Double impact DgoiC4q
Double impact 9oulLiP
Double impact 620526BoutonElysion5050
Le deal à ne pas rater :
Où trouver My Hero Academia Tome 31 collector en édition limitée ?
13.50 €
Voir le deal

— Just Married —

Ven 5 Mar - 3:52
Messages postés : 12
Inscrit.e le : 05/03/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Loan Lewis OCHIAI
"Repoussons nos limites et découvrons la liberté d'être soi"

Généralités
Nom ;; Ochiai
Prénoms ;; Loan Lewis
Âge ;; 17 ans, bientôt 18 - 15/05/2095
Genre ;; Masculin, bi-genre
Origines ;; Anglosaxonne
Activité ;; Etudiant en orchestration
Sexualité ;; Tendance asexuel
Avatar ;; Seraphine de League of Legends (en genderbend pour l'avatar)
Règlement ;; Validé - Ari
Chemin ;; Ceci est un DC
Commentaire ;; Nope
Physique
Loan mesure un mètre soixante-dix-sept. Il est très fin, la seule activité physique qu’il fait étant de danser sur la musique qu’il écoute, et par danser, on pourrait plutôt dire vaguement bouger en rythme et ça lui suffit amplement. Il passe plus de temps assis qu’à bouger, ne serait-ce que pour marcher. Et pour ajouter à son côté féminin, il a peu de poils et une atrophie testiculaire, titillant particulièrement son côté jaloux de la virilité des autres.

Un visage plutôt fin lui aussi, assez ovale, encadré par une touffe de cheveux roses, qu’il a colorée récemment, lui donne une bouille d’ange. Il a aussi les oreilles percées depuis peu, lui permettant ainsi de porter une ou deux boucles d’oreilles quand ça lui chante.  Le tout agrémenté de beaux yeux bleus et vous avez un jeune garçon adorable. On remarque aussi tout de suite qu’il n’est pas japonais, n’ayant pas les traits marquants de ces derniers.

Sa voix n’a pas muée, le complexant assez. Plutôt fluette, elle ajoute à ce côté féminin dont il a du mal à se détacher, malgré un style vestimentaire plus garçon. Adepte des vêtements larges qui cachent sa finesse, il aime cependant les couleurs claires. Plutôt jean, il aime les pulls larges. Il évite les vêtements de sport, trouvant que ça ne lui va pas et que ça fait un peu trop vulgaire. Il essaie quand même de garder un certain style streetwear.  Il force aussi souvent sur sa voix pour lui donner une allure plus grave, mais cela lui fait souvent mal à la gorge à force.

Quand Loan devient Loïs, il enfile une de ses perruques, le plus souvent celle au cheveux roses, même s’il en possède plusieurs. Une touche de maquillage l’aide à avoir un visage plus féminin. Des traits plus fins, une bouche plus marquée malgré le côté naturel qu’il essaie de garder, des yeux qui ressortent un peu plus. Il aime dessiner une petite étoile bleue sur son visage pour marquer le changement entre Loan et Loïs.

Un style bien plus féminin, bien plus tape à l’œil. Des robes, jupes, et surtout, des hauts peu décolletés pour éviter de montrer au monde qu’il n’a pas de poitrine. On la pensera plutôt plate et ça ne le dérange pas. Après tout, il ne suffit pas d’avoir une grosse poitrine pour être une fille. Et pour lui, la féminité passe en particulier par le style. Dans un style féminin et assuré, Loïs porte souvent des vêtements voyant, coloré, souvent en accord avec son humeur. Il suit cependant beaucoup les tendances actuelles, sauf s’il s’agit du style noir et blanc, qu’il trouve fade.

Caractère
Loan est un garçon doux. Il a tendance à ne pas s’énerver, à garder ses émotions enfouies en lui. Il essaie un maximum de comprendre et de pardonner, d’aimer plutôt que de haïr et se retrouve parfois submergé. Dans ces moments, il joue du piano, ce qui lui permet d’évacuer un minimum.  Très sensible, il accumule en lui ce qu’il ressent et le ressenti des autres. Ce qui prend le plus de place dans son cœur reste le besoin de se sentir homme. Avec les médicaments donnés par sa mère, il a l’impression d’être une ébauche ratée de garçon et se sens souvent attaqué par la virilité évidente de certains hommes. Une sorte de jalousie le ronge, le poussant à les envier fortement. Plutôt passif, il laissera les gens, le futur, les opportunités venir à lui. Il ne se sent pas encore prêt à être totalement révélé au monde, malgré le fait qu’il ait repris sa place dans sa vie.

Loïs, elle, est plus impétueuse. Forte et déterminée, elle ne laissera personne lui marcher sur les pieds. Elle est comme elle est et si ça ne plait pas, tant pis. Cette énergie peu aussi lui servir pour la musique, lui donnant des mélodies plus vives, comme elle. Elle déborde d’énergie, une vraie pile électrique qui rêve de pouvoir faire mille choses à la fois et de pouvoir vivre sans dormir. Cela ne l’empêche pas pour autant de prendre parfois le temps, le temps d’observer le monde, le temps de ressentir les autres, le temps de vivre, tout simplement. Et pourtant, quand elle ne choisi pas de prendre ce temps, la patience lui fait fortement défaut. Elle imagine souvent tout ce qu’elle pourrait faire durant les précieuse minutes qu’elle perd. Expressive, elle laisse paraitre facilement ce à quoi elle pense ou ce qu’elle ressent. Elle est du genre à saisir les opportunités, à aller de l’avant, à vivre chaque instant comme si c’était le dernier.

Mais n’oublions pas, Loan et Loïs sont une seule et même personne. Et même si Loan et bien plus ouvert lorsqu’il est en fille (ou Loïs bien plus fermé lorsqu’elle est en garçon), certains aspects de leur personnalité les rassemblent. Passionnées, ils aiment la musique plus que tout et rêvent de composer pour des films. Rien ne pourra les faire dévier de cet objectif. Facilement distrait, par une idée, un bruit, quelque chose de joli, ils peuvent sembler peu attentif et parfois, c’est vraiment le cas. Lorsqu’ils se perdent dans leur monde, plus rien de la réalité ne peux capter leur attention. Mais c’est un mal pour un bien à leurs yeux. De plus, si vous les laisser y entrer, ils seront bien plus efficaces, malgré le fait que lorsque l’on oublie d’écouter, on passe à côté d’informations importantes.

Histoire
Il jouait du piano, elle était violoniste.
Il se battait pour exister, elle restait leur tête d’affiche.
Deux êtres différents, opposés, pour une seule et même histoire.


Loan Dawson, né à Londres en l’an 2095, avec de jolis chaussons bleus aux pieds. Loan Dawson, petit garçon d’à peine quelques heures, blotti dans les bras de sa mère, son père souriant à leur côté. Première photo de sa vie, dernière photo de famille.  

Il s’avère que la famille parfaite n’existe pas, il n’existe que des gens essayant du mieux qu’ils peuvent de s’approcher de l’idéal nommé perfection. Et dans cette quête, on peut retrouver un homme et une femme, qui s’aimait d’un amour véritable. Du moins, au début de leur histoire. Et lorsque leur couple a commencé à battre de l’aile, tiré vers le bas par un mari plus préoccupé par son travail que par sa compagne et une femme au foyer ne sortant plus assez de chez elle, le seul moyen qu’ils ont trouvé pour se redonner de l’espoir était d’avoir un enfant. La femme voulait plus que tout avoir une adorable petite fille, quant à l’homme, il s’en fichait tant qu’il pouvait travailler en paix. C’est ainsi que naquit Loan, un petit garçon au prénom mixte, probablement parce qu’il n’était pas né fille. Cependant, la naissance d’un bébé n’avait pas aidé le couple et l’enfant grandi doucement dans une atmosphère tendue, avec un père enfermé dans son bureau.

Eleanor, femme au foyer, ancienne pharmacienne, élevait son enfant presque toute seule. Un très mignon petit garçon, qui du haut de ses à peine un mois, habillé de rose, ressemblait presque parfaitement à une petite fille, ou à une poupée, tout dépendait du point de vue. Elle s’amusait parfois à lui rajouter de petits nœuds, après tout, ça ne pouvait pas lui faire de mal. Et même si les gens qu’elle croisait pensaient que c’était une fille qu’elle promenait partout dans sa poussette, ça ne pouvait pas faire de mal. Cependant, à force de ce petit jeu presque anodin, Eleanor prenait goût au fait d’avoir une petite fille. Alors pour son premier anniversaire, elle lui offrit une poupée de tissus. Une peluche comme une autre, non ?

Phillip, homme d’affaire émérite, ne trouvait au début pas ça particulièrement bizarre. A vrai dire, il n’y faisait pas vraiment attention. Si sa femme voulait s’amuser avec son bébé et imaginer une petite fille à la place d’un petit garçon, et bien qu’elle fasse. Il n’avait, de toute manière, pas le temps de s’en préoccuper ou même de faire entendre raison à sa femme. Un garçon, une fille, pour l’instant, c’était simplement un nourrisson qui pleurait, dormait ou mangeait, comme tous les bébés. Enfin, pleurait était un bien grand mot, car Loan était plutôt du genre à gazouiller en presque toute occasion. C’était un bébé heureux, alors pourquoi s’inquiéter de comment sa mère l’habillait ?

Cependant, le temps passant, les habits devinrent des surnoms, des coiffures, des jouets, etc. Tout commençait doucement à aller trop loin pour son père, qui avait décidé qu’il ne voulait plus voir son fils "déguiser en poupée". Loan marchait à peine et déjà, il était la source de tous les conflits de la maison. Et le temps n’arrangerait rien.

C’est peu après avoir soufflé les bougies de ses quatre ans que Loan fut emmené, un beau jour, par sa mère. Elle lui expliqua qu’ils allaient faire un voyage, tous les deux, entre filles. Le fait d’avoir pu profiter, les premiers mois, de sa fille rêvée avait un peu retourné l’esprit de sa mère. Après tout, elle pouvait parfaitement l’élever comme sa fille. Il grandirait en se prenant pour une petite fille et il suffirait alors d’une simple opération pour que son rêve devienne réalité. Mais les choses ne sont jamais aussi faciles.

Son père, trop occupé avec son travail n’avait pas remarqué les préparatifs, mais dès qu’il se rendit compte que sa femme était partie avec leur fils, il engagea des poursuites, qui n’aboutirent malheureusement pas. Sa femme étant dans un autre pays, il fallait attendre qu’elle revienne sur le territoire. Il engagea aussi une procédure de divorce qui finit par aboutir avec le temps et qui sait, peut-être qu’il trouva quelqu’un d’autre. Avec cet échec, il n’essaya pas de reprendre contact ou s’il le fit son ex-femme ne répondit jamais.

De plus, le Japon offrait la possibilité de tomber sur l’âme-sœur. Ce Cupidon informatique qui depuis longtemps la faisait rêver. Depuis que son mariage partait à vau-l’eau, elle avait commencé à se dire que la méthode japonaise était probablement la bonne. On ne tombe pas sur l’amour de sa vie comme ça, il faut de l’aide et quoi de mieux qu’une intelligence artificielle pour aider l’homme.

Une fois arrivé à destination, il fallut apprendre une nouvelle langue, alors que le petit Loan métrisait à peine la première. L’école devint particulièrement difficile, mais, probablement grâce à son jeune âge, cela fut plus facile pour lui que pour sa mère. Mais après de gros effort et une première année particulièrement difficile, les choses devinrent rapidement plus simples pour la petite famille. Eleanor dû suivre une formation accélérée pour pouvoir retourner travailler et trouva finalement une place en pharmacie et finit par obtenir la nationalité japonaise pour elle et son fils, qui à la maison, était une petite fille. Et allant de pair, deux petites puces furent placées dans deux humains de plus.

Pour son entrée au collège, sa mère avait bataillé pour l’inscrire en tant que fille, mais avait seulement réussi à trouver une école qui acceptait qu’il porte l’uniforme féminin. C’est donc sous le nom de Loïs, nom que Loan avait lui-même choisi, qu’il commença le collège, habillé de l’uniforme féminin. Enfin, même si ce n’était qu’un surnom, car administrativement parlant, il restait Loan.

Le collège ne fut pas si compliqué que ça coté cours, les premières années. En tant que fille, sa mère avait ait en sorte que Loïs ait de beaux cheveux longs. Une touche de féminité de plus. Le maquillage n’était pas autorisé, mais à la maison, sa mère y allait à cœur joie. Elle l’inscrivit aussi à des cours de violon, pour l’aider à "canaliser" son énergie et la concentrer sur quelque chose d’utile, de poétique et d’un peu plus féminin à ses yeux.

Cependant, à l’école, ce décalage entre son corps et la manière dont sa mère la traitait se fit de plus en plus grand. Déjà, de par le fait qu’elle n’avait pas le droit d’aller dans les vestiaires des filles. Et hors de question pour elle d’aller dans celui des garçons, alors, elle se changeait aux toilettes. Et puis, les remarques commencèrent, les enfants sont parfois méchants entre eux. Cependant, la certitude que quelque chose n’allait pas montait de plus en plus en elle.

L’année de ses douze ans, une lettre rose arriva à leur appartement. Il était temps pour sa mère de se marier. L’homme, un japonais pur souche, dénommé Daisuke Ochiai, était aussi une personne douce et aimante. Pour les deux adultes, l’Incontestable était le cupidon mettant les âmes sœurs ensemble. Et, il est vrai que leur mariage fut heureux. Daisuke travaillait dans une entreprise de vente de papier et apparemment, malgré le fait que le papier soit désormais très peu utilisé, son métier payait suffisamment pour qu’ils soient bien.

Mais, avec l’âge vient la puberté et quand commença la puberté de Loan, sa mère commença à lui donner un traitement. D’après elle, il s’agissait de quelque chose de nécessaire pour que ça fille aille bien. Cependant, il s’agissait plutôt de quelque chose de nécessaire pour que ça fille reste une fille. Que Loïs ne redevienne jamais Loan. Et cela marcha plutôt bien. Le traitement hormonal que sa mère réussissait à se procurer par d’obscur moyen semblait avoir mis la puberté de Loan en pause, lui permettant de rester Loïs.

Pour éviter tout problème comme il avait pu y en avoir avec son ancien mari, la mère de Loan expliqua à Daisuke que Loïs souffrait d’une maladie rare et qu’il lui fallait des médicaments régulièrement pour qu’elle puisse, si ce n’était avoir une puberté normale, ne pas subir d’effets négatifs. Et à côté de ça, elle faisait en sorte d’éviter au maximum les visites chez le médecin, surprotégeant sa fille pour qu’elle n’attrape pas de rhume.

Shukumei frappa un jour, sans prévenir, emportant avec lui bien des choses, bien des souvenirs. Ils étaient chez les parents de Daisuke, leur évitant ainsi bien des malheurs. Cependant, leur maison n’eut pas la même chance et il fallut faire avec, reconstruire un chez soi et des souvenirs. Racheter des affaires, des vêtements. Pleurer ce qui était irrécupérable et passer à autre chose.

La conscience que son corps était celui d’un garçon et non pas celui d’une fille, comme sa mère le voulait tant, l’avait gagné depuis déjà quelques années et elle voulait éviter que tout le monde le sache, alors au lycée, elle le cacha le plus possible même si parfois, l’envie d’être comme tous les autres, une fille normale ou un garçon normal la gagnait de plus en plus. Mais à côté de ça, la fatigue chronique qui la tiraillait depuis déjà quelques années lui retirait l’envie d’essayer, de se battre contre sa mère.

Et la jeune fille grandit ainsi, prenant avec l’âge, de plus en plus conscience du problème qui les touchait, elle et sa mère, mais l’enfouissant avec soin pour ne pas y penser. Il était plus simple de faire ce qu’on lui demandait plutôt que de se rebeller. Pourtant, une part d’elle semblait s’éteindre plus elle fermait les yeux sur la situation. Cependant, lorsqu’elle rencontra Hiroto, un garçon de son âge qui lui fit une magnifique déclaration, cette part d’elle se tue, laissant les choses évoluer comme elle ne le devrait pas.  

Puis, il y eu le système error, qui laissa ses parents dans le doute durant quelques jours et pourtant, ils restèrent ensemble. Il avait appris à s’aimer d’un amour vrai et pur. Et malgré la liberté offerte par l’Incontestable, il ne voulait pas d’une autre vie. Après tout, sa mère était venue vivre ici pour ça. L’amour le vrai. Quant à l’épidémie, elle ne les toucha pas vraiment, les laissant porteur sain sans gros problèmes.

Elle avait alors seize ans et cela devait faire près d’un an et trois mois que Loïs sortait avec Hiroto. Il avait rapidement appris que la jeune fille cachait un jeune garçon en réalité, mais lui avait dit ne pas s’en soucier. Et un jour, tout s’effondra. La vérité finit toujours par ressortir.

-Loïs, tu voudrais pas faire quelque chose pour vraiment devenir une fille ?

Elle avait relevée la tête de son téléphone et avait observé le jeune homme, haussant un sourcil. L’idée ne lui était jamais venu à l’esprit. Pourquoi voudrait-elle devenir une fille, totalement, effacer ce qu’il restait du vrai lui ?

-Non, pourquoi ?

-Bah, je sais pas. Ce serait mieux. Comme ça, on pourrait passer à l’étape suivante dans notre relation.

Loïs posa son livre, les sourcils froncés cette fois. Elle n’y avait jamais pensé, elle n’en avait jamais vu l’intérêt. Elle se releva et regarda le garçon droit dans les yeux.

-On peut déjà le faire, je te signale. Et je suis très bien comme je suis.

-T’es une fille ! Tu veux pas un corps de fille ?

-Je suis autant une fille qu’un garçon ! Ça…

Dans un mouvement de colère, la jeune fille fit passer sa robe par-dessus sa tête, se retrouvant en sous-vêtement devant le jeune homme.

-CA, c’est moi. Que tu le veuilles ou non, je suis aussi un garçon. Et si ça ne te plait pas, t’as qu’à aller te trouver « une vraie fille ».

Un long soupire traversa les lèvres du garçon, il semblait lui aussi bien énervé, mais aussi particulièrement mal à l’aise.

-C’est bon, rhabille-toi.

La jeune fille se tourna alors vers la commode et commença à fouiller, cherchant de quoi s’habiller.

-T’es même pas capable de regarder un autre garçon à moitié à poil. Qu’est-ce que tu fous avec moi ? Tu pensais peut-être que j’allais devenir quelqu’un d’autre ?

-Loïs…

Alors qu’elle enfilait une tenue qui faisait bien plus « garçon », ladite Léa se tourna vers le garçon, ses yeux lançant des éclairs.

-Je m’appelle Loan !

Sa voix était redescendue. Certes, il forçait dessus, mais il s’en fichait, si ça pouvait prouver à cet abruti qu’il était lui aussi un garçon, alors, il pouvait bien supporter ça. Après tout, on lui avait bien souvent répété qu’il n’était pas une fille, que c’était bizarre. D’ailleurs, sur ses papiers, son vrai nom était Loan et il avait beau avoir accepté de vivre comme une fille pour sa mère, pour l’amour de sa mère, il refusait de devoir subir une chirurgie, modifier son corps, pour entrer dans les délires sexuels de son copain. Il ne voulait pas de lui comme il était, très bien, alors il ne l’aurait pas tout court et il n’aurait plus la chance de le voir en fille. Comme sa folle de mère qui commençait elle aussi à lui parler de modifications corporelles.

-Bordel, Loïs, arrête de faire l’enfant.

Une fois habillé, Loan sorti de la pièce, sans même offrir un peu plus de son attention à l’idiot qu’il abandonnait dans sa chambre. Il croisa sa mère à la sortie, mais ne lui accorda pas plus de son temps et claqua la porte d’entrée. Ils attendaient tous de lui qu’elle soit la petite fille modèle, il allait leur montrer qui il était vraiment. Un garçon, loin d’être parfait. Cette partie qui se mourrait au fin fond d’elle venait de se réveiller et de prendre le dessus.

Seul dans la rue, avec juste son téléphone et son porte-monnaie, le jeune homme ne savait plus quoi faire. La colère n’était pas retombée, mais que pouvait-il bien faire pour prouver au monde que lui aussi existait, qu’il n’était pas simplement le mauvais côté de Loïs, la partie que tout le monde voudrait effacer ? Comment faire pour vivre sa propre vie ?

Alors, il s’était dirigé vers le premier salon de coiffure qu’il avait trouvé et s’était fait couper les cheveux, courts, trop courts, mais peu importait, maintenant il était un garçon, malgré le rose qui colorait encore ses cheveux. Sa mère avait fait changer la couleur de ses cheveux par un beau rose qui lui plaisait particulièrement, mais pas à Loan, pas à son lui homme qui avait besoin de s’exprimer.

Une fois chose faites, Loan se retrouva seul et démuni. S’il rentrait chez lui, ne l’attendait que des reproches. Sur sa rupture, sur ses cheveux, sur tout. Il aurait dû venir au monde en tant que fille, sa mère l’aurait peut-être un peu plus accepté. C’était tout ce qu’elle voulait voir en lui, une fille et il se demandait même si les médicaments qu’elle lui donnait ne visait pas à l’empoisonner ou quelque chose dans le genre. Peut-être était-ce pour l’empêcher d’être un homme. Après tout, il n’avait jamais vraiment ressenti d’envie sexuelle, il n’avait jamais eu le genre de problème dont parlait son petit, pardon, ex-petit ami au réveil ou peu importait où. Est-ce que sa mère essayait de tuer le garçon en lui, de le tuer ? Peut-être bien.

Alors, il n’était pas question pour lui de rentrer chez lui. Il trouverait bien un banc ou dormir, de quoi manger pas trop cher ou des gens suffisamment gentils pour l’aider. Il allait disparaitre de la vie de ses parents, totalement. Il allait devenir quelqu’un d’autre, le vrai Loan.

Ce petit manège dura à peine une semaine. Une semaine durant laquelle il pensa difficilement à sa vie. A qui il voulait être. Il n’arrivait pas à laisser de côté cette partie féminine. Loïs avait elle aussi le droit d’exister, mais pas au détriment de Loan. Et durant cette dure semaine, car il n’était pas facile de vivre dans la rue, Loïs et Loan trouvère un terrain d’entente. Puis, la police lui mis la main dessus et les ramena chez eux.

Devant sa mère, Loïs prit le relais, essayant de l’apaiser en lui promettant de mettre une perruque pour rattraper sa coupe de cheveux. Elle en avait déjà une de toute façon, que sa mère lui avait offerte car elle ne pouvait pas encore faire changer sa couleur de cheveux. Devant son père, lorsque sa mère eu le dos tourné, Loan put enfin exprimer ses désirs. Il voulait commencer quelque chose à lui. Quelque chose où il pourrait être Loan et pas Loïs et pour ça, il lui fallait l’aide de son père. Il savait qu’il accepterait. Alors, ne connaissant que ça, il choisi la musique, mais son propre instruments cette fois : le piano. Quant aux médicaments, ils passèrent à la poubelle, Loan refusant de continuer à les prendre. C’est à ce moment qu’il recommença à grandir et heureusement pour lui qu’il n’était pas adepte du sport car le retard osseux et musculeux qui découlait de la prise de ce traitement favorisait grandement les blessures.

Et le temps passa, puis, arriva une nouvelle. Une bien étrange nouvelle, sa mère était enceinte, d’une petite fille. Elle allait enfin pouvoir avoir la véritable fille qu’elle rêvait d’avoir. Et dans tout ça, Loan n’avait plus tant sa place, Loïs non plus. Mais le temps passa doucement pour eux et ils apprirent à vivre l’un avec l’autre, en accord. Accepter deux facettes deux soi-même n’est pas toujours facile, mais avec le temps et enfin libre d’être qui il voulait être, Loan se rendit compte qu’il avait besoin de faire vivre Loïs aussi. De lui donner un endroit où exister, alors, il créa une chaine sur internet sur laquelle il était elle, où elle jouait du violon et lui, du piano pour l’accompagner, mais c’était elle la star.

Et tout aussi doucement, vint le temps de choisir ses études supérieures. Grâce à sa mère, la tâche ne fut pas aisée. Considéré comme une fille depuis le collège, il fallait maintenant faire accepter qu’il était aussi un garçon. Avec l’aide de son père, les choses furent un peu plus simples, sa mère ayant oublié son existence depuis la naissance de sa petite sœur.

Disclaimer:
On va commencer par Eleanor, qui fait clairement subir de la maltraitance à son fils. Evidemment, il ne faut pas faire ce qu'elle a fait, il faut un avis pédiatrique pour utiliser les médicaments qu'elle a utilisés sur son fils. Elle est atteinte d'une pathologie psychiatrique que j'ai décidée de ne pas définir, peut-être que je le ferais en rp, mais dans cette fiche, j'ai décidé de mettre l'accent sur ce qu'à subit Loan plutôt que sur elle.

En parlant de ce qu'à subit Loan, les séquelles qu'ont les enfants qui ont subi des maltraitances durant leur enfance sont souvent lourdes, dépression, addiction et autres joyeusetés. Pour Loan, ce sera une dissociation de personnalité légère (sujet sur lequel je suis plutôt calée puisque j'en suis atteinte).

Enfin, les séquelles dû au traitement. Il est possible que certaines choses soient fausses, j'ai lu pas mal d'étude et autres documents sur la question, mais je ne suis pas médecin. Tout d'abord, le médicament sert à mettre en pause la puberté (il est utilisé principalement sur les enfants dont la puberté commence avant ou aux alentours de 8-9 ans) et utilisé trop tardivement peut entrainer pour les garçons (ça peut arriver sur les filles aussi, mais je ne me suis pas penché sur la question), un retard pubertaire iatrogène (dû à un médicament). Le retard pubertaire peut lui entrainer un(e) hypogonadonisme, qui est en très gros et pour les garçons, un manque de testostérone. Et enfin, l'hypogonadonisme entraine toute une série de symptôme (chez l'homme toujours) tels que la fatigue chronique, une baisse de libido et des capacités érectiles, une diminution des masses musculaires et osseuses (dans ce cas, une absence d'augmentation) et de la pilosité, une atrophie testiculaire (ici, le fait que les organes génitaux n'est pas quitté le stade enfant) et enfin, une oligospermie sévère (soit le fait d'avoir moins de spermatozoïdes). Il y avait d'autres symptômes non "obligatoire", d'après une infirmière, que j'ai choisis de ne pas mettre. Le tout peut être soigné avec une thérapie adaptée.
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
#2 —Re: Double impact
Invité
Ven 5 Mar - 8:27
FIRST Double impact 1988361910

Bienvenue à ce dc fort intéressant Double impact 4228984879

( aurais-je entendu parlé de ce dc sur la cb hier soir ? Double impact 3766924225 )
Invité
— Just Married —

Messages postés : 2361
Inscrit.e le : 22/02/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Kintaro ♥
Autre: Merci Raion pour les magnifiques vavas ♥ dessins par Shiba, Haru, Gaby , nnmoae, jin.lol ,lilvi and me o/
Bienvenue avec ce nouveau personnage ! ^^

Le sujet est traité d'une façon intéressante, sans rajouter excessivement de drame, c'est agréable :) j'ai hâte de le voir évoluer en RP.

Bon courage pour la validation !

Édit : Hina espèce de ninja, tu m'as devancé xD
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
#4 —Re: Double impact
Invité
Ven 5 Mar - 11:05
oui bonjour je viens crier sur le visu
pcq séraphine quoi
pfiouuu

et sinon de ce que j'ai lu c'est abordé si, bien en fait ? c'est doux et triste un peu mais assez vaporeux
bref je l'aime et je viendrai sans doute te harass pour un lien Double impact 877043524

bienvenue !! ✨
Invité
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
#5 —Re: Double impact
Invité
Ven 5 Mar - 17:44
Re bienvenue à toi avec ce DC dont ont a effleuré du bout des doigts ce qu'il pourrait être en papotant plusieurs fois ♥

Je n'ai pas encore eu le temps de lire mais, c'est promis ce sera fait!!! Des bisous et bonne chance pour la validation!
Invité
Lisalisa

Dim 7 Mar - 15:07
Messages postés : 537
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Re-Bienvenue sur le forum ! o/ Je ne sais pas qui se cache derrière ce dc, mystère!

Histoire

J'ai relevé une faute et j'ai des éclaircissements à te demander
sa fille rêver

Son père a laissé sa femme emmener son fils à l'étranger sans rien dire ? Et les belles-familles, les proches n'ont rien dit ?
Eleanor, trouva une place en pharmacie   - il faut garder à l'esprit qu'il est compliqué de trouver un travail en ayant des qualifications étrangères, surtout dans le domaine médicale, il est nécessaire de repasser les concours parfois ou d'au moins fournir la version japonaise de tous les diplômes.

Pour son entrée au collège, sa mère avait bataillé pour l’inscrire en tant que fille et malgré la difficulté, avait fini par réussir -  Je ne m'y connais pas assez, mais il n'est pas possible de s'inscrire sur un genre autre que celui de ses papiers officiels. Pour l'uniforme c'est une autre question car certains établissements – ils sont peu malheureusement- laissent les élèves choisir librement. Donc non la mère n'a pas pu le faire passer pour une fille.

Par ailleurs cette obsession qu'elle a relève d'un problème psychologique. Rien que ces deux phrases sont alarmantes :  Il grandirait en se prenant pour une petite fille et il suffirait alors d’une simple opération pour que son rêve devienne réalité. / Mais, avec l’âge vient la puberté et quand commença la puberté de Loan, sa mère commença à lui donner un traitement. C'est wow. Ce comportement est une forme de maltraitance.

Son mari n'a pas cherché à reprendre contact, à les retrouver sachant que sa femme est allé si loin dans son envie de voir son fils être sa fille ?
Par ailleurs tu ne nous dis pas si Eleonor est divorcée, si elle est encore mariée à l'étranger ok son ancien mariage devient nul, mais pour l'Angleterre non !
Et son nouveau mari, il en pense quoi ? Il a bien du remarquer quelque chose.

Sa mère avait fait changer la couleur de ses cheveux par un beau rose qui lui plaisait   - les teintures sont interdites au sein des établissements scolaires.

Loan a passé toute sa vie à être élevé en tant que fille, comment a-t-il pu réussir à percuter qu'il ne l'est pas biologiquement. Enfin, est-ce que sa mère lui rappelait sans cesse qu'il était un garçon, mais qu'il devait être une fille ? Comme il a grandi dans ce schéma de pensée, j'ai du mal à comprendre qu'il ait pu si aisément percuter et switcher de Loan à Lois, vice-versa.
Et comme sa mère ne fait plus attention à lui, parce que tada elle a eu une fille, il se passe quoi avec ce traitement ? S'il l'a commencé tôt cela a du déjà avoir des impacts sur son physique et sur ses hormones, ce qui peut être dangereux !

Tu dis « Considéré comme une fille depuis le collège, il fallait maintenant faire accepter qu’il était en fait un garçon », alors ils se sent plus garçon que fille au final, au fond de lui ? (c'est pour être sûre d'avoir bien compris).

Caractère

qu'il est repris sa vie – ait
Physique

qu’il fait étant de danser sur la puisque qu’il écoute,  - sur la piste, puisqu'il
touffe de cheveux rose
beaux yeux bleu
n'a pas mué
qui cache sa finesse
cheveux rose
Conclusion

Le choix du personnage est intéressant, et est très inclusif donc c'est cool. Attention toutefois à savoir le sujet qu'on aborde car on a beau faire des recherches, il y a des détails qui peuvent causer problème -comme le traitement forcé sur l'enfant jeune-. C'est pour quoi je t'ai demandé des précisions histoire d'être sûre que c'est maîtrisé et respecté, et que tu as conscience des situations très problématiques (cf le comportement de la mère).

Voilàà ! Je te souhaite une bonne correction, n'hésites pas à me contacter si tu as des questions et mettre toute modification en souligné, couleur ou en gras. 👍

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

watch me as my world burns down
merci Hatoclown, Fu, Zach et Zian pour les avatars ღ

one brain cell:
Double impact Uron

grbfh:
Double impact Unknown
Double impact CjjIPFG Double impact UlmRG6s Double impact NlRYT1U Double impact NwQ16ft
— Just Married —

Mar 9 Mar - 2:29
Messages postés : 12
Inscrit.e le : 05/03/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Merci à tout le monde :3

Et les modifications sont faites, en espérant que ça ira ^^

Le disclaimer est un peu lourd alors je l'ai mis en spoiler et normalement les éléments qui y mène sont dans le texte (j'espère que ça se comprends Oo).

Après pour la belle famille, c'est la même chose que pour le beau-père, je l'ai pas plus expliqué que ça, j'espère que ça ira quand même.
Lisalisa

Mar 9 Mar - 17:04
Messages postés : 537
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Tout est impec ! Double impact 3998388675
Bon jeu ~

Pré-validation par Arisa
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

watch me as my world burns down
merci Hatoclown, Fu, Zach et Zian pour les avatars ღ

one brain cell:
Double impact Uron

grbfh:
Double impact Unknown
Double impact CjjIPFG Double impact UlmRG6s Double impact NlRYT1U Double impact NwQ16ft
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Mar 9 Mar - 18:02
Messages postés : 6417
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Double impact 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Double impact Makoto%20-%20signature
Merci Lucci, Zach et Lucas pour les avatars et kits Double impact 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Double impact Ld7d
Double impact BbNTuR8
Double impact V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Double impact Cn3Ckyx
Double impact 1EPYLUw
Double impact DfzeUm9


Merci Karlito ♥️:
Double impact Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Double impact YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#10 —Re: Double impact
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum