Just Married
×
-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal

— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Ce matin je me suis levée tôt et de bonne humeur. Aujourd’hui la boutique est fermée je vais pouvoir profiter de ma journée et me reposer après une longue semaine. Je m’imagine déjà sur mon canapé, sous un plaid devant ma série du moment avec l’assortiment de snacks que j’ai acheté hier soir. Comme souvent, je prends mon petit déjeuner dans mon lit avec mon téléphone portable pour compagnie. Je réponds aux deux mails reçus par mes fournisseurs mais ça sera le seul temps que je consacrerai au boulot pour aujourd’hui.
Après avoir flâné près d’une heure, je me décide à filer sous la douche. Je serai bien restée en peignoir toute la journée mais je me rappelle de la commande Amazon que j’ai faite il y a une semaine et qui n’est toujours pas arrivée. J’enfile donc à la hâte un pantalon de jogging et un t-shirt délavé -ma tenue de prédilection pour mes journées off à la maison- le temps de descendre à ma boite aux lettres. Le colis contenant mes nouveaux écouteurs est bien là mais il n’est pas seul. Je me fige sur place. Là, devant moi, dans la boite, il y a une enveloppe rose. Je sais très bien ce que ça veut dire.
Tremblante, je l’attrape du bout des doigts comme si son contact allait me brûler et je remonte chez moi le plus vite possible.

Catastrophée, je m’effondre sur le canapé, fixant d’un regard vide l’enveloppe que j’ai abandonnée sur la table basse. Je suis mariée. A nouveau. Je regarde autour de moi avec une certaine nostalgie ce petit studio dans lequel je vis seule depuis un peu plus de trois ans. Et maintenant… Je suis mariée. Je vais devoir quitter ce cocon si doux, si rassurant. Et si mon nouveau conjoint était comme Karl ? Et s’il nous envoyait tous les deux en centre de détention ? Je ne supporterai jamais d’y retourner…
Plusieurs fois, je tends la main vers cette maudite missive pour l’ouvrir mais me rétracte au dernier moment. Plus les minutes passent, plus je sens monter le stress en moi. Je me gratte nerveusement les avants bras, je mâche des mèches de mes cheveux, je m’enfonce les ongles dans les cuisses. Je tends ma main, je l’enlève. Je n’arrive même pas à toucher cette foutue lettre…

Après presque une heure, je me lève d’un bond. Je ne dois pas sur-cogiter. De toutes façons ce qui est fait est fait, je n’ai pas le choix. Je fourre trois nozinans -les neuroleptiques prescrits par mon psychiatre- dans ma bouche et attrape un sac dans lequel j’entasse à la va-vite quelques habits, attrape l’enveloppe sans l’ouvrir et je sors de chez moi. Moins je réfléchis mieux ça sera. Autant arracher le pansement. Je reviendrai chercher le reste de mes affaires plus tard.

Ce n’est qu’une fois sur mon pallier, dos à ma porte, que j’ose prendre connaissance du contenu de la lettre. Désormais, je m’appelle Hanna Kyomizu. Je ne sais rien de mon nouvel époux, sinon qu’il s’appelle Heero. Son nom a une consonance japonaise, ce qui me rassure un peu. Souvent, ce sont les personnes issues de familles étrangères qui sont les plus réticente à l’incontestable. Avec un peu de chance… Heero sera quelqu’un de raisonnable, quelqu’un qui accepte la loi et ne nous mettra pas en danger.
Ma nouvelle adresse est à l’autre bout de Tokyo. Je décide de m’y rendre immédiatement. Pour une fois, je me permets le luxe de me payer un taxi dans lequel je craque et fonds en larmes. Le chauffeur ne dit pas un mot mais m’observe intrigué dans son rétroviseur. Honteuse, je baisse le visage et prends encore un comprimé. J’en ai déjà avalé deux de plus que la dose prescrite. Tant pis. J’en ai trop besoin.

La voiture me dépose devant une magnifique maison en plein cœur d’un quartier pavillonnaire. Je n’en crois pas mes yeux et suis obligée de vérifier plusieurs fois l’adresse pour m’assurer qu’il n’y a pas d’erreur. Je n’ai jamais vécu dans une maison et je n’aurai jamais imaginé pouvoir habiter dans une aussi grande.
Timidement, je pénètre dans l’habitation. Elle est vide, il n’y a personne.

Je pose mon sac sur le canapé et regarde le salon autour de moi, émerveillée par tant d’espace. La pièce qui comporte également une cuisine ouverte doit faire la taille de mon appartement tout entier. Fébrilement, je m’aventure à explorer un peu plus.
Je tombe alors sur une grande chambre, certainement celle que je partagerai avec mon mari. Nous avons une belle salle de bain qui donne directement dans celle-ci. Mais qu’est ce qu’il peut bien y avoir là-haut alors ? Sur le palier de l’étage il y a tellement de portes que je ne sais par laquelle commencer. La première que je pousse donne sur des toilettes, la deuxième sur une autre salle de bain et enfin la troisième… Je me pétrifie. C’est une chambre décorée comme si elle était faite pour accueillir des enfants. L’incontestable a déjà prévu de nous faire fonder une famille ? C’est trop rapide, c’est trop d’information. Sans plus approfondir ma visite de l’étage, je me précipite au rez-de chaussé en pleurant de nouveau pour m’effondrer sur le canapé. Pour me calmer, je prends à nouveau un médicament. C’en est trop pour mon corps et je m’endors sans même m’en rendre compte au bout de quelques minutes.

Quand je me réveille, il est quinze heures passées. Je mets quelques secondes à me rappeler de l’endroit où je suis. Oui c’est vrai… Je suis chez moi.

Je me redresse et commence à ronger tous les ongles de mes mains. Quand est ce que Heero va arriver ? Est-ce que Heero va arriver ?
Cette pensée m’empli alors de terreur. Je sais qu’il a sept jours pour me rejoindre mais que se passera-t-il s’il ne me rejoint pas ? Je ne peux pas, je ne peux pas, je ne peux pas retourner au centre !
Je respire, profondément. Je ne dois pas paniquer. On a reçu notre lettre ce matin, il a tout le temps de me rejoindre. D’ici là, je dois mettre mon attente à profit. Je dois tout faire pour qu’il soit fier de m’avoir pour femme. Je m’essuie pitoyablement le nez dans la manche de ma veste et me rends dans la salle de bain. Je fais peur à voir. Je dois me ressaisir.
Je prends alors ma deuxième douche de la journée et après avoir enfilé une robe discrète mais élégante, je me rends au Kombini où j’achète en plus des affaires de toilette que j’ai oublié le plus de nourriture que je suis capable de porter et ramène le tout à la maison.

Après m’être maquillée avec mes accessoires fraichement acquis, je me rends dans la cuisine et me mets à préparer un repas pour deux et de quoi grignoter au cas où Heero me rejoigne dès aujourd’hui. Je veux qu’il se sente chez lui à la seconde même où il aura franchi la porte. Je dois absolument lui montrer que je suis l’épouse parfaite.
Après avoir fini, je me mets à nettoyer frénétiquement le salon qui était déjà impeccable. Et s’il n’aimait pas ce que j’avais fait ? Il est peut-être végétarien ? Il ne voudra alors certainement pas du poulet que j’ai préparé. Quelle idiote ! Abandonnant mon chiffon sur une commode, je me précipite au dehors pour faire plus de courses encore et à mon retour je prépare deux plats de plus pour être certaine d’avoir de quoi le satisfaire. Mais… Peut être qu’il voudra boire un verre pour faire connaissance. J’aurai du prendre de la bière, du vin ou du saké. A nouveau, je me rends au magasin et achète les trois. J’en profite pour prendre encore un peu plus à manger, au cas où. Sur le trajet du retour, je m’arrête chez un fleuriste pour prendre un bouquet et une plante en pot. Si j’égaye le salon il se sentira mieux en arrivant c’est sûr.

Après avoir tout rangé, et avoir une fois de plus fait le ménage dans un salon qui n’en avait pas besoin, je me rends compte qu’il est vingt-et-une heure passée. Il ne viendra pas ce soir. D’ailleurs, avec la chance que j’ai, il ne viendra jamais ! On va venir me chercher j’en suis persuadée. Je pleure, je me griffe je m’arrache les cheveux quand j’entends mon téléphone qui sonne. Je me précipite dessus. C’est ma mère. Mes larmes coulant de plus belle, je décroche et lui explique entre deux sanglots ma situation. Elle est calme, sa voix est douce, apaisante. Elle me dit de ne pas me mette dans de tels états, que personne ou presque ne rejoint son nouveau logement le premier jour, que mon nouveau mari est certainement un homme bon puisque l’incontestable l’a choisi pour moi et que bientôt j’aurai ma propre famille, que je pourrai laisser les démons du passé derrière moi. Et puis, petit à petit, nous nous mettons à parler de tout et de rien. Elle me donne des nouvelles de la famille, me raconte ses journées. Elle arrive même à me faire rire. Je ne veux pas raccrocher. La voix de ma mère est le rocher auquel je m’accroche pour ne pas craquer de nouveau et elle le comprend sans que je n’aie à lui dire. Finalement, après plus de trois heures de conversations, je m’endors de nouveau sur le canapé du salon, pour la nuit entière cette fois.

Le lendemain, je décide de me reprendre en mains. Je ne peux pas me permettre de ressembler à une épave et de faire une mauvaise première impression, il peut arriver à tout moment. Aussi, ce matin, je prends soin de moi dans la salle de bain sans oublier de prendre mes cachets habituels pour tenir le coup.
Dans un premier temps, je dois m’occuper des affaires que j’ai laissé dans mon studio. Je contacte le gérant de l’immeuble et lui demande de s’occuper de me faire livrer les affaires que j’ai laissé là-bas. Ca va me coûter un peu cher mais je veux absolument accueillir Heero dans notre nouvelle maison. Je ne peux pas prendre le risque de m’absenter trop longtemps.  D’ailleurs, cette maison, je me décide à finir de la visiter.

Je retourne à l’étage et pousse les portes que je n’avais pas ouvertes hier. J’y trouve deux autres chambres et une pièce quasiment vide. Il y a donc en tout… Trois chambres d’enfant. C’est énorme ! L’incontestable s’attend il à ce que nous fondions une famille nombreuse et rapidement ? Ou bien alors… Je n’y avais pas pensé jusque là mais… Serait-il possible que mon nouveau compagnon soit déjà père ? A nouveau, je sens une bouffée de stress m’envahir. Dans un coin de ma tête j’ai toujours su que je voulais des enfants mais je ne m’étais jamais imaginée élevé ceux d’une autre. C’est injuste ! Pourquoi est ce que je ne peux pas avoir un beau mariage, un mariage normal, comme celui de mes parents ?
Je respire doucement. Je souffle. Je me calme.

Redescendue dans le salon j’évalue la situation. Ce ne sont que des suppositions. Je peux me tromper. Je n’y connais rien en gamins mais… Les chambres avaient l’air adaptées à des tous petits, sûrement même des bébés. Cet homme s’il a des enfants ne peut pas avoir trois bébés. Alors c’est que l’incontestable prévoit que nous procréions vite et beaucoup. Mais quand même… Je ne peux pas prendre le risque. S’il arrive avec des gosses je dois me faire bien voir d’eux pour que leur père m’aime. Et pour ça, une seule solution, je dois retourner faire des courses. Je n’ai rien acheté à manger d’adapté pour les plus jeunes. D’ailleurs ça mange quoi un enfant ? Aucune idée, je verrai bien dans le magasin ce que les familles achètent.

Je retourne au Kombini une première fois. J’achète des bonbons, des glaces, des saucisses sous vide vendues avec des autocollants Anpaman, tout ce que je trouve qui semble être à destination des enfants. Mais de retour à la maison, après avoir tout mit au réfrigérateur, j’ai soudain peur de m’attirer les foudres de Heero. S’il a des enfants et que je me mets à les gaver de cochonneries il ne va surement pas apprécier. Je m’empresse de tout cacher derrière les plats que j’ai préparés hier, pour ne pas qu’on puisse les trouver au premier coup d’œil et je retourne acheter cette fois ci en des fruits. Ils sont très chers au Japon. Entre le taxi, le déménagement de mes affaires et toute les commissions que j’ai faites je pense que ma carte bancaire n’a jamais autant chauffé que ces deux derniers jours. Surtout que nous sommes en fin de mois. Tant pis. Il faut ce qu’il faut.

De retour à la maison, je passe à nouveau une heure en cuisine quand je me rends compte que je n’ai rien mangé depuis plus de vingt-quatre heures. J’essaie de prendre un peu de riz blanc mais ça ne passe pas. J’ai une boule au ventre, mon estomac est tellement serré que je ne peux rien avaler hormis quelques médicaments de plus.
Pour me changer les idées, je m’affaire dans la maison. Je fais les lits, je nettoie, je cuisine, je refais les lits et je nettoie encore, obsessionnellement. Tout doit être parfait. J’ai enfoncé dans mes oreilles les écouteurs que j’étais allée chercher hier dans ma boite aux lettres et j’écoute ma musique à plein volume pour essayer de m’empêcher de penser. Pourtant, je n’arrive pas à m’ôter l’image des enfants de la tête.
Quand je m’imaginais mon futur, je ne me suis jamais dis que je deviendrai belle-mère un jour. Dans les contes, les belles mères sont toujours laides et méchantes, les petits les détestent. Commet faire pour se faire aimer d’eux ? Ils auront quel âge ? Ils savent déjà marcher ? Je vais devoir changer des couches ? Je ne me suis jamais occupé d’enfants, je ne saurai même pas comment leur parler, ils vont me détester c’est sûr…

En milieu d’après-midi, voyant qu’il n’y a toujours personne pour me rejoindre, je décide de sortir à nouveau. Cette fois ci, je m’éloigne un peu plus de la maison pour me rendre dans un grand centre commercial. Peut être que si j’achète des cadeaux je serai plus facilement acceptée.
Je commence par me rendre dans un magasin de vêtements de qualité. Je choisi une chemise blanche que j’achète en trois exemplaires -trois tailles différentes- et une cravate en soie pour mon mari. Ensuite, direction le magasin de jouets.
Encore une fois, je n’y connais rien aux enfants. Je remplie mon panier avec des peluches, des jeux en bois, un ballon, des livres… Tout ce qui me tombe sous la main ou presque. Arrivée à la caisse, c’est la catastrophe. J’aurai dû m’en douter. Ma carte est refusée. Paniquée, honteuse, je présente mes excuses à l’hôtesse de caisse lui demandant cependant de mettre mes futurs achats de côté. Je porte tristement ma main à l’anneau que je porte autour du cou. Je sais ce que j’ai à faire.

J’ère quelques minutes autour du centre commercial avant de trouver ce que je recherche : une boutique qui rachète l’or au poids. Je n’ose pas rentrer tout de suite, faisant des allez retours devant la porte. Cette alliance, c’est Karl qui me l’a offerte. Et malgré tout ce qui nous est arrivé… Je ne peux m’empêcher d’être attachée à ce souvenir. Je l’ai aimé, enfin je pense… J’ai certainement dû l’aimer puisque l’incontestable l’avait choisi pour moi, et qu’il ne se trompe jamais. C’est cette femme, cette sorcière qui l’avait envouté et forcé à se détourner de moi. Mon pauvre mari n’y était pour rien, il était piégé.
Je me ressaisi. Je dois laisser Karl au passé et me concentrer sur Heero. Chancelante, tristement, j’entre et vends ma bague accompagnée de sa chainette en argent puis je pars presque en courant, sans me retourner pour aller chercher mes achats.

De retour à la maison, je dispose avec amour et appréhension les jouets dans les chambres et les chemises sur notre lit. Et maintenant, il n’y a plus qu’à patienter.

Cela fait plus de vingt-quatre heures que nous avons reçu la lettre. Les yeux fermés, je prie pour que mon conjoint me rejoigne le plus vite possible, cette attente me rend folle. J’essaie une nouvelle fois de manger mais décidément, rien ne passe. La maison est impeccable. Je tourne en rond sans trouver quoi faire pour la rendre plus parfaite encore. Je me souviens soudainement que demain je suis censée reprendre le travail. Hors de question de m’absenter des journées entières. J’appelle mon employé pour lui signaler que je serai absente cette semaine. J’aime ma boutique mais mon mariage est beaucoup plus important.
Je fini par m’installer dans le salon en début de soirée pour regarder mon drama préféré non sans avoir croqué quelques nozinans de plus et un lorazépam. Doucement, je m’apaise. Je me laisse bercer par ma série et alors que minuit est passé depuis longtemps, je m’endors une fois de plus blottie sur le canapé dans un sommeil sans rêve.
Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
- Heero, calme toi un instant, respire... Heero !

La claque retentit dans la pièce, et je reste interdit pendant quelques secondes, sous le regard perçant de ma soeur. Une main monte sur ma joue, qui doit porter une belle marque.
- Papa est méchant ?
Mes yeux se baissent sur Midori, attirée par le bruit. C'est vrai qu'elles comprennent très bien ce qu'une claque signifie. Je me baisse pour la prendre dans mes bras, vérifiant d'un coup d'oeil que les deux autres chipies ne vont pas venir réclamer la même chose.
- Non, j'ai été très surpris et j'ai eu très peur, mais ça va mieux.
Mon regard se fait plus dur lorsque je reporte mon attention sur Hina
- Dis donc, toi... Depuis quand ma petite soeur se permet de me donner des baffes ?
Air songeur de ladite Hina, puis ses doigts se lèvent lentement
- Alors... Quand tu cachais ma poupée... Quand tu es parti pour ton volley et que tu n'as pas donné de nouvelles pendant presque un an... Quand tu es tombé malade à cause de la puce et que tu es devenu râleur... Il y a plein d'autres fois, tu les veux toutes ?
Si nous étions dans un manga, j'aurais une grande goutte d'eau à coté de la tête tandis qu'un corbeau passerait derrière moi en riant.

J'ai un soupir de dépit
- Tu serais capable de vraiment toutes les dires... On va oublier, d'accord ?
Midori s'agite dans mes bras, essayant d'attraper la feuille que je tiens en main. Feuille bien différente des courriers ordinaires, la cause de ma bouffée d'angoisse. Je monte la feuille afin que ma fille puisse l'attraper et la détailler.
- C'est quoi ?
J'ai un léger sourire
- C'est une bonne nouvelle.
Regard étonné de ma fille... Les bonnes nouvelles, ça ne devrait pas faire peur.
- On va changer de maison, et une dame va venir vivre avec nous.
La petite froisse le papier et se débat presque pour que je la repose par terre.
- Veux pas !
Bon, au moins j'ai une réponse... Elle ne veut pas déménager, ne veut pas d'une nouvelle personne ou des deux ? Je crains la dernière option. Ma soeur me tapote le dos.
- Là, il va falloir leur expliquer... Bon courage. Que vas tu faire ?
Merci de ce soutien...
- Bon, à la base, tu étais venue pour qu'on aille tous déjeuner chez les parents. Alors on y va. Les filles, c'est l'heure d'aller chez papy et mamie !

Cette nouvelle provoque des cris de joie et des cavalcades vers l'entrée. Chaussures, manteaux, doudous et direction la voiture. Le reste, si j'ai besoin, est déjà chez mes parents... Depuis le premier petit enfant, mes parents ont toujours eut ce qu'il fallait chez eux, ça nous évite de prendre de grands sacs. La réunion de famille est agitée, comme d'habitude, entre nos parents, nous, et la ribambelle de petits enfants. Et vu que mes filles sont les dernières arrivées, tout le monde s'occupent d'elles... Ce qu'elles adorent. Chipies. Ce n'est qu'au dessert que je me décide enfin. Bon, d'accord, j'ai eu plusieurs regards interrogateurs de ma soeur, donc si je ne dis rien, c'est elle qui va tout annoncer. Je fait tinter un verre avec un couvert. Réaction immédiate de mon père qui me demande ce qui me passe par la tête, et de ma mère qui râle que je deviens un vrai bourgeois. Je dois attendre la fin des rires.
- Bon... je vais avoir besoin d'un peu d'aide. Je dois déménager.
Je suis un peu déçu que certains ne comprennent pas du premier coup, je dois dévoiler la Lettre Rose. Si les réactions chaleureuses était faciles à deviner, nous avons eu une nouvelle crise de rire lorsque Moko, la seule adulte n'ayant pas encore reçu sa Lettre, a manifesté sa déception en râlant que j'étais vraiment pourri-gâté.

Je ne révèle que le prénom de la nouvelle venue dans la famille : Hanna. Et ma nouvelle adresse évidemment. Puis on fait le point sur ce dont j'ai besoin. Je n'ai pas beaucoup de meubles à emmener, mais ce que je dois mettre en carton, par contre, va demander du temps. Mes frères vont faire un marché demain, ils ne seront pas libres avant l'après midi... Hina est d'astreinte mais Moko veut bien s'occuper des triplées. D'ici demain soir, tout devrait être prêt pour être emmené. Donc, si tout va bien, lundi matin je pourrais me présenter à mon nouveau domicile. En espérant qu'il soit assez grand pour toutes les affaires. Je pense que oui, je vois mal l'Incontestable me donner un studio... Il a toujours vu plus grand que nécessaire. Comme les 4 chambres alors que ni moi ni Klervie n'avions d'enfant. Par contre, je doute qu'il ait prévu que nous aurions des triplées... Je vais aller à mon nouveau logement avec une petite avance sur le camion -pour tous les cartons, je fait appel à des déménageurs- afin de voir si mon épouse est déjà là. Et ce sera mieux si les triplées ne sont pas là pour ce premier contact. Donc, d'avance, merci à ma petite soeur râleuse.

Mais il me reste le plus difficile : expliquer à des enfants de bientôt trois ans ce qui va changer dans leur vie. Comme Midori n'a pas été très enthousiaste, je me demande encore comment leur présenter la chose. Cependant, les petites ont été plus attentives que prévu : quand les grands sont contents, c'est qu'il y a une belle surprise, et c'est ignoble de leur part de ne pas s'occuper des jeunes enfants ! Les triplées sont donc venues réclamer l'attention que les adultes doivent leur donner d'office, en posant plein de questions. Mes parents prennent chacun une demoiselle sur leurs genoux, la dernière sur mes genoux, et à renfort de petits câlins, d'attention et de détournement d'attention via petits gâteaux ou jus de fruits, on explique doucement la venue d'une demoiselle qui va vivre avec nous. Pas du tout comme Anastasia qui vient quand je pars... Anastasia, c'est la baby-sitter. Pour faire simple, je dis que c'est une baby-sitter qui reste même quand je suis à la maison. Les regards des fillettes sont plus intrigués que dégoûtés. Bon... Je crois qu'elles ne comprendront vraiment qu'une fois tous installés, au bout de quelques jours. Que cela se passe mal n'est pourtant pas ma plus grande peur. Peur pour laquelle Hina m'a baffé ce matin.

Je vais la mettre de coté pour le moment, j'aurai tout le temps de paniquer plus tard. Le reste de la journée se passe tranquillement, une fois le programme des deux prochains jours fixé. Je rentre chez moi assez tôt, afin de m'occuper de Mary puis de coucher les triplées à la même heure que d'habitude. A part un cauchemar de Ginko, la nuit se passe calmement. Reposant. Du moins, jusqu'à ce que les triplées se réveillent... Leurs nuits sont courtes. Je commence avec le même rituel que les autres matins. Il va falloir que je conserve des habitudes afin que les triplées ne paniquent pas totalement. Le lever, le petit déjeuner, s'occuper de Mary -qui ce matin a vraiment envie de faire de l'exercice- et l'habillage. Parfois me lever tôt est une chance, vu le temps nécessaire pour que les filles soient prêtes. L'année prochaine, elles entreront à l'école, on aura un horaire de plus à respecter. Il faut aussi que je les prépare à cela. Alors on va passer par le jeu, du moins sur la question du déménagement. Et de la nouveauté, de la surprise, de l'aventure. J'aurais bien voulu attendre Moko pour commencer les cartons, mais j'ai peur de ne pas pouvoir finir aujourd'hui.

Heureusement, elle arrive vite et je lui confie mes terreurs, avec les jouets qu'elles ont voulu emporter tout de suite. Je sors après leur départ pour aller chercher des cartons, justement. Puis je range méthodiquement mes affaires, pièce par pièce. Une petite pause à midi me permet de me rappeler que je n'ai pas commandé de camion. Je rectifie cela tout de suite, puis j’appelle mon entraîneur pour signaler mon changement d'état civil. J'obtiens deux jours de repos après de courtes négociations... Etrange... Je sens qu'un service va m'être demandé en retour. Lorsque mes frères arrivent, le rangement avance bien plus vite. Un appel pour discuter un peu avec mes filles et leur dire d'être gentilles, de bien dormir, je peux enfin souffler. On se retrouve boisson en main -pas d'alcool pour moi, tant que je suis encore un joueur pro- à discuter entre frères... Ca ne nous arrive pas souvent. Ils ont quelques paroles encourageantes avant de me quitter, je devrais tomber de sommeil mais je n'arrive pas à dormir. Je me répète plusieurs fois que l'Incontestable m'a lié à des demoiselles incroyables, que tout s'est bien passé, donc pourquoi cette fois ci serait différente ? Tout s'est bien passé, sauf la fin de nos histoires. J'espère vraiment qu'il n'y aura pas de nouveau une fin tragique.

Le réveil est plus difficile aujourd'hui. J'ai gardé peu de choses, mais j'aurais du prévoir plus d'un café pour pleinement me réveiller. Je suis à peine habillé que les déménageurs arrivent. Je range rapidement la fin de mes affaires, met la valise préparée la veille -afin d'avoir un peu de changes pour moi et les filles durant deux jours- dans la voiture et je m'occupe de Mary, qui voyagera exceptionnellement  dans sa cage. Je finis avec trois gros cartons dans la voiture, et note qu'il est seulement 9 heures. Bon, les déménageurs en ont encore pour un moment, et il n'est pas nécessaire que je reste pour fermer mon habitation... mon ex-habitation. Un dernier regard, puis je pars vers ma nouvelle vie. J'aurais peut être dû chercher sur l'Atai des informations sur Hanna ? Est ce que cela m'aurait vraiment éclairé sur qui elle est ? Ce n'est pas sûr. Arrivé dans un nouveau quartier, devant la maison, je reste au volant un long moment... Il faut que je réfléchisse à plusieurs choses. Tout d'abord, mon ancienne demeure avait des rangements intégrés, il y a beaucoup de meubles que je n'ai pas pu emmener. Ce qui amène à la question de la chambre des triplées.

Si j'ai récupéré les lits à barreaux -ça fait longtemps qu'elles ont chacune leur petit lit, car elles commençaient à se taper en dormant- je n'ai plus d'armoire pour ranger leurs affaires. Et je n'ai qu'un seul coffre à jouet maintenant, les autres étant intégrés à l'ancienne demeure. Le changement de lieu de vie est une chose, mais changer en plus les meubles, les triplées ne vont pas apprécier. Un bébé a besoin de repères, d'habitudes, ce mariage les bouleverse et donc va inquiéter les triplées. Je vais garder les habitudes du coucher comme du lever, afin de les rassurer. Ce qui m'agace, c'est que je commençais à leur parler d'un grand lit pour chacune... Un changement parfois difficile selon la pédiatre, qu'il faut patiemment préparer. Et ensuite, commencer à leur parler de leur chambre individuelle... Le tout est à remettre à plus tard, à moins que mes filles le demandent en premier. Donc... j'en étais au manque de meubles. Je pense acheter le minimum utile et ensuite, nous ferons notre décoration avec Hanna, ensemble. A moins que cette maison soit entièrement équipée ? De toute façon, je vais vite le découvrir. Un coup d'oeil à ma montre, tout juste 10 heures... Parfait. Allons y. Je redémarre afin de mettre la voiture dans la très courte allée devant le garage.

J'ai pris la cage et le perchoir -lavés ce matin- afin que Mary me voie et ne soit pas trop inquiète non plus. Car pour ce volatile, son maître est très important, je l'ai découvert que tardivement et j'aurais pu presque tuer -d'ennui- cette demoiselle rien que par mes absences... Donc rester à portée de voix pendant l'installation. Prendre un carton -inutile de multiplier les allers retours- et passer le seuil de la porte.
- Heu... Bonjour ? Il y a quelqu'un ? Je suis Heero...
Je n'ai pas parlé trop fort, et seul le silence me répond. J'avance en refermant derrière moi, et tout de suite j'apprécie la pièce à ma droite. Assez grande pour une buanderie d'entrée, et je peux y ranger la grande poussette. La porte au fond s'ouvre sûrement dans le garage. Je reviens dans la grande pièce de vie. Il faut bien cette surface pour les triplées... Je vois un grand sofa, avec un grand écran accroché au mur, prémices de la partie salon familial. La partie à droite, coincée entre la cuisine et une baie vitrée devrait devenir la partie repas. Je m'avance dans la cuisine qui est déjà fonctionnelle et... je sens... Cette cuisine a déjà servi ?

Je pose la cage sur le plan de travail -je chercherai un meilleur endroit ensuite- pour regarder un peu les placards et le frigo... En effet, des courses ont été rangées, et je doute que ce soit l'Incontestable. Mon épouse est donc arrivée en premier. Mais la maison est silencieuse, serait elle retournée au travail ? Mary claque du bec, en me fixant du regard. Je passe un doigt entre deux barreaux pour la caresser un peu... Elle a envie de voler un peu, mais je dois d'abord mettre du scotch sur les fenêtres, afin qu'elle les voie : comme tous les volatiles, Mary ne voit pas les fenêtres. Mais je veux d'abord visiter les lieux et poser mes cartons. Je m'avance pour jeter un oeil au jardin... Il est plus petit que le précédent mais largement suffisant pour occuper les triplées. Et ces arbres donnent des fruits ? J'irai voir de plus près plus tard, il me reste une porte et l'étage à explo.. AHHH ! Je reste une seconde le coeur battant, le regard fixé sur le sofa. Je sais où se trouve mon épouse : endormie sur le sofa. J'hésite un long moment, en la regardant... La réveiller, ne pas la réveiller ?
- Heeroooo... Bravoooo...

Mes yeux se tournent vers Mary, qui bat des ailes... elle se moque de moi ou quoi ? Je reviens près du volatile afin qu'il se taise et ne réveille pas la nouvelle madame Kyomizu, détournant son attention par une boulette de graines. Gagné. Du coup, ne pas réveiller Hanna, ce ne serait pas très aimable de ma part, et il y a mieux pour un premier contact. Elle va se réveiller d'elle même, non ? Passons à la suite. J'irai bien voir cette porte près du sofa, mais je ne voudrais pas déranger Hanna. Il reste l'étage... Je monte alors l'escalier, j'ai une petite idée de ce que je vais y trouver. Je découvre sans trop de surprises des chambres et une salle de bains, toilettes séparées. 4 chambres, un couple, trois enfants, il y a le compte. J'aurais bien aimé avoir une suite comme avant, mais je suppose que ce n'était pas possible. La décoration semble être prévue surtout pour les enfants, et il y a de nombreux jouets dans chaque chambre... On va rassembler un peu ces objets... Les triplées dorment encore dans la même chambre, je vais donc en utiliser une pour mes cartons. La plus grande chambre devrait être celle du couple, mais là aussi la décoration est infantile et il n'y a pas de lit.

C'est donc un achat que nous ferons ensemble, Hanna et moi, lorsqu'elle se réveillera. J'espère qu'elle n'a pas passé les deux derniers jours à dormir sur le sofa. D'ailleurs, est ce le sien ou était il là déjà ? On devra surement le changer... Utilisons la première chambre comme stockage de déménagement, et une autre pour le couchage des enfnats. Bien qu'elles aient chacune leur lit à barreaux, elles ne supportent pas encore de dormir dans des pièces séparées. Et je peux rapprocher les 3 lits afin qu'elles se voient ou même se touchent, afin de se rassurer mutuellement. Je redescends juste à temps pour éviter que les déménageurs ne sonnent. Je leur demande de ne pas faire de bruit, pour ne pas réveiller mon épouse, et leur indique où mettre les cartons, où mettre les lits, puis je les laisse oeuvrer. Pendant ce temps, je vide ma voiture, et je range les provisions que j'ai emmené. Je retrouve rapidement le thé Gyokuro -que je dois acheter très en avance, prévoir une commande maintenant que nous sommes deux- et je commence à le préparer.

Lorsque Hanna se réveillera, elle sera accueillie par un excellent thé.
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau Départ
Je dors d’un sommeil profond. J’ai un peu trop abusé de mes médicaments ces derniers jours, il faudra que je fasse attention à l’avenir et surtout que j’en parle à mon psychiatre. Ce n’est pas la première fois que je me surmédicamente en période de stress. Je sais que je devrai faire une prise de sang pour m’assurer que je ne me suis pas trop abimé la santé.
Mais pour le moment, je ne pense pas à ça. Je ne pense à rien d’ailleurs. Au chaud sous mon plaid je profite de ce sommeil réparateur jusqu’à ce que je commence à percevoir des bruits. Au début, ils ne sont pas assez fort pour me réveiller mais petit à petit, j’émerge doucement.  

Pensant qu’il s’agit de la télé, je ne m’affole pas trop dans un premier temps. Mais dès que je comprends qu’il y a du mouvement autour de moi, je me redresse d’un coup, comme un ressort et aperçois mon reflet dans l’écran éteint en face de moi. Mon maquillage a coulé, j’ai le plis du coussin sur la joue et mes cheveux sont en bataille. Quelle heure est-il ? La Box internet indique dix heures et demie passée. Je saute sur mes pieds, horrifiée. Mon mari serait-il arrivé pendant que je dormais ? Je ne l’ai pas accueilli ?
Mon regard se dirige instinctivement vers la porte d’entrée de laquelle un homme apparait en tenant un gros carton. Oubliant mon aspect négligé, je me précipite avant de me planter devant lui les mains jointes en m’inclinant frénétiquement à de multiples reprises.

Puis je m’adresse à lui en parlant si rapidement qu’on doit avoir du mal à me comprendre :

-Kyomizu-sama, je suis Hanna. Pardonnez-moi de ne pas avoir été réveillée pour vous accueillir. Je vous assure que cela ne se reproduira pas. Je vais vous aider.

Alors que je tends les bras pour attraper le carton, l’homme en face de moi qui tire une drôle de tête mais ne dit rien refuse de relâcher son étreinte. Je m’incline de nouveau.

-Je suis vraiment désolée je vous assure que dormir si tard ne me ressemble pas, s’il vous plait laissez-moi vous aider.

Mais l’homme refuse toujours de me laisser lui prendre son carton. A la place de cela, il prend une expression de profonde gêne et désigne du visage l’espace cuisine qui est derrière moi.

-Je crois que celui que vous cherchez est juste là, madame.

Surprise, je me retourne et aperçoit un autre homme dans la cuisine. Je regarde à nouveau celui qui porte le carton, puis celui dans la cuisine et… Oh malheur ! Aurai-je confondu mon mari avec un déménageur ?! C’est encore pire que de ne pas se réveiller.
Je deviens blanche. Comment aurai-je pu imaginer un mariage qui commence plus mal.

Lentement, comme un zombie, je m’approche de celui qui doit être Heero et je m’incline honteuse sans réussir à prononcer un mot.
Je suis une parfaite idiote. A quoi bon avoir passé deux jours à tout préparer pour que notre rencontre soit parfaite pour venir maintenant tout gâcher bêtement. S’il arrive un jour à me le pardonner moi je ne le pourrai pas.
Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Préparer le thé, c'est une bonne idée

Trouver les petits gâteaux, en laisser tomber un et l'écraser, c'est une moins bonne idée. Me voila donc accroupi en nettoyant le sol... Je suis arrivé il y a moins d'une heure et j'en met déjà partout. On va dire que c'est le stress, ok ? ... Si, c'est ça.
-Kyomizu-sama, je suis Hanna. Pardonnez-moi de ne pas avoir été réveillée pour vous accueillir. Je vous assure que cela ne se reproduira pas. Je vais vous aider.
Hein ? Je relève la tête, regarde autour de moi... Puis je me redresse lentement. Il n'y a personne. Mon regard se pose sur Mary, qui me fixe à son tour. ... Noooon... Non, ce n'était pas sa voix. Et elle ne dit pas de si longues phrases.
-Je suis vraiment désolée je vous assure que dormir si tard ne me ressemble pas, s’il vous plait laissez-moi vous aider.
Ah, ça vient de l'entrée. Bon, je pose ce que j'ai dans les mains, je les passe sous l'eau, puis je sors de la cuisine. Lorsqu'il me voit, le déménageur me désigne et Hanna -puisque c'est bien elle- se retourne vers moi. J'allais plaisanter sur cette rencontre particulière, mais le visage d'Hanna reflète tout autre chose.

Elle ne va pas s'évanouir quand même. Je lui rend son salut, par reflexe.
- Ravi de te connaître, Hanna-chan. Je suis désolé qu'on t'ai réveillée.... Eh.. Ca va ? ... Viens, On va s'assoir sur le sofa, j'ai préparé du thé Gyokuro.
Lui prendre une main ? Ne pas lui prendre une main ? Passer devant ? Passer après elle ? ... Autre option, je me recule afin d'aller chercher le thé et l'apporter au salon. Mary claque du bec, nous rappelant sa présence.
- Voila... Un thé chaud et ça va aller. J'espérais être le premier à arriver, mais avec les préparatifs, ce n'est pas facile... Oh, voici Mary. C'est un cacatoès, en général elle a un perchoir et elle vole en liberté pendant la journée. ... Et ce n'est que maintenant que je me pose la question sur les animaux... Tu n'as pas de chat ? Car sinon, ils ne vont pas s'entendre...
Parler d'autre chose que cette situation qui semble la gêner beaucoup, détourner l'attention, je pense que c'est le mieux pour relancer notre rencontre.
- Donc, oui, je suis Heero, je viens d'arriver. Je met .. enfin, les déménageurs mettent les cartons dans une pièce de l'étage, le temps qu'on s'installe. Ca se fera tranquillement.
Je fais une pause, incertain sur la suite à tenir.

- Par ou commencer... Quand es tu arrivée ? Que veux tu savoir ?
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau Départ
Je n’arrive pas à savoir s’il est sincère s’il fait preuve d’ironie quand il me dit être désolé de m’avoir réveillée. Que doit-il penser de moi ? Que je suis une paresseuse qui dort jusqu’en milieu de matinée un lundi ? Je n’y avais pas vraiment réfléchi jusque-là mais si l’incontestable nous a donné une maison de cette taille, dans ce quartier si charmant, ce n’est certainement pas grâce à mon salaire de fleuriste. Heero doit très bien gagner sa vie. J’ai soudain un peu honte de mon activité.

Hébétée, je vais docilement m’assoir sur le canapé pendant qu'il s’affaire dans la cuisine. Je profite qu’il ne soit plus en face de moi pour essayer de lisser un peu mes cheveux avec mes doigts et je me frotte les yeux avec le revers de ma manche. Ce n’est décidément pas comme cela que je voulais le rencontrer. Je ne suis à mon avantage ni dans mon attitude ni dans mon physique. Je m’en veux terriblement.
Et cela ne s’arrange pas quand il dépose une tasse de thé devant moi. Je n’ose pas lui dire, de peur de passer pour une marginale, mais je n’aime pas le thé. Je prends tout de même poliment la tasse entre mes mains, souffle doucement dessus, mais je ne la bois pas. D’ordinaire j’aurai réclamé du sucre mais je sais que cela représente pour certain un sacrilège aussi, je n’en ferai rien.

Je sursaute, renversant quelques gouttes sur mes genoux, en entendant un bruit sec venant de la cuisine. Je fixe avec de grands yeux remplis de terreurs un énorme oiseau que Heero me présente comme étant son animal de compagnie. Il dit qu’il va le laisser voler. Mais pas dans la maison quand même ?! Je visualise déjà notre intérieur recouvert de fientes et de plumes.
Je me force à sourire, sans parvenir à regarder mon nouvel époux en face et me contente de garder le regard fixé sur ma tasse fumante.

-Je n’ai aucun animal, ne vous inquiétez pas. Il est très beau.

Voilà. J’ai enfin réussi à lui parler. Il va falloir maintenant que j’arrive à faire des phrases un peu plus longues si je ne veux pas passer pour une imbécile.

-Je suis arrivée avant-hier, le jour où nous avons reçu notre lettre. J’avais hâte de vous rencontrer…

Sincère cette fois, j’arrive à redresser le visage vers lui et à lui adresser un petit sourire timide. Je peux enfin voir à quoi il ressemble. J’avais vu juste en supposant d’après son nom qu’il était d’origine japonaise, cela se voit notamment à ses beaux cheveux noirs et à ses yeux d’un marron profond. En revanche il est grand et a l’air bien bâti. Il doit beaucoup s’entretenir. Je suis étonnée de me sentir rassurée par quelque chose d’aussi futile mais je le trouve beau. Mon sourire s’élargit un peu plus.

Je ne sais pas quelles questions lui poser. Si je lui demande ce qu’il fait dans la vie il risque de penser que je ne m’intéresse qu’à son salaire et je n’ose aborder de suite la question de ses potentiels enfants.

-Est-ce que… Est-ce que vous êtes heureux d’être là ?

Cela peut paraitre un peu naïf et peut être trop direct mais finalement c’est la seule question qui m’obsède. Est-il heureux d’être marié ou bien fait-il parti de ceux qui sont contre l’incontestable.

Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Est elle timide, gênée ou terrorisée ?

Je n'arrive pas à le déterminer, mais elle ne semble pas refuser le mariage. Si nous sommes tous les deux d'accords avec cette union, alors on démarre bien et on pourra se fabriquer une bonne vie. C'est positif.
- Elle. C'est une demoiselle. Elle s'appelle Mary.
J'ai un soupir de dépit
- A y réfléchir, je suis le seul garçon dans la famille... Si vous développez la solidarité féminine, je sens que vous allez vous amuser... à mes dépens.
Je bois une gorgée de thé, avec un faux air inquiet. Il faut que Hanna se détende, mais pour cela, il faut qu'elle sache que la conversation est libre et sérieuse, qu'elle n'a rien à craindre de moi. Quand à la craindre, elle... soit actuellement elle est vraiment vulnérable, soit elle joue -trop bien- la comédie. Dans ce dernier cas, oui, il faudra que je fasse attention. Pour le moment, je prend un air gêné, sans y être forcé.
- Le premier jour... Oula, je ne savais pas... J'aurais du faire de même, ou donner de mes nouvelles. Tu as du t'inquiéter. J'ai.. j'avais une réunion de famille et le déménagement à préparer.
Ca me fait penser que je n'ai pas vu de meubles, et pas d'autres cartons non plus.

J'allais lui en parler quand sa question me prend au dépourvu.
- Si je suis heureux ? Ben...
Il me faut quand même une seconde de réflexion, pause facilement décelable.
- Je crois que oui. Tout mariage est un pari sur l'avenir, un peu stressant au départ. Mais l'avenir sera ce que nous voulons qu'il soit, donc... En ce moment, là, tout de suite, oui, je suis heureux.
On en reparlera aux prochaines prises de bec, et si la vaisselle vole.
- Est ce que toi, tu es heureuse ?
Je pose la question car cela a l'air moins évident pour Hanna. Cependant, ce n'est pas Hanna qui répond
- Nous avons terminé, m'sieur.
J'ai un léger sourire
- Je reviens de suite, Hanna, pardon.
Je me lève pour me rapprocher des déménageurs, mais je monte à l'étage pour jeter un coup d'oeil aux cartons, rapidement, avant de redescendre. Signature du bon, vérification de la facture et paiement... le tout en 5 minutes, je pense. Je reviens m'assoir sur le sofa, me glissant à regret un peu afin de ne pas être trop proche. Inutile d'accentuer son malaise.

D'autant que nous n'avons pas abordé les problèmes. Hanna semble être dans la même tranche d'âge que moi, un peu plus jeune surement, ce qui signifie qu'elle a eu une vie avant ce mariage. Des maris, amants, enfants ? Pareil de mon coté, et c'est là le problème. Nos vies d'avant ce mariage peuvent avoir des conséquences. Mes ex-épouses ne peuvent pas revenir, ni nous tourmenter, mais qu'en est-il pour Hanna ? A t-elle du quitter quelqu'un avant hier ? Ce serait une raison d'être présente très tôt dans cette maison.
- Voila... On peut commencer par le basique, si tu veux... J'ai 33 ans, je suis joueur professionnel de volley-ball. Néanmoins, j'en suis à la dernière année sur le terrain comme joueur. J'ai déjà le contrat pour passer entraîneur l'année prochaine. J'aime cuisiner, avec spécialité poisson, aller dans les musées, écouter de la musique classique ou faire du sport. Il y a surement d'autres choses à dire, c'est ce qu'il me vient à l'esprit sur le moment.
J'ai un regard interrogateur pour Hanna. Va t-elle se présenter succinctement, ou pas ? Rien ne l'y oblige, d'ailleurs je ne pose pas la question.

- Si tu as envie, on peut aussi.. heu... faire un tour, préparer à manger... Enfin, faire autre chose... On n'est pas obligé de parler ici...
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau Départ
Et voilà, j’ai encore fait une gaffe. Il me l’avait pourtant dit que ce maudit oiseau s’appelait Mary. J’aurai dû me douter que c’était une femelle. En revanche, je ne comprends pas qu’il me parle de famille et de solidarité féminine. Imagine-t-il que je puisse comploter avec ce volatile ou bien fait-il allusion à autre chose ? A des petites filles, par exemple… Entre ça et les chambres à l’étage, j’ai des doutes de plus en plus sérieux. Il faut que je lui pose la question mais je n’ose pas affronter la réalité tout de suite.

Il a l’air gêné de savoir que je suis venue dès le premier jour. Ma mère m’avait bien prévenue que c’était un comportement étrange. En plus, il a l’air de s’en vouloir. Mon intention n’était pas du tout de le mettre dans l’embarras. Encore une fois j’aurai mieux fait de me taire.

-Oh non non non ! Ne vous inquiétez pas pour moi. Je sais que c’est… bizarre de venir tout de suite après la réception de la lettre. Mais c’était le week-end, je ne travaillais pas et… Je voulais rendre la maison agréable pour votre arrivée.

Je ne sais pas s’il a remarqué le réfrigérateur et les placards débordants de nourriture. Notre lit recouvert de draps frais et les cadeaux que j’y ai laissé, sans compter les jouets et les livres à l’étage. Le ménage que je m’étais efforcé à faire a en revanche été gâché par les aller-retours des déménageurs qui ont déplacé de la poussière un peu partout et sali les sols. A la minute où cette conversation sera finie je recommencerai mon astiquage en règle.
D’autant plus qu’il hésite. Clairement, il n’est pas sûr d’être heureux. Il doit être déçu et me mentir par politesse. Je dois me reprendre et arrêter de me comporter comme une gourde.

Je m’apprête à lui répondre que je suis comblée, même si c’est un peu exagéré mais je suis interrompue par les déménageurs qui ont fini leur travail. Au moins ils ne saliront pas plus notre intérieur. Heero me laisse seule sur le canapé le temps je suppose d’aller régler les derniers détails avec eux. Cela me rappelle qu’il va me falloir contacter mon ancien propriétaire pour savoir où en est l’acheminement de mes cartons.
Quand il revient, il s’assoit délibérément loin de moi. Par politesse ou pas dégout je ne saurai le dire. Il faut absolument que je fasse un tour par la salle de bain pour me redonner figure humaine.
C’est un sportif professionnel. Il doit avoir l’habitude de fréquenter des femmes sportives qui prennent soin d’elles. Je veux lui montrer que moi aussi je sais le faire même si l’activité physique n’est pas ma qualité première.

-Préparer à manger ? Vous avez faim ? Oh ne vous en faites pas il y a tout ce qu’il faut, qu’est ce qui vous ferait plaisir ?

Je sais qu’il m’a dit aimer cuisiner mais un homme marié ne devrait pas avoir à faire ça. C’est mon rôle. Je pose ma tasse sur la table basse sans en avoir bu une goutte et me dresse sur mes jambes pour me diriger vers la cuisine.
Pendant que je lui prépare ce qu’il veut, il est temps que moi aussi je me présente.

-J’ai vingt-cinq ans et je suis… J’ai un peu honte de l’avouer, son métier parait tellement plus intéressant. Fleuriste. En fait, à la base, j’ai fait des études de comptabilité mais… Il est temps de lui dire. Je suis veuve. Mon défunt mari m’a laissé sa boutique à sa mort et comme je ne travaillais pas j’ai repris l’affaire.

Maintenant que le sujet du passé est abordé, il faut que je me lance. Je ne tiens plus je dois savoir, percer l’abcès une bonne fois pour toute.

-Et vous… Avez-vous déjà été… Enfin je veux dire…. Il y a cinq chambres dans cette maison et celles du haut ont l’air tellement… Enfantines. Est-ce que c’est parce que vous avez des… J’ai du mal à le sortir mais il le faut. Des enfants ?


Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Heu non, je n'ai pas dit que j'avais faim...

Quoique c'est presque l'heure de déjeuner. Mais elle est montée sur ressort pour filer si vite à la cuisine ?
- Je, heu... Enfin, oui, c'est bientôt l'heure de déjeuner... Mais je ne faisais qu'une proposition, hein. Heu... Je mange de tout, à peu près de tout... ... J'ai vite regardé dans le frigo, il me semble qu'il y a des plats déjà prêts ? Du poulet et des nems, je crois... Tu ne veux pas les réchauffer, tout simplement ? Tu les avais cuisiné pendant l'attente, c'est ça ?
Je suis une fois de plus désolé de ne pas être venu plus tôt. De plus, je n'aime pas gaspiller la nourriture, si on ne mange pas ces plats, il faudra les jeter. Je n'aime pas cela, même pas l'idée de les jeter. Cependant, je ne vais pas le dire tout de suite, ce serait malvenu alors que Hanna s'est donné du mal. Hanna répond aussi à ma présentation, donc elle avait surement besoin de s'occuper et non de rester sur le sofa ? Parfois s'occuper les mains permet de parler un peu plus librement. J'écoute attentivement, et je crois deviner pourquoi l'Incontestable nous a liés.

Un point commun qui peut nous rapprocher, et nous aider à guérir mutuellement. Enfin, c'est une théorie, mais l'Incontestable sait ce qu'il fait.
- Veuve... J'en suis désolé. Je.. je suis veuf également. Alors je comprend que.. enfin, voila.
Je m'adosse au plan de travail et je prend une longue inspiration. On n'a pas que les pieds dans le plat, on y est totalement, autant mettre tous les ingrédients...
- Ma femme est décédée... à la naissance de nos filles.
Je dois reprendre mon souffle, même après presque 3 ans, ce n'est pas plus facile d'en parler.
- Et tu as bien deviné, j'ai des enfants. Trois filles, des triplées. Elles ont presque 3 ans, je les élevées seul. Elles.. elles sont chez ma soeur.
J'ai un long soupir. Bon, ça, c'est dit. J'ai l'impression de marcher dans un champ de mines.
- Et toi, as tu déjà des enfants ? J'ai l'impression que si c'était le cas, l'enfant serait déjà là, n'est ce pas ? Je comprend que cette situation n'est pas la meilleure, mais... on va faire ça en douceur. Enfin, je vais essayer. Bien sur, je vais continuer de m'occuper de mes filles, je ne peux pas te demander de m'aider. Et vous ferez doucement connaissance... Si ça doit prendre du temps... on le prendra. Ca te va ?

Je plisse les yeux, je viens de mettre le doigt sur autre chose.
- Ah, je voulais aussi te dire... J'ai noté que tu me vouvoyais. Tu peux me tutoyer, hein, c'est comme tu veux. Moi je suis passé au tutoiement, c'est une habitude. Tu as une préférence ?
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau Départ
Il n’a pas l’air d’avoir si faim que ça, et il ne me dit pas ce qu’il préfère. Tant pis, j’ai trop besoin de m’occuper les mains je vais quand même réchauffer quelque chose. J’ouvre le réfrigérateur et choisi ragout de poulet. C’est un des plats que je réussi le mieux. Tout est prêt, il n’y a plus qu’à mettre la casserole sur le feu ce que je m’empresse de faire. Le riz est déjà prêt, maintenu au chaud dans l’autocuiseur.
Il m’a rejoint dans la cuisine mais nous gardons toujours une certaine distance. L’ilot central nous sépare. Il m’apprend maintenant qu’il est lui-même veuf, et qu’il me comprend. J’en doute, mais parler des circonstances entourant le décès de Karl est au-dessus de mes forces pour le moment.

Il a lui-même l’air bouleversé en évoquant la mort de sa précédente femme. Morte en couche si j’ai bien compris. L’annonce de l’existence de triplé me fait l’effet d’un coup de boulet dans le ventre. Je me retourne, me concentrant sur le fait de remuer doucement le ragout pour ne pas qu’il décèle le malaise sur mon visage. Trois petites filles… D’un coup… C’est une nouvelle dure à encaisser.

-Trois…

Je n’ai pas pu m’empêcher de réagir dans un murmure. Tout un tas de nouvelles questions se bousculent dans mon esprit. Comment vont-elles m’accueillir ? Des triplés doivent avoir une connexion très forte. Si elles se liguent contre moi comment faire pour me faire aimer de leur père ? J’espère au moins que les cadeaux que je leur ai laissé à l’étage aideront à briser la glace.
Et puis… S’il a déjà trois filles, que leur naissance a été un traumatisme pour eux, il ne voudra certainement pas en avoir avec moi. Inconsciemment, je pose une main sur mon ventre tandis que je continue de remuer de l’autre. J’ai toujours voulu avoir des enfants. Mes enfants. Elever ceux d’une autre sera-t-il aussi satisfaisant ? J’en doute.

Je ne dis plus rien, les mots me manquent. Il dit ne pas avoir besoin de moi pour m’occuper d’elles mais c’est inconcevable ! Ce n’est pas le rôle d’un homme d’élever des enfants, de plus, il doit être très pris par son travail. Je me suis toujours imaginé vendre la boutique dès que je serai remariée, pour redevenir femme au foyer. Il n’a pas l’air de penser de cette façon.
Il me fait également remarquer que je le vouvoie depuis le début. Je m’en étais à peine rendue compte. C’est vrai que vu notre situation cela parait idiot.

-Je suis désolée c’est juste que j’avais peur de vous… De te manquer de respect.

Je finis par lui faire face de nouveau, mais je garde le visage baissé.

-Je n’ai pas eu la chance d’avoir d’enfants non. L’incontestable ne nous a jamais demandé d’en faire et je crois que on mari n’en voulait pas.

Ou plutôt si, je pense qu’il en voulait il n’en voulait juste pas avec moi

-Elles s’appellent comment, tes trois filles ? Je ne me suis jamais occupé d’enfants c’est vrai mais j’apprends vite tu sais. Tu dois être très pris par ton travail, tu peux compter sur moi je ferai de mon mieux.


Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Bon, ça a l'air de la bouleverser.

Mais j'imagine assez bien que se retrouver belle mère du jour au lendemain est difficile. Rien que l'idée doit la faire paniquer. Ca la laisse sans voix de longues minutes. Je commence à avoir peur qu'elle ne veuille pas entendre parler des triplées, et de ne rien avoir à faire avec elles. Un rejet qui peut être compréhensible, ce sont les enfants d'une autre, mais qui va rendre la vie infernale. Et que puis je faire, là, pour la rassurer ? Je ne sais pas comment les filles vont réagir, elles ne se sont pas montrées très enthousiastes jusque là. Mais l'inconnu reste très inquiétant pour les enfants, j'ai l'espoir que la situation se calme d'elle même, au fil du temps. Puis Hanna pose des questions sur les triplées. Je me sens brusquement mieux, car si elle s'intéresse aux triplées, c'est qu'elle ne les rejette pas. Ca m'encourage à parler de mes filles.
- Heu.. je.. je ne voulais pas dire que tu n'as pas le droit de t'en occuper... C'est si tu en as envie, bien sûr. Et les premiers temps, il vaut mieux que je continue, et qu'on voit si tout se passe bien entre vous.

Je fronce les sourcils, il y a encore une chose dans son comportement qui me met mal à l'aise. Mais je n'arrive pas à savoir quoi.
- Mes... Les filles s'appellent Ginko, Midori et Okiko. Leurs vêtements ont toujours leurs initiales brodées, ainsi on ne peut pas les confondre. Je ne les habille jamais de la même manière, et elles n'ont pas encore l'âge de se prêter les vêtements.
J'ai un sourire idiot -comme de nombreux pères- car un souvenir me revient, le jour où elles ont découvert leur reflet dans le miroir. Il faudra que je raconte cette journée à Hanna.
- Ginko est une petite athlète, très souvent avec un ballon en main ou à courir partout... Midori semble plus littéraire, souvent à chercher ses livres... et Okiko est la plus débrouillarde, toujours la première à se lancer.
Je me tais, le temps de chercher une photo d'elles sur mon mobile. Quel père n'a pas de photo de ses enfants ? Les petites filles sourient, une d'elles rit avec ses mains devant la bouche. Je désigne chacune par son prénom, mais l'angle de la photo ne permet pas de voir l'initiale brodée sur leur haut.
- Ma soeur les ramène demain, je dois l'appeler au début d'après midi.

Et ce soir pour souhaiter la bonne nuit à mes filles, elle auront surement des questions.
- Je vais mettre la table... On pourra continuer à parler ensuite... Heu... avant, j'installe Mary, elle n'a rien à faire dans la cuisine. Pardon, j'aurais du m'en occuper avant...
Bon, la transition n'est pas terrible, mais je peux passer des heures à parler des triplées. Par contre, le poulet ne peut pas cuire pendant des heures, lui. Je vais installer le perchoir dans le salon, un peu au hasard, puis j'amène la cage à coté. J'en sors Mary, qui manifeste sa joie en battant des ailes, et je l'attache par une patte au perchoir. Ce qui plait moyennement au volatile, qui lève la patte attachée en claquant du bec. J'installe sous le perchoir la protection du sol, car c'est là que Mary va salir... Une chose que ma précédente épouse avait réussi à lui apprendre : faire ses besoins à un seul endroit. J'espère qu'elle va continuer. Je reviens pour nettoyer le plan de travail où la cage était posée, je me lave les mains ensuite et je retourne fouiller mes affaires pour sortir la vaisselle utile pour ce midi.

La table mise, je propose à Hanna de l'aider à servir le repas.
- Je n'ai pas vu beaucoup d'affaires à toi, tu n'as pas encore déménagé ? Je peux t'y aider si tu veux, ce sera plus facile à deux. Au fait, j'ai vu en haut dans les chambres qu'il y avait des jouets... Ce n'est pas un cadeau de l'Incontestable, c'est toi qui les a achetés ? C'est une gentille attention, et ça peut être servir pour la prise de contact... Et on...
Je m'interromps brusquement, comme si quelqu'un avait appuyé sur pause. Je viens de me rendre compte de deux choses, et je ne sais pas laquelle me gêne le plus.
- Heu.. je m'aperçois que... ... Tu ne me regardes pas beaucoup, tu garde la tête baissée... Il y a une raison particulière ? ... ... ... et... et autre chose... Tout à l'heure, tu as mentionné cinq chambres ? Je n'en a vu que 4 à l'étage, où est... ...
Je me tourne un peu et désigne la porte donnant sur le salon.
- Je n'ai pas été visiter cette porte, là... Je ne voulais pas passer trop près de toi et te réveiller par accident... Il y a encore une chambre ?

Pourquoi y a t-il 5 chambres ?
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau Départ
Je connais maintenant les prénoms des triplés, je les répète doucement à haute voix pour me les mettre en tête.

-Ginko, Midori et Okiko…

Il n’y à qu’à voir le visage d’Heero quand il parle de ses filles pour comprendre à quel point il y est attaché. Oublier leurs prénoms serait malvenu. Il va falloir que je trouve un moyen mnémotechnique et que je note ça quelque part.
Je suis rassurée de savoir qu’elles ne seront jamais habillées pareil, qu’elles auront même des initiales sur leurs vêtements. S’il prend une telle précaution je suppose que ce doit être des jumelles identiques ce qui m’intimide encore un peu plus.

Je me rapproche de lui quand il me montre des photos d’elles sur son portable. Elles se ressemblent effectivement comme trois gouttes d’eau. J’ai du mal à croire que d’ici vingt-quatre heures elles feront partie de ma vie.

-Elles sont adorables.

Être si proche d’Heero me fait frémir. Je ne réalise toujours pas complètement que c’est mon mari et que nos destins sont liés jusqu’à la fin de nos jours. Pourtant, il a l’air gentil, bienveillant et doux. Il est surtout très à l’aise. Il me parle facilement et beaucoup. Je dois avoir l’air d’une parfaite idiote incapable d’aligner deux mots à côté de lui. Je me rends soudain compte que je n’ai pas pris mes médicaments depuis hier. C’est certainement une des raisons qui fait que j’ai tant de mal à gérer mon stress. Mais je ne veux pas prendre mes cachets devant lui. Il est peut-être un peu trop tôt pour lui apprendre que sa femme est sous anti-dépresseurs. Je sais que beaucoup de gens ont une opinion très négative de ceux qui ont besoin de prendre ce genre dé médicaments.
L’occasion de m’isoler pour aller les prendre se présente quand Heero déplace son perroquet.

-Je reviens, je passe juste par la salle de bain pour aller me rafraichir.

Je me rends donc dans la salle attenante à notre chambre et m’enferme. J’en profite pour souffler un bon coup. Ce départ n’est pas si mal finalement. Mais je dois faire des efforts pour avoir plus de conversation.
Je me frotte le visage avec de l’eau et une serviette pour enlever les résidus de maquillage que j’ai au coin des yeux et me refait un trait discret de liner après avoir mis un far à paupière léger. Ce n’est pas parfait mais j’ai tout de même meilleure mine qu’avant et je ne veux pas le faire attendre trop longtemps. Je prends deux nozinans et un demi lorazépam avant de le rejoindre dans la cuisine où le couvert est déjà mis.

-Désolée j’espère que je n’ai pas été trop longue.

Alors qu’il me tend les assiettes pour m’aider à servir le repas, il me pose tout à coup mille questions. Pourquoi n’a-t-il pas vu mes affaires dans la maison, suis-je à l’origine des cadeaux déposés dans les chambres des filles, pourquoi je ne le regarde pas en face et enfin quelle est cette pièce dont je viens de sortit.
Un peu prise au dépourvue je ne sais pas par où commencer. Peut être par le plus pénible.

-Je suis timide, j’ai toujours été timide et puis… Je voulais tellement que notre rencontre se passe bien mais j’ai l’impression de tout faire de travers depuis que tu es arrivé. Je ne sais pas ce que tu peux penser de moi. Me trouver endormie devant la télé à dix heure et demie passée un lundi…


Je fini tout de même de servir les assiettes en y rajoutant du riz et les pose sur l’ilot.

-C’est bien moi qui aie apporté les jouets. En visitant la maison je me suis douté que tu avais des enfants et je me suis dis que s’ils me rejetaient, tu me rejetterais aussi. Alors je me suis dis que peut être, avec des cadeaux…

Dit comme ça cela ressemble presque à un pot de vin.

-Enfin je veux dire… Tu m’as comprise.

Enfin je l’espère. Je ne sais quoi ajouter de plus. Je marque une pause un peu gênante avant d’ajouter en désignant du menton la porte dans le salon :

-Cette porte c’est une grande chambre. Je pense qu’on peut dire que c’est notre chambre. En tous cas c’est la plus grande, et il y a une salle de bain qui donne dedans. Enfin… Tu dois t’en douter puisque tu viens de me voir y aller.



Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Donc c'est timide, bien, je m'en souviendrais.

Mais notre rencontre ne se passe pas si mal, j'ai l'impression. Bon, je savais que les femmes parlaient beaucoup, je suis avec une exception... C'est moi qui parle beaucoup, mais je pense qu'elle se rattrapera une fois qu'elle sera bien en confiance. J'ai un sourire amusé.
- Ne t'en fais pas, je trouve que cette rencontre se passe assez bien. On a tous les deux envie de se connaître, c'est encourageant pour la suite. Etre endormie devant la télé... Moi ça ne me choque pas. On dort si on a besoin, c'est tout. D'ailleurs, si cela m'avait dérangé, je t'aurai réveillé, tu ne crois pas ?  Quand aux jouets, c'est une bonne idée. Montrer aux enfants que tu t'intéresses à eux, ça aide à créer un lien. Ca ne suffira pas, mais c'est un bon début. J'ai vu qu'il n'y a pas de jouets en double, je ne sais pas si c'est exprès, mais là aussi c'est très bien. Les filles auront chacune leur jouet... Moi je trouve que c'est très bien. Il suffit de continuer comme ça. Qu'en penses tu ?
En effet, je ne m'embarrasse pas de ce genre de convenances, si Hanna avait sommeil, alors elle a dormi, peu importe l'heure...

Par contre, je ne m'attendais pas à une autre chambre. L'Incontestable veut il que nous ayons un enfant ? Il est vrai que les mariages ont cette finalité. Mais cela fait monter d'un cran mes peurs... Je ne vais pas lancer le débat, pas maintenant, mais il faudra bien, un jour, que j'explique tout à Hanna.
- Alors... en réalité, j'ai été absorbé par la mise en place de la table que je n'avais pas fait attention où tu allais. Donc... notre chambre au rez de chaussée, les enfants à l'étage. Très bien... Heu... J'ai vu qu'il y avait une chambre plus grande que les autres, en haut. Je croyais que c'était la notre, mais... J'y mettrais bien les triplées, elles dorment encore dans la même pièce. A moins que tu avais prévu autre chose pour cette pièce ? D'ailleurs, il va falloir acheter des meubles, un peu en urgence pour ranger les vêtements des triplées... Dans ma précédente demeure, toutes les armoires étaient intégrées aux murs.
Je recommence à parler beaucoup, là. J'espère que cela ne fait pas peur à Hanna. Je devrais aussi préciser que nous ne sommes pas obligés d'acheter les autres meubles aujourd'hui.

- Et il y a aussi ton déménagement à organiser, tu n'en as pas parlé...
La fin du repas me donne un autre prétexte de ne pas m'attarder sur le sujet de cette cinquième chambre. Je commence à débarrasser la table, et j'ai dans l'idée de faire la vaisselle à deux pour remplir l'Activité Journalière, mais mon portable vibre. Et l'écran de la télévision s'allume. Ce qui s'affiche, je le connais que trop bien, mais le texte me surprend un peu...
Nouveau départ 6tal
Une partie de Mortal Combat ? Heureusement qu'il est très connu, sinon je n'aurai jamais deviné ce que c'était. Le gros problème, c'est que je n'ai jamais joué à un jeu vidéo depuis... ma scolarité ?
- Alors, j'allais te remercier pour ce très bon repas, mais l'Incontestable m'a un peu coupé l'élan... Heu... Mortal Combat, c'est bien un jeu vidéo ? Je n'ai pas de console de jeux, et encore moins joué à ce jeu... Et toi ?

Je sens qu'on est bon pour courir à un magasin, puis que je vais perdre la première partie de ma vie...
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau Départ
Il est moins exigeant que Karl ou que mon père. Eux m’aurait sermonné pour avoir paressé toute la matinée. Mais étrangement, ça me met mal à l’aise. Son comportement va à l’encontre de tout ce que je connais. Peut être parce qu’il est père célibataire depuis trois ans. Ca a du le changer en tant qu’homme. Il est peut-être débordé par ses filles et a prit l’habitude d’être plus coulant. Mais je ne veux pas qu’il me voit comme une petite fille à qui on peut laisser passer quelques bêtises. Je suis sa femme je veux qu’il me voit comme telle. Jusqu’ici je ne me suis pas montrée sous mon aspect le plus désirable. Il va falloir que je change ça et vite.

Ou alors, il faut peut-être que j’appuie d’avantage sur le rôle de la belle mère parfaite. Il a l’air particulièrement touché des cadeaux que j’ai acheté. Les filles auront largement de quoi se partager les jouets, il y en a bien une bonne dizaine. Je ne sais pas vraiment s’ils correspondent à leur tranche d’âge, on verra bien… Il m’a dit qu’il y en avait une sportive, j’ai acheté un ballon cela devrait convenir. Pour celle qui aime lire j’ai bien du prendre deux ou trois livres je ne me rappelle plus très bien. Et pour la dernière… J’espère qu’elle trouvera son bonheur. J’ai acheté une boite de kaplas. Des planchettes de bois pour construire toute sortes de choses. C’était mon jouet préféré quand j’étais enfant. Mais j’ai peur qu’elles soient un peu jeunes pour les apprécier.

-J’avais peur que tu ne me dises que c’était trop les gâter. Je suis rassurée. On verra bien leur réaction demain. Je serai à la maison toute cette semaine. J’ai prévenu mon employé que je ne viendrai pas à la boutique. Je ne savais pas quand tu arriverais et je voulais être sûre de pouvoir t’accueillir à la maison.

Même si maintenant que j’y pense, m’absenter toute la semaine alors que mon compte en banque est vide n’est peut être pas la meilleure idée. Je n’ose pas trop lui en parler et j’espère qu’Heero sera en mesure d’assurer les courses pendant quelques jours.
Et pour ce qui est de la répartition des chambres, je dois bien avouer que cela m’est égal. Les petites peuvent même prendre celle du rez-de-chaussée si cela peut faire plaisir à Heero. Ca fait plus de trois ans que j’habite dans un studio. Mon lit était juste à côté de l’espace où je cuisinais. Je suis déjà heureuse d’avoir une vraie chambre quelle que soit sa taille. Même si je dois bien avouer que l’idée d’avoir une salle de bain attenante me plait, ça serait la première fois.

-Non non, je n’ai rien prévu. Installe-les où tu penses qu’elles seront le mieux. Et pour les meubles on peut même faire ça cet après-midi si tu veux.

Je ne sais pas vraiment où on peut aller. J’ai toujours vécu dans des meublés. En plus pour les déplacer, je n’ai pas le permis. Ayant toujours vécu dans une grande ville je n’ai jamais jugé utile de le passer. Mais Heero avec trois enfants doit sûrement l’avoir. Et puis apparemment, il a les moyens de passer par un service de livraison. L’idée de partir à la chasse aux armoires ne m’emballe pas vraiment. J’aurai préféré d’autres activités pour apprendre à connaitre mon nouveau mari mais il est clair qu’il faut prioriser les petites.

-Ne t’en fais pas pour mon déménagement. Mon ancien propriétaire doit me faire parvenir mes affaires. Je n’ai pas grand-chose, ça ne prendra pas trop de place.

Mes vêtements, quelques livres, quelques souvenirs, rien de plus. Mes anciens logements étaient toujours équipés de tout ce dont j’avais besoin. En plus, mon studio était tellement petit que je ne voulais pas l’encombrer de trop d’objets inutiles.
Heero commence à débarrasser la table. Je n’ai même pas le temps de protester -ce n’est pas à lui de faire ça- que j’entends nos deux portables vibrer en même temps et j’aperçois l’écran de la télé s’allumer. Je me fige. Je sais parfaitement ce que ça veut dire. L’incontestable est bel et bien de retour dans ma vie.

Je sors prestement mon téléphone de ma poche et lit le message.

Qu’est ce que c’est que… Heureusement qu’Heero me dit qu’on parle d’un jeu vidéo parce qu’avec un nom pareil il y a de quoi se poser des questions. Ce n’est pas la première fois que je reçois des ordres étranges mais le nom de ce soit disant jeu me met hors de moi et je trouve cette injonction particulièrement stupide. Cependant, hors de question que je désobéisse.

Je bondis, j’attrape mon sac et commence déjà à enfiler ma veste.

-Je ne sais pas ce que c’est que ce « Mortal Kombat » mais si l’incontestable veut qu’on y joue on y joue. On a qu’à aller dans un game center ils doivent bien avoir ça non ? Viens, on y va maintenant s’il te plait. Je ne veux pas qu’on ait des problèmes.

J’aime avoir un intérieur impeccable mais pour le coup la vaisselle peu attendre. Je sais bien qu’on a un délai de quelques heures mais je ne veux prendre aucun risque.
Je trépigne sur place. Mon regard suppliant allant de Heero à la porte d’entrée. Il risque de ne pas comprendre mon impatience. Un jour je lui parlerai du camp de redressement, mais pas tout de suite, c’est trop tôt.

Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Une pile électrique.

Je suis marié à une pile électrique... Il n'y a qu'à voir tout ce qu'elle a fait : les courses, la cuisine, les cadeaux pour les enfants, et maintenant cet empressement à obéir à l'Incontestable... Elle a trop dormi ? Le bon point dans cette histoire, c'est qu'elle est pro-Incontestable tout comme moi. Nous n'avons donc rien à craindre de la Milice ni du Centre de Redressement. Je reste interdit, puis je me dirige vers la cuisine avec l'intention de finir la vaisselle.
- Bon, on a tout le temps, chercher une console ne...
Hanna m'interrompt, je la vois se préparer pour sortir. Sans finir la vaisselle ? Mhhh... Ce n'est pas mon habitude, il faudra que je lui demande si elle fait souvent cela, et qu'on en discute. J'hésite quand même, faire la vaisselle ne prendra pas longtemps. Mais pour cela, il faudrait qu'on se dispute... Est ce que cela en vaut vraiment la peine ?
- D'accord, laisse moi une minute...
Je ne m'apprête pas tout de suite, je vais près de l'écran. Première interface avec le foyer, j'y enregistre mon mobile et installe quelques options de base, notamment l'ouverture à distance du garage. Il me sera inutile de descendre de voiture, un gain de temps...

J'attrape ma veste et je m'approche d'Hanna
- Oui, oui, on y va... Mais tu sais, on a 12 heures pour exécuter un Ordre, on a tout le temps de chercher une console, ou une salle d'arcade... Voir de finir la vaisselle. Je suis d'accord sur un point, plus vite c'est fait, mieux c'est. Ah, très bonne idée d'aller dans une salle d'arcade, je n'étais pas trop enthousiaste pour acheter une console.
J'ouvre la porte pour laisser sortir Hanna devant moi, puis je sors avant de fermer la porte. J'indique à mon épouse la voiture garée en face, format familiale avec un grand coffre. Je vais ouvrir la porte passager pour laisser Hanna s'installer. Je suis un peu songeur.
- Je crois savoir où aller... Lorsque j'étais étudiant, des camarades allaient souvent à une salle d'arcade, Mikado... Je crois pouvoir la retrouver.
Je vais m'installer au volant.
- C'est à Shinjuku, près de Takadanobaba. Oui, c'est ça... Tu as une autre idée ? On y va ?
A partir de chez nous, on met une bonne demi-heure car il y a un peu de circulation. Je fais ensuite un effort de mémoire, car c'était surtout mes camarades qui allaient dans cette salle d'arcade.

Heureusement, elle est très connue, si bien qu'on la trouve facilement. Pour la voiture néanmoins, je dois la laisser dans un parking plus loin, ce qui nous fait marcher 5 minutes. J'observe Hanna, surveillant si elle se détend ou au contraire reste stressée. Je ne vois pas ce qui peut la stresser d'ailleurs, c'est un ordre simple, et qui n'a pas beaucoup de conséquences. Et il nous a donné un autre point commun entre nous : nous ne sommes pas fans de jeux vidéos. La preuve, aucun de nous n'a de console. J'ouvre la porte de la salle d'arcade, et je laisse entrer Hanna pour la suivre... dans un endroit incroyable. Je m'attendais à trouver les consoles dernières génération, de la réalité virtuelle ou augmentée, des lumières partout... J'ai l'impression d'être dans une salle du siècle dernier. Après avoir acheté des jetons, je fais lentement le tour, regardant les jeux en démo sur les écrans et la partie en cours des joueurs présents. J'ai aussi l'impression d'être un parent à la recherche de son enfant, la moyenne d'âge ici est... très moyenne ? Mais enfin le jeu que nous devons faire se dévoile.

- Heu... Je n'ai jamais joué... On fait chacun une partie d'entrainement ?
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau Départ
Une minute d’accord mais pas plus. L’incontestable me terrorise. Je ne veux prendre aucun risque. On ne sait jamais. Il peut se passer n’importe quoi qui nous mettrait en retard. Un accident, des routes bloquées, une pénurie de ce fichu jeu que sais-je ! Une chose de sûr c’est que même avec deux jambes cassées je jouerai à ce « Mortal kombat » avant même de penser à aller à l’hôpital. J’ai déjà eu un avertissement. Et quel avertissement… Je n’en ai plus qu’un. Le suivant et ce sera… Je n’ose même pas y penser.

J’attends Heero à côté de la porte d’entrée en trépignant d’un pied sur l’autre. Heero lui prend son temps. Il est près de la télé et il configure je ne sais quoi avec son téléphone. Il ne peut pas comprendre pourquoi je suis si inquiète mais malgré tout cela m’agace beaucoup. J’attrape mon bras et enfonce le peu d’ongles qui me reste dans ma peau pour essayer de me calmer. Je me rends bien compte que mon empressement est irrationnel mais c’est plus fort que moi. Cela fait tellement de temps que je n’ai reçu aucun ordre de l’incontestable. J’avais oublié l’état dans lequel cela me mettait.
Subrepticement, des images du centre de redressement me reviennent en mémoire. Je secoue la tête pour les chasser. Si je me laisse envahir par mes souvenirs je vais partir en crise de panique et nous prendrons du retard. Ce n’est vraiment pas le moment.

-Je te promets de la faire en rentrant la vaisselle. Elle n’ira nulle part. S’il te plait… Je veux en finir vite.

Mon ton n’est pas agressif pour un sou. Il est au contraire, tout comme l’expression de mon visage, suppliant.

Enfin, nous sortons de la maison. Comme je m’en doutais, Heero a une voiture. On ira plus vite qu’en transport en commun. D’autant plus que dans ce quartier résidentiel, la bouche de métro la plus proche doit se trouver à au moins dix minutes de marche.
Galant, il m’ouvre la portière côté passager. C’est la première fois que j’ai le droit à ce genre d’attention et je me sens soudain envahie d’un élan d’affection pour mon mari. Je m’en veux des sentiments d’agacement que j’ai eu à son égard quelques minutes plus tôt. Je m’installe, un peu honteuse, le visage bas pendant que lui-même prend le volant.

-Je te fais confiance. Je n’ai jamais vraiment trainé dans ce genre d’endroit.

Trop de lumières, trop de gens, trop de bruits.

-Je suis désolée c’est juste que… Non, il est trop tôt pour en parler. Je veux juste qu’on soit en sécurité.

Je reste silencieuse le reste du trajet, ne pouvant empêcher mon pied de battre nerveusement le sol de l’habitacle.
Je ne sais pas comment lui expliquer ma réaction. Je dois passer pour une folle. Mais un ordre de l’incontestable sera toujours ma priorité numéro une. Aussi dur ou stupide soit-il. S’il m’avait demandé de masser les pieds de mon mari comme il me l’avait déjà demandé pour Karl, je suis quasiment certaine que je me serai jetée sur lui pour lui enlever ses chaussures dans la seconde. Je sais que je dois travailler là-dessus. J’ai hâte d’avoir ma prochaine séance avec ma psychologue pour lui en parler.

Nous nous garons enfin. Sur le trajet qui sépare la voiture de la salle, je prends sans m’en rendre compte la main de Heero pour le forcer à accélérer le pas. J’ai presque envie de courir mais je me contente de marcher vite. Je ne m’aperçois de ce premier contact physique qu’une fois arrivée devant la porte d’entrée. Le visage écarlate, je lui lâche la main. J’espère qu’il ne l’a pas mal pris.

L’intérieur est exactement comme je l’avais imaginé : bruyant. Je me laisse guider par Heero qui a l’air de connaitre un peu mieux que moi cet univers. Nous nous arrêtons devant une borne affreuse, recouverte de personnages en sang. Je grimace. J’ai horreur de ça.

-Non non non ! Il faut qu’on fasse cette partie ! On pourra s’entrainer pour en refaire après si tu veux !

J’espère qu’il ne le veut pas. Nous n’avons même pas encore commencé que la cinématique qui passe en boucle à l’écran me met déjà très mal à l’aise. Je déteste la violence.
Nous nous installons l’un à coté de l’autre après avoir inséré un jeton dans la borne. Je choisi un personnage tout à fait au hasard et quand la partie débute, je me contente d’appuyer frénétiquement au hasard sur tous les boutons.
Je déteste de ce que j’ai sous les yeux. Encore une fois, de mauvais souvenirs tentent de refaire surface. Je ne sais trop comment mais nous sommes à une manche partout. La dernière est trop pour moi et je ferme les yeux le temps qu’elle se termine. Quand je les rouvre, je constate que j’ai perdu. Je m’en fiche totalement. Au moins, nous avons respecté ce qui nous était demandé. Je n’ai plus qu’à attendre de savoir ce qu’Heero va me demander de faire mais je doute qu’il fasse quoi que ce soit de mauvais pour moi.

Tremblante, encore sous le coup de l’émotion je respire un grand coup pour me calmer.
Alors que nous sommes encore tous les deux assis devant l’écran, j’ose à nouveau prendre la main de mon mari, avec beaucoup de tendresse cette fois ci.

-Excuse-moi, Heero… Merci d’être venu ici avec moi si vite. Ca fait des années que je n’avais plus eu à faire à l’incontestable et… Il me fait peur.

Voilà c’est dit. Il faudra bien sûr que je lui en dise plus mais pas tout de suite.


Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Un contact physique ?

C'est encourageant, ça me fait plaisir, mais je m'interroge tout de même. Hanna réagit vivement, puis s'impatiente, elle s'approche de moi puis recule avec un air gêné... Je ne sais pas trop comment interpréter tout ça. Et elle est si concentrée sur l'Ordre que je ne pense pas pouvoir lui parler tout de suite. D'un autre coté, on a toute la vie pour parler, non ? Et évitez les blagues stupides sur les sautes d'humeurs féminines, svp... J'ai refermé ma main sur la sienne, mais sans la serrer, juste assez pour que nos mains ne se séparent pas à cause de rester molles... Une fois dans la salle d'arcade, je suis néanmoins sûr d'une chose : Hanna n'est pas du tout à l'aise parmi tous ces jeux. Et il ne m'est pas difficile de voir son air dégouté devant une introduction où se succèdent plusieurs combats. Mais avec un nom comme Mortal Combat, le type de jeu était facile à deviner. Déduction : Hanna n'aime pas du tout la bagarre. Je pourrais dire qu'un match de volley est une bagarre, d'ailleurs je le vois comme un défi à remporter à chaque fois... Est ce que mon métier ne plait pas à mon épouse ? Encore un sujet de discussion à avoir.

Hanna ne veut pas d'entrainement, c'est donc deux débutants qui vont s'affronter. Cela ne me dérange pas, mais j'aurais bien voulu comprendre le minimum des commandes. Je choisis au hasard un personnage, un type avec un très large chapeau du nom de Raiden. Et qui s'avère maitriser la foudre. Bien sur, on voit ça tous les jours, n'est ce pas ? La seule question que je me pose, c'est doit-on faire un seul combat ou plusieurs ? Ne connaissant pas grand chose, j'appuie au hasard sur les boutons, et j'offre mon personnages aux coups de son adversaire. A croire que je préfère subir les coups plutôt que les donner... Il est rare que je perde un match, mais là ce n'est qu'un jeu... ... je crois.
- Bon, ça a été... ... ah, ça recommence.
En effet, il y a plusieurs manches. Cette fois, je teste les contrôles, et la partie tourne à mon avantage lorsque je comprend comment effectuer les parades. Je donne encore des coups dans le vide, mais j'ai l'impression que Hanna n'a pas cherché comment jouer, son personnage est toujours aussi peu coordonné.

Je remporte ce second combat avec moins d'un quart de ma barre de vie.
- Un partout... je pense qu'on va avoir une manche de plus.
Et c'est bien ce qui se passe. Néanmoins, je note que, encore une fois, Hanna ne contrôle pas du tout son personnage. Quand à moi, j'ai pu progresser un peu, alors c'est sans problème que je remporte cette troisième manche. Je relève les yeux pour constater qu'Hanna a les siens fermés. Elle n'a même pas cherché à jouer, et m'a donc laissé gagné. Bon, je pense que l'Ordre a bien été exécuté, mais je n'aime pas trop cela. Si Hanna ne se bat pas dans un jeu, se battra  t-elle dans la vie ? Ce n'est pas comparable à première vue... Je sens Hanna me reprendre la main, et cette fois ci je pense que c'est vraiment volontaire, non pas un réflexe comme tout à l'heure. Je referme doucement ma main, toujours sans trop serrer.
- Cela fait longtemps aussi que je n'avais pas reçu d'Ordre... Mais je ne vois pas ce qui te fait aussi peur. Enfin, pour cet Ordre là. Enfin, tout va bien, on l'a fait.
J'hésite un peu, puis je me lève doucement, invitant mon épouse de me suivre.

- Je te propose de marcher un peu... Peut être prendre un thé quelque part. Discuter dans cette dalle de jeux.. Mhhh... ça ne me dit pas grand chose.
Parce que oui, il faut qu'on discute un peu. De mon coté, je reste tellement zen que ça peut effrayer -ma soeur Moko m'en fait parfois la remarque- et de plus il faut que je me réhabitue à parler avec une épouse. J'aurais pu briser le silence en voiture, par exemple. Et je suis prêt à parier que Hanna a vu d'autres choses.
- Je sais que j'ai un ordre à te donner, mais j'y réfléchis... Je ne voudrais pas dire quelque chose que tu n'apprécierais pas, et comme on se connait encore peu, ce n'est pas facile. Mais je vais trouver.
Alors, oui, je pourrais facilement abuser de la situation... Comment ne pas y penser, si près d'une jolie épouse ? Mais franchement, cela serait très négatif pour la suite ! La petite promenade me permet de rassembler des idées, car nous n'avons pas loin à aller. Un petit salon de thé, avec une terrasse séparée de la rue par une haie, un cadre plus agréable que la salle de jeux, et moins anxiogène que la maison.

De plus, autant profiter de l'absence des triplées. J'invite Hanna à s'assoir à une table.
- Je vais chercher des boissons, que veux tu ?
Une fois la réponse obtenue, je vais passer commande d'un grand café pour moi, de la boisson pour Hanna et de petites viennoiseries à la française. J'apporte le tout servi sur un plateau et m'installe à mon tour.
- J'espère que tu vas apprécier, cette mode à la française s'est beaucoup étendue... Bon, j'ai l'impression que cette première journée se passe assez bien. Mais j'ai noté ton impatience sur cet Ordre. Tu sembles parfois t'approcher de moi, comme me prendre la main par habitude, puis en être gênée... Alors... je ne peux pas te demander de t'expliquer, mais saches que tu peux m'en parler quand tu veux. Je sais que j'ai l'air souvent nonchalant, mais l'Incontestable m'a... assez comblé jusque là. Je ne pense pas qu'il se trompe en nous unissant. Je suis assez confiant. Aussi, si tu as des remarques sur mon comportement, ou des questions, n'hésite pas. Je te promet de te répondre.
Il reste un dernier détail, l'ordre que je dois lui donner pour avoir gagné la partie de jeu.

- Pour l'ordre que je dois te donner... Je pense qu'il va être un peu étrange mais que tu devrais apprécier. Voila : nous allons aller dans de grands magasins, et tu devras choisir la tenue ou la robe la plus jolie que tu aimerais avoir. Ca te convient ?
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau départ
Il sert doucement ma main dans la sienne. Je frémie. Il n’est pas énervé, il n’a même pas l’air en colère malgré mon comportement pressant. Je n’aurai jamais cru avoir la chance qu’on me donne un mari si doux. On aurait pu croire qu’un sportif serait plus impulsif mais j’ai l’impression que ce n’est pas son cas. Je savoure ce contact. L’avenir sera peut-être meilleur que ce que j’imaginais.
Ne sachant si l’ordre qu’il doit me donner et l’exécution de celui-ci sont eux aussi soumis au timing des douze heures je préfèrerais qu’on se débarrasse de ça maintenant mais il a déjà tellement été patient avec moi que je ne dis rien et accepte volontiers son invitation. D’autant plus que j’ai moi aussi envie de discuter ailleurs que dans ce capharnaüm.

Dès que nous sommes dans la rue, je reprends timidement sa main. Il a eu l’air d’apprécier tout à l’heure, et ça m’a beaucoup plu à moi aussi. D’ici ce soir, il faudra que l’on se soit embrassés alors autant apprendre à nous toucher dès maintenant. Pendant que nous marchons, je lui jette de discrètes œillades. Si j’ai la chance d’avoir un mari calme et doux, je dois aussi reconnaitre qu’il est beau. Je ressens une certaine fierté à me balader ainsi avec lui, main dans la main, aux yeux de tous.

Nous prenons place sur la terrasse d’un salon de thé. J’espère qu’ils servent autre chose… Je ne crois pas qu’il ait remarqué que je n’ai pas bu ma tasse tout à l’heure, mais maintenant, aux vues des réactions qu’il a eues jusqu’ici, je n’ai plus peur de lui avouer la vérité.

-En fait… Je n’aime pas vraiment le thé. Je veux bien une tasse de chocolat chaud s’ils en ont s’il te plait.

Le temps qu’il aille chercher les boissons, j’observe autour de moi. L’endroit est très élégant. Typiquement le genre d’établissement que je n’ai jamais osé fréquenter de peur de payer une note trop chère. Nous n’avons pas encore évoqué la question de l’argent mais la taille de la maison qui nous a été fournie me fait penser que Heero gagne bien sa vie. Je ne lui ai pas encore demandé à quel niveau il jouait. Cette petite pause va être l’occasion de faire un peu plus connaissance. De plus, je me sens un peu plus détendue. Je devrai avoir un peu plus de conversation que tout à l’heure. En tous cas je l’espère.

Il revient avec nos deux tasses et un plateau de pâtisseries que je ne connais pas. Des pâtisseries à la française ? Cet endroit est encore plus chic que je ne le pensais.
Comme je n’ai rien mangé depuis deux jours hormis le repas de tout à l’heure, je n’hésite pas à piocher dedans et croque dans une sorte de pain beurré dans lequel il y a deux barres de chocolat. C’est délicieux. Pendant ce temps, Heero résume le début de notre journée.
Je devais m’y attendre, mais il a un peu de mal à comprendre certains aspects de mon comportement.

-Oh non je n’ai aucune remarque à te faire. Et en ce qui me concerne… Tu sais, depuis que j’ai reçu la lettre je suis morte de peur. Mon premier mariage… Ne s’est pas très bien passé. Et si ça devait recommencer je…

Je préfère ne pas continuer. Il faut que je parle de choses plus joyeuses. Je ne veux pas qu’Heero pense qu’il est uni à une dépressive hystérique.

-Mais maintenant que je te vois, je suis confiante moi aussi.

Je lui souris. C’est vrai que jusqu’ici il ne m’a donné aucune raison de me méfier de lui. L’ordre qu’il me donne ne fait que confirmer cette pensée.

-C’est l’ordre le plus gentil qu’on ne m’ait jamais donné.

Mais pour le moment, et contrairement à mon instinct qui me pousse habituellement à prioriser avant tout les ordres de l’incontestable, j’ai envie de profiter de ce moment en terrasse tous les deux. Timidement, comme pour le remercier et pour faire comme dans les séries à l’eau de rose que je regarde souvent, je prends une petite viennoiserie et l’approche de sa bouche pour le faire manger.

-Tu m’as dit que tu faisais du… volley c’est ça ? Dis m’en plus, ça fait longtemps ? Tu joues à quel niveau ? Régional ? National ?


Je me rappelle y avoir un peu joué au lycée. J’aimais bien mais je n’étais pas très doué. Ma petite taille n’aidant en rien. Je m’imagine presque déjà aller le voir jouer, acclamer mon mari depuis les gradins. Peut être même accompagnée des filles, si elles m’acceptent.

-Mon métier doit te sembler ennuyeux à côté mais… Ca me ferait plaisir de te montrer ma boutique un jour.

Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Aucune remarque, vraiment ? Ca va venir...

On picore doucement dans le plateau de viennoiseries, j'en mange peu car c'est très calorique, pas très recommandé pour mon corps d'athlète. Et avec les triplées, j'évite aussi car elles voudraient essayer... et il ne m'en resterait pas ! Les filles sont encore un peu jeunes pour les viennoiseries. D'ailleurs, il va falloir que j'arrête de parler d'elles par "les filles" car Hanna est présente maintenant. Ce n'est pas correcte de l'inclure dans les filles, quoiqu'une femme est toujours ravie d'être rajeunie. Mais là, c'est vraiment trop rajeunie ! Une habitude à prendre, ou à reprendre, selon le point de vue. Le cadre ici est très agréable, je ne m'attendais pas à ce lieu, le hasard fait bien les choses... Un lieu grâce auquel, je crois, Hanna commence à se détendre. Son aveu est important, mais j'ai l'impression qu'elle n'a pas conscience de cette importance. Son premier mariage ne s'est bien passé. Je comprend mieux ses sautes d'humeur. Néanmoins, je ne peux qu'espérer que le notre se passe mieux. Le début tend vers un mieux, mais nul ne connait le futur. Et il y a un test important demain, qui peut tout changer... Essayons de ne pas trop y penser, profitons de l'instant présent.

J'ai un haussement de sourcil, agréablement surpris par sa spontanéité, je m'approche pour croquer un petit bout de croissant.
- Mhh.. celui ci a une saveur toute particulière...
J'ai un sourire, puis je repars dans la contemplation de mon épouse. C'est indéniable, elle se détend vraiment et si elle n'a pas de remarques à me faire, elle n'hésite pas à poser des questions. Bon, après son gentil geste, faire le même a l'air d'une simple copie, mais je lui présente quand meme un croissant de bon coeur. Mhhh.. Qui a dit pathétique ?
- Oui, bien sur, tu m'emmènes à la boutique quand tu veux. Et... heu... on va peut être reprendre du début...
Je pose une main sur une des siennes.
- Je suis désolé que ton premier mariage ait été difficile. Je ne peux te promettre comment le notre sera, mais je peux, et je le fais, je te promet de tout faire pour qu'on soit tous heureux. Et ce début donne beaucoup d'espoir, surtout depuis que tu souris. Pour l'ordre, j'avoue que je n'avais pas beaucoup d'idées... Un jour, ma soeur a dit qu'on apprenait beaucoup d'une personne par sa garde robe...

Ou quelque chose comme ça.
- Au fait, as tu de la famille ? Des frères ou soeurs ? Pour répondre à tes questions.. Je suis un peu amusé, car l'année dernière, j'ai participé aux Jeux Olympiques. J'ai commencé le volley à 8 ans, et depuis j'ai participé à 4 Jeux Olympiques... Donc équipe nationale, tu t'en doutes.
J'ai un soupir, et je jette un coup d'oeil au ciel, avant de revenir sur Hanna.
- Je pourrais en parler pendant des heures... Je suis assez connu, mais apparemment tu ne suis pas le volley et pour moi... c'est reposant. Tu me rencontres sans aucun à priori, aucune idée préconçue. Tu me découvres entièrement, réellement. C'est soulageant, merci.
Si elle avait suivi ma carrière, elle aurait eut une image faussée, incomplète par les reportages, et donc elle aurait du faire un effort pour désapprendre avant de me découvrir réellement. A ce qu'il paraît, on est souvent déçu en rencontrant une idole. Je lui rend sa main, j'allais oublier que je la lui tenait.
- Et je ne pense pas que fleuriste soit ennuyeux. Il faut connaître beaucoup de variétés de fleurs, avec leurs spécificités... Tu les fait peut être pousser dans un champ ou une serre... Chaque métier a ses difficultés, ses contraintes... Je ne pense pas que l'un peut être plus ennuyeux qu'un autre. Tu veux bien m'en parler ?

Pour moi, tant que Hanna aime ce qu'elle fait, tout va bien.
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
— Just Married —

Messages postés :
22

Inscrit.e le :
21/01/2022


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Heero Kyomizu
Autre:
Nouveau départ
Il a eu l’air d’apprécier mon geste car il le répète. Mes joues teintées de rouge vif, je ne peux m’empêcher de glousser un peu avant de croquer dans la viennoiserie qu’il me présente. C’est la première fois que j’ai ce genre de gestes avec quelqu’un. Et pourtant nous nous connaissons depuis quelques heures à peine. J’en arrive presque à oublier mes appréhensions, l’incontestable et les triplés un bref instant.
Certains de nos voisins de table nous lancent des coups d’œil. Peut être nous trouvent-ils ridicules mais cela m’est bien égal. Voilà qu’en plus c’est lui qui rend cette fois l’initiative de poser sa main sur la mienne. L’aurait-il fait si je n’avais pas fait le premier pas avant ? Je l’espère.

Bien sûr, évoquer mon ancien mariage gâche un peu le romantisme de cet instant mais heureusement ni moi ni Heero ne nous attardons sur le sujet. On doit se tourner vers l’avenir, notre avenir à tous les deux. Enfin devrai-je dire… A tous les cinq.

Et voilà que j’apprends que je suis mariée à un champion olympique.  Un champion connu de surcroit. Je ne m’en serai jamais douté. Je n’y connais rien en sport, je serai bien incapable de citer ne serait-ce que le nom d’un seul joueur de l’équipe de baseball japonaise qui est pourtant ici le sport national.
Heureusement, il ne se vexe pas de mon ignorance. Au contraire, cela à presque l’air de lui faire plaisir. Je comprends mieux les œillades de nos voisins. Ce n’est peut-être pas nous qu’ils regardent mais lui. Je ne sais pas s’il l’a remarqué et je préfère ne rien dire.

-Je suis fille unique. C’est pour ça que je te disais que je ne me suis jamais occupée d’enfants. Je n’ai jamais eu de petit frère ou de petite sœur. Par conséquent, je n’ai pas de neveux et mes parents étant eux même des enfants uniques je n’ai même pas eu de petits cousins.

Je ne sais pas si je fais bien d’insister là-dessus. J’ai peur de l’affoler. La nouvelle belle mère de ses filles auxquelles il a l’air de tellement tenir, incapable de s’occuper d’elles. Mais comme il le disait, nous prendront le temps. Je compte bien me donner à fond dans cette entreprise.
A ce moment-là, il lâche ma main. Ce qui me permet de finir ma tasse de chocolat.

-En fait je ne cultive rien ou presque. J’ai des fournisseurs qui me livrent toutes les semaines, je ne fais que les vendre et prendre soin des plantes jusqu’à ce qu’elles trouvent acquéreur. Il y a bien une toute petite serre derrière la chambre froide mais on l’utilise peu. Elle ne reçoit pas assez de lumière. Je suis comptable à la base… C’est mon employé qui m’a appris presque tout ce que je sais. Je m’occupe principalement de gérer les finances même s’il faut bien mettre les mains dans la terre moi aussi.

J’allais appuyer le fait que la boutique est un héritage de Karl mais je lui en ai déjà parlé tout à l’heure et je ne veux plus qu’on parle de lui.

-En fait ce que je préfère faire c’est la composition florale. Créer des bouquets, des ensembles, et même les couronnes funéraires. Je prenais des cours d’Ikebana en option au lycée. Je n’imaginais pas à l’époque que cela me servirait autant.

J’ai envie de lui poser plus de questions sur lui. Nous avons déjà abordé son métier, je n’ai pas envie de parler des triplées pour le moment, je décide donc de me renseigner à mon tour sur le reste de sa famille.

-Et toi ? Tu n’as qu’une sœur ? Ou bien est ce que t…

Je m’interromps brusquement, aveuglée par un éclat de lumière. Je mets quelques secondes à réaliser que l’un de nos voisins qui nous observait depuis tout à l’heure a prit une photo de nous qu’il voulait discrète mais il a manifestement oublié d’enlever le flash de son téléphone. Désemparée, ne sachant comment réagir, je lance un regard interrogateur et emprunt d’une certaine détresse à Heero.

-Mais qu’est ce que….


Hanna Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
219

Inscrit.e le :
24/01/2018


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Hanna (Okama) Kyomizu
Autre:

Heero
Kyomizu

Hanna
Kyomizu

Jamais deux sans trois
Hanna a l'air d'apprécier ce petit geste tendre

Je ne suis pas très doué pour ce genre d'attentions, et copier son geste n'était pas le mieux. Cependant, elle apprécie, ses joues se colorant un peu, elle a même un rire léger. Bon, au moins, si elle se détend peu à peu, c'est qu'elle commence à prendre confiance. Je crois que c'était une bonne idée de ne pas avoir les filles le premier jour. Je l'écoute parler de sa famille, et je vois le fossé avec la mienne... Fille unique, de parents enfants uniques également... L'Incontestable a eut un raté, là... J'ai un sourire amusé à cette pensée. Par contre, en plus de devenir belle-mère, elle devient aussi cinq fois belle-soeur, et je ne sais pas si cela va la faire paniquer ou pas lorsque je lui parlerai de ma famille. Que je vois plusieurs fois par semaine. Encore une fois, nous prendrons notre temps pour intégrer Hanna dans la famille. Pour une fois, son métier sera plus compréhensible pour mes parents, qui considéraient auparavant que peintre et musicienne n'étaient que des amusements d'enfants. Je jette un coup d'oeil à ma tasse, la dernière gorgée n'ayant rien donné... Oh, j'ai déjà terminé mon café. Ainsi que les viennoiseries. A commander de nouveau ?

Je vais déjà attendre qu'elle termine de parler, je m'en voudrais de la couper dans son élan. J'avais posé la question, Hanna me présente donc son commerce. Elle l'a reçu en héritage mais visiblement elle n'y connaissais pas grand chose. Elle parle d'un employé, et non d'un associé. Est ce que être patron est la même chose qu'être entraineur ? Lorsque je changerai de métier, je poserai la question à mon épouse. Enfin, si je m'en souviens d'ici là. Je redresse la tête lorsque Hanna parle d’ikebana, l'ai toujours trouvé cela joli, mais sans jamais tenter d'en faire. J'ai l'impression que l'intérieur de la maison va être décoré régulièrement. Et ça intéressera les triplées. J'ai de nouveau un sourire amusé quand Hanna me questionne sur ma famille, mais nous sursautons brusquement, juste après un éclair. Je comprend de suite d'où est venu le flash, et je m'en moquerais bien... s'il n'y avait pas le visage effaré de mon épouse. Je lui reprend la main, tendrement.
- La rançon de la gloire... Je suis parfois reconnu dans la rue. Mais tu n'est pas habituée, alors je vais dire deux mots à cette personne, afin que d'autres n'aient pas la même idée. Je reviens vite.

Je me lève tranquillement pour aller près de cet apprenti paparazzi...
- Je crois que vous ne faites pas parti des habituels paparazzis... Vous travaillez pour quel journal ?
L'homme ouvre de grands yeux et bégaye qu'il n'est qu'un passant... J'ai un sourire amusé, je lui tend une main qu'il serre par réflexe.
- Oh, alors toutes mes félicitations, vous êtes le tout premier fan qui ne demande rien avant de prendre une photo... Si encore nous étions dans un événement... Même pas...
Autour de sa table, les sourires ont disparu. Aux tables alentours, il y a quelques ricanements... Sans un mot de plus, et surtout sans écouter le photographe, je reviens auprès d'Hanna. Situation réglée sans affrontement.
- Voila.. Je pense que personne d'autre n'osera prendre de photo, maintenant. D'ordinaire, avec une rencontre fortuite dans la rue, les fans demandent la permission. Les paparazzis, eux, font des photos de loin. Mais ce genre d'événement est de plus en plus rare, et si cela te gêne, je refuserai qu'on soit pris en photo. J'ai aussi vérifié rapidement la maison : une fois le portail fermé, on ne voit rien à partir de la rue, donc nous ne serons pas dérangés.

Je regarde la table, puis revient sur Hanna.
- Tu me demandais sur ma famille... Elle est un peu loin de la tienne. J'ai 3 frères et 2 soeurs. Je suis le 3ème, j'ai deux grands frères. Alors, je pense que te les présenter tous petit à petit sera mieux... Ma mère voulait venir dès aujourd'hui, mais je l'en ai dissuadé, elle est assez bavarde. Demain tu verras Moko, la plus jeune d'entre nous. Elle a 21 ans, Elle n'est pas mariée, elle a un garçon de 4 ans, et elle fait des études de... robot, informatique... Elle t'expliquera mieux que moi.
Je n'ai jamais su expliquer que Moko préparait une licence en sciences robotiques appliquées. C'est surement la plus ambitieuse de la famille... J'ai un regard interrogateur pour mon épouse.
- Ma famille ne se pose pas de questions, c'est logique que je te présente... Mais ce sera avec ton consentement. Si tes parents veulent me rencontrer... Je n'ai rien contre. Heu... ... Veux tu qu'on recommande quelque chose ? Ou l'on continue à... ... Oh, je sais... Jusque là, tu t'es contentée de me suivre... La salle d'arcade, ce café... Si on inversait les rôles ? Maintenant, je te suis, où que tu veuilles aller. Au bout du monde s'il l'envie t'en prend.

Quoique, j'aurais du proposer cet inversion après avoir acheté les meubles qu'il me faut pour les triplées...
Heero Kyomizu
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Voteur compulsif
A été voteur du mois
Abonné meetic
A posté une recherche de conjoint
Officiellement votre
A fini son premier RP mariage
Membre dynamique
A participé à un event RP
Explorateur
A fait des RPs dans trois endroits différents du forum
Comme un éclair
A terminé 5 RPs
Sociable
A fait des RPs avec 3 partenires différents
Aventurier
A fait un RP en dehors de Tokyo
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Si t'es sage, t'auras un badge
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum