Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 200803042355296862

— Just Married —

Messages postés : 4
Inscrit.e le : 06/05/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Kyoko Higurashi
"On ne manque de rien quand on ne veux rien."

Généralités
Nom ;; Higurashi
Prénoms ;; Kyoko April
Âge ;;  née le 14 Avril 2079, 32 ans
Genre ;; féminin
Origines ;; mère d'origine britannique et père japonais
Activité ;; médecin légiste
Sexualité ;; bisexuelle à prédominance masculine
Avatar ;; Sakurako Kujo de Sakurako-san no ashimoto ni wa shitai ga umatteiru
Règlement ;; Code Lyoko c'est le best donc j'accepte ♥ - Ollie
Chemin ;; par partenariat
Commentaire ;; j'aime vraiment beaucoup le design du forum~ Je trouve qu'il est vraiment bien structuré aussi, on s'y retrouve facilement
Ah et aussi, je sais pas si c'est normal ou si c'est un bug mais je n'ai pas accès à certains liens du tutoriel je débarque comme les petits +++ et les droits et devoirs des mariés (alors que si j'y vais via le lien des annexes de la PA, j'y aurais accès) car ça dit qu'il faut un accès spécial.
Histoire
Victoria obtient une opportunité de travail au Japon. Elle prend la lourde décision de quitter le Royaume-Unis où elle a toujours vécu. Ses parents sont contre, ils ne veulent pas qu'elle aille d'elle-même rejoindre une dictature. Cependant, elle n'est pas de cet avis. Elle a déjà presque la quarantaine et est allée de déceptions en déceptions amoureuses. A défaut de réussir sur le plan amoureux, elle réussira sur celui professionnel. En effet, elle est une scientifique réputée et cette opportunité qu'on lui offre dépasse toutes ses espérances.

Au contraire, l'Incontestable sera peut-être même pour elle la dernière occasion de se créer un foyer. Peut-être qu'il lui permettra de trouver l'amour. Et si ce n'est pas le cas, elle s'arrangera au moins pour que la cohabitation soit agréable. Alors elle déménage malgré la désapprobation de ses proches. A peine quelques mois après, l'Incontestable lui trouve déjà un mari. Akito Higurashi. Contre toute attente, ce fut le grand amour.

Le couple, qui est devenu pro-Incontestable car jugeant que c'est grâce à lui qu'ils ont pu trouver le grand amour attend depuis un moment de recevoir l'ordre d'avoir un enfant. Ils savent bien qu'ils ne sont pas obligés d'attendre qu'on leur demande mais sans doute y voient-ils un certain romantisme. Pourtant, l'ordre ne vient pas et ils prennent finalement eux-mêmes cette initiative. Il faut dire que plus ils attendront, plus la grossesse deviendra dangereuse pour Victoria qui a déjà plus de 40 ans. Ou alors elle ne pourra même plus avoir d'enfants. Toujours est-ils qu'ils sautent le pas.

A très exactement 23h02, le 14 Avril 2079 naît Kyoko April Higurashi de son nom complet. April fut en quelque sorte la marque de fabrique de Victoria qui voulait rappeler que sa fille a des origines britanniques. Et aussi parce qu'elle est née en Avril, vous l'aurez compris. Kyoko a souvent tendance à railler l'originalité de sa mère quand elle doit se présenter sous son nom complet. Sachez que Kyoko maudit très souvent sa date de naissance à cause de laquelle elle a dû entrer en maternelle à 4 ans puisqu'à la rentrée d'Avril, elle n'avait pas encore 3 ans, ce qui a fait qu'elle a eu toute sa scolarité "décalée", comme elle dit. Le couple se promet d'élever leur fille avec tout l'amour possible et de faire en sorte qu'elle ne manque de rien. Ils veulent le meilleur pour elle. Et en ont largement les moyens. Entre Victoria qui est une scientifique réputée et Akito un grand avocat, on peut dire que Kyoko est née dans une famille qui ne manque de rien. Ni d'argent, ni d'amour.

Kyoko a 8 ans et comme le couple se l'était promis, ils l'élèvent du mieux qu'ils peuvent. Elle a fréquenté les meilleures écoles, de la maternelle à la primaire où elle est actuellement. Cependant, c'est une enfant très renfermée. Elle reste souvent dans son coin et n'a pas vraiment d'amis. Si on lui demande, elle dit qu'elle ne se sent pas vraiment seule, que parfois elle parle à des gens de sa classe et que ça lui va comme ça. Cependant, ça inquiète quelque peu ses parents. Certes, elle a déjà un très bon dossier scolaire -il faut dire que les parents réussissent toujours à dégager un peu de temps de leur planning chargé pour jouer le rôle de prof particulier auprès de leur fille, si bien qu'elle serait presque en avance sur le programme-, sauf que des bonnes notes ça ne fait pas tout. Le couple s'inquiète aussi de voir que même à la maison, la majeure partie de son temps est occupée à faire ses devoirs, lire ses cours et travailler. Pourtant, elle ne semble pas particulièrement aimer ça, elle le fait seulement pour s'occuper. Un jour, ils décident donc de lui trouver une activité.

- Dis, ma chérie, commence la mère en s'agenouillant devant sa fille assise sagement sur le canapé, avec papa, on s'est dit que ça serait bien que tu te trouves une activité à faire en dehors de l'école. Ca pourrait t'occuper, ça serait bien, non ?

Les yeux de l'enfant semblent s'éclairer un instant. Les parents attendent qu'elle réponde, supposant qu'elle doit déjà savoir quelle activité elle veut faire, pour paraître si heureuse de la proposition. Pourtant, elle se contente d'hocher la tête et d'attendre. Ca a toujours été une enfant très silencieuse qui ne parle que quand besoin est, ou quand elle a quelque chose à raconter alors ses parents ne sont pas si surpris que ça du silence. Le père finit par le briser pour faire des propositions.

- Tu pourrais faire de la dance classique ou apprendre la musique, par exemple..., propose-t-il.
- La musique, déclara Kyoko après un court instant de réflexion.

La mère hoche la tête et commence à lister plusieurs instruments. La petite opta pour le piano. Et c'est ainsi qu'elle se mit à prendre des cours de piano en plus de l'école. Cet événement n'a rien de particulier si ce n'est que sans ça elle n'aurait jamais appris le piano, direz-vous. Non, au contraire. Cette simple discussion illustre toute la relation entre Kyoko et son entourage. Quand on s'imagine un enfant, on a tendance à vouloir qu'il soit ainsi, ou alors comme ça, qu'il aime ce type de livres, ce genre d'émissions, qu'il pratique tel sport... Alors on essaie plus ou moins de l'orienter vers là comme le font le couple Higurashi. Sauf que parfois, l'enfant ne veut pas. Ce qui est très rarement pour ne pas dire jamais le cas de Kyoko. Elle a toujours fait preuve d'une grande passivité, se pliant à ce que l'on décidait pour elle. Même les choix qu'elle faisait comme là n'étaient pas totalement les siens puisqu'il fallait lui faire une liste pour qu'elle se décide à donner son avis.

Pour l'instant, elle n'était qu'une enfant, c'était normal qu'elle ne sache pas encore ce qu'elle veut mais ça inquiétait quand même quelque peu ses parents. Ils se surprenaient à espérer la voir faire des caprices plutôt que de toujours rester aussi passive.

Kyoko entre en première année de lycée à 16 ans. Jamais elle n'a eu de doute sur où aller après le collège. En fait, jamais la question n'a ne serait-ce qu'été abordée. Jamais elle n'y a pensé et jamais elle n'en a discuté avec ses parents. Arrêter le collège pour déjà aller travailler ? Il n'en était pas question. Un collège technologique ? Pour quoi faire ? Elle ne savait toujours pas ses futurs voeux d'orientation. Alors c'est toujours avec la même passivité qu'elle était naturellement allée au lycée. Pourtant, c'est aussi grâce au lycée qu'elle commença à changer.

Ce fut vers la fin de l'année scolaire de sa première année de lycée qu'elle le rencontra. Peut-être fut-il intrigué par Kyoko, toujours renfermée sur elle-même. Elle avait bien quelques amitiés de quelques jours mais ça ne durait jamais. En fait, ça ne pouvait même pas être qualifié d'amitié. Il essaya de se rapprocher d'elle et elle ne le repoussa pas. Qu'il reste à ses côtés s'il le voulait, ça ne la dérangeait pas. Est-ce que ça lui plaisait pour autant ? Elle ne savait pas vraiment. L'année scolaire arrivait à sa fin. Elle allait quitter le lycée pour rentrer chez elle quand elle l'entendit crier son nom. Elle se retourna pour voir ce qu'il lui voulait.

- Eh Kyoko ! A bientôt, j'espère qu'on sera à nouveau dans la même classe l'année prochaine ! Cette fois, je n'attendrais pas la fin de l'année pour venir te voir, promis.

La jeune fille l'avait fixé, perplexe. Puis, elle s'était contenté d'hocher la tête en affichant un léger souvenir et s'était détourné pour reprendre son chemin. En réalité, elle était peu convaincue par cette promesse. Elle n'y croyait même pas du tout. Pourtant, sans savoir pourquoi, le jour de la rentrée scolaire, elle se surprit à chercher son nom sur le tableau d'affichage des classes. Et il était là. Hideo. Une pensée qu'elle ne comprit pas passa dans son esprit. Je ne serai pas seule, cette année.

En effet, elle ne fut pas seule. Il tint sa promesse. Et pour la première fois, elle décida de faire un effort. Jusque-là, quand quelqu'un tentait de l'approcher, elle acceptait simplement sa présence, répondait à ses questions et l'écoutait d'une oreille distraite par politesse. Kyoko n'était pas une fille qui se jugeait timide. Asociale peut-être mais pas timide pour autant. Et pourtant, elle découvrit ce qu'était la timidité alors qu'elle tentait de sociabiliser, hésitant à  chaque fois sur comment engager la conversation. C'est alors qu'une réelle amitié commença à se forger avec elle et Hideo. Il la présenta à son groupe d'amis auquel elle réussit à s'intégrer. Et pour la première fois, elle comprit ce qu'était la solitude. Et ça faisait mal de réaliser à quel point elle avait été seule et vide jusque-là. Quoique, elle était toujours vide. La seule différence c'est qu'elle était entourée. Mais l'amitié de ses camarades de classe lui donnaient l'impression de combler ce vide en elle dont elle venait seulement de prendre conscience. C'était triste de réaliser tout cela. Et surtout, c'était effrayant. Elle avait peur de se retrouver à nouveau seule avec ce vide béant. Alors, elle commença à changer, à se faire moins discrète. Doucement mais sûrement.

Et de la même manière, ses sentiments envers Hideo évoluaient. Elle ne saurait dire à partir de quand "Hideo et Kyoko", "Toi et moi" est devenu "Eux", "Nous". Tout ce qu'elle sait, c'est que c'est arrivé. Elle se souvient d'un jour où il lui demanda ce qu'elle voulait faire plus tard. La question se posait déjà parfois en première année, mais en deuxième année elle se faisait plus présente. En troisième année, ça deviendrait encore plus pressante. Et Kyoko n'avait toujours pas avancé, depuis son entrée au lycée.

- Tu vas aller vers les sciences ?tenta maladroitement le lycéen. C'est tes meilleures matières !
- En même temps, avec ma mère qui passe son temps à me parler science, difficile de faire autrement, rétorqua-t-elle avec ironie.

Le silence se fit. Avait-elle été trop sèche ? Vite, il fallait qu'elle se rattrape.

- Enfin... Ce que je veux dire c'est que je ne veux pas me contenter de suivre les pas de ma mère et devenir un pâle reflet d'elle.

Il pouffa de rire et lui ébouriffa les cheveux en voyant sa mine contrite et désolée. Et en même temps, elle se rendit compte que pour la première fois, elle avait clairement dit non à quelque chose qu'on lui proposait. Elle n'était pas simplement restée évasive avec un "pourquoi pas" ou un "peut-être", elle n'avait pas laissé le silence pour toute réponse, elle avait dit non. Elle savait qu'elle ne voulait pas ça. Et à force de savoir ce qu'elle ne voulait pas, elle finirait par trouver ce qu'elle voulait, non ? Elle l'espérait.

La deuxième année de lycée se termina calmement. Elle ne savait toujours pas ce qu'elle voulait faire plus tard, cependant elle commençait enfin à vraiment s'épanouir, au grand bonheur de ses parents. Néanmoins, la troisième année la fit reculer plutôt que la faire avancer. Voyant tout le monde se décider sur leurs choix d'orientation, elle réalisa enfin que son chemin allait se séparer de celui d'Hideo et de ses nouveaux amis. Quelque part, elle l'avait toujours su. Elle s'était juste voilé la face. Et là, c'était comme se prendre une claque à la figure. Une claque douloureuse. Ca voulait dire qu'elle serait seule à nouveau ? Non, elle ne voulait pas !

Plutôt que de chercher des études qui lui plairaient, elle chercha des études qui ne la dérangeraient pas. Même si elle ne voulait certainement pas devenir chercheuse et s'était promis de ne pas revenir dessus, rien n'empêchait de rester dans un domaine scientifique. Et finalement, son choix se porta vers la médecine. Ce n'était pas l'argent qui manquerait à ses parents, c'était un choix qui lui était tout à fait accessible. De plus, ça demandait une quantité de travail énorme. Et travailler ne la dérangeait pas. Au contraire, en s'investissant autant, elle en oublierait qu'elle était seule.

Elle l'annonça à ses parents. Ils furent heureux de voir leur fille vouloir aller si loin. Et encore plus de voir qu'elle y avait réfléchi elle-même plutôt que d'attendre qu'on lui propose différentes voies. Puis, elle le dit à Hideo. A son tour, il lui dit vers où il comptait aller. Une deuxième claque. Encore plus violente que la première. C'était une voie totalement opposée à la sienne. Elle s'en doutait au fond, depuis le temps qu'elle connaissait Hideo. Cependant, elle se surprenait parfois à espérer et cette annonce venait de détruire ses derniers espoirs. De toute façon, ils savaient bien que ça n'allait pas durer... S'ils ne cessaient pas eux-mêmes de se fréquenter, l'Incontestable le ferait pour eux. Pourtant, ce constat qu'ils faisaient en même temps eut l'effet d'une douche froide et ils furent pris d'un rire nerveux. Au fil des jours, leur relation évolua. Elle avait toujours été pure et innocente et elle devint plus pressante et passionnée. Les deux adolescents sentaient la séparation approcher. Et c'était leur manière de se raccrocher pour l'oublier. Ils devinrent amants. Et ne s'en tinrent pas à une unique nuit.

La fin du lycée touchait à sa fin quand Kyoko réalisa qu'elle était enceinte. Désemparée, elle alla chercher conseil auprès de ses parents. Elle crut voir de la déception dans leur regard. Ou était-ce son imagination ? Car au lieu de la disputer et revenir sur une chose qui était déjà faite ils furent d'un grand soutien. Ils lui promirent de rester avec elle quoi qu'elle choisisse. C'était la première fois qu'elle avait un choix si compliqué à faire. Son côté pragmatique lui disait d'avorter. Pourtant, elle s'y refusa. Elle-même ne sait pas trop pourquoi. Elle sait que cela implique de reporter son entrée à l'université mais elle le fait quand même. La grossesse n'étant qu'au premier trimestre, elle a pu terminer le lycée sans accroc et sans que personne ne le sache. Surtout pas Hideo. Elle ne veut pas créer de conflits inutiles.

Malgré son jeune âge, sa grossesse se déroule correctement, sans difficulté. Le 28 Octobre 2099, alors âgée de 19 ans, Kyoko accouche d'un petit garçon. Elle découvre le sexe de son enfant le jour même car avait souhaité garder la surprise. Elle décide de l'appeler Sakura. Pourquoi est-ce que les prénoms devraient avoir un genre, hein ? Pour information, si ça avait été une fille, elle se serait appelée Ayato. Grâce au soutien promis par ses parents et à leur aide pour élever Sakura, elle peut entrer à une université privée de médecine à la rentrée suivante (non ses parents ne se sont pas appauvris entre temps). Les études lui prennent énormément de temps ce qui fait que ses parents s'occupent beaucoup du petit garçon. Quand ils ne sont pas libres, c'est une nourrice qui s'en charge. Cependant, malgré tout son travail, une règle que Kyoko s'est imposée et a toujours respectée, c'est que le samedi, c'est sa journée avec son fils. Elle la passe avec lui à faire diverses activités. Les heures de travail perdues durant cette journée ? Elle redoublera d'efforts pour les compenser.

Kyoko ne s'est jamais sentie aussi motivée. Elle ne travaille pas pour combler sa solitude mais pour rester toujours avec son fils. Elle veut un beau métier pour que leur foyer ne manque jamais de rien. Parfois, quand elle le regarde avec tendresse, elle se demande avec crainte si ce n'est pas pour ça qu'elle l'a gardé. Pour ne pas être seule et avoir un enfant toujours avec elle. Par égoïsme. Ou alors elle se persuade tant qu'elle est égoïste qu'elle justifie chacun de ses choix qu'elle ne comprend par cela ? Peu importe. Une chose dont elle est sûre c'est qu'elle aime son fils et qu'elle veut qu'il soit heureux. Ainsi, on pourrait penser qu'elle ait veiller à ce qu'il ait une enfance comme la sienne. Non, pas du tout. Elle l'a élevé d'une manière plus stricte et l'a beaucoup moins gâté. Elle ne cédera pas à tous ces caprices parce qu'elle ne veut pas qu'il ait tout comme elle avait tout. Elle a peur qu'il devienne comme elle, sinon, à ne rien désirer et à se sentir vide.

Après dix ans d'étude, elle obtint enfin son diplôme de médecin légiste. Oh, ce ne fut pas facile. On pourrait croire que Sakura lui a compliqué la tâche, or souvent elle se dit que c'est grâce à lui qu'elle a réussi. Parce que le potentiel et le travail acharné ne suffisent pas quand on a pas de réelle motivation. Or, c'est ce que lui a apporté Sakura : une vraie motivation. Avoir son diplôme lui permet d'enfin quitter le domicile familial, à 29 ans. Eh oui, c'est tard. Mais pour sa défense, elle contribuait à l'économie familiale quand elle a commencé à travailler en alternance dans les hôpitaux. Bref. Elle emménage dans un appartement assez petit. Un salon, une salle de bain, une cuisine et une chambre qu'elle partage avec son fils. Elle le meuble dans un style très traditionnel. Pas de lit, seulement deux futon. Au vu de son métier, sans doute pourrait-elle se permettre plus important mais ça lui suffit amplement. Pourquoi chercher à avoir un "beau métier" pour son fils si elle utilise si peu d'argent ? Comme dit plus tôt, elle ne veut pas l'élever dans trop d'abondance, cependant avoir des économies de côté est toujours important.

En même temps, elle s'est enfin faite embaucher en tant que médecin légiste à part entière. Jusque-là, elle n'avait pu être qu'assistante. Elle s'habitue doucement à cette nouvelle vie. Si sur le plan privé, elle coule des jours tranquilles, ce n'est pas le cas du Japon qui connaît quelques bouleversements. Kyoko observe de loin le mouvement des Incontrôlables. Elle en avait déjà vaguement entendu parlé durant ses dernières années d'étude mais ce n'en était guère soucié : elle n'avait pas le temps. Maintenant, elle les observe avec plus d'intérêt mais pas une seule fois lui vint l'envie de rejoindre le mouvement. A quoi bon ? Elle a peut-être évolué mais elle reste relativement passive dans ce genre de cas. Pas question de se compliquer la vie à rejoindre ce genre de résistance. Même si elle était anti-Incontestable, elle aurait simplement enterré sa rancoeur en elle, pour le bien de sa famille. Le mouvement finit de toute façon par être étouffé, et Kyoko se félicite d'être restée à l'écart.

Cependant, s'il y a une chose de laquelle elle ne peut restée à l'écart c'est la succession de catastrophes qui assaille le Japon. Kyoko s'estime chanceuse, aucun dégât grave à déplorer dans son entourage. Le plus grave blessé parmi ses proches est son père qui a eu un bras cassé durant le séisme. Autrement dit, pas grand-chose par rapport à d'autres. Quant aux dégâts matériels, ce n'est pas l'argent qui manque dans sa famille, s'il y a quoi que ce soit à réparer. Chaque chose en son temps. Malgré tout, Kyoko est terrifiée. Elle ne le montre pas car sait qu'elle n'est pas de ceux à plaindre mais ces catastrophes naturelles l'ont bouleversé. Le Japon est un pays souvent en proie aux séismes et c'est quelque chose qui l'a toujours effrayé. Car ce genre d'événements, l'Homme ne peut les contrôler. Il ne peut rien y faire. Il peut, tout au plus, tenter de les prévoir, s'y préparer et s'en protéger mais il est impossible de les empêcher de se produire. Elle met sa crainte de côté et va participer à certaines aides humanitaires. Même si elle est médecin légiste, elle a suivi de longues années de tronc commun durant ses études, qui lui permettent largement d'avoir les compétences pour assister un médecin. Une paire de bras en plus n'est pas de refus, au vu du nombre de victimes.

Elle ne se soucie que peu du bug de l'Incontestable. Certes, elle entend parler de mariages polygames, de divorces sans aucun sens, même parmi ses collègues, cependant, elle trouve ça sans importance par rapport au reste. Bien qu'elle le garde pour elle, elle s'agace de ceux qui s'en plaignent. La question n'est pas d'aimer ou non le gouvernement, le fait est que le Japon a dû faire face à de terribles événements et même lui n'est pas infaillible, c'est facile de tout leur mettre sur le dos. Certes, ces situations amènent confusion et incompréhension mais ce n'est pas cher payé par rapport aux dégâts humains qu'a fait Shukumei. En effet, si ces mariages et divorces accidentels ont été "réparés" au bout d'une vingtaine de jours, ce n'est pas le cas de la majorité des blessés.

Le pays se remet doucement des typhons et autres catastrophes qui ont suivies. Les missions de premier secours se font de plus en plus rares avant de disparaître totalement et Kyoko retrouve une vie complètement normale. Le bug de l'Incontestable ne la fait pas réagir : elle n'est pas mariée et donc pas concernée. Elle se fait juste la réflexion que cette fois, ils n'ont aucune excuse. Cependant, très vite vient la justification, le gouvernement parle d'un projet de recherche. S'ils ont du temps à perdre avec de tels projets, ça les concerne. Elle, peu lui importe. Elle veut juste continuer à mener sa vie comme elle l'entend. Cependant, la vie semble en avoir décidé autrement. Comme si le Japon n'avait pas assez souffert, vers Juin 2111, elle commence à voir arriver un nombre anormal de corps, au travail. Très vite, le diagnostique est posé : une épidémie. Si elle n'était pas autant débordée, elle aurait encore cherché à apporter son aide aux médecins. Mais même si de moins en moins de morts passent par la case "autopsie" puisqu'il devient évident que la cause est l'épidémie, il y en a encore quelques-uns.

Kyoko décide de "se confiner" dans son appartement avec sa mère. En effet, en tant que chercheuse, elle est aussi indirectement en contact avec le virus. Pas question d'exposer Sakura qu'elle préfère confier à son père. Certains la disent parano, elle préfère rétorquer qu'elle est trop prudente et qu'il vaut mieux ça que de ne l'être pas assez. Si elle a l'habitude de ne pas forcément voir son fils tous les jours, puisqu'elle le laisse parfois assez longtemps chez ses parents, ça commence à lui paraître long. Elle l'appelle souvent, et tous les samedi, ils regardent un film ensemble, tout en étant en appel vidéo. C'est le mieux qu'elle puisse faire, en attendant. L'épidémie finit par être endiguée. La légiste décide de se faire tester. Elle se révèle être porteuse saine, tout comme sa mère. Qui a contaminé qui en premier ? Aucune idée. Kyoko décide d'attendre un peu avant de revoir son fils, afin d'être sûre de ne plus être contagieuse. Elle n'est plus à quelques jours près. Puis, enfin, Victoria peut retourner vivre avec son mari et Sakura avec sa mère. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. La défaillance des puces la fait sourciller, et cette fois, elle se montre partagée et moins compréhensive avec le gouvernement. Certes, ils n'y peuvent rien, ils ne pouvaient prévoir cet incident mais elle n'ose imaginer la réaction qu'elle aurait eu si elle avait reçu une fausse alerte annonçant le décès de Sakura. Chose qui ne fut pas le cas, heureusement. Quand bien même ça aurait été le cas, qu'aurait-elle pu y faire ? Pas grand-chose. Alors elle met ça de côté et elle s'efforce à ré-apprendre à vivre une vie normale. Encore.

En parlant de Sakura, il a désormais 12 ans. La relation qu'il a avec Kyoko est assez ambigüe. Certains jureraient qu'ils ressemblent plus à des frères et soeurs, à toujours se chamailler -le prénom de Sakura est d'ailleurs souvent un sujet de dispute entre eux deux- mais à finalement se réconcilier comme si de rien n'était et à veiller l'un sur l'autre. C'est plus souvent Sakura qui disputera sa mère quant au fait qu'elle saute trop de repas. Car autant si elle veille à ce qu'il mange à sa faim, elle n'en fait pas toujours de même pour elle. Et Kyoko n'a pas souvent cette attitude typique des mères, ferme mais douce, autoritaire mais bienveillante. Cependant, si d'un point de vue extérieur ça peut porter à confusion, entre eux deux, il n'y a aucune ambiguïté. Malgré le fait que Kyoko soit très occupée et qu'il passe énormément de temps chez ses grands parents -il dort même souvent plusieurs jours par semaine chez eux-, il considère Kyoko comme sa figure maternelle. C'est même en sa présence qu'il semble le plus à l'aise et où il osera plus facilement prendre la parole, étant en dehors de ça un enfant très timide.

Et aujourd'hui encore, Kyoko vit sagement sa vie avec son fils. La règle du samedi n'a toujours pas changée. Même si le travail est parfois long et éprouvant, elle ne regrette pas de s'être orientée par là. Ah vous vous demandez peut-être pourquoi médecin légiste ? Il en faut bien, non ? Et sur le plan social et relationnel, c'est un métier qui lui convenait mieux. Parce que même si elle a cette manie de vouloir s'entourer de gens pour combler sa solitude, elle a pas forcément envie de fréquenter des patients à longueur de journée. Fréquenter des cadavres lui va aussi. Ce ne fut pas forcément facile les premières fois, mais elle s'y est fait. Pour quelqu'un qui ne "désire rien", elle se dit qu'elle a plutôt bien réussi sa vie. Elle a été relativement épargnée par tout ce qu'a pu endurer le Japon et a su reprendre le cours de sa vie. Il n'y a plus qu'à attendre que l'Incontestable lui trouve un conjoint.

Caractère
Kyoko, c'est le genre de femme qu'on a dû mal à définir. Difficile de dire si elle est mature ou immature. Egoïste ou généreuse. Solitaire ou sociable. Bavarde ou renfermée. Malicieuse ou sarcastique. Loyale ou traîtresse. Franche ou secrète. Vous l'aurez compris, Kyoko a un gros problème avec le juste milieu. Soit elle n'en fait pas assez, soit elle en fait trop. Ce qui a le don de déstabiliser.

Au travail, on verra une femme sérieuse qui accomplit ses tâches avec minution et sans jamais se plaindre. Sauf que dès qu'elle aura fini son autopsie et rangé les cadavres au placard, cette femme travailleuse se métamorphosera en une personne beaucoup plus... enfantine. Ses gestes qui avant semblaient calculés au centimètre deviendront exagérés et excentriques, comme si elle cherchait à ce qu'on la remarque au milieu de la foule. Pourtant, elle ne cherche pas à discuter plus que ça, semble-t-il. Du moins c'est ce qu'on se dit quand on la voit manger en silence avec ses collègues. Jusqu'à ce qu'elle trouve un sujet qui l'intéresse. Elle se met alors à déblatérer sans laisser personne d'autre en placer une.

Surtout qu'un sujet qui l'intéresse, c'est pas forcément un sujet qui plaît à tous. En effet, elle est capable de parler pendant très -trop- longtemps sur l'état de putréfaction dans lequel était le corps qu'elle a dû examiner. A table, sans aucune gêne et se moquant pas mal des collègues qui auraient le ventre trop fragile. Si ça leur donne tant envie de vomir, qu'ils aillent le faire aux toilettes et la laisse raconter ce qu'elle a à dire. Un peu égoïste, pensez-vous ? Oh mais Kyoko est une personne égoïste. Evidemment, c'est dans la nature de l'humain d'avoir cette part d'égocentrisme. Cependant, Kyoko semble l'être un peu plus que la moyenne. Ou alors c'est parce que contrairement à beaucoup, elle l'assume complètement et serait capable de l'avouer sans détour ? Cet exemple n'était pas grand chose mais dans la vie de tous les jours, elle est devant les autres, et pensera toujours à elle en premier. Le reste, elle y songera si elle a l'occasion. Ca fait d'elle une personne très capricieuse, d'ailleurs.

On pourrait penser qu'elle se croit supérieure aux autres sauf que ce n'est pas vraiment le cas. Elle sait qu'elle ne vaut pas mieux qu'un autre. Elle ne saurait même pas dire si elle est une bonne ou une mauvaise personne. Tout du moins, elle sait qu'elle n'est pas mauvaise -même si comme tout le monde, elle a déjà fait de mauvaises actions-, mais cela fait-il d'elle pour autant une bonne personne ? Probablement pas. Sauf qu'elle est comme ça. Elle se fait passer avant les autres. Elle s'occupe de son cas en premier. Et elle pense que si tout le monde faisait ça, ça simplifierait les choses. Il n'y aurait pas à ramasser à la petite cuillère ceux qui en font trop pour les autres et s'en oublient eux-mêmes.

Oui, Kyoko est très pragmatique et terre à terre. Parfois un peu trop. Pourtant, elle a beau se penser égoïste, elle surprend parfois son entourage avec des petites attentions inattendues. La demoiselle est par exemple très observatrice. Si un jour un collègue n'a pas le temps de passer à la cafétéria et lui demande d'aller lui prendre un sandwich, elle saura tout de suite lequel prendre car elle aura remarqué que ce collègue prend toujours le même. Elle serait même capable de prendre l'initiative d'elle-même, sans qu'on ne lui demande rien. C'est pas un sandwich qui la ruinera. Et des petites attentions comme celle-là, elle en a pleins, ce qui la rend tout de suite plus attachante.

Cependant, malgré ces gentillesses surprises, difficile de dire si on est amis avec elle ou pas. Un jour elle peut se montrer taquine et malicieuse, l'autre vous railler avec sarcasme ou une autre fois encore se montrer étrangement distante. C'est que l'amitié, ça va, ça vient, vous dira-t-elle. Rares sont les amitiés durables. Quelques années tout au plus. Pas toute une vie. Pourtant, il lui est déjà arrivé de s'attacher plus qu'elle ne l'aurait dû. Quand c'est le cas, elle saura faire preuve d'une grande loyauté. Bon, on ne la change pas, elle restera tantôt trop intrusive dans ses taquineries, tantôt cynique et sarcastique. Et même sa loyauté peut être jugée comme relative. Elle a mis un terme à sa relation avec le père de son fils sans même lui annoncer sa grossesse. Elle l'aimait pourtant sincèrement mais elle n'a même pas cherché à garder contact, déclarant sans détour qu'elle souhaitait complètement couper les ponts. Tout simplement car son côté pragmatique lui soufflait que ça finirait par les faire souffrir plus que nécessaire. Soit la grossesse aurait été sujet de dispute, soit ça les aurait trop rapproché et n'aurait rendu la séparation que trop difficile le jour où l'Incontestable leur aurait désigné leur conjoint. Et puis, même sans Incontestable, ça n'était qu'une amourette pas destinée à devenir plus, autant la terminer en ne gardant que de bons souvenirs. Au final, n'était-ce pas la plus grande preuve d'affection que de se séparer ainsi sans faire de vagues ? N'est-ce pas une preuve que contrairement à ce qu'elle pense, elle sait mettre son égoïsme de côté ?

En parlant de l'Incontestable, Kyoko est complètement pro-Incontestable. D'un point de vue scientifique, elle est intriguée par la question "peux-t-on réellement connaître l'amour avec un conjoint qu'on nous choisit grâce à des centaines de données récoltées depuis le jour de notre naissance ?". Bien sûr, cette question demeure secrète en son fort intérieur puisqu'évidemment "l'Incontestable ne se trompe jamais". Et elle peux observer d'elle-même ce qu'il en est autour d'elle, cependant elle doit s'avouer curieuse de la personne qu'on lui choisira. Elle-même s'étonne encore d'avoir aimer et a du mal à s'imaginer trouver l'amour une seconde fois. Mais qui sait peut-être que l'avenir lui réserve des surprises...

Ironiquement pour quelqu'un qui approuve autant le système actuel, elle a un côté assez anti-conformiste. C'est d'ailleurs la raison qui fait qu'elle aime autant les tatouages. Pas que, elle trouve ça jolie aussi mais ça joue. En fait, plutôt qu'anti-conformiste, il serait plus exact de dire qu'elle n'aime pas entrer dans une case. Elle ne veux pas se plier aux normes de la société. Elle veut être différente et n'a pas honte de se montrer excentrique ou extravagante.

En somme, une femme sûre d'elle, qui aime se démarquer même si cela doit passer par des caprices mais qui sait aussi se montrer sérieuse et loyale, vous dîtes-vous ? Ce n'est pas totalement faux mais ce n'est pas totalement vrai non plus. Parce que toute cette façon d'être cache un énorme manque de confiance en elle. Elle se sent vide. Elle a l'impression de n'avoir aucun désir, aucun but, se laissant simplement porter. Elle s'entoure pour ne pas se sentir seule car c'est dans la solitude qu'elle se sent la plus vide. Elle fait des caprices pour avoir l'impression de vouloir quelque chose alors qu'elle sait qu'elle finira par se lasser. Elle n'aime pas entrer dans une case car elle veut sortir du lot pour oublier sa propre banalité.

Physique
Kyoko est une plutôt jolie femme quoique certains la trouverait banale. En effet, elle n'a pas forcément de caractéristique physique qui dénote ou de quelconque chose qui fait qu'on la remarque dans la foule. Un style vestimentaire pas forcément recherché, elle reste dans le classique mais plus par aspect pratique. Pas le temps de soigner son apparence plus que nécessaire. Heureusement pour vos yeux, sans doute, parce que sinon elle s'amuserait à faire des mélanges de styles improbables en sachant pertinemment que ça rend très mal mais dans le seul but de s'amuser des regards surpris ou outrés -ou bien encore pour embêter son entourage en s'affichant avec eux dans une telle tenue-. Mais elle évite au travail parce que ça fait pas très sérieux, dirons-nous. Mis à part cela, elle est de taille de moyenne, 1m63 pour 52 kilos, ce qui donne une corpulence relativement mince. Si on suit les courbes de sa silhouette, on remarquera une poitrine certaine. Elle ne possède pas de formes trop généreuses mais on ne pourrait pas la qualifier de plate. Enfin, elle a une chevelure d'un noir profond cascadant jusqu'au creux de son dos et dont la frange couvre son front. Ses yeux d'un marron assez clair restent cependant dégagés de toute mèche rebelle.

Banal, non ? Et pourtant, en la détaillant avec plus de soin et en s'attardant un peu plus, on pourrait se dire qu'on passe à côté d'une très belle femme. Elle a un visage aux traits fins et à la peau lisse et dénuée d'imperfections, ne semblant pas avoir connu l'acné durant sa jeunesse. Eh oui, elle fait partie de ces chanceuses. Avec cela et sa peau très pâle, on pourrait la comparer à une poupée de porcelaine. De longs cils noirs réhaussent son regard marron qui vous dévisage sans aucun détour. Kyoko est une personne très curieuse, tout et n'importe quoi peut l'intéresser et si elle jette son dévolu sur vous, elle ne se gênera pas pour vous observer sans aucune gêne. Elle est capable de tenir un certains temps sans cligner des yeux, à simplement fixer l'objet de sa curiosité et en est fière -quoique ça doit plutôt être malaisant pour les autres-. Pour rester à son visage, on remarquera un grain de beauté sous son oeil droit. Certains jugeront cela comme une imperfection sur son visage si délicat alors que d'autres diront que ça fait partie de son charme.

Après, c'est bien beau de dire que Kyoko est une très belle femme quand on prend le temps de l'observer, néanmoins elle reste humaine et a de petits défauts comme tout le monde. Petits défauts qu'elle ne cherche pas forcément à camoufler. Bien au contraire puisqu'ils sont directement de sa faute. Que ce soit ces cernes dûes au manque de sommeil qu'elle ne s'embarrasse pas à cacher sous du maquillage ou bien le fait qu'elle est une peau assez fragile et sèche par extension, surtout en été et en hiver. Durant la saison froide, elle aura aussi souvent les lèvres gercées. Pas qu'en hiver d'ailleurs puisqu'elle a tendance à se "ronger les lèvres". Bon, défauts c'est vite dit, ça reste pas très flagrant mais parfois c'est ces petites imperfections qui font le charme et donnent un aspect plus accessible à la personne.

De plus, si on devait noter ce que le Japon considérerait réellement comme un défaut physique, ça serait le tatouage qu'elle cache sous ses vêtements. En effet, Kyoko étant une personne très ouverte d'esprit, elle ne s'est pas gênée pour se faire tatouer. C'est seulement pour avoir l'air sérieux en tant que médecin légiste qu'elle ne s'est pas faite tatouée à un endroit plus visible. Pas qu'elle en ait honte mais les préjugés ont la vie dure. Le tatouage en question est un caducée médical situé dans le bas de son dos.
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5587
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bienvenue à toi Kyoko Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1362171446

Pour les liens qui fonctionnent plus, nous avons refait les annexes il y a peu et nous avons oublié de les modifier.
Mais tout ce dont tu as besoin se trouve dans les annexes Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 2432113367 Les devoirs des mariés se trouvent dans la partie "L'Incontestable" Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 4115966937


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] Ld7d
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] Cn3Ckyx
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1EPYLUw
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] YqECw0j
— Just Married —

Messages postés : 170
Inscrit.e le : 10/11/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Temporaire
Autre: Reste Fuyuka dans le cadre professionnel
Ooooh, Beautiful Bones **

Bienvenue, ta perso est très intéressante Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 4115966937 Je viendrai te choper un petit lien pro à l'occas Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1518348080 En attendant, bon courage pour la validation Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1362171446
— Just Married —

Messages postés : 4
Inscrit.e le : 06/05/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Makoto -> Merci ! Ah d'accord pas de problème, c'était pour signaler au cas où. Merci en tout cas !
Michiko -> Contente que tu la trouve intéressante, c'est pas du tout le genre de personnage que j'ai l'habitude de jouer alors j'avais peur de pas réussir à en faire quelque chose mais ça me rassure un peu du coup. Et ça sera avec plaisir pour un lien~
— MODÉRATEUR FICHE —

Messages postés : 422
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Paweł ♥
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Joli ava, elle est mimi Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1518348080 Un peu glauque son métier, mais tu me diras, on en a pas des masses non plus (du moins je crois Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 3182035657).

Histoire


"on peut que Kyoko est née dans une famille qui ne manque de rien." -> oops, 'manque un mot Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 3182035657
"Peut-être fut-il intriguée par Kyoko"
"Je ne serais pas seule, cette année."
En troisième année, ça deviendrait encore plus pressante."

Kyoko accouche à 20 ans après le lycée. Mais si elle n'a qu'un an de retard par rapport à l'âge "général" des élèves, n'a-t-elle pas plutôt 19 ans ? (ou alors j'ai mal calculé)
Du coup, si c'est le cas, elle obtint son diplôme à 29 ans au lieu de 30.

"En parlant de Sakura, il a désormais 12 ans." -> à moins qu'il y ait eu une petite ellipse entre ça et le paragraphe précédent, il aurait donc 9 ou 10 ans.

Il manque l'avis de Kyoko sur les événements des Incontrôlables, Shukumei, le bug de l'Incontestable, l'épidémie et la chasse à l'homme qui s'en est suivi ! Tu trouveras tout ça dans la chrono'.

Caractère


"cette femme travailleuse se métamorphera"

Physique


""De plus, si on devait noter ce que le japon"

Conclusion
Hormis quelques fautes simples, des soucis d'âge et le contenu manquant, ta fiche est sympa ! Kyoko est un personnage qui a déjà bien évolué au fur et à mesure, ne serait-ce que grâce à son fils, c'est plutôt cool d'avoir une femme aussi accomplie qui s'occupe déjà d'un enfant, le girl power est puissant 💪

Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥
— Just Married —

Messages postés : 4
Inscrit.e le : 06/05/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Hey ! Déjà merci pour la correction de fiche, j'ai rectifié les fautes et oublis de mots.
Et pour l'âge de l'accouchement et fin d'étude, tu as raison en effet, juste que je me mélange toujours avec ce genre de calculs x)
Pareil pour l'âge de Sakura, je voulais dire dans le contexte actuel du forum mais en effet, j'avais pas vraiment fait d'ellipse et c'était pas clair mais du coup j'en ai profité pour arranger ça et j'ai mis tous les éléments du contexte juste avant.
Voilà ce que j'ai rajouté :

Spoiler:
En même temps, elle s'est enfin faite embaucher en tant que médecin légiste à part entière. Jusque-là, elle n'avait pu être qu'assistante. Elle s'habitue doucement à cette nouvelle vie. Si sur le plan privé, elle coule des jours tranquilles, ce n'est pas le cas du Japon qui connaît quelques bouleversements. Kyoko observe de loin le mouvement des Incontrôlables. Elle en avait déjà vaguement entendu parlé durant ses dernières années d'étude mais ce n'en était guère soucié : elle n'avait pas le temps. Maintenant, elle les observe avec plus d'intérêt mais pas une seule fois lui vint l'envie de rejoindre le mouvement. A quoi bon ? Elle a peut-être évolué mais elle reste relativement passive dans ce genre de cas. Pas question de se compliquer la vie à rejoindre ce genre de résistance. Même si elle était anti-Incontestable, elle aurait simplement enterré sa rancoeur en elle, pour le bien de sa famille. Le mouvement finit de toute façon par être étouffé, et Kyoko se félicite d'être restée à l'écart.

Cependant, s'il y a une chose de laquelle elle ne peut restée à l'écart c'est la succession de catastrophes qui assaille le Japon. Kyoko s'estime chanceuse, aucun dégât grave à déplorer dans son entourage. Le plus grave blessé parmi ses proches est son père qui a eu un bras cassé durant le séisme. Autrement dit, pas grand-chose par rapport à d'autres. Quant aux dégâts matériels, ce n'est pas l'argent qui manque dans sa famille, s'il y a quoi que ce soit à réparer. Chaque chose en son temps. Malgré tout, Kyoko est terrifiée. Elle ne le montre pas car sait qu'elle n'est pas de ceux à plaindre mais ces catastrophes naturelles l'ont bouleversé. Le Japon est un pays souvent en proie aux séismes et c'est quelque chose qui l'a toujours effrayé. Car ce genre d'événements, l'Homme ne peut les contrôler. Il ne peut rien y faire. Il peut, tout au plus, tenter de les prévoir, s'y préparer et s'en protéger mais il est impossible de les empêcher de se produire. Elle met sa crainte de côté et va participer à certaines aides humanitaires. Même si elle est médecin légiste, elle a suivi de longues années de tronc commun durant ses études, qui lui permettent largement d'avoir les compétences pour assister un médecin. Une paire de bras en plus n'est pas de refus, au vu du nombre de victimes.

Elle ne se soucie que peu du bug de l'Incontestable. Certes, elle entend parler de mariages polygames, de divorces sans aucun sens, même parmi ses collègues, cependant, elle trouve ça sans importance par rapport au reste. Bien qu'elle le garde pour elle, elle s'agace de ceux qui s'en plaignent. La question n'est pas d'aimer ou non le gouvernement, le fait est que le Japon a dû faire face à de terribles événements et même lui n'est pas infaillible, c'est facile de tout leur mettre sur le dos. Certes, ces situations amènent confusion et incompréhension mais ce n'est pas cher payé par rapport aux dégâts humains qu'a fait Shukumei. En effet, si ces mariages et divorces accidentels ont été "réparés" au bout d'une vingtaine de jours, ce n'est pas le cas de la majorité des blessés.

Le pays se remet doucement des typhons et autres catastrophes qui ont suivies. Les missions de premier secours se font de plus en plus rares avant de disparaître totalement et Kyoko retrouve une vie complètement normale. Le bug de l'Incontestable ne la fait pas réagir : elle n'est pas mariée et donc pas concernée. Elle se fait juste la réflexion que cette fois, ils n'ont aucune excuse. Cependant, très vite vient la justification, le gouvernement parle d'un projet de recherche. S'ils ont du temps à perdre avec de tels projets, ça les concerne. Elle, peu lui importe. Elle veut juste continuer à mener sa vie comme elle l'entend. Cependant, la vie semble en avoir décidé autrement. Comme si le Japon n'avait pas assez souffert, vers Juin 2111, elle commence à voir arriver un nombre anormal de corps, au travail. Très vite, le diagnostique est posé : une épidémie. Si elle n'était pas autant débordée, elle aurait encore cherché à apporter son aide aux médecins. Mais même si de moins en moins de morts passent par la case "autopsie" puisqu'il devient évident que la cause est l'épidémie, il y en a encore quelques-uns.

Kyoko décide de "se confiner" dans son appartement avec sa mère. En effet, en tant que chercheuse, elle est aussi indirectement en contact avec le virus. Pas question d'exposer Sakura qu'elle préfère confier à son père. Certains la disent parano, elle préfère rétorquer qu'elle est trop prudente et qu'il vaut mieux ça que de ne l'être pas assez. Si elle a l'habitude de ne pas forcément voir son fils tous les jours, puisqu'elle le laisse parfois assez longtemps chez ses parents, ça commence à lui paraître long. Elle l'appelle souvent, et tous les samedi, ils regardent un film ensemble, tout en étant en appel vidéo. C'est le mieux qu'elle puisse faire, en attendant. L'épidémie finit par être endiguée. La légiste décide de se faire tester. Elle se révèle être porteuse saine, tout comme sa mère. Qui a contaminé qui en premier ? Aucune idée. Kyoko décide d'attendre un peu avant de revoir son fils, afin d'être sûre de ne plus être contagieuse. Elle n'est plus à quelques jours près. Puis, enfin, Victoria peut retourner vivre avec son mari et Sakura avec sa mère. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. La défaillance des puces la fait sourciller, et cette fois, elle se montre partagée et moins compréhensive avec le gouvernement. Certes, ils n'y peuvent rien, ils ne pouvaient prévoir cet incident mais elle n'ose imaginer la réaction qu'elle aurait eu si elle avait reçu une fausse alerte annonçant le décès de Sakura. Chose qui ne fut pas le cas, heureusement. Quand bien même ça aurait été le cas, qu'aurait-elle pu y faire ? Pas grand-chose. Alors elle met ça de côté et elle s'efforce à ré-apprendre à vivre une vie normale. Encore.

Je pense que j'ai tout fait !
— MODÉRATEUR FICHE —

Messages postés : 422
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Paweł ♥
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Yaaay bah c'est tout bon pour moi, GG !
Hâte de te voir en action Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1518348080

Pré-validation par Ollie
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5587
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] Ld7d
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] BbNTuR8
Le plus beau compliment ♥️:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] Cn3Ckyx
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 1EPYLUw
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter - Kyoko Higurashi [Fini (je crois ?)] YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum