Jade A. Imai
Messages postés : 10
Inscrit.e le : 25/10/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
posté
le Ven 25 Oct - 23:19
par Jade A. Imai
Jade A. IMAI
"T'es dans ma tête en boucle. Et je me repète, nos espoirs et nos doutes.."

Généralités
Nom ;; Imai
Prénoms ;; Jade Aoi
Âge ;; 26 ans , née le 12 Mars 2085
Genre ;; Féminin
Origines ;; Nationalité japonaise. Origines italienne mais elle l'ignore.
Activité ;; Pompier
Sexualité ;; C'est le coeur qui décide
Avatar ;; Lexa - The 100 / Alicya Debnam-Carey
Règlement ;;
Chemin ;; Une troisième tête pour un petit Cassis !
Commentaire ;; Je vous aime toujours autant ! o/
Histoire

Je ne pleure pas.
Aujourd'hui alors qu'on te met en terre je ne pleure plus.
Parce que tu disais que j'avais déjà le visage bouffi sans mes larmes. Et que je sais que tu me dirais que je suis laide avec la goutte au nez.


* * *

- Tu es trop sage….Apprends à t'amuser un peu ! Profite de la vie ! Elle est trop courte pour être si sevère !

J'ai toujours été trop sage. Et toi tu n'as jamais été sage.
Est-ce que tu l'as sentie te briser ? Est-ce que tu l'as sentie me transpercer ?
De l'autre côté de mon casque je vois la lame de fond te dévorer, m'agripper. Le cerveau ne répond plus, les commandes s'éteignent et je nous vois morts. Désintégrés, calcinés. Détruits et retournés à la cendre. Toi et moi dans cet immeuble. Il ne restera plus rien de nous.

Parfois j'aimerais retourner en arrière. Je cours, je cours toujours dans ma tête. Je nous arrête, je nous dis de ne pas jouer aux fous. D'être sages et prudents encore aujourd'hui. Pour une fois. Et puis, je vois l'enfant . Celle qui aurait été dévorée à notre place. A ta place. Tu me dirais que c'était juste, autant que je trouve ça injuste

* * *

Je suis entrée chez les pompiers dès que cela fut possible. Après une formation en sécurité et environnement, le concours d'entrée ne fut que la porte d'entrée vers un nouvel avenir . C'était le rêve d'une vie. Celui d'une enfant devenant femme. Nous nous sommes rencontré là-bas toi et moi. Tu te souviens de la première fois qu'on s'est croisé ?

- Mignonne la nouvelle !

Je t'ai pris pour un gros lourd. Tu m'as prise pour une petite princesse. Dans le fond je crois que nous ne nous sommes pas vraiment trompés l'un sur l'autre. Même si la description primaire de nous-mêmes était un peu réductrice. Et si chaque fois qu'on devait faire des exercices en binôme je tombais sur toi...Il fallait bien croire que la vie avait décidé de nous rapprocher.

Et c'est con...Mais plus on se chamaillait plus on s'appréciait. Tu avais un an de plus. Comme si ça te donnait tout pouvoir sur moi tu ne cessais pas de me le rappeler. Après les exercices tu as commencé à m'entraîner dans tes soirées. Dans les bars, dans les boites...Dans une forme de débauche qui me rendait ivre. De vodka, mais aussi, de cette liberté et cette jouissance nouvelle.

Je me confiais assez peu sur mon enfance. Parce qu'elle avait d'abord était triste. Mon plus vieux souvenir remonte à l'orphelinat. Je ne suis qu'une petite fille parmi d'autres. Une fille de Gajin qu'on a laissé à ce pays qui a tant besoin d'enfant. Une fille qu'on ne désirait sans doute pas vraiment. Mais dans le fond peut être que ça n'était pas une si mauvaise idée. Parce qu'un jour ce fut mon tour. J'avais 6 ans quand mes parents repartirent, déjà complètement gâteaux, avec moi. Nous nous étions rencontrés à plusieurs reprises déjà. Nous avions fait de la peinture, des dessins...Et quand ils me tenaient dans leur bras à la sortie, je me sentais rassurée. Dans mes yeux de petite fille, et dans leur regard amoureux je sus que j'avais enfin droit à une famille moi aussi.

Au début ils ne t'avaient pas vu d'un très bon œil. Surtout papa. Il t'avait toisé de son air d'avocat sévère.

- Hikaru… Jade m'a beaucoup parlé de vous. Ravi de vous connaître enfin !

Maman, de sa douceur communicative avait réussi à détendre l'atmosphère et finalement l'entente fut plutôt bonne. Il est vrai que tu ne ressemblais pas vraiment au genre d'amis que je ramenais jusque là à la maison. Tu étais moins « formel » peut-être ? Quoi qu'il en soit j'ai vécu les meilleures années de ma vie avec toi !


***
Eté 2106


- Ouuuh t'es maquée avec une gonzesse ! J'ai toujours su que tu préférais les minettes dans le fond...Sinon tu serais déjà tombée amoureuse de moi !
- Tu peux pas la fermer deux minutes espèce de crétin ?!

A la réception de ma lettre rose j'étais dans tous mes états. Et le fait que ce soit assurément le nom d'une fille sur le papier n'arrangeait rien. J'avais 21 ans et jusque là je n'avais eu des histoires qu'avec des garçons. Oui...Oui,ok, il m'arrivait de reluquer des filles...mais je n'avais jamais franchi le cap. Il faut croire que l'Incontestable me voyait plus avec une personne du même genre que moi. Mes parents ont été unis grâce à lui...Et ils m'ont toujours donné l'impression d'être fait l'un pour l'autre. Peut-être que cette fille, Lexie, est elle aussi mon âme sœur.

C'est avec cette conviction que je me suis jetée, un peu à corps perdu dans cette relation sans savoir vraiment où je mettais les pieds.

[/i]
***


Et je sens sa bouche parcourir ma peau. Elle la dévore. Y met feu. Me brule de ses lèvres incandescentes. C'est une traînée de lave dans ma nuque, qui transperce mon épiderme, envahit mes veines jusqu'aux battements de mon coeur. Je laisse son corps recouvrir le mien pour gagner le paradis au milieu des enfers. Ses doigts suivent le tatouage sur ma colonne, qu'elle a dessiné pour moi. Ses cheveux blonds caressent mon visage, son parfum m'enivre.

Je l'ai aimé cette fille. J'ai aimé son corps, son coeur, chaque parcelle d'elle. Nous nous sommes aimées si fort et nous y avons cru à ce mariage. Jusqu'aux disputes. A la jalousie. Jusqu'à ce que l'Incontestable décide de mettre un terme à cette union.

Peut-être était-ce mieux ainsi. La séparation est arrivée avant que l'on ne finisse par vraiment se détester et qu'on oublie tous les beaux moments vécus ensemble. Et après plusieurs mois finalement nous avons réussi à devenir amies. Et même s'il nous arrive encore parfois de nous aimer sous les draps, notre amour passé s'est transformé en une amitié tenace, sans faux-semblants. Et aujourd'hui je suis heureuse de l'avoir encore à mes côtés.


* * *
20 Mars 2110


-Il reste une enfant...Mais impossible de la localiser…..ça devient trop difficile à maitriser, sortez ! Maintenant !

La voix du commandant me déglingue littéralement les oreilles. D'ordinaire il est froid, rigide, aujourd'hui je sens la peur dans sa voix. J'ai 25 ans depuis quelques jours. J'ai survécu à shukumei. Ce n'est pas notre premier incendie. Et rien ne sous résiste quand on est en équipe toi et moi. Mais aujourd'hui, quelque chose au creux de moi me dit que tout ne se passera pas comme on le veut. Haletante, je te cherche du regard au milieu des flammes. Le reste de l'équipe est déjà sortie. Il ne reste que nous. Derrière ma visière je tente, comme je peux de maîtriser le brasier qui m'entoure.

- Putain mais t'es ou ??


Pas de réponse.

- Kaoru répond putain de merde !! Je te jure que si t'es mort je te bute !
- Je l'ai !
- Quoi ?!
- J'ai la gamine !!


Je te vois t'extirper de la pièce au fond du couloir le corps de l'enfant, au visage noircie, dans tes bras. Tu l'as recouverte avec ton manteau. Elle est au bord de l'évanouissement et tente tant bien que mal de tenir le linge que tu as mis sur son visage. Ta démarche est bancale, tu t'es encore blessé...Mais quand je récupère la petite pour te soulager et qu'on se regarde je sais que tu as bien fait. Comme tout ce qu'il s'est produit ensuite. C'est pour que cette enfant ait une chance de vivre. Tu récupères la lance et on recule. Du mieux qu'on peut. Le chef hurle dans nos radios. Quand je vois la porte au bout du couloir je me dis qu'on va s'en tirer. C'est peut-être ce qui nous a porté la poisse.

Je ne sais pas ce qui a explosé. Sans doute un élément de la cuisine...Mais quoi qu'il en soit la vague de chaleur qui nous assaillit et mordu à quelques mètres de la sortie était tout droit sortie de l'enfer le plus profond. J'ai rouvert les yeux ,sonnée. Mes inspirations sont douloureuses. J'ai perdu mon casque. La gamine en dessous de moi gémit et pleure. Et toi...Tu es un poids mort à mes pieds.

Je ne sais pas, encore aujourd'hui, comment...Mais je me mets debout, relève l'enfant et je t'attrape. Tu pèses une tonne. J'ai mal partout. Je crois bien que je chiale parce que j'ai vu ton visage. Recouvert déjà de cloques monstrueuses. Je me dis que t'es peut être mort. Mais en aucun je peux te laisser là. Les lances à eaux aspergent encore l'entrée et d'une voix enrouée je parvins à hurler dans la radio que j'espère fonctionnelle qu'on est là...Qu'on a besoin d'aide.

Et dans les dernières visions avant le trou noir de plusieurs minutes je vois une ombre venir récupérer l'enfant à quelques pas de la porte. J'arrive extirper ton corps de l'habitat avant de m'effondrer sur le bitume.

[/i]
* * *
Eté 2010


- Pas ma vie...

Je ne peux que pleurer. Je pleure tout ce que je peux. Je laisse mes larmes se déverser sur toi, mon front dans les draps de ton lit qui deviennent un océan. Je sens ta main sur ma tête ,et ,caché sous les pansements je sais que tu souris. Et quand enfin le déluge de larme cesse je tente de te sourire. Ça m'énerve. Ça me fait mal. Ça me tue. Mais je le sais. Ça fait déjà 4 mois qu'on est là tous les deux. Si je vais «  mieux », tu n'es qu'un tas de bandages douloureux. Ta respiration sifflante me fait mal à la poitrine.

- Je sais.

Mes lèvres s'écrasent sur ta main indemne et je te sens frémir.
Je sais que ça ne sera plus ta vie. Que ça ne peut plus l'être. Parce que même si tu t'en tires tu ne marcheras peut-être plus jamais. Peut-être même auras-tu besoin d'oxygène. Ou de nouveau poumons. Mais avec de la volonté et les progrès de la médecine on peut faire des miracles. Seulement...On ne peut pas se leurrer toi et moi. Jamais plus tu ne pourras faire partie de la caserne. Alors même si ça me fait mal de l'admettre...Je sais que je ne suffis pas à te garder ici.

Je reste. Je reste près de toi jusqu'à ce que tu décides de capituler. Ce moment n'est pas loin, tu es au bord du précipice parce que la vie ici n'a plus aucun but. De tous nos rires, de l'alcool qui a coulé dans nos veines, de la musique qui a bercé nos tympans, de la sueur qui a coulé sur notre peau il ne reste que la douce souffrance d'un acte héroïque. Mais quand ton combat s'achève je veux me souvenir que de ce qui nous a élevé, mon frère.


* * *


Les mois d'après n'ont, à mes yeux, étaient qu'une longue pénitence. Il y eut quelques semaines de flottements. L'état dans lequel j'étais s'apparentait plus à celui de larve que d'humain avec le recul. Et puis il fallu recommencer à vivre. Je ne le cache pas les médicaments ont aidé. Les anti-douleurs surtout. J'en voulais encore. Toujours. Pour la moindre douleur. La moindre petite gêne. C'était une consolation de les sentir dans mes veines.

Je suis définitivement sortie du centre hospitalier en fin d'année 2110 après plusieurs mois de rééducations. Mais le plus dur restait à venir. Pour retrouver le chemin de la caserne il a fallut encore d'autres longs mois de combat. Pour reprendre du poids, du muscle et du plaisir à la vie. Le seul objectif et ma motivation principale : reprendre le travail. Je ne pourrai pas décrire le sentiment qui m'a envahi lorsque le chef de caserne m'a demandé de rejoindre les rangs après les premières semaines de l'épidémie de juin dernier. Ce n'était que pour donner un coup de main quelques heures par jour...mais les équipes étaient à bout de souffle. Et pour moi ce fut comme un renouveau. Début septembre je faisais à nouveau partie des effectifs permanents. Et aujourd'hui c'est la seule chose qui m'importe vraiment.

Caractère
La cause était juste.
C'est toujours ce qu'il faut se dire. Je n'ai jamais voulu être quelqu'un d'autre. Je n'ai jamais voulu faire autre chose de ma vie. J'avais envie de croire que nous pouvions devenir plus forts, tout donner pour les autres. Mais personne n'est invincible. Ni toi ni moi ne l'étions. Peut-être que toi tu le croyais...Et peut être que je croyais , naïvement, aussi que tu l'étais. Et quand la nuit je me revois tirer ton corps inerte...Quand je sens l'air noir entrer dans mes poumons, quand mon cri ne résonne que de ma propre tête, je me dis qu'on était juste deux dingues.

Avant toi j'étais une fille sérieuse. Celle qui s'assoit au premier avec le col de chemise toujours impeccable. Celle qui lève la main pour répondre et rend toujours ses devoirs à l'heure. Tu m'as appris à lâcher prise. Tu m'as aidé à passer d'adolescente à femme.

Ça a été difficile. Le retour à la caserne, l'entraînement, pour le corps comme pour l'esprit. Je n'avais aucune envie qu'on me prenne en pitié, qu'on me traite comme une enfant blessée. Il a fallu presque deux ans avant qu'on ne me réintègre pleinement aux équipes d'intervention. Pas d'incendie pour le moment mais ce n'est peut-être pas plus mal ?. La guérison a été un combat de tous les jours. Contre la douleur, contre ses limites, mais aussi contre soi-même. Tout m'a fait du mal. Ton absence, voir mon corps dans la glace, voir cette peau qui n'arrivait plus à s'attacher à moi. Au début la seule hâte que j'avais, c'était d'arriver à la prochaine dose de morphine. C'était le réconfort de chaque heure pendant de longues semaines, toutes ces drogues dans mes veines, ce gaz dans ma bouche pendant que des mains gantées enlevaient les bandages à mes plaies. J'en voulais encore, toujours plus, pour ne plus rien ressentir et que la journée passe plus vite. Et après ça, il y a une longue période de sevrage, tout aussi compliquée. Mais les addictions gardent toujours une place en nous, prêtes à nous enchaîner à nouveau à elles.

Une part de moi est morte ce jour-là, dans l'incendie. Une part de ma naïveté, de ma candeur. On me dit que je suis plus froide, moins accessible. Je crois que c'est plus qu'ils n'ont plus le décodeur. Je me sens instable, comme s'il y avait un truc qui débloque là-haut. Dans mes envies, dans ce que je ressens...Dans mes relations avec les autres. Je prends et je jette. Sans vraiment prendre le temps de m'attacher. Parce que c'est moins difficile. Parce que je n'ai pas besoin de me montrer vraiment. Dans le noir je me sens plus forte, parce qu'il n'y a plus de failles à voir.

Je n'aime pas regarder mon corps dans le miroir. Je déteste voir les cicatrices. Et je déteste encore plus qu'on le voit. « ça fait partie de toi, putain ! ». Lexie me hurle dessus et je fais la sourde oreille. Quand on sort je mets des robes moulantes à l'excès mais au col montant et des manches longues...Comme ça c'est plus simple, on ne regarde que ce que je veux montrer.

Je parle peu de moi à tous ces gens que je rencontre. J'ai du mal à me projeter, comme si la vie n'était qu'une succession de lendemains. L'horizon est bien trop incertain, faut être con pour penser le contraire. Si un jour la machine trouve une personne assez courageuse pour me voir vraiment, il suffira d'un peu de patience et de confiance. Mais l'Incontestable peut-il nous trouver une moitié à aimer quand on ne sait plus comment s'aimer soi-même ?

Physique
Sous les lumières de l'ambulance je me sens brisée. Je n'entends rien. Je n'attends rien. Je ne sens pas l'aiguille qui perce ma veine tant la douleur m'a déjà submergée, envahie. Brûlée. On me parle alors que je fixe le ciel. Mes poumons se dissolvent un peu plus à chaque bouffée d'air, à m'en déchirer la poitrine.

Le brancard se soulève et transporte mon corps jusqu'au véhicule. Par-dessus le masque à oxygène je vois les yeux du médecin. Ils sont bruns. Et je me souviens de sa voix qui a percé à travers les acouphènes violents à mes oreilles. « Vous allez vous en sortir ». Je sens sa main sur la mienne. Et soudain j'ai eu tellement envie de le croire.

Le réveil dans la chambre d'hôpital est plus compliqué. J'ai mal. Si mal que je voudrais crever. Mais le pire...Ô le pire c'est quand ils commencent à débrider ma peau. Chaque jour, on m'épluche à me rendre malade. J'hurle. J'hurle et je pense à toi. Dans une autre chambre. Toi qui dors encore. Loin de toute cette souffrance...Est-ce que c'est mieux ?

Mes yeux bleus-verts fixent le médecin quand il soulève le pansement. Ils sont inquiets. Si inquiets, qu'il voit peut-être mes cils trembler. Il étudie, attentif, l'ensemble de l'épiderme rosé de mon bras gauche . Il passe ensuite à mon cou. Ma mâchoire se serre, les tendons saillants de ma gorge, tressaillent à leur tour.

"Je pense que nous allons débuter la phase suivante de cicatrisation."

Je crois que j'ai presque eu envie de l'embrasser à ce moment-là. Ma bouche, pour la première fois depuis des semaines, esquisse un sourire. Mes joues, que tu adores tirailler parce qu'elles me donnent un air de bébé, se tintent d'un rose joyeux.

Après, on me change de chambre. J'ai le droit à plus de visite. Et je me découvre enfin dans le miroir. Les cicatrices cerclent presque la totalité de mon bras gauche. Elles caressent le flanc gauche de mon cou et ma clavicule. Je m'estime chanceuse. Mes os sont saillants, amaigrie par la douleur et l'angoisse. La musculature, sèche, dont j'étais si fière d'avoir gagné les courbes à la sueur de mon front avait fondu,elle aussi. C'est dans la douleur encore que je redécouvre mes seins, mes fesses, mes hanches...Je me sens être une autre personne. Déjà loin d'être pulpeuse je me sens famélique. Je sais que je mettrai des semaines avant de ne plus ressembler à une anorexique

Entre mes omoplates saillantes mes cheveux bruns, ternis eux aussi, tombent en discrètes ondulations. Cette nouvelle longueur est peut-être le seul changement que j'apprécie sur ce corps. Mes yeux sont tristes, cernés. Ma bouche est gercée. Mes prunelles vertes fixent les épineuses saillantes de ma colonne sous les lignes du tatouage qui en suit la courbe droite. C'est une sensation étrange que de ne pas se reconnaître soi même. L'autre tatouage qui recouvre mon bras droit paraît presque trop grand tant le membre en dessous est maigrelet. Nous avions le même. De ton bras il ne reste pas grand-chose à ce qu'on m'a dit...Je caresse le mien du bout des doigts. Tu m'avais mise au défi. Je l'ai fait. Et je me souviens encore du sermon de mes parents. Mais je ne peux plus regretter aujourd'hui. Parce que c'est comme une part de toi sur moi. Personne n'a besoin de les voir sur notre lieu de travail, c'était notre secret sous l'uniforme.

Quand je regarde les photos sur mon téléphone je vois une fille à l'oeil rieur, aux lèvres pulpeuses dévoilant un sourire blanc. Je vois une fille aux joues un peu rondes et rosées. Je vois des cheveux éclatants de santé. Une jeune femme dans la fleur de l'âge, qui semble heureuse. Et puis je te vois toi. Souvent.

Les semaines passent et peu à peu je retrouve la fille des photos. Au fur et à mesure des kilos. Au fil des exercices de kinesithérapie. Après les greffes de peau. Les cicatrices sur mon cou ,ma poitrine, sont plus discrètes même si elles seront toujours présentes. Celles de mon bras ne demanderont qu'à s'atténuer avec le temps. Mais je crois que la plus grande blessure que je garderai de tout ça...Ce sera la tienne..
[/i]
Kaori Vanzine
Messages postés : 3028
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Mrs. 4x4
Mrs. 4x4
posté
le Ven 25 Oct - 23:59
par Kaori Vanzine
Rebienvenue et bon courage pour ta fiche o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Kohaku Edo
Messages postés : 770
Inscrit.e le : 02/09/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
posté
le Sam 26 Oct - 11:34
par Kohaku Edo
Bonne nouvelle tête et bonne rédaction!
Butch King
Messages postés : 143
Inscrit.e le : 18/07/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
la Brute
posté
le Sam 26 Oct - 11:41
par Butch King
Lexa Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1258839627
Hâte d'en lire plus, bonne rédaction o/
Athreya Ninomae
Messages postés : 32
Inscrit.e le : 29/09/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibatard (Fiancé)
Autre: Merci à Fubuki pour l'avatar trop styleyyy ♥
posté
le Sam 26 Oct - 14:04
par Athreya Ninomae
Rebienvenue m'dame ♥
Ollie Alta
Messages postés : 223
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se :
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Veuf noir
Veuf noir
posté
le Sam 26 Oct - 15:29
par Ollie Alta
Rebienvenue ! Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1362171446
Jade A. Imai
Messages postés : 10
Inscrit.e le : 25/10/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
posté
le Sam 26 Oct - 19:27
par Jade A. Imai
Merci à vous !
La fiche est terminée (:
Makoto Nanase
Messages postés : 4678
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Ven 1 Nov - 11:39
par Makoto Nanase
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Bon TC Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1362171446
Lexa ♥

Histoire

- le visage bouffie
- les commandes s'éteigne
- Détruits et retourné à la cendre.
- la vie avait décidée
- j'ai vécut
- J'ai toujours sus
- l'impression d'être fin l'un pour l'autre
- un peu à corps perdus
- Ces cheveux blonds
- Nous nous sommes aimés
- nous y avons crus
- Kaoru réponsd
- je ne suffit pas
- il a fallut

✗ Elle est entrée chez les pompiers "à peine majeure", c'est à dire ? La majorité au Japon étant de 20 ans, je voudrais être sûr qu'il n'y a pas de souci de ce côté-là Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  4115966937 Parce que si tu pars du principe qu'elle y est entrée avant 18 ans ce n'est pas possible. Si on se base sur les études françaises pour devenir pompier, il faut au moins un bac+2 pour ça Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  517494357 Bref, je voudrais juste quelques précisions s'il te plait Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1353670443

✗ Par rapport au tatouage, attention qu'elle prenne bien conscience que les tatouages sont extrêmement mal vus au Japon. Je te renvoie à l'annexe qui en parle o/

Caractère

- mon cri ne raisonne
- d'un peu de patiente

Physique

- Mes poumons se dissolve
- à chaque bouffé
- Mes joues, que tu adores tiraillés parce qu'elles me donnent un air de bébé, se tinte

Conclusion
Attention, il y a pas mal de fautes d'accords qui traînent, notamment avec l'auxiliaire avoir. J'en ai relevé un maximum dans l'histoire mais je te laisse chercher celles des descriptions Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  4115966937 Il y a également des petites erreurs au niveau de la concordance des temps à certains endroits, n'hésite pas à te relire à voix haute !
Excepté cela, c'est une très belle fiche Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  4115966937 J'ai adoré la lire et la fin m'a beaucoup ému Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  3912395661 J'aime beaucoup le personnage de Jade, elle est très attachante et j'espère qu'elle parviendra à se remettre de toutes ces épreuves ! Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1362171446


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Ld7d
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Cn3Ckyx
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1EPYLUw
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  YqECw0j
Jade A. Imai
Messages postés : 10
Inscrit.e le : 25/10/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
posté
le Ven 1 Nov - 16:13
par Jade A. Imai
Merci pour ton analyse Mako♥

Pour les fautes j'ai corrigé le maximum que j'ai trouvé et j'ai tout passé sous scribens pour vérifier en plus ! J'espère que ça ira cette fois-ci !

Pour l'âge d'entrée chez les pompiers j'ai mis en italique une petite précision en plus mais oui c'était à 20 ans du coup ! J'ai tenté de chercher plus de détails sur la formation pour devenir pompier au Japon mais je n'ai rien trouvé d'officiel :/ Donc j'ai calqué ça sur la France plutôt avec un diplôme court obtenu avant le concours d'entrée !

Pour le tatouage j'ai également rajouté une précision en italique dans le physique !

S'il y a d'autres choses à modifier ou si les modifications apportées ne conviennent pas j'attends ton retour !
Makoto Nanase
Messages postés : 4678
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Sam 2 Nov - 17:44
par Makoto Nanase
C'est bon pour moi Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1362171446

Bon rp Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  2432113367

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Ld7d
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Cn3Ckyx
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1EPYLUw
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  50-50-2Earth WolfSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  50x50-56504f9 Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  SvinSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  3zm1 Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Opol0Q6Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  FHZzEDvSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  7Uxn8zPSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  494ZUS0Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1553711497-50-50FTM 50x500Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  B50x50Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1553722908-no-50x50Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  59e4Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Logo_510Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  190412122437274038 Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  RXqdRpDSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Logo5010Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  VBL1j1M Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1559228694-50x50Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Qlaa Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  IcoSC5050 Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Bouton10 Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Bouton15 Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  1498954954-bouton-50 Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Sans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  DezgSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  179wRemainsofhellSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  LsuvxJWSans nous laisser la moindre chance - Jade A. Imai  X7N7iNX