Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  DgoiC4q
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  9oulLiP
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  620526BoutonElysion5050
Le Deal du moment :
TV 42″ (106 cm) Continental Edison avec Full HD ...
Voir le deal
199.99 €

— Just Married —

Messages postés : 105
Inscrit.e le : 08/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Nemoto Fumiya
Surement la vie est dure et douloureuse, mais le pire parfois amène au meilleur et change votre vie.
Informations générales
Nom : Nemoto
Prénom.s : Fumiya
Âge : 29 ans et 28 décembre 2083
Genre : Masculin
Origines : Japonais
Activité : Mannequin freelance et stagiaire en relation client pour Hea[r]t
Sexualité : Homosexuel
Avatar : Rokudo Mukuro de Reborn!
Règlement : -
Chemin C'est un Dc :)
Autre : Je me lance enfin, j'espère être à la hauteur pour Reita ♥

-->
Histoire - Je reste en vie et je réussis à grandir et à sourire
Je suis résolu. Je ne suis qu'un homme. Un homme ayant une seule vie et deux histoires. Je vais vous les raconter, chacune à leur tour. La première débute à ma naissance et prend fin le 24 juin 2100, l'autre débute à cette même date et se créée encore à ce jour !

Un couple formé par l'incontestable Teruo Nemoto et Kuniko Toshi, devenue Nemoto. De cette union sont nés quatre fils : l'aîné Ichirô a deux ans de plus que moi, puis c'est mon tour en second, il vient huit ans plus tard Reita et le petit dernier Masao partage un écart de quatorze années avec moi.
De mon point de vue mes parents s'aimaient pour avoir eu autant d'enfants, j'aime le croire en tout cas. J'ai apprécié ma place de second les premiers temps. J'avais un modèle. Un frère exemplaire qui ravissait les attentes parentales. Un aîné digne de ce nom. Je n'avais qu'à suivre sagement ses traces à deux ans d'écart. Puis cette position de second a fini par s'imprégner, demeurant la seule place que je pouvais occuper devant un frère si parfait. Je n'existais pas, car il y avait toujours Ichirô pour attirer les projecteurs...

Ichirô dégageait une telle aura, une telle prestance... Qu'il s'est avéré que je me suis montré bien plus discret que lui. Choyé. Beau. Des défauts qu'il fallait chercher à la loupe. J'aspirais réellement à être proche de mon frère, mais il s'est littéralement créé un fossé entre nous à mesure que les années défilaient. Populaire. Champion de volley. Désiré par les jeunes femmes, envié par les jeunes hommes et convoité par les structures des études supérieures. Moi, je me suis effacé par habitude. C'est Ichirô que mon père mettait en avant lors des repas ou des rencontres. C'est Ichirô qui était promis à un brillant avenir. Là où il y a de la lumière, il y aura toujours une ombre. Je suis l'ombre du décor d'Ichiro. J'ai refusé de devenir une lumière à mon tour. M'éloignant de cette perfection qu'était le fils aîné.

Reita est né. Un petit bout de chou de huit ans mon cadet. À défaut de pouvoir être proche d'Ichirô, car je n'étais pas à la hauteur. J'ai trouvé un admirateur, mon petit frère. Lui, il a vu en moi la facilité de s'identifier à quelqu'un, un rôle que j'ai pris très à cœur en partageant dès son plus jeune âge ma passion pour le base-ball avec lui. Reita a contribué à mon évolution en tant que jeune garçon, aiguisant ma patience. J'appréciais lui transmettre ce que je savais. Cette place de mentor qui me sortait de l'ombre. Un lien que j'avais noué avec mon cadet à l'image de celui que j'aurais voulu voir naître entre Ichirô et moi-même. Je m'efforçais d'être un bon frère. Lui accorder du temps, jouer avec lui, le valoriser pour qu'il puisse s’épanouir. Je pense avoir réussi même si je l'ai quitté plus tôt que prévu.

Masao, le benjamin de notre fratrie. Je n'ai pas réellement eu le temps de profiter de lui. Deux petites années où j'étais confronté à mon orientation sexuelle. Un tumulte dans ma vie quand on regardait le parcours sans fautes de mon aîné. La honte. La peur. J'étais différent. Mignon. Refusant de sortir avec les filles parce qu'elles ne me plaisaient pas. Contraint de dissimuler mes érections dans les vestiaires entre garçons. J'ai compris. J'aime les hommes. Je me suis fait mes propres expériences. Puis, j'ai décidé de l'avouer à ma famille pour me soulager de ce poids qu'il m'était difficile de porter seul.

Je venais d'avoir seize ans. Ichirô entrait en école supérieure dans le but de devenir médecin, il avait réussi avec les félicitations. La fierté de notre famille, alors que je m'efforçais d'être un peu reconnu en les aidant avec le petit restaurant familial en cuisinant ou au service sur mon temps libre. Invisible, j'avais décidé d'être honnête avec mon père et ma mère sans me soucier des conséquences. Je cherchais leur approbation, leur soutien... Je n'ai récolté que la colère et l'indifférence. Ce soir du 24 juin 2100, j'ai profité du repas pour annoncer que j'aimais les hommes. Je n'ai pas pu en dire davantage que ma mère congédiait Reita et Masao dans leur chambre. Mon père s'est indigné de ma nature de « fiotte » et qu'il ne permettrait pas une telle chose sous son toit. Une insulte au nom des Nemoto que d'être une tapette. Il a failli s'étouffer avec son riz à force de vouloir m'insulter la bouche pleine. Blessé. Je tenais bon. Puis, il a terminé par une sommation. Celle de quitter la maison sur-le-champ. Estomaqué. Je cherchais du réconfort dans les yeux de ma mère... Vide. Le néant. Rien. Pas un mot. J'ai dégluti. La sentence sans appel qui venait d'être prononcée, je ne la réalisais pas. J'ai fait mon sac et pris mes affaires comme si cet orage n'était que passager. J'ai ébouriffé la tignasse de Reita avec tendresse et embrassé le front de Masao pensant bêtement revenir après que mon père ne se soit calmé.

Les jours passaient. L'année scolaire se terminait. J'ai eu mon diplôme. Personne. Pas le moindre membre de ma famille présent pour la remise. J'ai tenté de revoir mon père pour discuter avec lui. Les portes se sont toutes refermées sur mon nez. Mes appels... ignorés et bloqués par la suite. Je guettais une occasion de voir ma mère ou Reita, mais mon père montait la garde tel un chien. Des études supérieures, pour moi impossible. Je venais de me faire couper les vivres par mon géniteur. La décision de fuir cette vie qui n'étaient plus la mienne est devenue une évidence. J'allais devoir me débrouiller seul. Sans me retourner, j'ai tourné la page.

_______________________________________________

Une page tournée. Le son de mes pas errant sans but. Sans domicile. Que faire ? La question tambourinait mon esprit au point de m'en donner la migraine. Des larmes silencieuses glissaient sur mes joues d'adolescent. Brisé. Inconsciemment, je m'étais dirigé vers le seul endroit où j'étais susceptible de trouver de l'aide à une heure si tardive. Chez ma meilleure amie. J'avais trouvé en elle la sœur qui manquait à notre fratrie. Ses parents ont accepté de m'accueillir le temps nécessaire à mon envol, m'offrant le gîte et le couvert contre de l'aide dans les tâches quotidiennes. J'avais accepté cette proposition sans rechigner. Plusieurs mois s'écoulèrent, durant lesquels j'ai trouvé du réconfort auprès de cette famille, de mon amie et d'une association pour les homosexuels, plus précisément les « LGBT ». J'ai trouvé un petit boulot de livreur, ainsi qu'une chambre dans un foyer.

Je crois que c'est là-bas que j'ai réalisé que ma vie ne serait pas ce que j'avais imaginé. Ma sœur de cœur s'est éloignée pour terminer ses études, moi je me contentais de survivre. Je ne désirais pas une vie médiocre pour moi et encore moins pour un potentiel partenaire. Au foyer, j'ai rencontré un gars plutôt convaincant... Yohei Ogawa de son nom. Quelques livraisons spécifiques pour lui en plus de mon travail m'ont permis de me faire un beau complément. La machinerie a perduré quelques années. Des années où je mettais de côté cet argent sale pour me sortir de ce merdier. Je jonglais entre les petits boulots comme plongeur, serveur, livreur et d'autres dont les conditions dépassent l'entendement. La triste et dure réalité. Allais-je sortir de ce trou à rat ? Un avenir ? Je n'en voyais pas pour moi. Pris au piège dans cette toile d'araignée, je me contentais de fermer les yeux sur la réalité. Je n'étais pas gay pour les gars du foyer... Il ne valait mieux pas. J'ai vu un pauvre type se faire passer à tabac, car il avait l'air d'être une tapette. L'angoisse perpétuelle d'être démasqué m'a endurci, me rendant débrouillard pour brouiller les pistes.
Quitter ce cercle m'était impossible ! Yohei demandait toujours plus et exigeait plus. J'ai refusé de grimper les échelons de son réseau. Je n'aspirais pas à cette vie malhonnête. Sauf que je n'avais pas de porte pour m'enfuir, jusqu'à ce jour de Mai 2105.

Une soirée dans un club. Une rencontre. Le genre de rencontre qui change tout. Ce bellâtre que je me suis tapé n'a pas disparu au petit matin, car j'ai oublié de fuir comme le connard que j'étais devenu. Il m'a dit qu'avec mon corps je trouverais facilement du travail comme mannequin, de petits contrats pour des publicités ou comme hôte lors des soirées très sélectes données par les riches. Il m'a refilé une carte. J'ai d'abord cru à une plaisanterie. Sa carte. Il bossait pour une grande marque de fringue. Il m'a indiqué le prochain casting et de venir si je cherchais mieux que mon trou à rat !
J'ai accepté. Je me suis rendu à ce casting et j'ai été pris. J'ai quitté le foyer. Je me suis loué un petit studio loin du quartier mal famé qui m'avait fait sombrer. J'ai travaillé dur. Je n'ai pas cessé d'avoir un boulot à côté du mannequinat, que j'exerçais pour le côté lucratif. La vie est faite de surprises et de rencontres, j'en suis la preuve.

Durant quelques années j'ai gardé ce train de vie, un job avec des horaires aménagés pour me rendre disponible pour les contrats de mannequinat et d'hôtes qui s'offraient à moi. Souvent contacté grâce à mon profil ATAI que j'enrichissais de chacune de mes expériences, le bouche à oreille faisant le reste. J'ai eu de la chance dans mon malheur. Gardant à l'esprit cette lumière au bout du tunnel, je ne me suis pas mêlé aux manifestations et rassemblements divers regroupant les incontrôlables, je ne suis pas pour... ni contre. Neutre à l'égard de ce système que j’appréhende, je sais que toute rébellion est vaine. Réaliste. Je la compare à mon combat contre mon père, moi seul contre toute ma famille. Il m'aurait fallu le soutien indéfectible de tous pour le renverser... J'estime qu'il faudrait toute la population contre l'incontestable pour le renverser et ce n'est clairement pas le cas. La neutralité me tient à l'abri des problèmes avec la possibilité de choisir un camp un jour.

Le 12 Octobre 2109, une nuit d'horreur. Les cris. Les sirènes. Les pleures. Tout a été ravagé par une catastrophe naturelle. J'étais sorti m'éclater, ce soir là. Je n'étais pas dans mon studio... tant mieux... il n'existe plus et aucun survivant n'a été retrouvé dans mon bâtiment. Par contre, j'ai pris la vague du Tsunami. J'ai cru me noyer. J'ai virevolté dans les tourbillons et j'ai pris des coups. Je me suis accroché comme un dingue à un arbre. J'ai réussi à y grimper. Des écorchures et des ecchymoses sur le corps, j'ai vu des gens mourir sans pouvoir les aider. Seul. Transi de froid. La vision de ma famille m'est apparue. Sont-ils vivants ? Auront-ils survécu ? Je n'ai jamais cherché à reprendre contact, non, jamais... Et je me suis juré de le faire si je survivais à cette catastrophe. Traumatisé. J'ai peur de l'eau à présent, mais je suis vivant. Le pays a pris une énorme claque et j'ai consulté la base de données de l'ATAI dès que possible pour vérifier les profils des membres de ma famille. Un profil désactivé signifie le décès de l'individu. C'est comme ça que j'ai su pour ma mère. Elle n'avait pas eu ma chance. Envahi par le regret, la tristesse... je me rends tous les ans depuis son inauguration en 2110, au Commémoration Shukumei dans le Hamarikyu Gardens. J'y vois le nom de ma mère. Je lui demande pardon et dépose des fleurs pour tous ceux partis trop tôt lors de cette catastrophe.

Les malheurs continuaient de s'abattre sur le Japon avec une violente épidémie au milieu de l'année 2111. Elle a touché de nombreuses personnes dans la population. Je surveillais les profils ATAI de mon géniteur, de Ichirô, de Reita et de Masao. C'est comme ça que j'avais appris, il y a quelques mois, la situation maritale de mon aîné et que j'étais tonton. Bref, pour moi leur vie à tous se résumait à un profil sur un réseau social. Pas de mort à déplorer. Un soulagement. Peut-être. J'ai repris le cours de ma vie en aidant de mon mieux comme bénévole pour une association visant à soutenir et trouver des solutions pour les orphelins de ces deux catastrophes, en plus de reprendre petit à petit des contrats comme mannequin. Pourtant, en décembre l'ATAI a annoncé la mort d'Ichirô. Je n'ai pas ressenti la douleur que j'espérais, mon inquiétude n'est allée qu'à Reita. Le seul à pouvoir tenir la famille Nemoto à flot. J'avais remarqué l'inactivité de mon géniteur, son handicap étant mentionné sur son profil. La compassion m'a envahi à l'égard de mon petit frère, mais ils m'avaient tous tourné le dos pour tirer un trait sur moi. Je n'étais pas décidé à refaire surface. Pas encore.

Un soupir. J'ai balayé mes pensées pour me focaliser sur mon devenir. J'ai trouvé un contrat de mannequinat intéressant, un poste régulier pour une start-up. De la lingerie. C'est plaisant. Je m'entends bien avec le patron Louis. J'ai envie de faire plus. J'ai envie de m'investir pour la marque de cette main tendue. J'économise sur mes salaires pour accéder avec son aide à une formation afin de devenir chargé de clientèle chez Hea[R]t. Une vie stable... Enfin. Le moment que j'ai choisi pour entreprendre de retrouver Reita et Masao. Il le faut, je le dois si je veux pleinement me construire une vie et faire table rase de mon passé. Quant au mariage, je n'y pense pas. Je crois que l'incontestable m'a oublié et je ne m'en plains pas. Je profite de ma liberté pour butiner !

Physique
Ce reflet dans le miroir, c'est le mien. J'ai appris à l'accepter, puis à l'aimer... car ça n'a pas toujours été le cas. Ce corps que je détestais tant parce qu'il était trop longiligne, trop fin, trop efféminé et qu'aux yeux de mon père il inspirait le dégoût. Comment voulez-vous que je m'aime ?

Pourtant, c'est arrivé ! Avec de l'aide, de l'attention, de l'affection et beaucoup d'efforts, je suis parvenu à sculpter ce corps maigrichon et dénué de formes. Il n'est pas parfait. Il ne le sera probablement jamais. Néanmoins, aujourd'hui je peux l'affirmer mon corps me plaît.

Grand. Je mesure un mètre quatre-vingt trois. J'ai toujours été le plus grand de ma classe étant jeune et donc par extension celui qui ne s'étoffe pas. Je ne considère pas ma taille comme un handicap, au contraire, de plus qu'il y a bien plus grand que moi maintenant que ma croissance s'est stoppée dans une fourchette très correcte pour les hommes. Je suis rassuré d'avoir au moins ça de viril pour moi !
Ma morphologie est en forme de « V » , c'est-à-dire que je possède des épaules plus larges que mon bassin. Ajoutons à ceci la finesse de mes jambes, qui bien que masculines ne ressemblent en rien à celle d'un homme dit « normal » par la société. Je crois que vu leur longueur, je pourrais faire fureur sur des podiums de défilé de mode !
Je suis un ectomorphe, un métabolisme très rapide qui dépense beaucoup d'énergie... et ce même au repos. La compréhension de ce système m'a aidé à me sortir ma maigreur. Des os fins, une faible masse musculaire et par extension un corps bien plus fragile. Avec un programme adapté en nutrition et entraînement sportif, j'ai pu me sortir du dégoût que je me procurais à moi-même. Mon corps s'est révélé sous une fine musculature très esthétique, ce corps que j'apprécie et que je trouve beau.
Vous conviendrez qu'avec ces informations, mon poids n'est pas très élevé, je fais partie des poids légers. Soixante-et-onze kilogrammes. Correct. Je suis sorti de la maigreur qui m'a tant fait me détester.

Les traits de mon visage sont fins et angulaire. Marqués. Ma mâchoire est bien dessinée, ainsi que mon menton. Lèvres fines, un peu pincée. Expression souvent dure afin de dissuader les emmerdeurs, une expression qui s'est adoucie depuis que je me sens bien dans ma peau. Un petit nez bien droit avec des narines plates et un bout arrondi. Je le trouve harmonieux au milieu de mon visage. Mes yeux sont ma seconde particularité, ils sont vairons. Une de mes iris est noisette, typique de la famille Nemoto et l'autre bleue... une anomalie de plus aux yeux de mon père. Mon teint est doux, commun aux japonais pure souche. Rien d'exotique dans nos gênes.
Mes cheveux sont bruns, mi-longs si ce n'est pas longs. J'ai rarement les cheveux courts. Je trouve que cela accentue le creux de mes joues. Souple. Je n'ai pas de mal à les dompter pour avoir un look stylé.

D'ailleurs en parlant de look, je suis de par mon métier toujours présentable. Veste, chemise, pantalon ajusté de type slim ou droit, montre et autres fantaisies. Je ne me prends pas trop la tête. Je peux porter toutes sortes de fringues sauf celles qui augmentent le volume de ma carrure au niveau des épaules. Et pour mettre ma silhouette en valeur je ne dois pas accentuer la finesse de mes jambes. Chaussures de villes ou basket, pour la plus grande généralité même si le reste n'est pas exclu.

Aujourd'hui, je peux le dire : « Je me plais». Peut-être que je te plairai à toi aussi, que je serai à ton goût ou peut-être pas... Dans tous les cas, le plus important c'est de s'aimer soi-même pour être aimé des autres et je l'ai enfin compris.  

Caractère
Il n'y a pas que mon physique qui a évolué depuis que j'ai été renié, mon caractère aussi s'est métamorphosé. Les épreuves de la vie nous forgent. Les rencontres nous façonnent. Mais le choix de qui nous sommes, nous revient !

Je suis de nature plutôt sociable. Ayant perdu mes attaches familiales relativement jeune, j'ai eu ce besoin de trouver des repères humains rapidement. Le fait d'appartenir à quelque chose est important pour moi. Je noue rapidement des liens avec mes collègues de travail, les personnes que je peux croiser lors de mes sorties et même les clients dont je vérifie la satisfaction. Ce besoin si vital pour moi, me rend naïf et influençable pour peu que je refuse de perdre cette appartenance... cette relation. Je m'attache facilement à tort parfois, mais je préfère ça que de ressentir à nouveau cette détresse au fond de moi que l'on nomme solitude. Elle est ma plus grande crainte. Cette peur inavouable a engendré un de mes plus gros défaut, la possessivité. De peur de perdre les personnes importantes pour moi, il m'arrive de me montrer possessif. De me sentir mal et rejeté, si je ne suis pas convié. Je tente au maximum de l'intériorisé, mais parfois c'est trop dur et j'ai l'impression d'être un fou. J'ai besoin de sentir que je garde le contrôle pour ne pas chuter vers les ténèbres.

Pour être sociable, il faut être bavard et aimer communiquer. C'est mon cas, une aubaine. J'ai la tchatche. Une aisance majestueuse à engager la conversation, à séduire, à me vendre. Il le faut. Je dois plaire. Je dois intéresser. Pour cela, je me suis cultivé, j'ai appris du monde qui m'entoure en l'observant, en le copiant. Il faut aussi savoir écouter. Comprendre. Je suis sensible. Je parviens à me mettre à la place des autres, empathique, oui peut-être un peu. Je pense que ma sensibilité me rend plus attachant. C'est une sorte d'équilibre que j'ai trouvé dans ma façon d'être pour palier à ma solitude.

Comme un masque les premières années, aujourd'hui je me suis adapté à cette personnalité qu'est la mienne. J'ai dû me sortir les doigts du cul pour survivre. Débrouillard, je le suis. Je n'ai pas eu le choix. Il m'a fallu me trouver du travail rapidement, je n'ai pas voulu rester au bas de l'échelle. J'aspire à évoluer. Je suis travailleur. Je souhaite avoir une situation correcte pour ne pas faire honte à ma famille... Même si c'est le cadet de leurs soucis. Je me suis battu pour avoir mieux comme job que livreur, serveur ou caissier... J'ai dû refuser des offres alléchantes, mais loin d'être légales... Je n'ai pas toujours tout refusé. Ma détermination m'a permis de résister à la facilité et aux pièges de la vie. J'ai survécu à la rue. Je ne me suis pas laissé abattre. Combatif. Oui. Je ne lâche rien tant qu'il y a de l'espoir.

C'est étrange de me dire que ma force de vie me vient de la personne qui m'a renié... mon père. La discipline qu'il m'a enseignée durant seize années est toujours présente. J'ai gardé les valeurs, l'enseignement et la rigueur de mon ancienne vie. L'organisation qu'il y avait à la maison au sein de notre fratrie pour que notre mère ne se retrouve pas débordée. Ranger. Nettoyer. J'ai gardé cet ADN.
Ce n'est pas le seul vestige de cette époque. Je suis bercé par la rancune et la déception à l'égard de ma famille, mais aussi à l'égard de tous ceux qui me trahissent. Je n'ai pas eu le choix, ce trait de caractère s'est ancré en moi. L'amertume est grande à l'intention de mon géniteur. Il m'a privé de tout. Il m'a jeté en pâture au monde. Néanmoins, j'espère qu'il sera là un jour pour me voir, pour constater que je ne suis pas le cafard de cette famille qu'il chérit tant. Je ne suis pas devenu violent. Je ne me suis pas forgé une carapace pour me protéger de tous. Au contraire ! Mais alors comment se traduit cette rancœur qui sommeille au fond de moi ? Elle dort depuis si longtemps que je n'ai pas la moindre idée de ce qui se passera le jour où j'y serai confronté.

Je suis gay. J'allais presque oublier d'en parler. Je préfère de loin les hommes aux femmes sur le plan intime. Je n'ai jamais cherché à le cacher, mais mon « coming out » fut mon plus grand échec. Alors, je ne me fixe pas. Je n'ai pas trouvé l'amour, je préfère butiner à droite et à gauche... C'est plus simple. J'attends le verdict de l'incontestable. Un verdict qui ne pourra pas être discuté par mon paternel, lui qui a été élevé dans la propagande de l'incontestable. Mon avis sur ce point est plutôt neutre. J'ai parfois la crainte de tomber sur une femme et de ne pouvoir l'aimer comme elle le devrait. Je m'interroge aussi sur le fait que je pourrais tomber sur un homme pas fait pour moi... un homme qui ne serait pas mon idéal. Je fuis les relations fixes et l'amour, pour ne pas souffrir d'une rupture qui me serait imposée par l'incontestable. Un choix que j'assume !

— Just Married —

Messages postés : 67
Inscrit.e le : 14/11/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Like the wind
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Oh tiens. Mukuro. ça fait longtemps que je l'avais pas vu quelque part (et le dernier était...moi Y'a 4 ans ici /mur/). Très bon choix en tout cas Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1518348080

Rebienvenue à toi et bon courage pour la fichette Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1645942767
— Just Married —

Messages postés : 209
Inscrit.e le : 25/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Bienvenue à toi grand-frère Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1362171446

Hâte de lire tout ça et de te croiser en rp Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  2837215391
— Just Married —

Messages postés : 71
Inscrit.e le : 07/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : ★
Autre: #0066ff
AAAAAAAAAAAH Mukurooooooooo Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3488335006

Tu viens de réveiller de VIEUX souvenirs de mon adolescence yaoiste là xD

Bienvenue Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1362171446
— Just Married —

Messages postés : 105
Inscrit.e le : 08/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Gang > Merci Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  2244379341  Je serais très honoré d'être ta tête d'ananas !!! ♥

Reita > Oui, c'est bien avancé la fiche... Dans ma tête XD Merci de me laisser cette chance d'être un grand frérot Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  2754869321

Michiru > Miam! Tu pourras me mater dans mon yaoisme Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3674552758
— Just Married —

Messages postés : 117
Inscrit.e le : 29/12/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Le ciel bleu ♥
Autre: Canadienne paumée au Japon parlant l'anglais et le japonais avec un accent plus ou moins prononcé.
OUIIIIIIIIII ♥

Le grand frère is here ! Je suis impatiente de voir ce qu'il va donner Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1518348080

ET ENTRE 29 ANS, ON SE COMPREND ♥

(Puis peut-être te gratter un lien avec Noah par le mannequinat ??? à voir mdr)

Rebienvenue et bon courage pour la fiche ♥
— Just Married —

Messages postés : 105
Inscrit.e le : 08/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Hihihihi! Vive les grattages de liens Heather ♥

J'ai enfin finit le physique et caractère. Je préfère prévenir que je m'atèle à l'histoire, mais qu'il me reste 2 jours avant la fin de mon délai. Donc si jamais l'on peut m'accorder un petit dépassement se serait gentil. Je fais mon maximum pour poster dans les temps, je suis là j'ai juste eu des imprévus la semaine passée :/

Désolée encore, je m'applique au max pour Reita ♥
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 6203
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Je t'ajoute une semaine de délai supplémentaire o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Ld7d
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  BbNTuR8
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Cn3Ckyx
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1EPYLUw
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  YqECw0j
— Just Married —

Messages postés : 105
Inscrit.e le : 08/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Merci pour le délai ♥

Je pense avoir terminé, du moins je laisse ma fiche à votre correction :)
Fiche approuvée par Reita.

Bonne lecture, j'espère que Fumi vous plaira autant qu'à moi ^^
— Just Married —

Messages postés : 209
Inscrit.e le : 25/03/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Bonsoir !
Je confirme que j'approuve Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3998388675
— MODÉRATEUR FICHE —
yuki
— MODÉRATEUR FICHE — yuki
Messages postés : 1227
Inscrit.e le : 10/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Jo ❤️
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction

Ça fait chaud au coeur de voir la famille Nemoto s’implanter un peu plus ici Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3912395661 ♥
(Je suis désolé de ce que Kazuma a fait de ton frère… Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1858451716)
Bienvenue à toi, en tout cas ! Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1362171446

Histoire


J’ai beaucoup aimé son histoire. Je l’ai trouvée très touchante à travers les différentes épreuves qu’il a traversées. J’apprécie beaucoup le message d’espoir véhiculé dans ta fiche ! Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3998388675
Les modifications à faire sont très légères, juste quelques fautes à revoir et un petit détail de contexte, puis ce sera validé !

• aiguisant ma patiente.
• le petit restaurant familiale
• mon envole
convainquant
• m'a endurcit
• La vie est faites
Transit de froid
• Auront-ils survécus ?
Envahit par le regret
handicape
Un soupire

• “Elle a touché les personnes âgés et les jeunes enfants.” > Elle a touché la population quel que soit l’âge, cela provenait des puces défectueuses, non d’un virus. Alors ça ne touchait pas les systèmes immunitaires plus sensibles, mais ceux dont la puce était dysfonctionnelle. Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  4115966937

Caractère


Je trouve le caractère de ton personnage vraiment profond, cohérent et travaillé. Il semble réel Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3998388675
Plus que quelques coquilles à revoir et je c’est validé Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  4115966937

c'est métamorphosé
• le dernier cadet de leurs soucis
fût

Physique


Physique détaillé, agréable à lire ! Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3998388675
Juste quelques fautes à corriger, mais sinon je le valide !

désuet de formes
handicape
mi-long si ce n'est pas long
• je te plairais
serais

Conclusion

Ton personnage est très attachant et me semble très bien construit ! Juste quelques petites modifications à apporter et il pourra aller rejoindre son frère Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1362171446


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Il s'exprime (peu, mais il fait des efforts !) en #cc0000.

Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Signat11

Merci à Keanu, Takashi et Natsume pour les vavas ♥️
— Just Married —

Messages postés : 105
Inscrit.e le : 08/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Merci pour la correction, désolée pour les coquilles dissimulées.
J'ai apporté les corrections demandées et une précision par Mp sur l'endroit où j'ai trouvé l'information, même si je l'ai rectifié il va de soi.


Voilà, je suis contente que ça t'ai plu en tout cas et je sais pas ce que Kazuma a fait à mon frère ^^ je ne le sais pas encore!
— MODÉRATEUR FICHE —
yuki
— MODÉRATEUR FICHE — yuki
Messages postés : 1227
Inscrit.e le : 10/07/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Jo ❤️
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Il reste une petite coquille : Envahit par le regret
Mais sinon c'est parfait, je te pré-valide ! Bienvenue à toi Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1362171446
(Et je te laisserai voir avec ton frère ce qu'a fait de lui Kazuma... Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3912395661 )
Amuse-toi bien ! Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3998388675

Pré-validation par Yuki
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Il s'exprime (peu, mais il fait des efforts !) en #cc0000.

Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Signat11

Merci à Keanu, Takashi et Natsume pour les vavas ♥️
— Just Married —

Messages postés : 105
Inscrit.e le : 08/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Merci ♥

Dernière coquille retirée :P
Et je questionne mon frère ^^
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 6203
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Ld7d
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  BbNTuR8
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Cn3Ckyx
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  1EPYLUw
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Ça fait quand même un mal de chien d'être bien - Fumiya  YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum