bien se passer, autant jouer la carte de l’adorable Ollie qu’on connaissait d’ordinaire, non ?
Bien sûr, si la réponse était aussi évidente, il n’aurait eu cesse de se tourmenter à ce propos.

« Les cartons avec le scotch vert ce sont mes fringues, donc tu peux laisser on les emmènera à la chambre en dernier... D'ailleurs, les déménageurs ne t'ont pas dérangé ce matin, mhm ? »

Il sortit à temps de sa rêverie (ou plutôt, c’était la question qui l’en avait sorti) pour répondre.

- Non, ça allait !

Et il n’avait rien à ajouter à ce propos. Non, ça allait, ça allait même « très bien », étant donné que cela signifiait l’arrivée du retardataire époux. Et ça lui donnait le fameux stress, mais c’était passé maintenant, hein ? Plus besoin de lui faire croire qu’il n’était qu’un mec plein d’angoisse quant à son avenir amoureux et de marié ; il pouvait respirer (dans l’idée, normalement) !
Au conseil énoncé lorsque Ollie découvrit le carton plein de sodas, il ne tilta pas tout de suite. Ce ne fut que lorsqu’il eut bien plié les genoux et déposé le carton dans la cuisine que la dernière phrase résonna dans le fond de son esprit.

« Sinon dans quelques années je vais t'entendre geindre que t'as mal. »

Dans quelques années. Mais à quel âge ? Pas trente ans, plutôt quarante, cinquante ? Jusqu’où, jusqu’à quand Hiro envisage déjà l’avenir ? Bien évidemment, ce n’était pas à lui de décider quand prononcer l’éventuel divorce, mais c’était déjà une agréable chose à entendre que l’autre considère plus au moins d’être fidèle au contrat pour les fameuses « prochaines années ».

« Et puis ça fait travailler ton fessier. »

Même si ça signifiait vivre avec ça pendant aussi longtemps. Néanmoins, en croisant Hiro pour transporter un carton, le pur Japonais put remarquer un petit sourire à la fois amusé et rassuré. Assez discret, mais pas assez quand on regarde son visage. Lorsqu’une partie des affaires fut déplacée, Ollie haussa les épaules et répéta peut-être une fois ou deux un « je sais pas trop » incertain à la nouvelle question d’Hiro.

« T'as pas de côté préféré pour dormir hein ? »

Il parlait beaucoup, celui-là… Au moins, ça mettait une certaine ambiance. Ollie non plus n’aimait pas être plongé dans le silence, mais peut-être qu’il allait lui dire un jour que parler à tout bout de champ n’était pas de son calibre non plus. Plutôt ironique, comme situation : d’abord un mari qui fait comme s’il n’existait pas, et maintenant un moulin à paroles. Cocasse.
Ollie allait répondre, lorsque le tout frais souvenir d’un des mots récents de Hiro lui revint en mémoire. Ah, oui. Maintenant il se rappelle de la nature de cette espèce de malaise qu’il ne parvenait point à décoller de sous sa godasse.

- Non non, choisis, mais euh, dis-moi...

L’essentiel, c’est qu’il ne le prenne pas pour un parano. Pas encore, en tout cas.

- Tu parlais d’un « plan cul », tout à l’heure, il marqua une pause pour signifier l’attente d’une réponse qui avait son importance. C’est dans ta nature de… enfin, tu vois ?

Si ça se trouve, il était gigolo sur les bords. Il rectifia toutefois :

- Je ne dis pas que tu vas me tromper au premier venu, mais c’est pour savoir…

Si l’Incontestable ne punissait pas si fort l’infidélité, Hirojiro continuerait-il d’aller voir ses fameux plans de secours ? En plus, parler de tromperie alors qu’ils se connaissaient à peine… les sentiments devaient obligatoirement être un peu de mise avant de se dire qu’on a « trompé » quelqu’un.
Donc, ouais, Ollie aura bien encore des années pour penser à ça.


Hirojiro Alta
Messages postés : 452
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Lonely in gorgeous
Autre: Il imite probablement Dio en mediumvioletred (#C71585)♥
SERIAL LOVER
SERIAL LOVER
posté
le Mer 18 Sep - 9:41
par Hirojiro Alta
hey what's up mister manvs. monsieur Alta let's get things straight
or gay if you will
Si ça tenait qu'à moi, je dormirais en position étoile tu sais ? Mais d'accord, au moins j'aurais pas besoin de réfléchir quand je viendrais me jeter sur le lit. Par contre la fin de ta phrase m'interpelle et, quand le mot plan cul sort de ta bouche je grogne de surprise, le tout accompagné d'un sourire nerveux.
Good job Hiro, hein.

« C’est dans ta nature de… »

De baiser à tout-va ? Oui monsieur. Je suis comme ça.
Je pensais que c'était ce que tu voulais dire, mais quand tu parles ensuite d'adultère j'hausse les sourcils.
Ce que t'en tires des conclusions hâtives quand même.

« Mhm... je sais qu'il y a pire que moi mais, on peut dire que j'ai une libido plutôt active, oui. Par contre je n'ai jamais trompé quelqu'un, dans le sens où je me suis  toujours assuré que ça n'était pas sérieux pour... tu sais, le mariage, tout ça. »

Je finis de défaire mes cheveux et laisse mes mains retomber sur mes cuisses en soupirant.

« Tu penses bien que c'est pas maintenant qu'on a le couteau sous la gorge que je vais aller niquer à droite à gauche. En vérité, tu devrais pas te demander "quand est-ce qu'il va me tromper", mais plutôt "quand est-ce qu'il va me sauter dessus". »

Sourire aux lèvres, je frotte mes pieds avant des les poser sur le matelas.

« Même si je ne te forcerais jamais à rien, Ollie-kun. Mais comme dit, j'avais un plan prévu le jour où j'ai trouvé ma lettre, donc ça n'a pas pu se faire et... je n'avais rien fait pendant un moment avant ça, alors ladite libido active est... eh bien active. »

Je pense que c'est tout ce que tu as besoin de savoir pour le moment.
Je replace une mèche de cheveux derrière mon oreille tout en baissant les yeux après ce... ce dernier aveux. J'aime vivre dangereusement, et il y a toujours ce risque du rejet, cette possibilité que tu me sortes que tout ce que je dis est indécent, voire obscène. Ou bien le risque que tu acceptes cette proposition dissimulée, aussi. Ça fait toujours mon cœur battre un peu plus vite ces nouvelles conquêtes, j'en rougirais presque. Mais bon, avec la chance que j'ai tu vas juste buguer et te remettre en mode légume.
:copyright: 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierThey're only human, after all 50-50-2Earth WolfThey're only human, after all 50x50-56504f9 They're only human, after all SvinThey're only human, after all 3zm1 They're only human, after all Opol0Q6They're only human, after all FHZzEDvThey're only human, after all 7Uxn8zPThey're only human, after all 494ZUS0They're only human, after all 1553711497-50-50FTM 50x500They're only human, after all B50x50They're only human, after all 1553722908-no-50x50They're only human, after all 59e4They're only human, after all Logo_510They're only human, after all 190412122437274038 They're only human, after all RXqdRpDThey're only human, after all Logo5010They're only human, after all VBL1j1M They're only human, after all 1559228694-50x50They're only human, after all Qlaa They're only human, after all IcoSC5050 They're only human, after all Bouton10 They're only human, after all Bouton15 They're only human, after all 1498954954-bouton-50 They're only human, after all Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !They're only human, after all Dezg