I'm a dark sun - Keita Hôno 200803042355296862
I'm a dark sun - Keita Hôno 9oulLiP

— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 27/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Keita Hôno
I hate the word "Fate"
Informations générales
Nom :Hôno
Prénom.s :Keita
Âge :26 ans, né le 26 novembre 2086
Genre :Homme
Origines : Japonais
Activité :Membre de gang qui sort tout juste de prison, la suite n'est pas décidée
Sexualité :Hétéro
Avatar :Takakura Kanba (Mawaru Penguindrum)
Réglement :Validé - Ari
CheminQuelques amis m'ont proposés de revenir sur le forum et j'ai dit oui :P
Autre :Vu qu'il s'agit d'un prédéfini, j'attendrais l'avis de la personne qui l'a crée avant de passer cette fiche en "Terminée" (quand j'aurais complété ce qui manque, évidemment)
Histoire

"Maman, c'est vrai que tu vas m'offrir une petite soeur? Je pourrais m'occuper d'elle, s'il te plait?"

Je suis né à la fin d'un mois de novembre, un accouchement tout ce qu'il y a de plus classique, si ce n'est que j'étais le premier enfant de mes parents. Un véritable cadeau pour ce couple qu'avait formé l'Incontestable, le plus précieux joyau, le centre de leur attention, et cela fut le cas pour plusieurs années. Un peu plus de sept ans plus tard, je prononçais cette phrase à ma mère lorsqu'elle m'expliqua qu'une autre personne allait alors rejoindre notre famille. Nous avions une vie vraiment simple mais cette nouvelle m'a donné une forme de nouvelle énergie: j'aurais quelqu'un sur qui veiller, quelqu'un à protéger, je serais tellement un bon grand frère pour elle que mes parents n'auront pas besoin de se préoccuper d'elle. Enfin, c'était ce que j'imaginais et à cet âge, c'était tout bonnement impossible d'imaginer ce qui allait suivre...

"Papa, pourquoi vous vous occupez toujours de Michiru et pas de moi? Pourquoi elle a toute l'attention pour elle?

Dès lors que ma soeur a quitté le ventre de ma mère, je suis passé du devant de la scène la plus brillante aux coulisses les plus sombres. Peut-être était-ce un signe de ce que deviendrait ma vie? Avec le recul, c'est presque ironique de le penser, mais tout est déjà écrit à présent. Ma soeur est née malade, d'une maladie extrêmement rare mais qui a eu la "chance" de la toucher, obligeant mes parents à s'occuper d'elle en permanence, dépensant aussi bien du temps que de l'argent à foison pour qu'elle puisse recevoir les meilleures possibles. Moi qui espérais une petite soeur avec laquelle je partagerais tout et dont je règlerais tous les problèmes, on m'accordait à peine le droit de jouer avec elle et la plupart de mes interrogations étaient balayées d'un revers de la main, d'un simple "Non", ou encore "Ce n'est pas le moment Keita", "Tu sais bien qu'elle ne peut pas faire ça!". Mes parents n'étaient pas foncièrement méchant et ils m'aimaient toujours autant, c'est juste que la maladie de ma soeur était un tel fléau qu'essayer de lui offrir les meilleures conditions de vie devaient probablement dépasser tout ce qu'ils pouvaient faire.
Peut-être qu'avec quelques années de plus, j'aurais pu me comprendre qu'en me gérant tout seul et en prenant sur moi un peu plus, cela aurait facilité bien des choses, mais c'était inconcevable pour moi. Ces refus, manques d'attention et cette énergie constamment accordés à ma soeur, j'ai fini par les prendre personnellement et c'est ainsi qu'une graine de dégoût envers ma soeur a commencé à germer dans mon coeur. La déception de ne pas avoir une soeur normale dont je peux m'occuper et d'avoir un fléau qui accapare toute l'attention de mes parents à la place, je ne pouvais pas la supporter, et avec le temps qui passait, je lui faisais peu à peu payer, évoluant graduellement dans les méthodes de vengeance, mais ça ne durerait qu'un temps, car un autre événement allait m'arracher le peu de bonheur qu'il me restait.

"Monsieur l'agent, merci d'être venu nous prévenir... Dois-je vraiment m'occuper de ma soeur maintenant que nos parents sont morts?..."

Après de longues journées interminables à attendre à la maison et à devoir m'occuper moi-même de la soeur que je détestais, alors que j'avais tout juste quatorze ans, un agent de l'Incontestable est venu m'annoncer la nouvelle en personne: mes parents ont été exécutés dans la matinée pour refus d'obéir à un ordre. Je me souviens encore du moment où ils ont reçu ce message important: ma mère s'est tout de suite effondrée au sol, comme si un énorme coup de massue l'avait frappé à l'arrière du crâne. Même mon père qui était un homme qui montre difficilement ses émotions avaient les bras qui pendaient dans le vide, comme si on venait de lui arracher quelque chose de l'intérieur. Cette scène reste gravée en moi depuis, et leur silence à mes multiples questions n'a fait que renforcer cette haine que j'avais en moi et qui grandissait depuis des années. C'est pour ça qu'au moment où l'homme qui était venu nous annoncer la triste nouvelle s'apprêtait à prendre congé, je lui ai posé cette question: je ne voulais plus vivre avec ma soeur, j'avais eu le temps depuis de nombreux jours d'imaginer ce qui m'attendait si nos parents venaient à mourir. J'avais quatorze ans, ma soeur tout juste six, et on allait attendre de moi que je la gère, elle et sa maladie? Sans même parler de tout ce que j'éprouvais pour elle, mes mains tremblaient devant le poids d'une telle responsabilité. Cet homme m'a alors annoncé qu'on nous aiderait à trouver un endroit où vivre et que rien ne nous arriverait.
Si seulement cela avait pu être autre chose qu'un horrible mensonge, mon coeur d'adolescent aurait pu faire correctement le deuil de mes parents. A la place, nous avons commencé à être envoyé d'un endroit à un autre, de foyer d'accueil en foyer d'accueil, avec des passages réguliers par des hôpitaux qui ne nous gardaient que le temps de stabiliser l'état de ma soeur. Cette situation commençait à durer et pour moi, cela a été invivable, mais il y a eu un moment où je ne pouvais absolument plus le supporter, ce fameux soir où j'ai complètement craqué sur ma soeur.

"Michiru, si seulement tu n'avais jamais existé, je serais bien plus heureux!"

Mon ton était partagé entre douleur et colère, j'étais littéralement en train de lui cracher toute ma haine envers elle, n'hésitant pas à l'insulter et à lui dire à combien je regrettais sa naissance. A chaque fois que je me faisais des amis dans notre nouveau foyer, on m'y arrachait car ma soeur ne pouvait pas rester et il était apparemment hors de question que je sois séparé d'elle. Imaginez vous étant adolescent, vous voir rejeté de tous les endroits où vous allez, que vous appreniez à aimer, car vous avez un immonde boulet au pied, un boulet que vous même êtes épuisés de traîner avec vous mais dont personne ne vous débarrassera. Que vous puissiez pleurer, crier ou appeller à l'aide, personne ne viendra vous aider de toute façon, absolument personne ne s'intéresse à vous car votre soeur est déjà trop importante. Mon esprit était tourmenté par tous ces sentiments néfastes à l'égard de ma soeur, à tel point que j'avais fini par émettre l'hypothèse que nos parents étaient morts pour elle, car l'ordre devait la concerner.
Je crois que si un médecin n'était pas arrivé à ce moment-là, je lui aurais clairement avoué qu'elle était la cause de la mort de papa et maman à mes yeux. Je n'en avais aucune certitude, mais à cette époque là, c'était clair comme de l'eau de roche pour moi. A l'arrivée du médecin, ma soeur pleurait depuis de longues minutes déjà, ne prononçant même pas un mot à cause de ma voix qui aurait pu dépasser tous les balbutiements qu'elle aurait prononcé.
Je pensais sincèrement que ce dernier ferait comme les autres en s'occupant juste de ma soeur et en m'ignorant complètement, me foutant tout juste dehors pour que j'aille me calmer tout seul ou que je fasse tout simplement de la place, mais ce ne fut pas le cas. Il demanda à une infirmière de venir s'occuper de ma soeur et il me demanda de l'accompagner dans son cabinet qui se trouvait quelques chambres plus loin. Pour la première fois depuis très longtemps, quelqu'un me prit dans ses bras pour me consoler, m'apaiser, comprenant que je n'étais pas qu'un ado haineux de tout ce qui l'entoure, mais un gamin blessé à qui on n'a pas laissé le temps ni le droit de souffler depuis bien trop longtemps. J'ai fondu en larmes dans un silence absolu et j'ai fini par lui parler de tout ce que je ressentais à cet instant, et même depuis bien longtemps.
C'est entièrement grâce à cette nuit que j'ai passée à lui parler que j'ai pu comprendre tout le mal que j'ai fait à ma soeur depuis sa naissance. Cette haine aveugle s'était comme évaporé pour laisser un énorme vide en moi, qui fut presque aussitôt comblé par de la culpabilité et de la honte: ma soeur n'a pas demandé à naître comme ça, ni à naître tout court. Elle est venue au monde comme ça, elle a perdu ses parents et la seule famille qui lui reste, c'est un grand frère qui l'accable de tous les malheurs qu'il subit, alors qu'elle doit déjà lutter tous les jours pour survivre. Comme j'avais honte... et comme j'ai toujours honte aujourd'hui de tout ce que j'ai pu lui dire ce jour-là. Une vie entière ne suffirait pas à combler tout ce que j'ai pu lui faire de mal et depuis que j'ai ce regard nouveau sur elle, comment ne pas me sentir coupable de lui avoir rendu la vie si dure. C'est pourquoi au moment de la retrouver, je l'ai prise dans mes bras et je lui ai fait la promesse de veiller sur elle à partir de cet instant et qu'elle pourra toujours compter sur son grand frère pour la protéger.

"Oncle Yukio, je vous promet de faire en sorte que nous ne soyons pas une gêne pour vous et que nous restions le plus discret possible, vous avez ma parole."

Plus d'une autre longue année s'est écoulée depuis ce moment où j'ai pris conscience de mes actes et paroles. Le médecin qui m'a écouté ce soir-là est devenu le médecin personnel de Michiru et grâce à lui, nous avons pu tous les deux trouver du réconfort et un peu de stabilité alors qu'on a continué de nous placer à différents endroits, sans jamais de réelles options pour vivre. J'avais seize ans à cette époque là quand on a fini par reprendre contact avec un de nos oncles, il s'appelle Yukio et c'est avec lui que j'ai décidé de faire un choix qui mettrait fin à tous les problèmes qu'on pouvait bien avoir vis-à-vis de trouver un endroit pour nous héberger. Devant la complexité de notre dossier, personne dans l'administration n'a vraiment essayé de me stopper de prendre cette décision, je ne leur aurais pas laissé le choix de toute façon: ma soeur devenait fatiguée et épuisée de parcourir une partie du Japon dans le seul espoir de trouver un endroit adéquat pour elle.
L'appartement où nous allions vivre n'était pas fameux, mais c'était "chez nous" au moins, un endroit où on se sentirait un peu plus à l'aise et où on pourrait arrêter de nous dire quoi faire et comment vivre. Les soins de ma soeur allaient nous coûter beaucoup d'argent, ce dont nous ne disposions pas, et malgré beaucoup de demandes auprès des administrations d'associations, d'organismes et de bien d'autres, nous n'avions que très peu de ressources. Suffisamment pour survivre, pour la survie de deux personnes normales dans cette situation, mais clairement insuffisant pour ma soeur. J'avais toujours limité mes fréquentations à l'école car je ne pouvais jamais rester au même endroit, mais cette fois, j'ai découvert un groupe de gens qui allait peut-être pouvoir nous aider, même si j'avais rapidement compris qu'en ouvrant cette porte, il n'y avait qu'une longue et lente chute dans les ténèbres qui m'y attendait...

"Docteur, si je veux vraiment prendre soin de ma soeur, je n'ai pas d'autre chose que de continuer dans la voie que j'ai suivi... C'est notre seule solution."

Pour le médecin de Michiru, il était hors de question que j'arrête l'école pour continuer de traîner avec ces gens, avec ce "gang" que je fréquentais, quand bien même ça serait pour quelques billets qui permettraient à ma soeur de mieux vivre. Cependant, j'étais tout sauf naïf: même si ce cher docteur nous aidait parfois financièrement, rien que l'installation de lampes compatibles avec la maladie de ma soeur, des rideaux qui filtrent correctement la lumière, une grande partie de ces choses manquaient encore pour améliorer la qualité de vie de ma petite soeur et à mon âge, les études qu'ils me restaient à faire pour espérer avoir un honnête job qui paie assez pour cela, c'était définitivement trop loin. Malgré une dispute assez intense avec le médecin, à l'écart des oreilles de Michiru, j'ai fini par prononcer cette phrase et même lui ne pouvait nier qu'à cet instant, il n'y avait pas de solution à nos problèmes. J'en avais trouvé une qui me coûterait physiquement et mentalement, mais c'est toujours mieux que de voir la personne, pour qui mes parents se sont sacrifiés, mourir elle aussi.
Au début, ce n'était qu'un simple groupe que je fréquentais, mais en apprenant à les connaître, j'ai compris que c'était un groupe bien mieux organisé que ce qu'il n'y parait et j'ai ainsi fait la connaissance de certaines personnes: le chef de la bande, un vrai connard mais il allait me fournir l'argent dont j'ai besoin pour ma soeur, Daisuke, un mec qui deviendra rapidement mon ami et un véritable allié dans ce gang, l'équivalent d'un frère à mes yeux. Il y a aussi une autre personne que j'ai rencontré à force de fréquenter ce gang, une jeune femme nommée Yuri, qui avait deux ans de plus que moi. Notre rencontre fut complètement hasardeuse: c'était l'amie d'un ami d'un mec du gang où j'étais, et je l'ai rencontré à une espèce de soirée qu'ils ont organisée, le genre de soirée un peu craignos mais pas besoin d'être un génie pour savoir que plus je m'impliquais dans le gang, plus on me ferait confiance, plus je pourrais trouver des finances pour payer à mes soeurs des soins corrects.
Alors que je faisais simplement acte de présence à cette soirée, Yuri est venue me voir avec un grand sourire amusé aux lèvres, me disant que je n'étais clairement pas à ma place ici. Je n'avais pas autant de répondant qu'aujourd'hui à l'époque, donc j'ai simplement répondu que j'étais nouveau, un temps d'adaptation me serait forcément nécessaire. Ce qu'elle insinuait réellement, c'était que contrairement à tous ces mecs qui étaient là pour faire les racailles et les gros bras, il y avait une lueur dans mes yeux qui indiquait que je n'étais pas ici pour prouver quoi que ce soit, mais pour une cause bien plus noble.
J'ai souri maladroitement et c'est à ce moment là que j'ai décidé de lui accorder ma confiance, une décision que je ne regrette pas vu qu'elle m'a apporté beaucoup de réconfort et de soutien, à moi qui entamais ma descente dans des ténèbres dont je ne connaissais pas l'existence. Nous nous sommes revu, puis on s'est embrassés après quelque temps, puis on a formé un couple, tout ça donnait l'impression que je m'accordais une petite bulle d'oxygène dans ma vie chaotique, mais le schéma complet était bien différent de cette vision idyllique.
Ma soeur restait mon principal centre d'attention, le gang passait ensuite et encore après arrivait Yuri dans mes priorités. Elle méritait bien mieux que moi, ça crevait les yeux, mais je crois que son amour pour moi était vraiment sincère. Sa vie n'était absolument pas liée à celle du gang dont elle ne connaissait que l'existence, mais en me voyant de plus en plus souvent couvert de bleus, avec des cernes de dingue, alors que je continuais à m'enfoncer de plus en plus loin dans les vices pour à chaque fois gagner un yen de plus qui pourrait revenir à ma soeur, elle n'en pouvait plus. Ce qui était tout beau tout rose a fini par devenir un gris pale, amer, vide de sens et à force, de sentiment. Nous avons fini par avoir une dernière discussion très sérieuse où elle me mit un ultimatum entre le gang et elle, cette dernière ne pouvait plus supporter de se questionner si elle avoir recevoir un coup de fil annonçant ma mort à chaque fois que je partais les rejoindre.

"Yuri, je t'en prie, ne complique pas plus les choses qu'elles ne le sont déjà. On ferait mieux de se séparer."

Voilà la seule chose que j'ai été capable de lui répondre. Aussi bien pour elle que pour moi, notre relation ne pouvait plus durer: elle savait que les frais médicaux de ma soeur avaient encore augmentés, conséquence du fait d'avoir plus de choses à sa disposition pour améliorer sa vie, mais aussi car elle grandissait et sa maladie ne va pas en s'arrangeant. J'ai pris Yuri une dernière fois dans mes bras avant de partir rejoindre Daisuke qui m'attendait un peu plus loin, le bruit de mes pas ne suffisait pas à couvrir le bruit de ses pleurs mais je devais tout faire pour rester fort, je le dois absolument pour ma soeur. Je n'avais aucun doute sur le fait que Yuri finirait par rebondir et prendre son envol vers le bonheur mais ce destin... elle ne pouvait pas l'avoir à mes côtés. La seule chose qui m'attend, ce sont des blessures à répétition, des situations dangereuses et peut-être qu'un jour, quand ma soeur sera enfin dans un grand hôpital capable de lui offrir la meilleure vie possible, peut-être que ce jour-là, j'aurais le droit d'être égoïste et de penser à moi.
Daisuke m'a passé un savon pour m'être séparé de Yuri, mais j'ai préféré qu'il n'en parle pas avec Michiru, j'avais l'impression que cette nouvelle n'arriverait pas forcément de la bonne façon jusqu'à elle, autant que je lui dise moi-même. C'est ce que j'ai fait en rentrant le soir, en me tenant légèrement les côtes et en boitant un peu. Mon récit a été assez rapide et ma soeur ne m'a pas vraiment jugé, elle était juste désolée de savoir que quelqu'un d'important pour moi était sorti de ma vie. Une fois la discussion terminée, j'ai marché jusqu'à la salle de bain et j'ai fait couler l'eau du robinet avant de lentement m'allonger au sol, porte fermée à clef. Bordel, bordel de merde ce que j'avais mal. Physiquement. Mentalement. Moralement. Tout ce que vous voulez. Comme d'habitude, on avait organisé des combats à mains nues dans le gang où on pouvait gagner de l'argent selon les paris, j'avais l'habitude de participer, j'ai appris à me battre de cette façon d'ailleurs, mais cette fois, la douleur venait surtout de mon coeur. Je l'aimais, du plus profond de mon coeur, j'aimais vraiment Yuri, mais je n'avais pas la possibilité d'arrêter de gagner de l'argent de cette façon car je me devais de rembourser les emprunts que je contractais auprès de mon chef afin de pouvoir mettre un peu de côté pour l'avenir de ma soeur et de continuer à payer ses soins quotidiens. A partir de maintenant, j'allais devoir faire cavalier seul et ne plus m'attarder avec des sentiments qui ne feraient qu'entraîner d'autres personnes dans ma chute. Je devais rester seul pour être sûr d'être le seul à souffrir de mon fardeau.

"Pollux... Je ne suis pas sur que je rentrerais après ce soir... Alors ça va être à toi de faire attention à Michiru, d'accord? Veille bien à la couvrir d'amour s'il m'arrive quelque chose."

Pollux, c'est le nom de l'un des deux chats que j'avais ramenés à ma soeur, l'autre s'appelait Castor. Je lui avais ramené quelques temps après ma rupture avec Yuri, prétextant que ça lui ferait le plus grand bien, mais c'était surtout pour éviter de la laisser toute seule alors que mes sorties avec le gang avaient bien évolués depuis cette époque. J'avais même fini par ramener certains des gars à l'appartement pour leur présenter ma soeur, ça lui permettait de rencontrer certaines personnes assez proches de moi, que des gens de confiance bien évidemment. Au moins, s'il m'arrivait un truc assez grave, je sais que l'un d'entre eux, et surtout Daisuke, serait venu s'occuper d'elle à ma place. Le jeune garçon assez timide et novice que j'étais dans le gang était bien loin à présent: j'avais gagné un vrai caractère de dur, au moins en apparence devant les autres, et une place qui me conduisait à un peu plus de liberté dans le groupe.
Pourtant, le soir où j'ai fait cet aveu à notre chat Pollux, mon chef m'avait annoncé des choses terribles: suite à un problème avec une des sources d'argent du gang, mes dettes étaient devenues un des trous dans le portefeuille de notre groupe. A moins de faire rapidement quelque chose pour m'assurer que le gang n'allait pas en souffrir, mon chef m'a assuré qu'il ferait en sorte que ma soeur rembourse sa dette elle-même, dans le bar d'un de ses amis personnels. L'instant qui a suivi cette déclaration, personne n'a osé prononcer un mot tant ils savaient que parler ainsi de ma soeur n'était pas sans conséquence, mais cette fois, ce n'était pas vraiment comme si j'avais d'autre choix que de me taire et simplement me préparer à ce qu'on fasse le cambriolage qu'on avait prévu ce soir au lieu de la semaine prochaine.
L'avancer d'une semaine engageait un bon nombre de problèmes pour tout le monde, mais quand le chef décidait d'un truc du genre, c'est marche ou crève. J'ai donc pris le soin de faire comme si de rien n'était auprès de ma soeur, tout en chérissant chaque instant que je passais avec elle. Une dernière caresse offerte à ce cher Pollux, qui était le seul chat restant dans cet appartement après un triste accident qu'a subi Castor, et me voilà qui refermait la porte derrière moi, le regard déterminé à faire ce qu'il faudrait pour que Michiru n'ait aucune mauvaise surprise dans un avenir proche.
Evidemment, rien ne s'est passé comme prévu: le système d'alarme n'a pas été suffisamment étudié et l'un d'entre nous a fini par le déclencher, ne nous laissant quasi aucune chance de s'en sortir si on espérait prendre le moindre butin. Partir sans butin, c'était s'assurer que le chef allait s'en prendre à ma soeur. Partir tous ensemble avec le butin, c'était s'assurer une confrontation avec les forces de l'ordre et qu'on allait potentiellement y laisser notre peau si on refusait d'obtempérer. Je devais réfléchir vite pour trouver une solution, le chef semblait déjà décidé à ne pas repartir les mains vides. On n'était que trois à avoir des armes à feu: le chef, Daisuke et moi, les autres avaient des armes blanches. J'ai pointé mon arme sur la tête de notre chef en lui disant de me filer la sienne, il a instantanément vrillé mais a rapidement compris ce que j'avais l'intention de faire: leur offrir une diversion pour qu'ils puissent se barrer. Si je suis le seul à me faire chopper mais que ma soeur est en sécurité car le chef a son argent et qu'il reste en vie pour assurer les finances de ma soeur, c'était le moindre mal que de passer quelques années en prison plutôt que de risquer que ma soeur se retrouve dans un bar clandestin.

"Daisuke, t'as pas intérêt à déconner. Protège ma soeur et veille à ce qu'elle ne manque de rien, le chef me doit tout sur ce coup là. Si y a le moindre problème pour elle, tout le monde plongera avec moi, c'est clair?"

Après ce dernier échange de paroles avec Daisuke, ce dernier m'a aussi passé son arme et il a ensuite guidé le gang, il était le seul à connaître suffisamment les plans de la boutique pour espérer trouver un moyen à tout le monde de se barrer. J'ai immédiatement commencé à réfléchir à comment gagner du temps et il faut dire que les films d'action, c'est parfois une bonne source d'idée: tirer dans les extincteurs, ça fait un maximum de bordel, puis les coups de feux tirés en l'air ou dans les murs, ça n'a aucune chance de blesser mais ça décourage fortement les gens qui viennent vous déloger d'avancer trop rapidement.
Je n'avais aucune idée de si les autres finiraient par s'enfuir ou s'ils allaient réussir à prendre la poudre d'escampette, mais au moins, j'ai réussi à leur faire gagner quelques minutes avant d'être à court de munitions, je me suis donc immédiatement mis genoux à terre, mettant les mains derrière ma nuque, attendant que les forces de l'ordre finissent par venir me cueillir. La suite fut assez simple: en voyant que j'étais seul sur le banc des accusés pour le procès, j'ai déclaré que j'étais le seul sur les lieux et que j'ai volontairement tiré à des endroits pour être sûr de ne blesser personne afin de me laisser du temps de trouver une autre sortie. On ne m'a pas cru évidemment mais je n'ai dénoncé aucun des mecs de mon gang, j'avais compris qu'ils s'en étaient tous sortis et je sais que Daisuke ne laisserait pas mon sacrifice être inutile. Ma soeur serait en sécurité et si ce n'était pas le cas, il savait d'avance que j'étais prêt à donner tous les noms et tous les détails sur notre gang en un claquement de doigts si l'accord n'était pas respecté. Rien, absolument RIEN n'est plus important que ma soeur à mes yeux.
Cette fameuse soeur que j'ai eu une dernière fois au téléphone le soir de mon arrestation, je devais rester fort une nouvelle fois pour ne pas craquer au téléphone, lui dire simplement que j'ai fait un mauvais choix et qu'elle allait devoir se débrouiller sans moi pendant un certain temps, que Daisuke lui rendrait souvent visite pour moi, qu'elle n'avait rien à craindre quant à notre argent, elle devrait avoir de quoi vivre sans trop de soucis. Juste avant de raccrocher, je lui ai répété combien je l'aimais et qu'elle pourrait toujours compter sur moi, qu'importe la distance qui nous sépare.
Quelques jours après, la sentence est tombée: ça sera cinq années de prison ferme pour cambriolage avec détention d'armes à feu. Le fait que personne n'ait été blessé m'a surement évité de prendre trois fois plus, mais ça reste quand même cinq longues années où je ne pourrais pas prendre soin de ma soeur ni subvenir à ses besoins... Et comment dire que rares seront les prisonniers à avoir le même parcours que moi: j'ai récupéré un partenaire de cellule arrêté pour un meurtre. Mon objectif étant d'avoir une bonne conduite pour essayer de sortir de prison un peu plus tôt que prévu, ça n'allait pas être de la tarte si je me faisais pourrir la vie par un tueur.
A croire que le destin ne voulait vraiment pas me laisser de répit, j'ai été emprisonné fin août 2109, j'ai à peine pu m'habituer à la vie en prison que le Shukumei nous est tombé dessus et, aussi bien que les citoyens libres, les prisonniers ont eu la "joie" de découvrir cette apocalypse. Imaginez ce que c'est d'être enfermé dans une toute petite cellule quand on a l'impression que la terre, le ciel et les mers se déchainent, à croire que l'heure du Ragnarok était arrivé. Dire que la situation dans la prison de Tokyo, qui avait déjà subi des dégâts importants après le séisme dans la nuit, est devenu incontrôlable au moment du tsunami qui l'a frappée presque aussi fort que les bâtiments sur la côte. Je me souviens des cris, de la fureur de certains prisonniers qui voulaient en profiter pour prendre le contrôle de la prison ou s'évader. La seule chose qui me préoccupait réellement: survivre. Ma cellule étant dans l'aile la plus à l'opposé de la mer, nous avons pu nous abriter un peu mieux que ceux qui ont subi la vague de plein fouet. Bien que je ne le portais pas dans mon coeur, mon partenaire de cellule s'est retrouvé en très mauvaise posture: sa jambe était prise dans les barreaux de la cellule et s'est brisé avec la force du torrent d'eau qui a déferlé dans la prison. Peu après, lorsque le calme commençait doucement à revenir, deux corps gisaient à la surface de l'eau dans le couloir, signe que ceux qui ont tentés de fuir n'y sont pas arrivés finalement. Les gardiens de prison sont venus me chercher pour m'évacuer immédiatement, la priorité était de récupérer tous les prisonniers encore en état pour évacuer et les placer dans un autre centre de détention, pour peu qu'il y ait vraiment un endroit capable de nous accueillir à cet instant dans le pays. S'il y a bien une chose que j'ai apprise lors de mes longues années dans mon gang, c'est qu'on abandonne pas un mec de la bande, qu'il soit en pleine forme ou blessé: j'ai catégoriquement refusé de venir si on emmenait pas mon partenaire, alors que lui me hurlait dessus depuis tout à l'heure pour pas que je le touche sinon il allait me faire la peau. Loin d'avoir un physique capable de les effrayer, dans une situation aussi chaotique, faire d'un prisonnier encore valide un ennemi ne semblait pas du goût des deux gardes qui me faisaient face, alors on a fini par sortir mon partenaire de sa misère à trois et je l'ai aidé à gagner le lieu d'évacuation, même si j'ai probablement perdu un peu de mon audition à force de l'entendre me hurler dessus.
Suite à ces catastrophes en série, le moins que l'on puisse dire c'est que je n'ai plus eu le moindre problème avec lui et une forme d'amitié, ou plutôt de partenariat, s'est créé entre nous. J'ai pu agir librement et avoir un comportement assez "exemplaire" auprès des gardiens pour espérer qu'on finirait par apprécier mes efforts et me laisser sortir avant la date prévue. Vu que Toshiro, mon nouvel ami, était bien plus menaçant que moi, cla m'a évité que d'autres prisonniers viennent me chercher des noises car j'étais trop "gentil" à leurs goûts, à croire que la chance me souriait un minimum.
Deux ans plus tard, une autre catastrophe a frappé le pays, et la prison, de plein fouet: l'épidémie suite au bug de l'Incontestable. Une fois encore, il y a eu pas mal de morts parmi les prisonniers, j'ai d'ailleurs cru que j'allais y passer personnellement, Toshiro aussi, mais en veillant l'un sur l'autre depuis la dernière tragédie qu'on a vécue, autant vous dire qu'on comptait pas vraiment se laisser crever l'un l'autre. Il savait à quel point je tenais à ma soeur alors il me disait que si je n'étais pas un lâche, il fallait que je tienne bon et que je sorte d'ici pour aller la voir. Pas un jour ne s'est passé depuis mon airrvée sans que je pense à Michiru, pas une semaine ne s'est passé sans que Daisuke vienne me voir pour me donner de ses nouvelles, me tenir au courant de plein de choses qui se passaient en dehors. Jamais je n'aurais pu imaginer infliger à ma soeur une mort de plus, pas de cette façon là en tout cas, je me devais de me battre et quand tout cela serait fini, je pourrais peut-être lui dire à nouveau combien je l'aime et trouver une meilleure solution pour lui apporter l'aide dont elle aura besoin pour vivre sa vie comme elle l'entend.
Malgré toutes ces frayeurs, j'ai fini par m'en remettre, mon colocataire de cellule aussi et depuis ce tragique événement, bien d'autres événements dont je n'ai eu vent que par Daisuke se sont produits en dehors des murs de la prison, mais de mon côté, mis à part une petite perte de poids avec l'âge qui avance et la réduction des vivres pour les prisonniers après toutes les catastrophes de ces dernières années. Vraiment, je n'ai jamais aimé l'Incontestable, du moment où il m'a arraché mes parents, mais c'est à croire que c'est lui en personne qui veut que je finisse par crever tout seul dans un coin. Je crois qu'à l'époque des Incontrôlables, si j'avais eu la majorité, nul doute que j'aurais rejoint le mouvement pour manifester ma colère, mais la responsabilité de prendre soin de ma soeur m'avait déjà été confiée. Peut-être trouverais-je une façon d'oeuvrer contre l'Incontestable pour me venger un jour...
Une bonne nouvelle a fini par me parvenir: on m'a accordé le droit de finir mon séjour en prison un peu plus trop que prévu, bien sûr avec une surveillance assez stricte, mais mon bon comportement et ma volonté de regagner une vie plus noble pour retrouver ma soeur m'ont grandement aidé à faire pencher la balance de la justice en ma faveur. Peut-être que tout cela n'est qu'une méthode pour voir si je peux les conduire jusqu'à mon gang pour les faire coincer une bonne fois pour toutes? Daisuke m'a affirmé qu'ils continuent tous à agir, que c'est même presque aussi florissant qu'auparavant. Dans tous les cas, mes dernières paroles dans cette prison sont pour celui qui m'a soutenu durant mon passage ici, alors qu'une potentielle nouvelle vie me tend à présent les bras.

"Toshiro, merci d'avoir rendu ma vie un peu moins difficile dans cette prison, malgré toutes les catastrophes auquelles on a dû survivre toi et moi. Bonne continuation et espérons qu'on se reverra en d'autres conditions plus appréciables. A bientôt l'ami."

Je viens tout juste de passer le grillage de la prison alors que j'ai fini de ressasser mon passé. Que va t-il m'arriver à présent? "Le destin se rit de nous", voilà ce qu'on dit, alors espérons que je trouverais la force de rire à nouveau moi aussi.
Physique
En ce qui me concerne, je suis parfaitement dans la norme japonaise: je mesure un mètre soixante-quinze pour un poids ne dépassant pas les soixante kilos. On peut dire que mon séjour en prison et mon manque d'exercice quotidien m'ont amaigris un peu mais je n'ai pas vraiment de quoi me plaindre non plus. Par le passé, quand j'étais encore un homme libre de ses mouvements, mes muscles étaient en meilleure forme, me permettant de suivre aisément le rythme des membres du gang où j'étais, qu'importe ce que nous étions en train d'accomplir. Si jamais je... si je viens à revenir parmi eux, je vais sérieusement devoir me remettre au sport, mais je préfère ne pas y penser pour le moment...

Pour le reste, mes traits de visage sont fins, ils me font toujours paraître plus jeune que je ne le suis réellement, ce qui a pu me servir en de nombreuses occasions, bien que cela a quelques inconvénients aussi. Niveau pilosité faciale, j'ai arrêté d'espérer il y a quelques années, ça ne sera jamais convenable, alors autant rester imberbe et soigné. Au moins, ma coupe de cheveux est assez simple et fournie, malgré que je les ai un peu laissé pousser depuis que je suis ici. Je les entretiens un minimum, c'est peut-être ma façon d'imiter ma soeur: prendre soin de moi alors que je suis isolé avec personne, ou presque, pour venir me voir. Il est fort probable que je sois obligé de faire un passage chez le coiffeur pour m'assurer que leur couleur soit un peu mieux entretenue, mais dans l'absolu, leur teinte un peu foncée me convient. "Ca fait encore plus ressortir le vert émeraude de tes yeux" comme dirait mon partenaire de cellule, ça doit être une façon de voir les choses. J'aimerais bien maîtriser l'art de dissimuler ou de mettre en avant les choses aussi aisément, ça m'éviterait de montrer, par inadvertance, les cicatrices que j'ai obtenues lors de mes activités au sein du gang. Certaines ne sont connues que de mon meilleur ami Daisuke et ce n'est peut-être pas plus mal comme ça.

Une dernière chose: vu que j'ai passé un long moment en prison, je ne pense pas revenir vivre dans l'appartement où j'ai vécu avec ma soeur, j'aurais bien trop honte à présent, donc j'espère pouvoir rapidement me procurer de nouveaux vêtements. J'ai tendance à porter des choses simples, bien qu'avec un minimum d'élégance et de classe: des manteaux avec une couleur assez foncée, des chemises noires habillées d'une cravate à couleur, selon mon envie. Pour le bas, je reste assez basique en l'adaptant à ce que je porte en haut, c'est-à-dire des tons sombres et seule ma ceinture dispose aussi d'une couleur qui communique avec celle de ma cravate. En effet, je ne suis pas vraiment le genre à voir la vie en couleurs, mais mon style vestimentaire est au moins plus simple que ma vie, c'est toujours ça de pris!
Caractère
Dès que mon esprit n'est pas occupé par une tâche à effectuer ou une idée, et même quand c'est le cas malgré moi, je pense à Michiru. C'est à elle que j'ai dédié ma vie depuis plus d'une dizaine d'années à présent et je ne pense pas que cela changera de si tôt. Je suis déterminé à tout faire pour elle, à accepter tous les sacrifices car... c'est à moi de la protéger et de faire en sorte qu'elle puisse avoir une vie un peu moins difficile à supporter. Sa maladie est un fléau, mais par le passé, j'imagine que j'ai facilement été un fléau bien plus dur à supporter avec mes paroles sans pitié envers la seule famille qu'il me reste. Alors oui, à présent, je suis peut-être en prison mais je veille toujours à ce que mon ami Daisuke soit toujours prêt à lui rendre service. Surprotecteur? Ca serait presque un euphémisme tant je souhaite tout subir à sa place, je serais même prêt à prendre sa maladie pour elle si ça pouvait la permettre de vivre heureuse. D'ailleurs, je n'exclus jamais l'idée qu'un jour, elle sera mariée à un inconnu et, qu'avec de la chance, ce mariage la délivrera de bien des côtés merdiques de la vie qu'on a vécue. Si ce jour-là, elle n'a plus besoin de moi, je disparaîtrais sûrement de sa vie...

Mais dans ce cas, à quoi bon vivre cette vie si je n'ai plus aucun objectif à accomplir? Ce n'est pas tant que je me refuse à vivre sans elle, mais clairement, ça ne m'a jamais réussi de vivre une histoire d'amour ou de tenter de vivre uniquement pour moi. La seule place où je réussis à éclairer la vie de quelqu'un, c'est aux côtés de Michiru, alors comment pourrais-je faire si je devais apprendre à vivre pour moi-même? J'ai beau ne pas être le dernier des abrutis et aimer me triturer les méninges sur des situations compliquées, je doute en permanence me concernant: toute l'énergie, le courage, la détermination que je réussis à avoir quand je fais tout ce que je fais, c'est parce que je le fais pour toi ma chère petite sœur. "Que faire de ma vie sans toi?" reste probablement le plus grand mystère à mes yeux et je ne suis pas sûr de vraiment vouloir le résoudre... J'espère donc que le moment où je devrais avoir la réponse à cette énigme est loin, très loin de nous. En attendant, je ne peux que patienter derrière ses barreaux en fer et préparer scrupuleusement le moment où je pourrais enfin t'aider à nouveau.
Généré avec le formulaire
Lisalisa

Messages postés : 309
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Le bro de la douce Michiru ! ✨

Bienvenue chez nous et bon courage pour l'écritureee !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

might be a sinner ; might be a saint

Hear her - THE Arisa
merci Hatoclown & Chiha pour les avatars ღ


one brain cell:
I'm a dark sun - Keita Hôno Uron

grbfh:
I'm a dark sun - Keita Hôno Unknown
I'm a dark sun - Keita Hôno CjjIPFG I'm a dark sun - Keita Hôno UlmRG6s I'm a dark sun - Keita Hôno NlRYT1U I'm a dark sun - Keita Hôno NwQ16ft
— Just Married —

Messages postés : 71
Inscrit.e le : 07/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : ★
Autre: #0066ff
Aaaaaw bienvenue à toi I'm a dark sun - Keita Hôno 1258839627

Très très hâte de lire tout ça I'm a dark sun - Keita Hôno 3303333686
— Just Married —

Messages postés : 337
Inscrit.e le : 13/06/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Leonore Mizutaka
Autre: Je piapiate en : #CC4E5C
Bienvenue à toi et bon choix de pré-defini ♥

J'adore le vava de ce prédef en tout cas et pas mal de choses comme j'avais hésité à le jouer xD
Ravie de le voir débarquer en tout cas ^^
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 27/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Hey hey hey!

Désolé pour l'attente, j'ai "pas encore fini" car j'ai eu un IRL chargé ces derniers jours mais ça devrait plus être très long! Si possible, j'aimerais bien qu'on me laisse un ou deux jours de plus svp ♥ J'ai oublié de prévenir auparavant, gomen.

Merci pour vos commentaires aussi, c'est agréable de voir que le personnage est apprécie ♥ J'espère dans ce cas ne pas vous décevoir pour la suite de ma présentation!
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5993
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Je t'ajoute une semaine de délai I'm a dark sun - Keita Hôno 1362171446

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

I'm a dark sun - Keita Hôno 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit I'm a dark sun - Keita Hôno 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
I'm a dark sun - Keita Hôno Ld7d
I'm a dark sun - Keita Hôno BbNTuR8
I'm a dark sun - Keita Hôno V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
I'm a dark sun - Keita Hôno Cn3Ckyx
I'm a dark sun - Keita Hôno 1EPYLUw
I'm a dark sun - Keita Hôno DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
I'm a dark sun - Keita Hôno E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
I'm a dark sun - Keita Hôno 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
I'm a dark sun - Keita Hôno Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
I'm a dark sun - Keita Hôno YqECw0j
— Just Married —

Messages postés : 63
Inscrit.e le : 09/11/2020

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Les crocs sont pas très propres. Faites gaffe.
Le frangin de ma femme d'une autre vie I'm a dark sun - Keita Hôno 1518348080
Bienvenue parmi les fous...meh les fous gentils...j'crois 8D
— MODÉRATEUR FICHE —

Messages postés : 442
Inscrit.e le : 08/03/2018

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Paweł ♥
Autre: cause en #CC6666. Bosse chez un fleuriste. Aussi menteur que mignon. Aime le rose. Et les lapins. Et aimer, tout simplement.
Bienvenue à toi et bon courage pour la suite I'm a dark sun - Keita Hôno 1518348080
— Just Married —

Messages postés : 71
Inscrit.e le : 07/10/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : ★
Autre: #0066ff
J'ai tout lu et je n'ai rien à opposer à la validation du personnage tel qu'il est présenté actuellement ♥
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 27/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Je viens doubler le message de ma chère petite soeur pour dire que j'ai fini ma présentation! Je vais encore la relire en un coup après car je sais qu'on se relit jamais assez contre les fautes, mais ça devrait être bon pour le reste (je l'espère I'm a dark sun - Keita Hôno 2047885044 )
Lisalisa

Messages postés : 309
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Bienvenue parmi nous, pavé césar, mais la correction va être très rapide donc go!

Histoire

J'ai relevé quelques fautes :
longue chute [...] qui m'y attendaient
soirée qu'ils ont organisées
moi qui entamait -
Il me manquera juste l'ajout du mouvement des Incontrôlables (tu peux le caser quand tu parles vite fait de son avis sur l'Incontestable par ex)
Caractère

RAS

Physique

RAS

Conclusion
Franchement rien à dire d'autre. C'est très bien raconté, expliqué, c'est logique et son dévouement envers sa soeur est très touchant. I'm a dark sun - Keita Hôno 3912395661 Il a pas du tout eu une vie pour lui en fait, on veut juste le voir heureux maintenant et on espère qu'il le saura. :c


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

might be a sinner ; might be a saint

Hear her - THE Arisa
merci Hatoclown & Chiha pour les avatars ღ


one brain cell:
I'm a dark sun - Keita Hôno Uron

grbfh:
I'm a dark sun - Keita Hôno Unknown
I'm a dark sun - Keita Hôno CjjIPFG I'm a dark sun - Keita Hôno UlmRG6s I'm a dark sun - Keita Hôno NlRYT1U I'm a dark sun - Keita Hôno NwQ16ft
— Just Married —

Messages postés : 11
Inscrit.e le : 27/01/2021

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Salut Arisa! Merci de m'avoir corrigé aussi vite et honnêtement, je pensais avoir laissé bien plus de fautes que ça, preuve que je m'améliore un peu si j'essaie de me relire avec plus d'attention lol

En ce qui concerne les fautes que j'ai faites, je vais expliquer pourquoi elles sont là (je ne conteste pas, je me dis juste que tu pourra m'aiguiller sur pourquoi j'ai pas écrit ça de la bonne façon et ça me fera progresser!)

il n'y avait qu'une longue et lente chute dans les ténèbres qui m'y attendaient
> Pour celle-là, je pensais simplement que c'était les ténèbres et non la chute qui devait être prise en compte, sauf qu'après coup, oui, c'est mieux si je prend la chute comme sujet!

soirée qu'ils ont organisées
> Bon là, c'est le s de trop, ça m'arrive souvent mais j'ai dû croire que je parlais de plusieurs soirées X) My bad!

moi qui entamait -
J'ai ce mauvais réflexe de mettre des T à la place des S quand je dis "moi" au lieu de "je", va falloir que je me bagarre pour que ça rentre xD

Et en ce qui concerne les Incontrôlables, voilà ce que j'ai ajouté, en espérant que ça suffira:
Je crois qu'à l'époque des Incontrôlables, si j'avais eu la majorité, nul doute que j'aurais rejoint le mouvement pour manifester ma colère envers le système qui a fait exécuté mes parents, mais la responsabilité de prendre soin de ma sœur m'avait déjà été confiée. Peut-être trouverais-je une façon d'œuvrer contre l'Incontestable pour me venger un jour...

Tu me diras si tout te convient ou non! Dans tous les cas, merci de tes retours et bon courage pour la suite o/
Lisalisa

Messages postés : 309
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Hey !
Tu as géré pour les fautes, surtout pour une si longue fiche. I'm a dark sun - Keita Hôno 4115966937
Pour la première faute je me suis demandé pendant quelques secondes si tu parlais de la chute ou des ténèbres aussi I'm a dark sun - Keita Hôno 3182035657 Je me suis dis que dans le pire des cas tu me corrigeras.
T'es pas le seul à oublier de conjuguer le "moi qui" en tant que je, je faisais la même faute pendant longtemps!

Sinon tout est impec, bonne aventure parmi nous ! I'm a dark sun - Keita Hôno 2984341854

Pré-validation par Arisa
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

might be a sinner ; might be a saint

Hear her - THE Arisa
merci Hatoclown & Chiha pour les avatars ღ


one brain cell:
I'm a dark sun - Keita Hôno Uron

grbfh:
I'm a dark sun - Keita Hôno Unknown
I'm a dark sun - Keita Hôno CjjIPFG I'm a dark sun - Keita Hôno UlmRG6s I'm a dark sun - Keita Hôno NlRYT1U I'm a dark sun - Keita Hôno NwQ16ft
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 5993
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
I'm a dark sun - Keita Hôno 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

I'm a dark sun - Keita Hôno 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit I'm a dark sun - Keita Hôno 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
I'm a dark sun - Keita Hôno Ld7d
I'm a dark sun - Keita Hôno BbNTuR8
I'm a dark sun - Keita Hôno V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
I'm a dark sun - Keita Hôno Cn3Ckyx
I'm a dark sun - Keita Hôno 1EPYLUw
I'm a dark sun - Keita Hôno DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
I'm a dark sun - Keita Hôno E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
I'm a dark sun - Keita Hôno 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
I'm a dark sun - Keita Hôno Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
I'm a dark sun - Keita Hôno YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#15 —Re: I'm a dark sun - Keita Hôno
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum