Dimanche, procrastine.  200803042355296862

— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 19/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sans chaussure à son pied.
Autre: L'enfer, c'est les autres. Et moi aussi.
Vendredi Judas Nesstal
Dimanche procrastine, sans se soucier du Lundi qui vient.
Informations générales
Nom :Nesstal
Prénom.s :Vendredi Judas
Âge :26 yo, 30 Décembre 2085 (30 en réalité)
Genre :Possède une pénis.
Origines : Ukrainien
Activité :Directeur Artistique.
Sexualité :Non définie.
Avatar :après vérification ; appriorii, Callum Joanne et oc elena masci
Réglement : - 👌 - Carme
CheminJe reviens, merci confinement.
Autre :c'est l'histoire de trois nains...
Histoire
Il me semble, que les hommes se contentent de peu pour vivre. Certains hommes, du moins. Les pauvres travaillent plus pour gagner plus mais n'ont pas le temps. Les riches dépensent plus pour avoir le temps mais sont pauvres du savoir et les autres, eux, pataugent, encore et encore. Il n’y a rien de tel que rien. Rien est à l’origine de tout, on ne voit jamais rien, mais rien est partout. C’est beau, rien, et c’est toujours un bon début. On peut vivre de rien, croire en rien , rire de rien. Rien est souvent ce que l’on fait de mieux. Rien, c’est ce que l’on dit de plus fort. Rien, ça n’est pas rien, c’est même la meilleure chose qui puisse vous arriver.

C'est avec cette musique du rien, comme ça, qu'un jour, par hasard, nous nous sommes rencontrés. Je voudrais pouvoir vous raconter que c'est une histoire sentimentale incroyable, que vous allez verser une larme chaude et ronde. Il n'en est rien. Par un jour de pluie, à l'âge où les enfants ne sont pas encore aptes à s'occuper d'eux même, il m'a trouvé. Comme un chiot derrière une grosse pierre, j'étais là. Les détails me semblent encore flous, on a pas le temps de penser à cet âge là, drôle de fonctionnement que celui de la mémoire qui fait un tri rationnel pour protéger et épargner - à sa mesure - son propriétaire. Un homme sans nom, un homme dont on oubliera la vie quand il n'y aura plus personne pour en parler. Un homme extraordinaire.

Vendredi. Vendredi. Vendredi.
Il s'agit là, d'un jour de la semaine, il s'agit là aussi, du prénom étrange qui est le mien. Pas aussi moche qu'un bon vieux Brutus ou aussi tendancieux qu'une Clitorine mais tout de même, c'est un peu moyen pour se lancer dans la vie. Chaque pseudonyme à une légende à son bord, pour situer la mienne, il faut imaginer un homme, ramenant un petit chiot perdu, dévêtu de tout, vêtu de rien, trouvé dans un quartier perdu en France à la lueur d'un nouvel an pluvieux. Sa main rugueuse qui passe autour du corps si petit de cet enfant qui ne savait même pas son âge. Imaginez encore le visage de cette femme, assise derrière son guichet qui jette un regard sceptique. L'encart « SERVICES SOCIAUX » lui fait face, mais il ne se démonte pas. Elle ouvre la bouche pour laisser une voix nasillarde - sans pouvoir s'empêcher de se dire que ce pauvre gosse à des airs débonnaires - qui demande, il est a vous c'petit, le hochement de tête silencieux en guise de réponse, comment qui s'appelle le marmot. Imaginez un air gêné sur le visage de cet homme de nature discrète qui pour détourner l'attention regard sa montre et qui ô par miracle voit que.. Vendredi, il s'appelle Vendredi Judas Nesstal. Sans mot dire, le processus était en marche, j'étais devenu un Vendredi discret dans les bras puissants et rassurants d'un homme que je ne connaissais pas. Sans savoir encore, que ce dernier deviendrait le père que je souhaite à tout le monde d'avoir un jour dans sa vie. L'histoire de ma seconde naissance commence donc un Vendredi 30 Décembre de l'an 2085.


Le Japon est un lieu hors du temps et c'est la-bas que nous avons trouvé un refuge pour nos âmes fatiguées du crétinisme absolu du monde, je crois qu'il a voulu partir loin au début par précaution et ensuite, par envie.. Il voulait me faire grandir loin de ce qu'il avait connu dans ce pays étrange qui était le sien. Je n'étais pas bien vieux, je crois que je ne pourrais pas l'expliquer, mais nous y voilà : Adieu débats stériles entre pains au chocolat et chocolatine (oui dans mon futur c'est un débat qui persiste et je précise que c'est le chocolatines qui gagent). Finalement, quand un jour je lui ai posé la question il m'a juste répondu : J'y allais avec mes parents, et je trouve que c'est un endroit fort joli. Sacré bonhomme.

Ici, dans ce nouveau chez nous, les gens me semblaient être tous les mêmes, les enfants se faisaient rares, les adultes avaient toujours cet air triste sur le visage. Il m'avait dit qu'il avait rencontré une femme, une femme qui l'aimait. Ensemble il avait décidé de fonder un foyer et de me laisser une place dedans. Elle était douce, sentait bon. Des cheveux longs, noirs. Un regard en amande d'un marron chaud qui vous transperce le cœur tant la tendresse de ses iris vous dévore d'une traite. Quand elle glissait ses doigts fins entre les siens, il avait une moue fragile qui se dessinait, puis il souriait. Je l'aimais, autant que lui sans doute. Quand elle est arrivée, elle a passé une main dans mes cheveux couleur feu et a souri, tu peux m'appeler obasan' si tu veux, j'ai secoué la tête, je savais qu'elle ne sera pas la figure d'une simple tante, est-ce que je peux t'appeler okaasan', je crois qu'elle a pleuré, mais je n'en suis pas sûr. Elle lui a fait face, pudiquement, sans me regarder, elle a secoué la tête en guise de réponse et ne s'est pas retournée tout de suite. Ce jour là, j'ai eu une mère.

QUATORZE ANS PLUS TARD
Bip, bip, bip.
« Musukosan nous sommes en route, c'est bondé de monde. Ton père te dit de commencer à faire chauffer, on sera là dans un quart d'heure maximum. Ne te brûle pas surtout. »
Un sourire se dessine sur mon visage, aucun je t'aime ne vaut son ne te brûle pas. J'allume le four. Une odeur délicate se glisse dans mon appartement, doucement Ludmilla s'avance vers moi. Ludmilla, enfin un prénom dans cette histoire un peu vide. Ludmilla c'est la fille de okaasan'.  Ludmi est celle qui m'a torturé toute ma enfance en tant que bonne grande soeur adoptive qu'elle était. Un peu plus vielle que moi. Nos rapports sont bons, très bon. Chiens et chats. Avis divergents sur tout. Nos discussions sont souvent mouvementées, avez-vous déjà vu deux personnes totalement différentes qui finissent toujours, toujours par avoir la même finalité ? Roulements de tambours, nous voici. Elle est toujours pleine d'énergie. Des cheveux d'un noir profond et glaçant. Un sourire qui illumine n'importe quel petit cœur froid. Aujourd'hui, elle ne sourit encore plus que d'ordinaire pourtant, je ne peux pas plus attendre otôto... Elle sort de sa poche une lettre, cette lettre. Mon corps devient raide, mon cœur accélère, je.. Vendredi.. Je.. vais me marier !. Je hoche la tête, mon visage se ferme, c'est cool.Ses grands yeux sombre se tourne vers moi, elle me tend les bras. Je lui donne l'étreinte la moins convaincante qui puisse exister, je crois. Aucun mots ne pourraient changer ça, combien de mes amis ont finit par recevoir ce si fabuleux morceau de papier leur annonçant le début d'une nouvelle vie, youpi. Combien encore sont heureux en plus de ça. L'impuissance est un sentiment atroce, ne rien pouvoir faire pour aider ceux qu'on aime et ne rien pouvoir faire pour leur dire qu'ils acceptent et tolèrent n'importe quoi.

Ils arrivent, elle explique. Ils pleurent de joie. Les regards se tournent vers moi, ils attendent que je dise quelque chose. Mais rien ne vient, tu n'es pas heureux pour ta soeur. Il s'approche lentement de moi, et me tend une cigarette, youpi, elle va se marier avec un random qu'on ne connait pas, que c'est chouette. Il éclate de rire, me met l'affectueuse claque de forain sur l'épaule, tu es un pessimiste V. regarde Hanae et moi on s'est tout de suite aimé.

J'allume une cigarette, tout le monde n'a pas votre chance et tu le sais très bien. Il me regarde, il regarde ma cigarette. Personne ne me demande de l'éteindre, c'est rare. Je tire une latte, donne moi en une, la voix de ma mère résonne, l'enfant à l'intérieur de moi hurle de voir sa petite maman fumer, mais l'homme lui en sort une qu'elle glisse entre ses lèvres, j'allume cette dernière. Les deux vieux de mon cœur échangent un furtif baiser, je tourne le regard par respect, c'est à eux, pas à moi. Puis elle me regarde avec un sourire franc. Sa tête se pose sur mon épaule. Je pose mon menton sur le sommet de son crâne. Le temps prend une allure de fournaise. Les secondes sont si longues, si longues. À cet instant une ambiance étrange règne entre les murs de chez moi.  Ma sœur apporte de quoi trinquer tout en me faisant les gros yeux en voyant que j'ai potentiellement offert un cancer à sa mère, mes parents se laisser griser par le temps et moi je voudrais m'échapper de mon propre intérieur et pouvoir m'envoler loin de cette mascarade ridicule. Je n'ai pas grandi assez longtemps entre ces murs pour croire aux bienfaits d'un amour télécopié et programmé. Pour moi, à mes yeux la dure réalité qui est la nôtre c'est que nous n'avons plus le choix, l'amour est un concept, un luxe que les hommes ont perdu le droit de lorgner. La télévision, les téléphones portables, les tablettes. Le nez planté sur les écrans toute la sainte journée force aujourd'hui les uns à épouser les autres, sans même se connaître. J'aurais aimé qu'elle ait cette rareté d'une tristesse cachée derrière la joie, comme la lune derrière un soleil. J'aurais voulu dire quelque chose de beau, qui lui fasse plaisir. Quelque chose de censé. Quelque chose. Je pense à mes amours perdus, à mes amours passés.

Dès lors, je remercie silencieusement tous ceux qui m'ont brisé le cœur, pour l'avoir couvert de profondes cicatrices, grâce à eux, j'ai compris que l'amour est un muscle et qu'il faut parfois le blesser pour qu'il grandisse. Parce qu'un jour je serai à l'inconfortable place de ma sœur, parce que je jouerai des airs débonnaires pour ne pas me laisser bouffer pour ce sentiment d'impuissance qu'elle semble totalement occulter. Parce qu'à ce jour aimer est un luxe que nous n'avons plu et que j'ai la désagréable sensation que je suis le seul à le remarquer. Parce que j'ai ravalé les quelques larmes qui auraient pu s'échapper quand elle m'a annoncé cette grande nouvelle. Parce que.

Si ça peut vous rassurer, nous avons quand même bien mangé ce jour là, surtout eux.

Il est difficile à mes yeux de tourner la page d'une histoire quand le livre porte le nom de l'être aimé. J'ai oublié, souvent,  que le père biologique de Ludmilla était parti et que c'était à cause de ce malheur, qu'ensemble, mes parents avaient trouvé un bonheur incontestable et donné le nom de famille au groupe que nous formons. Lentement le monde est devenu fou, le pays tout entier a sombré dans un noir total. Plus un bruit. Fin de partie. Darren, quarante-deux ans, époux de ma sœur depuis l'arrivée de cette lettre, définitivement pas assez bien pour elle : mort. Elle lève les yeux vers mon père, je crois qu'il a souri. C'est à ce moment que j'aurais du dire : Je vous l'avais dis ou pas ? Si, je vous l'avais dis.

Nous avons appris plus tard que cela était une erreur de parcours et que tout ces gens, n'étaient pas réellement mort. Pourtant Darren n'est jamais revenu et aux yeux de ce que la plus part du peuple appelle l'Incontestable, ma soeur est libre de toute engagement. Un nouveau soleil rentre alors dans nos vies, il nous happe, nous mord et réchauffe le peu de place qu'il reste à l'intérieur de nos chairs usées. J'aurais aimé que le temps se mette en pause à ce moment précis.

Comme une larme sur la joue d'un enfant qui comprend que ses parents ne sont pas éternels, je n'ai pas le droit de rentrer dans cette chambre, okaasan'. Maman.

Les choses ont commencé avec ce qu'on appelle : un foutu mal de tête. Elles se sont terminées dans un lit qui n'était pas le sien, avec un tuyau qui lui traverse la gorge. La ligne devient plane, mon père se retourne, ma sœur hurle. Je reste livide. Son corps se soulève quand ils essaient de réanimer ce cœur qui a prit le temps de nous aimer. Je crois que je pourrais mourir avec elle. Second choc. Je me revois enfant lui demander si elle peut m'apprendre à parler Japonais. Troisième choc. Elle dépose un baiser humide et chaste sur mon front et glisse une mèche rousse derrière mon oreille, dors bien mon ange, je souris. Quatrième choc. Il repart lentement, mon visage pâle. Plus pâle que d'ordinaire laisser ruisseler les larmes chaudes et rondes d'un soulagement inexplicable, mes jambes me lâchent, je tombe. Mes genoux frappent le sol. Les trente secondes le plus longues de ma chienne de vie. Perdre une fois encore une mère : il est dit que dans l'ordre naturel des choses que si les enfants devaient mourir de chagrin à la disparition de leurs parents il s'agirait là du déclin de l'humanité. J'ai déjà perdu une famille, d'abord il y eut le chagrin, l'incroyable chagrin de n'avoir pas cru que l'on naissait avec sa mort, mais je suis mort une première fois dans cette ruelle en 2085. C'est en voyant cette femme précieuse et dénuée de vanité allongée dans un lit encore tiède d'un dernier souffle qui a manqué de la prendre à jamais que j'ai compris. J'ai compris qu'ils étaient, tous les trois, ma seule, mon unique et ma dernière part d'humanité. Les semaines ont passé, presque deux mois sont arrivés à une vitesse folle. Lentement, la Première Dame de mon cœur reprend des couleurs. Les traits du père se dérident. Le sourire de la fille revient, l'âme du fils trouve son salut.

Shukumei va changer dès lors : Les puces n'existeront plus. Il aura fallut que la moitié de la population meurt par accident et ne soit aps vraiment morte et qu'une épidémie type Dwayne Johnson viennent mettre une calotte au pays pour qu'elles disparaissent. Affligeant.

Tous les jours, elle fait passer à une dès infirmières un petit mot pour mon père. L'amour qui s'élime avec le temps est une légende. Aujourd'hui, étrangement, il est pour moi.. Je sors fumer une cigarette, longue, blonde, chaude et dangereuse. Je l'allume, la crame, la fume. J'ouvre le petit mot coincé dans la poche arrière de mon jean encore trop serré : « Musukosan, mon Vendredi, mon fils. Je ne sais pas de quoi demain sera fait. Je ne sais pas si je serai là et si je pourrais te dire de jeter cette cigarette que tu tiens - d'ailleurs jette cette cigarette - mais je voulais te dire merci de m'avoir élevé du rend d’étagère au rang de mère. Peu importe ce qui se passera, les gens que tu aimes et que tu connais deviendront ceux que tu aimais et que tu connaissais, quand ce jour arrivera pour nous deux n'oublie pas Musukosan que les larmes sont parfois une réponse inappropriée à la mort. Quand une vie a été vécue vraiment honnêtement, vraiment avec succès, ou simplement vraiment, la meilleure réponse à la ponctuation finale de la mort est un sourire ».

Pudiquement, je renifle, parce que profondément, je pleure, d'un revers de manche j'essuie mon visage humecté.
Une expression populaire dit, quand la vie vous donne des citrons, faites de la citronnade.

A l'échelle de l'univers, je suis un battement de cil furtif et dénué de tout intérêt. Je ne sais pas où est ma place, mais je sais que je suis bien ici. Je tire une latte sur ma clope, je l'écrase sur le rebord d'un mur avant de la mettre dans une poubelle. Je lève les yeux vers le gris-bleuté du ciel et laissant la fumée s'échapper de mon nez. J'adresse à Dieu un petit mot, je me dis que mille mercis ne seraient pas de trop pour cette vie, cette vie ordinaire si extraordinaire, merci d'avoir fait de moi un Vendredi qui lentement est un Dimanche qui procrastine, qui procrastine sans jamais, jamais se soucier du Lundi qui vient. Merci pour les ruelles sombres et terrifiantes, merci de m'avoir mis dans ses bras, merci pour cet homme brut de décoffrage, merci pour les femmes incroyables de ma vie, merci pour tous les autres aussi, merci.

En fait... Merci pour la citronnade.

CE QUE VOUS VOUDRIEZ PEUT-ÊTRE SAVOIR:
SUPPLÉMENTS:
- Vendredi a été trouvé alors qu'il avait déjà 4 ans, ce qui veut dire qu'il a plus de 26 ans.
- Il est né en 2081.   
- Il s'est mis en tête d'en apprendre plus sur son passé et ses proches biologiques.
- Il croit profondément au grand amour.
- Il souhaite fonder une famille pour donner un peu de ce qu'il a eu.
- Il a des grands-parents fabuleux qui seront développés au fil des RPS.

Physique
OUTISDE || Ils auraient voulu que je sois plus grand, plus mince, plus beau. Pourtant, à ma mesure, somme toute rudimentaire, je suis un homme classique. Atypiquement classique et de l'encre en guise de manteau pour l'hiver. Loin d'un marginal, je n'aime pourtant pas suivre ces idéaux préconçus du style, ces standards vertigineux de la beauté qui ornent nos petites têtes pleines de vides.
La courbe de mes yeux - qui n'ont pas la même couleur - fait le tour de son cœur, l'opaline de ma peau surmontée de quelques tâches - énormément - de rousseurs fait sourire. On attend de moi que je sois fort, que je sois le symbole de la virilité, car, je suis un homme, voyons. Alors j'enfile des bottines en cuir, matte. Des pantalons trop serrés, des pulls trop larges et des vestes côtelées en velours trop épaisses. Une main ébouriffe mon indomptable crinière et le sourire sur mon visage balaye le monde.

Je m'avance lentement dans les périples de cette journée qui se veut longue à mourir. Je m'assois, jambe écartées, car l'avis des tiers qui trouvent que je devrais les serrer m'ennuie. Entre mes lèvres, charnues, épaisses se glisse une cigarette - décadence de mon très potentiel cancer qui ne cesse de croître à chaque lattes - qui trouve avec une élégance propre sa place entre ces dernières.  Le gris des mes yeux observe le monde avec une dureté inexplicable. Les gens passent et immobile au cœur de la foule, mes longues jambes foulent le sol pour rentrer dans le havre doux du foyer qui est le mien.
Caractère
INSIDE || Il enfile son manteau usé à la lime et s'enfonce dans cette calme tempête qu'est le monde. Tu sais, je n'ai pas toujours été si parfait - et modeste de surcroît - il est à mon sens très complexe de mettre des mots sur ce que l'on est Je veux dire par là, qu'il me semble compliqué d'être rationnel sur la description de ce que nous sommes, fondamentalement. Vaste mensonge dans la bouche de celui qui te dira qu'il oscille entre le perfectionnisme et la grande franchise : Le perfectionnisme, qu'est-ce que c'est que cette supercherie ? À celui qui chercher une quelconque perfection, sache que tu es profondément ennuyeux. Ce n'est qu'un mot, un mot simple composé de neuf petites lettres qui ferait pâlir tous les marquis de Sade, mais qui remplit toutes discussions d'un vide abyssal. Pour être honnête la plus grosse façade du monde c'est de devoir se décrire pour donner un aperçu de ce qu'on pense être et non de ce qu'on est vraiment.


Toutefois, parce que personne n'est parfait je t'offre en ce jour de grâce, des mots pour parler de mes maux. Je te donne l'aspect tendre du plus profond de ma personne, bien que je pense, être d'une grande tristesse, une coquille un peu vide, molle, désespérément fade qui comme un seau sans fond tend à se laisser mourir dans les méandres d'un standard incompréhensible.

Nous grandissons avec la conviction intime que nous sommes tous des êtres à part dans une société définie. À ce jour, notre société met un point d'honneur à perdurer dans la conception de couple qui doivent faire prospérer une humanité qui ne cesse d'user, d'amoindrir et de salir le support que la terre représente sans se soucier de ce qu'il adviendra de cette dernière, miséricorde, que c'est laid. Les idées se bousculent dans ma tête, je suis comme ça, une pensée n'en attend pas une autre, perpétuellement, sans que cela soit pour autant constructif. Comme un enfant, je fais des caprices. Peut-être pour exister le temps de quelques secondes supplémentaires, pour ne pas qu'on m'oublie. Oui, c'est ça. J'ai peur de devenir un souvenir qui ne serait pas immuable : d'être un homme ordinaire, oublié. Qui se souviendra de mon passage quand je ne serai plus là.. Je préfère me dire, que je ne regrette ni d'être venu ni de devoir repartir vers quelque chose d'inconnu dont personne, grâce à Dieu, n'a jamais pu rien savoir. J'ai trouvé la vie très belle et assez longue à mon goût. J'ai eu de la chance. Merci. J'ai commis des fautes et des erreurs. Pardon. Pensez à moi de temps en temps. Saluez le monde pour moi quand je ne serai plus là. C'est une drôle de machine à faire verser des larmes de sang et à rendre fou de bonheur. Je me retourne encore une fois sur ce temps perdu, sur ce temps gagné et je me dis, je me trompe peut-être, qu'il m'a donné - comme ça, pour rien, avec beaucoup de grâce et de bonne volonté - ce qu'il y a eu de meilleur de toute éternité: la vie d'un homme parmi les autres.

Je me veux poétique dans mes pensées, ordurier pourtant dans la verve.
Je parle comme en livre mais je n'en ai que la couverture, pourtant.
Je suis de ceux qui critiquent, râlent, hurlent et pestent.
Vindicatif et mauvais souvent, tendre parfois, aussi. Je suis un Vendredi qui lentement procrastine sans jamais se soucier du Lundi qui vient car, avec le temps, sans doute, j'ai compris que les monstres, ne se cachent ni dans nos placards ou encore sous nos lits, mais qu'ils sont, tout simplement comme ça, à l'intérieur de nous.
Généré avec le formulaire
— Just Married —

Messages postés : 588
Inscrit.e le : 05/02/2017

Les plus du perso :
Je suis: Pour ou contre l'Incontestable ?
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bon retour sur le forum ! o/
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 19/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sans chaussure à son pied.
Autre: L'enfer, c'est les autres. Et moi aussi.
Merci, cette fois ci j'ai fini ma fiche plus que dans les temps !
— Just Married —

Messages postés : 71
Inscrit.e le : 21/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Oméwi cette fiche est trop cool à lire ! J'ai tiqué en lisant ses origines puis son histoire. Yaurait moyen de bricoler un lien avec Aly si ca t'intéresse, on en rediscutera quand tu seras validé si tu veux.

En attendant, bienvenue o/
— Just Married —

Messages postés : 204
Inscrit.e le : 26/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Athrechou ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Re-bienvenue à toi, je me souviens avoir vue ta fichette passer, la dernière fois !

Bienvenue pour de bon, cette fois Dimanche, procrastine.  1362171446
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 19/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sans chaussure à son pied.
Autre: L'enfer, c'est les autres. Et moi aussi.
Un grand merci à vous deux, l'accueil est toujours vraiment bien ici.
@ALEKSANDRA N. ZELENKA je pense que je vais jeter un coup d’œil à ta fiche de manière instantanée !
@JASMINE DEGURECHAFF merci encore et oui, cette fois, je reste pour de bon.
— MODÉRATEUR FICHE —

le Ven 20 Mar - 11:26
Messages postés : 423
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Paweł ♥
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
J'adore l'ava hihi.
Rebienvenue donc ?? Dimanche, procrastine.  1518348080
— ★ —

— ★ —
Messages postés : 215
Inscrit.e le : 09/12/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Benji N. Tarkovski
Autre: [color=#CE3D3C]
Trois nains ? Détournement de mineurs ?

Bienvenue ♥
— MODÉRATEUR FICHE —

Messages postés : 433
Inscrit.e le : 06/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Lullaby ♥
Autre:
Bon retour Dimanche, procrastine.  1362171446
Cet avatar me trigger toujours autant, pauvre pigeon.
Je lis tout ça après le taf, mais je me rappelle de bons souvenirs de ta fichette Dimanche, procrastine.  4115966937
Bon courage pour la validation itou o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Dimanche, procrastine.  6pl1
Merci à mon époux, le plus beau. ♥

Je ne t'oublie pas bb :

— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 19/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sans chaussure à son pied.
Autre: L'enfer, c'est les autres. Et moi aussi.
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 19/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sans chaussure à son pied.
Autre: L'enfer, c'est les autres. Et moi aussi.
Yo tout le monde c'est Squeezie.
Fausse joie, je le sens. Je m'excuse du double-post.
Je voulais juste signaler que j'ai terminé ma fiche du coup. Je ne sais pas si c'est ce qu'il faut faire, mais.. qui ne tente rien, n'a rien !
Prenez grand soin de vous même, et mangez des fruits.
Dimanche, procrastine.  2432113367
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 1948
Inscrit.e le : 24/01/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Seyfried Bellandi
Autre:
Yohoho, rebienvenue par ici ! Dimanche, procrastine.  2984341854 Déso pour le délai avant mon passage, pas mal de choses à gérer en ce moment mais le renfort de nouveaux modo fiches le mois prochain devrait nous permettre d'ajuster ça.

Il aura fallu que tu repasses par ici pour que je comprenne enfin comment était construit ton avatar, qué honte sur moi. En tout cas il est bien classe, de même que ta fiche. Franchement, c'est super agréable à lire, tout en légèreté et en poésie. Ca fait ressortir quelque chose de très chill et apaisant à la lecture et ça on aime. Dimanche, procrastine.  3998388675

Je vais quand même t'embêter sur 2/3 détails :
• à commencer par le pseudo car, sadly, Vendredi n'a rien d'un prénom irlandais et il est très probable qu'il fasse partie de ces prénoms automatiquement refusés par les administrations. C'est négociable d'en changer ou tu préfères ajouter une justification inrp à ta fiche ?
• pour reprendre sur l'histoire : j'avoue ne pas avoir trop compris comment le père passe de l'Irlande au Japon > est-ce qu'il était déjà jap, de passage en Irlande avant d'y retourner ? Est-ce qu'il est allé s'y installer plus tard ? Si c'est ce dernier cas attention : ton histoire laisse à penser qu'il y va "juste" parce qu'il a rencontré une japonaise mais s'ils ne sont pas un couple créé par l'Incontestable rien ne garantit qu'ils resteront ensemble. Je dirai pas non à un poil plus d'infos à ce niveau. 👌
• la réaction lorsque la soeur reçoit la lettre de mariage : vu qu'elle est jap attention, elle est endoctrinée depuis l'enfance à l'Incontestable. Une réaction aussi extrême ne peut pas sortir de nulle part. Idem pour la mère et le père : leur mariage est une réussite, pourquoi est-ce qu'ils craignent celui de leur fille ? Idem pour Vendredi : ses parents s'aiment et sont heureux, mis ensemble par la machine. Pourquoi craindre pour sa soeur ?
• nickel pour l'intégration du dernier event en cours mais il va falloir quelques lignes sur Shukumei et l'épidémie qui précède l'arrêt des puces, même si tes persos n'ont pas été directement impactés. Tu trouveras toutes les infos ici : https://www.just-married-rpg.com/t6392-evolutions-du-contexte
• l'avis de Vendredi sur l'Incontestable : si j'ai bien capté il est pas très fan du programme. Comment ça se fait, alors que ses parents sont la preuve qu'il fonctionne ? Ou alors je suis passé complètement à côté à cause de la fatigue, mea culpa Dimanche, procrastine.  128457956
• et un petit saut sur le physique : tu mentionnes un vitiligo qui est complètement absent ailleurs > outre l'esthétique, c'est aussi une vraie maladie ayant des conséquences contraignantes dans le vie de quelqu'un, il faudra l'ajouter quelque part. Aussi, "crinière blanche parsemée de quelques tâches de feu" > il est pas juste roux ? D'où vient le blanc ?

J'te glisse les quelques coquilles que j'ai croisées dans l'histoire, une dernière repasse devrait s'occuper de ce qui reste ailleurs :
Les pauvres travaillent plus pour gagner plus mais non pas le temps
ramenant un petit chiot perdu, dévêtu de tout, vêtu de rien, trouver dans un quartier perdu d'Irlande
un regard septique.
Elle ouvre la bouche pour laisse une voix nasillarde - sans pouvoir s'empêcher de ce dire que
Parce qu'un jour je serai à l'inconfortable place de ma sœur, parce que je jouerais
Il s'est mit en tête


En somme besoin de quelques éclaircissements ici et là et roule ma poule, on sera tout bon. Dimanche, procrastine.  2343467211
Courage pour les modifs !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


So if you want to push, I'm a shove || If you want to spar we can do it no gloves || And if you're gonna run at me you better do it hard || 'Cause I fear no fall, no brawl, no scars
I'm two pounds shy of a bomb || I'm one shade short of alarm || I'm too past wrath that I'm calm || Got two last laughs in my palms

And all around the sirens play
Don't get in my way
◀◀    ❚❚  ▶▶



Yzma, spirit animal:
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 19/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Sans chaussure à son pied.
Autre: L'enfer, c'est les autres. Et moi aussi.
Dimanche, procrastine.  835842171 Ceci est mon visage quand j'ai compris que Vendredi ne serait pas vraiment le personnage que je voulais.

J'ai changé ce que tu m'as demandé. J'ai corrigé les coquilles que tu as relevé, mais il est difficile de voir l'intégralité des fautes quand tu as le nez dessus en permanence. J'ai fait au mieux.
Vendredi s'appelle Vendredi. Il vient de France, adieu l'Irlande, de toute manière, ça n'avait aucun sens.

Il vient au Japon parce que son père passait des vacances d'été là bas étant enfant et dans la logique où c'est un homme simple : Il trouvait que c'était joli, alors pourquoi pas. J'ai également rajouté trois lignes sur l'arrêt des puces. Concernant le phyique : Le personnage pour mon avatar d'Apriorii qu'est Callum Joanne (et refait par Masci en OC même s'il est totalement vrai qu'on ne le remarque pas) a des traits visibles de ces modifications. Mais par précautions, j'ai tout retiré et laissé le texte de base.

J'ai changé la totalité de l'approche de mes PNJS ce qui fait qu'à mes yeux mon histoire est à chier, mais personne ne remet en cause l'Incontestable.
Vendredi a quand même des réserves car il ne comprend pas qu'on puisse laisser quelqu'un ou quelque chose d'autre choisir l'amour de sa vie ou tout simplement la personne qui partagera cette dernière. Cela lui semble être inconcevable, vu qu'il n'a pas été endoctriné depuis son enfance comme la fille de sa belle mère.

De plus, le fait que ses parents aient eu une union heureuse ne veut pas dire qu'il approuve pour autant, c'est pour ça que j'ai rajouté : " Tout le monde n'a pas votre chance ". N’oublions pas qu'il a été abandonné telle un étron par ses parents biologiques, il y a de quoi être sceptique et peut-être un peu chamboulé aussi.

Voilà, j'espère que c'est assez correct pour toi maintenant et que la lecture sera agréable et que je n'ai rien oublié. Merci à toi d'avoir prit le temps de corriger ma fiche en tout cas et vraiment désolé qu'elle n'ait pas été parfaite du premier coup.

NB ; Pour ma part, j'ai un vitiligo IRL et un manque de mélanine et je dois avouer que j'ai très peu de contraintes dans la vie de tous les jours.

La bonne bise.
Dimanche, procrastine.  2984341854
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 1948
Inscrit.e le : 24/01/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Seyfried Bellandi
Autre:
Et ça c'est moi en te lisant : Dimanche, procrastine.  1248495038
Tu aurais très bien pu garder ton perso et l'histoire tels quels en ajoutant deux trois béquilles pour étoffer les points qui manquaient un peu d'infos tu sais ?  Donner du recul critique à des PNJ ça se faisait en 2 lignes sans toucher à un poil du reste de ton texte. C'est bête d'en faire un truc que tu trouves à chier pour si peu. Au pire, si l'envie te prend de remodifier ta fiche post-validation pour avoir un truc qui te convient mieux c'est toujours jouable, rien n'est figé dans le marbre. Dimanche, procrastine.  1728200632

Ok pour le pseudo même si techniquement ça reste impossible (bon courage aux jap pour la prononciation, rip la langue française à l'étranger Dimanche, procrastine.  3912395661) et le padre simple. Pour le vitiligo c'est my bad, j'aurais dû mettre que c'est quelque chose qui pouvait avoir des conséquences sérieuses à prendre en compte et juste qu'on sache où se situait Vendredi à ce niveau. A force de voir passer des maladies ou traumas h24 dans les fiches pour #l'aesthetic on finit par arrêter de nuancer et y aller direct au karcher, désolé pour ça.

Allez, amuse-toi bien sur le forum. Dimanche, procrastine.  2078551763

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


So if you want to push, I'm a shove || If you want to spar we can do it no gloves || And if you're gonna run at me you better do it hard || 'Cause I fear no fall, no brawl, no scars
I'm two pounds shy of a bomb || I'm one shade short of alarm || I'm too past wrath that I'm calm || Got two last laughs in my palms

And all around the sirens play
Don't get in my way
◀◀    ❚❚  ▶▶



Yzma, spirit animal:
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#15 —Re: Dimanche, procrastine.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum