ERROR 404. Refresh please. 200803042355296862

— Just Married —

le Lun 31 Aoû 2020 - 22:47
Messages postés : 222
Inscrit.e le : 08/10/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
MURATA JAE-WON
Créer, c'est se souvenir
Informations générales
Nom : MURATA
Prénom.s : Jae-Won (souvenir de son géniteur donné par sa mère, prénom officiel), Jin est le prénom officieux donné par son père
Âge : 28 ans, né un 12 décembre 2083
Genre : Masculin
Origines : Nippo-Coréen
Activité : Comédien (théâtre), actuellement en arrêt long
Sexualité : Impuissant
Avatar : LEE Joon-Gi
Règlement : - eh bien eh bien ERROR 404. Refresh please. 3766924225 - Ollie
Chemin On the road again
Autre : C’est le compte de la dernière chance.
Empty browser.
Je répète souvent la même pièce, ce scénario dans lequel le personnage que j’incarne doit retrouver son passé après avoir été victime d’un traumatisme crânien. Assis sur un sol blanc immaculé, il rassemble patiemment les pièces d’un puzzle interminable. Elles sont les fragments de ses souvenirs qu’il tente tant bien que mal de recoller car elles sont beaucoup trop nombreuses. Trop petites. Dans le décor, il y a un long tunnel, presque interminable, évoluant dans un espace sans limites. Tout autour, il n’y a rien hormis le vide. Pourtant, il ne ressent aucune appréhension, enveloppé d’un sentiment de bien-être. Son but est de terminer ce jeu grandeur nature avant que le sablier ne s’écoule totalement, afin de pouvoir retrouver son identité. La condition est qu’il doit achever cette tâche avant le temps imparti et sans aucune aide car s’il n’y parvient pas, il mourra. La puce implantée dans son cerveau explosera, ordre de l’Incontestable. Cela semble si réel…

*Bip. Bip. Bip.*

Brouillard. Amorphie, léthargie. Ton être erre dans le vague, ton esprit vagabonde. Un flot continu roule dans ta tête, engloutit tes membres. Tu suffoques. Une voix lointaine résonne à tes oreilles. Tu l’effleures du bout des doigts de ton bras cloué contre le matelas de la chambre aseptisée, la chair percée par l’aiguille d’un cathéter.

*Bip. Bip. Bip.*

Game Over.
« C’est fini pour aujourd’hui, tu dois quitter la pièce. »

Maintenant ? Pourquoi ? C’est beaucoup trop tôt. Tu n’as pas achevé ta tâche, tu ne peux pas partir comme ça… Tu as encore besoin de temps, juste un peu. Alors tu résistes pour rester, tu t’accroches désespérément à ces petites pièces pour ne rien perdre car si tu échoues, la mort t’attend en tant que ce personnage. Mais quoi que tu fasses, tu es éconduit du lieu sans que tu puisses l’en empêcher.

*Bip. Bip. Bip.*

Tes yeux aux prunelles sombres s’ouvrent péniblement sur la réalité, éblouis par la clarté de la lumière lorsque tu refais enfin surface. Perte de repères, le monde dans lequel tu nais de nouveau t’est méconnaissable. La conscience lointaine et altérée, tu paniques, seul face à la peur soudaine qui t’envahit. C’est ça, ils veulent t’en empêcher, n’est-ce pas ? Tu es persuadé qu’ils t’ont arraché de ton refuge pour que tu meures ! Tu as envie de hurler, de t’enfuir, mais tu ne peux que pousser un râle rauque et douloureux provoqué par ce long tube pénétrant profondément ta gorge, emprisonné dans ce carcan de chair et d’os invalide. C’est le début de la fin.

***

Acte I : You loose.

Le script a été spécialement écrit pour toi, pour que tu t’imprègnes parfaitement du personnage. Ainsi, sa vie semblera être véritablement la tienne. Muré dans un état de conscience minimale, tu tourneras à peine la tête vers une personne assise à tes côtés, les larmes débordant de ses yeux pendant que sa voix se déformera sous les sanglots. Jae-Won, Jae-Won ! Elle criera ce nom à plusieurs reprises. Qui est-elle, par rapport à toi ? Elle te dira être ta mère, Marisa MURATA, créatrice de bijoux. Tu croiseras son regard, l’air absent, quelque peu hagard, au hasard. Sans émotions. Parce que tu seras incapable de lui rendre ce qu’elle t’exprime, coincé dans ton mutisme.

Là-bas, légèrement en retrait, se trouvera un petit homme, bien plus âgé que cette femme, répondant au nom Jōichi MURATA, comédien de théâtre contemporain. Il n’est pas ton géniteur, ta mère ayant été mariée plus tard à lui par l’Incontestable alors qu’elle entretenait déjà une relation dont tu es le fruit. Il se contentera de t’observer, lui aussi profondément ému par le soulagement que ton regain de conscience lui apportera. Pour lui, tu es tout, pour toi, il ne sera malheureusement plus qu’un inconnu. Quel désespoir pour celui qui t’aura tout appris et avec qui tu avais l’exclusivité. À défaut d’obtenir l’affection de son épouse, il avait la tienne. Pas étonnant que tu aies marché sur ses traces, vous partagiez tout, surtout l’amour pour le domaine artistique. Tu étais bien le fils de ton père, répétait-on, bien que n’aies rien en commun avec lui physiquement.

Au-dessus, penchés sur ce corps encore anesthésié par les sédatifs et affublé de divers branchements qui ont permis de te maintenir dans un état stable, les faciès effrayants du médecin et l’infirmière te dissèqueront avec minutie. Serais-tu un sujet d’expérience ?

Traumatisme crânien engendrant un coma d’un durée de quatre mois. Tu apprendras que la raison de ta présence en soins intensifs est due à un accident provoqué par Shukumei qui te laissera des séquelles physiques et mentales, faisant de toi un étranger aux yeux de ceux que tu auras connus. Amnésique, tu auras perdu l’intégralité de tes données antérieures. Tout sera à reconstruire. Combien de temps cela prendra-t-il ? Cela sera-t-il total, partiel ? Elle, elle espèrera, suspendue aux mots du cinquantenaire en blouse blanche, redoutant les futurs maux qui l’affecteront. « Un glaive de douleur te transpercera le Cœur. » sera la citation qui lui correspondra le mieux.

***

Acte II : Try again.

Les jours, les mois s’étireront, s’écouleront comme ce sablier pendant que tu devras réapprendre les simples gestes du quotidien : parler, marcher, manger. Reconnaître. Tu devras également stimuler ta mémoire pour redevenir celui que tu étais. Ce sera un combat de chaque jour, éprouvant à mener sous le poids de ta faiblesse, malgré tes efforts et les moyens techniques qui seront mis à ta disposition. Tes progrès seront lents dans les premiers mois de ta rééducation. Inévitablement, l’ombre de la solitude te grignotera chaque fois un peu plus ; même les multiples visites de tes prétendus proches n’y feront rien. Les visages se succèderont, les albums photos numériques se dérouleront devant ta mine figée, sans parvenir à éveiller en toi la moindre affection ou une quelconque réminiscence à laquelle tu pourras te raccrocher. L’annonce de la mort de ta compagne dans le cataclysme laissera tes yeux terriblement secs et ton cœur aussi dur que de la pierre. Tu commences sincèrement à regretter d’avoir signé pour ce contrat car ton personnage te colle beaucoup trop à la peau, à tel point que tu ne sais plus dissocier le vrai du faux. Tu voudrais bien sauter le passage de la convalescence pour t’éviter trop de souffrances, mais ce qui est écrit doit avoir lieu. Épuisé nerveusement, la dépression te guette, le désarroi t’assaille.

Après ta sortie, ta réinsertion sociale sera compromise en raison de ton manque d’indépendance mais aussi du déséquilibre psychique dont tu souffriras des années durant. Stress, attaques de panique, sentiment de persécution, hallucinations et confusions, troubles du sommeil et de la mémoire rendront ton quotidien éprouvant. En plus des multiples examens et soins de rééducation que tu subiras pendant près d’un an, les séances chez le psychologue se succéderont et les prises de traitements deviendront une habitude que tu adopteras désormais matin et soir. En dehors de ces obligations, tu n’oseras plus sortir du giron familial, l’extérieur et le regard d’autrui représentant une certaine menace pour toi. Ta chambre sera longtemps ton refuge, celui dans lequel tu passeras la majeure partie de ton temps à te réentraîner à lire et à écrire, écouter de la musique. Ils deviendront un besoin vital, une échappatoire qui t’apportera un peu de positivité.

Et comme pour tous ceux qui ont vécu la catastrophe naturelle l’année précédente, la commémoration de Shukumei te sera synonyme de hantise puisqu'elle a signé le jour de la perte de ton entièreté. Il ne sera pas rare de te trouver au fond de ton lit ce jour-là, ou de t’entendre éluder le sujet pour fuir la réalité, faire comme si cette tragédie n’avait jamais eu lieu.


***

Acte III : Malware

Ton disque dur a été endommagé, les fichiers de ta mémoire morte vive corrompus. Tu surferas sur une toile inconnue, une destination que tu n’atteindras jamais selon le scénario. À défaut de pouvoir restaurer ton historique par des moyens humains, tu espéreras en les capacités de l’Incontestable via cette puce implantée dans ton cerveau, pensant qu’elle pourra, par son avancée technologique, t’aider à récupérer les fragments de ta mémoire perdue. Ne trace-t-elle pas tous tes mouvements et pensées ? Cela doit bien être enregistré quelque part, non ?

Échec critique.

L’évènement du 1er mai 2111 ne fera que renforcer ta déception car celui que tu pensais inébranlable flanchera à son tour, faisant écho à ta propre condition. L’effroi te saisira lorsque tu liras l’inscription « System Error », en lettres capitales rouges sur un fond noir, sur le moniteur à l’entrée de la maison de Monsieur et Madame MURATA. Il t’a trahi. Tu resteras interdit pendant quelques bonnes minutes, confus, désabusé. Le Super Programme est faillible, tout comme toi. Ces gens t’ont-ils donc menti lorsqu’ils t’ont réenseigné son histoire ? Si même ce logiciel n’est pas fiable, sur qui pourras-tu t’appuyer, compter ? L’équilibre se rompra, le chaos régnera et le doute s’installera, partout. Tout se désorganisera, la puce ne sera plus et le gouvernement perdra le contrôle… Pour un certain temps seulement. Sauf toi.

Car si, par chance, le virus de la grande épidémie ne t’atteindra pas - contrairement à Monsieur MURATA qui ne s’en remettra jamais - un autre, plus dévastateur, affectera considérablement ta personnalité.

Ces derniers temps, tu fabules souvent, persuadé que depuis ton réveil, ton nom n’est que celui de scène et que tout ce que tes supposés parents et amis t’ont présenté jusque-là ne font partie que d’un récit. Tu aimerais que l’on te comprenne mais les thérapeutes à qui tu te confies te répondent que tu es victime d’un trouble de l’identité et que cela est fréquent chez les traumatisés crâniens. Balivernes. Ils sont tous de connivence. Pourquoi te forcent-ils à poursuivre le rôle alors que tu ne le désires plus ? Et si tout cela n’était en réalité qu’une confusion liée à la présence de la puce dans ta tête ? Une machination dont le responsable est l’Incontestable ? Au vu du grand bug et de l’épidémie, ta confiance en lui s’étiole. Après tout, rien n’est impossible lorsqu’il s’agit de l’imaginaire ou d’un esprit de dictature.

Tu décides alors de tirer ta révérence sur cette histoire, laissant derrière-toi le Jae-Won que tu incarnais jusqu’à présent. Il n’est pas question de fuir, juste de réécrire ta biographie.

***

Acte IV : New Game.

Tu as fait de Soosaku le berceau de ta renaissance, traçant ta route d’un nouveau pied, quoique encore mal assuré. Pendant que certains individus ont été déclarés morts par le gouvernement, tu t’es considéré en tant que tel aux yeux de tes « détracteurs ».

Depuis ce nouveau départ, tu mènes une autre existence mais les rares flashback qui sont récemment mis à surgir par intermittence depuis plusieurs mois, viennent plus en plus parasiter le processus. La perplexité te gagne en raison du sentiment de familiarité que tu ressens durant leur apparition. Te serais-tu trompé sur tout depuis le début ? Par fierté, tu n’oses l’évoquer et préféreras, inconsciemment, rester enfermé dans ton propre piège. Finalement, tu ressembles parfaitement à ces individus prisonniers des palliatifs technologiques, esclave d’un univers artificiel et falsifié qui te convient bien.

La seule chose qui t’importe dorénavant est que l’on accepte la version de toi que tu montras. Ce sera d’ailleurs la condition que tu exigeras de la personne avec qui tu partageras ta vie. À ce moment-là, ta transformation sera complète, aussi insidieuse soit-elle.


To be continued.

__________________________________________

Comédiens :
Jin MURATA as Jae-Won (l’amnésique) – personnage principal
Marisa MURATA as la mère de Jae-Won – personnage principal
Jōichi MURATA as le père de Jae-Won – personnage principal
Yukie HANAMOTO as l’épouse défunte – personnage secondaire
Ado SUZUKI as l’ami et de la troupe de théâtre – personnage secondaire
Auro KRAUSS as un partenaire de la troupe de théâtre – personnage secondaire
Kaname WILLIAMS as une partenaire de la troupe de théâtre – personnage secondaire

Cracked.
Stigmates de ta lente analepsie, le manque de consistance et diverses cicatrices marquent désormais ton anatomie, cette superbe qui t’avait fait par le passé monter les marches du succès.

Difficile d’imaginer que ta démarche semblait souple, tes gestes artistiques. Aujourd’hui, elle n’est que raideur, avec une légère appréhension dans la force de ta jambe droite, brisée en deux parts. Il n’est pas rare de te voir marcher avec une canne, au cas où tu perdrais de l’assurance en chemin. Tu pourrais bien te délester de ce soutien, mais tu n’es toujours pas prêt psychologiquement. Les trois derniers doigts de ta senestre ont également accusé le coup, souffrant d’une hyposensibilité. Tu t’estimes néanmoins chanceux d’avoir pu récupérer la majorité de tes capacités physiques même tu as quelque peu l’allure d’un automate.

Altéré tu es. Recollé après avoir été brisé. Tu as opté pour un changement radical pour devenir un autre homme. Ceux qui t’ont connu auparavant diront que ton apparence actuelle s’oppose majoritairement à l’ancienne. Car si autrefois une épaisse chevelure d’ébène pouvait flatter ta nuque ou recouvrir tes omoplates, elle ne dépasse dorénavant guère tes oreilles suffisant cependant à dissimuler une disgracieuse entaille ayant élu domicile au-dessus de l’une de tes tempes. Manque de charme, dira-t-on, meurtre de cette androgynie qui te seyait à merveille dans les rôles plus féminins que tu jouais.

Tu n’es pas plus laid, ton visage est simplement devenu plus anguleux à cause de ton amaigrissement, moins expressif, aussi. Héritage des origines coréennes d’un père que tu n’as jamais connu, tes pommettes sont hautes et tes yeux typiques du genre asiatique. Marque de fabrique de ton géniteur, une fossette peu visible s’est installée au creux de ton menton tandis qu’une légère éminence fausse la courbe franche de ton nez rompu. De ta mère, tu en as les lèvres, au-dessus desquelles trône une empreinte de l’ange au sillon spontané.
En vérité, rien n’a enlevé la beauté de ton sourire enjôleur que tu feins trop souvent, ni même affadi l’expression de tes yeux mutins dans tes semblants de joie. Sauf que ton insouciance s’est envolée, de même que la flamme qui brillait dans ton regard s’est éteinte, n’y laissant que sinistre et silence.

Exit les vêtements décontractés et chatoyants, tu arbores un style plus classique aux couleurs sobres et davantage près du corps, ce qui a tendance à accentuer la longilignité de tes membres trop amincis malgré ta taille moyenne. Impeccables en toutes circonstances, tu portes un soin particulier à tes tenues ainsi qu’à ton hygiène corporelle, comme s’il s’agissait de masquer la laideur des meurtrissures estampillées sur ta carcasse fragilisée. D’ailleurs, complexé par ces dernières, tu es en permanence recouvert de la tête au pied, évitant le plus possible d’exposer les zones affectées. Ton corps n’est pour toi qu’une anomalie, un poids lourd à porter que tu dois encore te traîner jusqu’à sa guérison qui ne sera malheureusement jamais complète.


Doppelgänger.
Ce n’est pas toi. Plus toi. Tout ce que tu as entendu au travers des discours de certains de tes proches te paraît risible tant il y a un décalage avec le personnage que tu t’es façonné. Comment, toi, pouvais-tu être capable d’autant d’insouciance ?

Autrefois, tu faisais preuve d’une affection sans limites et te mélanger avec autrui ne te dérangeait guère. Plein d’assurance et d’enthousiasme, tu savais diffuser la positivité autour de toi tant et si bien que tu t’attirais facilement la sympathie. Tu aimais la particulièrement la compagnie, partager tes expériences, car c’est ce qui te faisait vivre. Tu savais comment t’y prendre, avec ton charme et tes taquineries. Et combien ils tombaient dans ton piège ! Mais tu ne prêtais pas toujours assez attention aux âmes malveillantes, ce qui te valait des reproches puisque tu avais tendance à faire trop rapidement confiance. Tu étais loin d’être stupide, seulement, tu ne voulais voir que le bon côté des choses. Sans doute pour t’éviter d’être blessé.

La sensibilité était l’un de tes principaux défauts - outre le fait que tu sois borné et tatillon - que tu as toujours combattu car, selon toi, il pouvait compromettre tes ambitions. Or, le plus important pour toi était ta carrière. Aussi, passionné et obsédé par ton métier, tu te sacrifiais autant que possible pour atteindre tes objectifs, même si cela signifiait te tuer à la tâche ou délaisser ta vie amoureuse. Après tout, l’Incontestable était là pour la gérer.

Aujourd’hui, il ne reste plus grand-chose de cette personnalité dont tu ne retrouveras que miettes. Pourquoi, en dépit de ta persistance, n’es-tu pas parvenu à t’approprier ce rôle ? Tu as eu beau essayer d’apprendre le script mais tu t’es confronté à de multiples échecs. Quel comble pour un ex-artiste.

Il y a tellement à dire sur toi depuis le drame que tu pourrais en faire un roman. Mais tu as horreur d’être observé, d’être le centre des attentions : tu as la sensation qu’on attend toujours quelque chose de toi. Et tu ne le supportes pas. Les désordres émotionnels auxquels tu es en proie contaminent ta façon de penser si bien qu’il ne te permettent pas de t’ajuster convenablement à certaines personnes/situations. Pour te protéger, tu t’es renfermé et as volontairement pris des distances, altérant inévitablement tes liens sociaux.

Dorénavant lunatique dans l’âme et instable, tu peux parfois rentrer dans des colères excessives pour une quelconque contrariété ou t’angoisser lorsque le contrôle t’échappe. Les consolations ne parviennent pas toujours à apaiser ton irritabilité, ta maîtrise de toi-même étant insuffisante. Dès lors, tu préfères couper court à la conversation, dans le cas où tu n’exploses pas, pour t’isoler avant de causer du tort à qui que ce soit.

Malgré cet important contraste avec ton caractère précédent, tu as conservé ta bienveillance et ton attentivité, devenues cependant bien discrètes. Perfectionniste jusqu’au bout des ongles, tu apprécies le travail bien fait, aussi infime soit-il, car tu attaches une importance particulière aux détails, ce qui te rend exigent. Ton amour pour le domaine artistique n’a également pas changé, sauf que tu as développé un intérêt particulier pour le violon dont tu as appris les bases dans ton enfance. D’ailleurs, l’on te verra souvent en écouter pour te détendre lorsque tu en ressens le besoin. Dans ces moments-là, tu es généralement plus abordable et perméable.

Tout ce dont tu as besoin pour évoluer favorablement est le temps et la confiance de ton prochain pour pouvoir t’ouvrir, reprendre cette assurance que tu as perdue. Tu sais que le chemin sera long mais tu espères en la compréhension de l’autre pour obtenir un soutien sincère et ainsi surpasser tes tourments.

Shôta

Shôta
le Lun 31 Aoû 2020 - 23:38
Messages postés : 758
Inscrit.e le : 09/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Salil ♥
Autre: ✚ Parle en : #cc6699
Mais ce petit Jae-won !!! ERROR 404. Refresh please. 428445822 Il fait vraiment mal au coeur mais j'adore la complexité que t'as su lui insuffler, c'est délicieux (et j'ai hâte de le voir évoluer sur le fofo ERROR 404. Refresh please. 1518348080) Bon reboot ♥
— Just Married —

le Mar 8 Sep 2020 - 19:21
Messages postés : 222
Inscrit.e le : 08/10/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Merci toi, je t'envoie mon affection (pas trop sinon tu vas aimer.) et, pour consoler ton kokoro, je prévois de la positivité, parce que la vie n'est pas faite que de noir (malgré les emmerdes) !
Je te réponds un peu tard mais c'est l'intention qui compte. Je repasse la fiche en statut terminé, hop.
— MODÉRATEUR FICHE —

le Jeu 10 Sep 2020 - 21:19
Messages postés : 423
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Paweł ♥
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
On part sur une pré-vad direct, ça fait plaisir ERROR 404. Refresh please. 3488335006 J'aime énormément l'idée sur laquelle repose Jae. Amnésique revenu d'entre les disparus de Shukumei, et surtout son trouble de l'identité qui lui fait voir son ancienne vie comme un rôle, j'aime vraiment beaucoup ! Puis ta plume se prête beaucoup à ce genre de personnage, vraiment j'suis subjuguée ERROR 404. Refresh please. 2837215391

Bon jeu à toi !

Pré-validation par Ollie
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.
— STAFF JM —

le Jeu 10 Sep 2020 - 21:40
Messages postés : 3376
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Re-bienvenue ERROR 404. Refresh please. 1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

ERROR 404. Refresh please. Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#6 —Re: ERROR 404. Refresh please.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum