I did my best to do the worst || 200803042355296862
I did my best to do the worst || 1GdvXk1

— Just Married —

Messages postés : 2
Inscrit.e le : 18/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : sa clope.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Vidar Asbjørnsson
la gloire ou l'asile. ♪
Informations générales
Nom :Asbjørnsson.
Prénom.s :Vidar.
Âge :27 ans || trois août 2085.
Genre :Masculin.
Origines : Japonais/Islandais.
Activité :Rappeur/Célébrité.
Sexualité :Bisexuel/Aromantique.
Avatar :Jotaro Kujo (Jojo bizzard aventures)
Réglement : - Validey la célébrité - Ari
CheminVous continuez tout droit, vous prenez à droite au carrefour et pouf : les partenariats !
Autre :Dans le Guide des Nouveaux, je crois que lorsqu'on clique sur "Contexte" par exemple, ça ne dirige pas vers le contexte, ça dit qu'on a pas les droits adéquats pour voir la page. Ou alors c'est mon pc qui fait nimp' i don't know. Mais sinon, RAS.
Histoire

!!//histoire traitant de sujets comme l'alcoolisme & le suicide ainsi que la dépression. si t'es sensible à ces sujets -ou sensible tout court- ne te fait pas de mal pour rien ! j'ai tenté de ne pas trop détailler pour que ça reste tout public, mais on ne sait jamais.\\!!

Les premières années d'une vie sont les plus belles et cela est sans aucun doute le fruit de l'innocence qui berce un enfant. Il était né, enveloppé dans un drap de tendresse, bercé par l'amour d'une mère et d'un père. Ayant hérité des traits de son père et des yeux de sa mère, il était noyé par les câlins et les caresses de ses parents. Enfant unique, il n'avait pas et n'aura pas la suite jamais de frère ou de sœur. Mais rapidement, on vint briser sa bulle de bonheur. On vint s'incruster dans leur intimité. Le voilà déjà sous l'influence de la puce qui fait la fierté du gouvernement japonais.

Né sur le territoire japonais, ce n'est cependant pas le cas de son père. Très attaché aux croyances des nordiques, il donna à son fils de nom de Vidar. Ce dernier étant, dans la mythologie nordique, le Dieu de la vengeance et du silence qui fut celui qui tua le meurtrier de son père, Odin. C'est ainsi que Vidar Asbjørnsson débuta sa vie à Tokyo. Issu d'une famille que l'on peut qualifier de basique, ils sont dans une norme se basant sur la moyenne des japonais. Son père est cuisinier dans un petit restaurant et sa mère est secrétaire dans une entreprise.

C'était un petit garçon calme et intelligent. Il était d'une curiosité candide. Il posait milles et une questions qui n'avaient -pour la plupart- aucune réponse. Néanmoins, cela lui plaisait de pouvoir imaginer à quoi peuvent bien servirent tous les objets de la vie quotidienne. Il avait déjà un esprit très créatif et une capacité naturelle à travailler son imagination. Il aimait apprendre et cela se constatait aisément puisqu'il se prêtait avoir joie aux jeux éducatifs. Plutôt actif, le garçon avait besoin de dépenser son énergie et s'intéressa très tôt au sport.

Sa scolarité se fit sans embûches. Ce n'était à vrai dire pas un enfant turbulent. Il avait reçu une éducation stricte qui lui interdisait de mal agir envers les enseignants ou les autres enfants. Ainsi, il n'était pas de ceux se moquant d'autrui, bien au contraire. Son empathie, lui venant de sa mère, le poussait à toujours aider ses semblables. Il prêtait toujours main forte aux autres et discutait avec tout le monde sans distinction. De nature assez timide, cette facette de lui s'évapora avec le temps. Aux alentours de ses dix ans il était constamment entouré. Il avait beaucoup d'ami.e.s et s'amusait beaucoup. Même s'il chérissait ses moments de solitude, il aimait être accompagné par des proches.

A l'adolescence, il développa rapidement une réelle passion pour le sport. Après les cours, lors de ses heures libres et le week-end il faisait beaucoup de sport pour se tenir en forme. Cela lui permettait de se vider l'esprit et il appréciait le fait de pouvoir extérioriser ses sentiments de cette façon. Ayant toujours été très sensible, il gardait tout pour lui et n'osait pas communiquer ses maux alors ce fut une réelle bénédiction que de pouvoir se défouler.

A l'école, c'était un garçon intelligent avec des facilités notables dans l'art, l'histoire et les sciences. Moins bon en littérature, il faisait tout de même des efforts pour garder un niveau acceptable. C'est dans l'espoir de s'améliorer qu'il écrivit ses premiers textes. C'était étrangement très bon. Ayant des connaissances qui savaient composer une musique, il s'amusa à créer des raps et à les poster sur internet. Ainsi, il devint rapidement une petite célébrité après être passé dans une vidéo d'un Youtuber connu. Affligé par ce buzz soudain, il espérait secrètement que l'affaire s'étouffe, mais ce ne fut pas le cas. Pour ne pas décevoir, il se mit à travailler sérieusement. Rapidement, il trouva un agent qui lui trouva une maison de disque et un pseudonyme : Balthazar.

A ses vingt deux ans, il constate l'apparition des Incontrôlables sur le web mais n'y prête que peu d'attention. Il ne veut pas donner de l'importance à un mouvement qu'il considérait comme idiot et puéril. Il ne s'inquiéta donc pas de ce groupe et pensait naïvement que ce n'était que de passage et qu'ils allaient vite se reprendre.

Après plusieurs mois de travail acharné, Vidar sort son premier album qui se voit être un buzz considérable. Il enchaîne sans s'en rendre compte les concerts et vit un rêve éveillé. Au vu de l'engouement autour de son projet, il se décide à faire une tournée et quitte la maison familiale pour faire le tour du pays. C'est pendant celle-ci que le Big Bang Kiss eut lieu. L'islandais était évidemment contre cette manifestation, mais fut aussi choqué par les explosions. N'étant pas présent sur les lieux, il a suivit la scène à travers les journaux et la télévision. Ce fut sans doute la première fois qu'il émit un doute sur l'Incontestable et il se questionna sur la provenance de ces fameuses explosions.

Après une tournée épuisante, il fêta avec ses proches sa réussite et fut de plus en plus surpris par la célébrité qui lui était tombée dessus. La première fois qu'il fit une photo avec un fan fut très étrange à vivre. Néanmoins, il ne s'en plaignait pas. C'était très agréable à vivre et il fallait avouer que l'argent qu'il en tirait ne pouvait que le conforter dans l'idée que ce qui lui arrivait était une chance incroyable.

A ses vingt quatre ans, il vit le mouvement des Incontrôlables être considéré comme illégal. Peu surpris de cette nouvelle et même assez satisfait, c'est avec malice qu'il regarda le site internet de ce groupe être fermé de force. Pensant que cette ère de rébellion était du passé, il ignora les signes sous-jacents qui annonçaient un futur obscur pour le peuple japonais.

Lors de la même année, il reçut ce fameux courrier lui indiquant qu'il était dorénavant marié à Mia Katsuko. Ce mariage fut assez positif. Les deux fiancé.e.s s'entendaient à merveilles et n'avaient aucun mal à vivre l'un avec l'autre. C'est ainsi qu'il prit conscience de son aromantisme, car il avait tout pour aimer Mia. Belle mannequin d'une gentillesse infinie, elle pouvait plaire à n'importe qui. Mais mis à part du désir charnel, il ne ressentait pour elle que de la tendresse amicale.

Accompagné de sa femme, ils décidèrent de rendre visite aux parents de Vidar. C'était sans compter sur la catastrophe immense qui frappa le Japon. Les typhons noyèrent les rues, le séisme secoua la capitale et le tsunami submergea tout sur son passage, détruisant bon nombres de domiciles. Entre les cris, les pleurs et l'eau salée... il se sentit comme autre part. Angoissé. Compressé. Il ferma les yeux un instant et... son père disparu. Et son corps inanimé sera retrouvé quelques jours après, mutilé par les décombres. Extrêmement choqué par cet événement, Vidar sombra peu à peu dans un épisode dépressif qu'il combla avec l'alcool.

Ivre, tout lui semblait plus beau. Il oubliait la pression qu'on lui faisait subir pour son second album, le décès de son père, la détresse du pays... Tout tournait autour de lui. Si ce n'était pas lui-même qui tournait. Il ne comprenait plus ses faits et gestes. Il sait que demain il ne se souviendra pas de cette nuit qu'il a passé aux côtés des bouteilles de whisky. Dans sa tasse, le lait ne serait plus versé. Il fut remplacé par l'alcool.

Mia eue bien des difficultés à rester forte. Elle tentait vainement d'aider son mari, mais rien n'y faisait. Il n'était ni violent, ni méchant, ni insultant. Il était juste profondément triste. En état de détresse total. Il ne savait plus quel jour il était. Plusieurs fois, sa femme dû venir le chercher au bar puisqu'il était incapable de repartir par ses propres moyens. Heureusement, il n'a jamais cherché à conduire en état d'ivresse. Mettre sa vie en danger semblait lui être largement suffisant, malheureusement.

Les larmes ne coulaient plus. Ses yeux ne gonflaient plus. C'est ainsi qu'il se retrouvait, dès le matin, à fumer plusieurs clopes en buvant la misérable fin d'une bouteille d'alcool. Peu importe l'alcool, tant que cela brûlait son œsophage ça lui allait. Il perdait du poids à vu d’œil. La teinte de son regard était fade, sans vie. Il n'était plus qu'une coquille vide. Dans le déni, il souriait et faisait croire qu'il allait bien, continuant donc à travailler sur sa musique.

Après en avoir longuement discuté avec Mia, Vidar se décida à consulter un psychologue. Il ne souhaitait pas recevoir de traitement médicamenteux. Malgré le professionnalisme et la bonté du Docteure Akito, rien ne changeait vraiment. Il faisait l'effort de se lever chaque matin pour assister à la consultation uniquement pour satisfaire Mia. Il n'en avait, en réalité, aucune envie. Malgré son suivi, il continuait chaque soir à boire toujours plus.

Un an plus tard, il assiste à la cérémonie commémorative où il vit le nom de son père inscrit sur cette colonne de marbre qu'il se mit à haïr. Elle lui rappelait la réalité : son père n'était plus. Incapable de faire son deuil, il vécu très mal ce moment et fut extrêmement mal à l'aise face aux caméras. On ne l'avait plus vu dehors depuis plusieurs mois et sa présence attira évidemment les plus avides de buzz. Suite à cet événement, il cessa de voir son psychologue.

Ce fut la descente aux enfers.

La sortie de son deuxième album fut un succès, encore une fois. Considéré comme bien plus sombre et personnel que le premier, il était néanmoins bien supérieur. Ravir les fans, faire son boulot... C'était devenu mécanique chez lui.

A ses vingt cinq ans intervint dans sa vie ce qui est appelé le « bug national ». Jouant la carte de la sécurité, lui et Mia ne firent aucun écart. En réalité, ils n'en avaient même pas l'envie. Trop occupé à broyer du noir, Vidar n'avait pas la force de roucouler ailleurs. Mia, elle, était trop préoccupée par l'état de santé de son mari pour penser à son propre bonheur. Ainsi, il se détruisait, mais il détruisait aussi ses proches. Et ça le brisait.

Lorsque la vérité éclata, un an après, sur ce fameux « bug national » Vidar se sentit profondément trahi par le gouvernement et émit à partir de ce moment de sérieux doute sur l'Incontestable. Il n'était plus pro-incontestable, ni même anti-incontestable, il fut neutre. Il préférait ne pas communiquer son avis et garda donc le silence sur ses pensées.

Et il fut un jour où rien n'allait plus.

Où l'alcool ne suffisait plus à le faire s'évader. Où les black-out n'étaient plus assez puissants pour lui faire oublier sa tristesse.
Il fut un jour où il voulu simplement embrasser la mort. Il voulait l'enlacer avec force. Il voulait qu'elle l'attrape.
Il voulait stopper cette douleur qui lui compressait le cœur.
Car après tout, il n'y avait plus que cela à faire, non ?
Alors il s'empara de l'arme de son propre crime. Et en bon meurtrier, il s'exécuta froidement. Il laissa le sang s'écouler de ses bras. Il n'avait eut le temps que de voir l'eau se teinté d'un rouge écarlate. Il ferma les yeux et... ne se sentit pas apaisé.

Alors même cela, ça ne marchait pas ?

Les larmes s'échappèrent pour fusionner avec ses blessures. Et ce fut le noir complet. Il se réveilla dans une triste chambre d'hôpital immaculée, accompagné de sa femme. Il apprit qu'elle l'avait sauvé, étant arrivée à temps.

Il accepta finalement le traitement. Et peu de temps après, l'Incontestable émit un ordre : faire un enfant. Et ce ne fut pas compliqué, rapidement Mia tomba enceinte. Et sans s'en rendre compte Vidar quitta sa bouteille pour la remplacer par les biberons. L'épidémie vint le faire trembler, mais il retint sa peur et fut heureux de constater qu'aucun de ses proches de fut touché. Mis à part sa mère qui fut une porteuse saine.

Mais tout ce bonheur ne pouvait durer. Il a fallu que la machine fasse des siennes... Il apprit soudainement que sa mère était morte. Celle-ci ayant déménagé depuis le décès de son mari, il ne savait pas si c'était vrai ou non. Suite à une crise de panique d'une intensité inouïe, il craqua et... vint à nouveau coller ses lèvres au goulot de sa meilleure ennemie. Lorsqu'il constata que sa mère était en réalité parfaitement en vie, il culpabilisa énormément.

Le dix sept mars de l'année 2112 signa le début de sa guérison. La naissance de son enfant, Akira. Un petit garçon étant le portrait craché de sa mère, mais partageant des traits similaires à ceux de son père. Cette petite bouille fut ce qui le sauva. Ainsi, il se décida après deux années de silence à revoir son ancienne psychologue, Docteur Akito. Heureusement, puisque peu après la naissance de l'enfant, Mia décéda d'un accident de voiture. Sans la psychologue, Vidar n'aurait jamais traversé ce moment sainement. La présence de son bambin lui permit de ne pas sombrer à nouveau dans l'alcool. Il devait s'occuper de lui et refusait que lui aussi vive sans père.

La relation entre lui et sa psychologue muta bien rapidement et ils se retrouvèrent à échanger des moments d'intimité qu'un patient et un docteur n'étaient pas censés échanger. Préparant son troisième album, il tente de reprendre du poil de la bête même s'il a conscience que le fait qu'il ai tenté de mettre fin à sa vie fut quelque chose qui inquiéta grandement sa communauté.

Mais il devait vivre. Revivre.
Pour Akira.
Pour Mia.
Pour son père.
Et pour lui-même.
Physique
Une cigarette pend à la commissure des lèvres charnues et claires de Vidar. A travers l’œil perfide des caméras, on peut apercevoir un léger sourire se dessiner sur son visage carré. Il est bel homme, même lorsqu'il est tiraillé par la fatigue. Des longs cernes ont élu domicile sous ses yeux et semblent décidés à rester. Sa peau blanche maquillée pour cacher les quelques imperfections de sa trogne brille sous la violence des flashs braqués sur lui. On peut le voir froncer légèrement ses deux sourcils fournis, dérangé par la force des lumières. D'un geste rapide, il passe sa main dans son épaisse chevelure brune foncée tandis qu'il cherche du regard un individu.

Une jolie femme vêtue d'une longue robe noire fait son entrer. La blonde enroule son bras autour de celui de l'islandais avant de saluer la foule d'un mouvement bref. Les yeux verts de la dame se posent sur ceux bleus électriques de son mari. Elle a une taille de guêpe et pourtant elle semble petite à côté du rappeur. Du haut de son mètre quatre vingt quinze il surplombe la plupart des japonais. Son physique global est assez décalé. Avec ses quatre vingt kilos composés majoritairement de muscles, il en surprend plus d'un. En effet, le jeune homme possède deux grandes épaules, un dos large et plus généralement une musculature sculptée et très développée.

La foule suit le couple, filmant et photographiant le moindre de leurs faits et gestes, les plus proches peuvent -s'ils sont bons observateurs- constater que les yeux de l'adulte sont rougies, certainement à cause des larmes versées lors de la cérémonie commémorative. Mais les journalistes semblent être plus intéressé.e.s par la démarche que peut adopter cette star. Comme toujours, il a le menton légèrement relevé, presque avec un brin d'insolence, et marche de façon confiante et déterminé. Sa femme à ses côtés est plus élégante, comme si elle se trouvait sur un tapis rouge elle défilait avec grâce en souriant à quelques personnes aux alentours.

Elle cachait plus aisément ses sentiments que son conjoint. Vidar, lui, a toujours eu un faciès assez expressif. Il a du mal à cacher ses micro-expressions et ses gestes trahissent la plupart du temps ses pensées. Ici, néanmoins, il semble faire un effort et reste droit et fier. Portant comme à son habitude un costume spécialement taillé pour lui, il se trouve qu'il a remplacé sa couleur habituellement blanche par un noir terne et endeuillé. Son pantalon, lui collant légèrement à la peau, laisse deviner à nouveau des cuisses et des mollets entraînés. A la sortie il replace sa casquette sur son crâne, qu'il avait au préalable enlevé pour rester poli.

Sur leur passage ils laissèrent une effluve fleurie et enivrante, la même qui parfume leur agréable maison. Ouvrant la portière de la voiture à sa femme dans un geste gentleman, Vidar fait un signe d'au-revoir de la main, laissant ainsi apparaître les deux bagues qu'il a sur sa main droite. Une au pouce, argentée et gravées de différentes formes arabesques, et une en or sur l'annulaire. Sa main gauche est elle aussi habillée de bijoux puisqu'il y porte une bague noire à l'index et une autre argentée à l'auriculaire. La blonde s'engouffre dans le bolide aux vitres teintées et ne laisse comme dernière image d'elle que le dessous rouge de son talon.

L'homme prend un peu plus de temps à entrer, comme s'il ne souhaitait pas partir dès maintenant, mais finalement il fit le tour du véhicule et finit par entrer dedans pour à son tour ne laisser que ses chaussures de ville en dernier souvenir. Lorsque la voiture démarre et s'éloigne on peut, si on les a suivit du regard, voir deux vitres s'ouvrirent légèrement et de la fumée du cigarette s'échapper. Une des clopes, tenue par une main aux longs ongles rouges, est peu consommée. L'autre, celle de Vidar, est finie mais n'est heureusement pas jetée dehors.

Et c'est ainsi qu'ils furent contraints de rejoindre leur demeure.
Caractère
« Parlez-moi de vous, Vidar. Qu'est-ce-que vous aimez dans la vie ? »

Parfois, j'ai l'impression de ne plus rien aimer. Il m'arrive tantôt de haïr tout ce qui m'entoure au point de ne plus vouloir avoir de contact avec l'extérieur. Je ne sais pas d'où vient cette colère. Elle est là, dans mon cœur, elle me ronge comme de l'acide. Maman m'avait dit, autrefois, que ce n'était pas de la haine mais simplement de la peur.
Mais quelle est la différence ?
Dans la finalité des choses, cela revient au même. On vit l'instant comme une agression. Je me sens sans cesse attaqué. Ainsi, dans l'ordre logique, mon rythme cardiaque s'accélérera et mon souffle se fera court. Je vais bégayer, car mes sentiments sont trop forts. Trop présents. Trop durs à vivre. Toujours trop, jamais assez.

« Vous n'avez pas de hobbies ? »

Pourquoi certaines personnes font semblant de ne pas me connaître ? Vous me connaissez. Vous en savez plus sur moi que moi-même. Vous savez... mh... Docteure Akito, je joue souvent les aveugles. Je ne vois ni n'entends rien. Je suis là, sans être là. Pourtant, après vingt sept années de longues existences, j'ai assimilé un nombre conséquents de techniques d'analyse. Peut-être ais-je même des ruses qu'on vous apprend en fac de psychologie. Passer quatre années à bosser pour au final faire la même chose qu'un paumé alcoolique. C'est idiot, pas vrai ? Les vérités sont toujours compliquées. On ne les digère jamais vraiment. La réalité est à mon image : instable.

« Ainsi, vous préférez mentir ? Faire semblant ? »

Je ne fais que reproduire ce que les autres font. Je vis dans une jungle hostile, entouré de nombreux prédateurs, alors se fondre dans la masse est ma seule issue. Mon unique façon de survivre. Alors en effet, je suis peut-être un hypocrite. Je jongle maladroitement entre franchise abrupte et hypocrisie maladive. Je préfère employer le mot « cacher » plutôt que le mot « mentir ». Je ne fais que déguiser la vérité. Je la rends plus agréable. Que ça sois considéré comme bien ou pas, au final peu importe, personne ne saura rien.
Tout se jouera entre moi et moi.
Est-ce de l'égocentrisme, Docteure ? Suis-je trop préoccupé par ma personne ?

« Nous en avons déjà parlé Vidar. Tu m'as déjà posé la même question un nombre incalculable de fois et je te réponds toujours la même chose : tu es la seule personne que je connaisse à ne jamais s'occuper de soi. Tu cherches toujours à aider autrui. Tu écoutes et conseil. Mais au final, ne serait-il pas temps de t'écouter toi-même ? »

C'est un cycle. Un cercle vicieux dans lequel je vous ai emporté. On se tient la main et on gambade joyeusement vers le chemin de ma dépression. Si je vous interroge toujours sur le même sujet, c'est peut-être parce qu'au final vous me demandez toujours de revenir. Et j'obéis. Car je crois que cela vous fait plaisir d'avoir un défi à votre hauteur. N'est-ce-pas un peu égoïste de profiter de mon malheur ? Je ne vous en veux pas. Comment le pourrais-je ? Vous le savez, je ne suis pas du genre rancunier. Je suis celui qui se fiche de tout, y comprit de lui-même. Je suis... perdu. Aveugle et sourd, je ne vois plus les défauts des autres et je n'entends plus les sifflements des vipères.
Aujourd'hui, je suis particulièrement cynique. Mais, ce n'est pas le cas habituellement. Je souris, ris, m'amuse. Je suis quelqu'un de sympathique avec un humour décalé mais plaisant. J'ai des idées politiques correctes, ou je le fais croire. Je m'énerve parfois sur les jeux-vidéo. J'ai des difficultés à cuisiner correctement.
Au final, je suis normal, pas vrai ?

« Je croyais que vous détestiez l'idée de normalité ? »

Oui, c'est ce que je viens sous-entendre. Je me déteste. La seule chose que je réussis à faire c'est plaire à des personnes qui me sont inconnues et à débiter des paroles sur un rythme endiablé. Êtes-vous déjà aller à un concert ? La sensation des basses qui déforment nos cages thoracique... C'est encore pire sur la scène. Alors que la lumière me fait briller, alors qu'elle m'éblouit et qu'elle fait luire mon front de sueur... Je sens que je suis heureux.
Il n'y a que dans ces instants que je le suis.

« ... Il est l'heure. On se revoit la semaine prochaine ? Et n'oubliez pas, vous devez toujours tenter d'être la meilleure version de vous-même. »




« Bonjour Vidar ! Cela fait longtemps que nous nous étions plus vus. Deux ans, non ? Qu'est-ce-qui vous amène ici ? »

Je suis quelqu'un qui agit sur des coups de tête pour les choses les plus sensées. Disons simplement que je passais par ici et que je me suis souvenu de vous. On s'est quittés brusquement la dernière fois, par ma faute. Vous savez, je détruis souvent mes relations de cette façon. Amicales ou non. Je brise les liens par simple envie soudaine. Si quelque chose de m'intéresse plus, je l'oubli. C'est la même chose avec mes semblables. Enfin bref... Il y a deux ans de cela, tout allait mal. Ce n'est plus le cas. Je ne fais plus semblant, je ne me cache plus derrière un masque. Je ne suis plus un monstre de foire.
Dorénavant, je ris. Je ne suis pas totalement guéri, mais je ris.
Avec franchise, bon coeur et tendresse. Je ris, je blague, je souris. Je ne pleure plus. Je ne me morfond plus. La lumière m'a ébloui. Et vous n'y êtes pas pour rien. Vos paroles ont raisonné en moi avec une puissance que vous ne pouvez même pas imaginer. J'ai vécu ainsi deux longues années. Être la meilleure version de moi-même. Pour mes proches, pour moi et pour que votre travail ne sois pas vain... j'ai fais des efforts. J'ai muté.
Je suis sorti de mon cocon, des ailes ont perforé mon dos et... je me suis envolé.
Sans doute suis-je ici pour vous remercier... Vous m'avez permis d'avancer vers la lumière alors que je ne croyais plus qu'en les ténèbres.

« Je suis émue par ce que vous me dîtes... je... à vrai dire je me suis inquiétée pour vous lorsque vous avez subitement disparu. J'ai appris votre tentative de suicide hum... ce n'est... ce n'est peut-être pas le bon sujet pour des retrouvailles mais... je suis heureuse de constater que vous allez mieux. Parlez moi de vous, que s'est-il passé ces deux dernières années ? »

Vous avez posé le mot sur ce qu'il s'est passé. Une tentative de suicide, oui. Elle était lamentable, cette tentative. C'était plus un appel à l'aide qu'autre chose. Je ne préfère pas revenir dessus en précision, ce n'est pas un événement que j'aime raconter, vous comprenez... Hum... Je me suis confronté à bien des murs. Et je me suis surpris à découvrir en moi une détermination et une force mentale assez incroyable. Je ne me croyais pas capable de tout cela. J'ai fais mon nouvel album qui a été une réussite totale. Je n'ai jamais été très proche de mes fans, le succès m'est tombé dessus sans que je ne le veuille vraiment. Néanmoins, les voir plein d'entrain, chantant mes textes... Cela faisait une éternité que je n'avais plus ressenti ces fameux papillons dans le ventre.
Je crois que c'est lorsqu'Il arriva que je fus libéré de mon passé.
Je suis devenu père d'un merveilleux petit garçon qui m'a tout bonnement transformé.
Je suis devenu ce gars "chill", calme, posé, à l'écoute, attentif, sensible, bienveillant et paternel. Grâce à l'Incontestable, j'ai pu trouver ma voie.

« Toutes mes félicitations pour votre enfant. Donc, vous vous êtes marié ? Aimez-vous votre partenaire ? »

Aimer. C'est une notion qui m'est inconnue. Auparavant, je pensais que cela venait de ma dépression. Mais dorénavant j'ai compris ce que je suis. Je suis dans l'incapacité de ressentir de l'amour pour ma femme ou une quelconque autre personne. Je ressens de la tendresse, de l'amitié, du désir sexuel, mais certainement pas de l'amour. Je ne le vis pas mal. Au fond, c'est même plus simple ainsi. Je me suis longtemps cherché vous savez. C'était comme une chasse au trésor. Je passais par des zones d'ombre, je vivais des moments compliqués, j'avais parfois de faux espoirs... Mais lorsque je suis tombé sur le trésor, tous mes doutes se sont dissipés. Me trouver fut une bénédiction. Et je crois que je la dois un peu à l'Incontestable, sans ce mariage, sans cet enfant... je ne suis pas sûr que nous nous serions revus.

« Je suis très heureuse pour vous. Alors si je comprends bien, vous avez réussi à trier vos défauts d'antan ? »

Honnêtement, je les ai encore. Je suis quelqu'un qui évite le conflit et par conséquent je suis assez hypocrite. J'aime la bagarre, j'aime les fêtes excessives, j'ai un langage plus que familier et j'ai toujours tendance à me renfermer sur moi-même lorsque quelque chose ne va pas. J'oubli souvent mes proches. Je fais abstraction des autres pour me concentrer sur mon propre mal être et tenter de trouver des solutions. J'ai toujours été très cartésien. Mon imagination sans limite et ma joie de vivre actuelle apaise ce trait de caractère. Je me suis découvert des défauts, comme ma paresse infinie, mon ingérable sarcasme, mon côté fouineur... Enfin bref, rien n'est parfait.
Au fond, tout ne s'est pas arrangé, ce n'est que le début.
Mais j'ai confiance, j'ai confiance en moi, en mes proches, en ce futur.
Généré avec le formulaire
— Just Married —

Messages postés : 18
Inscrit.e le : 29/09/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : satan.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
ce caractère me donne envie de : lire la suite. I did my best to do the worst || 1518348080
en plus jotaro quoi I did my best to do the worst || 3912395661

bienvenue et bon courage pour la suite de la redac!
— Just Married —

Messages postés : 221
Inscrit.e le : 19/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : du vide.
Autre: ✚ Parle en : #913636
Bienvenue sur le forum ! C'est une bien jolie plume que t'as là et ton bonhomme à l'air grave cool, du coup j'ai hâte de découvrir le reste he he

Bon courage pour la rédac' et la suite ! I did my best to do the worst || 1518348080
— Just Married —

Messages postés : 26
Inscrit.e le : 11/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bienvenue !

J'ai beaucoup aimé le caractère, j'attends la suite avec impatience !!! I did my best to do the worst || 1503925550
J'aime beaucoup ton vava I did my best to do the worst || 2837704232
Au plaisir de lire la suite !!!
— Just Married —

Messages postés : 85
Inscrit.e le : 06/09/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Takeshi ❤
Autre:
Bienvenue à toi, super perso hâte de découvrir la suite de ta fiche :)
Lisalisa

Messages postés : 161
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Ce regard, l'est pas content le monsieur. I did my best to do the worst || 4200135721

Bienvenue parmi nous ! I did my best to do the worst || 1518348080

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Stepping into the room, then the world slows down.

Voix de Arisa

merci Hatori & Fu pour les avatars + theme songs ♥

one brain cell:
I did my best to do the worst || Uron

I got one only name:
I did my best to do the worst || Unknown
— Just Married —

Messages postés : 272
Inscrit.e le : 25/11/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : L'autre là
Autre: Elle me veut quoi la bonne du président ?!
COUPAIN

enfin tu es là

On va pouvoir défoncer tous ces bambis I did my best to do the worst || 1667362858
— Just Married —

Messages postés : 2
Inscrit.e le : 18/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : sa clope.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
heyy. merci à tous & toutes pour vos compliments/encouragements, j'suis émue.
contente que le début vous plaise ! hâte de vous écrire la suite. I did my best to do the worst || 2432113367

mention spéciale pour 7 : i love u. ♥
Lisalisa

Messages postés : 161
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Hello !! Bienvenue encore une fois parmi nous ! I did my best to do the worst || 2984341854 Désolée du petit retard !
Alors le lien contexte dans le guide du nouveau fonctionne très bien chez moi, ton ordi a eu son ptit bug je pense. I did my best to do the worst || 517494357
J'ai quelques petits trucs à voir avec toi, mais ce sera rapide ! :)

Histoire

« se basant sur la moyenne des japonais. » - Japonais prend une majuscule quand on parle des personnes (sans si c'est un adjectif comme tu l'as écrit avant "territoire japonais")

milles et une questions - mille ne prend pas de s.

L'islandais - maj
a suivit - pas de t

« Il avait reçu une éducation stricte qui lui interdisait de mal agir envers les enseignants ou les autres enfants. Ainsi, il n'était pas de ceux se moquant d'autrui, bien au contraire. Son empathie, lui venant de sa mère, le poussait à toujours aider ses semblables. » - lu comme ça on ne sait pas si au final c'est son empathie ou son éducation qui fait qu'il se comporte bien. Je te conseillerais d'ajouter un mot de liaison du style "De plus / Aussi"

« A ses vingt deux ans, il constate l'apparition des Incontrôlables sur le web mais n'y prête que peu d'attention. Il ne veut pas donner de l'importance à un mouvement qu'il considérait comme idiot et puéril. »
« il tente de reprendre du poil de la bête même s'il a conscience que le fait qu'il ai tenté » ait + attention tu passes du passé au présent.

Comment on réagit ses parents face à son buzz soudain ?

« Lorsque la vérité éclata, un an après, sur ce fameux « bug national » Vidar se sentit profondément trahi par le gouvernement et émit à partir de ce moment de sérieux doute sur l'Incontestable. Il n'était plus pro-incontestable, ni même anti-incontestable, il fut neutre. » - Le fameux bug national dont tu parles s'est passé sans que beaucoup s'en rendent compte, cela a été discuté par le gouvernement 2 mois après, donc il n'y a pas eu de grosse révélation un an plus tard.
Aussi, il s'est senti profondément trahi, mais il reste quand même juste neutre ? Et pourquoi s'est-il senti ainsi au juste ?

Il n'a pas gardé contact avec sa mère après le décès de son père ? Lui qui tenait si fort à lui pourquoi n'a-t-il plus eu un lien avec elle, sa dernière parente ? On comprend qu'il a eu une descente aux enfers, mais sa mère n'est pas intervenue une seule fois durant tout ce temps ? (par ex lors des commémorations de Shukumei, elle n'était pas là ? Il sait qu'elle a déménagé, mais il n'accoure pas pour voir si elle est vraiment morte pendant le second bug et la naissance de son petit-fils ?)

Caractère

Tu écoutes et conseil.

« après vingt sept années de longues existences » Si la première partie se passe 2 ans plus tôt il n'a pas 27 ans, mais 25.
« Donc, vous vous êtes marié ? » - tourné comme ça on penserait qu'il l'ait choisi de lui-même or il a été marié.

C'est voulu qu'elle passe du vouvoiement au tutoiement d'une question à une autre ?

Physique

si on les a suivit du regard - suivi
« l'islandais » maj
« une en or sur l'annulaire. » - si tu fais référence à l'alliance, sous l'Incontestable il n'y a aucun signe de ce genre comme il n'y a pas de cérémonie de mariage etc.
« Elle a une taille de guêpe et pourtant elle semble petite à côté du rappeur. » - je pense que tu voulais dire "élancée", car une taille de guêpe ne veut pas forcément dire qu'on parait grande. I did my best to do the worst || 517494357

Conclusion
Quelques modifications à faire ici et là, mais sinon rien de très alarmant, ça sera facilement corrigeable en un passage . I did my best to do the worst || 4115966937 On perçoit bien quel genre de personne il est, c'est raconté simplement, mais clairement et ça fait plaisir ! J'ai surtout bien aimé la manière dont tu as abordé le physique. I did my best to do the worst || 3998388675

N'hésites pas à mettre en gras, souligné ou en couleur les modifications pour faciliter les choses à toi et moi. ♥

Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Stepping into the room, then the world slows down.

Voix de Arisa

merci Hatori & Fu pour les avatars + theme songs ♥

one brain cell:
I did my best to do the worst || Uron

I got one only name:
I did my best to do the worst || Unknown
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#10 —Re: I did my best to do the worst ||
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum