Altaï, le Chevalier Vaillant DgoiC4q
Altaï, le Chevalier Vaillant 9oulLiP
Altaï, le Chevalier Vaillant 620526BoutonElysion5050
Le Deal du moment : -30%
Baskets Nike Air Max Genome
Voir le deal
119 €

— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 04/11/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Shishido Altaï
“La mémoire, c’est l’imagination à l’envers.”
Informations générales
Nom : Shishido
Prénom.s : Altaï
Âge : 25 ans né le 29/01/2088.
Genre : Masculin
Origines : Japonaise
Activité : Animateur dans un studio d'animation japonaise, illustrateur indépendant et créateur du blog "Les aventures du Chevalier Vaillant".
Sexualité : Hétéro
Avatar : Tomura shigaraki, Boku No Hero academia
Règlement : - Validé - Ari
Chemin Il y a quelques temps mon écuyer électronique m'a amené à vous
Autre : DC Altaï, le Chevalier Vaillant 1362171446
Les aventures du Chevalier Vaillant - Blog créer le 29 Novembre 2108

Prologue_ Publié le 29/11/2108:

"Il était une fois, dans un pays nommé Japon, un roi et une reine, mariés par la haute sainteté l'Incontestable. Ces deux êtres venaient de riches familles, mais le désir de vivre de leurs passions, heureux et libre l'emporta sur les privilèges, le confort d'un château stable, la famille, l'honneur ainsi que la stabilité financière. Le roi et la reine furent reniés de leurs familles respectives, mais ils avaient gagné autres choses de plus précieux et de plus importants que n'importe quel téléphone, bijoux ou vêtement de luxe.


Le roi était un homme très drôle, faisant parfois rire le peuple sur quelques scènes bancales en attendant de voir l'histoire de sa vie magique publiée dans tout le royaume du Japon. La reine était, quant à elle, au service des plus démunis, de ceux dont le ventre criait famine. Elle leur servait des mets aux pouvoirs magiques, capables de restaurer leurs capacités hors normes.


Ensemble, le roi et la reine eurent un fils en l'an 2088. Mais le prince Altaï avait une maladie : il avait été maudit à sa naissance. En effet, le prince Altaï avait la peau si fragile qu'elle ne cessait de le gratter. Ainsi, le prince se retrouvait toujours seul. Il était très timide et n'allait jamais jouer avec les autres princes, car ceux-ci avaient peur de son apparence, peur d'attraper la malédiction.


Mais un jour, tout changea. Le roi et la reine invitèrent le prince Altaï dans la grande salle de leur château mobile. Le roi demanda au prince de s'agenouiller en face de la reine, dont le ventre avait grossi depuis plusieurs mois.


"Prince Altaï" annonça le roi, "aujourd'hui est un grand jour. Moi, Roi de ce château, te donne une mission de la plus haute importance."

La reine caressa tendrement les cheveux du prince avant de l'amener à son ventre. Là, le prince reçut un coup venir de ce ventre énorme. Les yeux écarquillés de stupeur, le prince regarda la reine avec anxiété : que se passait-il ? Quelle était cette étrange magie ?

"Prince Altaï, acceptes-tu d'être le chevalier de la future princesse quoi qu'il en coûte ?" commença le roi.

"... De la protéger de tous les dangers, de l'écouter dans n'importe quelle circonstance, de l'aimer et la chérir comme si ta vie en dépendait ?" Continua la reine.

"Cette mission te demandera du courage, de la force, de la patience et une volonté à toute épreuve." déclara le roi, "Toi seul est capable d'accomplir cette mission."

" Acceptes-tu, Prince Altaï ?"
Demanda la reine de sa voix douce et sereine

Le jeune prince hocha la tête, fier et prêt à remplir cette mission que seul lui pouvait remplir. Cette mission d'importance capitale ! Protéger la future princesse, futur joyau de la famille. Un genou au sol, le roi et la reine adoubèrent le prince, qui devint par la suite

Sir Vaillant, chevalier et protecteur de la princesse des joyaux."






C'était toujours comme ça que je commençais ton histoire du soir : papa avait l'habitude de raconter ses histoires comme ça alors c'était de mon devoir de te les raconter comme lui. T'étais dans ton berceau et moi j'étais devant toi, à te raconter les aventures du chevalier vaillant et de la princesse. Ensemble, ils vivaient des aventures vraiment épiques et magiques : avec des dragons, des fées et des lutins.

Toi, t'y comprenais rien, t'avais que deux ans, mais ce qui était sûr, c'est qu'après ton histoire du soir, t'arrêtais de pleurer et tu dormais à point fermé avec ton doudou Licorne. En plus cette histoire, c'était vrai. Je vivais vraiment des aventures fantastiques, je devais en faire parce que sinon, ben, je n'avais rien à te raconter le soir.

Tu m'appelais toujours "Ataï", comme le réseau social, il n'y avait que toi qui m'appelais comme ça.

Je n'ai jamais laissé personne m'appeler comme ça depuis. Interdiction formelle.

Maman travaillait beaucoup plus depuis que papa était mort. Un gobelin avait voulu son or à la sortie d'une représentation, mais papa n'était pas vraiment connu alors il n'avait pas grand chose. C'est peut-être pour ça que le gobelin l'a tué après avoir pris son portefeuille vide.

Comme maman travaillait beaucoup, je m'occupais le plus possible de toi. C'était mon devoir de grand-frère ET de chevalier vaillant de te protéger. Même si je manquais l'école, même si je me grattais de plus en plus souvent, même quand j'entendais maman pleurer le soir, je devais rester fort. Pour toi et pour maman.

Mais voilà. Il y avait un hic. Ce hic, c'était la sainteté l'Incontestable. Lui et son système, tout son système en fait, surtout celui de "la protection de l'enfance".


Avril 2093_ Publié le 29 /11/2108:
Je me souviens encore de cette nuit-là. Tu n'arrêtais pas de pleurer, même pendant ton histoire du soir. T'avais senti le coup fourré, toi. Moi non. J'avais été incapable de sentir le danger à ce moment-là, quand les gardes de la haute sainteté sont arrivés chez nous, dans notre camping-car, notre château mobile et nous ont pris, toi et moi.

Maman criait, elle criait aux gardes de nous laisser avec elle, qu'on était ses enfants, qu'elle s'occupait bien de nous. Je te tenais dans mes bras alors que tu continuais de pleurer avec maman. Toi aussi, tu voulais pas partir et c'est comme ça que tu le montrais. La dernière chose que j'ai réussi à entendre, c'était qu'elle allait bientôt revenir nous chercher, que je devais te protéger, que je devais être vaillant : le chevalier Vaillant.

Bien sûr que j'allais l'être ! Maman nous avait promis qu'elle nous récupérerait, que ça ne durerait pas longtemps. Ce n'était qu'une question de temps après tout.

Et puis là, dans ma p'tite tête, tout c'était transformé. Sa sainteté l'Incontestable, le système, les gardes, ils n'étaient pas humains. C'était des monstres, des gobelins, des orques comme dans les histoires que papa racontait.

On a été envoyé dans des prisons, tu sais. Avant de finir dans la plus sécurisée de toute, avec des gardes et des gardiennes : une prison qui s'appelait "Orphelinat". Il y avait plein d'autres enfants comme nous. Mais je m'en fichais, tu étais avec moi, alors je devais tout faire pour te protéger, personne n'allait nous embêter, j'allais pas les laisser faire : après tout, c'était ma mission.

Dans ma tête, on était des moutons, du bétail que des adultes inconnus venaient acheter et prendre avec eux.
Je restais tout le temps avec toi, je ne te lâchais pas d'une semelle, mais vraiment. Même pour l'école, je faisais des pieds et des mains pour que tu sois avec moi. Et quand parfois, t'étais pas avec moi en classe, je faisais n'importe quoi, juste pour sortir et te rejoindre. Je te dessinais plein de trucs aussi, notre vie dans le château mobile, les aventures qu'on vivait là-bas, on retrouvait toujours les parents dans notre château mobile.

Je ne laissais personne te toucher, même pas les gardiennes et surtout la grande gardienne : elle était une sorcière.

15 mai 2093_ Publié de 29/11/2108:
Mais il y eut un hic, un autre. Parce que la grande gardienne, ce n'était pas qu'une sorcière de bas étage. Non elle, c'était la pire. Elle m'a piégé, elle, comme les autres sorcières. Elles m'ont toutes piégées. Prétextant que je devais aller voir le docteur de l'orphelinat pour mon problème de peau et mes démangeaisons ; que c'était peut-être contagieux, que je pouvais te la refiler, ma malédiction.

Ces garces m'ont bien eu, elles ont vite compris mon point faible : toi et ta santé. Déjà que la mienne était pas ouf à l'époque, il n'était pas question que tu tombes malade à cause de moi.

C'est là qu'ils t'ont pris. Non, pire que ça, ils t'ont enlevé, ils t'ont kidnappés ! C'est ça que je voyais à l'époque. Je t'ai entendu pleurer dans les bras d'inconnus alors j'ai couru pour te rattraper, mais les sorcières étaient là, à me retenir. Toutes ces mains me retenaient sur place, longues et noueuses qui tentaient de me retenir avec leurs sortilèges. Il fallait que je me débarrasse de ses mains, que je me débarrasse d'elles.

Tu étais là, juste là. Ceux qui t'emmenaient faisaient semblant de ne pas m'entendre, ils faisaient semblant de ne pas entendre mes cris, mes appels. Mais toi oui. Tu les entendais et tu m'appelais. Tu pleurais et pleurais en guise de réponse. Et quand j'ai réussi à briser le sortilège de ses sorcières, j'ai couru, j'ai coursé la voiture, ce destrier de métal qui partait avec toi. Mais à sept ans, t'es pas Usain Bolt mon pote, donc c'était mort.

J'ai vu la voiture partir, tourner à gauche, puis plus rien.

T'étais plus là. J'avais échoué dans mon rôle de chevalier vaillant, protecteur de la princesse. Encore une fois.

Tout a explosé ce jour-là. Je me suis enfoncé encore plus dans les abysses de mon imagination : tout ça, tous ces adultes, étaient pires que des orques ou des dragons. C'étaient des démons. Et les gardiennes, elles étaient toutes des sorcières. Elles avaient vendu leurs âmes aux démons pour avoir du pouvoir. C'était des démons, pas des Hommes. Les Hommes sont bons, ils ne séparent pas une famille, ils font le bien autour d'eux.

Je sais pas ce qu'il s'est passé après. Je me souviens juste m'être réveillé plus tard dans mon lit, la gorge irritée, la voix cassée, le corps endolori de partout : crise de panique qu'ils m'ont dit.

Mon cul ouai ! Vous m'avez jeté un mauvais sort, sales mégères !

Mai 2093_ Publié le 29/11/2108:
Ils avaient tout prix, ta licorne, et même mes dessins. Et ça m'a fait chier, parce que si t'avais ta licorne ben, tu hurlerais pas à la mort le soir. Enfin pas trop quand même. Il te fallait ton histoire du soir aussi, mais ça, ils ne le savaient pas et j'étais sûr qu'ils étaient incapables d'imaginer ça.

Alors, j'ai tout fait pour te retrouver. À ben oui, elles s'attendaient pas à ça les sorcières de l'orphelinat. J'ai tenté plusieurs fois de partir, ça a plus ou moins marché. Parce qu'au final, elles me retrouvaient toujours comme ce manga où les enfants sont du bétail élevé pour nourrir des démons, ouai. C'était carrément ça que je voyais dans ma tête. On allait partir avec des adultes-démons pour se faire dévorer sans scrupule. Et les sorcières, elles avaient implanté un GPS dans nos corps pour savoir où on était.

J'ai compris un truc aussi et ça m'a fait bizarre, parce que finalement, les autres enfants dont je pensais prisonniers avec moi, ben ils voulaient pas partir retrouver leurs vraies familles. Ils étaient bien en rang, bien gentils devant les acheteurs pour avoir des cadeaux : parce que oui, certains acheteurs offraient des cadeaux à leurs enfants préférés. Sûrement pour les amadouer. Mais je n'allais pas m'en plaindre, un jour, des démons ont offert à un pote une console avec un jeu d'aventures où le héros grimpait sur les murs, sautait de toit en toit, on avait presque le même prénom en plus ! C'était un signe ! Alors je suis resté avec lui, juste à le regarder jouer sur sa console. Bon, il était pas très confiant au début, normal avec ma dégaine, mais je lui ai promis de ne pas lui voler. Et la promesse d'un chevalier, ben c'est sacré ma p'tite !

Ducoup, je me suis entraîné à grimper, sauter, me rattraper, bien atterrir. J'avais une idée pour m'enfuir et te retrouver. J'allais devenir ce héros : grimper sur le toit, puis sauter, me rattraper et atterrir dans la ruelle sans aucune blessure. Dommage qu'il n'y avait pas de bottes de foin près de l'Orphelinat, parce que sinon j'aurais fait un saut de la Foi trop stylé ! Je me suis aussi entraîné à être un ninja, à ne faire plus qu'un avec l'obscurité, à courir comme un chat, être agile comme un chat, être vicieux comme un chat.

Sur le coup, c'était une idée épique stupide !

Je suis tombé, comme une merde, une fiente de pigeon qui s'écrase sur un pare-brise. Non mais quelle idée de pas réparer les tuiles usées hein ?! C'était fait exprès, j'en étais sûr à l'époque. J'ai eu une belle chute, très belle qui m'a laissé quelques cicatrices.

Enfin bref ça, c'est pour un autre post Princesse.

Le truc, tu vois, c'est que, quand la grande sorcière m'a vu essayer une nouvelle fois de m'enfuir, elle a décidé de faire un truc.

Ouai.

Elle a décidé d'utiliser un sort, un ninjustu dont elle seule avait le secret, une arme qu'elle maniait à la perfection.


"Crachage de venin"


Elle m'a dit que tu étais parti définitivement. Que jamais je ne te reverrai. Ni toi, ni maman. Que tu m'oublierais, étant beaucoup trop jeune pour avoir un quelconque souvenir de moi, de maman et de papa. Que tu étais parti, à tout jamais. Elle m'a dit que maman était partie, elle aussi. Je ne l'ai pas cru sur le moment, mais elle m'a ramené un journal et là, j'ai lu.


13 Avril 2093 - la reine avait poussé son dernier soupir. Marchant dans un Colisée, un destrier de métal l'a percuté de plein fouet.



Maman était partie depuis longtemps, très longtemps en réalité. Elle était morte et personne ne pouvait s'occuper de nous. On n'avait pas d'autre famille que nous deux. C'est pour ça qu'on était dans cet Orphelinat.

Elle m'a bien fait mal, elle a piqué là où ça faisait mal, encore une fois la Sorcière. Elle le savait, elle l'a vu à mes yeux remplis de larmes, à mes doigts qui grattaient ma peau. Mais elle a pas vu la haine dans mes prunelles,  elle a pas vu qu'elle venait de signer son arrêt de mort. Son arrêt de tranquillité.

Parce qu'ouai, j'allais la tuer à petit feu. J'allais la hanter, pour toujours. Elle et les autres sorcières vicieuses avec leurs sourires hypocrites.

Chaque jour, il y avait un problème, une bêtise faite par moi. Je m'en cachais pas, je ne l'exhibais pas non plus, je n'en avais pas besoin : elle savait cette mégère que c'était moi. Quand il y avait une inspection, un grand chef au-dessus de la sorcière, je me ramenai, couvert de saleté, la peau en sang, le visage imbibé de larme. Juste pour que la grande sorcière se fasse réprimander par son patron. Un carreau pété, un graffiti (j'adorais et j'adore toujours dessiner), des mots vulgaires peints sur les murs, une bataille de nourriture au réfectoire, plein de choses, toute différentes, chaque jour.

J'étais prisonnier, mais elle aussi. Elle était prisonnière, avec moi. On était chacun le loup et l'agneau de l'autre. Ducoup les corvées et les punitions, c'était pour ma pomme. Mais le fait de la voir se contenir ou crier, c'était magique : délicieux comme des Kinders, onctueux comme un chocolat chaud, aussi doux que du miel et ça me faisait vraiment marrer.

Cheh mégère ! Bien fait pour ta pomme !

2094_ Publié le 29/11/2108:
Adopter un enfant, c'est cool apparemment, mais c'est comme adopter un animal, j'ai l'impression : plus c'est petit, plus c'est mignon, donc plus attirant.
Alors, adopter un garçon de huit ans ? Déjà que c'était pas commun, j'ai fait en sorte de repousser tous les prétendus parents aimants et désireux de donner de "l'amour". Je les ai tous fait fuir. Je leur ai tous mis la misère, juste pour qu'ils ressentent ce que moi, je ressentais tous les jours, depuis qu'on t'avait enlevé : parce que t'étais la dernière chose qu'il me restait.
Enfin, je veux dire, aujourd'hui t'es toujours aussi importante hein ! Ne crois pas que je t'ai oublié ou mise de côté ! Loin de là ! Et le premier à dire le contraire, je le massacre. Mais j'ai compris plus tard que j'étais vraiment un p'ti con. Surtout envers certaines personnes. J'ai fait du mal à pas mal de personnes, je leur ai fait du mal à eux : les Shishido.
Je me souviens encore de ce couple de vieux. Ouai parce qu'ils étaient déjà vieux les Shishido : cheveux gris, rides et tout ce qui va avec ! J'étais en train de faire ma bêtise du jour (un seau rempli de vers de terres, d'escargots et de boue que j'allais renverser dans la soupe du midi juste avant le service), tout était prêt. Et là d'un coup, je vois quoi ? Une sorcière avec ces vieux. Elle parlait avec la vieille, tandis que l'ancien, lui, il me fixait, les bras croisés, les sourcils froncés. Autant te dire Princesse que ça ne me faisait pas peur, j'en avais rien à faire de me faire prendre : le lancer à la figure d'un adulte aussi pouvait faire l'affaire.

Mais le truc, tu vois, c'est qu'il s'est passé un autre truc ! Le vieux, il me regarde, je le regarde, toujours en train de continuer la préparation de ma bêtise et là, ! Il me pointe un endroit, non pas un endroit, mais la grande mégère !

Il venait de me prévenir qu'elle rôdait dans le coin (à ma recherche sûrement). L'ancêtre, il venait de m'aider, il VOULAIT que je fasse ma bêtise le con ! J'avais eu un complice parfait.

Pomme à la main, assis juste en dessous de la fenêtre du réfectoire, ma pomme n'avait jamais été aussi bonne qu'en entendant les cris de mes comparses orphelins et ceux des sorcières devant leurs bols de soupe.

J'avais eu le complice parfait ! Un ancien qui allait sans doute s'effriter à la sortie de l'Orphelinat.

Ils sont revenus ces vieux, plusieurs fois d'ailleurs. Mais bon, j'allais pas le faire devenir mon complice une fois de plus : trop risqué. Plus ils venaient, plus ils restaient longtemps, ça, c'était louche. Ils restaient le temps que je fasse n'importe quoi et ils partaient ensuite. Ils ont fait cela une semaine entière avant qu'une sorcière, une nouvelle recrue encore trop gentille et pas assez traumatisée par mes bêtises, me demande de l'accompagner, choses que j'ai faites à contre-cœur.


"Tu vas rencontrer un couple, ils ont perdu leur fille il y a peu et ils veulent te rencontrer. Sois gentil avec eux Altaï."


Tu vois quand je te dis qu'elle est encore trop gentille. Elle ne me connaissait pas encore, ou alors elle pensait que j'allais changer peut-être en sachant leurs histoires. Mais je te l'ai dit plus haut. Je ne voulais pas être acheté.
Parce que j'avais réfléchi à quelque chose : un jour, tu vas sûrement apprendre que t'as été adoptée. Tu vas vouloir faire des recherches et tu vas tomber sur cet orphelinat. Donc si j'y restais toute ma vie, alors je pourrais te revoir ! C'était une autre raison qui faisait que je ne voulais pas partir.

Et la sorcière idiote venait juste de me donner ce qu'il me fallait.

La vieille, elle me regardait avec un regard pétillant, comme si j'étais un cadeau descendu du ciel. Elle a essayé de me parler, de me poser des questions. L'ancien lui, ben, il ne faisait rien d'autre que me fixer avec ses sourcils froncés et les bras croisés.

Et ça me gonflait. Ça me gonflait parce que tu vois, maman nous regardait comme ça. Maman nous souriait comme ça. Et j'aurais pu être trompé, elle était douée la vieille. Alors j'ai attendu, muet comme une tombe. Cinq minutes. Cinq minutes, où je voyais qu'elle essayait de communiquer avec moi. Elle parlait très doucement, comme maman. Et quand je pensais à maman à cette époque, même à toi, je me grattais encore plus. Pour empêcher les larmes de tomber, fallait que j'ai mal, physiquement. Parce que je ne pouvais pas faire du mal à mon cœur, je ne pouvais pas le gratter jusqu'à ce qu'il arrête de me faire mal.

Je ne voulais pas être acheté. Je ne voulais pas d'eux, ni de leurs noms, ni de leurs amours factices. Rien. Je ne voulais pas devoir me gratter encore. Et eux, elle surtout, elle faisait quoi ? Elle me donnait envie de me gratter.


"Vous seriez venu il y a un an, vous auriez pu avoir tout ce que vous désiriez. Dommage que votre fille ne soit pas morte avant."


Boum boum tatchak Crack !

Ça, ce que tu lis ma p'tite, c'est ce qu'on ressent quand on a le cœur brisé. Quand on est piqué là où ça fait mal (je te le dis au cas où tu ne saurais pas exprimer ce sentiment, c'est important de savoir mettre des mots, même des onomatopées).

Je me suis levé après ça et je suis parti. Mais pas avec le sourire cette fois-ci. Parce qu'elle avait failli la démone, elle avait failli m'amadouer avec son regard presque comme celui de maman. Mais voilà, eux, c'était des démons, pas des humains.

Il fallait que je reste. Pour faire payer aux sorcières de t'avoir laissé à des kidnappeurs et pour pouvoir être là quand tu reviendrais.

2094_Nouveau foyer_ Publié le 29/11/2108:
Tu veux savoir le pire dans l'histoire ? C'est que ça ne les a pas empêchés de continuer les démarches. Je me suis retrouvé chez eux, dans leur grande maison qui puait le vieux, dans un village paumé contre mon gré !

Le problème avec les villages paumés, ben, c'est que c'est paumé justement ! Comment j'allais faire pour te retrouver ! Je ne pouvais pas prendre de bus parce qu'il passait toutes les heures et ça s'arrêtait à 18 heures. 18 heures, tu te rends compte ?! À 18 heures, on joue encore ! On a de l'énergie à revendre ! On commence pas à préparer le repas du soir !

En plus, c'était des faux parents, tu sais, des démons mangeurs d'enfants souvient toi Princesse ! Alors, je faisais quoi moi ? Je me planquais, je parlais jamais, et bien évidemment, je les espionnais. Ah ben oui, s'ils ne me trouvaient pas, s'ils ne me capturaient pas pendant que je dormais, ils ne pouvaient pas me dévorer.

Le truc chez eux, c'est qu'ils ont fait comme si de rien n'était. Ils ont continué de vivre sans être méchants. Moi qui faisais n'importe quoi (pour pas changer) à l'école, qui gribouillait sur les murs, sur les murs des voisins aussi, sur les murs de la maison même ! Ben, ils se contentaient de soupirer, de s'excuser auprès des autres et hop ils passaient à autre chose.

Alors, ils ont changé de tactique.  Ils m'ont acheté un carnet avec des feutres, des crayons : tout pour dessiner en fait. La boite était neuve, encore sous son blister, les feutres bien rangés dans l'ordre avec leurs subtiles odeurs d'alcool.

Ils voulaient me distraire, tromper ma vigilance. C'était certain ! Fallait pas que ça marche ! Alors j'ai tout jeté à la poubelle...

Avant d'aller tout récupérer le soir-même.

Je n'allais pas jeter de l'argent par les fenêtres ! Ce n'était pas comme ça qu'on nous avait éduqué. Et puis elle était belle quand même, la boite de crayon. Et le carnet tout neuf. Et les feutres aussi. Sur le papier ça glissait tout seul, c'était vraiment une des meilleures sensations au monde.

Mais bon. On ne va pas me refaire, je ne parlais toujours pas, je dessinais dans ma chambre, des plans pour m'enfuir, les portraits des deux démons, des sorcières. Y avait plein de dessin de toi aussi. Je me souviens que ça recouvrait les murs ma chambre : de toi avec maman, avec papa, avec moi. La famille royale dans leur château-mobile. Ils avaient compris les démons en plus qu'il ne fallait pas entrer dans ma chambre, je la bloquais tous les jours. Ils avaient aussi compris qu'il fallait pas dire que j'étais leur fils. Puisque non, ce n'était pas le cas : je n'étais qu'un substitut après tout. Un substitut à des vieux, lents et ennuyeux à mourir.

Enfin, c'est ce que je pensais. Jusqu'à ce que je vois arriver un jour d'été des destriers de métal avec dedans... ben que des vieux aussi. Aussi vieux que leurs destriers en fait. Le truc bizarre, c'est qu'ils ne parlaient pas japonais. Ils parlaient une langue totalement inconnue à mes oreilles. Donc moi, du haut de mes huit ans et demi, je vois des vieux parler bizarrement, je me dis quoi hein ?

T'aurais pensé quoi, Princesse ?

Que c'étaient des aliens pardi ! Exactement comme moi à l'époque ! Des putains d'aliens ! Non, pire que ça ! Des démons et leur langue de démons. C'est bon, ils étaient venus festoyer ! Ils étaient venus pour me dévorer ! En groupe en plus ces connards ! J'étais pas gros en plus ! Ce n'était peut-être pas la quantité qu'ils leurs fallaient, mais la qualité ?

J'étais peut-être très bon finalement. Est-ce qu'un enfant monstre était plus goûtu qu'un enfant gentillet ?

Tu l'auras sans doute deviné princesse, mais j'étais très con à l'époque. Vraiment, quand j'y repense que je donnerai une tape de l'ancien pour faire taire mon imagination et ma débilité profonde.

Le résultat fut que je me suis mis à les espionner de plus en plus, avec plus ou moins de discrétion bien évidemment tout en notant les syllabes. S'ils allaient me manger, autant savoir quand et comment ! Et surtout, comprendre. Oui, parce que c'était super d'apprendre un nouveau truc, surtout si c'était une nouvelle langue, tu vois, je pouvais avoir des infos !

Dans ce groupe de vieux, y avaient deux groupes bien distincts : les vieux qui allaient dans le garage de l'ancêtre ou devant les voitures et les vieilles qui se mettaient sur la terrasse. Alors elles, ces vieilles. Ce n'était pas des mamies ordinaires. Et ce n'est toujours pas des mamies ordinaires, même aujourd'hui. Y en avait une qui fumait comme un pompier, avec son verre de jus de citron opaque, une autre qui buvait du saké (merci la vieille d'avoir laissé la bouteille bien en évidence), une autre toute silencieuse avec son espèce de sirop marron et la vieille qui se prenait pour maman. Ensemble, elles riaient, enfin non ça s'apparenterait plus à des ricanements de hyènes. Mais le truc qui changea ma vision des choses, ce fut la vieille qui se prend pour maman.

Enfin ex-vieille parce que depuis ce jour-là où j'ai vu l'intérieur de son poignet, ma vision sur elle a changé du tout au tout.

Un tatouage.

Je te rappelle qu'au Japon, c'est mal vu les tatouages. Mais elle en avait un ! Un tout petit certes, mais elle en avait un putain  !

En fait, c'était une gangster, il n'y avait que ça. Une ancienne Yakuza ! La cheffe du gang des démones ! La cheffe des Yakuhyènes ! Ouai, c'était ça ! En réalité, j'étais tombé dans une famille de démons mafieux. Problème quand j'ai appris ça, les vieilles m'ont surprise. Et "cheffe" (anciennement "la vieille qui se prenait pour maman") m'a demandé de venir. Et tu fais quoi quand t'es en présence d'une cheffe des démones Yakuhyène ? Tu te la fermes et t'y vas. Y avait moyen qu'elle me fasse subir les pires horreurs du monde et ses copines yakuza aussi !

J'avais beau être un p'ti con un peu stupide, je ne l'étais pas complètement, je tenais à la vie.

Alors, j'ai posé gentiment mes fesses sur un siège et j'ai essayé de comprendre avec les notes que j'avais prises. Et la Cheffe, elle n'était pas bête, elle a vu que je notais des trucs et que j'essayais de me concentrer pour comprendre ce qu'elles se disaient entre elles. Alors, elle traduisait pour moi, même si je ne parlais toujours pas. Elle devait s'être habituée à ce que je parle pas, mais quand même, fallait que je la surprenne un peu, que je lui montre que j'avais une voix, que je pouvais aussi parler : juste histoire de lui rappeler que je n'étais pas un animal, mais un humain moi. Dans trois. Deux. Un.


"C'est quoi cette langue ? C'est le langage des démons ?"

Silence, regard tourné vers moi, yeux exorbités. Quinze secondes.

"C'est du français et ce n'est pas un langage de démons. Pourquoi ce serait démoniaque ?"

"Ben, vous n'êtes pas des démons qui mangent les enfants ?"



Silence à nouveau. Un. Deux. Trois. Foutage de gueule non dissimulé du gang des Yakuhyène sauf la Cheffe (elle, je crois qu'elle était restée sur le cul). Bien entendu, appel des Yakuhyène vers les anciens, explications et double foutage de gueule. Supplément pointage du doigt et jugement.


"Pourquoi est-ce qu'on te mangerait ? C'est faux, on ne va pas te manger."

"Parce que vous, les démons, kidnappez des enfants et vous les empêchez de retrouver leurs vraies familles. Si c'est pas pour les manger, c'est pour faire quoi d'autres ?"

Nouveau silence. Hyper lourd. Ben ouai, si c'était pas pour ça qu'ils prenaient les enfants des autres, c'était pour faire quoi d'autres ?


"Mais nous ne sommes pas des démons, nous sommes des humains, comme toi."

"Si vous l'êtes ! Sinon vous n'auriez pas kidnappé la princesse et on serait encore ensemble ! C'est pas humain de séparer une famille ! Vous n'êtes pas humains, c'est faux !"


Grattage de masse, sprinte à la Usain Bolt vers la chambre, verrouillage de la porte. C'était bon, j'étais en sécurité. Enfin presque. J'étais encore dans un territoire ennemi, j'y étais allé naturellement dans cette chambre ! Merde il avait réussi ces démons à m'amadouer !

Le pire, ce fut le soir, parce que tu te doutes bien que je suis plus sorti de la journée après ça. Et le soir ben, j'ai entendu quelqu'un pleurer.

Dans ma caboche, il n'y avait qu'une possibilité : un humain qui pleurait parce qu'il avait peur. Les démons ne pleurent pas, ils rient et dévorent les enfants ! Il fallait donc y aller ! J'étais le chevalier vaillant ! Un protecteur ! Un gardien ! Alors, oui, ce n'était pas pour te protéger, mais si moi, le chevalier vaillant, j'arrivais à sauver un humain, ou bien à tuer un démon, j'allais avoir de l'expérience ! De la force ! La magie du démon allait me rendre plus fort sans pour autant pourrir mon âme !

Mais là, quand je me suis rapproché des pleurs, ben ... C'était pas ça.

La cheffe, elle était en train de pleurer. Elle pleurait et l'Ancien, il était avec elle, une main sur son épaule. Lui qui avait toujours les sourcils froncés et l'air toujours sévère, ben là, il était... Triste ?
La cheffe était triste ? Elle aussi ? Mais c'étaient des démons. Parce que les démons n'avaient pas de cœur eux ! Ils ne pleuraient pas. Ils en étaient incapables. Même la mégère ne pleurait jamais et c'était une sorcière : une humaine qui avait passé un pacte avec les démons.

La douleur dans mon cœur recommençait, je me sentais comme le jour où tu es partie : j'avais la sensation d'être prisonnier, que des mains invisible me retenaient contre mon gré, qu'elles se faufilaient le long de mon corps pour m'empêcher de respirer, de bouger, de parler. La douleur s'intensifiait parce que ça voulait dire que si c'étaient des humains, ben moi, j'avais été méchant avec eux et un chevalier ne fait pas de mal aux autres gratuitement, il ne fait que défendre. Si elle était capable d'avoir des sentiments, si elle en avait, alors le vrai monstre, le démon dans l'histoire, c'était moi.

Et s'ils étaient humains, alors toi, tu étais avec des humains aussi, tu étais en sécurité et cela voulait aussi dire que la mégère avait raison : tu allais m'oublier, tu allais être heureuse, sans moi. Grandir, te faire des amis, avoir ton premier fou rire, ta première grosse crise de larmes, ton premier caprice, ta première aventure sans moi. Tu allais sourire, sans même te souvenir que moi, j'étais là, que je pensais à toi, que je voulais être avec toi, que je t'aimais. Et j'allais me retrouver tout seul, j'allais être oublié de ton esprit, disparaître comme papa, disparaître comme maman.

Et quand j'ai enfin réussi à bouger, je suis allé dans ma chambre et j'ai tout fait voler : j'ai tout cassé et j'ai hurlé comme un fou. J'ai pleuré et je me suis gratté. Les dessins volaient à travers toute la pièce, ils semblaient attendre le bon moment avant de foncer vers moi et de me couper, de me blesser. Même les dessins de toi semblaient me hurler que le monstre, c'était moi. Que c'était à cause de moi qu'on était séparé parce que je n'avais pas été fort. Que j'avais rompu ma promesse, mon serment.

Crise de panique qu'ils m'ont dit quand je me suis réveillé le lendemain.

Ouai. Une belle et grosse crise d'angoisse comme on les aime de la part d'un petit con à l'imagination beaucoup trop fertile et beaucoup trop sensible.

Ok donc vas-y, on fait un récap. Un récap réel cette fois-ci.

La "Cheffe", c'est Yuriko Shishido : une ancienne prof qui est restée une bonne partie de sa vie en France pour y enseigner la langue nippone avant de revenir au Japon lors de son mariage et qui a enseigné le français jusqu'à la retraite. Passionnée de voyage, d'art et de littérature.

"L'Ancien", c'est Rin Shishido : un ex entrepreneur immobilier qui avait assuré sa retraite bien confortable et qui touchait encore de l'argent de tous ses biens immobiliers un peu partout dans le pays. Passionné d'automobile.

30 ans de mariage, mariés par l'incontestable et ayant eu une fille, décédée un an après la mort de leur petit-fils suite à des problèmes de santé. Le couple voulait donner la chance à un enfant de pouvoir vivre une vie "normale". Et la cheffe avait eu un coup de foudre pour moi. Elle avait vu à travers moi et mes bêtises le prisme de sa fille et de son petit-fils qu'elle ne pourrait plus voir grandir et s'épanouir.

Le groupe de vieux qui était venu en été ? Leurs amis. Avec dans le gang des hyènes, principalement des Françaises. Ils viennent une fois par an et restent une semaine. C'était trop bien, les mamies elles ont du coffre et elles ne se laissent pas marcher dessus, je te jure !

2108 Big Bang Kiss_ Publié le 29/11/2108:
Vingt ans. J'ai vingt piges, tu te rends compte ? Tu as quel âge toi ?

Comment tu vas ? T'es douée à l'école ? Personne ne t'embête ? Tu manges bien ? Si t'as un problème, il faut en parler d'accord ? C'est important de communiquer.

T'as vu le "Big Bang Kiss" ? Ce truc de dingue ! Tu y as participé ? Tu vas bien ? Si jamais tu vois des flics avec des matraques et des bombes lacrymogènes, tu as couru dans l'exact opposé ou tu t'es battu comme une valkyrie ?

Perso je parle beaucoup, beaucoup trop même, mais le plus important, c'est de parler de ce que tu ressens quand tu en ressens le besoin : on remercie le psy pour ces phrases toutes faites et pour son boulot depuis que j'ai fait ma dernière crise.

Moi ça ne va pas trop. Quand j'ai eu la majorité, (soit il y a quelques mois) l'Ancien et la Cheffe, ils ont décidé de me faire un cadeau pour marquer le coup.

L'Ancien, c'est un passionné de mécanique, donc naturellement, moi, enfant hyperactif (et hyper curieux) qui ne sait pas tenir en place, je me suis mis à l'observer. Et il m'a appris quelques trucs : notamment le fait de trouver du potentiel dans ce qui peut être réparé au lieu de le jeter.

C'est ainsi que lui et moi, on a eu "le projet Bibine" : un vieux tacot trouvé dans une décharge. On l'a réparée, changé les pièces, décrassée un bon coup et on l'a même conduite !
Tu l'auras compris, Princesse : Bibine fut mon cadeau d'anniversaire. Pourquoi l'appeler Bibine, tu me demanderas ? En souvenir d'une des gangsters. Celle qui fumait comme un pompier. Elle s'appelait "Sabine" et était portée sur tout ce qui était néfaste pour sa santé de vieille dame. Mais bon, c'était une gangster après tout. Et on s'est bien amusé ensemble, elle me racontant ses déboires de jeunesse et m'apprenant quelques mots de son patois absolument horrible à prononcer pour nous les Japonais (et pour les autres habitants de la France, j'imagine).

BREF ! J'avais désormais mon propre destrier de métal, parfait pour un chevalier !
Surtout que, maintenant, je pouvais aller à l'université pour continuer les études dans l'animation sans devoir prendre le bus. Et surtout, je pouvais enfin te retrouver.

Alors, je suis allé avec l'Ancien à l'Orphelinat pour avoir des informations grâce à mon fidèle destrier Bibine.

Les sorcières étaient surprises de me voir débarquer, mais après avoir discuté, leur avoir raconté que j'avais eu mon diplôme de fin d'étude et tout le reste, elles ont eu l'air d'être soulagées. Moi, je m'en foutais, t'imagines bien que d'être à l'Orphelinat, majeur et en capacité d'avoir des infos sur toi, c'est plus important que l'approbation de quelques sorcières que j'aimais pas plus que ça.
Mais là, y a eu un problème : un problème d'ordre technologique et de connerie humaine. La grande mégère, tu vois, déjà elle est morte. Mais le pire, c'est que c'était une ancienne, têtue comme une mule qui comprenait rien à la technologie et qui faisait tout pas écrit. Donc quand il y a eu une averse, les tuiles du toit (qui n'étaient toujours pas réparées depuis ma chute) ont ouvert la porte à la pluie en mode videur de boîte de nuit devant des VIP. Et qui a pris tarif ? Les archives.

Et dans les archives y avait quoi ? Les dossiers d'adoptions.

J'ai maudit cette connasse (je sais que tu connais l'insulte, mais évite de le dire quand même princesse, t'es trop jeune pour dire des trucs comme ça) de toute mon âme en me grattant comme un fou, parce qu'il y avait plus de traces de toi. Les seules traces existantes, c'était elle, ta nouvelle famille qui les avait.

J'étais vraiment pas bien, c'est normal non ? Y avait eu l'espoir, un petit bout qui s'était fait emporter comme lorsqu'un gamin écrase une fourmis sans soucis (et se marre en plus de ça). Je le suis encore d'ailleurs. Cela fait déjà quelques mois et je n'arrête pas de me morfondre. Je dors plus. Je fume comme un pompier. Je passe mon temps à te dessiner : t'imaginant vivre une vie paisible, une vie pleine d'aventure.
La Cheffe, elle est douée (si ce n'est pas une fée, je ne sais pas ce qu'elle peut être d'autre) pour savoir quand on a envie de parler. Alors, elle m'a dit :

"Si ce chemin est bloqué, à toi d'en trouver un autre."

Donc, c'est ce que je fais. J'ai créé "Les aventures du Chevalier Vaillant" sur les réseaux et j'écris.

Je t'écris en réalité.

Ce blog, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour te retrouver. Enfin... Disons que c'est le seul moyen pour que tu puisses savoir que je suis là, que je ne t'oublie pas.

2109 Ansuburu, Fin des Incontrôlables_ Publié le 03/10/2109:
Comment tu vas Princesse ? Tu es pour ou contre toi de L'Incontestable ? T'es allée au festival ? C'était trop cool, moi, je te le dis ! Sauf la partie où y a eu la milice, là, c'était carrément moins cool. J'y étais allé avec des potes anti, mais sans vraiment adhérer à leurs convictions : je voulais juste m'amuser et assouvir ma curiosité par rapport à eux.

Perso, je ne sais pas trop, Papa et Maman étaient heureux grâce à L'Incontestable. L'Ancien et la Cheffe aussi. Mais c'est comme toujours : parfois, ça marche, parfois ça marche pas. C'est comme ça, c'est la vie. Si on était pareil, la vie serait fade, tu ne trouves pas ?

Petit update de ma situation du pourquoi du comment je me suis retrouvé au Festival : j'avais un chez-moi ! Rien qu'à moi ! Je n'étais toujours pas bien par rapport à l'Orphelinat, il fallait que je change d'air, de cette chambre où t'avais un mur entièrement dédié. Chercher à être indépendant rassura les vieux. Alors ils m'ont soutenu et aidé : c'était plus pratique pour les cours et grâce à l'Ancien et ses relations, je me suis trouvé un petit studio tout simple. Ni trop grand, ni trop petit, à un prix raisonnable (bien que la Cheffe voulait que j'ai un truc beaucoup plus grand et plus "décent" comme elle dit).

Mais j'avais une vue imprenable sur un parc, avec une toute petite terrasse et suffisamment de place pour accueillir Al Pacina et les trois Ninjas plus tard.

Ah oui. Eux. Je dois t'en parler de ceux-là. Ce sont eux qui m'ont sauvé. Enfin, c'était plutôt un sauvetage mutuel. Je les ai trouvés juste avant que le mouvement des Incontrôlables ne soit officiellement illégal.

Je les ai trouvés tous les quatres près d'une benne à ordure. La mère et ses trois enfants, dans un carton humide par la pluie. Autant te dire que la mère a été plutôt méfiante quand je me suis agenouillé devant eux, mais elle ne semblait pas pouvoir bouger pour me repousser.

Après dix bonnes minutes de discussion intense avec elle, je les ai tous prit avec moi. Sans aucune exception. Tu te doutes que séparer une famille, ce n'est pas mon truc. Donc c'est le moment des présentations :

La mère, Al Pacina (je venais de regarder le parrain juste avant avec Al Pacino) : chat de gouttière, aveugle d'un œil, boiteuse à cause d'une patte pétée et mal guéris. Grosse feignasse de première et maître dans l'art de se faire passer pour un chat empaillé : elle ne bouge pas de son panier sauf pour quémander à manger ou pour faire ses besoins. Le reste du temps, elle dort ou alors me regarde travailler. Mais elle ne me dit jamais si ce que je fais lui plaît (et ce n'est pas faute de lui avoir demandé).

Puis y a les triplés, les trois Ninjas, les trois terreurs. Trois petits bien distincts par leurs caractères.

Méli : véritable chasseuse, une terreur qui n'a peur de rien, qui montre les griffes et mordille (pour jouer ET pour se défendre), adepte des bouchons en lièges et des objets volants. Véritable maîtresse de la jalousie envers les humains proches de moi (je crois qu'elle me kiff pour être honnête, mais moi, je tape pas dans la zoophilie, tu comprends) ET experte dans le cassage de couille envers son frère, Mélo. Compétence quasi nulle en miaulage.

Mélo : le jumeau de Méli, physique presque identique ! Mais caractère opposé. Le jour et la nuit, le jumeau bienveillant. Maître dans l'art de prendre la fuite, de grimper n'importe où et de s'enfuir quand ne serait-ce qu'une toute petite chose lui arrive (notamment, quand Méli veut jouer avec lui, mais qu'elle lui flanque la trouille de sa vie). Expert dans l'art de miauler à trois heures du matin pour avoir à manger. Deviens obèse (la nourriture a un effet thérapeutique). Expert dans l'art du pot de colle, dès que tu commences à le caresser et demandeur avide d'amour. Regard ultra expressif et ultra innocent qui ferait passer un bébé panda-roux pour la chose la plus hideuse et la plus perverse du monde.

Et puis il y a le dernier.

No name. MÔSIEUR No name. SEIGNEUR no name !

Calme, sérieux. À la plus haute maîtrise du dédain et du mépris. Regard perçant, miaulement uniquement lorsque sa famille est en danger (moi y compris attention) OU lorsque t'es en embrouille et que tu as tort. Là, il te miaule dessus et te montre ses fesses pour te dire clairement que t'as fait de la merde. Œil expert dans mes travaux, c'est lui qui a eu le plus de contact avec les humains. En même temps, je l'amenais avec moi en cours tellement il était calme.
Bref. Celui-là, c'est clairement un humain réincarné dans le corps d'un chat. C'est parfois hyper troublant. Sauf quand il te regarde, que tu le regardes, que tu lui demandes ensuite si ça va et qu'il vomit avant de partir on ne sait où et sans pression en plus !

Là non.

Quand il fait ça, c'est un p'ti con.

Mais il est câlin. Quand il le veut. C'est-à-dire... Peu de fois ces temps-ci. Je le soupçonne d'être dans la phase rébellion de l'adolescence. De vouloir tester mes limites. Mais bon, je l'aime No name. Je les aime tous. Si je pouvais leur acheter des petites tenues, je te jure que je le ferais. Mais avec ce genre de caractère, c'est peine perdue.

2109_Shukumei_2110_Mémorial_ Publié le 13/10/2110:
Je ne pense pas que cela soit la peine de t’expliquer ce qu’il s’est passé lors de cette fameuse année 2109. J’espère que tu as trouvé un abri, que tu es saine et sauve. Toi, ta famille et tes amis.
J’ai trouvé un abri avec les chats. Les vieux ont été hyper stressés, mais heureusement, ils n'ont rien eu eux (l'avantage d'être dans un village paumé). Mais mon studio oui. Ainsi que ma tendre et fidèle Bibine : paix à son âme. Elle est partie rejoindre le paradis des destriers de métal. Ça m'a fait mal de voir tout ça détruit. Mes dessins, mes cours, mes projets, mon chez-moi. Je me suis retrouvé un peu à la rue, mais j'ai eu beaucoup de chance par les aides de l’état et j’ai pu continuer de travailler.

Et l’année suivante (soit le lendemain de la publication de ce post), l’idée même de voir ton prénom gravé dans le marbre m’était insupportable. Alors je n’y suis pas allé, je suis resté avec mes terreurs dans mon nouveau chez-moi.

Physique

Je vais te résumer mon physique en deux mots : fragile et creepy.


Oui je suis un gros fragile... Dermatologiquement, je veux dire. J'ai une peau extrêmement sensible : quand il fait trop froid ou trop humide, je me tape des séances de grattage. Si je ne mets pas la bonne crème ou si je ne prends pas le bon produit nettoyant, séances de grattage aussi. Parce que ouai suivant les saisons, il faut que je change de savon (c'est la merde, je te jure princesse). Donc, je me tartine de crème, il le faut sinon je vais avoir la peau ridée façon nem. Je marque super vite et ma peau est tellement fine que je me coupe souvent, pour rien en plus. S'il fait froid ma peau gerce et se coupe aussi, donc c'est super sympa l'hiver. Le port de gant est obligatoire dans ce genre de situation.

Je me balade toujours avec du baume à lèvres, donc si un jour t'as les lèvres gercées, soit sûre que j'en aurais à te prêter parce que mes lèvres aussi se gercent super vite.

Si c'était que ça tu vois, ça n'aurait pas été très dérangeant, mais y a un hic (encore et toujours) je souffre de dermatillomanie : quand je suis anxieux, stressé ou en colère ben, je me gratte. Et ce n'est pas joli à voir quand je suis dans un état extrême. MAIS ça arrive de moins en moins souvent maintenant donc tout va pour le mieux !

Ça m'a laissé pas mal de cicatrices. Beaucoup de cicatrices pour être honnête avec toi : d'où le fait que mes yeux et mon front sont ridés et que j'ai de sacrées cicatrices sur les bras, la poitrine, les jambes et le cou (mais le cou ça se voit pas vraiment donc c’est juste pour chipoter que je te dis ça).
Je te rassure hein ! Ça va beaucoup, beaucoup mieux. Maintenant, j'ai arrêté de me gratter pour tout et n'importe quoi (sauf quand je bloque, là si je bloque sur un truc, je vais me gratter, mais un tout petit peu promis).


Tu l'auras sans doute compris : ma dégaine fait peur. Remarque quand tu vois une frite de tofu avec des cicatrices partout, tu ne te dis pas que c'est un type sans problème, qui adore ses chats et qui aide les petits vieux à traverser la rue.

Non, t'as pas mal lu, ni mal compris Princesse. Je viens de me traiter de frite de tofu. Cru par contre ! Il faut le préciser.

Parce que du haut de mon mètre soixante-dix-huit, je suis pâle, très pâle. Avec le teint cireux et les dents légèrement jaunis, mais ça, c'est la clope et le café. Cela ne fait pas bon ménage, tu sais, fait attention à ça (même si tu resteras toujours belle quoi que tu fasses). Mais c'était plus fort que moi, il fallait que je trouve des substituts à tout ce qui s'est passé. Bon, j'ai aussi des cernes... Mais ça, c'est normal, c'est moi qui reste devant l'ordi à travailler jusqu'à pas d'heure pour le boulot.

Niveau cheveux et yeux, je ne suis pas naturel. Pas naturel dans le sens où Papa et Maman se sont fait des modifications physiques avant de se rencontrer (ils avaient les moyens apparemment) et que ça s'est transmis à qui ? La frite de tofu à la face de nem que je suis (c'est un peu long non ? Faudrait le raccourcir je trouve).

Mes cheveux ? Je les ai reçus de Papa. Je me souviens qu'il mettait une tonne de gel pour bien les faire tenir. Mais moi ça m'énerve, ça fait casque sur la tête et c'est moche comme pas possible. Je ne ressemble pas à un pingouin oh ! Ducoup, je les laisse en bataille (J'ai arrêté de me battre avec eux et ils me le rendent bien.). Ils sont mi-long, je les attache quand je travaille. La couleur par contre, c'est un bleu très pâle. Pas en bleu ciel hein ! Déjà qu'avec ma gueule de psychopathe les gens ont tendance à me regarder bizarrement, t'imagines s'ils étaient flashy ? Mais je pense à les teindre en blancs : blanc, c'est cool non ?

Les yeux par contre, c'est grâce à maman. Elle a subi une modification génétique et elle s'est transmise, du coup me voilà avec les yeux rouges. Et le grain de beauté aussi, j'en ai un sous la lèvre.

Bon après... On passe à d'autres cicatrices. C'est grâce (ou à cause) de ma dernière tentative d'évasion de l'Orphelinat. J'ai voulu me prendre pour un Ninjassassin (combo Ninja + assassin) en grimpant sur le toit et je me suis rétamé comme une merde. Résultats : un bras et une cheville pétés et deux cicatrices sur ma face de nem (La comparaison est mieux je trouve, t'en penses quoi toi ? Frite de Tofu ou Nem ?). Une sur mes lèvres et une autre sur mon œil.

Promis, c'est tout ce que j'ai (et c'est déjà trop) !

Après, même si je fume, je fais du sport attention ! Je ne suis pas un pompier en pleine période de canicule près d'une étendue boisée hein ! J'aime me dépenser. Il le faut sinon je fais n'importe quoi. Et puis attends : je suis ton chevalier Vaillant, je dois m'entretenir ! Il faut que je sache défendre ce qui compte pour moi ainsi que la veuve et l'Orphelin ! Je ne suis pas baraqué, je suis même l'inverse, très sec, mais les muscles y sont !

Et puis avec tous les petits boulots et les coups de main que j'ai donnés à l'Ancien et à ses potes, je me tiens en forme même quand je n'en ai pas envie ! Mes mains seront aussi calleuses que les siennes, j'en suis sûr putain !

Niveau vestimentaire, c'est pas moi qui porterai un pull ourson jaune fluo avec des baskets vertes flashy et un pantalon blanc (pas de mon plein gré en tout cas). Vive la sobriété, le lambda, le confortable et le plus pratique. J'ai une préférence pour les couleurs unies (principalement du rouge) et sombre (du noir, logique). Mais, de toi à moi Princesse, que le chevalier vaillant ne lasse jamais d'un bon pull over noir à capuche, bien large et bien confortable à souhait. T'as l'impression d'être dans un cocon de douceur, c'est tellement agréable ! (Cela ne l'est pas pour les passants qui ont un peu peur mais que veux tu,  ce n'est pas spécialement mon problème.)


Caractère

Tu l'as deviné princesse : je suis une pipelette et je pars loin, très loin dans mes délires. Et très vite.

À carrément si personne ne m'arrête la conversation peut passer de "Oh il fait beau aujourd'hui" à "Imagine le soleil, c'est un barbecue géant ? Tu te rends compte des tonnes de saucisses et de steak qu'on pourrait faire cuire ? " En moins de cinq minutes.

Et si tu suis mon délire (ou que tu ne m'arrêtes pas) je vais devenir chiant. Très chiant. ULTRA MEGA SUPRA chi... ok t'as compris ? Mais je te jure, j'essaie de me contenir. Et je me contiens quand je suis au boulot ah ben oui c'est obligé d'être deux salles deux ambiances. (Mais ça va, je bosse en télétravail donc c'est une ou deux fois par mois que c'est ce genre de chose.).

J'aime vivre, je profite de tous les instants, sans trop me préoccuper des autres. Tout peut partir d'un claquement de doigts, il faut vivre. Et puis si je ne vis pas, j'aurais plus d'histoire à te raconter pardi ! Donc, il faut que je bouge.

J'ai trop d'imagination, beaucoup trop, c'est pour ça qu'il faut me canaliser. Enfin essayer de me canaliser. L'Ancien pour me canaliser, il faisait souvent sa technique de "la tape derrière la tête" ou bien de la fameuse "frappe du côté de la main sur le crâne". Accompagné d'un "tais-toi !" Ou d'un simple "Baka !" Ou alors le nec plus ultra "Tais-toi BAKA !"
Il faut pas croire, mais il a du coffre l'Ancien. Et t'as pas envie de te faire frapper par ces deux techniques avec ses grosses mains calleuses qui pourraient enlever la tapisserie de ta chambre d'un coup de main. Tu vois le genre de main ?

Et la Cheffe, elle, elle me canalise en me donnant plein de choses à faire à la maison (quand j'y étais du moins). Cuisine ? Un cordon-bleu Princesse. Vaisselle ? Le pro de la grattouille. Lessive ? Le spécialiste de l'assouplissant chérie !

Ménage ? Grosse surprise ma ptite ! Je suis hyper ordonné et un peu maniaque sur les bords SAUF quand je suis dans mon bureau... Quoique non c'est aussi organisé. C'est un bordel organisé minutieusement et avec précaution : deux salles deux ambiances à ce niveau-là aussi. Interdiction d'y déplacer quoi que ce soit ! Sinon je peux un peu vriller (et me gratter un peu). Et interdiction d'y entrer sauf si tu es invitée (si tu rentres sans mon autorisation là je m'énerve.)

Ouai parce que le dessin, ça m'a canalisé de malade. Je dessine tout et n'importe quoi, à la tablette comme sur papier. Je te montrerai si tu veux, mais qu'à toi seule Princesse. Je montre qu'aux terreurs ce que je fais généralement. Ça explique pourquoi je suis illustrateur maintenant.

J'ai la tête dure, très dure. Je suis hyper borné quand quelque chose me tient à cœur, laisse tomber personne n'arrivera à me faire changer d'avis. Ou alors... hum non personne. Ceux qui y sont arrivés, c'était juste un coup de chance.

Hop, hop, hop tu la sens là ? La mauvaise foi ? C'est tout moi aussi.

Je suis observateur, j'aime bien passer des heures à regarder tout et n'importe quoi, surtout pour dessiner et avoir des références, là, j'ai mon téléphone en mains et photo, photo, photo et mattage de photo durant des heures pour bien comprendre comment ça fonctionne c'te chose inconnue sur mon écran.

Je suis aussi curieux, mais de tout ! Quand un truc me plaît, je m'y mets, à fond ! De l'histoire à la danse classique (Ouai, j'ai fait de la danse classique ma petite, non, je n'avais pas de justaucorps rose, ni de tutu, ni de pointe et ouai : je suis nul à chier). De la cuisine à la mécanique (merci l'ancien pour ça !)

La preuve, j'ai appris le français ! (merci à la Cheffe !) Je le parle plutôt bien (mauvaise foi nous revoilà) ! Si jamais tu as une passion, là t'es sûre que je vais te poser mille et unes questions, je vais être un gamin.

Surtout si tu me montres des photos de chat. J’en ai quatre chez moi alors déjà que je suis gaga de ces trois petits Ninja et d’Al pacina, si tu me montres des photos mignonnes de chat là t’es sûre que je vais passer ma journée et ma soirée à mater des photos/vidéos de chat en gazouillant.  J’ai un énorme cœur de chamallows, j'adore tout ce qui est mignon et je trouve beaucoup de choses mignonnes (et ça passe par un large panel donc ne t’étonnes pas que je trouve mignon un truc que tu trouves affreux/glauque/effrayant).

Je suis un grand enfant qui s'extasie de tout, (en le montrant plus ou moins) et qui sourit tout le temps. Donc, c'est vrai, qu'on me prend parfois pour un débile, on dit que je suis bête de temps en temps. Et lourd, très lourd.

Exemple typique : tu vois le mec de bonne humeur qui danse comme un teubé ?



Ben, c'est moi.

Alors, oui, même si ma dégaine est flippante, je souris, tout le temps. Il le faut pour se sociabiliser !

Mais ce sourire, je peux vite en jouer pour te faire peur. Tient regarde (faut cliquer dessus pour voir ma tronche de nem Princesse) :

Flippant non ?

Je suis un enfant, j'aime jouer. Les défis tu m'en donnes, je les fais ! Dans une certaine mesure, bien évidemment, je n'ai pas envie de me faire entuber.


Le truc, tu vois, c'est qu'en faisant abstraction de ma face de nem, les gens ont tendance à croire que je suis quelqu'un de très con.


C'est faux, je ne suis pas aussi con que j'en ai l'air et moins naïf qu'avant. Je pourrais très bien me servir de tes amis, jouer un peu avec eux en me foutant de leurs gueules sans qu'ils ne prennent la mouche (parce que je joue sur le côté débile que les gens me donnent).  Ouai, je suis un peu égoïste et manipulateur quand l'envie me prends.
J'aime bien ne pas être pris au sérieux, être dans la légèreté. Je ne suis pas du genre susceptible, j'ai appris à relativiser grâce à la Cheffe.


Et je fais des farces, c'est immature, je sais, mais j'adore en faire, surtout si c'est pour te changer les idées. D'ailleurs faudra qu'on en fasse, je te montrerai plein de trucs à faire pour embêter le monde : j'ai un peu d'expérience dans ce domaine Princesse. Et si tu réponds à mes farces (parfois, même si tu n'y réponds pas), ça peut aller très loin, je te l'ai dit, je peux partir très loin et très vite. Alors, tant que c'est pas toi qui m'arrêtes Princesse, une chose mignonne à souhait, de la bouffe ou un truc intéressant je ne vais pas m'arrêter. Bon ok, si tu me donnes un bon taquet la oui, je vais m'arrêter, mais évitons la violence.

Si tu m'énerves, je te pique, là où ça fait mal : aucun scrupule, aucun remord, rien. Je n'hésiterai pas si tu me fais chier et puis faut que ça serve à quelque chose la face de nem ! Je peux en venir en main, mais uniquement lorsqu'on dépasse les bornes ou qu'on manque de respect (ou si on attaque plus faible que soi) mais jamais plus bas. Enfin... quand je suis sobre en tout cas : dans le cas inverse j'ai tendance à attirer les problèmes (D'où le fait que je dois être avec un SAM sinon je part en vrille. Note pour toi Princesse : ne jamais boire seule et toujours avoir un SAM avec toi).

Parce que j'ai beau être "léger" et tactile (très tactile si t'es mon ami), je peux être sérieux quand ça ne va pas.
Je peux me concentrer sur toi et ta petite personne, faisant abstraction de tout le reste. Tu peux pleurer sur mon épaule, je t'écouterai. Tu peux crier, je serais là. Tu peux me frapper, je serai le meilleur punching-ball de ta vie. Tu peux même t'endormir sur moi comme un énorme phoque ben je serais là à ton réveil. J'aurais gambergé tout le temps que t'auras pris à te reposer pour trouver un moyen de t'aider et de te changer les idées.

Ben ouai, je suis loyal, c'est ça, un chevalier ! Être fort, loyal, déterminé et digne. Digne de ce que tu vois en moi. Je ne fais pas de promesse en l'air ma p'tite. J'ai qu'une parole, donc ça prend le temps qu'il faut, mais j'y arriverai. Si je t'ai fait une promesse, c'est que t'es pas n'importe qui.

Et si tu n'es pas n'importe qui, c'est parce que je t'aurais laissé voir que derrière tout ça, je ne suis qu'un gamin qui veut juste être avec sa famille. Un gamin qui a peur de se retrouver tout seul et qui fuit en portant le masque du bouffon. Un gamin qui faisait des crises de paniques et qui se grattait sans cesse parce qu'on lui a arraché sa famille d'un claquement de doigts, sans dire au revoir, sans dire quoi que ce soit. Je t'aurais même laissé voir mes illustrations perso du chevalier vaillant et de la princesse des joyaux (à ce jour uniquement la Cheffe les a vues donc pour ça, il faut être vraiment spécial).

Et je te protégerai. Parce que c'est ce que les chevaliers font. Même si la plupart du temps, on me fuit ou on pense que c'est moi l'agresseur (Des coups de pied dans les baloches et des bombes lacrymaux j'en ai pris dans la face Princesse et crois moi que ce truc marche du feu de dieu ! Il faut que t'en aies une Princesse !)... Mais toi, tu sais que je ne suis pas méchant ! Donc c'est le principal !

J'adore surprendre les gens aussi, les mettre sur le cul. Va savoir pourquoi c'est satisfaisant de montrer aux autres que t'es pas ce que ton physique renvoie.

Y a d'autres trucs que je fais. Je ne suis pas TOUT le temps en train de rêvasser comme un gamin. Je fais des trucs de vieux aussi (ayant vécu avec des vieux en même temps). Par exemple, j'aime me lever tôt, mettre la radio et écouter le café se filtrer. Et après la biscotte beurrée, viens la première clope du matin avec le café et ça. Les Sudoku.

Ouai je suis plein de surprise ! Eh, mais faut pas croire hein ! C'est sous-coté les sudoku ! Alors je me pose, le matin et le soir et je fais mes petits sudoku. C'est plus facile que les mots croisés de la cheffe (laisse tomber, j'y arrive jamais à tout remplir).

J'aime bien aussi prendre le temps de marcher, de faire une balade pour me vider la tête, me poser sur un banc juste pour observer la vie. Ou la tisane tient ! La tisane, c'est sous-coté aussi, ça "apaise l'esprit et le corps" d'après la Cheffe.

Et les téléfilms/films anciens, je SURKIFFE, les enquêtes policières tout ça ! Donc bien évidemment... Big up à toi, Hercule Poirot. Ou la personne qui a bercé mes week-end pluvieux.


Avatar
Personnage tiré d'un manga/anime/jeu-vidéo/série

Code:
<div class="infobulle1">• [b]Tomura Shigaraki[/b] {My hero academia} [i]est[/i] [url=https://www.just-married-rpg.com/u3496 ]Altaï Shishido[/url]<span><img src="https://i.ibb.co/4pPLYXh/ALTAI.png"></span></div>

Personnage original d'un artiste

Code:
<div class="infobulle1">• [b]Nom de l'artiste[/b] {Nom du perso'/Nom de l'image} [i]est[/i] [url=LIEN'VERS'TON'PROFIL]Nom Prénom de ton personnage[/url]<span><img src="URL'DE'VOTRE'AVATAR"></span></div>
— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 04/11/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Les aventures du Chevalier Vaillant
2111_Izanagi_Publié de 30/06/2111:
Tu dois te douter de quoi je veux parler, pas vrai ? "System Error". Tous les moniteurs arrêtés, plus d'Incontestable, plus rien. Pour être honnête, ça n'a absolument rien changé à ma vie. Si ce n'est qu'on venait beaucoup plus me draguer. Ah ben oui quand tu te sent mis en laisse comme un chien et qu'en plus ton maître n'est pas douillet avec toi, il se passe quoi quand il t'enlève la laisse hein ? Ben, tu profites de cette liberté, tu profites à fond, tu fais la fête. Dans ta tête, dans ton foie, dans tes reins, avec tout le monde, même le premier inconnu que tu vois et qui a une face de Nem.

Bon, je ne vais pas te mentir sur ça, c'était sympa de draguer un peu, de faire semblant de vouloir payer par fausse courtoisie et qu'ensuite "Hop, hop, hop attends je paye. Je suis plus marié(e) maintenant, il faut fêter ça !". Ouai quelqu'un me l'a déjà sortie celle-là. Ouai, j'ai dit oui, non, je n'ai pas regretté. Indigne d'un chevalier ? J'ai rempli ma mission en les comblant comme ils le voulaient, c'est du "donnant-donnant" non ? Et puis je ne leur ai pas fait de promesse. Je respecte mes promesses, pas mes paroles en l'air princesse.

Si tu as été mariée, tu dois avoir ressenti ça, non ? Ce sentiment de liberté. C'était curieux de voir qu'au final, la plupart des gens ne croyaient pas vraiment en l'Incontestable, se cachant dans le mensonge, l'omission et pointant du doigt ces méchants anti-inconstestable qui sont contre le système. C'est une forme d'hypocrisie un peu, non ? Bon pas tout le monde est comme ça, je te l'accorde et il y a plein d'autres facteurs à prendre en compte. Ne voyons pas la vie comme étant toute blanche ou toute noir.  


Ou alors peut-être que tu l'aimes, cette personne qui partage ta vie grâce à l'Incontestable. J'espère que c'est le cas en tout cas !

Ou alors t'es pas encore mariée et tu t'en bats les reins, mais vraiment. C'est cool ça aussi !

2111_Épidémie_ Publié le 01/10/2111:
Épidémie ! Chère Épidémie ! Douce connasse grippale. Glorieux doigt d'honneur que les puces nous ont fait ! Si tu savais comme je t'ai détesté. Mais Ô combien je t'ai détesté.

Non mais on ne va pas se mentir, qui aime être malade hein ? Le premier qui dit qu'être malade, c'est cool, je le découpe en rondelle et je le donne en pâture à mes chats.

T'aimes être malade toi ? Comment tu vas ? Tu souffres de ça ? Si des personnes proches de toi en ont souffert, je suis désolé princesse.


Ce n'était pas évident cette période, pour tous.

La cheffe et moi, on a été malade : je n'ai même pas envie de te dire comment j'ai été, je déteste être malade. Mais j'ai guéri assez vite, à l'instar de la Cheffe ou on a cru qu'elle allait y passer. Par chance, mon patron m'avait autorisé à faire du télétravail : je n'aimais pas laisser l'Ancien tout seul. Alors, j'avais mes affaires et mes chats chez l'Ancien. On en a passé du temps à s'inquiéter, à se ronger les ongles et à se gratter (ouai l'Ancien commençait à se gratter comme moi). Mais elle est revenue à la maison après. Donc, le calme était revenu... AVANT UNE NOUVELLE TEMPÊTE !

Je crois qu'on est détesté par le monde cosmique : mère nature ne nous aime pas, c'est un fait (On ne compte plus le nombre de catastrophes naturelles qu'elle nous envoie à la gueule depuis des millénaires). Mais sérieux là ce n'est plus mère nature, c'est le destin qui ne nous aime pas !

2111/2112_Soosaku_ Publié le 12/05/2112:
Dis princesse, à quoi ça ressemble la mort ?

Comment sait-on qu'on est mort ? Est-ce qu'après que notre cœur ait cessé de battre, on est encore conscient ? Est-ce que le paradis, la réincarnation, tout ça, c'est vrai ?

Je te pose ces questions parce qu'elles se sont imposées à moi lorsque j'ai reçu un message m'informant que la Cheffe était décédée.

Y a eu un bug dans ma tête quand j'ai lu ce message. J'ai freezer, clairement. Je voyais plus rien, je bougeais plus, j'entendais plus rien. Ni mon téléphone portable, ni les chats n'arrivaient pas à me réveiller. Jusqu'à ce qu'ils s'y mettent tous et qu'ils décident de me griffer (surtout Noname, lui, c'était par pur plaisir sadique, c'est sûr). Là, j'ai enfin pu décrocher mon téléphone qui avait (sans exagération) une cinquantaine d'appels manqués.

La Cheffe a répondu en pleurs, limite en crise de panique au téléphone. Ni une ni deux, je suis parti la rejoindre avec mon nouveau destrier de métal "Bibine" (elle a failli l'appeler Bernie, mais ensuite le visage de Sabine m'est revenu en pleine face et elle m'aurait maudit si je l'avais appelé Bernie).

Apparemment elle et moi nous étions mort. L'Ancien était avec la Cheffe donc elle avait comprit que pour son cas, c'était une erreur, mais pour moi... C'était une autre histoire.

Tu te souviens que je t'avais dit que les vieux avaient eu un enfant il y a des années : une fille qui avait elle aussi perdu son enfant. Eh ben, cet événement leur a fait remonter beaucoup de souvenirs de cette époque et pas des bons.

Après nous être rendu au poste pour nous recenser, on a eu cette nouvelle puce et on a pu reprendre notre vie. Enfin, je suis resté une bonne quinzaine chez les vieux avant de retourner chez moi en promettant aux vieux de les appeler tous les jours (ce que je fais d'ailleurs).

J'espère que maintenant, il ne va plus rien se passer. Non mais parce qu'on en a assez bavé, ce n'est pas vrai ? À croire qu'il y a des entités mystiques et bien sadiques qui contrôlent nos moindres faits et gestes, notre vie, notre santé, notre futur et tout le reste !

T'imagines princesse si c'étaient ces mêmes entités qui contrôlaient l'Incontestable ? Genre, elles se concertent entre elles, sans nous demander si on en a envie ou pas bien évidemment (ce ne serait pas drôle sinon) et elles décident de foutre la vie de certains citoyens innocents en l'air. C'est vicieux ! Quoique ce serait drôle si la situation était inversée, mais justement elle ne l'est pas !

Mais sérieux si j'ai raison et qu'il y a des gens tout là-haut juste s'il vous plaît !

Laissez-nous tranquille.

Restez pépouze avec une bière (ou tout autre boisson de votre choix) et allez vous griller des saucisses. Ou alors mangez du chocolat tient ! Le chocolat, c'est bien et c'est bon pour la santé, ça libère des endorphines vous allez voir !

— Just Married —

Messages postés : 163
Inscrit.e le : 29/12/2020

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Le ciel bleu ♥
Autre: Canadienne paumée au Japon parlant l'anglais et le japonais avec un accent plus ou moins prononcé.
Oooooh 👀

Hello u 👀

Un illustrateur en plus 👀

Maybe je viendrais taper un lien avec Chiharu 👀

Sur ce ! Rebienvenue et bonne rédaction haha ! 😌
— Just Married —

Messages postés : 24
Inscrit.e le : 10/10/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Mateus Nozomu
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Le vava dknkdjdlkldbkntlbnf *q* *fangirl*

Hâte de lire ta fiche 👀
— Just Married —

Messages postés : 48
Inscrit.e le : 31/08/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Khensa
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
ooh mais ce vava ! rebienvenue ~ hâte de lire la suite dbfhjgdfg (ravie de voir que t'as craqué aussi xD)
— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 04/11/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Merci à vous trois pour votre accueil, hâte de pouvoir rp avec vous tous Altaï, le Chevalier Vaillant 1362171446
Lisalisa

Messages postés : 578
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Hey et rebienvenue o/

Je t'ai relevé quelques fautes de conjugaison :

Histoire -
arrivé
la famille avaient
a rassuré
me la
la plupart des gens ne croyait
ont a cru
dit
a quoi
on était mort

Physique -
t'a
t'imagine

Sinon rien à signaler (j'ai failli te demander la suite du contexte, mais j'ai vu à la dernière seconde ton second post Altaï, le Chevalier Vaillant 128457956 )
J'ai bien aimé le style utilisé pour raconter ton histoire, on se perd pas dans les termes, ça illustre bien le point de vue d'un enfant, de comment il aborde les changements qui arrivent dans sa vie. C'était chouette à lire ! Altaï, le Chevalier Vaillant 4115966937

Je te laisse corriger tout ça vite-fait!

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

merci Hatoclown, Fu, Zach et Zian pour les avatars ღ

one brain cell:
Altaï, le Chevalier Vaillant Uron

grbfh:
Altaï, le Chevalier Vaillant Unknown
Altaï, le Chevalier Vaillant CjjIPFG Altaï, le Chevalier Vaillant UlmRG6s Altaï, le Chevalier Vaillant NlRYT1U Altaï, le Chevalier Vaillant NwQ16ft
— Just Married —

Messages postés : 7
Inscrit.e le : 04/11/2021

Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Hey, Hey ! Altaï, le Chevalier Vaillant 1362171446

Merci d'avoir lu jusqu'au bout et les remarques pour les fautes. Elles sont corrigées !
Lisalisa

Messages postés : 578
Inscrit.e le : 24/07/2020

Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Née pour perdurer. (#9999cc)
Amuses-toi bien Altaï, le Chevalier Vaillant 2984341854

Pré-validation par Arisa
Votre fiche a été pré-validée par un modérateur, un administrateur passera sous peu valider officiellement celle-ci.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

merci Hatoclown, Fu, Zach et Zian pour les avatars ღ

one brain cell:
Altaï, le Chevalier Vaillant Uron

grbfh:
Altaï, le Chevalier Vaillant Unknown
Altaï, le Chevalier Vaillant CjjIPFG Altaï, le Chevalier Vaillant UlmRG6s Altaï, le Chevalier Vaillant NlRYT1U Altaï, le Chevalier Vaillant NwQ16ft
— STAFF JM : BOTAMSTER —

Messages postés : 3536
Inscrit.e le : 07/04/2014

Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Sergei Vanzine forever ♥
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Altaï, le Chevalier Vaillant 1362171446

Tu es validé(e) !

Toutes mes félicitations, votre fiche est validée !

N'oubliez pas :
• De remplir les champs de votre profil.
• De réserver votre avatar ; Réservation avatars si le code n'a pas été ajouté à la fin de votre fiche
• Si vous souhaitez trouver des partenaires pour vous lancer, n'hésitez pas à faire un tour par ici ! ♥
• Dans l'ordre, vous pouvez faire une demande de conjoint ici, ensuite vous faites une demande d'habitation ici et enfin, vous pourrez valider votre mariage ici.
• De faire un peu de pub autour de vous pour le forum et de voter régulièrement aux tops sites. ♥

& Surtout, AMUSEZ-VOUS !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Altaï, le Chevalier Vaillant Y23dmr11
Kao râle en #99ccff
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
#11 —Re: Altaï, le Chevalier Vaillant
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum