Épreuve 5 - À celui que j'étais DgoiC4q
Épreuve 5 - À celui que j'étais 9oulLiP
Épreuve 5 - À celui que j'étais 620526BoutonElysion5050
Le Deal du moment : -26%
Samsung Disque SSD Interne 2 To
Voir le deal
154.59 €

Onyx [ES]
Onyx [ES]
Anonymous
Onyx [ES]
Onyx [ES]
Invité
Ven 2 Aoû 2019 - 3:54
Bon, à force de lire les textes de l'épreuve 5 pour choisir à qui appartiendra mon vote, j'ai eu envie de participer également. Alors voilà ♥

Contexte:
Alors, l’Esquisse, en gros : c’est un monde parallèle où les règles de la logique et de la cohérence ont leur volonté propre, et s’appliquent si elles le veulent bien. On y apparaît comme ça, pouf, hop, téléportation, au hasard. Le ciel est violet, sans soleil, ni lune, le paysage absurde, les biomes étranges, la faune et la flore bigarrées. On appelle les entités animées non-humaines les Objets. Qui peuvent, bien souvent, être de véritables objets, dont la taille, l’aspect, le comportement est pour ainsi dire aléatoire. Pour être précis, cette histoire va se passer dans l’Esquisse des Sables, où lesdits Objets sont extrêmement agressifs, et où la survie dans un monde en ruine où les rares sociétés humaines existantes se sont faites anéantir est une préoccupation quotidienne. (Enfin, sauf pour certains, qui préfèrent roucouler dans les couloirs, réciter des alexandrins devant des lacs ou se plaindre que la neige elle est trop molle avec une phraséologie ampoulée au possible.)
(Oui, j'ai totalement volé l'introduction de Stilgar, j'ai aucune honte, elle est superbe.)

Mon perso :
Épreuve 5 - À celui que j'étais 0Tbajni
Présentation du personnage : http://www.esquisse-rp.com/t2413-juste-lucas-rien-d-autre
Lucas est un vétéran de l’armée américaine de 32 ans qui souffrait de PTDS et qui, après avoir été campé avec des amis, a retardé son retour en ville de quelques jours… semaines… mois… et n’est finalement jamais revenu en ville.
Il s’est retrouvé du jour au lendemain dans l’Esquisse, un monde totalement loufoque et incohérent et ce, dans le corps d’un enfant de 8 ans. Il considère cela comme une deuxième chance et se fait passer pour l'enfant qu'il ressemble auprès des autres Dessinateurs. Il erre dans le Laboratoire de l’Esquisse avec les autres Dessinateurs en explorant les lieux pour y trouver des trucs utiles et s’y installer.
Ici, je commence par jouer un Lucas dans son corps d'adulte qui vient d'arriver dans l'Esquisse. Devinez qui croise-t-il?

Que faisais-je ici? Il me semblait qu'il n'y avait qu'un moment, j'étais en train de remettre en question mon existence en jouant avec les braises de mon feu de camp. Pourtant, me voilà au milieu d'une plaine, face à un grand bâtiment de bronze verdi par le passage du temps. Le ciel n'était pas de la bonne couleur et je ne voyais aucun soleil, malgré l'absence de nuage. Étais-je dans un rêve?

Des voix. Je n'étais pas seul. Prudent, je m'avançai jusqu'à l'entrée du bâtiment à petits pas, silencieux. Je poussai les portes doucement, jusqu'à ce qu'elles trahissent ma présence par un grincement retentissant. Zut. Bon, j'avais perdu l'avantage de la discrétion, autant abandonner pour de bon et entrer. De seulement quelques pas,je franchis l'entrée, levant mon seul bras utilisable pour saluer les propriétaires des voix entendues plus tôt.

"Hello les gens ! Je crois que je me suis perdu, vous savez pas où on est?"

Dans le hall du bâtiment, une femme noire roula des yeux tandis que le binoclard roux à quelques pas soupira, comme si mon arrivée était un événement auxquels ils avaient souvent eu à faire et qui commençait à les fatiguer. Une gamine avec une arbalète lâcha un juron et quitta rapidement les alentours pour "aller casser de l'Objet" en laissant les autres "rabâcher le discours habituel". Euh, discours habituel? Il y avait autant d'inconnus qui se pointaient ici sans savoir comment ils étaient arrivés? Un mauvais pressentiment commença à m'envahir.

Mais je n'eus pas le temps de questionner qui que ce soit qu'une boule d'énergie s'était accrochée à moi telle une sangsue assoiffée.

"Je l'ai vu en premier, il est à moi, c'est moi qui lui montre tout !"

Un mioche s'était collé à ma jambe droite, les yeux pétillants et une chevelure bleutés ornant sa tête. Mmhh... L'enfant devait avoir l'âge de mon neveu. D'ailleurs, cela faisait un moment que je n'avais pas vu les enfants de mon frère. Peut-être que je devrais lui rendre visite, si ledit frérot ne me jetait pas dehors dès mon arrivée. Ébouriffant les cheveux du gamin, je refusai sa proposition gentiment.

"Ça sonne génial, mais je crois que ça ira mieux si tu laisses les grandes personnes parler entre elles. Merci quand même, gamin !"

Sans aucun doute, les autres adultes présents pourraient m'aider à me situer mieux que le marmot, aussi enthousiaste soit-il. Le gosse ne semblait pas d'accord. Il me tira par la main, voulant m'amener à son niveau. N'ayant pas en moi la force de le rebuter, je me pencha en deux, le laissant me murmurer son message à l'oreille.

"Comme d'hab', t'es complètement inutile, Lucas. Tu t'souviens même pas d'la mission, right? Au cas où le ciel ne t'aurait pas sonné de cloches, on est pas sur Terre Toto. Y a rien de logique ici et j'suis pas un gosse. Maintenant, sois un bon soldat et continue de jouer l'abruti avec les ennemis, puis suis-moi. J'vais tout te dire."

Mon sang se glaça. Ennemis? Et qui était ce gosse? Ce discours ne semblait pas cohérent avec l'âge qu'il affichait. Comment connaissait-il mon nom? J'avais quitté l'armée parce que je n'étais plus qu'une loque de moi-même, comment pourrais-je être en mission? À moins que cela ne soit pas une mission dans le sens traditionnel du terme, mais plutôt une mission plus secrète dont je n'étais pas censé revenir... Je ne me souvenais pas avoir pris une telle décision, mais me connaissant... c'était possible. Après tout, que me restait-il? Rien.

Riant d'un rire fabriqué de toutes pièces, je me redressai, soulevant le mioche qui n'en était pas un pour l'installer sur mes épaules pendant qu'il s'extasiait de sa nouvelle position à grand renforts de "Oui! Je suis le plus grand maintenant !".

"D'accord, d'accord, mais juste un petit tour, ensuite je reviens ici pour plus d'explications."

D'un visage désolé, je haussai les épaules en direction des adultes qui n'avaient pas l'air de s'inquiéter plus que cela qu'un inconnu se tire avec leur gamin et je suivis les directions de l'enfant qui me pointa vers les escaliers avec des "Par là, par là, on va tout en haut pour tout voir partout !". Je ne savais pas dans quel pétrin je m'étais fourré, mais au moins, j'étais sur le point de le savoir. Ignorant tout des ennemis, mieux valait mettre le plus de distance possible entre nous. Pour le moment, mon seul allié sûr était le gosse qui connaissait mon nom. Tous les autres étaient des cibles et/ou des menaces potentielles.

Quelques minutes plus tard, nous étions sur le toit. À première vue, l'endroit paraissait vide et le vent qui soufflait couvrirait le son de nos voix à quiconque aurait tenté de nous espionner. Ce n'était pas un mauvais point de rencontre. Je déposai mon fardeau et me tournai vers l'enfant, attendant son rapport.

"J'me souviens pas d'une quelconque mission. On est où? Qui sont les ennemis?"

L'enfant me regardé d'un air triste, comme si me voir lui causait un chagrin immense. Il soupira en secouant la tête et resta un instant silencieux. Puis il marcha vers le rebord de l'immeuble, me faisant signe de le suivre. Il s'accroupit et je l'imitai, ne sachant pas quoi faire de mieux. L'enfant resta encore moment silencieux avant de balayer le paysage d'un bras, montrant l'horizon.

"J'l'ai déjà dit, on est plus sur Terre. En fait, personne sait où on est. Tu vois, des gens disparaissaient et personne savaient où, alors il fallait un volontaire pour disparaître de la même façon et un ancien collègue à toi t'as proposé. J'sais pas pourquoi t'as accepté d'ailleurs, c'totalement stupide comme plan."

Cela ne me surprenait pas trop, personnellement. Du danger potentiel et un nouvel endroit à découvrir? Tant que cela me sortait de mes ruminations habituelles, j'aurais été partant. Si j'avais eu un peu de jugeote, j'aurais trouvé autre chose par moi-même, mais je n'avais jamais été le gaillard le plus entreprenant du groupe. Lances-moi une idée débile, comme s'engager dans l'armée, et j'étais ton homme en autant que l'idée promettait assez d’action. Mais me demander de décider quelque chose par moi-même? J'étais plus du type à suivre la vague qu'à la créer.

"J'ai atterri avant toi ici, mais j'ai pas trouvé grand indice. Il y a une seule chose dont j'suis sûr."

Le gamin pointa le sol d'un mouvement de menton, mais je ne voyais rien de particulier. Je me penchai un peu vers l'avant pour bien regarder, histoire de ne rien manquer.

"Pour c'que ça vaut, j'suis désolé."

Quoi? Je n'eus pas le temps de répondre, pas le temps de me rattraper, rien. Une poussée et j'étais dans les airs. Arrivant de peine et de misère à me retourner dans les airs, je croisai les yeux du gamin qui semblait encore tout aussi triste et épuisé, comme fatigué de la vie. Un peu comme mes propres yeux en fait. Puis plus rien.

-------------------------------

C'était fini. C'était bizarre ce se revoir, tel que je l'étais avant mon arrivée dans l'Esquisse. Je n'arrivais pas à croire que j'étais tombé dans le panneau. Enfin, si, j'y croyais, c'était pour cela que j'avais raconté cette mer de conneries, mais une partie de moi avait cru jusqu'au bout que je m'en sortirais. Pardon, qu'il s'en sortirait. Surtout, je ne devais pas penser que ce type était moi. Sans aucun doute, c'était juste une blague morbide de l'Esquisse. Ce n'était pas comme si je pouvais exister en double. Bref, bye bye moi, c'est dommage, mais tu devais crever, pour mon propre bien.

Ce n'était pas que je me haïssais à ce point, seulement, je me connaissais. C'était déjà assez dur de me faire passer pour un enfant sans trahir mon véritable âge, quelqu'un aurait définitivement eu un doute en écoutant mon moi adulte s'exprimer et en remarquant les ressemblances entre nous deux. Déjà, j'avais donné mon vrai nom, cela aurait été un bel indice. Non, je n'avais pas eu le choix. C'était lui ou moi. Or, j'en avais marre de suivre la vague et de faire ce qu'on me disait de faire. C'était ce que j'avais fait toute ma vie. L'Esquisse, c'était ma deuxième chance. C'était le temps de vivre pour moi et j'avais décidé de revivre ma vie du début en tant que gosse. Adieu Lucas 1.0, c'était temps de laisser place à Lucas 2.0.

Tiens, quelqu'un avait du trouver le cadavre, parce que j'entendais des cris horrifiés en bas. Impossible qu'il ait survécu. Deux étages n'étaient pas beaucoup, mais il y avait un bac d'outils pointus juste en dessous, alors il avait dû finir empalé. Quelqu'un allait courir d'une minute à l'autre sur le toit pour voir ce qui s'était passé. Quel bobard pourrais-je bien raconter... Un Objet volant nous ayant attaqué pendant que je montrais la plaine à moi-même? Avec l'adulte qui m'a vaillamment poussé pour me protéger et qui a été projeté du toit par l'Objet qui a ensuite filé?

Pas mal, allons-y comme cela. Et surtout, laissons la sirène et les larmes de crocodile tomber à flot, cela serait plus convainquant. Un petit tremblement et le tour était joué.


1520 mots et c'est même pas fait exprès 8)
Juste comme ça, moi c'est Onyx, d'Esquisse, sans surprise.
Onyx [ES]
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum