Just Married
×
Le Deal du moment : -38%
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
Voir le deal
19.91 €

— ♕ —

—  ♕ —
Messages postés :
9980

Inscrit.e le :
22/11/2013


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Épreuve 3 ;;
Jouet avec le feu
La nostalgie, un beau sentiment, mais parfois un peu triste. Pourtant, voilà que vous retrouvez vos jouets d'enfance. Ceux qui vous ont suivi durant de nombreuses années et qui vous ont vu grandir. L'occasion de se remémorer de bons moments passés ensemble. Attendez... Est-ce que l'un d'eux ne vient pas de bouger ?! Mais si, le voilà qui s'approche de vous et, visiblement, il ne semble pas particulièrement content. Ses camarades non plus. Apparemment, ils ont des comptes à régler avec vous.

Rappel des règles

✗ Cette épreuve est un duo écho.
✗ Vous avez deux jours pour faire un post chacun.
✗ L'épreuve se termine donc le 29 mai à 23h59.
✗ Les posts sont limités à 1500 mots maximum.

✗ Rappel du duo écho
Dans une épreuve duo, deux champions de forum différent sont mis ensemble afin de poster chacun un post unique de 1500 mots maximum.
La particularité, c'est que dans un duo écho, les deux textes doivent faire écho l'un à l'autre. Cela peut-être au travers d'un même personnage apparaissant dans les deux posts, une même scène, une action identique... Quelque chose doit lier les deux posts selon le détail qu'il vous plaira. Laissez libre court à votre imagination !
Attention, utiliser un même code ou faire apparaître une même phrase n'est pas suffisant. Jouez bien le jeu.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 
L'Incontesté
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Invité
Anqiu Zheng (Ilukaan)
Anonymous



Interforum
Jouet avec le feu ;

Un soupir seconda le bruit de chaussures que l’on retirait, mettant fin au supplice des hauts talons portés toute la journée, jusqu'à cette heure avancée.

Ses pas foulaient le paquet vernis avec soin pendant qu'elle progressait dans les couloirs, en fredonnant, encore guillerette du fait des vapeurs d'éthanol.
Par pure coquetterie, en regardant son téléphone adorné d'un film de protection miroir, elle retoucha son rouge à lèvres du doigt, alors qu'elle n'allait pas différer son démaquillage.

Il n'y avait personne dans le vaste appartement qu'occupait sa famille depuis des années.
Vue de la vaste fenêtre, Hangzhou s'étalait, endormie.

Et Anqiu ne tarderait pas à en faire de même et commença par retirer ses bijoux avec les gestes maladroits des enivrés, toujours en chantonnant.
Le silence de son auditoire invisible fut troublé par un grattage inopiné mais léger.

La demoiselle cessa ses vocalises mais ne se retourna pas. Qu'est-ce qui pouvait provoquer un tel bruit sinon son imagination ?

Et le raclage recommença une fois… Puis deux et ainsi de suite, de manière moins espacée et plus encore…

Il était difficile de définir l'endroit duquel cela venait.

{Scritch scritch scritch}

Pour le coup, cela avait de quoi être inquiétant. Il s'agissait sans doute de souris mais l'appartement était au dernier étage d'un immeuble qui en comptait trente… que venaient faire ces rongeurs si haut, près des nuages ?
Puis le grattage était trop léger pour qu'il s'agisse de tels animaux, si petits soient-ils.
L'autre éventualité était celle d'un nid de cafards et ça… Ça serait tout simplement dégoûtant et la bonne entendrait bien des nouvelles d'Anqiu.

La demoiselle Zheng retira sa pantoufle, prête à s'en servir comme arme éventuelle, et s'empara donc d'un insecticide non loin.

La voilà équipée pour faire face à cette menace inconnue.



« Z̵̢̛̞̯̦̬̬̟̥͖̤̒̈́̆̊̒̇̎ͅh̴̦̗̯̰̟̪̟̿̽́̉́̉̔͑́͗̃́͝ͅe̷̡̧̪̙̜͔̤̖̝͓̮̘͕̒̽̒̀̓̍͂͆̽̕͝ņ̵̡̢̨̧̬͔̞͈̖̤̩̠̩̮̄̑͂̆͆̈̆̿̇̍̅g̴͔̫͔̈̎ ̸̻͓̠̮̼̬͚̤̦̣̒̉́̽̉͐̚A̷͉̭̰̟̝̥̮͔͈͋̑̅͌̎͒̍̎n̷̡͉͚̞̥̺̗̼͚̆̋͋̄̒̾͋͑̈́̊͊̄̀͐͂͜ͅq̵͙̘̠͈̞̻̏̏̋̃̾̈͆̑́͠i̴̢̨̺̲̝̟͕̜̐͐̌ư̷̍̿̿́̔́̑͋̈́… »


Si calme, nonchalante et détachée pouvait-elle paraître d'ordinaire, la jeune femme ne put s'empêcher de ressentir des sueurs glacées sur sa peau déjà froide et son visage lunaire redoubla en pâleur tandis que ses yeux aussi noirs que l'encre s'écarquillèrent en entendant cette voix crissante dans son dos.

Son visage se tourna… lentement, alors qu'elle espérait que tout ça n'était qu'à cause d'un alcool frelaté servi au bar et le fruit de son imagination plutôt que quelque yaoguai[i] lui jouant des tours.

Face à ses yeux, se trouvait une poupée qui avait dû recevoir les mauvais traitements d'une cour de récréation sur plusieurs années tant elle était dans un piteux état. Rien n'allait, tant au niveau des cheveux dont la longueur VOIRE la présence sur son crâne était irrégulière, que de sa peau ornée, ou plutôt déparée, de gribouillis… et ne parlons pas de ses vêtements dont la combinaison provoquait des cauchemars à toute personne ayant un minimum de bon sens esthétique.


[Qu'est-ce qu'elle est affreuse, ne put s'empêcher de penser la sorcière.

Mais cette figurine, aussi pitoyable pouvait-elle paraître avait parlé… PARLÉ ! Et rien que pour ÇA, Anqiu devait quérir sa baguette pour s'en débarrasser en la jetant par la fenêtre très certainement. Aussi horrible était-elle, elle fera bien le bonheur de l'esprit simple d'un enfant ou d'un chien qui mâchouillera à loisir.

La princesse rouge longea les murs sans quitter du regard, malgré elle, la marionnette. C'était un véritable supplice.

Et celle-ci la suivait du regard en plus puisque sa tête tournait à chaque mouvement d'Anqiu, le visage figé dans le sourire et l'expression propres aux exemplaires de cette marque.


En restant concentrée de la sorte sur la vilaine chose autrefois poupée (sans doute il y avait-il des siècles ou des millénaires), la sorcière du Zhejiang n'avait pas remarqué le piège tendu par d'autres ; qui était d'une grande simplicité, une corde tendue mais quand on ne l'a pas vue...
Ce qu'elle ne tarda pas à faire en tombant dedans.
Ainsi vautrée sur le ventre, dans l'appartement vide, Anqiu tenta de se relever mais elle sentit courir sur son dos, des pieds légers qu'elle assimila sans mal à ceux d'autres jouets, qui lièrent ses membres fins sans la moindre difficulté.


« Merde. », persiffla-t-elle.

Alors qu'elle n'attendait pas de réponse, une autre voix, plus aiguë, résonna.

« C'est plutôt nous qui devrions dire ça ! Mais aujourd'hui justice nous sera rendue ! »

La jeune femme releva la tête et écarquilla les yeux.
Devant son visage se tenaient trois poupées qu'elle ne connaissait que trop bien, parce qu'ayant été les principales souffre-douleur de la gamine pourrie gâtée qu'elle était.

Xiaoyi, Xiaoer et Xiaosan.

Chacune avait encore les marques des mauvais traitements infligés par Anqiu, dans son enfance. Membre en moins, coupe de cheveux approximative, maquillage "avant-gardiste", elles avaient connu des jours meilleurs… Au moins leurs vêtements étaient en bon état.

Ces trois-là n'avaient pas connu la tendresse de l'enfant qu'elle était puisque la frustration due au moindre caprice était rejetée sur chacune d'entre elles, et Bouddha savait qu'il y en a eu…


« Ce soir, Zheng Anqiu, tu vas être jugée pour tout ce que tu as fait ! »

Une clameur accompagna les dires de Xiaoer. C'est qu'un véritable tribunal populaire de jouets avait été mis en place.

« … C'est quoi ce bord… »

L'accusée fut immédiatement coupée dans son élan, comme si elle était la pire des criminelles.

« On ne t'a pas autorisée à parler, alors tu te tais ! Pendant des années, nous avons subi ton autorité sans rien dire, à présent, notre parole se délie ! Est-ce que tu aurais osé faire tout ça à tes pairs ? Je ne pense pas ! Enfin pas à ce point du moins. Nous demandons réparation pour tous les préjudices qui nous ont été causés ! »

Une nouvelle acclamation accueilla le monologue enflammé de la poupée accusatrice, certains dans la cohue rendaient compte en criant ce qu'elle avait osé faire, pour galvaniser les autres en faveur de la justice.

Anqiu observa la scène… Ainsi donc ses jouets la haïssaient ?
Elle ne semblait pas impressionnée (après tout, c'était presque habituel) et s'apprêta à rétorquer quand une voix plus douce s'éleva.


« Pour sa défense, Anqiu n'était qu'une enfant qui tentait de comprendre le monde et comment celui-ci fonctionne. Moi-même j'ai été jeté par terre, sur les murs, abandonné sur le sol. »

C'était un singe en peluche qui parlait, abîmé à certains endroits mais encore en relativement bon état.
Oh la fille Zheng se souvenait de lui, affectueusement nommé Wukong, comme le roi des singes, voilà qu'il lui servait d'avocat dans ce tribunal fantoche.

Il poursuivit dans le silence de l'assemblée.


« Sans que l'on puisse l'excuser, nous pouvons la comprendre. Ses parents étaient absents pour travailler, elle n'avait pas beaucoup d'amis… Ça génère beaucoup de colère quand on ne comprend pas pourquoi. On ne va pas la punir alors qu'elle ignorait ce qu'elle faisait. Si elle s'amende seule, on ne va pas l'accabler davantage. »

Le comité accueillit ses paroles dans le silence puis quelqu'un commença à applaudir timidement, puis deux, puis trois et enfin le reste.
Wukong s'approcha de l'accusée qu'il avait défendue comme un avocat.


« Répare tes torts, Anqiu, il n'est jamais trop tard. Tu n'es pas une mauvaise personne comme tu le prétends, tu peux faire preuve de beaucoup de bonté. »

Le singe qui s'était à présent fait magistrat pour rendre la décision, posa une paume minuscule sur le haut du crâne de la demoiselle, dans un geste compatissant.

« Tu peux faire beaucoup de bien si tu te forces un peu. Donc, fais-le. »

Le silence puis l'obscurité suivirent ces paroles.



En bas de la fenêtre, la ville était réveillée et palpitait.
Ventre sur le sol de la salle de séjour, Anqiu battit les paupières avant de se lever et de regarder autour d'elle, prestement.
Il n'y avait plus aucun signe du tribunal de jouets auquel elle avait assisté à l'instant.
Tout portait à penser qu'il ne s'agissait que d'un rêve mais, les liens sur le sol disaient le contraire.

Aussi adroitement que le pouvait quelqu'un qui avait passé la soirée de la veille à boire de l'alcool et à faire la fête, la jeune femme se leva et récupéra son téléphone, faisant une recherche sur Baidu avant de partir dans la pièce qui servait de débarras pour aviser les différents cartons.


« Bonjour, vous faites bien dans la restauration de jouets ? … Vous auriez un créneau cette semaine ? … C'est une commande assez importante… Au nom de Zheng Anqiu… Oui… Très bien… Je vous fais parvenir ça ! Bonne journée. »

La pulpe de ses doigts manucurés avec soin caresse l'emballage à son nom et le récupère, malgré son poids.
[/i]
Anqiu Zheng (Ilukaan)
Anonymous
Si t'es sage, t'auras un badge
Invité
Absynthe
Anonymous
Absynthe

Elle avait été prise en otage. La petite fée de l'ivresse sentait grandir en elle LA PANIQUE. Elle respirait difficilement dans le sac qu'on lui avait enfilé sur la tête. Qu'espéraient-ils obtenir en l'enlevant ainsi ? Elle se demandait aussi si c'était d'autres fées qui l'avaient kidnappée car enfin, elle sentait les mains qui la tiraient et elles n'avaient pas l'air plus grandes que les siennes. Donc ces ravisseurs devaient faire 30 centimètre de haut tout au plus. Voulaient ils obtenir une rançon ? Ces spiritueux de grands parents seraient chiches de l'échanger contre une bouteille de vin, pas plus. Etait-ce un client mécontent ou fauché ? Il y avait du monde là ou on l'emmenait. Elle entendait nombre de voix emmêlées.

"Elle doit payer !", s'exclama une voix aigue.
"La voilà cette vicieuse.", renchérit une autre.
"A mort !", s'écria encore quelqu'un.

A mort ? Voulaient ils la tuer ? Mais qui ? Pourquoi ? Elle en était la de ses réflexions quant à ce rapt quand soudain elle fut précipitée au sol.

"... Aïe.", marmonna t-elle.

On lui arracha le sac de la tête. Elle écarquilla les yeux. A travers les mèches longues et vert foncés de sa chevelure désordonnée, ce qu'elle voyait la laissait sans voix. Elle se trouvait vraisemblablement dans la maison de poupée avec laquelle elle jouait, enfant. Ils étaient dans le salon, duquel ils avaient oté le mobilier pour le remplacer et figurer un tribunal. Elle reconnaissait le papier peint fleuri et les encadrements de fenêtre aux couleurs pastel.

On la força a s'assoir sur une chaise au milieu de la pièce. Son doudou était là lui aussi. Il lui posa une patte en mousse affectueuse sur l'épaule. Il n'était guère capable de parler, avec sa bouche cousue, mais sa présence la rassurait un peu.
Siégeait sur le grand fauteuil du juge un poupon à l'air très énervé, et sur le banc des jurés les barbies laissées depuis longtemps à la poussière du bac à jouets. Elles la lorgnaient, l'air mauvais en pépiant à voix basse. L'avocat de l'accusation, une toupie toute sifflante représentait une ancienne barbie, sa préférée. Peinte en verte, les cheveux colorées pareillement, elle tenait sa tête par les cheveux dans sa main droite.
Ainsi démarra le procès.

"Les chefs d'accusations retenus contre Mlle Absynthe de la famille des
Spiritueux sont les suivants :
Elle est coupable d'agressions multiples à l'encontre de ma cliente dont :
S'être fait déshabiller et rhabillée à plusieurs reprises sans son consentement, s'être fait peinte en vert et teindre les cheveux toujours sans son consentement..."
Il marque une pause, l'air sévère, laissant le temps au jury de proclamer son indignation, et a Absynthe de se demander si tout ceci était bien sérieux, puis poursuit :

"Non contente de s'en être arrêtée là, l'accusée a aussi noyé à de nombreuses reprises ma cliente. Et le pire, monsieur le juge, mesdames les jurées, le pire sans doute est arrivé une après-midi ensoleillée. Ma cliente était la poupée de compagnie de l'accusée depuis quelques mois déjà et avait subit les sévices que je vous ai présenté. Elle les as encore subit par la suite..."

Une pause dramatique pendant laquelle Absynthe à le temps de se rappeler les nombreux bains qu'elle avait pris dans sa baignoire en laissant barbie Verte tête en bas flotter aux grès du courant, et... Et qu'elle avait effectivement décapité barbie Verte. Elle avait entendu peu de temps avant cet évènement l'histoire des Higlanders, ces immortels qui coupaient la tête des leurs pour récupérer leur puissance et vivre éternellement... A qui aurait-elle pu couper la tête sinon à sa barbie préférée ?

"Voici le dernier acte d'accusation : lors d'un prétendu "jeu", l'accusée à décapité ma cliente !"

"La sentence réclamée est..."


Ce silence, fait pour augmenter la panique ressentie par Absynthe sans doute n'en fut pas un et devint l'un des pire moment de son existence. Des années plus tard, elle se réveillerait encore en sursaut et en sueur après en avoir rêvé : Les barbies rouges de colère avaient jailli de leur siège, l'une d'elle avait lancé un cri  : "A MORT ! A MORT ! BRULEZ LA FEE ! NOYEZ LA !" vite reprit par ses congénères. A partir de ce moment les choses dégénérèrent et allèrent de mal en pis. Les barbies quittant leur siège sautèrent par dessus la barrière et se précipitèrent sur elle pour lui tirer les cheveux, piétinant au passage le doudou de son enfance, avocat de la défense qui bien malheureusement n'avait pas même eu le temps d'ouvrir la bouche ou plutôt de mimer pour défendre sa protégée. Le poupon, géant parmi les géant c'était avancé a son tour et l'avait prise dans ses bras, dans le but évident de l'écraser entre eux comme un moucheron.

Devant tant d'attention le corps d'Absynthe se mit a enfler, elle grandit si vite et si fort que la maison de poupée explosa, si ce n'est le haut de celle ci qu'elle garda sur la tête. Elle était déjà partie, courant aussi vite que ses jambes le lui permettaient, poursuivie par une horde de barbies ivres échevelées et en furie.
N'y voyez pas là un triste dénouement : les jouets furent ce jour là à jamais débarrassés de l'oppresseur. Les barbies ne la rattrapèrent pas et dessoulèrent en chemin puis rentrèrent à la maison.

Quant a Absynthe, elle avait bien quitté le domicile familial sur une grosse frayeur, pour ne jamais y remettre les pieds. Mais c'était son rêve de partir sur les chemins et de découvrir le monde, et elle vécu par la suite moult d'aventures merveilleuses, horrifiantes et fantastiques !
Absynthe
Anonymous
Si t'es sage, t'auras un badge
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Si t'es sage, t'auras un badge
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum