Supernatural delight my arse! 200803042355296862
Supernatural delight my arse! 1GdvXk1

— Just Married —

Messages postés : 9
Inscrit.e le : 12/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire, veuf.
Autre: Si tu pètes au lit, non merci.
Bilal Benhenia
I'm the bad guy, duh!
Informations générales
Nom : Benhenia
Prénom.s : Bilal
Âge : 45 ans, né le 12 février 2067
Genre : Masculin
Origines : Originaire d'Algérie.
Activité : Employé de cantine à l'orphelinat
Sexualité : Bisexuel
Avatar : Gabriel Reyes (Reaper from Overwatch)  by @owowowo_e on twitter
Règlement :
Chemin Je fus un membre dans un passé un poil lointain, je me donne une deuxième chance, plus motivée!
Autre : Je peux pas faire dans l'facile, j'suis juste reloue comme ça.
Histoire - Citation
Des souvenirs, hein? C’était il y a si longtemps, comment es-tu supposé te souvenir aujourd’hui encore d’évènements de ta petite enfance? Et pourtant, ils sont encore là, quelque part, remontant lorsqu’une dispute de couple éclate en pleine rue, lorsque tu perçois les quelques mots secs échangés à mi-voix par ces duos mal assortis, tu revois tes propres parents ; ils se déchirent, hurlent, les mots éclatent contre tes oreilles juvéniles comme dirigés contre toi, le fruit de cette union imparfaite, toi qu’ils doivent continuer d’élever. Tu es leur excuse. Quand on leur demande pourquoi ils ne se séparent pas “On a un enfant maintenant, il faut l’élever.” Quand l’un veut reprocher quelque chose à l’autre “Et Bilal? T’as pensé à Bilal?” Quand ils sont à deux doigts de se déchirer “T’as voulu un enfant, assume!” C’est tant demander, à un enfant. De fermer les yeux, de se boucher les oreilles, de verrouiller son cœur. Et c’est la télévision qui te sauve, tant de fois, des histoires à l’eau de rose, des âmes sœurs, des destins entremêlés. Des mariages arrangés ? Un reportage, tu t’en souviens encore, Bilal, sur ces gens qu’on forçait à s’unir, une intelligence qui SAVAIT qui était fait pour qui, un système encore en voie de développement, un système sûr, un système incontestable. Ton moteur.  

Et au rythme des engueulades, des claques échappées, des menaces, tu grandis, tu t’éloignes. Tu essaies de faire abstraction de ce monde-là, celui qu’est ta maison, t’enfermant dans d’autres sujets, dans d’autres mondes, dans l’espoir qu’une personne, quelque part, pourrait tenir ta main sans vouloir la lâcher une seconde. Une échappatoire. Une issue. Et la plus simple, pour toi, c’est la rue, courir, s’entraîner, frapper, encore. Se retrouver dans des situations indémêlables parce qu’un enfant se faisait racketter et que tu avais voulu aider. Fréquenter plus souvent l’hôpital que la maison de tes grands-parents. Finir par connaître les noms des policiers de ton quartier à force de traîner dans les histoires. Mais c’est comme ça qu’on te déniche, qu’on voit du potentiel, de la hargne, un désir de plus de justice en toi, et alors que tu n’as même pas fini ton enseignement, tu quittes les bancs, les tableaux noirs, les cahiers pour rejoindre l’armée, la tête haute. Pour tes parents, c’est la fin. La fin de leur esclavagisme, la fin de cette obligation de rester unis à jamais “pour toi”, la fin de cette vie qu’ils devaient partager pour un autre. Pour toi, c’est le début. Enfin de nouveaux horizons s’ouvrent à toi, la possibilité, au fond de ton esprit, de rejoindre quelqu’un ou quelque chose, de bien plus grand que toi.  

Tu te démarques. On t’envoie à gauche pour une mission humanitaire, un sauvetage hasardeux ou bien à droite pour participer au démantèlement d’une cellule terroriste. L’ennui n’est pas au menu et tu te jettes corps et âme dans ce métier, cette vocation qu’est la tienne, perdant de vue les soupirs de ton cœur, oubliés, étouffés par les détonations, le vacarme des armes, les pleurs des opprimés. Puis vient un jour où c’est la fois de trop. Le plafond est en glace. Une grotte? Non une cellule! Non... C’est le plafond blanc d’une chambre d’hôpital. Les gens autour de toi parlent à voix basse, tu ne les entends pas, leurs lèvres bougent, et tu n’entends rien. Ta mère, son visage fatigué, te tient la main, hypocrite aux yeux impeccablement nimbés de tristesse et ton père brille par son absence. Il te faut un moment pour comprendre que ton oreille gauche est presque inutile désormais, ne captant plus les voix, les sons quotidiens. Tu apprends que tu as failli faire rater une opération, que désormais, ta jambe gauche ne fonctionnera plus de la même façon. Que pour toi, le service, c’est fini. Que pour toi, c’est fini.  

Te sauver. Échapper. Fuir. Elle a vécu l’enfer dans un mariage arrangé, et elle veut désormais faire de toi l’instrument d’un autre fiasco. Elle est belle, ta promise, elle semble douce, mais au fond de ses yeux, tu vois la morsure agacée de sa rancune. Elle va être enchaînée à toi comme ta mère à ton père. Alors tu ruses. Un voyage au Japon, une thérapie pour tes crises d’angoisse, quelque chose en rapport avec des traitements expérimentaux uniquement disponibles dans ce pays. Un mensonge. Le pied tout juste posé sur le sol Japonais, te voilà lancé dans un travail acharné pour apprendre la langue, les usages, les coutumes. Ici, ils ne pourront plus te lier à la première âme de passage. Ici il y aura une chance pour toi. Ici, quelque chose de plus grand va pouvoir trouver ton âme sœur, la personne qui est faite pour toi.  

Il ne te faut pas plus pour obtenir la nationalité et demander à intégrer la milice, entre ton entraînement et ton physique impressionnant, tu fais parfaitement l’affaire, maintenant que tu es Japonais. Il n’y a plus qu’à attendre, à ton tour, cette fameuse lettre rose. Et elle arrive un peu avant ton 35ème anniversaire, étonnement plus légère que tu ne l’aurais pensé, annonçant enfin la fin de cette solitude. Et pour toi, la magie opère, elle est d’origine Japonaise, bien plus réservée que toi, et ce petit pli que fait son nez quand tu la gênes est terriblement craquant. C’est le coup de foudre.  

Les cinq premières années sont un rêve, pas de bébé en vue, mais la promesse au moins d’un amour véritable et peut être le projet d’une adoption... Mais tout se gâte, un mouvement apparaît, se fait entendre, secoue le pays et le fonctionnement de son système marital. Pour vous, c’est le début des ennuis. La milice est sollicitée à répétition et il est de plus en plus fréquent que ton corps déjà abîmé souffre les affres de nouveaux affrontements. Plus vous devez serrer la vis, plus ses traits se creusent. Et puis un jour, alors que tu rentres du boulot, ça y est. Son sourire resplendit, ses yeux fatigués brillent d’une étincelle que tu as du mal à identifier et tes propres muscles épuisés retrouvent un élan de force pour la serrer dans tes bras. Alors que vous aviez oublié vos rêves de parentalité, en elle, avait commencé un miracle, une nouvelle vie, un être qui viendrait vous résumer, vous compléter. Rien ne pouvait être plus beau.  

Et alors que votre bonheur grandissait, les manifestations enflaient elles aussi, et enfin, une opération mit fin à ce mouvement, vous offrant, après deux ans de stress, une pause bien méritée. Bien que de courte durée. Shukumei aurait pu t’emporter. Une fois encore, c’est le plafond de glace quand tu te réveilles. Mais personne ne tient ta main. Directement, l’angoisse t’assène un coup au creux du ventre et tes signes vitaux s’affolent. On t’apprend que ta femme est en vie qu’elle “va bien” mais qu’elle est hospitalisée elle aussi. Tu es papa d’un bébé de deux mois. Félicitations. Tu ne sais plus vraiment si elles sont de rigueur.  

Mais vous vous relevez, vous faites front, tu guéris. Elle... Elle se remet encore, elle peine, elle a du mal, voir ces nombreuses nouvelles cicatrices, te savoir en danger, le stress pèse sur ses épaules, comme si elle devait porter le monde. Et deux ans plus tard, le moniteur de votre maison s’éteint, avant d’afficher cet énigmatique message d’erreur. Pour vous, c’est un coup de trop. “Que vas-tu faire au travail?” “Que se passe-t-il?” “Qu’est-ce que l’incontestable attend que tu fasses maintenant?” sont autant de questions auxquelles tu n’as aucune réponse. Tu la vois, elle dépérit, elle a peur, elle voudrait juste vous aimer, toi et votre enfant, mais elle est incapable de chasser de sa tête les idées noires qui la rongent. Puis ce sont des quintes de toux, des faiblesses dans la voix, dans les jambes. “Je vais bien, ne t’inquiète pas.” Mais tu ne peux pas faire autrement, tes yeux la suivent partout, la soutiennent dans chacun de ses mouvements et tu ne peux plus penser qu’à elle. Vous décidez de mettre votre enfant “à l’abris” de cette étrange épidémie, chez ses parents qui vivent en campagne, qui sont isolés, qui sont protégés. Et tu la perds. C’est dans la nuit du 29 au 30 que tu la perds. “Elle était trop fragile.” “Elle n’avait plus la force.” “Elle ne voulait plus continuer.” Tu ne vérifies même pas si le moniteur s’est remis en marche. Elle n’est plus là, et toi non plus.  

A partir de là, tu n’es plus toi, tu glisses dans l’alcool, tu perds ton emploi, tu passes devant le tribunal où ses parents obtiennent la garde de votre enfant. Tu regardes ton fils de deux ans être emporté, ta dernière nécessité. Ton dernier toi. Te ressaisir est difficile, la pente ne semble jamais s’aplanir et tu es fatigué. Les derniers dérèglements fantasques de ces puces qu’on vous a imposées ne t’intéressent pas, tu n’es pas même concerné, tu te contentes de te débattre avec tes propres démons. Pour lui. Par lui.  

Aujourd’hui, flanqué d’une nouvelle puce flambant neuve, tu te hisses tant bien que mal, glissant parfois, montant beaucoup. Tu as délaissé l’alcool au profit de la cigarette, et tu feras tout. Pour le retrouver.  



Chronologie pour mieux y voir et pour ceux qui ont la flemme:

12.02.2067: Naissance de Bilal dans une famille dysfonctionnelle.  
24.04.2085: Suite à un parcours scolaire chaotique, Bilal quitte l’école pour s’engager dans l’armée.  
30.03.2097: Suite à une erreur en mission, il perd en grande partie l’ouïe de l’oreille gauche et est déclaré inapte à cause d’une blessure à la jambe.  
27.09.2100: Sa mère arrange un mariage et il fuit au Japon sous prétexte d’aller suivre une thérapie. Il apprend intensivement la langue, les coutumes et se fait naturaliser au bout de deux mois. Il décroche dans la foulée un job dans la milice.
09.02.2102: Une enveloppe rose arrive chez lui. Le voilà le mari d’une certaine Eriko. Coup de foudre immédiat.  
~2107: Les Incontrôlables sortent de l’ombre, Bilal est de ceux qui participent aux arrestations, sa femme développe les premiers signes de stress.  
24.03.2109: Eriko annonce à Bilal qu’ils attendent un enfant.  
12.09.2109: Bilal fait partie des survivants déterrés des décombres de Tokyo. Son fils voit le jour, prématuré d’un mois.  
14.11.2109: Bilal sort du coma passablement amoché, apprend que sa femme a dû être hospitalisée après la naissance de leur fils.  
12.09.2110: Commémoration difficile pour Bilal, Eriko et leur fils, Amr.  
01.05.2111: “Bug” de l’incontestable. La santé d’Eriko se détériore à vue d’oeil, le stress n’aidant pas.  
20.05.2111: Eriko et Bilal sont touchés par l’épidémie. Bilal ne présente aucun symptôme si ce n’est quelques toux ici et là. Eriko, souffre de quintes de toux, d’évanouissement. Ils décident de laisser Amr chez les parents d’Eriko.  
29.05.2111: Eriko décède des suites de sa maladie. Bilal plonge.  
30.09.2111: Amr est officiellement confié à ses grands-parents après un procès compliqué.  
12.02.2012: A 45 ans, Bilal retrouve un emploi à l’orphelinat. Il commence à remonter la pente.  

Physique
Par ici, par-là, comme des rivières, elles coulent sur ton visage, le long de ton dos, parasitant tes bras, envahissant tes jambes, les cicatrices. Créant sur ta peau hâlée les empreintes de ton passé, racontant les histoires formidables de sauvetages hasardeux, de batailles fortuites, de capes et d’épées. Tu en es fier, ça se voit au fond de ton regard fatigué, se mêlant indiciblement au vert sale de tes orbes lasses, toujours prompt à relater l’histoire de celle qui barre ta lèvre inférieure, rendant tes baisers un peu moins confortables, ou celle qui scinde ta joue, blanchissant lorsque tu souris, et parfois même celle qui effleure ton épais sourcil, rendant tes colères plus impressionnantes. Ce visage agrémenté d’un nez prononcé, bosselé, témoin malheureux de tes mésaventures téméraires et de ses nombreuses fractures ainsi que d'une barbe, plus ou moins bien entretenue selon que tu aies trouvé la force d'aller chez le barbier.  
Et puis il n’y a pas qu’elles qui aient quelque chose à dire puisque ta carrure parle d’elle-même, avoisinant les deux mètres de hauteurs et ne refusant jamais quelques séances d’entraînement pour “garder la forme”, tu n’es pas de ceux qui se fondent dans la masse, le fouillis de tes boucles brunes se démarquant sans mal au sein d’une foule de passants. Quant à tout ce qui s’apparente au style, à la mode, aux tendances, tu fais partie de ceux qui n’aiment pas s’encombrer de vêtements en pagaille, qui se contentent d’acheter en boucle ce t-shirt noir, ce hoodie brun, un sweat pour la maison et des jeans pour les sorties, le tout agencé en pêle-mêle, de toute façon, tu n’as désormais plus rien à prouver, plus personne à séduire.  

Et si on tend l'oreille suffisamment, il est possible d'entendre les chuchotements de tes longues enjambées, semblant calmes et peu pressées, présentant le plus imperceptible des boitillements, mais obligeant la plupart des gens à forcer l'allure, témoignant un flegme d'apparat. Et puis il y a aussi les murmures, plus délicats encore, comme ces poils de chien qu'on retrouve souvent sur tes vêtements, indices ténus de la présence de Lucien, ton doberman, ou bien les parfums changeants à chaque saison, qui indiquent que tu te fous de savoir quelle marque tu portes à même la peau et que la cigarette rythme ta vie, et au fin fond de ta vieille Honda, quelques jouets, des hochets, des tétines, juste au cas où un jour, on t'appelait pour t'annoncer que tu pouvais aller le chercher.

Somme toute un être cabossé, abîmé, passablement négligé, mais charmant par son atypie.  

Caractère
A double tranchant, comme la lame bien aiguisée que l’on cachait jadis pour se débarrasser des encombrantes menaces, tu apparais un peu distant et froid, entre les vieilles amies de batailles et les quelques nouveautés qui viennent garnir ta peau au rythme de tes rixes sporadiques, on ne peut pas dire qu’il soit facile de t’appréhender. Tu as d’ailleurs un côté un peu borné, impatient et brute qui claque comme les rafales en bord de mer, venant mordre les joues, les oreilles lorsqu’il fait trop froid, cassant sans même que tu t’en rendes compte. Tu as toujours été un peu maladroit avec l’utilisation de mots pourtant simples, incapable d’analyser les sentiments d’autrui, pataugeant encore avec les expressions du visage, bien plus habitué aux situations de crise qu’aux larmes d’un proche.  

Malgré tout attentif et affable, on ne peut te reprocher aucune déloyauté, à toi qui glisseras toujours un bras bourru autour d’épaules fragiles, tentant malgré ton manque d’expérience sociale d’alléger les maux d’autrui. Et finalement, c’est sans doute cette carrure que tu arbores fièrement qui finira de rassurer les âmes en peine que tu prends sous ton aile, comme si le bouclier de tes larges épaules permettait d’atténuer les douleurs passagères.  

Plutôt pragmatique, à tes yeux, mieux vaut demander pardon plutôt que permission, ce qui explique que tu cèdes souvent à des impulsions diverses plus ou moins graves de la simple envie soudaine d’adopter un chien jusqu’à l’irrésistible besoin d’éclater l’arcade d’un alcoolique venu te chercher des noises. Il n’y a que très peu de patience en toi, et tu préfères réfléchir après et tenter de corriger le tir. Et ça malgré tous les tours que ça a déjà pu te jouer.  

Loin de l’image de cet homme détendu et assuré que tu renvoies, tu as tendance à souffrir d’un certain degré d’anxiété, bien que celui-ci ne se manifeste pas souvent devant les inconnus ou les simples connaissances. Entre ton combat pour la garde de ton fils, les difficultés financières et les troubles de stress post trauma, tu as parfois un peu de mal à garder cette façade d’être humain mature, accompli et rassurant. Les cauchemars font partie intégrante de ta vie et lorsque tu es au plus mal, il t’arrive même de revivre les évènements du Shukumei ou les missions humanitaires de ta jeunesse en plein jour.

Et bien qu’on puisse penser que tout cela fasse de toi un homme plutôt rangé, il n’en est rien, charismatique, séducteur, tu ne gâches pas les charmes que la vie t’a laissé. Au bar, dans des clubs, parfois même dans la rue ou en faisant les courses, si tu croises une personne qui ne présente pas d’alliance et dont les charmes t’appellent, il n’est pas rare pour toi d’aller glisser quelques mots flatteurs. On ne te connait pas un tableau de chasse défiant toute concurrence, mais tu n’es pas le mari veuf éploré qu’on pourrait croire.  



Série de facts si vraiment t’as que ça à faire:  

N’a pas d’ambition de carrière, veut uniquement une stabilité suffisante pour récupérer la garde de son fils. - A appris à nager mais ne veut plus s’approcher d’une étendue d’eau profonde depuis l’âge de 25 ans suite à une mission hasardeuse. - Adore les animaux, laisse son chien faire tout ce qu’il veut ou presque (ceci dit, Lucien est une crème, un véritable chou incapable de mordre, il porte lui-même les traces de maltraitance). - Ne cuisine pas aussi mal qu’on ne pourrait le croire, mais est plus à l’aise avec la cuisine Maghrébine. - Fume vraiment comme un pompier, consommant presque deux paquets par jour parce que “ça me détend”. - Capable de ramener à la maison cinq pots de sauces soja différentes pour en connaître les différences. - Véritable sans gêne, ses techniques de drague sont parfois peu subtiles, mais il n’est pas ce lourdaud qui insiste quand on lui dit non. - Il préfère les parcours sportifs en extérieur plutôt que les séances à la salle, mais lorsque la température descend sous les 3° il apprécie le chauffage des établissements. - Il a vraiment aimé sa femme et espère ne plus jamais recevoir d’enveloppe rose. -  Ses anciens beaux-parents l'ont en horreur, c'est un sujet délicat pour lui. - Il a presqu'intégralement perdu l'ouïe du côté gauche. Du coup, si vous voulez lui murmurer des mots doux, plutôt à droit s'il vous plait! - Il a un faible pour les personnes atypiques et franches. - Il adore manger de tout et en grande quantité!

Accessible – Affable – Ardent – Attentif – Audacieux – Brave – Capable – Charismatique – Charmeur -Compétitif - Courageux - Débrouillard - D’apparence détendu - Direct – Entreprenant - Intègre – Loyal – Naturel – Observateur – Pragmatique - Protecteur – Rassurant - Sincère - Sûr de lui – Tendre en privé - Vif  

Abrupt – Anxieux – Bagarreur – Blessant - Borné - Brouillon –Brutal - Désordonné - Désinvolte - Egoïste - Envahissant – Familier – Impatient – Imprudent - Impulsif – Inconstant – Insouciant – Joueur – Laxiste – Maladroit – Possessif – Provocateur – Sans gêne - Tempêtueux - Têtu - Parfois vulgaire

♥ Kintaro je t'aime ! ♥

Messages postés : 307
Inscrit.e le : 12/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Kintaro N. Bolosski
Autre: [color=#996666]
Jtm saucisse. Supernatural delight my arse! 2837215391
Tu craques enfin Supernatural delight my arse! 460889352

C'est trop cool de lire les informations, il a vraiment l'air intéressant et le boulot est tellement bien trouvé et original Supernatural delight my arse! 2310585803 !!!
Bon courage pour la suite ♡

(Stp fais pas pipi au lit, retiens toi même si c'est original.)
— Just Married —

Messages postés : 31
Inscrit.e le : 28/08/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire... Un jour, je recevrais cette lettre rose aussi !!
Autre: Merci à tout le monde pour l'accueil
Bienvenue et bonne écriture de fiche à toi !!

J'aime beaucoup ton métier o/o
— Just Married —

Messages postés : 14
Inscrit.e le : 09/10/2020
Bienvenue ! Ce vava Supernatural delight my arse! 1298939953 marry me already !

Hâte de lire la suite ;) good luck pour l'écriture de ta fiche

Poutous
— Just Married —

Messages postés : 223
Inscrit.e le : 19/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : du vide.
Autre: ✚ Parle en : #913636
Salut et re-bienvenue à toi ! Hâte de découvrir ton perso moi aussi, il a un truc grave cool qui rend curieux Supernatural delight my arse! 4200135721 Bonne rédaction et courage pour la suite ♥
— Just Married —

Messages postés : 9
Inscrit.e le : 12/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire, veuf.
Autre: Si tu pètes au lit, non merci.
Merci à tous!!

Ca me fait trop plaisir en vrai de revenir marcher sur vos plates bandes! fufufu
Vous êtes cléments je vous ai vraiment laissés sur votre faim et vous avez quand même trouvé moyen de me trouver un intérêt haha! Supernatural delight my arse! 428445822
— MODÉRATEUR FICHE —
yuki
— MODÉRATEUR FICHE — yuki
Messages postés : 1153
Inscrit.e le : 10/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Koizumi Otsuka
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Hello !

Tu nous présentes un sacré personnage, terriblement touchant, à l’histoire poignante comme on les aime. Merci pour ce super moment Supernatural delight my arse! 3998388675
Je n’ai vraiment pas grand chose à redire, il n’y a pas de fautes (si ce n’est le “à l’abris” de rien du tout Supernatural delight my arse! 3182035657 ) et le fait que les mariés ne portent pas d’alliance au Japon car il n’y a pas cérémonie à l’Européenne (à part pour ceux qui le veulent, mais ce n’est pas la norme). Donc, dans le caractère, lorsqu’il est écrit “si tu croises une personne qui ne présente pas d’alliance et dont les charmes t’appellent, il n’est pas rare pour toi d’aller glisser quelques mots flatteurs.”, ça fait une sacrée quantité de personnes, au Japon Supernatural delight my arse! 3473897349

En tous cas, tu mérites amplement ta pré-validation, bienvenue parmi nous ! Supernatural delight my arse! 3998388675

Pré-validation par Yuki
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Il s'exprime (peu, mais il fait des efforts !) en #cc0000.

Supernatural delight my arse! Signat11

Merci à Keanu, Takashi et Natsume pour les vavas ♥️
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5674
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre: Actuellement en ralentissement/absence jusqu'à fin novembre.
Supernatural delight my arse! 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Supernatural delight my arse! 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Supernatural delight my arse! 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Supernatural delight my arse! Ld7d
Supernatural delight my arse! BbNTuR8
Supernatural delight my arse! V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Supernatural delight my arse! Cn3Ckyx
Supernatural delight my arse! 1EPYLUw
Supernatural delight my arse! DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Supernatural delight my arse! E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Supernatural delight my arse! 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Supernatural delight my arse! Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Supernatural delight my arse! YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#9 —Re: Supernatural delight my arse!
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum