Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara DgoiC4q
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 9oulLiP
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 620526BoutonElysion5050
Le Deal du moment : -50%
Assassin’s Creed Valhalla PS4/PS5 et Xbox One ...
Voir le deal
34.99 €

— Just Married —

Messages postés : 111
Inscrit.e le : 07/05/2021

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Shibae ♥
Autre: Discute en #Crimson.
Uenobara Hanzō
We hug and, yes, we make love
And we cuddle, sure, I do love it
Nom : - Uenobara
Prénom.s : - Hanzō
Âge : 28 ans. Le 4 septembre 2084.
Genre : Masculin.
Origines : Japonaise.
Activité : Médecin légiste à l'institut d'enquête scientifique de la police de Tokyo.
Sexualité : - Bisexuel. Il a ses phases, ça fluctue selon les périodes. Il a une légère préférence pour les messieurs quand même.
Avatar : Ken Kaneki, votre goule préférée brrr brrr. (Tokyo Ghoul)
Règlement : - Validey - Ari
Chemin: Avant j'étais un genre de belette, l'on m'appelait soit Ran, soit Maru.
Autre : J’vais faire un disclaimer. Hanzō c’est un gars marginal sur certains sujets notamment la mort, le corps humain, aux centres d’intérêts parfois obscurs, mais globalement sa personnalité est stable et inoffensive. De toute façon, il n'y aura absolument pas de choses explicites contenues dans la fiche, mais je préfère annoncer que sa fiche tourne autour de ces thématiques si jamais c'est pas votre came.
Boy, you write your name, I can do the same
Un mercredi d'avril 2113, 14h51

Je pose délicatement le poignet de John Doe 4 sur la surface miroitante en métal de la table d’autopsie. À travers mes gants en latex, je perçois fortement la froideur de la peau et la rigidité. Après avoir récupéré les résidus d’ADN sous ses ongles, je glisse l’échantillon dans une pochette transparente que j’identifie du code numéroté de rigueur. Je sais ce que vous vous dîtes. Comment en vient-on à un métier pareil ? Il faut être un peu cassé pour accepter de passer son quotidien au milieu des défunts ?

Eh bien non, figurez-vous que c’est précisément de l’inverse dont vous devez disposer. Sans stabilité, discernement et détachement, ce métier peut être insoutenable. Et même avec les trois, cela est loin d’être acquis éternellement.

Je range le sachet parmi les autres éléments de la boîte du trousseau de John Doe 4. Je m’applique à le recouvrir avant de le renvoyer dans sa capsule frigorifiée personnelle. C’est le quatrième inconnu présent dans nos locaux, d’où ce nom. En général, l’identification se fait avec les papiers officiels du porte-feuille mais là, il ne l'avait pas sur lui.
Je travaille à la morgue de l’institut d’enquête scientifique du département de la police depuis quelques mois. Il faut dire que mes études ont été longues. Presque dix ans d’études de médecine avec une spécialisation en criminologie parallèle, c’est conséquent.
C’est une tranche si longue de ma vie, que j’oublie parfois que je ne suis plus étudiant.

Le 6 septembre 2084, domicile conjugal des Uenobara, centre de Kyōtō

Ume Uenobara et Tōya Uenobara (née Kikuzawa), viennent de me ramener à la maison après deux jours passés à la maternité. Il paraît que j'étais très calme. Curieux, mais calme.  

Je venais donc de m'introduire dans la vie de madame l'avocate (Tōya) et madame la neurochirurgienne (Ume). Deux femmes perçues carriéristes, avec désormais un enfant à charge. Que d'originalité dans cette petite famille aux yeux de la société japonaise. Mais l'Incontestable les avait délibérément unies, et il faut dire qu'en ça, il ne s'est absolument pas trompé. Animées par des valeurs de vie communes, une ambition non dissimulée de bénéficier à la société, une passion pour la culture et les arts, elles sont en bien des points ce qui s'approche d’une belle définition d'âmes sœurs.

Pour être honnête, elles m'ont avoué qu'elles avaient été prises de court à l'époque de ma naissance. Je suis né suite à un ordre de l'Incontestable. Alors, certes, mes mères n'ont pas été désemparées face à cette annonce mais elles m'ont expliqué qu'il constituait pour leurs carrières respectives et leur quotidien une organisation extrêmement exigeante qu'elles n'avaient pas anticipé. Heureusement pour nous trois, l'organisation et la méthode sont pour ainsi dire un savoir-faire familial chez les Uenobara.

Années 2091 à 2096, Kyōtō

Alors tout a été finement planifié dès le moment de la réception de l’ordre jusqu'à ma venue au monde : scolarité (un sujet précurseur), loisirs, activité sportive, rien n'a été omis et le planning était plus que rempli. Aucun cours privés du soir, aucune leçon particulière de solfège ne m'ont été refusés. J'avais évidemment tous les livres qu'il me fallait et bien au-delà.
L'on pourrait penser qu’avec mes mères étant occupées par leurs emplois prenants, j'ai manqué de soutien affectif pendant ma croissance. Eh bien, si je me trouvais souvent seul à partir d'un certain âge, leur amour et leur bienveillance à mon égard ne se sont jamais trouvés limités. Elles n'étaient pas physiquement présentes mais elles ne m'oubliaient pas en déplacement. Lettres, emails et appels lorsque le temps le permettait, ne me laissaient pas démuni. Il faut dire qu'avec l'emploi du temps quotidien, j'avais toujours l'esprit occupé par une tâche ou un devoir. Leurs efforts pour se préoccuper de ma vie, pourtant conditionnés par un environnement difficile, ont toujours été palpables.

Années 2097 à 2100, Kyōtō - Le corps est le modèle. Le modèle inspire l'artiste.

C'est à mon entrée au collège que mon attrait pour le corps humain, l'anatomie, s'est éveillé. Une visite scolaire dans un musée, un détour par l'allée de sculptures européennes. Les positions, les angles, l'harmonie globale m'ont subjugué et ne m'ont jamais plus quitté. À l'époque, je n'y voyais que la beauté et j'ai tenté d'approfondir cette exploration par les arts.
D'abord par l'intermédiaire du croquis. Malheureusement, mon amour pour le sujet n'a pas su communiquer à mes yeux et mes mains la notion de proportion ou de perspective. La distance que représentait les outils ne me satisfaisait pas. Tout était bancal, rien ne faisait justice à la beauté captée.
Ensuite, j'ai touché à l'argile. Beaucoup plus tactile et pratique pour mes sensibilités manuelles naturelles. Je n'avais cependant pas de vision long terme suffisamment solide à faire valoir auprès de mes génitrices pour poursuivre dans cette voie artistique. La culture c'est essentiel, mais cela n'est pas un gage de réussite sociale suffisamment abouti.

Comprenez-les, une mère avocate et l’autre chirurgienne, cela créer certaines exigences en matière d’attentes de débouchés possibles pour leur progéniture. Surtout en tenant compte des injonctions dans lesquelles cela s’inscrit : deux carriéristes mariées au Japon, ça fait malheureusement encore bien tousser la société. Pour ça à l’étranger, ce n’est pas tout rose mais ça a le mérite d’être mieux toléré.

À titre personnel, ça m’a permis de bénéficier d’un cadre de vie d’une grande ouverture. Certes, les exigences académiques m’ont pesé durant ma jeune scolarité mais j’ai pu me former à des méthodes d’apprentissage et à la rigueur qui me servent encore dans mon quotidien d'adulte. Constamment encouragé à étendre mon bagage culturel et à développer ma sensibilité propre : deux des autres trésors dont elles m’ont fait cadeau et dont je prends tout juste la mesure. Ma passion pour les beaux modèles leur a semblé une marque de raffinement dans mon caractère, même si elles ne la considéreront jamais en dehors du spectre du hobby.

Années 2101 à 2103, Kyōtō

En parlant de hobby, je vous ai déjà évoqué la présence des livres et de la lecture dès mes jeunes années. J’ai lu Antigone étant plus âgé, peut-être adolescent. À l’époque, je faisais partie du club de littérature du lycée. Parmi les innombrables mythes grecs, celui-ci a éveillé chez moi une réflexion sur notre rapport aux morts. Si vous ne l’avez pas lu, ce mythe ne vous évoque rien. Antigone c’est l'héroïne malgré elle d’un genre de tragédie fratricide tout ce qu’il y a d’usuel en mythologie. La seule chose qui lui vaut son histoire contée, c’est son attachement à ses principes moraux. 
Antigone est un jour confrontée à une peine particulière. Ses deux frères se sont affrontés dans une lutte mortelle de pouvoir et le défunt Polynice, accusé de trahison pour sa rébellion face au système en place, se voit interdit l’ensevelissement par ordre du roi. Antigone apprend cette décision et s’en va retrouver la dépouille de son frère, laissée en proie aux charognards, pour lui offrir une sépulture digne. Bien sûr, ce faisant, elle enfreint la loi en vigueur et s’expose elle-même à une condamnation à mort.
Alors, pourquoi ce mythe est-il si important ? Outre la résolution de caractère dont a fait preuve Antigone, ça a été pour moi la source d’une réflexion plus profonde : que sommes-nous prêt à faire pour ceux qui ne sont plus ? Quelle place accordons-nous réellement à la mort dans nos vies ? J’y ai réfléchi depuis et j’y réfléchis encore. N’est-ce pas humain de soigner ses semblables ? Devrait-on considérer qu’ils méritent cruauté, offense ou dédain s’ils ne sont plus à même d’en subir les souffrances physiques et psychiques ? J’n’ai pas la prétention de posséder les réponses à ces questions, mais j’ai mes avis.

Années 2104 à 2108, Tōkyō

J'ai emménagé dans la capitale pour les études supérieures après l’obtention de mon certificat à la fin du lycée. Les départements de médecine légale sont inégalement pourvus sur le territoire, tant la considération pour cette discipline est faible et décroit avec les années. Pourtant en grandissant, il m’a semblé capital d’être capable de fournir un effort pour la maintenir. Investi dans mes études, je m'attache à un planning tout aussi cadré que celui de mes années à Kyōtō. Je ne prends presque pas de temps pour me mêler aux personnes de mon âge en dehors d'un ou deux groupes d'étudiants studieux.
À presque 23 ans, je m'intéresse à l’apparition du mouvement des Incontrôlables de loin, en suivant l’actualité dans les médias comme la plupart de mes concitoyens. Je n'ai absolument jamais eu de doutes sur les capacités de l'Incontestable, avec le modèle de mes mères, je dois dire qu'il est difficile de ne pas croire en une véritable expertise en matière d'union des individus de la part du système. Le 14 février 2108, un évènement est relayé par la presse tokyoïte : le Big Bang Kiss. Je suis attentivement les actions des Incontrôlables avec une préoccupation naissante vis-à-vis de l’Incontestable. Que signifient donc ces rébellions ?

Années 2109 à octobre 2110, Tōkyō → Montpellier

Le festival Ansuburu ne m'interpelle qu'à moitié l'année de mes 25 ans, je suis trop occupé à préparer toutes les formalités administratives nécessaires à mon départ en Europe, dans le cadre d’un programme d’échange universitaire d’un an entre la faculté de médecine de Tokyo et celle de Montpellier en France. D'ailleurs ce groupe de dissidents, les Incontrôlables, tombe dans l'oubli lorsque je quitte le pays en septembre.
À peine quelques semaines suivant mon arrivée sur le sol français, j'apprends que le Japon a été victime d'une catastrophe naturelle d'ampleur considérable. Celle-ci est baptisée Shukumei et laisse le pays entier en débris. J'appelle mes mères en pleine nuit à Montpellier dès que la nouvelle me parvient pour m'enquérir de leur état : elles vont bien. Je suis soulagé. J'apprendrai plus tard que mon ancien logement étudiant à Tōkyō n'a pas été épargné par les inondations et que mes possessions sont sans doute perdues. Qu'importe, je trouverai un autre logement à mon retour. En attendant, ma vie à l'européenne ou devrais-je dire, à la française poursuit son court délicat. Je découvre énormément d'aspects culturels impressionnants, dépaysants, bouleversants. Je profite de ce séjour pour explorer en toute liberté. Le rythme scolaire étant plus clément, je m'adonne à des sorties : musées, expositions, soirées. Les premières muses de mon existence croisent mon chemin : la sensualité européenne m'attrape à bras le corps et m'apprend à considérer avec presque autant d'intérêt les courbes voluptueuses que les musculatures anguleuses qui m'étreignent. Je cerne la dualité de mes préférences et l'emmène secrètement avec moi dans mes bagages pour mon vol retour.

Octobre 2110 à mai 2111, Montpellier → Tōkyō - Lancement du rééquilibrage, veuillez ne pas éteindre le dispositif

Mon retour en terre natale me laisse un goût doux-amère. Mes recherches de logement se passent plutôt sans encombre, il faut dire que l'argent n'est pas un problème. Je m'installe dans mon nouveau chez moi avec cette sensation de tête dans le brouillard qui ne me quitte plus depuis que j'ai reposé le pied sur l'archipel. Je suis distrait, préoccupé même, et me pose énormément de questions sur le fonctionnement de la société japonaise. Enfin, surtout sur l'un de ses aspects bien précis : l'Incontestable. Mon inquiétude indicible se niche au creux de mes entrailles lorsque je me rappelle mon train de vie montpelliérain. Dans un souci d'équilibre, je commence à réfléchir à une façon de m'extirper du joug social qui pèse plus ou moins lourdement sur mon quotidien. En entendant partout des bruits de couloirs de camarades de classe déjà mariés ayant dérogé à leur impératifs maritaux, ce besoin se renforce. Les perspectives de choix insatisfaisants de l’Incontestable se multiplient devant mes yeux alors que les problèmes se poursuivent. "System error" ou "erreur systémique" ?

Juin 2111 à novembre 2111 Tōkyō - Rééquilibrage en cours, veuillez patienter

J'ai débuté ma période d’internat au service de médecine légale de l’institut de la police scientifique de Tōkyō après avoir été sélectionné suite à mes résultats au concours en avril. Une étrange épidémie apparaît et frappe la population, ce qui m'oblige à rapidement trouver mes marques dans ma nouvelle vie professionnelle et personnelle. Je me rends compte que mes journées sont trop remplies pour que j'y trouve un espace de ressource, de lâcher-prise. Qu'à cela ne tienne, mes nuitées en prendront la responsabilité. Nouveau planning, nouvelles limites.

Je tâtonne quelques mois avant de décider de scinder véritablement mon rythme. Je serai le professionnel de santé la journée, le médecin légiste avenant mais distant, l’homme qui navigue dans l’univers des éteints et des brisés. J'offrirai mon énergie aux autres et les aiderai. Et lorsque le soleil se couchera je retrouverai ma véritable nature en soirée, celle de l’amant aux mille muses, de la sensibilité et de la sensualité, celle qui se perd dans des instants d’intensité partagée, de découverte de soi, des autres, du monde nocturne.

Décembre 2111 à avril 2112 Tōkyō - Le système a détecté des anomalies. Souhaitez-vous enclencher la procédure de sauvegarde des données ?

Les moniteurs commencent à rapporter différents cas de décès faux. Je suis abasourdi par l’annonce officielle qui tombe la première semaine de décembre. Pendant une fraction de seconde, j’imagine ce qui se serait passé si j’avais fait partie de ces pucés défectueux. L’envisager achève de confirmer mes doutes : j’espère ne jamais recevoir la missive rose de l’Incontestable. Pourvu qu’il m’oublie, pourvu qu’elle se perde, cette lettre, pourvu qu’un autre bug l’empêche, pourvu que n’importe quoi m’épargne de changer l’équilibre de vie que je viens difficilement de mettre en place.

avril 2113, Tōkyō - La chaleur qui quitte le corps. La froideur qui hante les corps.

Je passe une majeure partie de mes journées dans ce monde glacial et aseptisé. Une autre partie, je côtoie des personnes physiquement éplorées par des évènements d’une violence variable : accident, agression, et autres. Cette facette de mon métier est méconnue mais je suis effectivement responsable d’auscultations pour constater l’ampleur de certaines blessures. C’est le fragment tiède du quotidien : la chaleur humaine réintègre partiellement sa place. La vie réapparait éraflée, douloureusement, mais elle réapparait.  

Je ne vous dirai pas que les morts parlent. Leurs dépouilles en revanche, recèlent d'informations pour qui sait les collecter. Et s’il l’on leur doit une écoute attentive de leur vivant, il me semble tout aussi valable de la leur réserver ensuite. L’on oublie souvent qu’un défunt ne se définit pas par son état. Derrière chacun d’entre-eux, il y a des vivants. Leurs questions, leurs peurs, leurs souffrances. C’est là que j’interviens, à mon échelle, humblement. Je me démène pour apporter des faits, la moindre bribe que je puisse trouver, pour rétablir des liens brisés. Rétablir des connexions qui manquent à être faites. Atténuer superficiellement la douleur et l’incompréhension. Ne pensez pas que c’est facile ou plaisant. En revanche, j’estime que c’est un travail essentiel qui doit être fait.
Oh, I love the taste, la-la-la-la-la-la
Par quoi commencer, le plus distinctif ou le plus commun ? 
Si l’on commençait par le plus commun, je présume que ma corpulence générale serait la chose à désigner en premier. 1m77, 71kg, répartition de la masse musculaire constante.

Je fais du sport régulièrement, ce qui me permet de maintenir cet état. J’alterne entre pratique d’exercices de musculation et de renforcement cardio-vasculaire en salle de sport, la plupart du temps. Je déteste la course en plein air, en revanche.  

En journée, je porte des vêtements relativement neutres. Je ne suis pas fan des couleurs, seuls le blanc, le noir et de rares teintes de gris ou de rouge, composent ma garde-robe. Si vous ouvrez cette penderie, vous serez peut-être même déçus de n’y trouver que chemises blanches et pantalons foncés en multiples exemplaires, patiemment alignés sur leur cintre. Si vous cherchez un peu plus, vous trouverez sans doute le reste de l’espace de rangement. J’ai une drôle de passion pour les pièces en cuir. Leur texture et l’odeur qu’elles dégagent doivent y être pour quelque chose. Je collectionne toutes sortes d’accessoires de cette matière.

En nuitée et plus précisément si je sors, je serai sans doute vêtu de noir exclusivement. Je porte souvent un genre de haut à col montant moulant et sans manches couvert par un imperméable assez long. Si je revêt l’un des accessoires en cuir mentionnés avant, ce sera exclusivement en soirée.

Le débardeur sans manches c’est le choix qui sert mes épaules découvertes : elles sont bien formées de base et la musculation les a renforcées. Je vous en parle parce qu’il doit s’agir de la partie de mon corps que je préfère montrer et que je préfère tout court.

Il est temps que je vous en dise plus sur mes traits distinctifs. D’abord, je me décolore les cheveux. Ils sont blancs, j’investis une énergie, un temps et un budget à les garder d’un blanc aussi immaculé qu’il me soit donné. Comme je vous l’expliquais, j’abhorre les couleurs. Mes cheveux naturels sont noirs mais j’ai eu envie de changer. Depuis je garde ce blanc.

Je ne vais pas détailler l’ensemble de mes caractéristiques faciales parce que je vous perdrais instantanément. Mais c’est à cet endroit que se trouve mon signe particulier le plus flagrant : mon œil gauche. Il est souvent dissimulé derrière un bandage médical, davantage pour le confort d’autrui que pour mon bien-être.
Je souffre d’une inflammation chronique du sclère et de l’iris depuis petit. Ce n’est pas très grave mais c’est un problème récurrent. À titre personnel, il est incommodant plus que douloureux surtout depuis que j’ai un traitement qui me convient. De manière générale, il dérange parce qu’il n’est pas bien agréable à voir. Le traitement atténue les symptômes mais n’a aucun effet sur l’aspect lors des crises. Hors ces périodes, mon œil a une apparence normale et se fatigue moins vite.
All on my tongue, I want it
Très pris par mon travail, dont les horaires sont assez chaotiques, j’ai à cœur l’organisation et la méthode comme piliers quotidiens. Je suis consciencieux dans mon travail et pour tout le reste.

Une bonne partie des personnes de mon entourage vous dirait de moi que je suis fiable. Il est vrai que si l’on me demande de l’aide, je considère cela sérieusement. Je suis quelqu’un sur qui on peut compter, si l’on est réglo et respectueux, j’en fait autant de mon côté.

Tant que le respect est maintenu, je suis cordial mais dès le moment où vous prenez des libertés malvenues, que vous prenez les autres de haut, que vous vous montrez désobligeant, blessant, arrogant ou violent, je vois rouge assez rapidement. Glacialement cassant et cru, je vous remettrai à votre place sans concession. Vous êtes prévenu.

J’ai pris un certain temps à établir un rythme qui me permette de vivre en dehors des impératifs professionnels.
Certes, je considère mon travail comme une vocation, mais cela me pèse d’être exposé à certaines réalités ainsi j’ai occasionnellement besoin de prendre de la distance. Alors j’ai segmenté ma vie en journées et nuitées. Il est exceptionnel que je travail en soirée, et c’est souvent pour des raisons accidentelles, impérieuses ou graves.

En journée, je suis l'homme passe partout. Un citoyen dans la foule citadine. Un collègue efficace et avenant. Un professionnel de santé à l'écoute et ouvert. Une silhouette blanchâtre parmi les spectres des vivants.

En nuitée, je suis moi. Je sors de mon rôle lissé. Je demeure respectueux et calme mais j’ai plus de cœur à rire, à taquiner aussi. Une fois rentré chez moi, je me laisse aller à mes instincts, je revis. Les nuits sont trop courtes, les partenaires nombreux et tous merveilleux.

L’on me touche, je rends la faveur. J'oscille tantôt pilote, tantôt passager. Je m’adapte aux envies de mes rencontres pour déterminer qui sera maître ou maîtresse de la partie. Je me complais dans l'éphémère pour ne pas être devancé par le soleil ou pire, l'Incontestable. Je m'efforce de ne pas m'attacher parce que la déchirure que provoquerait la séparation potentielle d'une âme sœur par le choix incontesté me semble d'une trop grande violence. Je rattrape les instants perdus de chaleur humaine avec la fougue qui m'anime. J'enlace les corps, les adore pendant des heures. J'évite les cœurs, ils me font peur. Ma terreur égale leur profondeur.

Il paraît que flirter, enchaîner les conquêtes est incompatible avec un état durable, viable. En vivant avec l’Incontestable comme épée de Damoclès au-dessus de la boîte crânienne, je préfère profiter de ces temps libres sans état d’âme, disons.
Il paraît que c'est sensuel de s'assumer à ce point, enfin ça c'est que mes partenaires pourraient vous dire. Qui suis-je pour juger ? Et l’amour qu’est-ce que j’en pense ? Oh, ça l’amour. On verra bien.

Random pieces of useless information for people who like to read:
Il est donneur universel (O-) • Il n'a ni piercing, ni tatouage par contre il porte constamment du vernis noir (souvent dissimulé sous des gants lorsqu'il travaille et qui lui vaut des drôles de regards de ses collègues) • Ses expressions faciales principales sont d'arquer le sourcil gauche lorsqu'il est amusé ou intrigué et le sourcil droit lorsqu'il flirte avec quelqu'un • Il a une bonne diction, une voix claire et parle lentement ce qui a le mérite de calmer certains patients • Sa plus grande qualité c'est d'être fiable et "sécurisant", il a le don de vous mettre à l'aise sauf s'il vous déteste alors là si s'appliquera à vous mettre mal à l'aise • Son plus grand défaut c'est d'être territorial, si vous empruntez même un stylo sans lui demander il considère que c'est de l'irrespect • Ça rejoint le point précédent mais il a tendance à être un poil maniaque du contrôle • Il a deux tics, qui trahissent ses moments de grande concentration : il s'arrache les peaux mortes des lèvres avec les dents (oui, c'est comme ça) ou il fait craquer ses phalanges (tmtc) • Il a une phobie des poupées de porcelaine et de tout ce qui est vaguement humanoïde (mannequins, robots ultra-réalistes) • Son secret inavouable ? Il vous le confiera peut-être sur l'oreiller • Généralement si on lui laisse le choix, il est davantage dom que sub (libre à vous de faire ce que vous souhaitez de cette information) • Son type d'humour c'est le noir, caustique et le sarcasme, il adore les traits d'esprits • Il est clairement très ordonné • Son plat préféré c'est le magret de canard • Son parfum de glace la réglisse (ou menthe chocolat) • Sa senteur le bois de oud • Sa saison préférée l'hiver (les nuits y sont plus longues) • Sa fleur préférée, ex-aequo entre les chrysanthèmes rouges et les lycoris radiata • L'élément préféré parmi les 4 grands, l'eau • Sa boisson chaude préférée le café (bah en même temps avec les journées qu'il abat il faut être pratique) • Sa position préférée pour dormi c'est sur le ventre, un bras planqué sous l’oreiller et l’autre libre • Il ne veut absolument pas d'enfant, même pas hypothétiquement • On pourrait dire que son comportement traduit une certaine philophobie (team coucou je me suis débrouillé pour ne pas tomber amoureux du haut de mes 28 ans et j'ai toujours pas envie de m'y mettre) • Son prénom s'écrit avec les kanjis de moitié et de "cacher" 半蔵 et ça tombe bien parce qu'il cache partiellement son caractère en journée • Il chante sous la douche (oui c'était capital de terminer là-dessus).
— Just Married —

Messages postés : 284
Inscrit.e le : 25/06/2018

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Miss Invisible.
Autre:
Re you. Bonne valid' hehe.
— Just Married —

Messages postés : 1569
Inscrit.e le : 23/06/2014

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Oswald Nicolson
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Re-bienvenu ! o/
Sexy Papy

Sexy Papy
Messages postés : 689
Inscrit.e le : 17/12/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hiroyuki.
Autre:
Bon DC. 👀
Je vais lire tout ça, j'ai déjà hâte.  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 3488335006
— Just Married —

Messages postés : 2196
Inscrit.e le : 22/02/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Kintaro ♥
Autre: Merci Raion pour les magnifiques vavas ♥ et Shiba et Haru pour ces dessins fabuleux ♥ ♥ vous êtes les meilleurs !
Rebienvenue et bonne validation ! /o/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara CjjIPFG
Merci Shiba Natsu et Gaby pour ces magnifiques cadeaux ♥️:
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Uabv Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Zach210 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 9bop Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Unknown Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 7xmo Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 4oef
— Just Married —

Messages postés : 668
Inscrit.e le : 02/05/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire
Autre: Cherche lien : coloc' (cf. ma RS)... N'hésitez pas à me MP.^^
Déjà, rien qu'avec Ken, il y avait du lourd !  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 2837704232
Mais son histoire et son caractère sont également très cool !
Re-bienvenue ! Bonne validation. c:
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Sam 8 Mai - 11:53
T bo bb  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 2837215391

Re-bienvenue et bon courage pour ta validation
Invité
— Just Married —

Messages postés : 111
Inscrit.e le : 07/05/2021

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Shibae ♥
Autre: Discute en #Crimson.
Angie > Re et merci ! c:
Honoka > merci ❤
Inari > Merci bien 👀, hâte que tu lises !  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 3488335006
Zach > thank you!
Wutai > Héhé, je vois que j'ai affaire à un connaisseur !   Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 2837704232 Content que ça te plaise ! c:
Eto > Merci, je   Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 2837215391

(j'en profite pour souhaiter une bonne lecture à toutes les personnes qui prendront le temps de lire cette fiche, prenez tous des ❤ pour la peine)



J'annonce aussi que j'ai terminé mes douze relectures en espérant que ça suffise !  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 517494357
Ce qui signifie que cette fiche est terminée, je vais modifier le titre à la rapidité de l'éclair  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 4188983178
Lisalisa

Messages postés : 511
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Bonjour et rebienvenue avec ce DC !

Alors tout à été finement planifié  - a été
que vous prenez les autres de hauts - de haut

Mise à part ces deux minuscules fautes, très bonne fiche, tout est bien expliqué, logique et c'est un plaisir de découvrir Hanzô qui est un personnage bien intéressant ! 👀
Et tu n'imagine pas comme ça fait du bien de voir un perso avec une vie simple qui a des parentes qui prennent soin de lui et lui veuillent que du bien malgré le fait qu'elles soit prises par leur travail. 🙏
En tout cas, il promet des rp chouettes et un mariage à suivre o/

Amuses-toi bien avec lui  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 2984341854

Pré-validation par PSEUDO
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

watch me as my world burns down
merci Hatoclown, Fu, Zach et Zian pour les avatars ღ

one brain cell:
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Uron

grbfh:
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Unknown
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara CjjIPFG  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara UlmRG6s  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara NlRYT1U  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara NwQ16ft
— Just Married —

Messages postés : 31
Inscrit.e le : 17/04/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Ismaël Johnson
Autre: #E24C44
Si t'es Hanzo, tu m'laisses être ton McCree ?  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 2837704232

J'ai lu des petits bouts de ta fiche et elle m'a l'air très intéressante. Je me pencherais dessus pour compléter ma lecture rapidement mais Hanzo a une personnalité intéressante. Hâte de le voir évoluer, je zieuterais tes rps avec curiosité. ♥

Par contre, dans ta fiche y'a des symboles bizarres, comme celui-ci
Image 1
Image 2
Image 3
Je ne sais pas si mon ordinateur essaie de me parler à travers ta fiche ou si c'est simplement un soucis avec des caractères spéciaux ?

En tout cas bon courage pour ta validation et au plaisir de te croiser sur le forum !
(bon bah Arisa m'a devancé du coup bonne validation tout court -)
— Just Married —

Messages postés : 111
Inscrit.e le : 07/05/2021

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Shibae ♥
Autre: Discute en #Crimson.
Arisa > J’ai rectifié les deux fautes ! c: Merci beaucoup pour ton retour, je suis content que le profil du perso te plaise. :D

Clyde > Merci beaucoup pour ton retour également ! J’ai regardé les parties que tu as mentionnées pour les caractères spéciaux. J’espère que c’est résorbé. Aucune idée d’où ça peut venir, c’est curieux.  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 517494357 (j’avais pas la ref, mais je suis allé voir  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 2837704232)
— Just Married —

Messages postés : 183
Inscrit.e le : 22/04/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Sherydan. ♥
Autre:
Je suis revenu, j'ai lu, j'ai adoré. 😌
Je viendrai te poke pour un lien. 😌
ET BRAVO POUR LA PRE-VALIDATION  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 1362171446
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 6373
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Makoto%20-%20signature
Merci Lucci, Zach et Lucas pour les avatars et kits  Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Ld7d
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara BbNTuR8
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Cn3Ckyx
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara 1EPYLUw
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara DfzeUm9


Merci Karlito ♥️:
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
 Can you kiss me more? • Hanzō Uenobara YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum