Hyenas hunt at night. +Kushina 200803042355296862
Hyenas hunt at night. +Kushina 1GdvXk1
-53%
Le deal à ne pas rater :
Balance connectée Xiaomi Mi Body à 18,99€ au lieu de 39,99€
18.99 € 39.99 €
Voir le deal

— Just Married —

Messages postés : 10
Inscrit.e le : 06/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : L'audace.
Autre: Merci Tomie pour le vava jtm
Kushina N. Hayakawa
Power doesn't corrupt people, people corrupt power.
Informations générales
Nom : Hayakawa  
Prénom.s : Kushina Nobara  
ge : Quarante ans, le 27 Mars 2072.
Genre : Hauts talons et silhouette conformiste.
Origines : Japonaises, d’autres plus lointaines dont on ne veut pas parler.
Activité : Ancienne rédactrice en chef du célèbre magazine CONCORDIA, directrice de la création de la maison japonaise NOZOKI, responsable de l’image de la marque et de l’ensemble de ses collections.
Sexualité : Si seule la forme l’intéresse elle pencherait vers les femmes - à ses yeux les hommes sont des fléaux.
Avatar : Fubuki (One Punch Man)
Règlement : - Validé 007 - Ari
Chemin Il n’a pas changé mais il prend un chemin plus rigide
Autre : Je suis toujours nulle pour les descriptions physiques ça bouge pas et sinon l'ava viens d'ici parce que je suis vraiment nulle en graphisme non vraiment je suis un fardeau
虎穴に入らずんば虎子を得ず。

J’ÉTAIS

À première vue, la silhouette parfaite et la composition harmonieuse de ce dont Monsieur et Madame Hayakawa avaient toujours rêvé. Rien de plus parfait, rien de plus adéquat que ce qu’ils pouvaient créer de leur chair et de leur sang. L’Incontestable Seigneur, leur avait tout donné. La famille harmonieuse et parfaite, tout avait été (trop bien) réglé. Tout détail signifiant comptait. Le belle maison et les beaux meubles, la magnifique robe dans laquelle la mariée se tenait. Tout était parfait mais il n’y avait pas de mariage, pas de voeux échangés, rien de tout cela. Il n’y avait que du vide pourtant et peu d’amour. Mais l’amour ne compte pas et n’a jamais compté. Les baisers échangés n’ont jamais été ni plus ni moins que des ordres banals. Mais les Hayakawa savaient ce qu’ils faisaient et en étaient fiers. Car rien n’existait de plus beau que leur parfaite union asymétrique. Peut-être qu’à cette époque, ils essayaient de se confirmer à l’idée que l’Incontestable nous sauverait, qu’il était l’espoir d’une paix future. Ils avaient raison, je l’avais toujours su. L’Incontestable n’avait pas toujours apporté du bien au Pays, mais l’énorme partie qu’il faisait était suffisante. Les révoltés eux, ne comprenaient pas. J’avais compris ça bien assez tôt. Il régissait en notre charmant pays des gens qui ne comprenaient pas, qui prônaient leur liberté mais ces gens là ne comprennent rien. Ils ne comprennent pas ce qu’est la vraie liberté. Peut-être que leur réalité est de s’agiter derrière un écran et d’oublier d’exister, mais nous comprenons tous que la nécessité d’agir est bien présente. Nous avons besoin de l’Incontestable ou nous coulerons. Si nous ne procréons plus, c’est tout le Japon qui paiera à notre place. Mais le pays est plein de déchets vivants qui n’ont que le plat désir de ne rien fonder de leur vie, se résumer à ce qu’ils peuvent faire, ce n’est pas assez grand. Nous devrions en vouloir plus, ce que nous pouvons faire et ce que nous devons faire. Nous vouer à notre nation, car c’est elle qui nous accueille, elle qui accueille tous ces étrangers et les serre dans ses bras. Les Hommes sont stupides et ne comprennent pas. Certains à qui nous avons offert des toits et un travail viennent derrière leurs écrans se plaindre du gouvernement : ce même gouvernement qui nous empêche de couler. La plupart ne connaissent rien à la vie, la plupart sont destinés à couler, comme le Japon si nous n’avions pas réagit.

L’Incontestable ne fait pas d’erreur, ce sont les Hommes qui en commettent. C’est parce que l’Homme est incroyablement difficile et délicat que nous en sommes ici à présent. C’est parce qu’il est incapable de se résoudre à obéir. Ce même Homme qui s’idéalise dans la solitude derrière quatre murs. Cet Homme qui perdure en attendant qu’on vienne lui donner à manger. Puis lorsque vous leur demandez d’agir, vous ne recevez rien d'autre que des vulgaires slogans de révolté névrosé qui n’a rien dans le crâne.  
Si nous réussissons aujourd’hui à coexister, c’est grâce à l’Incontestable mais certains préféreraient se pavaner dans l’idée que nous pourrions vivre sans lui. C’est sans se questionner sur les personnes qui leur offrent un toit et de quoi se nourrir. Mais les Hommes sont décidément trop stupides et critiquent les politiques tandis qu’ils ressemblent davantage à des ignares bêtement fixés sur une même idée.

Ce que le monde est décevant.

Mes parents s’étaient résolus. Ils n’ont jamais osé se révolter contre l’Incontestable. Ils l’avaient choisi. Ils avaient eu raison : c’était probablement grâce à ce dernier que j’existais. Politicienne pourtant que je ne désirais pas suivre. Nous avions toujours reposé sur des valeurs patriotiques élevées et simples. Mais défendre un peuple emmanché ne m’intéressait pas, m’exprimer envers lui non plus, et je n’avais que faire de ces politiques qui tentaient tant bien que mal de croire en ce “nous”, la société n’est pas un nous. Nous japonais, sommes un nous, les autres ne sont que des autres.
Mon regard ne balançait pas vers cette société malade. Mon regard d’enfant, à l’époque, était concentré sur les écrans, ceux des grands buildings, celui de mon téléphone, de la télévision ou de mon ordinateur. La propagande ne m’affectait pas plus que cela car j’avais saisi bien avant tout le monde ce pourquoi nous nous battions. C’était comme ça que je voyais les choses, et je ne me suis pas posé de question. Mais je pouvais concevoir que certains ne recevaient peut-être pas une éducation adaptée, c’est grâce à mes parents que j’ai compris et que les valeurs qu’ils m’ont inculquées demeurent toujours aujourd’hui.

Ma mère n’a pas toujours apprécié mes choix, et mon père ne m’a pas réconforté plus qu’elle dans ce que j’entreprenais. Ma mère me trouvait stupide dans ce que j’entreprenais, elle me regardait d’un air dépité à chaque modèle que je dessinais moi-même. Mais elle n’avait pas idée de ce que j'étais capable de faire. À longueur de journée, elle m'embrigadait partout où elle allait dans l’espoir que je devienne la petite fille dont elle rêvait.
Mais suivre une bête trace laissée par ma mère ne m’a jamais intéressé. Suivre un chemin tout tracé non plus, c’était sans intérêt. Je pourrais mourir maintenant et avoir l’impression d’en avoir plus fait. C’était déplorable de me limiter à ça quand je pouvais être plus, et bâtir moi-même la source de mes rêves les plus grands.

Ma mère a fini par totalement m’ignorer quand j’entrais dans une grande école de Kyoto. J’avais pratiquement tout refusé de leur part, l’argent, je pouvais l’avoir moi-même, mais ils avaient insisté. Ma mère avait déclaré qu’elle se sentirait coupable si je n’étais pas à la hauteur. Mais j’ai fini par me dire qu’elle ne valait pas la peine d’être écoutée. Les politiques me montaient à la tête. J’ai préféré regarder droit devant moi sans me soucier de ce que l’on m’imposait autrefois, et je me sentais pleine de force grâce à ça.
Mon cursus scolaire n’avait jamais été moyen, jamais été mauvais, j’avais appris à toujours viser haut. Paye ton originalité, ou plutôt paye ta famille. Je rentrerais immédiatement si je ne visais pas plus haut que ce que je pouvais faire. À cette époque, j’étais bête. À cette époque, je ne faisais que m’instruire de ce qu’on me donnait, je n’étais pas consciente.

C’est pourtant quand nous avons voyagé vers l’Italie que j’ai compris. C’est en m’éloignant de mes souches que j’ai su m'enivrer du véritable monde, celui qui nous entoure et nous construit. La diversité de nos cultures a fondé en moi un désir de renaissance qui n’en égalait aucun autre. Je n’ai jamais compris comment c’était arrivé mais je n’en avais jamais été si épanouie auparavant.
Puis Concordia est arrivé dans ma vie. Concordia a pris une place démentielle dans ma vie, si bien que j’y ai consacré tout mon temps jusqu’à pouvoir aborder un nom que ma propre mère n’arrivait même pas à lire. Je considérais l’avoir surpassé, d’un point de vue extérieur à tout ce qu’elle avait pu faire, et elle n’avait jamais rien fait. J’ai connu, en quelques années, plus de gens que ma mère n’en a jamais connu, elle qui pourtant s’exprimait au nom de la population japonaise.
J’ai voulu dépasser ma mère, alors j’ai travaillé encore plus dur. Je pense que ma réelle vocation s’est évoquée quand je fus invitée à l’un des plus grands défilés du Japon.
Au départ, c’était les liens que j’avais créés qui m’avaient emmenée ici. Je n’attendais rien de spécifique en me rendant là-bas, et pourtant, j’ai aimé ce que j’ai vu et des idées ont fusé.

Je ne pouvais pas juste être la rédactrice en chef, je devais être plus encore.
Je devais la dépasser, après tout, mais je ne me rendais pas compte d’à quel point nous différions l’une de l’autre.
Je me suis attelée à la tâche avec tant de ferveur que je m'épatais moi-même. Je ne m’étais pourtant jamais sous-estimée. Mais la tâche était plus grande encore. Le désir, plus immense.

Et il avait un nom : Nozoki. Car j’avais compris de leurs regards furtifs qu’ils enviaient tout ce que je pouvais créer de mes mains. J’avais compris qu’ils pouvaient bien me sous-estimer autrefois, mais désormais j’avais pris mon envol, et le succès qu’avait connu Concordia me permit de me mettre corps et âme dans la tâche qui bâtirait le reste de ma vie.

Nozoki ne connut pas un essor immédiat, mais je m’y étais préparée. Les premières collections étaient pourtant merveilleuses. Mais je suppose qu’en grandissant, j’avais compris, je suppose que c’est durant ces dix dernières années que nous avons marqué les esprits.
Puis, les plus grands magazines se sont mis à désirer, Nozoki. Certains rêvaient Nozoki, et bientôt nous nous élevions plus loin encore. Ma mère me félicitait faussement, et mon père devait enfin avoir compris ce dont j’étais capable.

J’avais toujours visé si haut. Tout réussissait avec l’effort que je pouvais y mettre, et bientôt j’étais si fière de mon œuvre. Bientôt, je vis le nom de Nozoki sur les panneaux publicitaires et même à la télévision. Nous avons travaillé dur pour que tout nous soit accessible, nous avons même sélectionné les plus beaux modèles pour porter nos œuvres. La réalité, c’était qu’il s’agissait des miennes. Mon nom, j’admirais de le voir partout où mon regard se posait, mais diablement, il me rappelait ma mère. Tous n’avaient que son nom. Mais un jour viendrait où ils oublieraient.

Je n’ai jamais été fixé par autre chose que ce que je créais de mes mains. Les Incontrôlables n’ont été qu’une perte de temps et d’énergie, en plus d’avoir ruiné un évènement majeur de la montée de Nozoki dans le pays. Quelques éléments perturbateurs qui avaient rapidement été arrêtés.

Mais qu’on leur coupe la tête.

Je ne craignais pas le mariage, je craignais simplement que cela empiète sur mon empire, sur la maison Nozoki et sa trace dans le pays, bientôt dans le monde.
Pourtant, je fus heureuse quand je découvris la lettre rose dans ma boîte aux lettres. Bien que le nom m’était inconnu, je jugeais qu’il devait résider en cette personne un être similaire à ma propre personne.

Arthur fut un charmant époux. Son prénom demeurait imprononçable, mais charmant. Notre mariage fut heureux et aussi bien que j’ai pu le craindre, il n’empièta jamais sur mes objectifs. Mais mes projets furent tout de même freinés les premiers jours. La tension, elle aussi, était presque palpable. Je n’avais pas songé qu’un homme puisse tant bousculer mon existence. Mais l’idée d’une relation amoureuse avec un homme ne m’avait jamais intriguée. À mes yeux, ça avait toujours été une perte de temps. J’étais égoïste, et je songeais qu’il m’était impossible désormais d’éprouver une once de sympathie honnête envers autrui. Plus que tout, je ne m’étais pas vue grandir. Mais le temps semblait avoir si bien épargné ma peau que ça ne m’affectait pas, à mes yeux, j’étais toujours la même. Je ne voulais pas être appelée maman, encore moins mamie. L’idée d’une famille me déplaisait, et je ne voulais simplement pas d’un petit être sur qui veiller. S’occuper des enfants était toujours une catastrophe. Je me souviens en avoir gardé quelques-uns : j’ai fini par détester m’occuper d’eux.
Pourtant, je n’ai pas rechigné quand l’Incontestable nous demanda d’en avoir un. Je n’ai ni été heureuse, ni malheureuse. J’appréhendais les neuf mois durant lesquels mes affaires seraient perturbées, et l’après. Je ne craignais pas d’être appelée mère, finalement. C’était des idéologies bêtes auxquelles je me prêtais mais qui ont fini par disparaître. L’idée d’avoir un enfant avait longtemps été une faiblesse, mais je savais que c’était nécessaire. Ce qui était valable pour moi l’était pour tous, et je savais qu’Arthur saurait m’accompagner durant cette épreuve.

Miyo.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai souri quand je l’ai perçue, là, dans mes bras. Elle n’avait rien accompli d’autre que pleurer mais elle était déjà ma fierté : je comprenais ma place, je comprenais à quel point j’aidais notre peuple simplement de la sorte. Je me sentais vaillante, et mon cœur était gorgé d’amour propre, d’amour qui leur était destiné, à mon enfant et mon époux. Si peu d’années étaient pourtant passées, la vérité c’est que j’étais désormais une mère mais que je ne m’en étais pas rendue compte, et le temps où je n’étais qu’une fillette inondée par ses rêves était désormais révolu. J’avais battu mon empire : Nozoki était un succès, j’avais désormais une famille et j’étais loin d’être une femme à plaindre.

Je n’ai jamais rien demandé de plus, mais j’en espérais toujours un peu plus.
C’était probablement ça, mon problème.

JE SUIS


Devenue ce que je redoutais les mois précédents. Je ne l’aurais pas cru, et personne non plus. Pourtant ils me l’ont retiré, qui je ne sais pas, mais ils l’ont fait si durement que je me rappelle de la douleur des larmes que j’ai versé. Je n’arrivais pas à m’en vouloir autrefois mais désormais je sais que je suis en partie fautive. Cependant, je n’arrive pas à me faire à cette idée. C’est trop douloureux, sans doute.

Pourtant, Japon mon bien-aimé, a su se relever de cette douloureuse épreuve, alors je m’assure désormais de faire pareil même si tout est trop compliqué.
Mais j’ai encore mal. Les cicatrices sont encore fraîches et se rouvrent, cher Japon. Chaque cri que j’entends dans la rue est assez aigu pour me rappeler ceux que j’ai entendu chaque nuit. Chaque visage joufflu comme de la pâte à brioche et assez rond pour me rappeler la douceur de son visage, et chaque famille trop soudée est désormais bien présente pour me rappeler que désormais, je n’ai plus rien que mon désir de viser plus haut. Je me rappelle de la joie avec laquelle je festoyais ce soir-là, entouré des plus grands modèles. Je me rappelle de la coupe jusqu’à même qu’elle éclate sur le sol. Je me rappelle de la panique générale dans la salle, tout était si désastreux.

Shukumei.

Je me rappelle que je n’avais plus été tellement moi à cet instant, je me rappelle du dernier message que j’ai envoyé à mon époux et l’image délicate que j’avais de ma famille. J’ai regretté et je regrette encore aujourd’hui, d’avoir insisté pour me rendre à cette soirée, elle représentait tout à mes yeux, une somme d’argent considérable, et un peu plus de reconnaissance. Je me rends simplement aujourd’hui compte que rien ne m’était plus cher que ce que j’avais fondé ces dernières années. J’ai eu le temps d’assez m’attacher à Arthur et Miyo pour pleurer leur mort quand je l’ai apprise. Eux, que l'épidémie avait cependant épargné, moi qui était persuadée que c'était un miracle, que le soleil rayonnait sur notre tendre et si parfaite famille.
Moi qui pensais pouvoir me détacher de ce qu’un système me forçait à faire, j’ai failli.

J’ai failli et ce fut ma déchéance, cette nuit-là.
Mon cœur s’est déchiré de ne pas même pouvoir retourner sur les lieux, tout était inondé, détruit. Par chance pour nous, nous n’avions pas été de trop près touchés, de l’eau jusqu’au genoux pour la majeure partie du quartier. Ce soir-là, je n’ai pas pensé à la maison Nozoki, au grand bâtiment que des années de travail m’avaient fait dresser, mais simplement à ma famille.

Aujourd’hui je ne dirais pas que je me suis totalement remise de l’évènement, il est encore si récent que s’en défaire est compliqué. Mais les affaires ont repris, Nozoki marche de nouveau sur ses deux pattes et j’ai même un chat nommé Yomi. Je pense que les choses s’arrangeront, elles le doivent. C’est nécessaire sans quoi je coulerais, et ça sera bien terrible pour Nozoki et tout ce que j’ai pu créer auparavant, on m’en avait déjà arraché une bonne partie.

JE SERAI


Toujours aussi fidèle à toi Japon.
Pour montrer que les évènements qui ont assiégé notre capitale sont lointains, je serai vaillante et j’essaierai de faire en sorte que nous puissions à notre tour nous relever. Nous le devons, pour mieux remonter la pente, nous le devons, afin de nous préparer à un futur certain. Laissant derrière nous les tragiques évènements du System Error, de l'épidémie et de la chasse à l’homme, nous pouvons toujours nous relever, Japon.

Alors, si lui me demande d’ainsi me plier je le ferai.
Nous n’oublions pas les morts, nous n’oublions pas ceux qui nous ont quitté, au contraire c’est à eux que nous portons notre cœur aujourd’hui.

Moi, il ne me reste que Nozoki à porter fièrement vers le haut. Mais aujourd’hui il y a toujours ce sentiment étrange qui agite mes entrailles, peut-être, aujourd’hui, demain, dans quelques semaines ou quelques mois.. Bientôt je verrai probablement cette lettre dont le rose est trop pimpant. Mais désormais je ne me laisserai plus attraper entre les fils de la toile, je la bâtirai moi-même. De toute pièce, je serai le meneur, je serai l’impératrice.

Jusqu’au haut je m'élèverai, sans que quiconque ne compte plus que ma propre personne, jusqu’à me brûler je m’envolerai, tant que le monde pourra me regarder en se disant : Oh, c’est Hayakawa.  


Physique
La figure japonaise par excellence, ni plus ni moins. Mais le contraste important de cette figure plate et de cette silhouette plantureuse la fait bénéficier des regards les plus investis.
Qui donc cependant oserait regarder (se perdre) plus de quelques secondes - plus de quelques instants dans ce regard (meurtrier) redoutable qu’elle rallie ? La hyène n’a que d’yeux pour chasser ses proies, la hyène n’a que de griffes et un dentition commode pour les déchiqueter.
Mais aux premiers abords, peut-être que Kushina ne se dresse pas comme une femme à éviter, bien au contraire. Enjôleuse du premier regard, elle a longuement utilisé tous ses atouts, y compris (surtout) pour la mener à sa perte.
Certains disent trop osée (délétère) lorsqu’ils contemplent sa silhouette, ils n’osent pourtant pas même s’approcher. Ici, la meute rôde, là-bas, ce sont ses proies qu’elle attend. Un regard disséquant sur des dépouilles meurtries, Kushina assiègera (tous sans exception) ceux qui ne lui offriront pas le regard qu’elle ambitionne.  
Déstabilisant, probablement le terme adéquat suffisant pour définir ce regard machiavélique, car Kushina n’a pas de honte à mépriser autrui d’un seul regard. Elle n’a pas honte non plus, de se tenir si droite, perchée sur ses hauts talons, car sa condescendance est naturelle. Si vous veniez à porter plus d’intérêt à ses courbes qu’à ce joli visage, vous en paierez assurément les frais.

Ne voir que sa silhouette de loin, c’est déjà deviner le nom de Hayakawa, Madame n’est ni douce ni sage, mais Madame avance vaillamment sans jamais regarder derrière elle. Perchée sur des hauts talons, ses accoutrements ne sont pas des moindres, parfaitement soignés. Si vous retrouverez aux premiers abords la parfaite silhouette d’une japonaise lambda - cheveux noirs, petits yeux noisettes - ne vous méprenez pas sur son identité. Sur son dos, c’est Nozoki et rien d’autre, des tissus de fortune pour une femme fortunée, pour une femme qui sait toujours très bien ce qu’elle veut, et qui l’arrache toujours. Toujours adroitement soignée, même Kushina n’a d’yeux que pour elle. Sa beauté semble atemporelle, semblant ne pas avoir bougée, ne serait-ce qu’un peu depuis quelques années. Figée. Mais elle n'est pas la seule dans ce cas de figure, car il y a bien la détermination et la fierté qui scintillent dans son regard, intemporelle.


Caractère
Ils ne savent pas ce qu’ils craignent. Ils devraient pourtant essayer. Kushina, c’est l’ambition de mille hommes, la rage et l’animosité de mille hyènes. C’est aussi l'élégance de la panthère et la ruse du renard. Une bombe à retardement.
Kushina c’est le regard qui vous fera regretter vos paroles. Ce calme assourdissant qui fera froncer vos sourcils. Vous l’apprécierez ou la détesterez.

L’ambition car Kushina sait se faire Lion, sait régner sur les autres et se faire entendre. Ses rugissements sont assourdissants et elle vous fera probablement regretter votre éloquence et votre bravoure. Briser jusque là même les plus forts car sa supériorité n’est pas numérique mais bien réelle, elle porte une foi exacerbée en elle-même et se persuade dans l’idée que rien ni personne ne lui est égal, et que rien ni personne ne peut perdurer à ses côtés sans imposer un fossé bien profond. Kushina pense que les chats ne font pas des chiens, elle pense au même titre que les chats ne jouent pas avec les chiens. Il y a elle, puis il y a les autres, et le fossé est immense. Son égocentrisme est lui, surdimensionné. Sa confiance ? Bien réelle, foudroyante même. Elle n’hésitera jamais à planter ses griffes dans votre dos pour que les plus faibles s’agenouillent, cela car ils n’ont pas la capacité de tenir debout. Pathétiques, qu’ils sont tous à ses pauvres yeux, ceux qui ne savent pas opposer de résistances.

L’animosité d’une hyène, son âme tout entière ne connaît pas la douceur. Kushina a été habituée à arracher pour obtenir, s’élever pour être reconnue. Rien ne pourra plus la dissuader de ses ambitions ni de ses objectifs. Piétiner les plus faibles car le monde n’est pas juste, empiler les échecs des autres pour se façonner un escalier vers la gloire et la grandeur. Jusqu’à ce que le rayon ne rayonne plus que sur sa personne, alors Kushina n’hésitera pas à faire fermenter les autres dans l'ombre. Ceux qui n’ont pas leur place, ceux qui ne lui plaisent surement pas, ceux qui comme elle, ont un goût prononcé pour la gloire et le pouvoir. Un arc et mille flèches, voici ce que possède Kushina, et elle ne rate jamais sa cible, sauf quand elle fait exprès, mais elle effleure au moins la tempe.

L'élégance d’une panthère car du haut de ses quelques centimètres de talons, Kushina bénéficie de l’assurance d’un peuple. Le regard diffère, parfois trop délicat, trop brutal. Le juste milieu est dur à cibler mais elle ne le rate jamais. Car Kushina n’est pas un insecte que l’on écrase mais bien celle qui écrase les insectes, pas besoin de votre petitesse ou bien même de sa grandeur car son simple regard supprimera d’une traite votre confiance. Kushina ne sait que voir un ennemi en autrui, ou quelqu’un qui au contraire l’aidera à éliminer les plus frêles. Ennemi ou allié peu importe, le jour viendra où elle se décidera bien à régner en maître, effaçant jusqu’à même votre existence de sa mémoire. Car elle a bien la cruauté dans sa manche, au même titre que les autres cartes sont nombreuses. Son regard vous sera fatal, mais votre confiance aussi. Trop confiant ou peu confiant, viendra le jour où elle se décidera à vous écraser peu importe la mise.

La ruse du renard, car tous les moyens sont bons pour se faire entendre, pour gagner dans ce monde qui n’offre que le meilleur aux plus fortunés. Pour obtenir ce qu’elle désire, Kushina est capable de tout. Elle est aussi capable d’arracher ce qu’elle veut par la simple force de ses poings. Mais renard rusé ne change pas de caractère, peu importe combien son poil peut changer. Elle n’est pas bien méchante mais ne désire qu’être l’unique numéro un partout où elle passe. Son degré d’arrogance modéré est suffisant pour le faire comprendre aux plus fragiles, un coup de talon plus ou moins bien placé suffit souvent. Kushina pense que les mots importent, mais que l’on ne dresse les porcs qu’avec les coups, un amour pour la violence bien dissimulé sous cet air totalement pur et enjôleur qu’elle aborde.
Son ambition pourrait bien écraser les plus déterminés, car Kushina est égoïste. Femme fatale qui n’a d’yeux que pour elle-même, elle se fiche bien d’autrui s’il penait à se relever sous ses yeux. Ne vous fiez pas à l’image renvoyée par ce gentil peuple qui ne voit en elle qu’une perfection délicate et ambitieuse, les hyènes sont de sorties, et les hyènes chassent très bien.


— Just Married —

Messages postés : 29
Inscrit.e le : 14/11/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Like the wind
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Ouuuuuuh mais qui avons nous là? C'est une belle panthère Hyenas hunt at night. +Kushina 1518348080 J'adhère à 100% pour Fubuki Hyenas hunt at night. +Kushina 3998388675

(Re?)Bienvenue parmi nous. Le personnage promet pas mal de choses. J'ai dévoré tout le contenu disponible à présent. Je ne veux pas rester sur ma faim alors je réclame la suite Hyenas hunt at night. +Kushina 3758795657. Bon courage pour le reste de l'écriture Hyenas hunt at night. +Kushina 1645942767
— Just Married —

Messages postés : 34
Inscrit.e le : 29/12/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Canadienne paumée au Japon parlant l'anglais et le japonais avec un accent plus ou moins prononcé.
WOW.

Ca c'est une madame Hyenas hunt at night. +Kushina 4200135721

J'aime déjà beaucoup ta plume et je suis impatiente de voir comment cette dame a vécu sa vie Hyenas hunt at night. +Kushina 1518348080

(Re)bienvenue et bonne chance pour le reste ! ♥
Lucifer

Messages postés : 93
Inscrit.e le : 29/09/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : satan.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
purée j'avais pas vu
g honte

jtm épouse moi
bienvenue Hyenas hunt at night. +Kushina 2837215391
— Just Married —

Messages postés : 40
Inscrit.e le : 20/08/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Ne vous fiez pas aux apparences.
Je c-pas-c-ki mais j'dois avouer que la lecture des deux descriptions donne un aperçu franchement sympa du perso (oui oui même la description physique). Je lirai la suite avec plaisir :) (re)bienvenue !
Lisalisa

Messages postés : 267
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Oh Damn, cette Madame quoi.
J'attends avec impatience l'histoire.

En tout cas très bon DC en approche. 😌

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

- yeah, I wish I could cry as much as I want sometimes ; but mom didn't raise no bitch in this house -

Voix de Arisa - THE Arisa
merci Hatoclown & Chiha pour les avatars ღ


one brain cell:
Hyenas hunt at night. +Kushina Uron

I got one only name + badges:
Hyenas hunt at night. +Kushina Unknown
Hyenas hunt at night. +Kushina CjjIPFG Hyenas hunt at night. +Kushina UlmRG6s Hyenas hunt at night. +Kushina NlRYT1U Hyenas hunt at night. +Kushina NwQ16ft
— Just Married —

Messages postés : 10
Inscrit.e le : 06/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : L'audace.
Autre: Merci Tomie pour le vava jtm
Merci les copains, je viens annoncer que j'ai enfin fini et j'espère que vous apprécierez la suite !
Même si en vrai, je suis perplexe sur ce que j'ai écris Hyenas hunt at night. +Kushina 501520050 Ça fait juste un bail que j'ai pas utilisé le je ;;

Merci d'avance pour la correction<3
Lisalisa

Messages postés : 267
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Hello et bon DC o/

Bon ça va être rapide donc je me permets de le faire sans le codage lol.

Il manque juste la mention de l'épidémie.

Et deux fautes -
nous coulerons.
Mais elle n’avait pas idée de ce que je savais pouvoir faire. -  savais faire, le pouvoir est en trop et alourdit la phrase.
Attention aussi à certaines répétitions !

Sinon ta fiche se lit toute seule, j'aime bien le choix de construction de l'histoire. J'apprécie particulièrement son caractère, elle a l'air totalement intransigeante, se sentant bien au-dessus du monde, j'ai hâte de te voir rp avec elle ! Hyenas hunt at night. +Kushina 1518348080

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

- yeah, I wish I could cry as much as I want sometimes ; but mom didn't raise no bitch in this house -

Voix de Arisa - THE Arisa
merci Hatoclown & Chiha pour les avatars ღ


one brain cell:
Hyenas hunt at night. +Kushina Uron

I got one only name + badges:
Hyenas hunt at night. +Kushina Unknown
Hyenas hunt at night. +Kushina CjjIPFG Hyenas hunt at night. +Kushina UlmRG6s Hyenas hunt at night. +Kushina NlRYT1U Hyenas hunt at night. +Kushina NwQ16ft
— Just Married —

Messages postés : 10
Inscrit.e le : 06/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : L'audace.
Autre: Merci Tomie pour le vava jtm
Merci de la correction rapide !
C'est modifié :

où nous coulerons : ou nous coulerons
Mais elle n’avait pas idée de ce que je savais pouvoir faire. : de ce que j'étais capable de faire

Pour l'épidémie :
"Eux, que l'épidémie avait cependant épargné, moi qui était persuadée que c'était un miracle, que le soleil rayonnait sur notre tendre et si parfaite famille."
"Laissant derrière nous les tragiques évènements du System Error, de l'épidémie et de la chasse à l’homme, nous pouvons toujours nous relever, Japon."
Je me suis permise de ne pas trop m'étaler dessus comme elle/sa famille n'a pas été affectée, et j'avais peur de casser un peu le rythme !
J'espère que ça va du coup  Hyenas hunt at night. +Kushina 361633772
Lisalisa

Messages postés : 267
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
que l'épidémie avaIt* Hyenas hunt at night. +Kushina 3473897349

Et sinon oui y'a pas de souci, justement c'était simplement une question de le mentionner. :)

Amuse-toi bien Hyenas hunt at night. +Kushina 2984341854

Pré-validation par Arisa
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

- yeah, I wish I could cry as much as I want sometimes ; but mom didn't raise no bitch in this house -

Voix de Arisa - THE Arisa
merci Hatoclown & Chiha pour les avatars ღ


one brain cell:
Hyenas hunt at night. +Kushina Uron

I got one only name + badges:
Hyenas hunt at night. +Kushina Unknown
Hyenas hunt at night. +Kushina CjjIPFG Hyenas hunt at night. +Kushina UlmRG6s Hyenas hunt at night. +Kushina NlRYT1U Hyenas hunt at night. +Kushina NwQ16ft
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5882
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Hyenas hunt at night. +Kushina 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Hyenas hunt at night. +Kushina 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Hyenas hunt at night. +Kushina 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Hyenas hunt at night. +Kushina Ld7d
Hyenas hunt at night. +Kushina BbNTuR8
Hyenas hunt at night. +Kushina V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Hyenas hunt at night. +Kushina Cn3Ckyx
Hyenas hunt at night. +Kushina 1EPYLUw
Hyenas hunt at night. +Kushina DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Hyenas hunt at night. +Kushina E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Hyenas hunt at night. +Kushina 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Hyenas hunt at night. +Kushina Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Hyenas hunt at night. +Kushina YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#12 —Re: Hyenas hunt at night. +Kushina
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum