Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 200803042355296862
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 1GdvXk1
Le Deal du moment : -30%
FAGOR – Appareil combiné 3 en 1 Raclette ...
Voir le deal
42.49 €

— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 26/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Saijō Ui
do you know how world sounds ?
Informations générales
Nom : Saijō.
Prénom : Ui.
Âge : Vingt-et-un printemps et née le dix-neuf mai 2091.
Genre : Féminin.
Origines : Japonaise à 70% et Celte à 30%.
Activité : Étudiante en arts plastiques et plus précisément dans la photographie ainsi que dans la peinture.
Sexualité : Hétérosexuelle...peut-être ? Elle ne se pose que très rarement ce genre de question.
Avatar : Un OC du doux nom de Niya, de l'artiste Tidsean.
Règlement :
Chemin Je vagabondais à la recherche d'un forum rpg pour reprendre après une longue période d'inactivité puis j'ai atterri dans les tops sites et enfin ici.
Autre :  Je n'ai jamais vu un forum rpg aussi bien élaboré que cela soit au niveau des graphismes et au niveau du contexte... Je suis bouche bée ! Vous avez toute mon admiration !
Histoire - Unheard Frequencies



Il était une fois, un homme et une femme. Un artiste en peinture ainsi qu'en photographie et une pianiste. Un Japonais et une Celte. Deux êtres humains qui n'étaient pas sensés être ensemble mais qui ont été unis malgré tout. Des milieux assez différents sans vraiment l'être, l'un dans l'art visuel et l'autre dans l'art musical.

Does fate exist ? Or is it chance that governs everything ?
Est-ce que le destin existerait ? Ou est-ce que c'est le hasard qui régirait tout ?

Une obligation de réunion familiale, un retour au pays forcé, une installation définitive dans ce pays où la dictature s'était installée. Une femme enchaînée par ses racines nipponnes. Un homme tiraillé par l'angoisse de la page blanche. Deux êtres humains aux profils similaires. Des milieux s'étant rejoints dans un courrier adressé à tout deux. Unis par l'Incontestable, ils furent. Mariés à un inconnu, une inconnue.

Were they afraid of the unknown? Or in a hurry to meet each other?
Étaient-ils effrayés de l'inconnu ? Ou bien pressés de se rencontrer l'un l'autre ?

Un nom. Une adresse. Tout était planifié pour une rencontre entre l'homme et la femme ainsi liés par ce système infaillible. Un Japonais et une Japonaise aux origines celtiques. Deux êtres humains qui n'étaient pas sensés être ensemble mais qui ont été unis malgré tout. Des milieux assez différents sans vraiment l'être, l'un dans l'art visuel et l'autre dans l'art musical.

Un lieu. Une porte. Un regard l'un dans l'autre.

Was it love at first sight ? Or a feeling of knowing each other for a long time ?
Était-ce le coup de foudre ? Ou une impression de se connaître depuis longtemps déjà ?



If this system had not existed, would these two beings still have met ?
Si ce système n'avait pas existé, ces deux êtres se seraient-ils tout de même rencontré ?


No one will ever know.
Personne ne le saura jamais.


________________________



19 mai 2091, Hôpital Nagano Chūō.
Naissance de Saijō Ui.



C'est ainsi que naquit, quelques années de vie commune plus tard, par un ordre de l'Incontestable, un petit miracle du ciel. Un bébé, le fruit du mélange de ces deux êtres. Un poupon aux airs de la femme criant dans la première expiration de sa vie. Une petite tête rousse qui ouvrit ses petits yeux lourds pour voir pour la première fois le monde extérieur, ne comprenant pas encore ce qui se passait devant ses petits orbes dénués de couleur. Ce petit être si fragile et impuissant tel un inestimable trésor, tellement délicat et précieux. Une petite fille qui semblait être en bonne santé. Une petite perle prénommée, Ui, Ui Saijō.

Un trésor se protège, se conserve mais à quel prix ?



22 juin 2094, Résidence Saijō, Nagano.
Saijō Ui, trois ans.


Le bébé était devenu un véritable petit bambin. Pas plus haute que trois pommes, la gamine de trois printemps avait appris à marcher il y a maintenant pas moins d'un an et demi. Plus besoin de se tenir aux meubles, la petite tête rousse se baladait dans la maison comme une grande, explorant chaque recoin pour nourrir sa curiosité infantile qui commençait à se développer dans sa caboche. La cuisine, la salle d'eau, les chambres, partout où celle-ci pouvait s'aventurer. Mais, il y avait des endroits considérés comme hors limites ici-bas, des lieux où un enfant en bas âge ne devrait pas aller. Cette maison n'était pas une simple chaumière moderne que l'on pouvait voir de nos jours, c'était une maison de type traditionnelle japonaise fournie au couple après leur mariage. Ces jeunes adultes, eux-mêmes, ne connaissaient guère entièrement leur propre demeure, qui sait combien de grains de poussière s'y cachaient.

La petite aventurière semblait toujours en bonne santé mais une chose les inquiétait, quelque chose qui avait été récurrent et qui restait constamment dans leurs pensées. Quand l'homme l'interpellait, celle-ci ne tournait jamais la tête vers lui ou ne lui montrait un quelconque signe qu'elle l'eut entendu. Plusieurs années se sont écoulées et leur inquiétude ne faisait qu'augmenter chaque jour qui passait alors ils décidèrent d'emmener leur enfant chez un pédiatre.

Le diagnostic qu'ils attendaient n'aurait jamais été aussi foudroyant. Le bambin d'à peine trois ans était atteinte d'une pathologie rare associée à la surdité appelé surdité en pente inversée.

- « ... après la passation de plusieurs examens, je crains devoir vous annoncer que votre fille montre les signes d'une surdité en pente inversée qui est une maladie entraînant une perte d'audition dans les fréquences basses, enfin, graves que l'on trouve dans notre environnement au quotidien comme le grondement de l'orage, l'aboiement d'un chien ou encore la prononciation de certaines consonnes dans des mots et c'est sur cette fréquence sont compris aussi la voix des hommes. Toutes ces fréquences se situent alors entre 20 et 400 Hertz. C'est ainsi pour cette raison qu'elle ne peut pas vous entendre, Saijō-san. Et malheureusement, nous n'en savons pas plus sur cette pathologie à cause de sa rareté... J'aimerais que vous reveniez régulièrement pour voir si la maladie évolue dans le temps et pour discuter des causes ... »

Enfin rentré chez lui et toujours autant bouleversé par cette nouvelle, le couple ne pouvait pas en croire ses oreilles, d'apprendre que leur petit trésor soit née avec ça... Il se devait de la protéger du mal que l'on pourrait lui faire, la préserver des dangers du monde extérieur, écarter toute éventualité, ... Tout pour son bien. C'était normal, non ? Après tout, c'était le miracle que l'Incontestable leur a permis de créer... n'est-ce pas ?

Le prix à payer sera... la liberté d'une vie.



14 Avril 2100, Résidence Saijō, Nagano.
Saijō Ui, huit ans.


Des rayons de soleil passait au travers des rideaux de ce qui semblait être une chambre à coucher. La boule lumineuse était la vedette de la journée, on dirait, aussi haute dans le ciel bleu sans aucun nuage pour venir lui faire de l'ombre. Une petite fille observait cette compétition spatiale d'un air absent tout en étant à moitié affalée sur le rebord de la fenêtre, les bras le long de celle-ci. Pendant combien de temps pouvait-elle garder cette position ? La fillette ne se lassait guère ce genre de paysage souhaitant par dessus tout sortir au moins une fois pour sentir la chaleur du soleil sur son visage, le vent lui chatouiller les cheveux ou encore entendre les oiseaux chanter. Ouvrir la fenêtre n'était pas permis car celle-ci "pourrait attraper froid" comme l'on avertit ses parents.

Comme ayant changé d'avis dans la seconde, la gamine se précipita vers la porte de sa chambrette qui débouchait dans un long couloir. Elle l'a fit coulisser sur le côté pour l'ouvrir de tout son long puis s'engouffra dans le dit couloir avant de s'arrêter devant un autre shōji qu'elle ouvrit de la même manière que l'autre pour révéler derrière celui-ci une salle d'eau. Une pièce très traditionnelle, comme la demeure en elle-même, dans laquelle se trouvait un lavabo avec un miroir, une baignoire, un meuble de rangement et beaucoup de choses dont elle ne connaissait pas vraiment le nom à vrai dire... En général, la famille entrait dans cette pièce seulement vers le soir. Ayant presque oublié qu'elle était pressée, la fillette se dirigea vers la baignoire pour en ouvrir légèrement la sortie d'eau de sorte à seulement faire couler quelques gouttes d'eau chaude. Une petite oreille fut tendu pour essayer de les entendre.

...
Calme plat.

Beaucoup d'expériences de ce genre ont déjà été réalisées par la jeune Saijō mais le résultat fut toujours le même. Elle était devenue habituée et n'était même plus déçue qu'elle n'entende jamais rien. Haussant alors les épaules nonchalamment avant de sortir de la salle de bain comme elle y était entrée pour retourner dans sa chambre, la petite rousse vit au loin une silhouette se dessiner au fond du couloir qui semblait se diriger vers celle-ci. C'était une des aides que ses parents avaient engagé pour surveiller leur "trésor" et subvenir à tous ses moindres demandes et besoins puisqu'ils semblaient trop occupés pour s'occuper d'elle eux-même. Il était temps de suivre les cours particuliers de la journée, la professeure devait déjà l'attendre à l'heure qui l'est. Se retenant de soupirer comme à chaque fois, chaque jour, celle-ci se résigna ayant assez de tenter de fuir et prit la main que l'aide lui tendit en la suivant sagement.



13 Novembre 2107, Lycée d'Art et de Design Joshibi, Tokyo.
Saijō Ui, seize ans.


Quelle douce et merveilleuse sensation. C'était comme être enroulée dans du coton ou de la barde à papa ? Le son du coton quand on marche dessus ou encore celui des fibres de la barbe à papa au moment où on en arrache un bout. Un autre son se fit ouïr au loin. Qu'est-ce que c'était ? Était-ce un animal ? Quel genre d'animal fait ce genre de bruit ? Ce n'est déjà pas un chien puisqu'elle ne pouvait pas entendre les fréquences basses qu'il pouvait produire. Alors...? Quoi...?

- « ... ! »
- « ...i ! »
- « Réveilles-toi, Ui ! »


Violemment sortie de ses songes, la jeune fille sursauta à l'entente de cette agression auditive pour le moins aiguë et très bruyante pour ses oreilles.

- « Ah ! Tu es enfin réveillée, Ui ! »

Elle s'était endormie ? Quand ? Pendant combien de temps ?

- « Tu as dormi pendant toute la dernière période, si tu étais si fatiguée à essayer de lire sur les lèvres du prof, tu aurais pu me demander de te traduire ce qu'il disait ! »

Ah, c'était donc pour cela qu'elle s'était endormie, pas assez de stimulation, on dirait. Elle devrait peut-être aussi arrêter de lire jusqu'à tard le soir le livre holographique qu'elle avait commencé à dévorer depuis le début de la semaine.

- « Baaah, maintenant, j'ai l'habitude que tu fasses ça... Je laisse passer pour cette fois ! Aller, dépêches-toi sinon tu vas rater ton train pour rentrer chez toi ! Tu ne veux pas que tes parents s'inquiètent ? Aller hop ! Ranges vite tes affaires ! Je vais te raccompagner jusqu'à la station. »

Pressée et poussée par son amie pour partir, la rousse jeta un coup d’œil à l'horloge murale qui était accrochée au dessus du tableau de la salle de classe montrant de ses deux branches l'heure suivante : 15h40. C'était déjà la fin de la journée. Elle aurait tellement aimé que son rêve dure un peu plus longtemps mais la récréation était finie, "ils" l'attendaient.

Faisant alors le chemin habituel du lycée jusqu'à la station de train en prenant un bus et en marchant un peu, les deux jeunes filles arrivèrent à temps pour le moyen de transport de la demoiselle. Levant ses orbes vairons pour regarder le nom du quai pour voir afficher Nagano, la rousse se mit à soupirer intérieurement en roulant des yeux et en entrant dans son train.

- « Fais attention à toi ! Ne suis surtout pas les inconnus avec des sucreries ! »

La lycéenne savait bien que son amie disait cela par humour mais se contenta de hocher positivement de la tête et de la saluer d'un mouvement de main jusqu'à ce que les portes du train se ferment et qu'il commence à partir.

Saijō Ui, seize ans, lycéenne de deuxième année au Lycée d'Arts et de Design Joshibi, seulement "Joshibi" pour abréger.
Après plusieurs années de cours particuliers à la maison depuis ses trois printemps, la jeune fille réussit à persuader ses géniteurs de bien vouloir la laisser étudier comme bon lui semblait dans une institution mais bien entendu, elle leur a laissé le choix de l'établissement.

- « ...laissez-moi étudier dans un lycée.... au lieu de rester enfermée ici...j'apprendrais bien mieux en étant entourée...»

Mais bon, elle tenait de sa mère qui était assez têtue de nature donc les négociations ne sont pas passées comme prévu donc celle-ci a aussi montré son côté tenace en ne lâchant à aucun moment l'affaire même si cela voulait dire qu'elle devrait les harceler jour et nuit pour arriver à ses fins. Comme prévu, ils en ont eu assez de ses monocordes jérémiades incessantes et ont enfin accepté avec la condition discutée. Victoire par forfait, vainqueure : Saijō Ui. Mais bon, pouvait-on éprouver de la fierté pour un acte aussi désespéré que le sien ? À vrai dire, il y avait une autre condition à son entrée au lycée. La rousse devait rentrer directement après la fin de la journée, c'est-à-dire, à 15h40. Elle haussa les épaules nonchalamment à cette pensée puis regarda l'écran qui se trouvait à l'opposé de sa position dans le train.

Un groupe qui se faisant appelé "Les Incontrôlables" faisait beaucoup parler de lui ces derniers temps sur Internet. Il paraîtrait que c'est un groupe qui se positionne contre le fonctionnement et les inepties que le système de l'Incontestable proliférait. La lycéenne se contentait jusque là d'être complètement spectatrice et de regarder de loin le conflit ne se sentant guère concernée par ce qui se passait. Comme si une révélation lui était venue en tête, celle-ci s'empressa de sortir de son sac à bandoulière bleu marin son calepin, qu'elle avait gardé depuis qu'on lui a offert à son dixième anniversaire, avec un crayon à papier. Elle voulait à tout prix dessiner le paysage qu'elle voyait passer au travers de la vitre, un paysage de plus à sa collection déjà abondante pendant le reste du trajet.

Arrivée à destination, donc à Nagano, à peine que la lycéenne n'eut le temps de descendre du train qu'un homme en noir vint l'interpeler malgré le fait qu'elle ne puisse point l'entendre. Elle put reconnaître celui-ci, comment rater son apparence quand on a fréquenté ce genre de personne aussi longtemps que celle-ci reste gravée dans sa mémoire. C'était l'un de ses "gardes du corps" qui devaient s'assurer de la ramener en sécurité chez elle. La rousse le suivit sans faire d'histoire jusqu'à la voiture qui semblait lui être assignée. Elle ne dit point un mot et se contenta de monter bien gentiment dans le véhicule. La mal entendante s'assit à la place habituelle puis reprit son calepin pour continuer son dessin qu'elle n'avait pas eu l'occasion de finir dans le train se rappelant du paysage dans les moindres détails. C'était un des moyens qu'elle avait trouvé pour passer le temps. Un temps qui passait bien trop vite pour celle-ci...

Il n'était pas difficile de savoir quand l'escorte était arrivée à la fin du chemin, elle ne sentait plus les vibrations d'un véhicule en marche, des vibrations qu'elle ne pouvait pas ignorer même en étant guère concentrée dessus. La portière à sa gauche s'ouvrit donc laissant la lumière du soleil s'engouffrer à l'intérieur du véhicule. Comme si cette occasion ne se représenterait peut-être jamais, celle-ci en profita pour prendre une bouffée d'air et de chaleur avant de devoir retourner dans ce qu'elle appelle la "fraîcheur de son chez soi".

Le pas de la porte. Ce pas qui avait souvent peur de franchir. Ce sentiment de peur. Cette peur de ne plus pouvoir ressortir de nouveau. Une boule au ventre qui semblait pas vouloir partir de sitôt. Mais elle devait le faire, elle devait rentrer. Une main peu confiante vint effleurer la porte en papier washi qui la séparait de sa demeure. Prenant son courage à deux mains, ses doigts firent coulisser le shōji d'un coup pour l'ouvrir de tout son long. La rousse se résigna de nouveau pour la deuxième fois de sa vie et disparut à l'intérieur de la maison entendant sa mère élever la voix en entrant. Comme possédée par la peur sans vouloir pour autant le montrer, elle se déchaussa et courut dans sa chambre à la quatrième vitesse.

- « Cher Incontestable, si vous êtes si infaillible comme les gens le disent, pourquoi mes parents n'ont pas l'air heureux ensemble et qu'ils se disputent tout le temps ? Peut-être que c'est de ma faute ? Parce que je suis là ? Je n'étais sûrement pas voulue ou aimée par eux. »



15 Février 2108, Véhicule d'escorte trajet de retour de l'Hôpital Nagano Chūō.
Saijō Ui, dix-sept ans.


Les vibrations du véhicule. Les ondes sonores de la radio. Le bruit d'un crayon de papier en contact avec du papier.

- «  ...puisque vous êtes née avec la surdité en pente inversée, il se peut que vous ne puissiez pas entendre de sons à basses fréquences de votre vie... et sans vous en rendre compte, vous raterez beaucoup de ces sons...»

Le son d'une mine de crayon de papier s'écrasant contre une feuille laissant un long silence avant qu'un autre son se frottant à la surface survienne à la place ressemblant à celui d'une gomme. Détournant alors son regard vers la vitrine extérieurement teintée de la voiture, la rousse se laissa emporter par la radio et sa douce mélodie. Mais au même moment, la jeune fille interpella son escorte de noir vêtu en lui tapotant l'épaule qui la dévisagea d'une moue interrogative. Ayant réussi à attirer son attention, celle-ci lui demanda s'il avait bien l'amabilité de lui prêter son téléphone pour rechercher quelque chose sur Internet. D'abord, réticent à l'idée de laisser utiliser un appareil électronique alors que ses parents l'ont formellement interdit de le faire, s'avoua vaincu en lui laissant cinq minutes pour faire ce qu'elle avait à faire.

La lycéenne répondit d'un hochement de tête positif puis se saisit du portable, en se perdant dans les applications ne sachant point comment manipuler ce genre de technologie puis arriva à tomber sur ce qu'elle cherchait. Le site des Incontrôlables que les médias avaient mentionné un jour à la radio.  Un texte venait d'être posté très récemment expliquant qu'une manifestation s'était déroulée à Tokyo par un groupe appelé "les anti-Incontestables". Ils auraient conduit une marche la nuit dernière. Les forces de l'ordre seraient intervenus pour les arrêter. Mais deux explosions seraient survenues ce soir là dont l'origine en reste inconnue. Le reste ne sembla trop compliqué pour lire le post jusqu'à la fin. Respectant le pacte qu'elle avait passé avec son escorte, la rousse posa l'objet sur le siège passager avant.

La simple pensée de devoir retenir autant de choses à propos de l'actualité lui donnait la migraine et décida donc de faire une sieste jusqu'à la fin du trajet.

Cet événement devenu tristement célèbre fut appelé plus tard, Big Bang Kiss.



12 Octobre 2109, Résidence Saijō, Nagano.
Saijō Ui, dix-huit ans.


Le site du groupe des Incontrôlables a été forcé de fermer pour cause de leur mouvement considéré comme illégal.
Tout cela s'est passé en septembre, les principaux protagonistes ont été arrêtés puis jetés en prison.
Ce fut la fin des Incontrôlables.
Telle est l'information énoncée par les médias.

...

Des cris se firent entendre dans le salon. Des cris féminins, comme toujours. Il n'était pas difficile de deviner pourquoi celle-ci haussait la voix. Elle ne pouvait pas se disputer avec elle-même, cette femme se disputait avec lui. Comme chaque soir. La jeune fille pensait s'y être habituée depuis le temps mais elle souhaitait souvent pouvoir couper le son. Pas que les basses fréquences, les moyennes et les hautes. Toutes sans exception. Elle ne désirait que le calme, le silence, le néant. Mais peut-être qu'elle n'aurait jamais du espérer ce genre de chose. Surtout pendant cette nuit-là. Un soir qui changera à jamais la vie de beaucoup de gens au Japon.

La mal entendante reprit son dessin là où elle l'avait laissé en prenant comme modèle, la beauté de la nuit et sa pleine lune comme cerise sur le gâteau. Devrait-elle continuer à façonner les contours avec un crayon anthracite comme pour tous ses autres paysages ou bien commencer à mettre un peu de couleur ? Celle-ci leva les yeux vers le ciel voyant des étoiles commençant à apparaître dans cette nuit noire. Tiens, encore des détails à ajouter. Peut-être que cette esquisse sera la plus représentative de ce que la rousse recherchait jusque là par rapport aux précédentes.

Cependant, il fallait croire que cette soirée n'allait pas être celle escomptée.
Des vibrations se font alors ressentir. D'abord des petites puis d'autres et encore des plus puissantes, toujours plus d'intensité.
Était-ce un véhicule de chantier qui passait juste devant leur maison ? Elle ne pouvait le dire car celle-ci n'entendait rien. La jeune fille ne pouvait que essayer de deviner l'origine de ces secousses avec des vibrations. Mais, ce genre de tremblement n'était rien qu'elle ne connaissait déjà. Alors qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Aucune idée. La mal entendante se contenta de les étudier en tapotant la mine de son crayon sur le papier.

Une impression étrange que le sol se brisait tel une planche qu'on cassait en deux. Le bout d'un crayon suivant la direction d'un corps projeté violemment contre une autre surface. Une trace trahissant le modèle, une trace détruisant une esquisse.

Des cris féminins, le calme, le silence. le néant.


13 Octobre 2109, Hôpital Nagano Chūō.
Saijō Ui, dix-huit ans.


...
Le néant.
N'est-ce pas effrayant ? Le fait de ne pas arriver à ouvrir les yeux. De ne pas pouvoir soulever ses propres paupières.
Un son récurrent pouvait néanmoins se faire ouïr. Une machine ? Aucun de cette nature n'était répertorié dans sa mémoire.
Alors, qu'est-ce que c'était ? Elle essaya désespérément d'émerger des ténèbres, forçant son propre corps à réagir à son appel à l'aide.

- « .. ! »
- « ...jō-san ! »
- « Saijō-san ! »


Une impression de déjà-vu.

- « Êtes-vous avec nous, Saijō-san ? »

Un plafond blanc. Une main, paume face à celui, se leva comme pour le toucher. Était-ce la sienne ?

- « Ne bougez pas trop, vous êtes encore en pleine convalescence. »

Elle entendait une voix. La jeune fille se tourna vers la propriétaire de celle-ci, se doutant bien qu'elle appartenait à une femme.
Une infirmière ? Un docteur ? Impossible de le savoir, autant rester ignorante à ce sujet.
La rousse essaya de se redresser pour s'asseoir mais une perçante douleur dans la zone des côtes vint de l'en dissuader.

- « Vous voulez vous mettre assise ? Laissez-moi vous aider. »

Proposa la femme de profession inconnue en mouvant le corps de celle-ci de telle sorte qu'elle se retrouva adossée contre un coussin dur.
Encore une étrange sensation, celle-ci de ne plus être capable de contrôler son propre réceptacle.
Mais, une question resta sans réponse. Une interrogation qui subsista alors que la mal entendante regardait autour d'elle sans trop bouger de sa confortable position.

- « Vous vous demandez où vous êtes, n'est-ce pas ? »

S'étonnant du pourquoi et comment la femme avait pu lire dans ses pensées, la jeune Saijō tourna la tête vers son interlocutrice sans pour autant changer d'expression.

- « Vous êtes ici à l'Hôpital Nagano Chūō. Est-ce que vous vous souvenez de ce qui s'est passé ? »

Réponse négative par hochement de tête.

- « On vous a trouvé grièvement blessée dans votre maison après les événements qui sont survenus la nuit dernière. Il voudrait mieux que vous le voyez par vous-même pour mieux comprendre. »

Dit-elle en prenant possession de ce qui ressemblait à une télécommande pour allumer la télévision se trouvant face du lit.

« ...le monde entier en parle. Le Japon a été frappé par de multiples catastrophes naturelles. Dans la nuit du 11 au 12 Octobre, trois terribles typhons grondant au dessus de l'Océan Pacifique ont finalement atteint le Japon, touchant durement les trois-quarts du pays. Accompagnant ceux-ci, un séisme de magnitude 9, entraînant comme il y a presque une centaine d'années, un tsunami ravageant la côte sud-est dans la journée du Jeudi 12 Octobre 2109, vers 13 heures. D'innombrables structures ont été touchées, et quelques milliers de victimes sont déjà à déplorer. D'autres sont encore en besoin d'assistance... »

Ce qui était affiché sur l'écran de système de télécommunication disparut instantanément comme cela était venu. La femme posa la télécommande sur la table de chevet à côté d'elle.

- « Je suis aussi navrée de devoir vous annoncer une terrible nouvelle concernant vos blessures... J'ai parlé avec le pédiatre qui vous suit depuis vos trois ans et il m'a dit que vous la transmettre puisqu'il n'a pas pu être là aujourd'hui pour vous l'annoncer lui-même... Le choc que vous avez reçu au cours du séisme a endommagé votre système auditif et a fait évoluer ce qui aurait du prendre plusieurs années... Je, je ne sais pas comment vous le dire mais... »

Un souvenir émergea à ce même moment sous forme d'interférences avec les dires de la femme.

- «  ...il se peut que vous ne puissiez pas entendre de sons à basses fréquences de votre vie... et sans vous en rendre compte, vous raterez beaucoup de ces sons...»

- « ...les chances que vous puissiez entendre de basses fréquences un jour dans votre vie sont maintenant proche d'être nulles... je suis désolée... »



La jeune fille ne fut guère étonnée de cette nouvelle. Quelque part au fond d'elle, ce genre d'évolution n'était pas du tout inattendue.
Peut-être qu'elle s'y attendait presque.
Un malaise s'était néanmoins installé pour cause de son silence, la femme ne savait plus où se mettre et décida donc de changer de conversation.

- « V-vos parents sont dehors, est-ce que vous voulez les voir ? »

Aucune réponse de la part de la rousse qui se contenta de tourner ses orbes vairons vers l'entrée de la chambre.

- « Entrez. »

Fut le seul mot que la jeune Saijō prononça d'une voix, sèche et cassée, pour la première fois depuis son émergence.
Le son d'une porte coulissante qui s'ouvrit dans la précipitation. Deux personnes entrèrent et enlacèrent la jeune fille dans leurs bras.
La femme semblait pleurer toutes les larmes de son corps. L'homme, quant à lui, se retint de montrer son désarroi face à celle-ci.

Rêve ?
Cauchemar ?
Réalité ?
Tout cela n'avait plus aucune importance.


Le 12 Octobre 2109, ce jour qui changé la vie de beaucoup de gens, y compris la sienne.



13 Octobre 2110, Résidence Saijō, Nagano.
Saijō Ui, dix-neuf ans.


Cela faisait un an qu'elle était maintenant sortie de l'hôpital.
Un an que Shukumei est passé.
Cependant, la douleur de beaucoup de personnes restait.
Cette douleur qui leur collait à la peau.
Cette douleur qui leur rappelait ce qu'elles avaient perdu ce jour là.
Mais, elle ne pleurait pas sa perte.
La jeune fille l'avait déjà accepté et voulait aller de l'avant.

- « ...j'irai à l'université de Tokyo et je compte sur vous pour me soutenir... »
Leur avait-elle dit, sur un ton monocorde, sur son lit d'hospice en tenant devant eux les résultats de son certificat de fin d'études.

- «...je veux dessiner...découvrir tout ce que vous m'avez empêché de voir de mes propres yeux....»

Sa maison, moyennement reconstruite.
Ses parents, toujours ensemble mais sur une corde raide.
Elle, préparée à lever le pied.
Couchée à plat sur son lit, en train de feuilleter son calepin abîmé par le temps et par la catastrophe.

- « ...ils ont réussi à trouver ça sous les décombres de votre ancienne maison...on dirait que cela a une valeur sentimentale pour vous...»

La rousse s'arrêta sur le dernier dessin qu'elle avait fait, et retraça du bout de son pouce gauche le dernier coup de crayon accidentel que celle-ci avait tiré. Sans s'en rendre compte, un souvenir était gravé dans cette esquisse. La jeune fille ferma son calepin et le serra contre sa poitrine avant de sombrer dans un profond sommeil.



25 Novembre 2111, Appartement Saijō, Tokyo.
Saijō Ui, Vingt ans.


Tellement de choses s'étaient passées pendant cette année 2111.
Des choses qui sont allées si vites pour la mal entendante depuis que celle-ci avait quitté la demeure familiale à la séparation de ses parents pendant le System Error de Mai. Pour une raison inconnue, tous les écrans affichaient ce message d'erreur. La confusion et l'incompréhension se voyaient sur tous les visages japonais. Mais, elle ne se s'était pas du tout sentie concernée comme à son habitude, n'ayant jamais vécu avec la technologie d'aujourd'hui, coupée du monde. Ses géniteurs ne se supportaient plus alors ils ont profité de ce « bug national » pour faire une "pause" dans leur couple autrefois unis par l'Incontestable.

Un coup de pinceau.

Puis survint une épidémie en Juin 2111, en même temps que ce bug, encore une occasion de plonger la population nipponne dans la panique la plus totale. La jeune fille n'en connaissait guère les détails les plus complexes de cet événement. Apparue de nul part, inconnue au bataillon. Cela ressemblait plus à un rhume d'après ce qu'elle avait entendu mais au fait, qu'est-ce qu'un rhume ? Couvée et surprotégée dans sa cage dorée, la rousse n'avait jamais connu ce genre de maladie à part pour sa surdité avec laquelle elle était née. Puisqu'elle avait la télévision dans son nouveau chez-elle, cette nouvelle technologie dont elle ne connaissait point l'existence avant son séjour à l'hôpital, la mal entendante se contentait d'écouter ce que disaient les médias sans jamais connaître et demander d'autre. L'épidémie a disparu comme elle était arrivée.

Un autre coup de pinceau, rinçage dans l'eau. Nouvel assaut.
La jeune Saijō, se permettant d'être en tenue de Eve dans son propre appartement et recouverte de la tête aux pieds de tâches de peinture, ajouta la touche finale à son nouveau dessin avant de disparaître dans la salle de bain.



19 Mai 2112, Appartement Saijō, Tokyo.
Saijō Ui, Vingt-et-un ans.


L'Incontestable, toujours aucune opinion à ce sujet, quelques doutes aux cours des dernières années mais still neutre.
Mais bon, un mois en arrière, Soosaku avait fait du bruit.
Événement survenu en Décembre 2111, il avait été expliqué que les puces électroniques implantées dans le cerveau de chaque Japonais étaient, pour certaines, défaillantes. C'est ainsi que le gouvernement décida, par précaution, de lancer une campagne de repuçage pour en implanter de nouvelles puces flambants neuves.

La jeune fille, quant à elle, n'a jamais arrêté d'aller à l'université pour autant.
Il n'y a pas si longtemps de cela, celle-ci s'est mise à la photographie de son propre chef et pour rendre hommage à son père. Ses parents se sont remis ensemble dès que l'Incontestable était de nouveau en état de marche. La rousse leur a promis de leur rendre visite de temps en temps, se languissant de leur petit trésor, disaient-ils. Pour ne perdre aucune progression par rapport à sa pathologie, la mal entendante doit régulièrement venir à l'hôpital de Nagano pour faire des examens malgré la résignation de l'étudiante à ce sujet. Le nouveau médecin de la famille dont celle-ci a fait la connaissance à sa majorité, prenant en charge son dossier à la place de son confrère de la pédiatrie, lui a conseillé d'apprendre la langue des signes au cas où. Hochement de tête positif.

Elle va se contenter de vivre comme elle l'a toujours mais avec un petit grain de liberté comme elle ne l'avait jamais connu.

Physique
Avez-vous déjà vu une poupée de porcelaine ? Celles qui sont exposées dans les vitrines vintages, toute de dentelle vêtues ?
Eh bien, devant vous se présente l'une d'entre-elles, tout aussi loquace et délicate.

Une silhouette élancée en sablier ou encore en forme de lettre X, longtemps considérée comme la silhouette parfaite chez une femme, définie par la minceur des membres, des épaules dans le même alignement que les hanches puis enfin par une taille fine et bien marquée. Les femmes du côté maternel celte ont toute la réputation d'être de petite taille, valsant entre le mètre cinquante-cinq et le mètre soixante. C'est ainsi la jeune femme finit par atteindre le mètre cinquante-huit une fois la fin de sa puberté arrivée, pour un poids de quarante-cinq kilogrammes grâce à un chanceux métabolisme. Des formes tout à fait raisonnables pour un être féminin venant de Vénus de son âge et de sa stature peuvent être entraperçues dans ses humbles vêtements.

Une peau porcelaine d'un blanc immaculé, aucunement teintée par certains aléas de la vie, toujours plus claires près des parties du jardin secret féminin. Guère intéressée par les fioritures de type piercing ou tatouage en tout genre, son épiderme restera longtemps intouché, pur.

De longs fils roux aux nuances pêche se déversent le long de sa colonne vertébrale, passant sur sa nuque, ses omoplates et s'attardant finalement à son fessier. Une longue frange vient chatouiller son front et s'arrêter entre ses deux orbes vairons teintés tels deux pierres précieuses émeraude et topaze. Un petit nez fin trouve bien sa place au milieu de son fin faciès en harmonie avec sa petite bouche en cœur ainsi que ses lèvres légèrement rosées. Une jeune femme qui montre beaucoup de caractéristiques physiques tout aussi naturelles les unes les autres.

Comme dit précédemment, ses membres sont minces, tellement minces qu'on croirait qu'ils pourraient se briser tel du verre ou de la porcelaine. Celle-ci ne sait jamais rien cassé dans sa vie mais il est avisé de toucher tout de même du bois.

Sa garde robe n'est pas très variée n'ayant jamais traversé seule les quatre saisons du calendrier, le couple choisissait ce que leur petite poupée devait porter. Obligée de s'habiller au gré de leurs envies, la jeune fille n'avait rien à dire sur son style vestimentaire. Mais maintenant qu'elle s'est affranchie et libérée de leurs contraintes, ce petit oiseau se retrouve noyée sous une pile de vêtements ne sachant point de quoi se vêtir. Son uniforme de son ancien lycée pour jeunes filles lui va toujours comme un gant et lui rappelle à quel point ces années étaient confortables, inlassablement tranquilles, qu'elle décida de le garder et de le porter. Cet uniforme, communément appelé sailor fuku, en assortiment été, hiver/automne, avec son haut aux diverses couleurs blanche, brune et bleu ciel et sa jupe du même brun. La jeune fille est souvent prise pour une lycéenne à cause de cela.

Sinon, il lui arrive d'enlever de leur cintre diverses robes de style différent, de mignon à sexy, de simple à extravagant mais elle n'a pas trente-six mille paires de chaussures à mettre à son pied par contre. Le shopping n'est pas l'une de ses activités favorites cela dit.

Caractère
Une jeune femme enroulée d'un mystérieux voile.
Une jeune femme bercée dans l'insouciance.
Une jeune femme née dans un certain silence.

Malgré la pathologie auditive dont souffre celle-ci, la rousse rosée n'en reste pas moins une individuelle pouvant penser, agir et fonctionner de la même façon qu'un être humain comme vous et moi.
Cependant ayant été couvée et surprotégée par ses géniteurs tel une petite chose sur laquelle on aurait apposé un tampon "fragile", la fille unique de ce couple n'a quasiment jamais eu l'occasion d'explorer le vaste monde n'étant alors autorisée qu'à le convoiter et l'admirer depuis la fenêtre de sa chambrette jusqu'à son entrée dans le lycée pour jeunes filles de sa région après avoir exprimé son désir de vouloir apprendre davantage en compagnie de ses pairs.

Ayant toujours vécu d'une manière nonchalante sous la tutelle du couple uni par l'Incontestable, il lui fut difficile voire impossible de se constituer une personnalité de son propre chef pour cause de l'emprise que ces deux jeunes adultes avaient sur elle et son éducation.

Peut-être était-ce une libération de pouvoir s'émanciper et de pouvoir se découvrir en même temps que le monde extérieur une fois la majorité atteinte ? Avoir son propre appartement, sa propre voie à suivre, ses propres pensées, son propre "elle".

Mais une question récurrente se pose, qui revient souvent dans les conversations qu'elle entretient avec ses pairs féminins.

- « Et toi, Ui, tu es pour ou contre l'Incontestable ? »

« - Je sais pas, neutre ? »

Neutre.
Le mot qui pourrait définir le parti de la jeune femme quand on lui demande de donner un semblant d'avis en ce qui concerne l’Incontestable et son éternelle guerre d'opinions.
Elle n'est ni pour ni contre ce système, elle se contentera sûrement de ce que la vie lui réservera.
Cette vie qui venait à peine de commencer.

_____________________

Chaque nouvelle rencontre est accompagnée d'une première impression et l'étudiante n'échappe pas à ce fait ne pouvant guère s'empêcher d'afficher un visage inexpressif qui ne change quasiment jamais pour montrer une quelconque émotion. Paraissant alors indifférente et distante aux premiers abords, son entourage peut être réticent à vouloir l'approcher mais si une observation réfléchie de sa personne est faite, il est possible de voir une autre partie de sa personnalité.

Ainsi, il est possible d'apercevoir comme une atmosphère douce et apaisante entourer la petite rousse, un air rêveur et absent sur son faciès tandis qu'elle regarde le ciel ou qu'elle est en train de dessiner sur un calepin, un crayon de papier à la main dominante, sa main gauche.
C'est alors qu'elle se tourne potentiellement dans la direction des regards se sentant observée. Elle pose ses orbes vairons sur celles-ci en tournant la tête sur le côté comme pour montrer son incompréhension. Il se trouve qu'elle venait de faire tomber un sac léger en tissu à bandoulière kaki déversant alors tout son contenu à ses pieds. Il semblerait qu'elle fut si facilement distraite et tirée de sa rêverie par leur présence qu'elle en bouscula son sac en se retournant. Néanmoins, elle n'eut pas l'air de s'en soucier pour autant focalisant son attention sur ses futurs interlocuteurs en devenir puis posa une soudaine question qui pourrait paraître des plus étranges si elle s'adressait à un individu ne faisant pas parti de son entourage.

- « Est-ce que vous m'avez interpellé ? »

Demanda-t-elle en toute insouciance en fixant tout particulièrement l'homme qui se trouvait à quelques mètres d'elle, ignorant alors sa compagnie féminine à ses côtés. Tout en attendant une réponse de sa part, la rousse poussa quelques unes de ses mèches de cheveux près de son oreille droite du bout de ses doigts, révélant ce qui semblait être un appareil auditif qu'elle régla méticuleusement. L'homme, quelque peu étonné par le fait que la jeune femme s'adressa à lui, se contenta de répondre à vive voix négativement. Une main sur son oreille, la jeune fille continua de le fixer avant de bouger sa tête de droite à gauche en baissant les yeux vers son sac à bandoulière ayant épousé le sol de marbre. Elle se leva, s'accroupit pour ramasser son matériel de dessin, le rangea dans son sac qu'elle posa sur une épaule puis se redressa sur ses deux jambes.

- « Je n'arrive vraiment pas à entendre les basses fréquences, y compris les voix masculines même avec mon appareil auditif... »

Finit-elle par murmurer toujours aussi impassible avant de se pencher en face du duo comme pour payer ses respects à celui-ci pour enfin tourner les talons et partir dans la direction opposée. Les deux personnes se dévisagèrent avant de regarder la rousse disparaître progressivement au loin telle une apparition fantomatique.

_____________________

Ayant naquis avec un rare cas de surdité en pente inversée, l'étudiante est dans l'incapacité d'entendre les fréquences basses du monde qui l'entoure, étant présentes dans la plupart des voix masculines, l'empêchant alors d'entendre les hommes lui parler. L'utilisation d'un appareil adapté à sa pathologie lui permet néanmoins d'atténuer ses symptômes pour lui offrir la possibilité d'entendre certaines fréquences de son environnement de vie.
La langue des signes lui est complètement inconnue car elle se contentait d'apprendre à lire sur les lèvres depuis toute petite donc celle-ci n'a jamais vraiment cherché à se renseigner à ce sujet mais bon, il y a une première fois à tout.

Ses interactions avec les individus de genre masculin étant alors quasiment nulles, la jeune Saijō n'a donc aucune expérience en ce qui concerne les hommes ne les ayant jamais vraiment fréquenté auparavant, à l'exception de son père bien entendu. C'est ainsi que la jeune fille est considérée comme complètement imprévisible mais aussi inconsciente.

Depuis que la jeune femme s'est extirpée de sa cage dorée, celle-ci se permet de faire ce qu'elle ne pouvait pas faire au sein du domicile familial. Comme par exemple, s'endormir dans n'importe quel endroit inimaginable que cela soit au milieu d'une foule d'inconnus ou sur un banc ou encore se déshabiller aléatoirement et se balader en tenue de Eve quand elle se retrouve seule dans son appartement. On pourrait croire que "pudeur" ne fait pas parti de son vocabulaire mais c'est faux, c'est juste situationnel. D'après elle, la liberté d'une quelconque barrière permet de libérer son train de pensées et de cultiver sa créativité, enfin, cela venait d'un ouvrage qu'elle a pu lire sur l'art. La demoiselle a hérité du trait "virtuose" de ses deux géniteurs étant respectivement deux artistes, la rendant adroite de ses dix ou/et vingt doigts à sa disposition.

Elle peint, elle joue, elle photographie au gré de ses envies tant que sa créativité le lui permet car il lui arrive comme à tout artiste en herbe d'avoir quelques pannes d'inspiration qu'elle s'empresse souvent de retourner chercher à n'importe quel moment dans la nature ou dans un quelconque événement pouvant sembler ridicule ou inutile pour certains. L'habit ne fait pas le moine, la rousse est assez impressionnable.
Comme énoncé plus tôt, celle-ci est facilement distraite mais cela lui arrive de vouloir reprendre le contrôle pour se concentrer de nouveau, parfois cela marche, parfois cela marche pas et cela dépend du niveau de distraction. Même brefs, ces moments de pure concentration allongent ses temps de réaction la rendant lente voire très longue à la détente.

Est-ce qu'elle aime ou déteste certaines choses ?
Elle n'a jamais vraiment eu l'occasion d'aimer ou de détester grand chose au cours de sa vie dans sa cage dorée mais le sucré permet d'apporter des glucides à l'organisme donc de l'énergie malgré le fait qu'elle arrive à s'endormir même debout... Aucune exagération qu'on le précise. A part cela ? Peut-être qu'elle aime...les animaux, qui sait ? Même elle ne sait point mais ce n'est pas difficile à dessiner. C'est pour cela que l'école de la vie existe, n'est-ce pas ?

Elle n'a déjà pas une alimentation correcte, ne sachant pas comment se servir d'ustensiles de cuisine et encore moins d'un mixeur, la rousse ne connaît que les plats instantanés du konbini du coin que cela soit nouilles, bentos ou autres cochonneries. Et on ne vous parle pas des tâches ménagères, ce petit oiseau fraîchement affranchi ne sait même pas ce que c'est un balai et tout son assortiment de petits frères, un lave-vaisselle ou encore une machine à laver.

L'étudiante ne s'en vante pas et ne s'en soucie encore moins, montrant une attitude nonchalante accompagnée de son mutisme sélectif comme à son habitude.

— Just Married —

Messages postés : 47
Inscrit.e le : 07/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : ★
Autre: #0066ff
Bienvenue à toi, ton avatar est tout doux ♥
— Just Married —

Messages postés : 253
Inscrit.e le : 25/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Miss Invisible.
Autre:
Hoyoh, la bienviendue. Sacrée plume didon. Et ça promet d'être intéressant ses interactions avec le genre opposé.
Bonne rédaction pour la suite et pis à la revoyure.
— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 26/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Merci de votre accueil ! Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 2837215391
Michiru, faut croire que... c'est plutôt toi qui est douce   Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 610295811  Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 2255104271
Et merci Angelo ! sauf que ma plume n'est pas si exceptionnelle que ça en fait
C'est quelque chose qui doit être vu en rp si mon idée est acceptée, bien entendu Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 1055899934
Lucifer

Messages postés : 81
Inscrit.e le : 29/09/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : satan.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
je voyais l'avatar depuis un ptit moment et j'avais vraiment hâte de lire la fiche Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 2837215391
et je suis pas déçu omg, elle est si douce <33 la plume aussi d'ailleurs.
bienvenue et bon courage pour la suite de la redac!
— STAFF JM —

Messages postés : 3415
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Niya **
Bienvenue et bon courage pour la suite de ta fiche ! o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Y23dmr11
Thanks Kenken pour le kit et Kea pour le vava ♥
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Oh my bad !!

J'adore cet artiste et ce personnage mamamiya !

Si tu veux apprendre la langue des signes, je veux être ta professeur particulière <3

Bienvenue parmi nous !!!
Invité
Momiji

Messages postés : 267
Inscrit.e le : 19/06/2019

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : du vide.
Autre: ✚ Parle en : #a01b4e
Bienvenue parmi nous Ui ! Je rejoins mes p'tits camarades. Ton perso est si doux, et cette plume !?! Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3912395661 Bonne fin de rédaction ♥
— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 26/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Merci encore de votre accueil, vous êtes trop chou Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 428445822
je comprends vraiment pas ce que vous voyez dans ma plume
Oh, professeur particulière, avec plaisir Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 2837704232

Je vous annonce donc que j'ai fini ma fiche.
après avoir planché dessus durant deux jours non stop jpp
En avant la musique Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 4158426957
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5772
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Bienvenue Ui Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 1362171446

Si tu as fini ta fiche, n'oublie pas de modifier le sous-titre de ta fiche ! (en laissant la date) Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 2432113367

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Ld7d
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? BbNTuR8
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Cn3Ckyx
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 1EPYLUw
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? YqECw0j
— MODÉRATEUR FICHE —
yuki
— MODÉRATEUR FICHE — yuki
Messages postés : 1170
Inscrit.e le : 10/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
L’avatar d’Ui est adorable ♥
Et j’adore ses études ! Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3998388675
(J’ai un DC photographe aussi Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 4115966937)

Histoire


L’histoire très intéressante et bien élaborée. Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3998388675
Il y a juste quelques petites coquilles restantes :

• au lieu de rester enfermé ici
• la lycéenne ai pu
• Peut-être que c'est de la faute ?
• Je n'étais sûrement pas voulu
• l'actualité lui fit à la tête > Je n’ai pas compris Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3182035657

Et quelques petits points à revoir :

• Événement survenu en Décembre 2111, il avait été expliqué que les puces électroniques implantées dans le cerveau de chaque Japonais étaient toutes, sans exception, défaillantes. > Elles ne sont pas toutes défaillantes, toutefois le gouvernement a préféré changer toutes les puces par prévention.

• Son pédiatre et aussi toujours son pédiatre, chez lequel la mal entendante doit régulièrement venir pour faire des examens > À partir de 20 ans (majorité), elle doit être suivie par le “service adulte” et non par le service de pédiatrie qui est réservé aux mineurs.

Sinon c’est vraiment top Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3998388675

Caractère

Il faudra juste modifier quelques petites fautes, sinon c’est très bien Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 4115966937

• Ayant toujours vécue
• couple unis
• un sac léger en tissu à bandoulières
• Est-ce que vous m'avez interpellé ?
• comme pour payer ses respects à celui pour enfin se tourner les talons
• permet apporter

Physique

Ici, il te restera quelques petites corrections:

certaines aléas
• n'ayant jamais traversée
• qu'elle s'est affranchi
• On la confond souvent pour une lycéenne

Et un détail à revoir:

• Des formes toutes aussi raisonnables voire quelques peu généreuses > Selon l’IMC, si elle mesure 1m58 pour 45kg, elle est considérée comme maigre. C’est tout à fait possible qu’elle ait un corps très très mince, par contre, elle aura difficilement des formes “quelques peu généreuses”. Pour cela, il faudrait que son corps stocke davantage la graisse, tu ne penses pas ?

Conclusion

Tu nous présentes un personnage très touchant, à l’histoire intéressante !
Il ne reste plus qu’à reprendre des petits coquilles et détails ici et là Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3998388675


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Il s'exprime (peu, mais il fait des efforts !) en #cc0000.

Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Signat11

Merci à Keanu, Takashi et Natsume pour les vavas ♥️
— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 26/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Oulala ! Toutes ses petites fautes d'inattention ! J'en suis désolée ! Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 428445822
Du coup, je pense avoir fait toutes les modifications nécessaires !
À moins que je réussisse à faire des fautes encore autre part alors que j'aurai du corriger Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 4158426957

Et merci de tous ces compliments, j'ai pas l'habitude, dis donc ! Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3912395661
— MODÉRATEUR FICHE —
yuki
— MODÉRATEUR FICHE — yuki
Messages postés : 1170
Inscrit.e le : 10/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Bonjour Ui,
Les modifications que tu as apportées sont top Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3998388675

Il reste juste encore quelques coquilles à corriger, mais trois fois rien:
• sac bandoulières marin
• Est-ce que vous m'avez interpelé

Ça n’empêche pas ta pré-validation, félicitations à toi !

Pré-validation par Yuki
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Il s'exprime (peu, mais il fait des efforts !) en #cc0000.

Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Signat11

Merci à Keanu, Takashi et Natsume pour les vavas ♥️
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5772
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Ld7d
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? BbNTuR8
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Cn3Ckyx
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 1EPYLUw
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Unheard Frequencies - How does the world sounds ? YqECw0j
— Just Married —

Messages postés : 19
Inscrit.e le : 26/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Merci à vous ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum