Armuth schændet nicht || Enmei 200803042355296862
-80%
Le deal à ne pas rater :
BOSCH Machine à dosettes TASSIMO à 9,99 (via bon d’achat)
9.99 € 49.99 €
Voir le deal

— Just Married —

Messages postés : 12
Inscrit.e le : 25/06/2020
Enmei M. Eito
Let's me hold you, like i never hold my patience
Informations générales
Nom : Eito
Prénoms : Enmei Masahiro
Âge : 31 ans,  né le 4 mars 2081.
Genre : Mâle, à défaut d'être femelle.
Origines : Japonais depuis que les premiers recensement existent. Peut-être que des tricheries lui donnent un peu de sang chinois ou coréen. Grand-père paternel est suédois, mais, c'est tabou dans la famille.
Activité : Avocat spécialisé dans le droit des affaires - Fait parti de la meute de requins d’Hitachi
Sexualité : A quoi bon ?
Avatar : Kylo Ren - Star Wars series - Adam Driver
Règlement : -
Chemin Qui ne connait pas Just Married! Armuth schændet nicht || Enmei 2837704232
Autre : Bouh!
Histoire - Elle a mit sur son dos, le manteau des dieux
BORNASSUTAIN+ : Quand Enmei hurle, tout s’arrête. Et c’est un temps béni, un temps où les regards se posent sur lui.
Ses sentiments si écrasés dans son torse peuvent exploser, sans que personne ne l’arrête. Alors, quand Mère et Père hurlent, il hurle plus fort qu’eux.

Ils sont interdits, ces géniteurs. Ils voient ce démon qui parle comme eux, pourtant ils ne reconnaissent pas la langue. Enmei a toujours été cet enfant sage, alors pourquoi hurle-t-il ce soir ? Pourquoi a-t-il l’air de souffrir ?

Enmei s’enferme dans sa chambre, son nez dans les plis de ses cuisses. Plus aucun bruit, puis des chuchotis comme des ailes de cigales. Lui, il ne veut pas entendre. Sa puce vrille dans son cerveau, il l’entend. C’est terrifiant de se sentir surveillé, se disait-il. Shinjiro avait dit à la récré que les puces, ça entendait ce qu’on pense.

Alors, Enmei pensa très fort qu’il était désolé d’être en colère. Qu’il ne voulait pas être méchant.

La puce ne lui dit rien. Mais Enmei eut toujours aussi mal à la tête.
Soeur-de-Enmei jouait de la guitare à côté de sa chambre. Elle ne jouait pas fort, elle jouait doucement. Elle jouait dans l’ombre de son talent, si délicatement qu’elle n’avait plus de doigts. Paraîtrait qu’elle s'appelle Yukako. Enmei la connaît comme il connaît la cabane au fond du jardin.

Car, elle parle dans son téléphone, et il écoute. Il apprend, il comprend. Ses dents de lait tombent pour la première fois quand elle l’a surpris. Assis derrière la fenêtre, il apprenait les péripéties de Yukako-onee et de Rumia-Chan. Puis la fenêtre de papier de riz a glissé. Yukako l’a regardé, elle n’a pas eu peur, elle n’était pas en colère.
Elle voulait juste entendre ce qu’il savait, avant de hurler la rage des jeunes filles en fleur bafouées. Et ce calme impassible, cette colère prête à le glacer était la chose la plus terrifiante qu’il n’a jamais eu l’occasion de voir.

Assis dans son bureau à Tokyo, il repense à Yukako. À ses yeux pleins de mépris, à ce rejet qui se drapait de soie. Frissons dans son souffle, il rêve. Mère et Père ont été mariés très jeune, il paraît. C’était un mariage réussi, même pour les chiffres de l’Incontestable. Ils ont eu 10 enfants, une vie harmonieuse dans la décadence de leur haine réciproque. Ils se haïssaient tellement qu’ils se sont aimés. Tellement de points non communs qu’ils ont créés des ressemblances. Le premier enfant était né 10 mois après leur mariage. Dans un mariage assemblé chaotiquement, il fallait s’attendre à des enfants destructeurs.
Enmei a eu la colère, Yukako a eu envie. Et dans ce monde si plein, mère et père n’eurent jamais le temps pour donner un meilleur modèle. Pleins de bonne volonté pour cette tribu perdue, ils étaient les premiers à se saigner pour visiter les parcs, les premiers à venir à chaque événement sportif. Mais chaque acte naturel était accompagné d’une petite pique.

C’était si étrange de se rappeler de son premier festival d’école. Adulte, il sait à quel point les lampions de papier mâché étaient ridicules. Mais dans son coeur d’enfant, il les revoit encore comme des morceaux de soleil qui restaient suspendus pour son émerveillement. Mère était encore grosse d’un enfant, c’était petit Yosuke qui alourdissait les traits de mère. Ordre de l’Incontestable, celui-là. Il l’a jamais vraiment supporté petit Yosuke. Peut-être pour ça qu’il s’est…Il perd la trame, grand Enmei dans son fauteuil en cuir.

Alors, il se revoit à son festival. Il se revoit à rêver les yeux ouverts. Il demandait à Mère des yakisoba. Mère riait un peu avec les yeux quand elle l’a emmené voir Père pour qu’il lui achète les Yakisoba. Père a dit oui, puis devant le stand de la maman d'Emiko-Chan, il est parti. Il riait un peu fort quand Enmei s’est retrouvé bégayant. La mère d'Emiko-Chan lui tendait le morceau de carton, un air attendri sur son visage.
-tout le monde connaît Enmei-
-Vous savez pour son dos ?-
-Sa mère en fait tellement, qu’elle n'a pas eu le temps de finir celui-là-
-Sa mère a pas l'air d'ici, pour ça que son gamin pousse mal. Pas la bonne terre pour une mauvaise graine-

Enmei, il a pris ce carton colorié par Emiko-Chan, Emiko-Chan était vraiment la plus belle de du cours de récré, il a dit soudainement sans que sa voix tremble :

-Merci Madame Sugiyama, mon père va vous ramener de quoi vous payer. Veuillez accepter mes plus sincères excuses.

Elle a été renversée, cette matrone. Il ricane encore devant son visage empâté par l’huile de friture. Devant ses propres yeux, un miracle est apparu. Enmei se tenait droit, il avait l’air d’un homme dans ce corps frugal d’enfant charnu. C’était à son tour de bafouiller, elle était impressionnée. Il avait pu manger ses yakisobas gratuitement, en marchant d’un pas lent vers son père. Son père n’avait pas aimé, sa petite blague avait mal tourné. Ou si bien tourné pour Enmei, car dans ce moment intense d’une humiliation pressante, il avait trouvé son salut.

Sa vie se déroule encore plus doucement. L’école primaire se passe sans ombres, il ne dit rien et il grandit en prenant toujours plus de lumière. Le médecin de l’école lui dit scoliose, il était gentil ce médecin. Il lui a demandé pourquoi ses yeux ont l’air aussi vide quand il parle de sa famille. Yukako lui a toujours dit de ne rien dire, de ne pas parler. Alors, il dit qu’il aime tellement ses parents qu’il ne ressent plus rien pour le reste. Le médecin a soupiré, griffonnant quelque chose sous son souffle “putain du système”. Enmei a fait comme si, parce que s'il pense trop fort, sa puce va l’entendre -les parents de Shinjiro ont été emmenés parce qu’ils pensaient trop fort à ceux que l’Incontestable n'a pas voulus leur donner-. C’est un petit village, tout le monde sait tout sur tout le monde. La mère de Shinjiro a tellement pensé qu’elle a influencé son corps de faire quelque chose de ne pas bien.

Alors Enmei, il sourit au médecin. Il pense très fort qu’il est très heureux avec ses parents. Le médecin lui donne un corset et un rendez-vous chez un autre médecin. Il a plus très mal au dos quand la kinésithérapeute lui frotte doucement le dos. Ses seins lui touchent souvent le dos, il aime bien, prépubère plaisir. Elle est le médecin étaient vraiment gentils, le médecin ne disait rien quand Père et Mère partaient faire la tournée des bars. C’était un ordre, il paraîtrait.
Yukako lui chuchotait entre deux airs de guitare que c’était parce qu’ils se sont trop éloignés encore. Enmei avait les mains pleines de couches des petits nouveaux quand il pensait très fort à sa puce, que ses parents étaient très heureux -mais ils ne le savaient pas.

Le collège est arrivé, il l’a su avant tout le monde car la croissance fut violente. Il a poussé comme les plantes avec tutelle. Le printemps, il n’était qu’un petit nain. L’été a passé et le voilà, d’une puissance inouïe au-dessus de ses camarades. Tout le monde chuchote sur son passage. C’est une petite ville, tout le monde connaît tout le monde. Et ce titan d'adolescent jettait une ombre sur les rues du village.  Il y avait Shinjiro qui ne souriait plus. Il y avait Emiko-Chan qui se bouclait désespérément les cheveux pour attirer le regard sur elle. Mais, elle n’était plus la plus belle fille de du cours de récré. Enmei n'avait pas beaucoup changé malgré son corps irritable. C’est quand ça a commencé, qu’il a voulu tout arrêter.

Les regards de pitié et de curiosité sont devenus des moqueries. Soi-disant Yukako avait fait quelque chose, elle était plus grande qu’eux alors ils se rabattaient pour le plus petit. C’est pour la première fois qu’Enmei a compris qu’il était laid. Dans les yeux des Akihiko, Ken, Tamako, Emiko, Ryûma, et tous les autres qui avaient autrefois un sourire gêné devant ses maladresses. Son nez a été moqué. Mais mère avait le même . Mère et ses traits presque Européens, on lui a dit que c'était pour ça qu'elle était laide. Le nez rendait bien sur les bâtards qui ne pouvaient jamais être japonais. Ses affaires renversés sur le sol, il les a ramassé en pensant au vent. Puis, petit à petit, il s’est éloigné de ce monde.

Le soir quand il rentrait, il avait plus faim. Le monde lui avait tellement donné à manger que son estomac débordait en eau salée dans ses yeux. Peut-être que s'il faisait du régime, son nez allait mincir ? Le sébum est en fête, et dans le moindre recoin de sa peau bourgeonne des germes blanches et rouges. Il les ouvre en appuyant dessus. C’est devenu un rituel, comme sa course à ventre vide tout les matins.

Ploc, aujourd’hui Emiko-Chan lui a dit qu’il devait plus boire de lait.
Ploc, mère a hurlé sur le père. Père lui a dit que si elle n'était pas contente, elle n'avait qu’à…
Ploc, Yukako sanglote de joie derrière la porte. Elle a été admise au conservatoire de Tokyo.
Ploc, Ryûma lui a dit d’aller enculer une femme mariée. Au moins, sa mort sera plus honorable que le souvenir du sexe avec lui.

Il avait 14 ans, le visage plein de cicatrices quand il a ravalé la façade de Ryûma. Il a eu la haine de son enfance, cette rage violente qui harcèle son cerveau. Ryûma était là quand il avait demandé à Mihako-chan si elle voulait bien être sa petite amie. Elle lui a dit non, très gentiment. Elle avait peur que son mari à venir ne soit pas content si elle était usée. Ryûma a entendu et il est venue. Il a dit que Mihako était déjà usée d’avoir été aimée par lui. Il était surpris que même quelqu’un veuille user une truie comme elle. Ses petits yeux marron étaient tout pleins de larmes quand Enmei a frappé. Une fois, deux fois, trois fois. Le sang est dur à laver, et sur les crépis des murs encore plus. Pour la première fois depuis longtemps, il a retrouvé le petit garçon des yakisobas. Il s’est arrêté que quand ses poings lui faisaient mal. C’était misérable de voir un si bel enfant, les mains en l’air, le nez tout gonflé et l’oeil poché. Mihako était partie, et c’est dans cette sérénité étrange qu'Enmei s’est réfugié en lui-même. Il avait compris maintenant. Il devait apprendre à être fort s'il ne voulait plus jamais être perçu comme faible. C’était si évident, qu’il en a rit. Il riait tellement qu’il en a pleuré. Il a pleuré parce qu’il était tout seul.

Tout seul, il allait l’être. Le conseil de discipline allait être exemplaire. Comment un enfant, un enfant du village, pouvait se livrer à de telles barbaries ? Surtout un enfant si calme et discret comme Enmei. Les parents ne comprenaient pas tout en saisissant complètement la situation. Le démon qui explosait parfois dans la casserole familiale hurlait maintenant autre part. Il aurait fallu écouter le gentil médecin et l’emmener à un psychologue. Mais ils étaient trop occupés à se faire haïr pour les draps déchirés de la veille. On a demandé à Enmei des excuses, et il retournerait en classe.
Il n’a pas plié, il s’est tenu droit et il a dit de sa voix forte et claire :

-Pourquoi vous avez laissé  Sugiyama-san prendre mon lait ?

Regards confus.

-Pourquoi vous avez laissé Tokiyame-san dire que j’étais inutile ?

On lève la main, agacés

-Pourquoi vous avez laissé Meitsurane-san voler ma trousse ?

On lui demande de se taire. Enmei se tait, il ne dira plus d’excuses. Dans la voiture qui se conduit tout seul, Mère l’écrase contre sa poitrine et père le cajole doucement. Il ne dit rien, il est fatigué. Les adultes ne peuvent plus l’écraser s'il les écrase avant. Il étouffe dans cet amour, pourtant il ne veut pas partir.
Petite puce a dû entendre sa colère et le punir. Yukako a été mariée à Tokyo, à un homme très riche. Elle n'était pas heureuse parce que son coeur n’aimait pas les hommes. Elle était la femme qui n’aimait pas les hommes. Il est sous écoute, il en est sûr. Yukako le supplie. Message avec son visage implorant, quand il travaille dans sa chambre. Le collège veut plus de lui, dans les petits villages, on en a pas beaucoup de collèges. Yukako veut qu’il vienne à Tokyo, pour elle. Elle n’aime pas son mari.

Il lui répond qu’elle doit l’aimer, c’est comme ça. Elle s’est sans doute trompée sur son amour pour les courbes féminines. Mère et Père ont eu un message de Yukako, la maison était pleine, une chambre de plus pourrait être utile. Puis ils se sont calmés depuis quelque temps, le 10ème était né quand Enmei a pris la route vers Tokyo.

Il avait 15 ans.

le mari de Yukako n'était pas si méchant que ça. Il n'était jamais là. Il avait tellement de pays à visiter après tout. Quand il était là, il embrassait Yukako comme on embrasse une brosse à toilettes. En faisant tapisserie, il a su que monsieur Yukako époux, il n'aimait pas les femmes. Quelle mauvaise paire. Mais lui a pu aller au lycée. Voeu de monsieur Yukako et de Yukako elle-même, quel gâchis de laisser un jeune homme à la maison. Ils ont insisté pour un très bon lycée, acceptant de donner un peu plus si Enmei pouvait passer l'examen d'entrée avec des aides. Mais, il n'en a pas eu besoin. Enmei fut à la hauteur.
Quand il s’est incliné devant cette nouvelle classe, il a simplement voulu quelque chose. Il ne sait pas quoi. Mais c’est revenu, cette confiance paisible en lui-même. Il n'avait pas peur des autres. Il savait ce qu’il pouvait faire. Enmei a goûté à la joie du tyran et dans ce plaisir sincère, il s’est endormi.

Son lycée s’est bien passé, curieusement. Sa laideur le rendait étrange, comme une dysharmonie dans une toile de fond parfaite. Ses camarades étaient des purs produits de la société tokyoide. Alors, il jurait avec ses traits, ses manières rustiques. Mais, il s'est raffiné, et il a petit à petit oublié dont il venait. Alors, il a vécu. Il est devenu président des élèves, dans sa carapace charismatique. Il était avant trésorier, parce que Père lui a toujours bien appris à compter ses sous.

Personne ne chuchotait sur son passage, il était puissant dans son immondice. Il était respecté parce qu’il connaissait les gens. C’était tellement facile, tellement facile. Il s’était laissé faire, Enmei. Son charisme l’avait rendu tout mou, il ne se réveillait que pour travailler encore et encore. Sur ses bureaux, armés des meilleurs tuteurs pour dépasser ses limites. Il faisait du théâtre par impulsion personnelle, il jouait comme il respirait. Il tendait si naturellement vers l’excellence, pourtant ça cachait tellement.

Ses regrets, sa voix d’enfant qui remontait parfois.
Les appels de Mère et Père, qui ont l’air si vieux et fatigués.
Les cris incessants des 8 derniers, l’ambiance aimante et désordonnée.
Sauf Yosuke…

Les souvenirs explosent et, enfin, Enmei émerge de sa torpeur. Il s’est assez souvenu pour aujourd’hui. Son téléphone sonne, les papiers étendus sur son bureau, il retrouve sa réalité.

Son téléphone vibre paresseusement dans sa main, Enmei sait ce que c’est. Un rappel, un rappel encore plus douloureux que son songe éveillé sur son passé.

Il s’habille.
Il met le manteau, celui que  Yukako lui a offert.
La puce chuchote plus depuis longtemps, il a un peu abandonné l’idée de se marier.
Mais il fait attention, quand même. Rien dire contre le système, c’est sa verve qui lui a mené aussi loin.

L’urne de la poudre des os de Yukako, de monsieur Yukako, brillait joliment aujourd’hui encore. Il prie, il leur demande comment est le paradis. Père était chrétien, mère était shintoïste. Il ne pleure pas, il n'a jamais pleuré à Shukumei. C’était comme ça, il pense que la terre a assez pleuré pour toute sa vie. Yukako était morte quand le plafond du conservatoire avait cédé sous la force des eaux. Monsieur Yukako était parti dans les flots, quand ça s’est retiré. On a trouvé son corps, 6 jours plus tard, tout gonflé par l’eau. Il ressemblait à une sirène.

Il a mal, il a si mal. Mais pourquoi hurlait-il sur la femme de ménage ? Pourquoi ressentait-il ce besoin de lui faire mal autant qu’il avait mal ? Il ne savait pas, tout était contradictoire dans sa gorge. Pourquoi tout le monde l'avait abandonné ?
Yukako, monsieur Yukako qui lui avait donné cette place à Hitachi à la sortie de son école d’avocats, après sa spécialisation. Tout s'était bien passé, trop bien passé. Il avait gravi le monde avec des sourires et des courbettes, soutenus par des années de résultats satisfaisant. Et le voilà, à vivre dans l'ombre de son défunt ami et mentor, celui qui fût son beau-frère.

Même père et mère, tombés sous les coups de l’épidémie. Ils ont toujours toussé un peu, et un jour, c’était fini. Il n'était même pas là. C’était comme si sa colère n’avait plus de raison d’exister. Car contre qui l’homme pouvait-il être en colère si son créateur est mort ? Il n'était pas venu à la crémation, trop de souvenirs dans sa gorge, trop de douleur à vomir. Ses frères et soeurs lui ont envoyés des messages, il a jeté son téléphone.

Il prie encore. La puce est silencieuse dans son crâne de japonais. Ses pensées le sont encore plus. Il se rappelle juste des hurlements de ceux qui disaient que leur hargne était justifiée, ceux qui voulaient d’un autre système. Le Japon était-il la cause de ce malheur diffus qui avait accompagné sa vie ?

Il ne savait pas, oh, Enmei n’a jamais rien su. Il ne fait qu’avaler et travailler. Il est vraiment Japonais, aussi Japonais que ceux qui l’ont condamnés il y a 3 générations de ça. Yosuke est le Japon qui se suicide, le Japon faible. Celui qui a causé le début de ce régime salvateur. Il se dit, avec une amertume sucrée, que si Yosuke avait pu tenir. Si Yosuke avait pu attendre le bug de l'Incontestable, il aurai pu vivre. Enmei aurai pu le hair, mais il aurai été en vie. Pourquoi Yosuke avait-il voulu aller si vite ? Enmei avait pas vraiment fait attention à ce bug, il savait depuis tout petit que les puces étaient le problème. Les puces trahissent la grandeur de ce monde. Sa puce ne chuchotait plus depuis si longtemps. C'était un vrai bordel cette époque, Enmei frisonne encore en pensant à cette masse de papiers qui est tombé dans ses mains.

Alors pourquoi Enmei a si mal ? Pourquoi ses souvenirs reviennent constamment vers lui ?
La souffrance le hante, elle qui s’était promis d’être fort. Il prie, il chasse ce léger souvenir de Yosuke
Il prie, ses pensées s’envolent
Si loin et si proche.

Physique
PHYSIQUE -
Dieu, qu’il était laid.
Ses traits étaient figés dans un papier glacé, sans grâce. Son nez déséquilibre son visage, comme pour marquer la pesanteur de son être. Ses yeux débridés par une naissance capricieuse, ne ravagent pas les coeurs par une quelconque lumière, ou joie.

Sa bouche est pincée, amère, agacée. Quand il pense, on dirait qu’il maudit. Quand il rit, on dirait qu’il vous mange. Enmei a cet air implacable, cet air du petit canard qui n’a jamais vu la plume du cygne. Pourtant, il sourit. Son sourire est si humain qu’il en est déstabilisant. Celui d’un père qui a tout vu mais qui se laisse émerveiller par le pâté de boue de son fils. Il ne sourit que peu, car Enmei ne peut pas faire autrement qu’écraser cette boue sous ses mocassins en cuir.  Son corps n'est pas fait de la boue des dieux, mais de cette argile durcie par l'air.  Il est épaisseur de graisse et de terre primordiale, ses muscles tendent le tout comme une toile inachevée, grotesque mais horriblement attirante.

Dieu, qu’il est mauvais.
Sa peau est jaunâtre, ou olivâtre. Sa peau aime le soleil autant qu’Enmei vit dans l’ombre de ses clients. Une peau asiatique, une peau faite pour voir le sol s’épanouir sous ses doigts habiles. Enmei ne pourrait pas se pencher pour ramasser un melon. Oh, douce modernité, que tes enfants sont maudits. Mal de dos à force d’être assis sur cette chaise. Combien de fois a t-on promis de la jeter, cette chaise pas au norme ? Scoliose de naissance, on lui a mis un corset comme un tuteur pour l’aider à grandir. Il a trop grandi, nourri de soupe et abreuvé d’eau, il frôle le toit, il s’approche des rêves et des espoirs trop grands pour son âme. Son corps hurle son héritage nordique, par cette morphologie, par cette taille digne d'un géant. Mais, il est tordu. Il n’a plus qu’à marcher un demi kilomètre tordu, à caresser son chat tordu, dans sa maison tordue. Monsieur le bossu, est ce vrai que votre bosse contient des ailes?

Dieu, qu’il est humain.
Quand il parle, quand il s’ouvre sur le monde. Il pourrait rendre la terre brûlée aussi fertile que celle des volcans. Il a cette voix, cette voix qui appelle le respect, qui fait venir l’amour. Il sait se mouver comme si il voulait vous rassurer, vous intimider. Mon père, qui est au cieux, fait-il les hommes à Son image ou sommes nous l’image de Dieu ? Enmei pose cette question tant il se métamorphose quand il utilise sa voix. Si il voulait être agréable, il pourrait vous faire oublier sa laideur pour vous faire accepter la beauté de ses paroles. Cajoleur, tendre, il perd par son charisme phénoménale. Disait-on pas que les hommes les plus laids étaient soit oubliés, soit inoubliables ? Oui, Enmei a l’art et la manière, autant de naissance, qu’acquit. Plus il vieillit, plus il se perfectionne. Il arrive à placer ses mains, mettre sa voix sur les bons tons, faire résonner celui qu’il parle. Son physique n’est qu’une enveloppe, son charisme n’est qu’une façon de plier cette enveloppe pour la faire rayonner. Son humanité est sans doute sa plus grande fausseté.
Caractère
MADEASHUMAN - Les époques se mêlent sur son front troublé. L’enfance existe, vit à travers cette adolescence tiède pour donner naissance à un adulte imparfait.

Enmei, il ne parle pas. Il regarde, il écoute, il piège délicatement. Il grignote si doucement ce que les autre disent, il sait quand personne ne le pense présent. Il est toujours là, présence invisible, tapie dans les murs. Alors les hommes parlent, et Enmei écoute. Il n’a jamais su entendre, il ne fait qu’écouter. Il analyse, il achève, il assimile. Puis, que fait-il de ce savoir ?

Rien, car Enmei n’est pas un homme brillant. Enmei n’a pas l’esprit de déduction que son analyse lui donne. Homme simple qui recherche des plaisirs simples, une vie honorable. Pourtant, oh pourquoi continue t-il de tendre les mains pour se brûler sur des sphères supérieures? Pourquoi cette force le pousse à s’arracher les ongles sur des vérités inaccessibles ? Enmei n’a jamais eu l’intelligence des génies, Enmei n’a jamais eu la force des colosses. Il est voûté par le poids de ses propres rêves, de ses propres idéaux. Ses vertèbres craquent à l’unisson de son âme dépravée.

Pourtant, sa langue connaît les choses du destin. Pythie japonaise, Apollon le bénit des sens cachées du monde caché. Petite fourmie appliquée, il devient si magnifique quand il parle , qu'il enfle de la confiance des rois. Il donne des ordres au monde, il contrôle, il dirige. Enmei disparaît dans lui même, dans ce lui-même chaleureux et violent qui est son ego. Mérite t-il tout ça ?

Il est fort, pourtant il est faible. Pleins de doutes, de questions sur lui, sur le monde, sur ce qu’il est, sur ce qu’il fait. A t-il choisi le bon chemin ? Est-il réellement un adulte maintenant ? Ces doutes rendent ses éclats plus brillants encore, car dans ce charisme furieux qu’il possède, il apparaît au lieu de disparaître. Il sait au fond comment se faire aimer. Enmei connaît le langage des hommes et celui des lois. Peut-être est-il ingrat ? Ingrat de vouloir toujours plus.

Pourtant, sous cette placidité et ses lumières, il est si colérique. Une rivière furieuse qui apparaît brusquement dans ses veines, emporte ses mots et sa raison pour lui faire hurler ce qu’on lui a jamais appris à exprimer. Il hurle, il frappe, il déchire les murs quand ceux-çi sont muets. Il écoute tout le monde, mais sait-il s’écouter lui même? Il ne sait pas dire que son âme souffre alors tout doit souffrir autour de lui. Auto-destruction naturelle, il ne sait pas se battre contre lui-même. Son orgueil appris lui donne raison. Son égoïsme inné lui susurre qu’il n’a pas à se sentir si mal. L’enfant en lui pleure à chaque fois que son regard croise celui terrorisé de celui qui subit sa furie.

Il mérite d’être seul.
Il refuse d’être seul.
Il doit être seul.
Enmei a si peur d’être seul.

Le contexte politique de sa naissance ne l’aide pas, pourquoi se battre à être ? Il a la force des fourmis, cette force désespérée qui n’abandonne jamais. La fourmi ne connaît ni bien ni mal, elle ne fait que travailler et soutenir le peuple qui dépend d’elle. Enmei ne se questionne pas, il avale les ordres, il avale cette propagande aigre comme du petit lait. Il ne ferme pas les yeux, il sait. Il sait combien les hommes ne peuvent pas aimer sur commande, mais les chiffres disent l’inverse. Les chiffres giflent froidement son front rebelle. Il n’existe pas pour penser, alors il tue ce qui pollue ses certitudes tranquilles.

Nouvelles-pensées
Plus propres
Moins dissidentes
Tout le monde sait, tout le monde écoute.
La prison accueille les amants furieux, alors son âme moite s’y reposera si il le dit.

L’Incontestable n’est que le reflet de la société, les hommes sont si éloignés de leur humanité qu’il faut les rappeler. On ne doit pas oublier de manger, de dormir, de se reproduire. Les écrans éloignent de l’humanité, les écrans forcent une humanité artificielle. Enmei ne peut être que d’accord, il n’aura pas besoin de penser. Il n’aura que besoin de créer une place pour celle qui lui sera désigné.

Mais le monde lui chuchote si doucement, si lentement que même son esprit si terrestre l’entend. L’incontestable n’est qu’une machine des hommes, contemple la destruction et les erreurs qu’a causé le tsunami. Le monde lui caresse la joue, en lui demandant de regarder les hommes morts sur le sol de l’épidémie. Le monde l’embrasse à pleine bouche comme ce que les rebelles ont voulu faire. Un brin de vieilles pensées fleurit timidement en lui, entre ses livres de droit, cet argent épais qu’il désire tant. Et si, cette petite fleur était un brin de muguet?


— Just Married —

Messages postés : 234
Inscrit.e le : 12/06/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célib-heureux.
Autre: Ryû râle en #99ccff.
Oh. my. god.
Ce physique, c'est une pépite d'humanité. Armuth schændet nicht || Enmei 3998388675 Le genre de petite merveille qu'on aime à lire pour se réveiller !
(Re ??)Bienvenue parmi nous Enmei. Bon courage pour la suite de la rédaction. Je suis sûre que tu vas nous en mettre plein la vue !
☠ You've been hacked ☠

Messages postés : 144
Inscrit.e le : 24/07/2019

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Nope
Autre: #000000
Ahah j’ai la même réaction que Ryu au final. Hop je viens faire un tour ici, j’regarde la nouvelle fiche qui est apparue et j’ai été happée par la lecture du physique. J’ai envie de lire le reste maintenant ! o/
— Just Married —

Messages postés : 158
Inscrit.e le : 11/02/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Noaaaah ♥
Autre:
Je rejoins l'avis de Ryû et de Naa Armuth schændet nicht || Enmei 2357620674 J'aime beaucoup ta plume et j'ai hâte de lire la suite de ta fiche **
Bon courage pour la rédaction, et bienvenue ! Armuth schændet nicht || Enmei 2432113367
— Just Married —

Messages postés : 152
Inscrit.e le : 03/01/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Mariée par l'esprit.
Autre:
Nomédidonc Armuth schændet nicht || Enmei 1518348080

Je suis pas la première à venir me poser là, mais on attend la suite Armuth schændet nicht || Enmei 1620036270

Bon courage pour la suite de l'écriture, hâte de te lire !
— Just Married —

Messages postés : 237
Inscrit.e le : 07/04/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Milo ma petite Lune
Autre: constelle jm en #6699ff ✰
olalala Armuth schændet nicht || Enmei 1518348080

ce choix de vava Armuth schændet nicht || Enmei 3912395661 je valide à dix milliards de pourcents, et cette plume, cette description, je ne peux que m'impatienter de lire la suite Armuth schændet nicht || Enmei 501520050
bon courage pour la suite et bienvenue !
— Just Married —

Messages postés : 12
Inscrit.e le : 25/06/2020
Coucou!

Merci infininement pour les bienvenus ça me va droit au coeur Armuth schændet nicht || Enmei 3912395661

J'espère que le caractère vous plaira tout autant!! J'ai fais ce que je pouvais pour tenir vos attentes mais, vous me touchez tous vraiment beaucoup!! Bande de gens adorables

L'histoire devrait arriver demain ou samedi au plus tard Armuth schændet nicht || Enmei 3488335006
— Just Married —

Messages postés : 69
Inscrit.e le : 21/05/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : mon bambi puant ♥
Autre: Merci Jun pour ce kit ultra-beau ♥
Tu trouveras la force jeune Jedi pour finir ta finir, alors ne plonge pas dans le côté obscur Armuth schændet nicht || Enmei 1362171446

(Bienvenue et bon courage en gros Armuth schændet nicht || Enmei 3182035657 )
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 25/06/2020
tu le sais déjà mais


Armuth schændet nicht || Enmei 2244379341
— Just Married —

Messages postés : 12
Inscrit.e le : 25/06/2020
Hinata : dsl, j'aime trop mon papi Armuth schændet nicht || Enmei 2837704232 Merci beaucoup!!!

Kanon : jtm encore plus, tu es tellement une merveilleuse;w;
— STAFF JM —

Messages postés : 3375
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Analyse de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Bienvenue sur le forum ! Armuth schændet nicht || Enmei 1362171446

♠ des tricheries lui donne

Histoire

♠ Plus aucun bruits
♠ Ses dents de laits
♠ Yukako lui a toujours dis
♠ C’est pour la première fois qu’Enmei a comprit
♠très gentillement
♠ ses poings lui faisait
♠ Il avait comprit
♠ qu’il en a rit
♠ de tels barbaries
♠ Enmei a prit
♠ il embrassait Yukako comme on embrasse une brosse à toilettes → pauvre Yukako Armuth schændet nicht || Enmei 3182035657

♠ Il manque quelques lignes par rapport à l'extinction de l'Incontestable avant l'épidémie et la chasse à l'homme qui s'est terminée récemment. Il doit bien avoir un avis à ce propos même s'il n'a pas été touché personnellement.

Caractère

Validé !

Physique

♠ on lui a mit
♠ Il a trop grandi, nourri de soupe et abreuvé d’eau, il frôle le toit → Il est assez grand si j'comprends bien. Comment se fait-il qu'il le soit ? Les asiatiques ne sont pas des géants. Les hommes font environ 1m72, 1m75 tout au plus. Ce n'est pas si grand du coup. Armuth schændet nicht || Enmei 517494357

Conclusion
Quelques petites fautes qui traînent par-ci, par-là. Surtout des erreurs d'accord ou d'inattention. Je ne l'ai pas relevé mais quand tu dis "A t-il" ou "mérite t-il etc tu oublies régulièrement le tiret qui va entre le verbe et le T. =3

En dehors de ça, ça reste une fiche qui a été agréable à lire. Elle est fluide, aérée et j'ai bien aimé la façon dont la narration a été faite. On s'attache à ce personnage. J'ai hâte de voir ce qu'il peut devenir ! o/


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3
Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Armuth schændet nicht || Enmei Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
— Just Married —

Messages postés : 12
Inscrit.e le : 25/06/2020
Coucou Kaori!
Je viens de finir la correction, merci beaucoup de t'en être occupé!
J'ai rajouté que Enmei est un quart suédois, expliquant sa taille ! Vu que les Suédois sont naturellement assez grands, ça explique pourquoi Enmei pointe aussi haut par rapport aux autres!

J'ai corrigé le caractère et j'ai rajouté des lignes par rapport aux évenements récents
" Il se dit, avec une amertume sucrée, que si Yosuke avait pu tenir. Si Yosuke avait pu attendre le bug de l'Incontestable, il aurai pu vivre. Enmei aurai pu le hair, mais il aurai été en vie. Pourquoi Yosuke avait-il voulu aller si vite ? Enmei avait pas vraiment fait attention à ce bug, il savait depuis tout petit que les puces étaient le problème. Les puces trahissent la grandeur de ce monde. Sa puce ne chuchotait plus depuis si longtemps. C'était un vrai bordel cette époque, Enmei frisonne encore en pensant à cette masse de papiers qui est tombé dans ses mains."

J'espère que tout est bon Armuth schændet nicht || Enmei 4228984879
— Just Married —

Messages postés : 170
Inscrit.e le : 16/12/2019

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kan Odawara
Autre:
Bienvenue !
Bon courage pour la validation Armuth schændet nicht || Enmei 2984341854
— STAFF JM —

Messages postés : 3375
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
♠ qu’il en a ritil en a ri
♠ il aurai pu vivre → Souci d'accord avec le conditionnel
♠ Enmei aurai pu le hair
♠ mais il aurai été en vie.

C'est bon pour moi, amuse-toi bien avec ce bonhomme ! Armuth schændet nicht || Enmei 1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Armuth schændet nicht || Enmei Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#15 —Re: Armuth schændet nicht || Enmei
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum