Interminables nuits. // Raion DgoiC4q
Interminables nuits. // Raion 9oulLiP
Interminables nuits. // Raion 620526BoutonElysion5050
Le Deal du moment :
Où trouver My Hero Academia Tome 31 collector ...
Voir le deal
13.50 €

— Just Married —

Messages postés : 53
Inscrit.e le : 17/06/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Merci un million de fois à Zach pour le magnifique dessin de mon avatar ♥
Raion Ishioka
"Aime-moi une fois."

Généralités
Nom ;; Ishioka.
Prénoms ;; Raion. Le lion. Indompté.
Âge ;; 28 ans // 19 Mars 2085
Genre ;; Féminin.
Origines ;; Purement Japonaise.
Activité ;; Mannequin de lingerie fine connue. // Artiste polyvalente selon les saisons. // Youtubeuse ; Danseuse.
Sexualité ;; Hétérosexuelle avide.
Avatar ;; OC // Laura H. Rubin
Règlement ;; Validé - Ari
Chemin ;; Mystère.
Commentaire ;; Rien. Je ne suis qu'une ombre.
Histoire

\O/ Cette histoire traite d'un viol. Dans quelle mesure ? Je ne sais pas encore vu que je l'écris au fur et à mesure, mais vous êtes prévenus. \O/

Il voulait t'aimer. Avant d'être emprisonné.
« Sois avec moi. Rien qu'une fois. Sois à moi. »
la vérité est sortie.
Mais tu pouvais la crier.
À t'en époumoner.
Tu mentais.
Aujourd'hui encore.
C'est toi qui mens, Raion.
Cet ami cher à ton père n'a pas pu te violer.

* * *

Tu es née hors mariage. D'une femme rincée d'attendre sa plus belle lettre rose. D'une vieille usée et rongée de doutes. « Est-ce que l'Incontestable pense à moi ? Est-ce qu'il me voit ? Mes collègues sont toutes mariées alors pourquoi pas moi ? » et si tu avais pu lui répondre. Tu aurais sûrement rétorquée « Mais pourquoi pas. » Et peut être que ceci aurait changé ta misérable vie. Peut être que cette seule phrase aurait pu t'empêcher de devenir la femme que tu es ; avide. Avide d'être aimée même si c'est vain. Même si ce n'est qu'une soirée. Pour remplir ce trou béant qui sied à tes orbes sombres. Vides. Elle était obsédée par cette unique idée. D'aimer. D'épouser. D'avoir le luxe de pouvoir se pavaner avec un homme. Ou une femme. Selon ses décisions à lui. Plus que tout, elle rêvait d'un homme. Pour fonder une réelle famille. Les années qui se sont écoulées loin de ce désir brûlant, ont été éreintantes à ses yeux. Presque agonisantes. Observant les autres avoir la vie qu'elle souhaitait. Frustrée. Rongée. Chaque jour. Chaque heure. Une vieille femme aigrie qui a fini par sombrer. S'il ne pouvait pas lui offrir ce qu'elle cherchait. Elle allait le trouver seule.
Ainsi, tu es née. Raion.
Enfant indésiré, mais choisi. Contradiction pure de l'être humain. Une honte et un honneur à la fois. Complexe sentiment que celui de ta génitrice en posant ses yeux ombrés sur toi. Depuis enfant, tout n'a été qu'une histoire floue entre vous. Un jour, proche. Le lendemain, si éloignées. Elle avait cette incroyable capacité à sauter d'une humeur à l'autre. D'une envie à un rejet. Elle était présente sans n'être jamais réellement pleinement là. Parce qu'elle rêvassait. De la famille que tu représentais, incomplète pourtant. Un homme. Un homme. Un homme. Cette pensée enivrante d'avoir des bras plus forts dans lesquels se lover. Elle y croyait. La nuit, elle s'y prélassait derrière ses paupières closes jusqu'à retrouver la réalité. D'une enfant de quatre ans à qui il manquait quelqu'un. Et si vous aviez pu rester seule, tu l'aurais probablement souhaitée.

Aujourd'hui, tu le souhaiterais, oui.
Que ce mariage n'ait jamais lieu.
Quitte à ce qu'elle se détruise, elle.

Parce qu'il est arrivé dans vos vies. Lorsque tu venais d'avoir cinq ans. Un homme plus proche de l'inconnu que du père est entré dans une demeure. La vôtre d'après les dires de ta mère. Votre nouveau chez vous comme elle l'avait si bien stipulé. Tu semblais heureuse, Raion. Heureuse de découvrir un nouveau lieu. De pouvoir fouiller dans de nouvelles pièces. D'agrandir ton espace de jeu. Tu étais heureuse, même lorsque tu l'as vu pour la première fois. Intimidée, mais enthousiasmée. D'avoir un deuxième parent. Un inconnu qui est devenu un père immédiatement. Sans qu'elle ne te laisse le moindre choix. Comme pour t'imposer des lois. Des limites à ne pas franchir. Pour que tu ne puisses pas tout détruire. Parce qu'à cet instant, Raion, elle te regrettait. Si elle avait su. Si elle avait su qu'il lui fallait patienter seulement cinq années. Tu ne serais pas née.

Devenant simplement indésirée.

Et si ses orbes ont commencé à te fuir, lui est resté. Petit à petit, il a fait un pas vers toi. Puis deux. Entrant dans la vie bouleversée d'une enfant ignorée. Il a tendu la main et tu as fini par la lui attraper. Serrant tes doigts fins entre les siens. Observant l'exotisme de ses traits. Il ne ressemblait aucunement aux gens de ce pays. À toi. À elle. Il était d'une contrée éloignée. Allemagne. Tu as mis bien du temps à réussir à l'articuler et lorsque t'y es arrivée, il a souri. Ce sourire, Raion, il reste gravé. C'était un sentiment inexplicable de joie. À présent, c'est un sentiment inexplicable de rejet. Aaron était à la hauteur de son rôle. Un père. Le seul et l'unique. Plus que ta mère, c'est lui qui t'as élevée. C'est lui qui t'as regardée. Qui a appris à te voir grandir.
À savoir qui tu étais.
Et tu l'aimais. Plus que tout.
Tu l'aimais cet homme.
Au point de ne pas sourciller à l'accepter.
Comme ton père.
Il était là à chaque moment de ta vie. Dans tes pleurs comme dans tes joies. Dans tes doutes comme dans tes euphories. Tu as tant de souvenirs avec lui. Juste vous deux. Riant aux éclats. Devant les yeux mitigés de ta mère. Elle ne savait plus si elle te détestait ou si elle te désirait encore. Elle a laissé passer sa chance. De construire une véritable famille. Avec rien que vous trois. Et sûrement que vous auriez été heureux. Tellement heureux. Parfois, tu l'imagines, Raion.

Ce qu'aurait pu être ta vie.
Si elle n'avait pas fui sa propre fille.

*** 2102 ***

À  l'âge emblématique des dix-sept ans, tu rayonnais, Raion. À l'apogée de ta croissance. De ta maturité qui n'allait plus énormément changer. Tu ressemblais à la femme que tu allais devenir. Des courbes soyeuses. Une voix au timbre subtilement grave. Des lèvres pulpeuses. Tu ne te voyais jamais comme exceptionnelle, Rai. Mais cet homme n'avait de cesse de t'observer. L'ami proche de ton père. Un ancien camarade de l'université. Kazuhito. Il venait régulièrement pour dîner avec vous. Et ce, depuis tes dix ans environ. Une fois toutes les deux semaines, il passait le pas de cette porte. Si au départ, tu avais eu du mal à l'accepter dans cette demeure, il avait fini par faire partie des meubles. C'était devenu naturel de le voir passer la porte. De l'entendre te dire bonjour avec un grand sourire. De l'entendre rire.
Comme un membre de la famille.

Il était parfaitement gentil. Parfaitement bien adapté à votre vie. Un ami. Presque comme un oncle ou un frère. Un ami pour lui et pour toi. À tel point que tu as fini par ne plus voir. Ce regard posé sur toi. Qui a changé avec les années. Il était fasciné par ton esprit libre, Raion. Fasciné par tes souhaits. Par tes rêves. Fasciné par la femme que tu devenais. Il était fasciné et rêvait d'être un jour cette moitié. Comme tes parents l'étaient l'un pour l'autre. Il rêvait de le devenir. Que l'Incontestable vous choisisse. Parce qu'à ses yeux, c'était une telle évidence. Vous vous entendiez si bien. Et ce, depuis le premier jour. Malgré tes réticences, tu avais fini par lui accorder rapidement ta confiance. C'était un signe. À ses yeux. À ses pensées malades. Il était ton homme parfait, Raion. Il le savait pour vous. Surtout pour toi. Il l'avait choisi, tout simplement. Il t'aimait, un peu plus chaque jour. Mais il était prêt à attendre.
Il était prêt à t'attendre.
Jusqu'à ce jour.
C'est lui qui choisi. Personne d'autre. C'est lui qui relie les gens entre eux. Qui décide pour vous tous. C'est lui. Et personne d'autre. Si tu avais su, Raion. Si tu avais su pourquoi il te demandait de venir ce jour-là, tu aurais fui. À t'en briser les côtes s'il le fallait. Tu aurais fui. Quitte à mourir si c'était nécessaire. Tu aurais fui pour ne pas entendre autant de conneries.

Cet événement, tu l'as passé sous silence.
Pendant des années.
Ton esprit cherchant à te protéger.
Mais aujourd'hui tu t'en souviens clairement.
Comme si cela venait d'arriver.

Ses grandes mains sur tes hanches. Sa respiration lourde. Sa voix désordonnée. Ses mots mielleux sans aucun sens. Ses heures interminables. Et tes pleurs. « Je t'aime. » qu'il disait. Il t'aimait assez pour te détruire. Cet amour égoïste à vomir.
Il t'aimait, Raion.
Assez pour fracasser tes seuls espoirs.
D'être aimée.
D'avoir un chez toi.
D'être regardée.
D'être crue.
D'être protégée.
D'avoir une famille.
De pouvoir rester à ses côtés.
D'avoir la chance de pouvoir encore l'appeler papa.
Il t'aimait.
Assez pour te briser.

« Puisque je te le dis ! » que tu criais en rentrant ce soir-là. « Il... il m'a forcé, papa ! » tu entends encore ta voix. Tu revois encore son visage se détourner de toi. Ennuyé. Tu mentais. Ce qu'il a dit. Ce qu'il n'a eu de cesse de répéter. Tu mens, Raion. C'est toi qui mens. C'est toi qui inventes. C'est toi.
Le seul problème dans cette vie ordinaire.
Ne vient pas tout gâcher.
Dans leur vie paisible.
Ne vient pas tout balayer.
Avec tes souffrances.

Ne reviens jamais.

Tu ne sais pas.

Combien de temps tu as erré. Combien de temps tu as pleuré. Combien d'heures tu as hurlé. Tu ne sais plus. Sous la pression, tu as fini par tout brimer. Jusqu'à oublier que c'était passé. Cherchant à survivre.

Tu as erré, Raion.

Dans les coins malfamés. Acceptant des petits boulots souvent discutables. Te faisant une place parmi les rejetés. Les oubliés. Les abandonnés. Rencontrant des amis là où tu aurais pensé te faire dépouiller. Ensemble, vous vous êtes soutenus. Ensemble, vous avez fini de grandir. Ensemble vous êtes devenu des femmes, des hommes. Ensemble vous êtes devenu adultes. Ils t'ont vu trimer pour devenir connue. Pour te voir apparaître sur ta première couverture à l'âge de vingt-et-un an. Ils t'ont vu te détériorer, également. Dans la drogue. Dans le vice. Ils t'ont vu devenir vide, Raion. Jusqu'à ce qu'elle te le dise. Jusqu'à ce qu'elle te raconte son histoire. Jusqu'à ce qu'elle fasse écho à tes souvenirs refoulés. C'est l'année du Big Bang Kiss que tu as rouvert les yeux. Dans une déferlante de souvenirs douloureux. Il t'est revenu en mémoire.
Et tu as fini proche de la mort.
Overdose de souffrances.
C'est allongée sur ton lit d'hôpital que tu as loupé cet événement.
De ceux qui voulaient être libéré de lui.

S'ils avaient cru en toi.
S'il avait cru en toi jusqu'au bout.
Ils auraient été là.
Pour tant de choses.

Ils auraient été à tes côtés pour te parler de ce mouvement. Des incontrôlables. Ils auraient été là pour te donner un avis sur le Big Bang Kiss. Ils auraient été là pour t'expliquer pourquoi ils étaient outrés. Tu aurais peut-être compris pourquoi ça comptait tant pour eux. Tu aurais peut-être compris en quoi c'était si important à leurs yeux. Pourquoi elle l'avait tant désirée ce mariage. Au point de te nier sous son propre toit. Alors peut être, Raion, qu'aujourd'hui tu n'en aurais pas rien à foutre de tout ça. Peut-être que tu aurais des aspirations quant à l'Incontestable. Comme bon nombre de gens dans ce pays.
Peut-être, oui.
Ou peut être pas.
Ils auraient été à tes côtés pour te protéger. Lors des typhons. Ils auraient été là pour t'aider à sortir de ça. Pour te défaire des désastres de ton appartement. Ils auraient été là pour t'emmener à l'hôpital qui sait. Ils auraient été là, à ton chevet après l'opération de ta main. Écrasée sous un amas de gravats. Ce n'était rien de grave. Ce n'était pas une question de vie ou de mort, mais Raion, ça comptait pour toi. Puisque cette cicatrice erre encore vaguement sur le dos de ta main. Puisqu'elle te ramène à des souvenirs. À des souvenirs où il n'y a plus personne pour toi.
Tu aurais été là lors de l'extinction de la puce. Tu aurais été là pour les rassurer. Peut-être même que tu aurais empêchée une dépression. Peut-être que tu aurais pu tendre la main à ta mère. Qui avait peur de vivre sans lui. De tout perdre. Tu aurais été là pour elle, même si elle n'avait jamais été là pour toi.
Même si elle te regrettait.
Tu aurais été là lors de l'épidémie. À son chevet avec lui. Tu aurais pu lui tenir la main. Lui dire que tout allait bien. Tu aurais été là pour eux. Pour elle. Tu aurais été là pour leur dire que tu n'étais pas morte. Malgré ce que l'ATAI pouvait bien dire. Tu aurais été là pour faire changer la puce avec eux. Ensemble. Toujours ensemble. Vous auriez pu tout faire.
Ensemble.

Si tout ceci n'était pas arrivé.
Vous auriez pu faire tant de choses.
Les uns pour les autres.
Vous auriez été heureux.

Tout est fini. Depuis des années. Tout est fini. Parfois, Raion, tu regardes par-dessus ton balcon. Observant les gens plus bas, rire. Vivre. En te disant que cela fait déjà plus de dix ans. Cela fait plus de dix ans que tu n'as plus vu ta mère. Ton père. Que tu n'as plus entendu leur voix. Que tu n'as plus dîné avec eux. Que tu n'as plus ri avec tant de franchise qu'avec lui. Cela fait déjà plus de dix ans.
Dix longues années.
Que c'est toi qui mens.

Il y a tant d'abus dans ce monde que tu n'en aies même plus choquée. Parce que tu as refoulée les souvenirs. Pendant longtemps. Rien n'est arrivé. Ce n'est pas arrivé. Ce n'était pas toi.
Et lorsque tu as rouvert les yeux, tu n'as même pas pleuré, Raion. Tu as simplement plongé. Dans les tréfonds des vices. Cherchant un amour vain. Pour remplir les vides. Tu n'es qu'une femme parmi tant d'autres. À qui un tel malheur est arrivé. Voilà pourquoi, tu n'es même plus choquée. C'est arrivé.

C'est arrivé.

Caractère
Les flammes. D'un vice. D'une légèreté qui se voudrait vraie. Une femme brisée qui cherche à dominer. En silence. Peu importe ce qui se passe, c'est toi qui joue, Raion. Tout se passe comme tu le désires. Même lorsque ce ne sont que des mensonges. Dans l'alcool comme dans la drogue. Tout ce qui se passe est de ton fait. Même lorsque tu ne t'en souviens plus. Même lorsque tu te retrouves dans des draps inconnus. Tu l'as voulu. Tu l'as forcément voulu.
Tu étais forcément consentante.
Parce que tu ne peux pas être forcée. Tu ne peux plus. Tu maîtrises tout. Même lorsque les sens deviennent flous. Même lorsque les souvenirs s'échappent. Tu le voulais. Cet amour éphémère. D'un soir. D'une nuit. Il t'est cher. Même s'il ne peut jamais te satisfaire. Même si tout est vide ensuite. Tu le cherchais. Parce que tu as besoin de lui. Tu as besoin des regards. De la chaleur. De la peau. Pour te sentir exister. Pour te sentir vraie. C'est un mensonge dans lequel tu t'effondres. Chaque jour. Chaque heure. Chaque nuit. Qu'ils t'aiment. Même si rien n'est tangible. Qu'ils te regardent. Même si ce ne sont que pour des vaines raisons. Qu'ils t'acceptent. Même s'il ne reste jamais rien d'eux. Parce que rien n'arrive à t'atteindre.

Enfermée dans une boucle amère. La sensualité exacerbée qui tente de ne plus se noyer. Tu joues toujours. Malgré ces traits blasés. Qui laissent à penser que tu ne t'intéresses plus à l'évidence. Tu plais. Tu le sais. Assez pour qu'ils viennent à toi. Pour qu'ils s'échappent dans les bras d'une femme frêle. Que l'on nomme de facile. Peut-être bien. Tu l'es sûrement. Vous vous servez de l'un comme de l'autre. Ils ne gagnent jamais. À être avec toi l'espace d'un instant. Ils ne gagnent jamais même quand les doutes devraient persister.
Tu es libre, Raion.
Dépourvu d'intégrité qu'ils disent. Affichant ce corps follement tatoué dans les magasines. Tu as fait des préjugés une sensualité. Ornée de tes sous-vêtements, tu fais rêver. Assez pour continuer. Assez pour être demandée. Te mouvant avec élégance sous l'objectif. Il ne voit que toi. Lui, il est sincère. Il sait ce qu'il prend en photo. Il sait ce qu'il immortalise. Une femme. Belle et délicate. Qui a cessée de se tourmenter. Laissant de côté un passé qui se voudrait oublier. Qui se camoufle simplement. Attendant de s'extérioriser. Un jour. Qui sait. Pour l'instant il se terre. Enfoui sous l'inconscient qui tente de le contenir. Tu as souhaitée oublier.

Alors tu l'as fait.
À moitié.

Ignorant le calme à chaque instant. Pour ne plus lui laisser le temps. De te dévorer. De te bouffer. Les doigts s'occupent toujours. D'une manière ou d'une autre. Un jour, peintre. La nuit, charmeuse. Vivre quitte à tomber d'épuisement. Une enfant devenue forte par la force des choses. Qui sait parfaitement que l'équilibre est frêle, mais qui le maintient. En tout temps. À chaque instant. Inspirant profondément. Tu es la liberté, Raion. Tu ne cesses de te le répéter. Marchant fièrement même lorsque les regards sont emplis de préjugés. Même lorsque cette société voudrait te dompter. Tu es libre.
Tu es libre.
Libre.
Assez pour exprimer ce que tu as envie de dire. De rétorquer aux jugements. Avec finesse et délicatesse. Tu ne crains rien. Personne. Ni même la violence. Tu survivras. Parce que l'on survie toujours. À tout. Peut-être est-ce triste. Peut-être est-ce simplement courageux. Tu ne comptes que sur toi. Tu n'as besoin que de toi dans la vie. Mais d'eux dans la nuit. Le parfait déséquilibre de l'être humain. À mi-chemin entre la solitude et cet éclat virulent et grégaire. Dansant d'une falaise à l'autre.

Instable, mais réelle.
Ivre, mais libre.
Droguée, mais entière.

Quand les jours se font trop long. Qu'il n'y a plus d'action. L'incessant tic tac de l'horloge te fait agoniser. Ne cherchant plus qu'à t'évader. La loque humaine, mais célèbre. C'est ce qu'ils se murmurent. Dans les couloirs étroits de cet immeuble. Et ils te paraissent bien stupides. À s'intéresser à la vie médiocre des autres. Quand la leur n'aura jamais rien à envier aux plus démunis. Que savent-ils. Que cherchent-ils. Rien, si ce n'est blesser pour se sentir vivre. Alors tu as décidée d'ignorer. Les avis. Les sentiments. Les attentes. Les jugements. Les critiques comme les compliments. Tout n'est qu'éphémère.
Rien n'est vrai.
Rien n'est vrai.
Tout ne représente que le vide. Tout. Et parfois, tu te demandes ce que tu fais encore là. Appuyée contre la rambarde de ton balcon. Dans cette nuisette trop légère pour la brise mordante du soir. Un cancer fumant au bout des doigts. Tu te demandes, Raion. Pourquoi vous vivez encore. Si ce n'est pour juste aspirer à être vivant.

Physique
Des cheveux mi-longs. D'un noir de jais. Qui s'ondulent avec douceur. Avec ardeur au réveil. Tes parents souhaitaient avoir de l'exotisme dans les gènes. Tu as héritée d'une épaisseur non négligeable. Qui te permet d'en faire ce que tu désires. Des excentricités parfois de couleurs, parfois de coupes. Et à d'autres moments, de coiffures même lorsque les soirées le permettent. Lorsque les shootings le quémandent. Tu n'es pas regardante. Tant qu'ils ressemblent à quelque chose. Tant qu'ils gardent leur éclat. Leur beauté. Leur souplesse et leur santé. Alors tu jongles, Raion, aimant à donner du style à une femme affirmée. Il arrive que tu viennes à porter des extensions. À défaut de les avoir longs. Tes cheveux sont malmenés par ton travail, mais jamais oubliés. Parce que tu en prends grand soin. Comme la prunelle de tes yeux. Ils dorment exclusivement sur du satin, pour les protéger.

À l'image de l'odeur que tu dégages. De tes un mètre-cinquante, tu aimes à sentir l'odeur particulièrement reconnaissable de la cerise. Tu l'aimes exagérément trop souvent. La plupart de tes produits sont aux fleurs de cerisiers. Appréciant de sentir cette légèreté sur ta peau. Jusque dans ton parfum. S'il y a bien une chose dont tu te soucies toujours, Raion, c'est de ton physique. De ton corps. Lorsque l'esprit est clair, tout du moins. Tu pourrais y passer bien des heures. À t'observer. À t'aimer. Mais surtout à te juger. Trop mince. Trop de gras ici. Assez là. La moindre parcelle de ton corps est un outil. Un métier. Tu ne peux donc fermer les yeux sur ses imperfections. Il manque d'atout féminin pour les décolletés. Il manque de forme pour remplir correctement les jeans. Il manque de tout cela pour être bien plus désirable. Mais tu te refuses à le retoucher.

Tout comme tu te refuses à retoucher tes yeux. Marqués de tes origines, ils font une fierté. Tu as appris à les aimer. Même s'ils sont également proches de la pénombre. Ils sont à l'image des profondeurs de l'humanité. Sombre. Et pourtant si beaux. À tes yeux. Pour toi. Ils sont beaux, tes yeux. Tout comme tes lèvres. Pulpeuses à qui le rouge sied si bien. À qui le maquillage rend honneur. Il n'y a rien que tu aies changé dans ton physique. Rien. Si ce n'est eux.

Il n'y a que les tatouages pour le modifier. Le défigurer comme disent certains. Pour le rendre bien plus beau comme disent d'autres. Ils sont nombreux. De tes bras jusqu'à tes chevilles. Ils t'habillent. De motifs. De fleurs. De diamants. De personnalités. D'animaux et de vie. Toujours dans des teintes rougeâtres pour ceux qui se voient l'honneur d'être colorés. Toujours dans des teintes sombres. Pour ne jamais dénoter du noir. L'encre est belle. Même si elle est synonyme de jugement. Ils te regardent, mais qu'ils le fassent. C'est aussi pour cela qu'ils existent. Pour te donner vie. Qu'ils te haïssent ou qu'ils t'aiment. Peu importe. Tant que tu es quelqu'un. Le septum est venu en dernier. Folie passagère d'une mode étrangère. Tu voulais plus de charme quand l'hiver cache les traits.

Sous l'amas des vêtements glamour qui épousent tes formes. Parce que ton style est à l'image de ton métier. Sensuel. Libérée. Glamour. Quelques fois mystérieux. Tu ne suis aucune mode en particulier, laissant tes goûts prendre le dessus à chaque instant.

Avatar
Personnage original d'un artiste

Code:
<div class="infobulle1">• [b]Laura H. Rubin[/b] {OC} [i]est[/i] [url=https://www.just-married-rpg.com/u3439]Raion Ishioka[/url]<span><img src="https://i.imgur.com/LsSxxLO.png"></span></div>
— Just Married —

Messages postés : 2361
Inscrit.e le : 22/02/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Kintaro ♥
Autre: Merci Raion pour les magnifiques vavas ♥ dessins par Shiba, Haru, Gaby , nnmoae, jin.lol ,lilvi and me o/
Interminables nuits. // Raion 1353670443 Bienvenue belle madame 👁 j'aime beaucoup l'avatar de même que ce que je lis, la plume est vraiment belle et fluide, j'ai hâte d'en lire d'avantage ! ♥
Bon courage pour la fiche et au plaisir de te croiser ! Interminables nuits. // Raion 2432113367

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Interminables nuits. // Raion CjjIPFG
Merci Shiba Natsu et Gaby pour ces magnifiques cadeaux ♥️:
Interminables nuits. // Raion UabvInterminables nuits. // Raion Zach210Interminables nuits. // Raion 9bopInterminables nuits. // Raion UnknownInterminables nuits. // Raion 7xmoInterminables nuits. // Raion 4oef
— Just Married —

Messages postés : 328
Inscrit.e le : 12/06/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célib-heureux.
Autre: Ryû râle en #99ccff.
Mamma mia, quelle demoiselle ! ♥ 👀
Bien(re?)venue ~
Par contre ce succulent caractère me laisse quelques peu sur ma faim là... Interminables nuits. // Raion 4200135721
A quand la suite ? Interminables nuits. // Raion 2794187138
— Just Married —

Messages postés : 710
Inscrit.e le : 02/05/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire
Autre: Cherche lien : coloc' (cf. ma RS)... N'hésitez pas à me MP.^^
Bienvenue jolie demoiselle !  :bb222:
J'aime beaucoup la façon dont tu as décrit son caractère.
Il me tarde d'en savoir plus sur cette mystérieuse jeune femme.
Bonne rédaction de la fiche.
Fucked up's never been sexier

Fucked up's never been sexier
Messages postés : 401
Inscrit.e le : 21/03/2017
I look 👁 respectfully. 👁

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

I've got love on my fingers, lust on my tongue
You say you got nothing, so come out and get some
◀◀    ❚❚  ▶▶

— Silence —

Messages postés : 316
Inscrit.e le : 17/05/2017

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Haven ♥
Autre:
Madame. 👀 Bienvenue par ici. Interminables nuits. // Raion 3766924225
Un caractère très agréable à déguster. Et cet avatar est parfait. J'ai hâte d'en lire davantage. 👀
— Just Married —

Messages postés : 53
Inscrit.e le : 17/06/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Merci un million de fois à Zach pour le magnifique dessin de mon avatar ♥
Interminables nuits. // Raion 3766924225Interminables nuits. // Raion 3766924225
Bonjour vous et merci beaucoup pour votre accueil !
Contente de voir qu'elle vous plaît !
On ne va pas mentir que ça fait toujours chaud au coeur.

Chris. Regarde donc. Je t'en prie.

EDIT :: C'est fini.
Je fais un gros édit de la mort pour ça.
voilà.
Lisalisa

Messages postés : 537
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Hello et rebienvenue parmi nous !

J'ai relevé quelques fautes à corriger :

CARACTÈRE -
Il t’es
changée
le défiguré

HISTOIRE -
soit avec moi
soit à moi
qui ment
si éloigné
indésiré
pleurée
hurlée
adulte
devenir connu
Il t’es
pas pleurée
plongée

Mise à part cela, je n'ai rien à dire ! Fiche sympa et très facile à lire, j'ai bien aimé comment tu as raconté et inclus le contexte dans l'histoire sous forme de listing des moments manqués et la vie qu'elle aurait pu avoir si ses parents l'avaient tout simplement cru. :c

Une fois la correction faite ce sera tout bon !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

watch me as my world burns down
merci Hatoclown, Fu, Zach et Zian pour les avatars ღ

one brain cell:
Interminables nuits. // Raion Uron

grbfh:
Interminables nuits. // Raion Unknown
Interminables nuits. // Raion CjjIPFG Interminables nuits. // Raion UlmRG6s Interminables nuits. // Raion NlRYT1U Interminables nuits. // Raion NwQ16ft
— Just Married —

Messages postés : 53
Inscrit.e le : 17/06/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Merci un million de fois à Zach pour le magnifique dessin de mon avatar ♥
Bien normalement c'est tout bon.
Pardon, j'ai tendance à ne pas relire !
En espérant que c'est bon, je pense pas en avoir oublié.
Et merci ♥
Lisalisa

Messages postés : 537
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
C'est impec ! :)

Amuses-toi bien Interminables nuits. // Raion 2984341854

Pré-validation par Arisa
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

watch me as my world burns down
merci Hatoclown, Fu, Zach et Zian pour les avatars ღ

one brain cell:
Interminables nuits. // Raion Uron

grbfh:
Interminables nuits. // Raion Unknown
Interminables nuits. // Raion CjjIPFG Interminables nuits. // Raion UlmRG6s Interminables nuits. // Raion NlRYT1U Interminables nuits. // Raion NwQ16ft
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Lun 21 Juin - 22:29
Je n'ai pas lu parce que c'est beaucoup trop long pour mes petits yeux.
Comme tout le monde est beaucoup trop jouasse, j'viens redescendre un peu le bonheur ambiant, c'est mauvais pour mon monde hostile de seigneur du Mal, seul et malheureux mais haineux. Beurk des gens heureux ! Au moins ton perso à la décence de paraitre au bout de sa vie.

Alors viendons en au fait de ma présence.
J'ai tout de suite vu sur l'épaule gauche de la zouze un type ricanant au tatoo.
Et comme je ne suis pas un connaisseur, dis moi, serait-ce le Capitouche Crochet ? Ou Barbe Bleue ? J'hésite entre les deux. =/

Et en plus c'est plus qu'une question rhétorique de banane. Là c'est sérieux parce qu'on touche au moi profond (l'a l'air bien son 'moi profond') de la nénette.

Je m'explique wesh.
Le Capitaine Crochet, c'est du lourd. C'est l'histoire d'un type qui s'est fait trancher la main par un p'tit con et qui veut le bolosse pour pour la gloire de la violence et du sang des enfants sur l'Autel du Dieu Khorne. Et ça c'est bien. Il témoignerait d'un tempérament de feu de la part de la donzelle. Ce qui donnerait un peu de corps à ce... corps, justement. Elle qui maitrise tout, autant qu'elle coupe les mains un peu trop baladeuses.
Et de surcroit ça témoignerait qu'elle apprécie l'idée du Pays Imaginaire. Où la consommation de choses peut l'emmener très facilement. En plus pour tes 1m50, ça permet de filer la métaphore et de lui donner le surnom de Clochette.
Mouaip, plus j'écris ça, plus je pense que ma théorie tape dans le mille.

Sinon le pirate peut être un type de l'Île aux Trésors, ou un pote à Barbossa, mais ça aurait moins de sens. Je ne crois pas que c'te merdouille serait intéressante dans ce que ça dit de madame, de sa culture, ou de ses centres d'intérêts.

T'imagine le délire ?
-"Bon, qu'est ce que j'te tatoue sur l'épaule, ma mignonne ?"
-"Oh, Jean-Jacques, j'ai toujours rêvé d'avoir mon perso de Sea of Thieves sur mon corps. Dessine le comme tes françaises <3"

...
Franchement space...
Invité
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 6417
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
T'as fumé Takeo Interminables nuits. // Raion 3766924225

Interminables nuits. // Raion 716243026

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars si le code n'a pas été ajouté à la fin de votre fiche
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Interminables nuits. // Raion Makoto%20-%20signature
Merci Lucci, Zach et Lucas pour les avatars et kits Interminables nuits. // Raion 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Interminables nuits. // Raion Ld7d
Interminables nuits. // Raion BbNTuR8
Interminables nuits. // Raion V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Interminables nuits. // Raion Cn3Ckyx
Interminables nuits. // Raion 1EPYLUw
Interminables nuits. // Raion DfzeUm9


Merci Karlito ♥️:
Interminables nuits. // Raion Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Interminables nuits. // Raion YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#13 —Re: Interminables nuits. // Raion
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum