Just Married
×
Le Deal du moment :
Sexy Cosplay Doll : Tome 8 Collector de Sexy Cosplay ...
Voir le deal
10.80 €

— ♕ —

—  ♕ —
Messages postés :
9980

Inscrit.e le :
22/11/2013


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Épreuve 5 ;;
Danse macabre
Connaissez-vous la fête des morts ? Non ? Et bien c'est l'occasion d'y participer. Ce soir, le ciel est dégagé, les étoiles sont visibles dans le ciel et les gens ont allumé des dizaines de cierges pour honorer les disparus. L'humeur est à la joie et à la fête, car c'est un moment de partage davantage que de tristesse. Vous êtes là également et vous regardez les âmes des disparus passer le pont entre le monde des vivants et des morts. Là-bas, l'un de vos proches arrive vers vous. Ne serait-ce pas l'occasion de faire de nouveau la fête ensemble et de danser jusqu'au bout de la nuit ?

Rappel des règles

✗ L'épreuve se termine au bout de 24 heures, soit ce soir, le 29 mai, à 23h59.
✗ Les réponses sont limitées à 1500 mots maximum.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 
L'Incontesté
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Invité
Mary Nephilim [MP]
Anonymous

Deux ans. Jour pour jour.

Le monde a un sens de l’humour très étrange. On dit que la « Fête des Morts » a été conçue pour qu’on se souvienne des bons moments avec ceux qui sont partis. Ce serait « un moment de partage davantage que de tristesse. »

Quelle farce de mauvais goût. Tout ça, ce n’est qu’une mascarade grotesque de la part d’imbéciles qui ne savent pas ce que c’est de perdre un être cher. Des abrutis qui ne font que se voiler la face devant la froideur de la réalité, qui parlent de la mort avec euphémisme pour se donner une bonne image sur leurs réseaux sociaux pathétiques. Peut-être qu’il y en a parmi eux qui ont eu la force de tourner la page et d’accepter ce vide que ceux qu’on aime laissent derrière eux, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

« Père… »

La colère est toujours là, au fond de ton cœur, mais contrairement à l’année dernière, elle est plus sourde. Comme les braises d’un feu qui ne s’éteindra jamais, et qui n’attendent qu’un simple coup de vent pour repartir. Tout autour, il y a un gigantesque vide. Ce n’est pas que de la tristesse, c’est bien plus profond que cela encore. A l’intérieur de cette enveloppe charnelle que l’on appelle Mary Nephilim, il n’y a que ces quelques sentiments qui te rappellent que tu es encore vivante. Parfois, tu exprimes des moments de joie, toi aussi, grâce aux rencontres que tu as faites sur ta route. Qu’ils soient humains ou Pokémon, ils parviennent parfois à adoucir les traits de ce visage que la haine a déformé.

« Mary… »

Une petite voix résonne dans ta tête alors qu’une main couverte de poils prend la tienne et la serre contre elle. Tu aimerais lui répondre par un sourire. Tu pourrais, d’habitude. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui, c’est impossible. Ca fait trop mal. C’est justement pour ça que ta Goupelin, Abigail, est avec toi devant la tombe du Père Francesco, dans le cimetière de Romant-sous-Bois. Le geste est bien évidemment appréciable, et ce Pokémon est encore la seule chose qui te permet de garder les idées claires, par moments. Mais par moments, même elle ne peut tout simplement pas parvenir à te raisonner.

« Laisse-moi rester encore un peu. »

« Ce n’est plus un recueillement, et tu le sais. »

En effet. Certains appelleraient ça une forme de torture, de scarification invisible. Et ils auraient raison. Mais c’est devenu impossible à arrêter. A présent, la seule façon de stopper ce processus, c’est la mort d’Arceus, ou la tienne. Il ne peut pas y avoir d’autres alternatives.

« Rentrons, je t’en prie. »

La Goupelin n’a d’autre réponse que le silence. Non, pas exactement. Il n’y a que le bruit de tes jambes qui ont lâché, comme si ton corps ne répondait plus. Les larmes ne parviennent même pas à venir. Il n’y a qu’un immense désespoir sous ce ciel pourtant si étoilé, uniquement éclairé par les rayons de la lune. Tu sens qu’Abigail cherche à te tirer vers elle, mais tu n’es plus qu’une loque.

« Ce serait plus facile, si je le rejoignais. » murmures-tu, dans un son à peine audible.

« Ne dis pas ça. Ce n’est pas la Mary que je connais. Rentrons. »

Elle cherche à te relever de force par ses pouvoirs psychiques, et tu ne résistes pas. Tu ne peux pas lui en vouloir pour tenter de te tirer vers le haut. Mais tu ne peux pas faire un pas de plus. Quand soudain…

« Mary. »

[url=https://www.youtube.com/watch?v=JozVfR-XavQ]Silent Hill 2 - Theme of Laura (Reprise)[/u]

Tu relèves la tête. Tu l’as entendu. Tu en es sûre. Tu ne l’as pas rêvée. Cette voix…

« Mary. »

Ca vient de l’église en ruines.

« Mary, attends ! »

Les pensées de la Goupelin se dispersent alors que tu fonces à l’intérieur de l’église, ou de ce qu’il en reste. Toi qui étais presque amorphe, tu retrouves toutes tes fonctions physiques et sprintes jusqu’à ce que tu croies être la source du bruit.

Te voilà dans ce qui était autrefois la cour intérieure. Maintenant, il n’y a plus que des restes de bois fumant ça et là, résultat de ton accès de fureur lorsque tu as renié Arceus devant la statue à son effigie. La ville n’a jamais cherché à la reconstruire, pour une raison qui t’échappes. Peut-être par une sorte de respect pour toi et pour ton père ? Peu importe.

« Mary ! » s’exclame une voix bien trop familière.

Non, c’est impossible. Tu ne rêves pas. C’est bien lui qui se tient devant toi, sous les reflets du vitrail brisé. Comment est-ce possible ? Par quelle sorcellerie ?

Est-ce que ça a vraiment une importance ?

« Père ! »

Sans chercher à en savoir plus, tu te rues dans ses bras, et il t’enlace dans une longue et douce étreinte. Pendant combien de temps restez-vous là, en silence, à profiter de vos embrassades ? Tu ne saurais le dire. Cela pourrait être trente secondes, ou trente minutes, tu n’en as cure.

« Mary... »

Ses yeux sont emplis de tristesse alors que tu croises son regard. Il n’y a qu’un père pour pouvoir ressentir avec autant d’empathie le désespoir de son enfant. Ce sont les yeux d’un homme qui serait resté par tous les moyens possibles pour éviter de provoquer un si grand chagrin.

« Dites-moi que c’est un cauchemar, Père. » sanglotes-tu. « C'est bientôt fini ? Je vais me réveiller et vous êtes venu me chercher. C’est cela, n’est-ce pas ? »

Tu prends ses mains dans les tiennes, puis les fais passer sur tes joues. Tu as besoin de savoir que c’est réel. Que tu n’es pas en train de délirer complètement.

« Emmenez-moi avec vous, Père. J’en ai assez de lutter. C’est trop dur de vivre… »

« Mary... »

Tu sens son étreinte se resserrer. C’en est presque douloureux, mais ce n’est rien face à la joie que tu éprouves. Tu fermes les yeux, profitant de cet instant au maximum.

Sauf que les choses ne fonctionnent pas ainsi. Ce serait trop facile.

« Mary, attention ! »

Tu n’entends pas Abigail. Ou plutôt, tu refuses de l’entendre. Mais alors que tu rouvres les yeux, tu vois des flammes bleutées consumer ton père adoptif.

« Non ! » t’écries-tu. « NON ! »

Tu fais volte-face, apercevant la Goupelin manipuler sa baguette magique. Si ton regard pouvait tuer, elle serait morte depuis longtemps. Mais alors que tu te retournes, horrifiée, tu constates que ce que tu touchais depuis tout à l’heure n’était qu’illusion. Pas de la peau, mais de l’écorce. Ce que tu croyais être le Père Francesco prend peu à peu sa véritable forme.

« TROUUUUUUUUUUUYE ! » hurle le Pokémon.

La taille du Banshitrouye doit bien dépasser les deux mètres. Et on dirait bien que ses pouvoirs étaient suffisamment grands pour que tu sois complètement déboussolée, alors que tu étais en proie à ton plus grand moment de faiblesse. Et pourtant…

« Pourquoi ? Pourquoi moi ? Pourquoi ? »

Tu tombes à genoux et laisses échapper toutes tes larmes. Abigail s’avance vers toi, tandis que le Pokémon Spectre tombe, réduit en cendres.

« Je suis désolée, Mary… » dit-elle, même si elle sait que les mots ne pourront jamais suffire à t’apaiser.

Les larmes se changent en cris plaintifs, entre rage et folie.

Deux ans. Jour pour jour.

Le monde a un sens de l’humour très étrange. On dit que la « Fête des Morts » a été conçue pour qu’on se souvienne des bons moments avec ceux qui sont partis. Ce serait « un moment de partage davantage que de tristesse. »

Quelle farce de mauvais goût.

Ce monde est absurde.

Arceus doit payer pour cette aberration.

1300 mots.
Mary Nephilim [MP]
Anonymous
Si t'es sage, t'auras un badge
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum