Faust Y. MacLean
Messages postés : 123
Inscrit.e le : 08/12/2015
posté
le Sam 12 Déc - 4:01
par Faust Y. MacLean
Faust Yato MacLean
« Keep me  close, keep me close. Keep my head above water. I need to hear your voice, I can't do this on my own. »

Généralités
Nom ;; MacLean
Prénoms ;; Faust Yato
Âge ;; 31 ans (1 Mai 2080)
Genre ;; Masculin
Origines ;; Écossais (père—grand clan des Highlands) / Japonais (mère)
Activité ;; Professeur de Psychologie comportementale (officiel) / Agent pour Interpol aide dans le comportementalisme terroriste, également pour le MI6 (officieux)
Sexualité ;; Hétérosexuel
Avatar ;; Zephyr (Resonance of Fate / End of Eternity)
Règlement ;; Validey - Fon'Dada
Chemin ;; C'est techniquement un quatrième compte, mais j'ai été purgé de mes trois comptes par le dernier recensement (assez express). Au final ce n'est pas plus mal, je peux me permettre de lâcher ce qui me faisait stagner pour quelque chose de nouveau, frais, et plus qu'un seul compte, donc moins de prises de tête. Ah et pour les curieux, j'étais Cecil, Ronald, et Simi'el.
Commentaire ;;  Je m'excuse auprès de mes anciens partenaires qui auraient potentiellement survécu du coup. Et j'ai mis du temps à me réinscrire parce que le thème qu'aborde mon histoire (et mon personnage du coup), j'y avais pensé avant les derniers événements qui ont touché le pays, et qu'au moment de m'inscrire, je trouvais ça quelque peu malvenu. Et puis maintenant que je suis en vacances j'ai le temps, ahah.
Ah et évidemment, s'il y a le moindre souci avec le lore du forum ou avec n'importe quel détail de l'histoire, détaillez-moi bien ce qui ne va pas que je puisse l'adapter au forum ou le réécrire.
« Il est encore impossible de vivre sans oubli. »
Tôkyô, le 24 novembre 2107

Ma très chère Mako,


Tout le monde veut que je raconte mon histoire, tout le monde. Je pense que les gens se doutent qu'elle est tragique après tout, le fait que je n'en parle pas doit jouer aussi quand j'y pense.
Je n'aime pas en parler. Je ne l'aime pas.
Tu seras la première a l'entendre en entier, et probablement la seule.

Je suis né au printemps. J'aime cette idée. Naître au vrai commencement de l'année. Le moment où la nature s'éveillait à nouveau, moi, j'apparaissais, et pour peu que ça pourrait t'importer, c'était le premier jour du mois de Mai.
Je suis officieusement de double-nationalité britannique-japonaise, mais dans les faits, le Japon n'accordant toujours pas la pluri-nationalité, j'ai été contraint de vivre comme étant japonais, mais je me considérerai à jamais britannique. Je ne m'associe pas à la culture du Japon. Tu t'en doutes, j'ai aussi eu ma puce implantée dès ma naissance.

Voilà, je peux enfin commencer mon histoire.
Mon père, Fergus, n'avait jamais eu à porter cette fameuse puce, et ma mère, Yayoi, n'avait quant-à-elle jamais eu à la subir—un cas assez particulier tu me diras vu ta situation, Mako.
Je suis né sur le sol Japonais et je suis l'aîné d'une fratrie de trois, le seul garçon aussi.
Mon père n'avait pas réellement aimé ces règles nippones, mais il ne pouvait vraiment lutter contre. Il était au courant pour ma mère, et en avait une peur bleue de devoir la voir partir un jour, comme ça, parce qu'une machine l'avait décidée. C'est Daniel le garde-chasse de ma famille qui m'a raconté tout ça, il ne me reste que des bribes de ces années. C'est un peu plus tard que le possible mariage de ma mère aura été sinistrement bloqué, mais j'y reviendrai.

J'ai grandi dans l'île de Coll en Écosse. Par chance mon père faisait partie d'un des plus anciens grands clans d’Écosse, et même si ça n'a plus vraiment de valeur actuellement et n'est plus que symbolique, la richesse de notre branche de la famille n'était pas à revoir. J'ai eu droit à un précepteur dans tout le début de ma vie, jusqu'à mes dix ans environ.
Les années avait permis à ma famille de s'agrandir. J'ai eu droit à deux petites sœurs : Abbygael, de deux ans ma cadette ; et Anna, qui elle venait tout juste d'avoir quatre ans quand j'atteignais ma première décennie.

Et c'est maintenant que l'histoire devient tragique. Nous sommes dans le millénaire du terrorisme, sous toutes ses formes, et s'attaquer aux grandes têtes est une stratégie importante pour pouvoir donner un poids à son engagement, seule la tactique de ces gens-là change.
Mon père travaillait pour les Nations Unies et il était l'une de ces grandes têtes. Une cible de choix. J'avais donc dix ans. Pendant une fin d'après-midi grise—classique pour l’Écosse—trois hommes avaient réussi à pénétrer chez nous. Un groupuscule de terroristes et cyberterroristes, dont les seules revendications étaient la reconnaissance de leur organisme : « Les Enfants du Regard » en tant que réelle et unique foi, une histoire assez folle qui met en avant une machine au dessus de l'humanité, tu as dû déjà en entendre parler je pense.
Pour continuer mon histoire, mon père n'était pas encore rentré et les hommes avaient pu s'approcher facilement du manoir parce que ce genre de châteaux en Écosse sont construits au milieu de nulle part, dans un gros champs de broussailles, les lieux de batailles typiques, les Glens. Mais d'une certaine manière, il fallait être bien informé pour savoir que la famille vivait encore ici, qu'on ne vivait pas vraiment sous une protection rapprochée et surtout que mon père reviendrait nous rejoindre ce soir-là, seul.
Leur entrée avait été fracassante, les trois hommes avaient fait sauter le gonds des portes principales qui s'étaient écroulées de tout leur poids sur les dalles du hall. Abbygael, ma mère et notre bonne s'étaient approchées lentement de l'entrée alors que j'étais en train de m'occuper un peu d'Anna à l'étage. D'instinct, sans, j'avais tant bien que mal réussi à cacher Anna quelque part dans ma chambre, je me rappelle encore des moindres mots que j'avais entendus et échangés ce jour-là :
« Surtout, sois silencieuse et ne pleure pas, je vais voir ce qui se passe, je reviens.
D'accord... »
J'ai encore en souvenir combien sa voix vibrait. Malgré son très jeune âge, elle comprenait que quelque chose n'allait pas, et que c'était pas une simple histoire de dispute ou quoi que ce soit. Elle comprenait que c'était grave.
Je m'étais approché doucement des escaliers et j'entendais les sanglots à l'unisson de ma sœur et la domestique. Ma mère était quant-à-elle bien plus déterminée à combattre ces tarés :
« Que voulez-vous à notre famille ?
La justice, la voix du terroriste était rauque et presque « cassée », il n'était pas britannique, et cela s'entendait, mais aucune idée de ses origines, peut-être slave, ou hispanique, je ne me souviens pas bien.
Quel genre de justice fait peur à une enfant ?
La ferme ! Ratissez le manoir, cherchez les autres.
Vous ne pouvez p-... »
Il avait frappé ma mère pour la faire taire et la discussion s'était arrêtée là. Entre temps, Daniel, notre garde-chasse qui s'occupait d'une bricole à l'étage avant l'attaque m'avait rejoint et il m'avait indiqué de le suivre. Je ne savais pas trop comment réagir, mais il semblait savoir ce qu'il fallait faire dans une situation pareille, alors sans réfléchir je l'avais suivi. Il m'avait amené au bureau de mon père pour y découvrir une cache avec quelques armes, il comptait nous aider.
De la cache d'armes, il m'avait donné couteau Bowie beaucoup trop gros pour moi, j'avais l'impression d'avoir une épée en main et en me demandant de me cacher. La peur au ventre et toujours hébété, j'avais suivi ses ordres et j'étais allé rejoindre Anna. Et à partir de là mes souvenirs du moment deviennent assez vagues. Si je devais m'analyser, je pense que mon cerveau fait un gros déni pour me préserver.
Mon père était enfin arrivé et s'était fait directement recevoir par quelques uns de leurs hommes planqués à l'entrée du domaine. Je ne me souviens ensuite que des cris et pleurs de mes parents après un coup de feu, des larmes d'Anna que je serrais près de moi et de l'arrivée d'un homme dans ma chambre. Toujours caché avec ma petite sœur et ravalant ma peur j'avais attendu qu'il l'ouvre pour plonger le couteau ou je pouvais pour nous protéger. Je l'avais touché dans l'abdomen, mais je ne savais pas tuer et c'était loin de suffire à régler le problème. L'homme m'avait donné un violent coup au visage. Je me souviens encore du craquement de mon nez sous le choc. Sur le côté, sonné, Anna trop effrayée pour émettre le moindre son, j'avais pu voir une ombre s'approcher. Daniel était venu nous retrouver et avait fini par blesser fatalement l'homme.
Après ça, le silence régnait. J'observais le terroriste en sang, périr de ses blessures en silence. Daniel m'avait relevé. Le goût ferreux du sang dans ma bouche indiquait que ma blessure n'était pas qu'interne, je vis les gouttes qui coulaient de mon nez se mêler à la flaque écarlate au sol. Il prit ensuite ma sœur, qui avait fini par sangloter aussi silencieusement que possible, dans ses bras. Un visage d'horreur s'était figé sur la petite fille de quatre ans.
Daniel nous guida vers un petit escalier camouflé qui menait à un passage souterrain qui pouvait nous amener assez loin du manoir pour fuir. Il n'avait pas cherché à voir ce qui se passait dans le château, on ne cherchait plus qu'à vivre maintenant. Je voulais voir ma mère, mon père, Abbygael. Mais Daniel ne nous laissait pas le temps de penser à rebrousser chemin.
Il nous avait sauvé, le passage menait assez loin dans le Glen pour ne pas se faire découvrir.

À l'exception d'Anna et Daniel, tout le monde était mort, les forces de polices étaient intervenues très rapidement après. Ils avaient fini par tuer tous les Enfants du Regard sur place dans l'opération. L'organisation terroriste revendiquait l'attaque dès le lendemain.
Quasiment toute ma famille n'était plus. Ma mère, mon père, Abbygael, la domestique, le groupuscule avait réussi son coup pour faire parler de lui et ébranler l'ordre international. Mais leur manque de « popularité » comparé à d'autres groupes terroristes n'avait pas permis à ces derniers d'être pris plus au sérieux, l'affaire avait fini par être classée sans suite. Ma haine cependant était née et elle est toujours présente.

Pendant les quinze années après l'attaque, j'ai été formé aux armes et au combat par notre garde-chasse. Il avait tenu a rester auprès de nous pour nous éviter d'être séparés. Nous n'étions pas retournés souvent au manoir, on avait fini par vivre en ville dans son vieil appartement.
La formation que j'ai suivie avec lui était volontaire, je tenais à pouvoir protéger les personnes qui me sont chères. C'est sûr qu'au début, à dix ans, c'était un peu idéaliste, mais passé un moment je n'ai plus eu de problème à pouvoir manier plusieurs types d'armes ou même à me battre sans ces dernières. J'ai juste toujours vraiment tenu à ne pas utiliser ce savoir s'il n'était pas nécessaire.

Je n'ai jamais abandonné mon éducation, mais tu t'en doutes. À l'école, au début, on utilisait principalement des alias par sécurité. Tout ce qui se rapportait aux connaissances de base demandées pour le secondaire me paraissait simple. Certains professeurs me qualifiaient de génie, à tort, je comprenais juste plus facilement les choses parce que je m'y plongeais réellement et que je ne pensais pas au reste. J'ai fini par aller à l'université pour me spécialiser en psychologie par la suite, mais ça tu le sais.
Ces années-là on finit par être plutôt calme contrairement à ce qu'on aurait pu imaginer. J'ai pu vivre une vie d'adolescent plutôt banale. Et non, je n'ai pas tué des terroristes à quinze ans, j'ai même carrément pu me faire quelques amis bien que j'étais un peu coupé de leur monde à cause de l'entraînement. J'ai même rencontré ce que j'ai pu prendre pour de l'amour, mais elle n'a jamais mis les pieds chez moi. De toutes façons, je savais que ça ne pouvait être définitif comme amour, à cause de la puce, mais aussi à cause de mon statut qui me forçait à cacher la vérité.

Ma sœur de son côté a vraiment très mal vécu cette histoire et je me suis occupé d'elle comme je pouvais avec l'aide de Daniel. Elle a développé une thanatophobie assez malsaine et chaque jour est une épreuve pour elle. Je pense pas qu'elle pourra s'en remettre un jour, même à vingt-et-un ans aujourd'hui, elle ne peut pas sortir sans faire une violente crise d'angoisse en rentrant.

Depuis ma majorité—aux yeux de la loi britannique—j'ai récupéré intégralement mon nom d'origine, je n'ai plus peur. J'ai pu récupérer aussi le patrimoine et la fortune de la famille que j'essaie de gérer depuis tant bien que mal.
Avec mes études, j'ai été amené à travailler dans le domaine de la psychologie criminelle et évidemment à me spécialiser dans le terrorisme.
Mes premières grandes idées visaient à comprendre ce qui pouvait mener des gens de tout bord à idolâtrer une machine. Avec ce qui se passe au Japon, mon sang et ma puce, quelques polémiques ont émergées, mais rien de bien grave.
Plus tard, j'ai été remarqué dans des sortes de conférences tests que mon université organisait pour préparer les futurs chercheurs à la vie de scientifique. Le public n'était pas seulement composé d'une partie de la communauté scientifique et d'étudiants, mais aussi d'autres personnes diverses. Parmi elles, un membre de la cellule de lutte contre le terrorisme global du MI6. Il était venu me proposer de candidater auprès d'un recruteur. Après m'avoir donné les coordonnées de celui-ci, et voyant ici l'opportunité de porter à son aboutissement le combat de toute ma courte vie, j'avais décidé de passer cet entretien.

Le recrutement s'était fait sans encombres, et à mon étonnement ce n'était pas si effrayant d'entrer aux services de renseignements. Le recruteur avait été étonné par autre chose, il ne s'attendait pas à voir quelqu'un d'aussi jeune capable de manier des armes avec autant d'aisance. Quant à mes tests physiques et psychologiques, il n'y avait pas grand chose à dire si ce n'est que j'ai un caractère un petit peu antisocial—devine pourquoi, ahah.
Après discussion de quelques arrangements pour que je puisse mener à terme mes études, j'ai été recruté. Un cerveau de plus pour les services secrets du Royaume.

Deux années après, j'ai choisi de me faire également recruter du côté d'Interpol, pour aider ces derniers à combattre les menaces terroristes sur un plan international aussi, même si leurs moyens restent très limités, ils sont une bonne source d'accès aux informations, et c'est ce qui m'intéresse.

Cela fait maintenant quatre ans que j'ai été recruté. J'ai pu soutenir mon PhD il y a un peu moins de six mois et décrocher un emploi de Professeur en Psychologie Comportementale au Japon—obligation de quitter le pays à cause de la puce, et le fait d'avoir une mère japonaise justifie mon bilinguisme, même si j'ai peu eu l'occasion de le pratiquer.
Officiellement, pour le gouvernement Japonais, je ne suis que chercheur et enseignant, mais mon allégeances aux services auxquels je suis rattaché n'est pas à revoir—et j'espère que tu ne le révéleras pas, puis de toutes façons, avec cette puce, j'imagine qui doivent déjà un peu le savoir.
Je suis plus un agent qu'autre chose au final, et le fait d'être sur les terres de l'Incontestable m'aide potentiellement à voir si mes idées et les liens que je fais entre adorateurs de l'Incontestable et du Regard sont vrais. Les deux restent des Intelligences Artificielles avec une forte influence après tout.

Voilà du coup, tu sais bien plus de choses. J'ai passé deux mois avec toi, et j'ai enchaîné des conquêtes avant toi, j'ai presque vu le monde un peu plus loin qu'à travers ma folie grâce à toi, mais la Machine a décidé de te marier, je l'accepte, c'est le jeu.

Prends soin de toi, brûle cette lettre une fois que tu l'auras lue, je sais que tu le feras.
Oublie-moi.

Faust

« Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre. »
Faust est un jeune homme qui semble très calme au premier abord, mais il est en réalité tout à fait meurtri. Son drame familial l'a marqué au fer rouge.
Bien que très intelligent et cultivé, il a du mal à s'ouvrir au reste du monde et reste bloqué sur sa propre bulle, sa propre obsession, non pas un réel égoïsme, il prend soin de gens qu'il juge comme ayant assez de valeur pour recevoir son attention, mais entêté dans son combat, il en oublierait presque qu'autour de lui, il y a d'autres êtres humains, et qu'il en est lui-même un.
Tout cet aspect froid et insipide est aussi une carapace. Il ne sait plus ce que c'est que d'être—ce qu'il appelle—« faible » face à une situation. Ses objectifs sont sa priorité.
Ce jeune homme ne sait plus s'amuser et ne vit quasiment plus que pour ses recherches et son travail. Son seul jeu au final est la séduction, il aime jouer avec les femmes, depuis son arrivée il a enchaîné les conquêtes. De fait n'a cependant jamais cherché à reconduire trop longtemps ses relations jusqu'à tomber sur une femme un peu plus intéressante qui a réussi à créer une fissure dans cette carapace. En général, dès que ses compagnes cherchaient à en savoir plus sur ses secrets, il se braquait et coupait tous les liens qu'il avait avec cette femme. C'est probablement le seul domaine qui l'empêche de réfléchir correctement : son passé, ses secrets.
Faust a du mal à accepter l'aide des autres également, il reste extrêmement solitaire même s'il sait comment fonctionne le jeu de l'amitié.
La seule personne dont l'aide lui semblera toujours précieuse reste Daniel qui, même s'il commence à se faire vieux, reste son père de cœur et son mentor. Il n'hésiterait pas une seconde à suivre un conseil de se dernier.
L'autre constante de sa vie est sa petite sœur, si son combat n'a pas sombré dans la vraie folie, c'est parce qu'Anna est toujours là. Il veut juste qu'elle se sente enfin en sécurité. Heureuse.
Il a totalement conscience qu'être parti loin des deux seules personnes qui lui sont chères est difficile autant pour eux que pour lui, et qu'il les verra moins. Mais il sait que c'est nécessaire, pour un meilleur futur et à cause de la puce. Et puis sa sœur finira bien par être mariée elle aussi, Daniel viendra sans doute aussi si elle est forcée de venir au Japon.
Pour résumer, Faust est un être qui a une apparence très froide, mais qui au fond de lui cache un réel être humain. Il se sent incapable d'aimer, mais ce point est vraisemblablement temporaire, parce que ce n'est qu'une carapace. Une carapace qui le rend solitaire et taciturne, mais qui lui permet de maintenir ses convictions quoi qu'il advienne.
Ses connaissances sont aussi très vastes et il essaie d'apprendre un maximum de choses qui sont en lien de près ou de loin avec le terrorisme, pour mieux le combattre ; mais pas seulement (même si cela couvre déjà un programme immense) tous les domaines l'intéressent, il va seulement favoriser les domaines liés à ses combats.
Il semble difficilement sympathique pour les femmes de part son côté croqueur, mais il n'a jamais « trompé » quand il était engagé avec l'une de ses compagnes.
Un point intéressant est son goût pour la musique. Il sait apprécier tout type de musique et ne cherche pas à créer de jeu d'élitisme avec. C'est ce qui mène à cet aspect qui arrive à le rendre un peu moins antipathique : il cherche à comprendre les choses. Il va par exemple chercher à éviter l'affrontement mais il ne le fuira pas. Faust est plus du genre à chercher à régler les choses plutôt qu'à les contourner. Du coup, il a pu développer une grande qualité d'écoute, même si, naturellement, peu de gens cherchent à profiter de celle-ci qui reste pourtant sa plus grande qualité exprimée.
Enfin, ses activités l'ont formé à diverses choses, la plus marquante et celle qu'il faut retenir parce que ça a influé sur sa personnalité : l'observation ; mais on peut aussi noter d'autres détails, comme ses savoirs dans des domaines variés, le crochetage, les connaissances du monde informatique, et aussi sa maîtrise des langues. Faust sait parler anglais et japonais, évidemment, mais aussi—plus ou moins bien—russe, polonais, arabe, chinois et français. Il maîtrise même le langage des signes, une sorte de polyglotte accompli. Mais de toutes ses compétences, il en reste une singulière non pas née de son travail, mais née sa vie avec Daniel et Anna : Faust est un bon cuisinier, il a toujours travaillé dur pour rendre sa sœur heureuse et cuisiner pour elle faisait partie de ces petits points qui les aidaient à avancer même si Daniel restait la principale personne à s'occuper de la cuisine, Faust le faisait autant que possible quand il en trouvait le temps.

« Pour maintenir une amitié, il y faut le concours d'une légère antipathie physique. »
Faust ne ressemble pas à un soldat ou un intellectuel propre sur lui. Il possède ce genre de physiques qui ne collent pas vraiment au personnage, si on se laisse guider par des stéréotypes ; si on arrive à considérer son cas comme possible à rattacher à un stéréotype.
C'est un jeune homme assez grand, quasiment deux mètres, et relativement athlétique de carrure. L'entraînement qu'il a mené pendant son adolescence et qu'il continue d'entretenir a créé un homme agile et vif plus que doté d'une force brute.
Ses cheveux sont blonds, une couleur qui témoigne des vestiges de ses origines écossaises. Ses yeux sont d'une couleur azurée, mais son regard reste généralement sévère. Cependant, il lui arrive d'avoir un visage bien moins crispé et plus apaisé quand il est en compagnie de sa sœur, ou totalement plongé dans ses sessions d'apprentissage. Ce même visage reste malgré tout dessiné finement, même la plus profonde de ses grimaces aurait du mal à lui donner une apparence effrayante.
Petit détail, il possède une tâche de naissance brune sous la clavicule droite.
Au niveau vestimentaire, il aime porter des vêtements élégants mais confortables ou qui se rapprochent d'un look de rockstar qui ne colle pas vraiment à ce qu'il fait. Il porte généralement des t-shirts ou chemises plutôt légers, parfois aussi des sweats à capuche avec pantalons en toile ou jeans. Toujours des bottes habillées à ses pieds, il ne se sent que bien dans des chaussures qui allient couverture générale et raffinement.
Il porte toujours une chevalière, l'un des rares cadeaux qu'on ne lui ait jamais fait. C'est sa petite sœur qui avait affronté ses peurs pour faire plaisir à son grand frère.
Aussi, Faust porte toujours sur lui un collier dog-tag avec son nom et statut complet, et des bracelets de toutes sortes, mais toujours en acier—il ne pourrait pas dire pourquoi, mais il apprécie toutes ces fioritures. Il a aussi toujours un couteau papillon avec lui, à défaut de pouvoir en porter un plus imposant.
Enfin, il ne sort jamais sans son porte-feuille dans lequel figure une photo de « famille » au complet datant d'avant l'attaque des Enfants du Regard.
Marty Kusanagi
Messages postés : 1830
Inscrit.e le : 31/07/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : KUGO KUSANAGI! *Uesh*
Autre: 24 ans, maman d'un petit garçons de deux ans. 3 piercings et 2 tatoo
♥Blondie Pin Up♥
♥Blondie Pin Up♥
posté
le Sam 12 Déc - 4:06
par Marty Kusanagi
MON CÉCIL!!!!! <3 <3

*CHAMPAGNE! FRAISE ET CHOCOLAAAAT!!!*

Bisou kissou kissou!
Faust Y. MacLean
Messages postés : 123
Inscrit.e le : 08/12/2015
posté
le Sam 12 Déc - 4:09
par Faust Y. MacLean
De la joie, de l'amour et du bonheur. Merci. :3
Setsuka Yagami
Messages postés : 1241
Inscrit.e le : 11/01/2015

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
ʕ•̫•ʔ Hamster-chan ʕ•̫•ʔ
posté
le Sam 12 Déc - 12:01
par Setsuka Yagami
Mon violeur de blondeur !!!! ♥

Re-bienvenue 8D
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
posté
le Sam 12 Déc - 14:18
par Invité
Hello et rebienvenue !

Avant de corriger quoi que ce soit, ton avatar est déjà pris par quelqu'un d'autre donc je te demanderai d'en choisir un autre <3
Faust Y. MacLean
Messages postés : 123
Inscrit.e le : 08/12/2015
posté
le Sam 12 Déc - 16:02
par Faust Y. MacLean
Ah il a été pris. orz

Pensez donc à le retirer des propositions !
Je m'occupe de la réécriture du physique tout à l'heure.
Clyde E. Hawkins
Messages postés : 930
Inscrit.e le : 06/08/2015

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se :
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?

★
posté
le Sam 12 Déc - 16:09
par Clyde E. Hawkins
Nous avons le même âge et les mêmes origines... Il faudrait tenter de se croiser à l'occasion ^^
Bon retour et bon courage pour ta fiche ^^
Faust Y. MacLean
Messages postés : 123
Inscrit.e le : 08/12/2015
posté
le Sam 12 Déc - 19:54
par Faust Y. MacLean
À l'occasion oui. ~

Bon voilà, tout est modifié. Y a peut-être des coquilles, mais j'imagine qu'on me le dira.
Merci d'avance !
Black Chocolate
Messages postés : 9515
Inscrit.e le : 22/11/2013

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Fon'Dada ♕
Fon'Dada ♕
posté
le Lun 14 Déc - 10:25
par Black Chocolate
Re-bienvenue sur le forum et un bon retour sur le site ! :)

- Je suis officieusement de double-nationalité britannique-japonaise, mais dans les faits, le Japon n'accordant toujours pas la pluri-nationalité, j'ai été forcé de révoquer mon droit à la nationalité britannique il y a six ans ans—à ma majorité japonaise. ( Je pense qu'il vaut mieux, au vu du contexte, partir du principe que c'est révoqué dès la naissance car c'est à ce moment là que la puce est implantée. Donc impossible à un enfant de 18 ans de dire « finalement, je reste britannique. » Il n'y a plus de choix possibles pour les enfants nés de parents japonais. )
- Nous sommes dans le millénaire du terrorisme, sous toutes ses formes, et s'attaquer aux grandes têtes est une stratégie importante pour pouvoir donner un poids à son engagement, seule la tactique des ces gens-là change.
- Pendant les quinze années après l'attaque, j'ai été formé aux armes et au combat par notre garde-chasse. Il avait tenu a rester auprès de nous pour nous éviter à être séparés. ( d'être )
- Voilà du coup, tu sais bien plus de choses. J'ai passé deux mois avec toi, et j'ai enchaîné des conquêtes avant toi, j'ai failli pu voir le monde un peu plus loin que part ma folie grâce à toi, mais la Machine a décidé de te marier, je l'accepte, c'est le jeu.

Après lecture de ton histoire, j'ai besoin de te dire de ne pas en faire trop. C'est très bien écrit, bien expliqué -à la limite de mes connaissances-, mais j'ai tout de même besoin de te mettre en garde là-dessus. Après, tu n'es pas un nouveau, j'ai confiance en toi et c'est pour cette raison que je chipoterais pas plus. Mais attention.

- Il a totalement conscience qu'être parti loin des deux seules personnes qui lui sont chères est difficile tout pour eux que lui, et qu'il les verra moins. ( autant pour eux que pour lui )
- Ses connaissances sont aussi très vaste et il essaie d'apprendre un maximum de choses qui sont en lien de près ou de loin avec le terrorisme, pour mieux le combattre ; mais pas seulement tous les domaines l'intéressent, il va seulement favoriser les domaines lié à ses combats.

Voilà, ces petits points à revoir, surtout cette histoire de révocation, puis je te validerais. o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Obg8
Un GRAND MERCI à Driss Y. Nanase pour ce superbe kit. ♥♥
Faust Y. MacLean
Messages postés : 123
Inscrit.e le : 08/12/2015
posté
le Lun 14 Déc - 14:25
par Faust Y. MacLean
J'ai modifié ce qu'il y avait à modifier.

Pour le contexte, je compte pas le déchirer, donc je pense que tu peux me faire confiance. Si je fais quelque chose, j'essaierai juste de construire un "à côté" qui se développerait en parallèle, pourrait éventuellement le croiser, mais qui ne l'ébranlera pas !


Merci beaucoup !
Black Chocolate
Messages postés : 9515
Inscrit.e le : 22/11/2013

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Fon'Dada ♕
Fon'Dada ♕
posté
le Lun 14 Déc - 15:42
par Black Chocolate
- Il a totalement conscience qu'être parti loin des deux seules personnes qui lui sont chères est difficile autant pour eux que (pour) lui, et qu'il les verra moins.

Du moment que ça touche de prêt ou de loin le système de l'Incontestable, il faudra mon accord, attention ! Je veux pas apprendre par après que ton perso' a fait des enquêtes dans le TPAI, qu'il a eu des info's confidentielles sur le gouvernement ou autre comme ça, sans mon accord et sans vérification préalable. D:
En attendant, je te valide, mais je serais intransigeant si jamais un truc comme ça arrivait à mes oreilles, parce que je t'ai prévenu. o/


Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :

• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Obg8
Un GRAND MERCI à Driss Y. Nanase pour ce superbe kit. ♥♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
posté
par Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
© Street cred
Le contexte original du forum appartient à Aiichirô C. Yori. Les évolutions, précisions et annexes appartiennent aux staff présent et passés de JM.

Design et code par Carmine S. Bellandi / PAN, avec l'appui des ressources de Forumactif et CCC. Optimisé pour Firefox et grandes résolutions d'écran.

Les productions écrites du forum appartiennent à ses membres.

Toute reproduction partielle ou totale du forum, de son contexte ou de son contenu est strictement interdite. Soyez sympas, faites pas vos tarbâs. ♥

Nos partenaires
RPG-ChevalierUn monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 50-50-2Earth WolfUn monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 50x50-56504f9 Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean SvinUn monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 3zm1 Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 5yh3Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Opol0Q6Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean FHZzEDvUn monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 7Uxn8zPUn monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 494ZUS0Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 1553711497-50-50FTM 50x500Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean B50x50Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 1553722908-no-50x50Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Tdj2Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Logo_510Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 190412122437274038 Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean RXqdRpDUn monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Logo5010Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean VBL1j1M Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean 1559228694-50x50Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Qlaa Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean IcoSC5050 Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Bouton10 Un monde qui sombre, mais un monde quand même—Faust Y. MacLean Bouton15