Partagez
Exploseur de Mots
avatar
Messages postés : 381
Inscrit.e le : 08/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur Dim 11 Mai - 0:35
« KEZEYENCKO Nathaniel »

Ma responsabilité en tant qu'épicentre, c'est de secouer toute la toile.


« I am »
Je suis Nath, j'ai 24 ans cette année, et ce que j'aime, c'est voyager, écrire, et défoncer les gouvernements.
Je suis venu au Japon rien que pour ça d'ailleurs, parce que cette histoire d'Incontestable est tellement révoltante que j'ai pas pu m'empêcher de batailler contre une des causes les plus abominables qui ont fait saigner mes oreilles et ma foi en l'humanité. Je dis pas que je vais renverser tout le système en gueulant très fort, mais je vais y aller doucement, convertir, appuyer sur le bouton "On" des consciences pour les faire s'interroger et les faire se soulever, et mes armes seront ma plume hurlante, ma rage intestine, et ma vie, dans sa globalité, dans toute sa dimension.

         

Historic


✗ Today ;; Loading
Changement de vie ➜ Rena
The Anartist's Brothers (ACT II) : Chanteurs de mots ➜ Josh et les autres
THE ANARTIST'S BROTHERS !!! ➜ Abbey, Sagitta et Josh'
La nouvelle brique ➜ Kato
L'archère a raté son ultime cible ➜ Sagitta, Rei, Vassia
Artistes de peaux et de prose ➜ Daisy

Yesterday ;; Loading
Au garage ! ➜ Eiji
Alors on dit ce soir, 21h, blablablamerde ➜ Josh
Ne me montre pas du doigt si je veux tes pognes ➜ Wolle
Refaire le monde, énième chapitre ➜ Rui

✗ Tomorrow ;;
• Levy ?
• Kato ?
• Sagitta ?


Exploseur de Mots
avatar
Messages postés : 381
Inscrit.e le : 08/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur Dim 11 Mai - 1:11
Mon Réseau






Josh' ;;"Parce que voilà, Josh faisait partie de ces genres de mec qui avaient des couilles, et je dirais même, le bon nombre. Y avait trois choses qui faisaient que c’était un type que je jugeai irremplaçable : parce qu’il était capable de me sortir des plans d’invit’ aussi sérieux que celui-là, parce qu’il savait penser différemment et te dire clairement, à toi gouvernement : ‘Ce que tu me fais, là, c’est de la merde, recommence-tout et oublie pas de te faire enculer’, et enfin, ce qui faisait le sel d’un gars, le genre de truc qui te saute aux yeux et t’éblouis, dans le bon sens du terme : il était passionné. Je respectais rien de plus que la passion, le plus beau moteur de l’humain encore vivant (et qui allait des fois déposer des fleurs sur ses anciens comparses morts et enterrés : la joie, la liberté, et l’amour). Josh, c’était le gars qui vous faisait pencher sur la définition du mot ‘travail’ : vu son étymologie latine, c’était pas possible qu’on puisse se dire que les journées dingues qu’il était capable de bosser devant l’écran, de la matinée jusqu’au soir, sur des équations, des codes, des essais, des programmes pointus qui me parlaient rien, et bien, avec la joie qui le trippait devant, on pouvait pas dire qu’il travaillait. Josh vivait de ça, et je parlais pas en termes financiers. Il était parfait, ce mec, et je préfère pas mesurer la chance que j’avais eu de l’avoir rencontré. Parler avec ce type, ça te rappelait que tu combattais pas seul, que y avait encore des gens qui poussaient hors de la serre et qui s’en portaient bien mieux que leurs compères en pot. Bref, Josh était du vent frais qui savait dessiner."


Sagitta;; Sagitta, c'est le coup de bol de ma carrière. Peut-être même que c'était ma toute première fan depuis mon slam en monovoyelle, j'ai failli me lâcher dans ses bras quand elle était venue me voir après. On avait continué à se fréquenter par scènes interposées puis on s'est causés, et on s'est rendus compte qu'on était comme qu'on dirait... complémentaires. Elle aussi, c'était le genre déviante, mais elle avait une qualité qui manquait à Josh ou à moi : elle était intelligente. Pas de l'intelligence "passe-moi de l'équation à bouffer", mais du genre, d'une curiosité à approfondir les choses, à gratter, à vouloir comprendre, à rechercher elle-même les compétences pour les utiliser. Ce qui se fait qu'elle s'est totalement perdue dans le système du travail japs et qu'elle est devenue enseignante de français et de latin (putain, de latin, vous vous rendez compte ?). J'adore toutes les discussions que j'ai eu avec elle, c'est le genre de personnes qui me fait sentir plus intelligent dès que j'ai fini de lui causer. Je crois que j'ai commencé à voir en elle comme une petite sœur, contre mon gré et surtout du sien ; mais je sens que si quelqu'un la touche ou la fait chier, j'irais exploser la gueule du gars sans poser de questions. Bref, assez de cervelle pour faire ce qu'elle a envie de faire, assez de cœur pour en avoir la motivation, assez de couilles pour s'y lancer.


Abbey;; C'est la sœur de Josh, v'la pour sa définition et pour l'origine de notre rencontre ; je vous en dis plus dès que j'ai cerné son caractère mais elle envoie assez du lourd pour que je l'y trouve une place de choix dans mes connaissances.


Mélu;; Djinniya maudite incarnée dans du lait compact, démon de psychanalyste infantile, girouette virevoltante loin des cinq vertus cardinales, Mélu est une âme vagabonde, mais une âme de quoi, prout, dans quoi, rien. Saltimbanque sociétale chargée en charablabla, sa peau est le périmètre d'un royaume qu'on entre que par ses visas faits mains et duquel je ne pense pas qu'on puisse ressortir sinon en flammes. C'est une fille au cerveau perché sur Andromède, mais comme j'ai pas le télescope adéquat, peux pas vous dire si elle est sur-intelligente comme son vocabu le laisse croire, ou pas. C'est mon âme petite soeur, je crois, celle pour qui j'ai de la tendresse lointaine comme un baiser envoyé d'une main, celle que je trimbale sous le bras quand les temps lui font mal. Elle est innocente comme un môme, j'ai du mal à lui trouver un péché quelconque que j'imputerais ailleurs qu'à son âme, qu'a entre 10 000 secondes et 10 000 années. Je sais pas qui je suis pour elle, qui elle est pour moi, mais je suis certain que je peux pas l'aider comme d'autres le pourraient - je suis paumé tel l'explorateur sur un oceanus incognita, sur une barque dont je vois pas le bout ni la direction, le brouillard devant moi, derrière, en haut, et dans la flotte. Et pourtant, je lui tends la main, et elle, en profite pour m'inviter à danser. Ça suffit j'espère pour qu'elle en sourie.

Exploseur de Mots
avatar
Messages postés : 381
Inscrit.e le : 08/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur Mer 14 Mai - 21:37
Amis-Connaissances





Rena ;; Rena, compagnon de galère, c'était la preuve vivante que l'Incontestable faisait pas les couples selon leur compatibilité débile, mais par karma. J'étais un anarchiste, donc je devais me tamponner une sang-chaude que je rebutais, le genre à se créer un comportement en opposition à moi plutôt que de se doter du sien ; 'fin, c'est comme ça que je le voyais. Si ma théorie du karma est la bonne, je me demande par contre bien les horreurs qu'elle a pu commettre pour me mériter, mais bon... C'est ma femme, et évidemment, elle me va comme un gant de môme à une roue de camion : elle a un taff, elle est compétente, elle est coincée, elle hait les hommes comme elle hait ma plante verte, elle supporte pas quand ça, c'est pas droit, elle me jette sa verve dès qu'elle en a l'occasion, un vrai cadeau avec des loches. Cependant, après réflexions de mecs avec du recul, on aurait tendance à me dire que c'était exactement ce qu'on voyait pour moi : du charbon ardent, de la vivacité dans le couple et quelques explosions métaphoriques pour me tenir en haleine. Sans me l'avouer, je savais que Rena faisait maintenant partie d'un de mes souffles de vie quotidiens comme le slam ou la protestation : elle supportait maintenant à elle seule un fragment entier de ma vie d'anarchiste, et je crois que personne d'autre qu'elle n'aurait pu mieux remplir ce rôle de ce côté-là. Si j'étais tombé sur une plante verte, j'aurais été plus tranquille, mais moins vivant.


Saya ;; Saya, c'était mon boss, dégingandé, la moustache facile, cheveux bien en arrière, voilà, ça me prend le temps d'un mouvement de poignet pour me coiffer. Il est plutôt grand et très très fin, et je le soupçonne non seulement d'avoir jamais mis un pied en France malgré le concept de son bar franco-japs (au moins est-il quasi-bilingue), et aussi d'avoir eu une jeunesse plus mouvementée que son apparence le laisse croire (moto, gang, rock, tout le tintouin qu'on pouvait imaginer). Saya était le patron du "café" dans lequel je travaille avec cinq autres employés, et généralement, dès qu'il était là, soit il s'occupait des finances à l'étage, soit il tenait le bar, une position qu'il ne laissait jamais à personne, peut-être parce qu'il fallait pas toucher sa caisse chérie. Son café en question, "Le Révolutionnaire", titre acquis plus parce que les stéréotypes attiraient que par conviction, était un boui-boui bien sympa, bonne ambiance et des fois, on animait un peu la scène. Généralement, les gens qui venaient là étaient pas des pro-fascistes, et si ces connards entraient quand même, ils allaient être reçus drôlement. Pour conclure sur Saya, il était comme tous les patrons de ce type d'établissement : pingre, regards soupçonneux, un peu sec, mais toujours actif, connaissait chacun de ses clients sur le bout des ongles et ouvert d'esprit. Il était compréhensif comme un patron l'était : tant que t'étais pas indispensable pour la soirée, tu pouvais être malade, ouais, sinon...


Eiji;; Surnommée P'tit Prince, peut-être parce son entourage testostéroné l'a masculinisé ; bonne garagiste, je vous conseille d'aller faire un tour dedans si vous avez un véhicule de pété.


Wolle;; Je crois qu'il est temps pour le lecteur d'aller faire un tour dehors et de se promener, y a des questions qu'il faut pas poser ; faut juste savoir que des fois, on chie sa propre boîte de Pandore, on l'enterre bien loin, sur une autre planète dans un autre temps, et on espère qu'on nous la renverra pas par courrier.

Invité
Invité
Invité
avatar
Sam 27 Sep - 12:31
Hello, I love you, won't you tell me your name ?

Alors j'ai lu ton RP avec Katô et je dois avouer que ton personnage m'intéresse beaucoup beaucoup, surtout en parallèle avec le caractère bien trempé de Nanae, que je vais te présenter de ce pas.

Nanae est une femme futile et capricieuse de trente-et-un ans, une réalisatrice de cinéma friquée mais peu connue. Une femme assez peu cultivée au sens snob du terme. Le genre à dépenser des fortunes dans ses vêtements et à aimer charmer et provoquer avant tout.
Nanae, c'est aussi un monstre de charisme, un monstre d'avidité, déterminé à tout posséder mais de n'appartenir à rien. Ses films hurlent la liberté de penser et le plaisir de vivre, de vivre même avec de la saleté partout sur le corps. Nanae aime l'excès, elle aime les gens qui se lancent à fond dans quelque chose comme elle se lance à fond dans la vie. Elle a le rire hystérique et l'instinct particulièrement tactile.
Le Japon, elle l'aime autant qu'elle le déteste. Elle aime son pays parce qu'elle y est née, parce qu'elle s'y sent chez elle, mais elle ne peut supporter ses habitants. Elle déteste cette continuelle platitude, cette détermination à être insipide, ce rejet de l'affectueux, cette impossibilité d'être excessif. Elle rêve de pervertir la jeunesse, de les laisser extérioriser leurs fantasmes afin de les rendre plus sains.
Enfin, Nanae va bientôt recevoir une petite lettre rose qui va la marier à un flic bien-pensant. Une situation qu'elle va haïr de toutes ses forces et elle va s'amuser à tirer les limites du contrat jusqu'à la toute limite.

Voilà. Je pense sérieusement qu'il y a un truc très intéressant à faire avec ces deux-là, parce que Nanae va adorer Nathanaël, c'est le genre de personne qui la fascine et qu'elle veut posséder (son habituelle avidité...), ou au moins qu'elle souhaite faire réagir. En même temps, il m'a l'air trop sain pour elle. Je ne la vois pas anarchiste, elle aime trop ses possessions et son vice pour se ranger dans la morale. (Après, de ce point de vue là, je peux me tromper par rapport à ton personnage, n'hésite pas à me le dire.)
Je n'ai pas vraiment d'idée de comment ils auraient pu se rencontrer. J'ai envoyé un MP à Abbey pour avoir un lien, si cela aboutit cela pourrait permettre une rencontre. Pour la suite, je préfère d'abord voir ce que tu penses de Nanae, et de ce que tu verrais de possible entre les deux.

*dépose un bisou quelque part et s'en retourne*
Exploseur de Mots
avatar
Messages postés : 381
Inscrit.e le : 08/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur Lun 29 Sep - 1:48
Je te remercie Nanae, je te contacte par MP.
☆ Médaille olympique du célibataire heureux. ☆
☆ Médaille olympique du célibataire heureux. ☆
avatar
Messages postés : 906
Inscrit.e le : 02/05/2014

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Kalachnickov
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Voir le profil de l'utilisateur Lun 6 Avr - 10:38
Y a du retard là d'dans! Faudrait penser à se bouger la nouille!
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum