Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich DgoiC4q
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 9oulLiP
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 620526BoutonElysion5050
Le Deal du moment : -44%
XIAOMI Redmi 9C NFC 64 Go Gris
Voir le deal
109.99 €

— Just Married —

Messages postés : 39
Inscrit.e le : 01/06/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : La balle orange
Autre: Merci à Terurin pour le cadeau :heart:
Kirk James Hinrich
"Never underestimate the heart of a champion."

Généralités
Nom ;; Hinrich
Prénoms ;; Kirk James
Âge ;; 27 ans (12 juin 2186)
Genre ;; Masculin
Origines ;; Japonaise (origines américaines)
Activité ;; Basketteur professionnel.
Sexualité ;; Hétérosexuel curieux.
Avatar ;; Miyagi Ryota (Slam Dunk)
Règlement ;;
Chemin ;; Reboot
Commentaire ;; Je vous aime ? Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 3766924225
Histoire
Je grimace. Je nage dans ma propre sueur, étalé sur le parquet, haletant pour reprendre mon souffle. Combien d’allers-retours ai-je dû effectuer pour me retrouver dans cet état ? Trop me dirait l’entraîneur. Tout le monde a déjà quitté la salle depuis près d’une heure. Seuls les préparateurs physiques trainent encore dans les couloirs. Ils attendent que je termine pour faire leurs examens de routine par peur que je tire trop sur la corde. Après trois ans à l’université, ils devraient savoir que je suis solide. Pas le moindre pépin physique en dehors des coups reçus. Certes c’est aussi dû à leur travail, mais j’aime croire que c’est aussi parce que je suis costaud. On ne se refait pas.

Le temps de faire mes étirements et de me décrasser et me voilà en extérieur, sur le campus. Duke University, Caroline du Nord. Ça claque non ? Une des plus prestigieuses universités des Etats-Unis dont l’équipe de basket est reconnue pour son coaching et ses joueurs légendaires qui ont foulé les parquets NBA. Chaque année, à la draft, on retrouve toujours un de nos prospects parmi les meilleurs éléments. Comment est-ce que j’ai fait pour me retrouver ici ? Du travail, un peu de talent et quelques pistons aussi. Mon grand-père était professeur de littérature japonaise ici, avant de déménager au Japon et pour de bon. Forcément, avec un tel soutien dans mes bagages, impossible d’être refusé à l’entrée. Alors que je déambule sur les voies impeccablement tracées entre les carrés de pelouse, je peux voir, à quelques mètres, l’équipe de football américain qui commence son entrainement sous l’œil plus qu’intéressé de certains étudiants. Je croise un groupe de littéraires qui se dirige vers la bibliothèque, puis un couple qui profite de la douceur de l’après-midi sur la pelouse. La fin de l’hiver approche, et avec lui le dernier match de la saison universitaire.
- Tiens Kirk !

Je me retourne et aperçois un géant d’obsidienne accompagné d’une des filles les plus populaires de l’université. On pourrait se croire dans un mauvais film américain, où le joueur star de l’équipe de football ou de basket sort avec la demoiselle la plus convoitée du campus, pourtant c’est bien la réalité. Le grand gaillard qui me regarde avec un immense sourire, c’est Nicholas Bridges, mais je l’appelle Nic.
- Tu as encore passé ton temps à la salle ?
- A ton avis ?
- Franchement mec, tu devrais ralentir la cadence. Dans deux ans tu seras déjà cramé et tu ne pourras même plus jouer convenablement.
- On fait avec ce qu’on a Nic. Toi t’as le physique et le talent, moi j’ai mon éthique de travail.
- T’auras ta place à la draft, y a pas meilleur bosseur que toi dans le circuit, alors pourquoi ne pas souffler juste une peu, histoire d’être frais pour la March Madness ?
- Je ne sais pas. L’habitude sûrement.
La demoiselle est restée muette jusqu’à ce qu’on se salue et se quitte.

02. 04. 2108
J’allume mon PC. Je suis confiné depuis deux heures dans ma chambre de dortoir et je m’apprête passer une nuit particulièrement agitée. Avant ça, j’appelle ma famille. La caméra affiche mon visage et apparait enfin le visage de ma mère puis de Maman.
- Coucou Kirk !
- Coucou maman, je souris malgré l’anxiété.
- Tu as une salle mine dis-donc. Il est quelle heure chez toi ?
- Minuit passé. Je ne vais pas tarder à aller au lit.
- C’est demain ton match ?
- Ouaip.
- Tu te sens prêt ?
- Comme toujours. Il me restera une année pour gagner le titre avec l’équipe. Après ça c’est la draft. Une victoire et un bon match assureraient une bonne position pour l’année prochaine.
- Tu vas le faire, courage chaton.
- Nya, lance-je ironiquement. Je déteste qu’elle m’appelle comme ça. Comment vont les deux terreurs ?
- Elles travaillent en ce moment, mais elles sont toujours aussi immatures qu’elles me font poser des questions pour leur avenir.
Ces deux-là… Des jumelles inarrêtables. A côté, je passe pour un ange alors qu’en terme de conneries, je ne suis pas le dernier.
- Et dans les rues, ça se passe comment ?
- C’est calme. Pas de drames comme en février. Les Incontrôlables se tiennent tranquilles pour le moment et le plus longtemps possible je l’espère. Je n’ai pas envie de risquer ma vie à chaque sortie.
Avec les attentats, je ne suis pas tranquille. Je crains toujours qu’il leur arrive quelque chose. Tout n’est pas rose au pays, et comme je suis loin, je ne peux pas vraiment saisir l’ampleur de tout ce merdier. Je leur conseille la prudence, un peu en vain mais c’est tout ce que je peux faire pour le moment.
- Faites attention à vous surtout…
- Toi aussi.

03. 04. 2108
- Bienvenue sur Fox Sports, je suis Jackson Priest, avec moi Kevin Williams pour vous commenter ce match final de la March Madness entre les Blue Devils de Duke et les Bruins de UCLA. Kevin, que pouvons nous attendre pour cette rencontre.
- Eh bien Jackson je dirais que nous avons affaire aux deux meilleures équipes universitaires des trois dernières années. Et comme à chaque fois, c’est une opposition de styles à laquelle nous allons assister. D’un côté UCLA et son jeu d’attaque flamboyant et ses tireurs fous, et de l’autre Duke avec sa défense rugueuse et ses cols bleus.
- Evidemment, tous les regards sont braqués sur les deux étoiles attendues dans le haut de la draft NBA de cette année : Nicholas Bridges le pivot des Blue Devils et Sam Rivoli qui tient la mène des Bruins.
- Chacun de ces jeunes joueurs va poser d’énormes problèmes à l’équipe adverse, j’ai hâte de voir comment les coachs vont s’ajuster. Les rôle players auront aussi leur mot à dire dans cette partie. C’est le genre de match où les facteurs x sont des éléments clés de la victoire, et je pense que Greg Payton sera décisif sur les ailes de UCLA.
- Quant à moi je pense que la clé du match sera entre les mains de ce garçon, que nous voyons à l’image, Kirk Hinrich. C’est sa troisième finale, il sait gérer la pression des matchs à enjeu et surtout c’est un très fort défenseur qui peut donner pas mal de fil à retordre à Rivoli. C’est le « Captain » de cette équipe, à lui de montrer l’exemple.


1ère mi-temps : UCLA 0 – 0 Duke
20 : 00


Le coach a donné ses dernières consignes et nous voilà sur le terrain. J’ai déjà vécu cette scène deux fois. Quelques coéquipiers sont encore là, mais beaucoup sont arrivés cette année, des freshmen comme on dit dans le jargon universitaire. Je vais saluer les cinq joueurs en bleu et jaune sur le terrain et je retourne dans ma moitié de terrain. Quelques têtes connues en face. L’arbitre lance le ballon et c’est Nic qui sort victorieux de cet entre-deux. Le cuir arrive entre mes mains et je m’avance vers le cercle adverse. Une passe à mon arrière et je commence à me faufiler entre les écrans que me posent deux de mes coéquipiers. Je ressors en tête de raquette et l’ailier fort me redonne la balle alors que mon défenseur est en retard. Je fonce vers le cercle et oblige le défenseur de Nic à venir en aide. Je transmets le cuir à mon pivot qui marque deux points faciles.

1ère mi-temps : UCLA 16 – 23 Duke
13 : 56


- Et ça fait sept points d’avance pour Duke ! Temps mort UCLA.
- Le coach est obligé de le prendre. Ça fait deux minutes que ses joueurs butent sur la défense des Blue Devils alors que ces derniers jouent sur la force de Nic Bridges qui, pour le moment, fait un chantier monstrueux dans la raquette.
- Tout à fait Kevin, et nous nous retrouvons après une courte page de pub.


Coach Wijnewsky est content. On a réussi plusieurs stops défensifs et on ferme bien les lignes de tir à trois points. Si on continue sur ce rythme, ils n’auront plus assez d’armes pour répondre. Je motive les gars du banc qui s’apprêtent à rentrer.
- Ne les laissez pas respirer ! Si votre adversaire direct part aux chiottes pour aller pisser, vous l’y suivez pour qu’il ne puisse pas trouver la mire.
Je tape dans mes mains et on fait un dernier cri de ralliement avant la reprise. Rivoli est aussi mis sur le banc par son coach. Tant mieux, parce qu’il est sacrément chiant à jouer. Il est long, athlétique et possède un tir de très grande qualité, je suis obligé de mettre les bouchées doubles en défense et en attaque il m’oblige à lâcher mon ballon. Je jette un œil aux stats : 3 points, 1 rebond, 2 passes décisives et 1 faute. Pas très reluisant, mais je suis en mission sur Rivoli. Nic est déjà à 10 points, 4 rebonds et 2 passes. Il est en train de dévorer les intérieurs de UCLA. Quel monstre celui-là alors !

1ère mi-temps : UCLA 34 – 35 Duke
07 : 18


- Les Bruins recollent à un point de Duke !
- Ils profitent des espaces laissés par la défense pour rentrer leurs trois points de qui leur permet de rester au contact avec des Blue Devils très chirurgicaux en attaque.
- En encore une fois Kevin, tout part de Rivoli pour UCLA. Une fois dans le rythme, il crée des ouvertures pour ses coéquipiers qui ne se font pas prier pour sanctionner les manquements en défense.
- Je vois que ça s’active sur le banc de Duke. Il semblerait que coach Wijnewsky s’apprête à faire revenir son meneur titulaire pour tenter de contenir ce Rivoli chaud bouillant.


- Kirk, c’est à toi !
Je m’approche du coach alors que je retire mon survêtement. Ça fait un moment que Nic est retourné sur le parquet pour tenir la barraque en attaque, mais en défense on est en train de prendre l’eau. Plus rien ne va : oubli de son joueur qui coupe dans le dos de la défense, retard sur les écrans, l’aide qui ne vient pas, bref on est indisciplinés. Je suppose que c’est à moi de pousser une gueulante sur le terrain pour secouer tout ce petit monde. Si on continue sur cette lancée, on peut dire adieu au titre, sans oublier que je vais prendre une sacrée réputation de looser. J’arrive au niveau de coach W. qui me donne sa dernière consigne avant d’entrer. Il regarde Rivoli coller un gros trois points sur la truffe de Nic pour faire passer UCLA en tête avec deux points, puis se retourne vers moi.
- Sors-le du match.
Ces quelques mots peuvent sembler anodins, mais il s’agit d’une consigne très personnelle. Mon but n’est plus de seulement défendre sur mon joueur comme une sangsue qui se prend pour un chien de garde. J’avais pour mission d’utiliser tout mon répertoire de coups de vice pour déstabiliser l’adversaire, le pousser à la faute et à s’énerver. Si je suis le joueur le plus détesté du circuit, c’est qu’il y a bien une raison, n’est-ce pas ? Je me dirige vers la table de marque prêt à entamer mon entreprise de démolition.

1ère mi-temps : UCLA 40 – 39 Duke
01 : 47

- Et encore un coup de sifflet. Décidemment, ce match prend une drôle de tournure, Kevin.
- Vous avez raison Jackson, après un départ canon des deux équipes avec des attaques très bien calibrées, voilà qu’en six minutes, elles n’ont inscrit que 6 et 5 points. On note plus de maladresse chez les joueurs de Duke et UCLA a une nouvelle fois du mal à se dépêtrer du marquage étouffant des Blue Devils.
- Les esprits s’échauffent, on a vu beaucoup d’intensité de contacts rugueux sur les dernières possessions, et ce n’est qu’un début.
- Je pense que c’est une tactique de coach W., il a dans son effectifs d’excellents défenseurs et parmi eux il dispose du roi des sales coups. Il veut mentalement sortir les Bruins du match, et ça commence par leur meneur star.


Je prends un malin plaisir à user de toute ma palette de coups de pute. Doigts entre les côtes, les coups de coude discrets, les accrochages ou encore le trashtalking. Tout y passe. Les Bruins s’agacent. On joue sur un faux rythme qui plombe leur adresse derrière l’arc. La tactique fonctionne et déjà, j’entends des huées dans les travées du stade. Le ton monte et quelques « maman plage » commencent à fuser discrètement entre les joueurs. Même les cheerleaders s’y mettent. En quelques minutes de jeu, le match est devenu une bouilloire prête à exploser.

1ère mi-temps : UCLA 41 – 39 Duke
00 : 00

La buzzer retentit dans la salle. On retourne aux vestiaires pour les 15 prochaines minutes. La tension est montée d’un cran dans les vingt dernières secondes de la période. Après un tir raté d’un des ailiers de UCLA la bataille au rebond est rude et le ballon traîne un peu dans les airs. Je joue physique et essaye de m’imposer face au pivot adverse pour libérer la place et permettre à Nic de capter ce ballon une bonne fois pour toute. Je profite de la mêlée pour enfoncer discrètement mes doigts entre les côtes du géant de UCLA. Réaction prévisible, il me pousse un peu trop fort avec son avant-bras. Avec environ 20 kilos de différence il m’envoie facilement valser sur le côté, bien que j’en rajoute un peu. L’arbitre le voit et siffle faute. Le coach de UCLA et son banc protestent énergiquement contre cette décision. Troisième faute pour le pivot et cinquième faute d’équipe qui m’offre directement deux lancers francs. Je regarde le fautif avec un petit sourire satisfait et applaudis avant que mes coéquipiers viennent me relever. Il me toise. Je sens qu’il est prêt à m’en mettre une. Parfait. C’est tout ce que j’attends. Ses camarades le tiennent à distance en le sommant de se calmer et de ne pas rentrer dans mon jeu. Trop tard. Je suis déjà dans leur tête. Si ce n’est pas lui, ce sera un autre qui craquera. La deuxième mi-temps risque d’être particulièrement physique. Dommage que ce ne soit pas du tout le registre des Bruins mais plutôt le nôtre.

Le coach nous incite à poursuivre dans cette voie. Rivoli et ses potes sont dans le dur, et on a pris l’ascendant psychologique à défaut de mener au score. Ma mission n’est pas totalement terminée. Le meneur adverse est encore dans le match et ne semble pas trop répondre à mes provocations, contrairement à ses camarades qui s’agitent à sa place. Il faut que je continue mon travail de sape et que je rentre dans sa tête. Déjà il lâche son ballon et ne tire plus en première intention, ce qui prouve qu’il n’est plus aussi confiant qu’avant. C’est une bonne chose.

2ème mi-temps : UCLA 48 – 39 Duke
16 : 39

Bordel ! Il a plus de mental que prévu ce gars. A peine la seconde période entamée qu’il me plante un trois points sur la tronche. Il avait pourtant ma main devant les yeux ! Fait chier il va falloir que je le surveille car il est en train de pousser ses gars. Ils nous collent un gros écart. Sur ce genre de match, inutile de dire que revenir est très difficile. Il va falloir s’accrocher et tout donner. Nic perd la balle et UCLA fonce en contre-attaque. Seul contre trois je ne vais pas pouvoir les empêcher de marquer sans faire faute. C’est Rivoli qui monte à l’arceau. Qu’à cela ne tienne, je monte aussi ! Il a à peine le temps de faire son double pas que je saisis la balle, ses mains et ses bras au passage. Faute sur tir et deux lancers à venir pour le meneur des Bruins. J’ai réussi mon coup : commettre une faute assez dure sans pour autant recevoir plus que ma troisième faute et lui donner des lancers francs. J’ai suffisamment accroché de cuir pour ne pas prendre de technique. Et ça fonctionne à la perfection, un des ailiers me fonce dessus pour me coller une gouache. Erreur mon grand ! Je lève les mains en signe de non-réaction et les arbitres s’interposent aussitôt. Il prend directement une faute technique. Plus qu’une et il est expulsé. D’ailleurs son entraîneur l’envoie tout de suite sur le banc. Dommage pour eux, c’était une de leurs gâchettes les plus en rythme de la rencontre.

2ème mi-temps : UCLA 54 – 49 Duke
11 : 04


- Duke revient progressivement dans la partie. L’équipe de UCLA doit faire avec les problèmes de faute.
- La stratégie des Blue Devils paye. Ils sont en train de leur faire perdre patience et ils n’attendent que ça.


J’y suis ! Un petit crossover à droite, je déborde mon défenseur et le donne la balle à un coéquipier ouvert. Ça rentre ! Plus que deux points de retard. Continuer sur cette lancée ! Continuer ! Ne rien lâcher !

2ème mi-temps : UCLA 59 – 59 Duke
06 : 45


L’atmosphère devient irrespirable. Personne n’arrive à mettre le ballon dans le panier. Les contacts sont plus durs de chaque côté et on frôle la baston à chaque coup de sifflet. Je garde mes coéquipiers dans le match, les empêche de s’emporter.
- Rappelez-vous ! Ce qu’on veut c’est le titre !

Je retiens Nic qui semblait déterminer à faire manger Rivoli avec une paille.
- Calme-toi ! S’il doit y en avoir un qui doit l’envoyer à l’hosto, c’est moi.
Le chrono défile, je vais bientôt devoir sortir l’artillerie lourde.

2ème mi-temps : UCLA 62 – 61 Duke
04 : 22


Un point de retard, et j’ai l’impression que ce Rivoli attend le moment opportun pour tuer le match. Il fait jouer ses copains, mais je vois qu’il trépigne à l’idée de tirer, de nous planter des flèches meurtrières. Ça ne rate pas. Il se démarque au niveau de la ligne des lancers francs et tire tout en sang froid. 64-61. Derrière tir raté et de nouveau il nous sanctionne à trois points. 67-61 et moins de quatre minutes à jouer, coach W. demande temps mort. Ces deux paniers sont pour moi. Je lui laisse juste assez d’espace pour lui permettre de rentrer ses tirs. Erreur impardonnable quand on affronte un gars avec autant de talent. L’entraîneur nous dessine un système.
Temps mort écoulé, on retourne sur le parquet. Je remonte la balle et sers Nic au poste alors que je pose un écran pour McKee. Le rouquin se défait du marquage de son défenseur, reçoit la passe de Nic et plante à son tour un gros trois point. Moins trois. Balle UCLA. Rivoli laisse passer quelques secondes avant de lancer le système. Il gagne du temps sur l’horloge pour garder son avance le plus longtemps possible. Ecran solide d’un des intérieurs. On change de joueur. C’est mon ailier fort qui défend sur Rivoli et ce malin voit immédiatement qu’il a l’avantage de la vitesse il recule et repart vers le cercle, passant l’intérieur. Cependant Nic effectue une super rotation et se met sur son chemin. Le tir est raté, mais le meneur des Bruins ne se démonte pas il remonte pour saisir son propre rebond. C’est le moment de sortir le pire des coups bas. Je profite que l’immense carcasse de Nic cache une bonne partie de l’action pour glisser mon pied sous le joueur qui vient de sauter. Il se réceptionne sur ma chaussure et tombe au sol en lâchant le ballon. Un de mes coéquipiers s’en saisit et fonce marquer un panier facile.

Le jeu s’arrête. Rivoli est au sol et se tient la cheville. Son staff médical vient l’examiner et le ramène sur le banc. Quelques regards se tournent instantanément vers moi. Je suis le coupable idéal et ils n’ont pas tort, car quand il y a une blessure de ce genre, je traine souvent dans les parages. Il est vrai que j’ai une légère tendance à mettre mon pied sous les joueurs en l’air pour qu’ils se tordent la cheville ou à les mettre « malencontreusement » en déséquilibre. Il y a quelques ligaments croisés qui se sont rompus comme ça. Rah c’est moche hein ? J’étais là, mais ce n’est pas de ma faute, personne n’a rien vu. J'hausse les épaules et retourne à mon poste avec un petit rictus satisfait.


2ème mi-temps : UCLA 67 – 65 Duke
01 : 59


On entre dans le money-time. Chaque tir, chaque défense, chaque possession comptent. On est en retard au score mais on se fatigue de chaque côté. Nic est sorti pour 5 fautes et c’est moi qui dois tenir la baraque pour les dernières minutes de ce match. Plusieurs joueurs de UCLA sont sur la sellette avec 4 fautes chaque équipe est dans la pénalité. Toute faute mène à des lancers francs. Bref, c’est chaud. Rivoli est revenu sur le terrain, mais il est moins incisif et plus hésitant en attaque. Sa cheville le gêne, ça se voit. Pas de bol, je joue physique sur lui. S’il veut passer ma défense, va falloir être plus rapide que ça.
Il oublie de protéger sa balle. J’en profite et tape dedans pour qu’il perde le contrôle. La sphère orange se dirige en touche. Dans le doute, je me jette dessus et la renvoie dans le terrain avant qu’elle ne touche le sol derrière la ligne. C’est McKee qui s’en saisit alors que je finis dans les spectateurs du premier rang. Le temps de me relever, tout le monde est déjà au panier adverse. Egalité. Moins de 1 minute 30 à jouer.

2ème mi-temps : UCLA 67 – 67 Duke
00 : 45


Rivoli arrive à provoquer une faute sans parvenir à marquer. Il s’apprête à rentrer ses 23 et 24e points de la soirée. Avant cela je m’approche de lui. Ce sont des lancers cruciaux qu’il s’apprête à tirer. C’est le moment de lui rajouter un peu de pression sur ses jeunes épaules.
- Si tu rates un de tes lancers, on gagne le match.
Il ne répond pas et ne semble pas atteint par ma petite provocation. Le premier lancer rentre sans toucher l’arceau. Le deuxième se transforme en grosse brique. Rebond pour nous et temps mort demandé par coach W. Il dessine un système et on revient sur le terrain. Il nous reste une possession complète pour prendre l’avantage.
Tout se déroule pour le mieux, les écrans fonctionnent et je donne le ballon au joueur qui ressort ouvert à mi-distance. Manqué ! Mais c’est Cole, un intérieur du banc avec qui je joue depuis trois ans qui arrache le rebond. Tous les joueurs extérieurs rappliquent vers lui pour l’empêcher de prendre un tir proche du panier et nous donner trois points d’avance. Cole a juste le temps de le remarquer qu’il me transmet le ballon. Seul, je plante mes appuis derrière la ligne des trois points. Un coup d’œil au panier et je me lance. Impulsion et mon bras droit envoie cette dague assassine. Finition poignet cassé, je vois mon tir transpercer le filet. Je sers le poing et retourne vers mon banc alors que le coach de UCLA prend son dernier temps mort. Les autres me congratulent pour ce tir réussi. Mais il reste encore du temps sur l’horloge. Il nous faut une dernière bonne défense.

2ème mi-temps : UCLA 70 – 68 Duke
00 : 13


- Quel tir de Hinrich ! Les Blue Devils sont devant !
- Enorme prise de risque de la part du meneur de Duke, mais ça paye et il rapproche son équipe du sacre final.
- Les joueurs vont bientôt revenir sur le terrain. Que doivent faire le Bruins pour au moins espérer égaliser et forcer les prolongations ?
- Je pense qu’ils devraient appuyer sur leur grande force de frappe à distance à l’aide d’un système qui profiterait à l’un des tireurs. Sinon, c’est Rivoli qui va devoir prendre les choses en main avec défenseur surmotivé sur le dos.
- Nous allons le savoir dans quelques instants. Les deux équipes sont de nouveau sur le terrain. Richardson remet en jeu pour Rivoli… qui va attendre qu’un de ses coéquipiers ressorte dans l’un des coins. Que c’est bien défendu de la part des Blue Devils ! Rivoli qui va devoir défier Hinrich en un contre un ! Rivoli ! Quatre secondes ! Il déclenche le tir... La bonne défense de Hinrich… C’est raté ! Duke remporte le titre NCAA 2108 ! Après deux défaites consécutives en finale, les Blue Devils remettent la main sur le trophée ! Magique !


12. 01. 2109
Duke 73-60 North Carolina

- Hinrich à trois points... Et c'est dedans ! 20 points pour le meneur des Blue Devils.
- Et avec ce tir, Jackson, il devient le joueur ayant inscrit le plus grand nombre de trois points sous le maillot de Duke. Une sacrée statistique quand on voit tous les grands joueurs qui sont passés par cette université.
- Sans oublier qu'il est le quatrième meilleur scoreur, deuxième passeur et deuxième intercepteur de l'histoire des Blue Devils. C'est la preuve de sa dévotion à l'équipe durant ses quatre années universitaires. On lui souhaite bien évidemment le même impact au plus haut niveau.

30. 06. 2109

L'attente est insoutenable. A ma table se trouvent les mères et mes soeurs. Tous apprêtés pour vivre le moment où le commissaire de la NBA prononcera mon nom après celui de la franchise qui voudra bien me faire confiance. L'année précédente, Nic avait été choisi en quatrième position. Son absence s'est faite ressentir dans la raquette, mais l'arrivée de nouveaux talents nous a permis de remporter un deuxième titre NCAA face aux Wildcats de Kentucky. Earvin Jones est le plus gros prospect de notre université. C'est un ailier très grand et très polyvalent, capable de défendre et attaquer. Les premier noms tombent : Anthony Grant en n°1, Earvin en n°2... Les prospects les plus en vue sont choisis dans les quinze premières places. Kurumi et Yû ont du mal à tenir en place. Ces deux là sont inséparables et se tenir tranquilles ne fait pas vraiment partie de leurs prédispositions. Apparemment, ça a été tout un cirque pour les faire mettre en robe. Je n'arrive pas à croire que j'ai grandi au milieu de ces deux tornades. C'est peut-être pour ça que j'arrive à calmer les ardeurs de mes coéquipiers sur le terrain.

- Avec le vingt-cinquième choix de la draft NBA de 2109, les Detroit Pistons choisissent, Kirk Hinrich de l'université de Duke.

Soulagement, joie. Quand mon nom est sorti j'ai cru mal entendre, mais non. J'allais jouer à Detroit, franchise connue pour ses équipes très dures défensivement. Ca colle à ma mentalité. Je prends mes proches dans les bras, assez ému je dois le reconnaitre, puis je me dirige vers l'estrade avant d'enfiler la casquette de la franchise et de serrer la main du boss de la NBA le temps d'une photo. Je souris. C'est un rêve de gosse qui se réalise.

12. 10. 2109

L'attente est insoutenable. Je me suis réveillé ce matin avec des images d'horreur. Un tsunami a ravagé les côtes japonaises. Tokyo est touché et je n'ai aucune nouvelle de ma famille. Je suis à la veille de faire mes premiers pas sur un parquet NBA et voilà que je me retrouve incapable de faire quoique ce soit, hormis être suspendu à mon téléphone dans l'espoir d'un appel, un signe de vie. Je me dis qu'après une telle catastrophe, les lignes de communications doivent être coupées ou au moins saturées, et que c'est pour ça que je n'ai aucune nouvelle. J'ai peur. Je craque rarement mais là j'ai le sentiment d'être seul face aux événements. Le soutien de mes coéquipiers ne peut même pas me soulager. J'attends toujours.

15. 10. 2109

Je reçois enfin un appel. Maman ! Je décroche comme si ma vie en dépendait. J'entends la voix de ma mère, tout va bien. Personne n'est blessé. Je pleure pour évacuer l'angoisse accumulée durant plusieurs jours. La fin du mouvement des Incontrôlables avait fait place à quelque chose de bien plus horrible. Un tsunami fait bien plus de dégâts que quelques manifestants en colère.

18. 10. 2109

Mes débuts sur les parquets de la grande ligue sont loin d'être flamboyants. Sur les trois matchs je compile 3 points de moyenne pour moins d'un rebond, une passe et au moins 4 fautes de moyenne. "C'est le métier qui rentre" n'arrête pas de me dire Justice Wagner, le vétéran de l'équipe. Je travaille toujours autant. On loue toujours mon éthique de travail. Certains suivent mon exemple. Ca me donne l'impression d'avoir un moindre impact dans cette équipe à défaut de pouvoir produire convenablement sur le terrain. Après l'entrainement du jour je consulte mon téléphone. Tiens, cinq appels manqués de Maman. Si elle insiste autant c'est qu'il s'est passé quelque chose. Je la rappelle aussitôt la boule au ventre.

- Allô, Kirk ?
- Maman ? Pourquoi tu m'as appelé ? Tu sais que je m'entraîne.
- Kurumi a été mariée.

Elle m'annonce ça de but en blanc. Je ne sais pas quoi répondre.

- Eh bien euh... Félicitations pour elle dans ce cas.
- Yû aussi.
- T'en as d'autres comme ça à m'annoncer ?
- Elle est mariée à deux personnes.  

Incrédule je laisse s'écouler quelques secondes avant de m'étonner.

- Pardon ? Qu'est-ce que tu me racontes là ?
- Ce n'est pas une mauvaise blague Kirk, les jumelles sont mariées et Yû à deux inconnus.
- Mais c'est impossible, du moins d'après ce qu'on voit des couples formés par l'Incontestables et des règles établies.
- Apparemment ça a changé.
- L'engin n'aurait-il pas pris un petit coup avec le tsunami par hasard ?
- Maintenant que tu en parles, c'est une probabilité.
- On reste en contact. Tiens moi au courant.
- D'accord. Bon courage pour tes matchs chaton.
- Nya.

Une vingtaine de jours plus tard, les deux terreurs se retrouvent à nouveau célibataires, comme quoi il n'y avait pas lieu de s'inquiéter.

17. 05. 2110
- C'est la deuxième année de suite que Detroit échoue au premier tour des Playoffs. John, votre avis sur le travail que va devoir effectuer président des opérations basket des Pistons cet été ?
- Je pense qu'il doit se débarrasser des contrats trop lourds des vétérans tels que Wagner et Williams. Ensuite, il devrait faire quelques mouvements pour monter à la draft et espérer obtenir un jeune talentueux en fin de top 15.
- Et qu'en est-il de Kirk Hinrich ? Son contrat rookie se termine à la fin de la saison prochaine avec possibilité pour la franchise d'activer son option d'équipe, ne pensez-vous pas que c'est le bon moment pour l'échanger avec quelques choix de second tour de la draft ?
- Personnellement, je pense que les Pistons doivent le garder cette saison et aviser avec leur option le moment venu. Hinrich a peut-être déçu par rapport aux attentes qu'on avait à sa sortie de Duke, il reste néanmoins un joueur très apprécié par ses coéquipiers et le staff des Pistons.
- Je pense au contraire que les Pistons doivent s'en débarrasser. A part du hustle et un peu de défense, il n'apporte pas grand chose à cette équipe. Il y a d'autres joueurs qui font ces mêmes choses et apportent d'autres qualités sans coûter tellement plus cher qu'un contrat rookie. Pour moi ce gars n'a pas sa place en NBA. Il est trop petit pour défendre sur les arrières, il fait beaucoup trop de fautes, qu'elles soient défensives ou techniques et il est bien trop passif en attaque.
- Je vous trouve assez sévère Mark. Certes Hinrich n'est pas le joueur qui porte une franchise sur son dos, néanmoins je descelle beaucoup d'amour pour le jeu et un sens du sacrifice vraiment remarquable. Je pense qu'il a été habitué à défendre très dur à l'université avec des règles proches de celles que l'on retrouve en FIBA, et que les règles un peu plus sévères sur la défense de la NBA lui posent encore quelques soucis d'adaptation.
- Je vous arrête Jackson. Ce gars est un bust. S'il veut défendre comme en FIBA, qu'il aille jouer en Euroleague ou dans en EABA, mais qu'on arrête de me dire qu'il peut jouer en NBA. Dans une équipe sérieuse, il ne ferait même pas la fin de rotation !


Je fulmine. Ginny vient de me montrer l'avis des certains concernant mon futur dans la ligue. Si j'ai déçu ? Totalement ! Je me suis moi-même déçu mais il va falloir être réaliste. Comment défendre correctement quand la moindre contact avec l'attaquant amène à une faute ? Tu m'étonnes que les stars NBA pondent des chiffres hallucinants en attaque, les règles font tout pour leur permettre de scorer toujours plus. Ce n'est plus du basket mais juste un spectacle ! A ce compte-là autant faire de tous les matchs des All-Star Games, au moins on sera fixé sur la valeur de la défense dans cette ligue de starlettes. Je fais du basket pas du football anglais. Si c'est ça la NBA, alors je préfère mille fois aller en Euroleague ou en EABA pour faire du vrai basket !

- Ne les écoute pas, me glisse Ginny en m'enlaçant. Tu connais tes qualités et le staff te soutiendra j'en suis sûre.
- On voit que ce n'est pas toi la cible de toute cette merde médiatique. T'aimerais que les règles de sport changent d'une région à une autre pour devenir moins exigeants et plus spectaculaires. Tu dirais quoi si on enlevait la planche au triple saut pour que les athlètes sautent plus loin, quitte à ce qu'il commencent leur mouvement les pieds dans le sable ?
- Je râlerais, c'est sûr, mais tu sais l'athlétisme est un peu différent du basket, alors je ne pense pas que nos règles changerons de sitôt.

Elle essaye de m'apaiser. Recevoir de telles critiques sans pouvoir répondre directement me met dans une colère noire. Je ne pense pas que ces anciennes gloires de notre sport, ainsi que les "experts" qui les accompagnent, se rendent bien compte à quel point les règles cantonnent de plus  en plus la défense à de la figuration.

- Aller, arrête de t'agacer à cause de ces vieux croulants et viens te coucher.

Je soupire et rejoins ma compagne. Elle a raison, je devrais faire abstraction des médias pour me consacrer au basket, point.


07. 05. 2111

Tout va bien dans le meilleur des mondes. Avec les Pistons on est arrivé jusqu'en finale de conférence avant de perdre en six matchs contre les Boston Celtics. Avec la saison que je viens de faire, j'ai fait fermer quelques bouches. 11 points, 6 passes, 2 rebonds, 2 interceptions et 1,5 contres de moyenne. J'ai compris qu'avec de telles règles, je pouvais jouer de manière agressive et devenir une réelle menace en attaque. Pour la défense c'est toujours le même cinéma, mais je me suis ajusté pour suivre la tendance de la ligue, bien que cela me fasse très mal.

Juste après notre élimination en Playoffs, je découvre le System Error. Tous les moniteurs du pays cessent de fonctionner. L'ordinateur le plus célèbre du Japon serait-il sur la fin ? J'avoue que cela m'arrangerait bien. Je ne suis pas foncièrement contre le système mais si je peux éviter un mariage forcé, ce serait parfait.

21. 08. 2111

Grand-père est mort. Je l'ai appris la semaine dernière alors que le Japon traverse une période d'épidémie. Des malades ci et là sans raisons apparentes et véritablement réalistes. Grand-père en est une des nombreuses victimes, mais son cœur fragilisé par l'âge n'a pas tenu. J'ai perdu un de mes maîtres, celui qui m'a enseigné le respect et qui m'a transmis cette hargne et la persévérance.

Je suis présent aux funérailles. Bien que né aux States, il a tenu à ce qu'on l'enterre à la japonaise. Il aimait vraiment ce pays et s'attristait de voir les derniers évènements foutre le boxon. Il est vrai que le pays a pris cher en quelques années. A peine relevé qu'il prenait une nouvelle gifle. A mon échelle je ne peux qu'être spectateur. De Detroit j'assiste aux désastres et viens constater les dégâts une fois la saison terminée. Ca me navre. Je n'ai même pas pu revoir grand-père une dernière fois. Je tiens Mam dans mes bras. Elle est la plus affectée par cette disparition, c'était son père après tout. Tout cela me fait me rendre compte que je suis si loin de ma famille.

Je dois encore réfléchir à mon avenir. La NBA a longtemps été un rêve, mais la réalité du terrain est toute autre et je me sens de moins en moins à ma place dans cette ligue. Mauvaise époque sans doute. La franchise a reconduit mon contrat pour une dernière saison. Après ça, je vais très certainement rentrer à la maison. Jouer au Japon ne me déplairait pas.

29. 04. 2112

Fin de nos Playoffs. C'est la quatrième année consécutive qu'on s'y rend et qu'on se fait sortir avant les finales face aux vainqueurs de la conférence Ouest. J'ai été obligé de retourner au Japon alors que les gars jouaient la qualification pour les finales de conférence. On a perdu. On me tient responsable pour cette défaite. Les gars n'ont pas tort mais je n'avais pas le choix. Je devais me faire implanter une nouvelle puce après une longue chasse à l'homme. Les autorités ont exigé que tous les japonais reçoivent ce nouveau modèle. L'ancien était responsable des maladies qui ont frappé le pays quelques mois plus tôt. Ceux atteints par la maladie avaient disparus des radars de l'Incontestables, considérés comme morts. On a traqué ceux qui cherchaient à profiter de la situation. Voilà pourquoi le gouvernement nous a imposé de nous faire repucer. Voilà la cause de mon absence. Si je ne le faisais pas, j'allais être traité comme un hors la loi. Trop peu pour moi. J'ai pris une décision et je l'assume, de toute façon je ne compte pas m'éterniser plus longtemps en NBA.

06. 2113

Je traine dans les rues d'Itabashi. C'est là que je suis né et que j'ai grandi. J'arpente les playgrounds que j'ai écumé durant mes années collège-lycée. Il y a toujours autant de gamin qui s'initient à la balle orange, les quelques motivés qui se font des séances de tir afin de se transformer en snipers. Je faisais comme eux, alors je souris. Tokyo,  c'est ma ville. Duham, Detroit n'étaient que des étapes. Je voyage toujours. Avec les gars l'Alvark, on joue contre les meilleures équipes de l'EABA tout en cartonnant en B. League, le championnat national. Une ligue 100% d'Asie de l'Est. Prochain match contre Shangaï. On vise le titre dont le prestige n'a rien à envier à un trophée d'Euroleague. La NBA reste la ligue reine, mais elle n'est plus aussi surdominante qu'au début du siècle précédent. Avant ça, on a dû se battre contre les Sunrockers de Shibuya, l'autre équipe tokyoïte. J'avais le choix au moment de signer un contrat, alors j'ai préféré le maillot noir et rouge de l'Alvark plutôt que le jaune pisse dégueulasse des Sunrockers. Alors si d'aventure vous voulez voir du beau jeu, de la dureté et une bonne dose de spectacle, prenez vos billets pour le prochain match au Yoyogi National Stadium. Venez acclamer la meilleure équipe de Tokyo et d'Asie !

Caractère
Récap' Draft 2109, vidéo par Trashtalk.co
- On passe à Detroit, et franchement Seb... Belles surprise de la part des Pistons.
- Ouais. On se demandait ce qu'ils allaient faire avec le petit choix qu'ils avaient et franchement, j'aime bien ce qu'ils nous ont pris en 25.
- Et donc c'est le meneur de Duke, Kirk Hinrich qui rejoint Detroit. Qu'est-ce que ce choix t'évoque Seb ?
- Il colle super bien à la mentalité de la franchise. On le sait, les Pistons sont une équipe de gros défenseur, de durs et de bad boys. Le mec il coche toutes les cases sur le terrain.
- Tu fais bien de le mentionner car en effet on va en reparler de sa mentalité sur le terrain, mais les retours du staff et des joueurs qu'il a côtoyé à Duke, c'est que c'est une bête de coéquipier. Le gars il est présent à 8h pour l'entraînement de 9h, il ressort une heure après tout le monde. Il bosse dur aussi bien à la salle que dans ses études, motive les gars dans le vestiaire. A Duke il y avait les prospects qui faisaient des dingueries en attaque et lui c'était le cerveau, le cœur, les poumons et les couilles de cette équipe.
- J'adore ce joueur. Il a une mentalité de battant, il ne laisse jamais rien à l'adversaire, il met la tête là où personne n'oserait mettre le petit doigt. C'est un fou furieux en défense et surtout un gros vicelard. Je crois qu'à part les joueurs et les fans de Duke, tout le monde le déteste sur le circuit universitaire. Il n'y a pas un joueur qui ne rêve pas de lui en coller une.
- Trashtalker en plus.
- Enorme trashtalker ! Il attaque et répond super bien. Y a quelques anecdotes bien sales qui sont sorties après sa draft, et je pense qu'on n'a pas fini d'en avoir lorsqu'il sera en NBA.
- Attention quand même, les arbitres sont un peu plus tâtillons, on va voir comment il va s'adapter aux règles NBA. On va voir aussi ce que ça donne face à des joueurs un peu plus grands.
- Non mais il tire sa rage de vaincre aussi du fait qu'il soit un peu sous-dimensionné pour ce sport. Je l'ai vu tenir tête à des intérieurs qui lui rendaient une vingtaine de kilos ! A quel point faut-il en vouloir pour aller au charbon de la sorte ?
- Non mais c'est taré. Sur le terrain il est taré. Il se jette sur les balles perdues, il fait des sauvetages périlleux. Bref c'est le bon soldat qui va faire du bien au banc de Detroit.


Nicholas Bridges, pivot des Phoenix Suns pour NBC Sports
- Revoir Kirk sur un parquet, c'est quelque chose. C'est mon gars sûr, mais je ne compte pas le laisser nous faire ses petits coups. On est adversaire maintenant, et je suis sûr qu'il pense la même chose.
- Vous semblez avoir une relation très forte avec lui.
- Evidemment. A mon arrivée à Duke, il m'a pris sous son aile. C'est mon meilleur coéquipier jusque-là. Il paraît méchant sur le terrain, fourbe, vicieux et tout ce que vous voulez, mais ça, ce n'est que sur le terrain. Il est là dans les moments de doute. Un vrai pote. C'est "Captain Kirk", point barre. Tout pour l'équipe. Un bon gars.


Ben Karr, meneur remplaçant des 76ers de Piladelphie pour NBC sports
- Je hais ce type. Il n'a aucune fierté, aucun talent, rien. Que du vice. Ce n'est pas un basketteur pour moi. C'est juste un fils de pute.

Kirk Hinrich, meneur remplaçant des Detroit Pistons pour NBC Sports
- Ben Karr affirme que vous n'avez que du vice et aucun talent. Quelque chose à dire à ce propos ?
- Qu'il vienne me reparler de talent lorsqu'il gagnera des matchs sans être au bout du banc de Philly.


24. 05. 2113

- Mec on en a chié ce soir...
Le grand baobab qui me parle, c'est Rui Miyasaki. Grand c'est le mot, il dépasse les deux mètres. Il me lance un regard fatigué. Il es vrai qu'Osaka nous a donné du fil à retordre. Le plus important, c'est la victoire que nous avons arraché lors de la prolongation.
- Je sais, mais c'est la victoire qui importe.
- On a journée libre demain, tu nous rejoins avec Oda pour faire un tour des playgrounds ?
- Nan, j'ai déjà une sortie de prévue.
- Encore un rendez-vous galant hein ?
- On ne peut rien te cacher ! Hahaha !

25. 05. 2113

- J'avoue... Je n'ai rien fait de ma journée.
Je regarde la jeune femme en face de moi. J'ai l'honnêteté de lui dire ce que j'avais vraiment fait de ma journée, pourquoi le cacher ?
- Même pas un entraînement ou quelques bouches à casser ?
- Casser des bouches ? Tu me prends pour qui ?
- Je ne sais pas... Le mauvais garçon que j'ai vu se battre sur le parquet hier ?
- Le terrain, c'est le terrain. Quand je rentre chez moi, c'est un autre monde. Je me repose ou je m'occupe de ma famille. Rien de plus.
- Vraiment ? Difficile à croire, mais soit ! Pourquoi se donner une telle réputation si ce n'est pas vraiment toi ?
- C'est tout moi. Mais quand je joue au basket, je veux gagner, et si pour ça je dois passer pour le pire des enfoirés, ça ne me dérange pas. Mais assez parlé boulot. Je suis là pour te voir après tout.
- Héhé ! Tu esquives un peu le sujet là, non ?
- Pas du tout ! C'est juste que constamment parler du boulot alors que je passe un bon moment avec un jolie demoiselle, je trouve ça un peu dommage.
- Tu me dragues là.
- Ce n'est pas le but du rendez-vous ?

On se met à rire puis on oublia le travail le temps de la soirée. Je l'ai ramenée chez moi, et elle est restée jusqu'au matin, juste avant que j'aille à l'entrainement. Elle me laisse son numéro, comme plein d'autres avant elle. Pas sûr que je la rappelle, car j'ai d'autres chats à fouetter. Je dois passer chez mes mères pour les aider un peu. Puis je dois aider l'association pour les gamins des quartiers défavorisés. Ca fait des années que je les parraine afin de donner à ces gosses un avenir sûr et heureux. Tout cela n'est pas médiatisé et tant mieux. Je n'ai pas besoin d'avoir une bonne pub. Je sais ce que je fais et ce que je vaux. Les autres n'ont pas besoin de le savoir.

Physique
Draft NBA 2109
Et voici Kirk Hinrich. Après quatre ans sous les couleurs de Duke, il passe enfin le cap de la draft NBA. Avec 1m89, c'est un meneur un peu sous-dimensionné pour la NBA mais très costaud avec ses 90 kilos de muscles. On voit que son dur labeur a payé. C'est un joueur explosif qui monte très vite au cercle et peut facilement garder des joueurs plus imposants physiquement...

Je me prépare. La draft est un événement unique qui oblique de s'habiller élégamment. J'ai opté pour un costume comme la plupart de mes camarades, couleur sable avec une chemise bordeaux. Une de mes mères m'observe.
- Ca te va bien dis-donc. Tu devrais t'habiller plus souvent comme ça.
J'avais plus l'habitude des tenues un peu plus décontractées mais pas négligées. Je me regarde une dernière fois dans le miroir. Je fixe cette vieille connaissance aux yeux noisette, au teint hâlé et aux cheveux frisés. Depuis que je suis sorti de l'adolescence, j'ai l'impression d'avoir un visage plus masculin, anguleux avec des joues légèrement creusées. Je me rase tous les jours car je me trouve particulièrement immonde avec une barbe de quelques jours et je ne me sens pas d'expérimenter la barbe luxuriante pour le moment. Un coup de cire mate dans les tifs puis j'enfile mes lunettes qui me donnent un petit air intello et je suis prêt pour serrer la main du commissaire de la grande ligue. J'affiche un petit sourire en coin. Dans la vie de tous les jours, c'est un sourire rassurant, un peu charmeur quand la situation s'y prête. Sur le terrain, c'est mauvais signe pour la personne à qui c'est adressé.

Avatar
Personnage tiré d'un manga/anime/jeu-vidéo/série

Code:
<div class="infobulle1">• [b]Ryota Miyagi[/b] {Slam Dunk} [i]est[/i] [url=https://www.just-married-rpg.com/u3432 ]Kirk J. Hinrich[/url]<span><img src="https://i.servimg.com/u/f97/20/04/08/40/90eb8710.png"></span></div>

— Just Married —

Messages postés : 54
Inscrit.e le : 20/07/2021

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Rayonne en #89B700 ☀ !
KIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIRK Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1215503234

J'adore déjà ce que je lis donc j'attends la suite, hop hop hop Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1620036270

Bonne rédaction et bon courage pour la suite ❤
Shôta

Shôta
Messages postés : 832
Inscrit.e le : 09/09/2017

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Salil ♥
Autre: ✚ Parle en : #cc6699
Bon reboot et bon courage pour la suite de la rédaction :D
— Just Married —

Messages postés : 39
Inscrit.e le : 01/06/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : La balle orange
Autre: Merci à Terurin pour le cadeau :heart:
Merci à vous deux les amours ❤

Et j'en profite pour annoncer que la fiche est terminée

Merci pour le modo qui s'en occupera Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1227068846
— ★ —

— ★ —
Messages postés : 5067
Inscrit.e le : 02/07/2016

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : L'autre énergumène.
Autre:
Hey,
Stylé le perso' ^^. Rebienvenue ici :3
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 6364
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Modération de fiche

Le staff de Just Married te souhaite la bienvenue sur le forum ! ♥

Introduction

Bon reboot Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1362171446

Histoire

- un de nos prospect
- dans es bagages,
- Je me retourne et aperçoit
- je m’apprête passer une nuit
- Je leur conseil la prudence
- Je regarde le fautif avec un petit sourire satisfait et applaudit
- il lâche son ballon et ne tir plus
- Il se démarque au niveau de la ligne des lancers francs et tir tout
- C’est deux paniers sont
- Je lui laissé
- Je remonte la balle et sert
- Je travail toujours
- T'en a d'autres
- nos règles changerons

✗ Le tsunami ayant eu lieu aux alentours de 13h, il est impossible que Kirk ait eu des nouvelles de sa famille moins de 2h après. Le temps que la vague ravage tout + les communications coupées, c'est même peu probable qu'il ait reçu un appel le jour même en fait Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 517494357

✗ Il est impossible que deux soeurs soient mariées ensemble, même pendant le bug. Ce serait accepter l'inceste et c'est non Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 4158426957

Caractère

- qu'il à côtoyé

✗ Je trouve que ça manque un peu de développement sur sa façon d'être en dehors du basket. Dans le privé comment est-il ? Avec sa famille ?

Physique

Validé ♥

Conclusion

J'ai beaucoup aimé lire ta fiche, notamment tout le match où je me suis surpris à attendre le résultat avec impatience Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 3182035657 J'avais presque l'impression de regarder un vrai match !  Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 2794187138
En soi, je n'ai pas grand chose à dire. Y'a des petites fautes qui se sont faufilées, mais rien de bien méchant, je te les ai relevées quand même. Deux petits points à revoir dans l'histoire et ce sera tout bon pour moi Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 4115966937


Bon courage pour les modifications ! En cas de problème, de doute, n'hésite pas à contacter un des membres de l'administration, nous serions ravis de te venir en aide ! :)

Analyse : 1/3

Nous analysons au maximum trois fois une fiche, après cela, si nous ne pouvons toujours pas la valider, nous serons malheureusement obligés de la refuser. Nous ne pouvons nous permettre de reprendre chaque fiche dix ou vingt fois, cela serait autant pénible pour vous que pour nous. Merci de votre compréhension. ♥

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Makoto%20-%20signature
Merci Lucci, Zach et Lucas pour les avatars et kits Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Ld7d
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich BbNTuR8
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Cn3Ckyx
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1EPYLUw
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich DfzeUm9


Merci Karlito ♥️:
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich YqECw0j
— Just Married —

Messages postés : 39
Inscrit.e le : 01/06/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : La balle orange
Autre: Merci à Terurin pour le cadeau :heart:
Bonsoir !

Merci pour la validation !

J'ai apporté toutes les petites modifications demandées, et voici le gros morceau ajouté dans le caractère :

24. 05. 2113

- Mec on en a chier ce soir...
Le grand baobab qui me parle, c'est Rui Miyasaki. Grand c'est le mot, il dépasse les deux mètres. Il me lance un regard fatigué. Il es vrai qu'Osaka nous as donné du fil à retordre. Le plus important, c'est la victoire que nous avons arraché lors de la prolongation.
- Je sais, mais c'est la victoire qui importe.
- On a journée libre demain, tu nous rejoint avec Oda pour faire un tour des playgrounds ?
- Nan, j'ai déjà une sortie de prévue.
- Encore un rendez-vous galant hein ?
- On ne peut rien te cacher ! Hahaha !

25. 05. 2113

- J'avoue... Je n'ai rien fait de ma journée.
Je regarde la jeune femme en face de moi. J'ai l'honnêteté de lui dire ce que j'avais vraiment fait de ma journée, pourquoi le cacher ?
- Même pas un entraînement ou quelques bouches à casser ?
- Casser des bouches ? Tu me prends pour qui ?
- Je ne sais pas... Le mauvais garçon que j'ai vu se battre sur le parquet hier ?
- Le terrain, c'est le terrain. Quand je rentre chez moi, c'est un autre monde. Je me repose ou je m'occupe de ma famille. Rien de plus.
- Vraiment ? Difficile à croire, mais soit ! Pourquoi se donner une telle réputation si ce n'est pas vraiment toi ?
- C'est tout moi. Mais quand je joue au basket, je ceux gagner, et si pour ça je dois passer pour le pire des enfoirés, ça ne me dérange pas. Mais assez parlé boulot. Je suis là pour te voir après tout.
- Héhé ! Tu esquives un peu le sujet là, non ?
- Pas du tout ! C'est juste que constamment parler du boulot alors que je passe un bon moment avec un jolie demoiselle, je trouve ça un peu dommage.
- Tu me dragues là.
- Ce n'est pas le but du rendez-vous ?

On se met à rire puis on oublia le travail le temps de la soirée. Je l'ai ramenée chez moi, et elle est restée jusqu'au matin, juste avant que j'aille à l'entrainement. Elle me laisse son numéro, comme plein d'autres avant elle. Pas sûr que je la rappelle, car j'ai d'autres chats à fouetter. Je dois passer chez mes mères pour lais aider un peu. Puis je dois aider l'association pour les gamins des quartiers défavorisés. Ca fait des années que je les parraine afin de donner à ces gosses un avenir sûr et heureux. Tout cela n'est pas médiatisé et tant mieux. Je n'ai pas besoin d'avoir une bonne pub. Je sais ce que je fais et ce que je vaux. Les autres n'ont pas besoin de le savoir.


Voilà, en espérant que tout soit en règle ❤
— STAFF JM —

— STAFF JM —
Messages postés : 6364
Inscrit.e le : 10/10/2016

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Kiyohi Nanase
Autre:
Quelques petites fautes dans l'ajout du caractère:
- on en a chier
- Il es vrai qu'Osaka nous as donné
- c'est la victoire que nous avons arraché
- tu nous rejoint
- je ceux gagner
- pour lais aider

A part ça c'est tout bon !
Amuse-toi bien Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars si le code n'a pas été ajouté à la fin de votre fiche
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Makoto%20-%20signature
Merci Lucci, Zach et Lucas pour les avatars et kits Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1647638966

Spoiler:
Ce qu'ils ont dit ♥️:
[22:06:43] Luz E. Alvadaro : "Le RP plus une passion, une profession" "Makoto Nanase 2017"
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Ld7d
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich BbNTuR8
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich V1dcdrQ
Le plus beau compliment ♥️:
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Cn3Ckyx
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich 1EPYLUw
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich DfzeUm9


Merci Karlito ♥️:
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich Ea0v9qn

Merci Oz ♥️:
Hard hustle and muscles ~ Kirk J. Hinrich YqECw0j
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum