Un paradis artificiel DgoiC4q
Un paradis artificiel 9oulLiP
Un paradis artificiel 620526BoutonElysion5050
-41%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte Mémoire microSDXC Ultra 128 Go + Adaptateur SD
16.64 € 27.99 €
Voir le deal

— Just Married —

Dim 2 Mai - 23:11
Messages postés : 2
Inscrit.e le : 02/05/2021
Yuki Yeon
Si tu veux être un homme libre, laisse les autres te mépriser
Informations générales
Nom : Yeon
Prénom.s : Yuki
Âge : 25 ans et 10 juin 2086
Genre :  Masculin
Origines : Japonais
Activité : Musicien - À créer son propre label pour lever son majeur à toutes les machines à frics. De toute manière, c'est l'argent à papa qui finance.
Sexualité : Peu importe
Avatar : Zhongli- Genshin Impact
Règlement : - Validé - Ari
Chemin Comment avez-vous connu le forum ?
Autre : Un commentaire ?
Histoire

Un véritable handicap à créer des liens sociaux en dehors de ton entourage à cause de ton comportement antisocial.

Pour ce qui est de ton noyau familial, c'est un vrai dessert sentimental. Tu n’en as rien à foutre de tes vieux, autant que tu les déçois. Tu ne rentres pas dans leur standing de la famille friqué, bien sous toutes coutures. En apparence.
L'exemple de la famille, c'est ta sœur aînée, Émi. Elle a réussi sa vie, ELLE, comme ils aiment si bien te le répéter. Un parcours scolaire parfait, une brillante carrière de chirurgienne thoracique . Directrice d'hôpital. Elle fait la une des magazines scientifiques grâce à ses prouesses médicales. Mariée à un avocat prétentieux, le parfait tableau de famille. C'est le trophée de tes parents, chaque soirée mondaine, ils l'exhibent et se vantent d'avoir créé un chef-d'œuvre. Sur photo, c'est le foyer que tout le monde envie. Emi, c'est celle que tu connais, mais avec un paternel infidèle qui a la fâcheuse tendance à tirer sur toutes les femelles vénales qui tombent à ses pieds. Tu soupçonnes d'avoir quelques bâtards dans la progéniture. Tu imagines qu'il se permet ses écarts grâce à quelques ploutocrates qui ont de l'influence auprès de l'Inconstestable, après tout, il y a des hommes derrière la machine, et tout être humain peut-être corrompu.

 Le brouillon : c'est TOI , la plaie purulente qui gangrène la famille.

Ton vieux,  "le mécanicien des pute" comme t'aimes l'appeler. Bien souvent, ses clientes ils les retapent, mais il ne peut s'empêcher de les démonter une fois le boulot accompli - à  monter un empire de la chirurgie esthétique. Tu profites juste de son blé, que tu claques dans les soirées, les fringues, le joint et autres substances psychotropes et surtout la musique. C'est la seule chose qui t'anime, la musique. Tu passes tes nuits à composer. Tu dissèques ton être sur un bout de papier. Avec tes potes, vous fumer des joints et oublier le monde qui vous entoure. Tu craches la haine sur ce monde qui t'a pris ton meilleur pote. Max. Ce petit con d'Américains venu au Japon. Il n'a pas survenu au tremblement de terre, alors qu'il avait à peine vingt trois ans ,tu lui avais pourtant dit de te rejoindre dans la villa de tes vieux, loin de la capitale. Terminer ses blagues un peu merdiques, ses vannes sur ta famille friquée qui font rire tes blessures. Tu avais prévu une grosse fête, le genre ou tu t'éclates la tête, la sienne à fini éclater par un bout de béton. La mort l'a prise dans ses bras.Depuis, il n'y a plus aucune étincelle dans tes prunelles, il était l'éclair qui les faisait briller. Celui qui te comprenait, qui se foutait bien de la fortune de tes vieux. Vous composiez ensemble.Vous aviez fissurez la frontière entre l'amour et l'amitié. Tu n'as jamais su mettre de mots sur les sentiments que tu éprouvais à son égard. À présent, tu n'as plus à te poser la question. Alors pour soulager ta peine, éviter qu'elle te ronge jusqu'à l'os, tu écris jusqu'à t'en écœurer. Passe tes nuits à gratter du papier et te cacher pour fumer. Il t'avait aussi embarqué dans son délire, d'anti-incontestable, tu te souviens vaguement qu'en 2108 vous étiez allé caillasser la milice pour vous occupé. Enfin, surtout toi, lui  vouait une haine irrationnelle envers ce système. Lors du festival d'Ansubu, ce débile s'était fait chopper. Vous aviez réussi à soudoyer quelques miliciens pour qu'il le laisse finalement partir. Tu ne sais pas pourquoi, mais à leur apparition sur le web, il pouvait rester des heures à boire leurs paroles et se faire lobotomiser le cerveau par leur propagande.

Depuis, tu es devenue encore plus con que tu ne l'étais déjà. Les fous de ce monde te jugent à la couverture. Ils ne comprennent pas pourquoi un gosse comme toi, née avec une cuillère en or dans la bouche, passe son temps à flinguer sa vie. Tu es juste une bête de foire au milieu de ses de nantis hypocrites. Il ne voit pas qu'en réalité, tu vis dans un paradis artificiel ou tout n'est que façade. Entre les traitres et les faux-culs. Le monde dans lequel tu évolues n'est composé que de vautours, prêt à se dévorer entre eux pour confirmer leurs puissances. Toi, t'en as rien à carrer de monter les échelons pour obtenir du pouvoir. Il ne te ramènera pas Max d'entre les morts. Ton pire cauchemar ce n’est pas de mourir, c'est de vivre parmi ses connards. Ton futur résonne en toi comme un désert sans vie. Tu étais présent aux commémorations de ce foutu tremblement de terre, les yeux fixés vers les cieux, dans une direction quelconque, les larmes ont perlé sur ta joue pour la première fois depuis sa mort. Pour ton pote, tu as décidé d'aller au bout du rêve qui vous tenait éveillé chaque nuit. Tu as profité de l'argent de ton daron pour monter ton label de musique. Entre-temps, le projet Izanagi est passé par là. Aucun impact. Ni pour toi, n'ayant pas encore reçu la lettre du diable, ni pour ton cercle familial. Ton idiote de mère aurait dû en profiter pour se barrer, et se venger  à son tour des mensonges de son mari, tu l'as d'ailleurs incitée à lâcher ton infidèle de père. Mais elle en a décidé autrement, par amour ? Peur? Tu imagines que c'est surtout le portefeuille bien rempli de ton père qui l'a fait rester. Celui qui colmate les brèches de leur vie conjugale.. Ta mère était une pauvre fille de maraicher, qui, grâce à l'incontestable, a fini mariée à un fils de médecin. Elle avait touché le jackpot sans jouer. L'amour entre eux se résume seulement à quelques billets posés sur une table. Ta génitrice se met un voile sur les yeux, ton géniteur se met un préservatif à l'entre-jambes. Enfin, pas sur.

Prison dorée où tu tournes en rond, tu ne prends même pas la peine de t'ouvrir sur l'extérieur. Tu as peu de chaleur vis-à-vis de celui-ci. Tu as bien conscience du privilège que tu as, de ne manquer de rien, de vivre dans le confort. Mais derrière tes longs soupirent, tu envies la liberté des autres. Tu es taciturne, et il n'est pas  facile d'évoluer dans un univers où tu dois constamment te vendre pour ce que tu n'es pas.

Tu es sorti de ta sphère d'or quand ta sœur t'a tanné pour venir à l'hôpital aider durant l'épidémie. Le personnel sur les rotules face au nombre de patients qui ne faisait que croitre. Au début, ça t'a bien fait chier. Le domaine médical, t'y connais rien. Des tâches ingrates, les unes après les autres : préparer des lits, remplir des bouteilles ou des bassines de glaces pour maitriser la fièvre. Tu as vu certains fiévreux y laisser leur peau. Satomi. Une victime de l'épidémie. Sa fille, prostrée devant le lit de sa mère. Une petite blonde noyée dans ses larmes. Son ours brun serré contre sa poitrine comme seul réconfort. L'épidémie l'avait aussi touchée. Elle a survécu. Pas sa mère. Tu étais comme un con devant cette scène pitoyable. Même maintenant, tu te demandes ce qu'il t'a pris d'embarquer cette fillette avec toi. Ta mère t'a clairement fait comprendre qu'elle ne voulait pas de déchet sous son toit, elle avait déjà assez à faire avec celui qu'elle devait appeler son "fils" .  Dans ton milieu, les rumeurs se répandent comme une trainée de poudre. Alors tu as fait en sorte que le déchet devienne la source de tous les ragots. Cette pauvre gamine, abandonner par son père. Qui a vu sa mère mourir sous ses yeux. Sauver par la généreuse famille Yeon. De quoi ajouter une médaille de plus sur le blason familial.  Le plus incroyable, c’est l'attitude de ta mère à se faire passer pour l'ange gardien de cette gamine, auprès de ce bétail bien pensif qui gobe ses vantardises et la mousse de compliments face à cet acte héroïque. Mais tu préfères t'asseoir sur ta fierté face à leur intellect limiter. Tu n'as pas besoin de leurs éloges pour te définir. Tu la laisses en silence s'attribuer un mérite qui ne lui appartient pas. Et cette enfant n'est pas un objet à exhiber. Elle est tellement immonde qu'elle profite de la souffrance de cette gamine pour entrer dans les bonnes grâces de cette société élitistes.

Cette petite blonde, tu devrais l'appeler vérité. Elle t'a fait ouvrir les yeux sur le monde qui t'entoure. Elle te force à sortir de cette mélancolie qui te possède. À ses côtés, tu apprends à vivre plus simplement. Du haut de ses dix ans, elle sait te remettre les idées en place. Te faire comprendre qu'il y a autre chose derrière cette vision négative que tu as de tes pairs. Elle te suit partout. Quand tu perds ton sang-froid, elle est la donneuse qui empêche l'hémorragie. Elle a percé ta coque et a fait son petit nid. Un lien imperceptible s'est créer entre vous, tu es plus proche d'elle, que de celle qui partage ton sang. Vous n'avez que ça en commun d'ailleurs. Tu veux la protéger, lui offrir une vie loin de ses mégères narcissiques. Alors, lorsque des gens ont été annoncés comme mort sur l'Atai, tu t'es empressé de vérifier si la petite blonde faisait partie du lot. Et ce fut le cas. Durant deux semaines, tu t'es empressé de déployer tous les moyens à ta disposition pour essayer de lui rendre sa liberté. Tu as convaincu ta mère que tu irais au recensement avec la petite.  Abusant de ton nom de famille pour la faire passer à travers les mailles du filet. Tu as pris contact avec la famille de Max, retourner aux États-Unis à la suite au décès de leur fils. . Tu as acheté un billet d'avion. Tu l'as caché jusqu'à la date butoir de départ. Tu y étais presque, tu lui avais prévu un avenir heureux. Tu lui as ouvert un compte et pompé l'argent de ton daron pour l'alimenter. Échec et mat. Le roi a été capturé. L'échec fut cuisant, lorsqu'à l'aéroport, la milice fut déployée. Tu as été la honte de la famille, quand tu as fini au centre de rééducation. Trop jeune pour être mis en cause, et étant le commanditaire de la fuite, tu as fini sous les verrous à la place de la petite blonde. Tu ne regrettes pas ton choix. Si c'était à refaire, tu recommencerais. En étant plus malin cette fois-ci. Tu espères encore que la nouvelle puce qui fusille votre liberté aura à son tour une défaillance. Dans l'idée de pouvoir mettre les voiles. Tous les deux cette fois-ci.

À présent, tu t'es émancipé du cocon familial. Tu passes ton temps à chercher de nouveaux talents pour ta maison de disque. Tu dors la plupart du temps dans ton local. Avec  Aïna, la petite tête blonde aux grands yeux bleus qui te suit comme ton ombre. Tes parents ne lui accordent aucune importance, ont-ils réellement posé un jour les yeux sur elle ? Tu n'as pas l'amour docile, mais elle t'adoucit. Elle t'a évité de jouer du violon avec tes veines. Entre paraitre et faux semblant, elle t'a fait renaitre. Moins con, moins arrogant, plus humble à son contact.
Vous avez créé un cocon, indestructible. Elle te parle même de futur, son syndrome d'Œdipe lui fait penser que l'incontestable va attendre qu'elle grandisse et que tu  recevras la lettre rose avec son prénom dessus. Avec ton humour à deux balles, tu lui expliques que tu ne fais pas dans les planches à pain. Dans le fond, tu espères ne jamais tenir cette lettre entre les mains. Tu ne veux pas qu'un ou une intrus vienne perturber ton quotidien. Tes parents jubilent à cette idée, l'incontestable à trouver le mari parfais pour ta sœur (mon cul !) , il en fera de même avec toi. Et vu qu'on ne mélange pas les torchons et les serviettes, tu auras forcément quelqu'un de ton rang. Rang qui ne t'appartient pas, tu ne comprends toujours pas pourquoi ils te mettent au même niveau qu'eux. Et tu restes un être qui a besoin de vivre selon son rythme intime et personnel. Lunatique, le tempérament griser. Ton frère de l'ombre te rend mélancolique. Même si dans le chaos de sa disparation, tu as trouvé peu à peu du repos. Tu accordes peu d'importance à l'amour. Tu as bien rencontré quelques garces, elles ont seulement partagé avec toi un peu d'amour syphilis. Depuis, tu as jeté l'éponge. À vrai dire, tu te suffis à toi-même. De l'amour, tu n’es même pas sûr qu'il t'en reste pour quelqu'un d'autre.
Physique

Comme un fantôme dans les couloirs, tu arpentes cette maison. L'agitation au rez-de-chaussée t'a brusquement extirpé de ton sommeil. Tu bailles à t'en décrocher la mâchoire. Tes joues creusent, ressentent cette pression lorsque tu refermes la bouche. Tu descends les escaliers en marbres dans l'idée d'aller remplir ton estomac qui crie famine. Tu fais partie de ceux qui peuvent s'empiffrer sans prendre un gramme. Ton corps ectomorphe finit par croiser ta génitrice. De ses grands yeux couleur brunâtre, elle te lance un regard dédaigneux à la vue de ton teint blafard, accablé de fatigue, du aux excès de la veille. Les vaisseaux sanguins de tes yeux gonflés. Tu dois paraître éclaté.

Tu l'ignores. Les yeux rivés sur le buffet monstrueux que les domestiques sont en train de mettre en place. Dans cette indécente montagne de bouffe, tes Iris cuivrés, rehausser de fins sourcils bruns, cherchent quelque chose à se mettre sous la dent. Ta mère ne fait jamais dans la dentelle, elle se doit d'impressionner ses convives.
Ta sœur déboule, elle braille sur les domestiques. Elle pourrait réveiller un mort. Et pourtant, tu te frottes les yeux. La jolie brune, copie conforme de sa mère, marque une pause infime. Elle dépose un regard interloqué sur toi, et ne peut contenir plus longtemps son mécontentement.

- Yuki ! Va faire en sorte d'avoir une apparence humaine. Les invités ne vont pas tarder à arriver !

- Elle a raison ! Te douche ton paternel qui vient d'arriver.

Tu laisses un petit rire filtrer entre tes fines lèvres pincées. Lèvres sèches et noircies par la consommation de tabac.
Avec tes doigts fins aux jointures jaunies par un roulage intensif de clopes, tu attrapes un morceau de pain sur le buffet. Le regard désapprobateur de ton père, sur tes ongles peints en noir. Son agacement est presque comique à voir.

Tu remontes t'enfermer dans ta chambre. Tu passes la main dans tes cheveux ébouriffée. La teinte noire de jais de ceux-ci, avec les pointes colorées en brun roux tranche avec ton teint pâle . Avant, quand tu étais bien docile. Tu étais blond . Tu as changé la couleur, seulement pour emmerder tes vieux Et n'avoir aucun point commun avec ton père, blond lui aussi. Tu remets en place ton piercing industriel qui traverse le cartilage de ton oreille gauche. Fais craquer ta nuque, et enfile des vêtements dits " convenable". À l'opposé de ton style décontracté, plutôt négliger. Un jean, un sweat à capuche et ta paire trouée de sneakers font habituellement l'affaire. Mais aujourd'hui, tu te dois de rentrer dans le standing de ta mère. La famille ne doit pas avoir de brebis galeuse dans son troupeau. Alors tu as fait un effort en enfilant une chemise blanche pour l'élégance. Tu lisses ton pantalon noir chiffonné que tu n'as pas pris la peine de repasser. Si, porter un costume, peu t'éviter une énième réflexion de ta veille. Tu ouvres la fenêtre de ta chambre. Elle donne vue sur l'arrière de la demeure. Tu ne peux nier que la vue du parc fleurie, et plus loin sur le lac est somptueuse. Mais comme tout le reste, tout ici est factice.

Tu te roules une clope et tire dessus. Tu regardes le petit bétail qui s'agite en bas de ta fenêtre , pour satisfaire les caprices de ta mère.
Au risque de te les faire couper par ta génitrice, tu attrapes une veste pour camoufler tes avant-bras tatoués. Même s’ils sont discrets, de simples notes de musiques, ta mère ne peut supporter leurs vues. Tu es prêt à aller te jeter au milieu de ces fauves. Ignorer leurs regards méprisants, et les écouter se vanter pour s'impressionner les uns les autres.

Caractère

Si tu étais un animal, tu serais un caméléon, qui se fond parmi les lions.

Si tu étais un sourire, tu serais un rictus, avec tes yeux épicanthus

Si tu étais une douleur, tu serais viscérale, qui t'as rendu asocial.

Si tu étais un cœur, tu ne serais pas tendre, presque en cendre.

Si tu étais un humour, tu serais noir, pour rire de ton désespoir

Si tu étais un film, tu serais un genre dramatique, un personnage au caractère lunatique.

Si tu étais une larme, tu serais infinie, démunie face à cette réalité que tu fuis.

Si tu étais une saison, tu serais l'hiver, lorsque ton cœur se fait glaçon.

Si tu étais un sentiment, tu serais la mélancolie, celle qui te tient éveillé la nuit. L'ennui, quand tu participes à ses soirées ou ton unique envie est d'oublier ton hypocrisie. Le mépris, quand il te parle de ta famille.

Si tu étais un personnage historique, tu serais Itô Noe , pour défendre ta liberté.

Si tu étais un bruit, tu serais le silence, que tu maîtrises à outrance.

Si tu étais une étoile, tu serais Sirus. Quand tu composes pour la déesse Vénus.

Si tu étais une couleur, tu serais monochrome, griser par le deuil. Quand tu verses de l'encre sur ta feuille.

Si tu étais un regret, tu serais l'amour, celui que tu aurais voulu à tes côtés pour toujours.

Si tu étais un comportement, tu serais solitaire, pour ne pas te mélanger à tes congénères.

Si tu étais une plante, tu serais adventice, au milieu de ton entourage ronger par l'avarice.

Si tu étais une période, tu serais le futur.  Incertain, avec la peur du lendemain.

Si tu étais une émotion, tu serais la tristesse, face à ta détresse de ce deuil qui a failli te pousser dans ton propre cercueil.

Si tu étais une musique, tu serais la tienne, l'autopsie de ton être, celle qui t'a fait renaître..

-------------------------------------------------
Si on gratte sous la couche de ton air hautain et méprisable...

Tu peux être hypocrite, c'est le monde dans lequel tu évolues qui t'a rendu ainsi. Tu as pris l'habitude de te mettre un masque quand tu participes à ses festivités aux allures de bal masqué. Personne n'affiche son vrai visage. Tu es silencieux, tu sais te taire quand la situation te l'impose. Tu ne perds jamais ton temps à défendre ton point de vue, peine perdue. Tu préfères serrer les dents et ravaler ta fierté. Tu n'écoutes pas les autres, têtu, tu n'en fais qu'à ta tête. Et peu importe ce qu'ils en pensent. Lunatique, tu peux être parfois difficilement gérable. Tu as du mal à te maitriser quand la pression monte. Dans ses moments, ton unique défense, c'est de devenir violent, verbalement, physiquement, peu importe tant que tu peux d'une façon ou d'une autre évacuer ta bête noire. Malgré le dégout pour ta famille, leur sang coule aussi dans tes veines, et parfois tu peux être cupide. Mais en soi, qui ne l'est pas ? Tu as l'habitude d'obtenir rapidement tout ce que tu veux, la patience n'est pas l'une de tes vertus, à ton grand dam.

— Just Married —

Messages postés : 612
Inscrit.e le : 13/06/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Leonore Mizutaka
Autre: Je piapiate en : #CC4E5C
Bienvenue à toi sur JM

Bonne rédaction de fiche ♥
Joli ton avatar en tout cas et puisses tu vite venir t'amuser parmi nous :P
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Dim 2 Mai - 23:27
Oh un fils de riche? Bon à savoir Un paradis artificiel 1f440
Bienvenue et bon courage pour ta fiche!
Invité
— Just Married —

Messages postés : 1944
Inscrit.e le : 22/02/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se :
Autre:
Bienvenue sur le forum Un paradis artificiel 1362171446

Bon courage pour ta fiche ! ^^
— Just Married —

Messages postés : 125
Inscrit.e le : 02/05/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Bienvenue sur le forum, beau musicien !
Bon courage pour ta fiche. =)
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 6130
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Ca me perturbe toujours de voir cet avatar Un paradis artificiel 3912395661

Bon courage pour la rédaction Un paradis artificiel 1362171446

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Un paradis artificiel 4qQG8D4
Merci Lucci pour le kit Un paradis artificiel 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Un paradis artificiel Ld7d
Un paradis artificiel BbNTuR8
Un paradis artificiel V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Un paradis artificiel Cn3Ckyx
Un paradis artificiel 1EPYLUw
Un paradis artificiel DfzeUm9


La famille ♥️:
Nanase's family:
Un paradis artificiel E9mgMerci à Aria ♥️

Game of Nanase et activité familiale:
Un paradis artificiel 3OXEfcUMerci à Driss ♥️

Merci Karlito ♥️:
Un paradis artificiel Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Un paradis artificiel YqECw0j
— Just Married —

Ven 7 Mai - 16:52
Messages postés : 2
Inscrit.e le : 02/05/2021
Merci !!!   Un paradis artificiel 2244379341 J'ai bientôt fini... bientôt.

J'ai changé d'avatar aussi... indécise que je suis ><
— Just Married —

Messages postés : 6
Inscrit.e le : 28/04/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Bienvenue, bon courage pour la suite de ta fiche~
Lisalisa

Messages postés : 389
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction
Bienvenue sur le forum ! :D
Généralités : Si Yuki est né en 2086, il a 26 et non 25 ans.
Histoire

J'ai relevé quelques fautes et détails que je te demanderai de corriger :
famille friqué
d’Americains
le genre ou
à fini éclater
vous occupé
tu es devenue - née
de ses de nantis hypocrites
prêt - leurs puissances (pas de s)
ses connards
vous tenait éveillé
abandonner par son père

Le père de Yuki ne peut être infidèle, c’est sans appel l’adultère est interdit pour tout le monde, il faut donc retirer tout ce qui concerne ce sujet dans ton histoire.

 soudoyer quelques miliciens - la milice exécute les ordres et ne lâche personne, donc c’est impossible de la corrompre, ils ont pu simplement s'enfuir à temps ?

ta sœur t'a tanné pour venir à l'hôpital aider durant l'épidémie. - On ne laisse pas n’importe qui aider, même s’il y a un manque de personnel, Yuki n'a donc pas pu débarquer comme ça, aussi dans ce genre de situation c’est plus les internes et externes qui se chargeraient des tâches ingrates.
De plus si la fillette a été abandonnée ce sont les services sociaux qui prennent la relève, le personnel de l’hôpital les appelle. Alors, à moins qu’elle n’est plus de famille et que les parents de Yuki se soient proposés pour la recueillir, c’est compliqué qu’il l’est juste amené avec lui (mais comme je t'ai souligné que Yuki n'a pas pu intervenir comme renfort, il te faudra trouver un autre moyen).

Caractère

RAS
Physique

cheveux ébouriffée
dits “convenable”
Sinon RAS
Conclusion
Il y a ces quelques fautes et ces quelques points à revoir sinon tout est ok ! Tu as bien expliqué à quel point Yuki rejette complètement les valeurs et le monde dans lequel sa famille évolue, on sent ce besoin de s'en défaire et de vivre par lui-même une vie beaucoup plus honnête et loin de toute superficialité. Les éléments du contexte sont présents et bien intégrés, le tout simple et facile à lire ~ Un paradis artificiel 4115966937

Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Modération : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

might be a sinner ; might be a saint

Hear her - THE Arisa
merci Hatoclown et Fu pour les avatars ღ


one brain cell:
Un paradis artificiel Uron

grbfh:
Un paradis artificiel Unknown
Un paradis artificiel CjjIPFG Un paradis artificiel UlmRG6s Un paradis artificiel NlRYT1U Un paradis artificiel NwQ16ft
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#10 —Re: Un paradis artificiel
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum