L'amour est abnégation 200803042355296862
-22%
Le deal à ne pas rater :
Apple AirPods Pro
219 € 279 €
Voir le deal

— Just Married —

Messages postés : 192
Inscrit.e le : 04/01/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Bbeto ♥
Autre: Merci Izumims et Milou pour les vavas ♥
Nagahiko Zen'itsu NAKAGAWA
"Un dernier verre?"

Généralités
Nom ;; Nakagawa
Prénoms ;; Nagahiko Zen'itsu
Âge ;; 22 ans,  12 mai 2089
Genre ;; Masculin
Origines ;; Germano-nippon
Activité ;; Barman
Sexualité ;; Bisexuel
Avatar ;; Saber de Fate Prototype
Règlement ;;
Chemin ;; Un top-site, je ne saurais me rappeler lequel
Commentaire ;; La police noire/bleu marine des champs sélectionnés et des champs du profil fait mal à mes petits nyeux sur le fond noir ;_;
Histoire
"C'est un garçon-, nous allons avoir un garçon, Renji!"
Une jeune femme aux cheveux d'un blond éclatant interpelle son mari, alors qu'ils partagent les 20 minutes à discuter de leur enfant à naître, comme le demande l'Incontestable. Elle a choisi de lui faire la surprise de lui annoncer le sexe du bébé, de ne pas lui dire avant son retour à la maison. Nadeshiko Nakagawa, née Bernritt, repense soudain au visage usé de son père, alors que sur son ventre tendu, la chaleur diffusée par la large main de Renji semble être la seule chose réelle.
Ils étaient bénis, vraiment. Un amour né en voyage d'affaires, au détour d'une soirée cocktail. Deux ans plus tard, la sacro-sainte lettre rose. Et maintenant, tout cela se concrétise.

---

Au bout de six mois, pile à l'heure, les cris d'une femme épuisée laissent place aux premières d'une longue liste d'infantiles jérémiades.
"-Salut, Nagahiko! Comment vas-tu, mon vieux?" Très bien, qu'il va, le petit Naga!
Trois kilos six, une santé robuste et une croissance excellente. Le couple était comblé. Parfait exemple d’intégration réussie, une fille de gaijin et un jeune homme à l'ascendance japonaise très ancienne donnent naissance à un enfant en pleine forme.
L'enfance de ce dernier se passe sans encombres, et n'est pas vraiment intéressante, à vrai dire. Jusqu'à un jour, durant la seizième année de la vie de Nagahiko.

Sans qu'il ne sache vraiment pourquoi, ce matin-là, les élèves étaient agités. La classe fourmillait d'une tension, de débats idéologiques à voix basses, d'amourettes pétrifiées dans l'instant, comme attendant une sentence forcément terrible. Promenant mollement ses émeraudes depuis le fond de la classe, le blond n'en comprend pas tout de suite la cause.
Se lever. Saluer. Se rasseoir. La réalisation lui procure la même gêne que le crissement collectif des douze chaises de la salle. Aujourd'hui, ils seront informés sur le système de l'Incontestable. Déjà, l'altruiste romantique caché sous la tignasse couleur blé d'or s'agite. Au confins de la classe, la bête grogne, montre les crocs, grossit le dos.
Le système est bon, pense-t-il, Les gens s'isolent, bien contents de laisser la technologie régir toutes les facettes de leur vie... pourquoi pas celle-ci?
S'il imagine le chagrin de certains de ses camarades, Nagahiko ne comprend pas leur indignation. Ils le savaient bien, pourtant... Certes, ne pas choisir son conjoint peut paraître déchirant... mais ils ont seize ans! La plupart des couples qui se plaisent à rejouer le dernier acte de Roméo et Juliette n'existent que depuis quelques mois, tout au plus. Leurs passions déchaînées seront oubliées dès l'hiver prochain, alors que les uns et les autres découvriront l'éventail de choix que leur vie professionnelle à venir présentera devant eux.

Le blond sait déjà ce qu'il veut. Il montera un bar. Il permettra aux gens de se rencontrer, interagir. L'Incontestable est un mal pour un bien. Les âmes sœurs n'existent pas de toutes façons. Seulement, il faut aller plus loin. Pousser les gens à sortir, relancer l'économie des loisirs "analogiques", ceux qui entrainent rires, chaleur humaine et complicité. Son demi-frère et ses deux petites sœurs ne peuvent pas être les seuls véritables partenaires de jeux...

La croyance en un système bon montre ses premières failles une soirée d'hiver, en 2108. La violente contestation des Incontrôlables ébranle les convictions du jeune homme en même temps que les rues de Tokyo. Tous ces gens sont malheureux... Lui, non marié, en études de commerce, dans une famille qui a les moyens de lui payer cette éducation, pour qui l'Incontestable a eu la bonté de lier deux personnes déjà éprises l'une de l'autre, ne peut pas les comprendre.
"-Pourtant... Et, comprends-moi bien, les violences qui ont eu lieu n'ont aucune justification, mais quelle proportion de la population a la chance d'être heureux en ménage? Deux, trois pourcents? Sans une loi punitive, les Japonais seraient-ils autant enclins à former des couples stables, à défaut d'être heureux? La moustache fournie et bien taillée de Renji remue, secouée par le rire attendri d'un père face aux questions sottes de son fils aîné.
-Évidemment, c'est compliqué aux début... Même pour ta mère et moi, alors que nous étions amoureux l'un de l'autre depuis déjà quelques mois, sans le savoir. Mais, Nagahiko, la chaleur humaine, la douceur d'avoir une moitié sur qui compter, se reposer émotionnellement, c'est une chose que nous avons oublié de chercher naturellement. Alors oui, une machine le fait pour nous. Pour notre bien, pour la pérennité de notre société." L'ingénieur d'affaires sourit, accompagnant sa phrase d'une tape amicale sur le dos de son fils:
"Et puis, toutes les relations demandent des efforts. D'énormes efforts. L'aide des ordinateurs nous a seulement fait confondre ces efforts pour de l'injustice, d'où la colère des gens qui se sentent floués par des unions qu'ils considèrent contraires à leurs valeurs."
C'en est resté là. C'aurait dû en rester là.

Si seulement c'en était resté là!

---

Une soirée de fin d'année. Ne pouvant manquer une -bien trop rare!- occasion d'interagir avec beaucoup de gens sans passer par une plate-forme de chat, et, ne nous mentons pas, découvrant peu à peu son faible pour le whisky, Naga arrive à la soirée le sourire aux lèvres. Pour découvrir une litanie de jeunes gens, étudiants, jeunes travailleurs, senpai comme kouhai, sur leurs téléphones. Alors que son sourcil gauche s'arque d'exaspération, le blond regrette avoir seulement espéré qu'une soirée suffirait pour faire lâcher ces maudites dalles aux gens. Accoudé au bar, il les regarde se glisser leurs écrans respectifs sous les yeux, partageant, à défaut d'une discussion, les moments les plus marquants de leur séjour sur le net.
Il suffit. Nagahiko sert verre sur verre, bières, cocktails, quelques verres d'eau -pour ces rabats-joie qui n'aiment pas la liqueur-, et fourre, de gré ou de force, un verre dans toutes les mains libres qu'il croise.
Sa tournée finie, debout sur la table, le blond lance un toast.
"-Puisque nous sommes ce soir sortis de chez nous, certains sur ordre de l'Incontestable, d'autres sous la pression de leurs proches, et quelques badauds tels que moi venus interagir maladroitement avec des inconnus de vive voix... Il lève son verre, tapant du pied pour ne surtout pas perdre l'attention de ceux qui jouent encore le jeu. -Laissons l'alcool faire ses miracles de désinhibition! Prost!"
Et voilà quinze jeunes japonais qui lèvent timidement le coude. Sautant au sol, Nagahiko observe avec un sourire attendri les discussions maladroites et très franchement réprobatrices de la façon avec laquelle il a forcé la soirée à démarrer.

Errant d'une discussion gênée à une autre, Nagahiko finit par tomber sur cette fille. Abordé par un sarcasme sur son -fantastique!- toast d'ouverture, le jeune homme se fend d'un léger rire entre deux gorgées de bière.
"-S'il me faut être ridicule pour rencontrer des jolies filles, je serais le meilleur clown de tout le Kanto -non, tout le Japon!" Accompagnée d'une position classe venue d'un manga populaire, et malgré le rouge qui lui monte aux joues, la réponse du blond semble faire l'affaire. Elle fait rire, en tous cas. Le début d'une belle amitié, on dirait.


Quelques mois plus tard vient une fête que Naga avait organisée chez lui. Il décide d'inviter Setsuka, il souhaite partager cette soirée avec elle, entre autres. La curiosité que le blond a envers les gens en général n'est que plus forte pour la jeune femme. Sans pouvoir mettre le doigt sur un aspect de la belle, une facette d'elle qu'elle ne révèle pas aux autres plus qu'elle ne la dissimule... Un peu comme un labyrinthe où la sortie est indiquée, mais aucun panneau ne mène à la salle aux trésors.
Bah! Setsu a son intimité, comme tout un chacun., se dit le blond. Il ignore cette sensation étrange, ce pincement qu'il ressent devant son regard absent, égarée qu'elle est dans ses pensées. Setsuka a toujours été rêveuse, comme beaucoup de gens. La jeune femme s'évade dans ses pensées, sûrement bien plus intéressantes que nos réalités. Le principal atout de l'alcool n'est-il pas qu'il désinhibe, envers les autres comme envers soi?
La soirée entre amis chez Nagahiko continue. Il a de la chance, entre ses parents et son travail à mi-temps, il dispose d'un appartement deux pièces, de ceux que les célibataires travaillant à plein temps peuvent s'offrir. Autant qu'elle aille s'isoler dans la chambre pour vivre les fantaisies que son esprit lui fournissent. Il arrive à tout le monde de vouloir se retrouver seul quelques instants, loin des regards jugeurs et de la pression du groupe.

C'est ce que Nagahiko espérait de tout cœur qu'il se passe.

La soirée finie, le blond congédie tous ses amis. Bukser, le chiot que ses parents lui ont offert à son anniversaire cette année-là, est déjà endormi sur un de ses vieux t-shirts. La boule de poils rouge et blanche tressaillit régulièrement au rythme de ses respirations. Setsuka n'est pas revenue de la chambre. Elle doit s'être endormie, cette petite caisse!
Notre protagoniste ouvre la porte, voit la masse sombre de Setsuka étendue sur le lit, dans la pièce sans éclairages.
Il n'entend pas le cliquetis de l'interrupteur. Tout ce qu'il voit, les seules informations que son cerveau accepte de traiter en ce moment, c'est la paille de fortune sur la table de chevet, la farine dispersée à la hâte qui contraste contre le meuble noir. La soudaine réalisation qu'il n'est jamais allé la chercher lorsqu'elle s'isolait, l'air de vouloir en finir une fois pour toutes avec les cons que Naga appelle "amis". Le choc, le désespoir, la culpabilité.

Nagahiko n'avait jamais compris que Setsuka était accro à la blanche.

Au réveil de la belle, elle se fait engueuler. Mais comme il faut. La coke, l'alcool, le faciès hagard d'une vilaine redescente, c'en était trop pour le blond. Et puis, "-Setsu, MERDE! TU TE FOUS DE MA GUEULE?!"
Depuis, Naga n'a eu de cesse d'obliger Setsuka à améliorer son hygiène de vie. En contrepartie, le blond n'a même plus le droit de se griller une cigarette tranquillement en sa présence.

C'était un soir tranquille. Forcément, avec trois typhons, un tremblement de terre, le tsunami qui s'ensuit. Bukser, terrorisé par les quelques jours qu'il vient de passer, ne lâche plus Nagahiko, sous peine de couinements et d'aboiements incessants. Grattant le menton de la bête, Naga le nargue, perché sur le canapé:
"-Bah alors, le fauve! Tu fais moins le fier que d'habitude!" pour toute réponse, le blond a le droit à une léchouille anxieuse sur le nez. L'appartement est sans dessus-dessous, les quelques meubles qui ont survécu intact aux secousses et au vent se font ronger par l'humidité.
Un regard absent se fixe vers feu les pantoufles de Nagahiko. Après l'étape où Bukser se faisait les dents dessus, est venu le temps des catastrophes. Le système de communications ne fonctionne pas. Le réseau reste muet. Surchargé par les appels, ou simplement limité par les autorités aux messages vraiment urgents.
Incertain, le rythme cardiaque toujours un peu trop élevé, le jeune homme s'efforce de ne pas penser à Setsuka. Ses parents sont depuis longtemps en retraite dans les belles contrées du monde. Leurs vacances en Allemagne chez la famille maternelle risquent de s'allonger quelques jours. Voulant oublier son amie en pensant à ceux de son sang, voilà que Nagahiko ne peut empêcher sa jambe gauche de frémir. Il écrase la sixième cigarette de son paquet dans le cendrier. Il déborde. Deux paquets en deux jours. La vision du bol orné débordant de cancer en tube arrache un sourire au blond.

Heureusement que les communications sont HS... Setsu' me tuerait si elle voyait ça.
Lui, allait bien. Ses parents n'avaient pu rentrer à cause de l'avis de typhons, et sont donc bien au chaud à Lübeck -autant que l'on puisse être au chaud à l'extrémité nord de l'Allemagne, en octobre. Mais Fubuki... Fubuki habite en plein milieu de Tokyo, merde! Sa deuxième sœur et Gunpei, le demi-frère, ont évacué chez des amis bien avant l'arrivée des catastrophes, heureusement.
Tremblant, le blond enfouit son nez dans la fourrure de Bukser. Regardant du coin de l’œil le tableau holo irisé que lui a offert, jadis, une jeune Fubuki entrant tout juste à l'école de médecine, Nagahiko tente d'oublier ses peurs irrationnelles.
Setsuka allait bien, il finirait par l'apprendre.
Il n'a pas pu prendre la parole aux funérailles de Fubuki. Depuis, tous les 9 juillet, Naga offre une gerbe de fleurs à sa petite sœur, pour son anniversaire.

Un jour, Setsu débarque chez Nagahiko. A son expression, il sait qu'il n'a pas de questions à poser. Chargée de valises et autres sacs, décoiffée -bien que ce ne soit pas si rare-, la demoiselle est visiblement sous le choc. Ignorant la rage sans cible claire qui bouillonne en lui, le petit-fils d'étranger laisse sa meilleure amie et ses rattes s'installer chez lui. Ce furent quelques-uns des jours les plus heureux de sa vie. Le blond avait beau se maudire de jubiler du malheur de Setsuka, l'accueillir chez lui après une journée de boulot, juste avant que lui ne parte faire son service au bar, est la vision qu'il se fait d'un quotidien idéal. Après le mariage de Setsu avec Iori, le blond s'est surpris à pleurer, seul, après avoir senti le shampooing de la belle sur son canapé. Les verres volèrent, les meubles laissèrent échapper des crissements de douleur pendant que Naga les malmenait. Bukser aboyait, mécontent de voir son maître dans un tel état, lui qui l'emmenait se promener avec joie à chaque fin de service.
Seul dans son appartement, incapable de diriger sa haine vers le nouveau mari de sa chère et tendre Setsuka, Nagahiko Zen'itsu Nakagawa sanglote, les épaules secouées à chaque respiration. Elle avait plus besoin de lui en tant qu'ami, de toutes façons. Iori devait mieux convenir à Setsu, puisqu'il en a été décidé ainsi.

C'est en 2110 que Naga accepte de reprendre le bar dans lequel il travaillait durant ses études. La licence pour la vente de l'alcool et les formalités pour l'ouverture, la commande de produits, les aides de l'état, tout ça était déjà fait, tant mieux! Il a même réussi à réduire le terrible crédit que cela engendra grâce à l'aide financière de ses parents. Grâce aux nombreuses relations qu'il a forgé au cours de soirées, le jeune homme réussit à faire de son bar un lieu de rassemblement pour les anciens de son école de commerce, ses amis, ses collègues de stage, les amis de ses parents... Sans les aides de l'Etat, il n'aurait aucune chance de rester ouvert, cela dit.

Puis vint le projet Izanagi. Les japonais perdus sans l'Incontestable, particulièrement les jeunes et ceux qui y voient un échappatoire pour fuir le quotidien d'un mariage houleux, se retrouvent dans son établissement, à boire, faire la fête, épancher leurs peines et noyer leurs soucis dans l'alcool. Pour la première fois depuis des mois, le blond se retrouve à devoir appeler la police pour raccompagner des clients trop alcoolisés, ou violents. Et les remarques sarcastiques des forces de l'ordre ne réussissent pas à gâcher son plaisir.

Juillet 2111. Une soirée comme une autre. Comme à chaque fois que l'anniversaire de Fubuki approche, Gunpei a pris un congé et loge quelques jours chez son petit frère. L'initiative d'un Nagahiko meurtri a fini par devenir une triste mais réconfortante tradition familiale. Ils ne commémorent pas le décès de leur petite Fu', mais fêtent le jour de sa naissance, se rappellent les joies et les peines qu'elle a laissées dans leurs souvenirs.
Rêvassant, un sourire aux lèvres alors qu'il imagine son frère aîné tituber jusqu'au métro, Naga entend un verre tomber au sol, éclater. Une toux grasse, douloureuse, accompagne le carillon du verre brisé. Elle s'intensifie, prend une pause, revient avec force pour expulser un caillot de sang gros comme un ongle. Les gens s'écartent, un habitué appelle directement les secours depuis son téléphone.
Nagahiko arrive devant le client qui agonise avec un verre d'eau, qu'il accepte avec un sourire pincé par la douleur. Le blond voit, dans les yeux du jeune homme d'à peine trente ans, trente-cinq en prenant ses traits usés comme son faciès habituel, l'optimisme de celui qui n'a plus que cela. Il doit avoir les poumons en feu.

Le bar fermé, les clients partis, Naga regarde les secours tenter de réanimer Yuusuke Tobihara, un cadre dans une banque d'investissement. Fraîchement promu. Fraîchement père. Fraîchement touché par l'épidémie. Lorsque l'un des hommes en blouse blanche regarde sa montre, le barman lève les yeux, retenant une larme.
"-Monsieur... vous allez bien?
-Je me sens très bien, merci. Naga accroche du regard les paupières closes, le drap qui monte doucement. -C'est... C'était un habitué. Si vous aviez vu sa fierté, en montrant les photos de sa fille..."
Le blond finit la soirée en quarantaine, à l'hôpital. L'épidémie était encore récente, ils devaient savoir s'il allait vraiment bien. Et oui, il allait bien. Très bien même!
Mais la petite Yumeko comprendrait-elle que le mal qui a terrassé son père n'est dû qu'à la malchance?
Aux obsèques de monsieur Tobihara, Nagahiko fond en larmes. Au bout de la procession, il n'a pas eu le courage de donner ses condoléances à sa veuve. Étonné lui-même par l'attachement qu'il portait à cet homme, simplement un client, un client idéal certes, mais rien de plus qu'un homme prêt à lui donner de l'argent pour un verre. Les larmes de Naga ne cessèrent de couler pendant des jours. C'en était trop. Fubuki, Setsuka, monsieur Tobihara. Toutes les émotions refoulées de ces dernières années ressurgissent, explosent et se déversent.
Gunpei promit de ne parler à personne de la vraie raison des deux semaines d'isolement que son demi-frère s'inflige après cet évènement. Un serment que Gun' semble regretter d'avoir prêté, et pour lequel Nagahiko lui sera redevable à jamais.

C'est à peu près tout ce qu'il y a d'intéressant à savoir, sur Naga. N'appréciant que de moins en moins l'Incontestable, le jeune homme finit par comprendre qu'il avait des sentiments pour Setsuka. La relation qu'il entretient avec elle, exception faite des preuves physiques d'amour -baisers, intimité partagée, et, du coup, baiser-, est en fait l'image qu'il se faisait d'un mariage réussi, moderne. Une union libre du cadre légal, n'ayant plus besoin des chaînes de l'Incontestable pour lier deux personnes.
De temps à autres, le blond noie cette réalisation dans un verre de whisky et brûle ses sentiments refoulés en une tige de tabac séché. Setsuka ne partage pas cet amour. Et, de toutes façons, un jour, une lettre viendra, irrémédiablement, mettre fin à une quelconque relation amoureuse.

Nagahiko attend donc ce courrier, avec autant d'appréhension que d'impatience, comme le billet d'avion qui l'emmènera loin des sentiments qu'il éprouve pour la mannequin en herbe.

Caractère
Nagahiko s'efforce d'être joyeux et aimable au quotidien. Depuis toujours intéressé plus que la moyenne de ses congénères au sort des autres, leurs sentiments, aspirations, peines et doutes, le blond ne saurait se contenter d'une chatroom virtuelle submergées d'émoticônes et smileys en tous genres. Non, l'aîné Nakagawa, de son enfance et son adolescence à côtoyer un frère et deux sœurs, aime le contact humain. Loin d'être timide, le jeune homme approche les gens de front, un sourire aux lèvres.
Nagahiko a donc une assez bonne compréhension de ses interlocuteurs. Fort pratique pour son métier, où il écoute les marginaux et les insatisfaits anesthésier leur âme dans l'alcool et vider leur sac sur le bar.  A l'écoute et naturellement curieux -très curieux!-, le barman n'hésite que rarement à donner son avis à ceux prêts à l'entendre, chercher des solutions à leurs problèmes, les aider -selon lui- à passer outre les soucis qui les rongent. Si cela part d'une bonne -enfin, majoritairement bonne- intention, le blond ne fait pas moins preuve d'une ingérence dans la vie de ses proches comme d'inconnus qui n'est, objectivement, que rarement bienvenue.

Pourtant, Naga ne passe pas tout son temps à tenter de résoudre les problèmes des autres. Non, lorsqu'il est de bonne humeur, et particulièrement lorsqu'il s'ennuie, le jeune homme descend dans un bar quelconque, une soirée entre amis, une partie de basket ou de rugby, une folle partie de jeux vidéos avec ses potes... De manière générale, le blond ne supporte pas de ne rien faire. Il a toujours besoin de s'occuper, et si ce n'est pas de quelqu'un d'autre ou de son bar, c'est Bukser, son malamute, qui en fait les frais.
De fait, le jeune homme est devenu plutôt sportif à force de faire courir son chien à vélo tout autour de Tokyo. Naga a toujours apprécié les animaux, mais depuis qu'il a un chien, il en est totalement gaga.

Principalement parce que Bukser est le meilleur, et je pèse mes mots, le MEILLEUR des copilotes. Nagahiko se retrouve donc souvent à l'amener en soirée ou chez ses amis. Un chien est un excellent moyen de démarrer une conversation. Et c'est vraiment pratique pour un extraverti fini tel que Naga.
D'un naturel taquin, il enchaîne les piques et les blagues lorsqu'il est en société, y glissant une ou deux allusions plus ou moins subtiles lorsqu'il sent que son interlocuteur ou interlocutrice ne les prendra pas mal.

Pour le dire rapidement, le jeune homme n'a jamais eu le loisir d'être seul, de se découvrir lui-même. Ainsi, il n'apprécie pas d'être en face de ses pensées. C'est dans ces moments qu'il finit souvent par allumer une cigarette, mettre un peu de musique et se servir un verre, le regard vide. Il contemple durant de longues soirées solitaires les sentiments qu'il ne peut vraiment se permettre d'assumer. Grattant machinalement son chien derrière l'oreille, le blond reproduit en ces instants tous les comportements auto-destructeurs qu'il ne supporte pas chez les autres. Laissant ses faiblesses prendre le dessus, il s'isole. Perdu dans la contradiction entre ce qu'il éprouve et ses convictions, le barman laisse son esprit dériver.
Le lendemain, vidé, il reprendra le contrôle, enfilera son manteau d'hypocrisie, et se forcera à ne voir le monde qu'à travers la joie innocente et contagieuse qui le caractérise. Et s'il admet volontiers que la mélancolie qui l'assaille quelques fois est une partie de lui qu'il ne devrait pas ignorer, Nagahiko sait qu'il ne peut pas, ou plutôt ne devrait pas la prendre à bras le corps. Parce que ces pincements de cœur, cette houle nauséeuse qui ballotte son âme, l'aigle métaphorique qui dévore son foie bien décidé à repousser chaque jour, ne partiront qu'à une condition qui n'est, soyons clairs, que peu probable. Et contraire à son éducation, ses convictions. Contraire en sa foi en l'Incontestable, la stabilité, le réconfort, le bonheur que le système apporte. Parce qu'il n'a pas envie, parce qu'il a peur. Peur de l'accepter, peur de l'éprouver, peur de le lui dire, peur qu'elle ne l'accepte pas.

Parce que l'amour est abnégation.

Physique
Dans une ruelle perdue dans le dédale qu'est Shibuya de nuit, un bar, encastré dans la cave d'un immeuble de cafés et autres restaurants. Lorsque vous poussez la porte en bois, un grand blond vous salue depuis derrière le comptoir.
Sous sa chevelure blé d'or, généralement libre de tomber en mèches évoquant la paille fraîche, des yeux d'un vert profond attirent votre attention. Son physique a tout du gaijin. Grand, large d'épaules, des mains épaisses rendues calleuses par le travail. Sous les émeraudes qui trônent au beau milieu de la figure, des cernes témoignent d'un rythme de vie nocturne commun à bien trop de Tokyoïtes.
Vous demandez un cupa libre, qu'il s'empresse de préparer. Comme la plupart du temps, il est habillé d'une chemise simple, cachée sous un gilet noir de serveur. A son poignet trône une montre bleu nuit, relique d'une époque où les montres ne faisaient que donner l'heure, la température extérieure, surveiller le rythme cardiaque et la température de la peau... La préhistoire, quoi!
Les plus observateurs remarqueront d'emblée le maquillage sur son avant-bras droit qui cache un tatouage, cette manchette représente un dragon protégeant un œuf scintillant, qui semble refermer tout l'univers connu par ses motifs complexes évoquant le vide interstellaire.
La cravate qu'il porte change chaque jour, comme pour faire écho à l'ambiance qu'il veut donner au bar par la musique qui sort faiblement des hauts-parleurs.

Un jour, alors que vous le croisez par hasard dans une rue, promenant un énorme chien de traîneau, le jeune homme est vêtu d'une simple veste en faux cuir surmontant un large sweater. En jean, en jogging ou en bermuda, il vous lancera toujours un sourire doux, respirant la sérénité et la joie de vivre qu'il tente d'insuffler à son établissement. Cette fois-ci, son tatouage est apparent. Certains se retournent dans la rue, dévisageant ce délinquant qui promène son fauve, son tatouage de voyou aux yeux de tous. Il ne semble même pas les voir. Et ceux qu'il voit, il les salue d'un sourire joyeux.
Une caricature du parfait gaijin, mais avec l'accent japonais d'un natif. Le cliché d'un barman joyeux et à l'écoute, toujours avenant, cachant ses pensées derrière le sourire énigmatique d'un commerçant qui sait quelle distance garder avec les clients de passages, et qui accueille les habitués avec l'exubérance adaptée à la situation.

Un arlequin blond aux yeux verts, en somme. Du genre bel homme, dont les traits quelque peu grossiers peuvent rebuter comme avoir ce charme singulier d'un visage atypique. Le nez retroussé, les pommettes pleines sans être rebondies, la mâchoire dessinée, toujours rasée de près. On s'attendrait presque à l'entendre parler avec l'accent américain, celui qui rend tous les mots ridicules, qui donne l'impression de voir un sexagénaire essayer d'être cool.
Un teuton au regard profond et son fauve à la robe rousse.
— Just Married —

Messages postés : 168
Inscrit.e le : 18/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Mon Renard ❤️
Autre: Russel forever ♥
Bienvenue petit bloooond L'amour est abnégation 2432113367
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
le Sam 4 Jan - 1:41
Coucou belle tête L'amour est abnégation 1353670443
Bienvenue sur le forum <3
Invité
— Just Married —

Messages postés : 1271
Inscrit.e le : 11/01/2015

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! o/
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
le Sam 4 Jan - 3:10
Oh Saber ** bon courage pour la rédaction de ta fiche ! :3
Invité
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
le Sam 4 Jan - 10:40
Bienvenue par ici o/ !

Bel avatar au passage ! :) Bonne rédaction à toi.
Invité
— ★ —

— ★ —
le Sam 4 Jan - 13:06
Messages postés : 3183
Inscrit.e le : 02/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : L'autre énergumène.
Autre:
Le beau vava :o

Bienvenue ici !
— Just Married —

Messages postés : 204
Inscrit.e le : 26/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Athrechou ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bienvenue à toi L'amour est abnégation 1362171446 !
J'espère que tu vas te plaire ici, super bel avatar en passant !

Dis-moi où tu travailles, question que je puisse venir prendre un verre L'amour est abnégation 1362171446
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
le Sam 4 Jan - 13:27
Bienvenue joli toi ! Bon courage pour le reste de ta fiche -w-
Invité
— Just Married —

Messages postés : 192
Inscrit.e le : 04/01/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Bbeto ♥
Autre: Merci Izumims et Milou pour les vavas ♥
Merci beaucoup pour l'accueil!
Et merfi pour le vava, je trouve ce dessin très agréable aux yeux, moi-même L'amour est abnégation 1258839627
J'en profite pour dire que j'ai fini ma fiche, et que je vais bien évidemment envoyer un MP à Setsu' pour savoir si le perso lui convient :cal3:
EDIT: L'histoire a eu deux-trois détails modifés afin que nos deux fiches soient raccord, vu avec Setsuka ;)
— Just Married —

Messages postés : 170
Inscrit.e le : 16/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kan Odawara
Autre:
Bienvenue ! L'amour est abnégation 1362171446
Bon courage pour la validation !
— STAFF JM —

le Mar 7 Jan - 18:42
Messages postés : 3375
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Bienvenue sur le forum !

Joli choix d'avatar ♥

Etant né en mai 2089, il a encore 22 ans pour le moment. L'amour est abnégation 4115966937

Histoire

♠ Il manque quelques lignes sur Shukumei. Comment l'a-t-il vécu ? A-t-il été blessé ? Etc L'amour est abnégation 4115966937
♠ Durant l'extinction des moniteurs j'ai vu qu'il n'a pas été impacté plus que ça mais comment il a réagi lors de l'épidémie qu'il y a eu ? L'amour est abnégation 517494357

Caractère

Validé !

Physique

Validé !

Conclusion
Une fiche simple mais efficace. J'ai vu assez peu de fautes, elle est fluide et ça rend la lecture agréable. Les détails concernant la relation avec Setsu et aussi le fait que Naga corresponde bien à l'idée, on les a déjà vus (j'suis Setsu) donc ces points c'est bon. Je te laisse toutefois faire les ajouts demandés et en cas de souci, ma boîte à mp reste ouverte. o/


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3
Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

L'amour est abnégation Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
— Just Married —

Messages postés : 192
Inscrit.e le : 04/01/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Bbeto ♥
Autre: Merci Izumims et Milou pour les vavas ♥
Modif's faites!
J'ai intégré la famille de Naga aux évènements de Shukumei et l'épidémie. Du coup, le petit frère est devenu un demi-frère plus vieux issu d'un premier mariage.
— STAFF JM —

le Mer 8 Jan - 14:56
Messages postés : 3375
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Alors en soi la fiche c'est bon maintenant mais j'aimerais juste être sûre d'une chose avant de valider. T'as dit que Nagahiko est porteur sain (ça ne me gêne pas hein) mais du coup il sera mis dans le groupe des hors-la-lois et participera à cet event (ICI) qui est actuellement en cours. C'est bien ce que tu veux ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

L'amour est abnégation Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
— Just Married —

Messages postés : 192
Inscrit.e le : 04/01/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Bbeto ♥
Autre: Merci Izumims et Milou pour les vavas ♥
Woops, je me suis enflammé! J'avais oublié l'event ^^'
Du coup re-modifié, j'ai enlevé la mention de porteur sain! L'event m'intéresse mais je ne me sens pas assez familier avec le contexte pour commencer direct par ça L'amour est abnégation 2255104271
Merci de vérifier! :D
— STAFF JM —

le Mer 8 Jan - 18:57
Messages postés : 3375
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
C'est bon pour tes nouvelles modifications x)

Amuse-toi bien ! L'amour est abnégation 1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

L'amour est abnégation Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#17 —Re: L'amour est abnégation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum