Just Married
×
Le Deal du moment : -22%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
34.99 €

World Champion

Messages postés :
64

Inscrit.e le :
17/12/2021


Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire
Autre: Merci pour cette bonne idée et le design très fonctionnel.
Je crois que j’ai rougi…

Il faut dire que Mina est soudainement devenue bien plus entreprenante, comme si la première idée qu’elle s’était faite de moi à travers les vidéos de mes combats avait laissé la place à quelque chose de bien plus enthousiasmant pour elle. Et je dois bien avouer que cela me plait beaucoup, sa joie de vivre communicative, cette pointe d’espièglerie charmante et son joli sourire.

Je suis entrée dans ce café comme une âme en peine, comme une condamnée qui avançait vers l’échafaud et voilà maintenant que je me retrouve enlacée, deux bras possessifs entourés autour de ma taille, et une jeune femme craquante déposant des baisers sur mes lèvres à intervalles réguliers. A propos de çà, elle a des lèvres très douces, et le goût de sa bouche est de plus en plus enivrant, me faisant oublier ce mariage apparemment maudit. Savoir que je lui aurai surement plu en d’autres circonstances à quelque chose de gratifiant, et de rassurant aux vues des circonstances. Certaines contraintes seront bien plus simples à respecter que prévu initialement, et d’ailleurs nous ne nous privons pas pour satisfaire à l’une d’elle.

Nous embrasser.

Elle me fait rire en tout cas, en parlant de Mandales, Morsures et Arrachage de tibias, et je la trouve terriblement touchante lorsqu’elle parle de moi comme d’une louve blanche.

Alors quand elle m’a demandé si j’acceptais de rejoindre notre nouveau chez nous, et qu’elle a évoqué l’inspection de notre lit, j’ai senti le rouge me monter aux joues et jusqu’au bout de mes oreilles, surtout lorsqu’elle a commencé à croquer tendrement mes lèvres. C’était vraiment très agréable, et je l’ai embrassé de nouveau, mais cette fois-ci le baiser était bien plus sauvage et humide. La timidité de nos premiers baisers laissait doucement la place à quelque chose de plus intense, alors que je sentais le désir d’elle monter en moi. C’était vraiment très surprenant quand j’y repense, mais finalement prévisible. Sur un point l’Incontestable ne s’était pas trompée. Elle me plaisait physiquement.

On a quitté l’établissement main dans la main. J’avais l’impression d’être une adolescente énamourée aux prises avec les premiers émois d’un corps qui s’éveille au désir. Et j’avais oublié tout le reste, mes entraînements perturbés, le bouleversement dans ma vie, ma préparation chamboulée et ce combat pourtant si important pour moi.

On a pris les transports en commun et j’ai essayé de lui expliquer un peu mieux ce qu’était mon sport. Et en premier lieu que MMA signifiait Mixed Martial Arts, ou Arts Martiaux Mixtes. Bon, pour être franche sa définition, Mandales, Morsures et Arrachage de tibias, était finalement assez proche de la réalité, même si les morsures étaient interdites et les arrachages de tibias encore plus. J’ai essayé de lui expliquer qu’au-delà de l’apparente violence de ce sport, il faisait appel à une palette technique très large, bien plus que celle de la plupart des sports de combat, des techniques de percussion telles que coups de pied, de poing, de genou et de coude, mais aussi des techniques de corps à corps debout, de projections et de soumission au sol. Pendant longtemps ce style de combat a été interdit dans de nombreux pays, mais il est devenu de plus en plus populaire, justement à cause de la polyvalence que devait développer les combattants et aussi, il faut le dire, la violence inhérente à des règles assez libres et le combat qui pouvait se continuer au sol.

Je ne suis pas sûre que cela l’a vraiment rassuré et je peux comprendre qu’avoir une femme pratiquant un sport aussi violent pouvant provoquer, même si très rarement, des séquelles graves avait quelque chose d’effrayant. Mais cela fait partie de moi, c’est aussi à travers ce sport que j’ai trouvé une forme d’équilibre qui me permet d’évoluer sereinement dans la vie. Et il est hors de question que j’envisage d’arrêter… même pour une aussi charmante jeune femme.

****************

Je ne sais pas quand l’angoisse à commencer à réapparaître. Ce qui est sûr, c’est qu’elle est de nouveau présente lorsque nous arrivons au pied de l’immeuble, moderne, bien situé dans un quartier agréable. Comme un arrière-goût amer dans la bouche, alors que je me rends compte que je vais devoir abandonner mon luxueux duplex. Mine de rien, je me suis attachée à cet endroit. Cela fait quoi, cinq ans que j’y vis, que j’y aie mes habitudes, un petit cocon dans lequel je peux me ressourcer entre deux combats.

Mon chez-moi. Que l’on me force à le quitter pour cet autre lieu, inconnu et que je n’ai pas choisi, tout comme la jeune femme dont je sens la main chaude dans la mienne, est un véritable crève-cœur.

Nous entrons, grâce au code que l’on nous a fourni. L’ascenseur monte lentement jusqu’au dernier étage. Je devrai être enthousiaste, car j’aime être en hauteur, avoir une vue plongeant sur la ville, surtout la nuit, lorsque les lueurs de l’activité humaine nous rappellent que nous ne sommes jamais seuls. Mais je me crispe imperceptiblement à mesure que les étages défilent, et lorsque les portes s’ouvrent je dois me faire violence pour en sortir. Je crois que j’aimerai m’enfuir, rentrer chez moi et me coucher en espérant que tout cela ne soit qu’un cauchemar.

La louve blanche est devenue un petit chaton apeuré…

Je crois que si Mina n’avait pas été là, j’aurai fait demi-tour. Malgré tout, sa présence me rassure, elle me fait prendre conscience que je ne suis pas seule pour affronter cette épreuve, que je peux compter sur elle, mais si cela est nouveau pour moi, alors que j’ai appris à ne compter que sur moi-même.

On se retrouve devant la porte, je n’ose pas la regarder, car je sens les larmes de nouveau me monter aux yeux. Ouvrir cette porte, çà signifie en fermer une autre, refermer un livre familier pour se lancer dans l’inconnu de pages blanches où tout reste à écrire. En soi ce logement marque la fin d’une époque pour moi, mais c’est brutal, tellement brutal.

L’Incontestable a tout choisi pour nous, il a décidé que nous devions vivre ensemble, dans cet appartement et nous ne pourrons jamais vraiment nous défaire de sa présence à travers les règles parfois stupides qu’il impose aux nouveaux couples.

Je me mords la lèvre car je me sens honteuse, tellement honteuse. Pas pour moi, non, mais pour elle, pour Mina, j’aimerai être plus forte, comme quand je rentre dans la cage pour me battre. Être un roc sur lequel elle peut s’appuyer, mais je me rends compte subitement de mes propres fragilités, et de mes contradictions.

Je lâche dans un souffle.

- Je suis désolée.

Ma main tremble, et je n’arrive pas à mettre la clé dans la serrure pour l’ouvrir…
Viktoryia K. Morisson
Si t'es sage, t'auras un badge
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum