Épreuve 1 ;; T'as l'air malade, non ? || SNK Rebirth & La Nouvelle Avalon DgoiC4q
Épreuve 1 ;; T'as l'air malade, non ? || SNK Rebirth & La Nouvelle Avalon 9oulLiP
Épreuve 1 ;; T'as l'air malade, non ? || SNK Rebirth & La Nouvelle Avalon 620526BoutonElysion5050
-40%
Le deal à ne pas rater :
-30% sur les Baskets Nike Court Royale
33 € 55 €
Voir le deal

— ♕ —

—  ♕ —
Messages postés : 9794
Inscrit.e le : 22/11/2013

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Épreuve 1 ;;
T'as l'air malade, non ?
Le monde est en proie à un cataclysme sans précédent. Une vague de zombies déferle dans les rues et attaque tout sur son passage. Vous ! Oui vous là-bas ! Vous faites bien partie de ceux qui restent ? Des petits chanceux encore debout et prêts à tout pour survivre non ? Alors bougez-vous les fesses et venez nous aider à tous les buter !

Rappel des règles

✗ Vous avez deux jours pour échanger au maximum 5 réponses rp chacun (soit 10 réponses en tout).
✗ L'épreuve se termine donc le 07 juillet à 23h59.
✗ Les réponses sont limitées à 350 mots maximum.


Binôme: SNK Rebirth & La Nouvelle Avalon

Le dé a choisi La Nouvelle Avalon pour commencer cette épreuve !


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 

Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Anonymous
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Invité
Épreuve 1 ;; T'as l'air malade, non ? || SNK Rebirth & La Nouvelle Avalon Vignet10

Qu'est-ce que c'est que ce... mascarpone ? Quelque chose comme ça. Une expression entendue une fois, pendant un défilé en Europe. Les relations internationales, tout ça. C'était mascarpone ? Un truc italien, en tout cas. Ces Occidentaux et leurs bons mots, ça ils y étaient bons.
Madukhar n'était pas spécialement bon. Pas comme soldat, pas comme vendeur, pas comme être humain. Mais il était là quand même, et se faire des nœuds pour s'abstenir de réfléchir... n'était pas non plus son domaine d'expertise, mais il s'y entendait quand même, ce qui lui serait sûrement bon. Parce que, bon.

Des zombies. Un énorme paquet de zombies, le genre vague géante qui déferle en poussant les déchets devant elle jusqu'aux Maldives. Une vraie décharge, pire que le Gange en plein soleil, l'épouvante. Des morceaux de gens dans tous les coins, des cadavres confis de mouches, et surtout une origine tellement inconnue que son chef, le commandant Patel, suggéra une opération secrète des Népalais sans que quiconque y trouve à redire.
Et maintenant, dans la banlieue de Londres où se trouvaient leurs baraquements, ils triaient des civils britanniques - Dieu sauve l'ironie - qui cherchaient refuge dans une caserne de l'armée indienne. En tant que caporal, Madukhar était à l'entrée avec son fusil d'assaut à l'épaule, hésitant à rajouter à la panique générale d'une rafale en l'air et - non, non non, surtout qu'en vérité c'était plus un flot tranquille avec les yeux dans le vague, qui se laissait inspecter sans réfléchir et sans rechigner.

Dans l'oreillette, vint brusquement la nouvelle qui ne plairait à personne : grosse bande de zombies en approche, sur la bretelle encombrée. Mauvaise visibilité, mais le nuage de mouches montait assez haut pour en compter quelques milliers - millions ? Des hurlements répondirent, et les mitrailleuses en hauteur se mirent à cracher en rafales.
Madukhar s'entendit hurler comme s'il n'était pas dans son propre corps.

- Tout le monde dedans, vite !

Puis de tenter de remonter la foule pour rejoindre les défenses avancées.
Madukhar Khatri - LNA
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Anonymous
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Invité


Spoiler:
Coucou ! Je suis ravie de faire ce mini-rp avec toi ♥ Soé a un peu plus d'une vingtaine d'années, c'est un gars simple et généreux. Pour ce rp, il est étudiant et passe ses journées soit à travailler dans un supermarché, soit à faire du parkour.

Pas le temps de niaiser aujourd’hui.

Soé aurait bien aimé faire une grasse matinée en ce jour de repos, mais les choses en avaient décidé autrement. Les choses, aussi appelées zombies, avaient déboulé dans son trou à rat (un studio étudiant, 10m² à tout casser, loué beaucoup trop cher pour ce que c’était), le tirant d’un sommeil peu profond. La veille, il n’avait même pas pris le temps de se déshabiller, avait gardé sur lui son t-shirt trop grand et un short ample.

Ils défoncèrent sa porte dans un fracas formidable. Ni une, ni deux, le jeune homme était sur ses pieds en position de combat, sortant de sous son oreiller un canif. Il avait toujours été préparé à l’idée de voir débarquer un voleur ou quelque chose dans le genre. Mais certainement pas des zombies qui essayaient, en se marchant littéralement dessus, d’entrer chez lui.

Soé ne réfléchit pas plus, ouvrit sa fenêtre et sauta, s’accrochant à la gouttière qui filait droit vers le sol goudronné d’une ruelle puante. De son deuxième étage, la chute fut plutôt bonne pour la réception qu’il réalisa (c’est-à-dire le cul par terre). Mais agile et en bonne forme, le brun se rétablit bien vite sur ses deux pieds. De la fenêtre une tête en décomposition le regardait en bavant. De l’autre côté de la rue, un hurlement retentit. D’autres zombies l’avaient remarqué. Mais c’était quoi ce bordel ?

Soé s’enfuit dans les boulevards de Londres. Il ne sait pas combien de temps il courut, ni comment il parvint à esquiver plusieurs fois des mains sales et des bouches édentées qui propageaient surement la rage. Il était en un seul morceau lorsqu’il parvint en banlieue. Mais là aussi, les zombies étaient partout. Il avait suivi des rescapés qui partaient tous dans la même direction. Certains n’avaient pas eu sa chance. Pour lui, c’était peut-être la fin de sa fuite car devant, il y avait un baraquement militaire. Mais derrière, une horde de zombies le suivaient depuis le centre-ville.

« Chaud devant ! » cria-t-il pour alerter tout le monde. Du moins, avant que son cri ne soit couvert par le fracas des balles.
Soé Toboë [SNKR]
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Anonymous
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Invité
Spoiler:
Désolé du délai de réponse ^^' en tout cas je suis très content aussi de faire ce post avec toi !

L'armée, c'est la discipline, la colonne vertébrale qui prend le contrôle, l'extinction totale des feux pour se consacrer aux réflexes. Donc, bratata en rafales courtes pour maintenir la menace à distance, avancée en soutien échelonné, et le moins de bavardages possible sur les ondes. Les mitrailleuses à l'arrière, sur les miradors, crachaient leur soutien en essayant de cisailler la masse de zombies.
Zombies. Madukhar se contraignit à le penser, à le retourner dans son crâne jusqu'à le crier une fois à voix haute pour bien assimiler. Quel bordel, tout ça. En quelques secondes, les derniers civils sauvables les avaient dépassés mais quelques-uns étaient encore bien trop proches des cadavres. De les voir bien de face, c'était autre chose que les infos.

Une marée gluante et pourrie qui vagissait - ou bien le vent faisait vibrer leurs cordes vocales ? Et de loin en loin, ils festoyaient de quelqu'un en étouffant les hurlements sous leurs dents... Madukhar et son équipe se déployèrent et reculèrent comme un éventail, frappant leurs adversaires en une succession de rafales précises. Pas question de gaspiller, mais le danger ne les laissait pas franchement lésiner sur les munitions.

Il ne leur restait que quelques douzaines de mètres quand un brutal rot de zombies leur tomba dessus. D'entre les voitures ils surgirent, se piétinant pour atteindre les vivants au point de se faire voltiger un bout de-ci de-là : tout Londres leur plongea dessus sous le feu nourri des mitrailleuses dont le hurlement parut se faire plaintif, alors que les balles devenaient impuissantes. Madukhar, en plein centre de la formation, se sentit avec un parfait détachement sur le point de mourir. En même temps, il se mit à précipiter ses pas vers l'arrière tout en gardant le doigt complètement écrasé sur la détente. Deux de ses compères disparurent sous les morts, et d'autres se mirent à contourner leur formation.

Ils allaient entrer dans la caserne.
Madukhar Khatri - LNA
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Anonymous
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Invité
Il se serait cru dans le nouveau film de zombies d’une grande firme américaine, un avec plein d’effets spéciaux, world war Z en encore plus flippant et en encore plus déroutant. Soé ne sut comment il pouvait encore courir après avoir parcouru une telle distance de chez lui à ici. L’instinct de survie primait, son sang semblait littéralement fait d’adrénaline à présent et parmi tous les grognements et râlements des morts-vivants, accompagnés de l’orchestre symphonique des mitrailleuses, il pouvait entendre son cœur tambouriner avec violence contre son torse. Les balles fusaient avec une régularité certaine, contre la vague sans queue ni tête de cadavres qui ne voulaient pas mourir. Soé non plus ne voulait pas mourir.

« Allez Soé ! Allez ! » cria-t-il à sa propre intention, pour se donner du courage et la force nécessaire à se dépasser. C’était une mort bien trop bête, et bien trop banale au vue de toutes les victimes qu’il avait croisé sur sa route. On pourrait même dire que c’était main stream maintenant. Il ne pouvait décemment pas crever de cette manière.

Le jeune homme, dans un ultime effort, força sur ses jambes endolories et fatiguées par sa course. Enfin il passa les barrières du baraquement militaire, mais là il ne devait pas s’arrêter car derrière lui, la vague grondante déferlait encore. Soé ne réfléchissait pas, il courrait juste tout droit. Tout droit vers une caserne, où s’entassait d’autres civils apeurés par l’arrivée des zombies. Devant, avec bravoure, les militaires tentaient de contenir la masse grouillante qui dégoulinait allégrement vers eux. Bientôt, ils les tinrent en étau. Soé compris.

Il ne sut comment, mais il se retrouva au beau milieu des hommes armés, eux-mêmes au milieu de l’armée des non-morts, tellement nombreux qu’ils ne s’attardèrent pas tout sur eux et pénétrèrent sans ménagement dans la caserne pour y faire un festin. Soé fut bousculer par les militaires, sa course enfin stoppée, il lui fallait passer à autre chose. Il n’était plus temps de fuir à présent : toutes les voies étaient bloquées. Alors, il attrapa l’arme d’un soldat tombé, qui se faisait dévorer par un couple et tira. Il fut surpris par le rebond de la mitraillette, qui le fit reculer complètement contre le dos d’un autre homme.
Soé Toboë [SNKR]
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Anonymous
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Invité
Ce détachement continuait de tenir un peu le coup, mais un choc brutal dans son dos le fit émerger d'un coup. Il prit une respiration profonde, comme en émergeant de la piscine après une longue apnée, et hurla comme un perdu tout en essayant de se retourner et de tirer en même temps. En face de lui disparurent quelques zombies dont il avait cisaillé les jambes de sa rafale, puis il tomba sur un jeune gars aux cheveux échevelés, arme en main.

- ...

Il n'avait pas vraiment grand chose à dire : ce n'était pas le moment de se présenter mais de défourailler. Dans son oreillette arriva alors un ordre général de repli dans la caserne - l'ennemi entre, bloquez-le au plus vite, sécurisez les issues, on se grouille ! Alors sans réfléchir, Madukhar attrapa le jeune gars par l'épaule et le tira avec lui tout en ouvrant le feu pour essayer de leur dégager la route. Il n'y avait qu'une vingtaine de mètres, mais quels mètres...
Au final, il fit éclater un dernier cadavre qui lui tombait presque littéralement dessus depuis le sommet de la vague, et son cerveau se mit en mode arrêt quand toute la boîte crânienne du machin lui cascada dessus. Sa barbe, ses yeux, son nez, sa bouche. Il se sentit aveugle - les fluides - en même temps qu'aveugle - tout son corps n'était que mécanique. Il tangua jusqu'à la porte de la caserne et aperçut de nouveau le jeune gars.

- Allez, aux fenêtres ! Repoussez-les !

Des zombies plongeaient déjà du sommet du portail, prêts à plonger leurs dents dans leur viande. D'un geste absent, Madukhar en expédia trois à la renverse, puis ses camarades vinrent l'aider. Ses paupières collaient, sa barbe poissait, il chercha autour de lui.

- Gamin...

Là-bas. Occupé, sans doute, mais il ne voyait presque rien. Ses yeux ne lui montraient plus que le centre : tous ses côtés se noircissaient comme dans du pétrole.

- Hé... Y m'ont eu ?

Il avait parlé un anglais approximatif, perdu. L'angoisse le serrait comme dans un étau.
Madukhar Khatri - LNA
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Anonymous
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Invité
Tout allait très vite pour Soé. Il avait laissé tomber depuis un long moment déjà la réflexion, avait laissé place à l’instinct primaire qui régnait en maître dans chaque cerveau reptilien. Il ne se laissait plus surprendre par le rebond de la mitraillette et même s’il n’avait jamais appris à tirer avec une arme à feu et donc à viser, il faisait de son mieux pour dégager les zombies qui s’agglutinaient vers le groupe d’hommes, cherchant sans cesse à les attraper, à les mordre ou à les blesser dans l’unique but de les dévorer.
Il se persuadait lui-même que c’était qu’un rêve, un jeu. Voilà c’était un jeu. De la réalité ultra augmentée. Ce n’était pas grave si l’écran affichait game over. Ce n’était pas grave s’il se blessait. Il ramasserait simplement un paquetage pour récupérer un peu de barre de vie et repartirait à l’attaque des hordes de zombie prenant possession de Londres. Ce n’était pas grave. Ce n’était pas vraiment réel.
Ce n’était pas vraiment réel.

On le tira par l’épaule et il suivit, combattant comme il pouvait la peur qui lui serrait les entrailles. Pourtant, impossible pour lui d’être un de ceux qui fuit, qui se laisse abattre, qui se laisse porter par les autres. On lui avait toujours inculqué de grandes valeurs. Soé n’avait jamais eu froid aux yeux dans la vie. Ses amis, sa famille. Où étaient-ils tous, en cet instant ?

Il tomba à court de munitions, n’entendit plus que le cliquetis vide de son arme alors qu’il tentait désespérément de faire partir les balles. C’était bientôt l’heure du boss final de ce jeu de mauvais goût. A quel niveau de difficulté s’était lancée la partie ?
Il se laissa tomber auprès d’un soldat qui l’appelait et qui semblait soit déboussolé soit blessé, lâchant la mitraillette inutilisable dans un geste de rage. Autour d’eux, les camarades du militaire continuaient de saigner les lignes ennemies, en même temps qu’ils se saignaient eux-mêmes. La masse, malgré l’effort du groupe de résistants, continuait de grossir.

« Pas encore, je crois. » répondit-il peu sûr.
Soé Toboë [SNKR]
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Anonymous
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Invité
Ce n'était pas vraiment rassurant, mais son cerveau devrait s'en contenter. Son corps, pour sa part, réagit par un tremblement de la tête aux pieds puis un geste mécanique de la main.

- Merci. On bouge ?

C'était rhétorique. D'une main, il mit son fusil à la ceinture et de l'autre, se remit sur pied tout en essayant de retrouver un peu de vue. Son oreillette s'était trouvée totalement muette, sans doute les fluides bloquaient-ils un fil ; son chargeur ne tarda pas à s'enrayer, probablement encrassé lui aussi. Tout ça lui parut une brume noire, qui lui vrillait l'arrière des yeux puis le fit haleter. Sa respiration
demeura la même malgré tout, mais il n'avait pas la capacité de se demander pourquoi.

Un claquement sec vint siffler à ses oreilles, puis quelqu'un lui montra la voie pour rejoindre le bâtiment : les zombies se laissaient choir dans la cour comme des grappes de singes, et même ceux dont les jambes ne les portaient plus rampaient sous les pieds des autres. Une série de sifflements annonça l'arrivée de grenades légères tirées depuis des lanceurs, qui dispersèrent des débris morts dans tous les sens. Madukhar vit tout ça comme des flashs, en essayant de rejoindre un abri... La porte de la caserne, là. Qu'ils étaient en train de fermer. Un simple battant qui ne s'ouvrait que l'intérieur, pour leur plus grand bonheur - s'il parvenait à l'atteindre.

En même temps, un puissant rugissement fit trembler le sol autour de lui et manqua le jeter à terre, définitivement désorienté. Des avions ? Des hélicos ? En titubant, il se remit sur pied, et sentit une main se refermer sur son épaule dans un grognement... Jouant du muscle, il se dégagea et se mit à courir vers la porte.
Madukhar Khatri - LNA
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Anonymous
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Invité
Le soldat se reprit bien vite. Cela n’étonna guère Soé, qui se doutait qu’on n’entrait ni ne restait pas dans l’armée si on ne possédait pas un mental solide capable de faire face à toutes les situations. Y compris une attaque surréaliste de zombies au sein même de Londres. Mais tout ça, ce n’était qu’un jeu non ? Non, en fait. Il le savait, et lui n’était pas un soldat. Lui n’avait pas suivi d’entrainement, n’avait pas voyagé de mission en mission. Lui était un simple étudiant qui séchait les cours pour aller faire quelques parkours sans trouver sa place dans le monde. Lui, avait beau être brave, ne pouvait décemment pas faire face à ce qu’il se passait devant ses yeux.

Loin de lui l’idée d’abandonner cependant. Soé se laissait à présent guider par les autres hommes, plus expérimentés. Il s’en remettait à eux pour le sortir de là vivant, mais comptait bien leur prêter main forte, bien qu’il n’ait plus d’arme pour tirer sur la horde de monstres qui s’abattait sur eux.
Soé vit du coin de l’œil le militaire avec qui il avait passé un court instant, un si court instant, s’élancer vers la porte de la caserne. Visiblement, ses camarades n’étaient pas au courant et pris de court, ne pouvaient qu’essayer de couvrir le suicidaire. Sans arme, Soé était impuissant et pour se protéger au mieux, instinctivement, se plaça au milieu du groupe de soldats, suivant d’un regard soucieux et terrifié la course du militaire qui serait peut-être leur héros en ce jour.

Tout en tirant sur les zombies qui tentaient d’atteindre leur gars, les autres reculaient vers un abri plus sûr. Soé ne parvenait pas à saisir où, mais ne pouvait que les suivre, les yeux fixés sur la silhouette en uniforme qui fonçait droit dans la gueule du loup.
Soé Toboë [SNKR]
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Anonymous
Madukhar Khatri - LNA
Madukhar Khatri - LNA
Invité
- Frappe imminente.

Oh merde, l'oreillette qui se réveille. Quelque chose tirait sa cheville vers l'arrière, mais il se dégagea d'une ruade pour mieux continuer de s'élancer vers la porte. Un gars sortit pour se placer dans l'embrasure, épaula son arme et ouvrit le feu.
Madukhar se sentit mourir et ferma les yeux en courant, mais il n'y eut que des sifflements autour de lui avant qu'il sente ses paupières se rouvrir d'elles-mêmes. Le collègue baissa son arme et lui tendit la main pour l'aider à entrer, puis ils fermèrent la porte sur une main.

Le caporal cligna des yeux comme un perdu et aperçut le petit gars, ainsi que quelques copains qui le dévisageaient. Il passa la main dans sa barbe, sentit tout le sang qui s'y coagulait lentement,.
Il entendit un chien s'armer distinctement.

- Chef ?

En hindi, histoire de n'affoler personne. Des rafales de mitrailleuses les firent sursauter, puis ils sentirent le poids des zombies qui faisait doucement grincer les gonds. Madukhar entendit leurs braillements comme s'il sortait la tête de l'eau, et ce fut si fort qu'il remarqua à peine son oreillette qui lui susurrait :

- A terre.

La porte se pulvérisa et leur arriva en pleine gueule dans une vapeur dense de débris humains. Une chaleur insoutenable la suivit, ainsi qu'un souffle digne d'une fusée au décollage.
Madukhar se sentit catapulté hors de son cerveau alors même qu'il tentait de s'y arrimer ; il n'enregistra pas la moindre douleur des différents morceaux d'os pourris qui lui transperçaient le ventre.
Ce n'était que la première vague de bombes : la seconde était en route, et elle allait parachever le carnage. Toutes les vitres avaient éclaté, mais les zombies ne s'en souciaient plus guère... Il y avait une opportunité à saisir, mais Madukhar ne parut pas en mesure d'en profiter : en fait, sa vision s'éteignit peu à peu jusqu'à ne plus être qu'un infime point lumineux, et il se redressa de façon heurtée, chaotique.
Spoiler:
Et voilà ! J'espère que cela te conviendra, je te laisse décider du sort de Madukhar :D

Ça a été un plaisir de faire ce topic avec toi !
Madukhar Khatri - LNA
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Anonymous
Soé Toboë [SNKR]
Soé Toboë [SNKR]
Invité
Spoiler:
Merci à toi pour ce mini-rp  Épreuve 1 ;; T'as l'air malade, non ? || SNK Rebirth & La Nouvelle Avalon 2244379341

A présent apeuré au milieu des hommes armés, prenant enfin conscience de l’ampleur catastrophique de la situation dans laquelle il se trouvait (dans laquelle ils se trouvaient TOUS), Soé avait le souffle court, happé par des émotions turbulentes et un instinct qui lui criait de courir. Courir oui mais où ? Au moins avait-il encore cette capacité à fuir. Il avait entendu dire que certains se figeaient, totalement tétanisés, lorsqu’un danger de mort imminente les surprenait. Heureusement pour lui, ce n’était pas son cas et il remercia le ciel de ce cadeau. Mais pas de l’autre cadeau, là, empoisonné et puant le poisson mort depuis trois mois, qui tentait de pénétrer de toute sa masse gigotante dans le seul abri qu’il leur restait.

Soé manqua un battement de cœur, alors que ses yeux ne quittaient pas la course du soldat partit leur sauver les miches. Un autre l’aida à faire reculer les morts à l’haleine de chacal, pour fermer la porte du bâtiment. Le brun relâcha sa respiration. Le grondement terrifiant lui arrivait en moindre mesure, et il profitait d’un nouveau genre de silence.
Celui que l’on entend avant de mourir.

On le plaqua sur le sol et s’ensuivit une monstrueuse explosion. Il put sentir son souffle passer au-dessus de sa tête, et la chaleur qui caressait le haut de son crâne. Des débris de verres croulèrent sur les hommes et lui entaillèrent ses bras nus, ainsi que ses jambes. Il retint un râlement, mais son cerveau était bien trop occupé ailleurs pour s’attarder sur ce genre de blessures. On le releva, avec grand peine. Un bourdonnement sourd lui tenaillait les tympans, un trouble faisait tout danser devant ses yeux. Il se laissa tirer, ici et là. Il faillit perdre l’équilibre, se reprit. Il n’avait pas le choix.

Un sifflement. Une nouvelle explosion.
Le bâtiment partit en fumée et eux avec, avant même qu’ils n’eurent compris que tout était fini.
Soé Toboë [SNKR]
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum