désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 200803042355296862

— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 04/01/2020
Hashimoto Hiroyuki
higher than the sun
there's no handbook for getting in the spotlight
Nom : Hashimoto.
Prénom : Hiroyuki.
Âge : Quelle question ? L'âge parfait. Ça ne se demande pas, ce genre de chose.
Genre : Divin.
Origines : Japonais pure-souche, si vous me permettez d’omettre les quelques petites… erreurs de parcours.
Activité : Moi à temps complet. Beaucoup d’années d’expérience sans aucune vacance.
Sexualité : Active. Vous n’avez pas besoin d’en savoir plus, petit curieux.
Avatar : Tony Thornburg redessiné par les petites mains de mon esclave d’auteur. Qui d'autre aurait pu incarner tant de perfection, mh ?
Règlement : -
Chemin : Le forum est venu à moi, et non l’inverse.
Autre : Je n’aurai qu’un commentaire à faire, merci de m’avoir fourni un design d’une telle qualité, je sens que mon génie créatif a enfin trouvé le cadre idéal pour s’exprimer.
[PS Hors-RP : Promis, moi je n’ai pas autant de melon que lui hein  désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3372397609 ]
diamonds from rust

Japon, Nagano - Juillet 2083

« Hashimoto... Hiroyuki. Par ici, je vous prie.»

Un dernier regard à sa mère, elle qui serre les poings avec ses petits yeux déterminés. Fighto souffle-t-elle alors qu'il la dépasse - trop peu discrètement. Il n'a pas besoin de ses prières, pas plus que ses encouragements. Il connaît déjà l'issue de cette entrevue. Tout le reste, tout le cérémonial, toute cette fichue session de casting et d'entretiens - ce ne sont que des détails pour la forme. Il est beau, il le sait. Il a du charisme, il le sait. Et du talent, il n'en doute pas. C'est encore une facette de sa personne qu'il lui reste à découvrir mais qu'il pressent déjà.

Quelque chose qu'il a prévue, entre autres. Le talent, la célébrité, la richesse. Tant de nouvelles merveilles à l'état brut qu'il ne lui reste plus qu'à cueillir.

Alors il suit la réceptionniste, cette première marche vers le succès.

« Restez debout, l'avertit-elle alors qu'il tirait une chaise à proximité du bureau. On va prendre vos mensurations avant que Furokawa-san ne vienne pour votre entretien. »

Ok, très bien. S'ils veulent toucher, ils n'ont qu'à demander. Qu'ils viennent, il les attend.

« Souhaitez-vous que je vous apporte un thé ? Un jus de fruits ?

- Oh, volontiers. Un thé vert sans sucre, si possible. »

Elle s'incline, s'en va, et se trouve très vite remplacée par de nouvelles têtes. Et il sourit, tout heureux qu'il est d'avoir déjoué cette première question piège. Un jus de fruits ? Tout le monde sait que ces cochonneries contiennent à peu près autant de sucre qu'un Coca. Au beau milieu du culte de la maigreur, mieux vaut faire avec leurs règles.

L'un des nouveaux, celui qui semble être le chef, s'approche avec son mètre mesureur et sa balance.

« On peut... ?

- Oui, bien entendu. Vous préféreriez peut-être que je me déshabille ? »

Il y a trois, quatre personnes dans la salle. Ce serait mentir de dire que ça ne le stresse pas. Ce serait mentir de dire que malgré toute sa préparation, toute son envie, il ne reste pas un peu de pudeur pour son corps de grand enfant. Très, grand, ça c'est sûr, tout comme son père avant lui, et son grand-père, aussi. Ça, c'est ce qu'il se plaît à rêver

Chemise, chaussures, chaussettes, pantalon. Il y a quelque chose de grisant à s'exhiber ainsi devant des inconnus, à se faire jauger sur son physique et réussir grâce à lui.

« Un mètre quatre-vingts passés... Pas mal. Un peu en deçà des étrangers que l'on recrute mais très honorable pour un type japonais comme le vôtre. Cheveux noirs, yeux bruns... On dirait pas, mais ça commence à se faire rare de nos jours. »

Moui. Il s'attendait malgré tout à un peu plus que simplement très honorable mais dans le fond ce n'est pas sa faute s'il ne sait pas formuler ses compliments, ce monsieur. Tout autour de lui les mesures sont prises, comme si on lui taillait un costume sur-mesure. Un petit coup sur la balance, le verdict tombe. Comme quoi ça aura été utile de ne manger que de la salade verte sur la dernière semaine, prenez ça les deux kilos ingrats.

« Quatre-vingt-quatre kilogrammes... C'est au-dessus de nos courbes de poids habituelles, ça...

- Oui, c'est à cause des muscles, ça pèse vite lourd. »

Et là, il prie très fort que cet accès de culot passe. Avoir l'ossature épaisse, ça fait vite mauvais genre - et puis il n'est jamais que grâce et délicatesse. Il est l'élégance personnifiée évidemment et ça, eh bien, ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?

-Oui, oui... Vos mensurations sont tout à fait correctes à côté de ça, donc on va dire que ça passe. Très bien. Allez-y, prenez une ligne du carrelage et marchez. »

Facile. Il est né pour ça.

Ce n'est plus une ligne qu'il voit par terre, c'est le podium d'une maison prestigieuse. Prada, Gucci, Louis Vuitton... Peu importe tant qu'il en est la muse. Tous les cris, les regards posés sur lui, sur ce qu'il porte, sur ce qu'il incarne. La beauté, la jeunesse, le rêve.

Personne ne leur a jamais proposé plus beau catwalk, il en est à peu près certain.

« Pas mal, pas mal du... Oh, Furokawa-san. On vient de terminer, allez-y passez je vous en prie. »

Le type au mètre-ruban laisse la place à un petit bout de femme qui traîne dans son sillage la réceptionniste de tout à l'heure - et surtout son thé vert.

« Merci, Shin. Je vous en prie Hashimoto-san, asseyez-vous, nous allons pouvoir commencer notre entretien. »

---


bittersweet fantasies

Japon, Tokyo - Novembre 2104

« Je vous en prie Hashimoto-san, asseyez-vous, nous allons pouvoir commencer notre rendez-vous. »

Ça sent le bois de santal, l'encens et cette petite touche de désinfectant propre aux cabinets médicaux. Rien pour le mettre vraiment à l'aise, lui qui fait galoper ses ongles sur le verre fumé de la table. La cadence est millimétrée, le tempo régulier, le stress grandissant. Le grand bureau devient étouffant, ses colonnades de bois foncés se rapprochent de plus en plus - il n'a rien à faire ici, c'est à s'en demander pourquoi il ne s'en va pas en claquant la porte.

« Bien. Vous voulez boire quelque chose ?

- Mh, pourquoi pas. Un thé vert, sans sucre, infusé tout au plus trois minutes et sans jasmin. »

Un signe discret est fait au secrétaire, qui s’éclipse dans la seconde. Le docteur récupère des papiers et les aligne avec précision avant de dégainer son stylo Dupont.

« Déjà, avant de commencer, je veux juste mettre une chose au clair. Je ne suis pas ici pour moi, je vous consulte pour une... connaissance qui est bien trop butée pour faire sa thérapie elle-même. Je n'ai pas de problème, moi, c'est compris ? »

Un petit hochement de tête de la part du docteur lui suffit, il sent déjà la pression redescendre. Déjà que venir ici est une plaie, faudrait pas qu'on le prenne pour un timbré en plus - non merci. Il a encore la négociation avec son producer en travers de la gorge - il a quand même encore le droit de se libérer une matinée, putain. Ils se prennent pour des dieux, ces cons-là, avec leurs petits plannings Excel de merde et leurs meetings sans fin. Tant pis, faudra faire avec, il n'aura qu'à s'amuser à réarranger ses petites cases dans leurs petits horaires vu qu'il n'y a que ça pour le faire vibrer. Oui oui gnagnagna c'est moi le chef du projet mon cul. De toute façon, il a un peu le droit de faire ce qu'il veut vu que c'est son nom en premier rôle qui porte la production du bordel. Eh oui, connard. Tu peux être le chef de ce que tu veux, la vedette, c'est moi.

« Bien, bien... Est-ce que vous souhaitez aborder un sujet en particulier ? Sinon on peut...

- Oui. C'est- En fait, j'ai un problème. C'est ma mère. Elle a arrêté de me parler, je veux savoir pourquoi - et lui mettre un peu plus de plomb dans la cervelle. Je veux dire, elle a la chance d'être ma mère, vous voyez ? D'avoir un peu son nom dans tout magazine qui se respecte. A quel moment elle peut me faire ça, à moi ? »

Le docteur hoche la tête à nouveau et commence à griffonner sur son dossier. Quelques secondes de grattement pendant que la plume commence son constat sur le papier.

« Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur votre relation avec votre mère ? Avant qu'elle ne se détériore ? »

La plume continue à s'agiter, les petits crissements deviennent entêtants. Il veut savoir ce qui s'écrit sur lui, une curiosité malsaine qui l'étreint de plus en plus. Qui finit par le consumer. Hélas, impossible de deviner les caractères avec les mouvements du stylo - c'est que ça écrit vraiment mal, un docteur.

"Oui, oui, eh bien... J'ai trois frères. Je sais, non, je n'en parle jamais et oui, avant que vous ne le demandiez, ils me font honte. Je ne les aime pas. J'aimerais les oublier, mais eux ils s'accrochent à moi - c'est gênant. Et ma mère- elle les a toujours préférés à moi, vous voyez ? Je suis sûr que c'est pour ça qu'elle m'ignore. J'ai réussi, moi, alors que ses chouchous continuent à se rouler dans le chômage et la médiocrité tous les jours."

Il saisit la tasse, commence à en boire sans quitter le médecin et son stylo des yeux. Si seulement il pouvait deviner ces notes, il n'aurait peut-être même pas besoin d'attendre la fin de la session pour obtenir ses réponses.

"Donc vous me dites qu'elle-

- Elle n'avait absolument aucune considération pour moi, non. Et puis à l'école, les élèves étaient assez... mesquins. Je viens d'un milieu pauvre, vous savez."

Il sirote son thé, ne quittant pas le médecin des yeux la moindre seconde. Derrière ses longs cils, il calcule. Il essaie de décrypter ce que l'autre peut penser, juger, écrire. Non parce que c'est bien beau de le payer une centaine de milliers de yen par heure, mais si c'est pour être relâché à la nature avec un "la suite au prochain épisode", juré il va lui caler son crayon dans l’œil.

"Oui, je vois, je vois... Et votre père, dans tout ça ? Vos parents étaient divorcés ?"

Ah, la question. La très fameuse question. Celle qui fait se serrer les dents sur l'émail d'une tasse, crisper les doigts autour de l'anse, figer la bouche en un rictus passivement agressif.

"Non. Je ne l'ai jamais connu. Mais ça doit être quelqu'un d'occupé, il faut bien que je tienne mon talent de quelque part. Non parce qu'il faut pas compter sur ma mère de ce côté-là, le succès tout ça, ça la dépasse. Elle vient de passer femme de ménage en chef dans sa boîte d'éponge-merde. Oui, c'est pas glorieux, hein ? Et puis mon beau-père... Elle a été mariée, entre temps, vous voyez. A un autre raté, qui lui a fait des gosses encore plus ratés. Il a planté sa boîte, et maintenant il a un job de larbin très standard dans un restau de karaage. Son hobby principal, c'est de loucher sur ma Lambo - et encore, il n'a pas vu mon jet."

Ce qu'il se garde bien de dire, c'est que ça le délecte. Il irradie de bonheur quand il va les voir avec sa voiture la plus chère, quand il parle de ses derniers succès, ses derniers cachets. Quand il montre à quel point les gens sont prêts à payer cher pour quelques fragments de son temps. Parce qu'il est quelqu'un, lui. Il a réussi, lui. C'est quelque chose qu'ils ont tendance à oublier très vite, cette tripotée de gens moyens, alors qu'il essaie quand même de le leur rentrer dans le crâne depuis qu'il a commencé le mannequinat.

Ça commence à faire un bout de temps, l'air de rien. Presque trente années gâchées sur une cause désespérément perdue. Parce qu'il veut faire les choses bien, Hiroyuki, il ne renonce jamais - à tort, parfois. La preuve.

"Peut-être que cela pourrait être à cause de votre ego-

- Oui, je sais, mon charisme a tendance à prendre la parole pour moi, mais je ne vois pas vraiment le rap- oh. Vous pensez qu'ils pourraient être jaloux ?

- Euh... Ecoutez, je-

- Mais une mère n'a pas le droit d'être jalouse de son enfant, vous ne pensez pas Docteur ? C'est clairement un symptôme psy. Et puis l'autre, là, il n'a fait qu'hatiser tout ça avec ses échecs qui s'empilent. Je comprends, en vérité. Mais s'il n'y avait que la Lambo pour leur faire plaisir, j'aurais pu la leur prêter et récupérer ma Ferrari. Vous voyez le problème ? Ils ne savent pas communiquer, ils ne savent pas faire grand chose en toute franchise. Ils savent juste fuir - ça fait deux ans qu'ils ne m'ont pas adressé la parole. "

Il vide sa tasse d'une traite tel un acte vengeur - c'est ridicule, et en plus il s'est brûlé la gorge. Et ça l'agace d'autant plus. Ça, et puis le bruit de ce putain de stylo à six cent mille yen, et le regard benêt du docteur qui n'a rien compris, sans oublier ce putain de bureau qui sent le patchouli de grand-mère et tout ce qui est écrit, tout ce qui est relevé sur lui et qu'il ne sait pas.

Il veut savoir.

Il a désespérément besoin de savoir.

La frustration et l'impatience le rongent comme un brasier.

Dans le fond, il ne le dira jamais, mais ça lui manque. Sa mère lui manque. Son beau-père... est une autre question. Non, en fait, il n'y a que sa mère qui lui manque - et les autres peuvent bien aller se faire cuire le cul en Grèce.

"Monsieur Hashimoto, je pense qu'il vaut mieux que vous considériez que les torts sont toujours partagés, et de ce que j'en comprends, vous avez peut-être fait preuve d'un peu d'intolérance à l'égard de vos parents..."

Pas de réponse.

"Vous savez, les problèmes de communication vont dans les deux sens, s'ils ne veulent plus être connecté avec vous, c'est peut-être parce que de votre côté également la connexion est mauvaise..."

Les ongles se remettent à cliqueter sur le verre fumé.

"Peut-être que vous devriez considérer que-

- Mais vous allez la fermer, à la fin ? Qu'est-ce que j'en ai à foutre de vos conseils de merde, c'est pas moi qui ai un problème, c'est elle. Elle. Et puis son imbécile de mari de merde, et ses connards de gosses. C'est eux. Et vous voulez en faire un problème de mon côté ? Sérieusement ? Allez vous faire foutre. Allez vous faire foutre, vous et vos réflexions à la mords-moi le nœud pour deux yen. Et vous pensez sérieusement que je vais vous payer pour toutes ces conneries ? Mais foutez-vous le doigt dans l'oeil bien profond, jusqu'au coude, jusqu'à ce que votre putain de bras me voie vous faire ça juste maintenant."

Un bras d'honneur, un mouvement de main dans les cheveux, il a tourné les talons.

Il en a rien à foutre de ce qui a pu être écrit sur son putain de carnet de merde.

Dès l'instant où il n'a plus cerné le problème en l'accusant lui, ça ne servait déjà plus à rien de continuer la consultation. Il n'a pas de temps à perdre avec les incompétents.

when magic blows away


Japon, Yokohama - Août 2088

"Allez viens Hiro, viens, ça va commencer !"

Ils sont tous entassés sur un tout petit canapé, pop-corn et sucreries plein les doigts. Tellement de pseudo-fraternité collante. Parfois ça l’écœure, parfois il trouve ça mignon, comme un troupeau de bébés animaux handicapés et mal finis qui s’agglutinent les uns sur les autres. Et  c'était encore pire sur le plateau - honnêtement, les excès de bonne humeur zélée, ce n'est pas vraiment fait pour lui.

"Oui, oui, je vais juste me chercher une chai-

- Chut ! Ça y est, ça commence ! Regarde, c'est Hanzaki Yasuo !"

Encore un de ces illustres géants du milieu qui ne sait plus rien faire à part se tortiller dans des soirées mondaines. Enfin bon. C'est bien sympathique tout ça, de regarder et d'espérer, mais c'est un peu prier sur la Lune. Déjà que leur nomination est sortie de nulle part, voilà-t-il pas que ces amateurs se voient rafler tous les prix dans leurs grands yeux écarquillés. Alors oui, oui, le résultat est plutôt correct, l'histoire est assez intéressante, le film se laisse regarder. Mais à part sa propre prestation, tous les autres ne méritent pas spécialement d'avoir leur nom au générique.

Après, c'est sûr, c'est une opportunité magnifique. Qu'un aussi petit projet perce autant, porté par son nom en premier rôle, ce n'est pas rien. Ça change de ces dernières années passées à enchaîner petits rôles, publicités, remplacements sur les podiums. Il en avait marre de passer au second plan, alors quand on lui a proposé une tête d'affiche, il a sauté dessus. Même si le gars sortait de son école, même si le reste du casting était plus que hasardeux. Et les voilà, sept mois plus tard, entassés sur un canapé miteux avec leur nomination au Nippon Akademī-shō et leurs espoirs de Blue Ribbon Award .

Les catégories s'enchaînent, les émotions passent du rire aux larmes. Pas de Ribbon du meilleur film, pas non plus celui du meilleur second rôle - il s'en doutait, mais il y a quand même des déçus. Hélas, il faut bien un peu de médiocrité pour que les étoiles puissent jaillir.

Tout le monde crie, ils lui sautent dessus.

Ce soir, Hiroyuki Hashimoto a décroché un ruban bleu. Ce soir, Hiroyuki Hashimoto est sacré meilleur jeune espoir de la cérémonie.

Sa première couronne - et certainement pas la dernière.

---

USA, Los Angeles - Février 2096

Comme s'il allait s'arrêter en si bon chemin.

Il se rassoit dans son siège, finit de siffler sa septième ou huitième flûte de champagne. Il faut bien fêter dignement ces belles retrouvailles. Ou peut-être même une agréable rencontre à venir très bientôt. Ah, ce serait tellement...

Parfait.

Il n'est pas le favori, mais il n'en a rien à faire. Toutes les médisances finissent un jour par se faire démentir par le talent. Et ce n'est pas comme s'il en manquait, il n'y a qu'à regarder dans tout bon magazine cinématographique qui se respecte.

Alors il attend, patient, comme un loup à l'affût. Il attend sa catégorie.

Hanzaki Yasuo remonte sur scène, comme une petite private joke de très bonne augure. Il s'esclaffe, blague, lance de petites piques à ses rancœurs de toujours et finit par se taire pour un petit silence symbolique.

Tout le reste est assez flou.

Il se souvient des projecteurs qui se braquent sur lui, des applaudissements, des hurlements de tous ses amis. De son assistant qui le tire vers le couloir, qui l'accompagne comme il peut jusqu'à la scène.

Le discours est grandiose, son euphorie également.

Ce soir, Hiroyuki Hashimoto a décroché un Oscar. Ce soir, Hiroyuki Hashimoto est sacré meilleur acteur de l'année.

---


Corée, Île de Jeju - Mars 2097

« Coupé ? Vous pensez vraiment que je peux dire coupé sur cette daube ? »

Le monde s'arrête, Dieu a parlé.
Et Dieu s'impatiente drôlement sur son petit fauteuil pliable.

« C'est quoi, ça ? C'était quoi ? Jeong-Sun. Jeong-Sun ! »

Des bruits de pas depuis l'autre côté du studio. Il court, il court du plus vite qu'il peut, le réalisateur assistant. Il manque tout juste de se prendre les pieds dans le câblage des lumières et de renverser la perche à son posée juste à côté. Un soupir, une litanie de remerciements pour tous les dieux vivants ou non, il accélère la cadence. Aujourd'hui, pour une fois, on ne lui hurlera peut-être pas qu'il est viré.

« Vous l'avez dégoté où, ce gosse ? Eh oh, le môme, tu sais faire autre chose que la gueule ? Tu sais que c'est dramatique, ce qui se passe dans la vie du gamin là ? T'es pas fichu d'avoir l'air un minimum triste ? J'en sais rien moi, imagine ton chien qui se fait écraser, tes parents qui crèvent sous tes yeux, ta grand-mère qui trébuche sur son pétunia - bordel de merde, c'est pas maintenant qu'il faut tirer cette tronche. Virez-le d'ici. Dégagez-le ! »

La voix résonne dans le hangar grisonnant de tôle - c'est le dernier soubresaut de vie avant qu'un silence de plomb ne s'installe. Tout le monde s'affaire à pas grand chose si ce n'est montrer qu'ils sont occupés. Syndrome des élèves qui esquivent le regard du professeur pour éviter l'interrogatoire. Tout à coup, ça paraît vital de lustrer le trépied de caméra posé dans son coin depuis des lustres. Enfin, ça l'est au moins jusqu'au retour de Park Jeong-Sun.

« Oui, Hashimoto-sama ? »

Le silence. Tout le monde retient son souffle. Astique encore plus vigoureusement le trépied de caméra, et puis les pistolets factices aussi, et tout ce qui peut tomber sous la main.

« Jeong-Sun. C'est un désastre. »

L'assistant opine du chef, les poings serrés dans son dos. Ses phalanges blanchissent sous le coup du stress. Un jour, c'est sûr, ce boulot va le tuer.

« Tu me trouveras celui ou celle qui s'est occupé du casting de ce merdeux, si ça s'améliore pas d'ici ce soir il ou elle vire.

- Très bien, Hashimoto-sama. »

Quelques secondes de silence pour cette pauvre personne sacrifiée - une de plus.

« Tu diras à Kurosuke et son équipe que c'était parfait, surtout l'effet d'ondoiement de la lumière, là. Il faut qu'ils le reproduisent à la prochaine prise.

- Très bien, je transmettrai, Hashimoto-sama. »

On entend quelques éclats de joie dans le fond, c'est le seul bruit qui vient rompre la peur. Tout le reste, autour - tous sont encore terrorisés d'avoir fait quelque chose de mal. Mais ils étaient prévenus, de toute façon. C'est la rançon du travail avec un tel génie, n'est-ce pas ?

« Et ce gosse, Jeong-Sun. Il faut le faire pleurer.

- Vous voulez qu'on essaie les larmes artifi-

- Mais vous me prenez pour un amateur ? C'est que vous commencez doucement à me courir sur le haricot avec vos propositions cheap, Jeong-Sun. Non, on laisse ces putains de larmes artificielles aux nanars et aux dramas. Ôtani ?

- Oui, Hashimoto-sama ? »

Hashimoto inspire avant de se pincer les arrêtes du nez. Si la réflexion est intense, l'attente l'est également pour le reste de l'équipe.

« Trouve une solution pour ce gosse. Il faut le faire pleurer. Donnez-lui un coup sur le pied, là. Un croche-pattes, ça devrait faire l’affaire. Il faut qu’il pleure. L'autre, là, celui d'avant-hier, il pleurait tout le temps, c’est pas crédible sans larme. Si il y arrive pas, il dégage, point final.

- Mais Hashimoto-s

- Non, pas de mais, arrêtez de chouiner vous voulez ? Toujours bons qu'à trouver des excuses ceux-là... Débrouillez-vous. Allez, zou, filez, vous attendez quoi ? Secouez-le, pendez-le à un arbre, faites quelque chose enfin ! Merde, y en a pas un seul qui sache faire son job ici ? »

Sauf que la roulette russe continue de tourner, inlassable et mortelle. Hiroyuki Hashimoto n'en a pas fini avec son hécatombe du jour, il scrute tel un mirador tous les recoins du studio. Puis ça s'arrête, la victime est trouvée. Arazawa aurait mieux fait de garder son nez dans ses après-shampooings, aujourd'hui.

« Arazawa ? »

Il le sent, Arazawa, il le sait qu'il a commis une erreur. Celle de croiser un regard de sniper aussi tatillon qu'intolérant. Dans le fond, il le comprend. C'est un faiseur de miracles, Hiroyuki Hashimoto. Il ne l'est pas devenu par hasard, et il est lui-même d'accord que les détails font la qualité - même si là, tout de suite, il commence mentalement à faire ses adieux.

« Oui, Monsieur ?

- Arazawa. Je vous paie une petite fortune et vous n'êtes même pas capable de réussir une permanente ? Elles sont où, ses boucles, au chiard ?

- Mais Mons-

- C'est pas possible. Vous allez arrêter avec vos jérémiades, un peu ? Vous savez faire autre chose que protester, comme trouver des solutions peut-être ? »

Ça ne sert à rien de dialoguer dans ce genre de circonstances, c'est peine perdue, et ça Arazawa le sait bien. Il le sait, depuis le temps qu'il le voit à l’œuvre. Mais aujourd'hui, il se sent monter le courage d'opposer ses arguments au Dieu d'ici-bas.

Il se sent pousser des ailes et commence à s'approcher trop près du Soleil.

« Mons- Hiroyuki-sama, vous avez casté… il n’a que deux centimètres de cheveux, comment je peux les lui boucler ? »

Hiroyuki Hashimoto soupire. Et tout au fond de lui, il bout. Cette bande d'incapables. On lui a encore refilé l'équipe la plus conne du cosmos pour voir s'il en tirerait quelque chose de potable, c'est ça ? Putain. Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre, tous ces ahuris bêtes à manger du foin.

« Mais j'en sais rien, moi, mais mettez-lui une perruque, bordel ! Est-ce que c'est moi, le chef ops des coiffeurs-maquilleurs ? Est-ce que c'est moi, Arakawa ? Non. C'est vous, ça. Est-ce que c'est à moi de résoudre ce problème ? C'est à moi... ? Non, vous avez raison, c'est encore une fois à vous. Et qu'est-ce que vous avez fait jusque là, à part geindre et dire oui mais oui mais ? Eh bien vous m'avez rajouté encore plus de problèmes, Arakawa. Plus de problèmes.

- Ça... Ça veut dire que... ?

- Si j’arrive à trouver une solution à vos soucis techniques, ça veut dire que vous êtes viré, oui. »

Il ne faut jamais guère plus de quelques secondes pour que Dieu fasse et défasse des vies.

---

Japon, Sapporo - Janvier 2100

"Là. Je suis sublime."

Il finit d'ajuster son propre nœud papillon sans cesser de s'admirer dans le miroir. Tout est absolument exquis. Surtout cette veste de costume qui respire l'argent, on pourrait deviner son prix rien qu'à l'odeur. Le tissu bruisse légèrement sous ses doigts tandis qu'il en rajuste les bords, le bout des manches, l'étoffe satinée du col. Le petit détail du mouchoir écru dans la poche, des boutons de manchette en platine massif, de la montre à gousset dans la poche intérieure.

Il se pare de plusieurs grands noms, ce soir. Gucci, Prada, Saint Laurent, Bottega - tout autant de faire-valoir au service de son élégance. C'est pour mieux accrocher les lumières, les sourires, les faveurs. C'est pour mieux faire tourner leurs têtes et leurs yeux énamourés en sa direction.

Ce soir, c'est lui, la star. Comme toujours.

Et peu importe que le président du parti soit invité - ce petit vieux tremblotant lui a toujours fait l'effet d'une figurine Pop surcotée de toute façon. Faut dire que ce n'est pas avec des cheveux blancs mal coiffés et un veston hérité de son arrière-grand-père qu'on peut séduire un public. C'est avec du charisme, de la prestance, du charme - toutes ces choses dont il ne manque jamais, ils feraient mieux de s'en rendre compte ces crétins.

Enfin bon. Ce soir, il est aussi là pour le leur montrer.

Car ce n'est pas n'importe quel gala, c'est LE gala. Celui dont l'invitation fait de vous une personnalité de premier plan. Celui qui réunit toutes les politiciens les plus importantes du Japon. Dont lui. Eh oui.

Peut-être qu'il devrait rajouter un peu d'anti-cernes, faut dire que le tournage d'hier était un véritable fiasco - vraiment, c'est si compliqué que ça de calibrer un projecteur ?

Tous des crétins, sans exception. C'est fatiguant, ça l'énerve, ça accentue ses cernes alors il rajoute consciencieusement une couche de concealer. Peut-être qu'un jour ils apprendront de leurs erreurs. L'espoir fait vivre. Même si à ce stade, on pourrait probablement parler de miracle.

Voilà.

Il est par-fait.

Alors il sort des toilettes, regagne le patio intérieur et chope un verre de Bloody Mary à la volée. L'air est doux, légèrement frais, un peu de vent fait ondoyer ses cheveux. On dirait une scène à la James Bond, avec toutes ces personnes chuchotant autour de longues flûtes de champagne, ces éclats de rire qui fusent comme des balles de pistolet, ces belles robes, ces belles gens. Et puis lui, le Daniel Craig des temps modernes, l'outsider, la pièce maîtresse d'un scénario que tout le monde connaît et qu'on aime quand même revoir, encore et encore. Celui de sa réussite. Un rôle qu'il récite par cœur et qui lui colle si bien à la peau.

Un deuxième cocktail, agréable petite déviation d'un Blue Lagoon à la jolie robe violette. Et puis un troisième - une espèce de Long Beach passablement oubliable. Il parle, flatte, rigole à des plaisanteries niaises juste pour faire plaisir à ceux qui les ont sorties. C'est chiant, mais c'est le job. Et c'est tellement bon de surplomber ces beaux-parleurs du haut de son piédestal artistique.

Au départ, il était sceptique. Ça fait quoi, deux ou trois ans que le Shintō Kaikaku l'a approché avec ses jolis tracts. Un parti centenaire déclinant sur lequel son beau-père crachait bien souvent. Alors quand on lui a proposé de le rejoindre, il a accepté presque immédiatement. Au final, ce n'était qu'un rôle de plus à jouer, et contre un peu de figuration on lui ouvrait la porte d'un nouveau monde.

Puis il y a pris goût, un peu trop peut-être aux yeux du président du parti. Eh oui, lui qui n'avait engagé qu'un bellâtre sans talent politique se retrouvait avec un requin entre les jambes. Enfin, ce n'est pas comme s'il avait vraiment de l'ambition là-dedans - après tout, de plus grand chantiers l'attendent dans les studios les plus prestigieux du Pacifique, et ce ne sont pas quelques petits ronds-de-jambe à des élus locaux minables qui vont l'aider à produire la prochaine Palme d'Or.

Mais c'est sûr qu'on fait pire comme passe-temps. Ça lui rappelle un peu le temps où il était acteur, dans le fond. A un âge où il passe plus de temps à hurler sur des incompétents et négocier avec des ignares surpayés, ça fait du bien de jouer un peu.

Alors vas-y, Hiro. Profite bien de ton gala, après tout c'est un peu la soirée des excès pour tout le monde. Un magnifique château, une absence totale de paparazzo et de l'alcool à volonté. Il n'en faut guère plus pour que les dirigeants se laissent aller - et que les ragots germent à foison.

Ce n'est qu'à ta deuxième Pina Colada que le monde finit par se colorer un peu plus. Qu'il se dédouble un peu aussi, par endroits. Que les gens sans intérêt se défilent pour laisser leur place à ceux qui comptent. Car c'est lorsque les langues se délient que les opportunités se créent.

Même si ces opportunités se résument parfois au réapprovisionnement du stand de macarons - car qui dit moins de monde, dit plus de friandises pour lui.

Même si ces opportunités se se créent parfois autour du stand de macarons.

"Excusez-moi, vous êtes bien Hatori Yazawa ?"

---

USA, Las Vegas - Janvier 2103


« Non. Non, non, merde. Ça va pas du tout, c’est encore pire qu’un article du Sun. Putain, quelle plaie. »

Le plus simple serait d'admettre que c'était une mauvaise idée. Que des années passées à juger des scénarios l'ont rouillé lorsqu'il s'agit d'en écrire un. Que les étoiles de la créativité ne sont plus aussi alignées qu'avant, que leur rotation impromptue a également chamboulé ses mots au point de n'en devenir que cet amoncellement de pâtés en tout genre.

Sauf qu'il préfèrerait encore croire que sa main a été piratée, ou que de faux souvenirs lui ont été implémentés en l'espace de quelques minutes. Tout sauf admettre ne plus être capable de pondre mieux qu'un tel tissus d'âneries. Il refuse. C'est impossible, tout bonnement inenvisageable. Ce n'est plus lui qui l'a écrit, non. Mais c'est lui qui le balance droit vers sa déchiqueteuse à papier pour le précipiter vers les oubliettes de l'Humanité.

Hop-là. Ni vu ni connu.

Ce n'est pas que la vie d'Hiroyuki Hashimoto ne mérite pas d'être contée, non. C'est plutôt que le papier n'est pas digne d'en être le medium. Bien sûr. Évidemment. Il ne pourrait même pas y coucher son Oscar sans que la feuille ne s'embrase face à tant de magnificence. Il faut connaître ses limites, dans la vie. Surtout lorsqu'on a l'honneur immense d'être le réceptacle de son épopée.

Les lèvres se pincent, le stylo voltige entre les doigts avant d'être fracassé sur le bureau vernis. Dans les énormes tâches d'encre indélébiles, il entr'aperçoit quelque chose. Une révélation. Son épiphanie.

Le théâtre. Voilà la solution. Il n'a qu'à faire du théâtre.

C'est toujours mieux que d'assumer qu'il se perd de plus en plus dans l'inconstance et la lassitude.

---

Japon, Kyoto - Septembre 2107

C'est un grand jour pour Hiroyuki.

Fièrement drapé dans son peignoir d'hôtel, les yeux rivés à l'écran de télévision - ça y est. C'est écrit, les résultats ne peuvent plus bouger, n'est-ce pas ?

Il y a sa tête au-dessus de la quatrième circonscription de Nagano. L'enfant prodigue de Shimosuwa a raflé les élections avec plus de quatre-vingt pourcents des votes exprimés, contre toute attente. Qui l'eut cru ?

Lui, bien entendu.

Et les connards avec leurs pronostics perdants peuvent bien se les mettre où il le pense. Il leur porte son premier toast de Prosecco en tant que Monsieur le député Hashimoto. A la votre, les ignares. Vous qui disiez qu'il ne serait jamais pris au sérieux.

Quatre-vingt pourcents.

Tant pis pour ses rendez-vous. Il faut qu'il voie Hatori. Aujourd'hui est un jour grandiose.

"Viens, on va fêter ça à Macao."

Le message est lâché, le jet est préparé. Monsieur le député fraîchement élu s'en va à son premier teambuilding politique, heh.

---

Japon, Kobe - Février 2108

Il ne saurait pas dire s'il est simplement heureux, ou s'il s'agit de l'un des meilleurs karma qu'il n'ait jamais eus de sa vie. Il jubile en appuyant sur les petites touches de sa télécommande, frénétique et extatique. Les chaînes passent et se ressemblent toutes, avec leurs gros titres alarmés et leurs présentateurs aux abois. C'est à qui fera le plus peur, qui montrera toujours plus de ces grands méchants rebelles. Cette bande monstrueuse d'égoïsme qui n'arrive pas à comprendre que les règles existent pour le plus grand bien - il faut vraiment être débile.

Mais qu'ils continuent donc à faire les idiots.

C'est toujours dans le chaos que les opportunités les plus juteuses naissent, et c'est d'autant plus vrai dans le monde de la politique.

---

Ecosse, Inverness - Avril 2111

Le taxi arrive, l'avion est réservé.

Aujourd'hui, c'est un peu comme si un deuxième Shukumei venait de frapper à la porte. Et c'est bon pour le business, tout ça.

Il se sent un peu désolé d'abandonner son équipe, dans le fond - il faut dire que sans lui, ils sont aussi paumés que des pédalos dans l'océan en pleine éclipse. Mais ça peut attendre. Tout peut attendre, sauf ça.

L'Incontestable est désactivé, la nouvelle vient de tomber. Ça fait d'autant plus de pauvres âmes égarées à guider jusque dans le bon chemin - le sien, évidemment. Dans le fond, que la machine tombe ou non lui est tout à fait égal - après tout, tant qu'il n'est pas touché, il n'en a rien à faire de toutes ces histoires de puces, de mariages... Par contre, les gens, eux, ils l'intéressent. Ils l'intéressent même beaucoup. Assez pour quitter le tournage de son prochain grand succès et retourner fissa au pays.

Dommage, c'était pas si mal, l’Écosse. Mais il commence à faire une intolérance au vert chlorophylle et les kilts grattent trop pour être honnêtes. Il est grand temps de se ressourcer au milieu des buildings et des ramen.

Un coup d'oeil discret à son téléphone, une main dans les cheveux pour calmer une mèche rebelle.

Tout va bien se passer. Hiroyuki Hashimoto est là pour vous aider.
— ★ —

— ★ —
Messages postés : 282
Inscrit.e le : 17/09/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Oscar aka Yori Kanzaki
Autre:
HAAAAAAAAAAAA désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1503925550
Mon Shei, quelle joie de vous avoir enfin ici parmi nous.
Hâte de pouvoir briller sous les feux des projecteurs main dans la main.

Bien à vous,
Hatowo ♥♥♥♥♥♥
la Brute

Messages postés : 245
Inscrit.e le : 18/07/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Bienvenue par ici. o/
Cet avatar. désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3998388675 Et le début de cette fiche donne envie d'en savoir plus, où est le reste ? Superbe effet déformé sur le papier.
Et jpp ces généralités. désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3182035657


— 渇いた叫び —

Messages postés : 656
Inscrit.e le : 04/09/2016

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : ❀
Autre: Remember, on your memory


Je suis perturbé et confus par ce début de fiche, les généralités, le papier disparu ? désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4200135721 désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto TgMh1OJ
Bienvenue en tout cas désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto IoHXIhe

Fucked up's never been sexier

Fucked up's never been sexier
Messages postés : 384
Inscrit.e le : 21/03/2017
"Genre : Divin." désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3998388675

Bienvenue par ici, ça promet du perso de folie ce début de fiche. Hâte de te voir sur le forum. désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2078551763

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

I've got love on my fingers, lust on my tongue
You say you got nothing, so come out and get some
◀◀    ❚❚  ▶▶

♥ Kintaro je t'aime ! ♥

Messages postés : 303
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kintaro N. Bolosski
Autre: [color=#996666]
Bienvenue mr Parfait désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1518348080
L'aes de cette fiche donne envie ohlala, hâte de découvrir l'histoire et le cara !
— Just Married —

Messages postés : 1271
Inscrit.e le : 11/01/2015

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bienvenue et bon courage pour la fiche 8D
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Oh mon dieu. OH MON DIEU !

ENFIN !

Rien qu'à la vue de l'avatar, j'attendais tellement cette fiche ! °O° En plus ça parle d'Oscar !
Trop bien l'effet de papier. Et cette écriture.

Bienvenue désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2464953146
Invité
— ★ —

— ★ —
Messages postés : 283
Inscrit.e le : 04/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : ToshiBabe ♥
Autre: Avatars by Dewey, Tybalt, Fu et Fubuki ~♥
C'est donc toi le fameux Hiro désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 517494357

Bienvenue!
— Just Married —

Messages postés : 168
Inscrit.e le : 18/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Mon Renard ❤️
Autre: Russel forever ♥
Ahaha mais ce début est génial j'ai hâte d'en lire plus ! Il a l'air tellement fuuuun *joke*

Fight pour la suite héhé ❤
— Just Married —

Messages postés : 172
Inscrit.e le : 16/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kan Odawara
Autre:
Bienvenue ! désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1988361910
Ton personnage a l'air tellement priceless XD
Bon courage pour la suite !

— Just Married —

Messages postés : 174
Inscrit.e le : 10/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Temporaire
Autre: Reste Fuyuka dans le cadre professionnel
"Activité : Moi à temps complet. " >> ce doit être épuisant, faudrait penser aux vacances des fois désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3766924225

Bienvenu en tout cas désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1362171446 cet avatar désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3998388675 bon courage pour la suite de ta fiche, hâte d'en voir plus @_@
Clumsy Seiyuu ❤

Messages postés : 236
Inscrit.e le : 07/08/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Nocturne Daisuke ♥
Autre: On s'regarde un animé ?
Bienvenue ici ! Au plaisir de te croiser
— ★ —

— ★ —
Messages postés : 3183
Inscrit.e le : 02/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : L'autre énergumène.
Autre:
Ce style :o

Bienvenue ici !
— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 04/01/2020
Merci à vous tous pour vos gentils messages de bienvenue, cela me fait extrêmement plaisir. désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2903594549

Hatori : Encore merci de m'avoir laissé la chance de jouer ce pré-lien. Les projecteurs n'attendent que nous, j'ai hâte de les faire imploser de jalousie avec toi en RP.

Butch : Heureux de voir que ma fiche te plaît pour l'instant, j'espère que la suite ne te décevra pas ! Je suis content de savoir que mes photomontages sont crédibles, je n'étais pas certain de les inclure au début. Encore merci. désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2609568152

Fu : Tout a bien évolué depuis que tu as posté ce message, j'espère que tu pourras y voir plus clair maintenant ! (même l'âge a changé, c'est dire !) désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1478779267

Chris : Oui, divin. Tu peux commencer à m'idolâtrer, maintenant. désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3146165630
Et oui, les hides. Je les ai vus, je les ai entendus, je les ai exploitus, je ne les lâche plus. désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2631673787

Benji : Merci Monsieur... Moins parfait que moi. J"espère que la suite te plaira si jamais tu la lis ! (et qu'entends-tu par "aes" ?) désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 502233443

Setsuka : Merci beaucoup, c'est très gentil ! désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 249715821

Yori : "Oh mon Dieu" - Ça me plaît que tu me vénères avant même que l'on ne se connaisse. Merci beaucoup pour tes encouragements, l'histoire de mon Oscar arrivera sous peu (stay tuned désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1518348080).

Jin : Le fameux ? Qu'ai-je fait ? désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 313954929 (et merci pour ton message de bienvenue !)

Renji : Fun n'est pas vraiment le mot que j’emploierais haha. Merci pour tes encouragements !  désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3147384519

Mirai : Mes hides, toujours mes hides.  désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3941600840  J'espère que la suite te plaira aussi !

Michiko : Jamais de vacances, le monde ne saurait se passer de moi plus de quelques secondes voyons.  désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1316729093
Merci pour ton message de bienvenue !

Jinjoo : Merci beaucoup pour tes encouragements ! Au plaisir de te croiser également.  désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2609568152

Armin : Merci haha. J'y ai passé énormément de temps donc ça me fait vraiment plaisir.  désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 882886638
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
le Ven 17 Jan - 17:33
Coucou toi et bienvenue sur JM !

Ce personnage est excellent... ces généralités sont à plier de rire x) Sans parler de cette fiche très originale, j'aime beaucoup la présentation avec les premières de couvertures. Ca va être génial de lire ses aventures à venir ♥ Courage pour la validation !
Invité
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5597
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Bienvenue sur le forum désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1362171446
Ces hides désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3998388675

Histoire
- Le tissus bruisse
- ces opportunités se se créent
- vous êtes bien Hattori Yazawa => un seul T désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4115966937

✗ S'il n'a pas été touché du tout par Shukumei, pas de souci. Néanmoins, il faudrait parler des derniers événements en date. L'extinction volontaire de l'Incontestable, l'épidémie qui en a résulté, la chasse à l'homme actuelle... Comme Hiroyuki est dans la politique, il doit forcément avoir un avis sur tout ça désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4115966937

Caractère

✗ En dehors de son égocentrisme démesuré et de sa relation tumultueuse avec sa famille, je trouve qu'il n'y a malheureusement pas grand chose qui ressort de son caractère. On sait qu'il est têtu, curieux et égoïste, mais c'est tout. Ses qualités, ses défauts il faudrait en savoir un peu plus sur lui désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4115966937

✗ Il manque également son avis sur l'Incontestable, surtout en tant que député.

Physique
-  mais qu'il pressent déjà
- l'élégance personnifié

Bon, j'hésite à valider ce physique. Ce type est beaucoup trop imbu de lui-même désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1534650057
Mais aller, ça passe désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 517494357

Validé ♥

Conclusion
Et bien, en voici un personnage tête à claques désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1534650057 Mais j'adore vraiment ! Un personnage aussi égocentrique, je trouve ça vraiment marrant à lire, et tu arrives vraiment bien à le retranscrire ! xD Il y a très peu de fautes, j'ai vraiment chipoté et tu écris bien. Les ajouts de couvertures de magasines et de scénario raté donnent un plus intéressant désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2432113367
Il y a juste le caractère qui est donc à revoir un peu et quelques ajouts à faire dans l'histoire aussi ! Si jamais tu as besoin d'un délai, n'hésite pas à le demander ! désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1362171446


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Ld7d
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Cn3Ckyx
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1EPYLUw
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto YqECw0j
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5597
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Attention, ton délai est dépassé depuis plusieurs jours maintenant désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1451543918
Je t'ajoute jusqu'au 27 o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Ld7d
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Cn3Ckyx
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1EPYLUw
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto YqECw0j
— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 04/01/2020
Bonsoir,

J'allais justement terminer mes modifications ! Je pense que ma fiche est prête pour un second passage (et encore merci pour le temps que vous y consacrez). Par rapport aux fautes, tout est corrigé (sauf le "pressent", je crois que c'est juste mais n'hésitez pas à me dire si ce n'est pas le cas désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3372397609)

-> J'ai rajouté quelques épisodes à la fin de l'histoire, à part cela rien n'a été changé - j'espère qu'ils vous conviendront.
-> J'ai modifié un peu le caractère, je voulais surtout faire sentir les qualités/défauts de Hiro au lieu de vous faire une liste. Je les ai rendues un peu plus explicites, je vous nomme ceux que j'ai exploités ci-dessous (et n'hésitez pas à me dire si ce n'est pas suffisant comme quantité) :
Impatient, égocentrique, égoïste (--> narcissisme), curieux, extravagant, aime rendre les autres jaloux, tenace, arrogant. Et je crois que c'est tout, mais la liste n'est pas exhaustive.

Merci beaucoup pour votre aide et bonne soirée !
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5597
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Ah pour le "pressent", je pensais que c'était le verbe presser (donc une erreur de pluriel)... Mais en fait c'est pressentir jpp, au temps pour moi désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 367806265

Pour les ajouts dans l'histoire c'est bon !
Pour le caractère, je pense que ce serait pas mal d'ajouter une sorte de petite liste de ses défauts/qualités pour que ce soit visible rapidement pour quelqu'un qui vient jeter un oeil sur ta fiche désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4115966937 Ou alors pense à les mettre dans ta fiche de liens plus tard désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 517494357 Mais bon là, c'est à toi de gérer xD

Je t'embête pas plus !

Amuse-toi bien désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 2432113367

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Ld7d
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Cn3Ckyx
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 1EPYLUw
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
désillusion des grandeurs - hiroyuki hashimoto YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum