La Sérénissime
Petit poussin terrifié cherche sa maison LGIkJbc
Le Deal du moment : -8%
Apple AirPods Pro
Voir le deal
249 €

— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 18/04/2020
Kimi Usanô
"Maman, j'ai peur ...."

Généralités
Nom ;; Usanô
Prénom ;; Kimi
Âge ;; Grand gaillard de 21 ans, né le 09 mars 2091
Genre ;; Masculin
Origines ;; Franco-japonaise
Activité ;; Étudiant par correspondance, il est en retard sur la plupart des gens de son âge. Son cursus actuel est équivalent à la dernière année de collège en France.
Sexualité ;; Homosexuel
Avatar ;; Oh Sangwoo de Killing Stalking
Règlement ;;
Chemin ;; Ancien membre qui avait perdu le forum de vue, j'ai décidé de revenir avec mon ancien personnage !
Commentaire ;; Cœur, paix, amour et volupté sur vous ! ♥
Si vous saviez comme vous m'avez manqué !   Petit poussin terrifié cherche sa maison 2432113367
Histoire
Alors que le neuvième jour du troisième mois de l'an 2091 débutait, la douce lumière du soleil levant venait caresser un visage en sueur. Celui d'une jeune française, tout juste âgée de quinze ans et nommée Lou DeLacroix. Elle était allongée sur un lit d'hôpital, dégoulinante de sueur tandis que son souffle haletant venait caresser la main de sa mère venue la soutenir dans cette dure épreuve. Une épreuve que la jeune femme se devait de vivre seule, sans l'aide du garçon qui l'avait entraînée là-dedans. Une épreuve bien dure pour une femme si jeune et si frêle qui se vit obligée d'arrêter ses études et de grandir prématurément. Une épreuve rude, qu'elle se devait de traverser. C'est dans les cris de douleur de cette jeune femme, dans ses jurons qu'elle s'évertuait d'étouffer pour préserver les délicates oreilles de sa propre mère, dans les pleurs d'une atroce douleur puis d'un immense soulagement que naquit un enfant. Un jeune mâle prometteur aux traits déjà bien typés.

Pourtant, je suis quasiment sûre que si l'un d'entre vous était allé voir cette jeune française quelques mois plutôt et lui aurait déballé son avenir, elle ne vous aurait certainement pas cru. Et dire que quelques mois plus tôt, elle était encore scolarisée dans un petit lycée de Paris, qu'elle suivait des cours de japonais, admirative de la culture de ce pays, et qu'elle venait de recevoir chez elle son correspondant, un jeune garçon, Otoshi Usanô, ayant sensiblement le même âge qu'elle et se trouvant dans une classe équivalente à la sienne. La jeune fille se montra d'abord hésitante, ayant déjà crié sur tous les toits qu'il était injuste qu'elle se retrouve avec un correspondant masculin alors que les autres filles de sa classe possédaient une correspondante féminine ! Finalement, lorsqu'elle le vit, elle tomba littéralement sous son charme. Il était si beau, si exotique, si merveilleux. Le Japonais se montra d'abord réticent, n'étant pas habitué au contact humain. Mais Lou avait un don, le don de mettre les gens à l'aise. Cela fut laborieux, mais elle arriva à se lier d'amitié avec lui. En lui extirpant tout d'abord des sourires, puis des rires et parfois même des larmes de joie. Mais cela ne suffisait pas pour combler la petite blonde, cet homme, elle l'aimait, elle le voulait et elle se fichait bien de son origine, de la situation de son pays et même de la réticence de ce dernier au contact. Pourtant, elle ne voulait pas le forcer, l'effrayer ou le blesser, elle ne pouvait que se contenter de son rire. Un si beau rire.

Tout du moins, c'est ce qu'elle pensait jusqu'au jour où son frère, décida de donner une fête à leur domicile, avec l'accord des parents, qui étaient alors loin de se douter que leur fils y invitrait des filles et prendrait de l'alcool, et encore moins que leur fille allait en profiter ! Les parents partirent au restaurant et passèrent la nuit à l'hôtel afin de laisser leurs deux adolescents s'amuser librement avec leurs amis, pensant que ces derniers avaient été suffisamment bien éduqués pour ne pas faire de bêtises, Dieu qu'ils étaient naïfs. Lou, parfaitement consciente qu'Otoshi refuserait de se mêler à la fête et de côtoyer tous ces inconnus, décida de se retrancher dans sa chambre avec lui, quelques paquets de chips et un pack de bière. De nombreux adultes disent que 15 ans, c'est l'âge bête. Peut-être ont-ils raisons. Tout ce que je peux vous certifier, c'est qu'une fois le pack de bière liquidé, les deux adolescents, qui n'avaient probablement jamais bu auparavant, furent prient d'une étrange euphorie qui les rapprocha bien plus que ce qu'Otoshi ne l'aurait voulu. Vous l'aurez compris: l'inévitable se produisit ce soir-là, le couple ayant délaissé les protections, et étant sans doute trop ivre pour y penser, était pourtant loin de se douter des conséquences. Certes, il y avait des risques de grossesse, mais ils leur paraissaient bien minimes, combien de pourcentage de risque il y avait il ? Qui aurait pu prévoir que EUX auraient un enfant ? Lors d'une première fois ? Sans le vouloir ? Mais cela fut le cas, et ce n'est que lorsque le jeune homme retourna dans son pays que la conséquence pointa le bout de son nez ! Et la nouvelle ne fit pas que des heureux ! Les parents de la jeune femme la trouvant trop jeune pour avoir un enfant et ceux du jeune garçon trouvant cela trop honteux que leur fils ait osé avoir un enfant hors mariage. Pourtant, Lou était déterminée à le garder et, lorsque ce petit brin de femme avait une idée derrière la tête, il était impossible de la faire changer d'avis !

La grossesse se passa, avec des hauts et des bas, sans que la Française n'ait de nouvelle du futur papa. Ce n'est que lors de la naissance que ce dernier donna enfin signe de vie. Poussé par ses parents à reconnaître cet enfant car bien qu'il soit né hors mariage et n'entrait donc pas dans les statistiques de l'Incontestable, sa future progéniture entrerait dans ces chiffres et ferait à son tour grossir les effectifs démographiques que le pays tenait tant à voir augmenter. De plus, le nourrisson était une source sûre pour le père d'Otoshi, un homme bien trop ambitieux, voulant propager le nom d'Usanô à travers les âges et le temps, chose qui n'aurait peut-être pas été le cas sans lui. Selon lui, il y avait un risque pour qu'Otoshi ne puisse avoir d'autres garçons, il pensait que si son fils ne lui faisait que des filles, elles perdraient leurs noms dès que le mariage serait prononcé, et, par conséquent, Kimi pourrait être le seul à pouvoir propager le nom d'Usanô. Peu de temps après la naissance du nourrisson, des médecins de l'ambassade japonaise débarquèrent pour lui implanter cette puce régissant la vie de chaque Japonais.

Ainsi, le jeune garçon se vit octroyer le nom de famille de son père alors que sa mère s'arrêta sur le prénom de Kimi, étant alors inspirée par une marque de parfum dont les bouteilles avaient la forme d'une geisha. Trouvant cela plutôt comique, la Française décida de l'utiliser afin de donner à son enfant un nom à consonance asiatique tout en se moquant des origines de l'homme qui l'avait laissée tomber après l'avoir fécondée. C'est ainsi que Lou se retrouva chez ses parents, cumulant les petits boulots tout en s'occupant de son enfant. Elle le chérissait tant que sa rancoeur pour son géniteur disparut bien plus vite qu'elle n'était venue. Elle se décida même de montrer à son fils le pays dont il était issu. Il fallut du temps à la blonde pour accumuler l'argent nécessaire à ce voyage, tout en comptant les frais à dépenser une fois sur place. Pourtant, sa détermination ne rencontrant aucun obstacle apte à l'anéantir, la poussa à accomplir son but. Et cela fut chose faite. Lou fit d'abord un voyage de deux mois, seule ayant confié Kimi à sa mère, afin de repérer des logements et d'explorer le marché du travail. Elle tenta également de retrouver Otoshi, en vain. Ce fut un échec sur tous les plans, mais la jeune mère de famille ne se dégonfla pas.

Ainsi, Kimi fêta son cinquième anniversaire dans un avion en partance pour le Japon où l'enfant se voyait déjà vivre dans une famille heureuse et stable composée de ses deux parents, tous deux souriants et jouant avec lui. Il est évident que l'enfant, alors haut comme trois pommes était loin de comprendre les lois qui régissaient le pays dont il était originaire. La déception fut bien grande pour cette jeune maman et son enfant lorsqu'ils posèrent pied dans ce nouveau pays. Son premier réflexe fut de poursuivre ses recherches sur Otoshi, pensant que ce dernier l'aurait sagement attendue et n'aurait pas osé débuter une nouvelle vie avec une autre femme. Grossière erreur. Et oui, comme tout Japonais, lorsqu'Otoshi eut atteint ses 16 ans, les recherches d'une partenaire compatible débutèrent. Et le voilà, âgé de 18 ans, une lettre en main lui annonçant son union. Il ne chercha pas à contester, se pliant sans trop de problème aux exigences de l'Incontestable. Ainsi, lorsque Lou et Kimi arrivèrent au Japon, il était déjà marié et son épouse était déjà à son 8ème mois de grossesse.

Désespérée et pourtant déterminée à offrir à Kimi la vie la plus stable possible dans ce pays, elle décida de s'y installer, utilisant le peu d'argent qui lui restait pour louer un misérable petit appartement situé au-dessus d'un restaurant de banlieue. Lou restait en contact permanent avec ses propres parents qui n'hésitèrent pas à lui envoyer quelques aides afin qu'elle puisse subvenir à leurs besoins, tout en tentant de la persuader de regagner la France. Mais la jeune femme refusa. Sachant pertinemment que sans diplôme, elle n'aurait que peu de chance de trouver un emploi décent dans une ville comme celle-ci. Néanmoins, elle possédait une certaine expérience des petits boulots, ce qui pouvait plaire à certains employeurs, pourtant, ces mêmes employeurs furent rebutés par son manque de connaissance en la langue, craignant que la petite blonde n'effectue des erreurs dû au mal ou à la non-compréhension de certains mots. Elle n'eut alors d'autre choix que vivre sur l'argent envoyé par ses parents. Elle tenta de se restreindre le plus possible afin que son fils ne manque de rien. Elle se permit pourtant d'acheter quelques livres censés lui apprendre le japonais, langue qu'elle se jura d'apprendre à son enfant dès qu'elle en maîtrisera les rudiments. Les mois passèrent. Jusqu'à ce que Lou ait suffisamment appris le japonais pour que les employeurs cessent de paniquer. Le marché du travail restait tout de même bien restreint, d'autant plus que la jeune femme conversait quelques exigences, refusant de travailler de jours et les week end pour pouvoir passer le plus de temps possible avec son fils. Ainsi, elle n'exigea que des travaux de nuits, limitant ses recherches à serveuse, barmaid et d'autres besognes du genre. Et pourtant, malgré ces exigences, son niveau encore limité en japonais et son statut d'immigrée carte verte, sous  elle trouva un emploi dans un petit bar de quartier. Elle devait servir les clients et n'avait alors qu'à apprendre la carte par cœur et à leur tendre un magnifique sourire, même si ces derniers s'avéraient infectes. Elle commençait à 19 heures pour finir à parfois plus de minuit, lui laissant alors 7 heures de sommeil, afin de pouvoir réveiller son enfant à 8 heures. Elle partait dès que celui-ci était couché et endormi mais non sans craindre qu'il se réveille dans la nuit et se blesse d'une manière ou d'une autre.

Le temps passa, la jeune femme avait acquis une certaine stabilité économique, son travail lui rapportant suffisamment d'argent pour subvenir correctement aux besoins de sa famille et payer son logement. Kimi rentra à l'école, conforté dans sa quête d'amis par les bases de japonais que sa mère lui avait donné. Voulant parachever son installation au Japon, Lou finit par se lancer dans les démarches nécessaires à sa nationalisation. Ce fût long et laborieux mais les démarches finirent par aboutir et l'Incontestable se mit en route. Il cherchait le partenaire idéal pour la jeune femme.

Puis, plusieurs mois plus tard, elle reçut à son tour cette fameuse lettre. La voilà mariée à un dénommé Kenshi Okino, censé être son âme soeur. L'homme semblait charmant, informaticien de métier, son salaire semblait suffisamment confortable pour subvenir à tous leurs besoins et leurs permettant même de s'offrir quelques extras. Lou pensa alors être délivrée, elle n'aurait plus à compter l'argent et à se priver de viande pour que son enfant en ait la dose suffisante, mieux encore, elle n'aurait plus à devoir compter sur l'argent de ses parents et envisageait même de les rembourser centimes par centimes, mais, elle était alors bien loin de se douter des vices de ce son futur époux et du danger que cela représentait pour son enfant. Kenshi avait un besoin inassouvi. Un besoin qui lui était impossible de tarir. Un besoin qui ne faisait que croître à chaque fois qu'il tentait de l'assouvir. Ce besoin devint vite une dépendance. Une addiction qui régissait sa vie et détruisait celle de ses proches. Ce besoin était simple, il consistait à boire. Des boissons fortes et alcoolisées. Des boissons endormant son cerveau, le faisant sombrer dans ses instincts les plus bestiaux et sombres, le rendant violent et terriblement stupide. Sous l'emprise de cette boisson, endormant son cerveau, Kenshi s'énervait souvent, bien trop. Et quoi de mieux que cet enfant dont il n'était pas le père pour se défouler ? Kimi commençait déjà à grandir. Ses traits commençaient à se développer et plus il mûrissait, plus il ressemblait à son véritable père. Ce qui ne faisait qu'énerver Kenshi, alors obligé de supporter ce gosse dont il n'était ni le père, ni l'oncle, ni le cousin. Obligé de supporter ce gosse étant issu des entrailles de cette femme à l'accent français qui était devenue sienne. La présence de Kimi rendait Kenshi fout. La présence de Kenshi rendait Kimi triste, désirant plus que tout retrouver son véritable père. Et ce n'est que pour cette simple raison que Kimi devient la cible de cet horrible beau-père sous l'emprise d'un diable en bouteille. Tous les samedis, à heures variables, dès que l'homme avait un coup dans le nez, il entrait dans la chambre du jeune garçon en donnant un grand coup de pied dans la porte. Effrayé, l'enfant se réfugiait sous son lit, se forçait à rester silencieux et voyait les pieds de l'homme marcher autour de celui-ci, chancelant, manquant de tomber à chaque mouvement. Avant de l'attraper par la cheville et tirer avec force l'enfant de sous le lit. Kimi pleurait et criait implorant sa mère. Pourtant, cette dernière ne répondait pas, n'osait pas.

Oh elle avait bien essayé les premiers jours, elle avait réussi à empêcher l'homme de pénétrer dans la chambre de Kimi les deux premières semaines. Elle avait reçu en échange, une série de coups de poings que son époux destinait à son enfant. Elle avait souvent tenté de le défendre, étant toujours récompensée par des coups, des coups bien plus violent que ceux que Kenshi prévoyait donner au petit. Puis, vint la quatrième semaine. Kenshi, énervé  et muni d'une force étrange, l'assomma avant de pénétrer dans la chambre de l'enfant. A son réveil, Lou trouva alors son fils, en train de jouer avec une peluche offerte par un Kenshi ayant dessaoulé. Et elle ne put que sourire en se persuadant qu'il voudrait peut-être mieux ne plus agir. Certes Lou avait jusque là été une mère forte, puissante et prête à tout pour son petit mais là ... La fatigue la prenait. Elle commençait à s'affaiblir, à croire que tout ce qu'elle était en train de vivre ne valait pas le coup. Que cet enfant, malgré son amour pour lui, ne méritait pas de lui faire endurer tant de malheur. Alors, la jeune mère, aussi forte fut-elle, se résigna et arrêta de s'interposer. Et voilà Kenshi qui frappait le petit garçon, évitait soigneusement de toucher son visage, allongé au sol, trop faible pour se défendre, ne pouvant que crier et pleurer. Ces cris étaient stridents pourtant sa mère n'y prêtait pas attention, tout comme ces voisins. Ces derniers n'ayant plus la force de réagir.

Les premiers jours, ils furent apeurés par les cris et se demandèrent s'ils devaient vraiment se mêler des affaires de cette petite famille, peut être n'était ce là qu'un conflit passager comme en vivent toutes les familles. L'homme semblait tant gâter l'enfant qu'ils n'osaient pas un seul instant songer à une quelconque malveillance. Puis vint la seconde semaine. Les cris se répétèrent et alarmèrent les voisins. Un couple de senior se lança alors sur son téléphone pour prévenir la police. Les agents arrivèrent alors que Kenshi avait fini de se défouler sur Kimi et que celui-ci avait trouvé le repos dans les bras de sa mère. Elle lâcha son enfant, bien difficilement, pour aller ouvrir à la police, leur certifiant qu'il n'en était rien. Que Kimi avait juste piqué une crise. Puis les semaines passèrent. Les voisins tentèrent d'aller la voir, de lui demander quel était le problème. Lou avait sans cesse la même réaction. Elle souriait. Affichant ce genre de sourire hypocrite qu'elle avait dû apprendre à manier pour se faire une petite place sur le marché du travail. Elle tapotait leurs épaules, les remerciait de leur bienveillance avant de leur sortir une multitude d'excuses que les voisins gobèrent, sans réellement y croire. Tous ces beaux mensonges pour cet homme. Oui il rentrait plein comme une barrique. Oui il était souvent en colère et avait parfois de violent excès de rage. Mais l'homme dessaoulait. N'ayant que de vagues souvenirs des maltraitances effectuées sur l'enfant et sa génitrice. Pourtant, il voyait les visages de ces derniers effrayés, n'osant croiser son regard. Il voyait les bleus sur leurs corps. Leurs peurs. Leurs méfiances. Et il s'en voulait. Le lendemain de ces nuits d'ivresse, il ne cessait de quémander un pardon. De couvrir sa petite famille de cadeaux afin de leur extirper un sourire. Il ne cessait de promettre à sa dulcinée que plus jamais cela ne recommencerait. Et elle croyait, elle l'espérait. Sans s'en rendre compte, au fil du temps, elle avait fini par tomber amoureuse de cet homme. Alors, elle le pardonnait, faisait comme si de rien n'était, prétendait être tombée dans les escaliers, et persuada son enfant de faire de même. Il en fut ainsi tous les week-end. Tous les samedis et parfois même le vendredi. Sans que personne ne réagisse, son entourage craignant trop les représailles et le reste du monde étant aveugle aux souffrances qu'endurait le petit garçon.

Cette souffrance s'ancra dans le quotidien de cette petite famille. Kenshi, ne pouvant s'arrêter de boire, promettait monts et merveilles. Lou, aveuglée par ces tendres promesses, refusait de dénoncer son époux, le couvrit, menti pour lui, suivie de près par son petit garçon. Kimi n'osait pas la contredire. Il aimait bien trop sa mère pour cela. Puis, il finit par croire et cela était normal, qu'il était de même pour toutes les familles, et qui s'il n'y était pas habitué, c'est uniquement parce qu'il n'avait jamais eu de vrai papa pour s'occuper de lui et de sa mère.

Peut-être que les choses auraient été différentes si Otoshi avait accueilli le petit chez lui, si l'homme avait accepté de voir son fils et de l'accueillir de temps à autres, mais cela n'était pas le cas. Otoshi, n'ayant pas été présent lors des premiers temps, ne put s'attacher à son fils et pensait qu'il n'était qu'une quantité négligeable, que Lou pouvait s'en occuper seule, comme elle l'avait toujours fait, et que l'enfant pouvait très bien vivre sans lui. Il en fut ainsi jusqu'à ses sept ans, jusqu'au jour tragique où l'ivrogne rentra bien trop saoul pour se contrôler. Il était souvent tombé sur le chemin. Donner un coup dans la porte suffisait à le faire tomber en arrière. Kimi se dissimula sous le lit. L'homme se releva, rentra dans la pièce, attrapa la cheville de l'enfant et l'extirpa de sous son lit pour le rouer de coups. Lou, sentant probablement que les choses allaient mal tourner, entra dans la chambre et trouva son enfant allongé au sol, le visage ensanglanté, les yeux à demi-clos, n'ayant même plus la force de crier. Les coups de l'homme se firent si violents que l'enfant commençait à sombrer, quelques coups de plus et la mort l'aurait emporté. Lou eut alors un étrange déclic. Son instinct maternel sans doute. Elle se lança sur son époux afin de protéger son petit. Elle se fit agressive et écarta l'homme de son fils, le traînant à moitié dans le salon. Kenshi chancelait, et les coups que lui portait Lou, pleine de rage, ne manquait pas de le faire tomber, de nombreuses fois. Lou, ne sentant pas la force de sa hargne, se lança sur l'homme à terre et lui asséna des coups, les plus puissants possibles. Mais chaque coup, ne faisait qu'énerver l'ivrogne qui réussit alors à la repousser. La jeune femme tomba en arrière et se cogna dans la table d'appoint située près de la porte de la chambre du petit. Cette chute sonna la jeune femme, n'ayant pas la tête aussi dure que son époux, qui profita de cette période d'étourdissement pour se venger, rendant alors à sa femme chaque coup qu'elle avait osé lui porter. L'homme était ivre, avait peu d'équilibre, mais sa cible était sonnée, peu réactive, facilement maltraitable, incapable de se relever et uniquement capable de crier. Kenshi ne réfléchissait plus, il s'attaqua à la cible la plus évidente, la plus flagrante, la tête. Chaque coup étourdissant davantage la jeune femme. Elle ne s'en relèverait jamais. C'est ainsi que périt Lou DeLacroix, sous le regard impuissant de l'enfant qu'elle avait tenté de protéger. L'enfant sentait son sang chaud se répandre sur le sol. Il sentait sa respiration se coincer. Il sentait ses yeux se fermer tout seul. Pourtant, il ne pouvait s'endormir, forcé par une puissance étrange et morbide de regarder sa mère mourir sous les coups de son compagnon.

Ce jour-là, un vieux couple vivant dans la maison d'en face recevait leur fille ainsi que leurs petits enfants. Les enfants entendirent les cris de Lou réclamant de l'aide. Effrayés, ils se précipitèrent dans les bras de leur mère qui, à son tour, se précipita sur le téléphone aidée par les grands parents. Les secours ne tardèrent pas à arriver, mais il était trop tard pour Lou. Son coeur s'était arrêté de battre sous le regard souffrant de son enfant.

Cette image, Kimi la gardera à jamais en mémoire. Cette image fut la dernière qu'il eut de sa mère. La dernière qu'il eut de cette triste soirée. Puisque, peu de temps après que le dernier souffle de la jeune mère ait quitté son corps, l'enfant s'évanouit. Pouvant enfin fermer les yeux et pensant trouver la mort. Il était loin de se douter que la voisine avait déjà alerté les secours. Tout comme il était loin de se douter de ce qui lui arriverait à son réveil. Kimi se réveilla le lendemain. Le soleil au zénith éclairait une chambre d'hôpital, chambre où il se trouvait allongé, branché à quelques machines. Nombreux furent les médecins qui vinrent le voir afin de lui tirer quelques mots concernant les récents événements. Pourtant, Kimi, encore sous le choc, souffrait déjà d'un traumatisme qui jamais ne s'effacera. Ses peurs prirent réellement vie ce jour-là. Elles devinrent réelles et généralisées. Avant, seul Kenshi l'effrayait, maintenant, tout l'effrayait.

L'enfant, dépourvu de maman, mit en place son propre système de défense. Certes, cela va vous paraître stupide, mais à quoi pouvez-vous bien vous attendre ? Kimi avait à peine sept ans, il venait de voir sa mère mourir et le simple tintement d'une fourchette sur une assiette le tétanisait. Alors, l'enfant décida de ne plus décrocher le moindre mot, le moindre regard, de ne plus se nourrir ni s'alimenter, pensant ainsi pouvoir se protéger du monde extérieur. Les médecins tentèrent de le raisonner, mais rien n'y faisait. Ils appelèrent alors Otoshi, mais même sa présence ne suffisait pas à soulager l'enfant. Evidemment, pour Kimi, Otoshi était un étranger, au même titre que les médecins qui l'avaient pris en charge. Alors, dépourvus, les médecins décidèrent de la placer dans un hôpital psychiatrique, avec l'accord d'Otoshi, étant alors devenu son tuteur légal, pensant que cela serait le mieux à faire.

Le fils Usanô y resta des années. Son état ne voulant pas se stabiliser, durant un temps, il recommença à s'alimenter et à parler puis le jour d'après il se taisait et criait dès qu'on lui adressait la parole. Nul ne sait réellement ce qui s'était passé dans la tête de l'enfant durant ces obscures années. Son état se stabilisa lorsque le jeune garçon atteignit les 12 ans, il s'alimentait de nouveau et ce régulièrement. Il parlait mais était loin d'être bavard et .... Quant à ses multiples craintes ... Elles restaient présentes mais commençaient à se dissiper, rassurant ainsi les médecins. Il fut gardé une année de plus afin de s'assurer que son état s'était réellement stabilisé. C'est ainsi que Kimi fut rendu à la vie civile à l'âge de 13 ans. Il fut alors confié à son père biologique qui le ramena chez lui. Cela ne réjouissait pas immédiatement sa femme, bien qu'elle n'ait aucune véritable raison de haïr son beau-fils, il fallait bien avouer que la présence d'un garçon sortant tout droit d'un asile l'inquiétait quelques peu. D'autant plus que cette dernière accordait une grande importance à l'image que pouvait donner sa famille, pourtant, une fois qu'elle eût rencontré Kimi, elle fut véritablement touchée par son histoire et le trouva même plutôt attachant. Finalement, ses craintes disparurent bien vite pour laisser place à de l'amour, un amour maternel censé combler l'absence de Lou. Pourtant, bien que l'état du jeune homme s'était amélioré et était des plus encourageant, il restait marquer la violence perpétuelle qu'avait régi  cette partie de sa courte vie. Il ne voulait pas revivre cela, au grand jamais. Il eut alors le déclic. Quoi de mieux pour se défendre des brutes que de devenir plus fort qu'elles ? Ainsi, Kimi décida de s'endurcir, de se muscler, de devenir fort et brave afin de démolir quiconque oserait répéter les monstruosités de Kenshi. Alors Kimi décida d'apprendre les arts martiaux, en plus de se rendre régulièrement à la salle de sport, tout en effectuant un travail psychique afin de lutter contre ses frayeurs. Et bien que les deux premières décisions furent accomplies avec succès, il est impossible d'en dire autant pour la dernière, les frayeurs de Kimi se faisant trop grandes et trop nombreuses pour être vaincues si aisément. Puis vint ses quinze ans, le lendemain de son anniversaire plus précisément. Ce jour-là fut marqué par l'arrivée d'un nouveau couple de voisin. Il s'agissait d'un couple americano-japonais dont la femme attendait son second enfant. Le couple possédant déjà un fils, du même âge que Kimi et se nommant Makoto Kamiwa. L'adolescent était bien plus frêle et plus petit que Kimi, mais ... Lorsque Kimi le voyait, une étrange sensation le prenait. Son cœur battait la chamade, son bas-ventre commençait à le brûler tandis qu'un sourire niait venait illuminer son visage. Des sensations nouvelles pour le jeune adolescent et pourtant si agréables, bien différentes que tout ce qu'il avait ressenti jusque-là. Pourtant, les peurs omniprésentes de Kimi le bloquaient, l'empêchaient d'aller voir ce garçon si séduisant, l'empêchaient de passer du temps avec lui, l'empêchaient de vivre.

Alors Kimi restait dans sa chambre, assis devant sa fenêtre passant son temps à observer son bellâtre vagabonder dans le jardin. Passer d'une pièce à l'autre de la maison. Parler avec ses parents, ses voisins, des amis. Puis venaient les nuits, où Kimi, toujours installé prêt de sa fenêtre observait son beau brun assis sur son propre lit. Il observait son rituel de nuit, ayant l'impression de le partager avec lui. Pour finalement aller se coucher et recommencer de plus belle. Cela dura plusieurs années. Des années à observer un garçon inaccessible, tout en continuant à se rendre au sport, à tenter de vaincre ses peurs. Et, bien que cela soit assez étrange et proche du pitoyable, ces années furent de loin les plus belles de sa vie.

Mais le calme ne dura pas, lorsque ce n'était pas l'incontestable qui ruinait sa vie, c'était la nature qui s'y mettait. Alors que l'adolescent s'était enfin fait à cette vie, tout fut remis en question par l'abattement d'un tremblement de terre et d'un tsunami. Peu de temps avant la catastrophe, Otoshi, excédé par le rythme effréné de la grande ville, avait décidé de fuir Tokyo pour le calme de son petit village natale. Le père de famille était parti de voyage d'affaires, laissant sa femme seule avec ses enfants. Tomomi, elle, avait trouvé refuge chez une camarade de classe, les deux fillettes étaient très proche et s'étaient plongées dans leurs devoirs. La fille Usanô y était depuis la veille et je devait rentrer que le lendemain, tôt dans la soirée. Ainsi, Asuka s'était retrouvée seule avec cet enfant qu'elle avait accueilli des années auparavant. La femme et son beau-fils avaient tissé une relation solide, elle avait obtenu la confiance de l'enfant perdu et semblait être la seule à s'inquiéter un tant soit peu pour lui. Le duo était tranquillement dans l'appartement familial lorsque la catastrophe s'abattit sur la ville. La panique avait eu le temps de s'installer en ville ainsi que dans l'immeuble du métis. Kimi était terrifié. Il ne comprenait pas ce qui se passait. Mais c'était bruyant, effrayant, c'était trop pour lui. Il était tétanisé, il n'osait plus bouger. La mère de famille prit donc les choses en mains, attrapant le bras de l'adolescent qu'elle extirpa tant bien que mal de leur appartement. C'était la cohue, tout le monde paniquait, se bousculait en quête d'un abri. Le duo fut séparé, Kimi trouva refuge dans le sous-sol du bâtiment, un endroit bétonné et censé le tenir à l'abri de l'eau. Sa belle-mère, elle, n'en trouva aucun. Asuka Usanô née Sokkia compta parmi les victimes de la catastrophe. Son corps fut retrouvé à quelques rues de là, personne ne sût comment l'eau avait pu le charrier jusque là. Le médecin légiste certifia qu'elle s'était noyée. Otoshi était dévasté, il avait fini par tomber amoureux de cette femme si gentille et douce avec qui il avait passé une grande partie de sa vie. Tomomi tomba dans la dépression, se mettant à haïr davantage son frère aîné qu'elle jugeait responsable du décès de sa mère. Kimi se renferma davantage sur lui-même, refusant de quitter sa chambre et son ordinateur, recevant sans broncher les insultes de sa cadette tandis que son géniteur s'éloignait de plus en plus de lui. Tous trois étaient convaincus que si Kimi avait accepté de quitter la ville, Asuka les auraient suivi et serait toujours parmi eux.

Par chance, la petite famille fut préservée des autres problèmes qui frappèrent le pays. Aucun des trois ne tomba grièvement malade lorsque cette épidémie s'abattit sur la population. Mais la famille était brisée, leurs interactions étaient glaciales, leurs regards étaient animés de haine, la discorde avait pris une place non négligeable dans l'enceinte du foyer. Pour Kimi, l'épidémie et la chasse à l'homme qui s'en suivit n'étaient que de vagues souvenirs. Il en avait entendu parler, son père étant continuellement agglutiné devant les informations. Mais il n'y avait pas réellement prêté attention, ça ne l'avait pas impacté et il avait préféré faire comme si rien de tout ça n'avait existé.

Caractère

Suite à son traumatisme d'enfance et aux maux éprouvés avant l'apparition de celui-ci, Kimi a développé une véritablement crainte, une crainte excessive pouvant être qualifiée de maladive. Un rien l'effraie. Un haussement de la voix. Des cris. Des pleurs. Une position menaçante. Une main ou des poings levés trop hauts. Une collision entre deux meubles, une partie du corps humain et un meuble, deux parties de corps humains.

Pourtant, malgré ses craintes, Kimi est déterminé à changer. Voulant à tout prix vivre sa vie sans à avoir peur de chaque son, de chaque bruit un minimum sourd ou étouffé. C'est dans cette optique qu'il décida de changer, de se muscler, d'être prêt à se défendre si jamais cela recommençait. Pourtant, la détermination ne fait pas tout. Malgré son envie de changer, le garçon en est incapable.

Ses craintes sont d'ailleurs la cause de certains problèmes majeurs du jeune homme. C'est notamment à cause de celles-ci que Kimi a développé de grandes difficultés oratoires, en effet, le jeune homme est souvent très maladroit oralement parlant, bien plus que le reste de la population. S'étant muré dans le silence pendant quatre ans et n'ayant eu contact qu'avec le personnel médical durant les deux années qui suivirent, le jeune garçon ne sait guère comment exprimer ses sentiments au point qu'un simple «ça va ?» arrive à le faire bredouiller. De plus, la présence d'autres êtres humains le rend particulièrement nerveux, craignant de se retrouver face à un nouvel agresseur. Les manifestations physiques de cette nervosité se feront alors légion. Les mains tremblotantes ou crispées. Les poils des bras et de la nuque redressés. Les yeux dirigés sur le sol, se redressant à chaque mouvement de son interlocuteur. Une voix faiblarde, souvent entrecoupée. Une respiration saccadée parfois haletante lorsque le stress se fait trop important. Le tout étant renforcé par une crainte omniprésente du rejet, crainte qui vit le jour en même temps que sa passion dévorante pour Makoto Kamiwa, l'énigmatique et séduisant fils des voisins de son père. Ainsi, pour éviter tout rejet de la part de qui que soit, Kimi décida de ne plus jamais évoquer son passé, pensant que cela pourrait être la cause d'un possible éloignement.

Véritable geek, Kimi passe ses nuits enfermé dans sa chambre à jouer aux jeux vidéos, lire des livres et bandes-dessinées de tous horizons et à regarder des séries et des films interminables. Plus c'est vieux, plus c'est nanardesque mieux c'est pour cet homme en quête perpétuelle de bonne humeur. La popculture est devenue sa nouvelle protection, le nouveau rempart entre lui et le reste du monde.

Finalement, son expérience personnelle lui permit de se forger une dernière crainte. La crainte de l'Incontestable. Ce maudit programme ayant été la cause du mariage entre sa douce mère et cette horrible brute, il est évident pour Kimi que ce programme fut la cause directe de la maltraitance subie et du décès de celle à qui il devait la vie. Et bien que pour une grande partie de la population ce programme se révèle bénéfique, Kimi continue de croire que si une telle erreur s'est déjà produite elle pourrait se reproduire. Ce raisonnement, qui serait condamné par la plupart de la population, a conduit Kimi à craindre le jour où il recevrait sa lettre lui proclamant son union avec un étranger. À craindre l'époux auquel il serait lié. À craindre le retour d'un second Kenshi.

Physique
Jeune adulte métissé, Kimi est le produit de deux cultures aux normes et aux coutumes différentes. Trop grand pour être japonais, l'homme possède deux longues et fines jambes le faisant culminer à un mètre quatre-vingt-deux de haut. Trop carré pour les canons de beauté asiatique, ses muscles se sont développés à mesure des entraînements, ses épaules et sa mâchoire saillante lui donnant des airs cubiques.

Trop peu bridé pour être japonais et trop bridé pour être français, ses yeux sont coincés entre ces deux aspects les rendant légèrement ronds et tombants. Ses iris aux allures de charbons ressemblent à celle de son nippon de père. Les profonds cernes qui les bordent sont le reflet de son manque de sommeil et des heures perdues devant ses écrans. Trop pâle pour être français, son teint naturellement laiteux pâtit d'un manque flagrant de sortie.

Ses cheveux naturellement trop noirs pour être français, également hérités de son géniteur, ont souffert de nombreuses modifications. Les décolorations systématiques les ont usés mais Kimi en est fier, grâce à elles, il ressemble davantage à sa défunte mère. Ses cheveux abîmés par les teintures, les coupes maisons et le manque de soin continuent pourtant de boucler comme au premier jour. L'âge n'a pas eût raison de ces jolies petites boucles qui ornent son crâne depuis sa naissance.

C'est pour toutes ces raisons que Kimi ne s'aime pas. Il n'aime pas son corps, il n'aime pas son visage. Il n'aime pas être différent, il n'aime pas être remarqué. Lui, tout ce qu'il désire, c'est de se faire discret, se cachant derrière des vêtements larges et sobres, n'osant jamais porter des couleurs trop vives ou dans des textures trop exubérantes.
Petit poussin terrifié cherche sa maison 989377927
♛~Drama Queen~♛

Messages postés : 292
Inscrit.e le : 02/02/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Nagamour ♥
Autre: ♪ Don't worry, be happy ♪
J'en connais un qui va être content de te revoir Petit poussin terrifié cherche sa maison 1353670443

Re-bienvenue et bon courage pour ta validation !
— Just Married —

Messages postés : 178
Inscrit.e le : 26/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se :
Autre: Merci à Fu Soda et Milo de Jaeger pour les avatars ♥
Re-bienvenue ! T'inquiète , on prendra soin de toi! Petit poussin terrifié cherche sa maison 4112942667 En attendant, bon courage pour ta fiche !
♚ Je suis Absolυ. ♔

♚ Je suis Absolυ. ♔
Messages postés : 288
Inscrit.e le : 30/01/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kimi, le jaune d’œuf.
Autre: Avatar : Seijuro Akashi
CC toi

dis bye bye au "Usanô", tu vas vite rentrer de nouveau dans les rangs

Tu m'as mis dans l'embarras à me laisser en rouge, donc je vais recolorer ton nom et te punir pour cet affront ♥

Viens vite bb que je te puisse te boloss Petit poussin terrifié cherche sa maison 3488335006
— STAFF JM —

Messages postés : 3284
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bon retour et bon courage pour ta fiche ! o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Petit poussin terrifié cherche sa maison Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 18/04/2020
Merci pour votre accueil ! Vous êtes chou ! Petit poussin terrifié cherche sa maison 2464953146
Ce n'est pas ma faute si le rouge te vas si bien Aii Petit poussin terrifié cherche sa maison 3473897349

Enfiiiiin bref. J'ai enfin fini la fiche !

— Just Married —

Messages postés : 304
Inscrit.e le : 15/05/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
OMG ! J'avais pas vu ! KIMIIIIIIIIIIIIIIII !!! Petit poussin terrifié cherche sa maison 1406025597

Je suis content de te revoir Petit poussin terrifié cherche sa maison 2432113367

(Si tu bug, je suis anciennement Ibiki :3).
— MODÉRATEUR FICHE —

Messages postés : 412
Inscrit.e le : 06/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Lullaby ♥
Autre:
Modération de fiche
Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥
Introduction
Bon retour parmi nous ! Petit poussin terrifié cherche sa maison 1362171446

• Nous sommes fin d'hiver 2112, aux alentours de mars. Du coup, ça lui ferait plutôt 21 ans. Tu peux aussi ajuster le mois de naissance si tu préfères lui donner 20 ans.
• Troisième année de collège = 4ème ? Petit poussin terrifié cherche sa maison 517494357 ça fait quand même un tout petit niveau pour quelqu'un de 20 ans. Il n'a suivi aucun cours durant son hospitalisation ? Généralement, dans ce genre de services on met tout en œuvre pour offrir un semblant de vie normale et de sécurité aux patients, ce qui inclut le droit à l'éducation.
• Il va manquer le nom du manga/de l’œuvre dont est tiré ton avatar (que j'aime beaucoup au passage) (mais en même temps, Oh Sangwoo est fabuleux) (et malsain) (mais fabuleux).
Alors, ne prends pas peur à cause des pavés, c’est juste que j’aime m’étaler promis. Petit poussin terrifié cherche sa maison 128457956
Histoire
✗ Il faut que je sache. Qui est ce « je » qui s’exprime ? ça m’a perturbée. Petit poussin terrifié cherche sa maison 3182035657

✗ Il faudra revoir la nationalisation de la maman. On ne peut pas prendre la puce lors d’un premier voyage. Je te laisse checker ici pour la procédure : clique, clique. Sans expérience ni garantie de trouver un boulot en arrivant au pays, il est peu probable qu’on la laisse s’installer. Le gouvernement japonais cherche des gens le plus stables possible. Et ne pas parler la langue est rédhibitoire. Impossible de prendre la puce sans un certain niveau de japonais. On veut que les gens soient inclus dans le pays, pas les laisser en marge. Petit poussin terrifié cherche sa maison 4115966937

✗ D’ailleurs, une fois installés, le petit Kimi va à l’école, non ? Petit poussin terrifié cherche sa maison 517494357 Du coup, il n’a pas vraiment besoin que sa maman lui apprenne les rudiments du japonais, l’école s’en chargera (sauf s’il est vraiment trop jeune pour aller à l’école ?).
✗ De ce que je lis, Kenshi s’acharne vraiment énormément sur Kimi (pauvre chat Petit poussin terrifié cherche sa maison 367806265) mais du coup, qu’en disent les gens à l’école ? les professeurs ? Je conçois que les voisins peuvent passer outre à force de voir la maman mentir etc., mais Kimi doit être scolarisé et si Kenshi ne se retient pas, il doit être couvert de bleus et autres. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas eu d’alerte lancée ? Le personnel enseignant est formé, à force d’entendre un « je suis tombé dans les escaliers » tous les lundis, ça devient compliqué à croire. Petit poussin terrifié cherche sa maison 517494357

✗ La façon dont Kenshi s’acharne volontairement sur la tête de Lou pour qu’elle reste dans l’inconscience, ça me paraît compliqué vu le niveau d’alcoolémie qu’il doit avoir dans le sang à cet instant. Petit poussin terrifié cherche sa maison 517494357 Qu’il s’acharne, se défoule, ok. Mais ça a l’air terriblement conscient dans la façon dont tu l’as exprimé. Et comment les cris de la mère peuvent plus stridents que ceux de son fils si elle est inconsciente ?

✗ Le fait qu’il décide consciemment de se taire me chagrine. Je pourrais le comprendre si c’est parce que ses bruits énervaient Kenshi. Mais en l’occurrence c’est une décision un peu trop radicale pour un enfant de 7 ans. Le choc peut tout à fait être suffisamment traumatique pour le pousser au mutisme, bien sûr, mais ce n’est pas à 7 ans qu’on choisit de se taire ad vitam aeternam.

✗ Il va manquer les récents événements du contexte : Shukumei + le bug de l’Incontestable, l’épidémie et la chasse à l’homme géante qui a suivi. Je te renvoie à la chronologie ici : clique, clique.

Il y a pas mal de petites erreurs, normalement des infinitifs qui traînent et des soucis avec le pluriel. Rien de bien grave cela dit, je t’invite à faire une bonne relecture pour les traquer et les exterminer. Petit poussin terrifié cherche sa maison 3905674755 N’hésite pas à utiliser BonPatron, Word ou Reverso pour t’aider.
Caractère
Là aussi, quelques petites fautes mais rien de bien méchant. Je te les liste et te laisse le soin de les corriger. o/

de grande difficulté oratoire
de tout horizons
narnardesque -> il y a un petit "r" en trop.
Laissez ce pauvre garçon tranquille, c'est un bébé-doux. Petit poussin terrifié cherche sa maison 3912395661

Physique
Il y a deux-trois petites fautes, que je te liste ici. Je te laisse les corriger et après ce sera validé pour moi ! (et en vrai, il a l'air trop mignon Petit poussin terrifié cherche sa maison 367806265 j'ai beaucoup aimé le coup des yeux un peu tombants).

deux aspect les rendants
Les profondes cernes -> cerne est un mot masculin (j'avoue que j'ai le doute à chaque fois perso)
Ses cheveux [...] également hériter
L'âge n'a pas eut

Conclusion
Ce drama. Petit poussin terrifié cherche sa maison 3488335006 J’aime le drama alors tu as fait de moi un modo heureux. Et Kimi est choupi, j’aime beaucoup. Il y a quelques coquilles à corriger, le contexte à étoffer, mais j’ai toute confiance ! Fighto. \o/

Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Petit poussin terrifié cherche sa maison 6pl1
Merci à mon époux, le plus beau. ♥

Je ne t'oublie pas bb :

— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 18/04/2020
Helloooow ~ Petit poussin terrifié cherche sa maison 2244379341

J'ai commencé à apporté les corrections nécessaires à ma présentation, néanmoins, j'ai été littéralement assommée par la masse de travail dû au confinement (étant étudiante j'ai eu une avalanche de travaux à rendre qui m'ont contrainte à faire passer Kimi au second plan.)

Je ne sais pas si j'aurai fini les modifications d'ici demain, en sachant que j'ai encore des devoirs à rendre. Serait-ce possible d'avoir un petit plus de temps pour finir la fiche ? Ça serait vraiment gentil Petit poussin terrifié cherche sa maison 2026231687
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5255
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bonjour Petit poussin terrifié cherche sa maison 1353670443

Je t'ajoute une semaine de délai Petit poussin terrifié cherche sa maison 2432113367
Bon courage !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Petit poussin terrifié cherche sa maison 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Petit poussin terrifié cherche sa maison 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Petit poussin terrifié cherche sa maison Ld7d
Petit poussin terrifié cherche sa maison BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Petit poussin terrifié cherche sa maison Cn3Ckyx
Petit poussin terrifié cherche sa maison 1EPYLUw
Petit poussin terrifié cherche sa maison DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Petit poussin terrifié cherche sa maison E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Petit poussin terrifié cherche sa maison 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Petit poussin terrifié cherche sa maison Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Petit poussin terrifié cherche sa maison YqECw0j
— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 18/04/2020
Voilà ! Les modifications ont été apportées !Petit poussin terrifié cherche sa maison 2609568152

Il y a quelques points dans ta correction sur lesquels j'aimerais revenir. Petit poussin terrifié cherche sa maison 2432113367 Tout d'abord, tu as indiqué dans les généralités :
• Troisième année de collège = 4ème ? ça fait quand même un tout petit niveau pour quelqu'un de 20 ans. Il n'a suivi aucun cours durant son hospitalisation ? Généralement, dans ce genre de services on met tout en œuvre pour offrir un semblant de vie normale et de sécurité aux patients, ce qui inclut le droit à l'éducation.
En effet, c'est peu. La formulation de ma phrase était foireuse. Kimi est en troisième, oui c'est toujours peu pour un homme de 21ans. Néanmoins, je trouvais assez cohérent. Lors de son séjour en hôpital psychiatrique, Kimi refusait de parler et de s'alimenter alors ça me semble évident qu'il n'en avait clairement rien à faire des cours qu'on aurait pu tenter de lui prodiguer.

Ensuite, pour la section histoire :
Mon "je" t'as vraiment perturbé ? Désolée c'est ma façon d'écrire... J'aime bien que le narrateur donne son avis de temps en temps mais que la plupart du temps il se taise et mâchouille des popcorns Petit poussin terrifié cherche sa maison 2794187138


✗ De ce que je lis, Kenshi s’acharne vraiment énormément sur Kimi (pauvre chat Petit poussin terrifié cherche sa maison 367806265) mais du coup, qu’en disent les gens à l’école ? les professeurs ? Je conçois que les voisins peuvent passer outre à force de voir la maman mentir etc., mais Kimi doit être scolarisé et si Kenshi ne se retient pas, il doit être couvert de bleus et autres. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas eu d’alerte lancée ? Le personnel enseignant est formé, à force d’entendre un « je suis tombé dans les escaliers » tous les lundis, ça devient compliqué à croire.

Malheureusement, malgré leurs formations, les personnels des établissements scolaires sont très souvent aveugle aux maltraitances que subissent les enfants. Et généralement, les personnes qui comme Kenshi battent souvent leurs proches sachent où frapper pour ne pas laisser des marques trop évidentes.


✗ Le fait qu’il décide consciemment de se taire me chagrine. Je pourrais le comprendre si c’est parce que ses bruits énervaient Kenshi. Mais en l’occurrence c’est une décision un peu trop radicale pour un enfant de 7 ans. Le choc peut tout à fait être suffisamment traumatique pour le pousser au mutisme, bien sûr, mais ce n’est pas à 7 ans qu’on choisit de se taire ad vitam aeternam.

Je t'avoue qu'au début j'ai également trouvé cela un peu radical, mais lorsque j'ai créé Kimi j'ai fais de nombreuses recherches sur les enfants battus et le mutisme sélectif est quelque chose d'assez classique. J'ai tout de même veillé à rajouter une petite phrase afin de rendre cela plus fluide ^^

Dernières choses:
On est d'accord, Sangwoo est follement génial et la création de drama c'est le pied ! Petit poussin terrifié cherche sa maison 1728200632
— MODÉRATEUR FICHE —

Messages postés : 412
Inscrit.e le : 06/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Lullaby ♥
Autre:
Modération de fiche
Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥
Introduction
Les généralités sont validées. ♥
Histoire
Je te liste les fautes repérées ci-dessous et je te laisse les éliminer. Petit poussin terrifié cherche sa maison 3905674755

- une femme […] qui se vit obligé
- Tout du moins, c'est ce qu'elle pensait jusqu'aux jours
- leur fils y inviteraient des filles
- ces derniers avaient été suffisamment bien éduquer
- furent prient d'une étrange euphorie
- alors que sa mère lui choissisa le prénom de Kimi, étant alors inspiré par
- qui l'avait laissé tomber
- sa rancoeur pour son géniteur disparue bien plus vite
- ayant confiée Kimi à sa mère
- Ce fut un échec sur tout les plans
- composée de ses deux parents, tout deux souriants et jouant avec lui.
- l'aurait sagement attendu
- ce qui pouvait plaire à certain employeurs. Pourtant, ces mêmes employeurs furent rebuté par son manque de connaissance en la langue, craignant que la petite blonde n'effectue des erreurs dû aux mal ou à la non-compréhension de certains mots.
- subvenir à tout leur besoin et leurs permettant
- dès que l'homme avait un coup dans le nez, il entra
- elle avait bien essayer les premiers jours,
- Elle avait souvent tenter de le défendre
- et munit d'une force étrange
- qu'il voudrait peut-être mieux ne plus agir.
- était entrain de vivre ne valait pas le coup -> en un seul mot, cela veut dire « bonne humeur, vivacité » ; ici, c’est plutôt la locution en train qu’il faut utiliser
- L'homme semblait tant gâté l'enfant
- Elle tapota leurs épaules, les remerciait de leur bienveillance
- avait parfois de violent excès de rage.
- Lou, aveugler par ces tendres promesse,
- se rependre sur le sol
- Pourtant, il ne pouvait s'endormir, forcer
- les médecins qui l'avaient prit en charge
- il s'alimentait de nouveau et ceux régulièrement
- Cela ne rejouissa pas immédiatement sa femme
- qu'elle eût rencontrer Kimi
- un amour maternelle censé combler l'absence de Lou.
- il restait marquer la violence perpétuelle
- Quoi de mieux pour se défendre des brutes que de devenir plus fort qu'elle ?
- tout le monde paniquait, se bousculaient
- Tout trois étaient convaincus

✗ Attention à tes « peut être » qui sont en réalité des « peut-être » : le sens est complètement différent selon si tu mets ou non le tiret.

✗ Otoshi ne peut pas décider de quitter le domicile familial et son épouse, c'est contraire aux lois de l'Incontestable. Il peut éventuellement s'éloigner du domicile un temps pour un voyage d'affaires mais c'est tout. A part dans ce cas, il est obligé d'être à la maison pour remplir les devoirs des mariés.

✗ Il va manquer un ajout sur Soosaku, la chasse à l'homme géante qui a eu lieu juste après l'épidémie. Même si la famille n'est pas touchée, ils en ont forcément entendu parler.

Caractère
Validé ! Petit poussin terrifié cherche sa maison 1362171446

Physique
Validé ! Petit poussin terrifié cherche sa maison 1362171446

Conclusion
Le physique et le caractère sont good, il ne reste que quelques points à revoir dans l'histoire, je te fais confiance. Petit poussin terrifié cherche sa maison 1362171446 Attention, le délai est dépassé. Puisque tu as déjà eu une semaine supplémentaire, on te rajoute trois jours. o/

Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 2/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Petit poussin terrifié cherche sa maison 6pl1
Merci à mon époux, le plus beau. ♥

Je ne t'oublie pas bb :

— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 18/04/2020
TADADA ! Modifications apportées ! ♥
— Just Married —

Messages postés : 154
Inscrit.e le : 18/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Mon Renard ❤️
Autre: Russel forever ♥
Rebienvenue à toiiiii Petit poussin terrifié cherche sa maison 2432113367
— MODÉRATEUR FICHE —

Messages postés : 412
Inscrit.e le : 06/03/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Lullaby ♥
Autre:
Il reste deux-trois coquilles que je te corrige ici :

furent prient d'une étrange euphorie -> pris
leurs permettant même -> leur
qu'il voudrait peut-être mieux -> vaudrait (attention, ce n'est pas le même verbe ni le même sens du coup)
avait parfois de violent excès de rage. -> de violents ou un violent
Cela ne réjouissait pas -> réjouit
il restait marquer la violence perpétuelle -> marqué par
et je devait rentrer que le lendemain -> ne je pense Petit poussin terrifié cherche sa maison 4115966937
Asuka les auraient suivi -> suivis

Par contre, attention : le père ne peut pas décider de partir en voyage d’affaires pour sciemment fuir la ville (ce serait considéré comme contrevenir aux droits et devoirs des mariés). D’ailleurs, pourquoi Kimi aurait dû quitter la ville ? Lui et Asuka n’auraient pas pu suivre le père en voyage d’affaires. Par conséquent cette phrase est à revoir : « Tous trois étaient convaincus que si Kimi avait accepté de quitter la ville, Asuka les auraient suivi et serait toujours parmi eux. » De plus, Tomomi n'est pas partie avec son père donc il n'y a plus de les auraient suivi qui tienne.
Je pense que c'est juste une inattention du fait d'avoir dû corriger ce passage donc rien de grave, tu gagnes ton tampon quand même. Petit poussin terrifié cherche sa maison 1362171446

Je te fais confiance pour bidouiller tout ça ! \o/

Pré-validation par Alekseï
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Petit poussin terrifié cherche sa maison 6pl1
Merci à mon époux, le plus beau. ♥

Je ne t'oublie pas bb :

— STAFF JM —

Messages postés : 3284
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Petit poussin terrifié cherche sa maison 1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Petit poussin terrifié cherche sa maison Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum