Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Mer 6 Nov - 22:14
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
J'ai reçu la lettre le 02 Novembre !!! La rose !!! Si si, je vous assure, elle était dans ma boite au lettre il y a maintenant six jours. Tout impatient de voir quelle femme l'Incontestable allait m'envoyer j'ai immédiatement fais de la place dans mon placard et vérifié que l'appart' était tout propre. J'ai aussi prévenu tout le personnel qui, de toute façon, me voyait bien guetter en direction de l'entrée du bâtiment.

Fini les roulages de pelle au détour d'un couloir. Fini la drague du patron au bar du Doppel. Je suis casé par l'Incontestable! Pouuuuuah, j'ai tellement hâte.

Elle s'appelle Nanami Hoshiro. J'aurais pu regarder sur les réseaux sociaux si je trouvais ça bouille en photo mais je préfère me garder la surprise.

Bon, après deux jours d'attente, je commençais à me dire que la nouvelle madame Gami n'était pas pressée de me rencontrer, mais j'ai reçu une lettre. Une lettre de Nanami. J'aime bien son écriture: elle est lisible, quoi, je devais regarder plus loin? Pas eu le temps, j'étais trop déçu d'apprendre qu'elle n'arriverait que le 7, son emploi du temps étant trop chargé avant. Une femme indépendante! Il est bon cet Incontestable.

Résutlat, cette nuit, je n'ai dormi que quelques heures, mettant mon réveil trop tôt par rapport à mes horaires dans l'espoir de la voir franchir la porte de bon matin. Raté. Et les chandelles sorties pour midi n'ont pas servi non plus. Bon, au moins elles sont en places pour ce soir? J'essaie de faire les choses bien mais bon sang... Elle aurait pu me donner une heure en plus d'une date! Là, je trépigne, on dirait un gosse devant un sapin de Noel. Vous savez, avec les parents infâmes qui mettent les cadeaux et te disent "non non, ce n'est pas l'heure, tu attends."

- Pffffff....

Heureusement que Capitaine Luffy était là pour me tenir compagnie. Mon poisson m'a écouté râler deux heures avant que je m'endorme telle une larve pour une petite sieste dans le canapé. Petite, car les étages du dessous ont fini par m'appeler: un client mécontent et un souci de livraison. Ils font chiés parfois, ils savent pas se débrouiller pendant que je dors? J'attends mon incontestable âme-sœur en ronflant, bordel! Sinon, je vais être fatigué quand elle arrivera.

Je règle les soucis puis remonte à l'appart. Toujours personne et la soirée est entamée. Peut-être a t-elle eu un imprévu? Peut-être que, finalement, elle n'arrivera que demain? Oui, ça doit être ça. Je soupir, enfile un costume blanc et une chemise noir, puis file aider au bar. Ça m'occupera.

Sauf que, trop occupé a essayer de guetter l'entrée juste au cas où, je me suis raté et j'ai renversé un cocktail alcoolisé et sucré sur ma pomme. Quel idiot je fais parfois. Me voilà bon pour faire un nouvel aller-retour à l'appart. Un peu grognon, je remonte via l’ascenseur et abandonne mes fringues collant dans le couloir pour aller en chercher des nouveaux et me rincer vite fait. Quand je sors de ma rapide douche j'entends mon téléphone. Encore? Mais ils m'énervent!!!! Je file fouiller dans mes fringues, récupère mon téléphone, grogne un bon coup et raccroche. J'ai besoin de me détendre maintenant. Pas le choix, j'allume la télé et passe l'une de mes musiques préférées dans ces cas là.


Me voilà dans le salon, une serviette autour de la taille, les cheveux trempés, entrain de chanter du Disney haut et fort dans mon salon pendant que mon poisson fait des bulles. Et devinez quoi? C'est à ce moment là que la porte s'ouvre! Bien évidemment!

- Salut. Bienvenue au Doppel, madame Gami.

Ca-non !
Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Mer 6 Nov - 22:20
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
Cher Époux,

Tu ne peux imaginer à quel point, il m’est étrange d’écrire ces mots. Je ne connais ni ta voix, ni ton visage, je n’ai qu’un nom et une adresse. Depuis hier matin, je ne cesse de me demander si je ne rêve pas et je me trouve un peu bête de t’adresser cette lettre. La deuxième que tu recevras cette semaine en cette ère numérique, je suppose…

Je souhaitais simplement te prévenir, ayant un emploi du temps bien chargé, et n’étant pas à Tokyo pour raisons professionnelles, je ne pourrais arriver que le 07 Novembre chez nous. Si mon oncle y pense, il enverra certaines de mes affaires par carton. Ne sois pas surpris et laisse-les de côté, je te prie, je les rangerais à mon arrivée. Sinon, j’occuperais mes matinées prochaines à ce déménagement.

Je ne voudrais pas que tu te fasses une mauvaise image de moi par ce retard. Pardonne moi…

Incontestablement tienne…

Nanami.


Je me demandais encore si je n'en avais pas trop fait. Prise d'un doute, je voulus froisser la feuille et la jeter dans la corbeille avec ses sœurs déjà tachées d'encre et du sel de mes larmes. Pour l’occasion, j’avais acheté du papier à lettres et des enveloppes parfumées dans la matinée. Cerberus, qui m’avait accompagné, s’était presque endormi dans la voiture en attendant que je me décide sur la couleur du papier. Je voulais que tout soit parfait… Comme d’habitude… Même si cela ne me réjouissait pas.

Au loin, j'entendais encore les échos de la soirée déjà bien entamée. Une soirée que je ne passais pas avec le groupe. J'avais préféré me retrouver seule, pour me concentrer, pour réfléchir et pour écrire. Je m’étais appliqué, usant de ma plus belle écriture sur ces feuilles de la même couleur que mes cheveux. J’hésitais encore, puis voyant qu’il ne m’en restait qu’une dans la petite pochette, je finissais par la plier en deux, puis en quatre pour la glisser dans l’enveloppe. Je ne me sentais pas capable de faire mieux de toute façon. Un petit coup de langue, un timbre posé, une adresse et la voilà prête à partir. J’appelais la réception de l’hôtel où nous logions, pour que quelqu’un puisse s’en occuper.

Elles roulaient encore sur mes joues, brûlantes, abimants mon maquillage. Hier, elles étaient amères… J’étais en colère… Pourquoi maintenant ? Pourquoi pas un membre du band ? Pourquoi pas… Kai ? Je n'étais pas assez compatible avec lui ? Nous n'allions pas assez bien ensemble ? L'incontestable aurait tout aussi bien pu m'oublier… J’avais peur… Et les règles de l’Incontestable m’effrayaient. Ce Ryuku, quel genre d’homme était-il ? Aujourd’hui, j’étais triste de voir cette liberté s’envoler. J’espérais simplement que mon époux soit un homme bon…

Dernière représentation de la semaine. Je crois que je n’ai jamais été aussi agité sur scène que ce soir. Et je crois que je n’ai jamais passé si peu de temps avec nos fans. Si tôt notre prestation terminée, je fis deux ou trois photos avec le public, embrassais mes amis, et rejoignait mon chauffeur qui m’attendait déjà depuis deux heures avec ma valise dans son coffre. Les garçons ne rentreraient que le lendemain. Moi, j’avais avancé mon départ pour ne pas être considéré comme “hors là loi”. Il en allait de notre image, de mon image.

“A l’aéroport” avais-je soufflé au conducteur.

Surement avait-il compris que les choses urgeaient, car il fit le trajet en très peu de temps. Je le remerciais en le payant grassement, puis courais vers le bâtiment pour nous enregistrer, moi, ma basse et ma valise de trente kilos, les chaînes à mes hanches cliquetant en rythme.

Ce ne fut qu’en montant dans l’avion que je pus retirer mes extensions. Elles étaient cools et faisaient paraître mes cheveux plus longs, mais quand il fallait s’asseoir, elles devenaient vite gênantes et pouvaient faire mal si j’avais le malheur de m’asseoir sur elles. Tournant la tête, je vis mon reflet me faire face. Aucun doute, j’étais bien Angel, avec mes paupières fardées, mes lèvres sanguines. J’espérais juste ne pas lui faire peur ainsi maquillé et accoutrée. D’un regard autour de moi, je constatais que j’étais pratiquement la seule en première classe. Une bonne chose. Au moins je pourrais en profiter pour me reposer un peu avant de rencontrer mon destin …

“Madame ? Madame, nous sommes arrivés…”
Soufflait une hôtesse

Mes paupières papillonnèrent un instant, puis je souriais à la femme, la remerciant de m’avoir réveillé. Puis discrètement, je la vis sortir une feuille et un stylo de sa poche. Un nouveau sourire, et je lui signais un autographe. Elle m’avait reconnue.
Une fois dehors, je cherchais mon chauffeur qui devait déjà m’attendre. Le vol n’avait même pas duré deux heures et plus le temps passait, plus je me rapprochais de Ryuku…

Ryuku… Je m’imaginais me présenter à lui de mille et une façon durant le trajet. Je me sentais parfaitement ridicule. Et Kai me manquait à cet instant pour que je puisse lui partager mes angoisses.

Et enfin… Le Doppelgänger. Arrivée devant le bâtiment, je déglutis difficilement. Le cœur battant à tout rompre, je croisais un employé du bar qui m’indiqua ou trouver l'ascenseur pour rejoindre l’appartement. J’effectuais les derniers ajustements corporels. J’avais déjà l’air d’une rockstar, je ne voulais pas paraître en plus négligé… Surtout après, une représentation et un voyage. Le sac de ma basse sur le dos et ma valise traînant au sol, j’ouvrais la porte de l’appartement…

Quelle ne fut pas ma surprise en te voyant… Ryuku…

“Oh mon dieu…”


Les yeux écarquillés, mes joues se réchauffant, je portais une main à mes lèvres. Choquée. À peine une serviette cachant le bas de ton corps. Je refermais la porte. Non… C’était sûrement le voisin. Sauf que le voisin ne m’aurait pas appelé Madame Gami… Pivoine et penaude, je poussais à nouveau la porte d’entrée, Mulan jouant toujours dans l’appartement.

“J-je suis arrivée…”


Je détournais rapidement le regard avant de revenir à toi, et plus précisément sur la cicatrice qui barrait ton buste. Un buste tout en muscles, parfaitement taillé. Comme un homme, je t’imaginais bien avoir passé de longues heures à travailler ton corps pour le rendre si … Presque parfait… Je me sentais si honteuse de te reluquer ainsi. J’étais gênée d’arriver à cet instant, alors que tu ne m’attendais sûrement pas. Je ne savais pas si je devais regarder la cicatrice de ton buste, ou celle de ton œil. Celle du bas m’impressionnant beaucoup trop, je préférais te dévisager… Ou finalement peut-être pas…

“Je … Je crois que je n’arrive pas au bon moment.. ? Hum… Tu veux que je ressorte ?”


La question était stupide, mais ma réaction l’était encore plus. Ne tenant plus sur mes jambes tremblantes après tout cela, je me lâchais sur ma valise tout juste derrière moi. Complètement perdue, le regard fuyant, je me demandais quoi te dire pour cacher ma gêne… Autant demander à un clown de jouer au caméléon devant un tableau en noir et blanc.

“Je suis désolée de ne pas être arrivé plus tôt… J’ai fait aussi vite que possible… Je… Tu ne m’en veux pas trop… J’espère ?”

Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Mer 6 Nov - 22:26
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Basse sur le dos, valise au sol, la jolie créature me fixe, le regard perdu entre le choc et la surprise.

“Oh mon dieu…”

N'exagérons rien, je ne suis que Ryuku.

Ses joues rosissent délicieusement alors que je la détaille de la tête aux pieds. Cheveux roses, des yeux bleus magnifiques, une silhouette taillée pour plaire et une tenue des plus étonnantes. Très rock-n'roll. Vu l'instrument sur son dos, c'est donc une musicienne. J'ai l'impression de l'avoir déjà vu quelque part, serait t-elle déjà venue au Doppel? Il y a un tel passage avec tous les clients que je ne retiens pas tous les visages...

Elle porte sa main à sa bouche et referme la porte, brisant le charme.

“J-je suis arrivée…”

Je vois ça, je le vois très bien. Incontestable, je t'aime, t'as géré mon pote!

“Je … Je crois que je n’arrive pas au bon moment.. ? Hum… Tu veux que je ressorte ?”
- Au contraire, reste. Je me suis renversé un truc dessus, j'ai dû me doucher et il faut que je me change mais... T'es la bienvenue, carrément la bienvenue.

Je baisse le son de la musique, histoire que l'on s'entende plus facilement. Capitaine Luffy? Bah il continue de faire des bulles, il adore ça.

En me tournant vers elle je note qu'elle me reluque de la tête aux pieds aussi. Sauf que moi, je n'ai pas beaucoup de fringue. Aucun en fait, juste ma serviette, les cheveux gouttant encore sur mes épaules. Ses yeux ne se posent nul part, hésitant entre mon torse et mon visage. Les cicatrices? Ça fait souvent cet effet là... En tout cas, ça m'éclate, alors je ne bouge pas et la laisse faire en affichant un sourire amusé.

“Je suis désolée de ne pas être arrivé plus tôt… J’ai fait aussi vite que possible… Je… Tu ne m’en veux pas trop… J’espère ?”
- Non, pas du tout. Tu es venue, c'est le plus important. En plus tu m'as prévenu, avec la lettre.

Celle où elle indiquait être incontestablement mienne.

- Du coup, bienvenue chez moi, Nanami. Enfin, chez nous. J'habitais déjà là avant la lettre alors mes affaires sont déjà un peu partout mais je t'ai fait une place dans le placard.

Une énorme place, parce que c'est une femme, et vu la taille de sa valise j'ai bien fait.

- Je vais m'habiller et retourner bosser, juste un peu... disons une demi-heure? Ça te laissera le temps de découvrir les lieux, de faire comme chez toi. T'es chez toi. Ou tu préfères une heure?

Elle semble ultra-gênée mais je m'en fiche, je détaille une nouvelle fois son corps de rêve. Aucun doute, je l'ai déjà vue quelque part. Mais où? Ryuku, réfléchis! Une idée Capitaine Luffy? Non, que des bulles évidemment.

- Je reviens.

Je file vers le couloir et disparais dans la chambre, juste le temps d'enfiler un jean et une chemise blanche, puis je reviens. Nanami sera peut-être moins gênée comme ça? J'espère en tout cas, je compte pas rester cinquante ans à plus de deux mètres d'elle.

- Voilà, c'est mieux.

J'approche et pose ma main sur sa joue. Elle a la peau douce, très douce, et mon unique œil continue d'analyser son visage. Où? Pas moyen, ça ne me revient pas.

- J'aime bien, t'es au couleur du Doppel.

Un dernier sourire amusé et je franchis la porte, la laissant seule dans l'appartement afin qu'elle puisse y trouver ses marques. Moi ? Je retiens un cri de joie et file prévenir le personnel que, ce soir, ils vont se démerder, parce que j'ai pas mis des bougies sur la table pour servir des verres au rez-de-chaussé.

Sérieux, l'Incontestable m'a envoyé le Doppel, en femme. Mon lieu préféré, tout de bleu et de rose, en femme. Il gère cet ordi!

Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Mer 6 Nov - 22:30
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
Je m’étais senti rougir encore à la mention de la lettre. Je me sentais encore un peu idiote de l’avoir écrite, et surtout maintenant que certains détails me revenaient. Au moins, j’étais la bienvenue, et il ne semblait pas vouloir aller à l’encontre des règles imposées par l’Incontestable. Au fond, cela avait quelque chose de rassurant. Nous n’aurions pas à nous battre. Enfin, vu son gabarit et le mien… Il aurait tôt fait de gagner la bataille. En fait, il avait même l’air plutôt content qu’on lui ait attribué une femme. Pour avoir fait de la place dans le placard, il avait dû l’attendre impatiemment. Je me sentais presque honteuse de l’avoir fait attendre. A la fois, gênée, amusée et rassurée, je lui offris un sourire.

“Merci… C’est gentil.”


“Je vais m'habiller et retourner bosser, juste un peu... Disons une demi-heure? Ça te laissera le temps de découvrir les lieux, de faire comme chez toi. T'es chez toi. Ou tu préfères une heure?”

Je hochais la tête, me redressais, fis la moue alors que je réfléchissais à ses paroles. Une heure se serait pas mal.

“Hum… En fait, je sors tout juste d’une représentation à Okinawa... Je n'aurais pas dit non à une longue douche…”


J’indiquais, gênée, mon état, j’avais mes vêtements de “boulot”. Je craignais de sentir la transpiration, ou d’avoir un maquillage coulant. Ryuku finit par s’absenter, sûrement pour s’habiller pour retourner travailler, alors j’en profitais pour regarder autour de moi. L’appartement était beau, tout à fait à mon goût, clair, lumineux, j’avais une impression d’espace. C’était agréable. Posant mes yeux sur la table, je remarquais les bougies et je sentis mon cœur se serrer un peu. Je n’imaginais pas la table décorée ainsi tout le temps… Il avait… Fait ça pour moi ? J’en rougis et me dis qu’il tenait probablement à ce qu’on dîne ensemble ce soir même s’il était déjà tard. Puis mon œil fut attiré par un mouvement dans le coin de la pièce. Là, dans un bel aquarium, un poisson rouge faisait des longueurs en faisant des bulles. Adorable… Je sentis monter en moi un élan de sympathie pour cet homme que m’avait désigné l’ordinateur. Enfin … Ça … C’était avant de voir les katanas accrochés aux murs.

“Ah…. Ça par contre… Ça va pas l’faire…”


Je réfléchissais déjà à un moyen de cacher ces horreurs de ma vue, mais un bruit de pas dans le couloir, me ramena à l’instant présent. Ryuku revenait de la chambre.

“Voilà, c'est mieux.”

Effectivement, le voir si élégant et prêt à travailler, il donnait une autre image que celui du nudiste aux katanas qui chantait du Mulan dans le salon. Je l’imaginais presque en train de s'entraîner au maniement du sabre sur la voix de Shang. L’image m’amusait autant qu’elle me donnait des sueurs froides.

“J'aime bien, t'es au couleur du Doppel.”

Un compliment faisant référence à la couleur de mes yeux et mes cheveux ? J’en avais bien l’impression. Baissant lentement les yeux, je tentais désespérément de contrôler la montée du sang vers mon visage. Sa main était chaude sur ma joue. Je n’avais pas bougé. Relevant les yeux vers les… Vers le sien, je le dévisageais à mon tour.

“Comme quoi… J’ai toujours été destinée à arriver ici… Je fais partie du décor maintenant..”


Il ne semblait pas méchant en tout cas. Kai n’aurait pas à s’inquiéter… Du moins, je l’espérais.

Je poussais un soupire de soulagement quand Ryuku quitta la pièce. Je regardais une nouvelle fois le poisson, et lui sourit tristement avant de me décider à explorer mon nouvel univers, et trouver la salle de bain. Cri de joie en découvrant cette dernière. Douche, et baignoire. Je ne pouvais espérer mieux. Je m’empressais de me démaquiller, me déshabiller pour me laisser aller à une détente bien méritée sous l’eau brûlante.

“C’est… Trop bon…”


Un soupire d’extase qui me fit penser que ce serait avec cet homme que j’allais passer à la casserole… Nouveau rougissement qui n’était pas dû à la vapeur dégagée par l’eau. J’étouffais un cri. J’avais plus l’impression de couiner lamentablement. Je n'étais pas prête pour ça… Après m’être lavé, je me mis à fouiller frénétiquement dans ma valise à la recherche de vêtements mettables. J’avais bien un pyjama de soie, mais si Ryuku avait prévu un dîner aux chandelles, je n’allais pas m’habiller comme si j’allais dormir. Et j’espérais qu’un minimum d’effort de ma part serait bien vu.

Après avoir rangé les quelques affaires de ma valise, sois en mettre le trois-quart au panier linges sales, je décidais de prendre l’air sur le petit balcon. J’avais fini par dénicher une petite robe blanche qu’une agence m’avait offerte après un long shooting. Ses voiles blancs tranchaient complètement avec les chaînes et le cuir de ma tenue précédente. Nerveusement, je jouais avec une mèche de mes cheveux encore un peu humide même après le passage du sèche-cheveux. Ryuku…

Quand j’entendis la porte s’ouvrir, je battais le rythme de la musique de la planète au trésor, la télé ayant continué de jouer en l’absence de mon incontestable époux.

“Re-Bienvenue chez toi…Ryuku” Lui soufflais-je avec un sourire en revenant dans la pièce principale.

Me postant derrière la chaise la plus proche de la baie-vitrée, je m’appuyais dessus.

“Tout s’est… Passé comme tu voulais ?”

J'étais curieuse. Et cela devait se voir.
Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Mer 6 Nov - 22:33
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Je sors en souriant. Nanami aurait pu mal prendre mes mots, tout le monde n'aime pas être comparé à un bar, mais ça passe elle a souri aussi. C'est vrai que là, elle va se fondre dans le décor coloré du bâtiment, on dirait même qu'il a été fait pour elle.

Au bout de quelques secondes je m'arrête et baisse la tête. Non mais quel con! S'habiller, c'est bien, ne pas oublier ses chaussures, c'est mieux. Tout le bâtiment est un peu comme ma maison et les employés n'en auraient rien à faire, mais ça ne va pas le faire devant les clients. Tssss... Me voilà donc à attendre dix minutes, comme un con, de l'autre côté de la porte. Ma femme parlait d'une douche alors j'ai juste à attendre qu'elle soit sous l'eau chaude pour prendre mes chaussures discrètement, non?

J'attends...

J'attends...

J'attends encore...

Ca devrait être bon. J'ouvre la porte tout doucement. Personne dans la grande salle de vie. Parfait. Je fais quelques pas, prend mes chaussures silencieusement puis repars sur la pointe des pieds. Je ferme la porte aussi doucement que possible et inspire un bon coup avant d'enfiler mes chaussures. Mission accomplie! Même le capitaine n'a pas dû me remarquer.

------------------------------------

J'ai dis une heure, mais c'est long une heure! Bon, moins que dix minutes à attendre devant une porte mais ça reste long. Le barman s'amuse de mon comportement clairement impatient. J'ai envie de la connaître, moi! Mais je ne vais pas la priver d'une bonne douche après une longue journée de travail. Semaine même, sinon, elle serait venue plus tôt.

Le personnel est prévenu, je vais filer, ils doivent gérer sans moi, alors je décide de m'absenter un peu plus tôt. Pour une fois, ça ne leur fera pas de mal. Il est tard, je n'ai pas dîné et ça doit être pareil pour Nanami alors je décide d'aller dans l'un des petits resto du coin afin de commander à emporter.

Mon épouse est toute fine, peut-être fait-elle attention à sa ligne? Je vais éviter de revenir avec de bons gros burgers bien gras. Oh punaise, j'espère qu'elle n'est pas végétarienne! On va partir sur des trucs bien japonais, classique et efficace. Je ressors avec sushis, makis, riz, nouilles, nems et diverses brochettes.

Encore cinq minutes...

Le temps est long quand on attend pour ouvrir ses cadeaux de noël...

------------------------------------

Je passe la porte de l'appartement très exactement une heure après l'avoir quitté. Nanami est là, toute propre, dans une robe blanche qui tranche beaucoup avec sa tenue d'arrivée. On passe du petit démon rock'n'roll au petit ange. Impressionnant.

“Re-Bienvenue chez toi…Ryuku”
- Merci, Nanami.

Je referme la porte en me demandant si je lui fais peur. Elle est à l'autre bout de la salle et a pris soin de mettre une table et trois chaises entre nous en s'installant à l'opposé de l'entrée! Mais elle sourit. Sourire de façade? Sourire poli? Je ne sais pas, mais elle est mignonne. Encore merci, Incontestable!

“Tout s’est… Passé comme tu voulais ?”
- Ouais, je suis tranquille jusqu'à demain. D'habitude je travail très tard mais ils feront sans moi, pour une fois. Je ne savais pas si tu avais déjà mangé alors j'ai apporté quelques trucs... ... ... On peut se poser et faire un peu connaissance?

J'avance et dépose les sachets sur la table avant de filer côté cuisine pour chercher à boire et tout le nécessaire. Elle est plutôt baguettes ou plutôt couverts? Je prends uniquement les baguettes.

- Ça a été de ton côté? L'appartement te plaît? On pourra changer quelques trucs dans la déco si tu veux.

Pas tout, il ne faut pas déconner. Je tiens à mon poisson et mes katanas.

J'allume les bougies, puis m’assois. Tout ce qui doit être chaud est encore chaud, enfin normalement, alors autant passer à table tout de suite.

- Tu aimes les musiques Dinsey ou tu as juste laissé tourner?

Grande question !

Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Mer 6 Nov - 22:37
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
Quand Ryuku est entré dans l'appartement, une délicieuse odeur de nourriture le suivait. J'en avais l'eau à la bouche. Et n'ayant pratiquement pas mangé de la journée, mon estomac se mit à réclamer sa pitance.

"Ouais, je suis tranquille jusqu'à demain. D'habitude, je travaille très tard, mais ils feront sans moi, pour une fois. Je ne savais pas si tu avais déjà mangé alors j'ai apporté quelques trucs…"

"Oh, c'est très attentionné de ta part… Merci… Ça sent drôlement bon en tout cas.."


Comme pour me donner raison, mon ventre se mit à crier, et j'espérais au fond de moi que Ryuku ne l'entende pas… Ce serait assez honteux…

"... On peut se poser et faire un peu connaissance ?"

À sa proposition, je hochais la tête. À moi aussi, il me tardait de le connaître, et savoir si je pouvais lui confiance… Au moins assez pour pouvoir dormir la nuit sans avoir à craindre pour ma sécurité.

Attiré par les sachets posés sur la table, je les ouvre et en retire les boîtes. J'en examine le contenu et à la vue des sushis et des makis j'en ai l'eau à la bouche et mes lèvres s'étirent en un sourire ravi. Je dispose les boîtes sur la table, pour que nous puissions piocher plus facilement dans chaque plat en attendant qu'il revienne de la cuisine. Je voulus lui demander s'il avait des baguettes, mais je n'eus pas à le faire. Nouveau sourire. Je m'asseyais face à lui alors qu'il allumait les bougies. Je me sentais toute drôle. Un dîner aux chandelles, encore une chose à laquelle je n'étais pas habitué. Mais ce n'était pas déplaisant…

"Ça a été de ton côté ?"Ça a été de ton côté ? On pourra changer quelques trucs dans la déco si tu veux."

"L'appartement est magnifique, je crois que j'ai eu un vrai coup de cœur pour la salle de bain…"


Je laissais échapper rire discret, puis j'hésitais. Niveau décoration, la seule que me dérangeait, c'étaient les katanas sur le mur derrière la télévision. Remettant une mèche de cheveux en place derrière mon oreille, je jetais un coup d'œil nerveux aux armes. Il s'en rendrait bien compte tôt ou tard, alors autant lui avouer que je ne me sentais pas sereine en regardant le mur.

"La seule chose… C'est que… Je me sens mal à l'aise en présence d'objets coupants… Tes… Katanas… C'est des vrais ou … Juste de la décoration ?.. Et tu les utilises ..?"

Je déglutis difficilement puis souris, embarrassé.

"Enfin… Je me doute que si tu les as mis là… C'est pour une bonne raison… Et je … Je suppose que tu ne t'imagines pas les… Déplacer…"


Je n'osais pas dire "retirer ", car une petite voix me soufflait que ce ne serait pas possible. Je haussais les épaules. J'allais devoir faire avec… Et tandis qu'il prenait place, et préférant me concentrer sur le repas, je lui proposais de le servir en prenant le plat contenant les sushis et les makis. J'ouvrais ensuite les petits pots de sauce.

"Tu aimes les musiques Disney ou tu as juste laissé tourner ?"

"Les deux", répondis je en souriant. "Je profite d'avoir… Un époux qui les apprécie. Je suis peut-être une grande fan, mais mon train de vie, mes occupations ne me permettent pas souvent ce genre de distraction."

Puis, n'y tenant plus, je pris un des makis que je trempais dans la sauce.

"Excuse moi… J'attaque, je suis affamée. "

Affamée, je l'étais, mais pareil à mon habitude, je prenais le temps de bien mâcher avant d'avaler.

"Et toi alors ? Si j'ai bien compris, tu es aussi du monde de la nuit.. ? Pardon moi si ma question te parait stupide, mais... Quel est… Quel est ton rôle au sein du Doppelgänger ?"

Attentive à ce qu'il me disait, une brochette dans les doigts, j'essayais d'en prendre un morceau entre mes dents.

"Bon… Et bien… Je suppose qu'on aura bien l'occasion de… Passer du temps ensemble durant nos matinées… J'ai les répétitions en après-midi, soirée généralement."

Je me sentais rougir et détournais les yeux. J'espérais qu'il penserait que la coloration de mon visage était due au wasabi, et pas à ma tourmente intérieure.

"A ce propos… Je suis la chanteuse et bassiste du groupe LIOM: Angel. "


Je préférais le préciser, au cas où il ne nous connaisse pas.
Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Mer 6 Nov - 22:40
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Regardez comme l'Incontestable a bien fait de nous mettre ensemble. Nous n'avons pas encore passer cinq minutes ensemble que nous sommes déjà entrain de préparer notre dîner et de mettre la table tout naturellement, chacun ayant sa tâche. Elle est même satisfaite de la déco de mon appart, qui devient également le sien dès aujourd'hui. C'est parfait!

Dès que tout est prêt nous prenons place face à face pour débuter un petit dîner aux chandelles. Le tout premier de notre long mariage à venir.

“L'appartement est magnifique, je crois que j'ai eu un vrai coup de cœur pour la salle de bain… La seule chose… C'est que… Je me sens mal à l'aise en présence d'objets coupants… Tes… Katanas… C'est des vrais ou … Juste de la décoration ?.. Et tu les utilises ..?”
- Des vrais! souris-je. Et oui j'ai appris à les manier.

Son sourire est clairement embêté mais je ne relève pas. Ce ne sont que des katanas, bon sang!

“Enfin… Je me doute que si tu les as mis là… C'est pour une bonne raison… Et je … Je suppose que tu ne t'imagines pas les… Déplacer…”
- Euh, non, pas vraiment, mais tu n'as pas à être mal à l'aise. Ils sont en hauteur, bien rangés dans leurs fourreaux pour protéger leurs lames et nos mains. Ça ne craint rien.

Rien du tout même, alors j'enchaîne sur un autre sujet: les musiques Disney qui continuent de tourner dans le lecteur, mettant un peu d'ambiance dans la grande pièce de vie.

“Les deux. Je profite d'avoir… Un époux qui les apprécie. Je suis peut-être une grande fan, mais mon train de vie, mes occupations ne me permettent pas souvent ce genre de distraction.”

J'ai cru remarquer ça, elle a eu besoin de six jours avant de réussir à se libérer pour venir ici. Un de plus et elle aurait franchi le délai maximal, ce qui aurait causé quelques soucis.

“Excuse moi… J'attaque, je suis affamée.”
- Itadakimasu ! me contenté-je de répondre en attaquant également le repas.

Nous n'allons pas attendre que ce soit froid pour commencer à déguster.

“Et toi alors ? Si j'ai bien compris, tu es aussi du monde de la nuit.. ? Pardon moi si ma question te parait stupide, mais... Quel est… Quel est ton rôle au sein du Doppelgänger ?”
- Je le gère, de la cave au toit, pour son propriétaire. L'établissement étant surtout ouvert l'après-midi et la nuit je vis en décalé, toujours entre le bar, l'hôtel, le bar à câlins et cet appart. Je peux dépanner à presque tous les postes quand il le faut. C'est une habitude à prendre.
“Bon… Et bien… Je suppose qu'on aura bien l'occasion de… Passer du temps ensemble durant nos matinées… J'ai les répétitions en après-midi, soirée généralement.”

Je hoche la tête en mangeant. Je vais éviter de parler la bouche plein dès le premier soir, ça le ferait pas. Il n'y a que Capitaine Luffy qui serait assez impoli pour se le permettre. D'ailleurs il nous fixe avec ses gros yeux, à travers son bocal, en continuant de faire des "o" avec sa bouche.

Par contre, pourquoi elle rougit? Je jette un oeil à ce qu'elle mange. Peut-être le wasabi?

“A ce propos… Je suis la chanteuse et bassiste du groupe LIOM: Angel.”

Je cesse de mâcher pour la fixer. LIOM... LIOM... LIOM.... Ah mais oui! Ça me revient maintenant! Je termine ma bouche en vitesse en me rappelant de la tête de drogué d'une des têtes du groupe. Aaaaah, que voulez-vous, il y a des faibles partout. Une pensée s'envole pour ma Jess chérie.

- Je comprends mieux pourquoi j'avais l'impression de t'avoir déjà vue quelque part. Désolé, je suis pas un gros fan, tu n'es pas déçue au moins? Par contre j'ai déjà entendu, tu as une voix encore plus belle quand tu chantes.

Oh petit Incontestable, je t'aime de plus en plus. Elle aussi, c'est une créature de la nuit! une fêtarde! Plus de toute possible, si j'ai quitté le boulot tôt ce soir, ce n'est pas pour me coucher tôt. A nous la soirée de folie pour faire connaissance physiquement! Mais commençons par finir ce repas, ça nous fera du bien et ça nous donnera des forces.

- Vous pourrez peut-être répéter sur la scène du Doppel de temps en temps? En fonction des disponibilités, ou même venir jouer ici un soir. Ce serait top !

Les clients adoreraient et elle serait moins fatiguer par le trajet? Quoi que, si elle en profite avec son groupe après pour boire un verre... Bwarf, ce serait fun, ce serait l'occasion de les rencontrer.

Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Mer 6 Nov - 23:50
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
Ryuku s’était comme figé, semblant chercher dans sa mémoire. Curieuse, j’attendais de voir ce qu’il pensait. Avait-il entendu parler de nous ? Peut-être vu la tête que Ryuku tirait.

“Je comprends mieux pourquoi j'avais l'impression de t'avoir déjà vue quelque part.”

Je lui souris, un peu amusé. Il m’avait donc “reconnue” sans se rappeler d’où il avait déjà vu mon visage. S’il y pensait depuis mon arrivée je n’osais imaginer à quel point, il avait dû se sentir frustré. En tout cas, moi, à sa place, ça m’aurait énormément gêné.

“ Désolé, je suis pas un gros fan, tu n'es pas déçue au moins?”

“Non-non, rassure toi… Je sais que tout le monde ne peut pas aimer ce que l’on fait.”


Amusée, je me mis à rire légèrement. Il aurait eu la critique méchante et gratuite, j’aurais sûrement été très déçue, mais ce n’était pas le cas. Il n’aimait pas, c’était tout.

“Par contre j'ai déjà entendu, tu as une voix encore plus belle quand tu chantes.”

“Tu exagères… Mais je te remercie…”


Je me sentis rougir de plaisir, et lui souriais. Ça fait toujours plaisir à savoir même si je ne pensais pas avoir une “belle” voix. C’était juste… Une voix que j’avais travaillée depuis l’enfance comme tant d’autres choses. L’image de ma mère s’imposa à mon esprit, je la chassais d’un coup de baguette passant devant mon visage, comme on chasse une mouche dérangeante. Ce n’était pas le moment de penser à ce genre de chose.

“Vous pourrez peut-être répéter sur la scène du Doppel de temps en temps ? En fonction des disponibilités, ou même venir jouer ici un soir. Ce serait top !”

À cette proposition, je regardais l’homme que m’avait attribué l’Incontestable avec plus d’attention, réfléchissant à la proposition. Y avait du bon… Du très bon même. J’essayais de me souvenir de ce que j’avais pu apercevoir du bar avant de monter. L’endroit avait l’air spacieux et coloré, c’était tout ce que j’avais retenu. Je me promettais d’y faire un tour dès que possible pour visiter.

“Ce serait vraiment génial !”


Je pris le temps de savourer un nouveau sushi, réfléchissant aux possibilités, aux avantages et aux inconvénients. Au moins, je pourrais me servir un verre au bar après la représentation, les répétitions, et monter directement ensuite à l’appartement sans avoir à déranger les garçons… Sans avoir à me faire surveiller pour un oui ou pour un non… Mais pas que ça…

“Le Doppel se ferait connaître de nos fans… Ça lui ferait une bonne publicité aussi... Il faudra que j’en parle à Kai. C’est lui qui prendra la décision. En tout cas, ce n'est pas tombé dans l’oreille d’une sourde.”


Je le regardais fixement, cherchant sur son visage la moindre trace indiquant qu’il se serait moqué de moi. Mais il semblait sérieux. Et vu qu’il était le gérant du Doppel… Je ne pensais pas qu’il puisse plaisanter avec ça. Posant mes baguettes sur la table, je poussais légèrement mon assiette pour pouvoir y poser mes coudes et croiser mes doigts sous mon menton. J’avais terminé, mon ventre était déjà bien plein. Je ne mangeais pas beaucoup en général. Ou plutôt en très petite quantité à chaque fois… J’espérais que Ryuku ne penserait pas que le repas était mauvais. Au contraire, je m’étais régalé. Le regardant manger encore, j’osais espérer qu’il me reste des makis pour le lendemain.

“J’aimerais bien visiter le Doppel aussi, si possible… Enfin… Peut-être pas ce soir parce que je suis vraiment claqué mine de rien… Mais… Dans la semaine ?”


D’autres idées me venaient, mais j’avais besoin de temps pour y réfléchir et faire mes propositions. Dans tous les cas, il fallait que j’en parle aux garçons et à mon oncle… Les garçons… Mon oncle… Soudainement, je me frappais le front du plat de la main. Peut-être un peu trop fort…

“Aïiïïe…”


Baissant la tête, je massais la zone endolorie.

“Et mince… J’ai oublié de leur dire que j’étais bien arrivé… Ils doivent être morts d’inquiétude…”


Je m’excusais auprès de Ryuku et me levais précipitamment pour aller récupérer mon téléphone dans la chambre. Je désactivais le mode avion et retournais dans le salon. J’avais effectivement reçu au moins une centaine de message. Me mordant la lèvre, je restais près de l’aquarium pour appeler mon oncle, ignorant royalement les katanas. Trente secondes plus tard, je raccrochais. Nos conversations n’étaient jamais très longues. Puis j’hésitais… Kai… Je déglutis difficilement avant de me décider à lui envoyer un message. Je ne me sentais pas en état de lui parler. Une fois ma mission accomplie, je regardais le poisson qui faisait des bulles pour moi. Je lui souris, puis fronçais les sourcils… D’après le léger reflet dans le verre, j’avais une belle marque rouge sur le front. Faisant la moue, je frottais ma peau et me rapprochais à nouveau de Ryuku.

“C’est bon… Ils sont prévenus…”
Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Jeu 7 Nov - 10:09
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Nanami sourit, elle a un joli sourire, donc je crois qu'elle ne m'en veut pas de ne pas faire parti des fans qui s'arrachent les tickets et hurle en les voyant comme si un Dieu venait d'apparaître.

“Non-non, rassure toi… Je sais que tout le monde ne peut pas aimer ce que l’on fait.”

Je n'ai pas dis que je n'aimais pas! J'ai déjà entendu, ici et là, à la radio, à la télé, au Doppel. Mais d'une oreille distraite qui n'a pas cherché à en savoir plus. En fait, il est très très très très rare que je cherche à en savoir plus sur un groupe ou un chanteur. Ce n'est pas parce qu'on aime une de leur musique que l'on doit tout aimer. Dans le cas de LIOM, je me souviens avoir apprécié la voix féminine. La sienne.

“Tu exagères… Mais je te remercie…”

Elle rougit, c'est adorable. Ça me donne encore plus envie d'aller l'embrasser alors j'accélère le dîner, essayant de remplir mon estomac plus vite pour pouvoir passer à la suite.

“Ce serait vraiment génial !
Le Doppel se ferait connaître de nos fans… Ça lui ferait une bonne publicité aussi... Il faudra que j’en parle à Kai. C’est lui qui prendra la décision. En tout cas, ce n'est pas tombé dans l’oreille d’une sourde.”


Je hoche la tête en mâchant. Il est évident qu'elle ne peut prendre cette décision sans son groupe et ce ne sera pas pour demain. Le Doppel prévoit rarement des soirées en dernière minute: il faut tout un programme pour donner envie aux clients de venir et revenir. La plupart préfère rester à leur petit domicile et il faut toujours innover pour leur donner la simple idée d'aller boire un verre dans un bar plutôt que sur leur canapé.

“J’aimerais bien visiter le Doppel aussi, si possible… Enfin… Peut-être pas ce soir parce que je suis vraiment claqué mine de rien… Mais… Dans la semaine ?”

- Quand tu voudras, il ne va pas s'envoler.

Mais pas ce soir. Ce soir nous faisons connaissance. Ce soir, ce sont nos premières heures en tant que couple marié alors on ne va pas s'encombrer de tous les employés et clients du Doppel. Imaginez qu'il y ait un fan dans leur rang? Il nous faudrait des heures pour qu'il lâche MA femme.

Nanami cesse de manger, repoussant légèrement son assiette. J'ai l'impression qu'elle a un appétit d'oiseau mais ça doit être normal. Je ne suis point un spécialiste en régime alimentaire mais vu son gabarit et vu le mien c'est normal qu'elle mange moins que moi. Elle fait quoi... vingt, vingt-cinq centimètres de moins que moi? Difficile à dire, je n'ai pu réellement l'approcher qu'une fois, en partant tout à l'heure, et elle avait encore ses chaussures. En plus, elle est toute fine alors que je me suis fait gonfler à coup de musculation.

Allez, on remet la tête dans le dîner, histoire de définitivement calmer mon estomac... Jusqu'à demain.

“Aïiïïe…”

Je redresse la tête, curieux de découvrir l'origine de ce "Zbaff, Aïe" et je suis vite déçu. Capitaine Luffy n'est pas sorti de son aquarium pour lui mettre un giga-coup de nageoire, Nanami vient seulement de s'auto-frapper. Je hausse un sourcil, au dessus de mon seul œil ouvert, qu'est-ce qui lui prend?

“Et mince… J’ai oublié de leur dire que j’étais bien arrivé… Ils doivent être morts d’inquiétude…”

Je hausse les épaules alors qu'elle s'excuse déjà.

- Pas de souci, rassure-les.

Un aller-retour pour récupérer son téléphone, un coup de fil, un message, c'est vite fait et surtout à me permet de finir mon dîner. Je referme les boîtes et m'empresse d'aller mettre le tout dans le frigo pour permettre de ne plus avoir à y penser ce soir. On a bien mieux à faire!

“C’est bon… Ils sont prévenus…”
- Impec'!

Nanami s'approche un peu en frottant son front, j'approche en constatant qu'elle m'arrive aux épaules. Il est temps de rompre cette distance entre nous une nouvelle fois alors je glisse ma main dans son dos et dépose un baiser sur son front.

- Comme ça... Ils ne nous dérangeront pas ce soir...

Je lui relève le menton de ma main libre et joint nos lèvres, pas pour me délester de notre devoir journalier mais par plaisir. Cette femme est un canon et j'ai envie de la découvrir autrement qu'en discutant autour d'une table. D'ailleurs, mes lèvres s'activent contre les siennes, fallait pas vous attendre à un baiser chaste de ma part, c'pas vraiment dans mes plans!
Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Ven 8 Nov - 20:20
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
 Un coup d’oeil à la table me permis de voir que Ryuku avait terminé de manger et qu’il avait déjà commencé à débarrasser. Je ne savais même pas s’il restait des sushis… Et puis, n’étions nous pas censés nous partager les tâches ? Il aurait pu m’attendre. Mais au fond, j’étais ravie de voir qu’il n’était pas le genre d’homme à tout laisser de côté pour sa femme. Peut-être pourrions nous bien nous en sortir… ? Toute à mon massage de front, je le regardais s’avancer vers moi.

“Impec'!”

Je lui souriais, un peu nerveusement quand je constatais qu’il était soudainement bien trop proche de moi et que mon coeur commençait à s’affoler. Je voulu reculer mais mes membres, figés, refusaient de m’obéir, et je me retrouvais coincé… Sa main dans mon dos m’immobilisant complètement. Un frisson remonta le long de ma colonne vertébrale, au contact de ses doigts. J’étais tétanisé… Pire encore lorsqu’il posa ses lèvres sur mon front… Pire… Ou mieux… C’était différent des baisers de Kai… Mais ça restait très agréable. Vraiment… Je fermais malgré moi les yeux, pour m'enivrer de cette douceur. Mes joues devais avoir pris la couleur de mon front.  Mais qu’est ce que je faisais… Je ne le connaissais même pas ! Avais-je si soif d’affection ?

“Comme ça... Ils ne nous dérangeront pas ce soir…”

Sa voix me parvint comme lointaine. Que disait-il ? Mes yeux papillonèrent un instant tandis que je reprenais pieds. Je sentis la main de Ryuku relever mon visage vers lui. Il était grand…  Bien plus que Kai… Et à le voir s’avancer vers moi, je me mis à redouter l’instant qui suivrait… Mais il n’allait pas le faire hein ? Hein !?

“...Nous dérang….!?”

Coupé dans mon élan, l’esprit complètement engourdi, je sentis ses lèvres se poser sur les miennes… Je ne savais pas s’il fallait m’indigner, être choqué, me laisser faire, répondre, fermer les yeux les garder ouverts… Je finissais par les fermer, le coeur au supplice de se trouver dans une cage bien trop petite pour lui.

Il aurait pu au moins attendre que je me sois lavé les dents ! On se connaissait à peine, j’avais pas envie qu’il m’embrasse ! En même temps il est pas désagréable à regarder… Et s’il prenait l’odeur du poisson ? Au moins l'Incontestable serait content, on s’est embrassé… Arrête Ryuku..!

Ses lèvres sont si agréables que je ne peux m’empêcher de répondre à son baiser...Ou alors je voulais simplement qu’il compte aux yeux de notre incontestable… Ou peut-être ne voulais-je pas qu’il pense que j’étais carrément nulle du fait de mon manque d’expérience dans ce domaine…? J’avais beau penser tout ça, je ne pouvais ignorer la chaleur diffuse dans mon ventre, les frissons que me procuraient ses mains sur ma peau désormais brûlante. Ce n’était pas un baiser chaste… Ce n’était pas/plus un baiser pour l’Incontestable… Je ne m’y connaissais pas assez assez, mais j’aurais pu dire avec certitude que cet échange se voulait être une promesse d’une nuit bien agitée...

C’était trop ! Au bord de l’explosion, je posais une main sur son torse. Il était aussi ferme que je l’imaginais après l’avoir vu à demi-nu. J’exerçais une pression pour m’éloigner de lui, et coupait court à ce baiser… De ma main libre, car j’avais du laisser tomber mon téléphone, je posais deux doigts sur ses lèvres pour l’empêcher de parler ou d’avoir l’idée de recommencer.

“Je ne veux pas qu’on aille trop vite…” soufflais-je.

Je sentais mes yeux s’humidifier. Déjà, je le voyais presque trouble. Oh non… J’étais déjà pivoine, je n’allais pas non plus me mettre à pleurer. Cherchant contenance, je m’éclaircis la voix, ayant encore la sensation de ses lèvres sur les miennes.

“Je préférerais … Qu’on apprenne à se connaître un peu mieux avant d’aller plus loin…”


Je libérais ses lèvres de mes doigts, ne manquant pas de caresser son menton, et laisser ma main rejoindre sa soeur sur le thorax de Ryuku. Je finis par baisser les yeux, ne pouvant plus soutenir son regard. Je me dérobait à son étreinte, et cherchait désespérement un nouveau sujet de conversation pour masquer ma gêne, mon angoisse… Ma frustration… Je vis alors le poisson du coin de l’oeil…

Et puis… Tu ne m’as même pas présenté à ton poisson..”

Je lâchais un rire… Nerveux… Et me rapprochait de l’aquarium, prenant soin de contourner le canapé pour l’avoir entre moi et Ryuku. J’avais ainsi une petite marge pour m’échapper au cas où il voudrait jouer les prolongations de baiser… Avais-je autre chose dans ma valise que des pyjamas de soi et de dentelles ? J’avais la sensation d’avoir gâché notre premier baiser… Peut-être n’en avais-je pas profité comme j’aurais voulu le rêver ?

“Comment s’appelle t-il ?”

Je me détournais de l'aquarium pour regarder Ryuku. Mais un éclat sur le sol de l'appartement me fait baisser les yeux. J'avais complètement oublié mon téléphone, maintenant aux pieds de celui qui partagerait ma vie… Je me mis alors à espérer qu'il soit éteint pour que Ryuku ne puisse voir mon fond d'écran… Je ne savais pourquoi, mais l'idée qu'il puisse me voir si proche de Kai me gênait soudainement...

"...."


   
Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Ven 8 Nov - 21:20
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Nanami se fige quelques secondes dans mes bras avant de laisser ses lèvres se joindre à la danse que les miennes lui proposent. Le température monte, pour mon plus grand plaisir, mais je constate bien vite la présence d'une barrière invisible. Est-ce sa timidité qui, en plus de la faire rougir et perdre son téléphone, l'empêche de se lâcher? Ou y a t-il autre chose? Pourtant elle embrasse plutôt bien... Enfin.. Sans "ça", ce serait mieux.

Soudain elle pose sa main sur mon torse. Je m'attends à une caresse ou à ce qu'elle s'agrippe à ma chemise mais il n'en est rien. Elle me repousse. Je la fixe sans comprendre, un peu déboussolé. C'est extrêmement rare que l'on me repousse une fois le baiser si bien engagé. J'ouvre la bouche pour l'interroger mais, déjà, elle pose son index sur mes lèvres.

“Je ne veux pas qu’on aille trop vite…”

Je hausse un sourcil, au dessus de mon seul oeil valide, tout en remarquant les larmes qui commencent à envahir son regard bleuté sans pour autant être assez nombreuses pour dévaler ses joues. J'ai raté quoi là?

“Je préférerais … Qu’on apprenne à se connaître un peu mieux avant d’aller plus loin…”

Son doigt glisse sur mon menton et, bien vite, ses deux mains se retrouvent sur mon torse. Elle baisse la tête, fuyant mon regard. Bon, peut-être qu'elle est bien timide mais j'ai dû mal à l’imaginer. C'est une star! Elle passe son temps sur scène, devant des milliers de gens, et elle flippe pour un baiser avec son mari?

“Et puis… Tu ne m’as même pas présenté à ton poisson...”
“Comment s’appelle t-il ?”


Elle a pris la fuite, remis de la distance entre nous. Elle esquive, me laissant comme un contre entre la table et le canapé alors qu'on devrait être entrain de se rouler la galoche du siècle pour fêter notre mariage! Après tout, si l'Incontestable nous a mis ensemble, c'est parce que çà va forcément marcher entre nous!

- C'est une façon détourné de me dire que j'ai un gout de poisson? Je peux aller me brosser les dents si c'est ça le souci.

Je soupir et remarque son téléphone à terre en voulant avancer. Je me baisse et le ramasse, découvrant son splendide fond d'écran. A nouveau, je hausse un sourcil. C'est lui, la face de drogué de LIOM, le faible. Sur cette photo il est avec ma femme, littéralement pendu à son cou. Ils ont l'air allongé et elle l'embrasse sur la joue. C'est peut-être ça le souci?

- Il s'appelle Luffy. Capitaine Luffy.

Je la rejoins près de l'aquarium.

- Tiens, dis-je en lui tendant son téléphone sans la regarder.

Je prends le pot de bouffe à poisson, l'ouvre, en prend une pincée et nourrit le courageux Capitaine Luffy. Manger le changera de son activité habituelle: les bulles.

- C'est lui le souci? C'est ton mec?

J'ai bien entendu parler des gens qui ont des relations monogames durables avant le mariage mais je trouve ça terriblement con. Ça pose juste souci quand ils se retrouvent mariés.

- Bref, faisons connaissance! Tu veux savoir quoi?

J'éteins les musiques Disney, qui ont bien assez tourné pour aujourd'hui, et me laisse tomber dans le canapé en revenant fixer mon épouse aux cheveux roses.
Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Sam 9 Nov - 21:20
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
J’avais l’impression d’avoir fait une bêtise, une grosse bêtise. Elle semblait déjà loin la bonne humeur de Ryuku… En même temps, je l’avais repoussé durant notre baiser, pire que si je lui avais dit non dès le départ. Et je me sentais coupable et complètement épuisée...

“C'est une façon détourné de me dire que j'ai un goût de poisson? Je peux aller me brosser les gens si c'est ça le souci.”

Encore pire maintenant…

“M-mais non ! Pas du tout c-c’est….”


Pas le téléphone Ryuku… Pas le téléphone. Laisse-le ! N’y touches pas ! Trop tard…
Il l’avait pris entre ses doigts, regardant l’écran illuminé, même pas verrouillé qui laissait voir une photo de nous deux, de Kai et moi. De mon Kai… Une photo qui exposait ma joie d’être avec lui. J’étais embarrassé de savoir que mon époux l’avait vu… Je ne voulais qu’il puisse croire qu’il y avait quelque chose entre lui et moi, même s'il avait… Peut-être... Effectivement une toute petite chose… Je déglutis difficilement. Ryuku venait vers moi, et je lui trouvais une mine sombre. Loin d’être rassurée, je lui laissais de la place face à l’aquarium et hochais la tête à l’entente du nom du poisson. Capitaine Luffy… Ça me rappelait le nom d’un garçon dans un vieux vieux manga que j’avais regardé quand j’étais petite… C’était quoi déjà ? Je ne m’en rappelais plus… Une histoire avec un gamin qui mange une drôle de cochonnerie et se transforme en elastiqueman pour conquérir l’univers… Je crois… Ryuku devait probablement le connaître s’il a donné le nom du garçon à son poisson. Mais je n’osais pas lui demander.

“Tiens”

“Merci beaucoup…”


Je récupérais le téléphone, sans regarder mon époux, et passais mon pouce sur la surface de l’écran pour en retirer les différentes marques de doigts. Mon regard accrocha celui, figé, de Kai. J’avais bien besoin d’un câlin à cet instant. Verrouillant le téléphone, je le déposais sur la table basse avant de m’asseoir sur le canapé.

“C'est lui le souci ? C'est ton mec ?”

“... Non… Il est juste… Important pour moi… C’est mon ami…”


Mais j’aurais aimé qu’il soit plus que ça. Certes, nous avions partagé certaines choses, et je lui avais offert mes lèvres, mais nous n’étions jamais allé plus loin… Et maintenant qu’il m’était inaccessible, je crois que commençais à le regretter.

“Bref, faisons connaissance ! Tu veux savoir quoi?”

“Tout..?”
Tentais-je d’une petite voix.

Terminé les chansons Disney. J’avais vraiment l’impression qu’il était énervé. Ramenant mes jambes sous mon corps, je me décidais à lui faire face, me tournant vers lui. Le coude posé sur le dossier du canapé, ma tête dans la main, j’affrontais, au moins un peu son regard.

“Je veux tout savoir sur toi Ryuku… Ce que tu aimes, ce que tu n'aimes pas, tes passions, tes allergies pour ne pas que je t’empoisonne par erreur… Ta vie en générale… Comment tu as eu tes cicatrices... Tout…”


Je haussais une épaule, mes paupières battant plus rapidement pour chasser les picotements de fatigue. Mais j'étais réellement curieuse à son sujet...

“Je sais que tu ne pourras pas tout me dire ce soir, et qu’il y a des choses que j’apprendrais juste en vivant à tes côtés… Mais même si l’Incontestable nous a jugé compatible, j’ai besoin de te connaître un minimum... Et je ne voudrais pas non plus qu’on se précipite non plus...”


Je me changeais de position, posant un pied par terre, faisant attention que ma robe reste bien sûr mes genoux. J’avais juste envie de m’allonger. Je ramenais mes mains sur mes cuisses.

“Le mariage, la vie de couple... C'est nouveau pour moi...J’ai… Toujours pris du temps avant d’avoir une relation avec quelqu’un…”

Tellement de temps que le seul que j’avais embrassé avant Ryuku n’était autre que Kai…

“Après… Honnêtement… Je ne me sens pas capable, ce soir, de tenir une telle conversation... Je ne suis pas certaine de pouvoir t'accorder toute mon attention... ”


J’étais fatigué, tant physiquement avec la semaine que j’avais passé, que mentalement avec la lettre, Kai, Ryuku, mon arrivée dans l’appartement… La main devant la bouche, je tentais de réprimer un bâillement.

“Tu ne voudrais pas plutôt qu’on se détende un peu en regardant un film ..? Peu importe, celui que tu voudras. Je regarde de tout… Enfin presque… J’évite les films d’horreur... Le soir... Toute seule ça me rend... Paranoïaque…”


Un film, une série, un dessin animé… Ce qu’il voulait m’irait… De toute façon, j’étais quasi certaine que la télévision finirait par me regarder. Au moins ça nous ferait notre activité du jour ?
Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Sam 9 Nov - 22:30
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Un simple ami? Mouais, j'ai dû mal à y croire en voyant la photo et, en plus, c'est la seule explication que je vois pour l'instant au fait qu'elle m'ait repoussé alors je m'y accroche. Bêtement. Au moins elle ose venir se poser avec moi sur le canapé même si elle ne semble pas trouver de position convenable: elle n'arrête pas de gigoter!

Je l'écoute attentivement. C'est bien une femme, elle parle beaucoup! Mais si ça lui permet de me dire ce qui ne va pas, ça me va. Sauf qu'au final je n'obtiens pas grand chose de plus. Fais chié, ce soir, ce sera chocolat noir ou rien.

“Après… Honnêtement… Je ne me sens pas capable, ce soir, de tenir une telle conversation... Je ne suis pas certaine de pouvoir t'accorder toute mon attention... ”

Fatiguée? Ça, je peux le comprendre. Une star au rythme de folie qui, en plus, se retrouve avec un voyage supplémentaire sur les bras quand l'Incontestable claque des doigts, ça doit pas être évident à gérer. Maintenant que j'y pense je ne sais même pas où elle était avant de venir ici. Peut-être a t'elle raison? Peut-être que l'on devrait faire un petit peu connaissance pour ce soir et voir le reste demain?

“Tu ne voudrais pas plutôt qu’on se détende un peu en regardant un film ..? Peu importe, celui que tu voudras. Je regarde de tout… Enfin presque… J’évite les films d’horreur... Le soir... Toute seule ça me rend... Paranoïaque…”
- Tu n'es pas toute seule, dis-je simplement.

J'attrape la télécommande et allume la télévision en me détendant. Il doit bien y avoir un truc à mater sur toute leur plateforme de streaming? Ou alors une émission à la con? Genre idiot à souhait, le truc devant lequel personne n'a besoin de neurones?

- Tu penses que tu vas tenir tout un film? T'as l'air crevée...

Elle a baillé! Donc, elle est ultra fatiguée. C'est logique. Va pour trouver une émission qu'on pourra couper à tout moment.

- Allez, détends-toi. Je vais pas te manger alors que tu m'as dis non. On va passer la soirée devant une émission stupide tout en papotant.

Ah bah voilà! Une émission parfaite: des guignols qui s'élancent sur un parcours. Le premier arrivé gagne, sauf qu'il y a tout un tas d'obstacles surprises, de la mousse, de la flotte. De bonnes gamelles en perspectives.

- Par contre, ce sera donnant-donnant. Je t'en dis plus, mais tu fais pareil.

Nous sommes incontestablement mariés, alors je veux bien lui en dire plus sur moi, même si c'est pas dans mes habitudes et encore moins avec mes conquêtes d'un soir. Mais si elle ne parle pas, je fermerais vite ma gueule pour juste me moquer des candidats qui font déjà des "plouf" dans les piscines leur servant de piste d'atterrissage d'urgence.

- Donc... Ryuku, mais ça tu le sais déjà. Vingt-huit ans, vingt-neuf dans quelques jour, le 11. Pas d'allergies et j'suis pas compliqué en bouffe. J'ai une sœur. Mon père est mort quand j'étais petit. Ma mère... Shukumei. Tu voulais savoir quoi d'autres? Ah oui, les cicatrices. Mon oeil, ça date de Shukumei.

Pas envie d'en parler plus.

- Les autres, règlements de comptes ici et là. J'ai pas grandi dans des quartiers chics. Voilà! T'as les grandes lignes, le reste attendra que t'ais dormi.

Tu vois? Je vais pas te mordre, je joue le jeu! Je ne la regarde même pas, pas parce que je boude, mais simplement car je suis trop occupé à pouffer de temps à autres devant les gamelles magistrales des participants de cette émission.
Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Dim 10 Nov - 0:11
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
Tu n’es pas toute seule. Tu n’es pas toute seule… Pas seule… Étrangement, ces quelques mots résonnaient dans ma tête comme l’écho d’une cloche. Ils me faisaient plaisir. Ils me faisaient du bien à l’âme. Je ne savais pas s’il pensait à ceux qui m’entourait, à Kai qui décorait mon téléphone, ou à lui-même… L’homme avait qui j’étais marié, pour le meilleur, et pour le pire… Tandis qu’il allumait la télévision, je me mis à penser aux mariages des gens de l’étranger. Les voeux, les fêtes… Les belles robes… Le Japon était si loin de ces pays où l’on se mariait par amour…

“Tu penses que tu vas tenir tout un film? T'as l'air crevée…”

“Épuisée… Mais je vais tenir”
Répondis-je en réprimant un nouveau bâillement.

Ou en tout cas, j’essaierais. Du mieux que je pourrais. Ce serait dur… Surtout avec le ventre plein. Et les gars qui se demandaient encore pourquoi je ne mangeais jamais avant une représentation… La digestion avait tendance à me faire dormir. Je somnolais presque, et m’en rendant compte, je me forçais à rester droite.

“Allez, détends-toi. Je vais pas te manger alors que tu m'as dis non. On va passer la soirée devant une émission stupide tout en papotant.”

Il était gentil Ryuku… Quelque peu rassurée par ses mots, je lui souris, reconnaissante. Je ne savais pas combien de temps ça durerait, et s’il se tiendrait à ça encore le lendemain, mais si au moins je pouvais être tranquille pour la nuit, ce serait ça de gagner. Alors je hochais la tête et m’installais plus confortablement entre les coussins tandis qu’il zappait à la recherche d’une émission à regarder. Il finit par trouver une émission où des gens faisaient du parcours pour gagner de l’argent, souvent pour des associations… Ça donnait des idées mine de rien. Je souris directement en voyant une belle gamelle.

“Par contre, ce sera donnant-donnant. Je t'en dis plus, mais tu fais pareil.”
“Ça marche. On fera comme ça.”


Du coin de l’œil, j’observais son profil alors qu’il me parlait de lui. Le 11, c’était si proche. Gardant la date dans un coin de mon esprit, je me promis de lui offrir un cadeau. Quoi ? Je n’en avais absolument aucune idée… Je n’avais pas la force d’y réfléchir non plus. Pour demain… De toute façon, il me faudrait bouger. Je n’avais même pas appelé mon chauffeur préféré pour qu’il me garde sa journée. Tant pis… Je verrais qui on proposerait…

“Les autres, règlements de comptes ici et là. J'ai pas grandi dans des quartiers chics. Voilà! T'as les grandes lignes, le reste attendra que t'ais dormi.”

Je haussais un sourcil dans sa direction. Des … Règlements de comptes ? Avec qui ? Pourquoi ? Comment ? Mes yeux furent inévitablement attirés par les katanas. Je déglutis. Il s’en servait pour régler ses comptes aussi ? Je crois que je n’avais pas envie de le savoir. Ou plutôt si, mais j’avais peur de poser la question. Je riais à nouvelle chute.

“Nanami, Angel… 25 ans depuis le 2 Février. Pas d’allergie particulière, mais je fais attention à ce que je mange, donc pas trop gras, pas trop sucré… Mais j’avoue avoir du mal à résister aux sushis et aux fraisiers, une gâteau aux fraises…”


Absorbée par le concurrent qui passait, je me tus un instant pour le regarder et l’encourager mentalement.

“Oh non ! Il était tout proche de gagner !”
M’exclamais-je un peu déçu.

J’humectais mes lèvres, ayant un peu plus de mal à me concentrer sur ce que je lui disais.

“Avant, je vivais entre chez les membres du groupe et avec mon oncle… Il ne peut plus vraiment se déplacer depuis Shukumei, et se sent souvent seul… D’ailleurs, j’y pense, il devait envoyer mes affaires, mais je n’ai vu aucun carton… Je suppose que tu n’as rien reçu à mon attention ?”

Je soupirais et massais ma nuque d’une main.

“La journée sera longue demain… Je pense que je partirais tôt pour avoir le temps de faire mes bagages et ne pas rentrer trop tard…”


Puis j’hésitais. D’un côté j’avais envie de pouvoir parler à cœur ouvert avec mon presque père, et de l’autre je n’avais pas envie de supporter toute son inquiétude alors que je ne savais pas moi-même comment gérer mes émotions… Peut-être que si Ryuku m’accompagnait, il se sentirait plus serein ? je regardais une nouvelle fois dans la direction de mon époux. Avec ses cicatrices de Shukumei et de règlement de compte ? Je toussais… Serein ? Non… Clairement pas… Mais quand même…

“Un jour… Il faudra que je te les présente… Ils sont ma seule famille…”


Je me tus alors pour regarder la télévision, mais très vite, je me retrouvais à somnoler, m’assoupissant sur moi-même et sursautant au son rire de mon époux. Il était beau d’ailleurs… Ah ! Celui-là s’était cogné… Je riais légèrement, fermais les yeux, les rouvrais brusquement parce que je commençais à ne plus rien entendre… Puis… le black-out total… Mon dernier souvenir de la soirée ? Cette impression que mon corps glissait vers Ryuku avant d’être aspiré par le monde des rêves.

Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Dim 10 Nov - 22:40
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 07 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Madame aime les sushis? Elle sera contente de voir qu'il en reste quelques-uns au frigo. Par contre j'espère qu'elle ne fait pas trop attention à son alimentation car si elle touche à la mienne ça va vite tourner au conflit. Pas touche à mon assiette! Je suis un grand gaillard, j'ai besoin des plats du même modèle.

On continue de papoter devant la télévision. De faire connaissance pour faire plaisir à madame "je joue les vierges effarouchées", au moins, elle se détend un peu. La preuve, elle n'a pas mis de meuble entre nous cette fois! Elle arrive même à rire devant la télévision et à réagir aux gamelles des uns et des autres. C'est mieux.

“...D’ailleurs, j’y pense, il devait envoyer mes affaires, mais je n’ai vu aucun carton… Je suppose que tu n’as rien reçu à mon attention ?”
- Nop, rien. T'es sûr qu'il a envoyé à la bonne adresse?

Parfois, c'est le bazar ici entre le bar, le bar à câlin, l'hôtel, l'appart, toussa toussa... Il ne serait pas étonnant que son coli est atterri tout en bas si son oncle n'a pas tout bien noté et j'imagine parfaitement le personnel le mettre de côté en pendant qu'il s'agit des tenues d'un groupe donnant une représentation au Doppel dans quelques jours, surtout si il a mis le nom de jeune fille de Nanami. Il faudra que je vérifie...

“La journée sera longue demain… Je pense que je partirais tôt pour avoir le temps de faire mes bagages et ne pas rentrer trop tard…”
- Pense aussi à te reposer, t'as toujours l'air aussi HS. Et puis, comme tu vis en décalé aussi... On s'en fiche si tu rentres tard.

Nous sommes des créatures de la nuit! Bouhouhouhouhou !

De temps en temps je sens son regard sur moi mais je ne dis rien, je l'ignore dans l'espoir qu'elle continue de se détendre même si la dégustation de chocolat au lait est définitivement foutue. Pensons à demain!!! Puis la télé me fait marrer, en voyant les gammes de certains je me demande toujours comment ils font pour ne rien se casser.

“Un jour… Il faudra que je te les présente… Ils sont ma seule famille…”

Je hausse les épaules.

- Quand tu veux.

Elle est chez elle ici, elle va forcément finir par les invités, donc je finirais forcément par les croiser. Que ce soit face de drogué, les autres membres du groupe ou son oncle à mobilité réduite ils sont tous les bienvenus ici tant qu'ils ne font pas le con. Si pas, la sécurité m'aidera à les foutre dehors en vitesse. Ouais bon, j'avoue, c'est le drogué qui m'inquiète, pas envie qu'il prenne sa dose ici.

L'émission est déjà bien entamée quand, soudain, je sens Nanami s'appuyant sur moi. Je tourne la tête vers elle et découvre ses paupières closes. Je me disais aussi, c'était bizarre qu'elle réclame un contact après m'avoir repoussé. Je soupir et attrape la télécommande.

- Tu vois, t'as pas tenu...

J'éteins la télé et porte madame Gami jusqu'à notre chambre. Il parait qu'on doit dormir ensemble et le canapé n'est pas le meilleur endroit pour bien se reposer. Je l'allonge et m'assure simplement qu'elle n'ait rien aux pieds avant de tirer la couverture au dessus d'elle. J'aurais bien retirer sa robe mais comme elle m'a repoussé, je passe mon tour pour ce soir. Les seules fringues que j'ôte sont les miennes, qui finissent à terre avant que je ne m'installe dans le lit en boxer.

J'observe madame "je veux faire connaissance" pendant de longues minutes avant de soupirer et d'éteindre la lumière. Je sais pas trop ce qu'à fichu l'Incontestable. Elle est belle, on a un rythme apparemment compatible, mais punaise je suis hyper tactile!!! Là, j'ose même pas la prendre dans mes bras pour dormir de peur de la retrouver dans le canapé au réveil. Fais chié. Je veux pas finir en prison moi! Je suis censé faire quoi demain? Lui rouler une galoche ou jouer les ados coincés?

Saoulé par ces questions je m'endors tard... Trop tard. Mais je m'en fiche, demain ça piquera pas, j'ai pas besoin de me lever à l'aube et elle non plus. Enfin je crois. Allez savoir si elle a pas mis un réveil sans prévenir avant de s'endormir.

Bref, je m'endors sous la couette, bien de mon côté du lit, en sachant très bien que demain matin je n'aurais plus qu'une jambe et le bassin de couvert. Comme d'hab. C'est pas ma faute, c'est la couette qui glisse tout le temps! Si si, je vous assure.
Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Lun 11 Nov - 16:16
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
Je ne savais plus dans quel hôtel nous étions, mais en tout cas, je n’avais absolument rien à reprocher à la literie. Dans un demi-sommeil, je m’étirais avec délice dans les oreillers. C’était si bon… Il faudrait que je pense à écrire au responsable pour le féliciter sur le choix des matelas. Je soupirais et me retournais. Sentant la chaleur d’une présence dans le lit, je me rapprochais, tout sourire pour passer mon bras autour de la taille de l’homme étendu à mes côtés, me lovant contre lui. Qu’avais-je encore fait après la soirée pour que Kai décide de rester avec moi ? Qu’importe, c’était si bon de profiter de sa chaleur…

Je me réveillais quelques heures plus tard avec une drôle de sensation. Mes doigts se mirent à caresser une boursouflure sur l'abdomen de Kai. C’était quoi ça encore ? Ça avait l’air long… Et depuis quand Kai faisait-il autant de gonflette ? Il n’avait pas les muscles si épais… Si ? Ouvrant les yeux avec difficulté, je laissais mes paupières s'habituer à la semi-clarté de la chambre et levais les yeux vers le visage de la personne avec moi... Ah… Ça, c’était pas Kai… Et tout me revint en mémoire, le concert, le vol, la rencontre avec mon époux, les gamelles… Mais… À quel moment je m’étais levé pour me coucher ? Prise de panique, je me décollais de Ryuku en essayant de ne pas faire trop de remous dans le lit. Et que m’avait-il fait surtout ? Me redressant, je m’examinais, j’avais encore mes vêtements de la veille sur moi, sous-vêtements compris… Mes ballerines gisaient à côté du lit… Je ne m’étais donc pas déplacé pour me coucher, sinon j’aurais au moins retiré mon soutien-gorge même en étant très fatiguée. Un peu surprise, je ramenais la couverture vers ma poitrine et m’adossais contre le mur pour regarder un Ryuku endormit. Il n’avait pas essayé de profiter de la situation, ni ne m’avait laissé dans le salon… Je rougis en l’imaginant me porter jusqu’à la chambre. J'étais touchée... Très touchée et reconnaissante envers lui...

Sans faire de bruits, je m’extirpais du lit pour gagner le salon. Mon téléphone était toujours là et affichait déjà 10h. Et moi qui voulais partir tôt… C’était raté. Tant pis. Je me dirigeais alors vers la cuisine tout en composant le numéro de l’agence de transport à laquelle j’étais habitué sur Tokyo. Ouvrant le frigo à la recherche de quelque chose à grignoter, je demandais si mon chauffeur favori serait disponible d’ici une heure, le temps pour moi de me préparer. Trouvant une pomme dans le bac à légume, je la lavais avant de commencer à la manger tout en écoutant la standardiste parler pendant qu’elle vérifiait les disponibilités des chauffeurs. Ce ne serait pas mon habitué, mais qu’importe… Il me fallait aller chez moi voir mon oncle. Elle m’informa qu’il serait au pied du bâtiment d’ici une trentaine de minutes. Ça ne me laissait pas beaucoup de temps.

Une fois ma pomme terminée, je retournais dans la chambre. Un regard à Ryuku. Il semblait si inoffensif… Sur la pointe des pieds, je me dirigeai vers le placard et en sortis un jean et un t-shirt parmi les plus simples que je pouvais avoir. Ce serait plus confortable pour le déménagement. Puis je me dirigeais vers la salle de bain pour me faire une rapide toilette. J’attachais mes cheveux quand j’entendis la sonnerie de mon téléphone résonner depuis la chambre.

“Et merde !”


Courant presque, je me précipitais dans la chambre, et ouvrais le placard à la volée pour en extirper le téléphone que j’avais oublié là en cherchant de quoi m’habiller. Je décrochais vivement. Mon chauffeur était là. Une fois l’appel passé, je rangeais mon téléphone dans la poche arrière de mon jean. Et adressait un regard désolé à Ryuku qui avait dû être perturbé dans son sommeil par ma faute.

“Oh pardon… Je suis désolée… Je ne voulais pas te déranger…”


Prise de remords, je me rapprochais du lit et après une hésitation, m'asseyais sur le bord de celui-ci, du côté de Ryuku. Avec douceur, je rajustais la couverture sur lui.

“Je ne voulais pas te réveiller… Mon chauffeur m’attend en bas, je vais voir mon oncle… J’essaierais de ne pas être trop longue…”
Lui chuchotais-je.

Je me levais, j’hésitais une nouvelle fois, je me mordis la lèvre, gênée, puis finis par me pencher vers l’homme après une énième hésitation. Je posais ma main sur sa joue, et de mon pouce, caressait sa peau. Il l'avait mérité après tout... Fermant les yeux, j’unis mes lèvres aux siennes avec douceur, les laissant danser avec souplesse avant de caresser furtivement sa lèvre supérieure du bout de la langue. Me détachant de lui, j’espérais que l’obscurité de la pièce cache mes joues écarlate.

“Il faut que je me sauve ...V-Vois ça comme… Un remerciement… Pour hier soir…”
soufflais-je faiblement.

Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Mar 12 Nov - 14:34
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 08 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Wouow, wouow, wouow! C'est quoi cette musique qui ose me tirer des bras de Morphée? Je marmonne de saletés incompréhensibles puis chope les côtés de mon oreiller pour les rabattre de chaque côté de ma tête. Les yeux encore fermés - remarquez, l'un des deux l'ai quasi tout le temps - je commence mal la journée.

Nanami arrive en vitesse dans la chambre. Ah oui, c'est vrai, je suis marié, elle est arrivée et elle m'a repoussé avant de s'endormir sur le canapé. J'inspire profondément, objectif du jour: ne plus se faire repousser pour un bête baiser.

Au moins, maintenant qu'elle est là, la musique cesse et je peux relâcher l'oreiller. Je garde mes bras en dessous.

“Oh pardon… Je suis désolée… Je ne voulais pas te déranger…”
- C'est rien, grommelé-je d'une voix encore à moitié endormie.

Sentant le matelas s'affaisser juste à côté de moi j'ouvre mon œil pour découvrir... Nanami, juste là? Attention, y a même pas une couette entre toi et moi. Je jette un coup d'œil vers le réveil. Je ne comptais pas me lever avant midi, c'est foutu, je serai debout bien plus tôt.

“Je ne voulais pas te réveiller… Mon chauffeur m’attend en bas, je vais voir mon oncle… J’essaierais de ne pas être trop longue…”

Un chauffeur? Carrément? Ah oui, c'est vrai, c'est une star du groupe LIOM. Je hoche la tête pour lui signaler que j'ai bien compris quand, soudain, je sens sa main sur ma joue. Mon œil cherche l'un des siens et l'interroge. Madame se serait enfin détenue? Le "mode vierge effarouchée" n'est active que quand elle est fatiguée? J'ai même le droit à une caresse qui me fait refermer les yeux. Je pourrais peut-être me rendormir en fait?

Non.

Impossible.

J'écarquille les yeux un bref instant avant de les refermer pour profiter du baiser qu'elle m'offre. Elle m'embrasse avec douceur et habileté, laissant sa langue s'attarder sur ma lèvre supérieure à la fin dans une caresse pleine de promesses. Putain! Mais pourquoi tu m'as pas embrassé comme ça hier?

“Il faut que je me sauve ...V-Vois ça comme… Un remerciement… Pour hier soir…”

Je me redresse sur un coude et glisse à mon tour ma main sur sa joue dans une caresse surement bien plus rugueuse que la sienne car ma peau est bien moins délicate que la sienne.

- Alors... De rien? murmuré-je.

Avant de reprendre ses lèvres entre les miennes quelques instant et de terminer en tirant légèrement sa lèvre inférieure entre mes dents, comme pour la retenir et lui dire à quel point j'apprécie. Objectif du jour déjà atteint?

- A toute à l'heure, Nanami.

J'ôte ma main, me rallonge et la laisse partir. Après avoir entendu la porte de l'appartement se refermer je soupir un bon coup. Allez, debout, on enfile un jogging et on va courir un peu!

------------------------------------

Je prends l'aquarium de Luffy et le pose sur la table.

- On prends le petit-déj' à deux aujourd'hui mon petit! Alors, t'en pense quoi de Nanami?

Bien évidemment il me répond avec des bulles, mais cela ne m'empêche pas de lui parler de mon épouse tout en avalant mes céréales et mon jus de fruit.

------------------------------------

- Patron, ce ne serait pas celui-là? C'est destiné à... "Nanami Hoshiro".
- Montre... ... Si, c'est ça. Il y en a d'autres?
- Oui! répond t-il en montrant d'autres cartons.
- Super, on met tout dans l’ascenseur, ça va dans mon appart'.

J'aimerais prévenir madame Gami que ses affaires sont bien arrivés, juste pas au bon étage, mais n'ayant ni son numéro ni celui de son oncle cela m'est impossible. Je case le tout dans une des chambres inutilisés et reprend ma journée tranquillement.

------------------------------------

La porte de l'appartement s'ouvre. Je suis entrain de jouer à la console, les pieds sur la table basse à côté de l'aquarium de Capitaine Luffy. Il a sa manette à côté du bocal même si elle est éteinte, et nous faisons une partie de Mario Kart.

- Je t'ai attendue pour le déjeuner, en général je prends le dîner à l'arrache alors ce sera notre seule occasion de repas commun aujourd'hui.

Je mets pause et tourne la tête vers les yeux bleus de la musicienne.

- Euh... ... Ça va?

Nanami Gami
Messages postés : 37
Inscrit.e le : 30/10/2019
posté
le Jeu 14 Nov - 3:12
par Nanami Gami
Bienvenue au Doppel
Pourquoi l’ascenseur prenait-il autant de temps pour descendre ? J’avais chaud, j’avais l’impression d’étouffer. De la main, j’essayais de m’éventer, mais rien n’y faisait. J’étais en feu. Exaspérée par ma propre attitude, je fermais les yeux tout en m’adossant à une paroi de l’ascenseur. J’avais encore la sensation de sa main sur ma joue, de sa bouche sur la mienne, de ma lèvre prisonnière des siennes. Et me revoilà à couiner comme une groupie de Kai… J’humectais mes lèvres avant d’y passer mes doigts pour finalement poser mon front sur la paroi métallique glacée. Ça, ça faisait du bien par contre. Mais qu’est-ce que j’avais fait… J’aurais peut-être dû le repousser une nouvelle fois ? Je n'aurais pas dû l’embrasser surtout... Il allait peut-être penser que j’étais déjà prête à aller plus loin alors qu’il n’en était rien… J’allais devoir à nouveau le repousser alors que je n’étais pas certaine qu’il soit remis de la veille… J’avais fait une bêtise… Une grosse bêtise qui pourrait pas mal influencer sur la suite de notre relation…

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent enfin et je pus rejoindre mon chauffeur. Si je voulais pouvoir le faire patienter sur le plan physique, il fallait peut-être lui montrer que je faisais de gros efforts à côté pour garantir une “bonne relation”... Mais comment devais-je m’y prendre ? Sur le moniteur de l’Incontestable, il y avait peut-être des tutos qui pourraient m’aider… Quoique… Ce ne serait peut-être pas assez naturel et spontané pour mon époux… Pourrait-il me le reprocher ?

Perturbée par ces questions, je ne vis pas à quel moment nous arrivâmes chez moi. Enfin… Mon ex chez moi. Mon oncle m’y attendait, et je lui trouvais une mauvaise mine. Inquiète, je ne pensais même pas à mes cartons, et l’assaillais de questions… Questions auxquelles il répondait laconiquement. Limite, je le trouvais froid et distant. Peinée par son attitude, alors que j’aurais bien eu besoin d’une étreinte et de ses lumières, je lui parlais de mes affaires qu’il était censé envoyer.

“T’es affaires ? I’reste que tes dessous, j’ai balancé le reste à l’adresse que tu m’as indiqué”
“Vraiment ? Elles n’y sont pas pourtant…”
“Tu me traites de menteur maintenant !?”

...

À quel moment la conversation avait dérapé ? Je ne saurais le dire… Les portes avaient claqué violemment après qu’il m’ait sorti 2 ou 3 de mes 4 vérités. La vérité quant à elle… C’est qu’il avait peur que je l’abandonne et que je le mette hors de chez moi, alors il préférait me chasser d’une certaine manière. Mais ça, je ne le compris que bien plus tard. A croire qu’il souffrait de mon mariage plus que moi même.

Les larmes au bord de la paupière, je remplissais mon sac à dos de mes dernières affaires. J’appelais également la société qui avait déménagé mes cartons. Tout était arrivé à bon port, paraissait-il… Assise sur mon lit que je ne reverrais sans doute plus, je riais nerveusement au téléphone, cherchant des explications que personne n’était en mesure de me donner. La journée avait pourtant presque bien commencé.

Mon sac dans le dos, ma guitare sur l’épaule, et dans mon autre main, la valise de mon synthétiseur. Je laissais l’ampli et la guitare électrique à mon oncle… Un souvenir si jamais il décidait de me faire la tête trop longtemps… Je m’en achèterais d’autre.

“Je te laisse l’appartement… Prends en soin pour moi… J’aurais besoin d’un pied-à-terre par là… On sait jamais”
Lui dis-je en guise d'au revoir.

Il n'avait pas répondu. Le cœur en lambeau, je refermais la porte et retrouvais mon chauffeur au pied du bâtiment à l’heure convenue. Il m’aida à entasser mes affaires dans le coffre et je lui demandais de me ramener chez… Chez mon nouveau chez moi.
Sur le chemin du retour, je vis ma pâtisserie préféré. Ravalant ma salive, je me fis violence pour ne pas demander l’arrêt du véhicule. Quoique… Je repensais au dîner de la veille. Ca ferait peut-être plaisir à Ryuku que je ramène quelque chose ? J’hésitais…

“Chauffeur ? Vous pouvez vous arrêter deux minutes ? Je souhaiterais prendre quelques douceurs à la pâtisserie.”


Partagée entre mon régime et le fait de vouloir faire plaisir à Ryuku, je restais un long moment devant les vitrines à chercher quelques choses qui pourraient nous convenir. Ce fut finalement mon téléphone sonnant dans ma poche qui me poussa à me dépêcher et je ressortais dans la rue, les bras un peu trop chargés de mochis, de petits gâteaux au chocolat, de tartelettes fruitées et de parts de fraisiers.

C’est en retournant dans la voiture que je pus voir le message de Kai, faisant s’étirer mes lèvres. Ils étaient bien rentrés. Soulagé, je lui répondis, omettant de lui parler de mon oncle. Tel que je connaissais Kai, il serait bien capable d’aller taper à la porte de chez moi pour le remettre à sa place. Et j’avais eu ma dose de drama pour la journée. Je n’attendis pas longtemps avant d’avoir une nouvelle réponse. Et la nouvelle me fit froncer des sourcils. Kai déménageait… J’avais peur de comprendre… Mon cœur s’était emballé malgré moi et mes mâchoires restaient crispées. Il changeait de sujet, et malgré moi, je finissais par lui raconter un peu ce qui me tracassait par rapport à Ryuku. Il évitait mes questions, les ignorait… C’était déjà plus qu’un aveu, mais je ne voudrais pas le croire tant qu’il ne me le dirait pas clairement.

La réponse vint quand l'ascenseur se figea devant notre appartement.

“... Ouais, j'ai reçu ma lettre en même temps que toi, mon ange. T'as beaucoup de choses en tête et ta ton... ''mari'' à découvrir, alors t'en fait pas trop pour moi. Je suis en train de me préparer à aller le ou la rencontrer.”

Je le relu une bonne dizaine de fois, n’arrivant ni à me résoudre à y répondre, ni à ouvrir la porte de l’appartement. Mécaniquement, je rangeais le téléphone dans ma poche arrière, et chargée, j’ouvris la porte.

Kai… Il m’avait caché ça ? Il avait reçu sa lettre en même temps que moi et ne me l’avait pas dit ? L’incontestable avait dû se tromper… Ce n’était pas avec Ryuku que j’aurais dû être mariée…

“Je t'ai attendue pour le déjeuner, en général, je prends le dîner à l'arrache alors ce sera notre seule occasion de repas commun aujourd'hui.”

La voix de Ryuku me sortant de mes pensées, je sursautais presque. Il me fallut une longue seconde pour comprendre ce qu’il me disait. Il était gentil d’avoir pensé ainsi à moi. J’étais touchée. Et je pensais à son baiser du matin… Et à Kai… Et je soulevais le sac de friandise, le sourire tremblant. J’étais triste. Et touchée. Perdue avec un besoin d’être consolée, mais encore trop effrayée pour oser chercher ce qu’il me manquait dans les bras d’un quasi-inconnu…

“C’est gentil. Moi, j’ai apporté le dessert du coup… Ça pourra aussi te servir de goûter… Je pense… J’ai pris plusieurs douceurs… Je ne savais pas trop ce que tu préférerais…”
Répondis-je la voix tremblante.

“Euh... ... Ça va?”

“Oui ! Oui très bien pourquoi ? Et toi ?”


Non ça ne va pas… Et j’aimerais pouvoir le cacher derrière un sourire, mais fallait croire que le port d’un masque est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Les joues et les lèvres figées, je me rendais compte alors que je ne voyais plus Ryuku. Je laissais ma valise et passais mes doigts sur une de mes joues trempées de larmes.

“...Ah…”


Du revers du poignet, je tentais au mieux de sécher mes joues.

“Une journée… Plutôt riche… En émotion…Trop riche même...”


Je tentais un autre sourire.

“Et tu sais quoi ? Je crois que le déménagement sera plus compliqué que prévu parce que l’agence de déménagement à pommé mes cartons.. !”


Et je riais, et pleurais, de ma bêtise, de mon état, de ma folie passagère, de la situation, de Kai qui m’échappait, de mon oncle qui m’en voulait d’avoir reçu une lettre dont je ne voulais pas, de Ryuku qui malgré toute son impatience de la veille se montrait attentionné envers moi… Et moi qui en temps normal savais si bien cacher mes états me retrouvais à chialer comme une gosse pour un jouet perdu...Enfin... Si "bien" ça avait juste laissé quelques marques sur ma peau...

“Je dois être fatiguée… Pardon”
m’excusais-je. “ Tu dois avoir faim...On va manger ?”

Je déposais le reste de mes affaires au sol, essuyais encore une fois mes joues et le regardais. Ah… Apparemment, j’étais encore arrivé au mauvais moment. J’eu un léger sourire en voyant la deuxième manette près de l’aquarium du bulleur professionnel.

“Qui est ce qui gagne ?”
Demandais-je.
Ryuku Gami
Messages postés : 75
Inscrit.e le : 17/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Nanami ♥
Autre:
posté
le Lun 18 Nov - 15:35
par Ryuku Gami


♦ ♦  Bienvenue au Doppel, Madame Gami ♦ ♦

Le 08 Novembre 2111, avec Nanami (Hoshiro) Gami
Nanami n'a pas l'air bien alors je mets mon jeu en pause et pose ma manette.

“C’est gentil. Moi, j’ai apporté le dessert du coup… Ça pourra aussi te servir de goûter… Je pense… J’ai pris plusieurs douceurs… Je ne savais pas trop ce que tu préférerais…”
- C'est gentil aussi. J'suis pas très compliqué, je trouverais mon bonheur.

Par contre... Elle va bien? Son sourire a quelque chose de triste, sa voix tremble, c'pas normal.

“Oui ! Oui très bien pourquoi ? Et toi ?”

Je hausse un sourcil par dessus mon œil valide. Elle me prend pour un idiot? Ou pour un de ses fans devant qui elle doit garder la face quoi qu'il arrive? Ça va pas le faire...

“...Ah…”

Bah voilà, elle pleure. Je laisse le jeu à Luffy, le canapé à l'air et me lève pour la rejoindre tandis qu'elle essuie ses larmes sans la moindre classe.

“Une journée… Plutôt riche… En émotion…Trop riche même...”
- Je vois ça...
“Et tu sais quoi ? Je crois que le déménagement sera plus compliqué que prévu parce que l’agence de déménagement à pommé mes cartons.. !”

Elle se met à rire et à pleurer en même temps. C'est donc ça qui la met dans cet état? Bon bah ça va vite être réglé alors!

“Je dois être fatiguée… Pardon” s'excuse t-elle. “ Tu dois avoir faim...On va manger ?”
- C'est rien, et non, pas tout de suite. Dans deux minutes.
“Qui est ce qui gagne ?”
- Change pas de sujet, t'es pas en état de manger, ça va pas, ça se voit. On a trouvé tes cartons, ils étaient arrivés au bar, je te l'avais dis hier mais tu devais être trop fatiguée pour enregistrer. On les a montés, ils sont dans l'une des chambres le temps que tu déballes tout... ... Ça va mieux? Soulagée? Je voulais te prévenir mais je n'avais pas ton numéro, on devrait les échanger, ce sera plus pratique.

Je m'empare des desserts pour les ranger puis reviens près d'elle.

- Allez, calme toi et viens me raconter tout ça. Ça te fera du bien.

Je prends sa main et l'attire vers la table. J'imagine que je suis bon pour tout installer pendant qu'elle se remet de ses émotions. Elle est plus belle quand elle chiale pas, je devrais peut-être lui filer un mouchoir? Ou est-ce que je les ai foutus?

- Ici t'es au Doppel. Et au Doppel, quand il y a des problèmes je les résous, compris? On fait équipe maintenant, c'est incontestable, alors laisse moi régler tes problèmes quand tu en as, ok? Il y a autre chose que tes cartons?

Je relâche sa main pour tout installer et lui trouver un paquet de mouchoir que je jette sur la table, juste devant elle.

- Tsss! Ce poisson est mal éduqué! Pas fichu d'éteindre sa console et de venir à table. Luffy! Ici!

Comme il n'est pas fichu de le faire lui même je vais le chercher et le dépose sur la table de la partie salle à manger. Il a l'habitude, il continue de faire des bulles.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierBienvenue au Doppel, Madame Gami 50-50-2Earth WolfBienvenue au Doppel, Madame Gami 50x50-56504f9 Bienvenue au Doppel, Madame Gami SvinBienvenue au Doppel, Madame Gami 3zm1 Bienvenue au Doppel, Madame Gami Opol0Q6Bienvenue au Doppel, Madame Gami FHZzEDvBienvenue au Doppel, Madame Gami 7Uxn8zPBienvenue au Doppel, Madame Gami 494ZUS0Bienvenue au Doppel, Madame Gami 1553711497-50-50FTM 50x500Bienvenue au Doppel, Madame Gami B50x50Bienvenue au Doppel, Madame Gami 1553722908-no-50x50Bienvenue au Doppel, Madame Gami 59e4Bienvenue au Doppel, Madame Gami Logo_510Bienvenue au Doppel, Madame Gami 190412122437274038 Bienvenue au Doppel, Madame Gami RXqdRpDBienvenue au Doppel, Madame Gami Logo5010Bienvenue au Doppel, Madame Gami VBL1j1M Bienvenue au Doppel, Madame Gami 1559228694-50x50Bienvenue au Doppel, Madame Gami Qlaa Bienvenue au Doppel, Madame Gami IcoSC5050 Bienvenue au Doppel, Madame Gami Bouton10 Bienvenue au Doppel, Madame Gami Bouton15 Bienvenue au Doppel, Madame Gami 1498954954-bouton-50 Bienvenue au Doppel, Madame Gami Sans_t12Rejoins-nous sur Intelligences Mécaniques !Bienvenue au Doppel, Madame Gami DezgBienvenue au Doppel, Madame Gami 179wRemainsofhellBienvenue au Doppel, Madame Gami LsuvxJWBienvenue au Doppel, Madame Gami X7N7iNX