Everything seems so Familiar, right ? LGIkJbc
Le Deal du moment : -32%
UGREEN Batterie Externe 20000mAH – 3 ports ...
Voir le deal
18.99 €

— Just Married —

Messages postés : 52
Inscrit.e le : 21/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Aleksandra Nikitovna Zelenka
Everything seems impossible until it's done.
Informations générales
Nom : Zelenka
Prénom.s : Aleksandra Nikitovna (le dernier est son patronyme qui découle du prénom de son père)
Surnom : Alia pour sa famille ; Alex ou Aly par les amis. Aucun d’eux ne l’appellent par son prénom complet à l’exception de son père qui l’appelait généralement par la combinaison de son prénom et de son patronyme : Alexsandra Nikitovna.
Âge : 32 ans, née le 04/06/2079
Genre : Féminin
Origines : Japonaise. Née d'un père Ukrainien naturalisé et d'une mère Japonaise.
Activité : Ancien procureur – Avocate pour une association d’aide aux victimes de sinistres et catastrophes naturelles
Sexualité : Asexuelle. Elle n’a pas le temps pour ces choses-là voyez-vous.
Avatar : OC - Charlie Bowater (?)
Réglement : -
Chemin Je reboot mon premier perso sur ce forum mais je ne garde pas tout, pas mal de changements en perspective ; pour ceux qui l’ont connue, saurez-vous les repérer ? 8D
Histoire - Citation
Ce qui m’est arrivé dans la vie ? Les expériences qui m’ont forgée ? Ce par quoi je suis passée et ce que je suis devenue. Qui suis-je ? Qui étais-je ?

Je suis née au Japon – comme la plupart d’entre nous – d’un père ukrainien et d’une mère japonaise. Origines slaves donc. Des racines que je ne découvrirai jamais au-delà des récits de mon père et d’autres expatriés. Une invitation au rêve.

Pause. Soupir.

Revenons plutôt à mes parents. Mon père est arrivé au Japon à l’aune de la trentaine. Il parlait à peine quelques mots de Japonais et ne connaissait rien à la culture nippone. D'ailleurs, s’il lui arrivait de parler de son pays natal, jamais il n’a évoqué auprès de nous les raisons de son départ et le choix du Japon parmi toutes les destinations possibles. Toujours étant qu’un an après son arrivée et enregistrement, maîtrisant à peine les rudiments du Japonais, il fût marié à une femme de huit ans sa cadette issue d’une famille conservatrice japonaise. En dépit de leurs différences et même si leur couple s’était formé autour d’une décision de l’Incontestable, leur mariage ne fut pas moins marqué d’amour et de compassion. La famille de ma mère, en revanche, eut bien du mal à accepter l’union. Heureusement pour nous, ils étaient originaires de la province de Kyoto et l’Incontestable avait décidé de marier mes parents du côté de la Capitale. Nous vivions en périphérie de Tokyo. La banlieue. Presque la campagne. Pour le reste du tableau, imaginez un couple d’origine modeste, entièrement consacré à leur travail. Et pour terminer, une fille unique à laquelle ils auraient cédé leur lune et le reste de l’univers.

Léger froncement de sourcil.

Je me souviens avoir toujours fait du sport, être ce genre de gamine qui ne tient pas en place, qui a besoin de s’occuper les mains et l’esprit. J’étais petite, agile et j’avais une quantité phénoménale d’énergie à évacuer. Naturellement mes parents m’ont orientée vers la gymnastique. J’en ai fait jusqu’à l’âge de quatorze ans à peu près, à un niveau régional. Je me souviens des entraînements chaque soir de la semaine et des compétitions pratiquement tous les week-end. Les courbatures, aussi.

En revanche, impossible de me souvenir comment je suis tombée de cet univers-là vers le free-running. Les entraînements quotidiens n’étaient-ils pas suffisant ? Etait-ce là un trait de ma nature ou l’influence d’un milieu que je n’avais choisi ? Une façon de trouver mon chemin et tracer ma voie ? J’étais un électron libre, incontrôlable, insaisissable. Je sais juste qu’un jour j’ai abandonné les justaucorps et les gymnases pour m’élancer sur les toits du quartier en jean et baskets. J’avais décidé de devenir cet élément rebelle et révolté.
C’était Hitomi qui avait mis le doigt sur mon tempérament sulfureux et indocile. La douce Hitomi. La meilleure compagne que la vie m’ait donnée. Ne vous trompez pas, je ne parle pas d’amour. Pas de cet amour physique et charnel du moins, ni de cette union de l’âme qui vous complète parfaitement. C’était plutôt l’association de deux âmes opposées qui se retrouvaient dans leurs différences. C’était ma meilleure amie, aussi banale puisse sembler cette expression. C’était une amitié dont les mots ne pouvaient en donner tout le sens.

Léger sourire. Nostalgique.

De gymnaste disciplinée je devins adepte de sensations fortes, me plongeant corps et âme dans un groupe de free-running avec Hitomi. Si les gens nous regardèrent dans un premier temps avec un mélange de surprise et de mépris, ils montrèrent rapidement de l’intérêt et de la curiosité. Nous étions les deux filles chétives du groupe ; Hitomi, celle qui ne reculait devant rien, et moi qui répondait aux ricanement de cet air agressif qui ne laissait place à la discussion. En l’espace de quelques mois, nous prenions part au groupe ; soudés par cette même passion, cette même envie de se dépasser. Repousser ses limites.

Et c’est sous cette aune-là que j’attaquais le lycée. Les groupes d’amis et de free-running étaient constitués, rien ne pouvait nous arrêter. Puis il y eut Mary avec son accent anglais et ses cheveux roux indisciplinés. La multitude de tâche de rousseur et ses sourires qui ne s’interrompaient jamais. Elle était belle, solaire.

Sa main droite la démange. Elle la gratte doucement, d’un geste nerveux qui ne cache rien de sa gêne.

Ce serait mentir de dire que je n’ai pas connu l’amour à ses côtés mais c’est encore douloureux de le reconnaître. Surtout après toutes ces années, toutes ces erreurs. C’est difficile de se retourner vers le passé et d’y reconnaître une lueur de bonheur qu’on n’a pas su retenir. Au lycée, Mary constituait l’ensemble de mon univers. Si Hitomi, ma meilleure amie, incarnait la douceur et la stabilité, Mary révélait toute l’étendue du sentiment de liberté absolue. Cette relation, la première de mon existence, j’y ai donné mon âme et mon cœur. J’ai tant appris à ses côtés, dans la joie et la souffrance malheureusement…

Nouveau soupir. L’espace d’un instant, un éclat triste passe dans le regard. Puis il s’éclipse aussi rapidement qu’il est apparu.

Fin du lycée, début des études supérieures. Mes parents n’acceptaient pas vraiment ma relation avec Mary. Je crois qu’ils redoutaient ce que j’ignorais avec obstination : l’Incontestable. Ce ne fut pas l’I.A gouvernementale qui mit fin à notre relation pourtant. Ce fut une lutte plus longue, plus âpre et qui fit bien plus de dégâts qu’une simple lettre et un ordre irrévocable. J’étais rentrée à l’université pour des études de droit. Mary, elle, s’était orientée sur une licence en chimie. Les premières années de faculté furent un véritable calvaire pour moi. Je m’accrochai pour tenir le rythme, rattraper ces années de travail bâclée, trop occupée à faire du Parkour pour m’intéresser à mes cours. Je crois que c’est comme ça que notre relation a commencé à s’étioler. J’étais moins présente, moins disponible. Trop occupée, pas assez impliquée. Tiraillée, épuisée physiquement et moralement, j’avais l’impression que Mary exigeait l’impossible de moi. Mais elle ne fut pas le seul sacrifice que mes études m’imposèrent. J’avais laissé de côté le free-running, perdant progressivement contact avec les amis du milieu. Y compris Hitomi.


Elle passe une main devant ses yeux, se masse les tempes du bout des doigts.

Ce qui devait arriver arriva, comme on dit. Mary finit par rompre et couper les ponts avec moi. C’est Hitomi qui m’apprit au semestre suivant qu’elle avait été mariée à un homme de dix ans son aîné. Je n’avais pas grand-chose à faire à ce moment-là. Je me suis contentée de serrer les dents, d’accuser le coup et de continuer ce que j’avais commencé : réussir mes études de droit. Et parce que la vie n’est pas si ingrate que ça, parce que les efforts paient, j’ai fini major de ma promotion à l’issue de mon master. Dans la foulée, je passais l’examen du barreau d’avocat avec succès. Sur ma lancée, j’intégrai une grande firme où je fus mise à rude épreuve dès le début. L’Incontestable profitant de l’élan de ma réussite me fit parvenir son fameux message. Celui qu’on attend avec un mélange d’impatience et de frayeur. Avec cette peur bien ancrée au fond de soi. Non pas la peur de perdre cette illusion de liberté qu’on avait jusque-là, je parle bien de la peur de l’inconnu.

A cette époque, je ne savais plus vraiment ce que j’attendais d’une relation. Il me fallait trouver une voie, entre le mariage et le travail, conjuguer avec tout ça. Je crois que ce qui nous a rapproché au début, mine de rien, c’est qu’on avait le même âge et cette même envie de réussir dans nos carrières professionnelles respectives. Nous étions finalement peu présents l’un pour l’autre mais nous arrivions à nous en accommoder, à s’aménager du temps pour apprendre à se connaître et s’apprécier. Les premières années se sont déroulées sous cet auspice et, je pense, que nous avions réussi à trouver notre équilibre dans tout ça. L’Incontestable avait vu juste en nous associant, non ?

La situation a fini par déraper, je crois, lorsque j’ai accepté une proposition pour intégrer un bureau de procureur. Professionnellement, j’avais l’impression de tout recommencer, d’être novice dans tout. Il fallait de nouveau faire mes preuves, montrer que j’étais à la hauteur du poste et des attentes. Mon mari n’avait sans doute pas de telles aspirations. Après les premières années passées dans l’œil du cyclone, peut-être attendait-il quelques éclaircies dans notre relation ? Je dois avouer que j’ai eu du mal à comprendre sur le coup. Encore aujourd’hui je ne suis pas bien sûre de savoir où je me suis plantée. Quel chemin aurions-nous dû emprunter ?

Nouveau soupir. Profond. Presque une hésitation.

Je n’aime pas vraiment me pencher sur cette partie de mon passé. Je dois bien le reconnaître. Mais je sais aussi qu’en parler est une forme de catharsis...J’étais jeune, ma carrière en plein essor. Comprenez-bien. Il est si facile de prétendre que les choses auraient pu se passer autrement. Que j’ai laissé les événements se précipiter, m’échapper. C’était des reproches au début, de ceux qui grattent l’égo et alimentent le ressentiment. Des reproches qui conduisent, inévitablement, aux premières confrontations, aux éclats de voix et aux mots lancés avec énervement. De ces mots lancés dans le seul but de fissurer la défense de l’autre, de blesser l’autre. De nous faire mal. Et surtout, ne pas rejeter devant ses idéaux, ne pas ployer sous les valeurs de l’autre.

Je voulais que notre mariage réussisse, de tout mon cœur et de toute mon âme, mais je n’étais pas prête à sacrifier mon travail pour autant, toutes ces années de travail acharné. C’était ça la source des reproches, la raison intrinsèque de toutes nos disputes. Il n’était pas satisfait de notre situation et moi, pendant ce temps, je n’acceptais aucun compromis et continuais mon numéro d’équilibriste. Je dansais entre toutes mes obligations, parfois sur la corde raide, tirant sur mes réserves physiques et psychologiques. Quant aux disputes, je finis par faire le dos rond. Courber l’échine et laisser le souffle passer, attendre l’accalmie.

Ses mains se resserrent l’une contre l’autre, convulsivement.

Franchement, je ne sais pas comment nous en sommes arrivés là. Je me souviens de moments où il hurlait, se rapprochait de moi jusqu’à me heurter avec sa colère mais ce matin-là, quelque chose d’autre est entré en jeu. Le week-end commençait, j'étais penchée sur un de mes dossiers. Je voulais l'écluser avant de penser à un quelconque repos. Il n'était pas du même avis. De nouveaux reproches, encore...Honnêtement, je ne comprends pas ce qui a pu déclencher tout cela. Nous avions déjà dépassé le stade des mots qui laissent de profondes entailles mais jamais je n’aurais cru en arriver là. Je me souviens d’avoir été secouée, de m’être défendue en criant plus fort encore. Il était déjà trop tard pour enrailler l’ascension et je m’en rendais compte seulement maintenant. Alors j’ai fui, je me suis réfugiée chez une collègue de travail pour le reste de la journée. Le soir, quand je suis rentrée, il m'a sourit comme s'il était désolé, comme s'il aurait aimé que rien ne se soit passé. Nous n'en avons pas reparlé. Deux jours plus tard, je recevais la décision de l’Incontestable annonçant notre divorce.

Elle inspire profondément, reprend un rythme plus lent, moins saccadé.

La providence non ? Certains pourraient en rire mais j’ai remercié l’I.A. gouvernementale de toute mon âme. La semaine suivante, j’emménageai dans mon nouvel appartement et coupai totalement les ponts avec mon ex-mari. Je refusais même de retourner dans notre ancienne habitation pour récupérer le reste de mes affaires. J’ignorais ce qu’elles sont devenues. A dire vrai, je m’en moque un peu aujourd’hui. A l’époque, je ne pensais qu’à une chose : reprendre ma vie en main. J’avais trente ans et je ne voulais plus entendre parler de relations ni de mariage. Aujourd’hui encore, je dois l’admettre, je crains la prochaine décision de l’Incontestable. Pour le moment, il m’a laissée tranquille. Certainement pour me reconstruire. Oui, ça doit être ça.

Un sourire un peu gêné vint fendiller le masque impassible de son visage.

En tout cas, j’étais prête à recommencer une nouvelle vie et, pour commencer, j’ai poursuivi ma carrière de procureur.

Léger rire.

Que voulez-vous, c’est difficile de décrocher une fois qu’on rentre dans ce genre de carrière. Il y a quelque chose d’addictif. Un peu comme le free-running, vous voyez ? Je voulais absolument m’en sortir, prouver que j’étais en mesure d’épauler mes collègues plus âgés ou expérimentés. Il fallait que je montre de quoi j’étais capable. Je crois bien que je serais encore procureur aujourd’hui s’il n’y avait pas eu le tsunami. Si la ville de Tokyo n’avait pas été ravagée. J’y ai perdu mes parents, emportés dans le désastre, et une bonne paires d’amis d’enfance. Avec ma façon d’aborder les coups durs, vous pourriez-vous dire que j’ai surmonté leur deuil en me dédiant plus encore au travail. Pourtant j’ai tout plaqué. Le lendemain de la catastrophe, je ne me présentais pas au travail et je descendais dans les rues pour aider à chercher les rescapés dans les décombres. Moins d’une semaine plus tard, les corps de mes parents étaient retrouvés dans les vestiges de leur maison. Le lendemain je déposais une lettre de démission sur le bureau du chef procureur. Je vous l’ai dit, j’ai tout plaqué.

Les mois suivants, j’ai poursuivi l’aide auprès des rescapés et j’ai intégré une association gouvernementale qui s’occupait de rechercher les disparus et de venir en aide aux rescapés qui avaient perdu tous leurs biens. J’ai fini par me positionner aujourd’hui sur un poste d’avocat pour venir en aide à ces gens-là, pour les aider à régler et défendre leurs différends en terme d’assurance ou d’héritage par exemple. Je fais toujours partie de cette association gouvernementale et, alors que je croyais que nous touchions enfin à la fin de cette catastrophe, l’épidémie a fait son apparition. J’ai vu sur les différents réseaux les cas d’épidémie et les premiers décès. J’en ai tremblé les premières nuits. Tokyo se relevait à peine de Shukumei, l’Incontestable lui-même avait subi des déboires et voici qu’une épidémie décidait de remettre le couvert !

Elle se redresse puis s’éclaircit la gorge.

Ce que ces événements m’ont appris en revanche, c’est qu’il ne faut rien regretter et surtout, aller de l’avant. Aujourd’hui, en tout cas, je peux m’estimer heureuse, plus que je ne l’ai été par le passé. En tout cas, peu peuvent en prétendre autant dans cette société malade.

Elle se penche et appuie sur le dictaphone. L’appareil s’arrête dans un clic mécanique. Elle en sort la cassette et admire un instant les reflets de la bande magnétique. Une antiquité. Un objet que l’Incontestable ne peut posséder. Elle sourit tristement puis range la cassette et le dictaphone dans un tiroir qu’elle ferme à clé. Aleksandra se lève puis quitte son fauteuil. Son cours de yoga l'attend.
Physique
Petite, menue, frêle. Ce sont les premiers adjectifs qui parviennent en général à l’esprit du premier observateur. Il est vrai que du haut de son mètre cinquante-huit, Aleksandra n’imposait pas par sa taille. Et si elle offrait un physique svelte dotée d’une musculature sèche et marquée, elle n’en demeurait pas moins chétive. La silhouette se voulait déliée, délicate même mais ce qui empêchait de faire cette femme un être fragile, c’était assurément ses regards.

Ses yeux brillaient d’un éclat dur et métallique. Ils prenaient la teinte d’un ciel d’hiver, mêlant habilement le bleu et le gris. Surmontés de sourcils volontaires et expressifs, ses yeux constituaient un atout incontestable. Oh le visage ne manquait pas de charme lui non plus avec ces traits fins et délicats dans lesquels on devinait incontestablement ses origines véritables : les yeux légèrement en amandes, un nez droit, trop fin, trop marqué, des pommettes saillantes et une mâchoire volontaire; et puis au milieu de tout cela une bouche charmeuse et généreuse dont les sourires se faisaient de plus en plus rares.

Pour le reste, la peau était pâle, presque délicate. D’un blanc ivoirin, parfait sous lequel on ne distinguait aucune marque à l'exception d'imperceptibles taches de rousseur que le soleil aimait à faire ressortir. Elle avait bien eu des tatouages par le passé mais elle les avait tous fait retirer. Faire table rase, ne garder aucun souvenir. Et pour contraster avec son teint diaphane, sa chevelure se faisait d’un noir profond, insondable. Des cheveux qu’elle portait courts où jouaient une multitude de reflets, accrochant la lumière et sublimant les ombres à leur façon. Ils encadraient son visage d’une manière élégante et disciplinée.

Somme toute, Aleksandra constituait une jeune femme d’une beauté remarquable pour ceux qui savent apprécier les appâts de l’exotisme. Et son charme n’était que sublimé par cette conscience de cette beauté qu’elle méprisait. Elle aurait pu en user, s’en parer et en faire une arme mais elle en avait décidé autrement. Et de cela elle n’en était que plus exquise, plus rare et convoitée.

Ce mépris du beau se lisait d’ailleurs dans ses choix vestimentaires. Non pas qu’elle s’habillait mal ou sans goût, loin de là. Disons que les choix se faisaient dans une esthétique pure et simple de ne pas mettre en valeur les atouts de sa beauté. Elle optait donc pour des tenues fonctionnelles et sobres et ignorait tous les apparats pourtant si fréquents de son genre.

Caractère
Spoiler:
Energie. Elle n’était qu’énergie pure. Indomptable, insaisissable. Elle débarquait dans votre vie, emportait tous vos doutes et vous traînait dans son sillage. Elle était convaincue qu’aucune peur ne pouvait l’atteindre, à dire vrai, elle faisait en sorte que rien ne puisse la faire douter ou hésiter. Elle fonçait simplement à la poursuite de ses rêves. Sans douceur.

Puis le temps et les rencontres firent leur office. De l’enfant rebelle et indomptée naquit une jeune femme dynamique et volontaire. Les responsabilités allant avec l’âge, elle apprit à se conformer aux attentes qu’on lui imposait. Elle apprit la discipline et la patience sans jamais perdre de sa combativité. De l’amour, elle s’initia à la douceur et l’écoute de l’autre. Et si elle s’arrêtait pour reprendre son souffle, c’était simplement pour calculer la prochaine trajectoire qui l’emporterait.

Mais un jour, un souffle parvint à ébranler l’indomptable flamme. Si elle en fut secouée au risque de s’écrouler, elle n’en oubliait pas la détermination qui avaient jusque-là guidé sa vie. Ainsi ses sourires se firent plus tristes, plus rares aussi, elle en apprit le poids de ses devoirs et le don de soi.

Aujourd’hui, Aleksandra compose un personnage aux contours flous, abstraits. Si elle n’a rien perdu de son inébranlable optimisme, elle a fini par apprendre la tempérance. Bien qu’elle demeure d’un tempérament doux et pensif, elle sait faire preuve d’une fermeté et d’une autorité surprenantes lorsque les situations l’exigent. Calme et réfléchie, elle présente désormais un profil plus mature et incontestablement cérébral. Aleksandra observe soigneusement, calcule puis agit. Et de cette formidable capacité d’observation et d’analyse découle une femme peu expressive aux traits durs, inaccessibles. Avec l’expérience, la jeune femme s’est forgée une solide protection sous laquelle elle ne laisse échapper ni le doute, ni les sentiments hasardeux. Elle s’est faite plus affirmée et plus confiante. S’il n’y a qu’une chose encore capable de l’effrayer, c’est de perdre le contrôle de la situation et de sentir les événements lui échapper.

Mais si vous demandez à l’entourage de la jeune femme ce qui la définirait le mieux, tous vous répondraient invariablement son incapacité à pouvoir dire non. Ayant ce besoin urgent de se sentir utile et impliquée. Aujourd’hui, Aleksandra ne marquera pas une hésitation pour venir en aide ou rendre service à ses proches. Et de son passé, elle a gardé la ténacité. Cette volonté à se donner tous les moyens pour parvenir à l’objectif fixé. Ayant développé une résistance à la fatigue et à la douleur exacerbée, elle n’hésite pas à mettre sa santé en danger pour parvenir à ses fins. Ancienne adepte des sensations fortes, Aleksandra a remplacé cette addiction-là par le fait de s’investir complètement dans ce qui lui tient à cœur, quitte à dépasser ses limites pour cela.

Et si d’aventure quelqu’un oserait comparer ce tempérament à ses pratiques par le passé, elle ferait simplement la sourde oreille. Aleksandra refuse de reconnaître d’avoir troqué une addiction pour une autre. Pourtant, dans son sommeil, il lui arrive encore de rêver de free-running. Chaque fois qu’elle se trouve en hauteur, ses mains se mettent à transpirer légèrement. Le front collé à la baie vitrée de son appartement, elle se plait parfois à regarder la cité et imaginer des parkours possibles depuis les toits visibles en contrebas.
Mais ce que le fil des ans a érodé chez elle, c’est bien sa combattivité. Aujourd’hui la jeune femme a absolument horreur des conflits et cherche à les éviter au possible. Veillant à conserver son calme en toute circonstance, elle cherche toujours à démêler paisiblement les situations. Ainsi, lorsqu’elle est poussée dans ses retranchements, elle ne laisse pas éclater sa colère mais se montre au contraire très froide et glaciale. Elle use alors d’une langue acérée pour remettre à leur place ceux qui l’incommodent et n’hésite pas à utiliser sa franchise pour blesser. Ce qui a véritablement changé par rapport à la jeune femme rebelle et désinvolte, c’est qu’elle le regrette presque aussitôt une fois la pression retombée. Aleksandra n’aime pas l’idée de savoir que quelqu’un lui tient rancune ou qu’elle ait pu blesser une personne. Ainsi elle cherchera à se faire pardonner si possible. Le cas échéant, elle veillera à l’éviter soigneusement et à se faire oublier.

— Just Married —

Messages postés : 187
Inscrit.e le : 19/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Armel ♡
Autre: ✚ Parle en : #E30A4F
Hello beauty ! Re-bienvenue !

Bon j'ai pas encore lu mais je voulais d'abord t'accueillir, bon sang !!! ALY QUOI !!! J'espère que tu vas t'éclater avec cette nouvelle version, je ressens un puissant élan de nostalgie là, mais j'suis sûr qu'elle déchire tout ♥ (Sa 1ere version restera pour toujours dans mon kokoro Everything seems so Familiar, right ? 3637992759)

Et sur ce j'vais m'octroyer un petit peu de lecture maintenant héhé. *branche ses yeux*

Bon courage pour la validation !  Everything seems so Familiar, right ? 2244379341
— Just Married —

Messages postés : 159
Inscrit.e le : 10/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Temporaire
Autre: Reste Fuyuka dans le cadre professionnel
J'aime ta façon d'écrire ** re-bienvenue alors ! Et je veux un lien **
— Just Married —

Messages postés : 52
Inscrit.e le : 21/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Merci vous deux <3

Evidemment, Michiko, j'te réserve un lien. On a largement de quoi trouver des idées sympa avec leurs points communs ! Everything seems so Familiar, right ? 2244379341
la Brute

Messages postés : 238
Inscrit.e le : 18/07/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
J'aime beaucoup ce que je lis. Everything seems so Familiar, right ? 4115966937
Bon courage pour la validation. \o/
— Just Married —

Messages postés : 52
Inscrit.e le : 21/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
♥ Kintaro je t'aime ! ♥

Messages postés : 300
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kintaro N. Bolosski
Autre: [color=#996666]


Bon retour à Alex dans l'aventure qu'est JM ♥
La fiche est tellement bonne à lire, toujours une aussi belle plume Everything seems so Familiar, right ? 2837215391
(Ce perso illu omg, j'aime j'aime j'aime Everything seems so Familiar, right ? 501520050 )
— ★ —

— ★ —
Messages postés : 3178
Inscrit.e le : 02/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Jin Rey
Autre:
J'aime beaucoup ta plume (oui un de plus) et l'histoire d'Aleksandra ^^.
Et puis hanw le free-running :3.
Rebienvenue ici !
Clumsy Seiyuu ❤

Messages postés : 235
Inscrit.e le : 07/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Nocturne Daisuke ♥
Autre: On s'regarde un animé ?
Rebienvenue !

Magnifique avatar en prime *-* bien hâte de voir ce nouveau personnage RP :3
— Just Married —

Messages postés : 52
Inscrit.e le : 21/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Merci à vous, c'est très gentil et ca fait vraiment plaisir =)

Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
le Dim 24 Nov - 0:20
Un reboot Everything seems so Familiar, right ? 1518348080
Fight j'espère que ce perso ça va le faire Everything seems so Familiar, right ? 1362171446
Invité
— STAFF JM —

Messages postés : 3314
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Re-bienvenue sur le forum ! Everything seems so Familiar, right ? 1362171446

Je savais que j'avais vu cet avatar ! Merci Benben qui m'a permis de retrouver le pseudo x)

Histoire

♠ Il ne parlait pas un mot de Japonais et ne connaissait rien à la culture nippone. → Même s'il existe des écoles pour apprendre le japonais aux étrangers, il vaut mieux connaître au moins les bases en venant au Japon. Il a pu les apprendre par correspondance par exemple mais il lui faut au moins les bases. Les nippons savent certes parler anglais mais les panneaux, la majorité des enseignes, etc sont écrits en japonais alors si le père ne connait rien du tout à la langue, il est dans la merde Everything seems so Familiar, right ? 4158426957
♠ et moi qui répondaient
♠ il y eu
♠ qui ne cache rien de se gêne. → sa gêne, j'imagine ?
♠ où il hurlait, se rapprocher de moi
♠ Alors j’ai fui, je me suis réfugiée chez une collègue de travail. Deux jours plus tard, je recevais la décision de l’Incontestable annonçant notre divorce. → Elle n'a fui que quelques heures chez sa collègue ou plus longtemps ? Everything seems so Familiar, right ? 517494357 Attention parce qu'étant mariée, elle ne peut pas fuir trop longtemps vu qu'elle a toujours des devoirs à accomplir et que ça peut aussi être pris pour de la désobéissance envers l'Incontestable. Et si c'est le cas, elle se fera embarquer par la milice. Everything seems so Familiar, right ? 4115966937
♠ et coupait
♠ Tokyo se relevait à peine de Fukumei → Shukumei x)

✗ J'ai vu que t'as parlé de l'épidémie mais concernant ce qu'il y a eu juste avant celle-ci, ça ne l'a pas plus touchée que ça ou elle a quand même un avis sur l'extinction de l'Incontestable ?

Caractère

♠ Et de cette formidable capacité d’observation et d’analyse découlent une femme

Validé !

Physique

Validé !

Conclusion
Très peu de choses à redire sur ta fiche. J'ai vu quelques coquilles par-ci, par-là mais ça ne gêne en rien la lecture. J'aime beaucoup comment t'as raconté son histoire, on a l'impression que le personnage s'adresse directement à nous et elle est vraiment sympathique aussi. Je te laisse donc corriger/modifier les points relevés et ça devrait être bon. o/


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3
Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Everything seems so Familiar, right ? Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
— Just Married —

Messages postés : 52
Inscrit.e le : 21/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
♠ Il ne parlait pas un mot de Japonais et ne connaissait rien à la culture nippone. → Même s'il existe des écoles pour apprendre le japonais aux étrangers, il vaut mieux connaître au moins les bases en venant au Japon. Il a pu les apprendre par correspondance par exemple mais il lui faut au moins les bases. Les nippons savent certes parler anglais mais les panneaux, la majorité des enseignes, etc sont écrits en japonais alors si le père ne connait rien du tout à la langue, il est dans la merde → Corrigé ! J'ai dis qu'il baragouinait seulement quelques mots. L'idée c'était de partir sur le fait qu'il s'est retrouvé vraiment paumé en arrivant car il ne connaissait rien au pays, ses moeurs et pas vraiment sa langue. Je voulais accentuer le fait que choisir le Japon pouvait paraître bizarre. J'aimerais réussir à caser quelques références là dessus dans les futurs rps d'Aly (peut-être même developper plus d'éléments au un semblant "d'intrigue").

♠ J'ai corrigé les fautes qui traînaient. Bon sang quand j'ai posté j'me suis dit que ca devrait le faire, que j'avais pas mal relu et pourtant j'en ai laissé traîner plein XD Comme quoi quand on a le nez dessus, à certains moments, on n'arrive plus à les repérer Everything seems so Familiar, right ? 2579413762

♠ Alors j’ai fui, je me suis réfugiée chez une collègue de travail. Deux jours plus tard, je recevais la décision de l’Incontestable annonçant notre divorce. → Elle n'a fui que quelques heures chez sa collègue ou plus longtemps ? Everything seems so Familiar, right ? 517494357 Attention parce qu'étant mariée, elle ne peut pas fuir trop longtemps vu qu'elle a toujours des devoirs à accomplir et que ça peut aussi être pris pour de la désobéissance envers l'Incontestable. Et si c'est le cas, elle se fera embarquer par la milice. Everything seems so Familiar, right ? 4115966937C'est bon, j'ai juste dit qu'elle s'est réfugiée pour la nuit. Je n'ai pas jugé nécessaire de préciser qu'elle est rentrée le lendemain et que c'était pas facile/facile (je voulais pas que le paragraphe rentre trop dans le registre "pathétique".

♠ Tokyo se relevait à peine de Fukumei → Shukumei x) →C'est drôle dans un sens, un mélange entre Fukushima et Shukumei Everything seems so Familiar, right ? 989377927 Mea culpa, c'est corrigé.

✗ J'ai vu que t'as parlé de l'épidémie mais concernant ce qu'il y a eu juste avant celle-ci, ça ne l'a pas plus touchée que ça ou elle a quand même un avis sur l'extinction de l'Incontestable ? →J'ai évoqué les "déboires" qu'a rencontré l'Incontestable pour parler des bugs puis du black out. C'est vrai que je suis restée très vague. Dans l'idée, elle a trouvé ça évidemment bizarre voire inquiétant mais, très rationnelle, elle s'est dit que c'était sans doute dûs à la destruction partielle puis reconstruction de Tokyo et que tout était correctement géré. Aly a foi en l'Incontestable et fait confiance aux systèmes et aux personnes qui s'en occupent. C'était inquiétant mais elle n'avait pas envie de s'en faire davantage (après tout ce qu'elle a subi avant) et n'en avait pas tellement le loisir.

Bien, j'espère que tout est bon et que je n'ai rien oublié :) Merci pour cette analyse Everything seems so Familiar, right ? 2244379341
— Just Married —

Messages postés : 834
Inscrit.e le : 02/09/2015

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Rajaa Edo
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
"Il faut fêter ce renouveauuuuuu!"
Non promis... Je chanterai pas!
Bonne validation!
— STAFF JM —

Messages postés : 3314
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
C'est presque bon. Il y a juste cette histoire de fuite à revoir. Parmi les obligations, outre le fait de devoir s'embrasser, faire une activité, un repas, etc il y a aussi le fait de devoir dormir avec son époux. Même s'il la frappe, elle doit passer la nuit avec lui. Elle peut donc se rendre chez sa collègue durant quelques heures, le temps que l'époux se calme mais après elle doit rentrer et dormir avec lui. Everything seems so Familiar, right ? 4115966937

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Everything seems so Familiar, right ? Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
— Just Married —

Messages postés : 52
Inscrit.e le : 21/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
En effet, c'est problématique. J'ai apporté les modifications nécessaires : l'accident se passe un matin de week-end, elle s'est simplement enfuie la journée et ils se sont retrouvés le soir.

Vouala ! Everything seems so Familiar, right ? 2631673787
— STAFF JM —

Messages postés : 3314
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
C'est tout bon. Amuse-toi bien o/


Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Everything seems so Familiar, right ? Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum